Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

Deuxième partie. Le Maghreb indépendant

XIII. La presse au Maghreb

Joëlle Tiers et Werner K. Ruf

Texte intégral

  • * Faculté de Droit, CRESM, Aix-en-Provence.

1Note portant sur l’auteur*

2Lorsque nous avions décidé d’écrire cet article nous avions l’intention de présenter les mass-média et leur rôle dans le Maghreb indépendant. Ceci aurait impliqué que nous parlions — à peu près à part égale — aussi bien de la radio, de la télévision et du cinéma que de la presse écrite. Cependant cette intention se heurtait à des difficultés majeures : Elargir le sujet aux mass-média en général aurait nécessité l’entreprise de tout un programme de recherche, car, jusqu’à présent, il n’existe pratiquement pas de littérature qui permettrait de brosser un tableau bref et concret en ce qui concerne le rôle, le contenu et la composition des programmes ainsi que leurs effets éventuels sur le public. On peut cependant constater quelques faits très simples et émettre quelques hypothèses à l’égard des média non-écrits plus difficilement accessibles à l’analyse systématique. (C’est essentiellement à cette raison que nous attribuons le manque de travaux sur ce sujet).

  • 1 Nous ne tenons pas compte ici de la presse italienne en Tunisie et de la presse espagnole au Nord (...)
  • 2 Voir pour ceci l’analyse de contenu comparative de la presse écrite maghrébine de juillet à décemb (...)

3Les différentes organisations nationales de radio et de télévision dans les trois pays concernés sont entièrement copiés sur le modèle de l’ancienne puissance coloniale : ce sont des offices nationaux qui dépendent directement des gouvernements respectifs. Ils peuvent donc — en ce qui concerne l’information politique — être considérés comme les porte-paroles fidèles de la tendance politique au pouvoir, aussi fidèles que la presse gouvernementale. De plus, les mass-média au Maghreb se présentent au consommateur essentiellement1 en deux langues. C’est là une conséquence de la colonisation opérée à travers la pénétration des sociétés maghrébines par un système, qui, au siècle dernier s’était avéré être dominant sur les plans économique, militaire et donc politique et culturel. En effet, télévision, radio, cinéma et journaux sont aussi bien arabophones que francophones. Et il va de soi que le consommateur tourné vers L’« emballage » français est un consommateur tout autre que le consommateur tourné vers les média en langue arabe. D’ailleurs des analyses de contenu démontrent nettement que les différents média, s’adressant à des clientèles de formation et de fonds culturel différents, n’ont pas le même contenu, même s’ils représentent la même tendance politique2. On peut supposer aussi que ce dualisme existant a une tendance à se reproduire dans la mesure où il peut presque être compris comme étant un indicateur de stratification sociale : les francophones représentant plus ou moins la couche des « évolués », des « modernes » alors que les arabophones sont les « traditionnels », bien moins en contact avec le secteur de leur société tourné vers la « modernité » ou ce que l’on entend normalement par « développement ». Avoir pu apprendre le français convenablement est déjà dans la presque totalité des cas un privilège !

4Le deuxième fait qui illustre la structure de dépendance et de non-égalité entre les sociétés anciennement colonisées et les pays dits développés se situe au niveau de la technologie : certes il y a dans les pays du Maghreb — les régions périphériques mises à part — toute l’infrastructure nécessaire pour avoir recours aux mass-média : électrification assez développée, émetteurs puissants et dépassant les frontières nationales, salles de cinéma ou même cinébus pour apporter les images jusque dans le bled — et là où l’électrification manque le transistor fait l’affaire. Cependant la production de films, d’émissions pour la télévision, et même certains programmes de radio nécessitent une technologie très avancée et un personnel — du technicien jusqu’à l’acteur — d’une formation assez poussée. La capacité de production qui existe sur place n’est pas encore suffisante pour remplir les programmes prévus. Mais les producteurs étrangers sont là pour livrer des programmes tout faits — de l’éducation jusqu’au divertissement — à des prix bien inférieurs au coût de la production locale. Et ainsi les Maghrébins prennent goût au Western, se font expliquer l’irrigation moderne par des experts européens ou américains selon des techniques pourtant peu applicables à des surfaces de quelques hectares. Ce qui est le plus important, c’est qu’à travers ces média, sont véhiculés des systèmes de valeurs qui sont bien plus proches de ce qu’on peut appeler dans un sens très large la culture occidentale que de la réalité maghrébine. Et pour les « traditionnels » il y a les maloufs (concerts de musique arabe) ou les films d’amour égyptiens ou indiens qui ne sont pas forcément produits dans ces pays et encore moins à l’aide de leurs capitaux ou de leur technologie.

  • 3 Ruf (Werner K.), Inhaltsanalyse, op. cit.

5Cet exemple démontre que le dualisme ou la juxtaposition dans le domaine culturel au sens le plus large du mot existe à tous les niveaux. Le troisième fait qui illustre la structure de dépendance au niveau international est le rôle et le fonctionnement des agences de presse des pays maghrébins : les agences de presse des pays non socialistes fonctionnent sur une base purement commerciale et quelques-unes d’entr’elles détiennent un quasi-monopole au niveau mondial. Pour les trois agences nationales des pays maghrébins il est matériellement impossible de développer un réseau de correspondants qui collectionneraient les informations sur place et à travers le monde entier. C’est pourquoi les informations mondiales leur parviennent par ces quelques agences importantes (comme UPI, AP, Reuter et dans une certaine mesure Tass et AFP). Les agences nationales maghrébines, à leur tour, filtrent ou transmettent ces informations aux média nationaux ; par ailleurs elles transmettent des informations sur les événements de leur pays à ces agences. Mais ceci à la différence près que les grandes agences internationales peuvent entretenir parallèlement un correspondant dans au moins une des capitales maghrébines alors que les agences maghrébines ne peuvent se permettre de telles dépenses que dans de rares pays. Il va de soi qu’une telle structure de dépendance démontre non seulement la non-égalité de fait qui caractérise les relations entre pays dits sous-développés et pays dits développés, mais que cette inégalité a aussi des conséquences graves pour la sélection, la transmission et l’interprétation des événements qui ont lieu à travers le monde. L’européocentrisme qui caractérise la sélection et la présentation des nouvelles dans les journaux maghrébins3 peut s’expliquer au moins en partie par cette structure. L’autre facteur qui explique la large place qui est faite aux nouvelles concernant l’Europe et les problèmes européens est cette acculturation des couches lettrées qui par leur formation et leur statut social sont plus intéressées par ce qui se passe au nord de la Méditerranée. Les deux facteurs se cumulent donc mutuellement.

  • 4 Voir notamment Lerner (Daniel), The passing of Traditional Society : Modernizing the Middle East, (...)
  • 5 Par « développementalistes » nous entendons toutes les approches sociologiques, notamment de prove (...)
  • 6 Pour une brève discussion de la littérature à ce sujet voir notre étude : « Relations internationa (...)

6Mais quel peut donc être l’impact de ces média sur la transformation des structures sociales des sociétés maghrébines ? Certes, il y a des études qui ont cru pouvoir établir un rapport assez direct entre la consommation des mass-média et la soi-disante modernité. Ces études admettent cependant que les média seuls n’arrivent pas à opérer un tel changement, leur action devant être accompagnée d’autres facteurs ayant de leur côté un impact sur la transformation des structures sociales (enseignement, technologie, infrastructure, etc.)4. Cependant ces études n’ont été entreprises que sous un aspect technocratique qui partait du préalable normatif que la transformation des structures sociales traditionnelles était une nécessité pour accroître le niveau de vie des « traditionnels ». A cause de leur idéologie « développementaliste »5 elles n’ont pas pu — ou voulu — comprendre que cette transformation des structures sociales impliquerait en même temps l’intégration progressive de ces sociétés dans les structures du système mondial capitaliste, et devait donc contribuer à l’aggravation des antagonismes sociaux6.

  • 7 Pour un essai dans ce sens, voir : Ruf (Werner K.), L’influence des mass-média sur le changement s (...)

7Au lieu de traiter ici du problème épineux des relations qui peuvent exister entre l’effet des mass-média et le changement social7, nous ne voulons présenter dans ce bref article que l’état actuel des médias maghrébins. Et à défaut de données solides en ce qui concerne la radio, la télévision et les cinémas, nous nous résignons à ne traiter que la presse écrite, qui, comme on le verra, présente suffisamment de problèmes au niveau de la collecte de données précises et valables.

  • 8 Souriau (Christiane), La presse maghrébine, Paris, 1969.
  • 9 Muddathir (Ahmed), Die arabische Presse in den Maghreb-Staaten, Hamburg, 1966.
  • 10 Nous avons pu consulter avant sa publication, un article de Ch. Souriau : « La presse maghrébine : (...)

8L’étude de la presse au Maghreb se heurte immédiatement à une difficulté d’ordre méthodologique. C’est qu’en effet, au niveau des sources d’information, il n’existe, à notre connaissance, que deux ouvrages tentant une étude globale : il s’agit des travaux de Christiane Souriau8 et de Ahmed Muddathir9. Or, le livre de A. Muddathir d’ailleurs riche en incertitudes date de 1966 et celui de Ch. Souriau, quoique édité en 1969, concerne essentiellement la presse de 1965, outre un historique complet. Nous devons donc nous contenter dans le but de tenter une mise à jour, d’informations personnelles et de sources fort disparates10. C’est pourquoi cette étude n’a d’autre ambition que de faire une synthèse des informations disponibles, en ce qui concerne les quotidiens, hebdomadaires, bimensuels et mensuels politiques de diffusion généralisée, couvrant l’ensemble du territoire national. Mais avant de considérer la situation actuelle de la presse maghrébine, essayons d’abord de dégager son origine.

I. — HISTORIQUE DE LA PRESSE MAGHRÉBINE11

  • 11 Cet historique, basé sur le livre de Ch. Souriau « La Presse Maghrébine » présente cependant quelq (...)
  • 12 Pour la presse tunisienne durant la période du protectorat une documentation précieuse vient d’êtr (...)

9La presse devait naître en Tunisie et au Maroc bien avant la colonisation : elle ne fut pas pour autant une presse d’origine indigène. En effet, ce furent des Européens qui, ayant établi les comptoirs coloniaux au bord de la Méditerranée et possédant capital et moyens techniques, lancèrent les premiers journaux dans les pays maghrébins. En Tunisie, ce furent les Italiens qui, en 1838 et 1859, dirigèrent les deux premiers journaux parus dans ce pays12. Au Maroc, les Espagnols, dès le premier mai 1820, fondèrent El Liberal Africano (Le Libéral Africain). En 1905 les Français publièrent le premier journal en langue arabe As-Sa’ada (La Félicité).

10Quant à la période coloniale, elle permit la mise en place d’une législation discriminatoire : d’un côté la presse coloniale s’exprimant le plus souvent dans sa propre langue et qui échappait au cautionnement, de l’autre la presse musulmane, en butte aux problèmes financiers et à la censure. Seule la presse pro-coloniale connaîtra alors une réussite quantitative et financière.

11Pour préciser historiquement cette constatation, il suffit de rappeler l’exemple algérien (où le premier journal par ailleurs à paraître sur son sol fut l’Estafette d’Alger, journal français, destiné aux troupes françaises et paru le 14 juin 1830, c’est-à-dire le soir même du débarquement). La censure est établie dès 1846, pour être abolie en 1848, provoquant une flambée de journaux vite étouffée par les lois de 1848, 1849 et 1850 rétablissant la censure et allongeant la liste des délits de presse. Ce fut la loi de 1895 qui soumit la presse en langue arabe à la législation en vigueur concernant la presse étrangère et en 1915, la presse musulmane fut purement et simplement interdite. Mais l’entre-deux guerres et la période du Front Populaire se caractérisèrent par une extension de la liberté de la presse. Du côté français, on observe une presse assez riche en tendances, de même que du côté algérien : la tendance communiste ainsi que la tendance révolutionnaire peuvent s’exprimer à travers divers journaux. Al Muntaqid (Le Censeur), remplacé par Ach-Chihab (Le Météore) sous l’influence des Ouléma, devait même connaître un rayonnement dans tout le Maghreb musulman de 1925 à 1939. Mais des mesures administratives de 1940 signèrent la fin de la presse musulmane. En 1944, cependant Ferhat Abbas réussit à faire de son journal L’Egalité un grand succès… journal interdit en 1945. En 1951, la censure fut rétablie, et pendant la guerre pour l’indépendance (1954-1962) tout soutien pour la cause algérienne, même français, fut sévèrement réprimé. Le F.L.N., dès mai ou juin 1956, fut contraint de publier son journal El Moudjahid (Le Combattant) à Tunis.

12En 1920, huit ans après le Protectorat, se constitue au Maroc le groupe Mas qui contrôle cinq journaux : c’est vraiment à partir de cette date que le Maroc va connaître une grande presse d’information sous l’impulsion de Antoine et Pierre Mas, tous deux français. Après la prolifération de la presse arabophone favorisée par le Front Populaire, la censure sera rétablie en 1937. Et jusqu’à l’indépendance, les journaux indigènes seront fréquemment interdits.

13Pour la Tunisie, le décret du 14 octobre 1884 établissant le cautionnement, réduira considérablement la presse italienne au profit de la presse française. De 1887 (date où le Résident Massicault supprime le cautionnement) à 1904 (où un décret permettra facilement l’interdiction et la suspension des journaux musulmans) les moyens d’information en langue arabe restent diffus. En 1911, elle sera complètement étouffée, car un arrêté du 8 novembre la suspend. Après la période de libéralisation de l’entre-deux guerres, l’état de siège établi de 1938 à 1947 viendra briser cet essor. La censure sera rétablie en 1952 et il faudra attendre le 3 juin 1955, où la Tunisie se voit reconnaître son autonomie interne pour que la presse tunisienne reprenne droit de cité.

14C’est ainsi que l’histoire de la presse maghrébine se caractérise par le fait que les premiers journaux à paraître sur son sol sont tous d’origine étrangère. Avec la colonisation, il s’agira surtout de presse francophone, dont la prépondérance s’affirmera même sur les journaux italiens ou espagnols. C’est une histoire aussi, qui est faite d’interdictions, de suspensions et par suite de réapparition des mêmes journaux sous des noms différents.

  • 13 L’hebdomadaire L’Action devait reparaître sous la forme de l’hebdomadaire Afrique Action en octobr (...)

15L’Indépendance devait modifier considérablement la situation, au moins en ce qui concerne la presse politiquement proche des nouveaux régimes. C’est ainsi qu’en Tunisie, (dont l’indépendance est proclamée le 20 mars 1956), l’agence nationale de presse T.A.P. (Tunis Afrique Presse) est créée, afin de détacher les journaux locaux de l’agence française. Seuls parmi les journaux français, La Presse et Le Petit Matin subistent. La Dépêche Tunisienne est suspendue en 1961. Le 9 février 1956, on supprime le cautionnement et l’autorisation préalable. Le Néo-Destour (pour la Tunisie) crée deux journaux : le 25 octobre 1955, al’amal (L’Action) en langue arabe, et le 25 avril 1955, L’Action en langue française. Les suspensions de journaux frappèrent toute presse un tant soit peu critique. L’Action (hebdomadaire) elle-même fut dissoute en septembre 195813, car elle reprochait au pouvoir son immixion dans des affaires judiciaires. A la suite du complot de 1963, toute presse prenant ses distances par rapport à la politique bourguibiste tels At Tali’a (L’Avant-Garde) et La Tribune du Progrès fut suspendue.

16En Algérie (indépendante, le 2 juillet 1962), l’algérianisation de la presse se fait en 1963 : les journaux français disparaissent ou sont nationalisés. Le F.L.N. lance Ach-Cha’b (Le Peuple) en langue arabe en 1962, et El Moudjahid (Le Combattant) en français et Al-Moudjahid (Le Combattant) en arabe. Oran Républicain tout en restant francophone change de nom et devient El Djoumhouria (La République) le 29 mars 1963, tandis que le 28 septembre 1963, la Dépêche de Constantine devient An-Nasr (La Victoire), bilingue. En février 1963, l’hebdomadaire Révolution Africaine est créé. En avril 1964, El Moudjahid (Le Combattant) francophone disparaît. Le F.L.N., le 23 juin 1964, le remplacera par Jeunesse, en langue française et Ach-Chabab (La Jeunesse) en langue arabe. L’Algérie ne connaît aucun code de la presse, (si ce n’est un statut du journalisme de 1968) mais l’article 19 de sa constitution du 10 septembre 1963 proclame la liberté de la presse. Les événements de juin 1965 (chute du régime de Ben Bella) provoquèrent la disparition de deux journaux Alger Républicain et Le Peuple. El Moudjahid (Le Combattant) de langue française paraissant sous forme de quotidien après les événements de juin, est censé résulter de la fusion entre Alger Républicain et Le Peuple. Il ne reste plus que des journaux pro-gouvernementaux.

17En ce qui concerne le Maroc, l’indépendance (le 3 mars 1956) provoqua une accélération du rapatriement des capitaux et un début de départ des résidents français, ce qui entraîna une diminution notoire des journaux français. Subsistèrent cependant jusqu’en 1971, les deux quotidiens du groupe Mas Le Petit Marocain et La Vigie Marocaine. Jusqu’au 15 novembre 1955 (date du retour du sultan marocain de son exil), les journaux marocains dignes de ce nom étaient presque inexistants. Mais une loi du 15 novembre 1955, supprimant le cautionnement et le contrôle de l’information par un service spécialisé provoqua l’essor des journaux nationaux.

  • 14 Pour de plus amples détails, voir notamment Ch. Souriau, op. cit.

18L’Indépendance a-t-elle pour autant accordé la liberté de la Presse ? Il suffit de considérer la liste des journaux : seul le Maroc connaît notamment durant la première décennie de son indépendance un nombre remarquable de journaux d’opposition14, bien que comportant une législation répressive: les statuts de la presse du 15 novembre 1958 rétablissent le système de l’autorisation préalable, et le décret du 28 mai 1960 reconnaît au Ministère de l’Intérieur la possibilité de suspendre tout journal portant atteinte « aux fondements institutionnels, politiques ou religieux du royaume » ainsi qu’à la personne ou à la famille du Roi. C’est ainsi que de nombreuses saisies de journaux eurent lieu, tandis que la presse Mas continua à jouir d’une immunité totale, malgré les protestations du Parlement et de la presse nationale. Mais on doit remarquer que le Maroc est le seul pays possédant encore des feuilles ouvertement pro-communistes jusqu’en 1965-1966. Tel Al-Kifah al Watani (Le Combat National) qui, prêtant régulièrement ses feuilles au Parti Communiste Marocain interdit depuis le 9 février 1960, était l’objet de nombreuses saisies. D’ailleurs, la presse marocaine surtout à partir des années 1965-1966, s’est vue poursuivie, quelle que soit son opinion politique. C’est ainsi que de nombreux journaux furent saisis à maintes reprises tels L’Opinion, Al Alam (L’Istiqlal) et Maroc Informations qui sera remplacé par Maghreb Informations (tendance du syndicat U.M.T.).

II. — LA SITUATION ACTUELLE DE LA PRESSE MAGHRÉBINE

19Nous nous proposons de l’approcher pays par pays, en essayant de rester au niveau le plus technique que possible (liste des journaux, organisation des agences de presse) avant d’essayer d’en tirer des conclusions plus globales et plus politiques.

20La connaissance exacte du tirage d’un journal maghrébin s’avère impossible. Et on ne peut non plus, déterminer le nombre des journaux invendus. Au niveau même du nombre d’exemplaires tirés, signalons que sur aucun journal ne figure une indication de tirage. Les chiffres qui pourraient être donnés par la direction du journal semblent être démesurément gonflés. Afin de mieux rendre compte de cette difficulté, nous allons proposer au cours de cet article plusieurs chiffres de tirage pour un même journal. Nous disposons à ce sujet de quatre sources :

  • les indications de A. Muddathir15 ;
  • les indications relevées dans les articles de la revue Maghreb qui concernent la presse en 196616 ;
  • les observations et informations recueillies sur place en 1970 et 1971 par un des co-auteurs de cet article17 ;
  • les chiffres donnés par Bruno Etienne, concernant la presse algérienne en langue française ou du moins bilingue18. Les chiffres les plus élevés proviennent du Ministère de l’Information, les autres sont de source officieuse.

21A lui seul, le décalage spectaculaire des différents chiffres donnés témoignera de la difficulté rencontrée.

Algérie

22Tous les journaux algériens sont pro-gouvernementaux et relèvent tous du secteur nationalisé. Les uns sont en langue française, les autres en langue arabe.

a) Les quotidiens

« EL MOUDJAHID » (Le Combattant)

23Langue française. Quotidien depuis juillet 1965. Publié à Alger.

24Tirage 30 000 (selon A. Muddathir) ;
70 000 dont 55 000 vendus (selon Maghreb) ;
90 000/150 000 dont 80 000/120 00 vendus (selon B. Etienne).

« ACH CHA’B » (Le Peuple)

25Langue arabe. Créé en décembre 1962. Publié à Alger.

26Tirage 10 à 30 000 (selon A. Muddathir) ;
6 000 dont 4 000 vendus (selon Maghreb) ;
10 000 dont environ 5 000 vendus (selon nos estimations).

« AN NASR » (La Victoire)

  • 19 « An Nasr » fut d’abord un Journal de langue française de 1963 à 1970; puis bilingue avant de deve (...)

27Langue arabe19. Créé en septembre 1963. Publié à Constantine.

28Tirage 10 000 (selon A. Muddathir) ;
25 000/30 000 dont 11 000/25 000 vendus (selon B. Etienne).

« EL DJOUMHOURIA » (La République)

29Langue française. Créé en mars 1963. Publié à Oran.

30Tirage 12 000 à 15 000 (selon A. Muddathir) ;
35 000 dont 28 000/30 000 vendus (selon B. Etienne).

b) Les hebdomadaires

« REVOLUTION AFRICAINE »

31Langue française. Créé en février 1963. Publié à Alger.

32Tirage 25 000 dont 10 000/12 000 vendus (selon Maghreb) ;
25 000 (selon A. Muddathir) ;
chiffre très exagéré (selon nous) ;
18 000/20 000 dont 12 000 vendus (selon B. Etienne).

« ECH-CHABAB » (La Jeunesse)

33Langue arabe. Créé en 1970. Publié à Alger.

34Tirage inconnu.

« EL MOUDJAHID » (Le Combattant)

35Langue arabe. Créé en 1957. Publié à Alger.

36Tirage 20 000 (selon Maghreb) ;
30 000 à 35 000 (selon nous).

« ALGERIE-ACTUALITES »

37Langue française. Créé en 1955. Publié à Alger.

38Tirage 45 000 dont 22 000 vendus (selon B. Etienne).

c) Les Bi-Mensuels

« REVOLUTION ET TRAVAIL »

39Langue française. Créé en mars 1963. Publié à Alger.

40Tirage 2 000 vendus (selon Maghreb) ;
2 000 (selon A. Muddathir) ;
5 000/8 000 dont 2 000 vendus (selon B. Etienne).

41Organe de l’U.G.T.A. (Union Générale des Travailleurs Algériens).

d) Les mensuels

« EL DJEICH » (l’Armée)

42Langue française. Créé en juillet 1963. Publié à Alger.

43Tirage 15 000 (selon A. Muddathir) ;
5 000(?) (selon nous).

« EL DJEICH »

44Langue arabe.
Tirage 10 000 (?) (selon nous).

45Tout en ayant la même couverture le contenu des deux versions d’El Djeich n’est que partiellement identique.

  • 20 Cf. ch. Soriau, 1974.

46Cette liste concerne les principaux journaux. Elle est loin d’être complète. Il existe en effet de très nombreuses revues, parfois même de parution irrégulière. Ces revues peuvent concerner les loisirs, les sports, comme Al-Hadaj (Le But)20, les problèmes économiques (comme Nouvelles Economiques). Depuis 1967, la presse algérienne tend à multiplier les journaux et à obtenir des tirages plus importants. Mais elle a à faire face, comme d’ailleurs les autres pays maghrébins, à une concurrence sérieuse : la presse française. Depuis 1962, aucun journal marocain n’est vendu en Algérie. Par contre, on peut y trouver quelques journaux tunisiens, tels L’Action et Al’Amal (l’Action). Signalons également la présence de journaux libanais, américains, anglais, italiens et allemands, ces journaux répondant essentiellement à l’afflux de touristes et d’hommes d’affaires. Il en est très différemment des journaux français pour lesquels il existe réellement une clientèle maghrébine. En 1961-1962 une dizaine de journaux français furent interdits en Algérie parmi lesquels l’Aurore, le Parisien Libéré et Humanité nouvelle. A titre comparatif nous pouvons établir le tableau suivant :

Presse française en Algérie

Presse française en Algérie

47Afin de contrebalancer l’enthousiasme que rencontrait France-Soir, le gouvernement algérien décida de lancer son pendant algérien Alger-ce-Soir. Ce journal atteignit rapidement un tirage de quelques 10 000 exemplaires, tirage d’autant plus considérable que ce journal n’était distribué qu’à Alger. Mais il fut abandonné assez rapidement.

48Afin de libérer l’information de son emprise coloniale, le G.P.R.A. fonda à Tunis, dès décembre 1961, une agence de presse algérienne : l’Algérie Presse Service (A.P.S.). Après le cessez le feu, elle s’installa à Alger et fut nationalisée le 1er août 1963. En 1964 cette agence obtint le monopole des informations étrangères diffusées en Algérie. Elle a recours, en ce qui concerne les événements internationaux, à l’U.P.I. (l’agence américaine United Press International), l’agence Tass (Moscou), l’A.F.P. (Paris), Reuter (Londres). La distribution des informations par l’intermédiaire de ces quelques agences détenant un véritable monopole de fait au niveau international, a pour résultat non seulement pour les pays maghrébins mais au niveau mondial, un véritable filtrage de l’information contre lequel les agences de presse des pays du Tiers Monde ne peuvent lutter que modestement à cause de leurs moyens financiers restreints.

Tunisie

49La Tunisie connaît théoriquement une presse pro-gouvernementale et une presse dite indépendante. En fait, la distinction est fort subtile …

a) Les quotidiens

« AL’AMAL » (l’Action)

50Journal du Parti Socialiste Destourien (P.S.D.).

51Langue arabe. Créé en 1955. Publié à Tunis.

52Tirage 20 000 (selon A. Muddathir) ;
10 000 (selon nos propres estimations).

« L’ACTION »

53Journal du P.S.D.

54Langue française. Créé en septembre 1962. Publié à Tunis.

55Tirage 15 000 (selon A. Muddathir) ;
(chiffre vraisemblable selon nous).

« LA PRESSE »

56Journal « Indépendant ».

57Langue française. Nationalisé depuis 1968. Publié à Tunis.

  • 21 Il est vrai que durant les dernières années, notamment après l’éviction en 1967 de la direction de (...)

58Tirage 35 000 (selon A. Muddathir) ;
12 000 (selon nous)21.

« AS SABAH » (Le Matin)

59Journal « Indépendant ».

60Langue arabe. Créé en février 1951. Publié à Tunis.

61Tirage 23 000 (selon A. Muddathir) ;
(Probablement plus selon nous).

b) Les bi-mensuels

« ACH CHA’B » (Le Peuple)

62Langue arabe. Publié à Tunis.

63Tirage 3 000 (selon A. Muddathir).

64Organe de l’U.G.T.T. (Union Générale des Travailleurs Tunisiens).

« AL QANAL » (Le Canal)

65Bilingue. Publié à Bizerte.

66Tirage inconnu.

  • 22 Cf. ch. Soriau, 1974.

67D’autres journaux sont spécialisés, comme l’hebdomadaire Le Sport, Adoua-l-madina (les lumières de la ville), concernant les variétés et les informations culturelles. Mais si les journaux ne sont pas aussi prolifiques qu’en Algérie, il convient de mentionner l’existence de nombreuses revues, mensuelles ou irrégulières, toutes en langue arabe22.

68Quant à la presse étrangère, le tourisme tunisien exige lui aussi l’importation d’une presse italienne, anglaise, américaine, belge, allemande, helvétique, etc. Mais c’est toujours la presse française qui bat les records.

Presse française en Tunisie

Presse française en Tunisie

69En ce qui concerne l’Agence de presse tunisienne, la T.A.P. (Tunisie Afrique Presse), elle fut créée au lendemain de l’indépendance. Mais elle n’est pas nationalisée : l’Etat est simplement actionnaire, ce qui lui permet de contrôler toutes les informations. A la différence de l’Algérie, la T.A.P. n’a pas le monopole de la distribution des informations. Les agences étrangères (U.P.I., Tass, A.F.P., Reuter principalement), peuvent vendre directement aux journaux leurs dépêches.

Maroc

  • 23 Si l’on ne tient pas compte de l’hebdomadaire « Al Ittihad el Watani », proche de la tendance de C (...)

70Le Maroc est le seul pays maghrébin qui tolère des partis d’opposition : l’Istiqlal et l’U.N.F.P. Alors que l’Istiqlal s’exprime par une presse qui lui est propre, l’U.N.F.P., depuis l’interdiction de « Libération » et de « Al-Muharrir » (Le Libérateur), le 17 novembre 1964, ne dispose plus ni d’hebdomadaire23, ni de quotidien qui diffuseraient son opinion politique.

71Les journaux marocains étant principalement des quotidiens, nous ferons ici une distinction selon leurs tendances politiques.

a) Journaux gouvernementaux

« AL ANBA’A » (Les informations)

72Quotidien de langue arabe. Créé en 1964. Publié à Rabat.

73Tirage 8 000 (selon A. Muddathir) ;
5 000 (selon Maghreb) ;
5 000 (selon nous).

« LE MATIN »

74Quotidien de langue française. Anciennement « Le Petit Marocain » du groupe Mas. Créé en 1971.

75Tirage 50 000 pour « Le Petit Marocain » (selon A. Muddathir) ;

7645 000 pour « Le Petit Marocain » (selon Maghreb) ;
35 000/38 000 pour «Le Petit Marocain» (selon nous).

« MAROC-SOIR »

77Quotidien de langue française. Anciennement « La Vigie Marocaine » du groupe Mas. Créé en 1971.

78Tirage 50 000 pour « La Vigie Marocaine » (selon A. Muddathir) ;
30 000 pour « La Vigie Marocaine » (selon Maghreb) ;
15 000 pour « La Vigie Marocaine » (selon nous).

79Le tirage de ces deux journaux a probablement un peu baissé depuis fin 1971.

b) Journaux de l’Istiqlal

« AL’ALAM » (Le Drapeau)

80Organe du Parti de l’Istiqlal.

81Quotidien de langue arabe. Créé en 1947. Publié à Rabat.

82Tirage 30 000 (selon A. Muddathir) ;
10 000 (selon Maghreb) ;
28 000/30 000 (selon nous).

« L’OPINION »

83Quotidien de langue française. Créé en mars 1965. Publié à Rabat.

84Tirage 30 000 (selon A. Muddathir) ;
10 000 (selon Maghreb) ;
20 000/25 000 (selon nous).

c) Journal de tendance U.M.T. (Union Marocaine du Travail)

« MAGHREB INFORMATIONS »

85Quotidien de langue française. Créé en 1971. Publié à Casablanca.

86Tirage 8 000 (selon Maghreb) ;
15 000 (selon nous).

d) Journal de tendance U.N.F.P.

« AL ITTIHAD EL WATANI » (L’Unité nationale)

87Hebdomadaire de langue arabe.

88Tendance U.N.F.P. (branche de Casablanca) depuis le 26 avril 1973.

89Publié à Casablanca.

90Tirage 5 000 (selon A. Muddathir) ;
8 000(?) (selon nous).

  • 24 Cf. ch. Soriau, 1974.

91A cette liste, il faut ajouter les bi-hebdomadaires et autres journaux paraissant à des rythmes irréguliers comme Al Bayan (version française et arabe), Ach Cha’b (Le Peuple), Al Fellah (Le Paysan), Al Kura (Le Ballon) et Al Kawalis (Les Coulisses), dernière trace d’une presse satyrique, tous ces journaux étant arabophones24. Dans le domaine économique, il existe deux journaux en langue française : le mensuel La vie industrielle et agricole de Casablanca et La vie économique, hebdomadaire de Casablanca.

92Les revues marocaines sont, pour la plupart, mensuelles.

93Le Maroc importe une presse française, allemande, anglaise, italienne, suisse, américaine, pour répondre aux besoins des colonies étrangères et des touristes. Par contre, la demande de journaux français ne concerne pas que les lecteurs marocains vu la forte proportion de français qui résident toujours au Maroc.

Presse française au Maroc

Presse française au Maroc

94La M.A.P. (Maghreb Arabe Presse) fut fondée le 31 mai 1959. L’indépendance de cette agence de presse est toute théorique. En fait, la M.A.P. adopte une attitude nettement en faveur du régime en place. Cela est d’autant plus important qu’elle a le monopole de la distribution des informations données par les agences mondiales. Sa situation en ce sens est la même que celle de l’agence algérienne.

III. — CONCLUSION

95L’importance des journaux francophones, surtout en Algérie témoigne des difficultés rencontrées par la politique d’arabisation des pays maghrébins. Elle met en évidence tout l’impact qu’a pu avoir la colonisation. La notion de « Presse importée », produit fini, n’est pas encore tellement éloignée de la réalité quotidienne et cela qu’il s’agisse de l’Algérie, de la Tunisie ou du Maroc, puisque nous avons observé que de nombreux journaux français représentent réellement une concurrence non négligeable. A titre de comparaison, les tableaux suivants ne concernant que les quotidiens, mettent en place une sorte de choix hiérarchique vis-à-vis des journaux français et nationaux. En ce qui concerne la presse algérienne nous utiliserons les chiffres moyens selon B. Etienne (1971) ; pour la Tunisie et le Maroc, nos chiffres concernent la période 1970-1971. Par contre les chiffres des tirages français proviennent des études de 1966 de la revue Maghreb. Pour le Maroc, les chiffres ont été corrigés du surplus des 30 % attribués au tourisme, les données ayant été collectionnées au mois d’août. Si les tirages se sont quelque peu modifiés depuis, nous pensons qu’ils ont tout de même une valeur indicative et que cette hiérarchie dans le choix des journaux reflète encore assez bien la réalité actuelle.

Algérie

Tunisie

Maroc

  • 25 Voir les résultats quantitatifs de Ruf (Werner) : Inhaltsanalyse…, op. cit.

96Ces tableaux reflètent assez bien un phénomène commun à tous les pays maghrébins : les journaux français attirent. Ils attirent d’abord ceux qui savent lire le français, et peut-être est-ce pour cette raison que les journaux français en Algérie sont plus nombreux qu’au Maroc ou en Tunisie. La seconde constatation, c’est que les journaux français attrayants sont des journaux de « faits divers » : France-soir est en tête dans les trois pays. Dans ce cas, il est très net d’observer que ce qui interesse les maghrébins, c’est l’attrait du « scandale », de la « petite histoire » qu’on trouve moins dans les journaux nationaux. Par contre la presse Mas, au Maroc faisait une très large place à ce genre d’informations25.

97Ce qu’il faut constater, c’est le faible tirage des journaux maghrébins. C’est qu’en effet, si les pays maghrébins possèdent un matériel d’imprimerie moderne importé, ils souffrent d’un manque de journalistes évident. En outre, la presse ne peut s’adresser à une population entière, les réseaux de distribution étant déficients. Le journal, en définitive, s’adresse à une élite et en tout premier lieu, à ceux qui savent lire, ce qui constitue un privilège dans la société maghrébine. De plus, le journal s’adresse surtout aux citadins et ne touche guère la campagne. Dans certains cas, il s’adresse particulièrement aux militants, aux cadres du Parti (ainsi en est-il de Al ‘Amal et l’Action pour la Tunisie), ou aux cadres des grandes villes (Révolution et Travail en Algérie).

98Quant à la presse d’opposition, il va sans dire qu’elle ne saurait dépasser certaines limites bien précises. « Al ‘Alam », organe de l’Istiqlal, développe des thèmes qui laissent à réfléchir sur sa position d’opposant : il est monarchiste, anti-communiste, partisan de l’égalitarisme. La presse tunisienne dite indépendante est en fait dans le droit fil du bourguibisme. En réalité, cette distinction presse gouvernementale, indépendante ou d’opposition, correspond bien plus à la structure économique du pays qu’à la notion de presse libre. Si l’Algérie ne connaît aucune contestation politique officielle, c’est que l’Etat détient tous les moyens d’information (qu’il s’agisse de l’agence de presse ou des imprimeries, tout est entreprise publique), tandis que la presse marocaine obéit encore à une structure capitaliste, où l’entreprise privée reste la règle, cette structure se retrouvant d’ailleurs à tous les niveaux de l’économie. Quant à la presse tunisienne, elle vit de subventions d’Etal. Mais une chose est certaine, aucun gouvernement maghrébin ne tolère une contestation qui relèverait d’une dissidence idéologique. La « presse d’opposition » qui subsiste non sans peine au Maroc — et ceci pour des raisons historiques et économiques précises — n’échappe pas à cette règle.

99Ceci était donc un bref tableau de la presse maghrébine dans son état actuel. Nous sommes conscients des lacunes qu’il comporte, résultant du manque d’informations disponibles. On peut cependant émettre l’hypothèse que la consommation en matière de mass média et notamment de la presse écrite est en expansion constante vus les efforts d’alphabétisation et d’instruction déployés surtout en Tunisie et en Algérie.

  • 26 D’après B. Etienne, op. cit.
  • 27 Ainsi nous avons pu observer qu’au moins en Tunisie malgré les tabous de respect qui séparent le m (...)
  • 28 Voir notre étude : Ruf (Werner K.) : l’influence des mass média…, op. cit.

100La question encore bien plus épineuse qui jusqu’à présent n’a été qu’effleurée serait d’évaluer l’impact des mass média sur l’évolution des sociétés maghrébines. Certes, l’alphabétisme (parfois aussi le coût) freine sensiblement l’expansion de la presse écrite. Cependant il paraît certain qu’un même journal est lu en moyenne par au moins trois personnes26. Achat et consommation ne sont guère identiques. Dans le bled il est fréquent qu’un journal soit lu dans le café à haute voix pour ceux qui ne savent pas lire27. Il serait pourtant faux de vouloir établir un lien direct entre consommation et effet des média : la recherche en ce domaine a bien démontré que ne produisent des effets que les informations qui touchent directement les intérêts des consommateurs. De plus, il subsiste au Maghreb des traditions et des réseaux d’information orale qui ont une importance considérable. Ainsi avons-nous pu constater dans le cadre de recherches empiriques comparatives, dans les trois pays en question, que des informations qui touchaient directement la condition sociale ou économique de la population rurale étaient très exactement perçues et éveillaient un grand intérêt. Il en est de même pour les informations politiques qui véhiculent un chargement affectif important, comme par exemple le problème palestinien. De même les paysans semblaient suivre — presque exclusivement à l’aide de la radio — les développements économiques, sociaux et politiques des pays maghrébins voisins28. Il serait faux de vouloir établir un lien direct entre l’infrastructure en matière d’information et l’efficacité (ou le degré de manipulabilité) qu’elle engendre.

  • 29 Ibid. Ainsi nous avons trouvé lors de notre enquête empirique dans les trois villages algérien, ma (...)

101La question de savoir si les mass média ont un impact semble donc dépendre beaucoup plus de ce qu’on appelle « l’émetteur » et de l’intérêt qu’éveille une certaine information chez le « consommateur ». Et ceci dépend essentiellement de la situation sociale, économique, politique, culturelle concrète dans laquelle se trouve « le consommateur » ou plus exactement un groupe, une couche ou une classe sociale. Dans ces cas, les média peuvent avoir un effet mobilisateur et contribuer à une prise de conscience de la population soit parce que cette prise de conscience va dans le sens de leur message, soit parce que la fonction aliénante d’une presse qui est uniquement au service du pouvoir est perçue assez correctement par certaines parties de la population29. La puissance politique des mass média doit donc être comprise davantage comme puissance latente plutôt que comme une puissance unilatérale et directe.

Notes

1 Nous ne tenons pas compte ici de la presse italienne en Tunisie et de la presse espagnole au Nord du Maroc, les deux étant aujourd’hui marginales.

2 Voir pour ceci l’analyse de contenu comparative de la presse écrite maghrébine de juillet à décembre 1970, in : Ruf (Werner K). — Inhaltsanalyse — Eine Methodediskussion am Beispiel der Perzeption des Nahostkonflikts seitens der nordafrikanischen Regierungen und Parteien ; Politische Vierteljahresschrift, vol. XIII, 1972, n° spécial 4, p. 255-281.

3 Ruf (Werner K.), Inhaltsanalyse, op. cit.

4 Voir notamment Lerner (Daniel), The passing of Traditional Society : Modernizing the Middle East, New York, Free Press, 1958. Sont à noter parmi les représentants de cette tendance des chercheurs comme Gabriel Almond, James Coleman, Lucian Pye, Wilbur Schramm, Sidney Verba, etc. Une critique relative du concept de Lerner se trouve chez Rogerbs (Everett M.). Modernization among Peasants, New York, Holt, Rinehart and Winston, 1969. Cette critique reste cependant à l’intérieur du raisonnement technocratique et développementaliste et ne se propose que d’« améliorer » les hypothèses et la méthodologie de Lerner.

5 Par « développementalistes » nous entendons toutes les approches sociologiques, notamment de provenance anglo-saxonne, qui supposent que la transplantation du modèle de développement occidental (c’est-à-dire, essentiellement l’exportation du mode de production capitaliste) sera la garantie du développement des pays du Tiers Monde et conduira ceux-ci à rattraper leur « retard » par rapport aux sociétés dites développées; de telles approches ont notamment été présentées par les auteurs cités ci-dessus.

6 Pour une brève discussion de la littérature à ce sujet voir notre étude : « Relations internationales et dépendance structurelle ». Introduction à « Indépendance et Interdépendances au Maghreb », Collection C.R.E.S.M., Paris, C.N.R.S., 1974. Un bilan assez représentatif de cette discussion se trouve aussi chez Abdel Malek (Anouar) (ed.) : Sociologie de l’impérialisme, Paris, Anthropos, 1971.

7 Pour un essai dans ce sens, voir : Ruf (Werner K.), L’influence des mass-média sur le changement social au Maghreb. Papier présenté au colloque de Sénanque « Villes et villages en Méditerranée » de l’U.E.R. Méditerranée de l’Université de Provence, mai 1973, sous presse dans les actes du colloque, Paris, C.N.R.S.

8 Souriau (Christiane), La presse maghrébine, Paris, 1969.

9 Muddathir (Ahmed), Die arabische Presse in den Maghreb-Staaten, Hamburg, 1966.

10 Nous avons pu consulter avant sa publication, un article de Ch. Souriau : « La presse maghrébine : situation actuelle et développement in : Rev. Alg. des Sc. jur., éco., et pol., vol. XI, N° 2, juin 1974, pages 379-409 ; cité par la suite : Souriau, 1974.

11 Cet historique, basé sur le livre de Ch. Souriau « La Presse Maghrébine » présente cependant quelques doutes au sujet de certaines informations : cette remarque provenant elle-même des observations de Ch. Souriau.

12 Pour la presse tunisienne durant la période du protectorat une documentation précieuse vient d’être publiée : Dabbab (Mohamed) : Index des Revues et Journaux Tunisiens de Langue Française de 1907 à l’Indépendance (1956) ; Université de Tunis, Cahiers du CERES, Série Documentation et Bibliographie, n° 1, Tunis, 1973

13 L’hebdomadaire L’Action devait reparaître sous la forme de l’hebdomadaire Afrique Action en octobre 1960. En novembre 1961, il prit le nom de Jeune Afrique et en 1962, il émigra en Europe.

14 Pour de plus amples détails, voir notamment Ch. Souriau, op. cit.

15 Muddathir (Ahmed), op. cit.

16 « La Presse en Algérie », Maghreb, n° 14, année 1966. « La Presse en Tunisie », Maghreb, n° 15, année 1966. « La Presse au Maroc », Maghreb, n° 17, année 1966.

17 Ruf (Werner K.). — Inhaltsanalyse, op. cit. pour les chiffres de tirage, notamment p. 265-266. Ces chiffres ont partiellement été corrigés pour cet article, étant donné que l’article précité se réfère à l’état de la presse maghrébine en 1970.

18 Etienne (Bruno). — « Vocabulaire politique de légitimité en Algérie », Annuaire de l’Afrique du Nord, 1971, p. 83.

19 « An Nasr » fut d’abord un Journal de langue française de 1963 à 1970; puis bilingue avant de devenir arabophone en 1972. Depuis que ce journal est exclusivement arabophone, sa vente a du baisser légèrement.

20 Cf. ch. Soriau, 1974.

21 Il est vrai que durant les dernières années, notamment après l’éviction en 1967 de la direction de ce journal de Henri Smajda, impliqué dans une affaire de trafic de devises, sa vente semble avoir beaucoup baissé.

22 Cf. ch. Soriau, 1974.

23 Si l’on ne tient pas compte de l’hebdomadaire « Al Ittihad el Watani », proche de la tendance de Casablanca de l’U.N.F.P. qui paraît depuis avril 1973.

24 Cf. ch. Soriau, 1974.

25 Voir les résultats quantitatifs de Ruf (Werner) : Inhaltsanalyse…, op. cit.

26 D’après B. Etienne, op. cit.

27 Ainsi nous avons pu observer qu’au moins en Tunisie malgré les tabous de respect qui séparent le monde des hommes adultes et celui des adolescents il arrive que les fils lisent le journal à leurs pères analphabètes.

28 Voir notre étude : Ruf (Werner K.) : l’influence des mass média…, op. cit.

29 Ibid. Ainsi nous avons trouvé lors de notre enquête empirique dans les trois villages algérien, marocain et tunisien, un certain nombre de fellahs, pour la plupart illettrés, qui écoutaient la B.B.C. « pour avoir des informations objectives ».

Notes de fin

* Faculté de Droit, CRESM, Aix-en-Provence.

Table des illustrations

Titre Presse française en Algérie
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/134/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Presse française en Tunisie
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/134/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
Titre Presse française au Maroc
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/134/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/134/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/134/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/134/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 141k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable