Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Troisième partie. Des opportunités pour les nouveaux acteurs?

18. La Méditerranée des acteurs économiques : un espace nécessaire mais introuvable

Franck Moroy

Texte intégral

  • * Doctorant à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence

1Note portant sur l’auteur*

2Personnage historique dans l’acception braudélienne ou acteur intervenant dans le champ du politique, la Méditerranée ne serait-elle qu’une formulation de scientifiques et d’intellectuels ? Autrement dit, la Méditerranée peut-elle trouver grâce aux yeux des sphères financières et entrepreunariales pour lesquelles c’est encore la réalité d’entités nationales territorialisées situées sur le pourtour méditerranéen qui fait largement sens.

  • 1 Réalisée à partir des débats de la table ronde présidée par Maurice Flory sur « La vision de l’esp (...)
  • 2 Robert Ilbert et Anne Ruel, « Comment la Méditerranée vient aux politiques », in La Méditerranée, (...)

3L’espace méditerranéen n’est-il qu’une construction de l’esprit, étrangère aux impératifs du marché ou peut-on le considérer comme une entité dans laquelle les acteurs économiques sont susceptibles de s’inscrire. Le bilan d’un débat sur « la vision de l’espace public méditerranéen par les acteurs économiques1 », fait douter de la pertinence de l’échelle « Méditerranée ». Si elle constitue un objet scientifique efficace2, cette aire géographique n’est pas appréhendée comme un tout ou un ensemble cohérent.

Espace segmenté, stratégies plurielles

4Pour les acteurs économiques, l’espace méditerranéen ne relève fréquemment que de la rhétorique ou du discours politicien. Cette zone – « inorganisée et « hétérogène » selon leurs termes – ne recouvre aucune entité concrète si ce n’est un espace de transit de marchandises et de capitaux aux frontières incertaines, une nébuleuse de flux commerciaux et financiers, un « pont » jeté entre les pays d’Europe du Nord et ceux d’Afrique ou même d’Asie. Derrière ce vocable, il n’est d’autre réalité qu’un ensemble de pays disparates, constituant des marchés potentiels pour l’écoulement des productions des pays de la rive nord, qui flairent chez leurs proies affaiblies par les contraintes des plans d’ajustements structurels (PAS) du FMI et de la Banque mondiale, de probables débouchés économiques.

5Cette « inorganisation » latente n’est que le révélateur de l’atomisation de l’espace méditerranéen comme en attestent les attitudes et comportements pluriels des acteurs économiques à l’égard de cette aire. Leur approche de la rive sud relève fréquemment de stratégies différenciées et spécifiques, selon les pays considérés, qui ne tiennent pas seulement à la nature des produits vendus (le vendeur de détergent industriel ou celui de matériel de pompage ne développent pas la même stratégie commerciale que le vendeur d’hélicoptères militaires ou civils dotés des technologies les plus sophistiquées).

6Sphère sous hégémonie américaine, ou plus généralement anglo-saxonne, la partie orientale de la Méditerranée (Israël, Egypte et, dans une moindre mesure, la Turquie) semble une zone où la pénétration commerciale européenne est rendue difficile par une concurrence effrénée. Le Grand Maghreb, de la Libye à la Mauritanie est, pour des raisons historiques, perçu comme plus facile d’accès pour les entreprises du Vieux Continent. Toutefois, il faut là encore renoncer à toute vision monolithique vis-à-vis de cette sous-zone de l’espace méditerranéen. S’il est devenu relativement aisé d’investir en Algérie, en Tunisie ou au Maroc, le contexte politique chaotique et dramatique du premier pays, au début des années 1990, et la pesanteur des démarches administratives dans le second sont des facteurs qui dissuadent particulièrement les PME et les PMI d’opérer sur la rive sud.

  • 3 Fathallah Oualalou, Après Barcelone... le Maghreb est nécessaire, Casablanca-Paris. Éditions Toukb (...)

7L’espace méditerranéen s’avère donc n’être que la juxtaposition d’entités nationales présentant des traits distincts et requérant une stratégie commerciale ad hoc qui ne peut être pensée à l’échelle régionale. Une vision globale de cet espace serait-elle conditionnée à la relance du processus de construction d’une Union du Maghreb arabe (UMA), provisoirement enlisée dans des différends régionaux ? Si tel était le cas, comment ne pas partager l’opinion de l’économiste marocain Fathallah Oualalou qui affirme que le Maghreb est nécessaire3.

Nouvel Eldorado ou marchepied vers de nouveaux horizons ?

8A défaut de présenter une relative homogénéité, cette aire offre des potentialités commerciales qui ne laissent pas insensibles les acteurs économiques des pays de la rive nord de la Méditerranée.

9Au-delà de la rhétorique d’un développement économique garant de la dimension humaine de la main-d’œuvre des pays du Sud, force est de constater que les attentes à l’égard de l’espace méditerranéen se résument fréquemment à des délocalisations ou des sous-traitances de productions (ce que certains acteurs économiques nomment pudiquement « travailler à travers un autre pays »).

  • 4 A titre d’exemple, les droits de douane sont moins élevés entre la Tunisie et l’Égypte qu’entre la (...)

10L’implantation d’unités de production dans les pays de la rive du Sud assure en effet de faibles coûts de fabrication de biens de consommation finis ou semi-finis. De telles pratiques permettent aussi d’avoir plus aisément accès à de nouveaux marchés. L’essor du réseau routier au Maghreb et, corollairement, du transport international routier (TIR) favorise le développement de flux commerciaux avec le reste du continent africain, voire même avec la péninsule Arabique. Les axes Tanger-Johanesbourg et Tanger-Ryadh sont à cet égard significatifs. De même, ces délocalisations permettent de bénéficier de droits de douane moins élevés4 et de contourner d’éventuels obstacles administratifs.

11L’espace méditerranéen est ainsi perçu comme un espace intermédiaire, un relais pour prendre pied sur d’autres marchés régionaux (et en particulier pour accéder aux marchés moyen-orientaux sous domination anglo-saxonne). Il constitue dans cette perspective davantage un tremplin ou une base arrière, à partir de laquelle sont entreprises de nouvelles conquêtes de marchés, qu’une fin en soi, un lieu de négoce.

  • 5 Les avocats d’affaires marseillais sont ainsi souvent sollicités par des armateurs de pays d’Europ (...)

12Les pays d’Europe méridionale – et notamment la France – occupent une place de choix dans cette fonction d’intermédiaire dans les relations euro-méditerranéennes. Semblant manquer de « psychologie latine et méditerranéenne », confrontés à une barrière linguistique et souhaitant bénéficier de réseaux et d’allégeances préexistants, les acteurs économiques du Nord (Allemagne, Suède, Hollande, etc.) s’appuient sur des relais français afin de commercer avec le Sud5. Le sentiment d’altérité vis-à-vis de cette zone est moins prononcé pour le Français qui, de Casablanca à Sfax, négociera ses contrats dans sa langue maternelle alors que le fossé du langage rendra plus difficile la coopération entre un Marocain et un Allemand.

  • 6 Un entrepreneur français, à la tête d’une société aux capitaux franco-allemands installée dans la (...)

13Le discours des acteurs français (collectifs ou individuels) met en relief les prédispositions symboliques, imaginaires ou réelles, dont ils semblent disposer dans leur aptitude à faciliter la négociation et la conclusion d’accords commerciaux. Ils deviennent des « hommes frontières » efficaces et performants susceptibles de mener à bien (ou du moins de favoriser) des transactions avec les pays du Maghreb6. Parmi eux, certains n’hésitent pas à instrumentaliser une ethnicité maghrébine (redécouverte ou reconstruite) et à l’ériger en gage de réussite commerciale ou en garantie d’un investissement fructueux. Cependant, il convient de rester prudent dans le maniement de cet argument qui ferait de la théorie de l’habitus de Pierre Bourdieu un facteur causal des bons résultats du commerce extérieur français avec les pays méditerranéens.

14L’espace méditerranéen présente ainsi le paradoxe d’être un relais incontournable, pour les économies de la rive nord, qui cherchent à accéder aux marchés des pays du Sud, sans toutefois faire sens ni constituer vraiment une réalité pour les acteurs économiques. Il fait figure pour ces derniers d’espace médiant à la fois nécessaire et introuvable.

Notes

1 Réalisée à partir des débats de la table ronde présidée par Maurice Flory sur « La vision de l’espace public méditerranéen par les acteurs économiques » (Colloque L’espace public méditerranéen et ses acteurs non étatiques organisé par 1TREMAM et la Maison de Tübingen, 8-9 novembre 1996, Aix-en-Provence), cette contribution tente de cerner et d’analyser les attentes d’acteurs économiques – pour la majorité de nationalité française ou allemande – à l’égard de l’espace méditerranéen.

2 Robert Ilbert et Anne Ruel, « Comment la Méditerranée vient aux politiques », in La Méditerranée, espace de coopération ?, Paris, Economica-CERIC, 1994.

3 Fathallah Oualalou, Après Barcelone... le Maghreb est nécessaire, Casablanca-Paris. Éditions Toukball/L’Harmattan, 1996.

4 A titre d’exemple, les droits de douane sont moins élevés entre la Tunisie et l’Égypte qu’entre la France et l’Égypte. Pour un industriel français, le détour tunisien s’avère donc plus rentable et plus compétitif.

5 Les avocats d’affaires marseillais sont ainsi souvent sollicités par des armateurs de pays d’Europe du Nord afin de régler des contentieux avec des partenaires de la rive sud de la Méditerranée.

6 Un entrepreneur français, à la tête d’une société aux capitaux franco-allemands installée dans la région Provence-Alpes-Côte d’Azur (PACA) affirmait, pour justifier son lieu d’implantation, qu’il y avait davantage d’individus ayant la « fibre africaine » en France – et particulièrement dans le midi de la France – qu’en Allemagne.

Notes de fin

* Doctorant à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540