Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et demeures de Fès

 | 
Jacques Revault
, 
Lucien Golvin
, 
Ali Amahan

Avant-propos

Robert Mantran

Texte intégral

1Depuis maintenant une quinzaine d’années, les chercheurs spécialistes du monde musulman se sont rendu compte que si les chroniques, annales, documents écrits de diverses sortes ainsi que les édifices religieux constituent des bases fondamentales pour une étude des sociétés musulmanes médiévales et modernes, il existe, en dehors de ces sources, d’autres témoignages qu’il serait regrettable de négliger en raison de l’apport qu’ils représentent dans la connaissance de ces sociétés : il s’agit des palais, maisons, résidences de types divers qui forment le lieu de la vie quotidienne par excellence.

2Outre le fait que ces édifices sont le cadre d’une manière de vivre et, par là, offrent une ouverture sur une meilleure compréhension de la société familiale, surtout ils fournissent des témoignages de l’architecture et du décor de la période à laquelle ils appartiennent et donnent des indications précieuses sur les matériaux employés, les techniques de construction et de décoration. La conjonction de l’étude des documents d’archives, des sources écrites et de celle des éléments matériels sur le terrain permet d’aboutir à une histoire dans laquelle est restituée véritablement la place de l’homme.

3Ce genre d’étude a longtemps été négligé pour des raisons multiples : la recherche, la traduction, l’analyse des documents écrits a paru effectivement primordiale, car ils apportaient les bases chronologiques et événementielles indispensables, ainsi que des informations de caractère politique, économique ou social ; d’autre part, il apparaissait difficile, sinon impossible d’aborder l’étude des habitations citadines pour de simples motifs de respect de l’intimité familiale des habitants ; enfin il n’était guère aisé de constituer des équipes de recherche réunissant des historiens orientalistes et des spécialistes de l’architecture urbaine ou domestique.

4Toutefois, depuis une période relativement récente de telles équipes se sont créées, souvent à la suite d’initiatives individuelles ou du regroupement local d’un certain nombre de chercheurs. C’est ainsi que des études de ce type ont été menées à Tunis par Jacques Revault et au Caire par des membres du Groupe de Recherches et d’Études sur le Proche-Orient, d’Aix-en-Provence, qui nous ont livré des travaux exemplaires sur les demeures de Tunis et sur les Palais et maisons du Caire.

5A partir de ces études, sous la direction de Jean-Claude Garcin, professeur à l’Université de Provence, a été lancé sous l’égide du G.R.E.P.O. un programme de recherche portant sur l’étude comparée de l’architecture domestique traditionnelle au Maghreb et au Proche-Orient. Ce programme est le témoignage de l’intérêt manifesté par des chercheurs de disciplines variées pour un approfondissement des aspects proprement humains de l’histoire urbaine ; un certain nombre de villes du monde musulman méditerranéen, du Maroc à la Turquie, sont ainsi concernées.

6Au Maroc, Fès, ville prestigieuse, a spécialement attiré l’attention du fait de son passé historique et monumental, du fait aussi qu’elle a été, après la disparition du royaume de Grenade, à la fin du xve siècle, un prolongement de l’Espagne musulmane dont elle a été plus qu’une fidèle image. Des chercheurs et des orientalistes comme J. Gallotti (Te jardin et la maison arabes au Maroc, 2 volumes, 1926) et Roger Le Tourneau (Fès avant le Protectorat, Casablanca 1949) avaient déjà indiqué dans quelles directions des recherches originales pouvaient être effectuées, et par la suite des organismes locaux et l’U.N.E.S.C.O. ont montré l’intérêt qu’ils portaient à la préservation et à la mise en valeur du patrimoine historique et monumental de Fès. Plus récemment, des recherches préliminaires sur les techniques de construction et sur le décor architectural ont été menées en 1978 et 1979 par Lucien Golvin, professeur à l’Université de Provence, et par Jacques Revault, maître de recherche honoraire au Centre National de la Recherche Scientifique. C’est à partir de ces recherches préliminaires qu’a été entreprise l’étude des habitations anciennes de Fès les plus caractéristiques, avec le concours de Monsieur J.P. Ichter, architecte urbaniste à Fès et de Madame Marie-Christine Fromont, architecte à Paris.

7Au nom du Groupe de Recherches et d’Études sur le Proche-Orient, je tiens à exprimer mes plus vifs remerciements au Docteur Saïd Ben Bachir, ministre des Affaires Culturelles, et Monsieur Ahmed Sefrioui. directeur honoraire de la Division de l’Archéologie, des Monuments et des Musées du Maroc, à Monsieur Moulay Mehdi Alaouï Lomrani, gouverneur de Fès, ainsi qu’à Monsieur Filali ben Abderrahim, Président du Conseil municipal de Fès, pour le si bienveillant appui qu’ils ont accordé à ceux qui se sont attachés à cette étude. Celle-ci a, en outre, été facilitée par la compréhension et le très bon accueil de nombre de Fasis qui ont autorisé non seulement la visite des plus anciennes demeures de la ville, d’époque mérinide et sa’adienne, mais aussi permis d’en effectuer le relevé et d’y prendre des photographies dont l’intérêt documentaire est considérable ; ils ont aussi donné maints renseignements touchant à l’origine de ces maisons, à leur évolution, à leur utilisation, etc.

8Ce premier livre, qui porte sur les périodes mérinide et sa’adienne (xive — début du xviie siècle), devrait être suivi de publications complémentaires sur l’architecture domestique de l’époque alaouite aux xviie et xviiie siècles, ainsi qu’aux xixe et xxe siècles.

9Tout ce travail de recherche et d’étude a pu être matériellement accompli grâce à l’aide de la Direction des Sciences de l’Homme et de la Société du Centre National de la Recherche Scientifique et grâce à l’appui constant et efficace de Monsieur Philippe Guillemin, Chef de la Section des Sciences Sociales et Humaines à la Direction de la Coopération Scientifique au Ministère des Relations Extérieures : je ne saurais trop exprimer aux uns et aux autres notre vive gratitude.

10Enfin, je remercie particulièrement Mademoiselle Sylvie Sempère qui a bien voulu revoir entièrement cet ouvrage avant sa publication.

11Si, après Tunis et le Caire, le Groupe de Recherches et d’Études sur le Proche-Orient s’est intéressé à Fès, c’est que cette ville apportait aux recherches déjà entreprises en d’autres lieux du monde musulman des éléments de comparaison de première importance dont il aurait été regrettable de se priver : c’était, par la même occasion, rendre hommage à la grandeur historique de cette ville, un des pôles de la civilisation islamique. Nous espérons que ce livre constituera une contribution à une meilleure connaissance de son histoire qui est en même temps celle de ses habitants.

PLANCHE Β

PLANCHE Β

Carte générale de Fès.

Table des illustrations

Titre PLANCHE Β
Légende Carte générale de Fès.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2307/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 371k

Auteur

Professeur à l’Université de Provence Directeur du Groupe de Recherches et d’Études sur le Proche-Orient

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540