Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Première partie. Usages de l’histoire

7. Approches turques de l’Allemagne et de l’Europe (xixe et xxe siècles)

Gérard Groc

Texte intégral

  • * Chargé de recherches au CNRS, IREMAM

1Note portant sur l’auteur*

2La vision que, jusqu’à présent, la Turquie s’est faite d’un interlocuteur dépendait principalement de la position que ce dernier pouvait prendre dans une situation de conflit. Cela vient d’une part de la structure longtemps guerrière de l’Empire ottoman dont l’aire d’intervention était une aire de conquête, à partir de laquelle s’édifia sa culture politique et étatique. Cela vient aussi de ce que la nécessité d’avoir une diplomatie lui fut imposée au xviiie siècle par un contexte guerrier, de défaite cette fois, et que sa vision d’un extérieur européen s’est cristallisée, avant tout, sur la présence de deux ennemis successifs, Autriche-Hongrie puis Russie, deux puissances dont la dimension impériale ne s’est consolidée qu’aux dépens de cet « ennemi » désormais déclinant qu’est l’Empire ottoman. De ces deux antagonistes, l’un, la Russie, est même devenu l’ennemi héréditaire, celui qui, par sa présence, son désir de croissance, son accès à la puissance, a constamment maintenu la pression sur Constantinople, au point d’avoir entretenu depuis la fin du xviiie un état quasi permanent de belligérance avec la Turquie et... de défaite pour cette dernière (le passage d’une Russie tsariste à une Russie soviétique n’a pas changé les choses).

  • 1 Exilé à Istanbul durant la période nazi, le futur bourgmestre de Berlin, Ernst Reuter, turcologue (...)

3C’est dire toute l’urgence mais aussi toute la difficulté d’une diplomatie ottomane et turque. C’est dire aussi, à son propos, la réductibilité de tout interlocuteur international, surtout s’il est européen (car le théâtre de cette évolution appartient à l’Europe) au rôle apparent ou réel qu’il peut être amené à jouer dans cette « tragédie1 ».

4Toute autre considération, idéologique, culturelle, religieuse ou marchande, extérieure à cette urgence, reste marginale ou spéculative : elle l’était par nécessité pour les politiciens ottomans ; elle le devint aussi souvent de ce que les puissances européennes furent toutes engagées, à la fin du xixe siècle et au début du xxe, dans un remodelage de l’Europe politique qui se réalisa en grande partie sous la rubrique de la « question d’Orient ».

5Tant que l’Allemagne fut Habsbourg, rien ne distingua véritablement son originalité aux yeux des Turcs. Il faut attendre la deuxième moitié du xviiie siècle pour voir émerger une identité prussienne qui se traduit par une première alliance militaire défensive, conclue en 1790 entre Constantinople et Berlin. Le contexte de cette alliance est clair ; ses limites le deviendront aussi très vite : le xviiie siècle est une époque où la collusion des offensives autrichienne et russe contre l’Ottoman atteint un paroxysme. Il serait d’ailleurs plus juste de dire que ces deux empires ont alors deux pôles d’extension qu’ils investissent conjointement à la fin de ce siècle, le territoire ottoman au Sud mais aussi les provinces polonaises au Nord, provinces dont la puissance turque s’était voulue jusqu’alors protectrice. Or, la Prusse, puissance naissante au Nord de l’Europe, s’édifie potentiellement aux dépens territoriaux de l’Autriche mais aussi aux dépens virtuels d’une Russie européenne. En d’autres termes, elle est un coin fiché au Nord entre l’Autriche et la Russie, dont la croissance devrait théoriquement limiter la puissance de ses deux voisins. Aussi, la Prusse apparaît-elle comme capable de reprendre le flambeau de ce qui avait été aux yeux des Turcs, l’intérêt d’une puissance polonaise désormais lézardée depuis le premier partage de 1772. En 1790, un axe diplomatique avec Berlin paraît judicieux, au moment où l’Empire ottoman sort de trois décennies de guerre contre ses deux voisins, que ponctue le traité de Kutchuk-Kaïnardji de 1774, que suivent bientôt les accords de Sistowa en 1791 et de Yasi en 1792, tous en défaveur des Turcs. Très vite, cependant, la coalition monarchique européenne, dressée contre la Révolution française démontre que la Prusse reste éminemment nordique et, qu’à s’investir dans un bourbier méridional encore trop lointain, elle préfère partager le deuxième festin polonais que lui proposent fort habilement la Russie et l’Autriche (second partage de la Pologne en 1793). Là est sa sphère d’intérêts.

6Le xixe siècle allemand se déroule presque exclusivement à s’assurer une réalité territoriale puis politique. La Prusse ne reparaît véritablement dans l’histoire ottomane qu’avec Bismarck, lequel met en scène, sans encore l’orchestrer, le congrès de Berlin de 1878, destiné à régler l’un des innombrables épisodes du conflit russo-turc, sans doute le plus agressif à l’égard de Constantinople ; c’est assurément celui dont le règlement intéresse aussi le plus directement l’avenir de l’équilibre européen dans son ensemble. Avec Bismarck, la Prusse, désormais Hohenzollern, ne se confond plus avec l’Autriche.

Le neutralisme et sa dérive guerrière

  • 2 Esquissés par Selim III (1789-1807), les fondements des réformes sont posés par Mahmud II (1807-18 (...)
  • 3 Voir R. Davison : « Ottoman diplomacy at the Congress of Paris (1856) and the questions of Reforms (...)

7Tout au long du xixe siècle, le schéma d’opposition fondamentale de la Turquie aux deux empires va se concentrer plus exclusivement sur la Russie, et évoluer dans le sens où Constantinople va partir, à travers une politique de réformes et d’innovations – les fameuses Tanzimat de la Turquie ottomane2 – à la recherche d’un contrepoids opposable à la Russie. Ce contrepoids, la Turquie va le trouver dans une relation quelque peu cahoteuse mais finalement solide, avec la France et l’Angleterre. Cette politique va s’illustrer dans la mobilisation, pour défendre l’Empire, de ces deux puissances contre la Russie : c’est la guerre de Crimée en 1853 dont le réglement, pour les Ottomans, vise à interdire définitivement l’interférence des puissances extérieures dans les affaires intérieures turques par le biais de la protection des chrétiens (article 9 du traité de Paris de 18563).

8Un tel sauvetage a naturellement un prix, et l’ingérence toujours plus flagrante des puissances française et anglaise dans les affaires économiques et financières ottomanes après cette date, en est le montant. Si 1870 sonne le glas d’une certaine gloire française (le Second Empire laisse la place à la République), l’Angleterre, rehaussée par l’aura de sa monarchie « constitutionnelle », se fait plus pressante : en 1878, elle réclame et obtient Chypre en contrepartie de l’aide promise à l’Empire dans le règlement du conflit turco-russe ; en 1882, elle s’octroie l’Égypte (notons que la France a fait de même avec la Tunisie, un an auparavant). L’appétit de plus en plus évident de l’Angleterre, une certaine éclipse de la France, coïncidant avec les débuts d’un nouveau règne ottoman – celui d’Abdül Hamid II qui restera sur le trône de 1876 à 1909 -, c’est dans ce contexte qu’un intérêt nouveau pour la Prusse se fait jour, au moment où celle-ci, de Sadowa (1866) à Sedan (1870), impose à l’Europe occidentale sa nouvelle puissance.

  • 4 Voir S. Deringil : « Aspects of continuity in turkish foreign policy : Abdülhamid and Ismet Inönü  (...)

9Il faut retenir de ces prémices le fait que l’Allemagne, en tant que partenaire politique, n’intervient que tardivement dans l’histoire ottomane, dans une évaluation faite « au troisième degré » ; autrement dit, elle s’inscrit dans un décor dont elle n’est pas le maître d’œuvre, entre deux pôles déjà bien campés. Mais c’est justement en tant que « tiers-intervenant » que sa présence est désirée, pour tenter de rompre cette logique infernale de la diplomatie occidentale, ou de la tempérer. Aux yeux des politiques ottomans, l’Allemagne présente, parmi les puissances européennes, deux qualités, naturelle et historique, rares : géographiquement éloignée de la Méditerranée, la Prusse n’a aucune revendication territoriale sur l’Empire ottoman ; tard venue à la puissance internationale, elle reste réservée vis-à-vis de l’aventure coloniale et n’est donc pas non plus une menace potentielle pour la périphérie ottomane. En rupture avec les idéologies conquérantes des deux protagonistes russe et anglais (voire français), Berlin impose cependant une nouvelle donne à l’Europe occidentale (la victoire de 1870 en est la preuve) : celle d’une réalité politique fondée sur l’affirmation d’une entité nationale autonome, sur une forte centralisation politique dont elle tire sa cohérence et sur la vigueur d’un essor économique et industriel. Tournée essentiellement vers le renforcement de ses structures internes, la Prusse ne risque donc pas d’entraîner la Turquie dans une situation de conflit, et ce, d’autant moins qu’elle n’a pas d’intérêts combinés avec les populations minoritaires ottomanes orthodoxes, catholiques ou encore les différents nationalismes de l’Europe centrale, qui nourrissent souvent les situations de concurrence entre grandes puissances. Et il apparaît rapidement au sultan Abdül Hamid, dont les priorités politiques sont et resteront, à défaut d’autre choix, la paix et la neutralité4, que des ouvertures doivent être faites envers un pays dont la puissance montante, de nature centrale et continentale, ne saurait à terme se satisfaire des partenariats russe ou anglais, par définition antithétiques.

Une présence technicienne

  • 5 Voir pour une analyse « à chaud » de la diplomatie allemande : R. Pinon : L’Europe et la Jeune Tur (...)

10Ces ouvertures sont faites au début des années 1880 mais ne rencontrent pas l’effet espéré. Bismarck, alors à la tête de la diplomatie prussienne, préfère conforter la position du nouveau Reich dans un lien direct avec ses deux grands voisins : l’alliance des Trois Empereurs existe depuis 1872 (Prusse, Russie, Autriche-Hongrie) ; elle est renouvelée en 1881 et 1884. La « Duplice » est conclue avec l’Autriche-Hongrie en 1879, bientôt transformée en « Triplice » avec la participation de l’Italie (1882). De plus, la Prusse a, dans un traité de « contre-assurance » avec la Russie, apporté secrètement son appui à la politique russe dans les Détroits. Bref, Bismarck préfère courtiser son voisin russe, dans des combinaisons qui, si elles ne sont pas de véritables alliances, servent cependant à anticiper des situations de conflit potentiel5.

  • 6 Cité par F. Adanir : « Wandlungen des deutschen Türkeibildes », Zeitschrift für Türkeistudien, vol (...)
  • 7 Voir K. Dede : « Prophet wider Willen, die erstaunliche Karriere des türkischen und deutschen Gene (...)

11Néanmoins, certains jalons sont posés dès cette époque qui révèleront plus tard toute leur importance. La modeste présence prussienne dans l’Empire ottoman s’était jusque-là incarnée dans quelques missions, précisément circonscrites, qui avaient concerné le domaine militaire ainsi que médical. La première mission militaire, celle de von Moltke en 1835, célèbre par la relation qui en fut faite, avait laissé de bons souvenirs, car elle avait introduit une relation directement privilégiée avec le partenaire turc. Selon le mot de von Moltke, « ... le seul gentleman de l’Orient est le Turc, c’est-à-dire le Musulman6 ». Après 1880, ce schéma est tout d’abord conservé et la Prusse procède à l’envoi de nouvelles missions ponctuelles, dont le caractère non politique, scientifique et technique, associé à l’efficacité mise à les réaliser, fera merveille. La première mission reste une mission militaire, mise sur pied en 1882, qui prend une réelle ampleur après 1885, sous la direction de von der Goltz qui la dirige jusqu’en 18957. Du point de vue turc, le succès de cette mission tient avant tout à la réorganisation de l’état-major ottoman, entreprise par von der Goltz dont la pédagogie imprégna l’élite militaire ottomane : l’impact de cette réorganisation sera immédiatement lisible, pour les Turcs, aux succès enregistrés par les armées ottomanes lors de la guerre contre la Grèce en 1897 qui se termine par la victoire ottomane en Théssalie, la première depuis fort longtemps. La deuxième mission est aussi essentiellement technique : elle associe des ingénieurs allemands à la construction d’une ligne de chemin de fer ottoman, celle d’Anatolie, dont un groupe allemand obtient la concession en 1888. Les résultats sont concrets : la voie atteint Angora dès 1892, en 1895, la bretelle d’Eskisehir vers Afyon est ouverte, en 1897, la ligne rejoint Konya. En 1889, Guillaume II effectue une première visite à Constantinople, mais celle-ci reste de peu de conséquences, même si, dans la foulée, un traité de commerce est signé en 1890 entre les deux pays : selon les vœux de Bismarck, on en reste toujours à un contact éminemment pragmatique.

  • 8 La part de l’Allemagne dans le commerce ottoman passe de 2 % en 1878, à 12 % pour les importations (...)
  • 9 F. Georgeon. op. cit., p. 566.

12C’est pourtant au cours de cette période que la présence allemande devient, pour les Ottomans, de plus en plus crédible. La spécialisation de ses services, alliée aux résultats tangibles obtenus dans des domaines d’équipement, porteurs de progrès, fait augurer de l’efficacité de cette ouverture, et elle amène insensiblement la Turquie à s’ouvrir de plus en plus aux fournitures industrielles en provenance de la Prusse8. L’exemple le plus visible concerne les fournitures militaires dont ce pays détient le quasi-monopole en 18999. On a toujours évalué la prépondérance prussienne dans l’armement turc comme la manifestation d’une collusion précoce entre deux tendances belliqueuses. Il faut, je crois, prendre aussi en compte le fait que, pour les Turcs, l’Allemagne est, de tous les fournisseurs d’armes de l’époque, le seul qui s’intéresse sans arrière-pensée à un réel renforcement de la puissance militaire ottomane. La pénétration allemande s’effectue donc essentiellement grâce à la neutralité de sa coopération technique qui rompt avec l’ingérence d’autres pays, chargée d’arrière-pensées politiques.

La Turquie, maillon privilégié de la Weltpolitik

13Dans la dernière décennie du xixe siècle, ce schéma va peu à peu évoluer après le renvoi de Bismarck en 1890, dont la politique à l’égard de Saint-Pétersbourg ne convient plus au Kaiser. Guillaume II s’oriente désormais vers la revendication d’une plus grande visibilité de la puissance allemande, doctrine qu’il intitule « politique mondiale ». Rapidement esquissée, celle-ci vise à une stratégie de pénétration allemande dans plusieurs coins du monde, qui s’effectuera sans intrusion militaire ni prétention territoriale, par la conquête pacifique d’un droit de passage à partir duquel s’édifiera un flux de pénétration commerciale pour les produits de l’industrie allemande.

  • 10 « Ce furent surtout des “impérialistes libéraux” et des “connaisseurs de l’Orient” comme von der G (...)

14Comme le décrit F. Adanir (op. cit., p. 198), « l’idée qui était d’abord celle d’une colonisation se déplace bientôt vers le domaine du politiquement réalisable ». Cette politique, évaluée d’abord à d’autres horizons, met une décennie à trouver une application orientale – mais sans doute est-ce le seul champ d’action encore libre. Elle culmine lors de la deuxième visite de Guillaume à Constantinople en 189810. Et c’est là que va se révéler toute l’importance d’une voie ferroviaire, apte à consacrer un niveau technologique, à désenclaver des territoires « colonisables » et à créer de nouveaux débouchés pour les produits allemands.

15Même si quelques jours après son étape constantinopolitaine (octobre 1898), Guillaume II ne peut s’empêcher de se proclamer, à Jérusalem, le protecteur des populations catholiques de l’Empire, et à Damas, celui de tous les musulmans, cette évolution de la politique allemande ne pose pas de problèmes majeurs du côté turc, car elle ne touche pas aux commandements « neutralistes ». Elle signifie au contraire un transfert plus systématique de compétences, participe au progrès scientifique, promet des instances éducatives et permet de damer le pion aux vélléités occidentales. Face aux évolutions « libérales », il faut évoquer la convergence des conceptions qui lient la Turquie et l’Allemagne, dans une volonté commune de pérenniser un système politique impérial. Enfin, à l’heure où un refroidissement des relations entre Berlin et Saint-Pétersbourg provoque un rapprochement franco-russe (esquissé en 1890 et concrétisé en 1894), on doit aussi mentionner le facile ralliement de la Turquie à une stratégie militaire défensive prussienne, plus « continentale » que maritime (importance accrue de l’infanterie et de l’artillerie). Le résultat concret de cette évolution est le prolongement des concessions accordées aux Allemands dans la construction de la ligne de chemin de fer en 1899. On est, cette fois, en plein dans le Bagdad Bahn dont l’idée fut formulée en 1902 et la concession donnée à l’Allemagne, un peu plus tard.

16Ce schéma des relations germano-turques va subir quelques évolutions après la révolution jeune-turque. Cette période allant de 1908 à 1918 est généralement considérée comme un exemple manifeste de l’influence allemande. Il faut pourtant moduler ce jugement qui n’est souvent mesuré qu’à sa phase ultime. La période jeune-turque marque, en effet, la fin de l’absolutisme hamidien et l’ouverture politique vers un régime constitutionnel. La résistance des nouveaux vainqueurs s’est, de fait, beaucoup plus nourrie aux sources de la pensée politique anglaise et française qu’allemande. L’heure est désormais à l’« ottomanisme », vaste fédération libérale de toutes les composantes sociales et « nationales » de l’Empire. La renommée de Berlin vacille d’abord sur cette tendance « démocratique » ; elle vacille ensuite de l’annexion par son allié autrichien en 1908, à la surprise générale, de la Bosnie-Herzégovine (l’alliance de celle-ci avec l’Italie lui vaudra le même sort en 1911). D’une manière générale, les camps de la scène internationale sont aussi plus tranchés. L’opposition de la Prusse à l’Angleterre est beaucoup plus vive. Les frictions sont plus fréquentes et, en 1905-1906, la première crise marocaine s’est soldée en défaveur du Reich. L’année 1908 est l’occasion de la signature de la Triple-Entente qui répond au dispositif de la Triple-Alliance regroupant l’Allemagne, l’Autriche et l’Italie. Nous sommes en pleine préparation guerrière.

  • 11 Von der Goltz refait une mission en Turquie en 1909 ; en octobre 1915, lui est offert un commandem (...)

17L’opinion qui prévaut en Turquie sur l’Allemagne est alors très fluctuante. Elle fluctue en fonction des soubressauts du gouvernement jeune-turc lui-même qui va voir alterner phases libérales et interventions plus autoritaires du comité « Union et Progrès » ; les phases autoritaires, conduites par les militaires, sont d’autant plus facilement acquises à l’Allemagne que les généraux jeunes-turcs ont souvent suivi l’enseignement des missions prussiennes (le comité « Union et Progrès » prend définitivement le pouvoir en 191311.

18Elle fluctue aussi en fonction des pressions internationales subies par la Turquie, dont le rythme s’accroît fortement : à partir de 1911, avec l’invasion italienne du Dodécanèse et de la Tripolitaine, la Turquie ne sort plus d’une situation de belligérance jusqu’en 1918 (voire 1923 si l’on y ajoute la guerre de libération nationale conduite par Mustafa Kemal). A l’attaque italienne succèdent en effet la première (1912) puis la deuxième guerre balkanique (1913), et en 1914, c’est la Grande Guerre. En cette atmosphère générale de conflit permanent, nombreux sont les Turcs qui réagissent à leurs propres défaites et s’interrogent souvent sur l’utilité d’une aide militaire allemande, dont on connaît pourtant la puissance des canons. A ceci, Mahmoud Chevket Pacha, sauveur de la Révolution jeune-turque en 1909 et bientôt Grand Vizir unioniste en janvier 1913, répond :

  • 12 Cité par I. Farah, Die deutsche Pressepolitik und Propagandatätigkeit im osmani-schen Reich von 19 (...)

« Les gens s’étonnent de ce que notre armée compte de nombreux officiers allemands et de ce que les règlementations militaires allemandes aient été introduites chez nous. Mais tout ceci est très naturel lorsqu’on considère qu’il revient au grand von Moltke d’avoir, encore au grade de capitaine, posé le fondement de l’organisation territoriale de notre armée, dont la création précède de longtemps celle réalisée en France. Il serait ainsi risible et difficilement compréhensible de notre part, de vouloir changer ce système, surtout qu’il a donné des résultats satisfaisants. Est-ce que notre marine n’est pas sous les ordres d’un amiral anglais ? Des officiers anglais ne servent-ils pas dans notre flotte et d’autres ne vont-ils pas venir les rejoindre ? Nous devrions alors considérer que nous nous sommes vendus à l’influence anglaise12. »

  • 13 Archives du Auswärtigen Amt, Bonn Türkei 203 Bd 8, cite par F. Adanir, p. 203.

19Même si l’Allemagne se distingue en 1910 en accordant au gouvernement jeune-turc un prêt bancaire (formation d’un consortium bancaire) que lui refusent la France et l’Angleterre, l’opinion que l’on a d’elle fluctue enfin en fonction des positions prises par Berlin. L’approche évidente d’une guerre conduit les Prussiens à réévaluer leur système d’alliance vers d’autres secteurs, comme en 1913-1914, la Bulgarie et... la Grèce. Au vu des défaites militaires turques, Berlin semble moins pressée de se charger d’un allié aussi peu fiable qui, de plus, déconsidère aux yeux de l’Europe l’image d’infaillibilité militaire prussienne. En 1912, le Kaiser, qui accordait pourtant beaucoup de crédit à l’argument d’une mobilisation musulmane par la « guerre sainte », télégraphie même à son chancelier : « C’est la fin de la Turquie dans l’Europe. Elle doit en sortir, et moins elle fait de difficulté, mieux ce sera13. » Et il semble bien, en effet, qu’à la veille de la première guerre mondiale, les attirances réciproques ne soient plus aussi fortes. Replacée dans une situation de belligérance, la Turquie regarde de plus en plus vers l’Angleterre et la France, ses anciens protecteurs armés. En d’autres termes, la logique n’est plus, pour elle, au neutralisme.

  • 14 Sous le commandement duquel Mustafa Kemal fera pièce au débarquement anglo-français des Dardanelle (...)
  • 15 J’indique à ce propos l’hypothèse formulée, documents à l’appui, par S. Yerasimos : « Et si l’amir (...)

20Néanmoins, c’est avec l’Allemagne que la Turquie va faire alliance : une alliance conclue à la dernière minute (le 2 août 1914), à l’insu du reste du cabinet ottoman d’alors, par le seul Enver Pacha, ministre de la Défense de l’Empire, mais qui est curieusement concomittante d’une déclaration de neutralité dans le nouveau conflit, faite un jour plus tard (3 août 1914). Cette alliance, ambiguë et un peu forcée, n’est pourtant pas un fait accompli puisque la Turquie, sous l’influence de l’ambassadeur prussien Wangenheim, a renouvelé en janvier 1914 le principe d’une mission militaire prussienne – elle sera conduite par le général Liman von Sanders et durera de 1914 à 191914. Il y a là une indécision patente de la Turquie qu’il faut encore expliquer, je crois, par rapport à la Russie : dans une situation de conflit, la Turquie cherche toujours l’allié le plus à même de la protéger de son voisin du Nord. En 1914, nombreux sont ceux qui voient leur sauvegarde dans l’Angleterre. Mais celle-ci est l’alliée de la Russie ; de plus, elle refuse de livrer à la Turquie les deux bâtiments de guerre qu’elle vient de lui construire et qui sont déjà payés. Dans une telle situation d’urgence, il est facile aux Allemands de persuader Constantinople – et Wangenheim en joue fort bien – de la vulnérabilité dans laquelle elle se trouve. Tout le monde connaît ensuite l’épisode du Goeben et du Breslau15.

  • 16 Y compris dans l’administration des Chemins de fer.
  • 17 Dont une des conceptions est alors que les bases de la langue soient aussi celles du commerce.
  • 18 K. Kreiser, « Le rôle de la langue française en Turquie et la politique culturelle allemande au dé (...)

21Pour compléter la vision que les Turcs ont, à cette époque, de l’Allemagne, il est également important de mettre en relief le contraste existant entre une approche politique de ces relations et une approche plus socioculturelle. Les champs d’intérêts reconnus à l’Allemagne sont le domaine militaire et le domaine économique via les acquis de la technique ; mais en aucun cas, son influence ne s’exerce sur le domaine des « valeurs » culturelles. Il est d’ailleurs étonnant de constater que la langue allemande n’eut aucune véritable pénétration dans un système principalement francophone16, ce qui fut un fréquent sujet de plainte de la part des Allemands17. Les premiers dictionnaires à usage « généraliste » ne datent que de 1898, dans la version germano-turque, et de 1907, dans la version turco-allemande. Ils sont le fruit du travail de traducteurs turcs, l’un étant officier et l’autre, fonctionnaire de la section juridique de la Deutsche Bank (issu là encore des secteurs clefs de la coopération germano-turque). Citant la préface du premier de ces dictionnaires (« Aujourd’hui l’estime dont jouit l’allemand, partout et surtout dans l’Empire ottoman est extraordinaire (...) et finalement on ne peut éviter d’avoir recours très souvent à la langue et à la science allemande »), K. Kreiser note avec raison : « Ici, le souhait est, me semble-t-il le père de la pensée18. » Le corollaire en est que les monuments de la culture allemande – entre autres, les œuvres littéraires – ne sont connus en Turquie que par le truchement de la traduction française.

  • 19 Voir la série de travaux sur le sujet, collationnés dans Beiträge zur Hochschulforschung, 1/2-1990
  • 20 Cf. Kreiser, op. cit. pp. 413 sq.

22Sur le plan éducatif, l’Allemagne cherche assez rapidement à la fin du xixe siècle à inscrire sa présence dans une perspective d’avenir, c’est-à-dire dans la formation d’un cycle pédagogique germanophone. Ceci donne lieu à la construction d’un « Lycée allemand » à Constantinople et de quelques autres établissements décentralisés ; mais ceux-ci n’arrivent pas à faire pièce à toute la série d’institutions en langue française. Une présence efficace est toutefois enregistrée dans le domaine de l’enseignement universitaire, avec un appel explicite, en 1915, du ministre ottoman de l’Éducation à des professeurs allemands pour l’université d’Istanbul (Dar ül fünun). Cette collaboration, jugée positive, bute néanmoins encore sur l’utilisation nécessaire de la langue française19, ce qui donne lieu à de nombreuses plaintes20.

  • 21 Au sujet de la francophonie de la presse turque, G. Groc et I. Çağlar : La presse française de Tur (...)

23Le même scénario prévaut pour la tentative journalistique faite en 1908 par l’Allemagne, avec la parution d’un Osmanischer LLoyd qui ne peut éviter de recourir à une version française et de rester aussi un LLoyd ottoman pour ne pas perdre ses lecteurs21. La dissociation très nette entre présence politique et effets culturels de cette présence illustre une fois de plus la spécialisation de la coopération turco-allemande et le rôle que les Ottomans attribuent à cet allié « au troisième degré ».

24La fin de la première guerre mondiale gêle les relations entre les deux partenaires. Toutefois, il est intéressant de le remarquer, c’est à l’initiative de la nouvelle République turque que le contact diplomatique est restauré, dans une optique qui nous est maintenant familière : la Turquie, signataire du traité de Lausanne (1923), qui consacre sa reconnaissance internationale, profite de la restauration de sa souveraineté pour chercher assez rapidement à rétablir les relations avec l’Allemagne par un traité d’amitié du 13 avril 1924 ; son objectif est aussi bien d’équilibrer le poids exercé par ses anciens vainqueurs – devenus co-contractants – que de réouvrir des relations essentiellement économiques, pour lesquelles l’Allemagne est un partenaire plus « neutre ». La relation par le nouvel ambassadeur allemand, de la remise de ses lettres de créance à Mustafa Kemal, est claire sur ce point :

  • 22 Cité par C. Koçak, « Die Wiederaufnahme der deutsch-türkischen Beziehungen nach dem ersten Weltkri (...)

« A l’échange des discours s’ajouta une petite conversation tenue en français et en turc, au cours de laquelle le Président exprima à nouveau tout l’intérêt qu’il portait à des relations amicales et surtout économiques avec nous22. »

  • 23 R. Erichsen. « Die Wirkungsgeschichte der Emigration deutschsprachiger Mediziner in die Türkei », (...)

25La période de l’entre-deux-guerres ne révèle pas de scénario véritablement nouveau. Mustafa Kemal, en charge de la présidence de la République turque, reste très circonspect face à la montée des fascismes dont il surveille étroitement le modèle italien, plus interventionniste vers les Balkans. Une illustration de cette attitude mérite d’être signalée : dès 1933, la Turquie ouvre les portes de ses facultés aux universitaires allemands classés « non ariens » par le pouvoir nazi, dans le cadre d’une réforme de l’université qui met un terme au Dar ül fünun pour créer la Istanbul Üniversitesi. Deux cents savants allemands vont répondre à cette invitation et assurer, jusqu’à la fin de la guerre, un enseignement de qualité23.

26Face à la montée des périls, la Turquie est fermement décidée, cette fois, à ne pas prendre part au nouveau conflit qui menace. Bien qu’alliée de fait avec la France et l’Angleterre (1939), elle déclare une neutralité irrévocable à laquelle elle va se tenir, non sans mal, face aux sollicitations des deux camps. A la fin des hostilités, on lui reprochera de ne pas avoir été belligérante. Disons que la difficulté de sa position a aussi tenu aux retournements de la diplomatie soviétique qui commença la guerre aux côtés de l’Allemagne (raison pour laquelle la Turquie penchait plutôt du côté des anglo-français) pour la continuer du côté « allié » après 1941, date à laquelle la Turquie engagea un « flirt » coupable avec l’Allemagne à laquelle elle continuait à livrer son chrome.

Le big « Bruder »

27Une période nouvelle s’ouvre à la fin de la deuxième guerre mondiale, à partir de laquelle l’approche turque de l’Allemagne et de sa place en Europe va connaître une grande évolution.

28Nous sommes néanmoins toujours dans une situation de conflit, avec le même ennemi, et le thème de la confrontation avec lui reste central pour la Turquie. Mais c’est un conflit dont les conditions se transforment radicalement : la mobilisation ne s’exerce plus de manière individuelle mais collective, au niveau d’une Europe désormais « atlantique », et la règle du jeu n’est plus celle du déclenchement de ce conflit mais celle de sa dissuasion. Cette situation a connu depuis une grande pérennité puisque, posée dans ses fondements aux lendemains de la deuxième guerre mondiale, sa validité a été avérée jusqu’en 1991. Mais d’elle naissent aussi de nouvelles lignes de faille, interstices à partir desquels une nouvelle relation va s’instaurer entre la Turquie et l’Allemagne.

Nouveau challenge pour la Turquie

29Dans l’immédiat après-guerre, le problème posé est simple et complexe à la fois. A défaut d’une neutralité qu’on ne lui reconnut pas durant la guerre, à défaut d’une victoire à laquelle elle est trop tard venue, à défaut d’une santé économique que les temps de guerre ont ruinée, et dans un état d’isolement diplomatique que l’URSS tente d’inscrire à son avantage (afflux de troupes russes à la frontière turque en octobre 1945 et invasion de l’Azerbaidjan iranien en novembre), il n’y a de solution, pour la Turquie, que dans une rupture de sa situation d’autarcie. La fin de la deuxième guerre mondiale, c’est d’abord le déplacement de l’initiative occidentale au profit des Etats-Unis qui revêt bien plus qu’une importance formelle. En effet, ce déplacement s’opère d’un cadre européen « historique » chargé de concurrences politiques anciennes au profit d’une puissance extérieure qui ne semble avoir sur celui-ci aucune tentation territoriale. La fin de la guerre, c’est aussi l’ouverture de nouveaux forums diplomatiques internationaux dans lesquels les dirigeants turcs comprennent que la « nation », dans son acception kémaliste, ne va plus rester le terme essentiel de la détermination des équilibres à venir.

  • 24 Mars 1946, date de la première véritable réponse américaine aux pressions russes, date de la premi (...)
  • 25 La doctrine Truman.

30Les années 1945-1947 apportent une illustration manifeste de cette évolution. Du statut de « perdant », soumis en 1945 à la pression russe qui s’exerce aussi sur les négociations de paix, la Turquie assiste l’année suivante à l’ébauche d’une mobilisation anticommuniste, qui va bientôt regrouper toutes les énergies d’un monde se définissant comme libre, et dont la première manifestation de solidarité se porte précisément sur elle24. Ce qui n’est encore que touche symbolique en 1946 devient en 1947 une doctrine25, véritable programme d’assistance de 400 millions $, dont la Turquie, associée à la Grèce, se retrouve l’heureuse bénéficiaire. Et pour la première fois, la problématique est posée au niveau international dans des termes proches de ceux qui concernent la situation particulière de la Turquie. En effet, ce qui se met en place est une croisade contre un ennemi unique, clairement désigné : l’URSS. A la différence des situations conflictuelles antérieures, cette croisade à prétention « universelle » ne risque plus d’avoir d’effet pervers. De plus, on offre désormais une aide unilatérale, octroyée sans contrepartie, dont le premier aspect, directement militaire – et directement « salvateur » pour la Turquie dans le contexte de 1946-1947 – n’a plus pour finalité un conflit déclaré, et potentiellement fatal à la Turquie, mais une stratégie de containment.

31La Turquie qui, fin 1945, avait contacté sans succès les Américains pour obtenir un prêt économique de 500 millions $ peut mesurer, deux à trois ans plus tard, les résultats acquis pour sa sécurité propre. D’autant que son intégration dans un dispositif occidental, même comme maillon faible, implique une reconnaissance de facto : elle tire partie de sa faiblesse géographique pour devenir la borne réarmée d’une frontière Est-Ouest. Le processus va plus loin puisque à ce premier déploiement militaire s’ajoute un dispositif économique d’une grandeur inégalée, le plan Marshall en 1948, auquel la Turquie est finalement admise. Le couronnement de l’édifice, ressortissant au domaine stratégique, est le traité de l’Atlantique Nord (OTAN), mis en place en 1949, où la Turquie trouve sa place en 1952.

32Mais un autre problème surgit bientôt qui ne s’évalue plus – ou qui s’évalue moins – en risque d’isolement face à un ennemi permanent : à l’intérieur du dispositif d’alliance, le problème majeur est désormais celui de la parité des partenaires avec, on le devine, de grandes difficultés pour la Turquie à faire entendre sa voix.

33Et pour elle, ce déséquilibre va poindre assez vite. Jusqu’en 1954, sa participation ne provoque aucun problème. Mais, après cette date, la combinaison des manifestations de sa faiblesse économique, alliée aux tiraillements sous-jacents, qu’au-delà de la simple Turquie, la crise de Suez (1956) fait naître entre les partenaires atlantiques, entraîné un détachement certain de la part des partenaires européens, France et Angleterre surtout, peu disposés à se mobiliser pour elle. La Turquie souffre encore d’être historiquement et géographiquement placée à la frange d’une ancienne aire « coloniale », et ceci influence le regard que les partenaires européens posent sur elle. L’évaluation qu’en fait l’Angleterre, dans les années 1950, inclut encore nombre de considérations plus « subjectives », compte tenu des relations particulières que Londres eut avec chacune de ces régions ou nouveaux pays du Proche-Orient, en fonction de projets auxquels elle n’a pas encore renoncé. De même pour la France pour qui la Turquie est surtout un voisin du Liban ou de la Syrie. La solution adoptée en ce qui concerne l’impératif stratégique ira, elle, après 1957, dans le sens d’une américanisation de plus en plus poussée de ce lien « atlantique » que la Turquie aurait voulu conserver collectif.

34On retrouve là les germes d’une certaine marginalisation de la Turquie, placée, dans un bloc aux ambitions mondiales, au rang de préoccupation secondaire. Certes, le pays est cette fois à l’abri du conflit, mais au-delà du fait que cette considération première reste toujours d’actualité, ses déterminants vont se démultiplier au gré d’un nombre croissant de variables parmi lesquelles, outre l’évolution des rapports entre les deux Grands (liés aux progrès réalisés sur les armes), il faut aussi considérer celle des rapports entre les États-Unis et les différents partenaires européens (entre lesquels un autre réseau de solidarité s’ébauche autour du traité de Rome) et celle des rapports de chacun des partenaires avec ses propres ambitions nationales (par exemple, la résistance française à l’OTAN en 1966). A un niveau plus spécifiquement turc, c’est l’évolution de la Turquie avec son nouveau mentor, les États-Unis, qui va engendrer nombre de conséquences sur la situation économique et politique interne. N’oublions pas qu’il s’agit d’un pays au nationalisme ombrageux, aux prises, en raison de ses propres faiblesses, avec les exigences d’une alliance sur laquelle il n’a aucune maîtrise. On retrouve là quelques similitudes avec des situations antérieures.

35Dans les années 1950, durant la mise en place de ce nouveau décor, les relations turco-allemandes n’ont d’abord pas grande réalité. Au moment où la Turquie se consacre aux relations avec ses nouveaux partenaires et aux conséquences internes de cette mutation politique, le camp occidental ne sait pas encore la place qu’il réserve au vaincu, et même si celui-ci est admis à profiter du plan Marshall. De fait, l’Allemagne, devenue « fédérale », accomplit, elle aussi, sa réinsertion dans un dispositif occidental et européen (1952 : CECA ; 1954 : accords de Paris qui lui ouvrent la porte du réarmement, de l’UEO et de l’OTAN, où elle entre officiellement en 1955 ; 1957 : traité de Rome).

  • 26 Groc, G., L’OTAN, révélateur de la Turquie actuelle (1945-1980), thèse de 3e cycle, 1981, Aix. 320 (...)

36Pourtant, à cette date, se profilent déjà les éléments sur lesquels une relation bilatérale, peu à peu privilégiée, va se réinstaller entre la Turquie et l’Allemagne. Ces pays font désormais partie d’un même camp : on ne trouvera donc plus d’inclination « neutraliste » au rang de leurs relations. Par contre, le nouveau regard que la Turquie va porter vers l’Allemagne sera celui visant un partenaire différent des autres, plus compréhensif car plus astreint à des considérations purement nationales, peu susceptible d’impérialisme et partant, moins influencé par le poids du passé, y compris le sien propre26. Aujourd’hui, dans une analyse a posteriori, on peut dire que l’Allemagne est vue depuis la Turquie comme une sorte d’intercesseur. Cette valeur refuge s’est établie non seulement auprés des autres puissances européennes mais aussi par rapport aux États-Unis eux-mêmes, dont la propension au dirigisme va très vite peser sur Ankara. C’est vis-à-vis de l’ensemble des partenaires que l’Allemagne va jouer un rôle de stabilisateur. Les années 1960 vont poser les fondements de ce nouveau regard.

Les fondements d’une solidarité nouvelle

  • 27 Cette période correspond d’ailleurs pour l’Allemagne elle-même, à une évaluation aiguë des risques (...)
  • 28 Turkish Yearbook of International relations, Ankara, 1963, Chronology, p. 322.
  • 29 Cf. OCDE, Études économiques, Turquie, août 1976, p. 68.

37Un premier élément de solidarité va se faire jour à travers le rôle d’intermédiaire que les États-Unis vont fixer à l’Allemagne par rapport à la Turquie. Bonn va être chargé de la présidence du Consortium d’aide à la Turquie, fondé en 1962 au sein de l’OCDE et dont la tâche, en continuité avec la perspective atlantique, est de rationaliser une politique d’aide économique à ce pays27. C’est par le Consortium – et donc par l’Allemagne -que vont transiter à partir de cette date les demandes d’aide de la Turquie et que vont être sélectionnées les opportunités d’un investissement collectif donnant lieu, après aval du Consortium, à des traités bilatéraux. Dès le début, ce Consortium a inscrit son activité à l’intérieur d’une planification quinquennale de l’économie turque, sur laquelle il pèse tout naturellement. En 1963, Walter Scheel déclare déjà que 70 % des crédits OCDE sont allemands28. Le total de l’aide transitant par le Consortium se monte en 1975 à 3,3 milliards $ effectivement versés pour 4,2 milliards promis29. Si l’Allemagne acquiert une connaissance bien plus approfondie de l’économie turque que celle des autres membres de l’OTAN, elle le doit déjà à cette présidence ; et un pays qui fonde lui-même toute sa politique de réhabilitation sur un « miracle économique » ne peut méconnaître l’influence d’une telle évolution autant sur le processus politique interne que sur la crédibilité internationale de son partenaire.

  • 30 Cité par P. Gallois, « L’OTAN et son avenir ». Politique internationale, n°43. p. 355.

38Mais le terme majeur du nouveau lien qui se crée est sans aucun doute une similitude des raisonnements stratégiques. Cette analogie des impératifs de défense, que nous allons développer, a débouché sur une complémentarité des développements tactiques ; elle débouche aussi sur une même attitude envers les États-Unis. De tous les alliés du pacte Atlantique, l’Allemagne et la Turquie sont les deux seuls pays à avoir une frontière commune avec le bloc de l’Est. Et encore, pour la Turquie, s’agit-il de 610 km de frontière directe avec l’URSS. Compte tenu du fait qu’à égalité de puissance de frappe, dans un conflit éventuel entre les deux blocs, la théorie « atlantique » en vigueur après 1960, après la crise de Cuba, devient la « riposte graduée » (elle ne fut acceptée par les partenaires européens qu’en 1967), elle exige qu’un affrontement se traduise d’abord par une confrontation classique, nécessaire aux deux parties pour mesurer une dernière fois les risques d’une dérive nucléaire générale. Il est bien clair que, si cette étape ménage des pays un peu plus excentrés (la France par exemple), elle fait précisément des deux territoires frontaliers les zones tests de cette « gradation ». Autrement dit, quelle que soit la stratégie générale développée ensuite, Allemagne et Turquie sont des pays immédiatement impliqués dans un échange belliqueux, avec pour tâche principale de mettre tout en jeu pour résister le plus longtemps possible à un effondrement trop rapide. Mesurant le danger pour elle de cette nouvelle stratégie « atlantique », l’Allemagne opposa tout d’abord son refus de devenir « la surface Siegfried » du camp occidental30.

39Une complémentarité tactique apparaît dès lors évidente. L’importance de chacun des deux fronts est aussi conditionnée par la résistance de l’autre. En effet, la pugnacité de deux fronts constitue pour l’adversaire un facteur d’incertitude, l’obligeant à partager son assaut initial ; elle permet en retour à la « collectivité » atlantique de pratiquer des diversions, par le flanc et dans une stratégie de revers. En outre, comme une agression au centre contre un pays aussi riche et industriel que l’Allemagne peut se révéler trop risquée (comme facteur d’un déclenchement plus rapide du recours aux armes nucléaires), il n’est pas impensable que les scenarii aient envisagé une attaque se portant d’abord sur la Turquie dont le territoire offre deux points de frappe « évidents » – les Détroits (par mer et par terre) et la frontière du Caucase. On comprend combien, déjà à ce stade, l’Allemagne est impliquée dans une forte interrelation stratégique avec la Turquie.

  • 31 L’un à cause de son statut de vaincu, l’autre par manque de moyens.
  • 32 Livre blanc sur la Défense de Helmut Schmidt, paru en septembre 1979.
  • 33 On est bien loin, on le voit, d’une conception française de la défense stratégique.

40En conséquence, on observe chez eux une même attitude vis-à-vis des Etats-Unis, faite d’attachement quasi organique à cette puissance. Le souci commun de ces deux pays déficitaires en armement31 est de maintenir totale la solidarité américaine et de s’assurer de l’automaticité immédiate de l’engagement armé des États-Unis, seuls susceptibles de crédibiliser une dissuasion véritable et donc de limiter les dégâts sur leurs propres territoires. Cette question est très vite primordiale pour Ankara, en fait dès 1961 lors du retrait hors de Turquie des fusées Jupiter par les États-Unis en 1961. Elle l’est une nouvelle fois en 1964, lorsque l’OTAN décline tout intérêt pour la question de Chypre. Du côté allemand, rappelons qu’en 1979, un grand débat public, amorcé directement par le chancelier fédéral32, portera sur le fait que le traité SALT II sur la limitation des armements nucléaires, qui réduit la menace « à longue portée », favorise la multiplication des armes à moyenne portée. Après avoir acquis le principe d’une installation de missiles balistiques sur son territoire, l’Allemagne en vient paradoxalement à se battre pour que la responsabilité de leur mise à feu ne soit pas « nationale » mais américaine33. Ces deux pays sont aussi, à des stades divers – pour l’Allemagne, dans le cadre des armements atomiques et nucléaires -, dépendants des États-Unis en ce qui concerne leur approvisionnement.

Un échange fécond

41Résultat de ces considérations : dans une même situation de « dépendance », certes à des niveaux de puissance et d’importance différents, l’Allemagne, par une sollicitude particulière témoignée à l’endroit de la Turquie, acquiert peu à peu le rôle d’alliée attentive.

  • 34 Réponse du secrétaire d’État auprès du ministre chargé de la Coopération économique, M. Brück à la (...)

42Il faut d’abord signaler que l’aide apportée à la Turquie par l’Allemagne jusqu’aux années 1979 est de loin la plus substantielle de celle de tous les partenaires européens. En ce qui concerne son aspect militaire, elle prend la forme à partir de 1964 d’un versement régulier, programmé en tranches de 18 mois, d’abord de 50 millions DM (4 tranches), puis du double (6 tranches) et enfin de 130 millions pour le dernier, soit un total de 930 millions à la fin 1979 – sans compter pour l’année 1976, une aide matérielle en armements usagés de 500 millions DM. On ne s’étonnera pas de ce que cette aide allemande veuille explicitement pallier les effets néfastes de l’embargo américain voté en 1975. L’aide économique, amorcée pour sa part dès 1958, se décompose ainsi34 : une aide financière d’un montant de 3,15 milliards DM (y compris l’aide extraordinaire de 1979), dont 1,75 milliard en crédits de projets, 105 en crédits de marchandises et 357 millions de crédits de stabilisation ; une aide technique s’élevant à 314 millions DM ; enfin un rééchelonnement de dettes pour un montant global de 1,4 milliard DM. Par ailleurs, la part allemande dans les prêts extraordinaires effectués dans le cadre de la CEE (premier et deuxième protocoles financiers de 1963 et 1970) s’élève à 472 millions dont 389 effectivement versés.

  • 35 H. Keskin, Vom osmanischen Reich zum Nationalstaat, Berlin 1981. L’auteur n’hésite pas à écrire : (...)
  • 36 Türkiye Istatistik Yıllığı 1979, Ankara, 1979, pp. 325-326.

43D’autres critères économiques rendent tout aussi bien compte de la prépondérance allemande dans les relations extérieures de la Turquie au cours de cette période. Du point de vue du capital privé étranger investi en Turquie au titre de la loi turque 6224, la part allemande (au quatrième rang en 1965 avec 90 millions TL et 14,6 % de l’ensemble) occupe la première place à la fin de 1972 avec 16,3 % de l’investissement général étranger, pour un montant de 304 millions répartis dans 23 projets (une progression de 238 % en 7 ans35). Pour ce qui est des échanges commerciaux, sur les années 1975 à 1978, la part allemande des importations turques s’élève à 22, 3 % (1975), 18,4 % (1976), 16,2 % (1977), 17,6 % (1978) du total général (environ 45 % des importations à partir de la CEE) et celle des exportations turques à 21,8 % (1975), 19,3 % (1976), 22,3 % (1977), 22 % (1978) du total des exportations (soit 50 % du montant importé par la CEE36).

44On note également une convergence d’attitude envers les pays de l’Est. L’autre versant des analogies stratégiques exposées plus haut est que, par leur situation exposée, ces deux pays ne sont pas insensibles à tout ce qui figurerait pour eux une diminution du risque ; c’est ainsi que l’attitude de l’Allemagne s’est faite pleine de compréhension pour une certaine diversification des relations diplomatiques de la Turquie envers ses pays riverains au début des années 1960 ; en retour, bien qu’a priori plus exposée par ce projet, la Turquie n’hésita pas à appuyer l’Ostpolitik de W. Brandt dans les années 1970, admettant fort bien qu’une logique nouvelle et particulière puisse supplanter une logique « atlantique ». Ces tolérances expriment que les deux pays cherchent aussi une alternative à la structure atlantique, laquelle n’est scrupuleusement acceptée que par nécessité. Autrement dit, l’attachement de ces deux pays à l’Alliance atlantique et à leur principal pourvoyeur que sont les États-Unis, est proportionnel à la délicatesse de leur situation, mais reste attentif à tout ce qui peut déboucher sur un contexte différent.

45Si l’on veut synthétiser les éléments de ce lien turco-allemand, on peut dire que l’Allemagne est tout à la fois un fournisseur orthodoxement « atlantique » et respectueux de ses charges d’allié, mais aussi un partenaire « plus européen » que les États-Unis, conscient des particularités d’une référence géopolitique différente de la référence américaine. Plus que tous les partenaires européens, il reste attentif à une cohésion globale envers la Turquie, directement intéressé à la présence d’un flanc stratégique qui ne serait pas un dispositif simplement marginal. Il offre en outre, surtout à des moments de tension entre Ankara et Washington, la possibilité d’une polarisation européenne, importante au début des années 1970 quoique attentive à ne pas sacrifier des données géopolitiques nationales comme l’ouverture à l’Est.

  • 37 Sur cette question, voir le Working Paper préparé pour le World Employment Programme de Faruk Sen  (...)

46L’Allemagne est de plus un pays avec lequel la Turquie entretient un flux toujours croissant en marchandises et en ressources humaines qui aide grandement à la connaissance et à la reconnaissance de l’autre (ce qui se traduit, par exemple, par l’importance de la turcologie en Allemagne). Il ne faut bien sûr pas négliger le développement de l’émigration turque vers l’Allemagne. Au moment où ce pays joue à fond le rétablissement de sa puissance sur l’édification de sa capacité industrielle et économique, cette émigration est un phénomène étalé dans le temps, qui débute dès 1958 avec l’apparition en Turquie de recruteurs allemands et surtout en 1961, avec l’accord bilatéral germano-turc ; rapidement, elle touche un nombre croissant de personnes, passant de 2 500 en 1960 à 1,26 million en 1979. Initialisée par une économie allemande à la recherche de main-d’œuvre, l’immigration turque est au début d’autant moins problématique qu’elle concerne une population masculine, surtout issue des villes, souvent éduquée et spécialisée professionnellement, et venue en Allemagne avec l’idée d’un séjour relativement court37. Pour l’Allemagne, l’aubaine est appréciable ; pour la Turquie également, qui profite du fort taux d’épargne de cette population célibataire émigrée et voit quadrupler de 1970 à 1973 le montant des capitaux transférés depuis l’Allemagne, ce qui rééquilibre pour moitié son déficit commercial.

47La mobilisation que l’Allemagne va organiser en faveur de la Turquie à la fin des années 1970 nous semble exemplaire de ce que sont devenues ces relations tissées au fil des ans. Qu’en est-il de ce véritable sauvetage ? Sur fond de désordres internes, la conjonction de la crise du pétrole de 1973, de l’aventure militaire turque à Chypre Nord en été 1974 et des représailles qu’elle déclenche de la part des puissances occidentales -alliées à la Turquie dans le système OTAN – conduit la Turquie dans les dernières années de la décennie à une faillite économique et politique générale, que l’isolement diplomatique et les tensions internes transforment bientôt en une situation de quasi-guerre civile. A ce stade, l’affaire de Chypre autant que l’arrêt de toute aide économique et militaire, d’origine européenne comme américaine, ont fait douter nombre d’esprits turcs de la compatibilité des intérêts nationaux avec les intérêts occidentaux. La Turquie, exsangue et se jugeant délaissée par ceux qui sont ses alliés, est alors à la recherche d’une troisième voie diplomatique. Il revient à l’Allemagne de mobiliser dès 1979, dans un programme d’envergure internationale, une aide globale d’un milliard $, immédiatement cessible, bientôt accompagnée, en 1980, d’un plan de rééchelonnement des dettes publiques (d’un montant de 3 milliards de $) et privées (2,4 milliards $). L’initiative de l’Allemagne consiste en 1979 à tirer le signal d’alarme et à persuader ses partenaires atlantiques qu’au lieu de fustiger l’absence de parité avec la Turquie et se borner aux quelques livraisons rituelles de matériel militaire, il est désormais nécessaire d’envisager une action générale en faveur de ce pays, au risque, sinon, de le voir renoncer à son inclination occidentale. Elle les amène à accepter de fournir une aide économique substantielle et appropriée au rééquilibrage fondamental des relations entre les partenaires. En fait, l’Allemagne réussit à inscrire au rang des priorités « atlantiques » un lien indispensable entre crédibilité stratégique et continuité du développement économique, lien dont la Turquie tentait depuis longtemps de persuader ses partenaires.

Un partenariat à redéfinir ?

48L’époque succédant au coup d’État militaire de 1980 est pour la Turquie celle d’une évolution rapide. Porté au pouvoir par les élections de 1983, le Premier ministre Özal, candidat semi-indépendant du pouvoir militaire, met en chantier une réforme approfondie des rapports économiques internes et extérieurs, transformant à coups de mesures ponctuelles essentiellement pratiques, une grande partie de l’édifice « étatiste » hérité du kémalisme. Reconnu par le FMI pour sa politique libérale, il rend à la Turquie une certaine respectabilité économique et financière, ce qui lui permet d’ouvrir deux perspectives nouvelles.

49Mettant d’abord les acquis économiques au service de la politique stratégique, il se concilie les militaires en promouvant l’édification d’une industrie nationale d’armement – entreprise onéreuse, longue et exigeant un transfert de technologie. Après 1985, à son initiative, s’amorce avec les États-Unis mais aussi avec tous les autres alliés – et surtout la RFA -l’abandon progressif de toute aide militaire officielle (trop souvent sujette à des polémiques, au gré des Turcs) au profit de la fondation d’une industrialisation de haute technologie qui flatte – en même temps qu’elle en dilue les aspérités – l’idée d’autonomie nationale.

50Ensuite, il entend profiter de ce que, à partir de décembre 1986, la Turquie est en droit de réclamer la libre circulation de ses citoyens dans l’ensemble géographique du Marché commun. Mais, comprenant qu’il vaut mieux surseoir à une échéance qui ne sera pas acceptée par des économies désormais saturées d’immigration (au premier rang desquelles l’Allemagne), Özal préfère se réserver l’occasion de poser un peu plus tard – en avril 1987 – une demande globale d’entrée dans la Communauté économique. En mars 1988, il réalise certaines réformes juridiques et politiques en vue de conformer la Turquie aux normes communautaires : 21 mesures sont prises pour adapter dans le domaine des libertés, la juridiction turque à celles de ses futurs partenaires ; de même, l’ex-général Evren, président de la République, aborde le sujet de l’abolition de la peine de mort et de la légalisation du parti communiste. Un processus s’engage donc du côté turc, où l’Europe politique joue un rôle à plusieurs niveaux, comme argument essentiel du décollage « libéral » du Premier Ministre mais aussi comme garantie de démocratisation du régime, sur des bases pluralistes.

51Interviennent toutefois, à la fin des années 1980, deux incidences majeures qui obèrent grandement cette nouvelle trajectoire : d’une part, l’implosion du régime soviétique, qui pose automatiquement la question du bien-fondé d’une structure « atlantique », et, d’autre part, le refus brutal par la CEE (1989) d’une intégration de la Turquie en son sein, un refus qui heurte un vieux rêve et remet directement en cause l’idée d’une quelconque parité.

52Sur le plan stratégique, cette disparition du grand ennemi de la guerre froide implique concrètement deux retournements : d’abord, un désintérêt plus grand pour les forces classiques, de tout temps privilégiées par Ankara à défaut d’avoir directement possédé des armes de dissuasion ; et en corollaire, une réduction des dépenses consacrées à l’industrialisation militaire dont la Turquie est justement en train de poser les bases sous couvert de standardisation des armements atlantiques. En ce qui concerne la perspective européenne, c’est toute la logique engagée depuis l’accord d’association avec la CEE de septembre 1963 qui est touchée ; c’est toute une finalité de l’effort de développement turc, vue parfois comme un antidote à l’ingérence américaine, qui est remise en cause.

53A partir du moment où ces deux fondements de l’évolution économique et politique de la Turquie sont ébranlés, quelle réorientation est encore possible et selon quelles priorités ? En réponse à cette question, la Turquie a d’abord esquissé deux scénarios.

54Le premier scénario est celui de la diversification des partenaires, plus facile à concrétiser sur le plan économique que stratégique.

55Sur le plan économique, on a vu Ankara, à côté d’ouvertures vers les pays arabes et musulmans (via l’OCI) et vers l’Extrême-Orient (Japon et « dragons » asiatiques), chercher à développer à la fin des années 1980 ses échanges avec les anciens pays de l’Est, centre-européens, mais l’optique d’un élargissement européen postérieur à la guerre froide lui retira assez vite cette carte. La réorientation déterminante, sur ce registre, s’est faite vers les territoires du nord. D’abord, la Turquie s’est efforcée de mettre en place (les premières rencontres débutent en décembre 1990) une zone de « Coopération économique des pays riverains de la mer Noire ». Instituée à Istanbul en juin 1992, cette zone regroupe 11 pays : Albanie, Arménie, Azerbaidjan, Bulgarie, Géorgie, Grèce, Moldavie, Roumanie, Russie, Turquie, Ukraine. En février 1993 est même décidée la création d’une Assemblée parlementaire de cette zone économique. Mais le schéma le plus important fut la naissance (ou la renaissance) d’une aire « turque » et turcophone, incluant les ex-républiques centre-asiatiques. La mobilisation à leur égard fut intense depuis le début des années 1990, même si, là encore, le cours politique de cette évolution a été incertain, tiraillé entre une volonté d’autonomie des nouveaux États et la peur, pour la Turquie, de contrarier un lien direct avec Moscou dont elle commençait à tirer un certain profit. Ce cadre nouveau de relations a été de plus affecté par de nombreux conflits régionaux vis-à-vis desquels la position russe fut elle-même fluctuante.

56Sur le plan stratégique, par contre, la Turquie, sous l’autorité du même T. Özal, devenu entre-temps président de la République, adopta une ligne plus conformiste pour en revenir, semble-t-il, à un alignement total sur la politique occidentale, en profitant de l’occasion que lui donnait le conflit avec l’Irak (pourtant un de ses meilleurs partenaires dans les années 1980). Ce contexte lui permettait, en effet, de réactiver à son profit la solidarité « atlantique ». Un engagement turc du côté occidental démontrait non seulement que l’OTAN n’était pas encore une structure désuète, mais aussi que, malgré une inflexion durable de la situation internationale, la Turquie occupait par nature, et à l’exclusion de tout autre pays « atlantique », un rôle indispensable au Proche-Orient, et que son apport, autrefois marginal, pouvait y devenir central. En épousant les arguments du Pentagone, elle se posa en avant-poste irremplaçable, éventuel promoteur d’un nouvel ordre politique régional.

57Rappelons cependant à ce sujet que l’épisode de la guerre du Golfe a fait hésiter la RFA, pourtant toujours sensible aux préoccupations turques, à entériner l’aide collective promise à Ankara pour la dédommager de ses disponibilités pro-occidentales. Tenue par ses propres lois à une non-intervention vis-à-vis des conflits extérieurs, l’Allemagne a craint que ce qu’elle considérait comme un opportunisme turc, n’entrainât un véritable emballement de la dynamique « atlantique » et en conséquence la contraigne elle-même à une implication belliqueuse croissante. L’épisode engendra un net refroidissement des relations entre les deux pays, qu’illustra l’accusation faite à la Turquie d’utiliser le matériel livré par l’OTAN, parmi lequel des livraisons allemandes, pour sa lutte anti-kurde. Les Kurdes étant fortement représentés en Allemagne et ayant sensibilisé l’opinion publique à leur sort, la Turquie se retrouva en butte aux reproches de l’opinion et des autorités allemandes, qui ne voulaient pas voir le contentieux turco-kurde se développer sur le territoire allemand.

  • 38 Pour un plus grand développement de cette perspective nouvelle qui intéresse aujourd’hui la Turqui (...)

58Aujourd’hui, la perspective qui se dégage de cette évolution apparaît un peu comme une synthèse des deux stratégies énoncées précédemment, dans laquelle la Turquie cherche à mettre à profit sa proximité de deux zones particulièrement sensibles : d’un côté, le Proche-Orient, source importante de l’approvisionnement énergétique occidental et zone de conflits multiples et difficiles, de l’autre une zone qui s’avère conjointement un fructueux marché potentiel à travers le relais turc, mais aussi le réservoir de nouvelles ressources énergétiques appelées sans doute à se substituer à celles du Proche-Orient. Dans cette configuration de proximité, la Turquie semble aujourd’hui tentée par un schéma assez ambitieux, celui de pôle stabilisateur qui, mettant à profit ses liens avec un Occident développé, deviendrait, d’une part, le débouché vers l’Europe et vers l’Occident de la capacité énergétique du « bassin caspien » (ceci à une échéance de 20 à 30 années) et donc un élément prioritaire de l’approvisionnement occidental, en même temps qu’un poste avancé des efforts occidentaux de pacification du Moyen-Orient, ou du moins de surveillance de cette zone de conflits majeurs et endémiques entre les États, comme entre ceux-ci et leurs minorités38.

59En ce qui concerne maintenant, plus particulièrement, la place que la Turquie envisage pour l’Allemagne réunifiée dans ces projets que lui ouvre la perspective centrasiatique, l’idée, entrevue dans certaines déclarations, serait en fait multiple. Il s’agirait d’instaurer une coopération commune vers ces pays, dont l’Allemagne serait ou un animateur financier ou un animateur « technologique », et dont la Turquie, grâce à sa main-d’œuvre serait le réalisateur. La Turquie apparaîtrait comme un découvreur de régions nouvelles, pour lesquelles elle deviendrait un intermédiaire obligé. Cette évolution lui permettrait d’avoir deux fers au feu : celui de la diversification dont elle fait un principe dynamique et organisateur de sa diplomatie ; et celui de l’intéressement d’un partenaire allemand privilégié, soit pour lui-même (on connaît son intérêt pour les échanges commerciaux et pour les régions du centre ou de l’est de l’Europe), soit comme maillon déterminant d’une démarche collective, européenne bien sûr.

60Vu, en retour, d’Allemagne, ce partenariat avec la Turquie a subi une inflexion majeure que nous définirons ainsi : la disparition du monde soviétique a permis un recentrage de la politique allemande sur des options particulières et désormais déterminées de manière autonome. Dans cette évolution, les termes de l’entente qui existaient autrefois avec la Turquie se sont érodés et sont dorénavant évalués à l’aune de la situation intérieure allemande, au regard de laquelle ce qui passait auparavant pour avantages, s’est mué en de véritables inconvénients. L’évolution aidant, la Turquie est passée, aux yeux de l’Allemagne, d’une opportunité extérieure au rang de problème intérieur.

61D’abord, dans une économie allemande qui a acquis non seulement maturité, indépendance mais aussi prédominance en Europe, les besoins de main-d’œuvre ont disparu. Et la présence turque, de contribution économique, est devenue un véritable problème social doublé d’un problème culturel. La communauté turque a en effet connu une importante mutation après 1974, du fait que, tout en refusant les travailleurs, l’Allemagne a favorisé le regroupement familial. Ceci en a fait la communauté étrangère la plus nombreuse en Allemagne. A l’égard d’une population désormais composée majoritairement de personnes non actives (femmes et enfants), d’origine de plus en plus rurale, les autorités allemandes se sont trouvées confrontées à un surcroît de demandes sociales liées à une scolarisation difficile, à l’analphabétisme ou à la non-intégration linguistique des nouveaux venus. Des quartiers entiers de certaines villes, devenus « quartiers turcs » (dont le plus connu est Kreuzberg à Berlin), ont ensuite généré des problèmes de cohabitation avec la population allemande, à propos de la fréquentation des lieux publics, des marchés, de la répartition scolaire, etc.

62La difficulté d’intégration favorisa en retour la perpétuation, au sein de la communauté turque, de modes de vie traditionnels (segmentarisation des liens sociaux à partir des lieux d’origine, de parentèle, regroupements claniques) et, partant, l’importation en Allemagne de conflits existant en Turquie (antagonismes entre Turcs et Kurdes, entre sunnites et alevi, entre courants de droite et courants de gauche). Ceci attisa des réactions de rejet dans la population allemande et l’apparition d’une xénophobie précisément ciblée (comme le mot d’ordre « Türken raus ! ») sur fond d’une réunification allemande plus difficile que prévue.

  • 39 La dernière dénomination donnée en Allemagne aux Gastarbeiter est un chef-d’œuvre d’ambiguïté puis (...)
  • 40 Ce qui fit dire à la députée CDU Cornelia Schmalz-Jakobsen que le système « favorise la production (...)

63Sur cette dialectique classique, se greffent l’émergence de la deuxième génération et les attentes en matière de niveau de vie. La population immigrée abandonne, peu à peu, l’idée de retour au pays, en lui préférant l’installation dans un confort social bien supérieur à celui du pays d’origine. Dans la pratique, cette évolution se traduit par des signes précis de sédentarisation tels que achats de logement, création d’entreprises, argent investi en Allemagne aux dépens d’une épargne réalisée en Turquie, etc. Traduites en chiffres, ces évolutions donnent actuellement une population turque de plus de deux millions de personnes dont 70 % sont installées depuis plus de 10 ans et 20 % depuis plus de 20 ans. A 63 %, elle est composée de personnes de moins de 30 ans, qui, pour beaucoup, éprouvent des difficultés à trouver leurs repères culturels. Enfin, c’est une population repliée sur elle-même, dans la mesure où le système allemand n’envisageant, jusqu’à il y a peu, aucune intégration possible de ces populations étrangères39, leur concédait néanmoins, en plus de la liberté d’association, certaines représentations locales (Ausländerbeiräte ou Conseils d’Étrangers) ou professionnelles, qui furent le plus souvent employées à renforcer le caractère communautaire de cette population immigrée40. La présence turque en Allemagne est donc devenue un problème interne à paramètres et à risques durables.

64Deuxième évolution, la fin du danger soviétique a fait perdre le lien de « nécessité » qui s’était établi entre l’Allemagne et la Turquie, dont les paramètres d’évolution respectifs vont désormais diverger. L’Allemagne, devenue moteur de l’Europe et puissance décidante, semble vouloir se déterminer par rapport à ses nouvelles responsabilités. La perspective d’avoir un rôle important à jouer en Europe la pousse à se soucier d’établir une bonne définition de ce que sera celle-ci, et donc du cadre dans lequel elle-même aura à tenir son rôle. Pour les Allemands, c’est une approche plus restrictive qui prévaut désormais, pour circonscrire un cadre que l’on veut, dès le départ, libre de toute situation à risque. De plus, l’Allemagne retrouve aussi, comme dynamique de développement, ses liens avec une Europe orientale plus proche et directement concernée par la promotion d’un ensemble européen élargi où la Turquie apparaît plus lointaine et plus aléatoire. C’est ce qui a conduit l’Allemagne, au grand étonnement de tous, à refuser, lors du sommet européen de Luxembourg en décembre 1997, l’enregistrement par Bruxelles de la candidature turque à un plein partenariat au sein de l’Union européenne, alors que celle de Chypre était acceptée. Ce refus déclencha une crise majeure entre les deux anciens partenaires, que ne tempère aujourd’hui que légèrement le fait qu’un sommet suivant, à Helsinki en décembre 1999, a désormais entériné cette candidature turque « à la candidature ». La relation turco-allemande est aujourd’hui à l’heure de l’expectative ou d’une redéfinition.

Notes

1 Exilé à Istanbul durant la période nazi, le futur bourgmestre de Berlin, Ernst Reuter, turcologue averti, parla un des premiers de cette fatalité « tragique » dans un article paru dans le Neue Zeitung du 21/04/1947 : « Türkei im Brennpunkt ». Reproduction de cet article dans « Atatürk in deutscher Sicht », Deutsche Welle-Dokumente n° l, Köln, 1982.

2 Esquissés par Selim III (1789-1807), les fondements des réformes sont posés par Mahmud II (1807-1839). Néanmoins, l’initiateur le plus connu de ces réformes sera le sultan Abdul Mecid (1839-1861).

3 Voir R. Davison : « Ottoman diplomacy at the Congress of Paris (1856) and the questions of Reforms », VII" Turk Tarih Kongresi, Public du Turk Tarih Kurumu, 1973, p. 581-586.

4 Voir S. Deringil : « Aspects of continuity in turkish foreign policy : Abdülhamid and Ismet Inönü », International Journal of Turkish Studies, vol. 4, n° 1, 1987, p. 39-54.

5 Voir pour une analyse « à chaud » de la diplomatie allemande : R. Pinon : L’Europe et la Jeune Turquie, Paris, 1911.

6 Cité par F. Adanir : « Wandlungen des deutschen Türkeibildes », Zeitschrift für Türkeistudien, vol. 2 (1991), s.195-211.

7 Voir K. Dede : « Prophet wider Willen, die erstaunliche Karriere des türkischen und deutschen Generalfeldsmarschalls Colmar Freiherr von der Goltz-Pascha », Mitteilungen der Deutsch-Türkischen Gesellscha.fi, Heft 113, déc. 1990, pp. 45-61.

8 La part de l’Allemagne dans le commerce ottoman passe de 2 % en 1878, à 12 % pour les importations et 7 % pour les exportations en 1914. L’Allemagne ne compte que pour 7,5 % de la dette publique ottomane en 1881 ; cette proportion passe à 15 % en 1898 et atteint 21 % en 1914 ; énoncé par F. Georgeon, « Le dernier sursaut (1878-1908) », in R. Mantran (éd) : Histoire de l’Empire ottoman, Fayard 1989, p.565.

9 F. Georgeon. op. cit., p. 566.

10 « Ce furent surtout des “impérialistes libéraux” et des “connaisseurs de l’Orient” comme von der Goltz qui se prononcèrent pour recommander une nouvelle voie et de nouveaux moyens d’une politique “turque” (...). En 1901 fut fondée la Société asiatique allemande, en 1905 fut créée la Société allemande pour l’Asie mineure. » F. Adanir, loc. cit.

11 Von der Goltz refait une mission en Turquie en 1909 ; en octobre 1915, lui est offert un commandement dans la VIe Armée ottomane, en Irak, où il meurt en mars 1916.

12 Cité par I. Farah, Die deutsche Pressepolitik und Propagandatätigkeit im osmani-schen Reich von 1908-1918, Beyrouth, 1993, p. 166.

13 Archives du Auswärtigen Amt, Bonn Türkei 203 Bd 8, cite par F. Adanir, p. 203.

14 Sous le commandement duquel Mustafa Kemal fera pièce au débarquement anglo-français des Dardanelles, en 1915.

15 J’indique à ce propos l’hypothèse formulée, documents à l’appui, par S. Yerasimos : « Et si l’amirauté britannique avait volontairement laissé échapper les Allemands pour renforcer ainsi la flotte ottomane en mer Noire et éviter une attaque russe contre Istanboul ? » ; voir son article : « Dix jours en Méditerranée » in « Istanbul 1914-1923 », Autrement, n°14, mars 1992, pp. 43-61.

16 Y compris dans l’administration des Chemins de fer.

17 Dont une des conceptions est alors que les bases de la langue soient aussi celles du commerce.

18 K. Kreiser, « Le rôle de la langue française en Turquie et la politique culturelle allemande au début du xxe siècle », in H. Batu et J.L. Bacqué-Gramont (éds) : L’Empire ottoman, la république de Turquie et la France, Isis, Istanbul, 1986, p. 407.

19 Voir la série de travaux sur le sujet, collationnés dans Beiträge zur Hochschulforschung, 1/2-1990.

20 Cf. Kreiser, op. cit. pp. 413 sq.

21 Au sujet de la francophonie de la presse turque, G. Groc et I. Çağlar : La presse française de Turquie de 1795 à nos jours, Istanbul. 1985 : voir également I. Farah, op.cit.

22 Cité par C. Koçak, « Die Wiederaufnahme der deutsch-türkischen Beziehungen nach dem ersten Weltkrieg », in iL Bacqué-Gramont (Hrsg) : Türkische Miszellen Robert Anhegger Festschrift, Istanbul, 1987, pp. 193-198.

23 R. Erichsen. « Die Wirkungsgeschichte der Emigration deutschsprachiger Mediziner in die Türkei », Mitteilungen der Deutschtürkischen Gesellschaft, Heft 112, déc. 1989, p. 30 sq.

24 Mars 1946, date de la première véritable réponse américaine aux pressions russes, date de la première apparition de ce que l’on appellera plus tard la diplomatie de la US Navy et date de la première intervention occidentale en faveur de la Turquie : les États-Unis envoient à Istanbul le croiseur Missouri.

25 La doctrine Truman.

26 Groc, G., L’OTAN, révélateur de la Turquie actuelle (1945-1980), thèse de 3e cycle, 1981, Aix. 320 p.

27 Cette période correspond d’ailleurs pour l’Allemagne elle-même, à une évaluation aiguë des risques militaires, liée à la récente érection du mur de Berlin.

28 Turkish Yearbook of International relations, Ankara, 1963, Chronology, p. 322.

29 Cf. OCDE, Études économiques, Turquie, août 1976, p. 68.

30 Cité par P. Gallois, « L’OTAN et son avenir ». Politique internationale, n°43. p. 355.

31 L’un à cause de son statut de vaincu, l’autre par manque de moyens.

32 Livre blanc sur la Défense de Helmut Schmidt, paru en septembre 1979.

33 On est bien loin, on le voit, d’une conception française de la défense stratégique.

34 Réponse du secrétaire d’État auprès du ministre chargé de la Coopération économique, M. Brück à la question écrite de M. le député Niegel (CDU), Protokoll der 184. Sitzung des Deutschen Bundestags am 9.11.1979, Presseamt der Bundesregierung.

35 H. Keskin, Vom osmanischen Reich zum Nationalstaat, Berlin 1981. L’auteur n’hésite pas à écrire : « Depuis le début des années soixante-dix, la RFA a totalement repris en Turquie le rôle dominant qu’avaient jusqu’alors les États-Unis » (p. 186).

36 Türkiye Istatistik Yıllığı 1979, Ankara, 1979, pp. 325-326.

37 Sur cette question, voir le Working Paper préparé pour le World Employment Programme de Faruk Sen : Problems and integration constraints of turkish migrants in the Federal Republic of Germany, International Labour Office, Genève 1990, ainsi que le numéro bilan : « L’immigration turque en France et en Allemagne », CEMOTI, n°13, Paris, 1992, avec entre autres, des articles de R. Kastoryano, F. Sen, D. Akagül. Voir aussi de S. de Tapia (dir), « Turcs d’Europe et d’ailleurs », Les Annales de l’autre islam, n°3, Paris, Presses des Langues’O. 1996.

38 Pour un plus grand développement de cette perspective nouvelle qui intéresse aujourd’hui la Turquie, nous invitons le lecteur à se reporter à notre deuxième étude proposée dans ce volume sous le titre « Le paramètre turc dans l’espace public méditerranéen ». En effet, la synthèse entre un rôle possible de la Turquie au Proche-Orient et ses capacités à participer à l’essor de l’Asie centrale semble peu à peu s’ordonner dans la promotion, pour elle, d’un nouvel ensemble régional méditerranéen-oriental, autour duquel elle commence à poser certains jalons. Aussi nous a-t-il semblé plus approprié de développer cette analyse sous la rubrique des rapports de la Turquie avec l’espace public méditerranéen.

39 La dernière dénomination donnée en Allemagne aux Gastarbeiter est un chef-d’œuvre d’ambiguïté puisqu’on les appelle ausländische Mitbürger ce qui signifie « étrangers » mais néanmoins « concitoyens », ce qu’on peut exprimer par l’expression plus triviale selon laquelle « ils ont le droit de payer des impôts mais pas de voter ».

40 Ce qui fit dire à la députée CDU Cornelia Schmalz-Jakobsen que le système « favorise la production d’étrangers au cœur même de la société allemande ».

Notes de fin

* Chargé de recherches au CNRS, IREMAM

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable