Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Deuxième partie. Équilibres régionaux et enjeux étatiques

8. La Méditerranée après 1945

Rémy Leveau

Texte intégral

  • * Professeur à l’Institut d’études politiques de Paris

1Note portant sur l’auteur*

2Même si Saint Louis et Barberousse sont tous deux morts en croisade, et si les deux peuples gardent de cette époque plutôt le souvenir des affrontements avec l’Islam que les images de coexistence culturelle de la cour de Frédéric II à Palerme, les perceptions allemandes et françaises de la Méditerranée n’ont pas la même signification. Pour construire une comparaison équilibrée, il serait, sans doute, plus approprié de comparer la perception allemande de cette autre mer fermée qu’est la Baltique à la perception française de la Méditerranée. On y retrouverait la place des héritages historiques du commerce et de la culture, ainsi que les efforts entrepris pour construire des bases de pouvoir à l’épreuve du temps dans des situations conflictuelles avec les pays voisins. Les liens de la France avec l’Empire ottoman et de la Prusse avec la Russie pourraient également servir de référence, et les deux mers ont largement contribué à la construction de l’identité nationale de chacun des pays.

3Recentré sur la Méditerranée, l’exercice n’a pas le même sens. L’Allemagne n’en est pas absente au xixe siècle, surtout après 1871. Elle contribue à faciliter l’installation de la France en Tunisie pour l’éloigner des idées de revanche. Guillaume II parade à Tanger, comme à Damas, à Istanbul et à Jérusalem pour marquer une présence politique plus nette en Orient qu’en Occident. Les enjeux français sont plus anciens et plus conséquents. La géographie et l’histoire ont fait de la France une puissance méditerranéenne en lutte pour la première place avec l’Espagne, puis au xixe siècle avec la Grande-Bretagne. Les guerres d’Italie, l’expédition de Bonarparte, la conquête d’Alger en 1830, le soutien à Mohamed Ali, la protection des chrétiens du Liban en 1860, l’ouverture du canal de Suez en 1869, l’installation en Tunisie marquent les jalons d’une emprise durable et d’une construction impériale qui se veut exemplaire, œuvre de civilisation autant que de conquête, à l’image de Rome. L’aventure se poursuit encore au début du xxe siècle avec l’installation au Maroc qui incarnera le rêve d’une nouvelle Californie, puis au Liban et en Syrie. Plus d’un million et demi de citoyens français originaires, le plus souvent, des pays méditerranéens voisins, vont contribuer à donner consistance à cet Empire qui se construit en Afrique du Nord soumettant les populations arabo-musulmanes à une domination profondément inégalitaire, à l’origine des révoltes des années 1950.

4La première moitié du siècle, influencée par cette tentative qui structure la vie politique et militaire du pays après les guerres de la Révolution et de l’Empire napoléonien, reste marquée par un rêve d’ailleurs qui permet de compenser une domination continentale impossible après 1815 et encore plus après 1871. Dans cette vision, la Méditerranée est un fleuve qui traverse l’Empire comme la Seine traverse Paris. Plus prosaïquement, les troupes impériales compensent les déficits démographiques français face à l’Allemagne dans le premier conflit mondial. Dans la défaite de 1940, l’Empire ne joue pas au début le rôle attendu d’un espace stratégique qui permet la poursuite de la lutte. Il faudra attendre le débarquement américain de 1942 au Maroc pour redonner à la France libre un espace d’autonomie que symbolise l’installation du général de Gaulle à Alger, la participation des troupes marocaines du général Juin à la bataille de Cassino, le débarquement en Provence. Sans effacer la défaite, l’Empire méditerranéen permet à la France de retrouver une place différente dans le conflit. Cela va se traduire après la guerre par une volonté farouche de s’accrocher aux vestiges du passé et de retarder la décolonisation, de peur de mettre en péril l’identité de la nation. Une posture qui explique les réactions violentes aux émeutes de Sétif le 8 mai 1945, la déposition du sultan du Maroc ou l’incapacité à trouver, avant le retour de de Gaulle, une solution au problème algérien.

5La rupture avec ce passé impérial est symbolisée par deux dates, 1956 et 1962. La première marque la fin d’une période dominée par la rivalité et l’association franco-anglaise dans le contrôle de l’espace méditerranéen. La nationalisation du canal de Suez et l’échec lamentable de l’expédition franco-anglaise sonnent le glas de cette influence au Moyen-Orient et son remplacement par une rivalité russo-américaine polarisée par le conflit israélo-arabe et par les efforts entrepris pour s’assurer le contrôle de la rente pétrolière.

6La seconde date marque la fin du rêve impérial au profit d’une décolonisation nationaliste qui s’opère en donnant au pays comme à l’armée des objectifs nouveaux. L’opposition aux États-Unis, symbolisée par la sortie du commandement intégré de l’OTAN, la construction de l’armée nucléaire, l’engagement dans l’Europe vont créer une rupture avec un passé qui fondait la puissance sur le contrôle des territoires situés au sud de la Méditerranée. La reconversion est brutale et s’opère par un transfert de population de plus d’un million de personnes qui s’effectue sans crise interne majeure. Le changement de cap va permettre à la France de devenir européenne sans entraîner avec elle dix millions de musulmans qui auraient autrement fait partie de l’Europe que dessinait le traité de Rome en 1957.

7Pour l’Allemagne, 1945 est aussi une rupture avec un engagement méditerranéen commencé avec la guerre civile espagnole, poursuivi avec les campagnes balkaniques, la conquête de la Crête (que célèbrent encore aujourd’hui les parachutistes allemands), les campagnes de Rommel en Libye, qui gardent l’image d’une guerre chevaleresque. Mais la défaite produit des contraintes territoriales et des déplacements de populations qui font perdre leur sens à ces visions du Sud. Accessoirement, l’armée française amène avec elle dans ses campagnes militaires et dans sa zone de contrôle un lot important de troupes maghrébines qui participent à une occupation à caractère punitif qui créera dans l’imaginaire collectif une référence négative de l’Islam que l’on retrouvera par la suite.

8S’il faut attendre 1962 pour que la France rompe avec son passé impérial, tourne le dos à la Méditerranée et s’engage dans la construction de l’Europe, le tournant est pris beaucoup plus tôt en Allemagne. La menace soviétique, la crise de Berlin, comptent pour beaucoup dans une redéfinition des priorités politiques et stratégiques orientée vers l’Europe centrale. Le retour à la Méditerranée se fera en fonction de ces contraintes. Lorsque la France est engagée dans la guerre d’Algérie, l’Allemagne se préoccupe de voir soustraire dans une guerre coloniale qu’elle n’accepte pas alors de traiter comme un des éléments du conflit Est-Ouest, des forces qui devraient rester disponibles pour la défense du Centre-Europe. Mais en dehors du tourisme qui se développe vers le Sud à partir des années 1960, l’Allemagne ne s’intéresse guère à la Méditerranée occidentale avant la chute du mur de Berlin.

9Il en va autrement pour la Méditerranée orientale. Les liens qui vont se développer avec Israël en réparation du génocide (traité de Luxembourg, 1952 ; établissement des relations diplomatiques, 1965) et la reprise des courants d’échange avec la Turquie à partir de l’accord sur la main-d’œuvre en 1961, vont raviver un intérêt pour cette région. A la différence du passé, la RFA n’a ni les moyens ni l’ambition d’exercer une influence politique de grande puissance ou même de puissance régionale. Elle devient, certes, la première puissance exportatrice européenne au Moyen-Orient mais se montre soucieuse d’assumer une responsabilité particulière dans la sécurité d’Israël. Le souvenir de l’holocauste crée au sein de la classe politique allemande une obligation morale de soutien à l’État hébreu.

10A partir de 1973, la RFA mène une diplomatie de conciliation s’appuyant sur sa force commerciale et l’insertion de son rôle dans une coopération politique européenne à la recherche de sa spécificité. Le cadre européen va donner à Bonn la possibilité de rendre compatible son engagement en faveur de la sécurité d’Israël et une nouvelle politique arabe prenant en compte le problème palestinien. La déclaration de Venise en 1981 constitue l’aboutissement de cette action menée en association étroite avec la France. L’absence de visée hégémonique et la puissance commerciale allemande favorisent diverses médiations avec l’Iran ou dans les affaires d’otages au Liban, avec la Syrie. Mais cette attitude trouve ses limites lors de la deuxième guerre du Golfe où l’Allemagne reste largement en dehors du conflit, fondant sa retenue sur ses contraintes constitutionnelles sans pouvoir assumer ses responsabilités autrement qu’en subventionnant l’intervention de la coalition occidentale.

11Les relations avec la Turquie constituent une autre dimension de la relation allemande avec la Méditerranée orientale. Deux facteurs viennent influencer ce qui ne devait être au départ qu’un rapport d’intérêt mutuel fondé sur une convention de main-d’œuvre. A partir de 1974, l’immigration turque s’installe à demeure sans que l’ouverture du droit d’accès à la nationalité allemande lui soit acquise. Comme la Turquie est depuis la fin des années 1960 candidate à l’adhésion à la Communauté européenne, son admission ferait des deux millions de Turcs installés des citoyens européens égaux en droits des Allemands. Il est vraisemblable que cette perspective retardera encore longtemps l’admission de la Turquie dans l’Union.

12L’immigration turque a aussi transporté dans l’espace allemand des tensions et conflits qui ne peuvent trouver une solution sur le plateau anatolien. C’est ainsi que le problème kurde et les mouvements islamistes se sont implantés dans les villes allemandes. L’implication limitée de l’Allemagne dans le passé ou les problèmes actuels de la Turquie la protège des violences contre la population allemande, mais pas des désordres entraînés par les affrontements sur son sol entre Turcs et Kurdes. Indirectement, elle devient malgré elle un acteur proche-oriental du conflit entre États et minorités, demain entre États et mouvements islamistes qui, à terme, peut lui créer à peu près autant de désagréments que l’implication de la France dans la guerre civile algérienne.

13Cet exemple montre qu’une relation d’un type nouveau s’établit entre l’Europe et son environnement méditerranéen depuis la chute du mur de Berlin. La fin du conflit Est-Ouest crée un nouveau type de rapport avec les pays méditerranéens mettant l’accent sur les problèmes de sécurité collective liés à la stabilité interne des États. En dehors du conflit israélo-palestinien pour lequel les acteurs n’ont pas renoncé à la violence, les autres sources de violence sont liées à des conflits internes, liés eux-mêmes au droit des minorités ou à l’expression d’une contestation des pouvoirs en place en termes religieux (islamisme).

14Cette évolution a eu pour effet de créer en Méditerranée une frontière entre les deux rives, notamment à la suite de l’application des accords de Schengen qui rend particulièrement difficile l’octroi de visas aux ressortissants des pays du Sud, coupant les populations installées (Turcs en Allemagne, Algériens en France) d’une partie de leurs liens avec les pays d’origine. Le modèle sécuritaire que l’on voit à l’œuvre à l’occasion des désordres albanais a remplacé le modèle de rapport qui prévalait durant la confrontation Est/Ouest. Il n’y a pas en Méditerranée de risque de confrontation militaire Sud/Nord, mais on assiste à une militarisation des risques sécuritaires dus à l’instabilité interne des États ; dont l’Algérie fournit un exemple. La pérennité des confrontations entraîne des effets d’exportation de la violence politique sur le territoire européen.

15La conférence de Barcelone qui a réuni en novembre 1995 les pays de l’Union européenne et les 12 pays du Sud et de l’Est de la Méditerranée vise à établir un processus de développement économique et culturel, assurant la mise à niveau de ces pays. Indirectement, son objectif est de créer une zone de stabilité en Méditerranée par un partenariat à long terme. Au-delà des bonnes intentions, les résultats attendus dépendent des efforts qui pourront être faits pour rétablir la stabilité interne des États (Algérie, Albanie) ou s’assurer des progrès du processus de paix au Moyen-Orient, y compris grâce à une médiation européenne complétant les efforts américains. La rivalité gréco-turque dans le bassin oriental constitue également, avec ses prolongements à Chypre, un risque de conflit en Méditerranée orientale, alors que le conflit en ex-Yougoslavie n’a pas débordé sur le flanc sud des Balkans et a été stabilisé dans l’espace continental grâce à l’intervention américaine.

16L’ouverture à l’Est qui a suivi la chute du mur de Berlin a entraîné par voie de compensation l’affirmation d’une politique méditerranéenne de l’Europe dans laquelle les initiatives françaises et allemandes devraient se fondre. La conférence de Barcelone ou la nomination d’un envoyé spécial de l’Union européenne pour le processus de paix en novembre 1996 sont des exemples de rééquilibrage vers le Sud d’une politique européenne opérée grâce à une action commune franco-allemande rejoignant les soucis de pays de l’Europe du Sud. Mais la France au Moyen-Orient ou en Algérie peut encore être tentée de piloter seule des actions qu’elle voudrait voir ensuite assumées par l’Europe. Sur ce plan, la Méditerranée, comme la politique européenne commune, reste un espace difficile à construire.

Notes de fin

* Professeur à l’Institut d’études politiques de Paris

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540