Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

Troisième partie. Développements spécifiques dans les pays Maghrébins

XIV. Monarchie et forces politiques au Maroc

Jean-Jacques Regnier

Texte intégral

  • * CRESM, Aix-en-Provence.

1Note portant sur l’auteur*

2En mars 1956, les accords de la Celle-Saint-Cloud marquaient l’accession officielle du Maroc à l’indépendance, mettant ainsi fin au Traité de Fès qui avait établi sur le pays, en 1912, le Protectorat de la France. C’était il y a maintenant dix-huit ans…

3En dix-huit ans, le Maroc a changé : la croissance de la population, son urbanisation rapide, sa prolétarisation croissante, dans les villes comme dans les campagnes ; le développement d’une petite bourgeoisie citadine insatisfaite ; la montée d’une jeunesse touchée par une alphabétisation très insuffisante, mais réelle, avec ses exigences en matière de formation et d’emploi, tout cela est évident, comme sont évidentes les transformations institutionnelles, la modification du type de relations établies avec la société internationale, ou la continuation de l’effort en matière de grands travaux d’infrastructure.

4Mais, singulièrement, l’observateur ne peut manquer d’être frappé, à travers ces transformations, par la permanence de certaines des données économiques et sociales héritées du Protectorat, et non des moindres : importance toujours primordiale de la population rurale à l’intérieur de structures agraires inchangées, où continuent de vivre, côte à côte, la masse des paysans sans terre et des petits fellahs d’une part, une minorité de gros propriétaires fonciers de l’autre ; lenteur de la croissance du secteur industriel qui n’est, qualitativement, que peu différent de ce qu’il était en 1955, et où l’initiative et le contrôle de l’étranger sont toujours considérables ; hypertrophie d’un secteur commercial extraverti ; persistance de liens structurels entre l’économie marocaine et celle de certains pays industrialisés.

5De la même manière, on peut s’interroger sur l’évolution réelle du système politique marocain depuis l’indépendance, alors que les élections prévues depuis deux ans par la troisième constitution qu’ait connue le pays n’ont toujours pas eu lieu, que le Monarque choisit ses collaborateurs d’une manière aussi discrétionnaire que le Résident choisissait les siens, que la vie démocratique en est revenue à un état quasi-léthargique, que l’administration locale s’apparente plus au réseau d’influences qu’à un organe de gestion et de concertation.

6Ce contraste entre l’évolution et la stagnation, entre le changement et l’immobilisme, se retrouve aussi dans l’histoire des relations entre les différentes forces politiques du pays, histoire que nous allons essayer de retracer brièvement ici. Elle peut être divisée en trois phases principales, révélatrices de grandes tendances et marquant l’évolution du statut de la Monarchie, reflet de l’équilibre des groupes en présence, et en même temps tentant de modifier cet équilibre. Dans une première phase, jusqu’en 1960, la Monarchie joue et gagne son statut de privilégié au sein du système, car elle est la seule force rassembleuse ; tirant les leçons de cette victoire, et forte de l’appui des principales classes dominantes, elle établira sa domination d’abord tempérée, puis quasi-absolue, sur le pays, jusqu’au coup de tonnerre de Skhirat en 1971. Les dernières années la verront chercher, au sein de couches très diverses, les appuis nécessaires à sa survie, et à la démonstration qu’elle est indispensable à la résolution des problèmes qui, de plus en plus nombreux, assaillent le pays.

I. — 1955-1959 : L’INDÉPENDANCE À L’ÉPREUVE DES FAITS

7Au milieu des années cinquante, après des années d’un rassemblement de plus en plus unanime derrière le mot d’ordre d’indépendance, le peuple marocain paraît s’être forgé une unité extrêmement forte. Pendant l’été 1955, les derniers supports de la colonisation, en particulier les grands chefs traditionnels du sud se rallient, sinon à l’indépendance telle qu’elle a été mise en avant par le mouvement national, du moins à Sidi Mohamed, le Sultan déchu par la France. Mais cette unité de façade recouvre une extrême diversité ; l’image la plus éclatante de cette diversité est l’Istiqlal lui-même, parti tout-puissant, mais déjà miné, en profondeur, par l’hétérogénéité de ses composantes, et dont l’évolution illustrera l’échec du frontisme devant le détenteur du pouvoir monarchique ; celui-ci, à l’inverse, sera capable de s’appuyer sur des forces contradictoires, en même temps ou successivement, grâce à la puissance de sa légitimité. L’affrontement, cependant, ne pourra avoir lieu immédiatement, et sera différé jusqu’à l’éclatement du Parti. Alors seulement, la Monarchie pourra véritablement, prendre le pouvoir

A) L’Istiqlal ou l’échec du frontisme

8A la veille de l’Indépendance, l’Istiqlal représente une force considérable : il est devenu, depuis de longues années, le représentant de la lutte contre la colonisation. Certains de ses leaders mènent ce combat, d’une façon de plus en plus radicale, depuis les années 30, et la fondation du Comité d’action marocaine ; ils ont su, en 1944, profiter d’une situation nationale et internationale favorable, pour regrouper autour d’eux, dans un parti nouveau, la plupart de ceux dont le Protectorat bloque l’ascension sociale et interdit l’accès du Pouvoir : ces hommes neufs ont peu à peu agrandi l’audience du parti qui est parvenu d’abord à s’infiltrer, puis à s’implanter véritablement au sein de la classe ouvrière par l’intermédiaire de la puissante U.M.T., d’où le Parti Communiste marocain est habilement évincé, puis dans les campagnes avec une audience croissante. Toutes les tentatives françaises d’en minimiser l’importance n’empêcheront pas qu’il soit finalement reconnu comme interlocuteur valable, d’autant qu’il a pu obtenir aussi bien dans le monde arabe qu’à l’O.N.U. de solides appuis ; de plus, il est le seul parti à s’être doté d’une organisation rigoureuse, que la clandestinité a renforcée par la force des choses. Rien en apparence ne l’empêche de devenir l’ossature du Maroc indépendant.

9En fait, les choses sont moins simples qu’il n’y semble à la Résidence ou aux français du Maroc. Si le Parti est encore très homogène, ses bases sociales ne l’ont jamais été. Le thème unitaire de l’indépendance, la nécessité de mener un combat prioritaire contre la colonisation ont masqué l’hétérogénéité de ses composantes. On y trouve de grands bourgeois-aristocrates lettrés des villes traditionnelles dont Fès est l’exemple typique ; des commerçants issus de la vieille capitale intellectuelle, mais aussi du Sud du pays ; des industriels qui ont profité de la vague de prospérité de la guerre pour s’installer, timidement d’abord, mais avec opiniâtreté, à Casablanca ; des fonctionnaires, des enseignants de toutes les régions du pays ; des ouvriers (ou des chômeurs) des villes modernes de la côte ou des bassins miniers ; côte à côte, des petits fellahs et des grands propriétaires fonciers d’origine citadine, ou, à l’approche de l’indépendance, des notables ruraux. Tous, à un moment ou à un autre, ont rejoint le Parti pour une lutte commune, l’indépendance, qui répondait en fait à des motivations et à des espoirs très différents. Un reclassement inévitable devait avoir lieu ; il ne put se faire avant l’indépendance, celle-ci étant finalement intervenue plus tôt que prévu, et la nécessité de l’unité étant dans le contexte d’alors, impérieuse. Quand, finalement le reclassement put se faire, le retour du Roi et la place qu’il avait prise dans le système politique, empéchèrent qu’il se fît autrement que par un conflit fondamental, qui lui-même en camouflait d’autres. L’Istiqlal ne pouvait en effet devenir parti unique, à la façon tunisienne, Allai el Fassi jouant le rôle de Bourguiba, qu’à la condition de pouvoir s’établir dans un rôle essentiel, celui de symbole de l’unité nationale, ce qui lui eût permis de régler au profit de l’une ou l’autre de ses tendances ses contradictions internes, par rejet dans l’illégalité, ou par un compromis temporaire. Ce rôle, il ne put le tenir ; le Roi l’avait, déjà, et avec force, assumé.

B) Le Roi ou le Maroc personnifié

10Mohamed ben Youssef a 45 ans ; il est arrivé sur le Trône par la faveur de la Résidence qui l’a trouvé assez effacé pour remplir sans inconvénient le rôle passif que le glissement du Protectorat vers l’administration directe exigeait ; jusqu’en 1942, il a vécu un peu en représentation, entre sa famille, des vizirs vénérables et les politesses de la France, mais sans ignorer les mouvements qui agitaient la jeunesse marocaine des années 30 ; les maladresses du Protectorat, l’estime dont, progressivement, il va jouir auprès du peuple marocain, le choc de la deuxième guerre mondiale, tout cela va le faire glisser du côté de ceux qui luttent d’abord pour la réforme, puis pour l’abrogation du traité de Fès ; son entrevue avec Roosevelt, son acceptation tacite du manifeste de l’Istiqlal en 1944, et surtout son discours de Tanger, en 1947, rendent les protecteurs de plus en plus méfiants à son égard et, au début des années 50, il apparaît que la continuation de la politique française au Maroc implique son effacement ; ce sera réalisé, par la déposition et l’exil, en août 1953. Alors, presque du jour au lendemain, Mohamed V, comme on commence alors à l’appeler, devient sidna, notre seigneur, le martyr de l’indépendance, refusant toute compromission et se forgeant peu à peu une extraordinaire charisma, symbolisant l’unité nationale du Maroc. Quand, en 1955, le mouvement national menace de se transformer en insurrection généralisée et que la politique du Protectorat ne peut plus cacher son échec, c’est, avant même celle d’indépendance, la revendication de retour du Roi qu’il faut, finalement, satisfaire. A la fin de 1955, le Roi retrouve donc son pays avec des atouts considérables, auxquels il faut ajouter l’enracinement, moins fragile que ne l’ont cru les historiens coloniaux, de la dynastie alaouite dans le pays, et bien sûr le rôle religieux d’un monarque qui est aussi Commandeur des croyants et descendant du prophète.

C) L’affrontement différé

11Il ne peut pas y avoir deux symboles de l’unité nationale, de l’indépendance. L’affrontement cependant n’eut pas lieu, d’abord parce que les deux partenaires avaient besoin l’un de l’autre, ensuite parce que l’un d’eux, l’Istiqlal, éclata avant que la situation ne devienne critique.

12a) La position du Roi était, nous l’avons vu, fondamentalement différente de celle où se trouvait, par exemple, le souverain tunisien. L’Istiqlal ne pouvait l’éliminer, d’autant que la France avait compromis que le retour de Mohamed V, et donc sa position dominante, était un élément capital dans la conservation de ce qui pouvait l’être du Protectorat, dans un premier temps et qu’il fallait l’appuyer. Il ne le pouvait pas non plus, parce qu’il n’avait pu faire autrement que de lier la revendication d’indépendance et celle du retour de l’exilé. Il ne le pouvait pas, parce qu’existait dans ses rangs une quasi-unanimité en faveur de l’institution monarchique qui assurait pour certains la stabilité du système politique, pour d’autres la stabilité du système social. Il se serait enfin heurté au sentiment de l’ensemble du peuple marocain.

13Mais le Roi ne pouvait pas, de la même façon, attaquer l’Istiqlal de front. Le Parti, malgré ses contradictions, était solidement implanté et menait, parallèlement, une double campagne d’abord de recrutement massif, surtout dans les premiers mois de l’indépendance, et de pénétration de l’administration ensuite. Il conservait un prestige considérable, et tentait de profiter de celui dont bénéficiaient les organisations de guerrilla urbaine ou rurale qui s’étaient développées dans les dernières années, extérieurement à son organisation, mais le plus souvent à partir de ses militants ; il s’en méfiait, cependant, et ne tenta pas grand chose contre leur démantèlement progressif, en particulier celui de l’Armée de libération qui fut pour moitié envoyée dans le Sud, et pour moitié intégrée dans la nouvelle Armée royale.

14b) Ce que fit Mohammed V, la France l’avait déjà fait au moment de ses conversations préliminaires avec les « différentes tendances de l’opinion marocaine » : refuser à l’Istiqlal tout titre privilégié à la représentation du peuple marocain. Cela avait deux conséquences capitales : tout d’abord, la Monarchie se réservait, explicitement, et d’emblée, ce titre, comme elle n’allait plus cesser de le faire ; ensuite, elle enlevait à l’Istiqlal son seul ciment d’unité et préparait ainsi son inévitable éclatement. Deux faits illustrent cette stratégie ; tout d’abord la composition des deux premiers gouvernements du Maroc indépendant, tous deux présidés par un indépendant, Si Bekkai, considéré par la France comme un modéré, et qui constitua des cabinets où des partis comme le Parti Démocratique pour l’indépendance, ou les Libéraux-Indépendants avaient une place sans rapport avec leur importance réelle dans le pays, et où l’Istiqlal ne jouait pas un rôle à sa mesure. Deuxième illustration de la stratégie royale, la constitution, dès mai 1955, et avec l’aide active de la France, des Forces Armées Royales, au nom révélateur, puisqu’elles dépendaient directement du Roi et été dirigées par son propre fils qui allait en faire une des plus puissantes armées d’Afrique, tout à fait indépendamment des partis.

15La réaction de l’Istiqlal fut double. Le parti tenta, nous l’avons dit, de noyauter l’administration ; ce fut à la fois un succès, et un échec. Un succès, parce qu’effectivement, la « marocanisation » de l’administration, assez rapidement réalisée pour l’essentiel, fut en fait une « istiqlalisation » ; un échec, d’abord à court terme, parce que deux secteurs lui échappèrent : l’armée, bien sûr, d’emblée ; mais aussi, à plus long terme, la Police, malgré les efforts de Driss M’Hamedi à l’Intérieur ; la nomination, au début des années soixante, d’un fidèle du Palais, le Colonel Oufkir, à la tête de la sûreté nationale en fut le constat ; mais échec aussi à long terme, car le Parti n’arrive pas à maîtriser le phénomène : il se prive d’abord de ses cadres les mieux formés, en particulier de nombre de cadres subalternes ; il finit ensuite par admettre des adhérents qui n’ont de l’Istiqlal que la carte, et la lâcheront une fois établis dans un poste administratif ; il en arrive enfin à faire supporter à l’Istiqlal la responsabilité de tout ce qui ne va pas dans l’administration, en particulier à la campagne où les désillusions de l’indépendance trouveront là un bouc émissaire évident.

16Parallèlement, l’Istiqlal demande la constitution d’un « gouvernement homogène ». Nous avons vu que le Roi ne pouvait le lui accorder. Il le pouvait d’autant moins que, l’euphorie passée, les tentatives hégémoniques du Parti lui suscitaient des ennemis qu’effrayait une telle perspective et qui brandissait le spectre du parti unique. Les positions du parti s’étaient pourtant renforcées stratégiquement et idéologiquement, et l’éventualité d’un gouvernement Istiqlal homogène était à terme, inévitable. Le Roi choisit de l’accepter en mai 1958, à un moment, précisément, où s’aiguisaient les tensions internes au sein du Parti.

D) Les scissions de l’Istiqlal

17a) La prétention de l’Istiqlal à représenter le peuple marocain dans toutes ses composantes n’était pas seulement la condition de son hégémonie, mais aussi celle de sa survie en tant que tel ; faute de ciment qui a permis au F.L.N. ou au Néo-Destour de garder au moins l’apparence du pouvoir, et en tout cas de ne pas éclater, l’Istiqlal ne pouvait résister aux contradictions que les deux autres partis maghrébins purent au contraire, à travers toute une série de crises, surmonter. Une partie de sa légitimité lui ayant été confisquée par le Roi, il se retrouvait devant un problème insurmontable, celui de l’hétérogénéité des forces sociales qui le composait.

18De ces forces, la première à lui échapper fut la paysannerie ; elle n’avait été partie prenante de la lutte contre le colonisateur qu’assez tardivement, le mouvement ayant été essentiellement d’origine citadine. La réforme agraire que, confusément, elle attendait au premier chef de l’indépendance, n’avait pas eu lieu ; de plus l’Istiqlal n’avait pas su s’implanter vraiment en milieu rural, et était finalement perçu beaucoup plus comme la colonne vertébrale de la nouvelle administration que comme le chef de file du nationalisme. L’armée de libération avait été dissoute dans des conditions confuses : la création du Mouvement Populaire, par Mahjoubi Ahardane et le Dr Khatib, représentait une tentative de former un parti rural, sinon berbère, qui eut un réel succès, au point que l’Istiqlal demanda, et obtint, sa dissolution provisoire en 1958. Mais la rupture était consommée, et la petite paysannerie allait représenter, pendant de longues années, un des plus sûrs appuis de la monarchie. Le parti ne conservait de liens privilégiés qu’avec l’Union Marocaine de l’Agriculture regroupant une minorité d’agriculteurs à la situation sociale aisée, et dont le chef, le Dr Nejjai, sera ministre de l’Agriculture dans le premier gouvernement marocain.

19b) Mais le réel clivage au sein du parti passait surtout entre deux pôles extrêmes : d’une part la grande bourgeoisie commerçante, d’autre part la classe ouvrière. Chacun de ces pôles avait regroupé autour de lui d’importantes fractions de la petite bourgeoisie citadine, petits fonctionnaires, commerçants de Fès et des villes du nord dans le premier cas, intellectuels, professions libérales, commerçants du sud dans le deuxième. Chacun de ces deux groupes présentait lui-même des clivages internes que nous verrons se manifester plus tard, mais qui pour l’instant étaient gommés par l’opposition fondamentale qui se faisait peu à peu jour.

20Consciente de la force qu’elle représentait, soucieuse de se voir reconnaître une place plus grande au sein de la direction du Parti, l’Union Marocaine du Travail de Mahjoub Ben Seddiq sut convaincre tous ceux qui, au sein du Parti, aspiraient à des réformes plus fondamentales, en particulier sur le plan économique et jugeaient le programme de l’Istiqlal trop modéré et ses dirigeants trop traditionnalistes. Aux côtés du leader syndical, Mehdi Ben Barka, Abderrahim Bouabib, Mohamed Basri et Abdallah Ibrahim lancèrent au sein de l’Istiqlal une campagne pour la tenue d’un Congrès réellement démocratique ; cette campagne prit un tour si catégorique qu’elle finit par se transformer en la constitution d’une tendance, la « Confédération de l’Istiqlal », laquelle, tirant à la longue les conclusions de son échec, se transformait, à la fin de 1959, en un parti nouveau, l’Union nationale des Forces populaires, d’inspiration progressiste.

21c) Pour la Monarchie, ces tensions fournissaient une occasion rêvée de donner à l’Istiqlal, divisé, satisfaction pour la constitution du fameux « Gouvernement homogène » ; celui-ci, constitué en mai 1958, ne résistait pas aux convulsions internes du Parti, et laissait la place en décembre, à un cabinet présidé par Abdallah Ibrahim, représentatif de l’aile gauche du Parti, chargé de préparer les élections municipales et dont l’un des objectifs était de mettre au point un programme de développement à long terme. L’Istiqlal avait reproché aux deux gouvernements Bekkai de ne pas faire la politique du Parti ; elle reprocha à celui-ci de ne pas faire celle du Roi, et se réclama du nom de ce dernier en toute occasion, faisant en particulier au projet de premier plan quinquennal élaboré par l’équipe de A. Bouabid, des critiques qui n’étaient pas seulement tactiques, mais aussi inspirées par la méfiance que pouvait avoir une formation bourgeoise envers une politique qui, d’une façon limitée mais réelle, s’attaquait à certains privilèges, en particulier dans le domaine agraire. Cette tactique portera ses fruits : en mai 1960, au moment même où allaient avoir lieu les élections communales, le Roi décidait de renvoyer le Gouvernement et de prendre directement la tête de l’exécutif.

22Cette décision marquait un tournant : la monarchie avait toujours fait appel à l’esprit de responsabilité des « forces vives » de la nation, leur prodiguant à l’occasion ses directives, et ne ménageant pas des efforts plus ou moins discrets pour faire aboutir ses points de vue et ses projets, conservant même de fait des domaines réservés. Elle avait cependant toujours entretenu la fiction de sa neutralité, de sa place au dessus des partis, de son rôle initiateur et conciliateur. Pour la première foi, elle apparaissait sans fard au devant de la scène. Elle le faisait toutefois avec habileté, prétextant en effet de l’impossibilité qu’il y avait actuellement à laisser la responsabilité du pouvoir aux représentants des formations politiques et de la nécessité de « sauvegarder… l’unité de la nation ». La fiction ressurgissait ainsi sous une autre forme, d’autant qu’il ne s’agissait que d’une transition avant l’adoption d’une constitution prévue pour 1962 ; ni Mohammed V, ni, à partir de 1961 Hassan II n’allait cependant revenir en arrière. A partir de 1960, au Maroc, le Roi Règne.

II. — LA MONARCHIE AU POUVOIR

23Ayant pu faire admettre sa légitimité à prendre directement en mains les rènes du pouvoir, la Monarchie va se les voir contester par le moyen même qu’elle aura mis en œuvre pour la conforter, le système constitutionnel ; elle éliminera donc le problème, par l’instauration de l’état d’exception, une fois que des appuis suffisants auront été réunis pour faire face à une situation devenue critique. Elle pourra d’autant mieux le faire que l’Istiqlal aussi bien que l’U.N.F.P., en proie à des problèmes internes, ne sauront pas s’entendre suffisamment pour l’en empêcher. Tout sera remis en question à un moment où, l’opposition s’étant provisoirement réunifiée, certains des appuis du Pouvoir manqueront à celui-ci.

A) Les divisions de l’opposition

24La scission de 1959 était inévitable, avons-nous dit, à partir du moment où l’Istiqlal ne détenait pas le monopole de symbole de l’unité et de l’indépendance nationales. Les dissensions ultérieures auront des causes différentes.

25a) En mai 1960, au moment de la constitution du Gouvernement Mohamed V, dirigé en fait par le prince héritier, l’Istiqlal nouveau style, c’est-à-dire amputée de son aile gauche, peut considérer qu’elle a partie gagnée contre cette dernière ; en fait, la politique menée par le Palais va peu à peu s’écarter de ses propres objectifs politiques, fondamentalement par le choix qui est fait d’ouvrir le Maroc sur l’extérieur au plan économique ; ce choix va heurter l’idéologie toujours profondément nationaliste du parti ; il va par ailleurs détacher de lui tout la fraction de la bourgeoisie qui pense que le Maroc a suffisamment repris ses affaires en mains, et qu’il est temps de développer de fructueuses relations avec l’étranger. Toute une couche d’hommes d’affaires, fixés à Casablanca plutôt qu’à Fès va baser sa stratégie sur une coopération sans préjugés avec l’ossature industrielle et financière du Protectorat, toujours active, et où les influences allemandes, suisses, britanniques, mais surtout américaines sont en progrès. C’est aussi la stratégie du Palais, et elle sous-tendra les orientations du plan triennal 65-67 et du plan quinquennal 1968-1972. Pour l’Istiqlal, cette stratégie est un reniement de la Résistance ; elle est aussi un obstacle à l’indépendance économique du pays autant qu’à l’autonomie de la bourgeoisie nationale. Mais le Parti va ainsi perdre une partie de ses appuis au sein même de sa couche d’origine. Il n’y aura pas de scission ouverte ; il y aura des défections, des manquements à la discipline du Parti en matière d’appartenance gouvernementale ; après avoir perdu son aile progressiste ouvrière, l’Istiqlal va ainsi perdre sa fraction bourgeoise « moderne », devenue un des plus sûrs soutiens du régime, et, en janvier 1963, décidera de retirer ses ministres du gouvernement.

26Les problèmes de l’U.N.F.P. sont différents, et sont l’un d’ordre théorique, l’autre d’ordre tactique. Problème théorique : pour Mahjoub Ben Seddiq, un syndicat dans un pays sous-développé ne peut être apolitique, et doit définir sa propre ligne ; de plus, il regroupe la force révolutionnaire du pays, le prolétariat ; il est donc juste que l’U.N.F.P. soit l’appendice politique de l’U.M.T. ; A. Bouabid défend la thèse inverse, selon laquelle c’est au parti de définir la ligne politique de la gauche marocaine. Problème tactique ; quelle attitude avoir envers le pouvoir : la division entre les « opportunistes » et les « radicaux », recouvre à peu près les deux tendances précédentes. Le conflit restera longtemps sous-jacent, d’abord à cause de la vague d’arrestations qui frappe l’U.N.F.P. en 1963, après la découverte, suspecte, d’un premier « complot », puis après les prises de position de M. Basri et de M. Ben Barka, à propos du conflit de novembre avec l’Algérie, enfin parce que la pratique constitutionnelle permet de mettre en œuvre une ligne qui ne compromet personne, sur une alliance de fait avec l’Istiqlal et certains modérés, comme nous le verrons plus loin. L’instauration de l’état d’exception après les émeutes de mars, en 1965, puis la disparition de Mehdi Ben Barka, dont le prestige restait un facteur d’unité permettront à la querelle de se développer, avivée par des considérations personnelles. Il y aura des hauts et des bas, des réconciliations spectaculaires, comme celle de 1967, qui semblait définitive. La scission devait venir plus tard, comme nous le verrons.

B) Vers l’État d’exception

27Ayant franchi le pas qui les a mené d’une position officielle d’arbitre à une participation directe à la vie politique du pays, Mohamed V, et après lu, avec plus de vigueur encore, Hassan II, vont poursuivre dans cette voie. Jusqu’en 1965, cependant, la prudence sera de règle, et ceci pour trois raisons d’importance inégale.

  1. La première tient à la personnalité même des deux monarques que les excès de la présence française pour l’un, une éducation politique occidentale pour l’autre ont amené à se méfier de l’efficacité des méthodes brutales ; il est inconcevable pour Mohamed V, et il le sera un temps pour Hassan II, de prétendre à un pouvoir absolu sans qu’un minimum de représentation nationale, au moins formelle, puisse faire entendre sa voix. Ce souci, très formaliste, de donner un contenu aux apparences s’ajoute à la nécessité tactique de donner du Maroc au monde extérieur, et en particulier au monde occidental et aux organisations internationales, une image conforme à ce qu’attend ce monde extérieur : celle d’une démocratie parlementaire organisée suivant les canons de l’Europe bourgeoise, et par ailleurs influencée par les pratique gaulliennes. La constitution de 1962 fonctionnera ainsi, plus ou moins bien, pendant trois ans. L’évolution de la personnalité de Hassan II ainsi que les contradictions profondes issues, au sein du monde occidental, des transformations du système capitaliste international aussi bien que des derniers soubressauts de la guerre froide expliquent qu’en 1965, le recours à l’état d’exception soit apparu comme admissible.
  2. Plus importante est la nécessité d’éviter l’isolement idéologique du pouvoir. Mohamed V avait bien compris que son prestige charismatique ne tiendrait pas, à lui seul, très longtemps, et avait assez habilement manœuvré pour nourrir continuellement son image de symbole de l’unité nationale, au moment des troubles du Rif, ou de la récupération de Tarfaya par exemple, mais aussi quand il devait arbitrer des conflits entre les tendances du mouvement national. La participation directe de la Monarchie, à partir de 1960, impliquera nécessairement une modification de cette stratégie, dans le sens d’un renforcement de la légitimité royale, d’abord en présentant le Palais comme initiateur et garant des institutions démocratiques nouvellement mises en place, ensuite, en ce qui concerne les institutions décentralisées, par une utilisation de celles-ci comme moyen de constituer une couche d’élites intermédiaires qu’Hassan II aura beaucoup de mal à mettre en place et qui ne pourra jamais parfaitement jouer son rôle de courroie de transmission de la légitimité royale. A cet effort de renforcement de la légitimité s’ajoutera enfin une consolidation des appuis politiques.
  3. D’autres couches, en effet, ne sont pas aussi facilement manœuvrables. Si l’opposition s’est divisée à propos du référendums constitutionnel de 1962, l’Istiqlal appelant à voter Oui, l’U.N.F.P. à s’abstenir, elle a réussi à atténuer ses conflits devant l’échéance que constitue l’élection législative de mai 1963, ce qui lui permet de s’approcher de la majorité absolue. Le parti « monarchiste », le F.D.I.C. n’est en fait qu’une coalition hétérogène des autres formations politiques, sous la houlette du « Père de la Constitution », R. Guedira ; il n’arrivera pas à conserver son unité et favorisera le développement, au sein du Parlement, d’une contestation croissante sinon au régime, du moins au gouvernement mis en place après les élections et dirigé par A. Bahnini, ancien Istiqlalien, qui succède à ce poste au Roi lui-même. L’échec de la tentative constitutionnelle, telle qu’elle était conçue par le Roi, le convaincra de la nécessité de mettre fin à un régime de discussions stériles, en invoquant la « désaffection du peuple marocain pour ses institutions ».

28De plus, le glissement, dont nous avons parlé et qu’opère une partie de la bourgeoisie vers les positions du Pouvoir va s’accentuer à partir de 1963, au moment du passage de l’Istiqlal à l’opposition. Il va renforcer les assises traditionnelles de la Monarchie, en particulier les élites rurales, où l’on peut distinguer trois noyaux : l’ancienne « féodalité », sur laquelle s’appuyait le Protectorat et qui a, en 1955, changé de camp assez habilement pour échapper à l’épuration de la fin des années cinquante, ou du moins pour abréger sa mise à l’écart ; le petit groupe des « colons marocains », pratiquant la grande culture extensive moderne dès le Protectorat et où recrutera l’Union Marocaine de l’Agriculture tant que les opérations sur les terres seront gelées ; enfin les nouveaux propriétaires fonciers enrichis par le commerce, la spéculation ou de judicieuses carrières dans l’administration et qui ont investi dans la terre. Ces groupes, voyant grandir, malgré la répression, l’influence de l’U.N.F.P. et donc le risque d’une réforme agraire, et partisans par ailleurs d’une politique des grands barrages qui leur est largement profitable, finissent par craindre les éventuelles conséquences d’une démocratisation, même relative, alors qu’ils pensaient au contraire, à son début, pouvoir en profiter ; ils seront favorable à une radicalisation du régime. De plus, l’attitude de l’armée — Oufkir est ministre de l’Intérieur depuis 1964 — les rassure.

29Quand donc le jeu devient trop dangereux, quand le Parlement ne sert qu’à étaler les contradictions de la classe dirigeante, et qu’à servir les intérêts de la bourgeoisie traditionnelle et de la petite bourgeoisie, quand les chômeurs et les lycéens de Casablanca descendent en masse dans la rue et qu’il faut faire appel à l’armée pour les mater, quand une tentative de concertation avec les partis politiques montre que ceux-ci ont gardé assez de forces pour formuler des exigences jugées insurmontables, la Monarchie peut compter sur des appuis sûrs et décider, en juillet 1965, de suspendre la Constitution et d’instaurer l’état d’exception.

C) La Monarchie absolue

  1. De 1965 à 1971, le pays vit sous le régime de l’état d’exception, stricto-sensu d’abord, puis institutionnalisé par la constitution de 1970. La période est marquée par la poursuite de la tentative d’élimination des partis politiques, que ce soit par l’enlèvement de Ben Barka en octobre 1965, les attaques contre les dirigeants de l’Istiqlal et de l’U.M.T. en 1967, les conditions dans lesquelles se déroulent les consultations électorales, en particulier les élections communales de 1969 et le référendum constitutionnel de juillet 1970, ou par la découverte en 1970 d’un nouveau « complot » des militants de l’U.N.F.P. Elle est marquée aussi par la poursuite de la politique d’ouverture à l’extérieur. La brouille avec la France suite à l’affaire Ben Barka n’est pas seulement une péripétie ; elle permet le resserrement des liens avec d’autres pays, et en tout premier lieu les Etats-Unis pour qui le Maroc, toujours position stratégique (si l’évacuation officielle des bases a été réalisée, il reste en fait une présence militaire importante) est aussi une position économique d’importance ; les orientations du deuxième plan quinquennal 1968-1972, axées sur la priorité donnée au tourisme et à l’appel aux investissements étrangers, est un indice de cette ouverture, qui touche aussi la R.F.A. et la Suisse, avant que ne reprenne, sur des bases légèrement différentes, les relations avec l’ancienne métropole en 1969.
  2. Les contradictions internes demeurent, cependant. Tout d’abord, la situation économique reste précaire : la masse de la population rurale continue à vivre au gré des faveurs ou des dévafeurs du climat, et à émigrer en masse vers les villes, où le travail est toujours aussi rare. Elle s’insurge aussi, et parfois avec violence comme à la fin de 1970, contre l’appétit des propriétaires fonciers qui, peu à peu, à coup de dérogations, s’implantent à la place de ceux des colons, une partie seulement, qui ont décidé de ne plus poursuivre au Maroc des activités toujours lucratives, mais à l’avenir de plus en plus incertain ; elle supporte mal une administration locale aussi despotique que du temps du protectorat, et, qui plus est, vénale. Les étudiants, toujours aussi turbulents, le sont avec plus de radicalisme, ainsi que les lycéens : c’est que leur avenir dans un système économique extraverti est bouché. L’opposition, en dépit, et parfois à cause, des attaques dont elle est l’objet, conserve assez de prestige, d’organisation et de combativité pour profiter du référendum organisé en 1970 à propos de la nouvelle constitution et mettre sur pied la « Koutlah al Watania », ou Font national qui unit l’Istiqlal et l’U.N.F.P. contre la « parodie de référendum » et le projet de Constitution. La tentative est cependant vaine, car elle suit l’événement, elle ne le crée pas. La bourgeoisie citadine, enfin, est à l’étroit dans un système économique qu’elle contrôle mal ; sa tendance la plus nationaliste réclame avec insistance une « marocanisation » officielle dont la tendance proche du Palais a déjà profité officieusement, et qui tente aussi la petite bourgeoisie commerçante.
  3. Enfin, l’armée se tait, au moins en apparence. Non que les militaires interviennent publiquement dans la vie politique ; ils peuvent être ministres ou gouverneurs, mais pour accomplir des missions fixées par le Roi, et c’est devant celui-ci seul qu’ils se sentent responsables ; mais ils ne « font pas de politique », et seules viennent troubler cette sérénité des rumeurs mal vérifiées sur l’arrestation de tel ou tel officier coupable de trop, ou de mal parler. Depuis la guerre avec l’Algérie en 1963, l’armée n’a plus eu l’occasion d’intervenir sur des fronts extérieurs ; elle se consacre à des tâches de maintien de Tordre, qu’elle accomplit semble-t-il sans broncher, et en tout cas avec efficacité ; à des travaux d’aide aux populations très — trop — diversifiés, et en tous cas jamais organisés dans un vaste plan d’ensemble ; enfin à un rôle d’encadrement administratif, pas toujours discret, et souvent très « politique », derrière les apparences. Est-elle noyautée de l’intérieur par une propagande réformiste ? Sert-elle d’instrument à des menées étrangères — américaines ? — de remplacer un régime que ses tares rendent non fiable à terme ? Est-elle frappée par le hiatus qui existe entre la politique officielle qu’on lui demande d’encadrer et la politique réelle qu’on lui ordonne de couvrir ? Est-elle enfin amenée à une remise en cause par l’évolution du recrutement de ses cadres, où l’on trouve moins de notables ruraux, et plus de citadins ? Aucun de ces hypothèses n’est actuellement vérifiable, les deux dernières apparaissant cependant comme les plus fécondes. Une chose est sûre : les Forces Armée Royales ne dépendent que du Roi, et c’est à lui que certains de ses éléments vont s’attaquer.

D) Les tentatives de coup d’État

30En juillet 1971, c’est le coup de Skhirat : un millier de cadets de l’école d’infanterie d’Ahermoumou envahissent le Palais d’été, où se déroule une réception, et déclenchent une fusillade aveugle ; parallèlement, certains édifices publics de Rabat sont occupés par des détachements militaires, et la République est proclamée ; elle ne durera que quelques heures : le Roi échappe mystérieusement à la mort, rétablit la situation à son profit et peut, quelques jours plus tard, faire fusiller les auteurs du putch, quelques officiers supérieurs en qui il avait toute confiance, vieux serviteurs de la Monarchie, et quelques gradés qui avaient pu tromper de jeunes soldats entraînés dans une affaire qu’ils n’avaient manifestement pas comprise. Un an plus tard, à peine, le Boeing royal, de retour de vacances en France, est mitraillé par des F 5 de l’armée de l’air dans le ciel de Kénitra. Encore une fois, le Roi en réchappe ; les auteurs sont cette fois-ci, de jeunes officiers d’aviation, formés pour la plupart aux Etats-Unis, et guidés, semble-t-il, par le fidèle des fidèles, le Général Oufkir lui-même, qui se « suicide » dans des conditions mal éclaircies et dont la responsabilité dans l’affaire de Skhirat est alors évoquée à mots plus ou moins couverts.

31L’alliance des forces sur lesquelles reposait le pouvoir royal est trop fragile pour résister à cette succession d’attaques. Le Roi l’admet lui même : il lui faut réformer ses méthodes de gouvernement. C’est ce qu’il va faire, en essayant de conforter les bases sur lesquelles il s’appuie.

III. — A LA RECHERCHE D’UNE LÉGITIMITÉ NOUVELLE

32Le choc est rude, et pour tout le monde. Pour l’opposition, qui a nettement senti passer le vent du boulet (personne, à Shkirat, n’était épargné) à un point tel qu’elle interviendra ouvertement en faveur des militaires inculpés et jugés au procès de Kénitra. Pour la bourgeoisie favorable au régime, qui a toujours lié la stabilité de sa position dominante à celle de la monarchie, malgré des oppositions de circonstances. Pour le Roi, qui voit s’écrouler un des piliers du système de coercition-équilibre, mis en place entre 1960 et 1965. Pour le peuple marocain, a-t-on pu ajouter : l’absence totale de réaction populaire aux péripéties des deux opérations montre cependant à quel point, que ce soit dans les villes ou dans le bled, l’attachement au régime monarchique et à son représentant n’ont pas pesé lourd devant un réflexe de prudence que toutes les initiatives de ce régime n’ont pas manqué, depuis des années, de rendre peu à peu automatique, d’autant que l’exemple algérien et l’impact des émissions de la radio libyenne ne concourrent pas à réchauffer les enthousiasmes.

33La position du Roi est difficile : la manière « miraculeuse » dont il s’est tiré des deux affaires, et la « protection de la providence divine » à son égard, ne suffisent en effet pas à calmer les mécontentements, ni à rassurer ses soutiens traditionnels : l’appui de la grande bourgeoisie d’affaires et des élites rurales, ne lui est conservé qu’à condition que la Monarchie réassure sa position ; pour ce faire, il va lui falloir élargir l’alliance qui la soutient directement, et, parallèlement, renforcer sa légitimité par un recours à des thèmes unitaires puissants. La stratégie royale depuis 1971-1972 est axée sur ces deux objectifs.

A) L’élargissement de l’alliance

34Elle va être recherchée parallèlement sur le plan politique, et sur le plan économique.

  1. Pour l’opposition, réunifiée depuis 1970 au sein de la Koutlah al Watania, les deux coups d’Etat apparaissent comme un renversement, en sa faveur, de la situation politique. Elle ne va cependant pas savoir déjouer la tactique habituelle utilisée par le pouvoir : d’un côté, on fait miroiter la perspective d’une concertation sur la définition d’une politique nouvelle à appliquer en commun, par la constitution d’un gouvernement de coalition, mais en posant des conditions aussi fluctuantes que difficiles à accepter ; d’un autre côté, on accentue la répression, par l’organisation de procès renouvelés, ou par des arrestations arbitraires. Ce double mouvement permet de laisser les partis dans une expectative d’autant plus inquiétante que leurs dissensions internes ne sont pas apaisées et qu’on verra, en 1972 le Front National éclater à la suite de la scission entre les deux tendances de l’U.N.F.P. La nouvelle constitution, mise en place en 1972, apporte des améliorations non négligeables aux textes antérieurs, en particulier par le renforcement du rôle du premier ministre ; mais elle est présentée aux partis sous une forme, et dans des conditions telles que ceux-ci ne peuvent que préconiser l’abstention au référendum qui doit l’approuver. De plus, les élections prévues à la suite de l’adoption de la constitution seront reportées un certain nombre de fois sous des prétextes divers, mais à travers lesquels on pressent le désir du pouvoir d’éviter à la fois la tenue d’une consultation qui pourrait donner la victoire à l’opposition, et le renouvellement des opérations précédentes, biaisées d’une façon par trop voyante ; les formations politiques récuseront d’ailleurs par avance toute consultation organisée par un gouvernement où elles ne seraient pas représentées. Les conversations se poursuivent toujours à l’automne 1974.
  2. Les mesures économiques sont cependant aussi, sinon plus importantes. Les deux principales sont prises en 1973. La première est la récupération par l’Etat de toutes les terres appartenant à des étrangers ; c’est une satisfaction pour l’ensemble de l’opposition, qui la réclamait depuis des années avec une audience croissante ; mais c’est aussi une provision pour l’avenir, dans la mesure où la destination de ces terres est laissée dans le vague : distribution de lots individuels, coopératives, fermes gérées, par les provinces ou par une administration centrale, on ne le sait pas.

35La deuxième est la « marocanisation de certains secteurs, limitant aux marocains et aux sociétés marocaines, définies comme ayant la moitié de leur capital appartenant à des nationaux, l’exercice d’un nombre important d’activités. Annoncée depuis fort longtemps, mais limitée dans les premiers projets au seul secteur tertiaire, cette mesure touche finalement une part de l’économie beaucoup plus importante que prévue, incluant même, au printemps 1974, le secteur de distribution des hydrocarbures. Nous l’avons dit, un certain nombre de grandes entreprises, celles dont l’importance de leur capital le leur permettait, s’étaient déjà ouvertes aux investisseurs marocains, profitant ainsi soit d’un apport de capitaux frais, en cas d’augmentation de capital, soit de liquidités. Les textes sur la marocansation permettent d’officialiser et d’accélérer ce mouvement, et de l’étendre à d’autres secteurs, une participation d’organismes financiers comme la B.N.D.E. n’étant pas exclue ; ils permettent aussi à la petite bourgeoisie d’entrer en force dans le secteur de l’artisanat et du petit commerce, à la place qu’occupaient encore des français, grâce d’ailleurs à des crédits publics.

36Il faut noter que, parallèlement, deux autres mesures sont prises : d’abord la promulgation d’un code des investissements extrêmement avantageux, qui va dans le sens de cette ouverture de l’économie marocaine à l’extérieur que nous avons signalée, et rendu nécessaire par l’inefficacité des mesures précédentes ; l’autre est le triplement du prix des phosphates, à la faveur du courant de hausse des matières premières, qui donne au pays un ballon d’oxygène financier sans lequel la poursuite de l’actuelle politique économique aurait abouti à un échec.

37Par ces mesures, le pouvoir cherche tout autant à s’appuyer sur ses soutiens traditionnels, qu’à se concilier des couches nouvelles, en particulier la petite bourgeoisie citadine et les couches intermédiaires rurales. Mais elles ne suffisent pas. La coalition est encore trop étroite. Or, il n’est pas possible de l’élargir sans faire apparaître, en son sein même, des contradictions insurmontables, sauf à les masquer par des thèmes idéologiques unanimistes. C’est ce qui va se passer en 1973 et 1974.

B) L’unanimité nationale

38Dans une contexte où la mise en place de la constitution, et des institutions représentatives qu’elle représente, est sans cesse retardée, le consensus autour de la personne royale doit s’alimenter à des sources qui ne participent pas directement de l’existence ou de la conduite de celle-ci, mais qui lui sont extérieures ; à ce titre, les thèmes faisant appel au nationalisme, nationalisme arabe ou nationalisme marocain, sont particulièrement appropriés ; le second d’entre eux avait été entre autre utilisé à l’occasion de la guerre avec l’Algérie en 1963, et avait permis de condamner à mort certains dirigeants de l’U.N.F.P.

  1. Mais c’est le nationalisme arabe qui va servir le premier. Dès le début de 1973, la propagande officielle insiste sur le rôle effectif du Maroc dans le dispositif militaire arabe au Moyen-Orient, alors que la position marocaine sur ce point, particulièrement en 1967, s’était limitée jusque là à des déclarations d’intention. Quoiqu’il en soit, une division est progressivement acheminée sur le front syrien. Elle se trouvera, pendant la guerre d’octobre, aux premières lignes, renforcées presque aussitôt par une deuxième division ; le Roi, dira-t-on, n’est pas fâché de voir ainsi exposés certains officiers éventuellement dangereux. Quoiqu’il en soit, malgré la faveur dont le corps expéditionnaire jouira, en particulier en la personne de son chef, le Général Sefrioui, l’échec apparaît dès la fin de l’année : l’inflation, qui touche de plein fouet le pays depuis un certain nombre de mois, et frappe directement les plus défavorisés, est accentuée par de nouvelles hausses de prix ; ces dernières sont, maladroitement, justifiées par l’effort de guerre marocain, et par la nécessité d’une contribution à la solidarité arabe ; le bénéfice de l’opération va rapidement être épuisé.
  2. Un autre problème va alors être mis en vedette, celui du Sahara Occidental. L’affaire date en définitive de l’indépendance ; Allai le Fassi avait à l’époque contesté les accords de la Celle-Saint-Cloud, les accusant de figer les frontières coloniales dans cette région, et l’Istiqlal n’avait jamais abandonné ce souci.

39Au milieu de 1974 Madrid annonce une « décolonisation » du Sahara Espagnol sous son égide. La position espagnole n’est fermement combattue ni par Alger, ni par Nouakchott. Au Maroc, c’est l’indignation générale. Le Roi est très conscient de l’importance de l’enjeu ; il connaît les énormes réserves phosphatières de la région, ses possibilités en pétrole. Son habileté va être de mettre dans son jeu toutes les organisations politiques marocaines, et de réaliser autour de lui l’union sacrée sur ce point : des émissaires de différentes tendances vont courir les capitales pour défendre la position marocaine : on y trouve bien sûr des hommes proches du pouvoir ; mais on y trouve aussi Ali Yata, leader du Parti Communiste marocain, puis du Parti de la Libération et du socialisme, qui est chargé des pays de l’est ; il profitera de la situation pour organiser une nouvelle formation politique, le Parti du Progrès et du Socialisme ; on y trouve Abderrahim Bouabid pour l’extrême-orient, qui, à l’automne 1974, créera, à partir de la branche de Rabat de l’U.N.F.P., un nouveau Parti, l’Union Socialiste des Forces populaires ; on y trouve M’Hamed Boucetta qui, depuis la mort d’Allai el Fassi, a pris la tête de l’Istiqlal et présidé à son IXe Congrès. Ce rassemblement inespéré est la conséquence du besoin qu’a le Palais de raffermir son assise. Preuve en est le discours conciliateur, prononcé après des déclarations très belliqueuses et où, faisant appel à l’arbitrage de la cour de la Haye dans l’affaire du Sahara, le Roi annonce en même temps la tenue d’élections en 1975, et la formation préalable d’un gouvernement représentatif.

C) Un nouveau tournant ?

40S’agit-il là, encore d’une manœuvre, destinée à appâter l’opposition, sans rien lui concéder d’essentiel, et accompagnée, comme certains indices tendent à le prouver, d’une répression accrue contre la gauche et l’extrême-gauche ? Peut-être, mais jusqu’à quand la Monarchie pourra-t-elle se contenter de gagner du temps ? Des événements comme ceux de mars 1973 dans le Moyen-Atlas, que les communiqués officiels décrivaient comme l’attaque d’un poste par des éléments armés téléguidés de l’étranger, et qui servirent de prétexte à une nouvelle vague d’arrestations au sein de l’U.N.F.P. (au moins de sa tendance dite de Rabat, celle d’A. Bouabid), montrent bien, comme ceux des Ouled Khalifa en 1970, que la petite paysannerie, qu’elle soit des plaines ou des montagnes, n’est pas aussi « sûre » qu’il apparaît et que des louvoiements répétés peuvent déboucher sur une situation radicalement nouvelle, où il faudra mettre la fidélité de l’armée à l’épreuve.

41Si, au contraire, cet appel aux partis est le signe d’une nouvelle orientation du pouvoir, alors des concessions sont indispensables, sur le plan politique, bien sûr, mais aussi et surtout sur le plan économique et social. Cependant, pour conserver son assise, c’est-à-dire pour s’assurer au moins de la neutralité favorable d’une part des masses paysannes, peu politisées encore, mais que l’aggravation de la situation économique, qui les frappe directement, peut nous l’avons dit faire évoluer, d’autre part des larges fractions de la bourgeoisie traditionnelle, de la petite bourgeoisie et du prolétariat, présents de manière multiple et parfois contradictoire sur la scène politique, le pouvoir risque de se couper de ses appuis fondamentaux, la grande bourgeoisie extravertie et les notables ruraux. Il ne courra pas ce risque, du moins tant que l’opposition sera divisée.

42Peut-on s’attendre à une évolution sur ce plan ? La multiplication actuelle des formations politiques semble au contraire figer un émiettement irrémédiable, car elles semblent incapables de prendre en charge d’éventuels mouvements de masse, les condamnant ainsi à l’échec. Mais les divergences une fois institutionnalisées et les frontières marquées, il se peut aussi qu’un accord se réalise à partir d’un programme minimum dont l’ossature, dans l’état actuel des choses, pourrait être, au sens large, le nationalisme, mais un nationalisme qui prendrait cette fois pour cible le néo-colonialisme, remettant à l’ordre du jour, presque vingt ans plus tard, une revendication que le Mouvement national, par l’hétérogénéité de ses composantes, n’avait jamais pu mener jusqu’à son terme.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE

Chroniques Politiques de l’Annuaire de l’Afrique du Nord : Le Tourneau (Roger), 1962 à 1969 ; Christophel (C.), 1970 ; Gourdon (J.), 1971 à 1973.

Amin (Samir). — L’économie du Maghreb, Paris, Ed. de Minuit, 1966, 2 Vol.

Ashford (Douglas E.). — Political Change in Morocco, Princeton Un. Pres, 1961.

Ayache (Albert). — Le Maroc. Paris, Ed. Sociales, 1956.

Ben Barka (Mehdi). — Option révolutionnaire au Maroc. Ecrits politiques. Paris, Maspéro, 1966.

Camau (Michel). — La notion de démocratie dans la pensée des dirigeants maghrébins. Paris, C.N.R.S., 1971.

Camau (Michel). — « L’évolution du Droit constitutionnel marocain depuis l’indépendance ». Jahrbuch des Offentlichen Rechts der Gegenwart (21), 1972.

C.R.E.S.M. La formation des Elites politiques maghrébines. Paris, L.G.D.J., 1973.

Dow (J.). — « La politique du Sérail ». Maghreb (53), septembre-octobre 1972.

Lacouture (Jean et Simone). — Le Maroc à l’épreuve. Paris, Ed. du Seuil, 1958.

Le Tourneau (Roger). — Evolution politique de l’Afrique du Nord musulmane. Paris, A. Colin, 1962.

Khatibi (Abdelkebir). — « Etat et classes sociales », Sociologie des mutations. Paris, Anthropos, 1970.

Marais (Octave). — « Les relations entre la Monarchie et la classe dirigeante au Maroc ». Revue Française de Science Politique (XIX, 6), Décembre 1969.

Marais (Octave). — « Elites intermédiaires, pouvoir et légitimité dans le Maroc indépendant ». A.A.N. (X), 1971.

Palazzoli (O.). — « La mort lente du mouvement national au Maroc » A.A.N. (XI), 1972.

Paul (James A.). — « The moroccan crisis ». Monthly Review (24), Octobre 1972.

Regnier (J. J.) et Santucci (J. C.). — « Armée, Pouvoir et légitimité au Maroc ». A.A.N. (X), 1971.

Roudan (Michel). — « Justice, pouvoir et politique au Maroc ». A.A.N. (XI), 1972.

Waterbury (John). — The Commander of the faithful. The Moroccan political elite. A study of segmented politics. Londres, Weidenfeld & Nicolson, 1970.

Zartman (I. William). — Problems of new Power : Morocco. New York, Atherton Press, 1964.

Notes de fin

* CRESM, Aix-en-Provence.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable