Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le décor sur bois dans l’architecture de Fès

 | 
Catherine Cambazard-Amahan

IV. Etude des bois mérinides

Prémices de l’apogée de l’art architectural fasi

Texte intégral

1En raison de l’importance du bois dans l’architecture mérinide, il est nécessaire d’évoquer les conditions qui ont permis le développement de celle-ci. En un second temps, on soulignera la place que le bois occupe dans la bâtisse mérinide et le rôle qu’il joue dans la composition architecturale. On procédera ensuite à l’analyse des pièces.

Fès, premier contact des sultans mérinides avec la civilisation hispano-maghrébine et lieu de leurs premières réalisations

Premiers balbutiements :-Ğlūd

  • 1 Les B. Marīn nomadisaient à l’avènement des Almohades, entre Figuig et la Moulouya. L’anarchie almo (...)
  • 2 H. Terrasse, “Mosquée almohade de Bou Jeloud”, A.A., p. 357 [29].

2Ces tribus zénètes, semi-nomades venus de l’Est1, participaient déjà au monde hispano-maghrébin. C’est par la construction du minaret de la mosquée de Bū- Ğlūd portant la première inscription de fondation mérinide2, sous le règne d’Abū Yaḥya (642-656H/ 1244-1258 J.-C), que cette dynastie commence à s’affirmer.

Réinsertion dans le monde hispano-maghrébin

  • 3 H. Bressolette et J. Delarozière, “Fès Jdid”, H. T., XX-XXI, p. 246-247.

3Après la conquête de Marrakech, en (667H/1268 J.-C), par Abū Yūsuf (656-685H/1258-1286 J.-C.) la fondation de Fās al-Ğadīd, en (674H/1276 J.-C.) représente une nouvelle étape dans l’insertion des sultans mérinides dans le monde hispano-maghrébin ; en effet, cette nouvelle ville connue également sous le nom de Madīnat al-Bayā confirmait la domination de la dynastie mérinide et répondait à des exigences d’ordre politique et militaire3.

4Avec la fondation de Fās al-Ğadīd, les Mérinides inaugurent un vaste programme de réalisations urbanistiques et architecturales où ils s’avèrent les successeurs à la fois des Almohades et de l’Espagne musulmane.

Les Mérinides successeurs des Almohades

  • 4 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, II, p. 342.

5L’intervention du fils d’Abū Sa’īd ‘Utmān en Espagne permet à la fois de maintenir le contact avec l’Andalousie et d’entraver l’avance de la Reconquête4.

6Les tentatives de reconquête des territoires de l’empire almohade (le Maghreb central et l’Ifrīqiyā) démontrent bien, là aussi, la volonté de succéder aux Almohades.

  • 5 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, II, p. 344-346.

7Par l’envergure de leur vaste programme d’urbanisme et d’architecture au Maroc, en terre abdalwadide ou encore en Espagne, ces sultans veulent également être dignes des Almohades5.

  • 6 E. Michaux Bellaire, “Souveraineté et Califat”, R.M.M., 59, p. 131 et 142.

8Par ailleurs, les Mérinides se veulent, de même, les héritiers de l’Espagne musulmane ; partout apparaît dans leurs réalisations cette “nostalgie andalouse” ; d’ailleurs, Abū ‘Inān n’a-t-il pas repris le titre califien d’Amīr al-Mu’minīn “le Commandeur des Croyants”, titre porté auparavant par les califes de Cordoue ?6.

9Ainsi, toutes les conditions d’une politique urbanistique et artistique active sont réunies.

Conditions nouvelles de l’art sous les mérinides ou séduction andalouse

  • 7 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, I, p. 29.
  • 8 H. Terrasse, “Tournant de l’histoire musulmane”, H, XXXIV, p. 336.

10Grâce au prestige dont jouissaient les Mérinides et à la situation politique qui prévalait au Maghreb, Fès allait devenir à l’instar des grands centres andalous, l’un des grands foyers d’art et de civilisation de l’Occident musulman. Las Navas de Tolosa (15 ṣafar 609/17 juillet 1212 J.-C.) avaient ouvert une ère de décadence de l’empire almohade marquant le retour à une division tripartite : Fès était passée quelques décennies après 609H/1212 J.-C, sous l’autorité des Mérinides, Tlemcen sous celle des Abdalwadides, Tunis sous celle des Hafsides. La défaite almohade avait accéléré le processus de la Reconquête : “(…) toutes les grandes villes qui avaient été les métropoles de l’Islam espagnol, Tolède, Saragosse, Cordoue et Séville, se souvenaient de leur passé et le maintenaient vivant sous les formes de l’art mudéjar”7. Seul, subsistait le royaume nasride de Grenade qui devait assurer la survivance de la civilisation d’al-Andalus jusqu’en 898H /1492 J.-C, Fès était devenue une terre de refuge pour les musulmans fuyant la domination chrétienne : “Ces émigrations andalouses amenèrent dans les grandes villes de la Berbérie de précieux éléments de civilisation”8.

  • 9 Surtout depuis la prise de Séville en 646H /1248 J.-C. par Ferdinand III, cf. J. Brignon et alii, H (...)

11Par ailleurs, le contact maintenu avec Grenade, et la politique de mécénat poursuivie par les princes mérinides, jouèrent un rôle important dans l’ordre de la civilisation et plus particulièrement dans celui de l’art. Ces influences furent vraisemblablement renforcées par l’intervention des sultans mérinides dans l’Ifrīqiyā hafside dont l’art s’était enrichi d’apports hispaniques sous l’influence des réfugiés andalous9.

  • 10 Ibn Ḫaldūn, Berbères, IV, trad. p. 142, 239, 242.

12Avec l’établissement de liens amicaux entre les sultans mérinides et les sultans mameluks du Caire, que concrétisèrent des échanges d’ambassades et de riches présents, notamment sous les règnes d’Abū Ya’qūb Yūsuf (685-707 H/1286-1307 J.-C.) et d’Abū-l-Ḥasan (732-752/1331-1351 J.-C.)10, d’autres influences gagnèrent sous doute le Maroc.

13La prospérité intérieure de Fès s’accompagna d’un vaste programme de constructions civiles, religieuses et militaires.

Réalisations artistiques ou place d’honneur réservée au bois dans l’art monumental mérinide à Fès

14L’âge mérinide est la première époque pour laquelle on puisse restituer l’ensemble du cadre de vie citadin : la maison, l’organe de vie collective (le bain), l’organe de vie économique (le funduq) et l’architecture religieuse.

La maison11

  • 11 Cf. G. Marçais, “Dar”, E.L 2, II, p. 116-118 ; J. Revault, L. Golvin, A. Amahan, Palais, I.
  • 12 A. Bel, “Inscriptions arabes”, J.A., p. [399-5] (317) à p. [41] (353).
  • 13 B. Maslow et H. Terrasse, “Maison mérinide”, Deuxième congrès des Sociétés savantes de l’Afrique du (...)
  • 14 “Les fabricains d’escarpins”.
  • 15 Nous pensons avoir retrouvé cette maison grâce à la tradition orale : c’est Dār al-Manğūr.

15Aux rares témoins de l’architecture domestique signalés et étudiés par A. Bel12, B. Maslow et H. Terrasse13, il convient de joindre des demeures disparues Dār Ḥalwi dans le quartier Ğūtiya, Dār Sfairīya dans le quartier Šrābliyīn14 et une maison dans le quartier Sba‘Luyāt près de la mosquée al-Qarawiyyīn15 dont les bois sculptés déposés au musée du Batha offrent de beaux spécimens du décor mérinide.

16Au cours de nos enquêtes à Fās al-Bālī, notamment dans le secteur de la mosquée al-Qarawiyyīn, le hasard nous a fait connaître d’autres demeures dont les stucs et les bois ouvragés sont un signe évident d’ancienneté.

    • 16 De “Damān”, E.I.2, II, p. 107. “Maison de la garantie”. Ce qualificatif est réservé aux principales (...)

    Dār Ḍemana16, sise dans le quartier Sqayt Demnati, secteur ‘Ayn Azliten, appartient à la prestigieuse confrérie Wazzaniyya. Cette maison mal entretenue comporte des éléments décoratifs en plâtre sculpté analogues à ceux que possède la section archéologique du musée du Batha et dont la réalisation est attribuée au xive siècle. Les organes d’encorbellement de la galerie à l’étage, reçoivent un décor losan à éléments floraux rappelant de très près celui des lambris situés sous l’auvent de la madrasa Sahriğ. Cette demeure à elle seule nécessite toute une étude dont nous n’avons point à nous occuper ici.

    • 17 La famille al-Manğūr est connue à Fès depuis le xive siècle. La maison appartient aux descendants d (...)
    • 18 Dimensions : 2,60 m de hauteur ; 1,30 m de largeur, 0,085 m d’épaisseur. Ce sont là les premiers ex (...)

    Dār al-Manğūr17 située à proximité de la mosquée al-Qarawiyyīn, a été modifiée. Cependant, la présence de cloisons (Mlū)18 en bois sculpté et assemblé, reliant les piliers au mur de la galerie, et de bois de remploi, assigne cette maison au tout début du xive siècle sinon à une époque antérieure.

17D’autres demeures présentent des indices probables d’attribution à l’époque mérinide, mais il ne saurait en être question ici étant donné le domaine vaste que cela recouvre.

  • 19 Évoquant son règne, al-Nāṣirī rapporte : “La construction des immeubles devint par suite très activ (...)
  • 20 Ibn Ḫaldūn, Berbères, IV, trad. p. 189.

18Ces constructions d’initiative privée, dont le but n’était point de légitimer le pouvoir, témoignent de la prospérité intérieure de Fès sous cette dynastie. Ce fut particulièrement sensible sous le règne d’Abū Rabī‘ (708/710H /1308 -1310 J.-C.)19 et sous celui d’Abū Sa’īd (710-732H /1310-1331 J.-C.) époque à laquelle “(…) on supprima les droits de marché et autres impôts oppressifs, on vida les prisons et on cessa d’exiger l’impôt des maisons, taxe qui pesait beaucoup sur les habitants de Fez”20.

Travaux d’intérêt public

  • 21 Cf. R. Le Tourneau, “Funduk”, E. I.2, II, p. 966-967.
  • 22 Sur les ammāms et funduqs mentionnés dans les inscriptions de fondation des madrasas, voir A. Bel, (...)

19Les textes de fondation des madrasas mentionnent parmi les biens constitués en habus à leur profit, divers édifices en sus des maisons : funduqs21, bains, fontaines etc., révélant la volonté des fondateurs de ne négliger aucun domaine22.

Funduqs

  • 23 Une statistique établie à l’époque de al-Manṣūr et de son fils Muhammad al-Nāṣir, dénombrait 467 fu (...)
  • 24 Infra p. 157-179.
  • 25 Cet établissement est mentionné dans les inscriptions de fondation des madrasas Meṣbāḥiya et ‘Aṭṭār (...)

20Comme leurs prédécesseurs, les Mérinides édifièrent des funduqs23. A Fās al-Bālī, les funduqs Šemmā‘in et des Tétouanais attestent la richesse du répertoire décoratif mérinide sur bois. Le funduq Šemmā‘in est l’un des plus intéressants de Fès. Malheureusement, il fut incendié en 1974. Des éléments choisis de cet édifice constitueront le volet principal de la troisième partie de cette étude24. Le funduq des Tétouanais25, comporte, essentiellement dans le vestibule, des bois ouvragés non moins importants pour l’évolution du décor.

  • 26 “Des selliers”.
  • 27 “L’entrepôt du juif”. Ce funduq était situé sur la partie de la rive gauche comprise entre Aġlan et (...)

21Bon nombre de funduqs ont disparu. Quelques vestiges sauvés, frises en bois notamment, et conservés au musée du Batha, précisent le souvenir de deux édifices utilitaires, le funduq Serrāğin26 à Bū-Glūd et le funduq Līhūdi27. Ces témoins montrent le soin accordé à l’ornement.

Bains

  • 28 Cf. J. Sourdel-Thomine, “Ḥammām”, E.I.2, III, p. 142-147 ; H. Terrasse, “Trois bains mérinides”, (...)

22Fās al-Bāli a conservé un bain du xive siècle – le ammām al-Muẖfiya28 que l’on a pu attribuer, grâce au style des sculptures sur plâtre et sur bois, au règne de Abū ‘Inān (749-760H/1348-1358 J.-C).

  • 29 Le ammām al-Ğūla (ou al-Ward) communiquait autrefois avec Dār Ḍemana. La partie centrale est formé (...)

23Lors d’une enquête entreprise par nous-mêmes pour rechercher une éventuelle survivance d’édifices mérinides, nous avons découvert dans le quartier de ‘Ayn Azliten, un bain29 dont les vestiges de plâtre sculpté (décors losangés) permettent de le classer parmi les réalisations mérinides. Ce bain ne figure sur aucune liste de biens abus.

Monuments religieux : la madrasa30

  • 30 Madāris, E.I.1, III, Madrasa, p. 400-420.
  • 31 Zawāyā.
  • 32 B. Maslow, Mosquées de Fès, voir introduction de H. Terrasse ; M. Terrasse, Architecture hispano-ma (...)
  • 33 Au sujet de cette institution, voir M. Shatzmiller, “Premiers Mérinides” S.I., XLIII, MCMLXXVI, p. (...)

24En dehors des zawiyas31 et des mosquées dont deux tendances sont manifestes32 – des édifices importants dérivant de la Grande Mosquée de Fās al-Ğadīd et des petites mosquées conservant la tradition fasie des nefs parallèles au mur de la qibla – ce sont surtout les madrasas33 qui donnent de nombreux documents de sculpture sur bois, marquant, comme les édifices civils, la fidélité des bâtisseurs au matériau de la région.

  • 34 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, II, p. 367-385.

25On a retracé récemment l’évolution de la madrasa34. Parallèlement, cette évolution se reflète dans la place réservée aux sculptures sur bois et dans leur distribution.

26La madrasa de Fès s’est bâtie en amplifiant le parti de la maison médiévale hispano-maghrébine. Elle a ensuite connu sa propre évolution.

Premiers essais

    • 35 Du nom du quartier où elle se trouve : ṣaffārīn “des dinandiers”, vient du mot asfr “le cuivre jaun (...)
    • 36 La madrasa de Fās al- Ğadīd a été édifiée en 720H/1320 J.-C. par Abū Sa‘id.
    • 37 De cette madrasa nous provient un linteau n° 45.20 déposé au musée du Batha.

    La madrasa Ṣaffārīn35 ajoutant à une maison à patio, une salle de prière et une mia, n’est qu’un premier essai encore malhabile dans la mesure où l’ornement de la madrasa de Fās al- Ğadīd36 ne nous est pas parvenu37.

    • 38 La madrasa Sahriğ fut fondée en 721-723H /1321-1323 J.-C. par le prince Abū l-Ḥasan. “Celui-ci ensu (...)
    • 39 L. Golvin, “Quelques réflexions sur la fondation d’une madrasa à Grenade en 750-1349”.
    • 40 Ch. Terrasse, Médersas, Pl. 17.

    Les madrasas Sahriğ et Sba‘yn sont les premiers monuments qui nous permettent de déceler outre la qualité de l’ensemble de l’ornement, la valeur et la place réservées à la sculpture sur bois. En effet, à partir de la madrasa Sahriğ, apparaît la recherche d’un plan de plus en plus régulier, d’un plus grand espace – que traduisent un étage et de vastes dépendances dont la madrasa Sba‘yn – et d’un soin particulier accordé à l’ornementation38. Ces deux édifices nous renseignent à la fois sur la distribution des matériaux décoratifs, sur les ensembles et formes décoratives en bois, sur les techniques appliquées au bois et sur les éléments de son décor. A la différence de l’unique madrasa nasride de Grenade39, le bois occupe à la madrasa Sahriğ une place privilégiée. C’est d’ailleurs ce matériau qui fournit la plus riche parure des façades intérieures de l’édifice ; employé pour couronner le patio, il forme les consoles géminées qui soulagent l’auvent, compose frises, arceaux et panneaux de lambris sculptés40. Ces deux madrasas nous apportent, par ailleurs, deux dispositifs différents de portiques à linteaux de bois : un double linteau allégé par des corbelets à profil arrondi ou bien un linteau prenant appui sur des semelles ou sur des corbeaux au profil à arêtes vives.

27Ainsi, le bois affirme déjà ici les grandes lignes de la composition architecturale.

Dernières madrasas d’Abū l-Ḥasan

  • 41 La madrasa ‘Aṭṭārīn, fondée par Abu Sa’īd ’Utmān (710-732H/1310-1331 J.-C.) de 723 à 725H /1323 -13 (...)
  • 42 La madrasa Meṣbāḥiya fondée en 747H/1346 J.-C. par Abū 1-Ḥasan devenu sultan.
  • 43 San.

28Si la madrasa des premiers moments était organisée autour d’une cour sur un axe longitudinal reliant la porte à l’oratoire, une nouvelle étape est franchie avec les dernières madrasas d’Abū l- Ḥasan : la madrasa ‘Aṭṭārīn41 et la madrasa Meṣbāḥiya42. Tandis que la madrasa ‘Aṭṭārīn voit l’apparition d’un second axe perpendiculaire au premier, la madrasa Meṣbāḥiya marque une évolution par l’apparition d’une cour43 carrée, de la dwira (cour secondaire), et d’un plan en T qui s’affirmera par la suite.

    • 44 “C’est un des plus beaux monuments qui aient été édifiés par une dynastie, car aucun souverain avan (...)
    • 45 Ch. Terrasse, Médersas, Pl. 24.

    La madrasa Aṭṭārīn est la quête d’un plus grand équilibre et d’une plus grande harmonie non seulement du point de vue de la plastique monumentale mais encore de celui du décor44 ; d’ailleurs, la recherche d’un plan régulier y est manifeste. Le bois y prend une part active et originale : en témoigne l’harmonie de lignes entre les grands arcs de bois tapissant le haut des murs de la cour et les arcades du même matériau, des travées45.

  • A la madrasa Meṣbāḥiya, les linteaux soulignent l’ordonnance tripartite de chacun des côtés de la cour, affirmant là encore la plastique monumentale des façades sur cour.

Évolution globale : Abū ‘Inān

  • 46 La madrasa Bu ‘nāniya fondée par Abū ‘Inān en 751 -756H/1350-1355 J.-C.
  • 47 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, II, p. 379-381.
  • 48 Les salles de cour évoquant les iwāns de certaines madrasas orientales.

29A l’époque d’Abū ‘Inān enfin, se dessine une nouvelle conception des rapports du décor et d’une architecture en pleine évolution. En effet, la madrasa Bū‘nāniya46 inaugure une nouvelle conception du monument, par son rôle lié à l’extension de la ville47 par la complexité de son programme architectural – madrasa, mosquée à uba, minaret et horloge – enfin par son plan cruciforme, d’un parfait équilibre, témoignant d’une influence orientale évidente48.

30Par ailleurs, le bois exprime le choix des partis architecturaux : le plan de l’édifice est traduit par la disposition des bois qui marquent un des axes de la composition.

  • 49 Ibn Marzūq cite la madrasa al-Wādi transformée en mosquée que l’on peut mettre à l’actif d’Abū 1-Ḥa (...)
  • 50 Une frise de bois inventoriée sous le n° 45.81 provient de la madrasa Lebbadin “des feutriers”, don (...)
  • 51 H. Terrasse, “Fās”, E.I.2, II, p. 842.

31Nous savons par les textes49 mais surtout par les documents architecturaux en bois sauvegardés50 que d’autres madrasas furent édifiées à Fès. Ces témoins confirment bien la place privilégiée occupée par le bois dans la bâtisse mérinide. Ce large emploi du bois, source de beauté des édifices civils et religieux, leur donne par ailleurs ce caractère si particulier qui les distingue des édifices nasrides contemporains51.

  • 52 H. Bressolette et J. Delarozière, “Fès-Jid”, H. T., XX-XXI, p. 245.

32Enfin, dans cette évocation d’architecture médiévale, il faut tenir compte des vestiges d’une ville mérinide avec un qasr, des habitations, des mosquées et des bains sur les hauteurs au Nord-Ouest de la colline d’al-Qulla52.

Notes

1 Les B. Marīn nomadisaient à l’avènement des Almohades, entre Figuig et la Moulouya. L’anarchie almohade leur permit de s’étendre vers l’Ouest et d’occuper Taza dès 613H/ 1216 J.-C, point de départ de leurs expéditions qui les rendirent une première fois maîtres de Fès.

2 H. Terrasse, “Mosquée almohade de Bou Jeloud”, A.A., p. 357 [29].

3 H. Bressolette et J. Delarozière, “Fès Jdid”, H. T., XX-XXI, p. 246-247.

4 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, II, p. 342.

5 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, II, p. 344-346.

6 E. Michaux Bellaire, “Souveraineté et Califat”, R.M.M., 59, p. 131 et 142.

7 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, I, p. 29.

8 H. Terrasse, “Tournant de l’histoire musulmane”, H, XXXIV, p. 336.

9 Surtout depuis la prise de Séville en 646H /1248 J.-C. par Ferdinand III, cf. J. Brignon et alii, Histoire du Maroc, p. 135 ; R. Brunschvig, Berbérie, II, p. 370-371, 383-389 ; A. Daoulatli, Tunis, p. 104 et 108 note 243.

10 Ibn Ḫaldūn, Berbères, IV, trad. p. 142, 239, 242.

11 Cf. G. Marçais, “Dar”, E.L 2, II, p. 116-118 ; J. Revault, L. Golvin, A. Amahan, Palais, I.

12 A. Bel, “Inscriptions arabes”, J.A., p. [399-5] (317) à p. [41] (353).

13 B. Maslow et H. Terrasse, “Maison mérinide”, Deuxième congrès des Sociétés savantes de l’Afrique du Nord, 1936, II, p. 506-510.

14 “Les fabricains d’escarpins”.

15 Nous pensons avoir retrouvé cette maison grâce à la tradition orale : c’est Dār al-Manğūr.

16 De “Damān”, E.I.2, II, p. 107. “Maison de la garantie”. Ce qualificatif est réservé aux principales demeures des chorfa Wazzaniyn. Il existe plusieurs maisons de ce nom, non seulement à Fès mais à travers les villes du Maroc, cf. E. Michaux Bellaire, “Maison d’Ouezzan”, R.M.M., 5, p. 23-24.

17 La famille al-Manğūr est connue à Fès depuis le xive siècle. La maison appartient aux descendants du savant Ahmad b. al-Manğūr vivant au xive siècle, professeur du roi saadien Abū Ya‘qūb al-Manṣūr al-Dahbi etc., cf. al-Qādirī, Našr al-Matānī, I, p. 55.

18 Dimensions : 2,60 m de hauteur ; 1,30 m de largeur, 0,085 m d’épaisseur. Ce sont là les premiers exemples connus à ce jour de cloisons en bois sculpté et assemblé à tenons et à mortaises, qui sont à rapprocher par leur technique décorative, des portes d’intérieur d’édifices mérinides civils (porte exposée au musée du Batha sous le n° 45.111) et religieux (portes à la madrasa Bu ‘nāniya). Ces cloisons, élément de consolidation du portique, ménageaient, par ailleurs, un espace isolé, jouant le rôle d’une anti-chambre, cf. J. Revault, L. Golvin, A. Amahan, Palais, I, p. 161 et fig. 5.

19 Évoquant son règne, al-Nāṣirī rapporte : “La construction des immeubles devint par suite très active et l’émulation porta les gens à édifier des palais ornés de sculptures, de revêtements de faïence et de marbre (…). Ce fut une ère de progrès et d’avancement dans les arts (…), cf. al- Nāṣirī, Kitāb al-Istiqā, A.M., XXXIII, trad. p. 159-160.

20 Ibn Ḫaldūn, Berbères, IV, trad. p. 189.

21 Cf. R. Le Tourneau, “Funduk”, E. I.2, II, p. 966-967.

22 Sur les ammāms et funduqs mentionnés dans les inscriptions de fondation des madrasas, voir A. Bel, “Inscriptions arabes”, J.A., p. (108) [162], (129) [228], (179) [200], (109) [163], (130) [229], (285) [367].

23 Une statistique établie à l’époque de al-Manṣūr et de son fils Muhammad al-Nāṣir, dénombrait 467 funduqs, cf. al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 81 ; M. Scharabi, Der bazar.

24 Infra p. 157-179.

25 Cet établissement est mentionné dans les inscriptions de fondation des madrasas Meṣbāḥiya et ‘Aṭṭārīn, sous le nom de funduq al-riḍā, cf. A. Bel, “Inscriptions arabes”, J. A., p. 182 et 239 ; G. Marçais, Architecture, p. 315.

26 “Des selliers”.

27 “L’entrepôt du juif”. Ce funduq était situé sur la partie de la rive gauche comprise entre Aġlan et Bāb Ḥisn Sa’dūn. Les Juifs y habitaient avant la fondation de Fās al-Ğadīd.

28 Cf. J. Sourdel-Thomine, “Ḥammām”, E.I.2, III, p. 142-147 ; H. Terrasse, “Trois bains mérinides”, Mélanges W. Marçais, p. 312, voir également L. Torres Balbas, “Salas con linterna central”, A.A., XXIV, fasc. I, p. 214.

29 Le ammām al-Ğūla (ou al-Ward) communiquait autrefois avec Dār Ḍemana. La partie centrale est formée de quatre grandes arches brisées supportant une coupole octogonale à pans, percée en son milieu, reposant sur quatre trompes en demi-voûte d’arête, cf. J. Revault, L. Golvin. A. Amahan, Palais, I, p. 198.

30 Madāris, E.I.1, III, Madrasa, p. 400-420.

31 Zawāyā.

32 B. Maslow, Mosquées de Fès, voir introduction de H. Terrasse ; M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, II, p. 349-366.

33 Au sujet de cette institution, voir M. Shatzmiller, “Premiers Mérinides” S.I., XLIII, MCMLXXVI, p. 109 -118. Pour un complément d’information, consulter E. Michaux Bellaire, “Enseignement indigène” R.M.M., 15,1911, p. 438-442 ; G. Marçais, Architecture, p. 284-294.

34 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, II, p. 367-385.

35 Du nom du quartier où elle se trouve : ṣaffārīn “des dinandiers”, vient du mot asfr “le cuivre jaune”. Elle fut fondée en 670H/1271 J.-C.

36 La madrasa de Fās al- Ğadīd a été édifiée en 720H/1320 J.-C. par Abū Sa‘id.

37 De cette madrasa nous provient un linteau n° 45.20 déposé au musée du Batha.

38 La madrasa Sahriğ fut fondée en 721-723H /1321-1323 J.-C. par le prince Abū l-Ḥasan. “Celui-ci ensuite fonda — Allāh Très-Haut lui en fasse tirer le profit ! — une médersa élégante à la ‘Idwa, c’est-à-dire la rive d’al-Andalus à Fès : c’est la médersa dite du bassin (…)”, cf. E. Lévi Provençal, “Musnad”, H, V, 1er trim., p. 68.

39 L. Golvin, “Quelques réflexions sur la fondation d’une madrasa à Grenade en 750-1349”.

40 Ch. Terrasse, Médersas, Pl. 17.

41 La madrasa ‘Aṭṭārīn, fondée par Abu Sa’īd ’Utmān (710-732H/1310-1331 J.-C.) de 723 à 725H /1323 -1325 J.-C.

42 La madrasa Meṣbāḥiya fondée en 747H/1346 J.-C. par Abū 1-Ḥasan devenu sultan.

43 San.

44 “C’est un des plus beaux monuments qui aient été édifiés par une dynastie, car aucun souverain avant lui n’en avait bâti de pareil”, cf. al-Nāṣirī “Kitāb al-Istiqṣā”, A. M., XXXIII, trad. p. 180.

45 Ch. Terrasse, Médersas, Pl. 24.

46 La madrasa Bu ‘nāniya fondée par Abū ‘Inān en 751 -756H/1350-1355 J.-C.

47 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, II, p. 379-381.

48 Les salles de cour évoquant les iwāns de certaines madrasas orientales.

49 Ibn Marzūq cite la madrasa al-Wādi transformée en mosquée que l’on peut mettre à l’actif d’Abū 1-Ḥasan, cf. E. Lévi Provençal, “Musnad”, H, V, 1er trim., p. 68.

50 Une frise de bois inventoriée sous le n° 45.81 provient de la madrasa Lebbadin “des feutriers”, dont l’hypothèse d’attribution à Abū Ya’qūb a été avancée, cf. A. Bel, “Inscriptions arabes”, J.A., p. [148] (94).

51 H. Terrasse, “Fās”, E.I.2, II, p. 842.

52 H. Bressolette et J. Delarozière, “Fès-Jid”, H. T., XX-XXI, p. 245.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540