Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Troisième partie. Des opportunités pour les nouveaux acteurs?

19. Une politique méditerranéenne des chercheurs ?

François Siino

Texte intégral

  • * IREMAM/MMSH (Aix-en-Provence).

1Note portant sur l’auteur*

2La dimension internationale de la recherche scientifique dans l’espace que l’on nomme aujourd’hui « euro-méditerranéen » constitue un phénomène bien antérieur à l’entrée de cette dénomination dans le discours commun. C’est sans doute à partir de sous-espaces nationaux, régionaux, voire d’initiatives locales, qu’il faudrait esquisser une histoire des relations scientifiques dans cette région, en prenant en compte des histoires nationales – et bien sûr coloniales – différentes, des traditions scientifiques et disciplinaires diversifiées et des constructions institutionnelles de formes variées. Sans doute constaterait-on alors que chercheurs et intellectuels sont, bien avant les politiques, des précurseurs et des expérimentateurs d’un espace de pensée méditerranéen.

  • 1 Règlement du Centre universitaire méditerranéen, art. 3, in Annales du Centre universitaire médite (...)

3En restant dans les limites du xxe siècle, il suffit de rappeler la création à Nice en 1933 d’un Centre Universitaire méditerranéen dispensant des cours de langues et de civilisations méditerranéennes, de français pour étudiants étrangers, tout en organisant régulièrement des conférences portant sur « la civilisation du bassin méditerranéen et sur des questions d’ordre international1 ». Sous l’égide de Paul Valéry, qui en fut le premier administrateur et qui en rédigea le projet intellectuel, le Centre universitaire méditerranéen devint progressivement un lieu où le public pouvait aller à la rencontre non seulement de savants français de toutes disciplines, mais aussi « d’éminents conférenciers étrangers » venus d’Italie, d’Égypte, d’Allemagne, du Maroc ou de Grèce... Cette expérience inédite d’échanges intellectuels trans-méditerranéens s’institutionnalisera sous forme de chaires permanentes ; c’est ainsi que, dans le cadre de la chaire « Mohamed Ali » d’études égyptiennes, l’écrivain Taha Hussein viendra à Nice en 1949 donner des conférences sur son pays. Elle laissera également une trace sous la forme d’une revue, les Annales du Centre universitaire méditerranéen qui paraîtra entre 1948 et 1973.

4Cette tentative d’élaboration d’un espace intellectuel et scientifique commun en Méditerranée, qui ne se confond pas avec la science coloniale élaborée dans d’autres cadres, sera relayée après les indépendances par des échanges d’une intensité incomparablement plus grande.

5Ces échanges, basés sur des flux massifs de personnes, avaient pour but principal la formation des élites scientifiques, administratives et intellectuelles des pays du Sud. Il en résultera, comme en surplus, la naissance d’un nombre considérable de questionnements intellectuels et de projets scientifiques communs et l’établissement de liens forts et durables qui persistent jusqu’à aujourd’hui. L’espace franco-maghrébin par exemple, de par l’intensité particulière des liens qu’il a vu naître, illustre assez bien les séquences historiques qui se sont succédé depuis l’indépendance des pays de la rive sud de la Méditerranée.

Des projets scientifiques communs aux réseaux de recherche

  • 2 Pour les sciences humaines et sociales, on peut se faire une idée de la « tradition scientifique » (...)

6Dans une première période qui suit immédiatement les indépendances, une politique de coopération vigoureuse se met en place visant à former des cadres nationaux, notamment universitaires. Majoritairement orientée vers la France, cette politique de formation est aussi (plus ou moins volontairement) une politique scientifique, puisque l’on forme aussi les « savants » qui vont constituer les premiers piliers des systèmes scientifiques maghrébins en construction. Des milliers de jeunes étudiants sont ainsi accueillis dans les universités et les laboratoires français. Ils y séjournent de longues périodes – en général le temps d’achever leur thèse d’État – et y côtoient durablement non seulement les maîtres qui les forment, mais aussi des pairs de la même génération. En sens inverse, ce sont des milliers de coopérants du Nord qui viennent participer au démarrage, ou au redémarrage, des systèmes universitaires nationaux. En 1970, leur nombre est estimé à 1 400 en Algérie, à près de 300 en Tunisie. Là où, comme en Algérie, l’université existe déjà, ces jeunes chercheurs contribuent, avec leurs collègues déjà formés, à l’invention et à l’ouverture de nouveaux champs de recherche. Pour eux aussi, le cadre de la coopération devient une expérience centrale de leur socialisation scientifique qui, dans bien des cas, ne manquera pas de façonner leur carrière ultérieure. Ils y apprennent à adopter « le point de vue du Sud », et les objets de recherche qu’ils commencent alors à défricher seront plus tard repris par leurs étudiants en France2.

7De cet ensemble de flux croisés et de cohabitations prolongées naissent des liens d’interconnaissance, d’estime réciproque et la formulation de projets scientifiques qui réunissent autour de préoccupations proches les univers scientifiques des rives nord et sud de la Méditerranée.

8Progressivement, ces liens scientifiques et humains s’institutionnalisent dans le cadre codifié de la coopération scientifique bilatérale. Si la dimension de formation reste encore durablement présente, elle est progressivement complétée par une dimension de projets scientifiques communs. Cette coopération passe par le canal de la coopération interétatique coordonnée par les ministères des Affaires étrangères, mais aussi, très précocement, par celui des grands établissements scientifiques – CNRS, IRD (ex-ORSTOM), INSERM... – qui développent avec une certaine autonomie leurs propres actions et procédures. Dans ces différents cadres sont mises en place des instances mixtes, principalement composées de scientifiques du Nord et du Sud, chargées de sélectionner et d’évaluer les projets. Pendant toute une période où les États maghrébins ne consacrent que très peu de moyens à la recherche scientifique, l’espace de la coopération scientifique franco-maghrébine joue un rôle extrêmement important ; non seulement en tant que source de soutien matériel qui permet d’assurer tant bien que mal le fonctionnement de cette recherche, mais aussi en tant qu’instance de reconnaissance symbolique de la qualité du travail scientifique effectué par les équipes naissantes.

9La période la plus récente se caractérise par le développement d’une dimension multilatérale de plus en plus marquée de la coopération scientifique. Au fil du temps, les liens primordiaux que les universitaires maghrébins entretenaient avec leur laboratoire de formation à l’étranger se sont diversifiés par différents processus. Le plus important est sans doute « l’essaimage » des chercheurs français quittant leur laboratoire d’origine pour un autre, implantant ainsi en plusieurs endroits leurs liens maghrébins. Cet élargissement des contacts scientifiques des équipes du Sud suit aussi l’élargissement des réseaux des équipes européennes avec lesquelles ils entretiennent des liens privilégiés, la multiplication des contacts créant elle-même un cercle vertueux (invitation dans des colloques et rencontres...) qui nourrit le processus de diversification. Ce processus est de plus encouragé depuis les années 1980 par la mise en place de programmes imposant le principe du fonctionnement multilatéral : programmes européens, mais aussi ceux des grands établissements de recherche comme les PICS (Programmes internationaux de coopération scientifique) du CNRS, etc.

10Cette dernière période voit ainsi se généraliser un mode de fonctionnement, souvent désigné par la notion de « réseau scientifique » ou « réseau de recherche », termes qui deviennent un leitmotiv des politiques scientifiques à tous les niveaux. Les vertus dont est couramment paré ce type d’organisation des liens scientifiques ne dispensent pas pour autant d’une interrogation critique sur cette configuration apparemment nouvelle dans l’espace euro-méditerranéen. Il faut notamment s’interroger sur la façon dont les réseaux articulent des logiques institutionnelles (politiques de recherche) et des logiques d’acteurs singuliers (politique des chercheurs). D’un côté, les politiques de recherche traduisent des attentes qui peuvent être très variables suivant le niveau où elles s’expriment : politique scientifique européenne, politiques étatiques, politiques des grands établissements de recherche, mais aussi celles de collectivités territoriales qui tendent à intervenir plus fréquemment dans ce domaine. D’un autre côté, les chercheurs, qui sont par définition les acteurs de ces politiques, ont des conceptions propres quant à leur rôle, la nature de leurs activités, leurs objectifs, etc. En d’autres termes, il faut se demander à quelles conditions l’espace euro-méditerranéen peut devenir un espace scientifique où s’expriment de façon équilibrée les attentes politiques et celles des acteurs de la recherche.

Les réseaux scientifiques euro-méditerranéens : mythologie et réalités

  • 3 Sur l’émergence et la généralisation de l’expression de « société civile » dans les discours porta (...)
  • 4 Le caractère mythique de ce type de représentation a été démontré notamment par les travaux de Bri (...)

11Aujourd’hui, force est de constater qu’au delà-de l’évolution objective des relations scientifiques internationales, qui tendent de plus en plus à sortir du cadre des strictes relations interétatiques bilatérales, la notion de « réseau scientifique » (ou universitaire) participe d’une mythologie particulièrement bien implantée dans l’espace euro-méditerranéen. Dans les rhétoriques officielles, et notamment dans le cadre du partenariat euro-méditerranéen mis en place à Barcelone en 1995, les réseaux apparaissent ainsi comme des systèmes pacifiés et égalitaires symbolisant le plus parfaitement les mérites d’une « société civile » mystérieusement dégagée des passions et des tensions qui traversent le politique3. Supposés dotés d’une plus grande autonomie sur la scène internationale que les programmes interétatiques bilatéraux, les réseaux scientifiques représentent ainsi la face optimiste de l’ordre transnational en Méditerranée, par opposition à sa face obscure qu’incarnent les réseaux terroristes ou mafieux. D’une certaine façon, ce type de représentation s’inscrit également dans la continuité du discours des organisations internationales sur le caractère spontanément international de la science, et d’une vision très idéalisée de la communauté scientifique internationale4.

  • 5 François Siino (1999), Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine, thèse de doctorat en scie (...)

12Cette rhétorique dominante a pour inconvénient de dissimuler un certain nombre de réalités. En premier lieu, elle est sous-tendue par une représentation atemporelle qui, en privilégiant la dimension spatiale (ou géographique) inhérente au terme de réseau, a tendance à oublier la dimension historique déterminante de la constitution d’un espace scientifique partagé, à travers les différentes séquences évoquées plus haut à propos des relations franco-maghrébines. Les réseaux de chercheurs ne surgissent pas ex nihilo à n’importe quel moment du seul fait de propositions de financements ou de mise en place de programmes institutionnels. Même lorsqu’ils semblent le faire, ce qui surgit n’est jamais que la réactivation et la cristallisation ponctuelle de liens noués antérieurement lors de longs séjours de formation, d’enseignement ou de recherche sur le terrain. Cette dimension historique de la structuration des réseaux scientifiques à partir des flux humains et de la formulation de projets scientifiques et intellectuels communs est tout à fait claire lorsque l’on analyse les politiques scientifiques des pays du Sud5.

13En deuxième lieu, concernant leur supposée « autonomie », il n’est pas entièrement faux de considérer, au moins d’un point de vue purement opérationnel, que les réseaux internationaux de recherche peuvent offrir à leurs participants une certaine souplesse et une plus grande adaptabilité. Du fait de la multilatéralité d’une part, et de la superposition de niveaux de soutien variés (les États, l’Union européenne, les régions, les institutions privées) d’autre part, ils peuvent parfois accroître de façon appréciable leur marge de manœuvre. De ce point de vue, d’ailleurs, les réseaux internationaux de recherche constituent en eux-mêmes des « objets » d’analyse tout à fait intéressants pour saisir de façon empirique comment peuvent s’articuler des politiques scientifiques nationales, supra et infranationales.

14Mais, si autonomie il y a, il s’agit pour le moins d’une autonomie limitée par toute une série de contraintes qui pèsent sur l’activité de ces acteurs particuliers.

  • 6 Rapport sur les études méditerranéennes, par Robert Ilbert, ministère de la Recherche et de la Tec (...)

15Les contraintes institutionnelles d’un premier type sont celles qui découlent du cadre politique dans lequel s’inscrivent les programmes de recherche. Ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, le partenariat euro-méditerranéen issu de la conférence de Barcelone en 1995 exclut de ses programmes régionaux la Libye et les Balkans, alors que la logique scientifique (sans parler de l’actualité politique) appellerait des efforts redoublés en direction de zones déjà identifiées depuis plusieurs années comme des vides dans le dispositif6.

  • 7 Programme Euro-Med Sciences humaines dont le principe a été approuvé en 1998, et dont le lancement (...)

16D’autres contraintes institutionnelles sont plus directement liées au caractère contractuel des programmes de recherche mis en place, en particulier dans le cadre de l’Union européenne. L’absence d’un personnel spécifique chargé de la sélection, de la gestion et de l’évaluation des programmes méditerranéens implique que ces activités ont pu être confiées en sous-traitance à des cabinets privés, au risque de « dérapages » difficilement contrôlables. La prise de conscience de cet état de fait a déjà entraîné en 1995 le blocage définitif des programmes de coopération décentralisée (programmes MED), qui se voulaient pourtant les principales sources de soutien des actions de la « société civile ». Dans le domaine de la recherche, pour des raisons similaires, un grand programme euro-méditerranéen de recherche en sciences sociales et humaines7, bien qu’approuvé plusieurs fois au niveau politique depuis 1998, a été gelé sine die avant même que d’avoir été lancé. Ce problème du type de médiation à mettre en place entre un centre politique (l’Union européenne) et des initiatives par définition « éparpillées » des acteurs reste à ce jour l’une des questions irrésolues du partenariat régional méditerranéen. Ce n’est pas un hasard si le problème se pose avec une plus grande acuité pour les sciences « molles » que pour les sciences dites dures, les premières se caractérisant justement par un degré d’éparpillement incomparablement supérieur aux secondes.

17A ceci s’ajoutent des contraintes plus proprement politiques. Les lignes de fracture internationales et les tensions locales ne manquent pas non plus de peser sur les programmes qui voudraient, par exemple, faire collaborer chercheurs israéliens et palestiniens. Un chercheur libanais se rendant à un colloque auquel participent des Israéliens est passible, lors de son retour dans son pays, de poursuites judiciaires. Et qui se risquerait à prévoir la date à laquelle les chercheurs algériens pourront à nouveau organiser régulièrement des rencontres scientifiques internationales dans leur pays ?

18Il convient également de nuancer l’émancipation dont sont censés jouir les réseaux scientifiques internationaux vis-à-vis des États et de l’ordre national. Dans un registre mineur pour notre propos, on peut constater que le national reste souvent un passage ou une ressource pour accéder aux réseaux et programmes internationaux, ce qui n’est d’ailleurs pas une spécificité « méditerranéenne » et concerne tout autant les programmes intra-européens. Les ministères des Affaires étrangères et leurs représentants auprès de la Commission européenne, les liens personnels avec des fonctionnaires qui pour être « européens » n’en gardent pas moins leur nationalité d’origine, sont autant de canaux par lesquels circulent à la fois l’information et les recommandations, et de tels éléments peuvent jouer un rôle non négligeable dans la décision finale. Cette médiation nationale de l’accès à l’international (en l’occurrence dans le cadre européen) revêt même un caractère tout à fait officiel avec la mise en place d’instances telles que le Club des organismes de recherche associés (CLORA), véritable lobby officiel de l’ensemble de la recherche française auprès de la Commission européenne8.

  • 9 Sur l’évolution des migrations estudiantines du Maghreb en France, voir les travaux de Valérie Sim (...)

19D’autres contraintes d’origine stato-nationale sont en revanche plus spécifiques à l’espace euro-méditerranéen. Les réseaux scientifiques, pour « transnationaux » qu’ils soient, n’en sont pas moins tenus – à la différence des réseaux criminels ou clandestins – de respecter les lois nationales des pays de la région, notamment en matière de circulation des personnes. Or, en une quarantaine d’années, la donne a été considérablement modifiée entre les rives nord et sud de la Méditerranée. L’exemple de l’espace franco-maghrébin constitue là encore une bonne illustration : dans la période qui suit immédiatement les indépendances, les flux de formation et de coopération scientifiques sont intenses et soutenus pas une volonté politique affichée. Les étudiants maghrébins se forment massivement dans les universités et les laboratoires français au cours de longs séjours qui peuvent durer jusqu’à dix ans. A partir des années 1970-1980, les choses changent. En même temps que la France donne un coup d’arrêt à l’immigration de travail (en 1974), se met en place un cadre juridique qui réglemente strictement l’accueil et le séjour des étudiants étrangers. L’obtention d’un visa de long séjour pour études – puis d’un visa tout court – devient problématique alors que se construit une image négative de l’étudiant étranger : celui-ci est de moins en moins considéré comme un membre des futures élites dirigeantes de son pays et de plus en plus comme un « faux étudiant » et « vrai immigré9 ». De fait, le contrôle des flux scientifiques, universitaires et intellectuels au sens large échappe progressivement aux universités et aux instances de coopération pour ne plus relever que du ministère de l’intérieur et des préfectures, qui disposent d’une large marge d’interprétation des textes pour accorder un visa et renouveler un titre de séjour.

  • 10 Données présentées par Lise Andresen-Vollenweider et Victor Borgogno lors de la rencontre « Diplôm (...)
  • 11 Selon les travaux de Vincent Geisser et Saïd Ben Sedrine, environ 40 % des étudiants tunisiens for (...)

20Cette tendance à la fermeture en direction du Sud s’accompagne d’une ouverture plus grande aux flux intra-européens et révèle une politique délibérée de réorientation de la coopération universitaire et scientifique des pays du Nord de la Méditerranée. Durant la décennie 1984-1994, le nombre d’étudiants venus du Maghreb en France a décru de près de 20 % tandis que le nombre d’étudiants venus d’Europe croissait de 55 %10. En corollaire, de récentes enquêtes montrent que la formation des étudiants maghrébins au sein des autres pays de l’Union du Maghreb arabe est en train de devenir un phénomène majeur11

  • 12 Espace composé des treize pays européens signataires de la Convention d’application de l’accord de (...)

21Si des collaborations scientifiques se poursuivent malgré tout entre les deux rives de la Méditerranée, c’est donc plutôt sur la base de séjours de courte durée : quelques jours pour une rencontre ou un colloque, de un à trois mois pour des recherches documentaires ou des manipulations en laboratoire nécessaires à une publication... Et devant les pesantes démarches à accomplir, nombre d’universitaires du Sud renoncent avant même que d’avoir essayé à pénétrer dans l’espace dit « de Schengen12 ».

Les chercheurs, entre utopie scientifique et dépendance institutionnelle

22Toutes ces contraintes font que c’est paradoxalement au moment où un cadre politique global (le partenariat euro-méditerranéen) est mis en place, où les moyens semblent les plus abondants et les soutiens institutionnels les plus diversifiés que la construction d’un espace scientifique euro-méditerranéen semble la plus problématique. Cet ensemble de limites politico-institutionnelles est assez rarement perçu dans sa globalité par les chercheurs qui, de leur côté, ont leurs propres visions de ce que devrait être leur place et leur action dans le cadre euro-méditerranéen. Ces perceptions et ces façons d’investir la dimension internationale de la recherche en Méditerranée peuvent revêtir plusieurs formes.

Une utopie scientifique méditerranéenne

  • 13 Cf. la mise au point critique de Robert Ilbert et Gérard Chastagnaret, « Éviter la guerre des cult (...)
  • 14 Cf. Jean-Robert Henry (1991), « La France et le mythe méditerranéen », in H.El Melki (dir.) : La M (...)

23Un premier type d’attitude consiste à tenter de conjurer les réalités conflictuelles de l’espace méditerranéen en posant l’idée d’une communauté scientifique totalement dégagée des fractures politiques, identitaires et économiques. Reprenant à leur compte le discours officiel sur la société civile, les chercheurs se présentent alors comme la quintessence et l’expression idéale de celle-ci. La Méditerranée leur apparaît propice à l’invention d’une sorte de paradis des chercheurs au sein duquel la libre communication des esprits aurait la propriété d’effacer les tensions et les conflits réels. On baigne alors dans une utopie qui nie d’autant plus la réalité que celle-ci refuse de s’y conformer : ainsi l’exaltation d’un modèle civilisationnel méditerranéen alternatif à la mondialisation anglo-saxonne passe sous silence la crainte principale des pays du Sud qui est plutôt celle d’une hégémonie économique européenne13 ; de même, la mise en avant d’origines et de destinées communes tente difficilement de faire oublier les déchirements identitaires du présent. Cette revendication active d’une mythologie de la conciliation14, cette volonté de façonner une utopie scientifique méditerranéenne, si elle se heurte trop durement à une réalité moins idyllique, peut s’effondrer brutalement et, passant d’un extrême à un autre, donner à penser que rien n’est possible et que la partie est perdue avant que d’être jouée. Les plus convaincus n’ont plus, dès lors, comme ressource que de forcer la réalité, de soumettre sa lecture aux attentes de leur rêve méditerranéen. Une telle attitude participe certes à la gestion symbolique des relations euro-méditerranéennes, mais au prix de la disparition du recul critique nécessaire à l’analyse.

Compétence contre autorité : une politique d’experts

  • 15 Comme le faisaient remarquer Kacem Basfao et Jean-Robert Henry au moment de la guerre du Golfe : « (...)

24Un deuxième type d’attitude possible de la part des chercheurs est le désir d’intervenir concrètement dans la construction de « l’euro-méditerranée », en dehors des modes habituels de fonctionnement dans le champ scientifique. Ce désir légitime repose sur la certitude de détenir des solutions aux problèmes qui se posent et sur la conviction que ces solutions ne sont pas à la portée de ceux qui ont la charge de régler les problèmes. D’où la tentation de généraliser un fonctionnement sur le mode de l’expertise et de la réponse à la demande, tentation qui se trouve accentuée dans l’espace méditerranéen par la multiplication des crises politiques nationales et internationales dont la région est un théâtre permanent15.

  • 16 « Les sciences de l’homme au CNRS. Entretien avec Alain d’Iribarne » (alors directeur du départeme (...)

25Certes, l’expertise n’est pas condamnable en soi et peut être considérée comme une fonction sociale non négligeable de la recherche. On peut même envisager avec Alain d’Iribarne que « les questions de la société civile à la science ont une vertu capitale : elles se moquent du découpage disciplinaire et de la construction des savoirs scientifiques16 », et suggérer ainsi que la communication entre les chercheurs et la société ne tient pas seulement au simple accomplissement d’un devoir citoyen, mais constitue également une chance d’enrichir l’approche scientifique elle-même.

26Ces vertus n’ont toutefois de réel effet qu’à la condition que les chercheurs puissent librement discuter de la pertinence des questions posées et éventuellement les reformuler de façon scientifique. En d’autres termes, il s’agit là d’une expertise qui s’exerce sous contrôle du champ scientifique et selon ses règles propres.

  • 17 Michel de Certeau (1990 réed.), L’invention du quotidien – 1. Arts de faire, Paris, Gallimard (Col (...)

27Dans le cas contraire, c’est-à-dire si un nombre limité d’experts auto-proclamés de la Méditerranée détient dans chaque discipline un quasi-monopole d’expression, on se retrouve dans la situation décrite par Michel de Certeau, celle du simple « échange de compétence contre de l’autorité. A la limite, plus l’expert a d’autorité, moins il a de compétence, jusqu’à ce que son fonds s’épuise, telle l’énergie nécessaire au lancement d’un mobile. Pendant le temps de cette conversion, il n’est pas sans compétence (il lui en faut une, ou faire croire qu’il en a), mais il abandonne celle qu’il possède à mesure que son autorité s’étend plus loin, exorbitée par la demande sociale et/ou par des responsabilités politiques17 ».

28Enfin, entre l’utopie scientifique méditerranéenne et la tentation politique, les chercheurs ne sont pas à l’abri de réflexes moins avouables que l’on pourrait qualifier de corporatistes. L’importance des moyens potentiellement accessibles, notamment auprès de l’Union européenne, peut induire des stratégies qui visent principalement la captation de ressources financières destinées à alimenter la mise en place et le fonctionnement de structures (déplacements, rencontres) dont les appellations prestigieuses sont totalement déconnectées de leur contenu réel. Ainsi, dans le pire des cas, le terme de réseau scientifique (ou universitaire) peut ne recouvrir que de pures créations de circonstance, ne devant leur existence qu’à la conjugaison d’une capacité d’accès au centre politique, d’une anticipation des attentes et d’une présentation institutionnellement séduisante ou rassurante pour les bailleurs de fonds. On voit alors surgir quantité d’entités « hors les murs » (universités, académies...) dont le discours épouse très fidèlement les lignes officielles du partenariat euro-méditerranéen, et dont les activités difficilement identifiables se résument en général à l’ambition de mettre en réseau des réseaux déjà existants, avec un résultat intellectuel aléatoire. A l’inverse, des projets véhiculant une réelle démarche scientifique, mais s’inscrivant moins dans cette logique institutionnelle, courent le risque d’être rejetés.

Le risque du repli

29Ces différentes façons de s’inscrire mentalement et par la pratique dans un espace scientifique euro-méditerranéen concrétisé par les réseaux internationaux de recherche ne semblent pas susceptibles de surmonter les contraintes institutionnelles qui accompagnent les orientations actuelles du partenariat, ni capables de restaurer une intensité d’échange et d’interpénétration intellectuelle comme celle qui caractérisait la période suivant les indépendances.

30On peut bien entendu objecter à cela que l’un des aspects positifs de « l’élargissement euro-méditerranéen » est incontestablement d’aider à sortir de relations traditionnelles entre riverains et de favoriser l’apparition dans cet espace d’acteurs nouveaux jusque-là peu présents, tels que les pays du nord de l’Europe. Mais un tel progrès qualitatif ne peut suffire à conjurer l’une des principales menaces qui pèse sur l’espace scientifique méditerranéen, celle d’un repli progressif sur eux-mêmes des réseaux existants.

31En l’absence d’un apport extérieur renouvelé et devant les difficultés pour ouvrir le plus largement possible les participations, la tentation peut être grande de glisser vers un fonctionnement en circuit semi-fermé dans lequel un certain nombre d’acteurs (individuels ou collectifs tels que laboratoires, universités...), unis par des liens de connaissance et de reconnaissance, échangent des participations croisées aux actions mises en place. Même si la possibilité existe de coopter des participants nouveaux, ces derniers n’ont en général que peu d’influence sur le choix des thématiques, l’organisation des échanges, bref sur la politique scientifique propre du réseau. Ce mode de fonctionnement peut à terme déboucher sur l’édification d’un espace scientifique méditerranéen à deux vitesses dans lequel une minorité d’acteurs disposerait d’accès privilégiés aux programmes et aux financements, tandis qu’une majorité se contenterait de faire de la figuration occasionnelle, voire d’être exclue du circuit. Le risque d’exclusion est particulièrement important pour les plus jeunes générations d’universitaires et de chercheurs du Sud qui, à la différence de leurs aînés, n’ont pas – ou dans une bien moindre mesure – bénéficié de longs séjours à l’étranger ou longtemps collaboré avec des scientifiques coopérants, et n’ont pu accumuler de ce fait de solides réseaux de relations internationales.

  • 18 S’agissant d’un processus progressif dont le constat de fracture n’est que le résultat, il est dif (...)
  • 19 Encore faut-il faire remarquer qu’au Maghreb comme ailleurs, les contacts scientifiques internatio (...)

32Les chercheurs maghrébins se font volontiers l’écho de cette « fracture générationnelle18 » qui recèle à leurs yeux le danger d’une coupure progressive des liens intenses qui existaient auparavant avec l’extérieur. Les plus âgés d’entre eux réalisent d’autant mieux ce risque qu’ils peuvent mesurer à quel point leurs propres expériences de migration scientifique ont joué un rôle décisif, non seulement pour leur socialisation scientifique et leur sensibilisation aux traditions de recherche étrangères, mais aussi dans l’émergence de véritables projets scientifiques communs qui ont permis la poursuite de leurs travaux et le développement de laboratoires une fois rentrés dans leurs pays. Certes, ils peuvent dans une certaine mesure transmettre aux plus jeunes ces liens et ces contacts19. Mais en matière de recherche scientifique, les héritages ne peuvent suffire, et une adresse – serait-elle électronique ! – à l’étranger ne peut compenser la difficulté à circuler d’une rive à l’autre.

  • 20 Programme Individu et société dans le monde méditerranéen musulman de la Fondation européenne des (...)

33Luttant contre cette tendance à la fermeture, certaines initiatives tentent de retisser des liens sur lesquels pourront se construire de nouveaux échanges scientifiques intra et intergénérationnels ; ainsi, depuis une dizaine d’année, l’Université méditerranéenne d’été en sciences sociales fait se rencontrer et travailler ensemble jeunes doctorants et chercheurs confirmés du Nord et du Sud ; certaines institutions comme la Fondation européenne des sciences lancent de très ambitieux programmes « méditerranéens » dans lesquels une place importante est délibérément réservée aux jeunes chercheurs20... Là encore, le caractère exemplaire de telles initiatives peut difficilement palier le ralentissement global des flux scientifiques.

  • 21 Cf. Ch. Villain-Gandossi (1996), « Les réseaux méditerranéens de recherche : des acteurs non étati (...)

34La question que pose un tel processus de repli n’est pas seulement celle du renouvellement des acteurs, mais aussi celle du renouvellement des questionnements d’ordre proprement scientifique, des objets de recherche, des problématiques et des approches. Un tel renouvellement scientifique est d’autant plus nécessaire qu’il constitue en quelque sorte un contrepoids naturel à la tendance opposée, celle du « consensus diplomatique » qui pourrait découler d’une « intimité » trop exclusive et trop prolongée entre porteurs de projets et bailleurs de fonds. Ce type d’intimité permettant rapidement aux premiers d’anticiper les attentes des seconds en viendrait à créer un « effet de club » et réduirait la capacité des chercheurs à problématiser leurs questions « de façon autonome par rapport à leur formulation sociale ou politique21 ».

35Le repli des réseaux scientifiques ne va donc pas dans le sens d’une plus grande autonomie scientifique, pas plus qu’il ne garantit la qualité et l’originalité des travaux, quelles que soient les qualités personnelles de ceux qui en sont membres.

La refondation d’un espace scientifique commun

36Étant donné les contraintes qui pèsent sur la construction euro-méditerranéenne dans son ensemble et sur sa dimension scientifique en particulier, il apparaît qu’une « politique des réseaux », telle qu’on la voit envahir le discours officiel, ne peut tenir lieu de politique scientifique si elle ne s’accompagne pas de la création (ou de la re-création) d’un véritable espace intellectuel régional commun. De ce point de vue, la principale leçon à tirer des expériences antérieures est qu’un tel espace ne peut se concrétiser que par la circulation des scientifiques et des intellectuels. L’affirmation d’un espace scientifique méditerranéen qui viendrait donner tout son sens au fonctionnement en réseau passe par une refondation des liens scientifiques, sur la base d’une politique de coopération renouvelée entre l’Europe et les pays du Sud en matière de formation et de recherche.

37Une telle politique, qui irait bien au-delà du financement de rencontres ponctuelles, devrait alors prévoir la circulation dans les deux sens d’apprentis chercheurs en formation ou de scientifiques confirmés, ainsi que des séjours prolongés au sein d’universités ou de laboratoires de l’ensemble des pays impliqués dans le partenariat euro-méditerranéen. En résumé, il s’agirait de prendre au sérieux le discours jusqu’ici surtout incantatoire sur la « société civile » et d’instaurer dans le cadre euro-méditerranéen le type même d’échanges universitaires et scientifiques qui sont en train de devenir monnaie courante entre pays membres de l’Union européenne. Si les nouvelles technologies de la communication peuvent se révéler un outil d’accompagnement incomparable d’une telle politique, elles ne peuvent évidemment s’y substituer ; non pas tant parce que les pays du Sud sont pour l’instant relativement sous-équipés en la matière, mais plus fondamentalement parce qu’on peut difficilement attendre de cet outil qu’il fasse naître à lui seul des projets pensés en commun dans la durée et encore moins le sentiment d’un espace partagé.

  • 22 Premier rapport annuel d’activité du Conseil national du développement des sciences humaines et so (...)

38Le constat a été fait récemment au niveau national français de la nécessité de favoriser l’internationalisation des pratiques de recherche – notamment dans le domaine des sciences sociales et humaines – et de l’impératif « non de travailler sur, mais de travailler avec l’étranger22 ». La transposition à l’échelle européenne d’une telle politique présenterait l’avantage de sortir d’un mode de fonctionnement et d’échange qui reste malgré tout marqué par le sceau « postcolonial » (tant du fait des pays du Nord que des pays du Sud qui savent aussi jouer de ce registre), ce dont toutes les parties se plaignent. Elle rendrait peut-être plus facile un rééquilibrage du choix des objets de recherche – notamment en sciences sociales, avec l’accès des chercheurs du Sud à des « terrains » du Nord -, condition d’une réciprocité du regard scientifique.

39Si les réseaux de recherche peuvent effectivement être synonymes d’ouverture et de démultiplication des contacts, c’est en se nourrissant avant tout de projets élaborés en commun par les chercheurs du Nord et du Sud, à charge pour ceux-ci d’obtenir ensemble dans le cadre euro-méditerranéen une autonomie scientifique comparable à celles qui ont été progressivement acquises (à des degrés divers) dans les cadres nationaux. Entre la conception utopique d’une recherche dégagée de son contexte mais privée de pertinence et une dépendance totale vis-à-vis des attentes politiques, il y a place pour une politique publique de recherche commune. Un tel objectif ne peut aller sans une institutionnalisation minimale de l’espace scientifique méditerranéen, basée sur des instances décisionnelles et scientifiques mixtes, et destinée, entre autres, à négocier et à garantir cette autonomie, ce que le financement de programmes sur contrat ne suffit pas à assurer.

40Cette perspective est bien sûr contradictoire en l’état avec les réalités de l’espace euro-méditerranéen, c’est-à-dire le chevauchement des « espaces » de nature différente que l’Union européenne articule autour d’elle. Jusqu’à présent, l’espace euro-méditerranéen est un espace voué à la libre circulation des marchandises, tandis que l’espace de Schengen, celui de la circulation des hommes, érige une frontière étanche entre les deux rives de la Méditerranée. On touche ici à l’une des contradictions majeures du processus de la construction européenne qui ne se résoudra pas en dehors d’initiatives politiques originales. Il y a déjà là un sujet de réflexion crucial que tous les chercheurs de l’espace méditerranéen ont en commun...

Notes

1 Règlement du Centre universitaire méditerranéen, art. 3, in Annales du Centre universitaire méditerranéen, vol. 2, 1949

2 Pour les sciences humaines et sociales, on peut se faire une idée de la « tradition scientifique » ainsi instituée en consultant le Répertoire des thèses soutenues dans les Universités françaises, en sciences de l’homme et de la société, sur le monde arabe et musulman » (Thesam, Travaux et documents de l’IREMAM, n° 11, Aix-en-Provence, 1990).

3 Sur l’émergence et la généralisation de l’expression de « société civile » dans les discours portant sur la Méditerranée, ainsi que sur les soubassements idéologiques que dévoile son utilisation par différents acteurs, cf. Claire Visier (1996), « L’Union européenne et la Méditerranée : la référence incantatoire à une société civile méditerranéenne ». Revue méditerranéenne d’études politiques, n° 3, pp. 23-37.

4 Le caractère mythique de ce type de représentation a été démontré notamment par les travaux de Brigitte Schroeder-Gudehus (Les scientifiques et la paix. La communauté scientifique internationale au cours des années 20. Presses de l’université de Montréal, 1978) qui a au contraire mis en relief la « fragilité d’un internationalisme scientifique » à l’occasion de la première guerre mondiale.

5 François Siino (1999), Science et pouvoir dans la Tunisie contemporaine, thèse de doctorat en science politique (dir. Ahmed Mahiou), Université Aix-Marseille III, 1999.

6 Rapport sur les études méditerranéennes, par Robert Ilbert, ministère de la Recherche et de la Technologie, mai 1992.

7 Programme Euro-Med Sciences humaines dont le principe a été approuvé en 1998, et dont le lancement a été officiellement annoncé lors de la conférence euro-méditerranéenne de Stuttgart en avril 1999.

8 Accessible sur le web à l’adresse http://www.clora.net.

9 Sur l’évolution des migrations estudiantines du Maghreb en France, voir les travaux de Valérie Simon, notamment : La migration des étudiants maghrébins en France et ses transformations ( 1962-1994), thèse de doctorat. Université Paris VII, 1997. Voir également Vincent Geisser (dir.). Diplomés maghrébins d’ici et d’ailleurs. Parcours migratoires et trajectoires d’insertion. Paris, CNRS Éditions.

10 Données présentées par Lise Andresen-Vollenweider et Victor Borgogno lors de la rencontre « Diplômés maghrébins de l’enseignement supérieur : devenir en Europe et réinsertion dans les pays d’origine », 27-28 novembre 1998, Institut Maghreb-Europe (Univ. Paris VIII).

11 Selon les travaux de Vincent Geisser et Saïd Ben Sedrine, environ 40 % des étudiants tunisiens formés à l’étranger ces dix dernières années l’ont été dans les autres pays du Maghreb. Cf. Vincent Geisser et Saïd Ben Sedrine (2000), « Les diplômés tunisiens formés à l’étranger. Analyse des profils sociologiques et des projets de retour », in Vincent Geisser (dir.), Diplomés maghrébins d’ici et d’ailleurs... Op. cit.

12 Espace composé des treize pays européens signataires de la Convention d’application de l’accord de Schengen (1985) sur la libre circulation des personnes.

13 Cf. la mise au point critique de Robert Ilbert et Gérard Chastagnaret, « Éviter la guerre des cultures », Taktik, Hors-Série avril 1999 (en ligne http://www.taktik.press.fr/med/index.html).

14 Cf. Jean-Robert Henry (1991), « La France et le mythe méditerranéen », in H.El Melki (dir.) : La Méditerranée en question. Fondation du roi Abdul-Aziz/CNRS, Casablanca/Paris, p. 197.

15 Comme le faisaient remarquer Kacem Basfao et Jean-Robert Henry au moment de la guerre du Golfe : « Les chercheurs, légitimement préoccupés de trouver un sens à leur activité, ont aussi à se garder de la dérive utilitariste qui les menace sur les deux rives. Trop souvent, les « experts », dans leur désir de transférer leurs connaissances et de les voir se concrétiser, oublient les chemins de traverse de la diffusion du savoir et les modes de communication ordinaires entre le discours savant et les autres pratiques sociales. Ils croient donner efficacité et visibilité à leur travail dans le conseil insistant au prince, ou dans la préparation à la décision des acteurs engagés sous une forme ou une autre dans la lutte contre l’autre rive. Les crises successives qui ont agité récemment les rapports euro-arabes ont pourtant bien montré, de ce côté-ci de la Méditerranée, la vanité, dans les deux sens du terme, d’interventions péremptoires et concurrentes où percent la fascination pour le pouvoir et le besoin de reconnaissance des chercheurs qui s’y livrent » (Kacem Basfao et Jean-Robert Henry (1992), Le Maghreb, l’Europe et la France, Paris, Éditions du CNRS, introduction, p. 12).

16 « Les sciences de l’homme au CNRS. Entretien avec Alain d’Iribarne » (alors directeur du département SHS du CNRS), Sciences humaines, n° 25, février 1993.

17 Michel de Certeau (1990 réed.), L’invention du quotidien – 1. Arts de faire, Paris, Gallimard (Coll. Folio essais), pp. 21-22.

18 S’agissant d’un processus progressif dont le constat de fracture n’est que le résultat, il est difficile de situer une période critique qui constituerait une ligne de démarcation nette. C’est probablement la décennie 1980 qui a vu se manifester les premières conséquences de la restriction de la circulation scientifique dans l’espace franco-maghrébin.

19 Encore faut-il faire remarquer qu’au Maghreb comme ailleurs, les contacts scientifiques internationaux sont une source de capital à la fois matériel et symbolique que les chercheurs seniors ne dilapident pas au hasard et de façon uniforme auprès de tous leurs étudiants. La dévolution de ce patrimoine s’inscrit dans le cadre de relations de pouvoir universitaire, c’est-à-dire dans « le cycle de l’échange de reconnaissance qui assure une transmission réglée de l’autorité scientifique entre les tenants et les prétendants » (Pierre Bourdieu, Homo Academicus, Paris, Éditions de Minuit, 1984, p. 104). Il y a donc là aussi un facteur possible de « rétrécissement » de l’espace relationnel.

20 Programme Individu et société dans le monde méditerranéen musulman de la Fondation européenne des sciences dont les résultats sont en cours de publication.

21 Cf. Ch. Villain-Gandossi (1996), « Les réseaux méditerranéens de recherche : des acteurs non étatiques ? ». Revue méditerranéenne d’études politiques, n° 3, p. 21.

22 Premier rapport annuel d’activité du Conseil national du développement des sciences humaines et sociales, ministère de l’Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie, juin 1999.

Notes de fin

* IREMAM/MMSH (Aix-en-Provence).

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540