Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et demeures de Fès

 | 
Jacques Revault
, 
Lucien Golvin
, 
Ali Amahan

La construction et le décor

Techniques traditionnelles de la construction et du décor dans l’architecture domestique à Fès

Texte intégral

La construction

1Les modes de construction traditionnels observés à travers les différents quartiers de la médina de Fès sont loin d’être abandonnés aujourd’hui, aussi bien pour la restauration d’anciennes demeures que pour l’élévation de nouvelles maisons citadines.

  • 1 R. Le Tourneau, Fès avant le Protectorat. Casablanca, 1949, p. 331.
  • 2 Id. « Nous avons donc affaire, non pas, comme en Europe, à des corps de métiers solidement soudés (...)

2Cette fidélité des habitants fasis à des méthodes constructives séculaires ne semble pouvoir être dissociée de leur fidélité à l’architecture domestique que leur ont léguée leurs ancêtres, avec son patio, son ryâd, ses longues et hautes salles d’habitation si caractéristiques. Cela représente, comme le démontre Roger Le Tourneau1 dans son ouvrage consacré à Fès avant le Protectorat, une intervention importante de nombreux corps de métiers, également intéressés par toute ouverture de chantier, à la demande d’un particulier — notable, commerçant, etc. « Les industries du bâtiment ... Les Fasis, comme d’ailleurs les habitants du Maghreb en général, pratiquaient, avant l’arrivée des Français, des méthodes de construction entièrement différentes des nôtres. Point d’entrepreneur chez eux, et encore moins d’architecte, sauf pour les bâtiments publics : le Makhzen faisait appel à quelques spécialistes (mohendisin) qui savaient faire un plan et implanter d’importantes constructions ; ils étaient assistés d’un véritable entrepreneur (ma‘llem kbir) qui dirigeait les travaux et s’occupait des approvisionnements en matériaux. Tout Fasi qui voulait faire bâtir s’adressait lui-même aux différents corps de métier nécessaires : il traitait directement avec eux pour les achats de matériaux et les tâches à exécuter ; souvent même il se rendait à la foire d’embauche (moukef) pour recruter lui-même les manœuvres dont il avait besoin. Les conseillers techniques étaient le maître-maçon et le maître-menuisier, qui, à eux deux, exécutaient l’essentiel du travail2... Une distinction s’impose entre les diverses corporations du bâtiment : les unes fournissent seulement des matériaux, les autres les mettent en œuvre.

  • 3 Id. « Cette industrie — fait rare — est installée en dehors de la ville au sud de Fès Jdid et du M (...)

3a) « (Parmi les premières, on peut citer tout d’abord les briquetiers (Iwajriyîn), puisque la brique est le matériau essentiel employé à Fès pour la construction des édifices ...3.

4Certains potiers (fekhkharin) fournissent aussi briques vernissées, tuiles vertes recourbées, carreaux de faïence (zellij. pl. zlaïj) « qui, découpés et assemblés, forment les motifs de mosaïques si nombreux à Fès, l’un des charmes de la ville ». D’autres (harracha) produisent canalisations de poterie publiques et privées.

  • 4 Id. « Au-dessus de la Kasba des Chrarda et au pied de la butte des Mérinides... Il y avait, avant (...)

5« Ensuite viennent des fabricants de chaux (jiyyara) et les carriers qui extraient la pierre à chaux (fessala). Carrières et fours à chaux vont de pair et sont situés au flanc des collines qui bordent la ville au Nord... Une autre /carrière/ se trouvait au Nord de Bab Mahrouk ; on l’appelait el-Makta’ et l’on en tirait de la pierre à bâtir, du sable et de la pierre à chaux...4.

  • 5 Ibid., p. 332. « ... qui se tient à Zribat el-Khcheb, à l’intérieur des remparts et à l’Est de Bab (...)
  • 6 Id. « Les scieurs de long formaient une corporation, avec à sa tête un amin. Ils stationnaient, en (...)
  • 7 Ibid., p. 338. « Menuiserie... ».

6Le bois de charpente était fourni par les scieurs de long (nechchara) établis aux alentours de Bab Gisa à proximité du marché au bois5. Au xvie siècle, les scieries étaient installées dans le quartier de la ‘Adwa (Léon l’Africain, II, 109 ; Marmol, II, 169), ce qui est plus normal quand on songe que le bois de cèdre, le plus communément employé à Fès, venait du Moyen Atlas et entrait normalement en ville par Bab Ftouh6. Les menuisiers (nejjara rkaïkiya), réunis pour partie au Souk en-Nejjarin, pour partie dispersés dans la ville ... « fabriquaient diverses pièces de mobilier traditionnel (tables basses, divans, petites armoires)7. « Chose rare à Fès, leur outillage leur venait presque entièrement d’Europe, de France ou d’Allemagne...

7Les menuisiers du bâtiment (nejjara chghaïliya) ... façonnent et posent les poutres des plafonds, des portes et fenêtres et les balustrades des balcons, jouant avec les maçons, le rôle de maître-d’œuvre, mais à la différence de leurs compères, ils sont souvent fasis d’origine ».

  • 8 Ibid., p. 333. L’auteur rappelle le rôle efficace joué après 1912 par le Service des Arts Indigène (...)

8Sculpteurs et peintres (zouwaka) enrichissent aussi certaines boiseries d’une « décoration vraisemblablement d’origine andalouse non renouvelée », cette décoration s’ajoutant à celle des mosaïstes (zlaijiva) et des sculpteurs sur plâtre (zouwakat el-gebs)8.

  • 9 Ibid., p. 333. « ... en amont de Kantrat Bou Rous ».
  • 10 Id. « ... il y avait 50 maîtres-forgerons en 1898 ».

9« Toute la ferronnerie venait des forgerons (haddada), répartis en trois groupes principaux, l’un en bordure de Tal’a Kbira9 ..., le second à ‘Aïn Allou, le troisième sur la rive droite de l’Oued, au lieu-dit Nekhkhalin10. Les serrures étaient aussi leur œuvre, quand il s’agissait de serrures métalliques ; mais on trouvait en outre à Fès, à la porte de beaucoup d’ateliers, des étables et des écuries, la vieille serrure en bois, fabriquée par des artisans spécialisés qui fournissaient également aux moulins leurs roues à eau ; on les appelait bellaja ou bellajin.

  • 11 Id., p. 333. « Ces artisans étaient en petit nombre, parce que bien des pièces de marbre étaient i (...)

10Enfin le marbre qui servait au dallage des patios, ou dont on faisait les vasques des patios et des jardins, les margelles des bassins, les crapaudines des portes, était travaillé par les rkhaïmiya (marbriers)11.

  • 12 Aubin. « Fès, dernier centre de la civilisation musulmane », Rev. de Paris, 1904 ; Le Maroc d’aujo (...)
  • 13 Id. Dameurs de terrasses (rakkaza ou gessasa).

11b) D’après Aubin12, les corps de métier qui mettent en œuvre les matériaux fournis par les précédents sont au nombre de six : « maçons, mosaïstes, dessinateurs en céramique, plâtriers, menuisiers et peintres... »13. Dameurs de terrasses et puisatiers ne sont pas cités dans cette énumération. Nous verrons plus loin comment fonctionnent ces différents corps de métiers, compte tenu des renseignements et des observations qu’il nous a été permis de recueillir sur place auprès des principales industries intéressées.

Préparation d’un chantier14

  • 14 D’après les renseignements recueillis auprès de Merfê‛ Mohammed bel Hadj, Chef de travaux au Servi (...)

12Autrefois, lorsqu’un notable ou un bourgeois fasi, riche ou aisé, désirait se faire construire une demeure dans l’un des anciens quartiers de la cité, soit pour l’occuper avec sa famille, soit pour la louer, il lui fallait s’entendre, au préalable, nous l’avons vu, avec chacun des artisans appartenant aux spécialités intéressées.

  • 15 I’arf iḥaseb.

13Cependant, il arrivait parfois que l’on préférât choisir, pour la conduite générale des travaux, un maître-menuisier ou un maître-maçon, en raison de leur expérience particulière, l’un et l’autre « sachant compter »15.

  • 16 Suivant la fortune du commanditaire, les dimensions d’une chambre pouvaient varier de 8 m à 6 m (l (...)

14Il s’agissait alors de déterminer sur le terrain, avant l’évaluation du coût des diverses opérations, l’emplacement de l’entrée (modẖel) de la future demeure, les dimensions du patio central, puis autour de celui-ci les proportions des pièces d’habitation16 du rez-de-chaussée (seflî) et de l’étage (‛alû), sans compter les communs (cuisine, resserres à provisions, hammam, etc.), éventuellement d’autres parties annexes, telles que jardin intérieur (ryâd), écuries (rwâ) et habitations secondaires.

  • 17 Dans certains cas particuliers, si l’on devait aménager dans sa demeure un puits ou une citerne, o (...)

15Le problème de l’eau, qu’ailleurs il importait de régler généralement en priorité, ne se posait pas à Fès, en raison de l’abondance des sources (‛aïn, pl. ‛ayûn) et cours d’eau (oued) qui furent de tout temps l’une des principales attractions du site choisi pour y établir et étendre l’ancienne cité royale17.

Fondations

  • 18 Selon d’ancienne coutume (ṭâriqa el-qedîma).
  • 19 Emploi d’un pilon rond en bois épais et large de 20 cm, muni d’un manche de 1 m de long.

16Une construction solide devait comporter, en premier lieu, des fondations (sâss, sîsân) plus ou moins profondes, s’appuyant sur un sous-sol rocheux18. Sous la conduite d’un maçon (bennâï), ce travail était exécuté par des tâcherons (ẖeddâma). Après avoir creusé leurs tranchées jusqu’au rocher, ils y jetaient de la chaux vive (jîr sẖûn) sur une épaisseur de 20 cm environ, en l’arrosant d’eau, puis alternaient couches de pierre et de chaux, tassées par damage (dâma) jusqu’à l’affleurement du sol extérieur19.

Murs

  • 20 R. Le Tourneau, op. cit., p. 334. En 1898, les maîtres-maçons étaient environ 150.

17L’élévation des murs (ḥaîṭ, pl. ḥayûṭ) au-dessus du sol incombait aux maçons (bennâya), sous la direction d’un maître-maçon (mallem bennâï), parfois assisté d’un contremaître (nofs ma‘llem)20.

  • 21 Id. Les maçons spécialisés dans le damage des murs de pisé (mwâlîn el-labîa) sont presque tous ori (...)

18Dans les cas assez rares où l’on désirait obtenir des murs très épais, notamment à la périphérie de la ville, ceux-ci étaient élevés en pisé (merkes), mélange de gravier et de chaux, sinon de terre et de chaux (ṭabîa), légèrement arrosé d’eau et tassé par un damage répété à l’intérieur d’un coffrage en planches ; celui-ci était déplacé au fur et à mesure de l’avancement des travaux21. Les murs ainsi constitués n’atteignaient pas moins d’un mètre de large.

19Cependant, ce sont des murs en briques qui apparaissent le plus souvent (épais de 40 cm environ) dans la construction des habitations citadines. Briques, sable et chaux, également utilisés, étaient amenés à pied d’œuvre par de longues théories d’ânes munis de šawâri en palmier nain tressé (dûm).

  • 22 Romla mgerbla.
  • 23 Pl. kwâṥi.
  • 24 2/3 de sable et 1/3 de chaux, soit 2 couffins de sable et 1 couffin de chaux.
  • 25 Parfois la succession de couches de briques horizontales est interrompue par des couches de brique (...)

20Le sable et la chaux provenaient, comme la pierre, des carrières environnantes (ma‛den). Après tamisage du sable22 et calcination des pierres à chaux dans les fours (kûša)23, autrefois nombreux autour de la ville et à proximité des carrières, l’un et l’autre entraient dans la composition des mortiers (boġlî)24. Des ẖeddâma étaient chargés de préparer ce mortier. On vantait sa qualité, sa solidité étant d’autant plus forte que l’on savait attendre une longue fermentation (ẖemîra) avant d’en faire usage. Ainsi affirme-t-on qu’un mortier, préparé avant le départ d’un pèlerin pour la Mecque et employé seulement à son retour, était parfait — après six mois d’absence. Le même procédé était utilisé pour le mortier d’enduit (maẖtûb). Toutefois cet enduit, qui apparaît surtout à l’extérieur des bâtiments, était souvent limité aux contours des briques25.

21Lorsqu’une partie des murs était construite en pierres, on n’en avait pas moins recours à la brique pour assurer la régularité des ouvertures — portes et fenêtres.

  • 26 On dit alors qu’ils travaillent à vue — iẖedmû bel‛aïn.
  • 27 Longueur du qebṭân : 1 m à 1,50 m.

22Les maçons ignoraient le fil à plomb, leur expérience et leur coup d’œil étant jugés suffisants pour obtenir des murs réguliers26. Tout au plus se servait-on d’une longue règle en bois (qebṭân) que l’on appliquait à la surface murale pour en vérifier la rectitude et l’égalité27. Un chaînage en bois pouvait encore servir au renforcement des murs, bien qu’il semble que l’on se soit méfié d’un effritement dû au temps et à l’humidité. Pour parer à cet inconvénient, on enduisait parfois de plâtre (gebs) les longrines.

23Un échafaudage en bois (serîr) était naturellement nécessaire au-delà d’un certain niveau. Il comportait les mâts habituels (ṣarîa, pl. ṣwârî) rattachés par des cordes en palmier nain (hebel dûm) aux traverses supportant les madriers (ferd, pl. āfrâd).

Étage

  • 28 S’appuyant sur le mur inférieur au moyen des jambes de force inclinées ou béquilles en bois (wâqef (...)

24Lorsque les maçons parvenaient à l’étage — généralement élevé — il était fréquent que celui-ci débordât en encorbellement (brûz)28 sur la ruelle attenante, sinon qu’il la franchît entièrement par une charpente formant un de ces passages couverts (ṣabat), si nombreux à Fès.

25C’était le moment où le menuisier-charpentier (nejjâr) intervenait à son tour pour établir, au-dessus des appartements inférieurs, un plafond (sqef) saillant ou non vers la rue, et se prolongeant souvent au sommet des portiques donnant sur le patio. A cet effet, étaient apportées, à dos de mulet, solives (gâïza, pl. gwâïz), poutres (qanṭra) et voliges (worka) préparées à l’atelier (ḥanût, ma‛mel).

26Sur le plancher ainsi fixé pour les chambres supérieures, on étendait une légère couche de mortier (maẖtüb), augmentée d’une couche de terre épaisse de 30 cm environ, appelée à supporter le carrelage du sol.

27Dès lors, il apparaissait possible de réduire la largeur des murs..

Terrasses

  • 29 R. Le Tourneau, op. cit., p. 334.

28Lorsqu’on atteignait le niveau des terrasses, on procédait à la couverture de l’étage — chambres et galeries hautes — de la même façon qu’au rez-de-chaussée. Même plafond en bois de cèdre (sedâr), même couche de mortier de sable et de chaux recouverts de terre (50 cm environ). Ce travail particulier (ges) était alors confié à des terrassiers (rekkâza)29. Après égalisation à la main de la couche de terre, à laquelle de l’eau était ensuite ajoutée, le damage était entrepris à l’aide de dames arrondies (gessâsa), plus légères et plus courtes que celles des fondations. Chacun des terrassiers en frappait alternativement le sol mouillé, au rythme de chants conduits par leur chef.

  • 30 Conduites ou tuyaux de poterie : qadûs, pl. qwâdes.

29Après damage la surface des terrasses (sṭaḥ) devait apparaître parfaitement lisse (mels), n’appelant pas de chaulage complémentaire. Cependant, cette opération tenait compte des inclinaisons à ménager pour l’écoulement des eaux de pluie, celles-ci aboutissant, non pas à des citernes disposées sous la cour, mais par des canalisations inférieures30, soit aux ruelles en pente, soit aux cours d’eau sillonnant le sous-sol de la

30Outre le compartimentage à faible relief des différentes terrasses, palais et riches demeures étaient encore couronnés d’un mur de clôture ; dépassant une hauteur d’homme, ce mur garantissait un isolement complet des habitations voisines, également nécessaire à l’utilisation des terrasses par les femmes du logis. Des meurtrières que l’on y ménageait souvent permettaient de découvrir une vue très étendue jusqu’aux montagnes environnantes ; en cas de troubles, elles étaient utilisées pour la défense des lieux.

31Encadrant l’ouverture du patio, un autre mur, saillant sur les terrasses, se garnissait, intérieurement, d’une corniche de tuiles rondes vernissées (qarmûd).

Enduit intérieur

32Après achèvement du gros œuvre, à l’enduit ordinaire au mortier de sable et de chaux (maẖtûb), étendu par les maçons sur les surfaces murales du patio et des chambres, les plâtriers (gebbâsa) ajoutaient une couche de plâtre (gebs). L’épaisseur en variait selon qu’il s’agissait de la couche uniforme d’un mur ou du relief à donner à un pilier, un encadrement de fontaine, etc. En plâtre seront également les parties que l’on voudra ornées de légères sculptures, aussi bien sur les murs et les colonnes (ou piliers) du patio que dans les intrados des arcs de portes et les frises des appartements.

Dallage et pavage

33Sauf pour le dallage de certains communs, la pierre ne semble guère employée à Fès pour en recouvrir les sols. On lui préfère, certes, le marbre et la faïence polychrome. La combinaison de ces deux matériaux apparaît fréquemment dans les patios, voire dans les chambres : carreaux et zellῑj servent à l’ornementation inférieure des murs et des piliers ou colonnes.

  • 31 Ce processus rappelle celui qui a été observé dans les constructions traditionnelles de Tunis ; cf (...)
  • 32 Id.. passim. Une coutume semblable a été relevée dans les anciennes habitations tunisoises.

34Le revêtement des sols de la cour et du couloir d’entrée doit attendre que soit terminé l’ensemble des autres travaux pour être effectué31 ; sur une couche de mortier préalablement étendue, il appartient aux carreleurs et zlâïjiva d’accomplir cette tâche suivant des dispositions simples ou des compositions savantes. Ainsi pouvait-on observer autrefois l’alternance suivante dans les salles entourant la cour : carreaux non émaillés marquant les extrémités latérales, à l’emplacement du lit (feraš) et du placard (ṭârma) ; carreaux émaillés unis (noir, blanc, jaune, vert) de part et d’autre du seuil ; à celui-ci était réservé un riche tapis de zellῑj (sinῑya), au milieu de la chambre32.

Portes, fenêtres, balustrades en bois

35Portes cloutées fermant l’accès sur la rue ou compartimentant le couloir d’entrée, portails à deux grands vantaux se dressant devant l’ouverture des chambres, contrevents des fenêtres, balustrades en bois tourné bordant les galeries supérieures, toutes ces garnitures en bois de cèdre sont l’œuvre des menuisiers, sculpteurs et tourneurs. Préparées à l’atelier, comme nous le verrons plus loin, elles sont ensuite transportées à dos de mulet jusqu’à la demeure en construction.

Grilles en fer forgé

  • 33 L’emploi de grilles pour la protection des cours intérieures paraît avoir été assez inégal à Fès. (...)

36On ne connaissait guère, jadis, pour protéger les rares ouvertures extérieures, que des grilles en solide fer carré et barreaux entrecroisés33. A l’intérieur, on préférait l’usage de grilles en bois tourné ou découpé.

37L’exécution des grilles de fer, comme celle des garnitures de portes (clous, pentures, serrures, heurtoirs) a toujours constitué l’une des tâches du forgeron (ḥaddād).

Les artisans du décor architectural

38A une conception architecturale, qui a peu varié pour les formes essentielles depuis plusieurs siècles, répond une ornementation demeurée également très attachée à son ancien répertoire géométrique et floral. Rosaces polygonales entrelacées, réseaux de palmettes et fleurons figurent parmi les principaux éléments décoratifs auxquels ne cessent de recourir sculpteurs sur bois, peintres, sculpteurs sur plâtre, voire zellaïjiva.

  • 34 Peinture à l’œuf rehaussée d’or en feuille.

39Décorateurs du bois. Sans parler du savant et patient assemblage qui caractérisait, à l’époque mérinide, le montage des grandes portes d’appartement ouvrant sur le patio, on retrouve dans celles-ci une ornementation sculptée de même inspiration, mais de plus en plus superficielle au siècle dernier. Les peintres devaient la rehausser par une riche polychromie sur fond rouge, correspondant à celle des plafonds et du mobilier (coffres, étagères, lits, placards)34.

40Alors que les diverses parties d’un plafond et les vantaux des portes étaient entièrement préparés par les menuisiers dans leurs ateliers, les peintres (zowwāqa) les décoraient toujours sur les lieux mêmes de la demeure en construction. A moins qu’il ne s’agisse de réfection, leur travail s’effectuait, dit-on, au sol avant montage définitif (Fig. 4). Si les portes répondaient à un modèle et à des proportions uniformes — à grands vantaux pour les chambres axiales (ou non) et portes ordinaires de communication dans les angles de la cour —, il en allait différemment pour les plafonds. Les plus courants étaient à solives apparentes, les plus luxueux en carène (ou artesonados). Une frise en bois peint d’une succession d’arceaux à lambrequins — autrefois sculptés — encadrait ces plafonds (fig. 7, 8).

  • 35 Aujourd’hui, les notables de Fès conservent le goût des plafonds peints selon les traditions local (...)

41Parmi les éléments décoratifs les plus recherchés jusqu’à ce jour, il faut citer les stalactites en bois sculpté, doré et peint (mqarbes) qui enrichissent notamment l’arc d’une alcôve médiane (bḥū) ou les arcades d’une salle d’apparat35.

42Stucateurs. A rencontre des artisans de l’argile, du bois, et du fer, les stucateurs (naqqâša‛ala I-gebs) ne travaillent pas en atelier, mais seulement sur un chantier.

  • 36 Celui qui trace la composition (iršem).
  • 37 On peut naturellement regretter la sobriété de la composition et l’exécution robuste qui caractéri (...)

43On sait qu’ils doivent former généralement une équipe de trois personnes œuvrant ensemble. Sur une couche de plâtre frais couvrant le mur à décorer, les lignes essentielles de la composition sont d’abord tracées à la règle et au compas par le maître sculpteur (ma‛llem naqqâš)36, l’ébauche étant ensuite approfondie « au fer » par l’un des aides, tandis qu’un autre affouillera et complètera la sculpture des détails à l’aide de ciseaux et gouges. Cette ornementation claire, souvent comparée à une dentelle, sera fréquemment rehaussée de bleu, rouge, vert et jaune, sinon d’or37 (fig. 7).

44On réserve surtout ce décor aux chapiteaux et impostes des portiques dans le patio, aux intrados et frontons des portes, ainsi qu’aux frises de la cour et des appartements.

Métiers rattachés au bâtiments

45Les artisans dont nous avons recherché les ateliers (ma‛mel) ou les échoppes (ḥânût) se trouvent installés en divers endroits de la médina pour le travail du bois et du fer. Certains demeurent groupés depuis longtemps dans leurs quartiers attitrés, les autres sont dispersés à travers la ville.

  • 38 ẖaššâb, pl. ẖaššâba. Dégrossissement du bois à l’aide de la hache (šaqûr) et de l’herminette.
  • 39 Plusieurs marchands de bois pouvaient se grouper à l’intérieur du même fondouk, celui-ci se répéta (...)

46Ateliers-dépôts de bois d’œuvre. De longue date, les forêts de cèdres du Moyen Atlas ont fourni à Fès comme aux autres villes du Maroc les bois de charpente et de menuiserie dont elles avaient besoin. L’exploitation en était faite par des bûcherons berbères (ẖaššâba)38 ; après abattage des arbres, ceux-ci étaient remis à des scieurs de long (naššâra) qui effectuaient sur place leur dégrossissement à la scie sous forme de madriers sommairement taillés. Leur transport se faisait ensuite à dos de mulet ou d’âne jusqu’au marché au bois qui se tenait hors des remparts de Fès, à Bab Guisa. La vente avait lieu par lots à la criée, un courtier (semsâr) s’entremettant entre le fournisseur et l’acheteur, commerçant en gros (tâjer) qui possédait un dépôt voisin, intra muros, à l’intérieur d’un fondouk39 ; c’est à ce dernier que charpentiers et menuisiers devaient alors s’adresser pour en obtenir les bois destinés à leurs travaux respectifs. Une nouvelle intervention de scieurs de long travaillant à Fès apparaissait alors nécessaire pour transformer les grossiers madriers forestiers en poutres et planches.

47Menuisiers-charpentiers. Une partie de ces artisans occupe jusqu’à ce jour, dans la ville basse, le Souq Nejjarine, auprès de la place sur laquelle donnent le fondouk (xviie siècle) et la fontaine (xviiie) du même nom.

  • 40 L’entrée du Souq Nejjarine sur la place voisine est fermée chaque soir.
  • 41 Couverte d’une claie de roseaux.

48Le souq des menuisiers apparaît en contrebas de la place Nejjarine40. Une large allée41 le relie aux ruelles voisines, bordée, de chaque côté, par une rangée de sept ateliers semblables (ḥawânet). L’aspect des quatorze ḥânût présente également une curieuse régularité de proportions : 4,50 à 5,00 m environ, correspondant à la largeur et à la hauteur d’ouverture comme à la profondeur de l’atelier.

49La construction des murs est de briques liées au mortier de sable et de chaux avec chaînage en bois ; le plafond en charpente est formé de voliges supportées par des solives transversales.

50Les ateliers n’apparaissent surmontés d’un étage que du côté Nord, l’ensemble de leurs terrasses restant le plus souvent entièrement dégagé. Une murette basse (‛azfûr) (0,80 m) sépare l’ouverture de chaque atelier de la ruelle intermédiaire, avec ses allées et venues de passants et de clients. Deux madriers parallèles joignant Γ ‘azfûr au mur du fond tiennent lieu d’établi (monjra), parfois munis d’un étau en fer (zîyâr). La réserve de bois d’œuvre est rangée au fond de l’atelier. Chaque maître-artisan et ses aides circulent et travaillent aisément entre les établis et les murs pourvus d’étagères — voire de petites armoires — pour les outils. L’outillage employé (importé) comprend : scies (monšar), rabots de taille diverse (melsa), marteaux (mạṭarqa), pinces (loqât). ciseaux (rkâb, marbû‛a), étaux (zîyâr), vilebrequins modernes remplaçant le plus souvent l’ancien vilebrequin à archet (mša‛b ū qūs).

PLANCHE C

PLANCHE C

Place Nejjarine (en 1950).

51Autrefois, les scieurs de long (naššâra) pouvaient être appelés à travailler dans la ruelle même du Souq Nejjarin pour répondre aux besoins des menuisiers.

52Outre les meubles traditionnels qui leur sont demandés — tables basses, divans, coffres, etc. — les menuisiers ont l’habitude d’exécuter, sur commande, les divers éléments en bois rentrant dans l’élévation d’une construction : poutres (qonṭra), solives (gâïza), voliges (warqa), portes (bâb), fenêtres (šerjem), etc.

  • 42 Bien entendu, menuisiers et charpentiers se répartissent aussi en d’autres quartiers de la médina, (...)

53Les menuisiers du Souq Nejjarine auraient, disent-ils, conservé un amine dont la compétence et l’autorité seraient encore reconnues, son arbitrage étant invoqué dans certains cas, notamment dans un litige à l’intérieur de la profession ou un différend opposant artisan et client42 (fig. 3).

54Sculpteurs sur bois. Bien que la sculpture sur bois d’ancienne tradition ait le plus souvent disparu depuis plus d’un siècle, notamment dans l’ornementation des grandes portes d’appartement (fig. 4) où la simple gravure l’a remplacée, rehaussée de dorures et de couleurs, on peut encore en imaginer le mode d’exécution. En effet, depuis quelque temps, la sculpture sur bois semble bénéficier d’un renouveau et d’une prédilection particulière auprès des classes aisées de Fès. Aussi trouve-t-on fréquemment des artisans pratiquant cet art (naqqāša el-ẖšeb), disséminés dans les principaux quartiers de la médina.

55Les uns se contentent d’une échoppe ouvrant sur la rue. Ils y travaillent avec leurs jeunes aides, disposant d’un établi et d’un outillage restreint — marteaux, ciseaux, gouges —. Leur réserve de bois est rangée debout au fond de chaque ḥānūt, les ouvrages terminés étant placés sur les côtés, où ils sont exposés à la vue des passants.

56Les autres possèdent à la fois ḥānūt et atelier (maḥal) distincts. Donnant sur une des rues les plus fréquentées, l’échoppe sert alors de lieu d’exposition et de vente ; ma‘llem et artisans travaillent ensemble, non loin de là, leur atelier plus vaste étant situé dans une étroite ruelle d’un accès moins commode. Planches et madriers s’y trouvent dressés contre les murs, à l’écart des bois sculptés. Toutefois, l’outillage utilisé ici ne diffère pas de celui d’un sculpteur à l’installation plus modeste. Il consiste toujours en établis, scies, marteaux, ciseaux auxquels s’ajoute une collection de motifs décoratifs en carton découpé (tanqîla) accrochés au mur. Tirés de l’ornementation traditionnelle, géométrique et florale, ces modèles sont appliqués sur les bois à sculpter, afin d’y être tracés préalablement au crayon, compte tenu de l’avis du commanditaire. Règle et compas ne sont pas moins utilisés qu’ailleurs dans la préparation de ces dessins.

57L’espace suffisamment large de ces ateliers permet d’y exécuter aussi bien des pièces de mobilier encombrants que des éléments de construction de grandes dimensions : frises (ïzār) de plafonds sculptés d’arceaux répétés, portails à deux vantaux (bāb be-dfāf) et portillons (ẖoẖa), etc.

  • 43 Contrairement aux coutumes d’autrefois, les pièces de bois ornées de sculptures ne sont plus que r (...)

58Les grands battants des portes d’appartement se composent, chacun, de quatre à cinq parties assemblées, avant leur transport à dos de mulet de l’atelier du menuisier-sculpteur au domicile du commanditaire. Ils sont alors liés sur le dos et les flancs de la bête de somme, de la même façon que les planches et madriers apportés de l’entrepôt du commerçant jusqu’à l’atelier de l’artisan43 (fig. 3).

59Peintres sur bois. Il existe à Fès des peintres sur bois qui exercent exclusivement cette profession (zawwāq), d’autres qui joignent cette pratique à celle de menuisier, comme nous en avons observé plusieurs exemples au Souq Nejjarine. Bien qu’ils se disent capables d’effectuer des travaux décorés plus importants, ces menuisiers-peintres ne nous ont montré que coffres, tables basses, étagères, ne dépassant pas une ornementation florale traditionnelle assez fruste.

PLANCHE D

PLANCHE D

Boiseries mérinides assemblées et sculptées ; (en haut) détail de vantaux de porte ; (en bas) détail de mlūḥ.

60Les uns et les autres ne connaissent plus maintenant l’usage des anciens ingrédients à base minérale ou végétale, que l’on employait avec le jaune d’œuf et l’or en feuille.

  • 44 Ces artisans travaillent habituellement sur le chantier d’un bâtiment en cours de construction.

61Ils se contentent actuellement de poudres chimiques à bon marché vendues dans son échoppe par le marchand de parfums (aššab). Lorsqu’il s’agit de compositions géométriques compliquées — rosaces entrelacées (taster) sur portes et plafonds, arceaux (qūs, āqwās) sur frises —, on continue cependant à avoir recours au compas et à la règle. L’ornementation peinte de grands éléments d’architecture, tels que vantaux de portail, frises et plafonds, ne peut, de même qu’autrefois, être réalisée en atelier, à cause de sa fragilité et de l’espace nécessaire à son exécution. Aussi a-t-on conservé l’habitude d’effectuer au sol un travail de cette importance avant montage à sa place définitive, sur les lieux mêmes de la demeure en construction44.

62Autrement, lorsqu’un peintre est chargé de restaurer un ancien plafond et d’en raviver les couleurs, il lui faut disposer d’un échafaudage (serῑr) pour s’y tenir couché sur le dos — sinon d’un siège —, face à la tâche qu’il doit accomplir.

  • 45 De fait, on constate de plus en plus l’abandon de l’ornementation peinte sur les grandes portes et (...)

63De nouvelles recherches, entreprises en 1979, sur le bois peint à Fès ont confirmé la disparition des vieux ma‘llem, experts en cet art45.

64C’est à Rabat qu’il nous a été possible de retrouver certaines techniques traditionnelles, également employées, sans doute, dans d’autres villes du Maroc, par les anciens peintres décorateurs.

65De ces procédés, deux auraient contribué notamment à assurer aux anciennes boiseries peintes la solidité de leurs couleurs et le maintien de leur éclat :

661. On utilisait des produits colorants en poudre (ẖobārῑ), correspondant à une palette qui demeura longtemps assez réduite : rouge, bleu, vert, jaune, noir et blanc, indépendamment de l’or en feuille appelé à rehausser ces différentes couleurs.

67Deux produits adhésifs étaient mélangés aux colorants au moment de leur emploi : l’un à base de peau de bovin (jild begrῑ) — après trempage dans l’eau, deux jours, et cuisson lente à l’eau dans une marmite (gedra), trois heures environ, jusqu’à désagrégation. L’autre produit était le blanc d’œuf (bῑeḍ béḍ).

682. Sur la peinture une fois séchée, un vernis à base végétale était étendu, afin d’en aviver les couleurs et de les préserver des atteintes de la lumière et de l’humidité.

69Ce vernis se composait d’un mélange d’huile (zῑt), de ceber, de grasa et de safran (zafrān). On cuisait également l’ensemble à feu doux, tout en remuant dans une marmite en terre (0,25 à 0,30 m de diamètre).

70Le zowwâq se servait de pinceaux (qelem, šῑta), faits de poils d’âne (ša‛ar ḥamâr) prélevés sur l’échine de l’animal.

PLANCHE E

PLANCHE E

Bois sculptés mérinides : (en haut) linteaux ; (en bas) console.

  • 46 Selon le chef des travaux de restauration des Monuments Historiques, Mohamed Bel-Hajj.
    Des traditio (...)

71A Fès, les colorants, qu’ils fussent produits au Maroc ou importés, étaient achetés aux boutiques spécialisées des ṣbaῑgῑya (ṣbâῑġî) établies en médina. En dehors des hautes portes à deux battants des chambres, les boiseries peintes les plus importantes étaient constituées par les plafonds en charpente46 :

  • plafond à solives apparentes (gaῑza, gwāῑz) sous voliges (warqa), renforcé de poutres (qonṭra, qnāṭer). en cas d’élargissement de la pièce au-delà des dimensions habituelles ;
  • plafond en carène (ou artesonados) (sqef beršla) ;
  • plafond en coupole (qobba) ;
  • bordure en frise (ῑzār).

72Tourneurs de bois. On les voit, installés de préférence au bord de ruelles très animées, même les plus étroites. Leurs échoppes, toujours de dimensions réduites, sont situées au niveau de la rue ou la dominent d’un mètre environ. Ils travaillent également sous le regard des passants, assis à même le sol, devant leur métier, face à l’ouverture de leur ḥānūt, à la fois atelier et magasin. Comme les artisans de Tunis et ceux du Caire, les tourneurs sur bois fasis (ẖarrāṭ) ont conservé l’usage du métier primitif (ẖarrāṭa) en bois et fer. On sait que ce métier se compose d’une simple planche, au milieu de laquelle sont fixées deux traverses parallèles (moqarnîa). Ces traverses sont munies de deux pointes en fer (ros al-moqarnîa) opposées l’une à l’autre, permettant d’y fixer la pièce à tourner. Le tournage s’opère avec la main droite qui actionne le tour horizontal à l’aide d’un archet (qūs) — en roseau et ficelle — et le pied gauche qui maintient ciseau (merbū‛a) ou gouge — tenu aussi de la main gauche — contre l’objet tourné, entre le gros orteil et le second doigt. Une barre de fer à section carrée (‛atla ḥadῑd), placée au-devant du métier, en complète l’équipement sommaire.

  • 47 Palais et maisons du Caire.

73Les soupentes aménagées au-dessus du tourneur contiennent sa réserve de bois ; on y trouve surtout, avec du bois de citronnier et du bois de cèdre odorant, des branches de laurier-rose (‛ud defla). Les travaux exécutés par le ẖarrāt se limitent aujourd’hui à des objets usuels, tels que les rouets (na‛ûra), à des parures (colliers), étuis à kohl (mekḥala), jeux d’échecs, etc., nombre de ces objets étant accrochés dans l’encadrement de la porte. On est alors loin du temps où l’on chargeait ces mêmes artisans de fabriquer, puis de monter de magnifiques grilles en bois tourné destinées aussi bien à des clôtures ou fenêtres de medersas qu’à des balustrades intérieures de riches demeures citadines, rappelant un art particulièrement en honneur dans la ville du Caire à l’époque ottomane47 (fig. 8).

74Forgerons. Les services du forgeron (ḥaddād) sont trop nécessaires à l’ensemble des habitants de la médina pour ne pas être répartis dans divers quartiers de la ville. A l’instar des menuisiers, les artisans du fer se montrent soit disséminés, soit groupés selon la spécialité qu’ils exercent.

75C’est ainsi que, rue Tala‛a Kebîra, nous avons rencontré certains forgerons presque isolés, tandis que d’autres apparaissent encore groupés dans leur ancien Souq el-Neẖẖālῑne.

  • 48 Actuellement, fers ronds - de rebut — pour béton.

76Les premiers répondent surtout à des commandes d’éléments de portes ; les seconds sont spécialisés dans l’exécution des grilles. Tous utilisent pourtant les mêmes outils et des matériaux identiques48, installés dans des échoppes qui leur servent d’atelier. Ouvrant également sur la rue, celles-ci n’excèdent guère 2,50 m de hauteur et largeur sur 3 m de profondeur, leur ouverture étant limitée, comme celles des atelier de nejjārῑne, par un rebord inférieur en bois.

  • 49 A moins qu’un appareil de soufflerie moderne ne soit utilisé depuis peu d’années pour attiser le f (...)

77Un massif en maçonnerie blanchi à la chaux (metrah) occupe le centre (mesurant environ 2 m de long, 1,30 m de large et 1 m de haut). Servant à supporter l’enclume (šqef), il se prolonge sur le côté par le foyer, à l’abri d’un four (ferrān) ; de cette façon, l’artisan réunit au même endroit les deux éléments essentiels nécessaires à son travail. On peut encore rencontrer parfois le double soufflet traditionnel en peau de bovin (kῑr jild begrῑ)49 ; aboutissant par deux tuyaux en fer jumelés près de la bouche du four — à la base et sur le côté —, ce soufflet primitif est actionné alternativement par un apprenti, debout contre le mur du fond, à l’aide d’une poignée verticale en V.

78Près de l’ouverture de l’échoppe-atelier peuvent toujours se trouver un étau (zῑyār) et une meule ronde (rḥa), mue par une poignée en fer dans un cadre de bois appuyé au mur pour l’aiguisage des outils. Rangés sur l’un des côtés de l’ḥānūt, ces outils sont à portée du forgeron et de ses jeunes aides. Ce sont surtout des masses (n’awen), marteaux (maṭarqa), pinces (loqāt), limes (mohred), ciseaux (marhu‛a).

79Rue Tala’a Kebîra, le ma‘llem ḥaddād travaille avec un seul apprenti. Tantôt il chauffe et transforme lui-même le fer rougi au feu et porté sur l’enclume, tantôt les deux forgerons, que sépare le metrah, frappent de leurs masses une même pièce à tour de rôle. Ils obtiennent notamment par ce moyen des heurtoirs de porte (ẖorsa), pentures (ẖamsa), clous à tête ronde (mesmār) — plate ou bombée —, des serrures traditionnelles tubulaires (qfel beldῑ), ainsi que des entraves de même forme avec chaîne pour chevaux et mulets.

80Cette production semble maintenir une sérieuse activité. Au Souq el-Neẖẖaline, où les forgerons se distinguent aujourd’hui surtout par la fabrication de grilles en fer rond (fig. 9) le ma‛llem est souvent secondé dans sa tâche par de jeunes garçons de 12 à 15 ans — artisans et apprentis. En raison de l’étroitesse des ateliers noircis par la fumée, les forgerons ont peine à s’y tenir avec leurs aides et sont fréquemment obligés de déborder au dehors. En effet, l’espace intérieur déjà mesuré est encore diminué par l’entassement, de chaque côté, des réserves de fer. Aussi est-on amené à partager le travail des grilles : au dedans, préparation des éléments nécessitant l’intervention du ma‛llem et du feu, au dehors, montage des grilles par artisans et apprentis.

  • 50 Barreaux percés : enta ; barreaux non percés : deker.

81Sectionnées à la longueur voulue, les tiges de fer rond sont destinées à être assemblées selon un quadrillage régulier ; à cet effet, les barreaux horizontaux sont rougis au feu et percés à coups de marteau sur l’enclume pour permettre le passage et la fixation des barreaux verticaux, ceux-ci étant également percés pour les mêmes raisons d’assemblage aux deux extrémités latérales de la grille50. De même, sont préparés à l’avance les éléments décoratifs et les colliers appelés à être attachés dans l’entrecroisement des barreaux. C’est dans la rue que le montage de l’ensemble a lieu, confié à l’un des garçons les plus habiles et possédant apparemment les connaissances et le sérieux d’un artisan. En dépit d’une affluence incessante où se mèlent bêtes et gens, le jeune forgeron s’installe tranquillement sur l’un des côtés de la ruelle. Après avoir procédé à l’assemblage des barreaux « mâles » (deker) et « femelles » (enta) pour en former une solide armature, il dispose successivement les motifs décoratifs dans chacune des cases du quadrillage de la grille, puis il les fixe à l’aide de colliers de fer plat (lawâya) encore ouverts, en les refermant à coups de marteau.

  • 51 Dimensions : 0,10 x 0,08 m.
  • 52 La simplicité de cet art n’empêche pas les forgerons d’y faire preuve d’ingéniosité et d’imaginati (...)

82Assis à terre, l’artisan poursuit son travail en maintenant couchée sur le sol la grille en formation ; seul un morceau de fer plat51 est glissé sous cette grille, à l’endroit où le marteau la frappe. Chaque grille terminée trouvera place auprès des autres grilles déjà rangées contre le mur extérieur de la forge. Un spectacle semblable se répétera tout le long du Souq el-Neẖẖâline, où œuvrent, selon une méthode identique, les fabricants de grilles... Celles-ci serviront à garnir fenêtres et balustrades correspondant à une nouvelle mode de plus en plus chère aux Fasis, et qui suscite des imitations nombreuses dans d’autres villes et localités du Maroc52.

Plafond et linteau sculptés (époque mérinide)

Le décor

83Alors que les bâtisseurs fasis, nous l’avons vu, savaient depuis longtemps tirer le meilleur parti des matériaux locaux, nous voyons aussi combien les artisans de l’ancienne capitale mérinide se montraient des décorateurs particulièrement habiles dans l’utilisation de l’argile, du plâtre et du bois provenant du sol ou des forêts régionales. Bien qu’ils aient été soumis, comme les artisans contemporains des principales villes du Maghreb, à l’influence des artistes andalous, influence renforcée sans doute par l’exode de ceux-ci vers l’Afrique du Nord, l’application de leçons semblables aboutira cependant à de sérieuses différences d’un pays à l’autre. En effet, au moment où, à l’extrémité orientale du Maghreb, la capitale du royaume hafside conserve, dans ses plus riches demeures citadines, un large emploi de la pierre de taille hérité des modes de construction romain et byzantin, que viendra rehausser la chaude coloration des nouvelles faïences, boiseries et stucs peints de l’Espagne musulmane, il en est différemment à Fès. Ici, le luxe décoratif d’une demeure apparaît dominé par les boiseries sculptées auxquelles s’ajoutent plâtres ciselés et faïences de couleur. Les influences originelles importées de l’Orient en Andalousie, et de là au Maghreb s’y manifestent plus importantes qu’ailleurs. On sait qu’elles s’imposèrent principalement dans l’ornementation des monuments religieux et des palais sultaniens, un soin particulier étant apporté à la décoration des médersas, si chères à leurs fondateurs mérinides. Aussi ne doit-on pas s’étonner de voir celles-ci fréquemment évoquées à propos des plus riches demeures fasies de même époque, en raison de la ressemblance frappante de leur style architectural et de leur ornementation commune.

84Il ne sera question ici que du bois et du plâtre sculpté, laissant au chapitre suivant l’étude de la décoration céramique.

Bois sculpté

  • 53 De ces portes monumentales, comme celle de la Qasbah des Oudaïa, on a ainsi conservé les éléments (...)

85Linteaux. Plafonds. Le bois sculpté apparaît rarement au dehors, en bas des hautes façades ocreuses des plus riches demeures. Il faut alors en rechercher les derniers exemples dans le linteau placé au-dessus de la solide porte cloutée de l’entrée. On y trouve alors, comme un prélude à l’ornementation intérieure de la demeure, les motifs empruntés aux portes monumentales des époques antérieures, almoravide et almohade53 (fig. 6).

  • 54 Cette décoration de la porte d’entrée semble, cependant, avoir été moins importante à Fès que dans (...)

86Une rangée d’arceaux à larges lobes y prédomine toujours, rehaussée de coquilles, pommes de pin et palmettes, accompagnant parfois un bandeau épigraphique propitiatoire54.

  • 55 De type manjûr.

87Au-dessus de la porte, est également en bois — sinon en fer — la grille de l’imposte servant à l’éclairage du couloir d’entrée, grille faite de barreaux plats entrecroisés, à simple assemblage, sinon à découpage en étoiles55.

  • 56 Notamment dans la cour centrale avec ses galeries circulaires superposées — plus nombreuses et plu (...)

88A l’extérieur de certaines grandes demeures, peut-être exista-t-il autrefois d’autres boiseries sculptées, formées par les consoles d’un encorbellement au-dessus de la rue. Leur aspect général ne devait alors pas différer de celui que présente encore aujourd’hui la magnifique rangée de consoles de l’ancien Fondouk des Tétouanais édifié au xive siècle. Avec ce type d’habitation caractéristique de la médina de Fès, on trouvera aussi, à l’intérieur du bâtiment, d’autres points de ressemblance56.

  • 57 En raison de l’usure plus rapide des plafonds, ce sont leurs vestiges qui nous sont parvenus le pl (...)
  • 58 Le Musée du Batha possède, dans ses collections de boiseries, de très beaux exemples de poutres et (...)
  • 59 Voir infra.

89Dans toute riche habitation citadine, le couloir d’accès en chicane devait, dès son début, se parer d’une frise de bois sculpté et peint, associée à un plafond à solives de même apparence57. Mais c’est surtout dans la cour centrale et ses quatre hautes façades que se développe, dans toute son ampleur, une ornementation de bois sculpté58 (fig. 7). Cela tient, sans doute, au rôle si important que joue l’emploi répété, à tous les niveaux, des poutres ou linteaux de cèdre, à la place des arcs de support plus fréquents à Tunis et à Alger. Véritable encadrement de la cour, ces boiseries superposées forment également les assises de la galerie supérieure et des terrasses, comme nous le verrons plus loin. Chacune d’elles ne présente pas moins de deux ou trois frises sculptées, soutenues, à la base, par les corbeaux aussi richement ornés, débordant du sommet des piliers59. Leur répartition décorative semble obéir aux mêmes règles, telles qu’elles peuvent ressortir, à l’entrée de la demeure, au-dessus de la porte extérieure : de bas en haut, se succèdent alors frise épigraphique — en coufique ou en cursif — et frises en arceaux fleuris rehaussés d’un listel en câble ou à fleurettes de quatre pétales. La sculpture apparaît soit en creux accentué, soit en champ levé, sinon en léger modelé (fig. 7).

90Le décor géométrique à entrelacs semble avoir été réservé à la partie inférieure et horizontale apparente des poutres et des consoles (fig. 6, 24).

  • 60 Ces boiseries ne montrent aujourd’hui que la couleur du bois.

91Bien que l’action du soleil et des intempéries aient eu raison de la couleur qui devait recouvrir autrefois d’anciennes boiseries encore visibles aujourd’hui60, il est permis de penser que celles-ci conservèrent longtemps une chaude polychromie à dominante rouge — voire violette — rehaussée de vert, bleu, noir et jaune, parfois d’or. Une même harmonie de couleurs devait encore s’étendre aux plâtres sculptés - panneaux et frises — comme aux faïences du pavement des sols et des parements muraux.

  • 61 On pourrait être surpris de reconnaître plus tard le même décor dans sa seule représentation peint (...)
  • 62 Un même décor se répète dans le plafond des portiques de la cour.

92A l’intérieur des chambres ouvrant sur la cour, il subsiste quelquefois des vestiges de leurs frises primitives en bois sculpté, encadrant les plafonds à solives apparentes généralement très élevés61. On y observe des rangées d’arceaux et inscriptions eulogiques rappelant l’ornementation des boiseries de la cour62.

93L’art du bois ouvragé avait recours à d’autres techniques et à des formes décoratives différentes pour l’exécution et l’ornementation des grandes portes à deux vantaux des pièces d’habitation, ainsi que du mobilier fixe de celles-ci, sans compter le style particulier des grilles et balustrades intérieures.

  • 63 Sur les médersas de Fès, cf. G. Marçais, op. cit., pp. 284-294.
    P. Ricard, Pour comprendre l’art mu (...)
  • 64 Voir infra, articles de A. Bel, B. Maslow et H. Terrasse.
  • 65 P. Ricard, « Note sur un ‘Tebi’ hispano-mauresque d’après une porte du Musée de Tlemcen », Revue a (...)
  • 66 La même composition à répétition et interpénétration d’éléments cruciformes apparaît dans une port (...)
  • 67 Comme d’autres formes ornementales en honneur à l’époque mérinide, la rosace entrelacée continuera (...)

94Portes en bois assemblé et sculpté. Il n’est pas douteux que, de longue date, tout propriétaire d’une riche demeure ait accordé la plus grande importance à pourvoir l’entrée de ses appartements de portes aux dimensions monumentales et à une savante ornementation. A cet effet, où pouvait-on trouver les modèles les plus beaux et les plus facilement accessibles, sinon dans les médersas de création mérinide63 (fig. 27) ? On perçoit notamment cette imitation dans les anciennes portes — de même que dans les anciens linteaux sculptés — qu’A. Bel s’est efforcé de sauver de la destruction, comme cela advint au moment de la démolition de plusieurs maisons mérinides64 (fig. 4). On sait que ces portes, à l’instar de celles de Grenade, également munies de portillons en arc brisé outrepassé, s’ornaient d’une riche décoration géométrique et florale. On connaît moins la complexité de leur structure massive qui caractérise les portes d’époque mérinide, voire saadienne65. Elle résulte de l’assemblage (à tenons et mortaises) de divers éléments de bois taillé pour former, sur les deux faces des hauts vantaux, une très belle composition géométrique. Entre le xive et le xviie siècle, celle-ci se distinguera par la répétition de grands motifs cruciformes66, de svastikas et de rosaces polygonales entrelacées67, l’intérieur de ces figures pouvant s’enrichir de motifs floraux sculptés (fig. 4).

95Ce curieux ensemble de nombreux éléments découpés et assemblés pourrait alors être comparé au montage de compositions géométriques de même nature, également fragmentées, familières aux tourneurs de bois, comme aux zellijeurs (fig. 29, 30).

  • 68 Voir infra. Dar Ouled Manjûr.

96Autres ouvrages de bois sculpté. Il existait d’autres ouvrages de menuiserie comparables, dans leur facture et leur décor, aux portes décrites plus haut. Il faut surtout retenir l’emploi de cloisons de bois pour limiter et isoler, à l’abri de l’un des portiques inférieurs de la cour un espace indépendant — formant bortal — ou un endroit complémentaire d’une chambre, au-devant de son ouverture. Fixées entre mur et pilier, ces solides cloisons de bois assemblé présentent aussi une remarquable composition géométrique répétée sur les deux faces de la mlûḥa68.

  • 69 Il semble que le ferāš (ou ferš) se trouvait plus souvent à droite (en entrant) et la ṭārma à gauc (...)

97A l’intérieur même des chambres familiales, deux autres cloisons d’un type différent s’opposaient aux extrémités de la pièce — plus longue que large — pour y former, d’une part, une sorte de lit clos et surélevé (feras), d’autre part une étroite chambrette à usage de pièce de déshabillage et d’ablutions (ṭārma)69. Bien que la plupart de ces sortes de mobilier fixe aient maintenant disparu des anciennes demeures, on en retrouve les traces délimitées par des pavages distincts.

  • 70 On peut en voir d’autres spécimens au Musée du Dar Jamaï, à Meknès, et à celui du Dar Si Saïd, à M (...)

98Ferāš et ṭārma. Par ailleurs, certains exemples de ferāš et de ṭārma ont été heureusement conservés au Musée de Dâr Batha70. On y utilise un assemblage de panneaux en bois plus simple que dans les anciennes portes et mlūḥât d’époque mérinide. Tandis que la ṭārma disposait d’une petite porte latérale arquée, le ferāš était accessible par une ouverture centrale également en arc brisé. Les autres parties de ces cloisons pouvaient s’orner parfois de motifs géométriques sculptés ou de grilles en moucharabieh.

99Dans son style ornemental, ce mobilier fixe devait s’harmoniser parfaitement avec celui des autres boiseries décorées, utilisées dans les différentes parties d’une chambre, depuis la porte d’entrée à deux vantaux et le plafond à solives apparentes jusqu’aux coffres, étagères, tables basses et divans qui composaient le mobilier traditionnel de chaque pièce d’habitation.

100On peut imaginer que cet ensemble fût également en honneur à Grenade et dans les principales villes d’Andalousie, si l’on en juge par son extension à toute l’Afrique du Nord — notamment à Tunis, Sfax et Kairouan, conformément à une même influence venue de l’Espagne musulmane.

  • 71 Un exemple de ces boiseries existait encore au Dar Sfaïria, au moment de notre incursion en 1967. (...)

101Darbûz. L’ornementation de la cour intérieure nous montre encore d’autres formes de bois ouvragés avec les grilles des balustrades (darbûz) visibles à l’étage des demeures citadines71. Répondant à l’importance de chacune de celles-ci et au nombre de galeries à border, le darbûz peut être unique, double ou circulaire.

  • 72 Voire à Kairouan, jusqu’à Tozeur.

102De hauteur variable72, cette balustrade se rattache naturellement, au-dessus du portique inférieur, aux piliers de galerie supportant les terrasses. Fixée verticalement, elle comporte un solide bâti, divisé en carrés et rectangles — horizontaux et verticaux. Ce compartimentage se subdivise lui-même en svastikas et en carrés garnis de divers éléments de bois tourné — fines colonnettes ou balustres, cylindres, triangles, rectangles, assemblés en grille par tenons et mortaises (fig. 8).

103Bien entendu, le nombre des balustrades augmente avec celui des piliers qui les divise, les plus grandes apparaissant dans les ouvertures axiales, les plus petites dans les entrecolonnements extrêmes. Sans doute, ces grilles étaient-elles revêtues auparavant d’une couche de peinture protectrice comme les autres boiseries de la demeure.

  • 73 Notamment au Fondouk al-Tetouaniyne. Cf. G. Marçais, op. cit.. p. 315.

104On pourra noter la communauté de leur emploi avec les grands fondouks de Fès édifiés à la même époque, pour en défendre et orner les galeries de communication superposées73 (fig. 23, 24).

  • 74 J. Revault, Palais et demeures de Tunis. 3 vol., 1967-1972-1974, passim. 6e et 7e Cahiers des Arts (...)

105Rappelons aussi la faveur que connurent en Algérie et en Funisie des balustrades en bois tourné de même ordre, correspondant à une coutume semblable à l’intérieur des demeures citadines — Alger, Constantine, Tunis, Kairouan74.

  • 75 Palais et maisons du Caire. Éd. du C.N.R.S., T. I, Paris, 1982, passim.

106La comparaison pourrait s’étendre enfin jusqu’en Egypte, où les élégantes loggias du Caire (maq‛ad) étaient également bordées, vers la cour, d’une riche balustrade (derabzine) en moucharabieh75.

  • 76 Infra. Voir Dar Zouïten.
  • 77 Infra. Dar Zouïten, Dar Ben Seqrûn, Dar Lazreq...

107A Fès, l’emploi de la grille de bois tourné a connu d’autres affectations, telles que la cage d’un escalier, au niveau de la galerie supérieure76 et l’appui des fenêtres géminées de l’entresol donnant sur la cour77. Ces utilisations supplémentaires contribuaient toujours à donner aux anciennes demeures leur beauté et leur originalité.

Plâtre sculpté

108Ornementation de la cour. On y reconnaît l’une des formes les plus caractéristiques de lointaines traditions en faveur au Maghreb. La somptuosité de son ornementation évoque le Palais de l’Alhambra. Son application aux riches demeures fasies en même temps qu’aux belles médersas mérinides confirme, à la même époque, la ressemblance entre ces deux types d’architecture, civile et religieuse.

  • 78 Palais de Tunis, passim.

109Sans doute, à l’origine, les artistes andalous sont responsables d’une si large expansion de cet art du plâtre incisé, puisqu’on en connaît la fortune de l’Ouest à l’Est du Maghreb78. Lié presque exclusivement à l’embellissement des surfaces planes — murs et piliers —, ce décor léger et clair s’associe heureusement à l’ornementation plus solide et colorée de la céramique et du bois sculpté et peint (fig. 25, 27).

110A l’encontre des monuments religieux, son emploi semble n’avoir jamais excédé l’intérieur d’une demeure. Pourtant, il arrive que, dès l’entrée, l’antichambre précédant le couloir d’accès intérieur soit déjà ornée d’une frise en plâtre sculpté de motifs géométriques et floraux, répondant aux claustra cintrés (šamâsât) qui surmontent la porte sur la rue. Mais sa véritable apparition s’impose toujours dans la cour centrale. Cette ornementation se déploie surtout, sous forme de réseau losangé dans les tympans et les écoinçons d’arcs — simples ou festonnés — unissant les piliers d’angle. L’artisan s’est plu à répéter, dans cet ensemble géométrique, les mêmes motifs floraux à base de fleurons, palmettes, coquilles et pommes de pin (fig. 7, 26, 28).

111Bien qu’il s’agisse le plus souvent d’une sculpture en champlevé, l’artiste d’époque mérinide témoigne de sa maîtrise en affouillant son ouvrage qu’il approfondit sur deux ou trois plans successifs.

  • 79 Avec la figuration de certaines formes antérieures.

112Il aimera parfois opposer à cette complexité une surface plane à peine gravée de lignes symétriques que ponctuent quelques motifs isolés. Enfin, il s’attachera à habiller les arcs et les consoles des piliers de lobes, festons, lambrequins et moulures en plâtre79 (fig. 23, 24, 25, 31).

113Comme on pouvait déjà le remarquer dans le décor du bois, les inscriptions eulogiques en plâtre n’accompagnent pas moins, sous forme de bandeaux épigraphiques, les panneaux et arcs stuqués reproduits symétriquement autour de la cour.

114Décoration des chambres. L’importance de l’entrée des chambres était déjà soulignée, nous l’avons vu, par les grandes dimensions et la richesse ornementale des portes à deux vantaux ; cette importance est encore davantage mise en valeur, grâce au talent des stucateurs, qui semble avoir atteint son plus haut niveau dans la décoration des arcs de porte eux-mêmes et des panneaux qui les surmontent (fig. 23, 41, 54).

115Arcs de porte. Cette décoration de plâtre sculpté s’ajoute alors à la forme d’arc la plus fréquente, à l’entrée d’une chambre — au rez-de-chaussée ou à l’étage — arc surhaussé, souvent à peine brisé. Elle peut revêtir deux aspects différents, permettant une répétition symétrique, suivant les deux axes de la cour : 1) arc à rebords saillants festonnés, encadrant un intrados richement garni de motifs géométriques et floraux habituels ; 2) arc entièrement converti en stalactites (moqarbas), cette ornementation luxueuse étant réservée à l’entrée des chambres principales (fig. 24, 34, 38, 49).

  • 80 Des inscriptions (« EI-‛Az Allah » (l’Amour de Dieu) ; « El ‛Afiya » (la paix) ; « El-Mulk Allah » (...)

116Claustra et panneaux supérieurs. Les claustra — au nombre de trois à cinq — constituent la partie inférieure de la décoration en plâtre ajouré et sculpté qui surplombe la porte d’une chambre. Au lieu de se répéter uniformément autour de la cour, les claustra des grandes demeures des xive-xviie siècles montrent la plus grande diversité possible, non seulement d’une porte à l’autre, mais aussi de l’extérieur à l’intérieur d’une même chambre. Cette heureuse variété résulte de l’alternance des éléments décoratifs choisis : rosaces géométriques et assemblages de palmettes ou fleurons. Un large panneau de plâtre richement orné relie les claustra à la frise supérieure, au dehors comme au dedans de chaque chambre. Celle-ci comporte enfin, entre les deux alcôves extrêmes de la pièce, une frise sous plafond, garnie, le plus souvent, d’une succession de rosaces entrelacées, qu’accompagne, comme ailleurs, un bandeau épigraphique eulogique80 (fig. 25, 27, 41, 50).

Revêtement de faïence

  • 81 A la même époque (périodes hafside et turque, XIVe-XVIIe), on emploie, à Tunis, les dalles de calc (...)

117Le beau pavage de faïence qui couvre le sol de toute demeure marocaine reste un objet d’étonnement, contrastant avec la terre battue et la poussière des ruelles extérieures. Il s’étend, en effet, depuis l’entrée et le couloir d’accès jusqu’à la cour intérieure, les galeries et les chambres qui l’entourent ainsi que les marches des escaliers eux-mêmes81. C’est aussi le revêtement de la partie inférieure des murs et des piliers des portiques comme de l’ouverture de la porte et de l’intérieur des pièces d’habitation.

118Afin qu’il soit maintenu en permanence net et brillant, ce revêtement de céramique polychrome a toujours été l’objet des premiers soins de la journée, que femmes et esclaves noires n’ont certainement jamais cessé d’appliquer au cours des siècles passés. Aussi ne les voit-on guère se déplacer que nu-pieds à l’intérieur de la demeure. Ne rapporte-t-on pas également à Fès, que jusqu’au début de ce siècle, le maître, venu du dehors, avait coutume de quitter ses babouches, au seuil de la cour, comme il l’aurait fait à l’entrée d’une mosquée. C’était aussi pour lui le signe d’un domicile bien tenu dans l’intimité familiale retrouvée.

119Faut-il imaginer, pour autant, que ce pavage ait été inchangé dans sa forme et ses couleurs, depuis son adoption et son essor particulier au Moyen Age ? Il ne semble pas qu’il en soit ainsi, à en juger par l’aspect des éléments de pavage qui apparaissent comme les plus anciens à l’intérieur de plusieurs demeures d’époque mérinide et saadienne, où ils ont été conservés, tout au moins en certains endroits.

  • 82 Des exemples caractéristiques de ces revêtements de faïence ancienne sont exposés au Musée du Bath (...)
  • 83 Cf. P. Ricard, Pour comprendre l’art musulman dans l’Afrique du Nord et en Espagne. Paris, 1924, p (...)

120Dans les premiers revêtements céramiques observés, il n’est alors possible de noter que de simples formes carrées à deux dimensions : 0,10 m pour le sol et 0,05 m pour le sol et les murs82. Avec une dominante blanche servant de fond pour l’ensemble d’un pavage ou d’un lambris, le coloris d’émail se serait limité tout d’abord, semble-t-il, au noir et au bleu turquoise (ou vert amande) avant de se rehausser d’un ocre jaune83.

  • 84 Ibid.. Damier semi-régulier (fig. 360), zellij intercalaires de 0,025 m.

121Une première transformation de cette disposition primitive et régulière se manifestera de plus en plus souvent avec la disparition du carreau blanc, dans les fonds, et son remplacement par un encadrement de carreaux de couleurs fait de demi-carreaux blancs joints entre eux par quatre petits carreaux polychromes84.

122On pourra remarquer ensuite une évolution de la forme carrée simple en carré étoilé à huit pointes, employée alternativement avec les formes précédentes, surtout dans l’ornementation murale.

123Doit-on voir dans ces deux premières transformations du carreau initial le point de départ d’une évolution décorative avec des compositions géométriques de plus en plus complexes ? Les rosaces entrelacées ou non avec ou sans rubans, en semblent bien l’aboutissement le plus important, rejoignant en cela les formes particulièrement chères aux sculpteurs du bois et du plâtre ainsi qu’aux graveurs du cuivre et aux miniaturistes.

124Cette évolution des formes ne manquera pas de s’accompagner, en même temps, d’une évolution des émaux employés ; à la sobriété primitive succèdera une nouvelle tendance vers une véritable polychromie avec l’adoption du bleu (de cobalt) et la modification fréquente du vert (plus foncé) et du jaune (plus clair).

  • 85 Forme classique appelée fréquemment « sceau de Salomon » (ẖâtem slῑmâni).
  • 86 L’entrée d’une chambre demeura aussi l’une des parties les plus soigneusement décorées de toute ha (...)

125Une telle évolution permettra alors aux zellijeurs l’exécution de savantes compositions, dont l’une des plus recherchées s’inscrit dans un grand carré étoilé85, composition qui semble avoir eu la faveur des riches citadins de Fès pour en embellir le centre de leur cour, notamment pendant le siècle dernier86.

126Nous pouvons constater combien ces nouvelles formes de pavement et revêtement céramiques diffèrent des anciennes formes décrites plus haut. De celles-ci il est encore possible de reconnaître aujourd’hui l’authenticité aux endroits les plus retirés de certaines demeures édifiées entre le xive et le xviie siècle. Il en est ainsi des couloirs d’entrée, escalier et extrémités des chambres (ferāš et ṭārma). Ailleurs, le goût du changement et les caprices de la mode les auront fait disparaître.

Fer forgé

127Même dans cet art secondaire, les artisans du fer s’ingénièrent à donner au métal une certaine beauté dans l’élégance des formes appliquées à la consolidation et à la défense des ouvertures appartenant à une riche demeure. C’était le cas pour la garniture complète d’une porte d’entrée, depuis les solides pentures à cinq branches, jusqu’au heurtoir à lourd anneau plein et aux gros clous godronnés, que pouvait rehausser quelque gravure linéaire.

128Les grilles d’étroites fenêtres ne rompent que rarement l’uniformité du simple entrecroisement de leurs barreaux par quelques éléments de cercle et de volute.

129Quelle que fût la part d’influence des décorateurs précédents, œuvrant aux époques almoravide et almohade, il faut reconnaître, nous l’avons dit, l’influence prépondérante de l’art musulman d’Espagne sur l’ensemble de l’ornementation architecturale au Maghreb, au temps des Mérinides. L’une de leurs réalisations principales ayant été la création de nombreuses médersas entre l’ancienne et la nouvelle ville de Fès, un choix des artisans les plus qualifiés, sans doute d’origine ou de formation andalouse, dut être affecté aux travaux de décoration de ces nouveaux bâtiments, afin d’en augmenter le prestige.

130On imagine aisément l’admiration provoquée par ces monuments qui incitaient l’aristocratie urbaine et les riches commerçants fasis à s’en inspirer dans l’exécution de nouvelles habitations qu’ils désiraient aussi belles et aussi luxueuses.

131Sans doute le recours aux mêmes équipes d’artisans décorateurs continua-t-il aussi à accuser la ressemblance qui nous surprend aujourd’hui entre l’aspect intérieur des cours de médersa — voire également des grands fondouks — et celui des cours de somptueuses demeures édifiées à Fès entre le xive et le xviie siècle.

132Nous aurons, plus loin, la confirmation de ce fait.

Notes

1 R. Le Tourneau, Fès avant le Protectorat. Casablanca, 1949, p. 331.

2 Id. « Nous avons donc affaire, non pas, comme en Europe, à des corps de métiers solidement soudés par l’action des architectes et des entrepreneurs, mais à des industries qui travaillent dans un ordre dispersé et n’ont d’autre lien entre elles que leurs relations personnelles ». Dans la première partie de ce chapitre, qui emprunte beaucoup à R. Le Tourneau, nous avons respecté naturellement le mode de transcription des termes arabes adopté par celui-ci.

3 Id. « Cette industrie — fait rare — est installée en dehors de la ville au sud de Fès Jdid et du Mellah, à proximité des carrières d’argile de Dahar Mahrès, depuis des siècles, si l’on en croit la tradition populaire, bien que ni Léon l’Africain, ni Marmol n’en fassent mention. En 1934, il y avait là 9 patrons briquetiers qui se partageaient 16 fours et employaient une quarantaine d’ouvriers, étrangers à Fès pour la plupart et vivant non pas dans la Médina mais à Fès Jdid ».

4 Id. « Au-dessus de la Kasba des Chrarda et au pied de la butte des Mérinides... Il y avait, avant le Protectorat, une quinzaine de fours à chaux... Chacun occupait au moins trois ouvriers : le nekkal qui transportait les pierres jusqu’au four, le sekhkhan qui avait mission de charger le four, enfin le harrak ou chauffeur, qui surveillait la cuisson de la chaux. Les entrepreneurs de carrières étaient au plus une dizaine et employaient de 70 à 80 ouvriers. Ils étaient locataires des Habous ou de certains particuliers ; quelques-uns d’entre eux mêmes avaient la propriété de la carrière qu’ils exploitaient. Toutes étaient situées au nord-ouest de la ville entre les Borj nord à l’est et l’Oratoire du Sultan à l’ouest ».

5 Ibid., p. 332. « ... qui se tient à Zribat el-Khcheb, à l’intérieur des remparts et à l’Est de Bab Gisa ».

6 Id. « Les scieurs de long formaient une corporation, avec à sa tête un amin. Ils stationnaient, en général, sur la Place des Menuisiers où ils attendaient la pratique ; avant de partir au travail, ils discutaient le prix de la tâche. Chaque scie était maniée par deux ouvriers ; dans toute la ville, on comptait de quinze à vingt paires de scieurs ... Les scies mécaniques ont tué ce métier ».

7 Ibid., p. 338. « Menuiserie... ».

8 Ibid., p. 333. L’auteur rappelle le rôle efficace joué après 1912 par le Service des Arts Indigènes dans la rénovation de certains métiers traditionnels. Les commandes passées aux artisans pour la restauration de Monuments Publics créèrent un exemple qui devait être suivi par les Fasis.

9 Ibid., p. 333. « ... en amont de Kantrat Bou Rous ».

10 Id. « ... il y avait 50 maîtres-forgerons en 1898 ».

11 Id., p. 333. « Ces artisans étaient en petit nombre, parce que bien des pièces de marbre étaient importées toutes faites ». On rapporte que la fourniture de marbre était effectuée, à poids égal, contre une livraison de sucre.

12 Aubin. « Fès, dernier centre de la civilisation musulmane », Rev. de Paris, 1904 ; Le Maroc d’aujourd’hui, Paris, 1904.

13 Id. Dameurs de terrasses (rakkaza ou gessasa).

14 D’après les renseignements recueillis auprès de Merfê‛ Mohammed bel Hadj, Chef de travaux au Service des Monuments historiques de Fès.

15 I’arf iḥaseb.

16 Suivant la fortune du commanditaire, les dimensions d’une chambre pouvaient varier de 8 m à 6 m (long) x 2 m (large) jusqu’à 10 m x 3 m. Les habitations citadines comportaient un ou plusieurs étages.

17 Dans certains cas particuliers, si l’on devait aménager dans sa demeure un puits ou une citerne, on faisait appel au puisatier (bῑvyâr), qui se chargeait de les creuser et de les maçonner avec un mur en briques.

18 Selon d’ancienne coutume (ṭâriqa el-qedîma).

19 Emploi d’un pilon rond en bois épais et large de 20 cm, muni d’un manche de 1 m de long.

20 R. Le Tourneau, op. cit., p. 334. En 1898, les maîtres-maçons étaient environ 150.

21 Id. Les maçons spécialisés dans le damage des murs de pisé (mwâlîn el-labîa) sont presque tous originaires de Figuig.

22 Romla mgerbla.

23 Pl. kwâṥi.

24 2/3 de sable et 1/3 de chaux, soit 2 couffins de sable et 1 couffin de chaux.

25 Parfois la succession de couches de briques horizontales est interrompue par des couches de briques inclinées (appareil en épi).

26 On dit alors qu’ils travaillent à vue — iẖedmû bel‛aïn.

27 Longueur du qebṭân : 1 m à 1,50 m.

28 S’appuyant sur le mur inférieur au moyen des jambes de force inclinées ou béquilles en bois (wâqef).

29 R. Le Tourneau, op. cit., p. 334.

30 Conduites ou tuyaux de poterie : qadûs, pl. qwâdes.

31 Ce processus rappelle celui qui a été observé dans les constructions traditionnelles de Tunis ; cf J. Revault, Palais et Demeures de Tunis. I, 1967.

32 Id.. passim. Une coutume semblable a été relevée dans les anciennes habitations tunisoises.

33 L’emploi de grilles pour la protection des cours intérieures paraît avoir été assez inégal à Fès. Actuellement, l’usage du fer rond correspond à une nouvelle mode de plus en plus répandue en milieu citadin. Sous des formes variées, ces grilles garnissent des fenêtres extérieures plus nombreuses, et des fenêtres intérieures plus importantes ; de plus en plus, on les voit maintenant remplacer, à meilleur compte, les anciennes balustrades en bois tourné.

34 Peinture à l’œuf rehaussée d’or en feuille.

35 Aujourd’hui, les notables de Fès conservent le goût des plafonds peints selon les traditions locales. Aussi ne doit-on pas s’étonner d’en découvrir l’extension jusqu’au sommet du patio dont on embellit ainsi l’ouverture sur le ciel. Par contre, la peinture tend à disparaître des portes à l’intérieur des riches demeures, comme elle avait déjà été abandonnée dans le mobilier. On y a alors substitué parfois une ornementation sculptée de motifs traditionnels, aussi bien dans les panneaux des portes du patio que dans les socles des divans dont toute chambre citadine reste entourée. Cette transformation se signale encore, dès l’entrée sur la rue, dans l’encadrement, sous auvent, de la porte cloutée. Par ailleurs, les balustrades en bois tourné compartimentées, qui contribuaient jadis au charme des galeries hautes, sont maintenant délaissées (fig. 8). Sans doute, apparaissent-elles d’un coût trop élevé, bien que le métier de tourneur soit encore pratiqué à Fès. C’est pourquoi elles ont dû céder la place au fer forgé à base de volutes assez mièvres.

36 Celui qui trace la composition (iršem).

37 On peut naturellement regretter la sobriété de la composition et l’exécution robuste qui caractérisaient les anciennes décorations murales en plâtre sculpté. Néanmoins, les riches bourgeois fasis éprouvent toujours le même attrait pour un art plus diffus certes, mais qui a conservé cependant, avec une certaine grâce, une réelle légèreté décorative.

38 ẖaššâb, pl. ẖaššâba. Dégrossissement du bois à l’aide de la hache (šaqûr) et de l’herminette.

39 Plusieurs marchands de bois pouvaient se grouper à l’intérieur du même fondouk, celui-ci se répétant au voisinage de Bab Guisa.

40 L’entrée du Souq Nejjarine sur la place voisine est fermée chaque soir.

41 Couverte d’une claie de roseaux.

42 Bien entendu, menuisiers et charpentiers se répartissent aussi en d’autres quartiers de la médina, indépendamment de ceux qui sont installés aujourd’hui en ville nouvelle.

43 Contrairement aux coutumes d’autrefois, les pièces de bois ornées de sculptures ne sont plus que rarement rehaussées de couleurs et de dorures, à l’exception des plafonds. Aussi, portes, tables et divans en bois de cèdre sont-ils généralement terminés seulement avec une couche d’huile ou de vernis uniformes.

44 Ces artisans travaillent habituellement sur le chantier d’un bâtiment en cours de construction.

45 De fait, on constate de plus en plus l’abandon de l’ornementation peinte sur les grandes portes et le mobilier des appartements, au profit d’un décor sculpté complété ensuite par un simple vernis.
Dans d’autres cas, on se contente d’une teinte brune sur les boiseries de la cour et des chambres, en l’absence de toute décoration. Sur les recommandations de Monsieur Ahmed Sefrioui, Directeur de l’Archéologie, des Monuments et des Musées au Maroc, nous nous sommes alors adressé à un ma‛llem zowwâq réputé, El-Hajj el-Khal bel-‛Abbès, originaire de Marrakech où il a été appelé à décorer les Palais sultaniens (Moulad Abd el-Aziz, Moulay Hafid et Moulay Yousef) et celui de Haaj Thami el-Glaoui.
Actuellement installé auprès du Musée et du Jardin des Oudaya, à Rabat, ce maître-artisan se souvient encore de certains procédés traditionnels qu’il aurait utilisés lui-même, mais qu’il ne pratique plus maintenant.

46 Selon le chef des travaux de restauration des Monuments Historiques, Mohamed Bel-Hajj.
Des traditions semblables paraissent avoir été en honneur en Tunisie, non seulement à Tunis, mais dans les principales villes de l’intérieur, notamment à Sfax (communication de M. Ali Zouari).

47 Palais et maisons du Caire.

48 Actuellement, fers ronds - de rebut — pour béton.

49 A moins qu’un appareil de soufflerie moderne ne soit utilisé depuis peu d’années pour attiser le feu de charbon de terre — remplaçant le charbon de bois (fḥam).

50 Barreaux percés : enta ; barreaux non percés : deker.

51 Dimensions : 0,10 x 0,08 m.

52 La simplicité de cet art n’empêche pas les forgerons d’y faire preuve d’ingéniosité et d’imagination. Une multiplicité de motifs, de plus en plus diversifiés, n’est basée cependant que sur l’exécution de formes arrondies : cercles (ẖorsa), C à deux boucles (terbia‛), S à double volute (šhada rūmῑa), arceaux (aqwās), etc. Il en résulte des compositions originales, fréquemment renouvelées, pour la grande satisfaction des commanditaires. L’industrie des grilles en fer connaîtrait son plus grand développement depuis l’indépendance du Maroc.

53 De ces portes monumentales, comme celle de la Qasbah des Oudaïa, on a ainsi conservé les éléments décoratifs sculptés dans la pierre — rangée d’arceaux et bandeau épigraphique d’encadrement, coquilles et palmettes des écoinçons — pour les appliquer à l’ornementation du bois.

54 Cette décoration de la porte d’entrée semble, cependant, avoir été moins importante à Fès que dans d’autres villes du Maghreb. C’est surtout à partir des xvie-xviie siècles que les belles portes extérieures de Tunis et de Sfax s’encadreront de pierre avec linteau sculpté de motifs prophylactiques, géométriques et floraux.

55 De type manjûr.

56 Notamment dans la cour centrale avec ses galeries circulaires superposées — plus nombreuses et plus élevées que dans une demeure privée. On y observe les mêmes garnitures de bois sculpté et peint entre linteaux, plafonds et balustrades rattachées aux piliers en maçonnerie de briques.

57 En raison de l’usure plus rapide des plafonds, ce sont leurs vestiges qui nous sont parvenus le plus rarement intacts donnant alors lieu à de simples remplacements de plafonds à solives sans décor.

58 Le Musée du Batha possède, dans ses collections de boiseries, de très beaux exemples de poutres et consoles sculptées à l’époque mérinide, recueillies et exposées par A. Bel, à la suite de la démolition d’anciennes demeures fasies. Voir infra ; cf. G. Marçais, L’Architecture musulmane d’Occident. Paris, 1954, pp. 313-314.

59 Voir infra.

60 Ces boiseries ne montrent aujourd’hui que la couleur du bois.

61 On pourrait être surpris de reconnaître plus tard le même décor dans sa seule représentation peinte — à l’exclusion de toute sculpture — dans les frises murales d’époque alaouite, aux xviiie et xixe siècles.

62 Un même décor se répète dans le plafond des portiques de la cour.

63 Sur les médersas de Fès, cf. G. Marçais, op. cit., pp. 284-294.
P. Ricard, Pour comprendre l’art musulman dans l’Afrique du Nord et en Espagne. Paris, 1924, pp. 208-212.
Voir également L. Golvin. La madrasa médiévale. (2e partie) en cours de publication.

64 Voir infra, articles de A. Bel, B. Maslow et H. Terrasse.

65 P. Ricard, « Note sur un ‘Tebi’ hispano-mauresque d’après une porte du Musée de Tlemcen », Revue africaine. 1936, 3e-4e trim., pp. 511-515.

66 La même composition à répétition et interpénétration d’éléments cruciformes apparaît dans une porte en bronze contemporaine, exécutée pour la Medersa el-Attarine (Musée du Batha).

67 Comme d’autres formes ornementales en honneur à l’époque mérinide, la rosace entrelacée continuera à être représentée sur les vantaux des portes — de même que sur certains plafonds plats — en se limitant à une simple exécution gravée et peinte, durant les derniers siècles.

68 Voir infra. Dar Ouled Manjûr.

69 Il semble que le ferāš (ou ferš) se trouvait plus souvent à droite (en entrant) et la ṭārma à gauche.

70 On peut en voir d’autres spécimens au Musée du Dar Jamaï, à Meknès, et à celui du Dar Si Saïd, à Marrakech.

71 Un exemple de ces boiseries existait encore au Dar Sfaïria, au moment de notre incursion en 1967. Voir infra. On pourrait les comparer aux pièces de même nature conservées jusqu’à ce jour au Musée du Dar Jellouli de Sfax (Tunisie).

72 Voire à Kairouan, jusqu’à Tozeur.

73 Notamment au Fondouk al-Tetouaniyne. Cf. G. Marçais, op. cit.. p. 315.

74 J. Revault, Palais et demeures de Tunis. 3 vol., 1967-1972-1974, passim. 6e et 7e Cahiers des Arts et Techniques d’Afrique du Nord. pp. 73-87 ; 1974, pp. 48-83.

75 Palais et maisons du Caire. Éd. du C.N.R.S., T. I, Paris, 1982, passim.

76 Infra. Voir Dar Zouïten.

77 Infra. Dar Zouïten, Dar Ben Seqrûn, Dar Lazreq...

78 Palais de Tunis, passim.

79 Avec la figuration de certaines formes antérieures.

80 Des inscriptions (« EI-‛Az Allah » (l’Amour de Dieu) ; « El ‛Afiya » (la paix) ; « El-Mulk Allah » (la propriété est à Allah) sont particulièrement répandues, non seulement à Fès, mais encore à Meknès, Rabat, Marrakech, aussi bien qu’à Tunis et au Caire.

81 A la même époque (périodes hafside et turque, XIVe-XVIIe), on emploie, à Tunis, les dalles de calcaire (keḍḍâl) pour en couvrir le sol du couloir d’entrée et celui de la cour, réservant seulement aux chambres l’ornementation des carreaux de faïence.

82 Des exemples caractéristiques de ces revêtements de faïence ancienne sont exposés au Musée du Batha, provenant souvent de maisons mérinides en cours de démolition (voir infra. A. Bel).

83 Cf. P. Ricard, Pour comprendre l’art musulman dans l’Afrique du Nord et en Espagne. Paris, 1924, pp. 173-176. Dispositions en damier régulières.

84 Ibid.. Damier semi-régulier (fig. 360), zellij intercalaires de 0,025 m.

85 Forme classique appelée fréquemment « sceau de Salomon » (ẖâtem slῑmâni).

86 L’entrée d’une chambre demeura aussi l’une des parties les plus soigneusement décorées de toute habitation citadine importante, avec sa composition de zellij inscrite dans un carré (sinῑya).

Table des illustrations

Titre PLANCHE C
Légende Place Nejjarine (en 1950).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2309/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre PLANCHE D
Légende Boiseries mérinides assemblées et sculptées ; (en haut) détail de vantaux de porte ; (en bas) détail de mlūḥ.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2309/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Titre PLANCHE E
Légende Bois sculptés mérinides : (en haut) linteaux ; (en bas) console.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2309/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 235k
Légende Plafond et linteau sculptés (époque mérinide)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2309/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 188k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540