Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Troisième partie. Des opportunités pour les nouveaux acteurs?

17. Espace méditerranéen et acteurs économiques : la solitude du privé ou les débris du futur

Omar Akalay

Texte intégral

1Qu’est-ce qu’un entrepreneur privé dans un pays en développement ? C’est un homme pauvre en capitaux, pauvre en savoir-faire et qui se lance à la conquête du monde parce qu’on ne peut pas gagner sa vie autrement. A court ou à long terme, l’entrepreneur privé n’a qu’un objectif : la rentabilité. Elle est la condition de sa survie.

2Dans cette tendance lourde, le privé n’a pas de stratégie. Il exploite des opportunités. Je vais en donner des exemples. J’ai recueilli des faits comme on ramasse des coquillages, sans intention précise.

Les faits

  • 1 O. Akalay, « La zona norte de Marruecos : el decimotercer pais de la CEE », in Cooperacion cultura (...)

31 – En 1993, à Tolède, j’avais évoqué à grandes lignes l’économie informelle qui tendait à se développer entre la zone Nord du Maroc et l’Andalousie1. Les Andalous, chassés de leurs terres par les Allemands et les Hollandais, de leurs entreprises par les Koweïtiens, les Anglais et les Français, avaient trouvé dans la zone nord du Maroc une base de survie. Ils avaient des capitaux et du savoir-faire. Ils s’allièrent à des Marocains qui avaient des terres ou des usines et des ouvriers. S’ensuivit une période d’enrichissement mutuel fondé sur l’entrée en Andalousie de produits marocains au mépris des quotas communautaires. Tout le monde fermait les yeux en Europe, parce que Bruxelles n’avait pas envie d’apaiser par des subventions la colère des Andalous. Mais alors, je ne connaissais pas la mésaventure que je vais vous raconter.

4Depuis toujours, le Maroc a une production excédentaire d’agrumes qu’on n’arrive à écouler ni sur le marché intérieur ni sur les marchés extérieurs. Naquit alors l’idée de transformer ces oranges en jus. Rien de plus normal : le Maroc détruisait chaque année plusieurs milliers de tonnes d’oranges. On trouva l’acheteur américain, les crédits pour la construction de l’usine et on groupa les agriculteurs en coopérative pour souscrire au capital de l’entreprise. Pour que l’opération soit rentable, les agriculteurs devaient vendre les fruits à l’usine sur la base de 0, 50 dirham le kilo. Les agriculteurs signèrent tous les engagements qu’on voulut : il s’agissait d’oranges qu’ils jetaient. C’était tout bénéfice. L’usine fut prête dans le délai normal de deux ans. Quand elle fut prête, les excédents d’oranges avaient disparu. Les agriculteurs les écoulaient à 1, 50 dirham le kilo. Ils refusèrent de livrer à perte. Que s’est-il passé ? La politique d’ajustement structurel avait réussi – par hasard –, et la pauvreté avait reculé, mais surtout, l’Andalousie était devenue un marché clandestin pour ces oranges infiniment moins chères que les andalouses. Dilemme : fermer l’usine et rembourser les crédits à perte ; ou livrer les oranges à 0, 50 dirham et subir un manque à gagner d’un dirham au kilo. Les choses se compliquèrent : l’usine avait tablé aussi sur le marché intérieur en livrant du jus d’orange aux entreprises de boissons gazeuses. Mais entre temps, le Maroc avait libéralisé son commerce extérieur. Les limonadiers importèrent du jus d’orange du Brésil bien moins cher, même en incluant les droits de douane, que le jus marocain. La stratégie élaborée n’avait servi à rien.

5Sans le faire exprès, je viens de définir une certaine conception de l’espace méditerranéen. Une conception privée qui ne doit rien aux États respectifs. C’est dire la précarité du système. Mais aussi sa permanence et sa nécessité.

6Toutefois, cette conception de l’espace méditerranéen est une exception. En général l’espace méditerranéen est le terrain privilégié des pays du Nord. Ceci est d’ailleurs conforme à l’histoire : dès la fin du xvie siècle, Amsterdam organise cet espace méditerranéen en sa faveur. Cela dure encore, pour certains produits : la quasi-totalité des fleurs coupées des pays méditerranéens est vendue à Amsterdam ; de là, la distribution se fait à travers le monde. Marseille achète des roses marocaines à Amsterdam. De même, c’est à Rotterdam que se vend le pétrole dit spot. C’est à Rotterdam que se vendent les excédents des raffineries de pétrole de tout le pourtour méditerranéen, et c’est à Rotterdam que s’approvisionnent les pays méditerranéens en déficit. Les pouvoirs publics n’en ignorent rien, mais se soumettent à ce qui les dépasse.

72 – Voici un industriel marocain qui exploite sous licence la marque française Kickers. Son entreprise est prospère. Mais voici que la maison mère est en difficulté. Il se présente comme éventuel repreneur. L’Office marocain des changes l’autorise à transférer les capitaux nécessaires. Les pouvoirs publics français lui accordent toute leur aide et notamment les prêts participatifs. La maison mère a des filiales en Allemagne, en Espagne et au Brésil. Voici notre industriel aux commandes à Paris. Mais très vite, il panique. Il mesure son incapacité à faire face. Il se retire.

83 – Voici de jeunes ingénieurs français qui créent, à Grenoble, une petite entreprise de micro-ordinateurs. Ils sont soutenus par Jeumont-Schneider, qui commercialise leurs produits. Ils créent une filiale au Maroc, avec des jeunes ingénieurs marocains. La firme grenobloise a disparu depuis longtemps. La filiale marocaine continue d’exister en développant ses propres produits.

94 – Voici une entreprise de confection sise à Mulhouse. Elle a une usine de tissage à Abidjan qui emploie 600 ouvriers. La direction décide de fermer les deux unités pour cause de non-rentabilité. Un privé marocain propose une solution : il construira une usine de confection et s’approvisionnera en tissu à Abidjan. Le groupe de Mulhouse prendra 50 % des actions de la nouvelle affaire marocaine. Il transformera son unité de Mulhouse en comptoir de vente. Ainsi fut fait. L’aventure dura plusieurs années. Mais on ne put éviter la fermeture de l’usine d’Abidjan. La valeur du franc CFA était trop forte. Le tissu en provenance des pays du Sud-Est asiatique était moins cher.

105 – Voici un chef d’entreprise français qui gère quatre unités de confection dans une ville française. Les quatre sont non rentables ; il décide de les fermer, de les délocaliser au Maroc et de maintenir une activité de styliste, une centrale d’achat et un comptoir de vente. Le préfet lui refuse le licenciement demandé de quatre cents ouvrières. L’entrepreneur rétorque à juste titre que le paiement des salaires incombe au préfet. Aussitôt, les banques le mettent en faillite ; elles lui demandent d’aller se financer auprès des banques marocaines, puisqu’il compte installer son activité dans ce pays. Moralité : les ouvrières ont été mises en chômage ; l’entreprise a disparu, le projet marocain n’a pas été réalisé ; un centre de création de richesse a été détruit.

116 – Voici une entreprise espagnole d’appareils de dialyse qui délocalise au Maroc la partie consommatrice de main-d’œuvre de son activité. La firme délocalisée prospère au point d’acheter sa maison mère. L’Office des changes marocain donne son accord et les pouvoirs publics espagnols leur aide. Il y avait alors vingt entreprises similaires en Espagne. Il n’en reste plus que quatre, dont la marocaine. Son directeur général est marocain. Ingénieur, il est diplômé d’une École marocaine. L’entreprise s’est installée au Venezuela, en Colombie et en Hongrie. Pour le moment, elle prospère. Mais rien n’est jamais acquis définitivement.

127 – A l’inverse, voici un jeune beur français, trente ans, dont les parents sont marocains et qui a toujours vécu à Lyon. Il décide de profiter des aides que le Maroc a mises en œuvre pour permettre à ceux qui le désirent de retourner au pays. Il crée une usine de poterie à Safi. Il utilise un designer français pour moderniser le style des potiers de Safi. Son dépôt de vente est à Lyon ; mais son principal marché est à Francfort. Ce jeune homme a découvert le rôle important que joue Lyon pour le privé marocain. Nous en reparlerons.

138 – La saga de l’exportation de l’huile d’olive marocaine est aussi à étudier. Pendant quarante ans, l’huile d’olive marocaine était exportée en quasi-totalité sur l’Italie. Les prix à la tonne variaient, d’une année sur l’autre, avec une grande amplitude. Les prix chutaient lorsque l’Andalousie connaissait une bonne récolte d’olives. Par contre, s’il gelait en Andalousie, la production de cette région chutait et les prix augmentaient dans des proportions appréciables. Cependant, des mutations commençaient à se faire sentir : en dix ans, l’arrachage des oliviers, en Andalousie, dépassa les six cent mille hectares. Indépendamment de cette évolution, une autre se fit jour. Elle consistait en un détournement des exportations marocaines de l’Italie vers la Belgique et la Hollande, principalement. Une forte demande émanait de ces pays dans lesquels réside une importante colonie marocaine. L’huile d’olive était jusque-là exportée en vrac vers l’Italie. Vers les pays du Nord, l’exportation concernait de l’huile conditionnée, c’est-à-dire à forte valeur ajoutée, et donc, à hauts prix. Des circuits de distribution nouveaux furent créés et cette huile fut commercialisée, à partir de la Belgique et de la Hollande, en Allemagne, en France et jusqu’en Italie. Le Maroc est un petit producteur d’huile d’olive par rapport à l’Espagne, à l’Italie et à la Tunisie. Quand la récolte marocaine est mauvaise, ce qui arrive, le Maroc importe l’huile d’olive, phénomène jusqu’ici inconnu, pour approvisionner ses marchés à l’exportation.

14L’ensemble de ces microréalisations affectent les statistiques macroéconomiques, mais celles-ci sont incapables d’en rendre compte.

159 – Le rôle de Lyon : pour le privé marocain, Lyon a l’avantage d’être à une heure de vol de Francfort. Pour tous les produits marocains, le marché allemand est très intéressant, mais difficile d’accès, du fait de la barrière linguistique. L’entrepreneur privé marocain ne parle pas l’anglais. Patience : ses enfants font leurs études aux États-Unis. Il est plus facile d’obtenir un visa d’étudiant pour les États-Unis ou le Canada que pour la France.

16D’autre part, la firme multinationale allemande est intéressée par le Maroc, même si le marché est étroit. Il s’agit, pour elle, de gagner des parts de marché dans une concurrence mondiale. Elle exportera volontiers sur le Maroc à des prix compétitifs, même si le Mark est une monnaie trop forte. D’ailleurs, la plupart des firmes multinationales allemandes sont installées au Maroc. De même, l’importateur allemand de produits marocains n’a pas de problèmes spécifiques autres que les prix, la qualité et les délais de livraison.

17Par contre, les banques allemandes se refusent totalement à travailler avec le Maroc. Pour elles, un pays qui a rééchelonné ses dettes n’est pas un pays « bancable ». C’est à ce stade que les banques françaises interviennent. Dans leurs opérations commerciales avec le Maroc, les entreprises allemandes préfèrent passer par les banques françaises. Celles-ci ont des filiales dans la plupart des grandes villes allemandes. Mais Lyon sert de relais pour étudier et mesurer le risque marocain. Tout ceci ne fait l’objet d’aucun plan concerté ; la géographie et la contrainte de la langue imposent ces relations.

18L’entrepreneur marocain ne se préoccupe pas de savoir si le cœur allemand balance à l’Est ou au Sud. Ce qui représente des miettes pour les pays riches est pour lui une occasion de gagner sa vie. Les Allemands prisent les tapis marocains et, pour le moment, on ne les fabrique pas à l’Est. De même, sur le plan touristique, pour les Allemands, le soleil, en hiver, se trouve aux Canaries ou à Agadir. Tout n’est pas simple : pour des raisons que j’ignore, les écologistes allemands ont appelé au boycott des tapis marocains. Mais cela ne semble pas avoir été suivi d’effet. Pour le reste, cela dépend : dans le domaine de la confection, les Polonais sont imbattables : la confection d’un pantalon, par exemple, revient à 15 FF au Maroc, à 7 FF en Pologne. Il n’y a donc pas à hésiter. Par contre, les pouvoirs publics allemands ne laisseront pas entrer une seule pomme de terre marocaine supplémentaire (par rapport au quota européen) sur leur territoire afin de ne pas léser les agriculteurs allemands. Le vieux concept des avantages comparatifs demeure toujours en vigueur, sauf en ce qui concerne la pomme de terre allemande, plus chère que la marocaine.

19Et puis voici que la municipalité de Francfort commence à s’intéresser à la Méditerranée : il y a 90 000 travailleurs marocains dans cette ville. 70 % d’entre eux sont arrivés très jeunes dans cette ville ou y sont nés. La législation allemande ne leur donne pas le droit à la nationalité allemande. Par contre, la nationalité marocaine leur est acquise. La législation allemande ne permet pas aux retraités marocains de rentrer au Maroc : s’ils le faisaient, ils perdraient leur pension de retraite. De ce fait, ils sont obligés de garder leur résidence à Francfort et leurs enfants restent avec eux. Ceux-ci ne considèrent pas le Maroc, où ils passent leur mois de vacances annuelles, comme leur pays. Ils revendiquent la nationalité allemande. Ils veulent, le jour, vivre comme des Allemands, tout en voulant aussi le soir, chez eux, vivre comme des Marocains, dans un décor marocain, avec de la cuisine et de la musique marocaines.

  • 2 Omar Akalay, « Intégration et mobilité : perspectives de coopération locale. La Méditerranée en ta (...)

20Malgré quelques réussites spectaculaires, les jeunes Marocains ont connu, à Francfort, l’échec scolaire. Une mission de la municipalité s’est rendue dans la ville marocaine de Nador, située sur la façade méditerranéenne, d’où provient la quasi-totalité des Marocains de Francfort. L’idée de la municipalité de Francfort est de permettre la libre circulation des personnes entre Francfort et Nador, et de faire des investissements appropriés à Nador2.

21Lyon est également la ville idéale pour rencontrer les industriels de Milan ou de Turin, de Genève ou de Zurich. Les premiers sont intéressés par les marchés publics marocains. L’Italie accorde des crédits publics au Maroc. Les banques françaises sont plus à l’aise que leurs confrères italiens dans la connaissance du maquis juridique marocain. La présence de banquiers lyonnais résout en grande partie les problèmes linguistiques et, surtout, de connaissance du pays.

22De surcroît, pour des raisons pratiques, les mouvements issus de ces transferts sont confiés à des banques domiciliées à Monaco. Tout ceci n’a fait l’objet d’aucune concertation, d’aucun plan préétabli. Cela se fait.

23La Suisse a les mêmes problèmes : les grandes entreprises suisses sont désireuses de travailler avec le Maroc, mais les banques suisses sont réticentes et l’État fédéral aussi. Il y a une anecdote amusante à ce sujet. La Suisse et le Maroc avaient signé un protocole d’accord financier extrêmement intéressant. Aux termes de cet accord, la Suisse mettait à la disposition du Maroc des prêts en dollars à des conditions très avantageuses et sur une très longue durée. Ces prêts devaient servir à financer des produits d’équipement suisses pour les investissements du secteur privé marocain. Les formalités administratives de ces prêts étaient longues et compliquées ; mais cela valait la peine car les conditions et la durée des prêts étaient réellement attractives. Il y avait cependant une condition supplémentaire originale : des parlementaires suisses devaient se rendre au Maroc afin de juger si l’investissement projeté avec des crédits et des équipements suisses était conforme aux intérêts du peuple marocain. C’est ainsi qu’un investisseur privé marocain décida d’utiliser cette procédure suisse pour créer une unité de fabrication de fromage. Il consacra beaucoup de temps à établir le dossier et, finalement, il reçut la visite de deux parlementaires suisses. Ceux-ci décidèrent que fabriquer du fromage n’était pas dans l’intérêt du peuple marocain et le crédit fut refusé. L’industriel se rabattit sur Lyon pour acheter l’équipement suisse, qui pour lui, était le meilleur, même sans le crédit suisse.

2410 – Pour les firmes multinationales des pays de l’Europe du Nord, autres que l’Allemagne et la Suisse, le problème est simple : dès qu’elles s’installent en Turquie, on peut être sûr que trois ou quatre ans plus tard, elles investiront soit en Tunisie, soit au Maroc.

25Historiquement, le Maroc a toujours tourné le dos à la Turquie. Cette époque est bien révolue. Jadis, le Maroc importait des voitures françaises montées à Vigo, en Espagne. De nos jours, pour une question de prix, ces voitures viennent de Turquie.

2611 – J’ai gardé pour la fin l’exemple le plus significatif de l’image que l’on se fait de la Méditerranée, parce qu’il réunit le passé et l’avenir, l’industrialisation et la religion, l’art et le commerce. Ainsi, tous les ingrédients propres à la Méditerranée, de l’Antiquité à nos jours, se trouvent réunis. Il s’agit de la reconversion de l’artisanat marocain moribond en entreprises industrielles exportatrices de produits et de savoir-faire d’un certain art musulman. Le point de départ fut la décision du roi en 1963, d’édifier un mausolée à la mémoire de Mohammed V. L’architecte était vietnamien, mais le style devait être marocain. Il n’y avait guère que quelques rares vieillards qui connaissaient encore l’art de travailler le bois, le plâtre, le bronze, le fer, le marbre, le zellige. Ces vieillards furent requis pour enseigner. Le mausolée fut d’abord une école. Des dizaines de jeunes, sélectionnés dans les écoles professionnelles, qui n’attiraient pas alors particulièrement les Marocains, furent mis en apprentissage. Le mausolée fut leur école. Ils devinrent de bons artisans. Ici, comme dans les exemples ci-dessus, le hasard s’en mêla. Notons que le mot hasard vient du mot azzahr, qui, en arabe classique, veut dire destin, c’est-à-dire ce qui est connu après coup (la mort transforme une vie en destin), et qui, en arabe dialectal, signifie chance et aubaine.

27En 1974, les prix du pétrole s’envolèrent, les pays arabes croulèrent sous les dollars. Il fut décidé d’édifier des mosquées dans les capitales européennes et américaines qui en étaient dépourvues. A priori, le Maroc n’avait aucune chance d’emporter ces marchés. L’art marocain de la mosquée est totalement inconnu au Moyen-Orient. Lorsque, au début du viie siècle chrétien, la dynastie omeyyade décida de construire des lieux de culte musulmans, elle n’avait aucune idée de ce qu’il fallait faire. Mais le pragmatisme, signe des grandes civilisations, régnait alors. Il fut décidé d’emprunter à Byzance le style de ses églises, principalement ses coupoles et ses campaniles dont la construction demandait alors des prouesses techniques révolutionnaires, mais aussi les mosaïques. Cet art byzantin fut initié par les Omeyyades, poursuivi par les Abbassides et conservé par les Ottomans jusqu’à nos jours. Ainsi, l’église devint masjid, lieu où l’on se prosterne. Le mot masjid voyagea. Au Maroc, on le berbérisa : il devint mezguida. En Espagne, on l’hispanisa : il devint mezquita. En France, on le francisa et ainsi de suite. Pour des raisons tenant sans doute aux distances, le Maroc n’adopta pas le style byzantin alors en vogue en Orient. Il préféra l’art roman chrétien qu’il avait sous les yeux en Espagne et peut-être même au Maroc, car le christianisme ne disparut que par décision almohade, quatre siècles après l’apparition de l’islam dans ce pays. Aussi, l’art marocain de la mosquée était-il unique dans le monde de l’islam. En 1974, l’artisanat était opérationnel au Maroc. Il était, semble-t-il, moribond dans les autres pays musulmans. On peut imaginer que l’intervention personnelle du roi Hassan II fut décisive. Toujours est-il que les Marocains obtinrent les marchés. Les artisans se sont alors industrialisés, ils ont embauché et formé. Le secteur devint prospère et source de devises importante pour le pays. Après les mosquées, les artisans construisirent des palais dans les pays du Moyen-Orient. Cette prospérité permit une politique de mécénat. Furent construites alors les grandes mosquées de Nouakchott, de Dakar, de Yamoussoukro et de Libreville. Ce mouvement s’essouffla avec la guerre du Golfe, en 1991. Mais alors, on assista à une véritable explosion de la demande aux États-Unis et au Canada : pour des lieux de culte, mais surtout pour la décoration de restaurants et de maisons particulières.

2812 – Il faut également aborder le problème né des restrictions apportées par les pays du nord de la Méditerranée à la libre circulation des hommes. Ces restrictions ont eu parfois des effets bénéfiques. Elles ont offert des opportunités d’investissement dans les pays du Sud. C’est ainsi que les bacheliers marocains ne peuvent plus se rendre en France. Un certain nombre d’entre eux se dirigent vers le Canada et les États-Unis. Mais la majorité, restée au Maroc, a créé une forte demande d’un enseignement de type français. L’investissement dans l’enseignement supérieur a commencé à intéresser le secteur productif privé. Des écoles de commerce ou de gestion ont vu le jour, avec le soutien technique de leurs homologues en France. Les étudiants marocains ne vont plus en France, les Écoles françaises viennent au Maroc.

29Le tourisme à caractère médical a également évolué. Un nombre important de Marocains allait régulièrement en France pour des bilans de santé. La difficulté d’avoir des visas a permis la création de plusieurs cliniques privées à Casablanca, qui répondent à ce besoin. Dans ce secteur aussi, il y a eu création d’emplois, économie de devises et développement du marché intérieur. Du point de vue de l’économie, la politique de visas produit les mêmes effets qu’un blocus. Des investissements, qui n’étaient pas rentables à l’heure du libéralisme, le deviennent dans le cadre d’un blocus, dans des secteurs où la valeur ajoutée est particulièrement forte.

L’interprétation des faits

30Quels enseignements pratiques peut-on tirer de cet ensemble épars d’observations ? Notons, en passant, que, dans ces mouvements, les États interviennent très peu, sauf pour favoriser l’emploi ou, au contraire, pour empêcher des pertes d’emplois. Ceci étant, il me paraît que ces enseignements relèvent de deux ordres indépendants : le premier a trait à la géographie ; le second, à l’entrepreneur qui, en l’occurrence, est un microdécideur.

311 – Bismarck disait que la géographie est la seule constante de l’histoire. La Méditerranée n’est pas une région simple ; une bonne partie de son histoire n’est que géographie. Il faut faire taire l’histoire, si l’on veut assurer la paix. Invoquer l’histoire est le plus sûr moyen d’avoir la guerre, c’est-à-dire de semer le désordre dans la géographie.

32De nos jours, la Méditerranée est devenue le centre de conflits nouveaux, jusque-là ignorés par l’histoire. Le détroit de Gibraltar est le limes naturel qui sépare les pays riches des pays de la pauvreté. Richesse et pauvreté, ces deux notions entraînent automatiquement des considérations morales. Il faut séparer la morale de la méthode empirique d’observation des faits. La manie du jugement est le plus grand ennemi de l’économie du développement.

33Comme l’histoire, l’économie est sous la contrainte de la géographie. Elle est fonction des richesses naturelles, des voies de communication et des positions stratégiques ou non.

34Contrairement à l’histoire et à l’économie, le commerce se moque de la géographie. Les exemples que nous avons donnés montrent que, chaque jour, des millions de décisions se prennent, qui ont les pays de la Méditerranée pour cadre, mais qui débordent largement cet espace. Le commerce se joue des frontières ; pour lui, la Méditerranée commence à Amsterdam et se termine en Angola. L’espace méditerranéen permet la construction de réseaux informels qui embrassent tous les points cardinaux.

35L’avenir demeure ouvert. La révolution que connaît le transport permet d’entrouvrir les portes du futur. Le transport maritime répond de moins en moins aux contraintes du commerce mondial, sauf en ce qui concerne le pétrole. Le transport par route devient le plus rentable. Exemple : un bateau peut partir de Casablanca avec six mille tonnes d’oranges vers Brest. Le tonnage est important et la durée du trajet trop longue. Sur un simple appel téléphonique, de Hambourg ou de Lille, un camion part dans la journée avec les produits et les quantités désirés : dix tonnes d’oranges ou cent kilos de poisson ou mille chemises. Plus de dix bateaux font la navette chaque jour entre Tanger, Sebta et Algésiras. En trois jours, le camion est à destination. Rationalisation des stocks et rapidité de transmission, donc. En ce sens, l’avenir est ouvert. Il y a une route qui relie Tanger au Cap, avec 400 kilomètres de piste en Mauritanie. Le jour viendra où cette route sera opérationnelle. Quand les pays du Moyen-Orient se résigneront à la paix, Ryad sera relié à Tanger par autoroute. Partie de Tanger, une autoroute, qui se construit, atteindra Fès dans deux ans et la frontière algérienne dans quelques années. Malgré les apparences, la rive sud de la Méditerranée a un fantastique avenir devant elle.

362 – La notion d’entrepreneur doit être précisée. Historiquement, le terme a été tour à tour dévalorisé et sublimé. A la suite de Schumpeter, qui a fait de l’entrepreneur le moteur du progrès économique, la fonction était réservée aux pays développés.

37On jugeait les pays pauvres incapables d’avoir des entrepreneurs ; la conséquence est qu’on les jugeait également incapables d’avoir un régime de multipartisme. La constitution d’un vaste secteur d’économie étatique supposait la création d’un parti unique capable d’apporter le soutien politique des « masses » au développement du pays. De la sorte, les tenants de l’économie libérale rejoignaient les adeptes de l’économie socialiste. Cette position fut celle de la Banque mondiale entre 1956, année de la nationalisation du canal du Suez, et 1980 ; elle culmina avec la présidence de M. Mac Namara. L’élection de Ronald Reagan à la présidence des États-Unis allait complètement transformer l’idéologie de la Banque mondiale. Dès lors, on passa de la condamnation de l’entrepreneur privé à son adulation. Sur ses frêles épaules repose désormais la solution de tous les problèmes d’une économie nationale : l’investissement, l’épargne, la création d’emplois, la réduction des déficits publics. A court terme, cette prévision me paraît complètement irréaliste. L’entrepreneur privé dans nos pays est pauvre en capitaux et en savoir-faire. Par contre, à long terme, elle a des chances raisonnables d’être concrétisée. Sous réserve du maintien de la stabilité politique du pays considéré.

38Quel est le profil de cet entrepreneur ? Au lendemain des indépendances, c’était un homme illettré. Les universitaires préféraient l’administration ou les professions libérales. C’est aussi un homme seul qui, au cours de ces quarante dernières années, a accumulé les erreurs et les échecs avant d’accéder à la maîtrise de sa production, de ses prix de revient et à la connaissance de son marché. Il a appris très vite à s’internationaliser. Dans un pays pauvre, toute activité économique commence par une importation, qu’il s’agisse de biens d’équipement ou d’intrants. Plusieurs activités se soldent par des exportations. Dans les deux cas, cela demande une solide connaissance des marchés étrangers et une implication de plus en plus grande de l’activité dans un cadre qui dépasse le marché intérieur. L’entrepreneur est cosmopolite. Il connaît les vertus du métissage économique pendant que les intellectuels des pays pauvres s’interrogent sur ses dangers. Il est pour l’apprentissage de plusieurs langues, car c’est une des conditions de sa survie. Un entrepreneur qui ne travaillerait qu’en langue arabe ferait faillite immanquablement. Aussi, l’entrepreneur est-il pour le bilinguisme à l’école. Mais avec mesure. Il veut le bilinguisme pour ses enfants, pour ses cadres et ses ouvriers ; mais son intelligence s’arrête là. Il est un adepte forcené de l’arabisation des autres, car cela élimine la concurrence. Il s’imagine que plus les autres sont pauvres, plus il peut s’enrichir. Il n’est pourtant pas sans cœur, mais il préfère distribuer des aumônes plutôt que de donner sa chance à quelqu’un. Derrière l’aumône se profile l’ombre du Paradis. Donner sa chance à quelqu’un, c’est se créer un concurrent et un ennemi. L’aumône est mesurée. Les pauvres sont à la portion congrue. L’entrepreneur réserve ses libéralités aux marabouts. Il réalise un investissement dont les dividendes sont métaphysiques. Là réside un paradoxe qui touche au plus profond de la problématique du développement : ce même industriel met en œuvre des procédés scientifiques et techniques. Les exigences de qualité et de respect des délais, de calcul du prix de revient, lui imposent la mise en œuvre de méthodes rationnelles quotidiennes de direction et de gestion.

39Qui est entrepreneur ? Pratiquement, toute la classe moyenne. De nos jours, à quelques rares exceptions près, personne ne peut se permettre d’éluder la création d’entreprise. Les salaires de la fonction publique ou du secteur privé sont tellement faibles qu’un deuxième revenu est indispensable. La meilleure formule est d’être son propre patron, en plus d’être fonctionnaire ou salarié. Grâce à ce deuxième revenu, l’individu peut aider sa nombreuse parentèle, placer ses enfants dans les écoles privées dont les programmes sont bilingues, devenir propriétaire de son logement. Par ailleurs, un entrepreneur peut être indifféremment un homme ou une femme. Il n’y a pas de discrimination à ce niveau, du moins au Maroc et en Tunisie.

40J’ai toujours employé le terme d’entrepreneur, jamais celui d’entreprise. Structure complexe, l’entreprise est chose rare en nos pays. Elle demande des capitaux importants, qui font défaut, et un partage du pouvoir que l’entrepreneur repousse avec horreur. Mais il est clair que dans un proche avenir, les banques d’affaires trouveront dans ce vivier la matière à l’édification des entreprises de demain. Les réseaux privés qui enjambent la Méditerranée prendront alors une autre ampleur.

41Je ne voudrais pas donner le sentiment que je réduis la Méditerranée à un espace indéfini où sont jetées sans ordre les œuvres innombrables de la fantaisie et du hasard, de la volonté et de la ténacité. Cela reviendrait à décourager toute recherche et la nécessaire théorisation. Il faut néanmoins considérer que c’est à partir d’exemples imparfaits que l’on peut construire un modèle parfait et non le contraire. Le chemin est ardu car la théorie économique du développement est un champ de confrontation où le discours et la morale masquent avec férocité les comportements réels. Cette distorsion relève de la psychanalyse. Les chercheurs en sont réduits à des déductions logiques qui peuvent se révéler fausses.

42De ces exemples imparfaits, on peut tirer des lois, si l’on veut bien considérer que les lois sont des rapports nécessaires entre des éléments variables. Les sociétés du sud de la Méditerranée sont des sociétés d’apprentissage et de gaspillage, ces notions étant nécessairement liées. L’entrée dans la production industrielle vaut l’entrée dans la modernité et l’élimination, à très long terme, de la pauvreté. L’industriel apprenti commence par vendre de la matière première et du travail salarié. La valeur ajoutée se réduit à celle du muscle, abondant et mal payé.

43La délocalisation, si décriée, est un très riche laboratoire de savoir-faire.

44Tous ces mouvements quotidiens sont soumis à un postulat non négociable, la nécessité de faire des profits. Ce sont les profits – peu importe leur répartition – qui permettent à la société d’avancer. Le profit est un principe qui entraîne tout. L’oubli de ce principe conduit à l’effondrement de la société. Plus une économie est pauvre, plus elle doit sécréter du profit, afin d’augmenter sa capacité d’épargne et d’investissement. Le profit étant un principe, les lois qui régissent l’économie du développement lui sont subordonnées. De la sorte, les exemples cités plus haut entrent dans un cadre théorique auquel le principe donne un sens.

Notes

1 O. Akalay, « La zona norte de Marruecos : el decimotercer pais de la CEE », in Cooperacion cultural en el Occidente Mediterraneo, Fundacion BBV, 1995, pp. 443 s.

2 Omar Akalay, « Intégration et mobilité : perspectives de coopération locale. La Méditerranée en tant que lieu de liaison. Voisinage et différence de développement », in Possibilités d’échanges d’expérience et de coopération entre partenaires locaux dans les régions d’origine et d’accueil. Un projet de la ville de Francfort sur le Main avec le soutien des Communautés européennes, Francfort, 30 novembre 1994.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable