Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Palais et demeures de Fès

 | 
Jacques Revault
, 
Lucien Golvin
, 
Ali Amahan

Préface

Ahmed Sefrioui

Texte intégral

Carte générale du Maroc

Carte générale du Maroc

1L’ouvrage sur Fès réalisé par le groupe de chercheurs composé du Professeur Lucien Golvin, de Jacques Revault Maître de recherche honoraire au C.N.R.S., et de Ali Amahan, Conservateur du Musée du Batha et Délégué de Monsieur le Ministre des Affaires Culturelles, ne ressemble en rien aux multiples travaux consacrés à la Capitale intellectuelle du Maroc. Il s’agit d’une œuvre scientifique de haut niveau qui demande précision, minutie, réflexion et méthode. Dans ce livre, il η y a pas place pour la fausse littérature ou pour des interprétations plus ou moins fantaisistes. MM. Golvin et Revault nous ont habitués à des travaux de recherche sérieux, appuyés sur des documents soigneusement recensés et une observation aiguë sur le terrain. Le dossier de Fès, consacré plus particulièrement aux palais et maisons mérinides et saadiennes, comporte des textes d’une grande concision jointe à une clarté qui en rend la lecture facile et agréable. Dans son introduction, M. Golvin esquisse un panorama historique qui nous fait saisir les rapports étroits qui liaient l’Espagne musulmane aux pays d’Afrique du Nord et l’influence qu’elle a exercée sur les arts maghrébins en général, et sur l’architecture en particulier. Trois textes, choisis dans les auteurs anciens, illustrent ces propos. Une bibliographie raisonnée, élaborée avec intelligence, complète cette étude fort instructive.

2M. Revault s’est chargé de la rédaction du descriptif, travail où il excelle. Après une analyse des matériaux utilisés, de leur provenance, de leur traitement, il passe en revue les métiers du bâtiment, du gros œuvre au raffinement du décor. Procédés et tours de main des artisans sont observés et rapportés avec une fidélité scrupuleuse. On sent que M. Revault bénéficie d’une grande expérience de l’artisanat marocain, qu il en apprécie les qualités et en perçoit les faiblesses. Son étude claire et méthodique apportera beaucoup à ceux qui continuent à se passionner pour cette branche d’activité. Le travail de M. Golvin sur la céramique de construction complète celui de M. Revault sur un point particulier. La céramique de construction a déjà fait l’objet d’une étude par Alfred Bel dont l’ouvrage devient introuvable. M. Golvin a donc raison de reprendre le sujet. Il ne manque pas d’ailleurs de nous éclairer sur ses intentions. Il écrit : « L’excellente étude d’Alfred Bel reste un document de toute première valeur, en dépit d’une illustration bien médiocre qui parfois compromet la compréhension. On peut constater aujourd’hui que fort peu de choses ont changé dans la technique de la terre cuite si bien décrite par cet excellent observateur attentif aux moindres gestes. Nous n’avons donc pas la prétention ici, de reprendre ce travail de maître et encore moins de le corriger. Il était, toutefois, bon de faire le point, d’établir une sorte d’état de la question, en reprenant l’enquête si bien conduite au début de ce siècle ».

3Il en était temps, en effet, car ne nous faisons pas trop d’illusions, le Maroc se transforme, de nouvelles industries apparaissent ; des produits, à l’aspect séduisant, s’emparent du marché, au détriment de la production traditionnelle. Dans la maison marocaine moderne, il y a déplus en plus de carreaux de ciment, de plus en plus de grès-cérame, de plus en plus de marbre et de faux marbre.

4Les maisons mérinides et saadiennes ont échappé aux produits mécaniques et nous offrent l’image d’une conception architecturale d’une grande pureté. Ces bâtiments constituent aussi un témoignage du haut degré de civilisation que le Maroc avait atteint, lors de certaines périodes prospères.

5Nos chercheurs sont parvenus, à force de patience et de sympathie, à découvrir une dizaine de maisons de ces époques lointaines qui, malgré les inévitables manipulations et les restaurations, parfois maladroites, ont gardé les traits essentiels de leur caractère. Ali Amahan a pris une part active à cette campagne. Passionné par la ville de Fès et émerveillé par ses richesses culturelles, A. Amahan ne s’épargne aucun effort, pour mieux la connaître et fouiller dans son prestigieux passé. D’une curiosité toujours en éveil et d’une probité intellectuelle qui lui fait honneur, il est digne de faire partie de cette équipe scientifique et de collaborer à une œuvre à la fois nécessaire et respectable.

PLANCHE A

PLANCHE A

Carte générale du Maroc (Nord).

6La documentation iconographique est riche et abondante. Le glossaire des termes arabes rendra la lecture de l’ouvrage accessible aux non-initiés.

7J’apprécie le privilège et l’honneur qui m’ont été offerts de préfacer ce livre et de pouvoir remercier ses auteurs pour l’œuvre magnifique qu’ils ont réalisée et pour l’hommage qu’ils ont ainsi rendu à la Ville de Fès, cité de mon cœur.

8Rabat, le 3 novembre 1983

Table des illustrations

Titre Carte générale du Maroc
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2306/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 780k
Titre Place Nejjaarine
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2306/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 3,7M
Titre PLANCHE A
Légende Carte générale du Maroc (Nord).
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2306/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 396k

Auteur

Directeur honoraire de la Division d’Archéologie, des Monuments et des Musées du Maroc

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1985

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540