Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le décor sur bois dans l’architecture de Fès

 | 
Catherine Cambazard-Amahan

Conclusion

Texte intégral

1Cette recherche nous a permis de découvrir de nombreuses pièces inédites à ce jour que nous avons pu dater. L’apport de ces bois à usage architectural est loin d’être négligeable dans le domaine de l’art hispano-mauresque en général et fasi en particulier.

2On bénéficie à Fès, pour la période concernée (xiie-xiiie siècle), marquée par la quasi-absence de témoins architecturaux en bois sauvegardés, d’un nombre varié de documents. Leur échelonnement chronologique correspond non seulement aux étapes qui jalonnent l’évolution de l’art hispano-mauresque à Fès, mais encore aux particularités de style qui sont parfois identifiables au sein d’une dynastie considérée, celle almohade par exemple ; on peut signaler à cet égard la différence de facture entre deux pièces réalisées à environ un siècle d’intervalle – le linteau n° 45.87 et la frise n° 45.90 –.

3Grâce à ces découvertes, nous avons pu retracer le processus d’évolution du décor architectural sur bois dans le domaine de la technique sculpturale, des éléments du décor et de la composition. Cela nous a amené à corroborer certaines théories déjà avancées à savoir l’inspiration constante d’Andalousie et d’Orient : en effet, se sont révélées en premier lieu des influences orientales d’Ifrīqiyā notamment, auxquelles se sont substituées de plus en plus, sous les Almoravides, des influences de l’Espagne musulmane du xie siècle. Ces tendances persistent sous le règne des Almohades bien que réapparaissent des apports orientaux comme en témoigne précisément l’interprétation décorative du premier bois almohade étudié. De même, les réalisations du premier âge mérinide s’inspirent des formules développées dans les centres de l’Occident musulman au xie siècle, tels Grenade, Tarifa, Tolède etc., tout en révélant un retour nouveau aux partis décoratifs du Califat de Cordoue ainsi qu’à des traditions plus anciennes.

4Par ailleurs, l’examen attentif de ces documents, a démontré que l’art architectural à Fès, malgré l’importance et la permanence de l’apport extérieur, a une personnalité propre : en effet, nous avons remarqué, au cours de cette étude, deux constantes :

  • ces apports extérieurs sont assimilés et traités dans un esprit local. Les documents analysés le révèlent dans le modelé sculptural, dans la composition d’ensemble, dans l’esprit et les formes du décor, enfin dans le détail de l’ornement,

  • l’évolution du décor architectural respecte à la fois une permanente inspiration exogène plus particulièrement andalouse, et une continuité endogène des formes et des styles déjà assimilés malgré les changements idéologiques des dynasties.

5Peut-on parler d’un art fasi ? Cette étude a tenté de dégager au moins la personnalité fasie de cet art qui s’inscrit dans la tradition hispano-mauresque. Pour l’affirmer en toute certitude, il resterait sans doute d’une part à entreprendre des recherches sur les autres matières de l’ornement – (le plâtre, les zellij) – d’autre part à compléter cette étude du bois d’architecture qui n’est que partielle.

6Cette inspiration extérieure constante relevée dans l’art fasi, cette capacité d’assimilation – source de l’originalité de la sculpture sur bois à Fès – ainsi que l’héritage artistique transmis d’une dynastie à l’autre, aboutissent, en cette fin du xiiie siècle, à un enrichissement de la forme florale et du trait d’écriture alors que l’ornement géométrique conserve l’esthétique almohade antérieure. Cette évolution dans le domaine floral en particulier, le plus largement représenté sous chacune des dynasties considérées, consiste dans la suprématie de la palme dont la facture accuse une complexité croissante et une individualité propre à tel point qu’elle conditionne même la composition du décor.

7Ce sont déjà là les prémices du rayonnement de l’art fasi du xive siècle, époque d’une intense création artistique, à laquelle le Maroc apparaît alors, au regard des spécialistes, comme le premier foyer artistique au Maghreb.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable