Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le décor sur bois dans l’architecture de Fès

 | 
Catherine Cambazard-Amahan

IV. Etude des bois mérinides

Frises

Texte intégral

Frise1 n° 45.89 (Pl. XXIX et XXX)

  • 1 Cette pièce a pour dimensions 1,070 m x 0,216 m x 0,035 m.

1Cette frise déposée au musée du Batha en 1936 est datée du xiiie siècle par la fiche d’inventaire. Aucune mention de provenance n’y figure. Elle est relativement bien conservée, bien que les extrémités inférieure et supérieure, au niveau de l’encadrement, soient tronquées.

2Le champ est orné d’une inscription en coufique fleuri et tressé s’enlevant sur un fond de rinceau qui se développe au-dessus de la ligne de base. Le décor végétal foisonnant recourt à la palme lisse, à la palme nervée et à la pomme de pin.

  • 2 Supra la frise n° 45.232, p. 58-61.
  • 3 Supra les pièces n° 45.87, 45.54, 45.90, p. 107-113, 113-118, 118-123.

3Comme les bois à épigraphes d’époque almoravide2 ou almohade3, celui-ci offre une inscription coranique, donnant la fin du verset 72 de la Sourate XXII : [al-Hağğ : le pélerinage)

  • 4 Voir l’annexe
  • 5 R. Blachère, Coran, p. 366.

"(…) Yaslūbuhum al-dubābu šay'an liyastanqidūhu minhu "4.
"(…) Et si les mouches leur ravissaient quelque chose, ils ne sauraient le leur reprendre »5.

  • 6 Le rapport de 18,3 cm à 1,2 cm entre la hauteur et la largeur des aLìf.

4Les caractères aux hampes moins élancées que précédemment6 ont, comme antérieurement, un traitement bombé.

  • 7 De 15 mm d’épaisseur.
  • 8 De 9 mm d’épaisseur.
  • 9 Notamment à la porte de la Qasba des Oudaïa, cf. H. Terrasse, "Portes anciennes du Maroc", H, III, (...)
  • 10 H. Terrasse, "Portes de l’arsenal de Salé", H, II, p. 365 fig. 6 et p. 366.

5Si l’on compare ces lettres à celles rencontrées sur les bois déjà étudiés, l’on constate que l’artiste a renoncé à certains procédés décoratifs des phases plus anciennes de l’évolution de l’écriture, touchant le corps de la lettre (redents en arcs, replis, tracé en col de cygne), son prolongement (retours perpendiculaires, obliques), ou empruntés à l’écriture (hampes décoratives). Il use d’un procédé nouveau — le fleurissement des extrémités — qui dénote un changement dans l’esthétique du décor, et dont le choix s’explique aussi par la place importante assignée à la flore dans le champ épigraphique. En effet, ce dernier est meublé d’une composition florale très fournie ne laissant aucune place aux vides. Dans ce décor couvrant, la palme à digitation d’acanthe est revenue en faveur. Appartenant au même plan que les lettres7, les palmes nervées se disposent sur un rinceau situé à leur arrière-plan8 et passant sous les caractères (fig. 20). Le décor floral est ainsi construit sur un rinceau simple que dessinent les involutions d’une tige n’ayant pas encore l’aspect grêle qu’elle connaîtra au xive siècle. La feuille, en l’occurrence la palme double, prolonge le mouvement de la tige comme au xiie siècle. Comme aux portes almohades9, une seule feuille vient encore garnir une involution du rinceau (fig. 20). Cependant, la place des palmes, leur type et leur mouvement ne sont plus guère imposés par le schéma constructif du rinceau : ainsi voit-on s’ébaucher dans cette composition, une tendance au début de l’époque mérinide observable ailleurs à Bāb al-Mrīsa10, datant de la seconde moitié du xiiie siècle.

6Quels sont les spécimens de décors végétaux qui enrichissent les caractères ? Des demi-fleurons trilobés prolongent l’angle inférieur du biseau. Un œilleton repercé agrémente le lobe inférieur arrondi. Les hampes se terminent en demi-fleuron trilobé. Celles de l'alif du mot al-dubābu et du lām et du mot yaslūbuhum n’ayant pas d’autres lettres hautes dans leur voisinage, sont couronnées par un fleuron à cinq lobes.

  • 11 "Dans ce dessein, une première tendance fit s’épanouir en véritables palmettes les extrémités supér (...)
  • 12 G. Marçais, Architecture, p. 112-1.
  • 13 M. el Habib "Stèles funéraires kairouanaises", R.E.I, XLIII, p. 273.
  • 14 G. Marçais, Architecture, p. 171, fig. 104-11, cf. également E. Lévi Provençal, Inscriptions arabes(...)
  • 15 G. Marçais, Architecture, p. 251.
  • 16 S. Flury, "Bandeaux ornementés xie siècle " Syria, Amida n° 8, Émir Ahmad (426H/ 1034-36 J.-C), Pl. (...)
  • 17 H. Terrasse, "Bois sculpté d’Almeria", A.A., XXVIII, fasc. I, p. 217, note 7, Pl. I.
  • 18 G. Marçais, Architecture, p. 251 et fig. 151 p. 250.
  • 19 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 39
  • 20 Supra p. 104.

7Le couronnement des caractères en fleurons témoigne d’une évolution paléographique11. Il est Attesté dès le ixe siècle en Égypte12. On observe le coufique fleuri à Kairouan13 et à Madīnat al-Zahrā'14 dès le ixe siècle. Les stèles et monuments sanhaja de Kairouan en offrent également l’emploi15. A Amida on le rencontre au xie siècle16. Sur un bois d’Almería du xiie siècle, l’attaque des hampes s’épanouit en fleurons élémentaires17. Dans l’art ornemental almoravide à Tlemcen, des fleurons à deux lobes surmontent la pointe du biseau18. Les inscriptions mobilières du minbar almoravide de la Kutubiya19 et de la ‘anāza almohade de la mosquée des Andalous, évoquée plus haut20, sont en coufique fleuri.

Planche XXIX : Frise n° 45.89.

8L’écriture revêt ici un caractère avant tout décoratif qu’accuse principalement le mot šay’an (Pl. XXX.A). Cet ensemble fait preuve d’une telle ingéniosité créatrice que l’on doit renoncer à analyser séparément les lettres qui le composent. Cette innovation qui est la transformation de traits graphiques en traits ornementaux, mérite d’être soulignée. L’harmonie de ce groupement tient au double croisement des hampes partageant le champ en trois zones égales, en la présence d’un double nœud en cœur à mi-hauteur, et aux extrémités des lettres biseautées dirigées vers l’intérieur et enserrant des espaces ovales. Cette distribution symétrique et équilibrée entraîne une répartition régulière de l’accent graphique sur toute la largeur de la bande.

  • 21 S. Flury, "Bandeaux ornementés xie siècle", Syria, Pl. XXXVII, Amida n° 18 Sultan Malik-Shâh (484H (...)
  • 22 En particulier à Badajoz, cf. E. Lévi Provençal, Inscriptions arabes, n° 45 (539H/1144 J.-C.) et n° (...)
  • 23 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 39.
  • 24 H. Terrasse, Andalous, Pl. XCIV, XCV.

9Au procédé de transformation du corps de la lettre, se rattache également le tressage du (motyaslūbuhum). Le ha tressé figure aussi bien dans les provinces orientales de l’Islam que dans celles occidentales : on le rencontre à Amida21, dans l’épigraphie andalouse des stèles funéraires22, et dans celle monumentale de la mosquée al-Qarawiyyīn23. Les montants du minbar almohade de la mosquée des Andalous, en révèlent quelques exemples24.

10Dans le décor floral de ce bois, certains éléments en liaison avec l’art du xiie siècle, se révèlent à l’examen. Cela est sensible non seulement dans la structure du décor floral comme on l’a vu, mais encore dans les formes florales ; en effet, certains types floraux comme la palme simple à calice nervé — tronquée dans le sens longitudinal (fig. 223) — et la palme nervée asymétrique enroulée (fig. 226), sont des survivances locales de l’âge almoravide (Pl. VIII.A, IX.A, X, XIII, XV, et fig. 63-7-10-11), n en va de même des menues palmes enroulées autour d’une tige, situées sur le parcours des tiges, à la bifurcation de celles-ci, appuyées contre le bord supérieur de la frise ou meublant la zone inférieure du champ épigraphique entre les arcs de liaison et les terminaisons des lettres (mīm, wāw).

Planche XXX : Frise n° 45.89, détails.

11Parallèlement à la richesse de l’écriture, s’affirme un traitement élaboré de la flore, indice d’une esthétique nouvelle. Des innovations se laissent déceler au niveau de l’esprit et des formes du décor, mais aussi du modelé. Les palmes nervées appartiennent au type de la palme double aux lobes presque égaux à enroulement convexe (fig. 234), et aux lobes inégaux dont le plus grand s’enroule sur lui-même (fig. 23’). Si l’on retrouve la digitation d’acanthe de l’époque almoravide, la facture des feuilles, leur modelé, le traitement du détail, trahissent une nette évolution ; ces feuilles n’ont plus les mêmes variations plus subtiles peut-être dans le détail que les palmes du xiie siècle. Les tailles obliques ont presque disparu. La dénivellation entre les deux lobes de la palme double est moindre. L’œilleton traité auparavant en coussinet et faisant saillie, apparaît ici pratiquement nivelé. Il en est de même de l’arête formant le dos de chaque feuille. Alors que dans la flore almoravide, les tailles obliques, les légères différences de niveau entre les nervures, les surfaces courbes en relief, engendraient, dans des types au tracé vigoureux, des plans divers, ici c’est le traitement élaboré de la palme dont un des lobes s’enroule sur lui-même qui donne l’impression de plusieurs plans. Ainsi, la complexité des formes du décor compense-t-elle la perte du modelé.

  • 25 H. Terrasse, « Portes anciennes du Maroc », H, III, p. 161.
  • 26 G. Marçais, Architecture, p. 255 fig. 162.A.
  • 27 H. Terrasse, Andalous, Pl. XCIV-XCV.
  • 28 H. Terrasse, « Portes de l’arsenal de Salé », H, II, p. 365, fig. 6.

12Par ailleurs, on discerne la transformation presque achevée du bourgeon et de la palme simple, processus qui affectait, à Bāb al-Mrīsa, la palme double25. Ici, le bourgeon dont la surface lisse est divisée en quatre zones modelées en coussinet, que nous avait révélé la frise précédente attribuée au début du xiiie siècle (Pl. XXVIII.A), se retrouve, mais avec une dissymétrie accentuée et une forme plus allongée (fig. 22’). Un trait évolutif identique apparaît dans le traitement de la palme lisse, elle-aussi venue de l’âge almohade26. Cette forme florale qui apparaissait au minbar almohade de la mosquée des Andalous27 symétrique ou très légèrement asymétrique, connait ici un étirement prononcé. L’extrémité du limbe est recourbée en boucle comme à Bāb al-Mrīsa28. Seule, la forme du calice vient en rappeler la parenté (fig. 222).

  • 29 H. Terrasse, Andalous, Pl. XCV. Ceci confirme une fois de plus que le décor mobilier est en avance (...)

13A cela s’ajoute une particularité nouvelle dans le détail de l’ornement dénotant un souci de recherche et de perfection du détail : l’œilleton qui sépare de deux en deux les nervures de la palme double, n’est pas toujours semblable à lui-même ; à l’intérieur du lobe situé au plan inférieur, il n’est plus arrondi mais en forme d’ovale évoquant l’écaille (fig. 231-2-3-4-), particularité que présentait déjà, au xiiie siècle almohade, la flore du minbar des Andalous29.

14La réapparition de la palme nervée s’accompagne de celle de la pomme de pin et de nombreuses formes florales secondaires. Ce sont des nodosités aux nervures disposées en V (Pl. IV, V.B, XII), des nodosités à huit lobes (Pl. X, XII, XV, XVI), n’ayant pas le modelé en fort relief qu’elles présentaient sur les bois almoravides.

Figure 20 : Fragment de l’inscription coranique, Frise n° 45.89.

15Tous les indices mentionnés plus haut concourent à établir le caractère mérinide de cette pièce. Comme les lettres, les formes florales nous redisent que le décor, dès cette seconde moitié du xiiie siècle, ne se propose plus les mêmes fins. Le sens de la ligne, de la simplicité et de la clarté, a fait place au goût de l’abondance et de la recherche ornementale.

Planche XXXI : Frise n° 4l5.46.

Frise30 n° 45. 46 (Pl. XXXI)

  • 30 Cette frise mesure 0,908 m x 0,282 m x 0,039 m.

16Ce bois, déposé au musée du Batha, daterait d’après deux registres d’inventaire d’époque différente, du xiiie siècle, plus précisément de la seconde moitié du siècle. Détérioré à l’extrémité latérale droite, il présente deux fissures principales correspondant à deux anciennes cassures. Les différentes parties ont été mal réajustées ainsi que le prouve le décalage entre les divers motifs. Deux d’entre eux ont été amputés à l’extrémité gauche, indice que cette frise a été tronquée. Des clous ont servi à assembler les fragments ; d’autres à large tête plate, plantés dans l’épaisseur d’une figure géométrique ou du listel d’encadrement, et dont la présence ne se justifie pas ici, ont dû être ajoutés postérieurement.

17Un essai de restitution (fig. 21), révèle un fort beau décor géométrique dérivé d’un schéma d’entrelacs sur un polygone étoilé dont le tracé n’apparaît pas, dont le contour apparaît en réserve. Le décor juxtapose des motifs traités alternativement en creux et en relief, construits à partir du carré.

  • 31 De 27 mm.
  • 32 De 17 mm.
  • 33 De 15 mm.

18L’ornemaniste a ordonné une composition de trois étoiles à huit pointes dérivées du carré étoilé, au profond défoncement31, et de trois polygones à six pointes, à section triangulaire, au défoncement moindre32. Des motifs sculptés en relief33, les encadrent et en épousent les contours. Ce sont, pour l’étoile à huit pointes, des polygones à neuf côtés, et pour le polygone à six pointes, des trapèzes et des polygones à sept côtés.

  • 34 Supra p. 127-128.

19L’ornementation de cette frise se rapproche, par la parenté et l’origine commune de certains éléments, de celle d’une poutre almohade étudiée plus haut (Pl. XXVI.B) ; en effet, le carré étoilé creusé évoque la coupolette sculptée profondément dans le bois almohade. De même, le polygone à six pointes, traduit, dans un tracé rectiligne (fig. 19-g), une forme polygonale qui admet la ligne courbe, à laquelle il est apparenté (fig. 19-0 et qui est issue comme lui d’un ornement califal (fig. 19-c) dont on a déjà retracé34 le cheminement possible.

20Néanmoins, des différences sont à relever dans le domaine de la conception du décor, des formes ornementales et du modelé. Deux motifs principaux se succèdent à l’intérieur de la poutre almohade alors qu’ici, différents motifs en relief font transition entre les deux figures creusées. Au rebours de la pièce n° 45.54, celle-ci met en œuvre des éléments s’adaptant les uns aux autres et engendrant une composition nouvelle ; il convient de signaler à cet égard le carré étoile engendré par le polygone à six pointes flanqué des deux polygones à neuf côtés (fig. 21). Aux figures curvilignes (fig. 19-f) se sont substituées des figures rectilignes (fig. 19-i) ; la coupolette lobée et la forme curviligne de tracé polygonal ont fait place respectivement au carré étoilé et aux polygones à six pointes. L’enrichissement relatif de la composition s’accompagne d’un modelé moins accentué ; les défoncements y sont moins profonds. On n’y retrouve pas davantage le jeu de courbes et de contre-courbes dénotant une influence orientale.

  • 35 H. Basset et H. Terrasse, « Sanctuaires et forteresses », H, VI, 2-3 trim., p. 120 fig. 70.
  • 36 H. Basset et H. Terrasse, « Sanctuaires et forteresses », H, VI, 2-3 trim., fig. 66 p. 113, fig. 77 (...)

21Mais c’est surtout avec le décor almohade de la Kutubiya que la comparaison s’avère des plus fructueuses, quelque différents que soient l’esprit du décor et le modelé. Au mihrāb de la Kutubiya, une frise d’entrelacs polygonaux35 reproduit la composition du carré étoile qu’encadrent des polygones à neuf côtés. Les trapèzes y appuient de la même façon leur grande base contre le bord supérieur et inférieur. Si le carré étoile rappelle également les coupolettes insérées entre les stalactites des coupoles, le polygone à six pointes participe encore de l’ordonnance décorative des frises du minaret, et de l’oratoire de la Kutubiya (fig. 20-g)36.

  • 37 De 12 mm.

22Cependant, sur ces ensembles décoratifs, les figures déterminées par le double filet des brins d’entrelacs, sont en fait les vides du champ à décorer auxquels correspondent, ici, des formes géométriques au riche modelé, ayant une surface en coussinet sur laquelle se dégrade la lumière, ou bien creusées d’ombre et dont le bord en relief37, et traité en taille oblique, ménage des transitions lumineuses. Ces éléments observent parfois une disposition différente telle celle verticale du polygone à six pointes alors qu’elle est toujours horizontale dans les décors de la Kutubiya.

  • 38 H. Basset et H. Terrasse, « Sanctuaires et forteresses », H, V, 3e trim., p. 323.
  • 39 Infra p. 164-175.

23Mises à part ces comparaisons avec les œuvres sur bois ou sur stuc, l’ornementation de cette pièce est encore très marquée par l’esthétique almohade. Le souci de faire valoir les motifs en creux non seulement par le modelé de leurs contours, mais encore par celui des motifs qui les accompagnent, y est manifeste. Le sens de la ligne se double d’un sens de l’équilibre résultant de l’opposition de figures en saillie et en défoncement, que complète une égale répartition des zones de lumière et d’ombre. Ces oppositions révèlent un parti pris décoratif en faveur à l’époque almohade dont témoignent ailleurs les tonalités du minaret de la Kutubiya38. Force et clarté sont les qualités dominantes de cette composition dont l’originalité tient à cette alternance de modelé en creux et en relief qui constitue par ailleurs une innovation. En effet, le mode d’exécution des motifs, apparente cette frise aux bois ouvragés encore observables au funduq Šemmā’in que l’on peut assigner à la seconde moitié du xiiie siècle et sur lesquels nous reviendrons ci-après39. Ce traitement des motifs auquel est approprié un matériau tendre comme le bois, se maintiendra au xive siècle. Ces éléments de comparaison confirment la datation assignée à cette pièce par les archives, à savoir la seconde moitié du xiiie siècle.

Figure 21 : Schéma du décor géométrique

24

Figure 22 : Palmes simples et pommes de pin mérinides du xiiie siècle

25

Figure 23 : Palmes doubles mérinides du xiiie siècle

26D’ailleurs la composition est encore sobre. Son auteur ne se complaît pas encore dans les jeux de fond et les étoiles polygonales dont le xive siècle assurera le développement.

  • 40 C’est ce que l’on observe sur des pièces du musée du Batha ultérieures à la période que couvre notr (...)

27L’étude de cette frise confirme que, dans cet art fasi du premier âge mérinide, on retrouve les éléments du décor almohade, de même que dans l’art almohade on retrouvait les éléments de l’ornementation almoravide. La conception même de ce décor qui subsistera au xive siècle40, les formes de celui-ci, notamment le polygone à six pointes, ne sont-ils pas le fait d’archaïsmes ? En effet, il ne semble pas que ce motif, survivance d’un schéma observé au xe siècle à Cordoue sur un même matériau (fig. 19-c), marque une étape dans l’évolution de la forme curviligne de tracé polygonal (fig. 19-0 fournie par la poutre provenant de Sidir Idir, ces deux formes ayant probablement coexisté ainsi qu’en témoignent les stucs de la Kutubiya (fig. 19-g), même si des équivalents antérieurs sculptés dans le bois, n’ont pas été retrouvés.

Notes

1 Cette pièce a pour dimensions 1,070 m x 0,216 m x 0,035 m.

2 Supra la frise n° 45.232, p. 58-61.

3 Supra les pièces n° 45.87, 45.54, 45.90, p. 107-113, 113-118, 118-123.

4 Voir l’annexe

5 R. Blachère, Coran, p. 366.

6 Le rapport de 18,3 cm à 1,2 cm entre la hauteur et la largeur des aLìf.

7 De 15 mm d’épaisseur.

8 De 9 mm d’épaisseur.

9 Notamment à la porte de la Qasba des Oudaïa, cf. H. Terrasse, "Portes anciennes du Maroc", H, III, p. 158 et 160 fig. 5-d et Pl. IV.

10 H. Terrasse, "Portes de l’arsenal de Salé", H, II, p. 365 fig. 6 et p. 366.

11 "Dans ce dessein, une première tendance fit s’épanouir en véritables palmettes les extrémités supérieures des caractères (…)", cf. J. Sourdel-Thomine, "Khatt", E.I.2, IV, p. 1153.

12 G. Marçais, Architecture, p. 112-1.

13 M. el Habib "Stèles funéraires kairouanaises", R.E.I, XLIII, p. 273.

14 G. Marçais, Architecture, p. 171, fig. 104-11, cf. également E. Lévi Provençal, Inscriptions arabes, texte, Introduction, XXIX.

15 G. Marçais, Architecture, p. 251.

16 S. Flury, "Bandeaux ornementés xie siècle " Syria, Amida n° 8, Émir Ahmad (426H/ 1034-36 J.-C), Pl. XXIII.

17 H. Terrasse, "Bois sculpté d’Almeria", A.A., XXVIII, fasc. I, p. 217, note 7, Pl. I.

18 G. Marçais, Architecture, p. 251 et fig. 151 p. 250.

19 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 39

20 Supra p. 104.

21 S. Flury, "Bandeaux ornementés xie siècle", Syria, Pl. XXXVII, Amida n° 18 Sultan Malik-Shâh (484H /1091-92 J.-C.)

22 En particulier à Badajoz, cf. E. Lévi Provençal, Inscriptions arabes, n° 45 (539H/1144 J.-C.) et n° 48 (556/ 1160 J.-C), Pl. XII.

23 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 39.

24 H. Terrasse, Andalous, Pl. XCIV, XCV.

25 H. Terrasse, « Portes anciennes du Maroc », H, III, p. 161.

26 G. Marçais, Architecture, p. 255 fig. 162.A.

27 H. Terrasse, Andalous, Pl. XCIV-XCV.

28 H. Terrasse, « Portes de l’arsenal de Salé », H, II, p. 365, fig. 6.

29 H. Terrasse, Andalous, Pl. XCV. Ceci confirme une fois de plus que le décor mobilier est en avance sur le décor monumental.

30 Cette frise mesure 0,908 m x 0,282 m x 0,039 m.

31 De 27 mm.

32 De 17 mm.

33 De 15 mm.

34 Supra p. 127-128.

35 H. Basset et H. Terrasse, « Sanctuaires et forteresses », H, VI, 2-3 trim., p. 120 fig. 70.

36 H. Basset et H. Terrasse, « Sanctuaires et forteresses », H, VI, 2-3 trim., fig. 66 p. 113, fig. 77-79 p. 133, Pl. XXII-XXIII, XXV.

37 De 12 mm.

38 H. Basset et H. Terrasse, « Sanctuaires et forteresses », H, V, 3e trim., p. 323.

39 Infra p. 164-175.

40 C’est ce que l’on observe sur des pièces du musée du Batha ultérieures à la période que couvre notre étude.

Table des illustrations

Légende Planche XXIX : Frise n° 45.89.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2292/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2292/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Planche XXX : Frise n° 45.89, détails.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2292/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Figure 20 : Fragment de l’inscription coranique, Frise n° 45.89.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2292/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Planche XXXI : Frise n° 4l5.46.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2292/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Figure 21 : Schéma du décor géométrique
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2292/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Figure 22 : Palmes simples et pommes de pin mérinides du xiiie siècle
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2292/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Figure 23 : Palmes doubles mérinides du xiiie siècle
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/2292/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540