Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques méditerranéennes entre logiques étatiques et espace civil

 | 
Jean-Robert Henry
, 
Gérard Groc

Introduction générale

Jean-Robert Henry

Texte intégral

  • * Directeur de recherches au CNRS, IREMAM.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Espace public méditerranéen et société civile (dir. J.R. Henry), Revue méditerranéenne d’études po (...)

2Le présent ouvrage clôture un programme de recherches mené par l’IREMAM avec différents partenaires français et allemands, et qui a donné lieu à plusieurs rencontres entre 1995 et 1999. Trois publications en ont déjà résulté : un numéro spécial de la Revue méditerranéenne d’études politiques sur l’espace public méditerranéen et sa société civile, la seconde partie d’un numéro de Hermès sur la cohabitation culturelle en Europe, et enfin un ouvrage collectif, dirigé par Hartmut Elsenhans, sur les effets de l’élargissement à l’Est et au Sud dans l’équilibre du projet européen1.

3Le volume actuel s’attache beaucoup – mais pas seulement – aux dimensions franco-allemandes du rapport à l’espace méditerranéen, en veillant à les insérer dans une approche globale des politiques d’acteurs à l’intérieur de cet espace. Il emprunte ses éléments à des contributions présentées lors des diverses rencontres, et les articule en trois grands thèmes : le rapport à l’histoire, le jeu des États, l’émergence des acteurs non étatiques.

4L’ouvrage reflète aussi les étapes de notre démarche. En 1995, ce qui posait question était la visibilité des divergences franco-allemandes dans le concert européen, à propos notamment du conflit yougoslave. Ce qui semblait un « retour » inopiné de l’histoire des Balkans imposait une relecture du passé pour essayer de comprendre comment l’héritage des diplomaties pré-communutaires était encore susceptible d’influencer certaines représentations et stratégies des acteurs et de menacer les nouvelles solidarités européennes. Mais, à l’inverse, il est certain qu’une sollicitation trop insistante des leçons de l’histoire pouvait elle-même être porteuse d’illusions, et fausser l’analyse de phénomènes fondamentalement contemporains.

  • 2 Pour justifier l’emploi de la notion d’« espace public méditerranéen », nous précisions en 1996, d (...)

5C’est ce qui a conduit à un deuxième moment de notre démarche, lorsque nous avons choisi de privilégier une approche contemporanéiste, en concentrant la réflexion sur le nouvel espace méditerranéen qu’engendrait la construction de l’Europe. En avançant la notion polysémique d’espace public méditerranéen, nous entendions souligner l’ambiguïté et la diversité de cet espace, qui est plus une marche périphérique de l’Europe qu’un nouveau régionalisme, tout en s’affichant comme un espace de partenariat et de dialogue, c’est-à-dire de communication, ouvert à des acteurs de statuts très divers2.

6La volonté de ne pas séparer du processus européen ce qui se noue sur la scène méditerranéenne a également inspiré la thématique des deux autres recherches collectives mentionnées plus haut. Les Actes du colloque germano-franco-polonais de Leipzig englobent dans une même analyse prospective du projet européen l’ouverture vers l’Est et celle vers la Méditerranée. De même, le numéro spécial de la revue Hermès a choisi de questionner en parallèle le mot d’ordre de « cohabitation culturelle » en Europe et en Méditerranée.

  • 3 Journée d’études organisée avec Claire Visier le 5 juin 1999 à l’IEP d’Aix-en-Provence

7Au total, il fallait donc rechercher un angle d’approche synthétique qui rende compte de la dialectique entre la dynamique euro-méditerranéenne et les stratégies d’acteurs qui s’y déploient. C’est ce qui a été tenté lors d’une dernière rencontre tenue en 1999 sur « les politiques méditerranéennes »3 qui a donné son titre au présent ouvrage.

I

8Mettre l’accent sur la pluralité et la diversité des politiques menées dans et à l’égard de l’espace méditerranéen par les différents types d’acteurs concernés se veut une réaction contre l’usage qui s’est installé depuis plusieurs années – et accentué avec la conférence de Barcelone – de réduire les relations inter-méditerranéennes à une approche globale « euro-méditerranéenne ».

9Nous connaissons bien la prolifération des réunions diplomatiques, scientifiques ou culturelles sur l’espace méditerranéen. La plupart de ces manifestations ont pour point commun de s’inscrire, résolument et de façon répétitive, dans le fil du processus dit « euro-méditerranéen » formalisé à Barcelone en 1995, comme si ce processus s’imposait aux acteurs avec une aveuglante évidence, en effaçant toute autre dynamique.

10Cette façon de « voir » les relations méditerranéennes actuelles pose doublement problème :

111. D’une part, le cadre de référence et d’intervention « euro-méditerranéen » est loin d’être évident. En réalité, il est fondamentalement ambigu, ce qui n’est pas étranger au consensus dont il bénéficie :

  • sa finalité dernière est incertaine et ses objectifs imprécis (il s’agit d’instaurer un « espace de paix et de dialogue » et un « cadre de partenariat »...) ;
  • il est aveugle ou impuissant face à des enjeux majeurs du bassin méditerranéen (Balkans, stratégie américaine dans la région) ;
  • il est modeste et limité dans ses moyens ;
  • il considère la Méditerranée comme un tout, sans chercher à prendre en considération la diversité des espaces méditerranéens (alors que l’Europe avait, en 1992, envisagé un rapprochement avec le seul Maghreb) ;
  • surtout il structure un rapport asymétrique et inégal entre le Nord et le Sud.
  • 4 Cf. E. Rhein, « Le pari euro-méditerranéen », in Euro-Méditerranée. Une région à construire (dir. (...)

12Ce point est fondamental. Le système de Barcelone souligne, tout en cherchant à l’atténuer, la logique contradictoire d’inclusion-exclusion du Sud par le Nord, qui résulte du développement de la dynamique européenne. D’une part en effet, l’Europe cherche à accroître son influence, notamment économique, en Méditerranée, en constituant une vaste région euro-méditerranéenne, où les rives sud et est deviendraient une « marche », un « horizon d’expansion » de l’Europe4. Mais d’autre part, la même Europe tend à construire sa personnalité collective et son identité politique face au monde extérieur. Dans cette optique, le monde arabo-musulman est souvent considéré comme une altérité radicale et menaçante, tandis que la Méditerranée fait figure de frontière culturelle. La « frontiérisation » de l’Europe se trouve aujourd’hui bien plus accentuée dans cette direction qu’à l’Est et bien sûr à l’Ouest, où l’Atlantique ne sépare pas vraiment des concurrents et partenaires qui ont le sentiment commun d’appartenir à l’« Occident ».

  • 5 Nous avons tenté d’analyser ces risques dans plusieurs articles, notamment : « La Méditerranée, ma (...)

13Au total, l’association propose aux sociétés du Sud une unification de l’espace économique méditerranéen, tout en assignant des limites plus étroites qu’autrefois à la constitution d’un espace humain. L’exaltation de la solidarité méditerranéenne du passé et du présent ne suffit pas à conjurer les risques dont une telle contradiction est porteuse5, et qui est beaucoup plus grave que le flou conceptuel de la référence méditerranéenne. En effet, ce flou contribue pour beaucoup au consensus dont bénéficie le projet méditerranéen, ce qui n’est pas nécessairement négatif : l’ambiguïté et l’impressionnisme sont la condition d’émergence de la plupart des institutions et normes qui transforment la vie internationale. Et c’est aussi l’ambiguïté et la « souplesse » du référent euro-méditerranéen qui autorisent la floraison des politiques méditerranéennes.

142. Le second problème rencontré dans l’approche actuelle des relations méditerranéennes est justement que la référence exclusive ou dominante au processus euro-méditerranéen tend à occulter le développement foisonnant des politiques particulières. Or, celles-ci ne sauraient être considérées comme les résidus d’une histoire qui deviendrait de plus en plus communautaire. Au contraire, on observe aujourd’hui un renouveau et une diversification des politiques méditerranéennes des acteurs – qu’il s’agisse des États, des collectivités locales (comme la Catalogne, la Sicile, voire des régions françaises), d’autres acteurs décentralisés comme les universités, ou encore des acteurs associatifs.

15Même en se limitant aux acteurs publics, le fait est très sensible à l’intérieur de l’Union européenne, où les États et de nombreux acteurs infra-étatiques activent ou réactivent des politiques méditerranéennes, à l’abri du processus de Barcelone. Il n’importe pas seulement d’observer le phénomène et d’établir des typologies, mais aussi de s’interroger sur les interactions entre la politique méditerranéenne communautaire et les politiques particulières. Cette interaction est bien sûr complexe : leur résultante ne saurait être ni une politique méditerranéenne globale de l’Europe, ni une somme de politiques méditerranéennes particulières, mais une étrange alchimie des deux.

16On formulera ici l’hypothèse que le processus euro-méditerranéen ne fonctionne pas comme un cadre contraignant, mais plutôt comme un horizon de politique internationale qui pousse à la fois à une relative harmonisation des politiques particulières et à leur fragmentation.

17Parmi les facteurs qui poussent à l’harmonisation, il y a d’abord le vocabulaire : l’expression elle-même de « politique méditerranéenne » est empruntée au langage européen des années 1970 (on parlait au xixe siècle de « question d’Orient » puis de « question méditerranéenne », et, au siècle suivant, c’était plutôt la référence à la « politique arabe » qui prévalait). Du côté des contenus, la fixation de quelques principes généraux communs de Barcelone (zone de libre-échange, sécurité, dialogue culturel) rencontre facilement l’adhésion des acteurs. De même, les moyens financiers dispensés par le processus de Barcelone, mêmes modestes, sont aussi un argument d’harmonisation, auquel sont particulièrement sensibles les petits acteurs.

  • 6 La brochure, éditée en 1995 par l’Assemblée du Conseil de l’Europe avant la conférence de Barcelon (...)

18Mais d’autres principes posés par Barcelone sont davantage sujets à controverse : par exemple, l’objectif d’« association » des pays du Sud (qui avait été une étape de l’intégration pour les pays d’Europe méridionale) signifie-t-il la même chose pour tous les membres de l’UE, ou est-il une limite – provisoire ou durable – fixée à la nature des relations possibles avec les pays du Sud ? Un pays comme la France peut être tenté d’aller plus loin dans le soutien apporté aux demandes d’adhésion de la Turquie ou même du Maroc. Les partisans d’une entrée de la Turquie ne manquent bien sûr pas de s’appuyer sur l’appartenance de ce pays au Conseil de l’Europe. Cette structure plus large que l’Union européenne fonctionne à l’égard de celle-ci comme une instance prospective, une chambre de réflexion de la stratégie communautaire, en particulier à propos des rapports avec les pays du Sud6. La coexistence de ces deux lieux pour penser l’Europe et son avenir élargit là aussi la marge d’interprétation des acteurs.

19Enfin, beaucoup de champs d’action sont laissés totalement à l’initiative des acteurs, tout en s’inscrivant dans une perspective commune de coopération euro-méditerranéenne. Par exemple, la coopération sous-régionale en Méditerranée occidentale n’est ni encouragée ni découragée par Bruxelles, pourvu qu’elle ne contrarie pas le registre euro-méditerranéen global : de grandes zones de liberté s’offrent donc au développement des politiques méditerranéennes.

*

20Les acteurs se saisissent de ces différents facteurs, positifs ou négatifs, pour mener ou conforter leurs politiques méditerranéennes particulières. Plusieurs cas de figure se présentent, dont on peut essayer de dresser une typologie sommaire.

  • 7 Cf. H. Chérigui, La politique méditerranéenne de la France, entre diplomatie collective et leaders (...)

211. Du côté des grandes puissances de l’Union, il y a d’abord celles qui réactivent des politiques arabes anciennes, en les réinvestissant partiellement ou totalement dans l’horizon commun. C’est typiquement le cas de la France, qui entretient en réalité deux fers au feu : le développement d’une politique méditerranéenne lui permettant de conserver un leadership européen sur cette scène, et la poursuite de sa politique arabe, celle-ci étant par définition nationale, singulière et plutôt anti-américaine, dans la tradition tiers-mondiste7. Quoi qu’il en soit, on peut considérer qu’il n’y a pas discontinuité dans l’action diplomatique de la France en Méditerranée entre le passé et le présent, mais plutôt adaptation d’une stratégie de puissance régionale. Nous y reviendrons longuement dans l’ouvrage.

  • 8 Cf. Lison Rigaud, La politique arabe de l’Espagne, mémoire pour le diplôme d’études politiques (di (...)

22L’exemple de l’Espagne est également très intéressant. C’est moins une continuité de la politique arabe du pays qu’il offre, comme dans le cas français, qu’une reconversion profonde. La diplomatie pro-arabe du franquisme, développée à une époque où le régime souffrait d’isolement international, est un héritage qui n’est ni renié ni vraiment assumé. Mais la politique de l’Espagne actuelle s’affirme beaucoup plus méditerranéenne qu’arabe, se voulant davantage un instrument de paix et de dialogue que l’affirmation d’une puissance. Très entreprenante, cette diplomatie d’influence a souvent entamé la position dominante que s’octroyait la France dans le jeu euro-méditerranéen avant l’entrée de l’Espagne dans la Communauté. La politique de bon voisinage avec le Maghreb est également active, sur les plans concret et symbolique. Elle aide à transformer une opinion publique historiquement peu favorable aux « Maures », et mise à l’épreuve aujourd’hui par la fonction de gardienne des frontières d’immigration dévolue à l’Espagne. Enfin, un des facteurs favorables à l’orientation méditerranéenne de l’Espagne est l’usage qu’en font ses régions, non sans concurrence avec le pouvoir central. La stratégie méditerranéenne de la Catalogne et, dans une certaine mesure, celle de l’Andalousie sont une façon d’affirmer l’identité de ces régions sur les scènes européenne et espagnole8.

23Le cas de l’Italie est sans doute moins significatif, bien que ce pays soit également très actif sur la scène euro-méditerranéenne, comme le commande sa situation géographique exceptionnelle. Le projet mussolinien de reconstitution d’une mare nostrum n’est évidemmment pas un héritage susceptible d’être réinvesti, sous quelque forme que ce soit, dans la stratégie actuelle de l’Italie, qui a dû totalement réinventer sa politique méditerranéenne. Ont été un atout pour cela la qualité et la densité des échanges humains que l’Italie maintient depuis le xixe siècle avec des pays comme la Tunisie ou l’Egypte, ainsi qu’une longue pratique du dialogue culturel et religieux (colloques de Florence en 1958 et de San Egidio en 1996). Encore plus que l’Espagne, c’est en s’identifiant presque totalement à la politique méditerranéenne de l’Europe et en y occupant des positions intéressantes que l’Italie affirme le mieux sa place aujourd’hui dans l’espace méditerranéen. Elle a su aussi prendre des initiatives originales, par exemple en plaidant très tôt pour une Conférence sur la sécurité et la coopération en Méditerranée, sur le modèle de Helsinki. Et, ainsi que pour l’Espagne, l’instrumentalisation identitaire et politique que fait de la carte méditerranéenne une région comme la Sicile accentue l’orientation globale de la diplomatie italienne dans cette direction.

  • 9 Cf. Cécile Coulais, La politique méditerranéenne de la Grande-Bretagne depuis 1945, mémoire pour l (...)

24La Grande-Bretagne, de son côté, semble, de façon surprenante, avoir « oublié » la Méditerranée pendant plusieurs décennies, malgré son rôle dominant dans la région depuis la fin du xviiie siècle jusqu’aux lendemains de la seconde guerre mondiale. Cet effacement semble avoir eu des causes diverses, notamment budgétaires lorsque la Grande-Bretagne a décidé de réduire progressivement ses ambitions impériales au profit d’une alliance intime avec les États-Unis. Il est vrai aussi que, contrairement aux pays précédents, la Grande-Bretagne n’est pas riveraine de la Méditerranée. Une fois les préoccupations impériales sacrifiées ou réduites, la « nécessité méditerranéenne » s’imposait moins à elle dans la recherche d’une nouvelle politique régionale. Elle se contentait de maintenir ses positions stratégiques (Gibraltar et Chypre), en collaboration avec la 6e Flotte américaine. Bien que discrète, la redécouverte récente de la Méditerranée par ce pays n’en est donc que plus significative. Elle s’est traduite notamment par le rôle actif de la présidence britannique de l’UE face aux conflits méditerranéens, et par une participation directe et importante aux opérations militaires en Irak et en Yougoslavie, sans que ceci traduise, comme pour la France, le moindre esprit de concurrence avec les États-Unis9.

  • 10 Cf. Esther Daniels, La politique méditerranéenne de l’Allemagne, mémoire pour le diplôme d’études (...)

25Le cas de l’Allemagne conforte notre hypothèse d’ensemble parce qu’il révèle l’émergence récente, à l’ombre de la logique euro-méditerranéenne, d’une politique méditerranéenne nationale qui ne faisait pas sens auparavant pour les acteurs concernés et ne s’autorisait aucun héritage d’un passé renié. Le retour de ce pays au statut de grande puissance après 1990 s’est investi notamment dans le champ méditerranéen, où l’Allemagne n’était autrefois présente qu’à travers la politique communautaire. Aujourd’hui, la politique méditerranéenne de l’Allemagne acquiert une visibilité de plus en plus grande, même si elle s’affiche moins que sa politique orientale ou sa politique atlantique. Et elle sait, à l’occasion, mobiliser les leçons et les ressources de l’histoire. La montée en puissance de la diplomatie allemande en Méditerranée ne se fait cependant pas sans problème : elle doit tenir compte des contraintes particulières que lui imposent des rapports privilégiés avec la France, les États-Unis, Israël10.

26Une observation commune qui ressort à propos des politiques méditerranéennes des « grandes puissances » européennes est ce qu’on pourrait appeler leur tentation d’une gestion nationale de la politique méditerranéenne de l’Europe. L’exercice de la présidence de l’Union, atténué par le système de la troïka, est à cet égard symptomatique. L’absence d’une vraie politique étrangère européenne conduit à mettre en valeur, avec plus ou moins de discrétion, le rôle du pays président et ses propres préoccupations dans la promotion des intérêts communs. Peut-être est-ce plus symbolique que réel, et est-il nécessaire d’en passer par là pour faire prévaloir l’intérêt général. Il est cependant indéniable que la dynamique euro-méditerranéenne fournit l’occasion de phénomènes de lobbying diplomatique ; le plus caractéristique est sans doute le « forum » franco-égyptien, que H. Chérigui analyse longuement dans sa contribution.

272. Du côté des petits acteurs de l’espace européen, le « nationalisme » est sans doute moins visible, mais certains d’entre eux savent négocier leur carte méditerranéenne, même lorsqu’ils sont très éloignés des rives de la Méditerranée.

28C’est le cas de la Finlande, qui a exercé activement sa présidence européenne, en cherchant à valoriser une sorte de solidarité péri-européenne entre les riverains de la Méditerranée et ceux de la Baltique. Cette solidarité des marges de l’Europe contre son « noyau dur » doit bien sûr être considérée avec nuances : membres du noyau, la France et l’Allemagne sont chacune riveraines d’une de ces mers périphériques, et donc partie prenante à ce jeu.

29La mise en œuvre du référent euro-méditerranéen au service de rééquilibrages internes à l’Europe ne concerne pas seulement les acteurs étatiques. Les collectivités territoriales savent aussi se saisir de la carte méditerranéenne, soit pour affirmer collectivement une identité ou une solidarité « sudique » (à travers par exemple l’initiative peu concluante de la charte de Séville), soit pour conforter une identité particulière à l’intérieur d’un espace national.

  • 11 L’Institut catalan de la Méditerranée a réalisé en 1999 une étude sur L’espace méditerranéen latin (...)
  • 12 Voir le n° spécial de Taktik (avril 1999) qui donne, dans une seule publication, les positionnemen (...)

30L’instrumentalisation de l’atout méditerranéen par une région est très caractéristique de l’exemple catalan, que nous évoquions plus haut. Elle donne une substance internationale à la stratégie d’autonomie de cette région : le très actif Institut catalan de la Méditerranée est à la fois un centre d’études et d’information et l’instrument du positionnement international de la Catalogne. Au service de cette fin, le message méditerranéen catalan peut être variable, oscillant entre l’universalisme le plus ouvert et la réduction à l’arc latin11. Le recours à la référence méditerranéenne est aussi une tentation récurrente pour la Sicile : il est plus valorisant pour celle-ci d’être le centre de la Méditerranée que la frange extrême de l’Europe ; du moins a-t-elle intérêt à articuler les deux positions. Ce jeu n’est pas absent des préoccupations des collectivités territoriales françaises, sur un mode plus discret : la « politique internationale » des régions et départements de la France méridionale est largement orientée vers l’espace méditerranéen12. Ceci touche parfois des collectivités très éloignées de la mer : Belfort a créé une « Maison de la Méditerranée », qui contribue activement à renforcer le lien social dans une région où les ouvriers d’origine maghrébine sont nombreux. Vue de Marseille, la référence méditerranéenne n’a peut-être pas tout à fait le même sens. Au total, cependant, il apparaît que tout positionnement méditerranéen d’un acteur de la rive nord est en même temps un positionnement européen, face à Bruxelles, Paris ou Rome, ou une réponse à la septentrionalité du projet européen.

313. La problématique est assez différente pour les pays non-membres de l’Union européenne.

  • 13 Cf. S. Bussutil, « Malte, un centre pour l’ouverture de la Méditerranée », in Méditerranée, mer ou (...)

32Malte a eu pendant plusieurs années une politique méditerranéenne active, dans laquelle elle s’efforçait de rentabiliser sa position géographique centrale en Méditerranée, et sa « neutralité » par rapport au Nord et au Sud13.

33Sur la rive sud, il est évident que la situation des acteurs face au partenariat euro-méditerranéen n’est pas équivalente à celle des acteurs européens : ils peuvent se saisir de l’offre de coopération de l’Union européenne en direction du sud, et tenter de faire évoluer leur stratégie propre dans la sphère de coopération qu’elle instaure. Mais ils n’ont pas, comme les acteurs européens, prise sur son élaboration : ils ne sont pas vraiment parties prenantes à la « politique commune méditerranéenne ».

34Dans les pays qui ont signé des accords d’association avec l’Union européenne, le Partenariat euro-méditerranéen renvoie avant tout à des questions de politiques économiques et sociales internes, et aux mutations démocratiques (c’est le cas exemplaire de la Tunisie, évoqué lors du Forum civil de Stuttgart sur les Droits de l’homme en avril 1999).

  • 14 La littérature scientifique sur la position méditerranéennedu Maroc est abondante, avec les analys (...)

35Mais il est également intéressant de repérer comment la variable euro-méditerranéenne intervient dans les politiques étrangères de ces pays, à la fois vis-à-vis du Nord, et des autres partenaires du Sud, et comment elle est utilisée. La politique méditerranéenne du Maroc est sans doute aujourd’hui la plus construite et la plus affichée, en raison de la demande d’adhésion de ce pays à l’Union européenne14.

  • 15 Le ministère français des Affaires étrangères a créé une Mission pour la coopération non gouvernem (...)

36Le Maghreb dans son ensemble fournit un bon exemple des interférences entre politique euro-méditerranéenne et politiques méditerranéennes particulières. L’imbrication des relations économiques, humaines et culturelles entre la rive nord de la Méditerranée occidentale et sa rive sud est telle qu’il n’est pas imaginable de voir assumer tout ce vaste réseau relationnel par une politique méditerranéenne unique de l’Europe. Au contraire, le processus de Barcelone incite ici à la diversification des acteurs et de leurs stratégies au nom de l’irrigation de l’espace civil. Par là même, les États, qui ne semblent pas prêts à renoncer à leur action diplomatique traditionnelle, se voient attribuer une nouvelle mission : coordonner dans leur politique méditerranéenne cette multiplicité d’initiatives des acteurs non étatiques qui relèvent de leur tutelle15.

II

37Une fois rappelé le cadre général de notre recherche sur la renaissance ou l’activation de politiques méditerranéennes particulières à l’intérieur de la logique euro-méditerranéenne, on présentera rapidement la composition du présent ouvrage, c’est-à-dire la façon dont les contributeurs ont inscrit cette problématique dans leur objet. Comme cela a été rappelé plus haut, il s’agit d’une réflexion franco-allemande, qui privilégie – mais pas exclusivement – le regard sur la politique méditerranéenne des deux pays constituant le noyau dur européen.

38L’ouvrage s’organise autour de trois parties, consacrées respectivement au poids de l’histoire, au jeu des États, aux acteurs de la société civile. Comme dans tout exercice de ce genre, certaines contributions, comme celles de H. Elsenhans, de R. Leveau ou de G. Groc (sur la Turquie), résistent au classement ; elles ne sont pas les moins stimulantes.

391. La première partie, sur les pesanteurs et les usages de l’histoire, s’appuie pour une part importante sur des communications présentées lors de la première rencontre, qui constituent un ensemble homogène de textes : les thèmes choisis ont été retenus en fonction de leur place dans la mémoire vive des acteurs, et de leur éventuelle pertinence vis-à-vis des enjeux actuels. Il s’agit de porter attention aux relectures du passé qui influencent la rationalisation du présent, avec les risques de l’exercice, mais aussi son intérêt : mettre en valeur le poids des représentations de l’histoire dans les motivations, les stratégies, ou simplement les réactions spontanées et les justifications a posteriori des acteurs européens en Méditerranée.

40Largement centrée sur le rapport franco-allemand, cette première partie souligne l’importance de l’usage de l’histoire par les acteurs, mais invite aussi à relire attentivement ces relectures actuelles du passé, et à relativiser le recours aux déterminismes historiques : « Il faut faire taire l’histoire si l’on veut assurer la paix », affirme Omar Akalay dans sa contribution.

41Plusieurs textes de cette partie ont été écrits en pleine crise yougoslave. C’est le cas de celui de Robert Mantran (décédé en 1999), qui s’interroge sur les traces et les effets qui subsistent des anciennes rivalités opposant la France, l’Autriche-Hongrie, et l’Empire ottoman dans l’espace méditerranéen avant le xxe siècle.

42Dans sa contribution, Anne Ruel part d’une autre approche, celle de l’« invention » scientifique de la Méditerranée au xixe siècle et montre combien elle a été un enjeu et un prétexte des rivalités politiques franco-allemandes.

43Notre propre texte sur les métamorphoses du mythe méditerranéen prolonge d’une certaine façon cette réflexion sur le jeu des représentations dans le champ politique, en s’attachant à réinscrire les mutations de l’idée méditerranéenne dans le contexte des rapports de domination et de confrontation qui ont régné dans le bassin méditerranéen au cours du xxe siècle.

44Deux contributions sont consacrées à l’usage de l’histoire dans l’interprétation et la mise en œuvre de l’affaire yougoslave.

45Paul Garde nous rappelle dans son article sur les dimensions franco-allemandes du conflit yougoslave, que les Balkans étaient, pour l’Allemagne et l’Autriche, un élément de leur politique continentale, alors que pour la France, ils furent toujours un élément de sa politique méditerranéenne, voire coloniale (avec Bonaparte par exemple).

46De son côté, André Martel, remontant plus loin encore dans les lectures du passé, s’interroge sur le « bon usage » de l’histoire par les acteurs du drame balkanique, et y voit un cas exemplaire des conflits méditerranéens ; il rappelle aussi que la Méditerranée n’est pas seulement une question européenne.

47Concernant l’héritage diplomatique de l’Allemagne en matière méditerranéenne, Jürgen Hösel livre quelques réflexions sur le bilan et les conséquences d’un demi-siècle de dualisme diplomatique allemand au Proche-Orient, et souligne l’intérêt, pour cette région, du modèle du changement survenu à l’Est.

48La contribution de Gérard Groc sur les visions turques du rapport à l’Allemagne et à l’Europe au xixe et au xxe siècle évoque aussi, indirectement, cet héritage. Il rappelle comment la peur de la Russie a été une constante de la politique extérieure ottomane puis turque, qui l’a poussée à rechercher des alliances avec d’autres pays européens. L’Allemagne s’est progressivement imposée comme un partenaire idéal, plus encore après la seconde guerre mondiale lorsque les deux pays partageaient, à l’intérieur de l’OTAN, de mêmes préoccupations stratégiques. Mais aujourd’hui, les attentes fortes de la Turquie à l’égard de l’Allemagne ne suscitent plus la réciprocité, et le malentendu se développe autour de la demande d’adhésion turque à l’Union européenne.

492. La seconde partie, plus classique, est consacrée aux politiques des Etats en Méditerranée en relevant les complémentarités, mais aussi les zones de compétition qui résistent aux tentatives de politique européenne commune. Le rapport de l’Europe à son espace-frontière méditerranéen est un domaine où le rôle déterminant du « noyau franco-allemand » sur le projet européen révèle ses effets positifs comme ses limites. Ce phénomène a été exalté par la montée en puissance de l’Allemagne en Europe, qui fournit à plusieurs contributeurs matière à réflexion. La diversité de leurs interprétations quant aux effets du rééquilibrage européen sur l’espace méditerranéen montre que la question n’est pas simple. Elle souligne surtout le flou et la faiblesse de la politique européenne commune, qui laisse beaucoup de champ libre au développement des stratégies nationales.

50L’investissement des intérêts communs par les intérêts nationaux vaut en réalité pour tous les acteurs étatiques, du Nord et du Sud, engagés dans le processus de Barcelone : les exemples évoqués dans cette partie montrent comment chacun d’eux se saisit des potentialités du partenariat euro-méditerranéen pour construire ou conforter sa propre politique méditerranéenne.

51Les deux premières contributions proposent une réflexion générale sur la reconfiguration des équilibres européens.

52S’interrogeant sur la Méditerranée de l’après-guerre, Rémi Leveau rappelle qu’elle a cessé d’être tout à fait anglo-française après 1956, mais aussi que le traité de Rome n’excluait pas les musulmans algériens. Pour le temps présent, il met en parallèle le rapport de la France à la Méditerranée et celui de l’Allemagne à la Baltique.

53A propos de l’enjeu méditerranéen dans les nouveaux équilibres européens, Hartmut Elsenhans livre de son côté une fresque où la lecture des leçons du passé nourrit une vision audacieuse de l’avenir européen et de la place que peut y tenir, raisonnablement, l’Allemagne ; sa démarche a également pour intérêt de ramener à l’échelle du globe les scénarios euro-méditerranéens.

54Avec la longue étude de Hayète Chérigui, s’ouvre une série de quatre monographies sur les politiques méditerranéennes de la France, de l’Allemagne, de la Turquie et de l’Egypte.

55Dans la première, l’auteur analyse les modes d’action de la politique méditerranéenne de la France, qui permettent à ce pays de conserver un relatif leadership et une forte visibilité dans l’espace méditerranéen par rapport aux autres Européens. L’instrument principal de cette particularité est le « Forum méditerranéen », dont H. Chérigui analyse en détail les deux versions successives. Étrange montage institutionnel, le Forum « à onze » veille à ne pas entrer en concurrence avec le processus de Barcelone, mais au contraire à agir en son sein comme un lobby diplomatique. Comme le Conseil de l’Europe, c’est d’abord une instance de réflexion et de proposition par rapport à Bruxelles. En ce qui concerne le contenu de sa politique méditerranéenne, la France n’a pas renoncé totalement à jouer la carte plus nationaliste de sa politique arabe. Mais elle s’efforce aussi de promouvoir des initiatives originales à l’intérieur du processus de Barcelone, notamment concernant l’adoption d’une charte euro-méditerranéenne de stabilité.

56Dans son texte sur « La nouvelle Allemagne entre l’Est et le Sud », Joaquim Schild repose la question classique : l’Allemagne serait-elle tentée par le rêve de « Mitteleuropa », tandis que la France jouerait la carte méditerranéenne en sa faveur ? Il estime qu’il ne faut pas répondre à des enjeux actuels par des formules rétrogrades. L’Est reste pour l’Allemagne un enjeu primordial de sécurité, et celle-ci passe par l’intégration des pays d’Europe orientale. En ce qui concerne la Méditerranée, la politique allemande reste prisonnière d’un dilemme : si la densité des relations économiques pousse au renforcement des rapports politiques, ceux-ci conservent un profil bas en raison des relations prioritaires avec Israël. Mais au total, sur ces deux théâtres, l’Allemagne refuse les vieilles stratégies bilatérales, et cherche à privilégier l’action multilatérale européenne.

57L’étude de Gérard Groc sur le paramètre turc du partenariat méditerranéen embrasse toutes les dimensions du problème : la stratégie d’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, l’évolution des attentes de la société civile turque, et la recherche d’alternatives à une attitude dilatoire des Européens. Ici, l’anticipation se fait peu à peu rattraper par la réalité : la Turquie est en train de se constituer en véritable puissance régionale dans un espace crucial pour la stabilité du monde ; le fera-t-elle avec l’Europe, ou avec les États-Unis et Israël, ou seulement pour elle, en arrondissant sa zone d’influence en Asie centrale et en Méditerranée orientale ?

58Avec l’Égypte, on ne peut pas encore parler vraiment de politique méditerranéenne, même si ce pays est cofondateur avec la France du Forum méditerranéen. Mais la variable euro-méditerranéenne tient une place croissante dans la politique extérieure égyptienne et émerge dans l’opinion publique, comme le souligne l’article de Claire Visier. Ce cas est exemplaire des « partenaires méditerranéens » pour lesquels la Méditerranée devient un espace de sens dans une reconfiguration régionale.

593. L’« appel de la Méditerranée » touche encore plus les acteurs non étatiques, en leur offrant des opportunités d’action. En un moment où la « société civile méditerranéenne » est invitée de façon appuyée par les instances politiques à peupler cet « espace euro-méditerranéen » sui generis, il est utile de s’interroger sur la nature et l’activité des acteurs non étatiques et de comparer leurs modes d’intervention. La place attribuée aux populations immigrées dans cette référence à la « société civile méditerranéenne » ne peut être oubliée.

60La contribution de Paul Balta est celle d’un des plus fermes partisans de l’ouverture du processus euro-méditerranéen aux acteurs de la société civile, mais c’est aussi la réflexion d’un observateur lucide des réalités méditerranéennes. Face aux déceptions liées à l’enlisement du processus, et aux critiques portant sur l’efficacité de la société civile ou son instrumentalisation par les acteurs politiques, il dresse un bilan nuancé mais optimiste du recours aux acteurs non étatiques, qui reste, pour lui, une avancée considérable de la déclaration de Barcelone, à condition de ne pas servir d’alibi aux défaillances des politiques publiques.

61Dans le cadre plus spécifique de la comparaison franco-allemande, deux études présentent l’action d’acteurs non étatiques des deux pays dans l’espace méditerranéen.

62Celle de Claire Visier analyse de façon détaillée un ensemble d’acteurs non étatiques du sud de la France (associations et collectivités territoriales) agissant dans le champ de la coopération culturelle. Ces acteurs se mettent au service d’une idée de la Méditerranée, qu’ils contribuent à construire comme espace pertinent de rapport entre soi et l’autre, mais sont aussi structurés par elle : ils n’existent que par ce « fédérateur symbolique » qu’est le référent méditerranéen. L’affirmation de leur identité par rapport à l’acteur étatique est cependant relative, et s’inscrit plus dans un rapport de complémentarité que de concurrence.

63L’étude d’Esther Daniels sur les ONG allemandes et la Méditerranée souligne également cette complémentarité entre diplomatie officielle et acteurs de la « société civile ». Mais les modes d’intervention sont ici différents, plus concentrés sur l’activité des Fondations des partis politiques, subventionnées par l’État et remplissent une véritable mission de politique étrangère.

  • 16 L’Institut de la Méditerranée, à Marseille, publie chaque année, sous la direction de J. L. Reiffe (...)

64Deux contributions apportent un éclairage, qui occupe une trop faible place dans l’ouvrage16, sur les représentations de la Méditerranée par les acteurs économiques.

65Sous un titre suggestif, « La solitude du privé ou les débris du futur », Omar Akalay part de l’exemple marocain pour rappeler que la vision économique de l’espace méditerranéen n’est pas celle des politiques ou des intellectuels. Pour les acteurs économiques, la Méditerranée va « d’Amsterdam à l’Angola », et, dans cet espace, le privé n’a pas vraiment de stratégie, il exploite des opportunités.

66En se mettant à l’écoute des participants à une table ronde sur l’espace économique méditerranéen, Frank Moroy aboutit à une conclusion semblable : la stratégie commerciale des acteurs économiques a du mal à se penser à l’échelle régionale ; pour eux, la Méditerranée est un espace de référence à la fois nécessaire et introuvable. Cette vision globale pourrait cependant changer si au sud se relançait un véritable processus de construction régionale, autour de l’Union du Maghreb arabe par exemple.

67Les chercheurs, de leur côté, sont volontiers péremptoires dans la définition d’une Méditerranée qu’ils ont beaucoup contribué à « inventer », comme le rappelle François Siino dans sa réflexion sur la politique méditerranéenne des chercheurs. Leur statut est en réalité ambigu, et leur comportement comme acteurs non étatiques complexe. Ils sont à la fois des acteurs de l’espace méditerranéen, qu’ils façonnent par leurs échanges et dont ils feraient bien un paradis des chercheurs, mais aussi des observateurs critiques. Ils agissent tantôt individuellement, tantôt à travers des réseaux qui se considèrent comme l’expression la plus élaborée de la « société civile méditerranéenne ». Le passage de l’utopie au politique et à l’expertise est une tentation permanente à laquelle certains d’entre eux ne résistent pas.

68La dernière contribution est celle de Catherine Wihtol de Wenden sur le rapport imaginaire aux flux migratoires d’outre-Méditerranée en France et en Allemagne. A la différence des chercheurs, les migrants sont des acteurs tellement discrets du jeu méditerranéen qu’on en arrive parfois à les oublier dans les instances qui se veulent représentatives de la société civile méditerranéenne. Ils en constituent pourtant une dimension essentielle, et leur présence en Europe est à son tour constructrice de sentiments d’appartenance à l’espace méditerranéen qui varient selon les pays d’accueil.

694. Pour finir, l’ouvrage reproduit en annexe trois documents récents et représentatifs sur la stratégie méditerranéenne de la France et de l’Allemagne.

70Le premier est le discours de Jacques Chirac prononcé au Caire en avril 1996.

71Le second document est un texte doctrinal du SPD allemand sur « L’Europe et le Proche et Moyen-Orient », adopté en 1997, avant l’accession de ce parti au pouvoir.

72Enfin, le troisième document est le relevé des conclusions du Forum méditerranéen, réuni à Funchal (Portugal) en avril 2000.

Notes

1 Espace public méditerranéen et société civile (dir. J.R. Henry), Revue méditerranéenne d’études politiques, n° 3, octobre 1996 (IEP d’Aix-en-Provence) ; Cohabitation culturelle en Europe. Regards croisés des Quinze, de l’Est et du Sud (dir. D. Wolton, avec E. Dacheux, A. Daubenton, J.R. Henry, P. Meyer-Bisch), Hermès, N° 23-24, 1999 ; Une architecture européenne équilibrée. L’ouverture de l’Union européenne vers l’Europe centrale et la Méditerranée (dir. E. Elsenhans), Paris, Publisud, 2000. L’ouvrage comprend une très riche bibliographie sur les relations méditerranéennes.
Ce programme de recherches s’appuyait aussi sur un enseignement donné à l’Institut d’études politiques d’Aix-en-Provence sur les relations méditerranéennes, ainsi que sur les mémoires réalisés par les étudiants dans ce champ.

2 Pour justifier l’emploi de la notion d’« espace public méditerranéen », nous précisions en 1996, dans la RMEP, le contenu que nous lui donnions :
« En employant cette catégorie, on voudrait suggérer que ce qui se développe dans la région méditerranéenne n’est pas du régionalisme international classique, et ne se réduit pas à la seule logique économique. Espace public méditerranéen est une expression assez polysémique pour désigner tout à la fois :

  • un espace de dialogue régional « para-diplomatique » ;
  • un lieu culturel et médiatique d’agitation de l’idée méditerranéenne et de recomposition des mythologies régionales ;
  • un lieu de gestion (ou de conjuration) des conflits ;
  • enfin, aux yeux de certains, un « espace de citoyenneté » commun, qui n’exclurait pas la reconnaissance d’appartenances plurielles. »

3 Journée d’études organisée avec Claire Visier le 5 juin 1999 à l’IEP d’Aix-en-Provence

4 Cf. E. Rhein, « Le pari euro-méditerranéen », in Euro-Méditerranée. Une région à construire (dir. R. Bistolfi), Paris, Publisud, 1995, p. 35 : « ... le début du xxie siècle sera marqué par la consolidation de trois ensembles régionaux qui sont en train de se former : Euro-méditerranée, AFTA, APEC. »
Une telle vision des choses illustre le malentendu sur la notion de « régionalisation ». Celle-ci est souvent considérée aujourd’hui comme une modalité nécessaire du processus de mondialisation. Or, la notion recouvre aussi bien des régionalismes auto-centrés, comme celui de l’Europe, que des phénomènes de régionalisation dépendante. Le processus de Barcelone n’instaure pas une région euro-méditerranéenne au sens propre, mais tente d’organiser la périphérie méditerranéenne de l’Union européenne, comme un palier différentiel entre une zone de co-prospérité et son environnement moins favorisé.

5 Nous avons tenté d’analyser ces risques dans plusieurs articles, notamment : « La Méditerranée, malade de l’Europe ? », in Méditerranée, mer ouverte (dir. C. Villain-Gandossi, L. Durteste et S. Bussutil), Malte, Fondation internationale, 1997 ; « La Méditerranée, nouvelle frontière européenne », in L’identité (dir. J.C. Ruano-Borbalan), Auxerre, Éd. Sciences humaines, 1998 ; « La Méditerranée au péril de l’Europe », in Hermès, op. cit. ; « Méditerranée occidentale et Euro-Méditerranée : l’espace des malentendus », in Hérodote, 3e trimestre 1999.

6 La brochure, éditée en 1995 par l’Assemblée du Conseil de l’Europe avant la conférence de Barcelone et intitulée Stratégies en Méditerranée, est caractéristique de cette posture. De même, le bulletin L’interdépendant publié à Lisbonne par le Centre Nord-Sud du Conseil de l’Europe.

7 Cf. H. Chérigui, La politique méditerranéenne de la France, entre diplomatie collective et leadership, Paris, L’Harmattan, 1997 ; cf. aussi sa contribution dans le présent ouvrage.

8 Cf. Lison Rigaud, La politique arabe de l’Espagne, mémoire pour le diplôme d’études politiques (dir. J.R. Henry), Aix-en-Provence, 1999.

9 Cf. Cécile Coulais, La politique méditerranéenne de la Grande-Bretagne depuis 1945, mémoire pour le diplôme d’études politiques (dir. J.R. Henry), Aix-en-Provence, 2000.

10 Cf. Esther Daniels, La politique méditerranéenne de l’Allemagne, mémoire pour le diplôme d’études politiques (dir. J.R. Henry), Aix-en-Provence, 1999.

11 L’Institut catalan de la Méditerranée a réalisé en 1999 une étude sur L’espace méditerranéen latin. Un groupe de pression méditerranéen est-il viable dans l’UE ? La réponse de J. Pujol, qui présente l’ouvrage en tant que président de la Generalitat de Catalogne, est bien sûr positive. Parallèllement, l’Institut délivre chaque année un prix destiné à récompenser une personnalité ayant contribué à promouvoir l’idée méditerranéenne ; ce concours est très largement tourné vers la rive sud. Il en est de même pour l’ouvrage Las politicas mediterraneas. Nuevos escenarios de cooperacion (dir. G. Aubarell), publié fin 1999.

12 Voir le n° spécial de Taktik (avril 1999) qui donne, dans une seule publication, les positionnements méditerranéens des trois acteurs territoriaux majeurs d’une région française : la région PACA, le Conseil général des Bouches-du-Rhône et la ville de Marseille. La préparation de la conférence euro-méditerranéenne de Marseille (novembre 2000) a été une autre occasion de montrer à la fois le dynamisme européen et certains rapports de concurrence.

13 Cf. S. Bussutil, « Malte, un centre pour l’ouverture de la Méditerranée », in Méditerranée, mer ouverte, op. cit.

14 La littérature scientifique sur la position méditerranéennedu Maroc est abondante, avec les analyses de H. El Malki, A. Berramdane, Fouad Zaïm, M. de Larramandi, Mohamed Larbi Benothmane, et bien sûr celles du prince héritier avant son accession au trône (par exemple : Mohammed Ben El Hassan Alaoui, « Le Maroc et l’Union européenne à l’aube du xxie siècle », Panoramiques, 3e trimestre 1999. Depuis 1996, L’Annuaire de la Méditerranée, publié à Rabat et Paris (Publisud), met en valeur cette réflexion.

15 Le ministère français des Affaires étrangères a créé une Mission pour la coopération non gouvernementale et accorde des moyens financiers aux ONG.

16 L’Institut de la Méditerranée, à Marseille, publie chaque année, sous la direction de J. L. Reiffers, un rapport d’observation et d’évaluation sur la situation économique et sociale de la région méditerranéenne. En collaboration avec d’autres instituts économiques, il vient de publier (juillet 2000) une étude sur Le partenariat euro-méditerranéen en l’an 2000. !

Notes de fin

* Directeur de recherches au CNRS, IREMAM.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540