Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Première partie. Usages de l’histoire

2. L’invention de la Méditerranée : comparaisons franco-allemandes

Anne Ruel

Texte intégral

  • * Institut universitaire européen, Florence. A. Ruel prépare une thèse sur « L’invention de la Médit (...)

1Note portant sur l’auteur*

2L’idée moderne de Méditerranée est une invention récente qui s’établit en Europe au cours du xixe siècle, structurée tant par le discours que par la constitution de disciplines scientifiques, telles la géographie, les sciences naturelles ou l’archéologie. Des savoirs nouveaux ont ainsi contribué à enrichir la connaissance physique du bassin méditerranéen qui représente alors bien davantage qu’un simple espace de navigation. La construction de la notion de Méditerranée présente à l’époque contemporaine une grande complexité. Si la géographie moderne la reconnaît comme espace individualisé, l’archéologie scientifique révèle la richesse de son patrimoine et favorise la prise de conscience des valeurs qui s’y attachent en analogie avec l’idée de civilisation.

3Dans le domaine de l’archéologie, la question de la Méditerranée se pose tant en France qu’en Allemagne en fonction d’éléments communs. Une même tradition européenne de voyage et de curiosités va être relayée par une compétition scientifique aiguisée par d’âpres rivalités politiques, ainsi que par une lecture différente des héritages méditerranéens.

4Si l’archéologie se trouve à la source de l’invention scientifique de la Méditerranée, elle incarne de la France à l’Allemagne une mémoire farouchement disputée. C’est elle qui rend possible l’appropriation de sa dimension culturelle et historique et fonde ainsi une de ses représentations les plus significatives. Dès la Renaissance, l’Antiquité est érigée en modèle artistique, historique et intellectuel dans l’Europe entière. De plus, l’Antiquité est perçue comme source de gloire et de prestige personnel, et ce goût s’exprime très tôt par la formation de grandes collections. Au xviiie siècle, l’archéologie change de visage. Des intérêts nouveaux surgissent, orientés par une esthétique des Ruines. La découverte réelle de l’Antiquité s’accomplit par le biais des fouilles monumentales orchestrées en Italie du Sud : celles de la villa Hadriana à partir de 1730, d’Herculanum en 1738, de Pompéi en 1748. Le Grand Tour conduit l’élite européenne sur les routes de l’Italie et de l’Orient et intègre à la fin du xviiie siècle les détours archéologiques. Le voyageur amateur d’antiquités voisine avec l’homme de science. Winckelmann (1717-1768) en est un bon exemple. Allemand arrivé à Rome en 1755, il occupe la fonction d’antiquaire chez le cardinal Albani avant de s’élèver en 1763 au rang de préfet des antiquités pontificales. Son Histoire de l’art de l’Antiquité publiée en 1764 exerce une influence majeure sur les sensibilités européennes. Il y propose un cadre chronologique complet de tout l’art antique en analysant les phases stylistiques successives. Avec Winckelmann, la qualité et la supériorité de l’art grec sont établies et conduisent à des réinterprétations de l’Antiquité élargissant de façon décisive l’horizon des antiquaires à la Grèce. A la fin du xviiie siècle, l’avancée de la connaissance archéologique en Méditerranée dessine une chronologie différenciée des découvertes. Si l’Italie relève presque du monde connu, la Grèce est en voie d’exploration. Le pillage du Parthénon et de l’Acropole n’intervient qu’entre 1801 et 1805, avant les découvertes de Bassae ou des frontons d’Égine. L’Afrique romaine est absente de cette géographie, et l’Égypte encore vierge.

5Les collections privées et les musées publics reflètent l’ouverture et les limites de cette Méditerranée des antiquaires au seuil du xixe siècle. En 1798, l’expédition scientifique d’Égypte va élargir davantage encore cet horizon. Le musée Pio Clementino du Vatican, le British Museum ouvert en 1753, le Louvre devenu Musée Napoléon en 1803 avec sa galerie d’antiques, plus tard, en 1830, la glyptothèque de Munich soutenue par Louis II de Bavière vont rivaliser pour enrichir leurs collections. Cette rivalité se fait particulièrement vive en Grèce entre Anglais et Français.

6Mais, c’est à la fin du xixe siècle, que s’ouvre le temps de l’archéologie scientifique et que naît une durable compétition entre la France et l’Allemagne, en Méditerranée, de Rome à Athènes. Jusqu’alors et depuis 1829, à Rome, la recherche archéologique est le fruit d’une intense coopération internationale. Au centre du dipositif, on distingue l’Institut de correspondance archéologique qui réunit à Rome sous la protection de la Prusse, les sayants de toute l’Europe. En hiver se tiennent des séances publiques. La première séance annuelle a lieu le 9 décembre, date de naissance de Winckelmann, la dernière le 21 avril jour mythique de la fondation de la ville de Rome. Durant l’été, l’Institut s’attache au travail de correspondance et, par ses publications – annales, bulletins -, dresse un état des découvertes. L’unité de cette communauté scientifique internationale ne semble guère affectée par l’existence à partir de 1848 d’une section française, ni troublée par le caractère national des expéditions militaires et scientifiques menées par la France en Égypte, en Morée puis en Algérie. Elle ne s’est pas davantage sentie menacée par la création de l’École française d’Athènes en 1846, premier élément d’un réseau national d’instituts à l’échelle de la Méditerranée.

  • 1 Guigniaut, Rapport fait à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, dans la séance publique d (...)

7La première vocation de l’École française d’Athènes réside sans doute dans le rayonnement de la francophonie. Toutefois, l’expansion de la langue française va être très vite supplantée par l’archéologie et, au-delà des crises et des difficultés, c’est finalement la mainmise de l’Académie des inscriptions qui a permis la contraction des objectifs et l’établissement d’un véritable programme scientifique. L’arrêté du 26 janvier 1850 institue l’obligation du mémoire en deuxième année – après les envois de Rome, les envois d’Athènes – sur un point d’archéologie, de philologie et d’histoire, et confie à l’Académie des inscriptions la « direction intellectuelle » de l’École. En 1851, dans son Rapport à l’Académie, Guigniaut, promoteur de cette nouvelle orientation, se montre satisfait de son application. « Telle est la puissance des grandes pensées d’intérêt public, des pensées vraiment libérales et vraiment nationales ! Il leur est donné de surmonter le flot même des révolutions, quelquefois de s’y renouveler et de s’y fortifier. L’idée féconde déposée dans le berceau de l’École française d’Athènes par ses fondateurs en 1846, et qui fut la conséquence éloignée, mais légitime, de l’intervention de la France dans la lutte glorieuse de l’indépendance grecque, il y a vingt-cinq ans, n’a pas cessé de porter ses fruits ; elle les porte plus assurés et meilleurs que jamais, depuis que l’impulsion de l’Académie, provoquée par la sagesse du gouvernement actuel, a commencé de se faire sentir1. »

  • 2 Archives des Missions scientifiques et littéraires : choix de rapports et instructions, publiées s (...)

8La publication des mémoires prend place comme prévu dans les Archives qui accueillent en outre l’ensemble des rapports effectués au nom de la France. « En 1849, le ministère de l’Instruction publique entreprit de publier, sous le titre d’Archives des Missions scientifiques et littéraires, un recueil destiné à reproduire intégralement ou à faire connaître, soit par des extraits, soit par des résumés, les rapports adressés au ministre par les personnes chargées de recherches, en France ou à l’étranger, sur des questions de science et d’érudition, et par les membres de l’École française d’Athènes sur le résultat de leurs explorations et de leurs travaux en Grèce. Les actes ministériels relatifs au service des missions et voyages officiels devaient également y trouver place2. » Cependant la victoire des archéologues est tardive et le caractère rigoureusement scientifique de la mission de l’École ne s’affirme avec force qu’en juillet 1868, à la parution du premier Bulletin de l’École française d’Athènes – Topographie, archéologie, linguistique – dont la publication se poursuit jusqu’au numéro XII en novembre 1871. Il est le premier jalon de l’institut de recherche qu’Athènes est en train de devenir et qui obtient une véritable consécration par la création en 1874 de son annexe romaine.

9L’École française d’Athènes (EFA) vient préciser, au moins comme ban d’essai, la volonté politique française de domination du bassin oriental de la Méditerranée par la science et la politique. Elle manifeste clairement le désir de la France d’être présente dans les Balkans et porte la marque d’une politique scientifique nationale affranchie du carcan européen. Au moment où s’affermit l’École, de nouveaux enjeux apparaissent, en particulier avec la rivalité nouvelle avec l’Allemagne dotée à son tour en 1873 d’un Institut archéologique.

10Au-delà de la rivalité politique, on trouve la stimulation. La période des grandes fouilles peut s’engager. L’EFA devient un institut de recherche sous l’égide d’Albert Dumont, son directeur de 1875 à 1878 et l’initiateur de son annexe romaine. En 1877, il dote l’École du Bulletin de correspondance hellénique. La Méditerranée vue d’Athènes s’est transformée pour l’EFA en véritable terrain scientifique, en patrimoine qu’il s’agit désormais de mériter, voire de partager.

11C’est donc au lendemain de la guerre de 1870, au moment où l’Institut de correspondance archéologique perd son caractère international par suite du décret de Versailles qui le place sous l’autorité exclusive de l’Académie royale de Berlin, que s’opère une rupture définitive. La compétition s’installe entre la France et l’Allemagne et cette rivalité s’exerce par le biais d’institutions de recherches concurrentes.

12L’onde de choc de 1870 connaît de fortes répercussions sur le milieu scientifique en termes d’émulation mais aussi de rupture de relations et de formation. En France, toute une génération, celle qui parvient à la maturité intellectuelle en 1880, se tourne vers l’Allemagne, désireuse de découvrir les armes de la revanche à l’image de Camille Jullian qui, entre 1882 et 1883, perfectionne à Berlin, auprès de T. Mommsen, ses connaissances épigraphiques. Surtout de Paris à Berlin, des stratégies clientélistes se développent. Les deux Instituts prussiens d’Athènes et de Rome admettent en leur sein des boursiers ressortissants des autres pays de langue allemande. L’idée séduit l’École française d’Athènes mais sa réalisation patientera jusqu’en 1900. L’EFA accueillera désormais les savants des pays qui n’entretiennent pas de missions archéologiques en Grèce afin de rallier à la France des alliés potentiels. Les représentations de la Méditerranée alimentent ce climat de propagande et déterminent un affrontement symbolique centré autour de la question des héritages. Le concept de Méditerranée se prête en effet à des interprétations distinctes. Très schématiquement, les représentations françaises et allemandes s’opposent sur la primauté donnée soit au pôle grec, soit au pôle romain. Différentes versions du concept de Méditerranée vont coexister en Europe, d’une Méditerranée germanique à une Méditerranée latine.

  • 3 Sur la latinité, cf. A. Ruel : « Idée latine et Méditerranée », Actes du colloque d’Azay le Ferron (...)

13En France, l’étude des débats sur la décadence des races latines livre sur ce point quelques éléments. Méditerranée et latinité semblent se confondre tant ces deux mots sont attachés au même ensemble de valeurs. Tandis que la Méditerranée semble naître à l’idéologie par la force de la constitution du savoir géographique, l’idée latine semble pour sa part beaucoup plus ancienne. Fondée sur la reconnaissance de l’héritage latin, elle est constituée en idéologie dès la première moitié du xixe siècle, et sans doute auparavant3.

14Cette thématique se développe alors outre-Rhin, principalement au travers de la reinterprétation d’un texte, la Germanie de Tacite, redécouvert au xve siècle et dont Michael Werner a retracé l’histoire. Ce texte s’avère fondateur de l’identité nationale allemande et participe de l’entreprise de revalorisation du passé patriotique. Même si l’identité nationale se fonde sur le jugement de Rome (Tacite), il s’agit de transformer l’infériorité culturelle en supériorité morale fondée sur la simplicité des valeurs éthiques en dénonçant la décadence de Rome et des races latines. De ce point de vue, il semble exister une opposition et une complémentarité entre germanisme et culture classique.

15L’affrontement idéologique est devenu archéologique et donne sa mesure au travers des publications, des esprits, et de la vie des instituts respectifs, qui, de plus en plus, prennent la forme d’étroites concurrences nationales. Paradoxalement donc, le moment même où la Méditerranée est conçue dans son unité et son universalité est aussi celui où s’affrontent très directement, et en son nom, les diverses ambitions européennes, dans une logique de confrontation nationale. Ce sont les mêmes années marquées par le traumatisme de la défaite française face à l’Allemagne, qui se prolongent par la rivalité infernale du couple franco-allemand et ce, jusqu’aux lendemains de la première guerre mondiale. Ainsi, à la fin du xixe siècle, le miracle d’Olympie est allemand et le génie de la France s’exprime en contrepoint par la redécouverte de Délos et de Delphes. Les terrains conquis scientifiquement par les archéologues revêtent un caractère nationaliste et il est courant d’opposer les vertus de la science française à la puissance de la science allemande.

16A l’ombre de la vie scientifique, d’autres intérêts trouvent un ancrage et le politique s’allie à une vision géopolitique de la Méditerranée. Autour de la Grande Guerre, Gustave Fougères, directeur de l’École française d’Athènes entre 1913 et 1919, apparaît comme le détenteur d’une position privilégiée tant sur l’échiquier politique qu’au sein du monde savant. En concentrant entre ses mains toute l’ambiguïté d’une science militante au service d’un idéal politique et culturel, il est un témoin des ombres portées du national et de l’universel en Méditerranée.

  • 4 G. Fougères, Guide Joanne, Grèce, Paris, 1911, « Préface ».

17Avant-guerre, il est connu du public français pour la contribution qu’il apporte dans la diffusion prônée par les Guides Bleus d’une Grèce touristique. Homme de science, il fait partager son savoir méditerranéen en orientant le tourisme vers les terrains consacrés à l’archéologie. Traditionnellement, le voyage en Orient est décrit dans les guides de voyages depuis Paris. Ainsi, le guide Joanne sur la Grèce en 1888 comporte-t-il deux parties équivalentes : la première section nous renseigne sur les « routes de Paris à Athènes », la deuxième section sur « Athènes et ses environs ». Or, dès la fin du siècle, les itinéraires s’enrichissent de l’élargissement du patrimoine archéologique, la multiplication des fouilles modifiant les parcours du voyageur. En 1911, Gustave Fougères dans sa « Préface » du guide Joanne consacré à la Grèce observe ce phénomène. « Aujourd’hui, plus encore qu’en 1891 et en 1896, la Grèce s’est ouverte au grand public touriste : chemins de fer, hôtels, champs de fouilles nouveaux, ont transformé tous les anciens itinéraires. Par le merveilleux accroissement des richesses archéologiques depuis vingt ans, par la révélation des civilisations préhelléniques, par la création de nombreux musées locaux, la matière de nos descriptions se trouve enrichie jusqu’à l’encombrement4. » Là où le récit de voyage spécifiait presque exclusivement l’intérêt et le but de lieux distingués par leur beauté, le guide s’emploie à former et à fixer des itinéraires, désormais constitutifs de ce qu’il faut nommer « une tournée obligatoire ».

  • 5 Ibidem, « Ire partie : Conseils aux voyageurs ; A. Organisation du voyage ; 1° But et intérêt du v (...)
  • 6 Ibidem.

18En fait, c’est l’intérêt même du voyage qui est bouleversé. Le voyage en Grèce, conçu « comme complément de culture générale » est maintenu mais il a subi une modification. « Pour l’humaniste d’autrefois, la Grèce n’était qu’une contrée littéraire, dont il se contentait d’explorer les chefs-d’œuvre, sans sortir de son cabinet. Aujourd’hui, la conception de l’hellénisme s’est modernisée : les progrès du sens historique et du sens pittoresque ont suscité un mouvement de curiosité en faveur de la Grèce concrète, dont l’archéologie ressuscitait les monuments originaux. De plus en plus, on comprend la nécessité d’aller sur place étudier les restes de cet art et de cette vie helléniques, dans son cadre merveilleux de lumière, de couleur et d’harmonieux contours5. » Le voyage a évolué, principalement en raison des conditions matérielles d’exploration. « Il y a une trentaine d’années, quand parut, dans cette collection, le Guide d’Orient du Dr Isambert, le touriste, que l’attrait du paysage et des souvenirs avait entraîné en Grèce, devait compter sur son enthousiasme pour le dédommager des risques auxquels il exposait son bien-être et sa sécurité. Trop souvent, cet enthousiasme sortait de cette épreuve assez compromis ; plus souvent encore, l’appréhension d’une telle aventure le paralysait à l’avance et l’inclinait à l’abstention6. » On n’imagine plus, à la fin du xixe siècle, pareilles appréhensions.

  • 7 Ibidem. Ière Partie : Conseils aux voyageurs : A. Organisation du voyage ; 3° Plan et durée du voy (...)

19Dans le même esprit, le voyage en Grèce, à la veille de la Grande Guerre, emprunte la voie maritime et la mise en place de croisières inaugure un modèle de périple moderne : le voyage organisé. « Les croisières en Grèce dirigées depuis quelques années par la Revue générale des Sciences ont d’emblée conquis la faveur du public. Grâce à elles, des milliers de touristes ont pu réaliser en toute commodité, avec une notable économie, un projet qu’ils n’auraient peut-être jamais mis à exécution par leurs propres moyens7. » En 1907, le programme d’une croisière dure 26 jours et s’accomplit à l’initiative de la communauté savante en conjuguant la visite des terrains archéologiques et la rencontre des imaginaires méditerranéens.

  • 8 Archives MAE, Paris : Papiers d’agents 010 Berthelot, dossier 8, Objet : Propagande en Grèce.
  • 9 Archives MAE, Paris : Papiers d’agents 010 Berthelot, dossier 8, Service de Propagande, Grèce-Bulg (...)

20Ceci étant, et tout en restant un homme de science, Fougères prend place dans le dispositif naissant de la propagande française en Grèce. Aussi, dès le début du conflit mondial, est-il pressenti comme un personnage clef et contacté à ce titre par les services du Deuxième Bureau représenté en Grèce par le colonel Braquet. D’Athènes, le 29 janvier 1916, le colonel Braquet, attaché militaire près la légation de France en Grèce, adresse au ministre de la Guerre un rapport sur l’état de la propagande en Grèce. « Par dépêche n° 47982/11 du 20 juillet 1915 vous m’aviez prescrit en ce qui concerne la propagande française en Grèce, de m’entendre avec M. Fougères, directeur de l’École française, et de vous soumettre ensuite les observations suggérées par l’expérience8. » Cette « collaboration avec M. Fougères » est, de fait, « réalisée depuis le début de la guerre ». Braquet nous renseigne sur la fonction centrale réservée à Fougères et fait part de son désir « d’avoir à la tête de ce service un chef assurant l’unité de doctrine et coordonnant tous les efforts. Dans cet ordre d’idées – poursuit-il – et étant donné les circonstances, il semble que l’homme à qui l’on doive songer d’abord pour cet emploi soit le directeur de l’École française d’Athènes. M. Fougères connait en effet le pays, il y a des sympathies nombreuses comme homme et comme savant. Suffisamment phihellène pour inspirer confiance aux Grecs, il garde néanmoins sur leurs défauts toute la clairvoyance nécessaire. Enfin, il possède le talent littéraire indispensable dans ce pays de rhéteurs, où l’art de présenter les choses importe autant que les choses elles-mêmes. En tout état de cause, M. Fougères serait donc l’homme à envoyer à Athènes s’il n’y était déjà. Qu’on profite donc de sa présence et qu’on se hâte de lui donner officiellement l’introduction dont il a besoin pour se mettre efficacement à l’œuvre. D’ores et déjà, M. Fougères est assisté de trois anciens membres de l’École que le ministre de la Guerre a mis à sa disposition pour le seconder dans l’œuvre de propagande. Ils sont bien assez nombreux pour cette mission9 ».

21Cette implication de l’École en matière de propagande est fondamentale et permet d’analyser la continuité du lien qui unit l’École française d’Athènes au politique, et plus précisément à la défense des intérêts français en Méditerranée même si cette responsabilité reste limitée, ce que désapprouve Georges Leygues, président de la Commision des Affaires extérieures.

  • 10 Archives MAE, Paris, Maison de la Presse, Grèce, Vol.11 Août 1914-Octobre 1919, f° 130-131, (Copie (...)

22Le débat sur ce point est remonté au plus haut niveau. Le 17 février 1916, en effet, Aristide Briand répond à G. Leygues « sur l’organisation de la propagande en Grèce qui vous paraît actuellement insuffisante et que vous voudriez voir centralisée entre les mains du Directeur de l’École d’Athènes... Je ne partage pas, écrit-il, sur ce point votre sentiment : M. Fougères est un agent très distingué qui, par sa connaissance du pays et avec l’aide de trois anciens élèves de l’École d’Athènes placés sous ses ordres, est en situation d’exercer par sa personnalité, par les conférences et publications faites sous sa direction, par ses relations étendues une action non négligeable sur l’opinion grecque. Mais ce serait une erreur évidente de le charger des relations avec la presse avec tout ce que celles-ci comportent de spécial : un fonctionnaire tel que le directeur de l’École d’Athènes, qui loge actuellement les Attachés militaires et navals, perdrait justement l’autorité morale qui fait sa force et compromettrait essentiellement les délégués de notre armée et de notre marine en installant chez lui publiquement une propagande de presse dont l’efficacité tient justement à sa discrétion. M. Fougères doit continuer à exercer en Grèce l’action intellectuelle avouable que justifient ses fonctions, pour laquelle il a reçu du Département l’aide même qu’il a demandée et que je suis disposé à augmenter sur sa demande après avoir obtenu de lui les justifications voulues de l’emploi des fonds10 ».

  • 11 Archives MAE, Paris, Papiers d’agents 010 Berthelot, dossier 8, Service de Propagande, Grèce-Bulga (...)
  • 12 Archives MAE, Paris, Papiers d’agents 010 Berthelot, dossier 8, Service de propagande, Grèce-Bulga (...)

23Le 3 mars 1916, Paris confirme par télégramme la mission dévolue à Fougères et qui relève de « la propagande intellectuelle ». Celle-ci « peut être en effet complètement assurée par M. Fougères avec l’aide des élèves de l’École d’Athènes : les tournées en Grèce, les petites missions, les conférences, les réceptions, les publications et diffusions de brochures, articles de revue, etc., relèveront de lui11 ». Sur cette épineuse question de nomination, l’échange se poursuit entre la Chambre des députés et le ministère. « La Commission des Affaires Étrangères regrette les divergences qui se sont manifestées entre elle et vos services en ce qui touche à la propagande ; mais elle maintient son point de vue. Lorsqu’elle vous a proposé M. Fougères, "non pour centraliser entre ses mains toute la propagande en Grèce", mais pour la diriger, c’est-à-dire pour lui imprimer l’orientation générale et le caractère qu’elle doit avoir, elle vous a désigné l’homme qui, par son autorité, sa connaissance du milieu, sa finesse et son tact, lui paraissait le mieux en mesure de remplir cette mission délicate. M. Fougères a fait ses preuves. Depuis un an il a défendu notre cause et celle de l’Entente.[...] Nous n’avons jamais réclamé pour M. Fougères la direction du Service de la presse12. »

  • 13 Archives MAE, Paris, Maison de la presse, Grèce, vol.11, août 1914-octobre 1919, 82-84, Note sur u (...)

24Comment s’effectue cette propagande intellectuelle dont l’épicentre est le siège de l’École ? Dans une note, Charles Dugas développe l’argumentation susceptible d’atteindre l’opinion grecque et de la rallier à la cause de l’Entente. Il s’agit de produire dans la presse « des articles originaux destinés à montrer les liens qui unissent la cause des alliés et celle de l’hellénisme : 1° dans le passé (diverses circonstances où la diplomatie française est intervenue en faveur de la Grèce), 2° dans le présent. Ce sont naturellement les articles relatifs à la situation actuelle qu’il faudrait surtout développer. Ils devraient avoir pour but de ramener l’attention de l’opinion publique, hypnotisée par un coin de territoire macédonien, sur les intérêts généraux de l’hellénisme et de détourner sur le Turc toute la haine que les Grecs nourrissent aujourd’hui contre le Bulgare et l’Italien. On essaierait de montrer par des études documentées que l’avenir de l’hellénisme est avant tout en Asie, non en Macédoine, et l’on rappellerait toutes les souffrances de l’hellénisme ottoman, en particulier sous le régime Jeune-Turc. On rapprocherait les procédés des Jeunes Turcs à l’égard des communautés chrétiennes et ceux des Allemands à l’égard des éléments hétérogènes de leur empire. Les Allemands et les Turcs ont maintenant partie liée ; une Turquie victorieuse et germanisée serait un empire centralisé et tyrannique où toute vie autonome deviendrait impossible aux communautés grecques ; contribuer, en quoi que ce soit, à la victoire de la Turquie, c’est contribuer à l’amoindrissement de l’hellénisme13 ».

  • 14 L. Léger, Les luttes séculaires des Germains et des Slaves, Paris, Maisonneuve, 1916, p. 8-9.

25C’est dire que cette propagande s’inscrit dans le violent débat qui secoue les Balkans et rejoint la tonalité assassine des discours idéologiques tenus alors par des hommes de science comme Louis Léger. « La guerre actuelle, telle que l’Allemagne l’a déchaînée, est avant tout une guerre de races, écrivait par exemple ce dernier. Si le monde germanique venait à être victorieux, les petits peuples slaves, tels que les Tchèques, les Slovaques, les Slovènes, les Serbo-Croates seraient peu à peu supprimés pour faire place aux Allemands vers la Méditerranée. On parlait naguère du Drang nach Osten, de l’élan germanique vers l’Est. Aujourd’hui il y a un Drang nach Süden et, dans ce nouveau mouvement de Völkerwanderung, l’Autriche actuelle qui, naguère, était l’avant-garde de l’Europe contre la domination musulmane, est maintenant l’avant-garde de la Grande Allemagne en marche vers Scutari, Salonique et Constantinople. Il y a pour nous, dans les circonstances actuelles, un intérêt qui n’est pas purement théorique à savoir ce qu’étaient ces Slaves disparus14. »

26L’établissement d’un réseau français d’instituts d’archéologie a favorisé dans un premier temps la francophonie et a su éveiller un public élargi aux séductions des vestiges antiques, mais, dans un second mouvement, le caractère national de cette implantation pèse plus fortement dans le jeu des échanges, des calculs et des perspectives. Les écoles sont considérées comme de véritables antennes à investir et à mobiliser en cas de conflit. Leurs directeurs ont la mission de répondre aux besoins de propagande. Et la science doit se faire arme d’intelligence. L’intérêt du rôle délicat de Gustave Fougères autour de la Grande Guerre réside dans son acceptation de la tutelle politique et de sa capacité de résistance face à des pressions grandissantes alors qu’il s’est engagé entièrement sur la voie de la vulgarisation. Aux yeux du politique et du scientifique, il s’agit d’ouvrir les territoires et de livrer les clefs de l’appartenance méditerranéenne au nom d’une culture de l’universalité.

  • 15 Institut international de coopération intellectuelle. Entretiens. L’avenir de l’esprit européen, P (...)
  • 16 Ibidem, p. 132.

27La question de la civilisation est au cœur du face-à-face de la France et de l’Allemagne en Europe et en Méditerranée et elle accompagne celle de la latinité et du germanisme. Ce débat déjà ancien a surgi au tournant du siècle et se colore sous les feux de la propagande du spectre de la décadence des races latines. Durant la Grande Guerre, la lutte oppose les forces de la Civilisation et celles de la Barbarie. La défense nationale s’unit à celle de la Civilisation et, dans une certaine mesure, ressusciter l’esprit européen, c’est maintenir le patrimoine européen dont les sources sont essentiellement méditerranéennes. Lorsqu’en octobre 1933, se tiennent à Paris, à l’iniatitive du Comité français de Coopération européenne et sous la présidence de Paul Valéry les Entretiens sur l’avenir de l’esprit européen, ces réflexions sont infiniment présentes. L’un des participants, Georges Duhamel, se souvient : « Pour les hommes de ma génération, l’esprit européen, avant la guerre, se confondait assez bien avec l’idée de civilisation et, comme nous n’avions pas le sentiment qu’une telle idée pût se trouver en péril, nous n’éprouvions à son sujet aucune inquiétude et ne formions point de vœux. C’est pendant la guerre que nous avons pris une forte conscience de l’Europe et de ce qu’elle représentait dans le monde15. » Sa préoccupation essentielle vise alors à rendre tangible la réalité de l’Europe loin du « jeu académique » et de la « vérité de salon16 ». Cette déclaration de foi européenne prend son sens si l’on met en perspective les engagements prononcés que Duhamel prit au temps de la Grande Guerre en faveur de la latinité et du rapprochement de la France et de l’Italie contre l’Allemagne. Cette conviction européenne présente la saveur d’une conversion ou plutôt d’une reconversion politique du même idéal classique pour les besoins d’une autre cause. Le drapeau de l’Europe, comme celui de la Méditerranée, flotte sur les manifestations politiques et hante les imaginaires des intellectuels des années 1930. Il confère à la Méditerranée une place singulière au cœur des relations internationales.

Notes

1 Guigniaut, Rapport fait à l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, dans la séance publique du 22 août 1851, au nom de la Commission chargée d’examiner les travaux envoyés par les membres de l’École française d’Athènes, Archives des Missions, tome II, p. 457.

2 Archives des Missions scientifiques et littéraires : choix de rapports et instructions, publiées sous les auspices du ministère de l’Instruction publique et des Cultes, t. I, 2e série, Paris, A. Delahays, 23cm, 1864, « Avertissement », p. I.

3 Sur la latinité, cf. A. Ruel : « Idée latine et Méditerranée », Actes du colloque d’Azay le Ferron, Université de Tours, septembre 1991 ; « Le concept de Méditerranée à la fin du xixe siècle », in Enquêtes en Méditerranée. Les expéditions françaises d’Égypte, de Morée et d’Algérie, Actes du colloque d’Athènes (juin 1995) sur l’Invention scientifique de la Méditerranée, Athènes, Institut de recherches néo-hélléniques, 1999.

4 G. Fougères, Guide Joanne, Grèce, Paris, 1911, « Préface ».

5 Ibidem, « Ire partie : Conseils aux voyageurs ; A. Organisation du voyage ; 1° But et intérêt du voyage », pp. I-II.

6 Ibidem.

7 Ibidem. Ière Partie : Conseils aux voyageurs : A. Organisation du voyage ; 3° Plan et durée du voyage », p.IV.

8 Archives MAE, Paris : Papiers d’agents 010 Berthelot, dossier 8, Objet : Propagande en Grèce.

9 Archives MAE, Paris : Papiers d’agents 010 Berthelot, dossier 8, Service de Propagande, Grèce-Bulgarie, Janvier 1915- Novembre 1916, 103 folios, 20-25.

10 Archives MAE, Paris, Maison de la Presse, Grèce, Vol.11 Août 1914-Octobre 1919, f° 130-131, (Copie, Paris le 17 février 1916, Monsieur Aristide Briand, Président du Conseil Ministre des Affaires Etrangères, à Monsieur Georges Leygues, Président de la Commision des Affaires Extérieures.)

11 Archives MAE, Paris, Papiers d’agents 010 Berthelot, dossier 8, Service de Propagande, Grèce-Bulgarie, Janvier 1915- Novembre 1916, 103 folios, 251 – Paris, 3 mars 1916, le MAE à M. le Ministre français à Athènes.

12 Archives MAE, Paris, Papiers d’agents 010 Berthelot, dossier 8, Service de propagande, Grèce-Bulgarie, janvier 1915-novembre 1916, 103 folios-26-28, Paris, 3 mars 1916, G. Leygues Pdt de la Commission des Affaires extérieures, A Monsieur le président du Conseil.

13 Archives MAE, Paris, Maison de la presse, Grèce, vol.11, août 1914-octobre 1919, 82-84, Note sur un projet de propagande en Grèce par Charles Dugas.

14 L. Léger, Les luttes séculaires des Germains et des Slaves, Paris, Maisonneuve, 1916, p. 8-9.

15 Institut international de coopération intellectuelle. Entretiens. L’avenir de l’esprit européen, Paris, Société des Nations, 1934, p. 128.

16 Ibidem, p. 132.

Notes de fin

* Institut universitaire européen, Florence. A. Ruel prépare une thèse sur « L’invention de la Méditerranée : genèse, usages et postérité (1830-1930) ».

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540