Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Deuxième partie. Équilibres régionaux et enjeux étatiques

11. L’Allemagne entre l’Est et le Sud

Joachim Schild

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

Introduction

1Les politiques allemandes envers l’Est et le Sud font souvent l’objet, à l’intérieur du pays mais surtout à l’étranger, d’observations et de critiques qui ne pourraient être plus contraires.

2En ce qui concerne la politique envers l’Est, la vieille peur à l’étranger était celle de voir la RFA faire cavalier seul en cherchant à atteindre l’objectif central de sa politique étrangère, à savoir la réunification, à travers une politique non coordonnée avec ses partenaires à l’Ouest. Cette peur-là fut remplacée par une autre – ou plutôt par une inquiétude très semblable à la première : l’Allemagne réunifiée ne serait-elle pas tentée de développer une politique très active à l’Est du continent, une politique qui ne serait pas fermement ancrée dans un cadre multilatéral ? La RFA ne mettrait-elle pas à profit ses liens politiques, économiques et culturels avec l’autre Europe afin de développer une sorte de zone d’influence exclusive, pour réaliser son vieux rêve de la Mitteleuropa ? Même parmi ceux qui sont fermement convaincus que l’idée des zones d’influence relève du passé, nombreux sont ceux qui prévoient que la RFA deviendrait le partenaire privilégié des PECO et serait ainsi le pays pivot d’une Union européenne (UE) élargie.

  • 1 A titre d’exemple, nous renvoyons aux contributions rassemblées dans un ouvrage collectif : Chubin, (...)

3En ce qui concerne la politique allemande envers le Sud, c’est-à-dire – dans notre contexte – envers les riverains méridionaux de la Méditerranée et la Turquie, les observations et les voix critiques se retrouvent plutôt à l’autre extrême de l’échelle1 :

  • l’Allemagne n’aurait tout simplement pas de politique visible dans cette région ;

  • elle aurait un comportement de free rider en profitant – sans y contribuer – des efforts de maintien d’une stabilité et d’un ordre qui sont garantis par d’autres, surtout par les États-Unis ;

  • elle n’aurait aucune vision politique pour cette région et elle limiterait ses ambitions au domaine du commerce ;

  • la RFA se cacherait un peu derrière la politique méditerranéenne de l’UE ;

  • ni la politique gouvernementale, ni les élites, ni la population ne s’intéresseraient vraiment à ce qui se passe de l’autre côté de la Méditerranée, celle-ci étant surtout vue sous un angle touristique.

4Mais qu’en est-il vraiment ? Essayons d’analyser la politique allemande sans préjugés ni fantasmes historiques. Nous commençerons par l’approche de la RFA face aux questions méditerranéennes, ensuite seront résumées les grandes lignes des intérêts et de la politique allemande à l’Est pour comparer, dans la dernière partie, le poids actuel et futur des ces deux régions dans la politique étrangère de l’Allemagne.

L’Allemagne et la Méditerranée

5« En Allemagne, le Proche et Moyen-Orient, écrit Udo Steinbach, est resté en marge de l’attention politique – à l’exception de quelques rares moments historiques » (Steinbach 1995 : 253). Ce constat que l’Allemagne, ses acteurs politiques, économiques et surtout l’opinion publique se soucient assez peu du destin de l’autre côté de la Méditerranée semble, de manière générale, tout à fait pertinent. Mais il faut néanmoins signaler deux exceptions à la règle et un changement récent. Tout ce qui touche au devenir d’Israël et au conflit israélo-arabe est suivi de très près, de même les développements politiques en Turquie et le conflit kurde. Et le drame algérien a – comme avant lui déjà la deuxième guerre du Golfe – renforcé le sentiment de la vulnérabilité des sociétés européennes face à l’extrémisme islamiste. Les responsables allemands sont de plus en plus conscients que les risques d’instabilité et les pressions migratoires en provenance des pays méditerranéens ne concernent plus seulement la France, l’Italie et l’Espagne, surtout depuis l’ouverture des frontières à l’intérieur de l’espace Schengen. D’où le soutien de la RFA à une européanisation de la politique méditerranéenne depuis fin 1994.

  • 2 Une politique qui fut fort maladroitement désignée comme « Wiedergutmachungs-politik » et qui fut i (...)
  • 3 L’établissement de relations diplomatiques avec Israël eut pour conséquence la rupture des relation (...)

6Le caractère très spécial des relations israélo-allemandes s’explique facilement par le poids de l’histoire de l’holocauste. La sécurité et l’existence d’Israël restent au cœur des préoccupations allemandes dans sa politique envers cette région (Steinbach 1996 : 190). Après la deuxième guerre mondiale, la RFA a contribué au développement et à la sécurité de l’État d’Israël par des aides financières et militaires importantes2, et cela bien avant d’avoir établi des relations diplomatiques qui existent seulement depuis 19653. Sur le plan économique, Israël compte aujourd’hui, avec 3, 9 milliards de deutsche Mark d’exportations allemandes en 1998 parmi les partenaires commerciaux les plus importants dans toute la région. Mais les échanges ne s’arrêtent pas là. Le dialogue entre les sociétés israélienne et allemande est sans aucun doute de loin plus intense que les liens de communication qu’entretiennent les Allemands avec tout autre pays du sud de la Méditerranée. Les réseaux des relations sociales et culturelles entre les deux pays sont d’une grande densité, en témoigne par exemple l’implantation de deux Goethe-Institute (Instituts culturels allemands) sur le sol d’Israël. Les fondations des partis politiques allemands sont, elles aussi, très actives aussi bien en Israël que dans les territoires palestiniens, en finançant, par exemple, des programmes de rencontres entre Israéliens et Palestiniens.

7Mais la portée de cette relation spéciale entre les deux pays dépasse largement le cadre bilatéral. Elle est pour l’Allemagne à l’origine du dilemme classique de sa politique au Proche-Orient : la tension constante entre les intérêts économiques qui la pousseraient à développer et intensifier ses échanges avec le monde arabe et islamique – ce qui présuppose l’intensification de ses rapports politiques avec ces pays – et, de l’autre côté, le poids d’un passé qui ne passe pas et qui garantit une priorité des relations entre l’Allemagne et Israël par rapport aux relations avec le monde arabe et islamique (cf. Krämer 1995 : 157 sq.). Elle est également à l’origine de la position très prudente de la RFA par rapport au processus de paix en panne entre Israël et les autorités palestiniennes. Même vis-à-vis de la politique intransigeante du Premier ministre israélien Netanyahou, qui a mis en péril tout le processus de paix après 1996, le gouvernement allemand s’est gardé d’émettre des critiques trop ouvertes. Ce choix d’un profil bas – aussi bien allemand qu’européen – vis-à-vis du processus de paix au Proche-Orient n’a pas été modifié par le gouvernement Schröder (Jünemann 1999 : 16).

8Néanmoins, la RFA porte une attention aussi vive que constante au processus de paix au Proche-Orient en faisant preuve d’un engagement économique, financier et en termes d’aide technique considérable en faveur des territoires palestiniens : 1, 2 milliard de deutsche Mark entre 1993 et 1999 selon le gouvernement allemand (ibid. : 15). La logique politique de cette contribution allemande est double : un succès du processus de paix ne servirait pas seulement l’objectif numéro un de la politique allemande – garantir la sécurité d’Israël -, mais faciliterait également l’intensification de ses liens avec les pays arabes et islamiques.

9La deuxième relation spéciale avec un pays du pourtour méditerranéen est celle qui lie l’Allemagne à la Turquie, et cela pour plusieurs raisons.

  • 4 2,1 millions en décembre 1998, soit 29 % de la population étrangère en RFA. Parmi eux se trouvent e (...)

101. La présence de deux millions de Turcs4 en Allemagne fait que celle-ci ne peut pas, même si elle le voulait, se désintéresser de ce qui se passe en Turquie. D’abord, les tendances de réislamisation en Turquie ne manquent pas de produire leurs effets dans la communauté turque de RFA. Les problèmes d’intégration sociale des Turcs en Allemagne sont certainement à eux seuls une base féconde pour un processus au cours duquel des enjeux sociaux sont transformés en enjeux identitaires, culturels et religieux (cf. Heitmeyer/Schröder/Miiller, 1997). Mais les Turcs d’Allemagne suivent également de très près les évolutions de la politique et de la société turques. C’est notamment le développement des médias audiovisuels, ainsi que la diffusion importante de la presse de masse en langue turque en RFA, qui se trouve à la base d’un lien renforcé entre les développements intérieurs turcs et les attitudes et comportements des Turcs résidant en RFA (cf. Becker, 1996).

112. L’Allemagne se voit confrontée d’une manière particulièrement directe aux conséquences du conflit kurde qui a débordé à plusieurs reprises sur son territoire. Des douzaines et douzaines d’attentats commis par des Kurdes vivant en Allemagne contre des commerces ou centres culturels turcs ont été enregistrés au cours des années 1993 et 1994, et au moment de l’arrestation début 1999 du leader du PKK, Abdullah Öcalan. La peur d’une nouvelle vague d’attentats des militants du PKK a amené le gouvernement allemand à renoncer à une demande d’extradition du leader kurde après son arrestation en Italie. Ce conflit a été également la cause de nombreuses demandes d’asile politique adressées à la RFA, la Turquie prenant ces dernières années la deuxième place (derrière l’ex-Yougoslavie) parmi les pays d’origine des demandeurs d’asile.

123. La Turquie est aussi – et de loin – le premier partenaire économique de l’Allemagne parmi les riverains méridionaux et orientaux de la Méditerranée (hors CEE). Avec 13, 6 milliards de deutsche Mark d’exportations en 1998, le marché turc représente à lui seul environ la moitié des exportations allemandes vers l’ensemble de ces pays de la Méditerranée, de la Turquie au Maroc (hors UE). Mis à part le Liban, ce marché d’exportation se trouve en outre être plus dynamique que ceux de tous les pays sud de la Méditerranée (cf. tableau 1).

134. Finalement, et ce n’est pas la moindre des préoccupations de la politique turque de la RFA, ce sont le rôle et l’importance stratégique accrus de la Turquie depuis la fin du conflit Est-Ouest, facteur de stabilité dans une région à hauts risques, qui ont amené le gouvernement allemand à reconsidérer sa politique vis-à-vis de la Turquie.

  • 5 Cf. Agence Europe, 13 décembre 1997, dossier sur le sommet européen de Luxembourg.

14Le gouvernement Kohl s’est montré très réticent par rapport à la demande de la Turquie de faire partie des pays ayant vocation à rejoindre l’Union européenne. Le poids de l’Allemagne a fortement pesé dans la décision du Conseil européen de Luxembourg en décembre 19975 de ne pas inclure la Turquie dans la liste des pays candidats à l’adhésion, décision qui fut suivie d’une période de gel dans les relations UE-Turquie.

Tableau I : Exportations allemandes en millions DM

Notes : les chiffres pour 1998 concernent l’Allemagne unifiée. La mise en perspective 1998/1989 est basée sur les chiffres de l’ex-RFA pour 1989 et de l’Allemagne unifiée pour 1998.

Source : Statistisches Jahrbuch der Bundesrepublik 1992, pp. 321 sq. et 1999, pp. 288 sq.

15C’est surtout grâce à un revirement spectaculaire de la politique turque de la RFA après le changement de gouvernement à Bonn que la Turquie s’est vu accorder officiellement le statut de pays candidat à l’adhésion au cours du sommet européen de Helsinki en décembre 1999. Le motif essentiel en était d’offrir à ce pays une perspective européenne crédible qui pourrait mettre fin aux interrogations turques sur la place de leur pays entre l’Europe et l’Asie centrale et qui renforcerait son rôle de partenaire stratégique fiable au sein de l’OTAN, facteur de stabilité dans une région en proie à de multiples conflits. Les expériences et les conclusions tirées du conflit du Kosovo ont certainement joué un rôle dans la nouvelle approche allemande, dont la clef se trouve dans l’idée de stabiliser des régions européennes menacées de conflits, en leur ouvrant une perspective européenne. Le gouvernement Schröder s’attend aussi à ce qu’Ankara contribue à faciliter la recherche d’un règlement du conflit de Chypre qui risque de compliquer le processus d’élargissement de l’UE. En plus, l’intégration de la Turquie, pays membre de l’OTAN, dans le cadre de la PESC de l’Union européenne faciliterait certainement le fonctionnement de celle-ci. Finalement, la RFA (comme l’UE) pourrait se servir de ce pas important vers la Turquie comme moyen de pression sur le gouvernement turc pour améliorer la situation des droits de l’homme et des minorités ainsi que le fonctionnement du processus démocratique dans ce pays. Une position claire du gouvernement allemand dans ce domaine n’a pas toujours été visible dans le passé. Mais la perspective d’une ouverture des négociations d’adhésion avec une Turquie qui ne remplirait pas à cent pour cent les critères politiques de Copenhague de l’UE quant au fonctionnement démocratique et quant au respect des droits de l’homme et des minorités dans les pays candidats provoquerait des conflits de politique intérieure très vifs en Allemagne. Ceci est d’autant plus vrai que les chrétiens-démocrates restent très hostiles à l’adhésion de la Turquie à l’UE et qu’ils peuvent s’appuyer sur des peurs diffuses au sein de la population allemande par rapport à une nouvelle vague d’immigration.

16Le deuxième changement d’envergure dans les relations entre la RFA et la Turquie se situe sur le plan de la politique intérieure allemande depuis l’accès au pouvoir de la coalition rouge-verte : pour la première fois depuis l’arrivée des premiers ouvriers turcs en Allemagne, la population turque se voit offrir une vraie perspective d’intégration grâce à un changement fondamental de l’accès à la nationalité allemande (le droit du sang étant nettement relativisé au profit du droit du sol). Cette offre d’intégration juridique (et sociale) de la population de nationalité turque en RFA complète fort utilement l’invitation faite à la Turquie sur le plan de la politique européenne.

17Au-delà de ces deux relations spéciales qui lient la RFA à Israël et à la Turquie, l’intérêt que suscitent les pays de la rive sud de la Méditerranée a indéniablement augmenté depuis la fin du conflit Est-Ouest, et cela pour deux raisons : d’abord à cause de la guerre civile algérienne ; ensuite à travers le développement de la politique méditerranéenne de l’UE, impulsé par la conférence de Barcelone en novembre 1995 (Schlotter, 1999). Ce qui se trouve au centre de cet intérêt accru pour cette région, ce sont les peurs (et parfois les fantasmes) que le fondamentalisme islamique a fait naître dans la société allemande. Les préoccupations d’ordre économique, qui ont prévalu au cours des années 1970 à la suite de la crise pétrolière, ont été remplacées par des considérations de sécurité intérieure et extérieure : le développement d’un extrémisme islamiste au Proche-Orient depuis la révolution iranienne de 1979, la deuxième guerre du Golfe et surtout le drame algérien ont provoqué en Allemagne une certaine prise de conscience des risques de dérapage de l’autre côté de la Méditerranée. La série d’attentats des islamistes à Paris pendant l’été 1995 était là pour prouver la vulnérabilité des pays de l’Europe de l’Ouest aux activités terroristes.

  • 6 Felipe Gonzales aurait menacé en septembre 1994 de bloquer l’élargissement vers l’Est au cas où une (...)
  • 7 Eröffnungserklärung des Vorsitzenden des Rates der Europäischen Union, des deutschen Außenministers (...)

18D’où le développement d’un sentiment de menace et la perception accrue du besoin de contribuer à la stabilisation économique et politique d’une région à hauts risques. L’approche préférée par l’Allemagne pour y parvenir reste toujours celle d’un multilatéralisme au sein de l’UE, et d’une approche régionale plutôt que bilatérale, vu le dilemme mentionné qui découle de la relation spéciale avec Israël. La réticence initiale de l’Allemagne par rapport à un engagement en faveur des pays du Sud de la Méditerranée a pu être levée d’un côté grâce à la modification des politiques française et espagnole qui ont accepté, elles aussi, d’adopter une approche multilatérale vis-à-vis de ces pays. Mais le fait que la RFA ait consenti à ce que l’UE consacre des sommes importantes (4, 7 milliards d’ECU jusqu’en 1999 selon la décision du sommet européen de Cannes de juin 1995) peut aussi être vu comme un « side-payement » de sa part en faveur des pays méditerranéens au sein de l’UE pour ne pas compromettre le processus de l’élargissement vers l’Est6. L’essentiel, c’est qu’à travers sa participation active au processus de Barcelone, la RFA ait contribué à conjurer le risque d’une division du travail entre la France et l’Allemagne, l’une se tournant prioritairement vers le Sud, l’autre vers l’Est. « L’Allemagne considère le partenariat étroit de l’UE avec le Sud comme une contrepartie indispensable de l’élargissement de l’EU vers l’Est », selon les mots de Joschka Fischer7.

19Malgré cette prise de conscience du poids des enjeux méditerranéens, certes lente et insuffisante, force est de constater que les instabilités et les risques de déstabilisation qui menacent l’Allemagne beaucoup plus directement sont ceux qui surgissent d’Europe centrale et orientale, y compris la Russie.

L’Allemagne et les pays de l’Est

  • 8 Günter Verheugen, alors secrétaire d’État aux Affaires étrangères, devant le Deutsche Bundestag, le (...)

20Le transfert d’une stabilité politique et économique vers l’Est, telle est la priorité fondamentale de la politique allemande à l’Est, sinon de la politique étrangère allemande tout court. A maintes reprises, les leaders politiques allemands, le chancelier Kohl et ses ministres des Affaires étrangères, MM. Genscher et Kinkel, ont souligné cet impératif depuis 1990. Après l’accès au pouvoir du gouvernement Schröder, les observateurs ont pu s’interroger sur la pérennité de cette priorité en matière de politique étrangère. Mais après quelques hésitations, dues à des considérations de politique intérieure, notamment l’impopularité de l’élargissement vers l’Est dans la population allemande, le nouveau gouvernement a clairement réaffirmé cette approche : la RFA voit dans l’exportation d’une stabilité politique et économique vers ses voisins à l’Est « la priorité numéro un8 » de sa politique européenne. Elle n’entend pas rester à la frontière entre une région économiquement prospère et politiquement stable à l’Ouest et une région au-delà de ses frontières orientales qui serait économiquement sans perspectives, politiquement instable et en proie à de multiples conflits – guerres civiles ou de sécession, conflits ethniques, etc. Plus de 400 000 réfugiés de guerre de l’ex-Yougoslavie accueillis par l’Allemagne sont bien là pour rappeler qu’il ne s’agit nullement d’un danger fictif. Et la pression migratoire qui pèse sur la frontière orientale de l’Allemagne existera aussi longtemps que les niveaux de développement économique des deux côtés de l’ancien rideau de fer ne se rapprocheront pas (l’écart qui sépare la Pologne et la RFA étant le plus élevé au monde entre deux pays voisins).

21La RFA n’a pas tardé à tirer des conséquences de cette nouvelle donne européenne en développant une vision claire de sa politique à l’Est : intégration des PECO, au moins d’un certain nombre d’entre eux qui remplissent des critères définis, dans les institutions européennes et transatlantiques, et tout d’abord dans l’UE et l’OTAN ; insertion des autres pays de l’Est qui restent (provisoirement) en dehors de ces institutions clés de l’Europe, dans un cadre multilatéral à développer progressivement (traités d’association avec l’UE, Conseil de l’Atlantique-Nord, rebaptisé Conseil euro-atlantique, programme « partenariat pour la paix » de l’OTAN, développement des compétences de la CSCE devenue OSCE) et complété par l’instauration d’une relation spéciale avec la Russie. Ainsi, l’Allemagne s’est trouvée être un des partisans les plus chauds de l’élargissement de l’UE, d’abord vers les pays de l’AELE (cf. Schild, 1995), puis vers les PECO (cf. Freudenstein, 1995). Et le ministre de la Défense allemand, Volker Rühe, fut parmi les tout premiers responsables politiques des pays membres de l’OTAN à plaider la cause d’un élargissement rapide de celui-ci vers l’Est. Le drame du Kosovo a clairement aidé la nouvelle équipe au pouvoir à Berlin à surmonter ses hésitations initiales quant à la vitesse du processus d’élargissement et quant au nombre de pays ayant vocation à rejoindre l’UE (Jopp/Schmalz, 1999 : 13). L’élargissement de l’UE est plus que jamais considéré comme un instrument de stabilisation, ce qui explique que la RFA s’est clairement prononcée, lors du sommet européen de Helsinki, en faveur du lancement des négociations d’adhésion avec six autres pays candidats (Bulgarie, Lituanie, Lettonie, Malte, Roumanie, Slovaquie) qui rejoignent les pays candidats ayant commencé leurs négociations avec l’UE en novembre 1998 (Chypre, Estonie, Hongrie, Pologne, Slovénie, République tchèque). Le conflit au Kosovo a également pu convaincre le gouvernement Schröder de la nécessité d’ouvrir une perspective européenne aux pays des Balkans. Ceux-ci sont intégrés dans un schéma d’aide financière multilatérale, le « pacte de stabilité » dont l’idée a été lancée par le ministre allemand des Affaires étrangères, M. Fischer. Ils sont invités à développer leurs liens avec l’UE dans la perspective d’une adhésion ultérieure, même si celle-ci n’est sûrement pas pour demain.

  • 9 La part des PECO dans les investissements directs allemands est passée de 0,4 % en 1989 à 5, 8 % en (...)

22Sur le plan économique, l’Allemagne est non seulement le plus grand bailleur de fonds des pays ex-communistes, mais aussi leur premier partenaire commercial, avec lequel les échanges (cf. tableau 1) et les investissements9 (cf. tableau 2) se développent rapidement. Les exportations allemandes vers les anciens pays communistes ont désormais atteint le niveau de ses exportations vers les Etats-Unis.

Tableau 2 : Investissements directs de la RFA dans les PECO

Source : Deutsche Bundesbank, Zahlungsbilanzstatistik

23Le succès de cette approche « intégrationniste » qui a été celle de l’Allemagne s’est traduit d’abord par l’entrée dans l’OTAN de la Pologne, de la Tchéquie et de la Hongrie en 1999 et sera suivi de l’adhésion des premiers PECO à l’UE entre 2003 et 2006. La place stratégique de l’Allemagne en Europe s’en trouve bouleversée : elle ne se trouve plus à la frontière orientale de l’Alliance atlantique. Elle est, pour la première fois de son histoire, encerclée par des « alliés » (pour paraphraser l’ancien ministre de la Défense, M. Rühe). Et elle s’emploie à élargir cette zone de stabilité vers l’Est en incluant progressivement les pays qui ne font/feront pas partie de la première vague d’adhésion à l’OTAN et à l’UE. Cette politique de stabilisation de son environnement international ne vise pas seulement à contribuer à la sécurité extérieure et intérieure de l’Allemagne ; elle est également le garant indispensable d’un environnement politique qui encourage le développement de ses échanges économiques avec l’Est. L’intérêt de l’Allemagne parait évident, vu qu’elle est la mieux placée pour tirer son épingle du jeu dans un contexte d’essor économique à l’Est du continent.

  • 10 Discours devant la conférence des ambassadeurs le 10 et 11 mars 1997 à Bonn.

24L’activisme de la politique allemande ne se limite pas aux domaines économiques et sécuritaires. Il trouve également sa traduction dans la politique culturelle extérieure. Les anciens pays communistes de l’Est ont été les premiers bénéficiaires de la réorientation de cette politique après 1990. « Notre politique culturelle extérieure a besoin de priorités claires qui découlent de nos intérêts en matière de politique étrangère. Les pays de l’Europe centrale et orientale ainsi que la région de la CEI sont d’une importance centrale pour l’Allemagne et l’Europe », a déclaré l’ancien ministre des Affaires étrangères, M. Klaus Kinkel10 : seize nouveaux Goethe-lnstitute dans les PECO et dans l’ex-URSS depuis 1989 en témoignent.

25Ce dynamisme de la politique allemande envers l’Est de l’Europe et le développement des rapports économiques n’ont pu manquer de susciter à l’étranger une certaine inquiétude, voire méfiance, et de réveiller des souvenirs du passé. L’Allemagne serait-elle inspirée par des velléités hégémoniques, serait-elle en train de réaliser pacifiquement son vieux rêve de la Mitteleuropa, d’une zone d’influence plus ou moins exclusive à l’Est de ses frontières ?

26Si la RFA avait voulu aller dans ce sens-là, elle aurait opté pour une approche plus bilatérale au lieu d’essayer de trilatéraliser ses relations, comme en témoigne le triangle de Weimar (Pologne, France, RFA ; cf. Guérin-Sendelbach/Rulkowski, 1995), et de conduire sa politique surtout dans le cadre multilatéral de l’UE et de l’OTAN. Quel intérêt représenterait une intégration rapide des PECO dans l’UE pour une stratégie qui viserait à augmenter son influence au maximum ? Et une politique qui chercherait à établir une sorte d’hégémonie n’essaierait-elle pas de maintenir une zone d’insécurité, une zone floue à l’Est, telle qu’elle a existé dans la Zwischeneuropa de l’entre-deux-guerres ? Une telle interprétation de la politique allemande à l’Est nous semble le fruit d’une interprétation géopolitique des relations internationales irrémédiablement dépassée, une transposition d’une grille d’analyse du xixe et du début du xxe siècle aux réalités d’un autre âge.

La place de l’Est et de la Méditerranée dans la politique allemande

27Quelle sera la place respective de la politique à l’Est et au Sud dans la politique étrangère allemande à l’avenir ? Il y a deux raisons importantes qui laissent penser que la priorité accordée à la politique à l’Est sera maintenue, même si la RFA accepte clairement la nécessité de poursuivre la politique méditerranéenne de l’UE dans le cadre du processus de Barcelone :

  • la dynamique des échanges économiques avec l’Est par rapport aux rythmes de croissance des échanges avec les pays de la face sud de la Méditerranée ;

  • et surtout la perspective d’adhésion d’un certain nombre de PECO à l’OTAN et à l’Union européenne, la première se trouvant traduite dans la réalité depuis 1999 avec l’entrée de la Tchéquie, de la Pologne et de la Hongrie, la deuxième étant probable entre 2003 et 2006.

28Sur le plan économique, les échanges commerciaux entre l’Allemagne et les pays postcommunistes de l’Europe centrale et orientale se développent aujourd’hui d’une manière très soutenue après avoir traversé une phase difficile due à la crise de transformation des pays ex-communistes. Les pays de l’Est absorbaient en 1998 environ 10,6 % de toutes les exportations allemandes, ce qui représente 102 milliards de deutsche Mark. Ces dernières années, on a pu observer un rythme de croissance des exportations vers les PECO très soutenu (cf. tableau 1). Les pays du Sud, par contre, de la Turquie au Maroc, totalisaient en 1998 un volume d’importations en provenance de l’Allemagne d’environ 28 milliards de deutsche Mark (dont plus de 17 milliards pour la Turquie et Israël à eux seuls), soit moins d’un tiers des exportations vers les PECO.

29Mais, au-delà de cette importance très inégale des deux régions pour les relations économiques du « trading state » (Rosecrane, 1986) qu’est l’Allemagne, l’essentiel est ailleurs : l’entrée progressive d’un certain nombre de PECO dans l’UE et l’OTAN. L’espace stratégique européen s’en trouvera complètement bouleversé. Les nouveaux et les anciens membres formeront une communauté de destin, liés par des mécanismes de solidarité économique, mais surtout par des garanties de sécurité. Ni le poids des ressources qui seront transférées de l’Ouest à l’Est à travers les fonds européens (fonds régional et social) et à travers la politique agricole commune, ni la coopération militaire ne trouveront un équivalent dans les relations que l’UE entretiendra avec les pays méditerranéens. Et le sentiment d’appartenir à une communauté de destin est renforcé par le caractère démocratique des futurs membres est-européens de l’UE et de l’OTAN, un trait qui fait cruellement défaut à certains régimes politiques situés de l’autre côté de la Méditerranée (cf., pour le Maghreb, Faath, 1995). La suite du processus de coopération qu’ont engagé l’UE et un certain nombre de pays méditerranéens à Barcelone dépend, entre autres, des progrès de la démocratisation des pays du Sud (cf. Junemann, 1997).

30Quelles peuvent être les conséquences de ce développement inégal des rapports de l’Allemagne – et de l’UE dans son ensemble – avec l’Est et le Sud pour les relations franco-allemandes ? Un piège à éviter absolument est celui d’un partage du travail, l’Allemagne se désintéressant de la région méditerranéenne au profit de l’Est et la France cherchant un contrepoids méditerranéen au poids acquis par la nouvelle Allemagne en Europe. Il est essentiel que les deux partenaires aient choisi d’insérer leurs politiques respectives à l’Est et au Sud dans un cadre multilatéral et communautaire afin d’éviter justement un scénario qui verrait se développer la recherche de zones d’influence, à l’Est par l’Allemagne, en Méditerranée par la France. Une telle recherche de zones d’influence ne serait pas seulement vouée à l’échec dans un système international caractérisé par une interdépendance croissante, elle équivaudrait également à une victoire des forces centrifuges en Europe.

Bibliographie

Bibliographie

Jörg Becker, « Zwischen Integration und Dissoziation : Türkische Medienkultur in Deutschland », in Aus Politik und Zeitgeschichte, n° 44-45/1996, pp. 39-47.

Shahram Chubin, (éd.) : Germany and the Middle East, New York, St. Martin’s Press, 1992.

Sigrid Faath, « Probleme der Demokratisierung in den Maghrebstaaten », in Aus Politik und Zeitgeschichte, n° 44-45/1995, pp. 14-23.

Roland Freudenstein, « La France, l’Allemagne et l’élargissement à l’Est de l’Union européenne », in Centre d’information et de recherche sur l’Allemagne contemporaine (CIRAC), Deutsch-Französisches Institut (DFI), Forschungsinstitut der Deutschen Gesellschaft für Auswärtige Politik (DGAP), Institut français des relations internationales (IFRI) (éd.) : Agir pour l’Europe. Les relations franco-allemandes dans l’après-guerre froide, Paris : Masson, 1995, pp. 135-141.

Valérie Guérin-Sendelbach, Jacek Rulkowsk : « La France, l’Allemagne et la Pologne : un nouveau modèle de coopération », in Agir pour l’Europe. Les relations franco-allemandes dans l’après-guerre froide, op. cit., pp. 143-163.

Wilhelm Heitmeyer, Helmut Schröder, Joachim Müller, « Desintegration und islamischer Fundamentalismus. Über Lebenssituation, Alltagserfahrungen und ihre Verarbeitungsformen bei türkischen Jugendlichen in Deutschland », in Aus Politik und Zeitgeschichte, n° 7-8/1997, pp. 17-31.

Mathias Jopp, Uwe Schmalz, « Deutsche Europapolitik 2000. Positionen, Prioritäten, Perspektiven », in Aus Politik und Zeitgeschichte, n° 6/2000. pp. 12-19.

Annette Jünemann, « Die Mittelmeerpolitik der Europäischen Union : Demokratisierungsprogramme zwischen normativer Zielsetzung und realpolitischem Pragmatismus », in Frankreich-Jahrbuch 1997, édité par l’Institut franco-allemand, Ludwigsburg, Opladen, Leske und Budrich, 1997, pp. 93-115.

Annette Jünemann, « Deutsche Mittelmeerpolitik im europäischen Rahmen », in Aus Politik und Zeitgeschichte, n° 17/1999, pp. 11-19.

Gudrun Krämer, « Fremde Nachbarn : Der Nahe und Mittlere Osten », in Karl Kaiser/Hans W. Maull (éd.) : Deutschlands neue Außenpolitik, Bd. 2 : Herausforderungen, München, Oldenbourg, 1995, pp. 157-173.

Richard Rosecrane, The Rise of the Trading State, New York, Basic Books, 1986.

Joachim Schild, « La France, l’Allemagne et l’élargissement de l’Union européenne aux pays de l’AELE », in Relations internationales et stratégiques, n° 15, automne 1994, pp. 48-62.

Peter Schlotter, « Das Maghreb und Europa. Perspektiven des "Barcelona-Prozesses" », in Aus Politik und Zeitgeschichte, n° 17/1999, pp. 1-10.

Udo Steinbach, « Naher Osten – wohin ? Eine Region im Wandel und Grundzüge deutscher Nahostpolitik », in Udo Steinbach et al. (éd.) : Entwicklungszusammenarbeit in Kultur, Recht und Wirtschaft, Opladen, Leske und Budrich, 1995, pp. 245-259.

Udo Steinbach, « Interessen und Handlungsmöglichkeiten Deutschlands im Nahen und Mittleren Osten », in : Karl Kaiser/Joachim Krause (éd.) : Deutschlands neue Außenpolitik, Bd. 3 : Interessen und Strategien, München, Oldenbourg, 1996, pp. 189-194.

Notes

1 A titre d’exemple, nous renvoyons aux contributions rassemblées dans un ouvrage collectif : Chubin, 1992.

2 Une politique qui fut fort maladroitement désignée comme « Wiedergutmachungs-politik » et qui fut instaurée par un accord entre les deux pays datant du 10 septembre 1952.

3 L’établissement de relations diplomatiques avec Israël eut pour conséquence la rupture des relations avec la plupart des pays arabes.

4 2,1 millions en décembre 1998, soit 29 % de la population étrangère en RFA. Parmi eux se trouvent environ 500 000 Kurdes.

5 Cf. Agence Europe, 13 décembre 1997, dossier sur le sommet européen de Luxembourg.

6 Felipe Gonzales aurait menacé en septembre 1994 de bloquer l’élargissement vers l’Est au cas où une politique méditerranéenne de l’UE ne verrait pas le jour. Ce n’est qu’en décembre 1994, lors du sommet d’Essen, que le chancelier Kohi a clairement accepté l’idée que la frontière sud de l’Union revêt un caractère crucial pour la stabilité de celle-ci (cf. Richard Gillespie. « Spanish Protagonismo and the Euro-Med Partnership Initiative, in Mediterranean Politics, Summer 1997, p. 39).

7 Eröffnungserklärung des Vorsitzenden des Rates der Europäischen Union, des deutschen Außenministers, Joschka Fischer, bei der dritten Europa-Mittelmeer-Konferenz der Außenminister der EU-Mitgliedstaaten am 15. April 1999 in Stuttgart, in Internationale Politik, n° 7/1999. p. 108.

8 Günter Verheugen, alors secrétaire d’État aux Affaires étrangères, devant le Deutsche Bundestag, le 8 juin 1999.

9 La part des PECO dans les investissements directs allemands est passée de 0,4 % en 1989 à 5, 8 % en 1998. A titre de comparaison : les États-Unis attiraient 53,3 % des investissements directs allemands en 1998. la France 9,3, cf. Deutsche Bundesbank, Zahlungsbilanzstatistik, Juni 2000, pp. 40 ss.

10 Discours devant la conférence des ambassadeurs le 10 et 11 mars 1997 à Bonn.

Notes de fin

1 Chargé de recherches à l’Institut franco-allemand de Ludwigsburg.

Table des illustrations

Légende Tableau I : Exportations allemandes en millions DM
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/211/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Légende Tableau 2 : Investissements directs de la RFA dans les PECO
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/211/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540