Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Troisième partie. Des opportunités pour les nouveaux acteurs?

20. Le rapport imaginaire aux flux migratoires en France et en Allemagne

Catherine Wihtol de Wenden

Texte intégral

  • * CNRS. CERI.

1Note portant sur l’auteur*

2L’Europe occidentale est un lieu privilégié de croisements entre les migrations de l’Est et du Sud. Cette nouvelle donne, apparue à l’aube des années 1990, qui caractérise surtout l’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, l’Italie et la France, est à l’origine d’un questionnement nouveau.

3La proximité géographique, accentuée par la facilitation accrue des modes d’échange (généralisation des passeports, baisse du coût des transports, frénésie de communication, liens matrimoniaux et culturels), mais rendue plus ardue par le renforcement des frontières externes de l’Europe (visas Schengen), est ressentie par bien des pays d’accueil comme une menace : peur de 1’« autre », frontières imaginaires, logique sécuritaire. Dans les pays de départ, une concurrence entre les migrations de l’Est et du Sud vers l’Europe s’est fait jour. L’Est est perçu par le Sud comme privilégié par l’ouverture européenne à l’égard de certains États potentiellement candidats à court terme à l’Union européenne (pays dits de Visegrad) tandis que l’Europe « forteresse » est identifiée comme mettant fin définitivement aux anciens rapports privilégiés que l’Europe coloniale entretenait avec certains pays du Sud, hier bénéficiaires de la liberté de circulation et de travail.

  • 1 Catherine Wihtol de Wenden, Anne de Tinguy (dir.), L’Europe et toutes ses migrations, Bruxelles, C (...)

4Malgré ce tournant pris par l’Europe migratoire, il n’y a pas pour autant, entre les pays européens, de politique commune : l’intergouvememental domine dans les décisions relatives à la maîtrise des flux migratoires (troisième pilier de Maastricht) au Nord, en cette période transitoire de mise en œuvre du traité d’Amsterdam, tandis qu’au Sud comme à l’Est, de nouvelles formes de migrations, souvent plus mobiles et plus diversifiées qu’hier, sont en train d’émerger : migration étudiante, migration qualifiée, exode des cerveaux, migrations féminines, migrations pendulaires, migration-circulation, brouillant les distinctions entre pays d’immigration et d’émigration, entre pays d’accueil, de départ et de transit (Pologne, Italie, Espagne, Grèce), parfois même entre migration d’asile et de travail1.

  • 2 Bernard Falga, Catherine Wihtol de Wenden, Klaus Leggewie (dir.). Au miroir de l’Autre. De l’immig (...)

5Un jeu croisé de plusieurs imaginaires en découle, où l’immigration fait figure de prétexte à ce jeu de miroirs dans les deux principaux pays d’immigration d’Europe de l’Ouest que sont la France et l’Allemagne. Au-delà de 1’« Autre », mutuellement représenté par « l’Allemand » et « le Français » dans la fabrication des identités nationales de ces deux pays, un Autre plus différent se profile dans la construction de l’identité européenne : l’immigré, dominé par l’image du Maghrébin en France et celle du Turc en Allemagne qui, respectivement, ici et là-bas, donnent le ton2.

6Deux types d’imaginaires peuvent alors être distingués :

  • l’imaginaire réciproque entre la France et l’Allemagne sur leurs modes de traitement de leurs immigrés respectifs : production de prétendus « modèles » allemand et français sur le droit du sol et le droit du sang, l’intégration par le politique et le culturel ou par l’économique, l’assimilation ou le multiculturalisme, le droit d’asile. Autant d’exemples en représentations collectives largement antagonistes sur l’Autre au quotidien3 ;
  • l’imaginaire interne, franco-maghrébin et germano-turc où s’affrontent et se construisent les stéréotypes et où s’élaborent de nouvelles frontières intérieures autour notamment du clandestin, du musulman et de F inassimilable (qu’il soit délinquant, terroriste ou communautariste).

7Pourtant, cette immigration de longue durée, en France comme en Allemagne, appartient aujourd’hui à la construction des identités nationales respectives des deux pays, tout en étant aussi partie prenante à l’élaboration d’une Europe culturelle qui devra à la fois conserver et dépasser ces identités. Nous nous sommes efforcés ici d’en esquisser la genèse, par-delà la confusion des constructions « au miroir de l’Autre ».

France et Allemagne face à l’immigration : l’imaginaire externe

8La France et l’Allemagne sont touchées par les phénomènes de mondialisation et de régionalisation des flux migratoires, l’une au Sud, l’autre à l’Est, et sont en proie à des débats de société relatifs à la nationalité, à l’asile politique, à l’identité, à la xénophobie et au pluralisme culturel.

9Pourtant, l’imaginaire les oppose : la France et l’Allemagne sont souvent présentées comme deux modèles migratoires opposés où la France, vieux pays d’immigration, serait la terre de l’intégration, grâce à un droit de nationalité considéré comme très absorbant, tandis que l’Allemagne, qui, pendant longtemps, ne s’est pas considérée comme terre d’accueil, resterait le pays des « gastarbeiter », protégé par un droit de la nationalité restrictif fondé sur le droit du sang.

10L’histoire et les modèles d’intégration les opposent aussi : tandis que la France, qui a connu, de longue date, un déficit démographique, a été plus tôt que ses voisins européens, un pays d’appel de main-d’œuvre, l’Allemagne n’est devenue pays d’immigration qu’après la seconde guerre mondiale. Dans le premier cas, la philosophie dominante a longtemps été celle de l’assimilation, dans le second cas celle de la rotation de la main d’œuvre et de la politique du retour. L’intégration « à l’allemande » serait alors assurée par la promotion sociale alors qu’en France il se serait agi d’un abandon des spécificités culturelles et du communautarisme, contraires à l’individualisme universaliste et à l’égalité des droits.

  • 4 Catherine Wihtol de Wenden, « Nation et citoyenneté, un coupel d’associés rivaux », in Nations et (...)

11En apparence, tout semble opposer la France et l’Allemagne en matière d’immigration. Des traditions opposées d’abord. La France, vieux pays d’immigration depuis 1850 pour des raisons démographiques, a longtemps fonctionné selon un modèle assimilationniste qui s’est structuré à la fin du xixe siècle autour du « compromis républicain » du national-citoyen4 et dont on n’arrive pas à sortir véritablement aujourd’hui. L’Allemagne, ancien pays d’émigration au xixe siècle, est maintenant un pôle central des mouvements migratoires en Europe et n’a connu l’immigration de travail que depuis la fin des années 1950. Celle-ci est répartie dans les grands centres industriels et les principales villes du pays, sans que l’on puisse comparer son installation au phénomène français des banlieues.

12En France, le droit de la nationalité repose sur un équilibre entre droit du sol et droit du sang (le droit du sol ayant été progressivement réintroduit depuis la loi de 1889), alors que l’Allemagne passe pour être le pays par excellence du droit du sang depuis 1913, date à laquelle le droit du sol a été supprimé, même si la réforme de 1999 lui a fait à nouveau une large place.

13En France, le droit d’asile a obéi successivement à une logique sélective, puis à une logique dissuasive et les candidats à celui-ci n’ont jamais atteint les objectifs d’outre-Rhin, alors que l’Allemagne était, jusqu’à la réforme de 1993, l’un des pays les plus libéraux en matière d’asile, en partie à cause de l’asile accordé à beaucoup d’Allemands dans le monde pendant le nazisme et d’un principe constitutionnel qui servait de référence (l’article 16 de la Loi fondamentale de 1949).

14En France, il y a consensus dans la classe politique sur les grandes lignes de la politique migratoire, par-delà les divergences de pratiques, alors qu’en Allemagne il y a dissension profonde sur l’immigration entre les forces politiques. Les formes d’expression politique de la xénophobie divergent aussi : comme le dit Alfred Grosser : « En France on a les électeurs, en Allemagne on a les militants. »

15Pourtant, si l’histoire oppose les deux pays, la réalité et les évolutions récentes les réunissent. En France, comme en Allemagne, l’immigration et la politique migratoire, thèmes hier accessoires, sont passées au centre du débat politique et soulèvent des questions relatives à l’identité nationale, à la démographie, au droit de la nationalité, au droit d’asile aux clandestins, à l’Islam, à la participation politique et à la place des immigrés et de ceux qui en sont issus dans la société. Ces thèmes occupent une telle importance que la perception des phénomènes dans le pays voisin tend à devenir, au travers d’un miroir parfois déformant, une dimension de la texture sociale des relations bilatérales et du dialogue franco-allemand.

16Dans ces domaines, les convergences, mues par la nécessité d’une plus grande harmonisation européenne des politiques migratoires et par des tendances restrictives, semblent aujourd’hui s’imposer. Il en va ainsi du droit d’asile, limité par la réforme de l’article 16 de la Loi fondamentale depuis 1993 en Allemagne, et modifié en France dans sa définition constitutionnelle à l’automne 1993 pour le mettre en accord avec les dispositions de Schengen et de Dublin.

17Autre voie de convergence : l’évolution du droit de la nationalité. Tandis qu’en France ce droit a été modifié par la loi de juillet 1993 dans un sens plus restrictif pour le droit du sol, en Allemagne il s’est entrouvert depuis 1990 en faisant une moindre place au droit du sang pour les résidents de longue date, et en s’ouvrant plus largement au droit du sol depuis la réforme de 1999.

18Troisième convergence : les débats sur les flux migratoires, oscillant entre la fermeture et la réouverture dans certains secteurs gros utilisateurs de main-d’œuvre.

  • 5 Claire de Galembert, « L’État et les religions des immigrés en France et en Allemagne », in Bernar (...)

19D’anciennes divergences de fond sont aussi devenues des points de convergence. Il en va ainsi des débats sur le statut des cultes où la France laïque, hier hostile au communautarisme religieux, s’opposait au modèle concordataire allemand mais où, aujourd’hui, l’interventionnisme français contraste avec le libéralisme allemand5.

20Il en va de même de l’intégration locale, facilitée en Allemagne par le fédéralisme mais qui se développe dans le modèle français, où le localisme, favorisé par la liberté d’association accordée aux étrangers en 1981 et par une gestion de l’intégration qui s’apparente au « faire faire » par un partenariat accentué, a beaucoup progressé, renforcé par la décentralisation de 1983 et par les difficultés de la mise en œuvre d’une politique nationale d’intégration.

21Enfin, les mauvaises consciences liées à un passé obscur rapprochent aussi la France et l’Allemagne, la première avec Vichy et la guerre d’Algérie, la seconde avec le nazisme.

22Autre lieu de divergence et de convergence dans le couple franco-allemand : la place faite à l’immigration dans leurs économies et leurs sociétés respectives. Par-delà des philosophies différentes où le modèle français serait sous-ethnicisé et permettrait, par ses valeurs méritocratiques, un accès au politique, et le modèle allemand cohabitationniste, grâce à une intégration par l’économique et à un multiculturalisme qui favorise la sur-ethnicisation, les réalités s’imposent comme des données communes. La France comme l’Allemagne sont confrontées à des débats de société relatifs aux mêmes thèmes avec, ici comme là-bas, un manque de confiance d’une partie de l’opinion dans la capacité du système politique à les traiter qui fait le lit du racisme.

23Le statut du religieux pourrait être aussi un pôle de divergences, mais la réalité corrige les différences. Régi en France dans un contexte monoconfessionnel par la laïcité, il contraste avec l’Allemagne où les communautés religieuses sont protégées par la Constitution sur un fond bi-confessionnel. En réalité, c’est l’inverse qui se produit : l’interventionnisme français à l’égard de l’Islam contraste avec le libéralisme allemand qui privilégie l’État turc comme interlocuteur plutôt que les diverses tendances de l’Islam immigré. On pourrait aussi comparer terme à terme la vie associative, plus marquée par le contexte d’origine et les appartenances communautaires en Allemagne qu’en France où le mouvement associatif s’inscrit de longue date dans l’espace français et ne fonctionne que partiellement comme espace communautaire.

24Aussi les domaines de convergences et de divergences sont-ils nombreux et complexes et l’apparente opposition de leurs modes de traitement cache souvent une réalité commune.

L’imaginaire interne : la France et l’Allemagne face à leurs immigrés

25Cet imaginaire se nourrit à la fois de convergences communes, faites de représentations croisées entre l’Est et le Sud, le Sud et le Nord, l’Est et l’Ouest, et d’une grande stabilité, en France comme en Allemagne, de la figure sociale de l’étranger, même si celle-ci diffère d’un pays à un autre.

Imaginaires migratoires croisés

– Sud-Est

26Vue du Sud, la migration de l’Est est perçue en terme de « menace du nord », renforcée par une Europe représentée comme une forteresse, dont la construction signifie la fin des relations bilatérales avec les pays du Nord de la Méditerranée. Peu sensibles à la régulation de l’émigration à l’échelon européen, les pays du sud de la Méditerranée déplorent la fin de la liberté de circuler et de l’égalité de traitement avec les migrants européens. Avec la construction de l’Europe politique, l’égalité des droits est fondée désormais sur la réciprocité des droits entre Européens et non plus sur les droits acquis par le séjour ou le travail. Les réactions manifestées par les ressortissants des pays du Maghreb lors du rétablissement des visas pour les touristes et de la signature des accords de Schengen, Trevi, ou Dublin, illustrent ce désappointement. On peut alors se demander si l’Europe pourra longtemps maintenir une certaine souplesse d’ouverture aux migrations de l’Est, d’un côté, et, de l’autre, s’en tenir aux positions rigides de contrôle mises en place à l’égard des pays du Sud.

  • 6 Rémy Leveau, « Migrations et imaginaires sociaux à l’épreuve de la guerre du Golfe ». Etudes inter (...)

27Depuis le milieu de la décennie quatre-vingt, un certain paradoxe s’est fait jour pour le Sud entre la fermeture et la proximité de l’Europe. Le marché de l’imaginaire, véhiculé par les médias et par les intermédiaires culturels, ces hommes-frontières qui établissent un pont entre l’Europe et la Méditerranée, devient quotidien pour des millions de personnes et le nouvel espace européen apparaît en même temps fermé et hostile. L’Est qui était hier pour certains pays du Sud un recours devient alors un concurrent possible. Par-delà quelques thèmes mis en avant qui font figure de références mythiques (le dialogue euro-méditerranéen, la coopération, le codéveloppement, le voisinage, les solidarités géographiques), les mémoires collectives se fixent plutôt sur des frustrations, des opposition, des non-dits (le péril vert6). Mais les solidarités affirmées ne vont jamais, au Nord, jusqu’à la revendication de la libre circulation des hommes et le ton sécuritaire l’emporte. De leur côté, les candidatures de la Turquie et du Maroc à l’Europe communautaire semblent fortement hypothéquées par la dimension migratoire qu’elles sous-tendent.

– Est-Ouest

  • 7 Cf. l’enquête réalisée par le CERI en 1992, Catherine Wihtol de Wenden, Anne de Tinguy (dir.). Flu (...)

28A l’Est, il y a aussi, notamment chez les classes moyennes, un désir d’Occident. L’enquête de terrain menée par le CERI en 19927 fait apparaître un discours sur la migration qui varie selon que les individus ont émigré ou pas. Il y a ainsi un imaginaire français ou allemand de la part des migrants, une soif de reconnaissance de la part de l’Europe occidentale, avec des références littéraires, libérales, rationalistes aussi fortes que l’ampleur de la déception une fois l’expérience migratoire temporaire accomplie. De leur côté, les Européens de l’Ouest voient peut-être trop dans les Européens de l’Est un moyen de diversifier l’immigration, d’esquiver la présence de l’Islam dans l’espace européen, d’avoir des migrants plus européens que nature.

– Sud-Nord

29Pourquoi, dans le discours politique occidental, la migration Sud-Nord est-elle perçue si différemment de la migration Est-Ouest ? Plusieurs éléments de réponse peuvent être proposés : d’abord, le poids des représentations collectives de la menace du Sud, avec des accents sécuritaires (menace démographique, politico-culturelle – l’Islam – géostratégique, économique – l’emploi –, sociale – aggravation des difficultés dans les périphéries urbaines), ensuite la nécessité de justifier la lente élaboration d’une identité européenne qui se construit surtout par une différenciation accrue vis-à-vis du Sud, quitte à précipiter les cassures (une Europe sans frontières internes mais avec des frontières externes renforcées – Schengen – qui se protège contre les demandeurs d’asile – Dublin – et les terroristes – Trevi –), enfin le désir d’établir des ponts avec l’Europe de l’Est, dont certains pays sont considérés comme les futurs partenaires européens de demain, – à en juger par les récentes admissions au Conseil de l’Europe – sans toutefois s’engager directement dans la voie de l’entrée dans la communauté européenne. Pour terminer, le discours xénophobe et culturaliste à l’encontre du Sud pèse aussi sur la différenciation Est/Sud, en termes d’intégration supposée ou moins aisée.

L’imaginaire franco-maghrébin

  • 8 Lire, à ce propos, Emmanuel Todd, Le destin des immigrés, Paris, Seuil, 1995.

30Par-delà une grande confusion, liée à la diversification des populations concernées et à l’apparition de nouvelles figures issues de l’immigration maghrébine, se sont développées des formes de représentation figées ou déterministes en fonction de l’origine ethnique ou religieuse8, nourrissant à leur égard un imaginaire tronqué, générateur de pertes de mémoire et de données. Quelques figures sociales dominent : le clandestin, l’intégriste, l’exclu des banlieues. D’autres, peut-être plus tenaces, se redéfinissent au fil du temps. On peut s’arrêter sur trois d’entre elles : le médiateur, le fraudeur et l’envahisseur.

  • 9 Catherine Wihtol de Wenden, « Que sont devenues les associations civiques issues de l’immigration  (...)

31Figure de proue des années 1980, le médiateur semble promis à une longue vie dans l’univers français des représentations politiques. Héritage du passé colonial et de l’idéologie assimilationniste, après avoir suscité beaucoup d’espoirs autour du mouvement beur et des hommes-frontières, les intermédiaires politiques et culturels, ces hommes introuvables pourraient faire figure d’arlésienne dans les années 1990. Or, il n’en est rien, car son image a pris une autre figure : celle de l’artisan du « faire faire9 » au sein du partenariat qui caractérise les politiques d’intégration locales et nationales, de l’homme des réseaux transnationaux économiques, religieux, médiatiques, politiques ou ethniques, celle de l’homme aux allégeances multiples ou importées, qui se joue des frontières des États et introduit des ingérences troubles. Le discours méditerranéen solidariste, qui se nourrit du thème du codéveloppement (partenaires et riverains) tout en ne parvenant pas à surmonter la peur de la libre circulation des hommes, participe aussi de cette image contrastée : le médiateur séduit et sévit toujours, mais on ferme.

32Autre image riche en représentations négatives, celle du fraudeur : au mariage (le fantasme des mariages blancs de la loi Pasqua-Méhaignerie de 1993), à l’asile (l’idée tenace du faux demandeur d’asile, immigré économique déguisé), au séjour (le rapport Philibert-Sauvaigo de 1996), au travail (le travail clandestin). Il cumule souvent plusieurs représentations négatives antithétiques entre son indésirabilité politique et sa désirabilité économique car il répond à une demande structurelle de main-d’œuvre. Les pouvoirs publics voient volontiers en lui l’obstacle à l’intégration des immigrés déjà installés. Cette figure sociale du clandestin, que d’aucuns s’exercent régulièrement à compter, demeure une constante de l’imaginaire sur l’immigration extra-européenne, qui s’est vue progressivement dépouillée de son statut hier préférentiel avec la métropole par rapport à des Européens hier vus comme fraudeurs à l’asile, au séjour et au travail (le changement d’image de l’immigration portugaise depuis son entrée dans la légalité, notamment avec l’Europe, est significatif de cette mutation).

  • 10 Jean-Robert Henry, in L’Europe et toutes ses migrations, op. cit.
  • 11 Catherine Wihtol de Wenden, « Minorités immigrées : la question de l’allégeance nationale », in Se (...)

33L’envahisseur constitue une troisième image, plus diffuse mais néanmoins présente dans les discours relatifs aux flux migratoires. Jean-Robert Henry10 rappelle qu’on emploie à son encontre un vocabulaire marin (vague, flux, reflux, boat people) face à une perception erronée de la pression démographique de l’autre côté de la Méditerranée. La dimension sécuritaire est souvent une composante de cette image où la proximité est perçue comme une menace (la menace du Sud) et la dimension militaire, voire géostratégique, n’est pas absente : la frontière culturelle avec le Sud, la Méditerranée, nouveau Rio Grande, le défi du nombre, du foulard, des allégeances, de la guerre du Golfe, du terrorisme11. A l’opposé, certains entretiennent un discours sur la « préférence européenne » à l’égard de l’Est chrétien, peu visible, « assimilable », dans ce jeu croisé des frontières entre le « eux » et le « nous ».

L’imaginaire germano-turc

34La stabilité relative des images de l’étranger, en France comme en Allemagne, aboutit outre-Rhin à une crispation autour d’autres stéréotypes : l’étranger par rapport au national, l’autre comme ennemi intérieur, celui dont on célèbre les cultures.

35L’opposition étranger/national prend ses sources dans la définition de la nation allemande. Même si la pratique de l’accès à la nationalité a évolué du fait d’une ouverture de la nationalité allemande à la citoyenneté de résidence depuis 1990, le gouvernement de Bonn n’a pas cédé sur la double nationalité et les Turcs apparaissent parfois comme citoyens de deuxième classe par rapport aux Maghrébins et à leurs militants civiques.

  • 12 Nora Räthzel, « racisme et antiracisme », in Bernard Falga (op. cit., note 2). Voir aussi Ulrich B (...)

36Comme le rappelle Nora Räthzel12, jusqu’au milieu des années 1980, les immigrés ne sont pas mentionnés dans les discours sur la nation allemande, de même qu’inversement, les discours sur les étrangers n’évoquent pas à leur propos de dangers pour la nation allemande, sauf à l’extrême droite. Pourtant, les étrangers sont perçus comme étant la cause de problèmes sociaux, bombe à retardement mettant en cause l’équilibre social (le débat sur le welfare State).

  • 13 Nora Rüthzel. même référence que note 12.

37Dans la seconde moitié des années quatre-vingt, l’idée d’un envahissement par les étrangers qui menaceraient la nation ou l’identité allemande gagne les milieux politiques « respectables » (parti CSU de Bavière) qui mettent en garde contre une « société où il y aurait brassage des races13 ». Puis, la xénophobie dans l’ancienne RDA (attentats racistes de 1993) attise le débat.

  • 14 Anne Dumasy, « Le droit d’asile en RFA », Hommes et Migrations, n° 1192, nov. 1995.
  • 15 Anne Dumasy, « Les Allemands de la Volga sont de retour », Hommes et Migrations, n° 1205, janv.-fé (...)

38Les années 1990 sont marquées par une double image de l’étranger : du demandeur d’asile au clandestin. En attestent les débats sur la réforme du droit d’asile, qui se sont achevés par la réforme de 1993, dont l’effet a été de diminuer de moitié le nombre des candidats à l’asile dès la première année qui a suivi. Dès lors que le « problème » de l’asile a été supposé résolu14, le sentiment de menace s’est déplacé pour se fixer sur le « problème » des clandestins. A l’Est, les expressions de xénophobie (« Dehors les étrangers », « L’Allemagne aux Allemands ») peuvent être interprétées comme un acte symbolique d’adhésion à la communauté supposée des Allemands. Il s’agit de prendre de l’avance par rapport aux Allemands de l’Ouest dont on sait qu’ils ne s’engagent pas de la même manière pour l’Allemagne et l’identité allemande. Le rejet sert d’enjeu entre Allemands de l’Ouest et de l’Est pour savoir ce que l’on veut définir comme Allemand à l’avenir. De même, l’image de plus en plus négative qui s’est répandue à propos des Aussiedler, ces nationaux immigrés, témoigne à sa façon de la permanence du clivage étranger/national15.

39Plus radical est le passage de l’image de l’ennemi intérieur à l’affirmation du nationalisme différentialiste. Enracinement historique et culturel, moindre importance donnée à l’État, coût de la réunification : tels sont les ingrédients du passage au nationalisme différentialiste qui s’oppose à l’identification de la nation comme démocratie jusqu’aux années 1980. Si l’intégration semble mieux réussie économiquement et socialement en Allemagne qu’en France, l’accès parcimonieux à la citoyenneté a pour conséquence que les étrangers ne font pas partie du « nous ». L’ennemi intérieur apparaît ainsi comme un autre, exotique et menaçant.

  • 16 Frank-Olaf Radke, « Le multiculturalisme en Allemagne, successeur post-moderne du nationalisme ? » (...)

40En parallèle de ces dérapages imaginaires, le multiculturalisme a fait florès tout au long des années 1980 (« le monde pour hôte et les peuples pour amis »), opposant à la violence l’idée que l’État doit protéger les minorités et les faire s’exprimer. Il propose une définition de soi où l’étranger a sa part. Contesté à l’aube des années 199016, il continue à faire vivre des images positives de l’autre, bien qu’il semble avoir pris quelques rides.

Conclusion

  • 17 Werner Ruf et Catherine Wihtol de Wenden (Coord.), « Regards croisés France-Allemagne ». Hommes et (...)

41Dans ce jeu croisé des imaginaires entre la France et l’Allemagne autour de la figure mythique de l’immigré, se construisent de nouvelles frontières intérieures au gré de thématiques où les effets de mode ont aussi leur part. Par-delà ces représentations collectives, on peut s’interroger sur la définition et l’élaboration d’une Europe culturelle, ferment de la citoyenneté européenne, qui devra à la fois conserver et dépasser les identités nationales tout en incluant, en France et en Allemagne, chacune « ses » étrangers17.

Notes

1 Catherine Wihtol de Wenden, Anne de Tinguy (dir.), L’Europe et toutes ses migrations, Bruxelles, Complexe, 1995.

2 Bernard Falga, Catherine Wihtol de Wenden, Klaus Leggewie (dir.). Au miroir de l’Autre. De l’immigration à l’intégration en France et en Allemagne, Paris, Cerf, 1994. Voir aussi : Riva Kastyoryano, La France, l’Allemagne et leurs immigrés, Paris, A. Colin, 1997.

3 Sur le cas français, voir Catherine Wihtol de Wenden, « L’Autre au quotidien » in Bertrand Badie, Marc Sadoun (dir.), L’Autre. Études réunies pour Alfred Grosser, Paris, Presses de Sciences-Po, 1996. Voir aussi « Imaginaire colonial. Figures de l’immigré », Hommes et Migrations. n° 1207, mai-juin 1997.

4 Catherine Wihtol de Wenden, « Nation et citoyenneté, un coupel d’associés rivaux », in Nations et nationalismes, Paris. La découverte, Les dossiers de l’Etat du monde, 1995.

5 Claire de Galembert, « L’État et les religions des immigrés en France et en Allemagne », in Bernard Falga (op. cit., note 2).

6 Rémy Leveau, « Migrations et imaginaires sociaux à l’épreuve de la guerre du Golfe ». Etudes internationales, vol. XXIV. n° 1, mars 1993.

7 Cf. l’enquête réalisée par le CERI en 1992, Catherine Wihtol de Wenden, Anne de Tinguy (dir.). Flux de l’Est et mouvements migratoires dans le cas français, Paris, Contrat FAS/FNSP/CERI, mars 1993. Des extraits ont été publiés dans Panoramiques : « Est : ces immigrés qui viendraient du froid », mars 1994.

8 Lire, à ce propos, Emmanuel Todd, Le destin des immigrés, Paris, Seuil, 1995.

9 Catherine Wihtol de Wenden, « Que sont devenues les associations civiques issues de l’immigration ? », Hommes et Migrations : Citoyennetés sans frontières, n° 1206, mars 1997.

10 Jean-Robert Henry, in L’Europe et toutes ses migrations, op. cit.

11 Catherine Wihtol de Wenden, « Minorités immigrées : la question de l’allégeance nationale », in Secrétariat général de la Défense nationale, L’Etat-nation et son avenir, Paris, 1995.

12 Nora Räthzel, « racisme et antiracisme », in Bernard Falga (op. cit., note 2). Voir aussi Ulrich Bielefeld, « Existence et image de l’étranger en Allemagne », in Bernard Falga (op. cit., même référence).

13 Nora Rüthzel. même référence que note 12.

14 Anne Dumasy, « Le droit d’asile en RFA », Hommes et Migrations, n° 1192, nov. 1995.

15 Anne Dumasy, « Les Allemands de la Volga sont de retour », Hommes et Migrations, n° 1205, janv.-févr. 1997.

16 Frank-Olaf Radke, « Le multiculturalisme en Allemagne, successeur post-moderne du nationalisme ? ». Hommes et Migrations, n° 1192, nov. 1995.

17 Werner Ruf et Catherine Wihtol de Wenden (Coord.), « Regards croisés France-Allemagne ». Hommes et Migrations, n° 1223, janv.-févr. 2000. Voir aussi Michael Bommes. Stephen castles, Catherine Wihtol de Wenden (coord.), « Migration and Social Change in Australia. France and Germany », IMIS Beiträge, Special Issue 13/1999 (Univ. D’osnabrück).

Notes de fin

* CNRS. CERI.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540