Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Première partie. Usages de l’histoire

5. L’héritage diplomatique des deux Allemagnes

Jürgen Hösel

Texte intégral

  • * Centre d’études sur l’Orient moderne, Berlin.

1Note portant sur l’auteur*

2Dans cette brève contribution, je voudrais proposer cinq réflexions sur des points qui, de mon avis d’historien berlinois, contribuent à caractériser l’histoire et l’héritage actuel des deux Allemagnes au Proche-Orient.

31) Il faut d’abord rappeler que l’histoire allemande, responsable de deux guerres mondiales et des crimes commis contre les Juifs, a eu des effets indirects considérables sur la vie des Palestiniens, des Israéliens et de leurs voisins arabes. Cet héritage est un fardeau qui a lourdement pesé sur les relations des Allemands avec le Proche-Orient.

42) Après 1949, les Allemands de l’Ouest et de l’Est ont agi en acteurs supplétifs des deux coalitions mondiales. Ce fait a marqué profondément l’attitude des deux parties de l’Allemagne à l’égard des événements historiques du Proche-Orient, et leur manière d’agir dans la région. Influencés par une rivalité inter-allemande nourrie de cette appartenance à des camps politiques et militaires différents, et guidés par des objectifs diplomatiques et des intérêts commerciaux divergents, les deux frères ennemis ont agi l’un contre l’autre. Ainsi, leurs positions respectives à l’égard d’Israël étaient non seulement le résultat, mais aussi l’instrument des querelles inter-allemandes en matière de reconnaissance diplomatique et d’influence dans la région.

5Les Allemands de l’Ouest, avec leurs capitaux, ont propagé les idées de démocratie et de liberté de marché. Les Allemands de l’Est, guidés par les idées de lutte des classes, se réclamèrent de leur système de parti unique et de la théorie de l’industrialisation rapide. Dans la compétition inter-allemande pour intégrer les Nations unies, Bonn a exigé une représentation unique et exclusive et a commencé, pour ce faire, dès 1963, à payer des réparations à Israël. En 1965, il a reconnu officiellement l’État d’Israël et lui a livré des armes, mais a dû supporter en retour la rupture des relations diplomatiques avec neuf États arabes. Ces développements altérèrent la position de l’Allemagne fédérale au Proche-Orient tandis que la RDA consolidait ses positions, surtout après la guerre des Six jours (1967). En conséquence, la reconnaissance diplomatique de la RDA dans cette région débuta en 1969 par l’établissement de relations avec cinq pays arabes : l’Irak (mai 1969), le Soudan (juin 1969), la Syrie (juin 1969), l’Égypte (juillet 1969) et la république populaire du Yémen (juillet 1969).

6L’échec d’une représentation exclusive à l’ONU fut l’occasion, pour la République fédérale, d’un changement de ligne politique et d’orientation diplomatique. Le nouveau gouvernement exerça à partir de 1969 une politique de « changement par le rapprochement » vers les pays de l’Europe de l’Est et il accepta ainsi une situation de droit international issue de la deuxième guerre mondiale. Durant cette période, des traités concernant Berlin et le principe des relations entre les deux États allemands furent conclus. En 1973, débuta, dans une Europe partagée, le processus d’Helsinki sur la sécurité et la coopération. Les Nations unies accueillirent des « Allemands dédoublés », c’est-à-dire deux États allemands, la RFA et la RDA, dotés des mêmes droits.

7C’est dans le cadre de la Communauté européenne que Bonn normalisa ses relations avec les pays arabes. Mais la situation issue de la guerre d’octobre 1973 et les problèmes économiques mondiaux, notamment liés à la crise du pétrole, ont amené toutes les parties concernées à une réflexion complémentaire. Pendant que Menahem Begin, Anouar el Sadate et Jimmy Carter se réunissaient à Camp David pour endiguer la guerre au Proche-Orient, l’acte final d’Helsinki introduisait en Europe de l’Est une nouvelle manière de penser (en arabe : al-tafkir al-gadid) concernant particulièrement les droits de l’homme.

8Michael Gorbatchev a engagé à partir de 1995 des réformes en Union soviétique et agi sur le plan international, en vue de mettre fin à la guerre froide. A cette époque a commencé une période d’édification de « ponts ». Les Palestiniens ont cru en l’homme du Kremlin. Mais leur intifada a aussi fait comprendre qu’ils ne voulaient plus confier leur destin aux deux super-grands ou aux Arabes et avaient l’intention de suivre leur propre chemin. Au Proche-Orient, de plus en plus de forces et de mouvements ont élevé leur voix, pour demander une réconciliation entre Israëliens, Égyptiens, Palestiniens et Jordaniens. En Europe de l’Est commençait au même moment le processus de déclin des régimes au pouvoir qui a fini, à Berlin et en Allemagne, par la chute du mur, symbole de séparation et de confrontation.

93) La période où les Allemands de l’Ouest et de l’Est ont agi au Proche-Orient comme des concurrents se terminait. Mais l’exemple des « Allemands partagés-unis » montre qu’il est très difficile de surmonter les sentiments d’hostilité des années passées. Nous observons plus clairement aujourd’hui en Europe de l’Est, après la fin de la guerre froide, ce qu’étaient les influences externes et quels problèmes renvoyaient à des processus internes.

10De la même façon, nous sommes en train de mieux comprendre comment ces deux séries de facteurs, externes et internes, ont profondément influencé le Proche-Orient, en développant des dynamiques propres. Même si la fin d’une période de confrontation entre l’Ouest et l’Est a modifié la situation internationale, les bases internes des conflits existent encore et acquièrent une importance nouvelle. Plus clairement que dans les années passées, nous saisissons combien l’échange est nécessaire, par exemple entre les Arabes et les Israëliens, combien étroit est le champ de leur coopération et combien grands sont les obstacles qui restent à surmonter.

114) Comme en Allemagne, il semble qu’une tâche urgente au Proche-Orient est de rompre avec la « pensée ancienne » et de considérer la situation d’une manière nouvelle. Mais lorsque nous nous y essayons, les réminiscences, les préoccupations et les anciens sentiments nuisent souvent à une vue claire des choses. Les ennemis, qu’on avait rapidement accusés d’être à l’origine des problèmes internes, n’existent plus. Nous sommes en train d’apprendre, malgré les résistances internes, à travailler ensemble avec les « ennemis d’hier », pour être capables de résoudre les problèmes actuels. Des expériences historiques, ressort une leçon importante : il faut mettre fin aux tentatives d’imposer des modèles aux autres peuples.

125) Les historiens allemands engagent un processus de découverte de l’histoire des Allemands au Proche-Orient, qui leur permettra de mieux comprendre cette histoire. Des lois récentes ont notamment autorisé en 1992 l’ouverture des archives centrales d’Allemagne de l’Est.

13Qui veut savoir vers où les caravanes se dirigent doit analyser leurs itinéraires passés. L’étude du rôle des Allemands de l’Ouest et de l’Est en tant qu’anciens associés des États-Unis et de l’Union soviétique de 1949 à 1990 apporte un éclairage sur le développement des conditions internes et externes du conflit. Aujourd’hui, le processus de l’unification européenne et les développements internationaux appellent un rôle nouveau des Allemands au Proche-Orient : ils ne devraient plus, comme en 1991 dans la guerre du Golfe, agir seulement comme des fournisseurs d’armes. Le champ de la coopération pacifique avec cette région est étroit, et les tâches de développement économique, social et culturel très grandes.

14Ce fut un événement symbolique important de voir, en 1993, les anciens ennemis Yasser Arafat, Yitzhak Rabin et Shimon Perez se serrer la main. Rien n’est jamais totalement déterminé, car ce sont les hommes qui font l’histoire et qui seront, demain, capables de la faire changer de cap. Mais la construction pratique d’un esprit de connaissance et de compréhension mutuelles exige du temps et de la persévérance au plan politique, ainsi qu’une base économique stable.

15La réconciliation durable entre les Allemands et les Français et le processus de construction de l’Union européenne ont démontré que la volonté politique ne suffit pas. Il est nécessaire aussi que les conditions de vie des pays concernés soient harmonisées pour éviter l’émergence de conflits ou de problèmes nouveaux, qui mettraient en cause les résultats obtenus.

16Je terminerai cette intervention en formulant deux questions :

  • premièrement, sommes-nous vraiment entrés, après 1990, dans une période où les conflits internationaux se sont déplacés vers des scènes locales ?
  • deuxièmement, les conflits locaux ou régionaux ont-ils tendance à essaimer vers d’autres espaces, par exemple les juifs russes en Israël, les Algériens en France, les Turcs et Kurdes en Allemagne ?

Notes de fin

* Centre d’études sur l’Orient moderne, Berlin.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540