Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

Quatrième partie. Annexes

XVIII. Chronologie Maghrébine

Béatrice de Saenger

Texte intégral

  • * CRESM, Aix-en-Provence.

1Note portant sur l’auteur*

2Le lecteur trouvera dans cette sélection chronologique un instrument d’orientation, qui lui permettra de situer dans le temps les événements majeurs de l’évolution politique, économique, sociale et culturelle de l’Algérie, du Maroc et de la Tunisie, depuis leurs indépendances respectives.

3Pour l’établir, nous avons puisé dans les chronologies et chroniques de l’Annuaire de l’Afrique du Nord, où le lecteur trouvera, s’il le juge utile des informations plus détaillées.

4En principe, la politique étrangère n’est pas prise en considération dans cette chronologie, qui essaye surtout de présenter les événements qui ont joué un rôle dans la vie intérieure de ces trois pays du Maghreb. C’est ainsi que les relations, très précaires, Franco-Tunisiennes et Franco-Marocaines, pour la période 1956 à 1962, ne sont pas abordées ici. Elles étaient largement hypothéquées par la guerre que la France menait en Algérie, et par l’aide que trouvait le F.L.N. au Maroc et en Tunisie.

TABLE DES SIGLES

5A.P.C. Assemblée Populaire Communale (Algérie).

6B.I.T. Bureau International du Travail.

7CEE Communauté Economique Européenne.

8C.N.R. Conseil National de la Révolution (Algérie).

9F.A.R. Forces Armées Royales (Maroc).

10F.D.I.C. Front de la Défense des Institutions Constitutionnelles (Maroc).

11F.L.N. Front de Libération Nationale (Algérie).

12G.P.R.A Gouvernement Provisoire de la République Algérienne.

13J.O.R.A. Journal Officiel de la République Algérienne.

14O.A.S. Organisation de l’Armée Secrète (Algérie).

15O.N.U. Organisation des Nations Unies.

16P.C.A Parti Communiste Algérien.

17P.C.M. Parti Communiste Marocain.

18P.C.T. Parti Communiste Tunisien.

19P.L.S. Parti de la Libération et du Socialisme (Maroc).

20P.S.D. Parti Socialiste Destourien (Tunisie).

21P.S.D. Parti Socialiste Démocrate (Maroc).

22R.F.A. République Fédérale Allemande.

23S.M.I.G. Salaire Minimum Interprofessionnel Garanti.

24S.N.P.M. Syndicat National de la Presse Marocaine.

25SONATRACH. Société Nationale pour la Recherche, la Production, le Transport, la Transformation et la Commercialisation des Hydrocarbures.

26U.G.E.M. Union Générale des Etudiants Marocains.

27U.G.E.T. Union Générale des Etudiants Tunisiens.

28U.G.T.A. Union Générale des Travailleurs Algériens.

29U.G.T.M. Union Générale des Travailleurs Marocains.

30U.G.T.T. Union Générale des Travailleurs Tunisiens.

31U.M.T. Union Marocaine du Travail.

32U.N.E.A. Union Nationale des Etudiants Algériens.

33U.N.E.M. Union Nationale des Etudiants Marocains.

34U.N.F.A Union Nationale des Femmes Algériennes.

35U.N.F.P. Union Nationale des Forces Populaires (Maroc).

36U.T.M. Union des Travailleurs Marocains.

ALGÉRIE

371961. — L’Algérie compte environ 900 000 européens surtout des Français, un certain nombre d’Espagnols et 130 000 Israélites.

383 janvier 1962. — Début d’une série d’assassinats politiques en France, organisés par l’O.A.S. et soutenue par un grand nombre de Français d’Algérie. Elle déclare le 18, qu’elle considère comme déserteur tout Français quittant l’Algérie « terre natale », appuyée en cela, le 27, par le 1er Congrès du Conseil National des Français d’Algérie, à Montpellier.

394 janvier 1962. — Le Premier Ministre Français déclare que le Gouvernement travaillait à hâter le cessez-le-feu. Le commandement français en Algérie prépare le retour en France de deux divisions, en février.

405 février 1962. — Un discours radiodiffusé du général de Gaulle confirme la volonté française de dégagement.

418 février 1962. — Graves heurts à Paris entre les manifestants anti-OAS et la police.

4218 mars 1962. — Signature des accords de cessez-le-feu à Evian, entre le Gouvernement français et le G.P.R.A., effectif le 19 en Algérie, il est troublé par l’action violente de l’O.A.S. à Alger et Oran. Ahmed Ben Bella et ses compagnons de captivité sont remis en liberté.

4320 mars 1962. — Les activités de l’O.A.S. s’intensifient malgré les arrestations des ex-généraux Jouhaud (le 25) et Salan (le 20 avril). Fusillades à Oran les 20 et 21 entre européens et militaires. Le 26, à Alger, fusillade rue d’Isly 41 morts, 130 blessés; attaques O.A.S. à Oran le 16 avril. Le 17, la ville est soumise à un bouclage. Par ailleurs, attentats à la mitraillette, au plastic, vols dans les banques, grèves, font régner une atmosphère de terreur.

4430 mars 1962. — Le président de Gaulle signe un décret de grâce collective en faveur des militants algériens.

457 avril 1962. — A Alger, installation officielle de l’Exécutif provisoire par M. Fouchet.

468 avril 1962. — Référendum en métropole pour l’approbation de la politique dite « du 19 mars », qui autorise le Président de la République à conclure tous accords jugés nécessaires, si le peuple Algérien choisissait de constituer l’Algérie en un Etat indépendant coopérant avec la France. Résultats : Oui = 8 156 511

47Non = 794 154

489. avril 1962. — A Alger, fermeture des Facultés et le 11, d’une partie du port d’Alger, à cause de la fureur meurtrière de l’O.A.S.

4927 avril 1962. — L’O.A.S. s’attaque aux sociétés de réservation de places, mais le rythme des départs des Européens s’accélère et à partir du 19 mai, un véritable pont aérien s’établit entre Alger et la métropole.

5017 juin 1962. — Signature d’un cessez-le-feu entre une partie de l’O.A.S. et le F.L.N., effectif à Alger, mais pas à Oran où l’O.A.S. désavoue cet accord.

5124 juin 1962. — Après s’être opposée avec violence aux départs des Européens d’Oran, l’O.A.S., renversant sa position, lui recommande de quitter l’Algérie avant le 1er juillet.

5227 juin 1962. — Capitulation de l’O.A.S. d’Oran, fuite de l’ex-général Gardy; ordre de l’ex-colonel Dufour de cesser les destructions.

531er juillet 1962. — Vote d’autodétermination, 91 % de la population y participe; 90 % répondent Oui. L’indépendance est proclamée le 3 par le général de Gaulle. Il remet les pouvoirs à l’Exécutif provisoire.

547 juillet 1962. — L’Emir Saïd El-Djezaïri, descendant d’Abdelkader, informe le G.P.R.A. par télégramme de Damas qu’il renonce au trône algérien et souhaite s’établir comme simple citoyen dans son pays d’origine.

5521 juillet 1962. — Premiers retours de Français en Algérie.

5620 septembre 1962. — Election de la première Assemblée nationale et référendum lui donnant pouvoir d’élaborer une Constitution.

5725 septembre 1962. — Proclamation de la République Démocratique Populaire avec Ferhat Abbas président. Le 26, Ahmed Ben Bella est chargé de former le premier gouvernement algérien. Il est constitué le 27 et présenté à l’Assemblée le 28.

5829 septembre 1962. — L’Assemblée investit Ahmed Ben Bella président du Conseil avec 159 voix pour, 1 contre et 19 abstentions.

5922 octobre 1962. — Ouverture d’une classe de 6e à enseignement arabe dans tous les lycées et collèges. Le 29, création d’un cycle normal de formation d’enseignants en arabe dans 2 écoles normales. Le 26 octobre, les médersas sont rattachés à l’Education Nationale.

601er novembre 1962. — Première fête nationale célébrée avec ferveur. Le Chef du Gouvernement évoque la mémoire des martyrs (chouhada) tombés depuis 1954.

612 novembre 1962. — Première prière solennelle, célébrée dans la mosquée Ketchaoua (qui, en 1832, était devenue la cathédrale d’Alger).

6220 novembre 1962. — Un appel est lancé aux Algériens émigrés vers la France, leur demandant de regagner l’Algérie, et ceci pour essayer de ralentir un exode qui inquiète le gouvernement Ben Bella.

6329 novembre 1962. — Interdiction du P.C.A. qui, tout en maintenant son autonomie n’avait cessé d’approuver la politique du F.L.N. Le Gouvernement précise que cette interdiction ne vise pas le P.C.A., en tant que tel, mais tous les partis.

642 décembre 1962. — Réunion du Bureau politique du F.L.N., Mohamed Khider annonce une politique d’austérité. Epuration et allégement de l’administration. Révision des salaires trop élevés. Restauration des tribunaux populaires et militaires.

6517-20 janvier 1963. — Congrès de l’U.G.T.A.

6621 janvier 1963. — Congrès constitutif de l’U.N.F.A.

6712 mars 1963. — Adoption du code de la nationalité algérienne par les 194 députés (85 voix pour, 33 contre, 11 abstentions) promulgué le 27.

6821 mars 1963. — Des salles de cinéma acquises par des algériens après l’indépendance sont déclarées biens nationaux. Le 26, l’Assemblée constituante adopte la réglementation des « biens vacants »; le 31 et les jours suivants, séries de nationalisation de grandes propriétés, d’hôtels et de restaurants.

6915 mai 1963. — Le colonel Boumediene, Ministre de la défense nationale, est nommé vice-président du Conseil. Le 18 septembre, il est confirmé dans sa charge lors de la formation du premier cabinet constitutionnel et nommé membre de la commission préparatoire au congrès du F.L.N.

7012 juin 1963. — Vote d’une motion recommandant un plus fréquent usage de la langue arabe dans la vie publique algérienne.

7125 juin 1963. — Le président Ben Bella annonce à l’Assemblée constituante la découverte d’un complot contre la Sûreté de l’Etat.

7222 juillet 1963. — Création du Bureau politique comprenant : Ahmed Ben Bella, Mohamed Boudiaf, Ait Ahmed, Mohamed Khider, Rabah Bitat, Mohammedi et Hadj Ben Alla.

7331 juillet 1963. — La population algérienne est évaluée à 10 453 000 habitants. La population urbaine représente près d’un tiers.

7428 août 1963. — Adoption de la Constitution algérienne par l’Assemblée nationale (139 voix pour, 23 contre, 8 abstentions), et du texte du serment que prêtera, en arabe, le futur président de la République.

758 septembre 1963. — Approbation de la Constitution par référendum.

7615 septembre 1963. — Election d’Ahmed Ben Bella à la présidence de la République, il prête serment le 20.

7729 septembre 1963. — Suite à de nombreuses luttes internes, et lors d’un meeting à Tizi Ouzou, Ait Ahmed et le colonel Mohand ou El-Hadj, appellent les populations algériennes à la rébellion contre un régime qu’ils qualifient de « fasciste ».

7830 septembre 1963. — Rentrée scolaire qui est marquée par le souci d’arabiser et d’algérianiser l’enseignement.

791er octobre 1963. — Ahmed Ben Bella proclame la nationalisation de toutes les terres appartenant encore à des étrangers.

803 octobre 1963. — L’enseignement du second degré compte pour cette première scolarisation algérienne : 26 400 élèves dans l’enseignement classique et moderne, 20 859 dans l’enseignement technique, 1 435 dans l’enseignement privé et 3 817 dans l’enseignement supérieur.

81octobre 1963. — Conflit frontalier avec le Maroc et particulièrement dans la région de Tindouf.

827 novembre 1963. — Deux ans de service civil obligatoire pour les professions médicales, paramédicales et pharmaceutiques. L’autorisation d’exercer n’est donnée qu’après.

8331 décembre 1963. — Création de la Caisse nationale de Sécurité sociale qui remplace la Caisse de Coordination de sécurité sociale créée le 15 juin 1957.

8431 décembre 1963. — Création de la SONATRACH (Société Nationale pour la Recherche, la Production, le Transport, la Transformation et la Commercialisation des Hydrocarbures).

857 janvier 1964. — Début d’une série d’actes et de manifestations qualifiés de « contre-révolutionnaires » qui échouent à la fin de l’année.

8629 février 1964. — Création d’un commissariat national à la culture, qui anime, coordonne et contrôle l’action des administrations, organismes et groupements qui interviennent dans le développement ou la diffusion de la culture.

8710 avril 1964 — Institution de l’unité monétaire algérienne qui est le dinar, sa valeur est définie par un poids d’or fin de 100 milligrammes.

8814 avril 1964. — Début d’une série de nationalisations : minoteries, industries alimentaires; 380 salles de cinéma le 19 août et le 14 octobre, les biens mal acquis.

8916-21 avril 1964. — Premier Congrès du F.L.N. à Alger. Le président Ben Bella définit la doctrine du gouvernement algérien en matière de politique intérieure et extérieure. L’Algérie est appelée à devenir « une démocratie régie par le principe de l’autogestion et dans laquelle les organisations nationales s’informeront des aspirations du peuple ». Le 21, première réunion du Comité Central; le 23, élection du Bureau Politique.

901er juin 1964. — Parution du premier Journal officiel en langue arabe.

918 juin 1964. — Création du Centre national du Cinéma algérien, établissement public, à caractère industriel et commercial, avec mission particulière sur le plan éducatif et culturel.

928 juin 1964. — Publication au J.O.R.A. d’un texte qui classe les entreprises industrielles en deux catégories : « d’intérêt national » et « d’intérêt local ».

9321 juin 1964. — « Opération bidonville », Ahmed Ben Bella donne le signal de leur démolition. Le 13 décembre, il inaugure 600 logements à Oued-Ouchaya.

9413 juillet 1964. — Création d’une milice populaire sous l’égide du Parti, « pour défendre la révolution socialiste contre tous ses ennemis de l’intérieur et de l’extérieur ».

9527 août 1964. — Création d’un Centre national d’alphabétisation pour l’éducation des masses (87 % d’adultes analphabètes), ainsi que d’une commission pour la confiscation des biens des personnes portant atteinte à l’intérêt national.

9620 septembre 1964. — Elections législatives pour le renouvellement de l’Assemblée nationale.

97décembre 1964. — Bien que l’Islam n’ait jamais été absent des débats sur l’Algérie nouvelle, l’année écoulée se caractérise par une réaction religieuse très vive, trop profonde et trop forte, pour que le régime ne veuille courir le risque de la négliger.

9811 février 1965. — La presse algérienne annonce l’acquisition par le Cardinal Duval de la nationalité algérienne.

9918 mars 1965. — Création d’Instituts de médecine à Alger, Constantine et Oran.

1006 avril 1965. — 26 000 pèlerins algériens se sont rendus à la Mecque. (En 1963 = 5 787, en 1964 = 10 031).

10119 juin 1965. — Coup d’état à Alger. Destitution et arrestation du président Ben Bella. Le C.N.R. déclare assumer tous les pouvoirs, son porte-parole est le colonel Boumediene.

1024 juillet 1965. — Formation d’un nouveau gouvernement de 26 membres, présidé par le colonel Boumediene. Le 17, formation d’un secrétariat exécutif du Parti. Dès le 16 août, réunions d’information dans toute l’Algérie, les principes sont les mêmes : révolution socialiste, attachement au Maghreb, au monde arabe et à l’Afrique, coopération étroite avec la France et les organismes internationaux.

10311 août 1965. — Après de nombreux débats, El Moudjahid fait le bilan des réflexions sur la culture algérienne, elle ne doit pas être l’apanage de quelques privilégiés mais populaire. L’arabisation est une nécessité, mais le bilinguisme n’est pas un mal.

1041er novembre 1965. — 11e anniversaire de la Révolution. Le colonel Boumediene annonce pour l’année à venir, la réforme agraire, le statut de la fonction publique et les élections municipales.

10510 janvier 1966. — Le budget de fonctionnement fait apparaître que la plus forte part, 21,5 %, va à l’Education nationale, (Défense nationale n’est qu’au 2e rang avec 16 %) qui pense pouvoir scolariser 85 % des jeunes en 1975. A la rentrée d’octobre, l’Algérie compte 18 000 instituteurs francophones et 13 000 arabisants, de ce fait, l’arabisation demeure l’un des principaux objectifs de la politique en matière d’éducation.

10614-23 février 1966. — Réunions du Conseil de la Révolution pour traiter des problèmes du budget d’équipement. Priorité accordée à l’agriculture traditionnelle et à l’industrie. Le 8 août, préparation de la réforme agraire et le 26 décembre étude du budget de 1967.

10718 février 1966. — Création d’un Conseil supérieur islamique chargé d’affirmer, entre autres, le véritable visage de l’Islam, de promouvoir l’enseignement religieux, de raviver le patrimoine national par la publication de manuscrits ayant trait à l’Islam et de raffermir les relations avec le monde islamique par la coopération intellectuelle.

10824 février 1966. — 10e anniversaire de l’U.G.T.A., qui affirme ne pas s’opposer au Parti.

1091er mars 1966. — Début de nombreux déplacements du président Boumediene dans le pays; le Constantinois, puis l’Ouest où il inaugure l’oléoduc d’Arzew le 19 mars. Du 21 au 24 novembre, Touggourt et Tamanrasset où un conseil des ministres traite des problèmes locaux du tourisme, du commerce des dattes et de la décentralisation administrative.

1108 mars 1966. — Journée internationale des femmes. Le président Boumediene rend hommage à leur rôle joué dans la libération du pays, et affirme que rien ne s’oppose à ce qu’elles travaillent et évoluent, mais en raison du chômage, priorité est donnée aux hommes dans la répartition du travail.

11121 mars 1966. — Dans le cadre de l’organisation du Parti, qui va durer deux mois, première réunion d’information à Oran, puis Constantine et Alger. Le Président brosse le tableau de la politique algérienne et de ses buts.

1124-17 avril 1966. — Recensement général de la population (le premier depuis l’indépendance) = 12 093 203 habitants. Le taux de croissance est estimé à 3 %, et approche ceux considérés les plus élevés du monde.

11310 avril 1966. — Hadj Smaïn, ministre de la Reconstruction et de l’Habitat, Ali Mahsas, ministre de l’Agriculture et le 8 août Bechir Boumaza, ministre de l’Information, quittent l’Algérie pour rejoindre l’opposition à l’étranger.

1146 mai 1966. — Nationalisation des mines et des biens vacants.

1152 juin 1966. — Publication du Statut de la Fonction publique, le 8, parution du code de procédure pénale et le 21, création de Cours spéciales de répressions des infractions économiques.

11619 novembre 1966. — Congrès de l’Union des Femmes Algériennes. Le Président réaffirme « accorder à la femme tous les droits politiques, sociaux et autres droits ».

1173 janvier 1967. — Assassinat à Madrid de Mohamed Khider, l’un des membres les plus en vue de l’opposition algérienne.

11818 janvier 1967. — Réforme communale. Les collectivités locales fonctionnent encore selon les règles du régime colonial, il s’agit de doter la commune algérienne d’un cadre plus adapté.

1195 février 1967. — Elections communales sur listes établies par les cellules du F.L.N. et les organisations nationales. Le nombre des candidats est le double de celui des sièges à pourvoir. Les Algériens hors du pays votent par correspondance.

1208 février 1967. — Grève des étudiants pour protester contre la dégradation de l’enseignement supérieur, l’intimidation policière à leur encontre et la pression des étudiants du F.L.N. Le 1er mai, des étudiants réclament la libération des militants socialistes arrêtés le 29 avril.

12117 mars 1967. — Création du Centre algérien de la cinématographie, qui remplace le Centre national du Cinéma. Il délivrera les visas pour la projection en Algérie de tous les films, nationaux ou étrangers.

1225 juin 1967. — Guerre des « Six Jours ». Le 7, le port d’Alger est fermé aux navires considérés favorables à Israël. Le 13, la population est invitée à verser une taxe de 5 % sur le montant des impôts payés en 1966 et tous les salariés versent une journée de travail.

1238 juillet 1967. — Mobilisation générale et préparation militaire obligatoire pour les étudiants pendant six semaines à partir du 15 juillet.

12424 août 1967. — Nationalisation des sociétés Esso-Standard-Algérie, Esso-Africa, Esso-Saharienne et Mobil. Elles sont transférées à la SONATRACH.

12510 décembre 1967. — La presse syndicale souligne l’austérité imposée aux travailleurs par contraste avec le luxe dont jouit la bourgeoisie et la bureaucratie. Dès le 5 avril, l’U.G.T.A. avait dénoncé le luxe des grandes villes. Le 15 août, un signal d’alerte est lancé aux unités autogérées, menacées d’être absorbées dans le secteur nationalisé.

12614 décembre 1967. — Tentative d’insurrection contre le président Boumediene, les troupes rebelles sont arrêtées le 15. Le Président décide d’assurer le commandement direct de l’armée. Le 16, interdiction est faite aux Algériens de quitter le territoire national. Le 17, arrestations, notamment dans les milieux syndicalistes, bien que l’U.G.T.A. condamne la sédition.

1272 février 1968. — Les étudiants s’insurgent contre « l’embrigadement » du Parti et lancent un ordre de grève. Le 6, fermeture de l’Université; le 7, la grève s’étend aux enseignants. La reprise des cours se fait à partir du 26. Le 14 mars, la grève reprend et le président Boumediene fait libérer le 19, les 6 étudiants encore détenus. Le 7 décembre, rentrée dans le calme.

12816 avril 1968. — Institution du service national obligatoire pour toute personne âgée de 19 ans.

12926 avril 1968. — Obligation est faite aux fonctionnaires d’avoir une connaissance « suffisante » de la langue nationale, l’arabe littéral. Tout concours de recrutement comporte obligatoirement une épreuve d’arabe à compter du 1er janvier 1971.

13026 avril 1968. — Attentat contre le président Boumediene. Il n’est que légèrement blessé.

13113 mai 1968. — Nationalisation du marché des produits pétroliers et du gaz (sur 49 sociétés nationalisées, 48 sont françaises).

13220 mai 1968. — Nationalisation des Constructions mécaniques, engrais et matériaux de construction.

13329 mai 1968. — Mise en place d’une commission nationale de la jeunesse qui a besoin d’être encadre ; 56 % ont moins de 21 ans.

13412 juin 1968. — Nationalisation des secteurs, chimie, mécanique, ciment et alimentation.

1354 novembre 1968. — Création d’une cour révolutionnaire qui a pour but de juger les infractions contre la Sûreté de l’Etat, les atteintes à la Révolution et la discipline des armées.

1367 décembre 1968. — Le nombre de domaines autogérés passe de 520 à 720 en un an. L’autonomie financière est accordée à une centaine d’entre elles.

1371er janvier 1969. — Entrée en vigueur de l’accord sur la main-d’œuvre algérienne en France qui comptabilise 608 463 personnes (dont 60 % de salariés).

13824 mars 1969. — Première réunion à Oran de la Cour révolutionnaire de justice afin de juger Belkacem Krim en fuite, et ses complices, en tout une cinquantaine de personnes, pour la plupart accusées d’atteinte à la Sûreté de l’Etat, port et détention prohibés d’armes, tentative d’assassinat sur la personne du responsable du Parti, Ahmed Kaïd. Belkacem Krim est condamné à mort par contumace, 9 réclusions perpétuelles et des peines de prison de durée variable. Du 9 au 23 juillet, procès des membres du mouvement insurrectionnel de décembre 1967. Du 4 au 5 août, sont jugés les 22 personnes impliquées dans la tentative d’assassinat contre le Chef de l’Etat du 26 avril 1968.

1395-9 mai 1969. — La reprise en main des syndicats par le Parti, amorcée en 1968, trouve son aboutissement lors du Congrès de l’U.G.T.A. Une des résolutions adoptées précise qu’il « est un syndicat gestionnaire qui se gardera de toute contestation dans ses relations avec le secteur étatique, et placera son action sous le contrôle du Parti unique algérien ».

14023 mai 1969. — Dans le cadre de la réforme départementale, publication du Code et de la Charte de la wilaya qui définit sa composition, son rôle et ses limites territoriales. Les membres de l’Assemblée populaire sont élus, d’après une liste de candidats arrêtée par le Parti.

14121 juillet - 1er août 1969. — A Alger, le Festival culturel panafricain est l’occasion de nombreuses manifestations et de l’adoption d’un Manifeste culturel panafricain.

14224 novembre 1969. — Début des négociations franco-algériennes sur le pétrole.

1431er janvier 1970. — Entrée en vigueur du Plan quadriennal. 11 % des investissements globaux sont consacrés à l’éducation et à la formation.

14412 janvier 1970. — Ouverture à Mostaganem, du premier Institut de technologie agricole. Le 21 avril, création de l’Institut de Technologie du Commerce. Pendant cette même année s’ouvrent aussi, une Ecole de l’Air, des Instituts de techniques hôtelières, touristiques, du bâtiment, d’optique, de la Santé publique et une Ecole polytechnique d’architecture et d’urbanisme.

1451er février 1970. — A compter de ce jour, le Journal Officiel de la République Algérienne est édité en langue arabe, mais une traduction française est adressée aux lecteurs qui en font la demande.

1467 février 1970. — 4e Conférence annuelle des Présidents des Assemblées populaires communales. Le Chef de l’Etat déclare que « l’expérience des A.P.C, a été une réussite », et que le nouveau découpage départemental va se faire sur des bases économiques et d’harmonisation des diverses circonscriptions administratives.

14720 février 1970. — Le Conseil des ministres arrête les grandes orientations de la politique industrielle du gouvernement qui se double d’une action d’ensemble sur les structures sociales. Il s’agit de transformer en « associés » les salariés des entreprises nationales, par introduction d’un système représentatif.

14827 mai 1970. — Signature à Tlemcen de l’accord algéro-marocain sur le bornage de la frontière commune.

14912 juin 1970. — Création des Conseils exécutifs de wilaya. Le 22 octobre, réforme de l’organisation budgétaire des wilayate.

15015 juin 1970. — La Royal Dutch Shell passe sous contrôle de la SONATRACH, ainsi que deux sociétés pétrolières américaines, le 2 novembre. Elle devient le premier producteur d’hydrocarbures en Algérie.

151septembre 1970. — Rentrée scolaire de 2 millions d’élèves qui se fait dans le cadre de réalisations scolaires entièrement décentralisées au profit des wilayate et des communes.

1522 novembre 1970. — Ordonnance portant statut de la coopération agricole. Afin d’engager et préparer les paysans à entrer dans les coopératives, des « précoopératives » sont organisées, qui bénéficient d’assistance financière, technique et administrative de l’Etat.

1532 novembre 1970. — Dans le cadre de la décentralisation universitaire, ouverture de l’Université de Constantine.

1542 janvier 1971. — Arrestation pour « menées subversives » de 8 étudiants, dont deux jeunes filles qui seront libérées 24 heures après. Le 15, dissolution de l’U.N.E.A. et suspension des inscriptions si les cours ne sont pas repris le 18. La menace est efficace. Création d’un corps de gardes universitaires chargé du maintien de l’ordre à l’intérieur de l’Université. Libération dans les deux mois qui suivent des étudiants arrêtés le 15 janvier. Les 6 étudiants arrêtés le 2 janvier sont libérés le 20 septembre.

15520 janvier 1971. — Le nouveau ministère de l’Enseignement et de la Recherche scientifique (suite à l’éclatement de l’Education nationale en trois nouveaux ministères) comprend 4 directions : administration générale, planification et orientation universitaire, enseignement et recherche scientifique. Le 13 mai, un décret fixe la charge du nouveau ministère de l’Enseignement primaire et secondaire qui est d’assurer, en plus de la scolarisation, la formation générale et technique des jeunes et la formation des adultes durant toute leur existence. Le ministère de l’Information et de la Culture est chargé d’orienter, de développer, et de contrôler l’information, conformément aux directives du Gouvernement, et d’appliquer les conventions culturelles internationales pour la partie relevant de sa compétence.

15620 janvier 1971. — La connaissance de la langue nationale est rendue obligatoire pour le personnel de nationalité algérienne des entreprises publiques.

15714 février 1971. — Elections municipales. 20 886 candidats pour 10 443 sièges à pourvoir, élus par tous les algériens de plus de 19 ans. Le nombre de commune passe de 676 à 691.

15824 février 1971. — Nationalisation totale des canalisations et des installations de production du gaz. Prise de contrôle de la production du pétrole avec une majorité de 51 % dans les sociétés françaises.

15912 mars 1971. — Installation d’une commission nationale consultative chargée de débattre des projets de codes fondamentaux, famille, travail, commerce, droit civil, procédure civile. Ses travaux font apparaître la nécessité d’une refonte totale de la législation algérienne, par un retour aux sources du droit musulman.

1605 avril 1971. — Les 200 000 travailleurs du secteur autogéré de l’agriculture, qui jouissent déjà du droit aux congés payés, sont admis par décret, au bénéfice des assurances sociales et des allocations familiales.

16113 mai 1971. — Création d’un baccalauréat de l’enseignement originel. Cet enseignement a pour but, d’« établir la langue arabe selon les méthodes scientifiques et la répandre le plus largement possible, de former une génération montante pourvue d’une formation scientifique, doublée d’une éducation musulmane solide ». Dans les projets du ministère figure la construction de trois Facultés qui étudieront à Alger, la loi islamique et le droit comparé, à Constantine, les fondements de la religion et la philosophie comparée et à Oran, la langue arabe et ses littératures.

16224 juin 1971. — Décision d’arabiser, à la rentrée d’Octobre, le tiers des classes en 1re année (ex 6e) et en 5e année (ex 2e) du secondaire. Ouverture dans chaque université d’une section arabisée de préparation aux examens de la capacité en droit, organisation en langue arabe des enseignements et du diplôme d’études supérieures de droit privé et droit public.

16329 juin 1971. — Examen de la première tranche du plan, en un an 90 000 emplois créés, 30 unités industrielles nouvelles, 6 milliards de dinars investis.

16416 septembre 1971. — Lancement des travaux de la route transaharienne.

16522 septembre 1971. — Création d’une école nationale pour la formation des cadres du culte musulman et de l’enseignement originel.

166octobre 1971. — Les effectifs de l’enseignement élémentaire publics sont de 2 018 091 (2/3 de garçons) avec un taux de scolarisation de 62,18 %. L’enseignement moyen et secondaire général, technique et normal compte 287 700 élèves (dont 83 084 filles) et 7 153 enseignants français plus 5 152 algériens.

1671er octobre 1971. — L’arabe remplace le français comme langue principale à tous les degrés de juridiction. Les conclusions des avocats et les décisions judiciaires font encore l’objet d’une traduction en français.

16830 novembre 1971. — Publication de la Charte de la Révolution Agraire, qui doit mettre fin à l’inégalité dans la répartition des terres et aider la promotion économique, sociale et culturelle des masses rurales. L’avant-projet de cette charte publiée en 1970 fait ressortir que 16 500 propriétaires (3 %) possèdent 25 % du sol (domaines de plus de 50 hectares), 425 000 (72 %) possèdent 25 % du sol et sont donc insuffisamment dotés, ils forment avec 500 000 fellahs sans terre près d’un million de bénéficiaires possibles.

16913 décembre 1971. — Publication de la charte de l’Organisation Socialiste des Entreprises du secteur public, signée le 16 novembre par le président Boumediene. Elle définit les droits et obligations des travailleurs, la composition des assemblées dans chaque entreprise et le pouvoir de contrôle des travailleurs sur la gestion de l’entreprise.

17020 décembre 1971. — Selon des statistiques françaises, il y a actuellement en France, 754 462 Algériens contre 696 316 en 1970 et 425 000 en 1962.

171décembre 1971. — La population algérienne est estimée à 14 200 000. Le taux d’accroissement naturel est voisin de 3,5 % et 60 % des Algériens (8 millions) ont moins de 20 ans.

172décembre 1971. — Les Caisses d’Epargne ont recueilli 320 millions de dinars algériens pour l’année écoulée contre 420 au total pour les cinq années précédentes.

173janvier 1972. — Pour la première fois, les journalistes étrangers sont admis à la conférence de presse du Ministre des finances lors de la présentation du budget de l’année en cours.

17410 mars 1972. — Début de la mise en place des organes locaux de la Révolution Agraire avec les exécutifs élargis de wilaya. Du 26 mai au 3 juin, enquêtes auprès des collectivités locales pour faire le point de la conduite des opérations. Les 23 août et 6 octobre, des textes fixent la superficie des lots de terre attribuables, wilaya par wilaya.

17526 avril 1972. — Le colonel Boumediene se rend en Tunisie où il rencontre le président Bourguiba pour la première fois.

17627 avril 1972. — Nationalisation des agences et des biens de la dernière Banque privée française encore établie, la Compagnie Française de Crédit et de Banque, ex Compagnie Algérienne. Tout le secteur bancaire algérien est de ce fait national et étatisé.

1771er mai 1972. — 30 % d’augmentation du salaire minimum qui passe à 1,73 dinar (environ 2 F) de l’heure.

1787 juin 1972. — Promulgation des statuts de la coopération agricole : sont organisées des coopératives d’exploitation en commun, des coopératives de production, des coopératives de services et des groupements pré-coopératifs conçus pour éviter le fractionnement d’exploitation indivisés et mettre en culture des terres inexploitées.

17915 juin 1972. — Signature de la convention définissant la frontière algéro-marocaine.

1803-11 juillet 1972. — Cérémonie du 10e anniversaire de l’indépendance algérienne devant 2 000 invités et les représentants de 88 Etats.

18114 octobre 1972. — La Commission nationale des investissements donne son accord à 14 projets industriels privés algériens représentant une valeur de 36 millions de dinars, et lance une enquête sur les difficultés des entreprises privées algériennes, secteur d’appoint de l’économie nationale, mais appelé à se développer.

18226 octobre 1972. — 22 000 étudiants sont inscrits dans l’enseignement supérieur contre 1 200 en 1962.

1838 novembre 1972. — A la suite d’une vaste campagne de popularisation de la réforme, le Fonds national de la Révolution Agraire a déjà perçu 20 millions de dinars. Cette somme va grossir les crédits réservés à la construction des « 1 000 villages de la révolution agraire ».

18412-14 janvier 1973. — Première conférence nationale sur l’émigration. Sont abordés les problèmes des travailleurs en Europe, et surtout le déracinement socioculturel. Le souci de l’Algérie est de conserver les émigrés dans la communauté nationale et de les réintégrer un jour dans les forces productives du pays.

18531 janvier 1973. — Dans le cadre de la Révolution Agraire (première phase : 17 juin 1972), 618 000 hectares ont été distribués à 44 000 familles. Presque la moitié des demandes ont été satisfaites.

1865 février 1973. — Lles statistiques font état de 1368 étudiants algériens à l’étrangers; 557 dans les pays de l’Est (423 en U.R.S.S.) ; 523 dans les pays occidentaux (400 en France) ; 288 dans les pays arabes (177 en Syrie). Les frais de formation à l’étranger sont pris en charge par l’Etat algérien, pour les disciplines non enseignées en Algérie.

1872-6 avril 1973. — 4e Congrès de l’U.G.T.A., 800 délégués élus dont 68 femmes et 52 émigrés (plus 55 délégations étrangères). Les nouveaux objectifs sont d’animer un volontariat de travailleurs pour la Révolution Agraire.

18810-12 avril 1973. — 3e Assises nationales du secteur socialiste agricole (premières en mars 1970) ; y participent pour la première fois les présidents des coopératives, au côté des représentants des domaines autogérés et des coopératives d’anciens moudjahidine. Le 2e Plan prévoit la construction de 120 000 logements ruraux. En priorité, la justice sociale.

18927 avril 1973. — Inauguration à Alger de l’Institut des Etudes syndicales et politiques, qui formera les cadres pour le Parti, l’U.G.T.A. et les autres organisations de masse.

1905 juin 1973. — Un décret fixe les conditions d’indemnisation des propriétaires évincés par la Révolution agraire et la superficie maximale et minimale des propriétés agricoles.

19115 juillet 1973. — Début de la campagne d’été du volontariat. 5 000 étudiants se présentent, mais seuls 3 000 peuvent être engagés. Occasion pour reprendre en main les 2 000 étudiants algériens à l’étranger. Le 27 septembre, débat de synthèses; un appel est lancé pour le doublement du nombre des volontaires en 1974.

192octobre 1973. — L’Enseignement supérieur compte 40 000 étudiants à la rentrée (contre 500 aux lendemains de l’indépendance) 65 000 élèves dans l’enseignement secondaire, 345 000 dans l’enseignement moyen du premier degré et 2 400 000 dans l’enseignement élémentaire.

19320 décembre 1973. — Le Chef de l’Etat signe une ordonnance organisant la gratuité à peu près totale des soins médicaux.

MAROC

19420 août 1953. — Déposition de SM. Mohamed V, sur le trône depuis le 18 novembre 1927. Il est exilé en Corse puis à Madagascar.

19516 novembre 1955. — Retour du sultan Mohamed V.

1962 mars 1956. — Signature à Paris de la déclaration commune d’indépendance.

19712 mai 1956. — Création des Forces Armées Royales (F.A.R.).

1987 juin 1956. — Le Roi décrète l’état d’exception (article 35 de la Constitution), assume le pouvoir et annonce une réforme de la Constitution qui sera soumise au référendum.

19920 juillet 1956. — Adhésion du Maroc à l’O.N.U.

2009 juillet 1957. — Dahir de SM. Mohamed V désignant son fils le prince Moulay Hassan comme son successeur.

20121 décembre 1957. — Inauguration de l’Université de Rabat.

2026 septembre 1958. — Admission du Maroc comme membre à part entière de la Ligue arabe.

20312 février 1960. — Evacuation officielle des bases aériennes américaines.

204février 1960. — Interdiction du Parti communiste marocain.

20519 avril 1960. — Intégration économique de Tanger.

206novembre-décembre 1960. — La politique marocaine est caractérisée par son opposition à l’indépendance de la Mauritanie, considérée comme partie intégrante du territoire national.

20726 février 1961. — Mort de Mohamed V. SM. Hassan II devient Roi, Investiture officielle le 3 mars.

2083 mars 1962. — Premier discours du trône du Roi Hassan II. Il annonce la nationalisation de l’énergie électrique et des chemins de fer.

2096 juillet 1962. — Incidents à Tindouf et Saf-Saf. Le différend entre le Maroc et l’Algérie porte sur des revendications de territoires par le Maroc.

21011 septembre 1962. — Le Roi accorde des mesures de grâce pour les condamnés des événements du Rif en 1958, ainsi que pour ceux, réfugiés en Espagne.

21128 septembre 1962. — Mort en France, du Chérif Sidi Abdelhay el-Kittani, chef de confrérie religieuse et opposant de la famille royale. Il avait joué un rôle de premier plan en 1953, dans les événements qui conduisirent à la déposition du Sultan Sidi Mohamed.

21216 novembre 1962. — Mehdi Ben Barka est victime d’un accident d’automobile près de Casablanca. Dans un communiqué le Secrétaire général de l’U.N.F.P., fait état d’une « tentative d’assassinat par simulacre d’accident ».

21323 novembre 1962. — Création d’un « Parti Socialiste Marocain ».

2147 décembre 1962. — Adoption de la Constitution par référendum : 3 733 000 oui - contre 113 000 non. L’article 3 précise que le régime marocain repose sur la pluralité des partis.

215décembre 1962. — La population « légale » s’élève à 11 626 470 habitants dont 395 823 étrangers. Population urbaine = 3 411 037 h., rurale = 8 215 433 h.

2164 janvier 1963. — Constitution du nouveau gouvernement avec des Indépendants, des membres du Mouvement populaire et plusieurs anciens membres de l’Istiqlâl.

21711 janvier 1963. — Dix journées de pluies continues ont provoqué les plus terribles inondations que le Maroc ait connues depuis 35 ans.

21828 janvier 1963. — Création du S.N.P.M.. Les journalistes de l’opposition y détiennent la majorité et demandent « la suppression des organes de presse créés sous le protectorat». Cette résolution vise les quotidiens appartenant à Yves Mas.

2196 février 1963. — L’Emir Abd el-Krim, héros de la guerre du Rif, champion de l’indépendance et de l’unité Nord-africaine, meurt au Caire.

2206 février 1963. — Grève dans les mines de plomb de Zellija. Le 20 mars, l’U.M.T. lance un ordre de grève à tous les mineurs de l’Oriental, et le 6 avril, à l’Office chérifien des phosphates. Le 13, l’U.G.T.M. demande la marocanisation de la société des mines de Zellija.

2216 mai 1963. — Fin de la grève de trois mois, reprise du travail dans les mines de Zellija. Elle a pour origine le licenciement de certains ouvriers et le refus de toute augmentation des salaires.

22217 mai 1963. — Premières élections législatives de la Chambre des représentants (144 sièges) répartis comme suit : F.D.I.C. = 69, Istiqlâl = 41, U.N.F.P. = 28 et 6 sans étiquettes.

2233 juillet 1963. — Congrès de l’U.N.E.M. à Casablanca jusqu’au 4 août. — Les motions votées prennent violemment à partie « le régime actuel ». La chute du gouvernement est proposé comme objectif. Le 5 août, le nouveau président, Hamid Berada dénonce le « pseudo-régime de liberté ». Il est arrêté le 6, et détenu 4 jours. Le 17 octobre, il se trouve à Alger d’où il condamne l’attitude de son gouvernement. Le 9 novembre, il est condamné à mort par contumace.

22417 juillet 1963. — Découverte d’un « complot » contre le régime. — Arrestations massives à Casablanca dont 130 dirigeants et membres de l’U.N.F.P.

22528 juillet 1963. — Elections communales (l’U.N.F.P. et l’Istiqlâl ont demandé le boycott). — Les résultats sont de 85 % pour la F.D.I.C. ; 1,17 % pour l’U.N.F.P. et 6,44 % pour l’Istiqlâl.

22621 août 1963. — Amnistie pour de nombreux prisonniers et réhabilitation accordée par le Roi, en l’honneur de la naissance du prince héritier Mohamed, héritier du trône.

2276 septembre 1963. — Le général Mohamed Oufkir est nommé directeur général de la Sûreté Nationale.

2281er octobre 1963. — Nationalisation de l’enseignement secondaire privé musulman.

22916 octobre 1963. — Du Caire, Mehdi Ben Barka appelle le peuple marocain à la révolte. Une information pour haute trahison est ouverte contre lui. Le tribunal militaire des F.A.R. le condamne le 9 novembre à la peine de mort par contumace.

230octobre 1963. — Conflit frontalier avec l’Algérie, notamment dans la région de Tindouf.

23110 novembre 1963. — L’effectif scolaire global pour les trois ordres d’enseignement, public, privé et étranger, et tous les types d’écoles est de 1 222 328.

2322 janvier 1964. — Reprise du procès des membres de l’U.N.F.P. arrêtés le 17 juillet 1963.

23310 janvier 1964. — Grève déclenchée par l’U.G.E.M. pour protester contre les réductions de crédits.

23414 mars 1964. — Verdict du procès des membres de l’U.N.F.P., 11 condamnations à mort (dont 8 par contumace, parmi lesquels Mehdi Ben Barka), 35 acquittés et les autres condamnés à des peines de prison. Le 19 août le Roi commue les 3 peines de morts en détention à vie.

23517 mars 1964. — Nouvelle grève de l’U.N.E.M. pour protester contre le verdict du 14.

2367 avril 1964. — Les grèves des étudiants, qui durent depuis le début de l’année, se poursuivent, le ministre de l’Education nationale décide la fermeture de l’Institut Chegarda. Le 14, les étudiants s’enferment dans la mosquée Qaraouiyine. Heurts avec la police. Le 16 la grève est générale à Fez et le 20, grève de solidarité à Rabat.

23712 avril 1964. — Création du Parti Socialiste Démocrate (P.S.D.). Son programme est de développer l’économie marocaine.

23813-30 avril 1964. — Colloque sur l’enseignement. — Parmi les motions votées : arabisation, unification et marocanisation de l’enseignement. L’arabisation doit être effective le 1er octobre et s’achever en 10 ans.

239juin 1964. — Mort à l’âge de 90 ans du « fqih » Moulay Ahmed ben Larbi el-Alaoui. Père du nationalisme marocain, il avait été le maître à penser de presque tous les créateurs du Comité d’Action Marocaine de 1934.

24020 août 1964. — Remaniement ministériel. Le général Oufkir est nommé Ministre de l’Intérieur.

2418 septembre 1964. — Création d’une Centrale de gestion des exploitations agricoles pour gérer les lots de colonisation récupérés, conformément au dahir du 16 septembre 1963.

2425 octobre 1964. — Le gouvernement cesse de reconnaître l’U.N.E.M. comme d’utilité publique. Le 14, il engage une instance judiciaire en dissolution.

2438 octobre 1964. — Mise en place d’un train de mesures d’austérité financières : réduction des dépenses de fonctionnement de l’Etat, limitation des importations, suppression de toute importation et exportation de monnaie marocaine.

2449 octobre 1964. — Parution de al-Moukafih, l’organe en langue arabe du P.C.M. Il est saisi le 23 et interdit le 31.

24530 décembre 1964. — La Chambre des Conseillers adopte par 79 voix contre 9, le projet de loi concernant le tribunal spécial destiné à lutter contre la concussion et la corruption.

24620 janvier 1965. — Manifestation de rigorisme religieux, 600 arrestations pour cause de rupture de jeûne du Ramadan, sur l’ensemble du Royaume, en vertu de l’article 222 du code pénal. Une décision de fermeture est prise à l’encontre de divers établissements publics.

24721 janvier 1965. — 170 000 hectares de terres de colonisation ont été récupérées jusqu’à présent sans indemnité. Toutefois, indemnisation pour le bétail et les machines.

24812-14 février 1965. — Travaux du 7e congrès national du parti de l’Istiqlâl (premier depuis 1962). Réélection de Allai al-Fassi à la présidence.

24920 mars 1965. — Création d’une cour spéciale de justice chargée de la répression des crimes de concussion, corruption et trafic d’influence commis par des fonctionnaires publics.

25022 mars 1965. — Grèves des élèves de Casablanca et violentes manifestations contre une circulaire ministérielle, relative à l’orientation vers l’enseignement technique d’élèves du secondaire. Le lendemain, manifestations qui dégénèrent en émeutes. Intervention de l’armée et de la police, on déplore des dizaines de morts et des blessés. Le 27, le tribunal de Casablanca prononce 180 condamnations à des peines diverses. Le 28, l’U.M.T. se déclare prêt à reprendre la grève si les détenus ne sont pas relachés et la circulaire annulée. Le 29, 250 condamnations à Casablanca, dont 16 à 6 mois de prison. Le 30, 121 condamnations, 35 acquittements. Le 1er avril, le Roi ordonne la libération de tous les détenus arrêtés.

25113 avril 1965. — Amnistie générale accordée par le Roi à presque tous les détenus politiques, ainsi qu’aux exilés qui voudraient revenir au Maroc.

2527 juin 1965. — Le Roi annonce la signature d’un décret proclamant l’état d’exception, afin de sauvegarder les institutions constitutionnelles, et la révision de la consititution. Le 8, cessation des fonctions du gouvernement et présentation de la nouvelle formation dirigée par le Roi lui-même, laissant à l’écart les partis ou groupements d’opposition.

2531er juillet 1965. — Tous les documents écrits, déposés devant les différentes juridictions du Royaume, devront être désormais rédigés exclusivement en langue arabe.

2547 juillet 1965. — Le groupe de l’Istiqlâl obtient satisfaction en faisant voter un amendement au code de la presse, portant suppression de la presse étrangère.

2559 septembre 1965. — Publication du plan triennal. Priorité à l’agriculture, au tourisme, à la formation des cadres; large appel à l’initiative privée; 45 % des investissements pour le secteur énergétique.

25629 octobre 1965. — Enlèvement à Paris de Mehdi Ben Barka, président de la Conférence des trois continents (Asie, Afrique, Amérique Latine), et leader de l’U.N.F.P.

25720 janvier 1966. — Le Parquet de la Seine lance un mandat d’arrêt contre le général Oufkir et le commandant Dlimi, inculpés dans l’affaire de la disparition de Mehdi Ben Barka. Le 19 février, la presse italienne publie la déclaration du général Oufkir, affirmant qu’il n’avait rien à se reprocher. Le 11 mars, à la suite d’un discours du Général de Gaulle, qui prenait à son compte les accusations portées contre les hauts fonctionnaires marocains, le Roi affirme sa confiance en ses collaborateurs.

25826 janvier 1966. — Vive agitation parmi les étudiants, provoquée par l’arrestation et la condamnation à 6 mois de prison du vice-Président de l’U.N.E.M. Grèves de protestation dans les Universités entraînant des arrestations; grève générale le 12 mars. Le 23, grève des Universités et des Etablissements secondaires. Le gouvernement pense résoudre le problème des étudiants en incorporant le 15 juillet tous les sursitaires.

25916-19 mars 1966. — Première grève dans le secteur des Mines, suivie de celle du 31 mai; et dans tous les Centres de l’Office Chérifien des Phosphates les 22, 23 et 27 juin. Les secteurs automobile, transports (autobus et cheminots), Royal Air Maroc, l’A.G.I.P. pétrole, minoteries, Office du thé, pêcheurs de Safi, conserveries et tanneries sont perturbés tout au long de l’année par des grèves, allant de 24 heures à 1 mois.

2606 avril 1966. — Le ministre de l’Education nationale remet en question la politique suivie depuis 10 ans : « La généralisation de l’enseignement, son arabisation, son unification, sa marocanisation conduites sans discernement ont porté un grave préjudice aux enfants, les objectifs étaient légitimes mais auraient dû être planifiés plus rigoureusement ». Il propose entre autre : la nécessité d’une sélection, le relèvement du niveau à tous les degrés et le développement de l’enseignement scientifique et technique.

2619 juin 1966. — Institution du service militaire obligatoire d’une durée de 18 mois.

2624 juillet 1966. — Signature du 1er, d’une série de 6 décrets royaux — et d’un arrêté interministériel (4 janvier 1967) — qui constituent l’appareil législatif de la réforme agraire. « Les terres agricoles du domaine privé de l’Etat (les 250 000 ha de terres de colonisation intégrées) peuvent être attribuées à des agriculteurs désignés en conseil des ministres, après examen de leur demande. Pour ce faire, il faut être marocain, de moins de 45 ans, agriculteur professionnel ou salarié agricole et disposer d’un revenu inférieur à celui que peut procurer le lot postulé.

26313 juillet 1966. — Mise en train des réformes agraires; le Roi procède à une distribution, dans le Gharb, de 6 000 hectares à 500 fellahs groupés en 13 coopératives, qui constitue la 1re phase de cette réforme; le 26 août, distribution dans le Tadla.

26425 avril 1967. — Grève générale du complexe de Safi, suivi le 28 d’un lock-out qui dure jusqu’au 17 mai. Du 8 au 12 juillet, grève déclenchée par l’U.M.T. pour protester contre la condamnation à 18 mois de prison du Secrétaire général, Mahjoul Ben Seddiq.

2655 juin 1967. — A Paris, le lieutenant-colonel Dlimi, impliqué par la Justice française dans l’enlèvement de Mehdi Ben Barka, est acquitté. Le général Oufkir est condamné par contumace.

2665 juin 1967. — Guerre des « Six Jours ». Violentes manifestations dans les grandes villes contre les Etats-Unis et la Grande Bretagne. Nombreuses manifestations contre le sionisme.

26731 juillet 1967. — Ouverture d’un Centre d’Accueil des investisseurs étrangers, chargé notamment de donner les informations nécessaires pour faciliter les contacts avec l’administration marocaine.

2685 septembre 1967. — Le Roi procède à une réorganisation de la Défense Nationale; il conserve les fonctions de Chef d’Etat major général, tout en renforçant son emprise sur les F.A.R.

269octobre 1967. — Les effectifs français dans l’ensemble des établissements scolaires de toutes catégories sont de 17 883 enseignants contre 62 262 en 1957.

2703 novembre 1967. — Ouverture de l’Institut national de formation des cadres techniques à Casablanca. Il est né à l’initiative du B.I.T.

27110 novembre 1967. — A la suite de grèves des étudiants en février, et de l’interdiction aux organisations estudiantines de tenir leur Congrès, le Ministre de l’Education nationale annonce une réforme dans l’enseignement supérieur.

27228 décembre 1967. — 27e nuit du Ramadan — 14° centenaire de la révélation du Coran, fête à Rabat avec un faste particulier. Le Roi prononce un discours opposant, l’Union des Musulmans qui leur donna jadis l’empire du monde, à la désunion actuelle qui leur vaut défaite et humiliation.

27315 février 1968. — L’U.M.T., adresse au Tribunal de Rabat une demande de mise en liberté provisoire, pour son secrétaire général Mahjoub Ben Seddik, arrêté en juillet 1967, elle est rejetée le 7 mars. Le 1er décembre, le Roi accorde une libération anticipée de quelques semaines.

27417 juillet 1968. — Création du Parti de la Libération et du Socialisme, qui se fixe comme objectifs principaux : le retour du Maroc à ses frontières historiques, dans sa pleine souveraineté politique et économique et le progrès social, matériel et moral du peuple.

2757 novembre 1968. — Grève des élèves des lycées qui se plaignent des difficultés d’emplois et d’entrées dans l’enseignement supérieur. Le 11, les étudiants de Fès et de Rabat se joignent à eux. Le 21, intervention de la Police, reprise des cours le 25. Reprise de l’agitation le 10 décembre à Rabat, qui se termine avec les vacances de fin d’année de 18.

27613 novembre 1968. — Le Roi décide, à l’issue d’un Conseil des ministres, la création d’un Conseil supérieur de l’Enseignement, et annonce que la revendication des étudiants de l’enseignement originel font l’objet d’une attention particulière.

2771er février 1969. — Grève des étudiants pour protester entre autres contre la suppression des libertés syndicales. Le 11 mars, les lycéens se joignent au mouvement; le lendemain, violente manifestation; arrestations. Interrompue par les vacances de Pâques, l’agitation reprend en avril. Les vacances d’été ne sont qu’une pause, et la grève reprend en novembre.

27831 mars 1969. — Signature à Rabat de l’accord d’association avec la C.E.E.

27924 avril 1969. — Les directeurs de l’Opinion et de Al’Alam (quotidiens de l’Istiqlâl) comparaissent en justice.

28014-18 juin 1969. — A Rabat, Conférence des 4 ministres de l’Education nationale, préparée par le Comité Permanent Consultatif Maghrébin en janvier. Elle a pour but principal, l’étude du vocabulaire de base pour l’arabisation de l’enseignement primaire. Une commission est chargée de la formation des cadres, de la coopération culturelle, de l’adoption de l’arabe à l’enseignement des sciences, et de la création d’un enseignement de l’histoire maghrébine.

28130 juin 1969. — Le territoire d’Ifni rétrocédé par l’Espagne redevient marocain.

28218 août 1969. — Arrestation du secrétaire général du P.L.S., il est condamné à 10 mois de prison. Le parti est dissout et ses biens confisqués.

2833 octobre 1969. — Elections pour le renouvellement des assemblées communales et municipales; pour le renouvellement des assemblées des provinces et des préfectures, le 24.

284décembre 1969. — La politique d’émigration pratiquée par le gouvernement, semble résoudre partiellement le problème de l’emploi. Il y a 143 397 Marocains en France, 25 000 en Libye. Des accords sont signés avec les Pays-Bas et la R.F.A., qui vient d’ouvrir un bureau de recrutement de main-d’œuvre à Casablanca.

2853 janvier 1970. — La contestation souvent violente de la presse de l’Istiqlâl dure jusqu’en juillet. Elle entraîne de nombreuses saisies et arrestations de responsables politiques et d’étudiants.

2869 janvier 1970. — Début de grèves sporadiques qui vont perturber les cours des étudiants et lycéens jusqu’aux grandes vacances. Clôturant le colloque d’Ifrane sur les problèmes de l’enseignement, le 11 mars, le Roi critique la façon dont on avait tenté d’appliquer les principes : « marocanisation, arabisation, généralisation, unification ». Des sous-commissions débutant leur travaux le 18 avril, soulèvent la vieille polémique concernant l’arabisation.

2878 juillet 1970. — Discours du Roi, il annonce la fin de l’état d’exception et fixe le référendum au 24.

28817 juillet 1970. — L’U.N.E.M. et Ali Yata, leader du P.L.S., prennent position contre le projet de Constitution. Même position le 19, de la part de l’U.N.F.P., l’Istiqlâl, l’U.M.T. et de l’U.G.E.M.

28924 juillet 1970. — Promulgation de la nouvelle Constitution. Elle n’ouvre pas de phase nouvelle, et n’est qu’un point de repère dans l’évolution qui, depuis 5 ans, caractérise la politique marocaine : concentration de la totalité du pouvoir aux mains du Roi.

29027 juillet 1970. — Allai al Fassi annonce la création d’un Koutla Wataniya (bloc national), pour action commune de l’U.N.F.P, et de l’Istiqlâl.

291juillet 1970. — Création d’une nouvelle centrale syndicale : l’U.T.M., qui se déclare apolitique, mais s’est prononcée pour le « oui » au référendum constitutionnel, tandis que l’U.M.T. et l’U.G.T.M. recommandent de voter «non».

29224 septembre 1970. — Face à la vieille querelle « arabisation - francisation », le périodique At-Takatoul, organe du Mouvement Populaire, se prononce pour le bilinguisme dans l’enseignement et réclame, une fois de plus, l’enseignement du Berbère, langue de la majorité de la population dans le Sous, l’Atlas, le Rif et toutes les régions du Sud.

29310 décembre 1970. — Reprise des grèves lancées par les lycéens de Casablanca. Les autorités avancent les vacances de fin d’année pour désamorcer le mouvement.

2944 janvier 1971. — Grève des élèves du second cycle de deux lycées techniques, pour réclamer l’équivalence du diplôme de technicien avec le baccalauréat. Le mouvement s’étend très rapidement à Marrakech, Casablanca, Rabat. Intervention de la police, grève de soutien des étudiants. Le 21, 10 étudiants sont condamnés.

29517 juin 1971. — Procès de Marakech. Verdict le 17 septembre; 5 condamnations à mort dont 4 par contumace.

29610 juillet 1971. — Coup d’Etat à Skirat, le palais royal, où le Roi fête son 42e anniversaire, entouré de 1 200 invités, est attaqué par 1 400 cadets. En fin d’après-midi, le Roi parvient à reprendre la situation en mains. Bilan : 100 morts et plus de 200 blessés. Les officiers responsables du putch sont fusillés.

29719 août 1971. — Le Conseil des ministres décide la création d’une commission ministérielle pour l’enseignement et la jeunesse.

298octobre 1971. — A la rentrée scolaire, 8 413 enseignants français exercent au Maroc.

2991er novembre 1971. — La population du Maroc s’élève à 15 379 259 habitants, contre 11 626 470 en 1960, ce qui représente un taux d’accroissement moyen annuel de 2,6 à 2,7 %. Les étrangers sont 111987 contre 395 823 en 1960.

3009 décembre 1971. — Le premier ministre annonce l’arabisation de l’enseignement, mais cette réforme ne suffit pas à calmer l’inquiétude des jeunes, de plus en plus alarmés par les difficultés d’emploi

30111 décembre 1971. — Interdiction de vente de vins, alcools et spiritueux aux citoyens de confession musulmane.

30211 janvier 1972. — A l’occasion du 18e anniversaire de l’indépendance, le Roi lance un appel à l’union nationale. Il incite les formations politiques et syndicales à œuvrer dans la lutte que doit mener le pays pour son développement.

30324 janvier 1972. — Réforme de l’Ecole Marocaine d’Administration appelée désormais : Ecole Nationale d’Administration Publique, qui en plus de ses tâches traditionnelles aura à promouvoir la recherche dans les science et techniques administratives.

30429 février 1972. — Verdict au procès de Kénitra, qui juge les inculpés du complot de Skhirat de juillet 1971. 1 condamnation à mort, 1 réclusion à vie, diverses peines de prison et 1 008 acquitements.

3051er mars 1972. — Référendum et adoption le 10, de la nouvelle Constitution, avec 98 % de oui, sur une participation électorale de 92 %. Les diverses modifications dans la répartition des compétences ne font cependant pas disparaître la subordination du Parlement à un exécutif que le Roi veut continuer à dominer.

30617 avril 1972. — Le Roi décide de libérer tous ceux qui sont détenus pour des raisons se rapportant directement aux grèves de l’enseignement secondaire et supérieur. Des mesures libérales accompagnent cette décision; constitution d’amicales, inviolabilité de l’Université, autonomie sur le plan administratif, pédagogique et budgétaire.

30724 avril 1972. — Les étudiants, en grève depuis début janvier décident de reprendre les cours. Les lycéens sont plus lent et, le 12 mai, sur 290 000, 40 000 sont encore en grève. Les troubles reprennent à la rentrée d’octobre.

30827 juillet 1972. — Création de l’Institut supérieur de Commerce et d’administration des Entreprises.

30916 août 1972. — Attentat, commis par 4 avions de chasse marocains, contre le Boeing 727 ramenant le Roi au Maroc, après un séjour en France. Le Roi et sa suite sortent indemnes.

31017 août 1972. — « Suicide » du général Oufkir; son vrai rôle dans l’affaire du Boeing 727 et sa trahison, sont expliqués par le Roi, le 21, dans une conférence de presse.

31119 août 1972. — Suppression du ministère de la Défense nationale et des fonctions de Major général; les compétences et attributions de ce ministère sont exercés directement par le Roi.

31219 septembre 1972. — Le Roi annonce la « révolution agraire » et la distribution de 90 000 ha avant la fin de l’année (égal au total distribué depuis l’indépendance).

3132 janvier 1973. — Série de mouvements sociaux qui débute par une grève dans le port de Casablanca, puis dans les mines et le secteur sucrier.

3143 janvier 1973. — La demande de l’arabisation se fait forte et l’Istiqlâl, par l’intermédiaire de la presse, réactive la campagne, pour les secteurs de l’administration et de l’enseignement en priorité.

31514 février 1973. — 6 agents du ministère de l’Intérieur sont traduits devant la Cour spéciale de justice pour détournement de deniers publics, trafic d’influence et falsification de documents officiels.

3162 mars 1973. — La limite des eaux territoriales est portée de 12 à 70 milles marins.

31716 mai 1973. — Institution d’un service civil de 2 ans pour tous les diplômés de l’Enseignement Supérieur.

31814 juin 1973. — Inculpation de 45 détenus politiques pour « atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat ».

31925 juin 1973. — Procès du « Complot de mars »; 156 personnes sont inculpées. Le 30 juillet, à Casablanca, procès de 81 détenus accusés de complot contre le régime.

3208 août 1973. — Début de l’opération de reprise des terres étrangères, elles peuvent être exploitées par leurs ex-propriétaires jusqu’à la fin des récoltes pendantes.

TUNISIE

3213 juin 1955. — Autonomie interne de la Tunisie.

32226 janvier 1956. — Parution du code de la Nationalité tunisienne qui la définit sans référence à la religion.

32320 mars 1956. — Signature du protocole d’accord franco-tunisien reconnaissant l’indépendance de la Tunisie.

32412 avril 1956. — Habib Bourguiba, élu président de l’Assemblée, présente à Son Altesse Sidi Lamine Pacha Bey, le 1er gouvernement de l’indépendance.

32517 août 1956. — Promulgation du Code du Statut personnel, abolissant la polygamie, réglementant le mariage et remplaçant la répudiation unilatérale de la femme, par le divorce.

32625 juillet 1957. — L’Assemblée Nationale Constituante abolit la Monarchie et proclame la République. Elle désigne à l’unanimité Habib Bourguiba, premier Président de la République Tunisienne, par intérim.

3278 février 1958. — Bombardement du village tunisien Sakiet Sidi Youssef, par l’aviation française.

3286 mars 1958. — Découverte d’un « complot » contre le gouvernement Bourguiba, organisé depuis le Caire par Salah Ben Youssef, ancien secrétaire général du Néo-Destour et principal opposant de Habib Bourguiba.

3295 mai 1958. — Ahmed Ben Salah, secrétaire général de l’U.G.T.T., rentre au Gouvernement, comme ministre de la Santé.

330mai 1958. — Evacuation du territoire tunisien par l’armée française, à l’exception de la base aéronavale de Bizerte.

3311er juin 1959. — Promulgation de la Constitution.

3328 novembre 1959. — Habib Bourguiba est élu président de la République.

3334 juillet 1961. — Déclenchement de l’Affaire de Bizerte.

33414 juillet 1961. — « Affaire de Bizerte » : Le gouvernement tunisien réclamant une partie du Sahara et l’évacuation des troupes françaises de la base de Bizerte coupe les communications entre les différents points stratégiques de la base. Les combats qui suivent (les troupes françaises sont renforcées par le 1er R.E.P. stationné en Algérie) font plusieurs milliers de morts du côté tunisien.

33513 août 1961. — Assassinat de Salah ben Youssef, ancien secrétaire général du Néo-Destour dans un hôtel à Francfort, R.F.A.

3362 mars 1962. — Commémoration du 28e anniversaire de la création du Néo-Destour (1934).

33711 avril 1962. — Après avoir divorcé le président Bourguiba se remarie avec Wassila Ben Ammar, sœur du Secrétaire d’Etat à la Santé Publique. A cette occasion, 500 prisonniers sont amnistiés.

33831 mai 1962. — Nomination par le président Bourguiba des deux premiers généraux de l’armée tunisienne.

33918 août 1962. — Le président Bourguiba, recevant à Monastir les membres du Congrès des étudiants, leur donne une définition du socialisme tunisien, en train de devenir doctrine d’Etat; « socialisme persuasif qui fuit la contrainte et la haine et veut mettre en vigueur un collectivisme modéré ».

34030 septembre 1962. — Mort de l’ancien Bey de Tunis Sidi Lamine.

34124 décembre 1962. — Découverte d’un « complot » contre le président Bourguiba, organisé par un petit groupe de Tunisiens, membres du Vieux-Destour, partisans de Salah Ben Youssef.

3425 janvier 1963. — Réunion du Bureau politique du Néo-Destour qui planifie la consolidation de l’Etat. Le 12, étude des relations du Parti et de l’Etat. Les 2, 3, 4 mars, réunion du Conseil National du Parti pour étudier son organisation. D’importantes réformes sont déclarées exécutoires le 11 mars, mais seront soumises au Congrès en 1964.

3438 janvier 1963. — Le P.C.T. est informé officiellement d’avoir à cesser toute activité.

34412 janvier 1963. — Devant le Tribunal militaire de Tunis, procès des 26 accusés, dont 7 officiers, d’atteinte à la Sûreté intérieure de l’Etat. Treize sont condamnés à mort et 10, exécutés le 24, (3 graciés par le Président). Les autres sont condamnés à des peines de travaux forcés ou d’emprisonnement.

34515 janvier 1963. — Suspension des hebdomadaires At-Tahlia, organe du P.C.T., et de la Tribune du Progrès, considérés comme favorables aux communistes; suspension confirmée par un jugement du Tribunal du 29 janvier. Le 4 février, le Parquet de Tunis ordonne les poursuites judiciaires contre la presse de gauche.

34628 janvier 1963. — L’Assemblée nationale adopte le nouveau Code de la nationalité tunisienne, modifiant celui du 26 janvier 1956. Il est inspiré du code français de 1945, mais plus intransigeant à l’égard des étrangers résidant en Tunisie qui refusent la nationalité tunisienne offerte; ils doivent quitter le pays.

3471er mars 1963. — Trois autres procès à Tunis ; le 1er mars de l’ancien Chef fellagha Sassi Lassoued avec 9 de ses complices, le 12 mars de 43 accusés de complot contre l’Etat, le 23 avril, de 3 Yousséfistes jugés pour des actes commis en 1956, et le 9 mai de l’ancien Chef fellagha Hassan el-Ayadi, condamné et exécuté le 16 mai.

34828-31 mars 1963. — 9e Congrès de l’U.G.T.T. Une commission mixte étudie le raffermissement des liens organiques entre le Syndicat et le Parti.

34912 mai 1963. — Elections municipales sur listes destouriennes approuvées par le Bureau politique. Elues avec une participation de 80 %, les nouveaux conseils municipaux sont installés le 15.

35013 août 1963. — Les dirigeants tunisiens s’efforcent de reprendre autorité et prestige auprès des jeunes. Le Conseil des cadres des étudiants destouriens vote une résolution demandant à ce que les étudiants se mettent d’abord au service de l’Etat.

35113 décembre 1963. — Evacuation définitive de la base militaire de Bizerte par les troupes françaises (commencée le 15 octobre).

3526 janvier 1964. — 13 500 tonnes de gas-oil, première livraison de la raffinerie de Bizerte pour le marché tunisien.

35320 mars 1964. — Campagne nationale de mise au point des réformes des structures agricoles. Le 24, les terres domaniales sont attribuées aux coopératives agricoles.

35412 mai 1964. — Nationalisation des terres appartenant à des étrangers.

35512-22 octobre 1964. — A Bizerte, 7e Congrès du Néo-Destour, qui devient le P.S.D., Parti Socialiste Destourien. Réorganisation qui atteste le soucis de prise en main par le Parti, de la vie économique et sociale du paysan, dans le cadre d’une politique plus cohérente et plus autoritaire.

3568 novembre 1964. — Elections présidentielles et législatives. Habib Bourguiba est réélu président de la République par 96,43 % des suffrages.

35715 décembre 1964. — Vive opposition d’agriculteurs de M’Saken à la création de coopératives agricoles. 147 arrestations. Le 21, nationalisation de 80 000 pieds d’oliviers.

35831 décembre 1964. — Message à la nation, le Président fait le bilan de l’année; fin de la colonisation et lancement des exploitations collectives pour l’agriculture. Plan de stabilisation monétaire, découverte du pétrole dans le Sud, progrès de l’industrialisation et création d’emplois.

3592-4 janvier 1965. — L’U.G.E.T. condamne les agissements des égarés de la manifestation de M’Saken. Du 17 au 21 août, congrès de l’U.G.E.T., qui donne son appui politique au gouvernement et au P.S.D., mais est contre l’unification des organisations estudiantines. Le 10 novembre, création de l’Union tunisienne de la Jeunesse.

3605 février 1965. — Ahmed Ben Salah annonce l’intention du gouvernement d’accorder le statut de zone libre aux emplacements où seraient édifiées de nouvelles usines à Bizerte, afin d’y favoriser les investissements étrangers.

36115 février 1965. — Adoption du calendrier grégorien.

3621er septembre 1965. — Discours du président Bourguiba, il annonce que le gouvernement est disposé à restituer leurs terres aux citoyens de M’Saken. Le 15 avril, les derniers détenus avaient été libérés.

36313 novembre 1965. — Mise à feu du premier haut-fourneau sidérurgique du Maghreb à Menzel-Bourguiba.

36415 novembre 1965. — Habib Bourguiba entreprend un voyage dans huit pays africains, il lance l’idée de la francophonie.

36529 décembre 1965. — Constitution de la Société d’Action d’Edition et de Presse, qui a pour objet l’édition et la diffusion de toutes les publications du P.S.D.

36615 mars 1966. — Création, sur l’initiative du président Bourguiba, d’un Conseil de la République composé de membres du Bureau politique et des secrétaires d’Etat en service. Il serait chargé, en cas de vacance de la Présidence, d’assurer la continuité de l’Etat et de désigner le Président intérimaire. Ce projet est adopté le 17 novembre.

3673 mai 1966. — Le recensement donne le total de 4 533 351 habitants dont 2 314 419 de sexe masculin et 2 218 932 de sexe féminin. 46 % ont moins de 20 ans. La population urbaine s’élève à 40 %, contre 28 % en 1956. La ville de Tunis compte 685 000 habitants.

36831 mai 1966. — Inauguration officielle de la Télévision qui avait commencé ses émissions en janvier.

36913 juin 1966. — Début d’une campagne de deux ans pour le contrôle des naissances.

37012 août 1966. — Discours du président Bourguiba à la « Journée de la Femme ». Il dénonce certaines modes vestimentaires tel que les jupes courtes et annonce que le célibat sera combattu.

37117 octobre 1966. — Campagne contre l’analphabétisme, qui s’adresse à 1 700 000 personnes environ, femmes pour la plupart.

372octobre 1966. — Le ministre de l’Education nationale se prononce en faveur du bilinguisme arabe-français, qui « développe l’esprit de synthèse, enrichit et ne comporte aucun danger d’aliénation ». Un grand effort est fait : 80 % des enfants sont scolarisés (90 % de garçons et 50 % de filles). La part de l’éducation nationale est de 24,47 % du budget. Presque tous les étudiants sont boursiers, et en cas d’échec aux examens, 75 % des bourses sont reconduites.

37317 novembre 1966. — Vote par l’Assemblée nationale, d’un nouveau texte qui prévoit la succession à la présidence de la République; en cas de décès, de démission ou d’une incapacité certaine.

374décembre 1966. — Année difficile pour la Tunisie. Une sécheresse exceptionnelle complique une situation déjà délicate. Il faut freiner les investissements et appliquer une politique d’austérité.

37515 mars 1967. — Le président Bourguiba souffre d’une affection cardio-vasculaire. Il reprendra ses activités présidentielles début mai.

3764 mai 1967. — Après la campagne anti-mini-jupe de l’an dernier, c’est la campagne contre le vêtement traditionnel. Il est jugé embarrassant pour le travail et trop salissant; d’où création d’un Conseil national de l’habillement qui devra mener une action éducative pour l’adoption du vêtement européen.

3775 juin 1967. — Guerre des « Six Jours ». Manifestation anti-impérialiste contre le Centre culturel américain, l’Ambassade de Grande-Bretagne et la Grande Synagogue.

3785 août 1967. — Création d’un Institut national de la Productivité et de la Gestion des Entreprises, qui aura, entre autres, la mission de formation et de perfectionnement des cadres dirigeants.

37916 mars 1968. — Grève, pour obtenir la libération d’étudiants détenus depuis juin 1967, et heurts avec la police. Ils prennent fin le 20 (vacances de printemps).

3801er juillet 1968. — Ahmed Ben Salah, qui a déjà la responsabilité du Plan et de l’Economie, se charge aussi de l’Education nationale. Le 15 juillet, il précise que sur 2 800 étudiants à l’Université, 1 070 seulement osent passer leur examen. Le 30 juillet, création de directions régionales de l’enseignement.

3812 juillet 1968. — Création de la cour de Sûreté de l’Etat, « chargée de connaître les crimes et délits contre la sûreté intérieure ou extérieure de l’Etat ». Elle siège pour la première fois du 12 au 14 août, pour juger un complot de 1966.

3829 septembre 1968. — Procès des 81 instigateurs de l’agitation universitaire de mars. Le 11, les avocats étrangers ne sont plus admis. Verdict le 16, la plus lourde peine est, 14 ans de travaux forcés.

38327 septembre 1968. — Tout enfant d’âge scolaire peut être scolarisé; c’est le couronnement d’un long et coûteux effort.

3842 janvier 1969. — Le président Bourguiba, inquiet de son état de santé, invite son secrétaire d’Etat au Plan à activer la réforme des structures agricoles.

3859 janvier 1969. — «Il n’est pas exclu qu’une loi soit adoptée qui interdise toute exploitation des terres en dehors du cadre coopératif » annonce Ahmed Ben Salah devant le Congrès de l’Union des Coopératives. Le 27, le mécontentement d’une grande partie de la paysannerie provoque une émeute à Ouardanine dans le Sahel.

38630 mai 1969. — Signature d’un accord franco-tunisien pour l’émigration de la main-d’œuvre tunisienne, sa sécurité sociale et sa formation professionnelle. 89 181 Tunisiens résident en France, 8 000 en R.F.A.

38718 juillet 1969. — Accélération du mouvement coopératif. 1866 Uunités de production couvrent 4 500 000 hectares.

38827 août 1969. — Inquiétude, colère et opposition à la « restructuration agricole ». L’action d’Ahmed Ben Salah est remise en cause. Le gouvernement décide de « réformer la réforme en l’adaptant à nos moyens ».

38922 septembre 1969. — Publication de la Loi sur la réforme des structures agraires. L’exploitation des terres productives peut être faite par l’Etat, les coopératives agricoles et par les particuliers. Ceci calme un peu les tunisiens qui, tout au long de l’année avaient assisté à la création précipitée d’Unités Coopératives de Production qui leur a été imposées, et parfois par la force.

3907 novembre 1969. — L’échec de la politique agricole a ses premières victimes; Ahmed Ben Salah est privé de toutes ses responsabilités ministérielles. Le 9 novembre, il est exclu du Parti, le 28 décembre, arrestation de plusieurs personnes considérées comme ses complices.

3919 janvier 1970. — Sans augmenter les salaires pour l’année en cours, le gouvernement réduit de 10 à 20 % les loyers des logements modestes, afin d’accroître le pouvoir d’achat des couches les plus défavorisées.

39221 février 1970. — Nouvelle politique agricole du gouvernement; elle confirme le principe de la coexistence des trois secteurs, public, privé et coopératif.

39324 mars 1970. — Condamnation d’Ahmed Ben Salah à dix ans de travaux forcés, dix ans d’interdiction de séjour et à la privation de ses droits civiques et politiques, pour mauvaise gestion économique en matière de coopération agricole et entreprises publiques.

3948 juin 1970. — Le Bureau politique, organe dirigeant du Parti est supprimé par suite de la démission de ses membres. Il est remplacé par une Commission supérieure du Parti, désignée par le président Bourguiba et il a pour but de réorganiser le P.S.D., et de mettre sur pied le projet de révision de la Constitution.

3951er juillet 1970. — Extension des garanties de la Sécurité sociale aux ouvriers agricoles dont la participation à la Caisse Nationale de Sécurité Sociale sera de 1 dinar par an.

3964 juillet 1970. — Publication d’un questionnaire qui se veut l’instrument d’une consultation générale de la population. Elle peut adresser à la Commission supérieure ses suggestions sur le contenu des réformes à apporter à la Constitution et à l’organisation du système politique.

397octobre 1970. — Le taux de scolarisation est de 72,32 %.

3982 mars 1971. — L’agitation universitaire continue; grève des étudiants qui refusent le système du contrôle continu des connaissances; elle prend fin le 20 mars, pour les vacances de Pâques.

3991er mai 1971. — Relèvement général des salaires dont le blocage, depuis l’indépendance, était presque total, mis à part les relèvements de 1961 et 1966, le pouvoir d’achat des salariés ne cessait de diminuer (15 % de hausses des prix entre 1966 et 1970).

40011-15 octobre 1971. — 8e Congrès du P.S.D., participation de 1 200 délégués de cellules dont seul 7 % ont moins de 30 ans. Congrès orageux, le président Bourguiba reprend la politique de P.S.D., en main et se sépare de l’aile libérale du Parti.

401octobre 1971. — 1 120 000 jeunes scolarisés à la rentrée, contre 260 000 en 1956; acroissement de 450 %. Les étudiants à l’Université de Tunis sont 10 992, dont 22,8 % de filles.

40223 décembre 1971. — Très forte expansion du tourisme avec 33,6 % d’augmentation sur l’année précédente.

403décembre 1971. — Evolution du secteur industriel depuis janvier ; il est de + 9 % ; bâtiment et travaux publics + 14,3 %; industrie agricole et alimentaire + 17,2 %.

4048 février 1972. — Grève des étudiants pour protester contre des arrestations et des condamnations. Les cours reprennent le 18 avril.

4051er mars 1972. — Début d’une série de grèves dans plusieurs secteurs de l’industrie et des transports, qui échappent entièrement à la direction syndicale. La situation se calme fin août.

40610 mars 1972. — Création de l’Entreprise Tunisienne d’Activités Pétrolières.

40714 mai 1972. — Election des 1350 candidats qui vont administrer les 154 conseils municipaux. Ils sont désignés, pour la première fois en Tunisie par des élections préliminaires en première consultation.

40819 juin 1972. — L’Assemblée nationale adopte la réforme de l’Université. Les députés ont insisté sur trois points : que le doyen ne s’occupe que des questions pédagogiques et scientifiques; que les organisations nationales participent aux travaux des conseils de faculté et que soit admis l’équivalence des diplômes.

409octobre 1972. — A la rentrée, le taux de scolarisation de l’enseignement primaire est de 65,5 %, la scolarisation masculine est de 80 %, tandis qu’il n’est que de 51 % pour les filles.

4104 février 1973. — Evasion de la prison de Tunis d’Ahmed Ben Salah, ancien ministre, condamné en 1970 à 10 ans de travaux forcés.

41113 mars 1973. — Création d’un Office National du Planning Familial et de la Population.

41214 juin 1973. — Procès des inculpés de l’évasion d’Ahmed Ben Salah; verdict le 19 : 7 condamnations à des peines de prison, 3 à des peines d’amendes.

4131er août 1973. — Le président Bourguiba offre son pardon et appelle à rentrer en Tunisie tous les contestataires qui résident à l’étranger et plus particulièrement les opposants au régime réfugiés en France, y compris Ahmed Ben Salah.

4142 août 1973. — Les eaux territoriales passent de 6 à 12 milles marins.

4156 septembre 1973. — Institution d’un service civil qui permettra aux jeunes de participer aux travaux d’intérêt national et aux efforts de développement.

4166 décembre 1973. — Institution d’un S.M.I.G., de 23,140 dinars pour 40 heures de travail et de 27,040 dinars pour 48 heures. Ces mesures touchent 80 000 salariés.

41715 décembre 1973. — Le président Bourguiba annonce sa candidature pour un 4e mandat aux élections de 1974.

Notes de fin

* CRESM, Aix-en-Provence.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540