Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

Troisième partie. Développements spécifiques dans les pays Maghrébins

XVII. Le socialisme tunisien : conséquences d’une expérience avortée

Werner K. Ruf

Texte intégral

  • * Faculté de Droit, CRESM, Aix-en-Provence.

1Note portant sur l’auteur*

  • 1 Extrait des « Perspectives décennales de développement » Tunis, 1961.

2Le socialisme tunisien est généralement associé au nom d’Ahmed Ben Salah, qui a dirigé pendant presque une décennie la planification de l’économie tunisienne. Le but déclaré de cette politique était, d’un côté d’organiser de façon cohérente et de structurer le développement du pays, et de réduire de l’autre côté les écarts de revenu et l’antagonisme de classes qui subsistaient en Tunisie après l’indépendance politique (1956). Il s’agira donc dans cet article de voir quels étaient les critères essentiels de ce qui a été appelé le socialisme « spécifique » tunisien, et les raisons de son échec. Cependant il importe de noter dès à présent que la réussite relative de Ben Salah pendant la période 1961-1969, son éviction subite du gouvernement tunisien et sa condamnation pour haute trahison, dépassent de loin l’histoire personnelle d’un politicien. L’évolution politique d’Amed Ben Salah, reflète plutôt les rapports de force du système politique tunisien, et traduit assez clairement le résultat d’un antagonisme de classe auquel un réformisme technocratique voulait apporter une solution qui aurait réduit les privilèges de la bourgeoisie, tout en assurant un miminum de « bien-être » à la masse des sous-privilégiés : « le but premier du fonctionnement de toute économie est la lutte contre la rareté des ressources, en vue de la satisfaction des besoins — du moins des besoins fondamentaux — de l’homme. Si un système économique — quel qu’il soit — n’arrive pas à atteindre ce but, à remplir cette fonction, il doit être changé »1.

3Pour comprendre l’évolution de la Tunisie au cours des dernières années, aussi bien que les événements qui ont conduit à la chute de Ben Salah et qui déterminent la politique tunisienne actuelle, il faut comprendre la structure sociale et économique du pays ainsi que le style politique particulier de son président, le Combattant Suprême, Habib Bourguiba.

I. — ETAT ET SOCIÉTÉ DANS LA TUNISIE INDÉPENDANTE

a) Les structures socio-économiques

  • 2 Charles-André Julien, « L’Afrique du Nord en Marche — Nationalisme musulman et souveraineté frança (...)
  • 3 Voir l’article de Jean Emmecey dans ce volume, et Michel Camau, Noureddine Sraieb et Gérald Dubray(...)

4Les origines du nationalisme tunisien ont été analysées de façon très détaillée2. Alors que les premières réactions anti-coloniales et nationalistes venaient de la bourgeoisie tunisoise, idéologiquement en contact avec les courants réformistes du Moyen-Orient, l’organisation de la résistance anti-colonialiste était entreprise par le parti du Néo-Destour, mouvement qui se distinguait du Vieux Destour d’obédience bourgeoise, par le fait que les militants du Néo-Destour se recrutaient surtout parmi la petite et moyenne paysannerie du Sahel et de l’île de Djerba. Ces couches moyennes avaient en effet perçu dans l’infrastructure scolaire, mise en place par le colonisateur, la possibilité d’une ascension sociale qui, à cause de la structure du protectorat même, devait se révéler dans la plupart des cas, impossible. Cette nouvelle élite était appelée à prendre en mains les rênes du pouvoir et l’administration de la Tunisie indépendante3.

  • 4 Voir Michel Camau, Le discours politique de légitimité des élites tunisiennes, in : A.A.N., X, 197 (...)
  • 5 Le programme économique et social de l’U.G.T.T. a été arrêté lors de son congrès du 20-23 septembr (...)

5Antérieurement à la naissance du parti du Néo-Destour, une organisation syndicale s’était créée en Tunisie. Pendant les 20 dernières années du Protectorat, elle poursuivait sensiblement les mêmes buts que le Néo-Destour. Il s’en suivit une alliance entre cette petite bourgeoisie et le mouvement ouvrier4. Dans ce conflit que connaissait le Néo-Destour au moment de l’autonomie interne (juin 1965), c’est le mouvement syndicaliste de l’U.G.T.T. qui sous le leadership du secrétaire général de l’époque, Ahmed Ben Salah, soutenait le Président du Parti, Habib Bourguiba, contre son rival et secrétaire général, Salah Ben Youssef. Ainsi il semblait qu’une alliance durable s’était établie entre la centrale ouvrière et le mouvement nationaliste, à base essentiellement petite bourgeoise. Le pari de l’U.G.T.T. réformiste était « l’entrisme » : s’arranger avec le parti pour la réalisation des points essentiels du programme mis au point par la centrale syndicale5.

  • 6 Pour une analyse détaillée du protocole d’indépendance de la Tunisie, voir notre livre : Der Burgi (...)
  • 7 Voir pour plus de détail : Bassam Tibi, Die tunesische Unabhängigkeitsbewegung und ihr Werdegang i (...)

6Cependant les intérêts, non négligeables, du colonisateur subsistaient en Tunisie, au-delà de la signature du protocole d’indépendance qui, d’ailleurs témoignait d’une ambiguïté juridique exemplaire6. En outre, les intérêts de la grande bourgeoisie tunisienne étaient restés intacts. Le Néo-Destour héritait donc d’un système social et politique déterminé, d’une administration toujours bien en place et d’un pays qui n’était que formellement décolonisé. La nouvelle élite pouvait désormais accéder aux postes administratifs qui lui avaient été refusés sous le Protectorat. Ainsi se trouvaient réalisées les aspirations d’ascension sociale d’une bonne partie des militants du mouvement national : la « tunisification » correspondait aux intérêts matériels de cette couche petite bourgeoise qui avait mené la lutte pour l’indépendance, mais elle ne changeait en rien la dépendance coloniale ni la structure économique et sociale du pays7.

7Ainsi les contradictions économiques et sociales que la Tunisie avait héritées du Protectorat n’étaient pas résolues — et ne pouvaient l’être par le Néo-Destour : elles étaient simplement cachées pour un temps derrière le mythe de l’indépendance politique formellement acquise. L’unité nationale — si l’on ne tient pas compte de la sécession yousséfiste — était sauvegardée par l’alliance entre l’U.G.T.T. et le Néo-Destour.

b) Le style politique du Président Bourguiba

  • 8 Pour une analyse plus détaillée du « bourguibisme » qui essaie de démontrer la logique inhérente à (...)
  • 9 Pour une analyse plus détaillée de ce style politique, voir notre livre précité (note 8) notamment (...)

8Il faudrait une analyse plus détaillée que cette étude pour cerner le style politique particulier du président Bourguiba, connu sous le nom de « Bourguibisme ». Alors que la politique extérieure du bourguibisme est apparemment caractérisée par une politique d’étapes et de compromis successifs8, la politique intérieure consiste à créer des rivalités entre les principaux leaders politiques du pays, de façon à ce que cette situation concurrentielle permette au président du Parti et de la République, de cumuler des pouvoirs quasiment illimités, d’ailleurs justifiés dans son discours du 2 mars 1959, où il dit qu’il fallait, pour mener à bien sa politique, « un peuple » uni et discipliné. Bourguiba a réussi à faire mener aux différents leaders une politique qui allait carrément à l’encontre de leurs assises politiques respectives. Ceci concerne aussi bien les représentants de la bourgeoisie libérale (comme par exemple Ahmed Mestiri ou Mohamed Masmoudi), que les leaders syndicaux (Habib Achour et Ahmed Tlili), ou encore les leaders de l’organisation des étudiants tunisiens (Mohamed Sayah) qui, presque tous, après des moments de disgrâce réapparaissent de façon cyclique dans l’entourage du Président, pour occuper des fauteuils ministériels9. Ainsi, Mohamed Masmoudi et Ahmed Mestiri ont eu à défendre la politique dite socialiste d’Ahmed Ben Salah, face à leurs supporters politiques, les leaders syndicaux Habib Achour et Ahmed Tlili furent utilisés pour briser l’autonomie de la centrale syndicale tunisienne et Mohamed Sayah a été amené à supprimer l’autonomie de l’Union Générale des Etudiants Tunisiens. Le parti qui a l’origine avait des structures relativement démocratiques, s’est vu transformé de plus en plus en un instrument d’exécution entre les mains du Président, ce qui permettait finalement à celui-ci d’aller à l’encontre des statuts et des décisions du parti lui-même.

  • 10 Certains auteurs affirment que les buts de Salah Ben Youssef étaient plus progressistes que ceux d (...)

9Ce modèle brièvement décrit, de la variante interne du bourguibisme s’applique assez exactement à la carrière politique d’Ahmed Ben Salah. Peu de temps après le soutien apporté par l’U.G.T.T. à la fraction bourguibienne du Néo-Destour, le conflit entre la centrale syndicale et le leadership petit-bourgeois du parti s’engagea, à peine la crise youssefiste formellement résolue10. Bourguiba réussit à éliminer le puissant secrétaire général de l’U.G.T.T., en favorisant un mouvement de scission du syndicat. Ahmed Ben Salah — à l’époque en mission au Maroc — fut déchu de ses fonctions. Peu de temps après, les deux branches syndicales fusionnèrent à nouveau sous le leadership d’Ahmed Tlili et de Habib Achour. La carrière politique d’Ahmed Ben Salah semblait terminée et ce n’est que fin 1957, qu’il réapparaît sur la scène politique en tant que Ministre de la Santé.

10Pendant les premières années de l’indépendance politique de la Tunisie, le Néo-Destour prend en main l’administration, la Tunisie devient une république, mais les grandes questions économiques ne sont pas abordées. Les intérêts du capital étranger — notamment français — restent intouchés, et la couche quantitativement marginale de la bourgeoisie tunisienne, s’en trouve réconfortée.

  • 11 Claude Zarka : L’économie tunisienne à l’heure de la planification impérative, in : A.N.N. 1962, p (...)

11Les conséquences de cette politique intérieure et d’une politique économique pratiquement inexistante, faisaient que la Tunisie ne pouvait augmenter, de façon notable, son degré d’autonomie, la guerre d’Algérie compliquant encore les relations entre la Tunisie et la France. Mais cette guerre, et les menaces qu’elle faisait peser sur l’indépendance de la Tunisie, servaient d’alibi pour ne pas aborder les questions de la réorganisation économique et de la décolonisation réelle. Les contradictions résultant des intérêts des capitaux français en Tunisie, et des nécessités de l’économie tunisienne, apparaissaient pourtant au grand jour lorsque, en 1958, la France dévaluait le Franc. La Tunisie refusait de suivre. Cette décision accéléra le transfert de capitaux français vers la métropole. Le libéralisme qui jusqu’alors avait régi l’économie tunisienne, s’était avéré incapable de remédier à une situation toujours coloniale et qui se détériorait. Et c’est pour cette raison que la réapparition politique de Ben Salah ne s’explique pas seulement par le jeu politique bourguibiste, mais aussi et surtout par les nécessités de l’époque, et se présente comme l’aboutissement logique d’une évolution que l’on a appelé, à juste titre, « le dépérissement du capitalisme en Tunisie »11.

  • 12 Discours du Président Bourguiba du 15 janvier 1959, cité par Claude Zarka, art. cité, page 223.

12Pour mieux comprendre le style du Président Bourguiba, il est important de rappeler la motivation de sa décision de ne pas suivre la dévaluation du franc : « j’ai pensé que ce pays jeune et neuf ne pouvait décemment dévaluer sa monnaie nationale, deux mois après sa mise en circulation. Le gouvernement se refuse à toute dévaluation même si cela devait se traduire par l’arrêt de nos activités… Jouer avec la monnaie qui porte l’effigie du chef de l’Etat et la signature des responsables de ses finances, est chose indécente au regard de la morale »12.

13Les relations politiques entre la Tunisie et la France restant précaires (guerre d’Algérie et soutien tunisien au F.L.N., degré d’indépendance politique toujours mal défini, etc.), la fuite des capitaux étrangers hors de Tunisie s’accentuait, les colons français et les entreprises étrangères en Tunisie n’investissaient pratiquement plus, à cause d’un avenir qu’ils jugeaient incertain. Ainsi la situation économique s’aggravait-elle de plus en plus. La seule façon de résoudre les problèmes qui se posaient était donc une ingérence plus directe de l’Etat dans les affaires économiques, notamment en contrôlant le transfert des devises, en gérant, ou du moins en supervisant les grandes entreprises et en instaurant une planification économique.

II. — L’EXPÉRIENCE « SOCIALISTE » EN TUNISIE

  • 13 Voir les explications d’Ahmed Ben Salah dans ses entretiens avec Marc Nerfin (ed) : Entretiens ave (...)
  • 14 Jean Poncet, « L’économie tunisienne depuis l’indépendance », in : A.A.N. VIII, 1969, p. 93 à 114.

14Fin 1960, Ahmed Ben Salah accéda à la tête d’un ministère nouvellement créé : le Secrétariat d’Etat au Plan. Quelques mois plus tard, les « perspectives décennales de développement » furent publiées. Un pré-plan triennal fut suivi d’un plan quadriennal. Alors que le pré-plan triennal devait jeter les bases d’une planification cohérente et systématique, le plan quadriennal amorçait un changement des structures économiques et sociales en Tunisie. Cependant, dès le début, il était clair que cette planification ne mettrait pas en cause, fondamentalement, l’existence d’un secteur capitaliste privé. La planification prévoyait plutôt la coexistence de trois secteurs : le secteur coopératif, le secteur public et le secteur privé. Mais les organes étatiques avaient désormais la possibilité d’influencer et de coordonner la politique économique du pays et — par conséquent — d’avoir un impact certain sur le secteur privé. Il est évident que cette politique de planification avait aussi pour but la mobilisation systématique et structurée de l’aide internationale à la Tunisie, la planification du développement étant à la mode. Il était désormais possible de présenter aux services de planification étrangers, des projets concrets et chiffrés de la production, intégrés dans des prévisions qui concernaient toute l’économie nationale. Cette orchestration technocratique de la planification avait, certes, un but réformiste qui était de réduire les écarts de revenu énormes, caractérisant la structure sociale tunisienne13, mais il ne pouvait s’agir de socialisme. Comme le remarque fort bien Jean Poncet : «… il semble alors qu’à une économie libérale classique doive succéder un dirigisme, qualifié de socialiste et de tunisien, pour bien le démarquer de tout marxisme aux yeux des puissances occidentales, appelées à soutenir de leurs capitaux cette expérience originale »14.

15Au cours des années 1963-1964, les premières grandes réformes sont mises sur pied et conduiront à la création de coopératives agricoles. En avril 1964, Bourguiba décide de nationaliser toutes les terres qui sont encore aux mains de propriétaires étrangers, décision qui d’ailleurs provoque une nouvelle crise grave dans les relations franco-tunisiennes. Les terres ainsi libérées sont le point de départ du développement des coopératives. Les premières coopératives ne sont donc pas le résultat d’une restructuration de la propriété agricole tunisienne, mais de la récupération des terres qui étaient encore la propriété d’étrangers. Le socialisme tunisien avait bien garde de s’attaquer à la classe possédante du pays.

  • 15 Voir notre étude en collaboration avec Karl Ammann : Die Begriffe « Nation « Revolution » und « So (...)

161964 est aussi Tannée du congrès de Bizerte, au cours duquel le parti unique tunisien, qui jusqu’alors s’appelait le Parti du Néo-Destour, fut rebaptisé « Parti Socialiste Destourien ». Mais ce changement d’étiquette annonçait-il réellement un changement d’orientation politique, ou était-ce plutôt une annonce mystificatrice au niveau idéologique, qui avait pour but de camoufler le peu de volonté réellement socialiste des leaders du Parti ? Pour les observateurs du Congrès de Bizerte, il était clair qu’un grand nombre de délégués s’opposait à l’élection de Ben Salah au Bureau politique du parti, il a fallu les interventions passionnées de Bourguiba pour que cette élection se fasse. Un deuxième indice alimentant l’hypothèse selon laquelle le Congrès de Bizerte n’apportait pas de changement réel, est le fait que la commission idéologique du parti, constitué lors de ce Congrès, et qui devait élaborer le programme du parti, n’a jamais présenté les résultats de ses travaux. Le troisième indice est le retour de Mohamed Masmoudi, représentant de la nouvelle bourgeoisie au parti et aussi au bureau politique, retour dû à une initiative unilatérale du Président Bourguiba, alors même que Masmoudi semblait avoir été éliminé une fois pour toutes, de tous les postes du Parti et du gouvernement, à cause de ses attaques publiques contre le pouvoir personnel du Président Bourguiba en automne 1961. Le quatrième indice est une analyse de contenu, qui a été faite à partir des discours du Président Bourguiba de l’année 1968. Les résultats de cette enquête montrent que les mentions du terme « socialisme » sont extrêmement rares, et que toutes les références qualitatives concernant ce terme restent particulièrement vagues15.

17Dans les années qui suivirent le Congrès de Bizerte, le dirigisme d’Etat organisé par Ahmed Ben Salah, touchait de plus en plus la totalité de l’économie tunisienne. Le contrôle rigide des investissements et du commerce extérieur avait pour conséquence la méfiance de la couche naissante des petits entrepreneurs tunisiens, qui au lieu de faire des investissements à long terme, préféraient utiliser leurs capitaux pour l’achat de biens de consommation. Parallèlement à cela, des coopératives furent montées et partiellement instaurées dans des secteurs économiques autres que l’agriculture. Il s’agit notamment des coopératives de service et de production, dans le domaine du commerce et de l’artisanat. C’est le parti socialiste destourien qui s’employa à organiser les campagnes d’explication, qui exerça la pression nécessaire pour amener les commerçants et les artisants à adhérer aux coopératives. Et, bien sûr, la politique de planification concernait aussi l’industrialisation. Les entreprises créées ou élargies avec l’aide étrangère, devaient constituer ce troisième secteur de l’économie tunisienne qu’était le secteur public. Mais comme ces entreprises étaient déjà largement sous le contrôle de l’Etat ou étaient de création récente, elles ne posaient pas dans la structure socio-économique tunisienne, les mêmes problèmes que l’ingérence de l’Etat dans l’agriculture, c’est-à-dire dans la structure de la propriété terrienne.

  • 16 Marc Nerfin (éd.), Entretiens avec Ben Salah, op. cit., p. 89.
  • 17 Bassam Tibi, op. cit., page 109.

18L’instauration de coopératives était essentiellement appliquée à l’agriculture. Après la récupération des terres de colonisation et l’installation d’un grand nombre de coopératives sur les terres domaniales, gérées jusqu’alors par l’Etat, les petits paysans ont été les premiers à s’organiser en coopératives. Pour bien comprendre ce qui se passe dans les campagnes tunisiennes pendant la deuxième moitié des années 60, il faut tenir compte du fait que la possession de la terre confère un prestige énorme à son possesseur. Aussi rationnelles que pouvaient paraître ces coopératives à leurs promoteurs réformistes et technocrates, la collectivisation touchait au fond à une tradition séculaire sinon millénaire, du mode de production des paysans tunisiens. Et ceci notamment au Sahel, où le nombre de pieds d’oliviers possédés par un paysan était en quelque sorte sa carte de visite sociale — la productivité de ces oliviers par contre comptait peu. Pour accélérer la création des coopératives et l’adhésion des paysans, non seulement le Parti exerca toute sa pression, mais utilisa aussi la police. C’est surtout à travers ces mesures dirigistes que l’on peut mesurer le fossé « culturel » qui séparait les technocrates formés dans les écoles occidentales, et la masse des paysans tunisiens attachés à une tradition et au mythe de la propriété privée qui, certes, était révolue par l’évolution de l’économie tunisienne et son intégration dans le marché mondial, mais dont les conséquences n’étaient pas encore perçues par le petit fellah. Encore aujourd’hui — quatre ans après sa condamnation — Ahmed Ben Salah n’arrive pas à comprendre la mentalité du petit fellah maghrébin. Il l’illustre bien dans ses remarques concernant la période de l’organisation des coopératives : «… Il y a un vide dans l’individu, et ce vide est comblé par l’attachement à la propriété foncière; nous avons vu des gens qui étaient hystériquement attachés à un olivier, possédé par dix personnes. C’est inoui, c’est du folklore. Doit-on bâtir une civilisation sur le folklore ? »16. On ne peut que donner raison à Bassam Tibi, qui, en se référant au socialiste libanais, Mohamed Kichli et au groupe tunisien « Perspectives », constate que le seul groupe qui profiterait du nouveau système « socialiste » était la bureaucratie qui, grâce à la planification, a pu étendre sa base économique. De ce fait, elle a développé un intérêt semblable à un intérêt de classe, qui était la maintenance et l’extension de toutes les mesures interventionnistes de l’Etat dans l’économie nationale. Cette bureaucratie est objectivement en conflit avec la classe bourgeoise, mais en même temps, elle est aussi en conflit avec les masses, et elle doit s’opposer à toute mobilisation de ces masses, parce que cela menacerait sa propre position économique et sociale. La domination de cette bureaucratie petite bourgeoise, ne peut être dérivée de la sphère de production, mais elle résulte de sa position dans la structure étatique17.

  • 18 Ainsi « l’organe central d’unité populaire », n° 1 (mouvement d’opposition tunisien en exil) préte (...)

19Il est sans doute significatif que les seules réalisations « socialistes » (que l’on devrait plutôt appeler réformistes) concernaient l’agriculture, et ne touchaient que de façon très provisoire et très vague, tout le reste de la structure économique tunisienne. Il était donc logique que la classe bureaucratique en constitution, sous la politique réformiste de Ben Salah, ait tiré son droit d’existence de l’élargissement du secteur étatique et dirigiste. Mais il est difficile de parler de socialisme, aussi longtemps que les coopératives existant réellement n’étaient créées que sur d’anciens domaines étatiques, ou sur les anciennes terres des colons. Le conflit ouvert entre la classe bourgeoise et les technocrates dirigistes autour du « socialisme » tunisien, n’éclata donc qu’à partir du moment où l’instauration de coopératives concernait aussi les terres des moyens et grands propriétaires, qui vivaient dans les villes — notamment à Sfax, Sousse et Tunis — et pour qui le surplus produit par les khammès et ouvriers agricoles était à la base de leur statut social. Des mouvements d’opposition et même de révolte ouverte, qui commençaient à se faire jour au Sahel, ont été parfois réprimés de façon violente par la police. Il est d’ailleurs plus que probable que certaines de ces révoltes de petits paysans étaient orchestrées par les grands propriétaires tunisiens18.

20Ainsi il était inévitable que le conflit entre, d’un côté la tendance réformiste et technocrate du Parti, et de l’autre la grande bourgeoisie traditionnelle et la petite bourgeoisie nouvelle, éclate au grand jour. Aussi longtemps que le programme des coopératives d’Ahmed Ben Salah ne touchait que les couches pauvres et sous-privilégiées, cette orientation politique n’avait pas mis en cause les intérêts de la bourgeoisie. Mais du moment où les coopératives portaient atteinte à la base économique de cette bourgeoisie, elle organisa son opposition contre Ben Salah. Dans cette conjoncture il est important de rappeler que Habib Bourguiba, lui aussi de souche petite bourgeoisie et imprégné d’une idéologie libérale, s’était allié avec la grande bourgeoisie tunisoise par son deuxième mariage avec Wassila Ben Ammar, et ceci au début de l’année 1962 quand la planification commençait à avoir un impact sur l’économie tunisienne.

21Une fois la crise ouverte, fin 1969, il ne fallut que quelques semaines pour que le deuxième homme du régime soit déchu de toutes les fonctions qu’il avait pu accumuler jusqu’alors. (En plus du secrétariat d’Etat au Plan, Ben Salah cumulait les postes de Ministre de l’économie, des finances, de l’agriculture et de l’éducation). Quelques mois seulement après sa destitution et son éviction du Bureau Politique, le 25 mai 1970, Ben Salah fut condamné à 10 ans de travaux forcés; la grande majorité des coopératives dissoute et les terres rendues à leurs anciens propriétaires. Ainsi se terminait l’expérience du soi-disant socialisme tunisien.

  • 19 Bassam Tibi, Entstehung und Verfall des « Konstitutionellen Sozialismus » in Tunesien, in : Das Ar (...)

22La question qui reste posée est de savoir dans quelle mesure cette expérience mérite l’étiquette de « socialiste » : ne s’agit-il pas plutôt d’un essai de transformation sociale, qui dès le début était condamnée à échouer, à cause des contradictions inhérentes à la société tunisienne et des rapports de force politiques dont une technocratie réformiste n’avait pas tenu compte. Dans plusieurs études Bassam Tibi a essayé d’analyser l’expérience socialiste tunisienne, et il en arrive à l’interprétation suivante : « L’appareil étatique post-colonial fonctionne d’abord uniquement comme une instance d’arbitrage politique pour le conflit d’intérêt économique entre des classes qui sont socialement contradictoires, sans pourtant intervenir directement dans la sphère économique. Ce n’est qu’une fois que la grande bourgeoisie s’est avérée incapable de réaliser la construction socio-économique du pays, et lorsque la Tunisie tombait dans une crise économique grave, … que l’Etat bourguibiste décidait des mesures étatiques qui ont été mystifiées idéologiquement comme étant du « socialisme ». L’interventionnisme étatique produisait un appareil bureaucratique gonflé, dont les supporters se sont mis objectivement au service d’une des classes socialement importantes et contre une autre, parce que, eux-mêmes, ils ne pouvaient articuler un intérêt spécifique de classe à cause de leur provenance petite bourgeoise. Dans l’Etat de Bourguiba domine politiquement la petite bourgeoisie, mais économiquement c’est la grande bourgeoisie et la féodalité qui dominent. Les victimes du « socialisme destourien » étaient les petits paysans, la petite bourgeoisie urbaine et le prolétariat »19.

III. — LES CONSÉQUENCES DE L’EXPÉRIENCE « SOCIALISTE » : L’ACCENTUATION DES OPPOSITIONS DE CLASSE

23La petite paysannerie a fait les frais de l’opération « socialiste » dans les deux sens : non seulement elle avait été forcée d’intégrer les coopératives créées par, et au profit, d’une bureaucratie qui se recrutait dans la petite bourgeoisie; mais encore à la fin de l’expérience de Ben Salah commençait la « grande réforme agraire » dans le sens d’une expropriation des petits fellahs, au profit de la grande bourgeoisie terrienne. Lorsque les propriétaires de petites surfaces avaient été contraints d’intégrer les coopératives, ils avaient vendu leurs moyens de production (vaches, charrues, etc.). Au moment de la « reprivatisation » on leur rendait leurs terres, mais les paysans ne possédaient plus ni les moyens de production, ni assez d’argent pour acheter des semences ou de l’engrais. La plupart d’entre eux étaient donc obligés de s’endetter chez le voisin plus riche, pour pouvoir se procurer le minimum de moyens nécessaires pour réaliser l’investissement agricole. Ainsi ces paysans qui avant la généralisation des coopératives étaient encore indépendants, devenaient très vite dépendants des grands propriétaires terriens, puisqu’il leur était impossible de réaliser une accumulation de capital suffisante pour redevenir des producteurs autonomes. Le chemin vers l’expropriation plus ou moins lente commençait : endettés envers les propriétaires terriens, les paysans étaient obligés à court ou à moyen terme de vendre leurs terres à ces propriétaires, pour finir comme khammès ou ouvriers agricoles sur leurs propres champs, ou bien ils émigraient vers les grands centres urbains (Tunis notamment). Les surfaces des propriétaires terriens s’étant agrandies considérablement, l’emploi rationnel des machines les plus modernes devenait rentable et permettait d’économiser la force de travail libérée déjà partiellement par la concentration de la propriété terrienne.

24Dans ce sens l’expérience de Ben Salah avait pour conséquence une sorte de « réforme agraire » dont l’aboutissement allait à l’encontre de ce qu’attendaient les bureaucrates dirigistes : la politique coopérativiste, pratiquée jusqu’en 1969, se transformait par la suite en politique de remembrement au profit des propriétaires terriens, et elle accélérait de façon vertigineuse la polarisation de la structure des classes en Tunisie.

25Avec la chute d’Ahmed Ben Salah, la politique économique de la Tunisie subit un changement fondamental. Alors que durant l’époque Ben Salahiste, des crédits pour des biens d’équipement ne furent attribués qu’aux coopératives, celles-ci maintenant sont classées « non rentables » et la quasi-totalité des crédits débloqués est attribuée au secteur privé. Pour l’année 1970, les importations étaient augmentées de 20 millions de dinars tunisiens (1 dinar = env. 10 F).

  • 20 Jean Poncet, art. cité, page 112.
  • 21 Jean Poncet, art. cité, page 113.

26La Tunisie revenait à une politique économique de type libéral, essentiellement basée sur les exportations, et dépendante à son tour des importations. L’amorce d’un développement autocentré, tendant vers une autosatisfaction des besoins primaires de la population qui avait été entreprise par Ben Salah, était étouffée avant d’avoir pu produire ses premiers résultats. Sans parler des biens de consommation de luxe qui recommençaient à envahir le marché tunisien, il est significatif de constater que dans le secteur agricole, où l’achat de biens d’équipement avait été réduit sensiblement durant les années 1967 et 1968, des propriétaires privés ont acheté plus de 1 000 tracteurs en 197020. Etant donné que le nouveau programme économique du gouvernement tunisien offrait des possibilités considérables aux capitaux étrangers — notamment une rentabilisation des investissements à court terme — les prêts des organismes internationaux (Banque Mondiale, F.M.I., C.E.E.) et les principales puissances économiques occidentales, ne se faisaient pas attendre, et ceci malgré le fait que déjà en 1970 la Tunisie figurait parmi les pays les plus endettés du Tiers Monde. Ces capitaux s’investissaient dans les secteurs spéculatifs et immédiatement rentables. La Tunisie qui sous Ben Salah avait timidement entamé sa décolonisation, commençait à être recolonisée à nouveau, ou pour utiliser la formule de Jean Poncet : « … à la naturalisation tunisienne près, cette nouvelle optique de développement est exactement la même que celle qui présidait à la croissance de l’économie tunisienne sous le Protectorat. C’est la croissance d’une économie de marché moderne, à base de fructification des capitaux concentrés dans un secteur privé ou demi-public socialement très restreint, sans qu’il y ait réintégration en tant que producteurs ou consommateurs valables, de la masse des populations et de la force de travail « libérées » par cette évolution typique de pays sous-développés »21.

  • 22 Voir aussi à ce sujet l’article de Larbi Talha : L’économie maghrébine depuis l’Indépendance, dans (...)

27L’option tunisienne pour une économie orientée essentiellement sur les importations et les exportations, oblige l’Etat à augmenter ses recettes en devises. Celles-ci sont couvertes surtout par le développement croissant du tourisme, l’expansion notable de la production pétrolière et les virements de la main-d’œuvre émigrée; par conséquent cette politique accentue encore plus la dépendance économique par rapport aux pays capitalistes et elle « sape » l’autarcie économique et le développement autocentré du pays. Etant donné la structure de classe existante et la présence croissante des intérêts capitalistes étrangers, il est plus que probable que les recettes en devises ne soient pas utilisées pour des investissement à long terme, mais servent en grande partie à satisfaire les besoins de consommation de la bourgeoisie. De toute façon le retour tunisien au libéralisme économique tend non seulement à déséquilibrer davantage l’économie tunisienne, elle la rend aussi vulnérable aux aléas du commerce international22 et la source primaire de devises qu’est le tourisme, semble déjà subir une conjoncture défavorable causée par les différentes épidémies de choléra qui se sont déclarées en Tunisie, et par la politique des trusts touristiques qui commencent à développer les nouvelles zones de tourisme que sont l’Afrique de l’Est et l’Asie.

28La faute fondamentale de l’« expérience socialiste » tunisienne fut d’avoir créé un secteur coopératif isolé, qui ne touchait pas aux intérêts de la bourgeoisie. Les premières coopératives installées sur les terres domaniales et de colonisation, permettaient de caser une partie du surplus de main-d’œuvre; cette phase doit donc être comprise comme étant essentiellement un acte de technologie sociale, qui devait servir à désamorcer l’antagonisme de classes existant dans le pays. Ce n’est qu’à partir du moment où le mouvement coopératif touchait aux intérêts de la bourgeoisie que celle-ci réagit. Etant donné qu’au cours de la première décennie de l’indépendance tunisienne cette bourgeoisie avait pu fortifier sa position, c’était elle qui devait remporter la victoire sur la planification réformiste. La politique de Ben Salah était donc une expérience pseudo-socialiste qui en leur procurant des postes, servait surtout les jeunes technocrates issus d’un milieu petit bourgeois. Durant une courte période, cette politique semblait avoir des effets positifs : elle donnait aux petits paysans et aux ouvriers agricoles, une base d’existence minimale, et la bureaucratie planificatrice absorbait une bonne partie des jeunes, issus du système d’enseignement qui avait pris un essor considérable.

29A travers la « libéralisation » de l’économie tunisienne, et le retour à une organisation capitaliste de l’économie — résultats de la crise de 1969-1970 — les fellahs, les ouvriers agricoles et les jeunes qui suivent un enseignement, risquent d’être prolétarisés parce qu’ils ne trouvent plus d’emplois. Si donc, d’un côté l’économie tunisienne connaît un essor apparent, qui résulte de la concentration de la propriété agricole et des investissements étrangers, elle conduit de l’autre côté à une prolétarisation rapide d’une grande partie de la population. C’est par cette détérioration des structures économiques et sociales du pays, que s’explique la contestation croissante qui commence à s’organiser en Tunisie, et la répression de plus en plus féroce du pouvoir : l’antagonisme des classes que l’expérience pseudo-socialiste avait réussi à camoufler pendant quelques années, se trouve accentué et commence à paraître au grand jour.

30On peut donc affirmer que le socialisme destourien d’inspiration Ben Salahiste, n’était pas une approche de développement réellement socialiste. Il s’agissait plutôt d’une intervention étatiste et dirigiste, de caractère réformiste qui a réussi, pendant une courte période, à remédier aux contradictions les plus flagrantes qui avaient résulté de la politique libérale des premières années post-coloniales. Cette expérience réformiste devait se terminer au moment où le réformisme social dirigiste, s’apprêtait à corriger réellement les structures existantes. Désormais, les contradictions ne pourront plus être masquées, et vont peser sous la forme des investissements capitalistes : les investisseurs vont essayer d’accélérer la rentabilisation de leurs capitaux à cause d’une situation politique devenant de plus en plus précaire : le cercle vicieux de la dépendance structurelle et du développement du sous-développement évolue dans ce cas précis comme une expérience en laboratoire.

  • 23 Samir Amin, Le développement inégal. Essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique(...)

31Au-delà de ces faits et de la logique interne de ces contradictions, la Tunisie fournit un exemple précis de la non-identité d’une bureaucratie, et de ce que Samir Amin appelle la classe-Etat23 : la grande bourgeoisie tunisienne avait gardé ses distances par rapport au mouvement nationaliste néo-destourien. Lorsque ce dernier est arrivé au pouvoir, il avait pris possession de la gestion de l’Etat, tout en laissant intact les privilèges existants. C’est à travers la gestion des affaires de l’Etat que cette bureaucratie d’origine petite bourgeoise, tend de plus en plus à s’unir à la bourgeoisie existante, pour finalement se fondre en elle pour ne former qu’une seule classe opposée aux masses de plus en plus déshéritées.

Notes

1 Extrait des « Perspectives décennales de développement » Tunis, 1961.

2 Charles-André Julien, « L’Afrique du Nord en Marche — Nationalisme musulman et souveraineté française », Paris, Julliard, 1953, 416 p., 3e éd. 1972.
Roger Le Tourneau, Evolution politique de l’Afrique du Word Musulmane, Paris, A. Colin, 1962, 503 p.
Nicola A. Ziadeh, Origins of Nationalism in Tunisia, Beirut, 1962, 169 p.

3 Voir l’article de Jean Emmecey dans ce volume, et Michel Camau, Noureddine Sraieb et Gérald Dubray, « La formation des élites politiques maghrébines — La Tunisie in : La formation des élites politiques maghrébines. C.R.E.S.M., L.G.D.J., Paris, 1973, p. 167-221.

4 Voir Michel Camau, Le discours politique de légitimité des élites tunisiennes, in : A.A.N., X, 1971, p. 39.

5 Le programme économique et social de l’U.G.T.T. a été arrêté lors de son congrès du 20-23 septembre 1956. Voir : Rapport économique au VIe Congrès de l’U.G.T.T., Imprimerie du Journal La Presse, Tunis 1956.

6 Pour une analyse détaillée du protocole d’indépendance de la Tunisie, voir notre livre : Der Burgibismus und die Aussenpolitik des unabhängigen Tunesien, Gütersloh, 1969, notamment pages 80 et 95.

7 Voir pour plus de détail : Bassam Tibi, Die tunesische Unabhängigkeitsbewegung und ihr Werdegang im Dekolonisationsprozess. Vom Antikolonialismus zum « konstitutionellen Sozialismus » in : Grohs (Gerhard) and Tibi (Bassam) (éd.). — Zur Soziologie der Dekolo-nisation in Afrika, pages 86 à 92; ainsi que Raimund E. Germann, Vertoaltung und Einheitspartei in Tunesien unter besonderer Berücksichtigung des Genossenschaftswesens, Zürich, 1968, p. 34.

8 Pour une analyse plus détaillée du « bourguibisme » qui essaie de démontrer la logique inhérente à ces apparences, voir notre étude précitée ; Der Burgibismus…, pages 69 à 88 et 213 à 228.

9 Pour une analyse plus détaillée de ce style politique, voir notre livre précité (note 8) notamment page 80 à 86 ; ainsi que l’article : Tunesien-Beispiel permanenter politischer Stabilität ? in : Europa-Forum, München, mars 1969, p. 3-8.

10 Certains auteurs affirment que les buts de Salah Ben Youssef étaient plus progressistes que ceux de Bourguiba (voir pour ceci Bassam Tibi : op. cit., p. 91) ; cependant la majorité de la littérature voit en Salah Ben Youssef l’allié de la grande bourgeoisie tunisoise et des courants religieux réformistes (voir entre autres : Michel Camau : A.A.N. 1971, page 39). De toute façon les alliances conclues par Salah Ben Youssef au moment de l’indépendance tunisienne semblent contredire l’hypothèse de Bassam Tibi.

11 Claude Zarka : L’économie tunisienne à l’heure de la planification impérative, in : A.N.N. 1962, page 207 à 241; voir notamment le sous-titre «dépérissement du capitalisme » (1956-1961, page 209).

12 Discours du Président Bourguiba du 15 janvier 1959, cité par Claude Zarka, art. cité, page 223.

13 Voir les explications d’Ahmed Ben Salah dans ses entretiens avec Marc Nerfin (ed) : Entretiens avec Ahmed Ben Salah sur la dynamique socialiste dans la Tunisie des années 1960, Maspéro, Paris, 1974.

14 Jean Poncet, « L’économie tunisienne depuis l’indépendance », in : A.A.N. VIII, 1969, p. 93 à 114.

15 Voir notre étude en collaboration avec Karl Ammann : Die Begriffe « Nation « Revolution » und « Sozialismus » in den Reden der Präsidenten Boumedienne und Bourguiba, in : Vierteljahresberichte des Forschungsinstituts der Friedrich-Ebert-Stiftung, n° 44, juin 1971.

16 Marc Nerfin (éd.), Entretiens avec Ben Salah, op. cit., p. 89.

17 Bassam Tibi, op. cit., page 109.

18 Ainsi « l’organe central d’unité populaire », n° 1 (mouvement d’opposition tunisien en exil) prétend que les manifestations violentes contre la politique coopérativiste qui ont éclaté au Sahel en 1968 et 1969 étaient organisées en partie par la famille Ferhat. Les Ferhat auraient demandé la répression véhémente des révoltes de paysans pour ainsi provoquer un soulèvement de plus grande envergure. En fait la famille Ferhat compte parmi les plus grands propriétaires terriens dans la région et un des frères Ferhat, Abdallah, figure dans pratiquement toutes les listes ministérielles de la Tunisie depuis l’indépendance. Il a d’ailleurs succédé à Ahmed Ben Salah comme ministre de l’Agriculture. Son frère Mohamed Ferhat présidait la cour qui a condamné Ahmed Ben Salah à 10 ans de prison pour haute trahison. Dans son discours du 1er août 1973, Bourguiba disait de cette nomination du Président du Tribunal : « J’ai du intervenir le 20 mars 1970 pour intimer l’ordre de traduire Ben Salah devant une haute cour présidée par le même Mohamed Ferhat, qui a été sa victime ». Il est donc plus que probable que la grande bourgeoisie tunisienne qui voyait ses privilèges menacés, soutenait cette opposition paysanne pour provoquer la chute de Ben Salah, tout en soutenant verbalement l’application du programme « socialiste ».

19 Bassam Tibi, Entstehung und Verfall des « Konstitutionellen Sozialismus » in Tunesien, in : Das Argument, n° 59, nov. 1970, page 549 à 550 ; traduction de l’auteur.

20 Jean Poncet, art. cité, page 112.

21 Jean Poncet, art. cité, page 113.

22 Voir aussi à ce sujet l’article de Larbi Talha : L’économie maghrébine depuis l’Indépendance, dans ce livre, en particulier ses remarques sur la Tunisie dans la conclusion ainsi que Larbi Talha : Chronique économique « Tunisie », in : A.A.N. 1972, page 509 à 526, notamment la conclusion où il dit : « Le relâchement accéléré de la centralisation planificatrice de l’autorité étatique depuis l’année 1970 se traduit… par une dépendance encore plus poussée de la politique économique tunisienne à l’égard du jeu aveugle du marché International. Les caractères « extravertis » du mouvement d’accumulation du capital risquent de s’en trouver encore plus accentués et les déséquilibres internes encore plus renforcés » (p. 526).

23 Samir Amin, Le développement inégal. Essai sur les formations sociales du capitalisme périphérique, Ed. de Minuit, 1973, page 18.

Notes de fin

* Faculté de Droit, CRESM, Aix-en-Provence.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable