Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Deuxième partie. Équilibres régionaux et enjeux étatiques

12. Le paramètre turc dans l’espace public méditerranéen

Gérard Groc

Texte intégral

  • * Chargé de recherche au CNRS. IREMAM.

1Note portant sur l’auteur*

2Au regard de l’espace public méditerranéen – entendu comme espace propice à l’émergence d’un dialogue social et politique nouveau édifié de manière multilatérale dans le cadre d’une entité géographique faisant l’objet d’un consensus –, la difficulté à propos de la Turquie est de circonscrire les deux termes principaux « Méditerranée » et « société civile » que, pour des raisons différentes, la culture politique turque n’a pas encore véritablement inscrits comme des rubriques autonomes et identifiables en tant que telles, et qu’elle n’a pas encore eu, de ce fait, l’occasion d’articuler. Pourtant, ces deux éléments subissent actuellement une évolution intéressante, inattendue et tout à fait récente, dont le développement politique futur du pays peut avoir à porter les marques. Si l’évolution de ces deux termes ne procède pas a priori d’une interrelation, il semble néanmoins que la perspective d’une ouverture de l’Europe vers la Turquie, et donc d’un éventuel rattachement de l’une à l’autre, créera les points de jonction entre ces deux évolutions.

3La Méditerranée est jusqu’à présent restée, en Turquie, un concept assez peu expressif, principalement parce qu’il était mesuré à des paramètres essentiellement nationaux (voire nationalistes), lesquels avaient été les axes majeurs de l’expérience kémaliste modernisante. Aujourd’hui, certaines situations, advenues sur plusieurs endroits de la périphérie de la Turquie, se révèlent importantes quant à une évolution d’ensemble au niveau de cette région du monde et laissent augurer pour la Turquie, sans doute à moyen terme, des combinaisons nouvelles à travers lesquelles elle gagnerait un rôle spécifique. Partant, certains faits concrets qui sont aujourd’hui déjà accomplis par elle, laissent aussi présager une mutation plus large, inscrite dans un dépassement du cadre national comme cadre de réflexion politique, vers l’esquisse d’une composition régionale, qui se concevrait comme un nouvel ensemble méditerranéen-oriental. C’est ce qui nous fait dire, en lui donnant valeur d’hypothèse, que l’idée de Méditerranée subit actuellement une évolution par laquelle elle tend à prendre un sens plus concret, celui d’une aire définie en concordance avec une capacité nouvelle d’intervention de la Turquie.

4Pour ce qui est de l’idée de société civile, elle apparaît pour sa part à travers une réaction politique actuellement en élaboration, que trahit sous des formes très diversifiées l’effervescence créée autour du concept de « société civile » (sivil toplum). Ce concept intéresse actuellement beaucoup de monde en Turquie et recouvre globalement une volonté, pour un nombre croissant d’acteurs sociaux, de penser ou de « repenser » une évolution politique nouvelle vers la recherche de solutions inédites dans une voie définie essentiellement comme « non étatique ». Cette innovation traduit non seulement la défiance face aux appareils politiques existants et à la succession des expériences gouvernementales récentes (depuis 1991), mais encore la volonté de voir intervenir des interlocuteurs nouveaux, non impliqués dans les circuits « politiciens » existants et dont on attend des initiatives politiques créatrices et inédites.

  • 1 L’invitation européenne est ainsi formulée : « L’interdépendance euro-méditerranéenne se situe sur (...)
  • 2 Il a eu lieu les 27 et 28 nov. 1995.

5Au fil de quelques rubriques successives, un peu formelles, je voudrais d’abord développer quels ont été les différents registres d’une appellation « méditerranéenne » classique, puis indiquer quelle fut longtemps la position des acteurs officiels vis-à-vis de cet ensemble géographique ; pourtant, il y a eu une réaction turque à l’invitation européenne de repenser la collaboration des pays du « Sud » face à l’Union européenne en terme de « Méditerranée1 » ; plus loin, je décrirai à travers la représentation turque au forum Euromed de Barcelone2, l’approche faite par l’Europe mais aussi par des réseaux « civils » en Turquie, de ce qui a pu apparaître a priori comme représentatif d’une « société civile » turque ; enfin, je tenterai d’esquisser les deux évolutions respectives qui marquent les deux termes pris pour objet de notre étude, et quelles perspectives nouvelles ils génèrent.

Une « méditerranéité » d’abord hésitante3

  1. La Turquie, depuis la fin de la deuxième guerre mondiale a établi une relation quasi directe avec les pays développés occidentaux, que ce soit à travers l’OTAN (affiliation en 1952) dans le domaine stratégique et sa version économique européenne avec l’OECE (plus tard OCDE), ou que ce soit plus exclusivement avec la CEE dans le domaine économique – accord d’association en 1963 prolongé ensuite par un accord d’Union douanière en 1995, puis élection, à Helsinki, à un partenariat durable (décembre 1999).
  2. C’est, de plus, un pays qui, par son histoire mais aussi sur la base de ses ressources propres (son auto-suffisance alimentaire), affleure de toujours plus près le « développement » économique ; il se place donc sur cette échelle à un niveau supérieur à de nombreux pays en voie de développement et a fortiori à nombre de ses voisins, sans toutefois pouvoir prétendre à la pleine appellation de « développé ».
  • 4 V. Amiraux, « Turcs en Allemagne et Turcs d’Allemagne » in Turcs d’Europe et d’ailleurs, coord. S. (...)
  • 5 Cf. mon autre contribution dans ce volume, intitulée « Approches turques de l’Allemagne et de l’Eu (...)

6C’est donc un pays dont les demandes sont, théoriquement et pratiquement, relativement satisfaites sur le plan sécuritaire et en terme de flux économiques, dans une relation directement ancrée à l’Occident, relation que la Turquie annonce comme « paritaire » même si cette affirmation paraît parfois péremptoire. Cet accès direct a de plus été facilité par l’entremise de l’Allemagne qui, par certaines similitudes surtout géostratégiques et par l’importance de la communauté turque dans ce pays4 a toujours été attentive à la position turque, à son évolution économique, à sa stabilité politique et s’est plusieurs fois fait l’interprète auprès des autres pays membres, surtout dans le cadre de l’OTAN et de l’OCDE, des problèmes rencontrés par la Turquie ; elle a même souvent été amenée à définir des solutions qui ont ensuite été acceptées par ses partenaires (plan de sauvetage OCDE 1961 par le « Consortium d’aide à la Turquie » présidé par l’Allemagne, programme d’aide globale de 1 milliard de $ en 1978, préparé dans le cadre de l’OCDE par l’Allemagne en février 19805).

  • 6 Voir plus bas.
  • 7 Une mer Égée alignée sur la souveraineté aux 12 milles voulue par la Grèce, deviendrait au centre, (...)

7Il faut par ailleurs préciser que ce qui, vu de loin, passe pour une sous-partie « méditerranéenne », se découpe pour les Turcs en trois rivages très distincts, la mer Noire, la mer Égée, et la mer Méditerranée associés à des contextes et des enjeux très différents. La Mer Noire, mer fermée, est liée à l’ancienne relation à l’URSS et aux pays de l’Est, avant de devenir l’objet d’une nouvelle diplomatie sur fond de prochaine concurrence pétrolière6 ; c’est un espace qui relevait donc plutôt d’une logique « atlantique » dont il était, au gré, un pion ou un atout. La mer Egée est une autre configuration spécifique, parsemée d’îles, qui alimenta et alimente encore aujourd’hui un vieux contentieux avec la Grèce – contentieux roulant sur la délimitation du plateau continental, l’extension des eaux territoriales et l’espace aérien ; c’est un espace qui, pour sa part, relève d’une approche quasi bilatérale7. Quant à l’espace maritime qui effectivement porte, en Turquie, la dénomination de Méditerranée, grosso modo le littoral sud de l’Anatolie depuis Kaş jusqu’à la frontière syrienne, il ne se différencie guère du précédent à cause du redoutable problème de Chypre qui, par la récente promesse d’intégration de l’île dans l’Union européenne, est devenu un enjeu plus large. Cette partie « méditerranéenne » n’a pour elle que d’avoir longtemps été la voie naturelle des échanges entre l’Empire ottoman et ses anciens territoires arabes, dont l’Égypte et la Tripolitaine. Depuis l’expédition de Suez en 1956, elle a souffert d’apparaître comme un rivage arabe gelé dans son opposition à Israël et d’avoir souvent été « pro soviétique ».

8Si l’on reprend ces éléments en terme de « rose des vents », on arrive ainsi à la conclusion que la Turquie n’est pas à proprement parler encline à se définir ni géographiquement, ni historiquement, ni culturellement, comme un pays méditerranéen ou comme un pays du « Sud », et encore moins prête à se laisser assimiler (malgré la confession musulmane) à un pays arabe.

La réponse diplomatique à l’Euromed

  • 8 « The risks of conflict in the mediterranean are stemming essentially from internal sources of a s (...)

9Néanmoins, la Turquie a officiellement accepté l’initiative euro-méditerranéenne de la Communauté Européenne telle qu’elle a été formulée (voir note 1) et la perspective initiale d’une aide budgétaire globale fixée à 5,5 milliards d’écus8. Elle a donc accepté d’être aussi comptée au nombre de ses interlocuteurs « méditerranéens », ce qui fait, notons-le, double emploi avec la volonté maintes fois exprimée de devenir un membre à part entière de l’Union européenne. Ce deuxième « fer au feu » révèle d’ailleurs, en négatif, les craintes turques face à un accès à la parité occidentale que nous évoquions plus haut et que la Turquie voudrait directe et consensuelle.

  1. Placée dans la mouvance de la CEE, à un niveau certes jamais atteint par aucun pays non-membre, la Turquie sait néanmoins que cette nouvelle formule d’association traduit une grande réserve qui fut l’origine du refus net que sa demande d’adhésion essuya en 1988 de la part de la Commission et qui lui fut réitéré en 1993. Ce refus est, en outre, alimenté par une succession d’affaires qui lui valent une série de mauvais points de la part d’instances européennes comme la Commission et le Parlement européens, le Conseil de l’Europe, etc. (affaire de Chypre, affaire kurde, question du respect des libertés publiques) qu’aggrava encore le veto longtemps maintenu par la Grèce à son égard9. Il y a donc eu nécessité pour elle de se ménager d’autres portes de sortie, voire d’autres stratégies « européennes », pour lesquelles elle sait aussi pouvoir ne pas toujours laisser indifférent10.
  2. Un deuxième motif plus fondamental, qui n’est pas toujours formulé de manière explicite, tient au fait qu’en dépit des bonnes relations qu’elle a longtemps conservées avec l’Allemagne, la Turquie se méfie d’une Communauté européenne qui pourrait être trop « nordique »et trop continentale. Elle semble de plus en plus tentée d’accompagner, voire d’aider, tout ce qui peut figurer un déplacement du centre de gravité européen vers un sud méditerranéen – ce qui signifierait de jouer un peu plus la carte française – et donc d’aider à l’introduction, au rang des déterminants communautaires, de considérations méditerranéennes qui reflèteraient plus manifestement, à travers certaines analogies agricoles et industrielles (Portugal, Espagne, voire Italie du Sud) ses propres préoccupations. Nous sommes alors dans une argumentation ambivalente car l’idée est ici non pas de rompre avec l’Allemagne ou avec les partenaires du Nord, mais d’éviter que leur tendance « continentale » ne leur fasse oublier leur sollicitude envers la Turquie et surtout ne leur fasse privilégier des retrouvailles centre-européennes qui risqueraient de compliquer ou de retarder son admission à l’Union européenne, en lui préférant de nouveaux partenaires géographiquement plus européens. La récente ouverture faite à certains pays de l’Est, non seulement d’accéder au rang de membres de l’Union européenne, mais de figurer aussi comme membres de l’OTAN alimente bien évidemment cette inquiétude.
  3. Troisième argument : un dialogue méditérranéen pourrait aussi être une source de solutions aux nombreux différends avec la Grèce (à l’instar des propositions formulées par Bruxelles à l’égard de Chypre), car dans la difficulté d’atteindre un règlement bilatéral, la réunion d’un consensus méditerranéen autour d’approches plus régionalistes (par exemple le problème des eaux territoriales de la mer Égée, qui affecterait d’autres pays que la Turquie) pourrait sinon dégager de nouvelles solutions, du moins peser différemment sur les interlocuteurs en présence.
  4. De plus, la Turquie qui a pratiqué des ouvertures spécifiques vers les pays arabes, dans le cadre de l’OCI ou ailleurs, est actuellement tentée de les prolonger sur une nouvelle base. Par exemple, il est souvent fait mention en Turquie d’une relative analogie existant entre la Turquie et les pays du Maghreb, avec lesquels les points de comparaison seraient nombreux (modernité, proximité historique de l’Occident, régimes républicains, voire « laïcs », pour l’Algérie et la Tunisie et niveau de développement économique pour le Maroc, également en accord d’association avec la CEE), mais avec lesquels il n’existe pourtant que peu de contacts bilatéraux.
  • 11 Voir A. Mac Liman, Initiative euro-méditerranéenne de l’Union européene : la réponse des pavs tier (...)

10Toutefois, comme on le devine, il s’agit globalement d’une stratégie destinée à circonvenir les aléas de la ligne européenne, où l’on n’aborde des options nouvelles avec de nouveaux partenaires que pour répondre à des problèmes déjà anciens et référencés. Les motivations relèvent de chapitres en théorie déjà couverts par le contact direct avec l’Occident, elles sont beaucoup plus politiques et culturelles qu’économiques11 (à la différence des autres pays « méditerranéens ») même si, à cause de cet écart de développement économique entre elle et ses partenaires, la Turquie ne reste pas insensible à l’idée d’un grand programme d’aide économique.

  • 12 Comme par exemple lorsque, dans un conseil « informel » des ministres européens en octobre 1997, l (...)

11La stratégie n’est certes pas facile à trouver car trop investir dans la « Méditerranée » pourrait donner l’impression qu’on renonce à l’entrée directe en Europe ; et s’arc-bouter sur une adhésion officiellement « paritaire » à l’UE signifierait ignorer volontairement des réalités politiques que le moindre pragmatisme se doit de prendre en considération12.

La Turquie « civile » au Forum de Barcelone

12Quels étaient les interlocuteurs turcs présents au Forum civil de Barcelone, et censés représenter la « société civile » turque.

  • 13 Liste communiquée aux invités par les organisateurs du Forum.
  • 14 Voir l’article d’O. Ekinci, président de la Chambre des architectes d’Istanbul, publié dans le jou (...)
  • 15 Interview réalisé avec Mme F. Bayramoğlu-Yildirim, représentante en Turquie de « Wald ». Une grand (...)

13D’emblée, on peut noter l’hétérogénéité de cette délégation. Sur seize participants13, on trouvait des représentants d’administrations publiques (directeurs de Telekom turc et de TCDD – Chemins de fer) ou para-publiques comme des banques, venus beaucoup plus pour tester un nouveau type de prospection que pour représenter une sensibilisation nouvelle de leurs mandataires. Citons aussi des représentants d’instances professionnelles (Chambre de commerce d’Istanbul et Chambre des architectes), dont certains paraissent plus engagés dans une réflexion de fond sur l’évolution sociale, particulièrement les architectes interpellés par les questions d’urbanisme14. Il y avait aussi les représentants installés en Turquie de certains forums internationaux ou européens (Prometheus, World Academy for Local Government and Democracy), eux aussi impliqués dans la problématique de la société civile, mais promouvant à l’intérieur du pays des points de vue déterminés ailleurs15. Avec une plus grande dose de représentativité, on trouvait également un représentant des Droits de l’homme, quelques universitaires ou chercheurs, une libraire et un journaliste (Cumhuriyet). Malgré toutes ces présences, on ne nota qu’une seule intervention (Forum 10, Les migrations) – et une présidence de séance (Forum 7, Dialogue culturel).

14A côté du fait que les thématiques des forums ont aidé quelques choix précis, il apparaît, après enquête personnelle, que les participants turcs ont surtout profité des réseaux de relations tissés à partir des capitales européennes. Ces réseaux ont été sollicités par l’Union européenne dans ce sens, sur la base de relations personnelles que l’on a voulues « représentatives » et souvent à partir d’intellectuels turcs résidant dans des capitales occidentales (Paris, Bruxelles, Londres...). Apparemment, il n’y a eu aucune coordination tentée à partir de la Turquie en préparation du Forum civil, ni d’ailleurs aucune concertation, voire aucun contact, entre ces « représentants » du pays, ni pendant ni après la conférence. La « société civile » turque est donc arrivée en ordre dispersé, sur la base de contacts extérieurs établis au préalable, avec une représentativité toute relative.

15Cependant, au regard des participants non institutionnels, je voudrais relever deux dimensions intéressantes :

  • la cooptation par réseaux individuels a permis la réunion de personnes dont la conscience politique incline assez généralement vers des thèmes comme l’évolution démocratique, les Droits de l’homme, l’ouverture internationale et la recherche de contacts en vue de synergies (qui va dans le sens recherché par Bruxelles).
  • l’individualité de certains participants est soutenue par un intérêt commercial (par exemple, le libraire), avec l’idée de mettre ce nouveau carrefour « méditerranéen » au service de filières de communication, d’échange d’informations ou de circulation du savoir ; il y a là cotoiement de plusieurs registres comme la liberté d’entreprendre, les réseaux transfrontaliers ou encore la découverte de circuits non officiels au service de la démocratie et des libertés publiques.

16Pour autant, chez ces acteurs individuels et « démocrates », la tendance est plutôt à la recherche de contacts avec l’Europe du Nord, parce que c’est elle qui a le poids nécessaire pour dynamiser des projets individuels et parce que c’est elle – là, la place de l’Allemagne est importante – qui est la plus avancée en termes de libertés publiques et de revendications sur ce thème (Droits de l’homme, des femmes, des enfants, écologie etc.) et qu’elle apparaît donc comme immédiatement plus efficace sur ce plan que les partenaires du Sud.

Une démocratisation en cours

17Aujourd’hui, une évolution se dessine en Turquie, qui fait du thème de la « société civile » un thème en vogue, utilisé par de nombreux acteurs qui, sur des registres diversifiés, cherchent à s’articuler en réseaux. Elle profite aussi du fait que ce processus est dans une phase de recherche, de proposition, et que dans cette floraison actuelle des idées nouvelles, la problématique civile ne se veut ni un leurre ni une ébauche occasionnelle et récupérable.

18Le raisonnement de fond que l’on peut entendre à travers les différents discours en présence, suit deux axes :

  • il tourne d’abord autour de la nécessité d’innover en matière politique, en sortant de la dimension « étatique ». Ici, le « non-gouvernemental » devient le « non-étatique » avec l’idée que, dans un pays de tradition autoritaire, tout ce qui procède de « l’institué », directement ou indirectement, jusques et y compris le régime associatif tel qu’il fonctionne aujourd’hui en Turquie, finit par s’inscrire dans une statégie intra-étatique, sans avoir les moyens d’y échapper. Toute revendication « civile », et tout support juridique qu’elle se confectionne finit, au vu de la centralité de l’État, par ordonner sa propre légitimation dans une logique appuyée sur lui. Elle finit immanquablement par se politiser et, dans un jeu de rapports de force, par rechercher dans son domaine une sorte de « garantie d’État » qu’elle transforme bientôt en « rente d’État », ce qui la conduit ipso facto à s’assurer le monopole de revendication et à éliminer tout concurrent pouvant remettre en question ce monopole : ce qui est au départ un médiateur de revendication se mue donc objectivement en un comportement anti démocratique ;
  • l’autre idée est que l’État est marqué par son incapacité à gérer la pluralité inhérente à la société turque, et que les dysfonctionnements actuels majeurs viennent de la présence de grandes lignes de faille dans la société (failles ethniques, religieuses, culturelles...) que l’État n’est capable ni d’accepter, ni de prendre en compte dans sa recherche de solutions (la crise la plus évidente étant la question kurde). Les corollaires de ce qui précède, sont, d’une part, l’idée que les problèmes sociaux croissent en importance, en complexité et en urgence (par exemple l’urbanisation) et, d’autre part, que, sur eux, reposent nombre d’échéances politiques futures. De là, une remise en cause globale de l’État, de sa forme autoritaire, de sa centralité, de sa culture politique « unanimiste et nationaliste » et du déficit démocratique qu’il génère (la critique s’ouvrant également à l’analyse historique).

19Il apparaît donc de plus en plus aux acteurs « civils » que la démocratisation ne peut s’approfondir que dans un espace non étatique au niveau du citoyen ou d’une collectivité, seul espace à pouvoir franchir l’obstacle des lignes de faille sans léser les intérêts respectifs. On est ici à la recherche d’une conception « alternative » de la politique. Mais à la différence de ce qui retient l’attention de la Communauté européenne, le terme de « société civile » n’est absolument pas conçu ici comme un acteur potentiel évoluant dans un contexte international au-dessus des frontières nationales ; c’est avant tout un processus politique interne qui a pour point de départ le constat récent d’une pluralité sociale et qui tente de trouver une articulation innovante entre État et corps social, en se livrant à une critique plus large de la centralité étatique, à la différence des concurrences politiques antérieures qui ne visaient qu’à confisquer l’État à leur profit.

20Les valeurs qui émergent à propos de la société civile sont nombreuses et variées et empruntent à plusieurs registres où il importe parfois plus de faire preuve de créativité que de rationalité. A travers les multiples formes qu’elle revêt, il s’agit toutefois de promouvoir une nouvelle demande face au politique, de sorte que celle-ci devienne identifiable, innovante, crédible et relayée, même si la question ne se pose pas encore de savoir s’il faut franchir ou non la limite de la conquête du pouvoir. Ce qui compte, c’est de créer une nouvelle identification indépendante du politique (importance accrue de la sphère privée), d’élargir l’espace politique pour que celui-ci ne soit pas uniquement un espace politicien, de générer, à travers une mobilisation plus large, une nouvelle approche qui transformera les termes dans lesquels se négocie la définition de l’ordre politique. Est présente l’idée d’un transfert de responsabilité et d’une prise en charge par de nouvelles voies et organisations, de problèmes relevant du politique mais qui n’y trouvent actuellement pas de réponse.

  • 16 Sürekli aydinlik için bir dakika Karanlik, février 1997. En novembre 1996, une collision fortuite (...)

21Globalement, la réflexion, roulant concurremment sur des concepts de responsabilité collective, de parité de représentativité, d’espace public autonome et d’importance du culturel, s’articule autour de deux directions importantes, celle de mobilisation sociale et celle de médiation, que sous-tend une troisième dimension plus fondamentale, celle de pluralité. La mobilisation, qu’elle soit formelle ou informelle, individuelle ou collective, touche à diverses notions comme la sensibilisation, le regroupement autour d’une thématique nouvelle qui concerne, soit une majorité de gens par sa dimension universalisante (démocratie, écologie etc.), soit une catégorie de personnes plus réduite, réunies autour d’un intérêt partagé de nature plus spécifique. La mobilisation recherche également, à travers une dynamique de l’initiative, l’interpellation de nouveaux acteurs qui saisissent l’occasion de se définir comme une entité nouvelle, ainsi les femmes ou les homosexuels. On rencontre aussi des manifestations de type plus composite où la dimension festive a même fait son apparition : le modèle de ces mobilisations de type nouveau reste le fameux mouvement intitulé « Une minute d’obscurité pour une transparence définitive16 ».

22Pour sa part, la médiation s’évalue à travers des formes variées comme le partenariat, la collaboration, la participation ou comme la mise en place, autant pour une simple information que pour une négociation plus concrète, de cadres destinés à faire dialoguer entre eux des interlocuteurs qui n’en avaient pas l’habitude et qui dans une situation de conflit ou de concurrence recouraient plus souvent à l’affrontement qu’à une concertation ouverte. Deux thématiques sont actuellement très parcourues, si l’on en croit la quantité de travaux réalisés sur elles : c’est d’abord l’étude des ressources de la démocratie locale (ou directe) dans un nouveau rapport politique collectif qui serait tissé entre niveau local – État – ONG – individu. Le deuxième thème est celui de la citoyenneté (yurt-taşlik) qui semble actuellement offrir la possibilité d’articuler l’individu pris dans ses droits et ses libertés avec une implication plus collégiale dans le domaine politique, implication par définition consciente et responsable qui, dès lors, ne se fait plus en contradiction avec les aspirations personnelles.

  • 17 G. Groc, « La “société civile” turque entre politique et individu », CEMOTI (26), Paris : Presses (...)

23Les registres de cette action sont eux-mêmes fort variés. Faisant un procès sévère du monde politique, certains interlocuteurs prônent, dans une action purement sociale (culturel, identitaire, historique, caritatif, aide sociale plus ou moins classique), la représentation d’intérêts individuels ou collectifs qui, par leur universalité (écologie, libertés individuelles) ou par leur spécificité (la sauvegarde de sites, d’espèces animales en perdition, etc.) ne puissent être ni récupérés ni manipulés, ni réduits par l’action partisane. C’est avec l’idée de développer l’autonomie sociale et de lui conquérir une légitimité en soi hors du politique et un espace public à part entière. Pour d’autres, tout en restant hors du monde politicien, il est important néanmoins de transformer celui-ci par une pression suffisante exercée sur ses acteurs pour qu’ils intègrent de nouveaux paramètres et renouvellent ainsi leur approche des grands problèmes contemporains. Cette évaluation se fait souvent à propos de la question kurde, pour laquelle on estime qu’il faut retrouver un accès au politique hors des contraintes fixées par les militaires : autrement dit, la dynamique d’une solution politique non violente semble passer par les ONG. Enfin, il reste des partisans d’une action civile directement inscrite dans le champ politique. Ils partent de l’idée que, compte tenu de la culture politique turque, la visibilité souhaitable, l’accès aux médias et l’efficacité désirée ne sont enregistrables par l’opinion publique turque que si elles transitent par le canal du politique. Ces mouvements, tout en exprimant l’avis que le champ politique donne seul l’ampleur nécessaire à une action à long terme et permanente, au risque sinon de ne figurer que dans le ponctuel, optent aussi dans leur action pour une approche « civile » non spécifique, sur des thèmes fédérateurs, consensuels et actuels, autant que sur des moyens d’action novateurs, du genre de la pétition, de la manifestation silencieuse ou encore de la fête publique. Unissant les deux registres, ils fondent alors leur présence politique sur une approche renouvelée en termes d’expertise et de compétence, de thématiques précises et ciblées sur lesquelles ils préparent des dossiers et des rapports publics, après audition de toutes les parties en présence et pour lesquelles ils se présentent ensuite comme des médiateurs potentiels (les dossiers sont le plus souvent politiques : prisons, question kurde, réformes politiques, rôle de l’État17, etc.

  • 18 Ce fut le cas lors du conflit des prisons de juillet 1996, au cours duquel de nombreux grévistes d (...)

24Ne voulant plus relever de l’idéologie, la société civile tend ainsi à inscrire sa nouveauté dans l’ordre de la pratique politique et de l’empirique18.

Une Méditerranée orientale en gestation

25Quant au concept de Méditerranée, sa réévaluation actuelle s’effectue à partir du fait que la Turquie enregistre depuis quelques années des évolutions qui lui laissent concevoir, en admettant qu’elle joue l’atout de leur conjonction, un nouveau rôle et une nouvelle centralité dont elle pourrait tirer un parti intéressant dans le futur.

Une nouvelle configuration géostratégique

26La fin de la guerre froide a amené deux évolutions qui intéressent directement la Turquie.

27D’une part, elle a donné plus d’importance au Proche-Orient vis-à-vis duquel les pays occidentaux se sont montrés plus interventionistes (guerre du Golfe). La Turquie a trouvé ici l’occasion de renouer avec son rôle de poste avancé, d’aire de surveillance, certes dans une nouvelle direction, mais où elle a pu mobiliser tous les acquis de sa collaboration ancienne à l’OTAN (installations de surveillance, bases logistiques pour des opérations armées, entrepôts de matériel, mais aussi base arrière pour le contrôle des mesures de pacification, transit pour l’acheminement de matériels divers dont les vivres et les secours, aide aux réfugiés etc.). Or, le Proche-Orient est important à deux niveaux : c’est, bien sûr, une source prioritaire de la fourniture énergétique mondiale ; c’est aussi une zone de conflits majeurs où l’arbitrage occidental, voire onusien, a du mal à s’imposer et que l’on sait devoir rester encore longtemps aléatoire. La position généralement favorable à Israël de l’Occident en fait inévitablement, du moins aux yeux des pays arabes, une partie prenante au conflit. Aussi, disposer, avec la Turquie, d’un poste avancé dans cette région, dans une proximité géographique avérée, est donc un avantage important ; Ankara l’a compris. En outre, envers le Proche-Orient, la Turquie possède un autre argument qui peut devenir un jour déterminant puisqu’elle constitue le principal bassin et réservoir d’eau de cette région (Tigre, Euphrate, Ceyhan, Seyhan), dotée de surplus à partir desquels pourrait s’organiser un désamorçage multilatéral de ce qui est déjà vu comme la prochaine cause des conflits futurs de cette région, la pénurie d’eau.

28D’autre part, l’effondrement de l’Union soviétique a conduit à la découverte d’une région nouvelle, l’Asie centrale, pourvue de ressources considérables, énergétiques ou autres (c’est cette région qui donnait à l’URSS sa première place pour la production de pétrole, de gaz, d’or, de coton, etc.) dont l’exploitation est encore imparfaite mais dont on sait qu’elle pourrait prendre un jour le relais de celle du Proche-Orient, voire, le cas échéant, la suppléer en cas de trop forte turbulence. L’Asie centrale est donc un ensemble de nations en devenir, potentiellement riches et pressées de trouver autant des débouchés que des fournisseurs, autrement dit, un marché de plus de 50 millions d’habitants en attente de développement. L’Asie centrale, c’est aussi l’émergence d’un nouvel intermédiaire régional, entre un Occident développé et un Extrême-Orient en plein essor, doté d’une démographie galopante, étagé depuis le Pakistan jusqu’au Japon, en passant par l’Inde, la Chine et la Corée. Ce monde, grâce au désenclavement de l’aire centrasiatique, s’est considérablement rapproché de nous, par des voies terrestres dont certaines (le train par exemple) sont déjà équipées. Ce qui, de plus, dynamise cette position de relais, c’est que l’extrême Asie est elle-même intéressée aux potentialités énergétiques des steppes centrales qui peuvent lui procurer un approvisionnement moins lointain (elle est également intéressée par un nouveau marché accessible à ses propres productions). L’Asie centrale apparaît donc comme une nouvelle zone de transactions doublée d’une zone de transit entre des pôles de structures relativement complémentaires dont elle rapproche les intérêts respectifs.

  • 19 M. Chatelus, « La Méditerranée orientale et la mer Noire dans la géopolitique des hydrocarbures », (...)

29Là aussi, la Turquie est bien placée, jouissant avec la plupart de ces nouveaux États, non seulement d’une proximité géographique, mais aussi d’une communauté de culture, de religion et parfois de peuplement. Pour avoir, de plus, réagi très vite à l’ouverture de ces contrées, la Turquie a aussi, plus conjoncturellement, pris de l’avance dans les contacts établis et la prospection de ces marchés. Il y a donc déjà une implication réelle et souvent efficace de la Turquie dans le développement de ces pays. Mais le rôle le plus directement déterminant de la Turquie, celui qui est à la base de toutes les projections actuelles faites par Ankara, c’est que l’Anatolie pourrait devenir le débouché le plus significatif vers l’Occident de cette production pétrolière et gazière, autrement dit, la tête de pont nécessaire à ces nouveaux États pour mettre en valeur leurs potentialités et déclencher leur phase de développement. Dans une telle perspective, le rôle de la Turquie se trouve encore accru de ce qu’elle entre ipso facto en concurrence avec d’autres intérêts, ceux de l’Iran, ceux de la Russie (ou de la CEI), dont on sait qu’ils sont considérés avec une certaine réserve par les pays occidentaux19.

30Quant au Caucase, les scénarios conflictuels qu’offre actuellement cette région, s’ils ne facilitent pas les choix sur le tracé des pipelines, peuvent aussi renforcer le rôle de proximité qui échoit à la Turquie.

Une nouvelle configuration scénique

  • 20 « Indeed, Turkey is, in the Mediterranean context, an economic giant which will inevitably play a (...)

31Cette conjoncture suggère à la Turquie plusieurs rôles possibles, les uns au service de ses intérêts propres, les autres en tant que médiateurs entre plusieurs horizons et ce, autant sur les domaines politiques, économiques que culturels. Au rôle de pionnier vers l’Asie centrale qui, après quelques années, lui a permis de devenir un démarcheur et un entrepreneur actifs dans ces régions, la Turquie peut ajouter celui d’intermédiaire, voire d’intercesseur, dans cette région pour accompagner et guider les premiers pas d’autres nations (ainsi, la France passa-t-elle longtemps par ses postes d’expansion économique d’Ankara et d’Istanbul avant de s’installer en Ouzbekistan), pour prospecter l’Asie centrale. La fonction de relais se conjugue ici sur un grand éventail de registres : relais du développement occidental (type de modèle économique), de ses techniques, de son savoir-faire, auxquels la Turquie associe sa propre main-d’œuvre. Relais exercé comme un avant-poste de l’Europe depuis longtemps introduit dans les plus grandes organisations et alliances occidentales et européennes, mais qui peut, en retour, se faire l’interprète auprès d’elles, de nations de culture différentes20. Elle-même se présente aussi parfois comme un modèle exportable de développement et de modernisation politique, accessoirement d’équilibre entre les dimensions religieuses islamiques et la modernité. Ce rôle d’intermédiaire vient d’ailleurs en renfort à ce que la Turquie affirme d’elle-même depuis quelque trente ans, à savoir qu’elle est un médiateur pratiquement naturel (géographiquement, politiquement, économiquement, culturellement, historiquement, etc.) entre deux continents, deux religions, deux seuils de développement, et qu’elle est héritière de plusieurs trajectoires historiques, pourvue d’un rôle d’intermédiaire polyvalent entre le « Nord » et le « Sud », entre la modernité et la nécessité de développement, entre la modernité politique et le pouvoir discrétionnaire.

32Dans ce jeu où elle serait à la fois pont et frontière, ouverture et débouché, modèle et filtre, la Turquie possède aussi quelques cartes importantes, celle d’être un poids lourd démographique au Proche-Orient (65 millions d’habitants), d’afficher un niveau de développement supérieur à celui de ses voisins immédiats et donc capable d’exercer sur eux une certaine attraction, celle aussi de figurer un débouché continental bien assorti de voies maritimes telles que mer Noire, Egée, Méditerranée (mythologie des routes de la soie), enfin celle de posséder en propre certains éléments de stabilité politique avec un régime démocratique parlementaire aligné sur les standards européens, et de stabilité militaire (être un élément actif du dispositif atlantique).

Une nouvelle figure régionale

33L’importance de ce changement est que la Turquie, qui fut longtemps passivement soumise aux options prises par des alliances dont elle ne contrôlait pas le cours, se voit offrir actuellement une configuration où elle peut avoir un rôle spécifique qu’elle a peut-être les moyens de rendre pérenne. Jouant sur une convergence des capacités et des complémentarités, elle perçoit que sa faculté à être utile sur des registres différents -jugée autrefois trop parcellaire dans le cadre de dialogues avec des interlocuteurs uniques (soit occidentaux, soit musulmans, soit proche-orientaux) – peut lui conférer, dans ce nouveau schéma, une spécificité peut-être exclusive.

34Gardant ceci à l’esprit, il est intéressant de noter que, depuis quelques années, ce pays a effectivement modifié sa politique extérieure en privilégiant trois comportements nouveaux : il prend des initiatives diplomatiques ; il intervient désormais dans un cadre qui dépasse celui de ses seules frontières et de la seule défense de ses intérêts nationaux, pour proposer des constructions à un niveau régional ; enfin, ses initiatives n’ont plus pour seul objet des préoccupations politiques ou stratégiques, mais incluent aussi des dynamiques économiques que le pays se sent capable de soutenir.

  • 21 Il faut noter que la Turquie avait déjà éprouvé ce sentiment en 1975, lorsqu’en représailles à son (...)

35Ce changement émane sans aucun doute de la fin des années 1980, lorsqu’acceptant enfin l’idée d’un avenir européen, la Turquie se voit immédiatement refusée par Bruxelles. Parallèlement, l’effondrement de l’URSS la sort du cadre de la guerre froide et fait du même coup vaciller la dimension « atlantique » du camp occidental. De là, naît, à travers une longue interrogation sur son identité, l’idée d’avoir à assumer seule un destin politique que des constructions politiques déjà constituées ne semblent pas avoir forcément envie d’intégrer21. C’est ainsi qu’en même temps qu’elle est invitée à participer avec les pays occidentaux à la guerre du Golfe, la Turquie s’attelle à gérer la disparition de la puissance soviétique, en concevant des regroupements régionaux d’intérêts périphériques « non occidentaux », en vue de mobiliser au-delà des positionnements anciens de la guerre froide, des initiatives croisées, de proposer des logiques nouvelles et des collaborations régionales, dans l’espoir de susciter des convergences d’abord économiques puis politiques.

  • 22 Voir le numéro spécial de CEMOTI qui fut consacré à cette tentative : « La zone de coopération éco (...)

36Son premier vrai scénario concerne l’édification d’une zone économique des pays de la mer Noire, projet qui engloba onze pays et donna lieu à une organisation assez poussée, avec l’idée sous-jacente de créer un éventuel marché commun. Mais à cause des turbulences de la zone et des indécisions de plusieurs partenaires, ce projet s’essouffla très vite, affaibli aussi en 1993 par la disparition de son principal artisan, le président turc Turgut Özal22.

37Le deuxième scénario, beaucoup plus durable, est bien sûr celui de sa présence en Asie centrale où, comprenant aussi assez vite qu’elle ne pouvait rêver d’aucun messianisme, elle eut la sagesse de composer avec la permanence d’une très forte influence russe et la puissance d’attraction émanant directement, pour les nouvelles nations centrasiatiques, des pays occidentaux eux-mêmes.

38Un troisième type d’intervention apparut au cours des années 1990 en Bosnie où la Turquie, bien qu’associée à une opération occidentale réalisée par les soins de l’OTAN, a aussi introduit des objectifs personnels. En effet, la Turquie semble avoir entrevu dans la crise bosniaque la possibilité d’aider indirectement à la reconnaissance, dans un périmètre indéniablement européen, d’une entité politique de confession musulmane. Or, on sait que cette confession fut implicitement invoquée pour dénier à la Turquie un caractère européen et, par là, lui refuser un accès juridiquement envisageable à l’Union européenne. Quelques années plus tard, la Turquie est également présente au Kosovo en tant qu’auxiliaire du dispositif de l’OTAN, présence qui est cette fois assortie, dans l’opinion publique turque, de la prévalence que lui confère une familiarité plus grande de la région non seulement en tant qu’ancienne puissance dominante, mais aussi au nom de liens linguistiques, familiaux et religieux aujourd’hui encore bien vivants.

  • 23 Elle apparut à l’actualité de la politique intérieure, lorsque les premiers accords de coopération (...)
  • 24 Voir le premier numéro de la revue Limes, sur « Turquie et Israël, la nouvelle alliance », Paris : (...)

39Le scénario le plus déterminant est toutefois l’option inédite et plus récente23 de la Turquie qui construit une relation de plus en plus élaborée avec Israël, laquelle suppose cette fois une tout autre implication. De la part d’un pays musulman qui a toujours voulu conserver ses entrées à l’Organisation de la Conférence Islamique, un rapprochement publiquement annoncé avec Israël exclut toute ingénuité : il y a si peu d’espace de neutralité dans cette région turbulente qu’y opérer un choix revient à se rapprocher d’un camp et forcément à s’éloigner d’un autre. On peut donc partir de l’idée qu’il y a, de la part de la Turquie, une option prise dont l’effet aura de toute façon une implication à long terme. Si l’on s’interroge maintenant sur les bases d’un tel rapprochement, on peut d’abord lui trouver des causes de simple similarité. Il s’agit, en effet, de deux États nationaux structurés, de régimes démocratiques parlementaires instaurés depuis longtemps, mais volontiers autoritaires, où le nationalisme est teinté d’obsession défensive, où l’État est aux prises avec ses minorités, de deux États dont les appareils militaires jouent un rôle important dans la politique, où on note une grande interférence du religieux sur le politique ; enfin, de deux États dont les liens sont multiples et forts avec l’Occident. Mais, replacés dans le contexte du Proche-Orient, certains aspects prennent un autre relief. D’abord, une même mobilisation face à des régimes arabes tels que la Syrie ou encore l’Irak, une même réserve face à l’Iran, une puissance militaire qui, cumulée, peut sans doute avoir facilement gain de cause dans la région, au vu de la puissance de chacun et au vu de leur complémentarité géographique qui encadre directement la Syrie et plus obliquement l’Irak mais aussi Chypre (un des acquis importants de cette entente est l’ouverture de l’espace aérien turc aux avions de la chasse israélienne). Enfin, la connection permanente des deux pays avec les pays occidentaux et prioritairement avec les États-Unis en fait des relais, voire des partenaires, d’un ordre mondial défini par l’Occident. Si l’on se rappelle que l’eau est donnée comme un paramètre bientôt crucial au Proche-Orient et en sachant qu’elle a toujours été un casus belli pour Israël, la conjonction des ententes prend là figure de préparation commune de l’avenir24.

  • 25 Le terminal du pipe-line centrasiatique serait le même que celui du pétrole irakien, à Yumurtahk, (...)
  • 26 Intéressante est, à ce sujet, une déclaration de Bill Clinton, lors d’un discours prononcé à Washi (...)

40Si l’on met ainsi bout à bout : au Nord, l’émergence d’une nouvelle unité géopolitique en Asie centrale avec, pour la Turquie, un rôle de débouché privilégié de ses capacités, entre autres énergétiques, vers l’approvisionnement d’un espace européen et occidental via la Méditerranée25 ; au Sud, l’arrimage, sur certains aspects à venir, du sort de la Turquie à celui du Proche-Orient ; si l’on considère, de plus, que ces évolutions ne laissent ni l’Europe ni les États-Unis indifférents, que ces derniers privilégient à fond, pour l’Asie centrale, la carte du débouché énergétique anatolien aux dépens d’un débouché iranien ou russe ; si l’on ajoute à cela que la Turquie peut éventuellement être utile à une présence stabilisatrice dans les Balkans, alors on peut admettre que, dans une savante gradation, la Turquie tente de lier à moyen et à long terme, ses intérêts nationaux, ceux d’un voisinage immédiat et ceux des grandes puissances, dans une fédération d’intérêts à l’échelle de la Méditerranée orientale. En fait, elle met au point un dispositif qui pourrait fonctionner seul sur la foi de sa seule intervention mais qui sait aussi intégrer des problématiques plus larges, importantes pour l’Occident. Autrement dit, elle se choisit à dessein une responsabilité dans un cadre régional dont elle sait qu’il a une importance mondiale26, et où elle peut apparaître comme un intervenant périphérique et non belligérant, doté cependant d’un accès direct à des problématiques prioritaires et mondiales. Point particulier de convergence et de redistribution de flux diversifiés entre des pôles soucieux (ou contraints) d’établir entre eux une plus grande complémentarité, la Turquie devient par là, forte de ses acquis politiques, économiques, culturels mais aussi militaires, un élément effectif sinon de la définition, du moins de la réalisation et du maintien d’un certain ordre mondial, dans une région particulière. Et dans le cadre plus spécifiquement européen où la Turquie se retrouve désormais admise au processus d’élargissement européen (décembre 1999), un de ses paris pourrait se formuler ainsi : ses propres frontières (proche-orientales, iranienne, caucasienne...), bien que trop aléatoires pour voir Bruxelles désirer en endosser directement la charge, bordent des espaces tellement majeurs que la construction européenne, vers un deuxième pôle mondial, ne peut plus se désintéresser de leur devenir et aura tôt ou tard à se constituer un accès vers leur stabilisation.

41Pour en arriver là, il faudra certes à la Turquie savoir faire d’abord le ménage chez elle, afin de réunir les conditions nécessaires à un rôle d’arbitre. C’est-à-dire qu’il lui faudra non seulement respecter les critères de démocratie (les critères de Copenhague que lui prescrit l’Union européenne avant toute accession réelle), mais aussi savoir régler les conflits en souffrance : en interne, la question kurde, et en externe, la question chypriote. On peut penser que, vu l’enjeu, la Turquie fera sans doute le chemin nécessaire, même si des questions de protocole peuvent retarder ce qu’elle ressent parfois comme des abandons de souveraineté. Signalons à ce propos que le lien avec Israël semble déjà avoir porté ses fruits. En effet, la Turquie a pris, à l’automne 1998, avec une audace inédite, l’initiative d’une pression soudaine, directe et quasi militaire sur la Syrie, pour lui faire abandonner son soutien à la cause kurde et plus particulièrement au leader du PKK, Abdullah Öcalan. L’épisode se termina par la capture assez inattendue de ce chef kurde au Kenya, où il fut enlevé par une équipe de commandos turcs : un dénouement qui rappelait fortement, souligna la presse turque, la pratique israélienne de coups de mains réalisés en divers points du monde.

Notes

1 L’invitation européenne est ainsi formulée : « L’interdépendance euro-méditerranéenne se situe sur plusieurs plans, notamment sur ceux de l’environnement, de l’énergie, de l’émigration, du commerce et des investissements. La Communauté a un intérêt vital à aider les pays méditerranéens à relever les défis qui leur sont lancés. L’objectif doit être l’établissement d’un partenariat euro-méditerranéen. Le processus débutera avec une libéralisation des échanges, soutenue par une aide financière généreuse, pour se poursuivre par le resserrement des liens de coopération politique et économique et déboucher, enfin, sur une association étroite dont le contenu sera défini en commun à un stade ultérieur. » Résumé de la communication de la Commission au Conseil et Parlement européens d’octobre 1994 (COM (94, 427 final). Une communication de mars 1995 (COM(95) 72 final) intitulée « Renforcement de la politique méditerranéenne de l’Union Européenne : propositions sur la mise en œuvre d’un partenariat euro-méditerranéen » précisait : « La commission propose trois grands thèmes d’intervention prioritaire qui sont étroitement liés : l’appui à la transition économique ; l’appui à un meilleur équilibre socio-économique ; l’appui à une intégration régionale. » Voir Bulletin de l’Union européenne, suppl. 2/95, pp. 8 et 33.

2 Il a eu lieu les 27 et 28 nov. 1995.

3 Ce néologisme a fait récemment son apparition dans la presse quotidienne sous la forme Akdenizlik qui pourrait se traduire par « méditerranéité ».

4 V. Amiraux, « Turcs en Allemagne et Turcs d’Allemagne » in Turcs d’Europe et d’ailleurs, coord. S. de Tapia, Les Annales de l’Autre Islam, n° 3, Inalco, Paris 1995, pp. 61-82.

5 Cf. mon autre contribution dans ce volume, intitulée « Approches turques de l’Allemagne et de l’Europe ».

6 Voir plus bas.

7 Une mer Égée alignée sur la souveraineté aux 12 milles voulue par la Grèce, deviendrait au centre, une mer intégralement grecque sans plus aucune voie d’eau internationale, ce que la Turquie considère comme un casus belli, voir M.C. Yenigün, « 12 mil Karasulari ve Ege sorunu » in E Sönmezoğlu, Değişen Dünya ve Türkiye, Bağlam Yay., Istanbul 1995. pp. 123-152.

8 « The risks of conflict in the mediterranean are stemming essentially from internal sources of a socio-economic nature. They are the conflicts of societies in transition, of millions of people being uprooted economically, socially and ideologically and of governements which grapple with or respond too slowly to pressings needs of a demographic explosion of impatient populations such as employment, housing, schooling and health services », G. Vanhaeverbeke, « Some considerations about Europe’s Mediterranean policy and Turkey on the eve of the Barcelona Conference », Annales de la Faculté de droit d’Istanbul, n°46, mars 1996, p. 236. Face à des problèmes qui ne permettent donc pas son immixtion directe, la CEE cherche à mobiliser les forces sociales pour faire pression sur les gouvernements.

9 Le tremblement de terre du 17 août suivi d’un tremblement de terre en septembre en Grèce semble avoir changé considérablement les rapports entre les deux pays et débloqué les problèmes en suspend sur la scène européenne. C’est ainsi que la Turquie a pu être admise en décembre 1999 à Helsinki, en tant que candidate déclarée à l’élargissement européen, ce qui lui avait été refusé deux ans plus tôt.

10 « Colossal efforts will be required from the Mediterranean governments and peoples. Turkey has gone through this process and plays a model function for that reason... », G. Vanhaerverbeke. op. cit, p. 237.

11 Voir A. Mac Liman, Initiative euro-méditerranéenne de l’Union européene : la réponse des pavs tiers méditerranéens. Dossier, Publications CIDOB, Barcelone 1995, pp.15-16.

12 Comme par exemple lorsque, dans un conseil « informel » des ministres européens en octobre 1997, le ministre des Affaires étrangères allemand d’alors, Klaus Kinkel, avait déclaré que, dans la perspective d’une prochaine ouverture de la CEE à Chypre et à 10 pays de l’ancienne Europe de l’Est, la Turquie n’avait pas « vocation à adhérer à la Communauté européenne ». Libération du 27 oct. 1997.

13 Liste communiquée aux invités par les organisateurs du Forum.

14 Voir l’article d’O. Ekinci, président de la Chambre des architectes d’Istanbul, publié dans le journal Sivil Forum, n° 1, sept.-oct. 1997, p. 7 sous le titre « Le Gouvernement, ennemi d’Habitat » et repris du Cumhuriyet du 21.9.1996. Il y critique l’attitude des islamistes face aux questions d’urbanisation qui, d’une part, s’estiment indûment marginalisés au Forum du PNUD, Habitat II, tenu à Istanbul en juin 1996, mais qui, lorsqu’ils accèdent au pouvoir, en juin 1996, retrouvent une approche uniquement idéologique et politique de ces questions.

15 Interview réalisé avec Mme F. Bayramoğlu-Yildirim, représentante en Turquie de « Wald ». Une grande partie des activités de cette ONG est de sensibiliser les municipalités de Turquie sur les questions du gouvernement local, par l’organisation de tables-rondes sur les résultats d’expériences faites en Europe, surtout au Danemark. Par ailleurs, cette ONG a une politique d’édition très importante sur des thématiques « civiles » : Droits de l’homme et démocratisation (1994), Droits urbains (1994), Jeunesse et gestion urbaine (1994) ou encore Vivre ensemble en ville (1996), Homme, environnement et ville (1996).

16 Sürekli aydinlik için bir dakika Karanlik, février 1997. En novembre 1996, une collision fortuite entre une Mercedes et un camion dans le lieu-dit de Susurluk, révéla à une opinion publique médusée, la collusion établie entre l’État (un ministre de l’Intérieur en poste, un ancien chef de la police), les milieux nationalistes (un criminel recherché depuis dix ans par Interpol et détenteur de vrais-faux papiers) et les milieux politiques du parti au gouvernement (le député DYP S. Bucak. kurde et à la tête d’une milice privée forte de quelques milliers d’hommes), en plus du transport illicite par ces personnalités officielles d’armes, d’argent et de faux papiers. La révélation porta sur le fait qu’impliqué dans une question kurde interminable, l’État semblait en être arrivé à déléguer à des milices et à des hommes de main travaillant en pleine illégalité, les « sales » besognes (attentats et disparitions, etc.) Ce fut le scandale de Susurluk où, d’une exaspération générale déboucha une manifestation « civile » inédite laquelle, durant tout le mois de février 1997. vit la population faire le soir à 21 heures une extinction des feux, pour réclamer « par une minute d’obscurité, la lumière complète ».

17 G. Groc, « La “société civile” turque entre politique et individu », CEMOTI (26), Paris : Presses des Sciences-Po, 1998, pp. 43-74.

18 Ce fut le cas lors du conflit des prisons de juillet 1996, au cours duquel de nombreux grévistes de la faim ont péri. On s’attendait à ce que le parti religieux, nouvellement arrivé au pouvoir et si souvent revendicatif de sa propre liberté d’expression, montrât une certaine mansuétude face à une expression elle aussi marginale. Il n’en fut rien ; et face au raidissement répressif du nouveau ministre de la Justice, c’est un collectif de personnalités « civiles », composé des écrivains O. Pamuk, Y. Kemal, du chanteur Z. Livanelli, de l’avocat E. Yagmurdereli, E. Kara et du député religieux M. Basegmez, qui seul put mettre fin à l’hécatombe et trouver la formule d’un compromis.

19 M. Chatelus, « La Méditerranée orientale et la mer Noire dans la géopolitique des hydrocarbures », communication au Colloque « Méditerranée orientale et mer Noire entre mondialisation et régionalisation », Antalya, 11-13 sept. 1997.

20 « Indeed, Turkey is, in the Mediterranean context, an economic giant which will inevitably play a major role in whathever European Mediterranean policy will emerge from Barcelona », G. Vanhaerverbeke, op. cit, p. 233.

21 Il faut noter que la Turquie avait déjà éprouvé ce sentiment en 1975, lorsqu’en représailles à son intervention unilatérale à Chypre de 1974, ses alliés occidentaux avaient coupé les liens de sa participation à l’OTAN et de son association à la CEE. Voir mon autre article dans ce volume.

22 Voir le numéro spécial de CEMOTI qui fut consacré à cette tentative : « La zone de coopération économique des pays rivrains de la mer Noire, CEMOTI (15), Paris : Fondation nationale des sciences politiques, 1993.

23 Elle apparut à l’actualité de la politique intérieure, lorsque les premiers accords de coopération militaire passés avec Israël servirent à la hiérarchie militaire turque de moyen de pression sur le gouvernement religieux parvenu au pouvoir en juin 1996.

24 Voir le premier numéro de la revue Limes, sur « Turquie et Israël, la nouvelle alliance », Paris : Golias, hiver 1999/2000. Voir également « Turquie, Israël, un siècle d’histoire partagée », CEMOTI (28), Paris : Fondation nationale des sciences politiques, 1999.

25 Le terminal du pipe-line centrasiatique serait le même que celui du pétrole irakien, à Yumurtahk, à proximité de la frontière syrienne et juste en face de Chypre.

26 Intéressante est, à ce sujet, une déclaration de Bill Clinton, lors d’un discours prononcé à Washington, à l’occasion du 10e anniversaire de la chute du mur de Berlin : « Je crois que le siècle prochain sera modelé en partie par la façon dont la Turquie définit son avenir et son rôle à la croisée des chemins entre l’Europe, le Proche-Orient et l’Asie centrale (...). Et, cet avenir sera meilleur si la Turquie devient pleinement partie intégrante de l’Europe en tant que nation islamique laïque et stable, règle ses divergences avec la Grèce, renforce son respect des droits de l’Homme », Le Monde du 10.11.1999.

Notes de fin

* Chargé de recherche au CNRS. IREMAM.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540