Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Troisième partie. Des opportunités pour les nouveaux acteurs?

16. Les ONG au service d’une politique méditerranéenne de l’Allemagne

Esther Daniels

Texte intégral

  • * Diplomée de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence.

1Note portant sur l’auteur*

2L’Allemagne traverse, depuis sa réunification en 1990, une série de changements majeurs. Elle a ainsi retrouvé la pleine capacité de sa souveraineté, dans une position centrale en Europe. Cette transformation entraîne pour elle la nécessité de se resituer sur la scène internationale et de définir ses intérêts. Alors que l’Allemagne de l’Ouest menait depuis la deuxième guerre mondiale une politique étrangère subordonnée pour une bonne part à l’unification européenne, l’Allemagne réunifiée commence à trouver sa propre voie et à élargir ses champs d’action. Notamment, les acteurs politiques allemands prennent aujourd’hui conscience de la nécessité de s’engager davantage en Méditerranée, qui était la chasse gardée des pays du Sud de l’Europe, plus particulièrement de la France.

  • 1 Cf. notre mémoire sur La politique méditerranéenne de l’Allemagne, soutenu à l’Institut d’études p (...)

3On peut affirmer qu’une politique méditerranéenne de l’Allemagne est aujourd’hui en construction, et que plusieurs acteurs concourent à sa promotion. Nous nous intéressons ici aux acteurs non étatiques de cette politique en essayant d’éclairer le rôle important qu’ils occupent pour un pays qui reste encore soumis à certains freins dans le déploiement de sa politique extérieure1.

4Les fondations allemandes, particulièrement celles des partis politiques, tiennent, à la différence des fondations françaises, une place remarquable dans l’action extérieure de leur pays. Elles ont en quelque sorte rempli le vide existant en matière d’engagement extérieur de l’Allemagne à une époque où celle-ci ne pouvait guère se mettre en avant sur la scène internationale. Aujourd’hui même, leur action contribue à soulager certaines contraintes qui continuent à peser sur le déploiement de la politique extérieure allemande en Méditerranée : comme les engagements à l’égard d’Israël ou le respect des intérêts français et américains. Mais, à côté des fondations, d’autres organismes non étatiques élargissent aussi la palette des acteurs allemands intervenant en région méditerranéenne.

Les fondations des partis politiques

5Les fondations sont un phénomène qui s’est fortement développé dans l’Allemagne de l’après-guerre et qui a beaucoup contribué à la renaissance de la société civile dans ce pays.

6A côté des fondations classiques créées à l’initiative de grandes sociétés industrielles (Volkswagen, Bosch) les fondations les plus caractéristiques sont celles parrainées par les partis politiques : Konrad Adenauer Stiftung (C.D.U.), Friedrich Ebert Stiftung (S.P.D.), Naumann Stiftung (F.D.P.), Hans Seiddel Stiftung (C.S.U.)...

7Actives et puissantes, ces fondations ont deux grands champs d’activité : interne et international. En Allemagne même, les fondations politiques s’occupent surtout d’éducation politique. Leur but principal et la raison de leur création après la seconde guerre mondiale étaient, en effet, de renforcer la démocratie dans la société et de contribuer à retisser un espace politique et citoyen détruit par le nazisme. Au niveau international, les fondations ont commencé à avoir une action significative dans les années 1960 avec l’avènement des politiques de développement. Dans la région méditerranéenne, les deux plus actives sont la fondation Konrad Adenauer (proche de la C.D.U.) et la fondation Friedrich Ebert (proche du S.P.D.). La fondation Hans Seiddel (C.S.U.) est de son côté très présente en Afrique centrale.

  • 2 Partner in der einen Welt. Die internationale Arbeit der Konrad-Adenauer-Stiftung, Sankt Augustin (...)

8La fondation Konrad Adenauer a été créée dès 1956, et a pris le nom de l’ancien chancelier en 1964. Son action internationale s’exerce dans 120 pays, et dans trois principaux champs : l’intégration européenne, les relations transatlantiques et la coopération au développement. La fondation pilote plus de 200 projets dans les pays en développement, avec le souci de favoriser la démocratie, l’État de droit, l’économie sociale de marché et d’aider à préserver l’environnement naturel. Elle privilégie le partenariat avec les partenaires locaux de la société civile2.

9Proche du SPD et davantage marquée à gauche, la fondation Friedrich Ebert est établie sur « les principes fondamentaux de la social-démocratie et des mouvements ouvriers ». Un de ses objectifs est « la promotion d’une compréhension internationale et d’un partenariat avec les pays en voie de développement ». Aussi bien au niveau interne qu’international, elle cherche à promouvoir ou restaurer le dialogue politique, particulièrement lorsqu’il a été affecté par une situation de conflit. Par rapport au conflit israélo-arabe, par exemple, elle se réclame d’un rôle de médiation.

10Deux des principaux départements de la fondation Ebert sont consacrés à la coopération internationale (avec des bureaux établis sur les cinq continents) et à la recherche (allocation de bourses pour étudiants nationaux ou étrangers, financement de recherches sur la politique extérieure). La fondation est aussi à l’origine de fondations plus spécialisées, qu’elle dote artiellement.

11Les fondations, largement subventionnées par l’État, ont des budgets considérables. C’est ainsi qu’en 1999, la fondation Friedrich Ebert dispose de plus de 200 millions DM, dont 120 consacrés à la coopération internationale.

12Par leur statut et leurs moyens, les fondations politiques allemandes ont donc peu d’équivalents ailleurs en Europe. Elles recherchent cependant la collaboration avec des partenaires comme la Fondation Jean-Jaurès à Paris. Depuis 1989 et l’ouverture vers l’Est, elles ont multiplié les actions conjointes avec d’autres institutions vers l’Europe orientale pour dissiper les craintes de voir l’Allemagne y occuper une position trop prépondérante.

  • 3 Entretien avec Michael Dauderstädt, Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn, juillet 1998.

13Les fondations entendent accompagner les changements qui se produisent dans le fonctionnement de la vie internationale, et qu’on résume un peu rapidement sous le terme de mondialisation. Dans un entretien, Michael Dauderstädt3, chercheur auprès de la fondation Friedrich-Ebert, nous expliquait que la politique extérieure s’est aujourd’hui pluralisée ; elle n’est plus seulement définie dans le champ des relations internationales classiques, mais est devenue un phénomène de société. Ainsi l’imbrication du tourisme, du commerce, des organisations internationales a pris une importance considérable, et fait que les gouvernements ne sont plus les seuls acteurs de la politique extérieure. Les fondations allemandes soutiennent cette approche de société. Elles ont largement participé aux travaux du Forum civil dans le cadre du processus euro-méditerranéen, à Barcelone, puis lors des conférences suivantes, comme Stuttgart.

14Dans l’espace méditerranéen, les fondations travaillent avec d’autres organisations locales, des groupes de défense des droits de l’homme et des syndicats, mais aussi occasionnellement avec des ministères ou des partis politiques. L’intervention lors de crises majeures est assez rare ; ainsi il n’y a pas de fondation allemande actuellement présente en Algérie (mais la fondation F. Ebert avait envoyé des observateurs lors des élections législatives de juin 1997). Ceci dépend aussi de l’implication antérieure des fondations dans le pays concerné. La fondation Konrad-Adenauer a, par exemple, largement soutenu l’ANC en Afrique du Sud, et influencé l’évolution de ce pays vers la démocratie.

15Le travail de cette fondation en région méditerranéenne a débuté dans les années 1970, et s’efforce aujourd’hui d’apporter des réponses appropriées à un éventail de situations différentes. La fondation Adenauer se voit en effet confrontée en Méditerranée aux menaces que font peser sur la paix et sur le processus de libéralisation économique et politique des facteurs comme le conflit du Moyen-Orient, les extrémismes politiques, la croissance démographique, les pratiques politiques autoritaires.

  • 4 Entretien avec M. Hofmeister, chercheur à la fondation Konrad-Adenauer. St Augustin, juillet 1998.

16Actuellement, elle a des représentants au Maroc, en Tunisie, en Égypte, en Israël, en Jordanie et en Palestine, mais aussi en Turquie. Elle appuie des mesures de coopération en Algérie et au Liban. Le seul pays avec lequel elle n’entretienne pas de relations est la Libye. Les actions de coopération de la fondation avec des institutions locales se réalisent souvent par un soutien matériel ou logistique pour la tenue de conférences, la publication de recherches ou même leur réalisation. Sauf dans des pays comme la Turquie ou Israël, le contact avec les partis politiques locaux d’outre-Méditerranée est rendu difficile par le faible développement du pluripartisme. Or, souligne un représentant de la fondation4, la promotion de la démocratie reste la tâche principale des fondations : « Les problèmes nationaux mais aussi internationaux ne peuvent être résolus que dans un cadre démocratique. »

17Une partie importante du travail international des fondations consiste à promouvoir le dialogue international et interculturel. Dans la région méditerranéenne, la tenue de conférences sur des thèmes divers est considérée par la fondation Konrad-Adenauer comme une de ses priorités. Depuis 1995, elle a organisé une série de conférences sur le partenariat euro-méditerranéen. L’une, portant sur la coopération économique, s’est tenue à Jérusalem, et une autre a été organisée en 1996 à Amman. A Tunis, un colloque a été organisé sur la paix sociale et la stabilité en 1995, suivi d’un autre colloque ayant comme thème les problèmes migratoires entre l’Afrique du Nord et l’Europe. La filiale de la fondation au Caire a organisé en 1995 une conférence sur la politique de sécurité. Un autre colloque s’est tenu une année plus tard sur le même sujet, particulièrement sensible pour la région. D’autres colloques ont eu lieu en Allemagne, comme la conférence sur les relations turco-allemandes organisée en 1998 à Berlin, ville particulièrement multiculturelle. Le dialogue religieux est un des points forts du travail de la fondation qui encourage les relations entre le christianisme et l’islam mais aussi avec le judaïsme.

  • 5 Les textes et conclusions de la rencontre de Stuttgart ont été publiés dans un volume bilingue (an (...)

18De son côté, la fondation Friedrich-Ebert a encouragé des rencontres et des publications sur le développement de la société civile en Méditerranée. Récemment, elle a co-organisé à Stuttgart les 15 et 16 avril 1999, à l’occasion de la Conférence euro-méditerranéenne, et avec l’aide de la Commission européenne, une rencontre du Forum civil sur « les droits de l’Homme et la société civile en Méditerranée ». Très libre de ton, et peu soucieuse de prudence diplomatique, cette réunion a mis l’accent sur l’absolue nécessité de placer la question des droits de l’homme au centre du partenariat méditerranéen5.

19Cette présentation rapide de l’engagement des fondations politiques dans la région montre que celles-ci peuvent exercer une influence considérable sur la politique méditerranéenne de l’Allemagne. Même si elles « ne font pas de politique dans le sens où elles ne prennent pas des décisions majeures, (elles) sont capables de favoriser des rencontres de gens », et ceci en fait des acteurs importants.

  • 6 La citation est tirée d’une brochure en français de la fondation Konrad Adenauer, Des hommes en di (...)

20En réalité, les choses vont plus loin, comme le reconnaît la fondation Adenauer, qui se donne de plus en plus pour mission de constituer un « pôle de réflexion » sur les grands débats internationaux et les enjeux de politique étrangère qui en découlent pour l’Allemagne. « Par notre expertise, affirme un document récent de la fondation, nous alimentons le processus de décision en politique étrangère. Nous voulons contribuer à une meilleure compréhension, par le dialogue, des difficultés d’autres pays, de façon... à promouvoir des solutions pacifiques aux problèmes. Nous souhaitons aussi sensibiliser davantage l’opinion publique allemande à la politique internationale. Notre objectif est de développer une nouvelle culture de politique étrangère.6 »

21Mais les fondations ne constituent pas les seuls acteurs non étatiques de la politique méditerranéenne de l’Allemagne, il existe de plus en plus d’organisations qui, à côté d’elles, agissent dans ce domaine.

Les autres acteurs non-étatiques

  • 7 Mittelmeerpartnerschaft, Verzeichnis der Institutionen in der Bundesrepublik Deutschland, Deutsche (...)

22Une publication de la commission allemande pour l’Unesco intitulée Partenariat en Méditerranée a établi en 1999 une liste importante d’organisations non gouvernementales s’occupant de la région méditerranéenne. Cet effort a été accompli à la suite de la conférence de Barcelone en 1995, qui a invité les organisations nationales et internationales à s’engager plus largement dans le dialogue interculturel. Dans la préface de ce document, il est expliqué que « la commission allemande pour l’Unesco veut contribuer à la prise de conscience des problèmes des États et des sociétés de la rive sud et est de la Méditerranée et à la compréhension des désirs des personnes originaires du Proche-Orient ou du Maghreb7 ». Les institutions y sont classées en cinq catégories différentes :

  • celles qui interviennent dans le domaine de l’éducation, de la culture et de la politique de développement ;
  • les instituts de recherches, bibliothèques et fondations scientifiques ;
  • les institutions confessionnelles ;
  • les organisations bilatérales ;
  • les associations d’échanges parlementaires.

23Au total, il existe plus de quatre-vingts institutions qui s’occupent principalement ou dans une large mesure de la région méditerranéenne.

Les institutions relevant des domaines de l’éducation, de la culture et de la politique de développement

24Nous avons déjà vu l’important travail effectué par les fondations politiques rattachées aux partis. Il existe, par ailleurs, d’autres fondations plus ou moins indépendantes qui s’occupent des relations méditerranéennes. Un reportage de la revue Orient sur les conférences et les activités de la fondation Bertelsmann remarque que son engagement au Proche-Orient, rendu plus facile pour l’Allemagne depuis 1993, a été fort fructueux. Le projet de cette fondation sur « l’Europe et le Proche-Orient » a pour but l’identification des problèmes et le développement de stratégies capables de réaliser une politique méditerranéenne. Le dialogue et la réflexion scientifique sont deux mots clefs des conférences qu’elle organise depuis 1995. La création de groupes de travail sur des thèmes économiques, sécuritaires et sur la transformation politique et sociale des pays méditerranéens a permis de donner une substance pratique à ce travail.

25Citons quelques thèmes de conférences organisées dans ce cadre : en 1995, une conférence sur « Regional Cooperation. Institution building in the Middle East and strategies for free trade in the Mediterranean » s’est tenue au Caire ; un deuxième colloque a eu lieu à l’Institut d’études politiques de Paris la même année sur « Legitimacy and Gouvernance. Transformation of societies and politicai Systems in the Middle East and North Africa » ; puis une troisième conférence, à Rome, a préparé un grand colloque sur la sécurité et la coopération en Méditerranée. Mais ces conférences ne sont pas le seul engagement de la fondation Bertelsmann, qui soutient aussi directement des projets plus pragmatiques. Un exemple est l’aide fournie au gouvernement égyptien pour la construction de la bibliothèque Mubarak au Caire, dans le cadre d’une initiative d’amélioration de l’éducation. Un autre soutien financier a été apporté à l’école Koteret à Tel-Aviv, qui offre une formation à la fois pratique et académique à de jeunes journalistes.

26La fondation Bertelsmann publie de nombreux livres et des rapports de conférences, dont le dernier s’intitule Peace and Stability in the Middle East and North Africa.

27Dans le domaine du développement, la Deutsche Gesellschaft für technische Zusammenarbeit (GTZ, société allemande pour la coopération technique) est un autre exemple d’engagement actif en Méditerranée. Elle possède des bureaux en Algérie et en Mauritanie, et soutient de nombreux projets dans des pays du Maghreb (Maroc, Tunisie, Algérie et Mauritanie). En coopération avec d’autres institutions, souvent locales, le GTZ encourage des réformes dans le monde entier en vue de l’amélioration des conditions de vie. Au Maghreb, la GTZ gère actuellement environ cent projets de coopération technique avec ses partenaires. Il s’agit de projets sur l’eau, l’environnement, la mise en valeur des paysages et la protection des ressources, mais aussi la formation professionnelle ou l’encouragement au secteur privé dans l’économie. Ses engagements les plus importants se situent au Maroc et en Algérie, alors qu’avec la Libye il n’a pas de coopération.

28Dans le domaine de la culture, l’association Dialog Orient-Occident située à Berlin encourage le dialogue entre différentes cultures, et la reconnaissance des nouveaux courants d’idées des deux côtés de la Méditerranée. La promotion de l’échange culturel se trouve concrétisée par de nombreuses traductions d’oeuvres littéraires, et par la tenue de conférences et de colloques. Les thèmes principaux de ces rencontres culturelles entre Orient et Occident sont l’évolution politique, le changement social et le processus de sécularisation, l’image de l’Islam en Europe, l’Islam politique, la culture moderne et leurs perceptions des deux rives de la Méditerranée. Cette activité s’exerce donc dans un domaine primordial pour la France : le dialogue culturel.

29Dans le domaine économique, le Nah und Mittelost Verein (Association Proche et Moyen-Orient) s’intéresse surtout aux relations établies entre l’Allemagne et les pays de la région. Ses activités les plus importantes sont la consultation en matière de relations économiques, de projets d’investissement et de coopération avec ces pays. Il encourage l’ouverture des marchés et la réalisation de joint-ventures, notamment. Cette organisation travaille avec des ONG, mais a aussi elle-même de nombreuses filiales dans différents pays. De plus, elle envoie des délégations économiques dans certains pays de la région, organise des conférences sur des thèmes actuels en matière d’économie et engage des discussions entre ministres, ambassadeurs et experts économiques des pays du sud de la Méditerranée.

Les institutions de recherche

30Le Deutsche Orient-Institut (l’Institut allemand d’études sur le Proche et Moyen-Orient) est installé à Hambourg. Il s’occupe de la recherche, de l’information et de la documentation sur la région du Moyen et du Proche-Orient et l’Afrique du Nord. Cet institut s’intéresse à la situation politique et à son évolution. Il examine aussi la politique économique et le développement et, chose intéressante, essaie de donner des pistes pour identifier les problèmes de la politique allemande dans cette région. Il est en étroite coopération avec certaines universités et des centres de recherches au Maroc, en Tunisie, en Egypte, en Jordanie, en Israël et en Turquie. Il publie la revue Orient et est dirigé par Udo Steinbach, dont les articles de sensibilisation de l’opinion publique ont permis de poser des questions sur l’engagement de l’Allemagne en Méditerranée.

31Les universités, dont certaines sont engagées dans des domaines spécialisés en Méditerranée, sont un autre lieu de recherche. Ainsi l’université de Berlin a une section consacrée à la politique au Proche et au Moyen-Orient ; à Bochum, une section de recherche se penche sur les questions de développement. A Erlangen se trouve l’Institut du Proche-Orient moderne, et à Hambourg le séminaire historique sur le Proche-Orient et la région méditerranéenne. A Essen, on trouve aussi le Centre des études « turcomanes ».

Les institutions confessionnelles

32Il faut, en énumérant les ONG travaillant dans le domaine de la politique méditerranéenne, tenir compte du travail des Églises et des associations confessionnelles. Leur but est en général l’encouragement d’un dialogue entre les différentes confessions. La Christliche Begegnungs-und Dokumentationsstelle (lieu chrétien de rencontre et de documentation) est une association qui réfléchit sur des thèmes tels que « être musulman en Allemagne » et qui promeut la communication entre l’islam et le christianisme. Elle publie ses dialogues six fois par an. Mais il existe aussi de nombreuses académies protestantes et catholiques qui ont les mêmes buts. Certaines soutiennent activement des projets plus restreints et coopèrent avec des Églises ou des associations confessionnelles des pays de l’autre rive de la Méditerranée.

  • 8 Internationaler Christlicher Jugendaustausch Info Broschüre, Wuppertal. 1998.

33Une organisation confessionnelle, qui s’occupe particulièrement de l’échange de jeunes, s’appelle Internationale r Christlicher Jugendaus-tausch ICJA (Échange international chrétien). Elle donne l’exemple pertinent d’un travail actif qui tente de rapprocher les jeunes de différentes cultures par le biais d’échanges. La présentation de ses activités8 indique qu’elle veut aider à surmonter les barrières existant entre les différents peuples, nations, groupes ethniques, cultures et religions. Elle soutient l’intégration de gens défavorisés (par des bourses spéciales) ou bien des handicapés qui ne sont pas forcément inclus dans d’autres programmes de coopération. Elle s’est particulièrement engagée dans l’échange et le dialogue avec les pays du Sud.

34La commission allemande pour l’Unesco mentionne par ailleurs l’existence de nombreuses organisations bi- et multilatérales. Celles-ci s’occupent des relations spécifiques entre deux ou plusieurs pays. Les organisations parlementaires font, elles aussi, la promotion d’échanges bilatéraux ou, dans le cas particulier du dialogue euro-arabe, d’échanges multilatéraux.

Les organisations bilatérales de solidarité

35Ces associations d’initiative privée sont extrêmement nombreuses, et nous ne citerons que les plus importantes. Il existe une organisation d’aide aux Palestiniens, une société arabo-allemande, une association germano-algérienne, des associations germano-israéliennes et un groupe de travail germano-israélien pour la paix au Proche-Orient. Il existe également des associations germano-maghrébine, germano-marocaine, germano-palestinienne et germano-turque. On pourrait prolonger cette énumération, mais nous n’allons pas détailler ici le travail des différentes organisations ; l’important est seulement de comprendre l’ampleur avec laquelle l’Allemagne s’engage dans la région au niveau associatif.

Les groupes d’échanges parlementaires

36Les jumelages entre les parlementaires des deux côtés de la Méditerranée constituent le dernier maillon du réseau des relations que l’Allemagne a su créer par l’intermédiaire de nombreuses associations.

37Des relations bilatérales existent entre le Parlement allemand, le Parlement égyptien, le Parlement israélien et le Parlement turc. Il y a aussi une association interparlementaire plus globale qui s’occupe des relations entre le Parlement allemand et les pays arabes. Leur but est la construction et l’approfondissement de liens personnels et l’instauration de forums d’échange des expériences et des opinions entre les membres du Bundestag allemand et les parlementaires des pays partenaires. Ces associations sont, de plus, des points de repère pour les visiteurs plus spécifiquement intéressés par les secteurs politique, économique et culturel des pays partenaires.

38Mentionnons également le travail de l’association parlementaire pour les relations germano-israéliennes.

  • 9 Bericht über den Besuch einer Delegation der deutsch-israelischen Parlementa-riergruppe in Israel (...)

39L’association parlementaire qui couvre les échanges avec le Parlement israélien a effectué en 1998 un voyage à l’occasion du cinquantième anniversaire de la fondation de l’État d’Israël9. Les discussions de cette rencontre de quatre jours étaient plus centrées sur l’avenir que sur le passé, et tout particulièrement sur le processus de paix. La délégation a été déçue par le résultat de sa visite, ne sachant comment juger les intentions réelles du gouvernement Netanyahou. Certains de ses membres faisaient confiance à la volonté de paix des Palestiniens et voulaient en tirer des conséquences adéquates, tandis que d’autres, méfiants et traumatisés par le syndrome de sécurité, se refusaient à toute concession. Après discussion avec les hommes politiques de l’opposition, l’appréciation de la délégation sur la politique de Netanyahou fut la suivante : non seulement il n’était pas prêt à réaliser les retraits prévus dans le cadre des accords d’Oslo (1993 et 1995), mais il ne pouvait pas se permettre de les effectuer sans risquer de mettre en cause sa fragile majorité. Dans les cercles du Likoud, parti au pouvoir, on avait bien le souhait de poursuivre le processus de paix mais en érigeant la sécurité israélienne en priorité absolue. La condition première pour sa réussite était, selon eux, l’engagement des Palestiniens à remplir leur part de l’accord, c’est-à-dire à lutter contre le terrorisme mais aussi à changer leur charte.

40Les parlementaires allemands ont pu à cette occasion mieux prendre conscience de la diversité des opinions du Parlement israélien, qui reflète elle-même le clivage existant dans la société israélienne. Et ils ont aussi pris la mesure de l’importance, dans le processus de paix, du dialogue direct entre adversaires.

  • 10 Final Communique of the Euro-arab parlementary dialogue, Valetta, 8-9 November 1997.

41Une autre institution, cette fois multinationale, est l’association parlementaire pour la coopération euro-arabe. Lors de sa dernière rencontre qui a eu lieu le 8 et 9 novembre 1997 à la Valette (Malte), ont participé soixante-trois membres de quinze Parlements arabes et de dix-huit Parlements européens10. Une telle rencontre a permis de discuter dans un cadre multinational de problèmes tels que le conflit israélo-arabe.

  • 11 L’appellation de groupe parlementaire ne se réfère pas comme en France aux groupes au sein du Parl (...)

42Dans un entretien qu’elle nous a accordé, Madame E. Limbach, parlementaire du CDU engagée dans plusieurs groupes d’échanges parlementaires11 (avec Israël comme avec les territoires palestiniens), mais aussi membre de l’association parlementaire euro-arabe, faisait remarquer que la tâche principale de cette organisation était d’avoir une influence positive sur les relations des États arabes avec l’UE. A côté des parlementaires nationaux, certains parlementaires européens font partie de ce groupe. Pour éviter le morcellement des échanges parlementaires entre chaque pays et l’Allemagne, une nouvelle structuration des relations germano-arabes se met en place, à travers une organisation qui rassemble tous les pays arabes. Sur le fond, Madame Limbach considère qu’il ne faut pas en rester seulement à une position pro-israélienne, mais qu’il faut observer le conflit des deux côtés. Elle estime que la responsabilité de l’Allemagne doit s’exercer non seulement à l’égard des Israéliens mais indirectement aussi à l’égard des Palestiniens. Cette position se manifeste dans son activité de rapporteur général pour la question palestinienne au sein du groupe parlementaire euro-arabe. Mme Limbach est assez représentative des parlementaires allemands qui travaillent à une meilleure communication entre les deux rives.

43La présentation, nécessairement rapide, de l’activité des acteurs non étatiques qui participent à la politique méditerranéenne de l’Allemagne, donne un aperçu de l’importance du réseau associatif qui s’est tissé entre ce pays et l’autre rive de la Méditerranée. L’Allemagne est de plus en plus présente dans cet espace régional et l’État contribue à renforcer les liens informels des associations et des fondations avec leurs partenaires en développant lui-même une politique globale envers les pays méditerranéens. Reste à se demander si celle-ci va au total concurrencer ou amplifier l’engagement déjà existant des associations.

Notes

1 Cf. notre mémoire sur La politique méditerranéenne de l’Allemagne, soutenu à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence en janvier 1999 (dir. J.R. Henry, 162 p.)

2 Partner in der einen Welt. Die internationale Arbeit der Konrad-Adenauer-Stiftung, Sankt Augustin (Allemagne), 1999.

3 Entretien avec Michael Dauderstädt, Friedrich-Ebert-Stiftung, Bonn, juillet 1998.

4 Entretien avec M. Hofmeister, chercheur à la fondation Konrad-Adenauer. St Augustin, juillet 1998.

5 Les textes et conclusions de la rencontre de Stuttgart ont été publiés dans un volume bilingue (anglais et français) sous le titre Les droits de l’Homme et la société civile en Méditerranée. 15-16 avril 1999, Bonn, Friedrich-Ebert-Stiftung, 1999.

6 La citation est tirée d’une brochure en français de la fondation Konrad Adenauer, Des hommes en dialogue, sous presse en août 2000.

7 Mittelmeerpartnerschaft, Verzeichnis der Institutionen in der Bundesrepublik Deutschland, Deutsche UNESCO Kommission, Redaktion : Ekkehard Rudolph und Michaela Reithinger, 1997

8 Internationaler Christlicher Jugendaustausch Info Broschüre, Wuppertal. 1998.

9 Bericht über den Besuch einer Delegation der deutsch-israelischen Parlementa-riergruppe in Israel und in den palästinensischen Autonomiegebieten in der Zeit vom 31 Mai bis zum 3 Juni 1998.

10 Final Communique of the Euro-arab parlementary dialogue, Valetta, 8-9 November 1997.

11 L’appellation de groupe parlementaire ne se réfère pas comme en France aux groupes au sein du Parlement, mais désigne des associations des parlementaires de différents pays.

Notes de fin

* Diplomée de l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable