Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Première partie. Usages de l’histoire

4. De la « question d’Orient » aux affaires des Balkans ou du recours à l’histoire et de ses limites

André Martel

Texte intégral

  • * Professeur émérite à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Ce texte reprend, pour l’essentiel, une communication présentée le 13 septembre 1999 à Tunis à l’i (...)

2Une réflexion critique sur le passé aurait-elle pu permettre de prévenir les bouleversements qui, depuis dix ans, ébranlent les Balkans ou, du moins, d’éviter les erreurs commises par l’ONU et l’Union européenne en Bosnie et au Kosovo pour les résoudre ? Pareille question revient à s’interroger sur l’utilité et les risques de l’histoire dans l’interprétation pratique, et donc prospective, du présent. Elle conduit, en somme, à esquisser une méthode de passage de connaissances acquises, ou considérées comme telles, à des développements possibles, sinon probables ou prévisibles, et non à une solution unique que dicterait un prétendu déterminisme historique. Par ses implications nationales et régionales puis européennes et mondiales, aussi bien que par l’effet de données conjoncturelles sur ses fondements structurels et historiques, la désagrégation de la Yougoslavie se prête à un tel exercice1.

3Dans ce pays, depuis une décennie, se sont succédé trois conflits opposant les Croates aux Serbes (1991-1995), puis les Serbes aux Bosniaques ultérieurement soutenus par les Croates (1992-1995) et enfin les Kosovars aux Serbes (1998-1999), sans toutefois entraîner les Monténégrins et les Macédoniens. Des « guerres » qui ne mettent pas seulement en scène les protagonistes des affrontements évoqués mais aussi, directement ou indirectement, les pays voisins : Autriche, Hongrie, Albanie, Grèce, Bulgarie, voire Roumanie et Turquie appartenant à un même ensemble géopolitique : l’Europe danubienne et balkanique. Une crise « régionale » à laquelle l’implication de puissances extérieures, désireuses soit de précipiter les événements, soit de calmer le jeu, a donné une dimension « mondiale ». Car, de fait, la quasi-totalité des États européens (Allemagne, Italie, France, Royaume-Uni), ainsi que les États-Unis d’Amérique et la Russie (la Chine même), sont intervenus diplomatiquement, économiquement puis militairement pour imposer le respect de résolutions de l’Organisation des Nations unies avec, pour instrument, l’Organisation du traité de l’Atlantique Nord. Une ingérence autojustifiée à laquelle la Russie s’est associée faute de pouvoir l’empêcher.

  • 2 Selon l’esprit et la méthode de l’école française d’Histoire des relations internationales personn (...)

4A suivre les médias, l’implication des Grandes Puissances et plus encore les modalités de leur intervention constitueraient une donnée nouvelle dans l’ordre international, tandis que les tensions régionales traduiraient soit des séquelles idéologiques de la seconde guerre mondiale, soit le réveil de « tribalismes » nationalistes, compliqués de querelles religieuses, « anachroniques » à l’âge de la mondialisation sous le signe du libéralisme politique et économique. Rarement, pour expliquer la complexité et l’apparent illogisme de ces comportements, a été établi dans sa continuité évolutive le lien entre, d’une part, les données structurelles que sont les ethnies, les religions, les cultures, les nations, et, d’autre part, leurs relations dans un contexte international de plus en plus large et ouvert depuis la fin du Moyen Age2.

  • 3 C’est ici l’occasion d’évoquer quelques ouvrages d’ensemble qui, bien que parfois vieillis, consti (...)

5Or, ces interactions dans la longue durée faisaient déjà le propre de la question d’Orient, telle que devaient la connaître jusque dans les années 1950 les bacheliers et, a fortiori, les candidats aux écoles militaires, à la carrière diplomatique ou au journalisme3. L’abandon de cette voie de réflexion ne serait-il pas à l’origine des impasses dans lesquelles se touve enfermée l’ONU, prétendant, avec le temps et sous contrôle de forces d’intervention devenues des forces d’interposition, convertir les populations des Balkans aux bienfaits de la démocratie occidentale, les maintenir dans des frontières issues de la seconde guerre mondiale et poursuivre devant un Tribunal pénal international les présumés coupables de crimes contre l’humanité ? Du moins si l’on s’en réfère à la Résolution 1244 des Nations Unies.

6De cette problématique découle la démarche suivie : d’abord, saisir les pesanteurs structurelles et historiques, puis rappeler la compétition des grandes puissances aux xixe et xxe siècles, enfin évoquer les crises de la dernière décennie du xxe siècle.

Permanences structurelles et pesanteurs historiques (ve-xviiie siècles)

7Pourquoi distinguer les permanences structurelles des pesanteurs historiques, dès lors qu’elles agissent également comme des références justificatives au niveau des décisions et des comportements nationaux ? L’insertion dans l’échelle du temps et le degré de certitude en matière de connaissances expliquent ce partage. Les premières relèvent du vouloir être collectif, revendiqué au plus loin dans le conscient ou l’inconscient national. Les secondes traduisent face à « l’Autre », aux autres collectivités non moins jalouses de leur spécificité, l’affirmation d’une différence par le jeu des relations internationales ; des relations entre des nations souveraines ou voulant le (re)devenir.

8Elles ont en commun d’avoir été, et d’être toujours, magnifiées, sollicitées, manipulées par les pouvoirs en place ou émergeant. Car ce qu’on croit ou qu’on prétend être vrai importe davantage que ce qui l’est ; pour le décideur politique et son opinion publique du moins. Il n’est donc pas illogique, pour remonter aux « causes premières », de partir des oppositions et des solidarités actuelles : Slaves et Illyriens, catholiques et orthodoxes, chrétiens et musulmans.

L’occupation et le morcellement religieux de l’espace

9Les langues parlées au sud du Danube permettent de rattacher les peuples qui occupent cette région à la nébuleuse indo-aryenne et de manière plus précise à sa branche slave dont ils constituent la composante méridionale. Aux côtés des Slaves du Sud (les Yougoslaves ou encore les Slovènes, les Croates, les Serbes, les Monténégrins, les Macédoniens), existent des Slaves dits centraux (Tchèques, Slovaques, Polonais) ou orientaux (Bulgares, Ukrainiens, Russes, Biélo-Russes). Comme ils n’ont franchi le Danube qu’aux ve/vie siècles, il est permis de s’interroger sur les populations qui vivaient là avant leur arrivée et leur propre dynamisme démographique. Les Albanais se veulent des Illyriens, les Roumains se présentent comme les descendants des Daces romanisés, les Dalmates se posent en héritiers de Rome et de Venise, les Grecs en appellent aux Hellènes.

10Tous sont chrétiens. Mais les uns sont orthodoxes et font le signe de croix de droite à gauche ; les autres, les catholiques, le font de gauche à droite. Convertis vers le viii-ixe siècles par des catéchistes grecs venus des Églises d’Orient, ils se sont séparés aux ix-xe siècles sous l’effet de la prédication de moines carolingiens relevant de Rome. La Croatie, la Dalmatie, la Slovénie ont constitué une zone d’influence romano-germa-nique prolongeant l’Europe centrale jusqu’à l’Adriatique. En revanche, la Serbie, la Macédoine, la Bulgarie, l’Ukraine et la Russie sont restées marquées spirituellement et culturellement par saint Cyrille et son alphabet slave.

11Une coupure que le schisme de 1053 a institutionnalisée avant que le sac de Constantinople par les Croisés latins en 1204, jamais oublié, ne l’ait ensanglantée. Autre cause de différenciation : de précoces moments d’affirmation nationale incarnés par des souverains héroïsés : tels Siméon Ier en Bulgarie ou Étienne IX Douchan en Serbie. Mémoire d’une résistance aux Byzantins mais aussi de guerres de conquêtes et de libération opposant notamment Serbes et Bulgares.

La conquête ottomane : État et communautés religieuses

12La conquête des Balkans par les Turcs ottomans commence plus d’un demi-siècle avant la prise de Byzance (1453) devenue, sous le nom d’Istanbul, capitale d’un nouvel empire. Les Albanais sont vaincus en 1385, les Serbes écrasés à Kosovo en 1389, les Bulgares conquis en 1396. Mais les Bosniaques ne sont battus qu’en 1463, les Monténégrins résistent jusqu’en 1524 et les Hongrois vaincus en 1526 ne sont soumis qu’en 1541. Autant de défaites glorieuses car, dans les mémoires nationales, le nombre l’a emporté sur la valeur. Pour les Serbes, Kosovo demeure à tout jamais le symbole de la lutte héroïque d’un peuple défendant son indépendance et le berceau de sa race.

13Le sultan d’Istanbul est khalife de l’islam sunnite et ses sujets chrétiens ont le statut diminué de « protégés » (dhimi). En Europe balkanique, les Turcs ne s’installent pas réellement sauf en Bulgarie et en Bosnie où les conversions, jamais imposées, sont plus nombreuses qu’ailleurs, moins toutefois qu’en Albanie. Le conquérant exerce rarement une autorité directe. Il s’accommode plus volontiers de la vassalisation des communautés ou des ensembles féodaux. Mais il perçoit impitoyablement, sur les chrétiens comme sur les musulmans, l’impôt en hommes et en argent ; en plaine plus facilement qu’en montagne. En témoigne le soulèvement de Skander Beg (1443-1468), dont les succès répétés nourrissent jusqu’à nos jours le sentiment national albanais.

Reconquêtes et rivalités chrétiennes : la question d’Orient

14Au cours de ces presque deux siècles, la Sublime Porte étend également sa souveraineté, temporelle et religieuse, sur le monde arabe, de l’Algérie à l’Irak actuels. Cependant, elle ne couvre pas tout le Dar ul-Islam désormais enfermé entre le détroit de Gibraltar et les Philippines où les Espagnols, venus de l’océan Pacifique, ont devancé les Arabes arrivant par l’océan Indien. Car, dans le même temps, l’Espagne et le Portugal, tôt suivis par la France, l’Angleterre et les Provinces-Unies font entrer les Nouveaux Mondes dans une chrétienté au sein de laquelle s’affrontent la foi et la raison tout autant que les intérêts nationaux.

15Contenus en Méditerranée orientale par la résistance de Malte (1565), battus sur mer par les Espagnols à Lépante (1571), les Ottomans n’en sont pas moins maîtres des plaines danubiennes d’où ils menacent le cœur de l’Europe jusqu’à la fin du xviie siècle. En 1683, Vienne n’est sauvée que par l’intervention des Polonais, des Slaves catholiques. Dès lors, les Turcs ne cessent de reculer devant les Habsbourgs de Vienne qui libèrent la Hongrie sans parvenir toutefois à déboucher ni sur la mer Ionienne ni sur la mer Égée. Les traités de Karlowitz (1699), Passarowitz (1718) et Belgrade (1739) fixent durablement les frontières entre l’Autriche et l’Empire ottoman. Un limes, sur lequel veillent les Croates, paysans-soldats des Habsbourgs, sépare désormais les Slaves catholiques libérés des Slaves orthodoxes toujours soumis aux Ottomans.

16Guerre sainte, jihad appartiennent toujours au vocabulaire de l’époque. Pourtant, depuis 1535, le roi de France est devenu l’allié du sultan de Constantinople : ainsi le veut la sauvegarde de la souveraineté française face au Saint Empire romain germanique et la défense du territoire national contre les menaces de la maison d’Autriche. L’intérêt national et la raison d’État ont, pour les Français du moins, effacé le concept de chrétienté. Contre l’empereur germanique, le Habsbourg de Vienne, l’alliance de revers joue jusqu’à la fin du xviiie siècle au bénéfice tantôt du Roi Très Chrétien, tantôt du sultan-khalife. En revanche, la Porte n’en tire aucun avantage direct contre la Russie devenue son principal adversaire.

17Les Cosaques ont pris Azov en 1637 et Pierre le Grand l’a occupée en 1696. Depuis, les Russes marchent vers les Détroits par les bouches du Danube et le Caucase. Combinant débordements terrestres et pression navale, ils paraissent en Méditerranée. En 1770, la flotte russe, venue de la Baltique, est victorieuse à Tschesmé dans la mer Égée. Quatre ans plus tard, le traité de Kutchuk-Kaïnardji consacre l’avancée russe jusqu’au Dniepr et ouvre la seconde phase de la question d’Orient. Pour les orthodoxes, le tsar de Saint-Pétersbourg, héritier des empereurs de Byzance, prend figure de libérateur alors que le kaiser germanique est perçu comme un conquérant catholique. Loin de conjuguer leurs efforts, les deux cœsar se posent en rivaux. Non sans avantage pour l’Empire ottoman à qui les partages successifs de la Pologne slave et catholique (1772, 1793, 1795) entre la Prusse luthérienne, l’Autriche catholique et la Russie orthodoxe donnent un répit en même temps qu’ils relativisent les facteurs ethniques et religieux.

18A la fin du xviiie siècle, la compétition entre Autrichiens et Russes s’inscrit sur les cartes sous forme de deux flèches visant la mer Egée. L’une part de Budapest et aboutit à Salonique. Elle se heurte au barrage slavo-orthodoxe des Serbes et des Macédoniens, qui contrôlent les vallées du Danube, de la Drina, de la Morava et du Vardar. La seconde, depuis Odessa, traverse la Moldavie et la Valachie dont les habitants affirment à la fois leur orthodoxie et leur « roumanité » et la Bulgarie slave et orthodoxe. Le tsar russe dispose de plus d’atouts que le kaiser autrichien.

Les ambitions rivales des puissances (1792-1989)

19Comme celles de la monarchie, les campagnes de la France révolutionnaire et impériale (1792-1815) détournent les forces autrichiennes puis russes des confins ottomans. Bien qu’à l’écart des guerres, l’ensemble balkanique en subit les conséquences. L’extension de la domination française en Dalmatie importe moins que l’intensification du commerce à partir des ports de l’Adriatique, de la mer Ionienne, de la mer Egée et de la mer Noire où accostent les navires anglais défiant le Blocus continental. Or les idées des droits de l’homme et du droit des nations accompagnent les marchandises britanniques comme les armées françaises. Et les victoires russes annoncent la libération des orthodoxes.

Anglais et Russes (1815-1905)

20Durant le quart de siècle qui commence avec les victoires révolutionnaires et s’achève avec la défaite napoléonienne, deux puissances ont porté leur domination ou leur influence bien au-delà du Vieux Continent. L’Empire russe s’étend de la Pologne à l’Alaska, pesant sur les confins de la Chine, de la Perse et de l’Empire ottoman. Son but est de déboucher dans les « mers chaudes » : mer du Nord, mer de Chine, golfe Arabo-Persique, mer Égée. Deux siècles plus tard, ou presque, la Russie n’y est toujours pas parvenue. La raison en est que l’Angleterre (relayée, il est vrai, en 1947 par les États-Unis d’Amérique) s’est employée à lui en barrer l’accès ; la Chine aussi.

21On oublie parfois que c’est sur ce fond de compétition mondiale des deux « superpuissances » d’alors que le congrès de Vienne, en 1815, remanie la carte de l’Europe dans un souci d’équilibre stratégique garant de paix. Aucune des cinq Puissances (la Russie, la Prusse, l’Autriche, la France et l’Angleterre) ne doit être en mesure d’établir, à elle seule, son hégémonie sur le continent. Il appartient aux souverains légitimes, gouvernant en princes éclairés, de veiller à ce que les principes de nationalité, de liberté et d’égalité ne viennent pas troubler cet ordre nouveau.

22Le sultan ottoman bénéficie de cette double préoccupation. Nul ne doit remettre en cause ni sa légitimité ni l’intégrité de son empire. Or l’une et l’autre sont contestées non seulement par les nations chrétiennes des Balkans, et plus tard du Caucase, mais aussi par certains de ses sujets arabes. On a trop perdu de vue que l’Egypte et la Grèce manifestent au même moment un désir d’émancipation ; et que la Tunisie et la Tripolitaine jouissent depuis le début du xviiie siècle d’une autonomie à laquelle la Serbie n’accède, en fait, qu’en 1812-1813.

23C’est dans le but d’empêcher le débordement des Détroits par la Russie que les Puissances imposent l’indépendance grecque (1830). Et c’est pour consolider le gardien ottoman des Détroits que le khédive d’Egypte, trop francophile, doit se contenter de l’autonomie. C’est encore pour éloigner toute menace des Détroits et du Caucase que l’Angleterre et la France soutiennent victorieusement la Sublime Porte contre la Russie en 1855. Non sans imposer au congrès de Paris (1856), la reconnaissance de l’autonomie de la Serbie et des provinces roumaines unifiées en 1859 puis devenues indépendantes, ainsi que le Monténégro, au congrès de Berlin en 1878.

24A cette même « rencontre au sommet » de 1878, les Russes, malgré leur victoire militaire sur les Ottomans, doivent renoncer à la création d’une grande Bulgarie cliente, débouchant sur la mer Égée. Une fois de plus, ils cherchent une compensation en Asie Centrale et en Extrême-Orient. Une fois encore, l’Empire ottoman, cet « Homme malade » survit mais amputé, non seulement dans les Balkans, où l’Autriche-Hongrie administre désormais la Bosnie-Herzégovine, mais aussi en Afrique méditerranéenne. L’Angleterre, qui reçoit Chypre pour prix de ses bons offices, s’installe bientôt en Égypte (1882). Par souci d’équilibre, en accord avec l’Allemagne, elle invite la France à occuper la Tunisie (1881). En compensation (le maître mot du langage diplomatique de ce temps), la Tripolitaine est promise à l’Italie.

Le perturbateur germanique (1878-1918)

25Le choix de Berlin, en 1878, consacre la prépondérance d’une Allemagne unifiée depuis la défaite de la France huit ans plus tôt. Relayant l’Autriche, devenue Autriche-Hongrie en 1867, le Reich s’avère non moins soucieux de contenir la Russie ; dans la Baltique et la mer Noire. Cependant, à la fin du xixe siècle, loin de s’accorder avec l’Angleterre, il s’oppose à elle en projetant son entreprise de Mitteleuropa jusqu’au Golfe, espace réservé de l’Indian Office et prometteur en pétrole. C’est le défi du Bagdad Bahn.

26En 1878 toujours, l’Autriche-Hongrie, reprenant sa progression interrompue depuis plus d’un siècle, s’est implantée, on l’a vu, en Bosnie-Herzégovine sous prétexte de l’administrer au nom du sultan. Une petite Bulgarie accède à l’autonomie ; étape obligée avant l’unification (1885) et l’indépendance (1908). En Macédoine, à l’activisme des comitadji répondent les massacres ottomans, contemporains de ceux d’Arménie et de Crète (1894-1896) qui horrifient l’opinion européenne déjà sensibilisée par la presse. Les Puissances protestent aussi mollement que vainement mais interviennent pour mettre fin à une guerre gréco-turque (1897). Les Turcs fuient la Crète devenue autonome. Des épurations ethniques avant l’heure ?

27L’annexion de la Bosnie-Herzégovine par l’Autriche-Hongrie, en 1908, relance les revendications nationalistes. La Serbie, privée de tout espoir de débouché dans l’Adriatique, devient le fer de lance d’une Russie recherchant une compensation à la défaite que lui a infligée le Japon (1905). Dans l’Empire ottoman, les Jeunes-Turcs, démocrates et nationalistes, entendent contenir les aspirations indépendantistes des peuples chrétiens aussi bien qu’arabes. Bientôt l’Italie s’empare de la « Libye » (1911-1912). Serbes, Monténégrins, Bulgares et Grecs écrasent les Turcs en 1912. Dans une seconde guerre balkanique, la même année, les Bulgares isolés sont vaincus par leurs anciens alliés auxquels se sont joints Roumains et Turcs qui conservent ainsi la rive européenne des Détroits. Insurgés depuis 1909, les Albanais obtiennent leur indépendance afin d’empêcher les Serbes d’accéder à l’Adriatique et l’Italie d’en contrôler seule l’accès. Les « marchands de canons » allemands et français n’ont pas chômé, tandis qu’était expérimentée l’aviation militaire.

28La crise a révélé la complémentarité du système des alliances. La France a contenu la Russie ; l’Allemagne a retenu l’Autriche-Hongrie. Cependant, le spectre de la guerre a renforcé, dans chaque État, la crainte d’avoir à combattre seul une coalition adverse. C’est pourquoi, en 1914, l’assassinat de l’archiduc héritier d’Autriche à Sarajevo, en Bosnie, dégénère en guerre mondiale. L’Allemagne soutient l’Autriche-Hongrie résolue à imposer une reculade à la Russie protectrice de la Serbie accusée d’être à l’origine du drame. Or, la défaite de 1905 et la situation politico-sociale ne permettent pas une nouvelle humiliation à la Russie que la France soutient pour ne pas se retrouver isolée face au bloc germano-autrichien. Ainsi devient-elle l’alliée « historique » de la Serbie. La Bulgarie s’allie, elle, aux Empires centraux et ottoman. Roumains, Italiens et Grecs s’engagent aux côtés des Français et des Britanniques rejoints, de manière déterminante, par les Américains ainsi en mesure de dicter la paix.

Les nationalismes entre libéralisme, fascisme et communisme (1919-1989)

29À la conférence de la Paix, les vainqueurs prétendent reconstruire une Europe des nationalités sur les décombres des empires ottoman et autrichien, rivaux complémentaires depuis le xvie siècle, et affaiblis l’un et l’autre par le soulèvement des nationalités sollicitées par les Franco-Britanniques. La Société des Nations, comme la conférence des Puissances au xixe siècle, veille sur le nouvel équilibre européen. Toutefois, un sursaut nationaliste turc balaie le projet d’une Grande Grèce à l’antique : 1 200 000 Grecs fuient la Turquie ; 400 000 Turcs quittent la Grèce. On ne parle pas encore d’épuration ethnique mais d’« échange de populations ». Réduite à l’Anatolie et à la Thrace orientale, la République turque reste la gardienne des Détroits et du Caucase. La Russie, devenue l’Union soviétique, est également contenue sur le Dniepr par une Roumanie, agrandie de la Bessarabie, de la Transylvanie et de la Dobroudja au nom de ses « droits historiques ». Tandis que renaît la Pologne, deux États sont créés : la Tchécoslovaquie et la Yougoslavie. Tous participent au « cordon sanitaire » dressé contre le péril bolchevique.

  • 4 Catherine Samary : divers articles dans Le Monde diplomatique depuis 1991 ; cités ou repris dans M (...)

30Les Slaves du Sud sont ainsi regroupés, sous une dynastie serbe, dans un royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes qui, en 1929, devient royaume de Yougoslavie4. Ce que n’acceptent pas les Croates, prompts à se tourner vers l’Italie fasciste et l’Allemagne nazie, adversaires de la France protectrice des Serbes. L’Italie s’empare de l’Albanie déjà vassale de fait (1939), avant même que Français et Anglais se dressent contre l’impérialisme germano-nazi s’abattant sur la Pologne après avoir annexé l’Autriche et la Tchécoslovaquie. La seconde guerre mondiale commencée en Europe centrale s’étend rapidement dans les Balkans où l’Italie ne parvient toutefois pas à vaincre la Grèce (1940). Ayant échoué contre l’Angleterre après avoir écrasé la France, l’Allemagne soucieuse de protéger ses arrières avant de s’engager contre l’Union soviétique, pousse ses chars jusqu’à la mer Égée (1941).

31Pendant quatre ans, les forces de l’Axe gardent le contrôle, le plus souvent par gouvernements inféodés, de l’Europe danubienne et balkanique où s’affrontent partisans de l’ordre nazi et résistants, eux-mêmes partagés entre nationalistes et communistes. Les oustachis, miliciens d’un royaume de Croatie restauré, servent de supplétifs aux occupants contre les Serbes dans une lutte dont on n’a voulu retenir que leur férocité et leurs motivations idéologiques. Or, les musulmans bosniaques et albanais ne sont pas restés insensibles, non plus, aux sollicitations d’une Allemagne antisioniste et slavophobe.

De la guerre froide aux trois guerres de Yougoslavie

32En 1945, l’Armée rouge entre en libératrice dans l’espace danubien et balkanique, tandis que les forces américaines, britanniques et françaises l’emportent à l’Ouest. Les vainqueurs paraissent restaurer les États, dans leurs frontières de 1938. En réalité, de la Baltique à l’Adriatique, ils superposent aux anciennes limites leur partage de l’Europe en zones d’influence exclusive quels que soient les pourcentages différenciés établis à Yalta. Décidée à pousser au plus loin vers l’ouest ses avant-postes militaires et ses bases idéologiques, l’Union soviétique, en 1948, rattache la Tchécoslovaquie à son domaine réservé. L’échec du blocus de Berlin, la même année, met fin à son projet. Déjà elle a reçu un coup d’arrêt sur les Détroits.

La guerre froide ou le gel des positions acquises (1947-1989)

33En 1947, en Grèce et en Turquie, les Britanniques ont passé le relais du containment aux Américains. Un mot nouveau qui recouvre une réalité victorienne. Ainsi a commencé la guerre froide. Elle revient à maintenir la paix, en Europe et dans le monde, entre deux idéologies et deux impérialismes toujours identifiés au maître russe du continent et au dominateur anglo-saxon des océans ; l’Américain et non plus le Britannique il est vrai. Même si l’ordre repose désormais sur la terreur nucléaire, il n’est pas sans rappeler celui du congrès de Vienne. Jusqu’en 1989, l’équilibre géostratégique demeure inchangé en Europe, y compris lorsque les Soviétiques, comme les Russes en 1848, interviennent en Hongrie (1956) puis en Tchécoslovaquie (1968).

  • 5 Auquel les contacts établis par les services anglais pendant la seconde guerre mondiale ne sont sa (...)

34L’émergence, dans les pays balkaniques, d’une résistance communiste soutenue par l’Union soviétique a-t-elle introduit un nouveau partenaire ou n’est-elle que la transposition du soutien apporté jadis par la Russie aux agents indirects du panslavisme ? Tito, qui l’emporte en Yougoslavie, établit une république populaire et fédérale sur le modèle soviétique. Toutefois, par refus de l’hégémonisme stalinien, il rejoint le camp des neutralistes privant ainsi l’Union soviétique de l’accès à l’Adriatique que prépare l’établissement de régimes satellites en Hongrie, Roumanie, Bulgarie et Albanie. Un dispositif qui aurait permis de tourner la Grèce si les communistes n’y avaient été éliminés par les royalistes soutenus par les Anglo-Saxons. Satisfaits du neutralisme yougoslave5, qui isole l’Albanie d’Enver Hodja, les Occidentaux s’appuient pendant plus de quarante ans sur les piliers méridionaux de l’Alliance atlantique que constituent la Grèce et la Turquie dont ils neutralisent la rivalité.

  • 6 Les Cahiers français, n° 290, mars-avril 1999, donnent la répartition des communautés par républiq (...)

35La mort de Tito en 1980, celle d’Enver Hodja en 1985 suscitent l’espoir de changements internes. Il est moins immédiatement perceptible en Albanie, figée dans son national-communisme unitaire et athée, qu’en Yougoslavie où les aspirations nationalistes se font jour à deux niveaux : les républiques et les provinces. La Yougoslavie compte six républiques : la Slovénie, la Croatie, la Bosnie-Herzégovine, la Macédoine, le Montenegro, la Serbie6. Celle-ci reconnaît elle-même une large autonomie à deux provinces la Voïvodine et le Kosovo dont la majorité albano-musulmane réclame, dès 1981, le statut de république ; sans autre réponse qu’une dure répression. Milosevic, un aparachik nationaliste (ce qui n’est contradictoire que pour des esprits occidentaux), porté à la présidence de Serbie en 1989, restreint même le statut d’autonomie du Kosovo et de la Voïvodine.

36C’est alors que l’effondrement de l’Empire soviétique disqualifie les régimes communistes et libère les revendications nationales. En 1990, la Ligue des communistes yougoslaves reconnaît le pluralisme. Les nationalistes l’emportent électoralement en Croatie et en Slovénie en même temps qu’au Kosovo dont la Serbie suspend le gouvernement et le Parlement puis révoque les députés « albanais » sécessionnistes. Commence alors une guerre de dix ans qui se déroule sur trois fronts : la Croatie-Slovénie, la Bosnie, le Kosovo.

Serbes, Croates et Bosniaques : de l’ONU à l’OTAN

37Le Parlement croate, en février 1991, propose la dissociation de la Fédération yougoslave. S’en suivent, en juin, les proclamations d’indépendances de la Croatie et de la Slovénie où pénètre l’armée yougoslave. Après une semaine de combats, les indépendances croate et Slovène sont reportées à trois mois. En septembre un référendum ratifie celle de la Macédoine. Un autre référendum, clandestin, proclame la République du Kosovo. En octobre la Bosnie-Herzégovine se déclare indépendante. Le 19 décembre, l’Allemagne, discrètement appuyée par le Vatican, reconnaît unilatéralement la Croatie et la Slovénie, suivie le 12 janvier 1992 par les autres pays de la Communauté européenne. Le 6 avril, les Douze reconnaissent la Bosnie-Herzégovine. Le 7, les États-Unis reconnaissent à leur tour la Slovénie, la Croatie et la Bosnie qui sont admises en mai à l’ONU dont la Yougoslavie, réduite à la Serbie et au Monténégro, est exclue en septembre.

38Le Conseil de sécurité crée une Force de protection des Nations unies (Forpronu) de 14 000 « casques bleus » appelés à s’interposer dans les régions serbes de Croatie. Redoutant leur intervention, les Serbes de Bosnie passent à l’action en avril 1992, assiègent Sarajevo et prennent le contrôle de 70 % de la province. Le Conseil de sécurité frappe alors la Serbie et le Monténégro d’un embargo commercial, pétrolier et aérien. En janvier 1993, la Conférence permanente, créée dès 1991, propose un découpage de la Bosnie-Herzégovine en dix provinces et la démilitarisation de Sarajevo. Le rejet de ce plan crée un véritable état de guerre. Les Bosniaques serbes sont dotés d’armes lourdes par la Serbie ; l’équipement des Bosniaques musulmans, et des volontaires « afghans » qui les rejoignent, est financé par les pétrodollars du Golfe. Allemands et Autrichiens arment et forment l’armée croate.

39Le Conseil de sécurité décide, en févrierl993, la création d’un Tribunal pénal international (TPI) pour juger les responsables de violations du droit international commises depuis 1991 sur le territoire de l’ex-Yougoslavie. En mai, il crée six « zones de sécurité ». L’inexistence d’une force proprement onusienne autant que la volonté des États-Unis d’intervenir sans s’impliquer directement déterminent l’entrée en scène de l’OTAN dont la menace desserre l’étau serbe autour de Sarajevo. En mars 1994, à Washington, Croates et Musulmans de Bosnie constituent une Fédération.

  • 7 Francine Boidevaix, Une diplomatie informelle pour l’Europe, le Groupe de contact Bosnie, Fondatio (...)

40La formation d’un Groupe de contact permet à la Russie de reprendre place, en juillet, dans sa zone traditionnelle d’influence aux côtés des États-Unis, de l’Allemagne, de la France, de l’Italie et du Royaume-Uni7. Cette instance propose d’attribuer 51 % du territoire aux Croates et Musulmans qui acceptent et 49 % aux Serbes qui refusent. En 1995, la situation se dégrade. En juin le Conseil de sécurité crée une Force multinationale de réaction rapide (FFR) pour appuyer la Forpronu. Néanmoins, en juillet, les Serbes s’emparent de Srebrenica et de Zepa. Les Croates, eux, reprennent la Krajina dont ils chassent 300 000 Serbes puis soutiennent les forces croato-musulmanes dans leur reconquête de 50 % du territoire bosniaque. Un nouveau bombardement de Sarajevo déclenche une réaction déterminante de l’OTAN sur les positions des Serbes de Bosnie.

41Le 21 novembre 1995, à Dayton, aux États-Unis, la Serbie, la Croatie et la Bosnie signent un accord. Maintenue dans ses frontières, la Bosnie-Herzégovine est divisée en deux États de fait : la Republika Srbska et la Fédération croato-musulmane. Les sanctions frappant la Serbie et le Monténégro sont levées. Une Implementation Force (IFOR) succède à la Forpronu. En décembre 1996, l’OTAN déploie en Bosnie une Force de stabilisation (SFOR) à laquelle participe un détachement allemand. L’Allemagne, forte de son unité retrouvée, rompt avec un demi-siècle de repliement.

42En mars 1996, Sarajevo a été réunifiée après l’exode de ses habitants serbes. Alija Izetbegovic, un musulman fondamentaliste, est porté à la tête de la présidence collégiale. En février 1997, un accord entre la République fédérale de Yougoslavie et la République serbe de Bosnie établit entre elles des « relations spéciales » qui ignorent la Bosnie. L’intangibilité des frontières reconnues par l’ONU est ainsi respectée. Sur le terrain, la partition s’installe durablement.

La Macédoine neutralisée, le Kosovo partagé (1996-1999)

43C’est l’époque où une carte de la Grande Albanie englobe l’Albanie, le Kosovo, le tiers méridional du Monténégro, le quart occidental de la Macédoine, une partie des provinces grecques de Macédoine et d’Épire. Expression d’un irrédentisme qu’interdisent les rivalités entre Albanais du Nord et Albanais du Sud, autant que la décomposition politique, économique et financière du pays. Toutefois les diverses communautés albanaises extérieures manifestent un activisme croissant, lié à un développement démographique sans doute séculaire, mais jusque-là négligé par les observateurs privilégiant les entrelacs entre les vieilles nations « historiques ». Les albanophones musulmans de Macédoine représentent alors près de 30 % de la population. Équitablement représentés au Parlement, ils n’en souhaitent pas moins créer une confédération consacrant leur identité. Au Kosovo, où les Albanais représentent plus de 90 % de la population, leurs existence et leur représentation communautaires sont refusées par la République serbe depuis 1989. Dans ces deux pays, l’Armée de libération (ALK ou UCK pour Ushtria clirinstare ë Kosovès) les appuie.

  • 8 Christophe Chiclet, « L’histoire secrète de l’armée de libération », Le Monde diplomatique, mai 19 (...)

44Comme toutes les armées de libération, l’UCK8 émane à la fois de foyers de résistance interne (claniques au Kosovo) et d’une organisation extérieure, rassemblant ici des groupuscules marxistes-léninistes ayant viré au nationalisme. Les travailleurs kosovars émigrés en Allemagne et surtout en Suisse fournissent des volontaires et des subsides, moins importants toutefois que les revenus des mafias albanaises opérant dans toute l’Europe centrale. L’implosion de l’Albanie favorise l’approvisionnement en armes et l’implantation de bases. D’anciens officiers albanophones de l’armée yougoslave servent d’instructeurs. Les services spéciaux allemands, croates, américains apportent un concours discret.

45Les États-Unis, qui prennent alors la main, réagissent différemment à Skopje et à Pristina. En Macédoine, ils soutiennent le pouvoir, électoralement majoritaire, afin d’éviter d’ébranler un État dont la stabilité rassure leurs alliés grecs et leur permet d’établir deux bases d’observation et d’intervention de l’OTAN. La Grèce et l’Albanie approuvent, suivies, en septembre 1998, de la Turquie, de l’Italie et de la Roumanie. L’OTAN renforce sa présence et les élections éliminent les derniers postcommunistes d’une Macédoine consolidée.

  • 9 Les avertissements n’ont pas manqué (en particulier Gabriel Jandot) : Marie-Françoise Allain et Xa (...)

46Au Kosovo, en revanche, la guerre, succédant aux attentats, a commencé en février 19989. L’UCK, en cinq mois, libère 30 % du territoire kosovar dont sont chassés les Serbes et ceux qui sont accusés de collaborer avec eux : les Tsiganes et les Goranes qui sont des slaves islamisés. La religion compterait-elle moins que l’appartenance communautaire ? A la fin de l’été, les Serbes lancent une contre-offensive assortie d’exactions destinées à provoquer l’exode des Kosovars. Néanmoins le modéré Rugova, déjà élu clandestinement président du Kosovo albanais en 1990, est réélu malgré l’UCK. En Serbie, où l’opposition n’a pu l’emporter, le pouvoir refuse toute négociation comme toute médiation. Malgré une rencontre Milosevic-Rugova sous l’égide de l’Américain Richard Holbrooke, les affrontements se poursuivent.

47Le 23 septembre, le Conseil de sécurité exige un cessez-le-feu, le retrait des forces serbes du Kosovo, et l’ouverture de négociations directes. Un accord du 13 octobre sur le retrait des forces serbes et le déploiement de 2 000 vérificateurs de l’OSCE est rejeté le 16 par l’UCK. Néanmoins, 10 000 policiers serbes quittent le Kosovo. En février 1999, à Rambouillet, le Groupe de contact réunit les belligérants : l’UCK refuse l’autonomie et la Serbie le déploiement de soldats de l’OTAN. Le 22 mars, les Serbes relancent leur offensive qui entraîne l’exode de 800 000 Kosovars. Les médias du monde entier donnent répétitivement à voir la détresse d’un peuple poussé à la fuite par le terrorisme méthodique des forces d’invasion.

  • 10 Paul-Marie de la Gorce, « L’Alliance atlantique, cadre de l’hégémonie américaine », Le Monde diplo (...)
  • 11 Approche originale d’un excellent observateur militaire : général Jean-Germain Salvan, « A qui pro (...)

48Le 25, l’OTAN entre en action10. Refusant toute intervention terrestre, les Américains expérimentent la « Guerre zéro mort ». Une guerre limitée aux seuls bombardements aériens visant d’une part (sans grand résultat) les forces militaires serbes et, d’autre part (avec beaucoup plus d’efficacité), des installations industrielles vitales en Serbie qui capitule 78 jours plus tard11. Les Kosovars rentrent dans leurs foyers détruits ; plus de 100 000 Serbes fuient devant l’UCK qui reprend, en l’inversant, l’épuration ethnique. Tout laisse croire que la Serbie pouvait encore tenir quoique sans espoir de vaincre. Moscou, reprenant l’initiative diplomatique, a pesé sur Belgrade afin de sauver un État dont la Russie a assuré l’émergence et la protection depuis le début du xixe siècle.

***

49Que retenir de cet exercice d’histoire appliquée ? Quelle place accorder aux pesanteurs structurelles et historiques comme aux vicissitudes du passé proche pour comprendre le présent ? Comment apprécier les solutions proposées par un intervenant extérieur apparemment résolu à faire d’un État fédéral une mosaïque d’États-nations qui, dans le cadre d’anciennes frontières fédérales, respecteraient les principes du libéralisme économique et politique ? Des exigences, renouvelées dans la Résolution 1244 des Nations unies malgré leur échec en Croatie et en Bosnie, et qui se révèlent tout aussi inopérantes au Kosovo où l’UCK instaure à terme un État indépendant malgré les efforts de l’Administration intérimaire des Nations unies, la MINUK.

50Le passé semblait pourtant donner des indications, non pas sur ce qu’il fallait faire, du moins sur des permanences à prendre en considération. Était-il inutile de s’interroger sur la pérennité des clivages ethniques, linguistiques et religieux ? Fallait-il ignorer, dans un contexte internationalisé depuis le xixe siècle, sinon le xve, la solidarité slavo-orthodoxe et les conséquences de l’occupation ottomane ? Convenait-il d’entretenir la confusion entre prises de position idéologiques durant la seconde guerre mondiale et appartenances aux divers camps pendant la Première ? Et que dire du silence observé à propos des massacres comme des « échanges » de population antérieurs ?

51N’aurait-il pas été plus opératoire de s’interroger sur ce qui, dans le passé, avait favorisé une coexistence même relative des communautés ? On aurait alors observé que la cohabitation pacifique résultait de dominations impériales imposant leur souveraineté et leur autorité. Une souveraineté fondée, certes, sur la prépondérance d’un peuple conquérant ou d’une idéologie de référence. Mais une souveraineté assortie d’une autorité à la fois décentralisée et suffisamment forte pour accepter les identités nationales ou communautaires. En ce sens, la Yougoslavie de Tito était un empire, comme celui des Habsbourgs ou des Ottomans, susceptible de contenir les dynamismes démographiques trop longtemps ignorés du reste.

52Faute de pouvoir faire revivre Byzance, Vienne ou Istanbul, les Nations unies s’imposent par les armes, sans empêcher pour autant massacres et épurations ethniques. Il est dès lors permis de s’interroger sinon sur leur objectif du moins sur celui des États-Unis, actuellement et à moyen terme seuls maîtres du jeu international. Les Américains ne prépareraient-ils pas, afin de contenir un inéluctable relèvement russe, la constitution d’un ensemble d’États musulmans jouant dans les Balkans un rôle analogue à celui des Turcs sur les Détroits et le Caucase ? Une politique que soutiendrait l’Allemagne déjà économiquement et financièrement prépondérante dans une nouvelle Mitteleuropa.

Notes

1 Ce texte reprend, pour l’essentiel, une communication présentée le 13 septembre 1999 à Tunis à l’intention des auditeurs de l’Association des Études internationales présidée par SE Rachid Driss, qui a bien voulu en autoriser l’utilisation après publication par Études internationales, n° 75, juin 2000 (BP. 156 1012 Tunis-Belvédère, Tunisie).
Faut-il rappeler que ce type d’approche a été utilisé antérieurement par Paul Garde, Vie et mort de la Yougoslavie, Fayard 1992, qui reste l’ouvrage de référence ? Du même auteur, « Kosovo, missile intelligent et chausse-pied rouillé », Politique étrangère, n° 84, été 1999. Un article qui ouvre un « Dossier Kosovo », comprenant également Pierre Hassner, « Le barbare et le bourgeois » et Pascal Brückner, « L’Amérique diabolisée ».
Cette même méthode sous-tend la thèse de Gabriel Jandot (1992, Centre d’histoire militaire et d’études de défense nationale de l’université Paul Valéry, Montpellier III) L’Albanie d’Enver Hoxha (1944-1985) publiée par L’Harmattan, 1994. On la retrouve, postérieurement, dans André Tuilier, « Un conflit contre l’histoire », Liberté politique, automne 1999, n° 10.

2 Selon l’esprit et la méthode de l’école française d’Histoire des relations internationales personnalisée par le doyen Pierre Renouvin (« L’Histoire contemporaine des relations internationales ». Revue historique, 1954). Du même il convient de rappeler : P. Renouvin, (sous la dir. de...), Histoire des relations internationales, VIII tomes parus de 1953 à 1958.

3 C’est ici l’occasion d’évoquer quelques ouvrages d’ensemble qui, bien que parfois vieillis, constituent des outils de travail et jalonnent un cheminement intellectuel. Parmi les plus anciens : Émile Bourgeois, Manuel de politique étrangère, 4 vol. 1892-1931. Pour la Question d’Orient, deux classiques : É. Driault, La question d’Orient,, 1921 et J. Ancel, Manuel historique de la Question d’Orient,, 1923. Plus récents, outre P. Renouvin (note 2) : Jacques Droz, Histoire diplomatique de 1648 à 1919 ; Jean-Baptiste Duroselle, Histoire diplomatique de 1919 à nos jours, (1978 pour la 7e éd.,).

4 Catherine Samary : divers articles dans Le Monde diplomatique depuis 1991 ; cités ou repris dans Manière de voir 45, op. cit.

5 Auquel les contacts établis par les services anglais pendant la seconde guerre mondiale ne sont sans doute pas étrangers.

6 Les Cahiers français, n° 290, mars-avril 1999, donnent la répartition des communautés par république et province. A titre d’exemple :
Image img01.jpg

7 Francine Boidevaix, Une diplomatie informelle pour l’Europe, le Groupe de contact Bosnie, Fondation pour les études de défense, 1997.

8 Christophe Chiclet, « L’histoire secrète de l’armée de libération », Le Monde diplomatique, mai 1999. Repris dans Manière de voir 45, op. cit.

9 Les avertissements n’ont pas manqué (en particulier Gabriel Jandot) : Marie-Françoise Allain et Xavier Galmiche, « Guerre sans armes au Kosovo », Le Monde diplomatique, mai 1992 ; repris dans Manière de voir 45, op.. cit. Christophe Chiclet, « La question albanaise, autre piège des Balkans », Le Monde diplomatique, décembre 1996, repris dans Manière de voir 45, op. cit.

10 Paul-Marie de la Gorce, « L’Alliance atlantique, cadre de l’hégémonie américaine », Le Monde diplomatique, avril 1999 ; repris dans Manière de voir 45, op. cit.

11 Approche originale d’un excellent observateur militaire : général Jean-Germain Salvan, « A qui profitent les crimes ? », Liberté politique, automne 1999, n° 10.

Notes de fin

* Professeur émérite à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540