Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le décor sur bois dans l’architecture de Fès

 | 
Catherine Cambazard-Amahan

II. Étude des pièces almoravides ou conditions nouvelles de l’art fasi

Les bronzes almoravides à Fès

Texte intégral

1Nous estimons devoir joindre à ce qui précède, l’étude de deux fragments de portes en bois de cèdre, doublés de bronze, provenant de la mosquée al-Qarawiyyīn et attribués au xiie siècle.

2Nous ne prétendons pas traiter le bronze qui déborde le cadre de cette étude, mais simplement présenter quelques échantillons comme références qui serviront à resituer les bois dans le contexte historique.

3Le décor de ces placages fournit de nombreux éléments de comparaison et permet de compléter le répertoire décoratif almoravide dans le domaine floral et épigraphique en particulier.

4Par ailleurs, leur comparaison avec les bois étudiés va nous confirmer le style almoravide de ces derniers.

Bāb sbitrīyn (Pl. XVI-XIX)

  • 1 Bāb. Dépourvue de numéro d’inventaire. Elle mesure : 3,767 m x 2,395 m x 0,106 m.
  • 2 La mosquée des morts. Sur cette annexe funéraire, voir H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 21- 22, et B. M (...)
  • 3 Selon une enquête menée pour nous-mêmes auprès des ouvriers de l’Inspection des Monuments Historiq (...)
  • 4 Dfūf
  • 5 Al-Ğaznā‘ī, Zahrat, trad. p. 128.

5Cette ancienne porte1 recouverte de bronze, provient de la mosquée al-Qarawiyyīn. Elle donnait sur une annexe funéraire, le Ğāmi‘ al-Ğanā’iz2. Elle fut transférée au musée du Batha en 19543. Elle possède deux vantaux4. Le placage de bronze qui les revêt fut réalisé lors de l’agrandissement almoravide de la mosquée, comme les historiens l’ont mentionné5.

  • 6 Msāmer.
  • 7 De 27 mm.

6Chaque vantail se subdivise en neuf registres transversaux que séparent des alignements de clous6 godronnés. Les uns, à tête conique en fort relief7, forment l’encadrement longitudinal de chacun des registres (Pl. XVI.A), les autres à tête méplate hémisphérique, en délimitent un côté latéral.

  • 8 Rainure à section triangulaire, cf. P. Ricard, Pour comprendre l’art musulman, p. 136 fig. 218 et (...)
  • 9 Ḫurṣa.
  • 10 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 93.

7Les plaques de bronze, dont l’adhésion au bâti, est assurée à leur jonction, par des baguettes moulurées en grain d’orge8, soulignent une composition géométrique d’étoiles polygonales dérivées du carré étoilé, qui alternent avec des étoiles à six pointes encadrées par des hexagones réguliers. Des triangles rectangles, et divers polygones dont la nudité met en valeur, par contraste, les parties ornementées, leur sont associés. Le placage est fort endommagé ; quelques arrachements privent cette porte de certaines plaques de bronze, d’un marteau9 et surtout des lignes d’écriture apparaissant à la jonction des vantaux10. De plus, le décor floral qui anime la surface des revêtements, est parfois indistinct, tant il a été affecté par l’usure.

8Entre les montants des vantaux et les registres, s’insèrent des plaques lisses et décorées alternées. Les unes mettent en œuvre des compositions d’inspiration architecturale qui utilisent l’arcature trilobée enveloppant un décor floral. Elles constituent, de même, l’encadrement inférieur de la porte.

9Chaque registre reçoit une composition géométrique symétrique sur un axe horizontal et sur un axe vertical dont le point de rencontre est le centre de l’étoile à six pointes, marqué par un clou à tête hémisphérique ciselée de palmes lisses affrontées, disposées en croix.

Planche XVI : Bāb Sbitrīyn, A. vantaux n° 85.4.1.

10L’étoile à six pointes (fig. 8-A) est ouvragée de compositions florales dont l’axe concorde avec la bissectrice de l’angle formé par la pointe (Pl. XVI.B). Le bas de l’axe est occupé par un médaillon pointu à l’intérieur duquel est enclose une palme simple symétrique à cinq lobes (fig. 13-a). Les larges involutions des rameaux latéraux qui décrivent, au milieu de l’axe, des spires, font place, en haut de la composition, à de petites involutions de diamètre décroissant. Sur ces tiges ponctuées de disques, s’adaptent des palmes simples asymétriques dont la base est formée de deux lobes pointus (fig. 13-b). On y rencontre également des palmes doubles.

11L’étoile dérivée du carré étoilé est ornée d’un médaillon à bordures concentriques de perles et de fleurons. Les compositions axées, disposées en croix, mettent en œuvre des palmes simples asymétriques aux digitations en V emboîtés. Les digitations inférieures forment deux longues lanières à enroulement concave. Ces palmes sont orientées vers le centre de l’étoile pointé d’un clou (Pl. XVII et fig. 13-C).

12L’ornementation fait également appel à des palmes simples asymétriques auxquelles deux lobes circulaires servent de base (fig. 13-d).

Planche XVI : Bāb Sbitrīyn, B. étoile à six pointes.

13Les triangles rectangles reliant les carrés étoilés à l’encadrement du registre, sont meublés d’une composition florale symétrique par rapport à un axe reliant le milieu de la base du triangle à la pointe. Les axes secondaires s’éploient en larges spires s’achevant par une palme double aux lobes inégaux. Des palmes à digitation axillaire et au petit lobe inférieur enroulé, garnissent l’inflexion des spires tout en dessinant une composition affrontée.

14Cette porte conserve un seul heurtoir (Pl. XVIII) au support conique, mouluré en tores et en cavets, hémergeant d’un rebord plat. Un rinceau en anime la surface. Il porte des palmes simples asymétriques d’un type archaïque ; la base en est marquée par deux disques ou deux pastilles perforées ; l’extrémité du limbe, très souple, est retournée en crochet (Pl. XVIII.B). Le heurtoir lui-même revêt la forme d’un disque, repercé en son centre, d’un médaillon circulaire à six lobes que prolongent des fleurons en fers de lance (Pl. XVIII.A). Le brin d’entrelacs agrémenté de perles, qui en ourle les lobes, compose, sur la surface du disque, quatre médaillons circulaires séparant des lignes d’écriture cursive et des ornements floraux. Un tore torsadé circonscrit l’ensemble.

15L’inscription dédicatoire en caractères cursifs donne :

  • 11 Voir l’annexe.

Bismi Allāh al-Raḥmān al-Raḥīmi”
“mā ṣuni‘a li al-masğīd al-ğāmi‘
“bi madīnati Fās ḥarisahā Allāh
“Au nom d’Allah, le Clément, le Miséricordieux”
“Ce qui a été fabriqué pour la Mosquée-Cathédrale”
“à Fès, qu’Allah la protège”11

Planche XVII : Bāb Sbitrīyn, étoile à huit pointes.

16Le heurtoir s’articule au support par un manche mouluré en tores et en cavets et dont la partie inférieure est rehaussée de fines ciselures florales.

17L’encadrement de chaque vantail est constitué de plaques rectangulaires ouvragées. Les unes offrent un décor végétal au sein d’une arcature trilobée (Pl. XIX.A), les autres, un décor épigraphique en caractères coufiques (Pl. XIX.B). La composition florale des arcatures est symétrique : deux palmes doubles affrontées, à lobe axillaire réduit, s’inscrivent au bas de la composition. Le petit lobe inférieur est enroulé (fig. 13-e). Deux tiges s’entrelaçant avec celles des palmes affrontées, dessinent deux rinceaux auquels s’accrochent des palmes doubles à lobe axillaire, de même facture que celles évoquées ci-desus. Le rinceau déborde du cadre de l’arcature.

  • 12 Le rapport est de 3 à 60 mm entre la largeur et la hauteur des alīf.
  • 13 Dans un septième du champ épigraphique.

18La composition épigraphique des plaques rectangulaires est intéressante à bien des égards (fig. 9) : cette écriture anguleuse met en œuvre des caractères aux hampes très élancées12 — meublant le haut du champ épigraphique — qu’achèvent des biseaux incurvés. Les caractères, de même très rapprochés, ne s’allongent guère au dessous de la ligne de base, elle-même étant placée assez bas13. L’horizontalité de celle-ci et la verticalité des hampes confèrent à l’ensemble, un certain rythme. Trois rinceaux sur lesquels prennent appui des palmes asymétriques au calice fait de deux disques, s’intercalent entre les hampes jumelées (fig. 13-f et g). L’inscription livre une formule votive :

  • 14 Voir l’annexe.

Al-gibṭatu al-muttaṣilatu”
“Le bonheur permanent”14.

Planche XVIII : Bāb Sbitrīyn, A. marteau.

Planche XVIII : Bāb Sbitrīyn, B. support.

  • 15 D’où les différentes appellations de “coufique ou naskhī à rinceau ondulé”, “coufique feuillu et f (...)

19Cette composition est conçue pour remédier au déséquilibre existant, dans tout bandeau épigraphique, entre la ligne de base surchargée par rapport à la zone supérieure. Les ornemanistes du xie siècle, en Orient comme en Occident musulman, avaient travaillé au remplage des surfaces à l’aide d’éléments décoratifs divers15.

20Les artifices déployés à cette intention sont de trois sortes : ceux qui sont empruntés à l’écriture, ceux qui en sont issus, enfin ceux qui relèvent de la flore.

21Les premiers se composent de hampes postiches reliées aux caractères — celle rejoignant le biseau du ou indépendantes — celle suspendue au-dessus du ṣād.

22Adossées aux hampes du et du second lām dans le mot al-muttaṣilatu, elles répondent à un souci de symétrie et d’équilibre, auquel concourt également l’emploi d’une ligne horizontale partageant le champ épigraphique en deux zones superposées égales. Cet élément décoratif engendré par le lām du mot al- ġibfaṭu sert de contre-poids à la ligne de base. Il forme également un brin d’entrelacs géométrique passant au-dessus et au-dessous des hampes qu’il rencontre, se prolongeant en épure végétale à laquelle aboutit la hampe du ta final du mot : al-muttaṣilatu.

23Parmi les éléments décoratifs empruntés à la flore, il convient de distinguer d’une part, les motifs isolés semés dans les vides du champ épigraphique, d’autre part, les rinceaux auxquels s’adaptent des feuilles. Les premiers comptent deux palmes précédant la formule, disposées symétriquement selon un axe suggéré (fig. 13-h) — la ligne horizontale médiane du champ épigraphique — dans la zone supérieure, et une palme asymétrique au calice fait de deux disques, déployant son limbe au-dessous de la ligne d’écriture sous le al du mot “al-muttaṣilatu.

24L’emploi de trois rinceaux identiques rythmant la zone supérieure sur un même plan que celui de l’écriture, n’est pas non plus accidentel : il contribue à l’unité de l’ensemble. S’y adaptent des palmes au limbe souple et à la pointe tordue en crochet. Leur calice aux deux disques repercés a valeur de point diacritique au-dessus des ta (fig. 13-g). Un fleuron situé sous le , remplit le même office.

25Un autre procédé consiste à prolonger la tête du mīm par un fleuron prenant appui sur un rinceau.

26Cet ouvrage en bronze reproduit certains motifs déjà révélés par les bois almoravides. Le décor almoravide fait appel à l’étoile à huit pointes (Pl. XVII) et à l’arcature lobée (fig. 8-C) qui ornaient le premier bois almoravide (Pl. VI.B et IV). Dans le décor floral, les clous qui fixent les plaques de revêtement sur les vantaux en bois de cèdre, sont une réplique des sculptures florales sur bois à la même époque : les clous à tête lisse et lobée qui animent les plaques non ornementées (Pl. XVI. A), sont à rapprocher des rosaces à quatre pétales qui ponctuent l’axe longitudinal médian d’un corbelet (Pl. X).

27Les clous godronnés à huit lobes qui encadrent chaque registre (Pl. XVI.A) rappellent les nodosités à huit nervures (Pl. X et XI). La palme simple symétrique aux digitations en forme de V et dont la base est traitée avec deux lobes plus larges (fig. 13-C), n’était pas non plus ignorée de la sculpture almoravide sur bois. Elle y est, toutefois, traitée différemment (fig. 65).

28A ces éléments, il convient de joindre des nouveautés en matière de technique, de composition et de motifs décoratifs. A la sculpture sur plusieurs plans adaptée à la taille du bois, font place la ciselure et le moulage s’appliquant au bronze, que complète le cloutage. Des étoiles à six pointes associées à des hexagones réguliers et à divers polygones, interviennent dans la composition des registres transversaux. L’épigraphie est représentée par le coufique et le cursif dont on note l’apparition.

Planche XIX : Bāb Sbitrīyn, A. arcature trilobée.

Planche XIX : Bāb Sbitrīyn, B. inscription coufique.

  • 16 Dans le décor peint d’un plafond du xie siècle de la Grande Mosquée de Kairouan, cf. B. Pavόn Mald (...)
  • 17 Sur une stèle en marbre blanc d’Almerίa, datée de 527H (1132 J.-C), cf. E. Lévi Provençal, Inscrip (...)
  • 18 A l’oratoire d’al-Ḥakam et à l’Aljaferίa, cf. H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XV, XXII, XX (...)
  • 19 G. Marçais, Architecture, p. 115 fig. 74-12 et p. 148 fig. 91.

29Le répertoire décoratif trahit diverses influences tant orientales qu’occidentales : l’étoile à six pointes dont le prolongement détermine des hexagones, se rencontre aussi bien dans l’art du Califat de Cordoue que dans l’art fatimide16. Elle reçoit une palme symétrique à base très large, que forment deux lobes épais et étalés aux pointes horizontales (fig. 13-a). Cet élément floral dont les cinq lobes évoquent le cinq-feuilles n’est pas sans rappeler un type végétal du répertoire de l’Espagne musulmane, attesté non seulement dans l’art funéraire (fig. 162)17 mais encore dans le décor architectural18. Cependant, une différence s’accuse soit dans le traitement interne des lobes, soit dans le traitement de la base, dont les pointes se redressent vers le haut. La palme simple asymétrique dont la base est constituée par deux lobes pointus (fig. 8-A et 13-b), offre quelques ressemblances avec un motif floral sculpté dans le bois datant du Califat de Cordoue, ou dans le marbre d’époque fatimide19. Toutefois, le développement pris par le calice, dans un cas, l’enroulement de la palme, dans l’autre, traduisent des dissemblances.

  • 20 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 205 fig. 33.

30La palme simple symétrique qui orne l’étoile à huit pointes et des hexagones (fig. 13-C et 8-B) — variante de celle décrite ci-dessus et procédant elle aussi du cinq lobes — semble inspirée de la flore de l’Aljafería de Saragosse (fig. 16-A)20.

  • 21 B. Pavόn Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoraciόn floral, tabla X, 76, p. 72 et 76 ; tabl (...)
  • 22 Sur une stèle datée de 534H (1139 J.-C), cf. G. Marçais, Architecture, p. 111 fig. 70-6.

31La palme simple asymétrique à laquelle deux lobes circulaires repercés servent de base (Pl. XVIII.B, fig. 9 et 13 f-g-h) rappelle des formes attestées à Ḫirbat-al-Mafdğar, résidence umayyade en Jordanie au viiie siècle, dans le décor du Califat espagnol21, et dans l’art fatimide d’Ifrīqiyā22.

  • 23 H. Terrasse, Andalous, Pl. LXXIII, LXXXI, LXXXV, LXXXVI.
  • 24 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XX ; G. Marçais, Architecture, p. 164 fig. 99 et p. 169 fi (...)

32L’arcature trilobée connue du premier art fasi23 se rencontre également dans le décor de mosaïque du mḥrāb de la Grande Mosquée de Cordoue, peint sur enduit à Madīnat al-Zahra’, sculpté dans le marbre des cuves à ablution umayyades d’Andalousie ou encore dans l’ivoire24.

  • 25 Sculpté sur pierre au Palais de Mšatta (Transjordanie, sur stuc sur un plafond du château umayyade (...)
  • 26 Il orne les stucs de Samarra (Iraq), cf. B. Pavόn Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoraciό (...)
  • 27 A la Grande Mosquée de Kairouan, cf. G. Marçais, Architecture, p. 20 fig. 8.
  • 28 Aux plafonds de la Grande Mosquée de Cordoue, cf. H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 129 fig. (...)
  • 29 H. Terrasse, Andalous, Pl. LIX et LXI.
  • 30 Notamment un coffret au nom d’al-Manṣūr daté de 395H (1005 J.-C), cf. Migeon, Manuel, I, fig. 154 (...)

33Le médaillon lobé attesté dans l’art umayyade d’Orient25 et dans l’art abbasside26, se voit dans le décor architectural aghlabide27, et dans celui du Califat cordouan28. Il est sculpté dans le bois du minbar ziride des Andalous29 et sur des coffrets d’ivoire umayyades30.

  • 31 S. Flury, “Bandeaux ornementés ixe siècle”, Syria, Pl. XXIII.A, fig. 13, Amida n° 8 Emir Ahmad 426 (...)

34L’emploi de motifs d’origine graphique dont nous trouvons ici une première ébauche, semble dénoter une influence orientale. On remarque cet artifice ornemental, entre autres, à Amida (Syrie) et à Ghazna (Afghanistan)31.

  • 32 G. Marçais, Architecture, p. 256 ; W. Marçais et G. Marçais, Monuments arabes, p. 180 fig. 31 et n (...)

35Non seulement la composition d’ensemble mais encore les formes et les procédés du décor relèvent de l’esthétique almoravide. L’association du carré étoilé et de l’étoile à six branches, au sein d’une composition différente, figure à la Grande Mosquée de Tlemcen. A la Qubba de Marrakech, l’étoile à six pointes figure de même au décor des arcs sud-nord et nord-est32.

  • 33 G. Marçais, “Alger”, H, I, Pl. I ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 50.
  • 34 G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 378, fig. 7-i, j et fig. 8 et p. 379 ; H. Basset et H. Terrasse, “Sa (...)
  • 35 G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 378 fig. 7, g, h et 379, Pl. III, 32 etc.
  • 36 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 39.

36Parmi les formes du décor, l’arcature trilobée est employée à la Grande Mosquée de Tlemcen. Dans le domaine floral, la palme simple symétrique appuie parfois sa base sur deux digitations allongées en lanières (fig. 13-c), comme dans certains types du minbar de la Grande Moquée d’Alger (fig. 152) ou encore de la mosquée al-Qarawiyyīn33. Le traitement de la base de la palme asymétrique à l’aide de deux lobes pointus (fig. 13-b), se rencontre dans le mobilier liturgique de la Grande Mosquée d’Alger et de la Kutubiya34. L’usage de pastilles ou de disques perforés est fréquent au minbar d’Alger35. Certaines palmes asymétriques nervées de la mosquée al-Qarawiyyīn, offrent une combinaison de ces deux éléments. Dans le domaine épigraphique, le coufique almoravide de la mosquée al-Qarawiyyīn, offre quelques éléments de comparaison ; à titre d’indication, l’on remarque des similitudes entre la forme du ghayn du mot al-ġibaṭu (fig. 9) et celle du ‘ayn du mot ‘aẓīm, entre le ṣād du mot al-muttaṣilata (fig. 9) et celui du mot quṣūra36.

  • 37 W. Marçais et G. Marçais, Monuments, p. 91 et fig. 24 p. 158.
  • 38 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 51.

37C’est le bronze qui nous fournit à Fès le premier exemple de cursif almoravide : en Occident, le caractère arrondi se rencontre dans les inscriptions monumentales, dès le vie siècle de l’Hégire37. Selon G. Deverdun, la Qubba almoravide de Marrakech révélerait “La plus ancienne inscription historique en cursif du Maghrib”38.

  • 39 Supra p. 65.

38Enfin, comme dans le plâtre sculpté de la Qubba de Marrakech ou de la mosquée al-Qrawiyyīn à Fès et surtout comme sur les bois almoravides39, le décor s’adapte à la surface qui lui est dévolue et qui en a imposé le schéma : signalons à ce titre, la composition de cercles concentriques au sein du carré étoilé (Pl. XVII) et le rôle de la bissectrice de l’angle formé par la pointe de l’étoile (fig. 8-A).

  • 40 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoraciόn geométrica, p. 408, fig. 106 et p. 430, (...)
  • 41 Aux portes de la mosquée des morts, cf. H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 112.
  • 42 D’aragon, cf. B. Pavόn Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoraciόn geométrica, p. 134, 384 f (...)
  • 43 L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 222 fig. 242.
  • 44 Voir l’ouvrage d’A. Bel, “Inscriptions arabes”, J.A. Notre prospection sur l’architecture domestiq (...)
  • 45 Inventorié sous le n° 45.87, infra p. 107 et 111.

39Les éléments décoratifs mis en œuvre, connaîtront une postérité : la combinaison d’étoiles à six pointes et d’hexagones survivra dans l’art mudéjar, à la synagogue de Santa Maria la Blanca à Tolède, au monastère de Guadalupe à Cáceres40 etc.. Les bois mérinides de la mosquée al-Qarawiyyīn en offrent d’intéressants spécimens41. Le médaillon à six lobes persiste, de même, dans l’art mudéjar42 et dans la production mobilière nasride du xiie au xve siècle43. La formule coufique qui ici encadre les vantaux, sera d’un emploi fréquent à l’époque mérinide44. Les hampes postiches réapparaîtront sur un linteau almohade45.

40Ainsi cet ouvrage fait appel à un répertoire décoratif qui diffère parfois de celui des bois ; il développe des tendances nouvelles dont certaines seront reprises dans le document qui suit et dans le décor fasi architectural sur bois d’époque mérinide.

Fragments de revêtement de bronze Bāb Ğanā‘iz n° 57.17.1 (Pl. XX.A et B)

  • 46 Les dimensions du panneau sont 0,75 m x 0,40 m.
  • 47 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 151.

41Ces fragments46 destinés à la fonte puis récupérés, appartiennent à une porte de la mosquée al-Qarawiyyīn — Bāb Ğanā‘iz47 — datée par une inscription de 531H / 1136 J.-C. et portant le nom de l’artisan qui l’a exécutée : Alī Abdelwahid. Ils sont entrés au musée en 1957.

42L’on y discerne deux ensembles empruntant leurs formes à la géométrie ou à l’épigraphie.

  • 48 Formant saillie sur 30 mm.

43La composition est encadrée par des plaques de tôle de laiton non ancienne, que maintiennent des clous à tête godronnée48. Le tracé est construit à base d’un jeu de lignes droites et inclinées à 45° dans l’ensemble du panneau lui-même et des proportions internes à ce panneau (fig. 10). Le carré lobé (Pl. XX.B), est illustré intérieurement de cercles concentriques qui délimitent trois espaces ornementés :

Figure 8 : Fragment du décor floral, Bāb Sbitrīyn : A. Étoile à six pointes ; B. Médaillon C. Arcature trilobée

Figure 9 : Inscription coufique, Bāb Sbitrīyn

44• sur la bordure concentrique court une inscription votive en caractères cursifs moulés en relief :

  • 49 Voir l’annexe.

al- ġibṭatu al-muttaṣilatu al-kāmilatu wa al-yumnā wa al-iqbālu wa al-sa‘ādatu wa al-‘izzu wa al-t’īdu wa al-naṣru”
“La joie permanente, totale ; la félicité ; la bravoure ; le bonheur ; la puissance ; l’appui ; la victoire”49.

45Les caractères trapus, liés entre eux, n’admettent aucun ornement adventice et ne comportent pas de points diacritiques.

  • L’espace circulaire médian est agrémenté d’une tresse à deux brins.
  • le centre du carré lobé dispose sur un rinceau, quatre palmes symétriques dont la base est formée de deux enroulements.

46Le décor floral utilise des palmes affrontées à trois lobes, des palmes simples asymétriques au calice fait de deux lobes circulaires (fig. 13-i et 11) comme à Bāb Sbitrīyn (fig. 13-d), une palme symétrique évoquant le cinq-feuilles et dont la base est formée de deux feuilles arquées (fig. 13-j et 11), une palme symétrique appuyant sa base sur deux feuilles arquées (fig. 13-k et 11).

Planche XX: Bāb Ğanā‘iz, A. fragment n° 57.17.1.

Planche XX : Bāb Ğanā‘iz, B. carré lobé.

  • 50 L’entrelacs à deux brins est observé dans le décor architectural de la mosquée al-Qaraouiyīn, cf. (...)

47Au-dessus de cet ensemble, règne une inscription coufique votive encadrée par deux galons entrelacés50 pointillés de perles (fig. 12).

  • 51 Voir l’annexe.

“al-ġibṭatu al-muttaṣilatu al-sa‘ādatu”
“La joie permanente, le bonheur”51.

  • 52 Le rapport est de 3 à 60 mm entre la largeur et la hauteur des alīf.
  • 53 G. Marçais, Architecture, p. 111.

48La première eulogie était déjà observée à Bāb Sbitrīyn. A chaque extrémité, l’entrelacs se scinde, un brin forme l’encadrement latéral de l’ensemble de la surface ornementée, tandis que l’autre brin délimite latéralement le cartouche enveloppant l’écriture. Bien que l’on trouve ici, l’allongement des caractères52, une innovation se manifeste par l’emploi du tressage modifiant le corps des hampes contiguës (fig. 12). On eut recours à cet artifice dès le xie siècle53.

  • 54 S. Flury, “Bandeaux ornementés xe-xie siècle”, Syria, 1920, Pl. XXV Amida, n° 10 Emir Ahmad, 437H (...)

49En effet, l’emploi de tresses unissant les hampes des alīf et des lām est signalé en Syrie à Amida-Diarbekr54.

50Les tresses unissant à hauteur médiane les hampes des alīf et des lām, compensent la surcharge de la ligne de base en accentuant le milieu du champ scriptural. Elles accentuent également la distribution régulière d’éléments graphiques, de manière à produire un ensemble uniforme. A ce propos concourent les points diacritiques revêtus d’un habillement végétal (calices en forme de deux disques perforés au départ des palmes souples asymétriques). Ces formes florales se disposent sur un rinceau non plus réparti dans le sens de la largeur comme à Bāb Sbitrīyn mais sur la longueur du champ (fig. 12).

51Parmi les éléments qui attirent l’attention dans la zone supérieure, il faut noter une certaine fantaisie dans la distribution de ces points diacritiques. En effet, au rebours de Bāb Sbitrīyn (fig. 9), les accents se disposent soit à droite de la lettre, soit à gauche, rarement au-dessus — sauf pour le premier du mot “al-muttaṣilatu”.

52On notera un écartement égal entre :

  • le point du final (troisième mot) et celui du final du deuxième mot : 55 mm,
  • le point du final du premier mot et le calice, en disque repercé, d’une palme — simulant un point diacritique — introduite avant la première eulogie dans un but décoratif : 55 mm.

53Entre le final du deuxième mot et le premier du deuxième mot, l’espacement est de 25 mm, de même qu’entre ce dernier et celui final du premier mot. Cette disposition, en même temps qu’elle produit un mouvement rythmique, contribue au souci décoratif de symétrie.

54Parmi les transformations affectant ce coufique, il convient de noter, outre l’emploi de tresses, le prolongement du biseau horizontal de l’ālif initial du mot al-ġibṭatu en rinceau appartenant au plan de l’écriture. Ce rinceau débordant du cadre du cartouche, est conduit tour à tour au-dessus et au-dessous des hampes qu’il rencontre. A ses inflexions, tangentes à la ligne d’écriture ou localisées aussi haut qu’il est permis, s’ajoute le mouvement subtil des formes florales majeures qui prennent appui sur les rameaux qui en sont issus, achevant de conférer à la composition un caractère rythmique prononcé. Ces grandes palmes lisses retiendront essentiellement notre attention (fig. 13 1). L’une d’entre elles, située entre le ta final de muttaṣilatu, et au dessus du wāw précédant sa‘ādatu, donne naissance à une nouvelle tige.

55L’on retrouve ici, certains éléments des bois almoravides : le carré lobé (Pl. VI.A), l’alliance de courbes et de droites (Pl. VI.B), les formes à huit pétales suggérées par les clous (fig. 5). Le décor s’ordonne de même, en fonction de l’espace qui lui est dévolu : le remplissage du carré lobé, est à ce titre, significatif (Pl. XX.B).

  • 55 J. Sourdel Thomine, Monuments ayyubides, fig. 102 p. 177 b.
  • 56 H. Basset et H. Terrasse, “Sanctuaires et forteresses”, H, VI, 2e - 3e trim., Pl. XXXIII.
  • 57 M. Terrasse, “Mobilier liturgique”, B.A.M., X, p. 196 et Pl. VII.B.
  • 58 “Dans la flore fatimide, feuille et tige se distinguent mal ; la feuille ne marque pas toujours l’ (...)
  • 59 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XV, XXII et XXXVIII. Mais aussi du xiie siècle (fig. 16-3, (...)
  • 60 G. Migeon, Manuel, I, fig. 156 et 159 ; H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XXXVI ; J. Ferrand (...)
  • 61 G. Migeon, Manuel, I, p. 184 et fig. 332.
  • 62 G. Marçais, Porteries et faïences, Pl. IX.
  • 63 S. Flury, “Mosquée de Nayīn”, Syria, p. 47 fig. 3.
  • 64 A un panneau d’encadrement du miḥrāb de la Grande Mosquée de Tlemcen, cf. G. Marçais, Art musulman(...)

56Certaines formes font songer autant à l’Occident qu’à l’Orient musulman : la palme asymétrique au calice traité en disque non repercé et dont le limbe charnu et allongé s’enroule en spirale (fig. 13-i et 11) évoque un type floral ayyubide de Damas connu sous le nom de fleuron appartenant au type de la feuille trilobée et observable au cénotaphe d’Abân55. En Occident, on rencontre un motif d’inspiration proche, au minbar de la Kutubiya56. Parfois une dentelure supplémentaire modifie la partie supérieure de la feuille (fig. 13-m et 12) comme au cénotaphe d’Abân. Enfin convient-il de mentionner la postérité de cette forme qui se retrouve dans des bronzes postérieurs tel le grand lustre du xiiie siècle de la mosquée de Taza57. Le traitement d’une palme adaptée au rinceau (fig. 13-i et 12) dénote encore une influence orientale : le prolongement d’un de ses lobes en tige, accuse un procédé employé dans la flore fatimide58. La palme symétrique à cinq lobes ornant un dodécagone (fig. 13-j et 11) relève du répertoire andalou du xe et du xie siècle59. Elle est à rapprocher également d’un type floral du décor aghlabide de Kairouan (fig. 155). Le mobilier liturgique de la Grande Mosquée d’Alger y recourt également (fig. 15 3). L’ornement de tresses intervient fréquemment sur les ivoires et marbres umayyades d’Espagne60. Il est également attesté dans le mobilier fatimide en Égypte aux xe-xie siècles61 et à la Qal‘a des Banū Ḥammād62. Dans l’Orient musulman, le décor architectural en use sensiblement à la même période63. On le rencontre, de même, à l’époque almoravide64.

  • 65 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 53.

57En ce qui concerne l’écriture cursive, des éléments de comparaison nous sont offerts par l’une des inscriptions cursives à la coupole devant le miḥrāb de la mosquée al-Qarawiyyīn65.

Figure 10 : Diagramme de construction, Bāb Ğanā‘iz

Figure 11 : Décor floral, Bāb Ğanā‘iz

Figure 12 : Schéma du décor floral et épigraphique, Bāb Ğanā‘iz

Figure 13 : Éléments du décor végétal almoravide sur bronze : a-b-c-d-e-f-g-h : Bāb Sbitrīyn ; i-j-k-l-m : Bāb Ğanā‘iz

CONCLUSION

Mise en parallèle des différentes techniques : sculpture sur bois, moulage du bronze et ciselure

58Les différents modes de taille du bois contribuent à la richesse du modelé. A la hiérarchisation des plans, dans la sculpture sur bois, correspond un autre parti décoratif dans les bronzes : la mise en valeur du décor procède de l’opposition de zones lisses et décorées. La facture des motifs sculptés comprend plusieurs plans, tandis que celle des motifs moulés et ciselés, comporte un plan unique.

59La richesse du modelé dans la sculpture sur bois, se prête aux jeux d’ombre et de lumière auxquels s’allient parfois des effets de couleur ; le décor floral se dessine avec netteté, alors qu’il apparaît indistinct sur le bronze.

60De même, le souci du détail se traduit différemment selon qu’il s’agisse du bois ou du bronze. Sur le bois, il s’affirme par le recours à différentes techniques sculpturales — le champlevé et plus rarement une sculpture en relief qui semble vouloir évoquer la ronde-bosse — et un modelé particulièrement élaboré — dénivellation, plans obliques, surface en coussinet — qui s’applique au détail des formes florales tels que nervures et œilletons. Cette recherche est obtenue sur le bronze, au moyen de la ciselure qui engendre une variété de types floraux (différentes formes de calices).

Mise en parallèle des éléments du décor

61L’on indiquera, en premier lieu, ce qui est commun au bois et au bronze, en second lieu, ce qui les différencie.

  • 66 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 243.

62D’après l’étude de ces documents en bois ou en bronze, nous pouvons affirmer qu’à l’époque almoravide, l’évolution du décor, s’est faite sous des influences diverses, andalouses et orientales. L’influence de l’art musulman d’Espagne se fait sentir dans l’esthétique et les formes du décor de la sculpture sur bois, plus intensément que sur le bronze. Les arts du métal, par contre, semblent davantage touchés d’influences orientales — d’ailleurs signalées par H. Terrasse66 — dans les domaines végétal, géométrique et épigraphique, bien que l’influence andalouse persiste.

63Le bronze comme le bois d’époque almoravide, montre l’assimilation d’éléments décoratifs légués par le premier art mobilier fasi.

64Dans le domaine de la sculpture sur bois, comme dans celui du moulage sur bronze, on relève des tendances communes conformes à l’esthétique almoravide : le décor géométrique reste sobre. La fonction assignée à la flore est identique : elle intervient en remplissage des figures géométriques. Ses compositions et ses formes sont conditionnées par la surface qui leur est offerte.

  • 67 Un linteau inventorié sous le n° 45, 87, infra, p. 111.
  • 68 Sur une porte revêtue de bronze provenant de la madrasa ‘Aṭṭārīn, inventoriée sous le n° 81.4.1 et (...)

65De même que les bois, les bronzes développent des tendances de l’art fasi ultérieur : l’emploi de motifs décoratifs d’origine graphique et le traitement d’un motif floral, non exempt d’influence orientale, que présentent les bronzes, seront repris sur un bois almohade67. La sculpture épigraphique monumentale d’époque mérinide, sur bois comme sur plâtre, généralisera l’emploi d’eulogies et de formules votives que nous livrent déjà les bronzes. De même, certains procédés qui affectent la flore almoravide sur bronze, réapparaîtront sur le même matériau, à l’époque mérinide68 : on citera à ce titre, la division de l’extrémité d’une palme, ou encore le prolongement d’une feuille par une tige.

66Si les formes du décor dans les arts du bois et du bronze, présentent des points communs, des différences fondamentales sont à signaler dans le domaine géométrique et surtout floral.

  • 69 Cf. note 68.

67L’abandon de l’entrelacs issu de l’étoile à huit pointes dans les ouvrages en bronze almoravides, dénote un certain archaïsme que l’on retrouvera, d’ailleurs, au niveau des formes florales. Ultérieurement, au xive siècle, le schéma de l’entrelacs réapparaîtra sur le bronze69.

68Par ailleurs, hormis le heurtoir de Bāb Sbitrīyn et les baguettes de jonction des deux ouvrages en bronze étudiés, la vigoureuse mouluration des bois sculptés, qui fait intervenir des moulures plates tel le filet, pleines tel le tore, creuses telle la rainure, fait défaut sur le bronze.

69La flore des bronzes, adaptée aux nécessités et aux effets de la ciselure, rejette la palme nervée et la pomme de pin si abondamment représentées dans la sculpture sur bois ou encore sur plâtre, à laquelle se prêtait leur modelé. Au rebours du bois, le bronze utilise exclusivement la palme lisse qui apparaît sous de nombreux types (fig. 13). Cette variété de formes florales compense la richesse du modelé de la sculpture sur bois. En effet, on trouve dans la décor architectural sur bois, des formes florales de deux échelles différentes, alors que le bronze recourt à des types végétaux de taille uniforme et, de surcroît, réduite.

Apport du bronze dans l’évolution du décor floral hispano-mauresque

70Ces œuvres en bronze méritent qu’on leur accorde une attention particulière en raison de la valeur unique qu’elles revêtent dans l’histoire de la bronzerie hispano-mauresque.

  • 70 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, I, Chapitre X.

71On a déjà signalé les fréquents archaïsmes du répertoire de la dinanderie70. Ici, le bronze, bien que de même époque que les bois almoravides (xiie siècle), conserve certains archaïsmes dans le traitement de la flore. Ceux-ci se traduisent par la prédilection accordée au cinq-feuilles (fig. 143-4-5). Ce motif, remarqué au minbar de la mosquée des Andalous du xe siècle, a subi une évolution dans le décor almoravide sur bois (fig. 14 6-7-8-9). Les différents types de cinq-feuilles qui ornent les bronzes, sont bien plus proches de leurs prototypes andalous (fig. 15 et 16) qu’ils ne le sont des formes florales, sculptées dans les bois almoravides. Ainsi, le bronze a conservé ce motif presque inchangé : à peine y décèle-t-on quelques modifications qui expriment la personnalité de l’art fasi.

72De cette analyse, il ressort donc que le décor architectural sur bois, évolue plus facilement que sur le bronze.

73Par ailleurs, l’emploi sur le bronze, d’un répertoire floral particulier, distinct de celui des bois, révèle l’existence d’une école différente pour les bronziers hispano-mauresques.

74Enfin, l’évocation du bronze dans cette étude des bois, nous révèle la grande richesse de la flore almoravide fasie. A l’évolution de la palme à calice s’inscrivant dans le décor sur bois, on peut ajouter l’évolution du cinq-feuilles dans l’histoire de la flore hispano-mauresque. En effet, les différents types de cinq-feuilles qu’offrent les bronzes, joints aux exemples déjà connus sur bois, plâtre (fig. 16 4-5), marbre (fig. 16 1-2-3-6) permettent d’enrichir l’inventaire des formes qu’il adopte. Sa présence signifie qu’à une époque où s’accuse la primauté de la palme, le souvenir de la feuille de vigne s’impose avec insistance.

Place réelle de la bronzerie marocaine dans la bronzerie hispano-mauresque

  • 71 Al-Idrīsī, Maġrib, trad. p. 85.
  • 72 Al-Bakrī, Description de l’Afrique, p. 296.
  • 73 “On y trouve beaucoup de cuivre, d’alun et d’indigo”, cf. E. Fagnan, Extraits, p. 19.
  • 74 E. Michaux Bellaire, “Enseignement indigène”, R.M.M. 15, 1911, p. 441.
  • 75 Également d’origine sousie, cf. R. Le Tourneau, Fès avant le Protectorat, p. 464.
  • 76 J. Léon l’Africain, Description, p. 192.

75• La bronzerie marocaine : un art spécifiquement local : quelles sont les données tirées des auteurs arabes ? Ceux-ci mentionnent l’existence de mines de cuivre dans le Sud marocain. Le géographe al-Idrīsī au xiie siècle évoque les caractéristiques du cuivre à Dāy : “(…) du cuivre doux, blanchâtre, qui supporte l’alliage, qui s’incorpore à l’argent qui n’en n’est que meilleur quand il est martelé et qui ne se fend pas comme les autres variétés de cuivre (…) de cette mine, le cuivre est exporté dans tous les pays et utilisé à de nombreux travaux”71. Le géographe andalou al-Bakrī, un siècle avant, avait signalé du minerais de cuivre à Ten Wadaden dans la région de Sigilmasa72. Ibn Sa‘īd al-Ġarnāti, au xiiie siècle mentionne une abondance de cuivre dans le Sous73. C’est d’ailleurs de cette région qu’étaient originaires les quelques soixante étudiants de la madrasa Ṣaffārin74 du quartier des dinandiers75, situé à l’est de la mosquée al-Qarawiyyīn76.

  • 77 Une industrie locale artisanale du cuivre était déjà connue à la période antique, cf. L. Golvin, “ (...)
  • 78 Supra p. 73 et 92 note 5.
  • 79 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 81-82.

76Ainsi, l’existence de mines est attestée dès le xie siècle, alors que les premières réalisations en bronze remontent au xiie siècle almoravide77 : l’indication fournie par la Zahrat — “Ensuite on se mit à revêtir quelques portes de la Mosquée d’un placage de cuivre jaune d’un travail achevé et d’une technique parfaite” —78 venant à l’appui de la mention d’une date (531H / 1136-37 J.-C), laisse entendre que ce sont là les premiers exemples au Maroc de portes revêtues de bronze. Ces pièces, destinées à la mosquée al-Qarawiyyīn, ont été faites à Fès, comme le confirme l’inscription cursive de Bāb Sbitrīyn. Il est cependant curieux de constater que les ateliers fasis de dinandiers ne sont pas signalés au xiie siècle mais à la période suivante : en effet, des statistiques établies sous les Almohades mentionnent 12 ateliers pour le cuivre79, alors qu’aucun spécimen architectural de l’art des bronziers de cette époque à Fès n’a été retrouvé.

  • 80 Telle la porte de la Cathédrale de Cordoue de 1377 J.-C. (779H), cf. L. Torres Balbas, Ars Hispani (...)
  • 81 L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 68 et fig. 62 ; ‘Abd al-‘Aziz Sālem, “Puerta del Perdόn”, (...)

77Ainsi, de même qu’il existe une école fasie du minbar des Andalous, il est une tradition fasie de la bronzerie médiévale : les portes doublées de bronze de la mosquée al-Qarawiyyīn, par leur composition décorative en registres transversaux et par la forme circulaire de leurs marteaux, se distinguent des rares exemplaires andalous conservés80 dont le plus ancien est la porte almohade du Pardon de la Cathédrale de Séville en bronze estampé et ciselé81.

  • 82 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 47. On aurait pu se demander si cette porte n’avait été refaite à l’in (...)
  • 83 Par Idrīsī, cf. L. Golvin, Essai, 4, p. 156, Abū Hamid Andalosi, Tohfat el Moulouk, cf. E. Fagnan, (...)
  • 84 “Les vingt portes de l’édifice sont revêtues de plaques de cuivre andalou, et leurs ciselures sont (...)
  • 85 Tels les encorbellements en muqarnas, par exemple, cf. L. Golvin, Essai, 4, p. 157.
  • 86 M. Terrasse, “Mobilier liturgique”, B.A.M., X. Comparer le lustre de la Grande Mosquée de Taza, cf (...)
  • 87 Notamment le cinq-feuilles (fig. 15 et 16).
  • 88 M. Gomez Moreno, Ars Hispaniae, III, p. 172.

78Bāb Ğanā‘iz, Bāb Sbitrīyn, Bāb al-Ward82 sont donc les œuvres les plus anciennes de la bronzerie hispano-maghrébine. Aucun specimen umayyade d’Andalousie n’a été conservé. Les portes de bronze de la Grande Mosquée de Cordoue, évoquées dans les écrits arabes83, annonçaient-elles, par l’excellence de leur facture84, celles du sanctuaire fasi ? Cette question mérite d’être abordée avec une certaine prudence. Les lustres mérinides nous en donnent peut-être la clef : L. Golvin, se basant sur l’inexistence à l’âge umayyade andalou des thèmes ornementaux exploités ultérieurement par les lustres mérinides85, infirme l’hypothèse d’une filiation andalouse. Toutefois, si les lustres du xiiie siècle innovent effectivement par leur architecture décorative86, la flore des revêtements de bronze des portes du xiie siècle ne dérive-t-elle pas de modèles andalous87 ? Il suffit peut-être de rappeler que les clous en forme de rosaces relevés notamment à Bāb Sbitrīyn, ornaient déjà une porte califale provenant de Medina Elvira88. Ceci nous amène au second volet.

  • 89 “Par leur richesse ornementale, leur sens des contrastes et des volumes ils semblent les héritiers (...)

79• La bronzerie marocaine et l’héritage andalou : ces portes almoravides, témoins de la perfection atteinte par l’art de la dinanderie, sont-elles les héritières d’une tradition artistique élaborée antérieurement par al-Andalus ? A l’encontre de la théorie avancée par L. Golvin, M. Terrasse, toujours à propos des lustres, prône l’hypothèse d’un héritage andalou que suggère leur esthétique89.

  • 90 L. Golvin, “Note sur l’industrie du cuivre”, CL.O.S., n° 1-2, p. 121-122.
  • 91 “Sa cour est couverte d’un grillage de cuivre andalou”, cf. Al-’Umārī, Masālik al-Abṣār, trad. p. (...)

80Le cuivre andalou en tant que matériau était par ailleurs réputé à l’époque médiévale tant en Andalousie90 qu’au Maghreb : le géographe syrien al-‘Umārī dont le récit, rapportant les informations d’auteurs maghrébins, porte sur la première moitié du xive siècle, ne fait-il pas état d’une grille en cuivre andalou dans la cour de la mosquée de la Qasba à Marrakech ?91.

  • 92 J. Brignon et alii, Histoire du Maroc, p. 120.
  • 93 L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 226.
  • 94 J. Brignon et alii, Histoire du Maroc, p. 155.
  • 95 C’était parmi eux que l’on comptait à Fès des fondeurs ou mouleurs en cuivre, cf. E. Michaux Bella (...)
  • 96 Telle celle de la madrasa Bu‘nāniya, cf. L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 228.
  • 97 Notamment celui de la madrasa ‘Aṭṭārīn que M. Gomez Moreno attribue à un atelier de Grenade, en ra (...)
  • 98 Les inscriptions : al-mulk “l’empire”, se rencontrent invariablement sur la porte du Pardon de la (...)
  • 99 En particulier la palme double dont un lobe est enroulé et l’autre déployé.

81Par ailleurs, alors qu’aux époques almoravide et almohade92, le cuivre est exporté du Maroc, dès le xiiie siècle, l’inverse semble se produire : selon Ibn Sa‘id, au xiiie siècle, les objets de laiton fabriqués en Andalousie sont exportés en Afrique93. La conjoncture économique du xive siècle avec les difficultés traversées par les activités minières94, auxquelles s’ajoutent les persécutions contre les Juifs95 à Dāy, semble étayer cet argument. Cela explique-t-il également que soient attribués à des artistes andalous les portes doublées de bronze96 et lustres fasis du xive siècle ?97. Les procédés de décor et les motifs floraux des bronzes almoravides ont-ils fait école en dehors des lustres du xiiie siècle ? Dès l’abord, l’on est surpris de constater que la composition d’ensemble offerte par Bāb Sbitrīyn, Bāb Ğanā‘iz, Bāb al-Ward, est abandonnée ultérieurement au profit d’un motif à entrelacs que développent la porte almohade de la Cathédrale de Séville et celles des madrasas mérinides. C’est encore par ses panneaux à eulogies coufiques que la porte andalouse, s’inscrit, en quelque sorte, comme prototype des portes fasies98. De plus, un rapprochement esquissé entre la flore mérinide des vantaux recouverts de bronze (de la madrasa ‘Aṭṭarīn par exemple), et celle nasride du lustre de l’Alhambra, permet de relever, pour autant qu’on puisse en juger, des formes-florales d’inspiration proche99.

82Ainsi, la bronzerie marocaine occupe une place singulière dans la bronzerie hispano-maghrébine : si les portes fasies à placage de bronze du xiie siècle, constituent la naissance de la bronzerie non seulement marocaine mais encore hispano-maghrébine, celles du xive siècle dérivent elles paradoxalement d’ouvrages andalous comme l’avancent certains ? Inaugurent-elles, en architecture, un second âge de relation : un art marocain enrichi d’un art andalou ? Pour l'affirmer ou le réfuter, une analyse approfondie doit être consacrée à la bronzerie des xiiie et xive siècles à Fès. Elle révèlera très probablement la continuité des ateliers locaux, bien plus qu’on ne l’a soupçonné.

Notes

1 Bāb. Dépourvue de numéro d’inventaire. Elle mesure : 3,767 m x 2,395 m x 0,106 m.

2 La mosquée des morts. Sur cette annexe funéraire, voir H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 21- 22, et B. Maslow, Mosquées de Fès, p. 165-173.

3 Selon une enquête menée pour nous-mêmes auprès des ouvriers de l’Inspection des Monuments Historiques de Fès.

4 Dfūf

5 Al-Ğaznā‘ī, Zahrat, trad. p. 128.

6 Msāmer.

7 De 27 mm.

8 Rainure à section triangulaire, cf. P. Ricard, Pour comprendre l’art musulman, p. 136 fig. 218 et p. 137.

9 Ḫurṣa.

10 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 93.

11 Voir l’annexe.

12 Le rapport est de 3 à 60 mm entre la largeur et la hauteur des alīf.

13 Dans un septième du champ épigraphique.

14 Voir l’annexe.

15 D’où les différentes appellations de “coufique ou naskhī à rinceau ondulé”, “coufique feuillu et fleuri”, “coufique ou naskhī à bordure florale”, “coufique à bordure géométrique”, naskhī touffu à hampes entrecroisées” et “coufique ou naskhī anthropomorphes”, J. Sourdel-Thomine, “Écriture arabe”, p. 257.

16 Dans le décor peint d’un plafond du xie siècle de la Grande Mosquée de Kairouan, cf. B. Pavόn Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoraciόn geométrica, p. 65 ; G. Marçais, Plafonds de la Grande Mosquée de Kairouan, Pl. XXXII.

17 Sur une stèle en marbre blanc d’Almerίa, datée de 527H (1132 J.-C), cf. E. Lévi Provençal, Inscriptions arabes, n° 137, Pl. XXIX.

18 A l’oratoire d’al-Ḥakam et à l’Aljaferίa, cf. H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XV, XXII, XXXVIII.

19 G. Marçais, Architecture, p. 115 fig. 74-12 et p. 148 fig. 91.

20 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 205 fig. 33.

21 B. Pavόn Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoraciόn floral, tabla X, 76, p. 72 et 76 ; tabla XVII, 4 p. 101 et 103.

22 Sur une stèle datée de 534H (1139 J.-C), cf. G. Marçais, Architecture, p. 111 fig. 70-6.

23 H. Terrasse, Andalous, Pl. LXXIII, LXXXI, LXXXV, LXXXVI.

24 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XX ; G. Marçais, Architecture, p. 164 fig. 99 et p. 169 fig. 103 ; J. Galloti, “Sur une cuve de marbre”, H, III, Pl. IV ; J. Ferrandis, Márfiles árabes, I, lám. III et V, número 27, p. 92-94.

25 Sculpté sur pierre au Palais de Mšatta (Transjordanie, sur stuc sur un plafond du château umayyade de Ḫirbat al-Mafdğar (Jordanie), cf. D. et J. Sourdel, Civilisation, ill. 119 - 120. Il apparaît à une grille de la Grande Mosquée de Damas, cf. K.A.C., Early Muslim Architecture, second éd., I, part one, Umayyads, plate 59.

26 Il orne les stucs de Samarra (Iraq), cf. B. Pavόn Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoraciόn geométrica, p. 114, tabla VIII, 89.

27 A la Grande Mosquée de Kairouan, cf. G. Marçais, Architecture, p. 20 fig. 8.

28 Aux plafonds de la Grande Mosquée de Cordoue, cf. H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 129 fig. 20.

29 H. Terrasse, Andalous, Pl. LIX et LXI.

30 Notamment un coffret au nom d’al-Manṣūr daté de 395H (1005 J.-C), cf. Migeon, Manuel, I, fig. 154 p. 347.

31 S. Flury, “Bandeaux ornementés ixe siècle”, Syria, Pl. XXIII.A, fig. 13, Amida n° 8 Emir Ahmad 426H (1034 - 1036 J.-C.) ; S. Flury, “Décor épigraphique”, fasc. 4, Syria, Pl. VII et p. 64 fig. 1 et note 2.

32 G. Marçais, Architecture, p. 256 ; W. Marçais et G. Marçais, Monuments arabes, p. 180 fig. 31 et note 1 ; J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 34 fig. 24-25.

33 G. Marçais, “Alger”, H, I, Pl. I ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 50.

34 G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 378, fig. 7-i, j et fig. 8 et p. 379 ; H. Basset et H. Terrasse, “Sanctuaires et forteresses, H, VI, 2e-3e trim., Pl. XXXIII.

35 G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 378 fig. 7, g, h et 379, Pl. III, 32 etc.

36 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 39.

37 W. Marçais et G. Marçais, Monuments, p. 91 et fig. 24 p. 158.

38 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 51.

39 Supra p. 65.

40 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoraciόn geométrica, p. 408, fig. 106 et p. 430, fig. 109, 5.

41 Aux portes de la mosquée des morts, cf. H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 112.

42 D’aragon, cf. B. Pavόn Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoraciόn geométrica, p. 134, 384 fig. 104, 57 et p. 388. On le rencontre en Castille aussi, au monastère de Santa Clara de Astudillo (Palencia), cf. L. Torres Balbas, “Sillerias de coro”, A.A., XIX, fasc. 1, p. [55] 203 - [70] 218, cf. également B. Pavόn Maldonado, “Maderas mudéjares”, A. A., XL, fasc. único, p. 195 et lám. 6, a). Ce dernier reprend les informations données par L. Torres Balbas.

43 L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 222 fig. 242.

44 Voir l’ouvrage d’A. Bel, “Inscriptions arabes”, J.A. Notre prospection sur l’architecture domestique à Fès révèle la fréquence de cette formule dans la sculpture sur plâtre.

45 Inventorié sous le n° 45.87, infra p. 107 et 111.

46 Les dimensions du panneau sont 0,75 m x 0,40 m.

47 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 151.

48 Formant saillie sur 30 mm.

49 Voir l’annexe.

50 L’entrelacs à deux brins est observé dans le décor architectural de la mosquée al-Qaraouiyīn, cf. H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 39 et 49, à la Qasba de Yūsuf b. Tāšfīn ; J. Meunié et H. Terrasse, Recherches, p. 81 ; à la Grande Mosquée de Tlemcen, cf. G. Marçais, Art musulman, Pl. IV, VI, VII, VIII.

51 Voir l’annexe.

52 Le rapport est de 3 à 60 mm entre la largeur et la hauteur des alīf.

53 G. Marçais, Architecture, p. 111.

54 S. Flury, “Bandeaux ornementés xe-xie siècle”, Syria, 1920, Pl. XXV Amida, n° 10 Emir Ahmad, 437H (1045 - 46 J.-C.) ; Pl. XXVII Amida, n° 11 Emir Ahmad, 444H (1052 - 53 J.-C) ; Pl. XXXVII Amida, n° 18 Sultan Malik-Shâh, 434H (1091-92 J.-C).

55 J. Sourdel Thomine, Monuments ayyubides, fig. 102 p. 177 b.

56 H. Basset et H. Terrasse, “Sanctuaires et forteresses”, H, VI, 2e - 3e trim., Pl. XXXIII.

57 M. Terrasse, “Mobilier liturgique”, B.A.M., X, p. 196 et Pl. VII.B.

58 “Dans la flore fatimide, feuille et tige se distinguent mal ; la feuille ne marque pas toujours l’achèvement d’une tige ; elle n’en est que l’élargissement ou la complication, et ses lobes se prolongent par d’autres tiges”, H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 355 ; S. Flury, “Décor épigraphique, Syria, fas. 4, fig. 6 p. 374 ; G. Marçais, Plafonds de la Grande Mosquée de Kairouan, p. 42, note 1.

59 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XV, XXII et XXXVIII. Mais aussi du xiie siècle (fig. 16-3,1).

60 G. Migeon, Manuel, I, fig. 156 et 159 ; H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XXXVI ; J. Ferrandis, Márfiles arabes ; I, lám. III, IV, XIII, XIV, etc., II, lám. V, XXVII, etc. ; L. Torres Balbas, “Arte califal”, Historia de España, V, p. 446 fig. 236, p. 456 et 685 ; p. 685-686 fig. 512 et p. 699 fig. 528 ; R. Velazquez Bosco, Medina Azzahra, lám XXXIII.

61 G. Migeon, Manuel, I, p. 184 et fig. 332.

62 G. Marçais, Porteries et faïences, Pl. IX.

63 S. Flury, “Mosquée de Nayīn”, Syria, p. 47 fig. 3.

64 A un panneau d’encadrement du miḥrāb de la Grande Mosquée de Tlemcen, cf. G. Marçais, Art musulman, fig. 14, Pl. VI et p. 21.

65 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 53.

66 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 243.

67 Un linteau inventorié sous le n° 45, 87, infra, p. 111.

68 Sur une porte revêtue de bronze provenant de la madrasa ‘Aṭṭārīn, inventoriée sous le n° 81.4.1 et exposée au musée du Batha.

69 Cf. note 68.

70 M. Terrasse, Architecture hispano-maghrébine, I, Chapitre X.

71 Al-Idrīsī, Maġrib, trad. p. 85.

72 Al-Bakrī, Description de l’Afrique, p. 296.

73 “On y trouve beaucoup de cuivre, d’alun et d’indigo”, cf. E. Fagnan, Extraits, p. 19.

74 E. Michaux Bellaire, “Enseignement indigène”, R.M.M. 15, 1911, p. 441.

75 Également d’origine sousie, cf. R. Le Tourneau, Fès avant le Protectorat, p. 464.

76 J. Léon l’Africain, Description, p. 192.

77 Une industrie locale artisanale du cuivre était déjà connue à la période antique, cf. L. Golvin, “Note sur l’industrie du cuivre”, CL. O.S., n° 1-2, p. 117.

78 Supra p. 73 et 92 note 5.

79 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 81-82.

80 Telle la porte de la Cathédrale de Cordoue de 1377 J.-C. (779H), cf. L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 228 et fig. 480, p. 407 -408 et celle de la Cathédrale de Tolède datée de 1375 J.-C. (777H), cf. G. Migeon, Manuel, I, p. 386-387.

81 L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 68 et fig. 62 ; ‘Abd al-‘Aziz Sālem, “Puerta del Perdόn”, A.A., XLIII, fasc. 1 ; L. Torres Balbas, “Art andalou”, E.I.2, I, p. 516.

82 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 47. On aurait pu se demander si cette porte n’avait été refaite à l’instar des deux autres si un examen attentif n’avait révélé qu’il s’agissait bien de la porte originelle et non d’une copie.

83 Par Idrīsī, cf. L. Golvin, Essai, 4, p. 156, Abū Hamid Andalosi, Tohfat el Moulouk, cf. E. Fagnan, Extraits, p. 29 et 135, etc..

84 “Les vingt portes de l’édifice sont revêtues de plaques de cuivre andalou, et leurs ciselures sont pour l’œil un enchantement véritable ; chacune est garnie d’un heurtoir dont l’exécution et l’arrangement sont ce qu’il y a de plus parfait”, cf. E. Fagnan, Extraits, p. 135.

85 Tels les encorbellements en muqarnas, par exemple, cf. L. Golvin, Essai, 4, p. 157.

86 M. Terrasse, “Mobilier liturgique”, B.A.M., X. Comparer le lustre de la Grande Mosquée de Taza, cf. M. Terrasse, “Mobilier liturgique”, B.A.M., X, Pl. VII-XIII et les couronnes de lumière et lampes d’époque califale, cf. M. Gomez Moreno, Ars Hispaniae, III, p. 322 fig. 385, p. 324-325, fig. 386.

87 Notamment le cinq-feuilles (fig. 15 et 16).

88 M. Gomez Moreno, Ars Hispaniae, III, p. 172.

89 “Par leur richesse ornementale, leur sens des contrastes et des volumes ils semblent les héritiers d’une esthétique toute andalouse, cf. M. Terrasse, “Mobilier liturgique”, B.A.M., X, p. 198.

90 L. Golvin, “Note sur l’industrie du cuivre”, CL.O.S., n° 1-2, p. 121-122.

91 “Sa cour est couverte d’un grillage de cuivre andalou”, cf. Al-’Umārī, Masālik al-Abṣār, trad. p. 185.

92 J. Brignon et alii, Histoire du Maroc, p. 120.

93 L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 226.

94 J. Brignon et alii, Histoire du Maroc, p. 155.

95 C’était parmi eux que l’on comptait à Fès des fondeurs ou mouleurs en cuivre, cf. E. Michaux Bellaire, “Enseignement indigène”, R.M.M., 15, 1911, p. 150.

96 Telle celle de la madrasa Bu‘nāniya, cf. L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 228.

97 Notamment celui de la madrasa ‘Aṭṭārīn que M. Gomez Moreno attribue à un atelier de Grenade, en raison de l’analogie que présente son décor de palmes avec celui d’une lampe nasride de 705H / 1305 J.-C. déposée au Musée archéologique national, cf. L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 227 fig. 250 et p. 229.

98 Les inscriptions : al-mulk “l’empire”, se rencontrent invariablement sur la porte du Pardon de la Cathédrale de Séville et sur les vantaux mérinides de la madrasa ‘Aṭṭārīn.

99 En particulier la palme double dont un lobe est enroulé et l’autre déployé.

Table des illustrations

Légende Planche XVI : Bāb Sbitrīyn, A. vantaux n° 85.4.1.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Planche XVI : Bāb Sbitrīyn, B. étoile à six pointes.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Légende Planche XVII : Bāb Sbitrīyn, étoile à huit pointes.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Légende Planche XVIII : Bāb Sbitrīyn, A. marteau.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 267k
Légende Planche XVIII : Bāb Sbitrīyn, B. support.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Planche XIX : Bāb Sbitrīyn, A. arcature trilobée.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Légende Planche XIX : Bāb Sbitrīyn, B. inscription coufique.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende Figure 8 : Fragment du décor floral, Bāb Sbitrīyn : A. Étoile à six pointes ; B. Médaillon C. Arcature trilobée
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende Figure 9 : Inscription coufique, Bāb Sbitrīyn
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Planche XX: Bāb Ğanā‘iz, A. fragment n° 57.17.1.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 207k
Légende Planche XX : Bāb Ğanā‘iz, B. carré lobé.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Figure 10 : Diagramme de construction, Bāb Ğanā‘iz
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende Figure 11 : Décor floral, Bāb Ğanā‘iz
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Légende Figure 12 : Schéma du décor floral et épigraphique, Bāb Ğanā‘iz
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 166k
Légende Figure 13 : Éléments du décor végétal almoravide sur bronze : a-b-c-d-e-f-g-h : Bāb Sbitrīyn ; i-j-k-l-m : Bāb Ğanā‘iz
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1314/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 58k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable