Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Première partie. Usages de l’histoire

1. Préludes aux rivalités du xxe siècle : France, Autriche-Hongrie, Empire ottoman en Méditerranée

Robert Mantran

Texte intégral

  • * Professeur émérite à l’Université de Provence, décédé en 1999.

1Note portant sur l’auteur*

2Quand on s’interroge sur le dualisme France-Allemagne en Méditerranée, il ne saurait être question d’en situer le début au milieu du xixe siècle, avec l’essor de l’Allemagne et plus encore avec la naissance de l’empire allemand en 1871.

3Il est en effet nécessaire de remonter le cours de l’histoire, au temps où une Allemagne unifiée n’existait pas et où sa place, au sein du monde germanique, était alors tenue par l’Empire autrichien des Habsbourgs dont la rivalité, voire les conflits avec la France et avec l’Empire ottoman, a marqué sa politique militaire et diplomatique et dont le théâtre s’est situé en partie en Méditerranée, en partie en Europe centrale et balkanique à partir du moment où, au début du xvie siècle, arrivent au pouvoir trois souverains hors du commun : Charles Quint, François Ier et Soliman le Magnifique.

4Conséquences de l’héritage bourguignon, des conflits opposant Autrichiens et Français se produisent de la fin du xve siècle jusqu’au xixe en Lorraine, en Alsace, en Allemagne, en Bavière, en Autriche, voire en Italie, mais ils ne concernent que les Habsbourgs pour l’Autriche, les Bourbons, la première République, Napoléon Ier et Napoléon III pour la France.

5Sur la scène militaire et politique de l’Europe, les Ottomans, durant la seconde moitié du xve siècle, occupent pour leur part la Serbie, l’Albanie, l’Herzégovine, la Bosnie (ces deux derniers pays au détriment des Hongrois) et font des incursions en Dalmatie et en Croatie, régions côtières de l’Adriatique que, par celle-ci, on peut rattacher au monde de la Méditerranée.

6L’expansion ottomane au xvie siècle entraîne l’existence de deux zones de confrontation : l’une, terrestre, met en présence Turcs et Autrichiens en Europe centrale où, face à Soliman, le relais est pris, après Charles Quint, par Ferdinand Ier, puis Maximilien II, et qui a pour objet la domination de la Hongrie, du Banat, de la Transylvanie : les épisodes principaux en sont la bataille de Mohacs (1526), la prise de Bude (1526, 1529), le siège de Vienne (1529), l’occupation d’une grande partie de la Hongrie, terrain stratégique en Europe centrale, par les Ottomans (1547), le siège de Szeged au cours duquel meurt Soliman (1566). Cette zone de conflits, certes éloignée de la Méditerranée, met en question la sécurité des territoires autrichiens, mais elle n’intéresse pas directement les Français, sauf dans la mesure où une partie des forces de Charles Quint sont aux prises avec celles de Soliman, ce qui soulage d’autant, en Occident, les armées de François Ier. C’est en outre à cette époque que se conclut la première alliance franco-ottomane avec la conclusion des Capitulations en 1536, qui accordent aux Français une situation privilégiée dans l’Empire turc non seulement du point de vue diplomatique et militaire, mais aussi économique.

7L’autre zone de confrontations est maritime et se situe en Méditerranée occidentale : les Ottomans s’y opposent aux Espagnols, encore sous la domination de Charles Quint, et les Français n’interviennent guère ; le seul événement où les trois puissances sont présentes simultanément est le siège et la prise de Nice (alors aux mains d’un allié de Charles Quint) en 1543, où l’amiral ottoman Khayreddin Barberousse apporte un concours efficace aux Français. Par la suite, les Ottomans mettent sous leur dépendance l’Algérie, la Tunisie, la Tripolitaine, expulsant de ces lieux les Espagnols sans que les Français se manifestent militairement, mais en revanche commencent à y créer des comptoirs commerciaux.

8Durant la fin du xvie siècle et tout au long du xviie, on ne note pas de heurts ni de rivalité marquée entre les deux puissances chrétiennes sur le terrain ottoman : l’Empire qui n’est plus qu’autrichien, est axé sur l’Europe centrale, car désormais l’Espagne est totalement séparée de l’Autriche et ne possède plus en terre africaine qu’Oran et les présides du Maroc ; elle s’intéresse surtout à l’Amérique. La France, après avoir été en proie aux guerres de Religion, met peu à peu en place une activité commerciale qui se développe surtout à partir de Colbert vers les comptoirs d’Afrique du Nord et les échelles du Levant, tous lieux où les Autrichiens ne sont pas présents ou le sont peu. Dans le courant du xviie siècle, ceux-ci ont essayé d’obtenir des conditions favorables pour leur commerce, mais outre l’état de guerre latent avec les Ottomans, ils se sont heurtés à l’opposition des Vénitiens et des Français. Cependant, à la suite de la guerre austro-ottomane de 1680, conclue par la paix de Weissembourg en 1664, les Autrichiens ont obtenu du sultan Mehmed IV un firman en faveur de leur commerce, ce qui a donné lieu à un petit trafic sur le Danube et même à la création d’une Compagnie du Levant, éventuelle concurrente des Compagnies similaires française, anglaise, néerlandaise et des marchands vénitiens, mais qui disparaît avec le début d’une nouvelle guerre contre les Ottomans en 1682.

9Pendant que Français et Autrichiens se battent au cours de la guerre de la ligue d’Augsbourg (traité de Ryswick, 1697), les Autrichiens luttent sur un deuxième front et subissent même un second siège de Vienne (1683) au début de la guerre de la Sainte-Ligue (1683-1699) conclue par la paix de Carlovitz (1699). Cette paix donne aux Autrichiens la Hongrie qui demeurera incorporée à leur empire jusqu’en 1918. Français et Autrichiens se trouvent une nouvelle fois face à face lors de la guerre de Succession d’Espagne (1701-1714) dont les Ottomans sont totalement absents. Un peu plus tard, une autre guerre austro-ottomane apporte à l’Autriche, par le traité de Passarowitz (1718), la possession du Banat, de la Valachie orientale, du nord de la Serbie, permettant ainsi la constitution d’un glacis important face non seulement à l’Empire ottoman, mais surtout face à la Pologne et à un nouveau venu dans le concert international, la Russie, qui a déjà pénétré en Ukraine.

10Depuis les dernières décennies du xviie siècle, Vienne devient un centre d’informations de plus en plus important sur le gouvernement ottoman à la place de Venise, dont le déclin a commencé : c’est en effet par l’intermédiaire de Vienne que parviennent, notamment en France (en particulier à la Gazette de France), les nouvelles concernant les Turcs en raison des implications diplomatiques, militaires, voire commerciales, dans les relations entre les deux États. Si les Français dominent les activités économiques dans le monde ottoman et s’ils sont aussi très présents dans un domaine spécifique, celui des missions catholiques, ils s’y heurtent aux Autrichiens qui ont obtenu des droits sur la protection des catholiques de l’Empire turc.

11En 1729 est créée une Compagnie autrichienne du Levant dont le point de départ est Trieste, avec des relais à Salonique et à Istanbul, et qui effectue aussi quelques échanges avec les pays barbaresques ; des consulats autrichiens sont ouverts à Tunis et à Tripoli en 1725, à Alger en 1727 : ils n’ont pas une grande activité et ne concurrencent guère les Français, déjà établis en ces lieux. La Compagnie du Levant est ruinée par la guerre qui éclate en 1739, dont les Ottomans sortent victorieux, ce qui leur permet de récupérer ce qu’ils avaient perdu en 1718. Peu auparavant s’est achevée la guerre de Succession de Pologne qui a opposé la France, l’Espagne, la Sardaigne et la Bavière à l’Autriche et à la Russie, et à l’issue de laquelle l’Autriche conserve des territoires en Italie, notamment la Lombardie et la Toscane. Il faut noter la quasi-simultanéité des guerres franco-autrichiennes et austro-ottomanes au xviie siècle et dans la première moitié du xviiie : on peut penser que la diplomatie française, en bons termes avec les Ottomans, n’a pas été innocente dans ce processus, l’Autriche constituant alors, avec l’Angleterre, la principale puissance adverse.

12L’arrivée de la Prusse sur la scène européenne provoque un rapprochement entre la France et l’Autriche, effectif dans la guerre de Sept Ans (1756-1763) au résultat malheureux pour elles. Quelque temps après, la guerre russo-turque et le traité de Kutchuk-Kaïnardji (1774) marquent le début de la « Question d’Orient » durant laquelle on assiste, jusqu’à son épilogue en 1923, à une valse des alliances, selon les circonstances, entre puissances occidentales, mais toujours au détriment de l’Empire ottoman.

13En 1754 a été créée une nouvelle Compagnie autrichienne du Levant qui entraîne l’essor de Trieste, et en 1784 les Autrichiens obtiennent des facilités de navigation dans les eaux ottomanes. D’un autre côté, des comptoirs ouverts par la France en Crimée, en Valachie et en Moldavie n’ont connu que peu d’activité et la tentative de liaison maritime Marseille-Crimée n’a pas été couronnée de succès.

14Sous le Directoire et le Premier Empire, les campagnes napoléoniennes entraînent, avec les défaites des Habsbourgs, la perte de leurs territoires de Lombardie, Vénétie, Croatie, Istrie, Dalmatie, ces trois dernières formant alors les « provinces françaises d’Illyrie » qui firent retour à l’Autriche en 1815. En dehors de ces événements, surviennent aussi les premières révoltes dans les pays balkaniques contre les Ottomans, en Serbie, en Épire, en Valachie, en Bulgarie, soutenues par la Russie et, à un moindre degré, par l’Autriche. Pourtant, lorsque Constantin Rhigas, inspiré par les idées de la Révolution française, lance depuis Vienne des actions visant à créer une République grecque, éventuellement élargie à d’autres peuples soumis aux Ottomans, il est arrêté par les Autrichiens qui le livrent ensuite aux Turcs : il est exécuté le 24 juin 1798. Les Autrichiens y voyaient une possible menace de création d’un ensemble orthodoxe-slave qui pourrait faire contre eux le jeu de la Russie. Quant à l’occupation des rivages dalmates par les Français, elle a été perçue de façon positive par les Ottomans dans la mesure où elle s’exerçait contre leurs ennemis traditionnels.

15Les affaires de Grèce, d’Égypte, puis la guerre de Crimée ne voient pas de participation militaire autrichienne, tout au plus quelques interventions diplomatiques : la paix règne entre les deux Empires jusqu’en 1878. C’est aussi le moment où se développe l’influence de la France et de l’Angleterre sur la politique ottomane (époque des Tanzimat) et la constitution d’une clientèle tant dans les Balkans que dans les pays arabes.

16Après la guerre de Crimée (1854-1855), la pression russe dans les Balkans et la faiblesse notoire de l’Empire ottoman conduisent les Autrichiens, selon les circonstances, à mettre en œuvre une diplomatie souple visant à limiter l’action des Russes et à maintenir une présence en matière de commerce qui, vers 1870, les place au même rang que la France. Si, au congrès de Berlin en 1878, la Russie obtient nombre de gains politiques et territoriaux, notamment une tutelle plus ou moins appuyée sur les pays slaves, l’Autriche y gagne la protection et l’administration de la Bosnie-Herzégovine, ce qui lui est indispensable pour contrecarrer la progression russe vers l’Adriatique et la Méditerranée.

17Mais dès avant le milieu du xixe siècle se manifeste la montée en puissance de la Prusse, confirmée par les victoires de Sadowa sur l’Autriche (1866) et durant la guerre de 1870-1871 contre la France, ce qui conduit à la création de l’Empire allemand en 1871. Le rôle de l’Autriche vis-à-vis de l’Empire ottoman est depuis cette époque en diminution au profit de la Prusse, puis de l’Allemagne, déjà présente en Turquie par des techniciens et des militaires : elle contribue à la transformation des forces armées ottomanes dès 1836, l’emportant sur la France en raison du soutien apporté par celle-ci à Mohammed Ali. Cette présence allemande se renforce après 1878 : elle fait partie du Conseil de direction de la Dette publique ottomane (1881), obtient la création de la Deutsche Bank (1888) – toutefois après la création de la Banque austro-ottomane (1871) – la construction d’un chemin de fer en Anatolie (1889), la signature d’un traité de commerce germano-turc (1890) qui entraîne l’accroissement de la part allemande dans le commerce ottoman, au détriment de la part autrichienne. Cette influence grandissante de l’Allemagne est confirmée par la visite de l’empereur Guillaume II à Istanbul en 1889, à Damas et Jérusalem en 1898. Dans l’optique du Drang nach Osten et de la Weltpolitik (contournement de la Méditerranée par l’Europe centrale et orientale et par l’Asie mineure), les Allemands obtiennent l’accord des Turcs pour la construction du chemin de fer de Bagdad, créent des institutions économiques, culturelles (écoles, développement des recherches archéologiques), religieuses (missions) qui concurrencent fortement les institutions autrichiennes, et surtout ils ont le monopole de l’équipement de l’armée de terre ottomane encadrée par des officiers allemands (1882) et prise en main par Colmar von der Goltz en 1885. Cette prééminence s’explique d’une part par la méfiance du sultan Abdùl-Hamid II envers la Grande-Bretagne et la France en raison de leur « politique arabe », par un certain ressentiment envers l’Autriche en raison de son hostilité passée et de l’affirmation de sa suprématie en Bosnie. L’Autriche, pour sa part, se préoccupe surtout de la poussée russe dans les Balkans et en Europe orientale, et compte sur l’aide de l’Allemagne pour y faire obstacle. Aux yeux du sultan turc, l’Allemagne n’apparaît pas comme une puissance « colonisatrice » menaçant l’intégrité des territoires ottomans ; et au contraire elle apporte un soutien marqué à la politique turque. Cette influence allemande se manifeste encore plus nettement lorsque, après la révolution de 1908, les Jeunes-Turcs et le comité « Union et Progrès » arrivent au pouvoir. Les guerres balkaniques de 1912 et 1913 entraînent l’éviction des Ottomans des terres des Balkans qu’ils détenaient encore, à l’exception de la Thrace orientale. Et lorsque l’attentat de Sarajevo provoque le déclenchement de la première guerre mondiale, les Autrichiens sont aux côtés des Allemands en raison de leur désir de revanche sur les Russes, et les Turcs, après avoir hésité, rallient les deux Empires germaniques, poussés notamment par les Allemands qui ont besoin d’un troisième front.

18La fin de la première guerre mondiale voit la disparition des Empires allemand, austro-hongrois, russe et ottoman, et l’émergence d’une prépondérance française dans les pays balkaniques et anglo-française en Méditerranée musulmane.

19Y a-t-il eu véritablement rivalité entre la France et l’Autriche à propos de l’Empire ottoman ? Cela n’apparaît pas de façon très marquée, chacune ayant choisi son terrain d’élection vis-à-vis de cet Empire. Et si confrontation il y a eu, ce fut pour la suprématie sur « l’Europe chrétienne », l’Empire ottoman ne constituant qu’un pion complémentaire – mais important – dans l’évolution de cette rivalité. Les choses ont été bouleversées avec l’arrivée de l’Allemagne dans ce jeu diplomatique, économique et stratégique dont le but était de s’assurer la prépondérance dans ce monde pluraliste ottoman, tout en préparant la mort de « l’Homme malade de l’Europe ».

Bibliographie

Indications bibliographiques :

On trouvera, dans les ouvrages généraux suivants, des références bibliographiques détaillées sur le sujet :

M.S. Anderson, The Eastern Question, 1774-1923, Londres, 1966.

G. Castellan, Histoire des Balkans, xixe-xxe siècle, Paris 1991.

F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 2e éd., 2 vol., Paris 1966.

C. & B. Jelavich, The Establishment of the Balkan National States, 1804-1920, University of Washington Press, 1977. R. Mantran (dir.), Histoire de l’Empire ottoman, Paris, Fayard, 1989. S.J. Shaw, History of the Ottoman Empire and modern Turkey, 2 vol., Cambridge University Press, 1976-1977.

P.F. Sugar, South eastern Europe under Ottoman rule, 1954-1804, Seattle Londres, 1977.

E. Zöllner, Histoire de l’Autriche, trad, frse, Éditions Horvath, 1965.

Notes de fin

* Professeur émérite à l’Université de Provence, décédé en 1999.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540