Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Deuxième partie. Équilibres régionaux et enjeux étatiques

13. La politique extérieure de l’Égypte et la variable euro-méditerranéenne

Claire Visier

Texte intégral

  • * Département francophone de sciences politiques, université de Marmara, Istanbul.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Il s’agit du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie, de Malte, de Chypre, de l’Égypte, d’Israël, de la (...)

2En novembre 1995, pour la première fois depuis la mise en place d’une politique européenne à l’égard de la Méditerranée, les ministres des Affaires étrangères des pays de l’Union européenne et de douze pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée (PSEM) se réunissaient à Barcelone1. La déclaration finale de Barcelone a approuvé l’établissement d’un Partenariat entre les participants grâce au renforcement d’un dialogue politique régulier, au développement d’une coopération économique et financière ainsi qu’à la promotion de la dimension sociale, culturelle et humaine des relations euro-méditerranéennes.

  • 2 Alors que seulement une dizaine d’accords régionaux avaient été signés dans la décennie 1980, on e (...)
  • 3 Cette dénomination vise à démarquer cette nouvelle vague de régionalisme de celle des années 1950. (...)

3Ce processus s’inscrit dans une dynamique globale de valorisation de l’échelle régionale. En effet, dans la conjoncture internationale actuelle, marquée par la fin de la bipolarité et l’accélération du processus de mondialisation, l’échelle régionale émerge avec force comme nouvel espace potentiel de régulation et de légitimation. La pensée économique qui prévaut dans toutes les instances internationales insiste sur la régionalisation comme objectif intermédiaire en vue d’une intégration internationale, et rappelle que les progrès de la mondialisation auront pour corollaire l’approfondissement de la régionalisation. Le régionalisme apparaît également comme un complément de la mondialisation par sa capacité à fournir, dans une période de perte de repères, un nouvel espace de solidarité et de références identitaires. Ces considérations doublées de la multiplication des accords d’intégration régionale au cours des années 19902 ont entraîné un renouveau de l’intérêt pour le régionalisme, aujourd’hui étudié sous l’angle du « néo-régionalisme3 ».

4La Méditerranée n’échappe pas à l’engouement régionaliste. L’Europe du Nord et le pourtour méditerranéen arabo-musulman définissent un espace géographique caractérisé à la fois par une histoire commune aux effets encore aujourd’hui marquants, un déséquilibre économique et en termes de développement, des différences politiques, culturelles, religieuses, et une forte interdépendance. Tandis que les PSEM sont dépendants économiquement de l’Europe, c’est en termes de menaces migratoires, économiques ou même politico-religieuses (exportation du terrorisme), et de risques de déstabilisation que le Nord méditerranéen envisage ses flans sud et sud-est. Au-delà de cette réalité structurelle prégnante, de plus en plus d’acteurs saisissent aujourd’hui la Méditerranée comme espace régional ; c’est le cas de l’Union européenne, d’un certain nombre d’États, ou encore de collectivités locales et de structures associatives infra-nationales. La Méditerranée est ainsi devenue le ferment de tout un faisceau d’actions qualifiées de « régionales » ; le Partenariat euro-méditerranéen en est l’exemple type.

  • 4 Cf. B. Hibou, L. Martinez, « Le Partenariat euro-maghrébin : un mariage en blanc ? », Les études d (...)
  • 5 A. Klotz, C. Lynch. « Le constructivisme dans la théorie des relations internationales ». Critique (...)
  • 6 Ibidem, p. 59.
  • 7 Cf. K. Postel-Vinay, « La transformation spatiale des relations internationales », in M-C. Smouts, (...)

5Cet article n’entend pas interroger la pertinence du Partenariat pour favoriser l’intégration entre le Nord et le Sud de la Méditerranée. D’autres analyses sont largement revenues sur cette question à partir de perspectives économiques ou de science politique, et ont conclu à l’incapacité du Partenariat à pouvoir concrétiser en un lieu donné un processus de régionalisation4. Toutefois, remettre en cause la réalité d’une régionalisation en Méditerranée ne doit pas conduire à occulter les stratégies discursives, les actions auxquelles le Partenariat et d’autres actions parallèles donnent forme, et leurs effets. Une approche plus constructiviste peut dans cette perspective être utile, car elle insiste sur la « co-institution d’institutions et d’agents et [sur les] fonctions constitutives plutôt que simplement régulatrices des règles et normes qui guident la vie internationale5 ». En s’intéressant à l’intentionnalité des acteurs, sans considérer leur comportement comme utopique, irréaliste ou irrationnel, il s’agit alors de comprendre « la façon dont les agents, en exprimant leurs conceptions normatives ou en promouvant de nouvelles institutions sociales, reflètent et en même temps dépassent les structures existantes6 ». Cette contribution s’attachera donc avant tout à analyser la relation entre la géographie et le sens7. Au-delà des faiblesses économiques et politiques du Partenariat et des différentes actions, la Méditerranée émerge-t-elle comme un espace de sens, pertinent à la fois comme grille de lecture du monde actuel et comme échelle de mobilisation ? La notion de Méditerranée peut-elle faire sens pour les acteurs, peuvent-ils y puiser les ressources nécessaires à la définition ou la redéfinition de leurs intérêts et de leurs pratiques ? A partir des discours et des actions menées, la Méditerranée est-elle susceptible de s’imposer comme nouvelle définition d’un rapport Nord/Sud mais aussi Sud/Sud en Méditerranée ?

  • 8 Nous avons par ailleurs travaillé sur les perceptions de la Méditerranée propres aux acteurs du No (...)
  • 9 Nous nous éloignons quelque peu de la définition classique du bilatéralisme et l’entendons comme r (...)
  • 10 C. Visier, « Régionalisation en Méditerranée : points de vue égyptiens », communication au Congrès (...)

6Nous développerons ici le cas de l’Egypte. Étudiant les PSEM8, il nous est apparu illusoire de saisir le Sud comme un ensemble homogène, d’autant plus que c’est encore aujourd’hui largement une approche nationale et bilatérale (entre l’Europe communautaire et chaque pays méditerranéen) qui est privilégiée par le Partenariat, principal projet de coopération régional en Méditerranée9. La situation égyptienne est intéressante à double titre. D’une part, à la différence des autres pays arabes, la notion de Méditerranée n’est pas étrangère à ce pays : à plusieurs reprises au cours du xxe siècle, des auteurs égyptiens ont voulu appréhender la Méditerranée comme un ensemble et donner forme à une vision non européenne de celle-ci. D’autre part, l’Egypte présente une dimension originale des relations « euro-méditerranéennes » par rapport à la relation euro-maghrébine souvent étudiée. La volonté du gouvernement égyptien de rapprochement avec l’Europe communautaire ne se réduit pas à la seule dimension économique puisque l’Egypte espère voir l’Europe communautaire jouer un rôle plus politique au sein de l’ensemble du Moyen-Orient, considéré comme sous-espace régional. En effet, l’Égypte se particularise par le souhait de son gouvernement de conserver un puissant rôle politique régional, qui nécessite un certain nombre d’alliances extérieures. Alors que les relations intenses avec les États-Unis sont aujourd’hui soumises à des tensions, l’Égypte tente de réorienter sa politique extérieure en direction, notamment, de l’Europe communautaire. Il est alors intéressant d’analyser comment l’enjeu euro-méditerranéen ou méditerranéen est intégré à la politique régionale de l’Égypte. Ayant par ailleurs consacré une étude aux représentations développées par différents types d’acteurs égyptiens, choisis en dehors des cercles gouvernementaux10, nous insisterons ici sur la politique extérieure de l’Égypte et la variable euro-méditerranéenne.

La politique extérieure égyptienne et la notion de Méditerranée

  • 11 Avec 20 % du total de l’aide extérieure américaine, soit plus de 2MM$ par an, l’Égypte se place au (...)
  • 12 Outre les négociations bilatérales entre les protagonistes immédiats du conflit israélo-palestinie (...)

7A partir du début des années 1970, l’Égypte a développé une politique internationale tournée vers l’Ouest, sous l’impulsion d’A. El Sadate. Les États-Unis furent les principaux alliés de cette orientation occidentale, l’Europe communautaire n’étant pas considérée alors comme une option viable. L’entente s’est concrétisée par une aide américaine à l’Égypte, aujourd’hui encore conséquente11. A la suite de la conférence de Madrid, le pouvoir égyptien, fidèle allié des États-Unis et de la coalition occidentale pendant la deuxième guerre du Golfe, et fort des convergences avec Washington (réalisation de la paix au Moyen-Orient, sécurité de la région du Golfe, lutte contre le terrorisme), s’est pleinement engagé dans la stratégie promue par les États-Unis. Le pays s’est posé en médiateur du processus de paix et a prôné un cadre de coopération qu’on qualifiera de « moyen-oriental12 ».

  • 13 Ce n’est qu’avec le blocage du processus de paix que l’Égypte parviendra à reprendre un certain no (...)
  • 14 Alors que le pacte de Damas signé en mars 1991 par l’Égypte, la Syrie et le Conseil de coopération (...)

8Suivre la stratégie des États-Unis n’est pourtant pas apparu comme une option optimale au vu du principal objectif égyptien de recouvrer un rôle régional significatif. En effet, à la suite de la déliquescence de l’Union soviétique et de l’émergence des États-Unis comme superpuissance, l’Égypte a cherché à ne pas se laisser enfermer dans une seule et unique option. La diversification de sa politique étrangère a néanmoins posé problème : le renforcement de la coopération inter-arabe n’était guère envisageable à la suite des dissensions occasionnées par la guerre du Golfe13 ; Le Caire n’est pas réellement parvenu à consolider son rôle géostratégique dans les pays de la péninsule Arabique par le biais des accords de Damas14 ; enfin, le poids de l’Egypte en Afrique s’est affaibli.

  • 15 L’Europe communautaire représente plus de 40 % des importations égyptiennes et environ 56 % de ses (...)

9D’autre part, depuis le début des années 1980 et à la suite de l’échec du modèle de développement égyptien, du tarissement de la rente pétrolière et de la pression croissante des créanciers internationaux, l’Egypte tente de capter au mieux l’aide financière occidentale. Comme pour d’autres pays méditerranéens, l’Europe communautaire, premier partenaire commercial de l’Égypte, apparaît alors comme un interlocuteur de taille15. L’Égypte va se saisir dès le début des années 1990 de la rhétorique méditerranéenne qui commence à émerger dans les pays européens, pour tenter de développer à son profit une logique d’assistance.

  • 16 M. El Sayed Selim. « Mediterraneanism : A New Dimension in Egypt’s Foreign Policy », Kurasat Istra (...)
  • 17 Il s’agit de : – l’approfondissement de la coopération commerciale, économique et culturelle ; – l (...)
  • 18 M. El Sayed Selim, « Mediterraneanism... », op. cit., p. 18.

10Dès septembre 1991, le président H. Mubarak préconise, devant le Parlement européen, la mise en place d’un Forum des pays et des peuples de la Méditerranée (comprenant l’Égypte, la Tunisie, l’Algérie, le Maroc, l’Italie, la France, l’Espagne, la Grèce, le Portugal et la Turquie). Cette initiative entend promouvoir un rapprochement entre le Nord et le Sud, incluant l’Égypte, alors que le projet 4+5 (devenu par la suite 5+5, comptant les cinq pays du Maghreb d’une part, la France, l’Italie, l’Espagne, le Portugal et Malte), lancé en 1990 par la France, excluait l’Égypte. C’est largement un point de vue économique qui préside à l’élaboration de la proposition de Forum méditerranéen16. Elle comporte trois dimensions17, mais l’Égypte s’intéresse alors essentiellement à la promotion de la coopération économique, entendue comme contrepoids à l’intérêt grandissant que l’Europe communautaire porte aux pays de l’Est. « L’Égypte conçoit avant tout le Forum comme une institution technique pour orienter l’aide européenne vers les pays méditerranéens »18. Cependant, dans un contexte de diversification de ses alliances extérieures, l’Egypte est ouverte à toute proposition dépassant strictement le cadre économique. Ainsi, pour être en mesure de rivaliser avec l’initiative du dialogue 5+5, la proposition du Forum méditerranéen contient déjà une corbeille plus spécifiquement consacrée à la sécurité.

  • 19 Cf. dans ce même ouvrage, l’étude de Hayète Chérigui.

11Le projet 5+5, qui avait dans un premier temps intéressé l’Égypte, s’est enlisé après la mobilisation internationale contre la Libye. Relancé en 1993, le Forum a tenu quelques réunions avant que la conférence de Barcelone vienne en partie réaliser ses objectifs. Depuis, il fonctionne comme groupe de réflexion et de pression nord-sud à l’égard du processus euro-méditerranéen19.

  • 20 Farag, « Égypte, retour en force sur la scène arabe », L’État du monde, 1997, La découverte, pp. 3 (...)
  • 21 G. Martin-Munoz, « L’Égypte dans l’échiquier arabe face au mouvement islamiste », Hérodote, n° 77. (...)

12L’impact des évolutions au Moyen-Orient sur la place de l’Égypte dans la région renforce la volonté égyptienne de réviser ses alliances extérieures. Les progrès du processus de paix, le rapprochement d’un certain nombre de pays avec les États-Unis, la signature du traité de paix entre la Jordanie et Israël et l’engagement des voisins de l’État hébreu dans une politique de normalisation sont autant d’éléments qui font craindre à la diplomatie égyptienne un affaiblissement du soutien des États-Unis à son égard et une remise en cause du rôle régional auquel elle aspire. « Avec les avancées de ce processus de paix, toutes les alliances potentielles et imaginaires ont été évoquées. Israël et la Turquie formeraient avec la Jordanie un axe béni par Washington20 ». « La dynamique d’élargissement des négociations à tous les partenaires arabes finira par soustraire au Caire son statut d’interlocuteur unique et donc incontournable21 » ; à terme, l’aide massive américaine vis-à-vis de l’Égypte pourrait se voir infléchir. Au milieu des années 1990, alors que le processus de paix s’essouffle, un certain nombre de tensions surgissent entre l’Égypte et les États-Unis à propos, par exemple, de la signature du Traité de Non-prolifération et de la Convention sur les armes chimiques (1995), ou des conférences économiques du Caire en 1996 (que l’Égypte a hésité dans un premier temps à accueillir) et de Doha en 1997 (boycottée par la diplomatie égyptienne ainsi que par un grand nombre d’hommes d’affaires).

  • 22 Le processus de paix est en effet frappé par la crise des négociations bilatérales israélo-palesti (...)

13La carte méditerranéenne apparaît alors de nouveau de circonstance : l’Égypte a fortement investi le Partenariat, tentant ainsi de se rapprocher de l’acteur communautaire. Fortement concerné par la prévention et le combat du terrorisme, et la sécurité de la région, le pouvoir égyptien s’intéresse de près à la mise en œuvre d’un pacte de sécurité et de stabilité en Méditerranée. Mais surtout, face à l’arrêt du processus de paix22 et la réintroduction du conflit palestino-israélien au centre de toute tentative d’approche régionale, l’Egypte a cherché à faire intervenir plus activement l’acteur communautaire dans la gestion politique du problème palestino-israélien.

14L’Europe communautaire fait en effet valoir son positionnement vis-à-vis du problème palestinien. Engagée depuis 1980 dans l’appui aux populations des territoires occupés, elle est aujourd’hui le premier bailleur de fonds de l’autorité et de la population palestinienne. De plus, elle s’est distinguée vis-à-vis du conflit israélo-palestinien par quelques prises de position politiques dont la plus importante fut la déclaration de Venise, adoptée par le Conseil européen en juin 1980. La déclaration de Barcelone de 1995 a défini comme objectif l’élaboration d’un « espace commun de paix et de stabilité » dans la région euro-méditerranéenne. Enfin, en 1992, le traité de Maastricht conférait à l’Union européenne un nouvel objectif : affirmer son identité sur la scène internationale, notamment par la mise en œuvre d’une Politique étrangère et de sécurité commune (la PESC, qui fournit une base juridique aux actions communautaires). L’intégration communautaire et les relations extérieures de l’Union européenne, très largement développées sur les plans commerciaux et économiques, sont ainsi complétées par une politique étrangère commune qui vise la sauvegarde des intérêts communautaires et le renforcement de son rôle mondial. Cette nouvelle ambition s’est traduite au Moyen-Orient par la nomination, en novembre 1996, d’un émissaire européen pour le processus de paix.

15A la fin des années 1990, la question du rôle de l’Europe en Méditerranée occidentale suscite donc un fort intérêt de la part des autorités égyptiennes. Le pouvoir a réussi à imposer l’idée d’une possible alternative à l’influence des États-Unis dans la région. L’orientation euro-méditerranéenne de l’Égypte et l’action de l’Europe sont souvent envisagées en Égypte comme contrepoids, voire comme pôle concurrent, aux États-Unis. Le paradigme méditerranéen ou euro-méditerranéen est ainsi reconsidéré par certains spécialistes de relations internationales et de géopolitique. Il devient le cadre d’un certain nombre de questionnements : à la suite de l’écroulement de la bipolarité et de la place prise par les États-Unis dans la région, quel rôle l’Union européenne joue ou pourrait être en mesure de jouer ? Comment ne pas marginaliser l’Égypte dans le processus de rapprochement européen vers les pays de l’Europe de l’Est d’une part et vers la Méditerranée occidentale de l’autre ? La coopération euro-méditerranéenne peut-elle être susceptible de renforcer la coopération interarabe ?... Cette problématique méditerranéenne géopolitique et géostratégique apparaît également dans le propos des non-spécialistes de politique étrangère. Nombreuses sont les personnes interrogées qui reviennent sur la question israélo-palestinienne en tant qu’enjeu euro-méditerranéen et sur la place que pourrait ou que devrait occuper l’Europe vis-à-vis de ce conflit.

  • 23 Cf. C. Visier, « Régionalisation en Méditerranée : points de vue égyptiens », op. cit.

16Alors que dans d’autres domaines, la thématique méditerranéenne ne renvoie pas en Égypte à de claires perceptions d’enjeux ou de questionnements concrets et apparaît simplement comme un ré-emploi et une instrumentalisation d’un discours méditerranéen nécessaire à tout contact avec des partenaires européens23, la politique extérieure semble faire exception et émerger comme un enjeu euro-méditerranéen porteur de sens.

Un enjeu régional euro-méditerranéen difficilement matérialisable

  • 24 Nous faisons nôtre la définition de Z. Laïdi de l’espace de sens comme « mise en place d’un espace (...)

17L’émergence d’un espace régional ne se limite pas à l’apparition d’enjeux porteurs de sens mais implique également la capacité à convertir les significations communes et propres à la Méditerranée en performances politiques24. Or, les faiblesses et les incapacités européennes aussi bien que les ambiguïtés égyptiennes rendent aujourd’hui difficile la concrétisation des questionnements « méditerranéens » en positions politiques réalistes.

  • 25 I. Awad montre pourtant que certains instruments communautaires existent (et existaient avant l’in (...)
  • 26 Cf. P. Peters, « The Barcelon Process and Arab-Israeli Mulilaterals Talks : competition or Converg (...)
  • 27 L’Union européenne est présente dans quatre des cinq dossiers relevant des négociations multilatér (...)

18L’attitude de l’Europe face à la crise israélo-palestinienne symbolise la conception européenne selon laquelle toute dimension politique découle implicitement d’un renforcement de la coopération économique. Malgré les principes défendus, aucune mesure communautaire n’a jamais été mise en œuvre pour les appliquer25. Quant à la déclaration de Barcelone, elle mentionne que le Partenariat euro-méditerranéen n’entend pas être un cadre de résolution du conflit israélo-palestinien, même s’il peut contribuer à son succès. Sécurité et stabilité de la région euro-méditerranéenne comme objectif politique ; promotion des échanges et des relations économiques comme outil pour atteindre cet objectif. Cette conception des relations extérieures européennes à l’égard des pays tiers méditerranéens a pu se concrétiser lorsqu’elle était menée en parallèle à l’engagement du processus de paix israélo-palestinien26. En effet, en même temps que les négociations de paix facilitaient la tenue d’une réunion interministérielle à Barcelone en 1995, l’existence du projet « moyen-oriental », centré sur le règlement du conflit israélo-palestinien et auquel participait l’Europe27, permettait au processus méditerranéen à la fois de ne pas se focaliser sur la dimension éminemment politique, et de se démarquer du projet « moyen-oriental », promu par les Etats-Unis.

19L’impasse du processus de paix a mis à mal cette séparation des tâches et la seconde conférence interministérielle sur le processus euro-méditerranéen (Malte, en avril 1997) a inexorablement buté sur le problème israélo-palestinien. La structuration d’une coopération économique régionale (incluant Israël) pouvait être acceptée par l’Égypte tant qu’elle était couplée à des avancées politiques. Mais les débats au sein de cercles intellectuels égyptiens influents qui ont précédé la tenue de la conférence économique au Caire en 1996 et le boycott des autorités égyptiennes de la conférence organisée à Doha en 1997 ont rappelé que l’Egypte n’entend pas faire prévaloir l’économique sur le politique.

20En ce qui concerne l’Egypte, la thématique méditerranéenne apparaît encore très floue et trop polysémique pour avoir la capacité de transformer des objectifs en performances politiques. Au stade de nos recherches, il est difficile d’établir si le pouvoir égyptien est convaincu que le cadre euro-méditerranéen peut être adéquat pour résoudre les problèmes de la Méditerranée orientale ou s’il se contente du formidable levier politique que lui confère une instrumentalisation du cadre euro-méditerranéen, lui permettant ainsi de se poser comme le tenant de la recherche d’une alternative à la domination américaine et à l’échec de politique américaine dans la région.

  • 28 Cf. C. Visier, « La régionalisation en Méditerranée... », op. cit.

21Les notions globales de Méditerranée et d’Euro-Méditerranée permettent d’évacuer la définition, pourtant nécessaire pour mettre en place des actions, de ce qui est entendu par Europe et par Méditerranée. Lorsqu’ils s’intéressent à la place de l’Europe dans la région et à son rôle vis-à-vis du problème israélo-palestinien, les Égyptiens ont tendance à effectuer un glissement et entretenir une confusion entre l’attitude communautaire et certaines prises de position nationales, en l’occurrence françaises. A l’exemple du Forum méditerranéen, l’Euro-Méditerranée est donc très souvent pensée exclusivement à partir du rapport franco-égyptien, sans que cela soit clairement dit ni même perçu. Quant à la Méditerranée, on a par ailleurs montré qu’elle désignait avant tout pour les Égyptiens une relation bilatérale et verticale entre l’Égypte et l’Europe28. Le cas de la politique étrangère apparaît une fois encore comme une exception puisque la Méditerranée est envisagée par rapport à la place de l’Égypte au sein du Moyen-Orient. Elle est alors considérée comme un moyen de recouvrir une place de puissance au Moyen-Orient. Un tel rôle pouvait aisément se concevoir sous le système bipolaire et dans le cadre d’une relation avec les États-Unis. Il paraît plus incertain et plus problématique dans un monde post-bipolaire, au sein d’un schéma de relations qui se veut avant tout basé sur la coopération.

22La position dominante et influente de l’Europe communautaire vis-à-vis des PSEM se traduit par la capacité des instances communautaires à imposer un langage spécifique propre aux relations avec ses partenaires du sud et de l’est de la Méditerranée. En Égypte, la réappropriation de ce langage est d’autant plus facile qu’il n’est pas inconnu et renvoie à une histoire. Pour autant, on ne peut déduire de l’émergence et du développement du discours sur la Méditerranée l’apparition simultanée d’un espace régional méditerranéen.

Notes

1 Il s’agit du Maroc, de l’Algérie, de la Tunisie, de Malte, de Chypre, de l’Égypte, d’Israël, de la Jordanie, de la Syrie, du Liban, de la Turquie et de l’autorité palestinienne.

2 Alors que seulement une dizaine d’accords régionaux avaient été signés dans la décennie 1980, on en répertorie plus de trente pour la période 1990-1994 (comprenant, bien sûr, nombre de petits accords de libre-échange conclus dans le monde entre pays voisins).

3 Cette dénomination vise à démarquer cette nouvelle vague de régionalisme de celle des années 1950. taxée de régionalisme classique. Le néorégionalisme vise moins à se protéger contre le multilatéralisme et la concurrence internationale qu’à assurer une insertion compétitive dans l’économie mondiale. Il s’agit d’un régionalisme ouvert qui, loin d’aboutir à des blocs fermés, vise à assurer une complémentarité entre des accords spéciaux de type préférentiel et le nouvel ordre commercial mondial.

4 Cf. B. Hibou, L. Martinez, « Le Partenariat euro-maghrébin : un mariage en blanc ? », Les études du CERI, n° 47, novembre 1998. 37 p. E. Kienle, « Libre-échange contre libéralisation politique : Partenariat et stabilité dans le bassin méditerranéen ». Politique étrangère, 1/98, pp. 51-67. C. Visier, « L’Union européenne et la Méditerranée : la référence incantatoire à une société civile méditerranéenne », Revue méditerranéenne d’études politiques, n° 3, septembre 1996.

5 A. Klotz, C. Lynch. « Le constructivisme dans la théorie des relations internationales ». Critique internationale, n° 2, hiver 1999, p. 53.

6 Ibidem, p. 59.

7 Cf. K. Postel-Vinay, « La transformation spatiale des relations internationales », in M-C. Smouts, Les nouvelles relations internationales. Pratiques et théories, Paris, Presses de Sciences-Po. 1998. « Définitions de l’Asie : discours, accords et géo-pouvoir ». Communication à la table ronde Les intégrations régionales, dirigée par O. Dabène et C. Lequesne. Congrès de l’ASFP, Rennes, 28/09- ler/10 1999. Dactylographié.

8 Nous avons par ailleurs travaillé sur les perceptions de la Méditerranée propres aux acteurs du Nord, en particulier français. C. Visier, La coopération culturelle française vers les pays maghrébins, nouveaux acteurs, nouveaux enjeux, thèse de doctorat en Science politique, sous la direction de J-R. Henry. Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence, octobre 1998.

9 Nous nous éloignons quelque peu de la définition classique du bilatéralisme et l’entendons comme relation entre l’Union européenne d’une part et chaque PSEM de l’autre. Or, la majeure partie des financements du Partenariat est consacrée aux enveloppes nationales, l’enveloppe régionale ne correspondant qu’à 10 % des fonds débloqués. De plus, les accords d’association pour la création de la zone de libre-échange sont négociés et signés entre la Commission européenne et chaque PSEM. Bien que des réseaux trans-méditerranéens tentent de se structurer, ils sont encore loin d’un fonctionnement transnational.

10 C. Visier, « Régionalisation en Méditerranée : points de vue égyptiens », communication au Congrès international de Science politique, Québec, 1-5/08/2000. A paraître.

11 Avec 20 % du total de l’aide extérieure américaine, soit plus de 2MM$ par an, l’Égypte se place au second rang des pays bénéficiaires de l’aide américaine, après Israël.

12 Outre les négociations bilatérales entre les protagonistes immédiats du conflit israélo-palestinien, le processus de paix contient un volet de coopération régionale, qualifié de « projet moyen-oriental », composé de négociations multilatérales sur lesquelles on reviendra et d’une Conférence économique du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord annuelle.

13 Ce n’est qu’avec le blocage du processus de paix que l’Égypte parviendra à reprendre un certain nombre d’initiatives avec les pays arabes.

14 Alors que le pacte de Damas signé en mars 1991 par l’Égypte, la Syrie et le Conseil de coopération du Golfe était fondé sur une logique d’échange d’une sécurité stratégique contre une sécurité économique, les membres du CCG s’avèrent par la suite réticents à intégrer l’Égypte et la Syrie dans un système de sécurité commun.

15 L’Europe communautaire représente plus de 40 % des importations égyptiennes et environ 56 % de ses exportations. Les États-Unis assurent pour leur part 23 % des importations et 15 % des exportations commerciales égyptiennes.

16 M. El Sayed Selim. « Mediterraneanism : A New Dimension in Egypt’s Foreign Policy », Kurasat Istratijiya/ Strategic Papers, Al Ahram Centre for Political and Strategic Studies, n° 27. mars 1995, 36 p.

17 Il s’agit de : – l’approfondissement de la coopération commerciale, économique et culturelle ; – l’établissement d’un cadre culturel et spirituel du dialogue méditerranéen ; -l’établissement d’une zone régionale méditerranéenne (c’est-à-dire l’instauration d’une zone stable de sécurité qui implique le contrôle de l’armement, la pression sur Israël pour la signature du TNP, etc.).

18 M. El Sayed Selim, « Mediterraneanism... », op. cit., p. 18.

19 Cf. dans ce même ouvrage, l’étude de Hayète Chérigui.

20 Farag, « Égypte, retour en force sur la scène arabe », L’État du monde, 1997, La découverte, pp. 309-314.

21 G. Martin-Munoz, « L’Égypte dans l’échiquier arabe face au mouvement islamiste », Hérodote, n° 77. 2e trimestre 1995, p. 147.

22 Le processus de paix est en effet frappé par la crise des négociations bilatérales israélo-palestiniennes, la suspension des négociations israélo-syriennes, la paralysie progressive des négociations multilatérales et le boycott de la dernière conférence économique de Doha par nombre de pays arabes (en sus du Qatar, organisateur de la conférence, seuls neuf pays de la Ligue arabe étaient présents : les Comores, Djibouti, la Jordanie, le Koweït, la Mauritanie, Oman, la Somalie, la Tunisie et le Yémen, représentés pour la plupart par des secrétaires d’État).

23 Cf. C. Visier, « Régionalisation en Méditerranée : points de vue égyptiens », op. cit.

24 Nous faisons nôtre la définition de Z. Laïdi de l’espace de sens comme « mise en place d’un espace délibératif au sein duquel interviennent des acteurs publics et privés (...) ; production de significations communes et propres à cet espace dans le jeu mondial ; capacité à convertir ces préférences et ces délibérations en performances politiques » in « La délocalisation du sens », communication au congrès de l’Association française de science politique. Table ronde n° 3, O. Dabène, C. Lequesne, Les intégrations régionales. Rennes, 28/09-1/10/1999. Dactylographié, p. 22.

25 I. Awad montre pourtant que certains instruments communautaires existent (et existaient avant l’instauration de la PESC) pour mettre en application les déclarations de principes adoptées. « L’intégration européenne, la PESC et la Méditerranée », communication aux VIIe Rencontres franco-égyptiennes de science politique sur La reconstruction politique d’un espace d’échange : la Méditerranée, Centre d’études et de documentation économiques et juridiques, Université du Caire, 6-8 janvier 1997, à paraître.

26 Cf. P. Peters, « The Barcelon Process and Arab-Israeli Mulilaterals Talks : competition or Convergence ? », The Political Rôle of the European Union in the Middle East, Working Paper, Bertelsman Foundation, 1997.

27 L’Union européenne est présente dans quatre des cinq dossiers relevant des négociations multilatérales : l’eau, les réfugiés, l’environnement et le développement économique régional (commission qu’elle parraine). En revanche, s’étant heurtée à la résistance conjointe d’Israël et des États-Unis, elle n’a qu’un statut de « partie extra-régionale » dans le dernier dossier portant sur le contrôle des armements. L’Union européenne est également partie prenante de la Conférence économique).

28 Cf. C. Visier, « La régionalisation en Méditerranée... », op. cit.

Notes de fin

* Département francophone de sciences politiques, université de Marmara, Istanbul.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable