Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Deuxième partie. Équilibres régionaux et enjeux étatiques

9. La place de la Méditerranée dans les nouveaux équilibres européens

Hartmut Elsenhans

Texte intégral

  • * Professeur de sciences politiques. Université de Leipzig.

1Note portant sur l’auteur*

La Méditerranée n’est plus une méditerranée mais elle peut le redevenir

2La caractéristique de la Méditerranée qui lui a valu son nom est due à une configuration de géographie humaine. Une « méditerranée » est un espace maritime qui lie des littoraux peuplés et relativement détachés de leurs arrière-pays, ce qui fait de cette partie maritime le vecteur de communication prioritaire entre ces littoraux. La Méditerranée a rempli ce rôle dans l’Antiquité où elle assemblait les axes de commerce essentiels, d’abord des Grecs puis de l’Empire romain.

3Cette caractéristique de l’importance d’une mer « intérieure » pour les communications par rapport à l’importance des communications terrestres avec des arrière-pays est essentielle pour une méditerranée. Ainsi, des configurations de géographie physique dans la mer de Chine du Sud ou du golfe du Mexique, de même que dans la mer du Japon, présentent pour de nombreux siècles beaucoup de similitudes avec la Méditerranée. Il s’agit de bassins maritimes relativement distincts des océans avec lesquels ils communiquent relativement peu à cause de lignes côtières et d’archipels qui les encadrent, mais ces autres méditerranées éventuelles ne jouent guère le rôle de lieu de rencontre entre leurs littoraux et cela pour des raisons diverses. Des communautés qui se suffisent en matière de production agricole avec peu de surplus peuvent peupler leurs littoraux. Des littoraux peuplés peuvent être contrôlés par des ensembles plus vastes orientés vers les échanges terrestres. Ainsi, le golfe du Mexique sert de voie de dégagement des plaines du Mississippi et du Missouri pour leurs débouchés situés en Europe. Le golfe du Bengale est entouré par des sociétés raffinées, mais l’essentiel des échanges de l’Inde se fait à l’intérieur du subcontinent. Pour dominer la production du surplus agricole de la vallée de l’Indus et du Gange, il faut contrôler la porte entre le Deccan et l’Himalaya, où se situe Delhi. La mer du Japon et la mer de Chine du Sud constituent des bassins bien séparés de l’océan, mais le littoral chinois est dominé par une formation sociale tributaire qui tire sa puissance non du commerce maritime, mais du contrôle du surplus agricole dégagé dans l’arrière-pays. Si les communications maritimes s’intensifient, elles ne s’adressent pas aux autres littoraux mais à des pays plus éloignés comme pour le commerce lointain de l’Inde vers l’Arabie, ou le commerce lointain de la Chine qui prend la route terrestre, la voie de la soie. Notons que la plus grande partie de l’Inde a reçu son thé de Chine pendant des siècles par la voie terrestre qui contourne le Tibet au nord, cela est démontré par la forme même de la prononciation du mot thé en cingalais, emprunté aux langues de la Chine du Nord. La progression de la foi bouddhiste à partir de l’Inde ne suit pas les voies de mer mais les cols de l’Himalaya pour arriver en Chine du Nord et en Mongolie.

4Par contre, la Méditerranée antique est bordée de littoraux qui n’entretiennent pas de rapports intensifs avec leurs arrière-pays. La côte méridionale est coupée de l’Afrique noire par des régions désertiques, le Sahara, que le Nil traverse sans créer entre l’Egypte et l’Afrique noire de liens comparables aux liens qui unissent la côte africaine de la Méditerranée avec la côte européenne de celle-ci. Le littoral européen de la Méditerranée antique se voit menacé par l’invasion des Barbares du Nord. Ceux-ci sont incapables de déclencher, dans les plaines de l’Europe centrale et septentrionale, le progrès agricole nécessaire pour établir dans l’arrière-pays de la Méditerranée les structures sociales indispensables qui permettraient l’augmentation de la consommation et la différenciation des goûts, ce qui rendrait cette Europe du Nord capable d’entretenir des relations commerciales importantes avec le littoral européen de la Méditerranée.

5J’appelle donc méditerranée un bassin maritime distinct qui est bordé de littoraux en avance dans le progrès technique et dans la différenciation sociale par rapport à leurs arrière-pays, ce qui rend les communications à travers ce bassin maritime plus importantes que celles pouvant être entretenues par des littoraux avec leurs arrière-pays.

6La Méditerranée perd cette fonction moins à cause de l’occupation de sa rive sud par les guerriers islamiques dès le viie siècle, qu’en raison des innovations en technologie agricole qui permettent de défricher les plaines de l’Europe du Nord dès le haut Moyen Âge et entraînent donc la croissance démographique par le surplus agricole et l’intensification de la division du travail. Cela donne beaucoup plus d’importance aux communications terrestres à travers les cols alpins qui rattachent les voies de communication de la Méditerranée à l’Europe centrale et septentrionale. Celles-ci s’organisent autour de la vallée du Rhin et les communications maritimes dans les mers du Nord et la Baltique, les communications terrestres dans les plaines avoisinantes.

7Les villes commerçantes d’Italie et de Catalogne ne sont alors plus uniques en Europe. Les Flandres et les villes de la Hanse les égalent, de même que les villes de Champagne qui, pour un siècle, deviennent les lieux de rencontre de ces deux mondes liés entre eux. Le commerce des céréales dans la Baltique et la mer du Nord dépasse le commerce en Méditerranée qui est bientôt un commerce orienté vers la longue distance où l’on obtient non les produits du littoral opposé mais ceux de l’Inde et de la Chine. La vraie mer méditerranée de cette Europe médiévale est composée de la mer du Nord et de la Baltique.

8Ce transfert du centre de gravité vers le centre de l’Europe sera accéléré par la stagnation économique dans laquelle le monde islamique du littoral Sud se maintient, par l’accroissement du commerce de cette Europe avec les colonies de peuplement de l’autre rive de l’océan Atlantique et, bien sûr, par la concentration géographique de la révolution industrielle en Europe du nord-ouest.

9Les grandes guerres en Europe dès le xvie siècle concernent le contrôle de l’axe rhénan, des cols et des plaines qui y donnent accès et des rives de la mer du Nord et, à un moindre degré, de la Baltique. Le peu d’importance de la Méditerranée est démontré par le peu de poids qui lui est donné dans les grandes luttes entre la Maison de France et la Maison d’Habsbourg pendant les xviie et xviiie siècles. La dominance de la France en Méditerranée occidentale est admise pendant la guerre de Succession d’Espagne, dès que la France accepte son absence des Flandres et de l’Amérique latine.

10Tout effort pour relancer une coopération à travers la Méditerranée doit donc tenir compte du facteur essentiel du déclin de la Méditerranée comme élément structurant de l’ensemble des terres qui la bordent. Ce facteur essentiel est la dominance relative de l’Europe des plaines du nord et du centre sur le plan économique, même sur le littoral européen de la Méditerranée. Cette suprématie est due à la faiblesse économique du littoral sud de la Méditerranée.

Des équilibres européens

11Depuis le défrichement et la mise en valeur des plaines du centre et du nord de l’Europe, la région occupée par l’Allemagne est devenue centrale pour l’Europe. C’est cette région qui abrite, d’une part, le système rhénan de communication et une partie appréciable des cols alpestres qui lient ce bassin à la Méditerranée et, d’autre part, les voies de passage entre la mer du Nord et la Baltique de même qu’avec le bassin danubien, qui sont essentiels pour écouler les richesses obtenues du reste du monde à partir des ports atlantiques. On accède à la Pologne et à la Hongrie par l’Allemagne et non pas par l’Italie ou les Balkans.

12L’importance stratégique de la Méditerranée n’est que partiellement rehaussée par l’expansion européenne vers le reste du monde. Ce sont les communications non pas commerciales mais militaires que l’Angleterre défend en Méditerranée jusqu’à la découverte du pétrole et l’ouverture du canal de Suez.

  • 1 Cf. Elsenhans, Hartmut : « Rising Mass Incomes as a Condition of Capitalist Growth : Implications (...)
  • 2 Deutsch, Karl W. : « Social Mobilization and Political Development », American Political Science R (...)

13Le problème des équilibres en Europe est alors centré sur le contrôle du système rhénan et de ses liens avec l’Italie. Voilà l’enjeu des guerres dynastiques qui, de plus en plus, imposent aux dirigeants politiques de créer des solidarités nationales. Si les pouvoirs d’abord dominants installés sur le système rhénan et son prolongement italien, tels que l’Empire et la papauté, peuvent se permettre des stratégies basées sur l’objectif de la conquête de l’ensemble européen, leurs rivaux n’ont d’autre chance pour bloquer l’effort de restitution de la monarchie universelle que de développer le sentiment national, limité d’abord aux classes dirigeantes pour saisir ensuite, sur la base de la communauté de langue, les classes inférieures. Je renvoie ici à une implication majeure : cette nécessité de maintenir l’appui même des classes inférieures contribue à un rapport de force favorable aux classes inférieures dans ces sociétés qui était susceptible de faciliter l’industrialisation. La création de débouchés pour des produits simples consommés en grande quantité facilitait l’emploi et donc la production à l’aide de machines1. Cette industrialisation a contribué à son tour à la mobilisation sociale dont les nationalismes européens ont été la conséquence2.

  • 3 Par exemple Dante Alighieri : « Monarchia », Dante Alighieri : Opere Minori, Tomo II (Milan. Naple (...)

14Une autre implication est celle des déphasages européens dans le développement de ces solidarités nationales. L’ensemble de l’Europe vit d’abord sous la menace de la monarchie universelle. Celle-ci, pourtant populaire dans certains milieux comme le démontre Dante3, était moins capable que les pouvoirs régionaux de mobiliser la solidarité des classes inférieures. Ces pouvoirs régionaux menacés par la centralisation impliquée dans le projet de monarchie universelle sont amenés à créer des consciences nationales à partir des pouvoirs régionaux, d’abord en France et en Angleterre. Ceci créait des structures politiques d’une efficacité supérieure aux anciennes structures tributaires connues ailleurs.

15Ce sentiment de solidarité régionale permet de refouler la menace de monarchie universelle. La dernière tentative visant à l’établir échoue au xviie siècle, ce qui conduit aux arrangements des traités de Westphalie (1648) qui seront rationalisés par le Traité de Vienne. Notons en passant qu’à ce moment-là, les éléments en faveur de la monarchie universelle sont beaucoup plus forts dans la région méditerranéenne de l’Europe que dans la région septentrionale de l’Europe, notamment le nord-ouest.

16Les arrangements des traités de Westphalie avalisés par le traité de Vienne comportent deux éléments essentiels. Il y a, d’une part, l’impossibilité d’utiliser la région occupée par l’Allemagne comme départ d’une entreprise de conquête de l’Europe et de rétablissement de la monarchie universelle. Ceci implique notamment le recul de toutes les puissances importantes du bassin rhénan. La puissance prussienne en Rhénanie, élargie par les accords de 1815, ne signifie pas une invitation pour cette puissance à unir l’Allemagne divisée en États souverains légèrement coordonnés par la Confédération germanique, mais invite la Prusse à protéger la viabilité de l’absence des grandes puissances du Rhin avec les autres États faibles de cette région. L’Autriche est invitée à se replier du Rhin, ce qu’elle fait pour élargir son domaine à l’est. D’autre part, ces arrangements impliquent le maintien de ce qu’on avait l’habitude d’appeler les libertés allemandes, c’est-à-dire l’existence d’une multitude d’États en Allemagne, notamment dans les régions proches du Rhin que l’on espère soucieuses, pour leur propre survie, de se soustraire à toute visée d’établissement d’un État fort en Allemagne qui menacerait l’Europe.

  • 4 Mayer, Arno J. : The Persistence of the Old Regime. Europe to the Great War (Londres : Croom Helm, (...)
  • 5 Brunschwig, Henri : La crise de l’Etat prussien à la fin du xviiie siècle et la genèse de la menta (...)

17Il est bien connu que ce système s’écroulera sous l’impact des développements sociaux liés à l’industrialisation et que l’on peut résumer sous le terme de modernisation. Cette restructuration ne se fera pas, en Allemagne, sous la bannière des Lumières et du libéralisme, frère jumeau du nationalisme dans les pays de l’Europe de l’Ouest, parce que le mouvement libéral est incapable de surmonter les puissances féodales à l’intérieur du pays aussi longtemps que les puissances de l’Ancien Régime4 se coalisent avec les forces libérales à l’étranger pour éviter l’unité de l’Allemagne. Cette unité se fait alors sous la protection de la Russie par une alliance entre les forces féodales et une partie du libéralisme rallié qui renoncera ensuite au but de la transformation démocratique de la société allemande. Ceci contribue aux aspects racistes et romantiques du nationalisme allemand déjà visibles au moment de sa naissance5.

18En se coupant du mouvement du progrès démocratique en Europe, l’Allemagne nouvelle n’avait guère de chance de s’insérer dans un ordre européen basé sur le compromis. Les forces favorables au statu quo utilisent le ressentiment éprouvé par la nation tardivement constituée pour canaliser les tensions sociales vers un nationalisme chauvin. Les deux guerres mondiales en furent une conséquence pratiquement inévitable car les contradictions intérieures du bloc au pouvoir en Allemagne lui font préférer, en situation de tension, l’activisme militaire à l’étranger aux transformations sociales. Craignant une décadence d’Ancien Régime en 1914, on accepte de risquer la guerre. Craignant la révolution sociale en 1932, on accepte d’appeler au pouvoir le dictateur qui allait tout faire pour déclencher la deuxième guerre mondiale.

19En fermant les yeux sur le problème structurel posé par une puissance forte dans le centre d’une Europe que cette puissance, en même temps, ne peut pas dominer, l’Allemagne perçoit les appréhensions de ses voisins, suscitées par son émergence tardive comme Etat-nation, comme un refus de son existence, et en développe le sentiment d’être assiégée. Elle s’affirme comme une communauté nationale à caractère biologique qui aurait prévalu contre les efforts de division et d’invasion. Elle s’invente alors comme une communauté de sang à laquelle il faut aussi associer des « Allemands » qui s’étaient ralliés à d’autres nations. Les caractères racistes du nationalisme allemand s’intensifient alors.

  • 6 Elsenhans, Hartmut : Frankreichs Algerienkrieg 1954-1962. Entkolonialisierungsversuch einer kapita (...)

20L’occupation soviétique de la moitié de l’ancienne Allemagne et des pays de l’Europe centrale et orientale (PECO) ne détruira la centralité de l’Allemagne et du système rhénan que de manière provisoire. S’il y a en France des volontés politiques d’organiser non seulement l’unification de l’Europe restée en dehors de l’hégémonie soviétique, mais de rattacher cette Europe occidentale à la Méditerranée et à l’Empire colonial français en mutation, ces perspectives ne parviendront pas à se matérialiser. Ni les efforts de développement économique d’ailleurs très poussés dans le cas de l’Algérie, que la France essaie de garder par une politique de création d’emploi6, ni les efforts de coopération exemplaire développés après l’indépendance avec les anciennes colonies ne vont créer sur la rive sud de la Méditerranée des économies dynamiques qui pourraient servir à soutenir des pôles de développement sur la rive nord de la Méditerranée, ce qui affaiblirait la dominance économique du système rhénan.

21La période de non-centralité de l’Allemagne ne peut donc pas être utilisée en faveur d’un redémarrage d’une dynamique méditerranéenne.

La chute du mur de Berlin et la réapparition de la centralité de l’Allemagne

22Avec la chute du mur de Berlin et la dissolution de l’Union soviétique et de sa sphère d’influence, l’Allemagne recouvre non seulement son unité, mais aussi la position stratégique la plus favorable qu’elle ait jamais atteinte. Il faut comparer cette situation avec celle issue des traités de Brest-Litovsk en 1917 : la Russie doit se retirer de l’ensemble de l’Europe centrale, derrière les frontières qu’elle avait déjà obtenues avant les partitions de la Pologne et les guerres nordiques du xviiie siècle.

23A la différence de 1917, l’ensemble de ces pays souhaitent un engagement de l’Allemagne pour maintenir leur indépendance par le démarrage d’économies de marché, ce qui nécessite des débouchés et des transferts de capitaux. Ce rôle de l’Allemagne est au total, et malgré les appréhensions qui se font jour, soutenu par les autres puissances du monde occidental, notamment les Etats-Unis.

24L’Allemagne se trouve aujourd’hui dans une position clé qu’aucun rival ne lui conteste, avec l’économie la plus productive d’Europe occidentale, une balance commerciale excédentaire malgré les charges liées à la restructuration de l’économie est-allemande, et enfin sans ennemi militaire contre lequel elle doit s’armer.

25Cette centralité ne peut que s’accroître par la volonté rapidement affirmée des PECO de rejoindre le giron européen, à travers une participation à l’Union européenne à laquelle ils prétendent avoir droit comme membres de la famille des nations européennes.

26L’Allemagne se voit entourée à l’Est d’économies avec de grands besoins d’équipement pour réussir leur modernisation, ce qui contribue à faciliter l’expansion des secteurs de technologies de pointe dans les pays fournisseurs, au premier rang desquels elle se situe. Elle peut espérer développer des avantages comparatifs dans ces technologies nouvelles malgré certaines difficultés.

27La région rhénane, dont l’Allemagne occupe déjà une partie plus que proportionnelle et qui s’avère être la région centrale de la construction européenne (avec l’Italie du Nord et certaines régions mineures), tend à s’élargir vers l’Est pour approvisionner les nouveaux marchés. La région centrale est appelée à englober l’Allemagne entière à partir de l’extension des marchés protégés de l’Union européenne vers l’Est.

28S’il est évident que cette nouvelle centralité de l’Allemagne constitue un défi pour l’architecture de l’Europe unie, il est beaucoup moins évident que c’est l’intensification de la coopération avec la rive sud de la Méditerranée qui peut y parer.

29Les défis de l’architecture européenne sont constitués d’abord par des chances économiques nouvelles, ensuite par des considérations générales de poids politique qui se répercutent notamment dans l’orientation du comportement extérieur de l’Union européenne et enfin dans l’orientation générale du devenir de la société européenne qui émergera de la fusion des nations de l’Europe à long terme.

30Le poids accru de l’Allemagne à cause de sa centralité se fera d’abord sentir dans le domaine économique. L’Allemagne a l’économie développée la plus proche des nouveaux débouchés de l’Est. Elle sera capable de capter une partie importante de la demande en provenance des PECO pour des produits fabriqués avec des technologies de pointe, ce qui lui permettra d’accentuer son profil de spécialisation en faveur de ces technologies de pointe.

31Dans ce domaine, une demande d’intensification de la coopération avec la rive sud de la Méditerranée, conçue comme compensation aux nouvelles chances de l’Allemagne à l’Est, apparaît assez plausible. Une zone de libre-échange entre l’Europe et la rive sud de la Méditerranée pourrait créer autour de l’Arc latin de l’Union européenne de nouveaux débouchés. Ceux-ci permettraient à la France, à l’Italie et à l’Espagne d’améliorer leurs positions dans la hiérarchie de la division internationale du travail en se spécialisant sur des biens de technologie sophistiquée. De même, un tel élargissement des marchés rapprochés permettrait d’améliorer l’emploi.

  • 7 Cornes, Stefan : « Die Agrarpolitik der EU und die Osterweiterung », Aktuelle Kurzanalysen, n° 13 (...)

32Néanmoins, il y a une différence considérable entre les PECO et les pays de la rive sud de la Méditerranée (PSEM). Les PECO ont démontré qu’ils étaient capables de réussir leur transformation économique avec très peu d’aide extérieure, et qu’ils peuvent affronter la compétition internationale avec la dotation en facteurs dont ils disposent. Leur dynamisme économique est autocentré même si l’ouverture sur le marché mondial l’accélère. Leur productivité en biens-salaire, notamment leurs agricultures, ne pose pas de problème de limite aux dévaluations de leurs monnaies pour pénétrer les marchés extérieurs7, éventuellement avec l’aide d’investissements directs étrangers attirés par les bas coûts de production en monnaie internationale qui règnent chez eux.

  • 8 Elsenhans, Hartmut : « Enjeux méditerranéens et cohésion européenne », in Bistolfi, Robert (éd.) : (...)

33Les PSEM n’ont pas connu de développement de la productivité industrielle comparable aux PECO. Ils sont déficitaires sur le plan alimentaire, ce qui leur interdit de dévaluer sans limites parce qu’ils ne peuvent pas nourrir un nombre de travailleurs en augmentation dans leurs secteurs d’exportation à partir de leurs surplus agricoles. J’ai montré ailleurs que l’utilisation des excédents agricoles de l’Union européenne8 qui augmenteront encore avec l’adhesion des PECO, pourrait être un instrument permettant de transformer les avantages comparatifs dans l’industrie dont les PSEM disposent en compétitivité internationale par le recours à la dévaluation. Une subvention ainsi réalisée à la consommation des PSM les mettrait en mesure d’acheter sur le marché mondial les biens de subsistance pour les travailleurs supplémentaires dans des secteurs manufacturiers à orienter vers l’exportation pendant la période de transition où le retard absolu des PSEM dans la productivité industrielle serait encore trop élevé pour atteindre les coûts de subsistance de leur main-d’œuvre.

34Les PSEM ne peuvent pas en effet devenir des partenaires de l’Union européenne comparables aux pays du continent Est asiatique pour le Japon, parce qu’ils ne peuvent pas abaisser les coûts internationaux de leur main-d’œuvre à partir du financement des salaires par les surplus agricoles locaux.

35Choisir les PSEM pour compenser la nouvelle centralité de l’Allemagne implique une stratégie politique à long terme et des transferts financiers importants. Ceux-ci seront somme toute supportables parce que déjà payés comme soutien aux agriculteurs européens, mais devront être répartis sur l’ensemble des membres de l’Union. L’Allemagne et d’autres pays européens moins intéressés par les problèmes de la Méditerranée devront alors accepter de participer au financement à long terme de l’expansion des économies des PSEM.

  • 9 Asensio, Angel : « Productivité, modération de salaires et désinflation compétitive en Europe : de (...)

36La centralité économique de l’Allemagne qui est accrue par sa nouvelle centralité géographique a des implications sur les capacités relatives de transformation des économies concernées de l’Union européenne. Depuis les efforts d’unification monétaire de l’Europe, on observe des taux d’inflation plus inférieurs dans les économies de pointe que dans les économies qui essaient de rattraper leur retard9. Ce phénomène ne surprendra pas à cause du degré de graduation plus élevé dont profite l’économie la plus avancée. Dans ces conditions, la centralité économique accrue de l’Allemagne renforcera la tendance de celle-ci à donner la priorité à la stabilité des prix par rapport à l’emploi.

37La convergence dans l’Union européenne sur une dominance accrue de la régulation marchande est appuyée par l’évolution des comportements patronaux et des régions profitant de l’intégration au détriment des régions et des couches sociales laissées à l’écart.

  • 10 Smeets, Heinz-Dieter : « Does Germany Dominate the EMS », Journal of Common Market Studies, 29. 1 (...)

38La libéralisation des marchés de capitaux a conduit à une situation où la politique monétaire de l’Allemagne détermine les politiques monétaires des autres partenaires10.

39On ne peut guère discerner les mécanismes par lesquels une intensification de la coopération avec les PSEM dans le court terme pourrait changer ce rapport de force. Ici, la compensation ne peut venir que de l’européanisation de la politique monétaire comme celle-ci est conçue dans l’union monétaire. Elle a été obtenue par un compromis dont on ne connaît pas les effets ultérieurs, et précisément parce qu’on ne les connaît pas. L’Allemagne a réussi avec d’autres forces en Europe à imposer la priorité de la stabilité des prix dont la science économique néoclassique attend une meilleure contribution à l’emploi. Les propositions du gouvernement socialiste français d’ajouter aux institutions à créer un élément responsable de l’emploi indiquent pourtant que les acteurs responsables sont conscients du fait que dans l’avenir une banque centrale européenne ne sera pas capable d’imposer des crises sociales graves aux pays qui participeront à l’union monétaire.

  • 11 Elsenhans, Hartmut, « Europäische Einigung unter dem Druck der Globalisierung », Berichte IWVWW, 1 (...)
  • 12 Schmieding, Holger. « Les malentendus des fiançailles monétaires franco-allemandes », Le Monde (4 (...)

40L’indépendance institutionnelle de la banque fédérale allemande n’est pas due seulement à des mécanismes institutionnels mais à son acceptation par de larges couches sociales en Allemagne11. Celles-ci soutiennent, aussi pour des raisons historiques, la priorité accordée à la stabilité des prix par rapport au démarrage de la demande globale. Malgré la mise en place de mécanismes institutionnels similaires destinés à assurer l’indépendance d’une banque centrale européenne, celle-ci ne disposera pas d’une acceptation sociale comparable, à l’échelle européenne, pour accorder la priorité à la stabilité des prix, et garantir une valeur internationale élevée à la nouvelle monnaie européenne12. Au lendemain d’une grande manifestation pour la relance de l’emploi, disons à Paris, le président de la nouvelle banque centrale européenne se trouverait extrêmement seul : il n’est guère probable que le chancelier allemand soit prêt à le soutenir pour imposer une politique monétaire européenne mettant en question la paix sociale et la stabilité du gouvernement dans un pays important de l’Union.

41La nouvelle centralité de l’Allemagne doit donc s’accompagner d’un profil bas de celle-ci, beaucoup plus que d’une expansion de l’aire régionale du processus d’intégration.

42Cette règle, nécessaire pour atteindre les buts que l’Allemagne poursuit avec sa politique d’intégration européenne poussée, s’imposera encore beaucoup plus dans d’autres secteurs. En matière de politique extérieure, la France et la Grande-Bretagne ont réussi à maintenir des positions favorables en tant que puissances nucléaires en raison de la sagesse avec laquelle elles ont réussi leur transition vers le statut de puissances moyennes. Personne en dehors de l’Allemagne n’a vraiment soutenu le statut d’égalité de celle-ci dans le domaine de la haute politique internationale, comme cela a été démontré par l’échec de la demande allemande de devenir un membre permanent du Conseil de sécurité des Nations unies.

43L’axe méditerranéen à créer prend alors une importance moins économique que politique. La Méditerranée est une région où l’Arc latin a une importance accrue sur le plan politique. Intensifier la coopération sur cet axe donne un point supplémentaire à la France et au domaine de la politique internationale (et non pas économique), pourvu que les Etats-Unis autorisent ce rôle.

44L’Allemagne a intérêt au développement d’un contrepoids dans l’architecture européenne pour deux raisons. D’une part, sa propre option de la priorité de l’ouverture vers l’Est ne peut être réalisée sans ce contrepoids. D’autre part, un rôle accru de la France dans le domaine international permettra à l’Allemagne de rejoindre le consensus historique européen.

45Si l’Allemagne est le partenaire le plus important des PECO sur le plan économique, elle n’est pas un partenaire qui ne provoque pas d’appréhensions. La liberté des peuples situés entre le bloc allemand et le bloc russe n’a pas été menacée seulement par l’hégémonisme russe, mais aussi par l’hégémonisme allemand. Les PECO acceptent l’importance économique de l’Allemagne parce que celle-ci n’a pas conduit à l’hégémonie politique, d’une part à cause de la présence américaine en Europe, d’autre part à cause du rôle de la France et de la Grande-Bretagne dans cette Europe. C’est seulement tant que l’Allemagne évitera d’affaiblir l’une ou l’autre, et notamment d’utiliser l’une pour affaiblir l’autre, qu’elle pourra compter sur l’absence de coalitions formées contre elle par des voisins à l’Ouest et à l’Est.

46Il faut noter que les PECO paraissent avoir compris l’importance de la région méditerranéenne en acceptant de soutenir les efforts des pays de l’Arc latin pour y maintenir une présence politique de l’Europe, où ces pays joueront certainement un rôle prioritaire.

47Un profil politique bas de l’Allemagne s’impose enfin en raison de l’histoire. Il est surprenant de voir combien les gouvernements européens ont réagi à l’affaire yougoslave en fonction de réflexes historiques. Incitée par l’Autriche, l’Allemagne a pris position pour les indépendances Slovène et croate comme si ces revendications paraissaient avoir donné une justification à son opposition à l’expansionnisme serbe en 1914, tandis que la France et la Grande-Bretagne semblent avoir refusé pour longtemps de voir l’inadmissibilité de la domination serbe pour une raison parallèle.

48La majorité des peuples européens se voit mieux représentée dans sa construction de l’histoire vécue par le refus de la France et de la Grande-Bretagne d’accepter la domination allemande en Europe et son refus des principes du libéralisme politique, que par la construction de l’histoire vécue allemande. Il est de l’intérêt de l’Allemagne de se joindre à ce courant de l’histoire vécue, d’abord en modérant ses responsabilités propres en politique internationale, d’autre part en revalorisant ses traditions historiques prédominant avant 1870.

49En admettant que le nécessaire rééquilibrage de l’architecture européenne passe par une priorité en politique internationale pour la France et la Grande-Bretagne, un certain degré d’atlantisme accordé aux priorités britanniques et un renforcement du rôle de la Méditerranée pour bien asseoir le rôle politique de la France paraissent être inévitables si l’Allemagne veut promouvoir l’Union européenne.

Comment faire de la Méditerranée une méditerranée ?

50Se pose alors la question de savoir si les PSEM seront capables d’assumer le rôle de complément de l’Union européenne afin d’éviter une trop grande centralité de l’Allemagne.

51Ici, on peut avancer deux catégories d’arguments, des arguments économiques et des arguments de politique générale. Ceux-ci montrent que la Méditerranée géographique peut devenir une méditerranée économique et politique à condition de la penser dans une perspective qui déborde ses limites géographiques.

  • 13 Bensidoun, Isabelle ; Chevallier, Agnes, Europe – Méditerranée : Le Pari de l’ouverture (Paris : E (...)

52Les arguments sur le manque de dynamisme des économies des PSEM ont déjà été avancés : les PSEM ne pourront jouer le rôle de complément de l’Union européenne, ce qui renforcera la centralité de l’Arc latin, que s’ils bénéficient d’une aide de démarrage prolongée qui leur permettra de choisir la politique de croissance par l’exportation de produits manufacturés, telle qu’elle est souhaitée dans les projets de zone de libre-échange13.

53Ajoutons qu’une telle orientation des PSEM vers les exportations de produits manufacturés n’implique pas seulement la chance d’améliorer la position de l’Arc latin dans la division européenne et internationale du travail, mais aussi l’acceptation de changements économiques dans l’Arc latin qui s’opposent à des intérêts établis.

  • 14 Sid Ahmed, Abdelkader, « Transition et synergies : les PECO et les P.T.M., contribution à une arch (...)
  • 15 Sid Ahmed, Abelkader, Un projet pour l’Algérie : Eléments pour un réel partenariat euro-méditerran (...)

54On peut avancer l’argument que cette insertion des PSEM sera facilitée, d’une part, par l’extension de l’Europe unie vers l’Est et, d’autre part, par son caractère de choix politique. L’Europe de l’Est et les PSM ne sont pas caractérisés seulement par des productions rivales, mais aussi par des complémentarités, du fait du déficit énergétique des PECO et de leurs surplus alimentaires14. D’autre part, le caractère politique de l’arrimage des PSEM à l’Europe pourrait faciliter des choix de spécialisation qui tiendraient compte des spécialisations existantes dans l’Arc latin, notamment si on prend en compte les ressources pétrolières et gazières des PSEM comme base de départ de leurs industrialisations15.

55On peut néanmoins émettre des doutes concernant le dynamisme d’une telle spécialisation des PSM si on les compare avec la rive du Pacifique en Asie, qui constitue l’arrière-fond du projet d’arrimage des PSEM à une Europe unie. Les PSEM ne pourront pas jouer le rôle que la Chine, le Viêtnam, la Thaïlande et l’Indonésie jouent actuellement pour l’ouest-américain et le Japon à cause de leur taille, de leur population et de leur base économique de démarrage.

56Par contre, le nouveau monde économique qui émerge autour du Pacifique montre les vrais dangers qui guettent l’Europe tout entière. Par comparaison avec ce monde en développement rapide sur lequel l’expansion de l’économie japonaise et ouest-américaine peut s’appuyer, les nouvelles périphéries de l’Europe sont petites et caractérisées par un dynamisme nettement inférieur, non pas seulement dans le cas des PSEM mais aussi des PECO. Du golfe du Bengale jusqu’à la Californie, une nouvelle méditerranée politique et économique se crée qui permet l’évolution rapide des échanges par la croissance mutuellement entretenue d’économies extrêmement dynamiques.

57Par rapport à ce monde, l’Europe se présente comme un parent pauvre derrière la barrière constituée par les continents américains. A l’est et au sud, elle se trouve coupée par d’autres barrières constituées par l’Afrique, l’Asie occidentale et les PECO où elle rencontre des économies au dynamisme nettement inférieur à celui des pays du Pacifique.

58Il est difficile d’imaginer que, pour l’intensification de la coopération de l’ancienne Europe avec sa périphérie, l’une ou l’autre de ces régions, les PECO ou les PSEM, soient capables de remplir pour l’Europe le rôle des pays nouvellement industrialisés de l’Est et du Sud-Est asiatiques. L’Europe se trouvera donc encadrée par des régions au dynamisme relativement limité.

59Pour faire de la Méditerranée géographique une méditerranée économique selon la définition de géographie humaine que j’ai proposée au début de cette contribution, il faut penser la Méditerranée au-delà de ses limites de géographie physique.

60Le statut d’exclue réservé à l’Europe dans l’émergence de la nouvelle méditerranée constituée par l’océan Pacifique septentrional est subi aussi par le Sud asiatique qui ne peut pas rivaliser sur le marché pacifique avec les pays riverains de cet océan. L’avenir est donc constitué par une zone à évolution rapide autour du Pacifique et des zones qui, par éloignement géographique, ne peuvent tirer que moins d’avantages de ce développement, même si elles se forcent à y participer. Les grands ensembles qui subissent ce sort sont l’Europe, le Monde Arabe, l’Afrique subsaharienne, le sous-continent indien et les PECO.

  • 16 Fontaine, Jean-Marc : « Financement, échanges et investissement : le cercle vicieux de l’Afrique s (...)

61En acceptant que les problèmes de l’Afrique subsaharienne soient du même ordre que ceux du monde arabe, c’est-à-dire faibles surplus agricoles qui ne permettent pas une stratégie d’exportation des produits manufacturés à partir de dévaluations massives16, le pôle opposé de l’Europe que constituerait l’autre rive d’une méditerranée ne pourrait pas être la rive sud de la Méditerranée géographique mais le sous-continent indien.

62En supposant que l’Europe et le sous-continent indien réussissent à créer un partenariat comparable à celui qui existe autour du Pacifique septentrional, il est facile de voir combien les économies du sud de la Méditerranée pourraient jouer un rôle de complémentarité en servant d’intermédiaires, en profitant de l’expansion de la région, et en mettant en valeur leurs ressources énergétiques pour les deux pôles de cette nouvelle méditerranée qui, tous deux, sont déficitaires en énergie. La Méditerranée géographique deviendrait un bassin d’une méditerranée politique et économique englobant la mer Rouge, la mer d’Arabie et le golfe Persique.

  • 17 Henry, Jean Robert, « L’Europe et sa frontière méditerranéenne : une politique à risques », in Els (...)
  • 18 Jaffrelot, Christophe, The Hindu Nationalist Movement and Indian Politics 1925 to the 1990s. Strat (...)

63Sa réalisation est douteuse : le discours méditerranéen avec son accentuation du mythe andalou17 dénote un repli sur l’Euro-Méditerranée beaucoup plus qu’une ouverture. De même, sur le sous-continent indien les identités culturelles se voient renforcées18. La zone appelée à devenir une nouvelle méditerranée sort beaucoup moins facilement que les pays du Pacifique de modèles étatiques de développement engagés depuis les années 1930 et mis en crise dans les années 1980. Alors que les pays du Pacifique réussissent leur transition vers des capitalismes auto-entretenus à partir de leurs richesses agricoles et de distributions relativement égalitaires de leur revenu, le sous-continent indien et le Monde arabe réagissent aux nouveaux défis par le repli sur des « nationalismes » à connotation culturelle fortement imprégnée de ressentiment.

64On peut donc douter de la réussite d’un tel scénario. Ceci n’empêche pas d’insister sur le fait que, dans le débat avec les partisans d’un projet d’ouverture vers la Méditerranée, la réalisation d’une vraie méditerranée à laquelle l’Europe pourrait participer est à cette échelle.

Notes

1 Cf. Elsenhans, Hartmut : « Rising Mass Incomes as a Condition of Capitalist Growth : Implications for the World Economy », International Organization, 37, 1 (hiver 1983), pp. 1-38.

2 Deutsch, Karl W. : « Social Mobilization and Political Development », American Political Science Review, 55, 3 (septembre 1961), pp. 493-514.

3 Par exemple Dante Alighieri : « Monarchia », Dante Alighieri : Opere Minori, Tomo II (Milan. Naples : 1979), pp. 280-506.

4 Mayer, Arno J. : The Persistence of the Old Regime. Europe to the Great War (Londres : Croom Helm, 1981).

5 Brunschwig, Henri : La crise de l’Etat prussien à la fin du xviiie siècle et la genèse de la mentalité romantique (Paris, Presses universitaires de France. 1947).

6 Elsenhans, Hartmut : Frankreichs Algerienkrieg 1954-1962. Entkolonialisierungsversuch einer kapitalistischen Metropole. Zum Zusammenbruch der Kolonialreiche (Munich : Carl Hanser, 1974). Traduction française par V. Goupy : La guerre d’Algérie 1954-1962. La transition d’une France à une autre. Le passage de la IVe République. Préface de G. Meynier, Paris, Publisud, 2000.

7 Cornes, Stefan : « Die Agrarpolitik der EU und die Osterweiterung », Aktuelle Kurzanalysen, n° 13 (Bonn : Deutsche Gesellschaft für Auswärtige Politik, 1995).

8 Elsenhans, Hartmut : « Enjeux méditerranéens et cohésion européenne », in Bistolfi, Robert (éd.) : Euro-Méditerranée. Une région à construire (Paris, Publisud, 1995), p. 123.

9 Asensio, Angel : « Productivité, modération de salaires et désinflation compétitive en Europe : des armes inégales », HI Economie appliquée, 48, 3 (1995), pp. 135-149. Cecco, Marcello de, « The European Monetary System and National Interests », in Guerrieri, Paolo ; Padoan, Pier Carlo (éd.) : The Political Economy of European Integration. States, Markets and Institutions (New York, et al., Harvester Wheatsheaf, 1989), p. 98.

10 Smeets, Heinz-Dieter : « Does Germany Dominate the EMS », Journal of Common Market Studies, 29. 1 (juillet 1990), pp. 36-52. Gros, Daniel, « Paradigms for the Monetary Union of Europe ». Journal of Common Market Studies, 27, 3 (mars 1989), pp. 219-230.

11 Elsenhans, Hartmut, « Europäische Einigung unter dem Druck der Globalisierung », Berichte IWVWW, 1998.

12 Schmieding, Holger. « Les malentendus des fiançailles monétaires franco-allemandes », Le Monde (4 février 1995), p. 5.

13 Bensidoun, Isabelle ; Chevallier, Agnes, Europe – Méditerranée : Le Pari de l’ouverture (Paris : Economica, 1996). Ould Aoudia, Jacques, « Les enjeux économiques de la nouvelle politique méditerranéenne de l’Europe », Maghreb-Machrek – Monde arabe, 153 (juillet/septembre 1996), p. 36.

14 Sid Ahmed, Abdelkader, « Transition et synergies : les PECO et les P.T.M., contribution à une architecture européenne équilibrée », in Elsenhans, Hartmut (éd.), A balanced european architecture. Enlargement of the European Union to central Europe and the Mediterranean. Une architecture européenne équilibrée. L’ouverture de l’Union européenne vers l’Europe centrale et la Méditerrannée, Paris, Publisud, 2000.

15 Sid Ahmed, Abelkader, Un projet pour l’Algérie : Eléments pour un réel partenariat euro-méditerranéen (Paris, Publisud, 1995) ; en particulier p. 60 55.

16 Fontaine, Jean-Marc : « Financement, échanges et investissement : le cercle vicieux de l’Afrique subsaharienne ». Tiers Monde, 35, 139 (juillet/septembre 1994), pp. 684-700.

17 Henry, Jean Robert, « L’Europe et sa frontière méditerranéenne : une politique à risques », in Elsenhans, Hartmut (éd.) Une architecture européenne équilibrée... op. cit.

18 Jaffrelot, Christophe, The Hindu Nationalist Movement and Indian Politics 1925 to the 1990s. Strategies of Identity-Building, Implantation and Mobilisation (with Special Reference to Central India) (Londres, Hurst, 1996).

Notes de fin

* Professeur de sciences politiques. Université de Leipzig.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540