Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le décor sur bois dans l’architecture de Fès

 | 
Catherine Cambazard-Amahan

II. Étude des pièces almoravides ou conditions nouvelles de l’art fasi

Bois almoravides

Texte intégral

Bois sculpté n° 45. 41 (Pl. III)

  • 1 Ayant pour dimensions : 0,95 m x 0,183 m x 0,076 m.

1Ce fragment de bois sculpté1 assigné par le registre d’inventaire à la fin du xiie siècle est attribué par la fiche d’inventaire au xiiie siècle. Il ne comporte aucune mention de provenance. Il est entré au musée du Batha en 1932. L’analyse démontrera qu’il s’agit d’un document almoravide.

2Cette pièce très rare et d’une grande richesse se présente sous la forme d’un long panneau divisé en cinq registres inégaux où se combinent décors géométrique et végétal. Bien que tronqué au début et à la fin, il est relativement bien conservé. La composition axée se développe dans le sens longitudinal. Les registres encadrés sont reliés les uns aux autres par un nœud d’entrelacs qui les unit, de même, au large encadrement latéral de l’ensemble. Les lignes maîtresses du décor, dessinées soit par de grandes formes géométriques soit par des entrelacs, se détachent sur des jeux de fond.

3A la vaste composition d’entrelacs géométriques recti-curvilignes d’inspiration architecturale du registre inférieur, succède une composition florale disposée sur un entrelacs de tiges de tracé circulaire. Le registre médian présente un dispositif d’entrelacs recti-curvilignes issu de l’étoile à huit pointes qu’enserre un octogone régulier en fort relief. Le quatrième registre est la réplique du deuxième. Le cinquième montre une alternance d’étoiles à huit pointes et d’éléments à quatre lobes. Dans les fonds subsistent quelques rehauts de peinture rouge.

4Ce panneau n’offre aucun point de similitude avec les corbelets étudiés plus haut. On n’y retrouve ni la technique sculpturale à base de défoncements verticaux, ni l’organisation du décor, ni le répertoire ornemental. Par contre, on retrouve la filiation de certains procédés mis en œuvre au minbar de la mosquée des Andalous : la tradition de l’encadrement et l’emploi de certains motifs décoratifs.

Planche III : Bois n° 45.41.

La tradition de l’encadrement

  • 2 H. Terrasse, Andalous, p. 42 et 45, voir également Pl. V.A.

5Comme on l’a bien dit, les encadrements marquent le souci constant des ornemanistes de diviser l’espace en panneaux. La richesse de ces encadrements nous a été déjà révélée par la chaire. La mouluration faisait intervenir filets et rainures agrémentées de perles et de dents de scie2. Ici, les encadrements sont d’une grande variété.

  • 3 Le chanfrein est une moulure plate, oblique par rapport aux pans voisins, cf. J.-M. Perouse de Mon (...)

6L’encadrement latéral se présente sous la forme d’un montant ininterrompu fait d’un listel chanfreiné3 auquel succèdent une rainure puis un bandeau offrant un décor cordelé, formé par des lignes obliques en dents de scie. Cet encadrement se rattache à chacun des registres par un nœud d’entrelacs inscrit dans une rainure.

7Les cadres délimitant les registres ont fait l’objet d’un soin particulier : constitués par un galon refendu par une rainure longitudinale médiane, ils sont parfois doublés d’un second encadrement comme on le constate aux premier et troisième registres. Le cadre du premier registre comprend deux listels rainures alternant avec une rainure ornée de nervures inclinées et d’œilletons espacés traduisant la feuille d’acanthe. Le second listel s’entrelace avec l’élément architectural de la composition. Le galon rainure du troisième registre se double du ruban de l’octogone souligné par deux filets bordant une rainure ornée de perles.

  • 4 H. Terrasse, Andalous, Pl. LI-LII.

8L’emploi de nœuds d’entrelacs pour relier les différentes zones décoratives, rappelle un dispositif mis en œuvre au minbar ziride4. De même, certaines formes du décor que l’on relève ici, existaient déjà dans le répertoire ornemental du minbar de la mosquée des Andalous, soit à l’état d’ébauche, soit réalisées.

Les formes du décor

  • 5 H. Terrasse, Andalous, Pl. LXXXI et p. 42.

9Elles s’inspirent de l’architecture, de la géométrie et de la flore. L’élément architectural appliqué au décor se traduisant ici par une arcade à sept lobes, est représenté sur un panneau ziride du minbar par une arcature trilobée reposant sur deux pilastres. Comme au minbar, ces derniers sont traités en motifs floraux5. Les grandes formes recti-curvilignes ne s’y trouvent pas encore.

Planche IV : Bois n°45.41, registre I.

  • 6 H. Terrasse, Andalous, Pl. LIV et p. 43.

10Le motif de l’étoile polygonale élémentaire dérivée du carré étoilé et aux branches rainurées, qui figure au dossier umayyade du minbar6, se retrouve dans les troisième et cinquième registres où il forme le point de départ de l’entrelacs.

11La composition décorative de rosaces à six pétales gravitant de part et d’autre des pointes de l’étoile que déploie le cinquième registre, règne également à la partie supérieure du dossier umayyade du minbar. Dans les panneaux d’encadrement du minbar ziride, c’est encore la rosace à six ou à sept pétales qui garnit les médaillons circulaires (Pl. V.A).

Planche V. : A. Minbar (Mosquée des Andalous), détail de l’encadrement

12Ainsi certains éléments décoratifs nous sont déjà connus par le minbar de la mosquée des Andalous. En revanche, des innovations sont sensibles dans le domaine de la technique sculpturale, de l’esprit du décor, des schémas décoratifs, de la composition et des formes du décor. Elles dénotent diverses influences que l’on tentera de dégager dans l’étude détaillée des registres, en faisant appel aux éléments de comparaison.

  • 7 H. Terrasse, “Art des Reyes de Taifas”, A.A., XXX, fasc. 1, p. 179 [5].

13La composition de ce bois ordonnant en registres et encadrements, des ensembles décoratifs, évoque l’esthétique de l’époque des Reyes de Taifas7.

Premier registre (Pl. IV)

  • 8 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 205.
  • 9 A la Grande Mosquée de Tlemcen, et à la Qubba de Marrakech, G. Marçais, Art musulman, Pl. IV, VII (...)

14Les crochets d’acanthes employés dans l’encadrement, signalés à Madīnat al-Zahrā’8 réapparaissent dans le décor architectural almoravide9.

  • 10 Sur 15 mm.
  • 11 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 127 fig. 19, Pl. XXXIX, XLIV-XLV.
  • 12 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 49 et 64.
  • 13 G. Marçais, Architecture, p. 103 et 232 fig. 58 B ; G. Marçais, “Échanges artistiques”, H, XIX, fa (...)
  • 14 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XXXVIII et XXXIX ; M. Gomez Moreno, Ars Hispaniae, III, p. (...)
  • 15 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 21 fig. 12 -13, et photographie 1 p. 77 ; photo (...)

15Le décor du registre procède d’une arcade à sept lobes et de deux départs d’arcades recti-curvilignes intersectées, formant saillie10 sur un fond à remplissage végétal où perce une composition symétrique axée. L’arc lobé dont la Grande Mosquée de Cordoue dans l’agrandissement d’al- Ḥakam II fournit de nombreux exemples, se maintient au xie siècle à l’Aljafería de Saragosse dans sa fonction architectonique et décorative : l’art almoravide l’emprunte à son tour à la Grande Mosquée de Tlemcen11. A la mosquée al-Qarawiyyīn, deux arcs décoratifs à sept lobes que sépare un claustrum, à la partie haute du miḥrāb, renferment une composition végétale symétrique par rapport à une tige centrale12. L’arc recti-curviligne à découpures en lobes circulaires et angles droits alternés, revêt déjà une fonction décorative dans l’art fatimide d’Ifrīqiyā et du Caire13. A l’Aljafería de Saragosse, la forme constructive subsiste conjointement avec la forme décorative14. Cet arc est repris dans le décor architectural almoravide à la Qubba de Marrakech, à la Grande Mosquée de Tlemcen, à la mosquée al-Qarawiyyīn, et dans le mobilier liturgique almoravide15.

  • 16 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. V et p. 62 fig 9 ; G. Marçais, Architecture, p. 257.
  • 17 G. Marçais, Architecture, p. 248 ; C. Ewert et J.-P. Wisshak, Forschungen zur almohadischen Mosche (...)

16Les lignes principales de ce registre, obtenues par l’entrecroisement d’arcades au profil vigoureux, leur superposition ainsi que celle des colonnettes à cannelures torses qui les supportent, inspirées des ensembles décoratifs régnant à la Grande Mosquée de Cordoue16, reproduisent également les compositions de l’Aljafería de Saragosse17.

  • 18 G. Marçais, Architecture, p. 249.

17Cependant, l’application de l’élément architectural au décor, qui, nous l’avons vu, s’annonçait déjà au xe siècle, est conforme à la tendance observée au xiie siècle18.

  • 19 Connu sous l’appellation locale de Darğ-u-Ktef.
  • 20 La ‘anāza de la mosquée des Andalous, infra p. 104.
  • 21 Marqueterie de faïence émaillée.
  • 22 Une frise inventoriée au musée sous le n° 45.74.

18L’usage des tracés recti-curvilignes se maintiendra ultérieurement sous forme d’entrelacs architecturaux19, ornant les portes almohades et une pièce de mobilier liturgique en bois20. L’époque mérinide verra leur emploi dans le décor extérieur en zellij21 des minarets d’édifices religieux. Ils orneront également des éléments d’architecture en bois22.

  • 23 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 204. Les corbeaux exceptés à l’Aljafería, cf. M. Gomez More (...)
  • 24 Tlemcen nous offre le même diagramme dans les arcatures et les panneaux de la coupole. On le voit (...)

19Ces grandes formes géométriques enserrent, à un niveau inférieur, une composition végétale d’ordonnance symétrique, à tige médiane. Des rameaux latéraux ordonnés en spires s’en échappent. L’examen de l’élément linéaire de ce décor floral révèle plusieurs influences. Comme à l’Aljafería de Saragosse et comme à la mosquée al-Qarawiyyīn, la tige est un mince filet23. Des schémas symétriques attestés à Kairouan au ixe siècle, à Cordoue, et à l’Aljafería de Saragosse, conjointement, il est vrai, avec des schémas asymétriques, se retrouvent à l’époque almoravide dans le décor architectural et dans les arts mobiliers24.

  • 25 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 40.

20A la tige médiane que coiffe une menue palme nervée, adhèrent des formes végétales secondaires — nodosités, bourgeons nervés, crochets, disques — qui ponctuent les différents étagements des axes latéraux secondaires. Ces vestiges de l’art du Califat et de celui des Reyes de Taifas subsistent dans le répertoire ornemental almoravide25.

  • 26 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 242 fig. 44.
  • 27 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 115 -118, tabla XXI, 2, 5, 1 (...)

21La palme double nervée aux lobes presque égaux comme à la maqṣūra de la Grande Mosquée de Tlemcen est le type dominant de cette composition26 ; l’emploi de l’œilleton se limite à marquer l’aisselle des deux lobes (fig. 75-6). Ce traitement de la palme à digitation d’acanthe évoque celui en vigueur à Madīnat al-Zahrā’, à Tolède au xie siècle et à la Grande Mosquée de Tlemcen27.

  • 28 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 205 fig. 33.
  • 29 G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 378 fig. 7-f.
  • 30 J. Galloti, “Sur une cuve de marbre”, H, III, Pl. I-II.
  • 31 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 58 ; G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 378 fig. 8-1 ; H. Terrasse, “Art d (...)
  • 32 Le minbar de la Bu ‘nāniya inventorié au musée sous le n° 66.2.2.
  • 33 J. Ferrandis, Márfiles árabes, I, lám III-IV número 4.
  • 34 G. Marçais, Architecture, fig. 155 p. 252.
  • 35 G. Marçais, “Alger”, H, I, fig. 6-d et p. 377.
  • 36 H. Terrasse, “Art de l’empire almoravide”, S. I., III, Pl. VIII.

22La palme simple est représentée sous ses formes symétriques et asymétriques. La palme simple symétrique (fig. 62) aux digitations empilées et à la forme trapue, évoque le souvenir de la feuille de vigne comme à l’Aljafería de Saragosse28. Elle est également représentée au minbar de la Grande Mosquée d’Alger29. Le calice à nervures formant sa base, que l’on constate sur une cuve de marbre datant du Califat de Cordoue (991 -1008 J.-C.) de la madrasa B. Yūsuf à Marrakech30 se retrouve dans la flore almoravide de la mosquée al-Qarawiyyīn, dans celle des minbars de la Grande Mosquée d’Alger, de la Kutubiya, de la mosquée al-Qarawiyyīn. Il se rencontre également à la Qubba almoravide de Marrakech31. Le décor monumental et mobilier en bois32 d’époque mérinide conservera ce traitement de la base de la palme. La palme simple asymétrique, revêtant l’aspect d’une demi-acanthe légèrement arquée, comporte à sa base un disque ou une pastille perforée (fig. 64). Cet élément sur lequel prend appui la palme, s’annonce sur des ivoires d’époque umayyade33, et à l’Aljafería de Saragosse34. Il figure aux minbars de la Grande Mosquée d’Alger35 et de la Kutubiya36.

  • 37 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 175.
  • 38 Répertorié au musée sous le n° 45.87, infra p. 107-113.

23La composition florale de ce registre répond aux exigences d’un décor couvrant en même temps qu’à un souci d’équilibre, et témoigne d’une virtuosité décorative. La facture des sculptures florales mérite qu’on s’y arrête : elle comporte deux plans principaux dont participent à la fois la tige et la palme. Ce procédé que l’on remarque dans la partie inférieure de la composition, s’applique à la palme double à enroulement convexe (fig. 75) et à la palme simple symétrique à calice (fig. 62). A la tige qui fait partie intégrante — à un plan inférieur— du fond à remplissage végétal, s’adapte la feuille, se détachant en relief au même niveau que les formes d’inspiration architecturale. Deux palmes doubles affrontées et deux palmes simples symétriques— orientées vers le bas — et dont l’axe concorde avec les diagonales du bas du registre, sont ainsi traitées. Cet artifice introduit un rappel des types floraux identiques mais de dimensions plus réduites du plan inférieur. De même, si le contour des palmes affrontées suggère le tracé lobé des arcs, l’orientation des palmes simples répond à celle des formes recti-curvilignes, selon les diagonales du haut du registre. L’on ne retrouve pas ici la sculpture champlevée des pièces en bois du xe siècle. La facture de l’ensemble comprend deux plans principaux. Le traitement en relief des motifs sculptés en plein bois, offre un dégradé particulièrement soigné. Les palmes dont les nervures forment de légères dénivellations, affectent un plan incliné, reliant ainsi les deux plans du décor. Les ivoires umayyades usant de tailles obliques, donnaient déjà l’impression d’un décor à plusieurs plans37. Un effet identique sera obtenu sur un linteau de bois almohade par le recours à deux techniques sculpturales38.

  • 39 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 204.
  • 40 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 38.
  • 41 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 37.

24Dans ce registre où s’affirme l’union de la géométrie et de la flore, déjà réalisée dans les panneaux de l’Aljafería39, la hiérarchisation du décor en plusieurs plans révèle la technique sculpturale almoravide40. Ces jeux de fond floraux garnissant les formes géométriques, conformes à l’esthétique almoravide41, annoncent, de même, l’esprit futur du décor : le décor couvrant caractéristique de l’art mérinide.

Deuxième registre (Pl. V.B et fig. 1)

25Ce registre développe une composition florale dont les tiges forment des orbes presques fermés, tangents au cadre inférieur et à l’encadrement latéral. Cette composition est constituée par des cercles sécants par moitié, de même rayon (fig. 1 bis). Chaque cercle passe par le centre du cercle suivant. Le point de tangence situé au milieu de la sécante du cercle, est matérialisé par une nodosité nervée. Si l’on considère le cercle central, la nodosité nervée qui en ponctue le centre, se situe également sur l’axe longitudinal médian de l’ensemble du panneau, qui est un axe de symétrie ici suggéré.

Planche V : Β. Bois n° 45.41, détail registre II.

  • 42 Qāṭa‘ u meqṭū‘.

26Si la composition est symétrique dans son ensemble, l’on y décèle, par contre, de légères dissymétries imposées par la loi de l’entrelacs : en effet, les tiges de tracé circulaire, passent alternativement au-dessous et au-dessus42 des terminaisons végétales — les palmes — qu’elles rencontrent.

  • 43 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 63.

27De même, c’est l’organisation des tiges qui a commandé le tracé et la disposition des formes florales : au centre de la composition, s’inscrit une palme à deux lobes égaux à enroulement concave où s’intercale un bourgeon axillaire de taille réduite (fig. 71). On relève aussi deux palmes doubles affrontées dont les lobes inférieurs s’adaptent sur la tige (fig. 72). Le point de tangence des cercles est encore signalé par de menues palmes nervées. De même, chaque portion de cercle formant l’espace d’intersection, est meublé par une palme simple symétrique à calice dont elle a imposé le tracé. Chaque groupe de deux palmes, marque l’achèvement de tiges qui s’appuient sur la base du cercle. Ce parti décoratif où les types floraux s’ordonnent selon un schéma d’ensemble, triomphe à la Qubba de Marrakech43.

  • 44 Un décor floral construit sur un tracé identique est signalé à la madrasa de Salé, fondation d’Abū (...)

28Si les tiges de tracé circulaire sont un support géométrique comme dans la flore du Califat, leur schéma décoratif à base de cercles sécants par moitié, révèle des tendances nouvelles — la géométrisation du décor — qui régneront dans les compositions mérinides44. Ce schéma introduit, par ailleurs, un mouvement rythmique dans la composition.

Figure 1 : Décor floral, Bois n° 45.41

  • 45 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 53 et 61, tabla IX, 101.
  • 46 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 52 - 53 et 61, tabla IX, 82  (...)
  • 47 G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 378 fig.8.
  • 48 G. Marçais, Art musulman, Pl. VI.

29Parmi les types floraux, on retrouve la palme simple à calice mais moins trapue et légèrement évidée dans l’axe (fig. 61) rappelant certains types de l’époque califale45 et de celle des Reyes de Taifas46 que perpétuent le minbar de la Grande Mosquée d’Alger47 et un panneau d’encadrement du. miḥrāb de la Grande Mosquée de Tlemcen48.

  • 49 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 48.
  • 50 G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 377 fig 6-a et p. 378.

30Les palmes doubles nervées à enroulement concave, (fig. 71-2-3-5) comptent parmi les types floraux almoravides de la mosquée al-Qarawiyyīn49. L’adaptation sur la tige du lobe inférieur des palmes affrontées (fig. 72-3) se rencontre au minbar de la Grande Mosquée d’Alger50. Des formes florales secondaires complètent la composition : ce sont de menues palmes nervées accrochées au cadre supérieur et semées dans les vides.

Figure 1 bis : Tracé régulateur.

31Ainsi, si le décor conserve l’usage d’éléments répétitifs servant au remplissage — héritage du xe siècle — il offre également des éléments nouveaux — la géométrisation du décor — que l’on retrouvera ci-après, appliquée à l’élément géométrique.

Troisième registre (P1. VI. A et fig. 2)

  • 51 De 16 mm de saillie.
  • 52 Ὁqda.

32Un octogone en relief51, encadre un décor géométrique ayant comme point de départ une étoile centrale à huit pointes issue du carré étoile. Les branches qui prolongent les pointes de l’étoile, allégées d’un sillon central, forment des retours en nœuds52 dont certains débordent du cadre octogonal, et engendrent un système d’entrelacs. Les brins d’entrelacs dessinent également un carré lobé. Des formes végétales secondaires soulignent les croisements des brins d’entrelacs ou garnissent l’intérieur des formes géométriques. Ce sont de menues palmes ou des rosaces à six pétales.

  • 53 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 205.
  • 54 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración geométrica, p. 55 et 57, tabla IX, 90b. (...)

33Les éléments du répertoire décoratif font penser à l’art du Califat et à celui des Reyes de Taifas : le ruban de l’octogone est large comme à l’Aljafería de Saragosse53. La disposition à l’intérieur de l’octogone, d’une étoile à huit pointes timbrée d’une rosace, s’observe à Cordoue au xe siècle54.

Planche VI : Bois n° 45.41, A. détail registre III

  • 55 G. Marçais, “Nouvelles remarques”, Annales de l’Institut d’Études Orientales, VI, p. 48.
  • 56 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 119-120.
  • 57 K. Brisch, Die Fenstergitter und verwandte ornamente, Tafel 43 b.
  • 58 G. Marçais, Architecture, p. 117-118.

34Les polygones étoilés attestés au ixe siècle dans les plâtres de Samarra55, se retrouvent dans l’art umayyade à la mosquée d’al-Hakam56, et à un claustrum du Musée archéologique de Cordoue57. Ils figurent également à l’époque fatimide58. L’art almoravide les emprunte à son tour. Les réalisations architecturales et mobilières en bois d’époque mérinide montreront le développement atteint par le décor rectilinéaire et ses éléments générateurs.

  • 59 K. Brisch, Die Fenstergitter und verwandte ornamente, Tafel 23 b.
  • 60 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración geométrica, p. 69 et 71, tabla XIV, 144 (...)
  • 61 Sur des poutres de Tolède des xiie, xiiie et xive siècles ; B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musul (...)
  • 62 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 30, Pl. 39, 40, 51, 62, 63.
  • 63 La maqṣūra de la Grande Mosquée de Tlemcen ; H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 242 fig. 44. (...)

35Le médaillon aux angles droits et lobes alternés, ou carré lobé, se montre, comme l’étoile polygonale, employé en claustra59. Il se trouve à Madīnat al-Zahrā’60 et dans l’art postérieur au Califat61. Il s’inscrit parmi les figures qui sont à la base du décor géométrique à la mosquée al-Qarawiyyīn62. Il orne également le mobilier liturgique almoravide en bois63.

  • 64 G. Marçais, Architecture, p. 55.
  • 65 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración geométrica, p. 103-104, tabla V, 60 ; p (...)
  • 66 G. Marçais, “Alger”, H, I, Pl. IV-V.

36La nature de l’entrelacs appelle quelques remarques : il est sillonné par une rainure longitudinale, comme dans le décor géométrique aghlabide de Kairouan64. Ce schéma décoratif est attesté également dans les fondations umayyades de la mosquée d’al-Hakam II et de Madīnat al-Zahrā’ ainsi qu’à l’Aljafería de Saragosse65. Il persiste au minbar de la Grande Mosquée d’Alger66.

  • 67 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 30.
  • 68 G. Marçais, “Nouvelles remarques”, Annales de l’Institut d’Études Orientales, VI, p. 50.

37Comme à la mosquée al-Qarawiyyīn67, s’affirme le souci d’atténuer la rigueur des formes géométriques, à l’aide de courbes et de formes florales secondaires prolongeant, ici, les pointes extérieures de l’étoile. L’introduction de ces courtes feuilles aux croisements des brins d’entrelacs, met ceux-ci en évidence, conformément aux lois de l’entrelacs68. Elle inaugure aussi la contamination de la ligne géométrique par l’élément floral, tendance qui s’annonce aux xie et xiie siècles et qui prendra son essor sous les Almohades.

Figure 2 : Diagramme de construction, Bois n° 45.41

  • 69 Le ruban de l’octogone a, nous l’avons vu, 16 mm de profondeur, l’entrelacs 11 mm, et la rosace ce (...)

38Si la facture comporte plusieurs plans69 et si certaines tendances relèvent de l’art almoravide, des nouveautés sont à signaler dans le domaine géométrique. Les nœuds d’entrelacs dont les peintures sur enduit de la forteresse de Yūsuf b. Tāšfīn nous offrent quelques exemples, sont les prototypes des motifs en tresse dont les bois mérinides connaîtront le développement. Ils confirment la géométrisation du décor.

Cinquième registre (Pl. VI.B)

39Ce registre réunit certains éléments mis en œuvre précédemment : l’entrelacs rainure fait d’étoiles à huit pointes et composé de courbes, la présence de motifs isolés, l’entrelacs de tiges, le type de la palme à calice.

40Deux étoiles à huit pointes sont reliées entre elles et encadrées par des étoiles à quatre pointes dessinées par des courbes. Le tracé développe des courbes et des contre-courbes en demi-cercle qu’unissent un nœud d’entrelacs, et des courbes brisées.

Planche VI : Bois n°45.41, B. détail registre V

41Les adjonctions végétales meublent les formes géométriques au même niveau que celui des brins d’entrelacs et à un plan inférieur : les rosaces à six pétales ponctuent le fond des étoiles curvilignes. Situées dans les intervalles du schéma d’entrelacs, elles contribuent à mettre en valeur l’étoile autour de laquelle elles gravitent, engendrant une composition rayonnante. L’étoile à huit pointes est encore rehaussée par une composition végétale symétrique : une palme simple à calice, encadrée de deux palmes asymétriques nervées.

  • 70 K. Brisch, Die Fenstergitter und verwandte ornamente, Tafel 43 b.
  • 71 G. Marçais, Architecture, p. 180.
  • 72 K. Brisch, Die Fenstergitter und verwandte ornamente, Tafel 71 b.
  • 73 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración geométrica, p. 103-104, tabla V, 55 et (...)
  • 74 A la Alcazaba de Málaga, et à Almería, cf. M. Gómez Moreno, Ars Hispaniae, III, p. 251 fig 305 et (...)

42Le souvenir de Cordoue s’impose dans les schémas décoratifs, la composition et les motifs ornementaux. L’emploi de courbes et de contre-courbes prolongeant les pointes du polygone dérivé du carré étoile, rapproche ce décor de celui d’un claustrum du Musée archéologique de Cordoue70. Le développement futur de ce type de composition a d’ailleurs été signalé71. Les éléments à quatre lobes se montrant déjà sur un claustrum umayyade de Qaṣr al- Ḥair al- Ġarbi au musée de Damas72, se retrouvent à Madīnat al-Zahrā’73 et dans l’art ornemental des Reyes de Taifas74. Les lobes y forment des demi-cercles ou des courbes brisées.

  • 75 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración geométrica, p. 107. On le rencontre par (...)
  • 76 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 129 fig. 20. Aux plafonds de la Grande Mosquée de Cordoue, (...)
  • 77 G. Marçais, Architecture, p. 54 fig. 28.C.

43Le schéma de nœuds d’entrelacs reliant ces étoiles curvilignes à quatre pointes au cadre, survivance de l’art umayyade d’Orient et abbasside75 est observé à Cordoue et sur les ivoires hispano-mauresques76. Quant à la disposition rayonnante de rosaces, évoquée ci-dessus, elle existait déjà à Kairouan au ixe siècle77.

  • 78 J. Meunié et H. Terrasse, Recherches, fig. 7.A.3 ; fig. 8.C. 4-g ; fig. 9 D. l ; J. Meunié et H. T (...)
  • 79 G. Marçais, “Alger”, H, I, Pl. V et 30-a.
  • 80 J. Meunié et H. Terrasse, Recherches, Pl. 59, n° 10 ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 55, 59, 60, 61  (...)
  • 81 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 55, 56, 59 et p. 39.
  • 82 G. Marçais, Architecture, p. 248.

44L’art almoravide conservera un certain nombre de ces éléments : les étoiles curvilignes à quatre lobes ornées ou non de rosaces à six pétales, déterminent l’entrelacs dans les décors peints sur enduit de la forteresse de Yūsuf b. Tāšfīn et sur une frise de plâtre sculpté à la Qubba de Marakkech78. La rosace à six pétales est abondamment représentée : elle occupe sur les panneaux du minbar de la Grande Mosquée d’Alger, les intervalles des galons d’entrelacs, prenant une disposition rayonnante79. Elle timbre un fragment de plâtre sculpté découvert à Marrakech, ponctue l’axe des tiges aux claustra floraux de la mosquée al-Qarawiyyīn et apparaît, garnie de détails intérieurs, à la Grande Mosquée de Tlemcen80. Dans le domaine du décor végétal, la palme simple asymétrique dont la base est constituée par une foliole plus large, se rencontre aux claustra de la mosquée al-Qarawiyyīn81. Moins allongée que les types floraux du xie siècle82, elle appartient au répertoire ornemental almoravide.

  • 83 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 30.
  • 84 J. Meunié et H. Terrasse, Recherches, fig. 6.A-4, fig. 7.A-3, fig. 8.C-1, fig. 9.D-1, p. 24 et 68. (...)
  • 85 G. Marçais, Art musulman, Pl. VI.
  • 86 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 50-51.

45La conception du décor, sa composition et son modelé, révèlent de même, une esthétique bien almoravide : dans ce registre où le filet rainure cernant les figures géométriques, réapparaît dans l’encadrement, et où les figures sont elles-mêmes nouées au cadre, s’affirme le principe de la continuité de l’entrelacs que maîtrise le décor géométrique de la mosquée al-Qarawiyyīn. S’y manifestent également la contamination de la ligne géométrique par l’élément floral comme à la mosquée al-Qarawiyyīn83, et la volonté d’adoucir les formes géométriques par l’emploi de lignes courbes. Cette prédilection pour l’élément curviligne dont témoigne ce très beau jeu de courbes et de contre-courbes, également en faveur dans les décors peints sur enduit de la forteresse de Yūsuf b. Tāšfīn, dénote une tendance almoravide84. On notera de même, le remplissage de l’étoile à huit pointes dans maintes œuvres almoravides : dans un panneau d’encadrement du miḥrāb de la Grande Mosquée de Tlemcen, l’étroile enserre une composition végétale axée85. Meublée de motifs végétaux symétriques, elle garnit deux frises géométriques à la partie haute du miḥrāb de la mosquée al-Qarawiyyīn86.

  • 87 La profondeur est de 16 mm.

46Enfin le modelé indique une facture almoravide : il use de tailles obliques sensibles dans le détail des nervures des palmes. Le traitement des pétales des rosaces s’efforce vers la ronde-bosse et la facture de l’ensemble comporte deux plans87.

47L’art fasi sous les Mérinides montrera certaines de ces formes assimilées et traduites dans un esprit nouveau : la rosace s’y maintiendra sous différentes formes. L’étoile à quatre lobes s’y perpétuera dans les réalisations en bois, tant architecturales que mobilières. Mais ce seront des étoiles rectilignes comme dans l’art mameluk du Caire, et non plus des éléments curvilignes.

48Cette analyse démontre que ce bois est almoravide. Son décor prolonge les formules élaborées par l’Espagne musulmane. S’il fait appel à des traditions remontant au Califat de Cordoue, il perpétue également des tendances de l’art des Reyes de Taifas, que l’on sent très proches. Parallèlement s’y révèlent des éléments nouveaux annonçant l’art fasi des siècles suivants.

Corbelet n° 45.588 (Pl. VII)

  • 88 Il mesure 0,85 m x 0,09 m x 0,07 m. Il en existe un autre au décor identique inventorié sous le n° (...)

49Ce corbelet, non daté, a été découvert en 1935 dans les combles de la grande nef de la mosquée al-Qarawiyyīn. La fiche d’inventaire n’indique pas l’époque à laquelle il a été déposé au musée.

50La composition des faces latérales, encadrée par une moulure simple suivie d’une rainure meublée de rosaces quadripétales entre deux listels, procède d’enroulements alignés traités en léger relief. Des volutes superposées, circonscrites par un élément de tige déterminant un quart de rond, se localisent à l’extrémité du corbelet. Leur forme allongée et leur disposition permettent d’établir un rapprochement avec les nervures des palmettes arrondies en conques, en dépit du profil à arêtes vives que revêt ce corbelet.

Planche VII : Corbelet n° 45.5.

  • 89 Supra p. 24-27.

51Cette pièce n’est pas sans analogie avec les organes de support du xe siècle89. On y retrouve les enroulements formant, sur la face inférieure, de petits cylindres taillées en plein bois de part et d’autre d’un bandeau. La mouluration elle-même combine des éléments observés sur ces corbelets.

  • 90 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 81 et 83, tabla XII, 6-15 ; (...)
  • 91 L. Torres Balbas, “Quicialeras hispano-musulmanas”, A. A., XXI, fasc. 2, p. 370 [32].

52Les éléments du décor font songer au répertoire ornemental de l’Espagne musulmane : le dispositif des volutes se rencontre à Madīnat al-Zahrā’ (xe siècle) et à l’Aljafería de Saragosse (xie siècle)90. Il orne également une crapaudine découverte dans le sous-sol de la Alcazaba de Málaga datant de la seconde moitié du xiie siècle91.

  • 92 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 171 -172, tabla XXVIII, 9 ; (...)

53Le décor de l’extrémité offre un élément nouveau : l’élément de la palmette dérivée de la conque. Cet élément est attesté à plusieurs reprises sur des organes de support à Madīnat al-Zahra’, à l’Aljafería de Saragosse, à l’église San Millán de Ségovie (xiie siècle) ainsi qu’à Grenade au xie-xiie siècle92.

  • 93 G. Marçais, Art musulman. Pl. IV.
  • 94 G. Marçais, Architecture, p. 195 fig. 124.

54On retrouve la filiation de ces motifs à l’époque almoravide : à la Grande Mosquée de Tlemcen, des volutes accouplées par paires, composent une bande décorative courant autour des lambrequins93. L’art almoravide use également du motif de palmette ornant les blochets de la Grande Mosquée de Tlemcen94.

55En dépit de l’imprécision de la fiche d’inventaire du musée, nous pouvons induire que ce bois est de réalisation almoravide. Par ailleurs, nous savons que la nef axiale de la mosquée al-Qarawiyyīn d’où ce bois provient, a été aménagée par les Almoravides au début du xiie siècle.

56La pièce suivante représente un corbelet de type différent dont le décor est déjà plus conforme à celui des blochets de la Grande Mosquée de Tlemcen, ces derniers nous fournissant, à ce jour, les seuls éléments de comparaison pour la période concernée.

Corbelet n° 45.20695 (Pl. VIII)

  • 95 Il mesure 0,47 m x 0,08 m x 0,115 m ; le musée possède quatre autres corbelets de même style hormi (...)

57Ce corbelet non attribué, n’est pas non plus daté par le registre d’inventaire. Il offre trois faces profondément ouvragées : les faces latérales et la face inférieure.

Planche VIII : Corbelet n° 45.206, A. face latérale.

58Les faces latérales ornées (Pl. VIII. A) dont l’une est mutilée à sa partie inférieure et à son extrémité, sont délimitées par un encadrement d’usage. Elles révèlent un départ de rinceau auquel s’adaptent des palmes de facture et de type différents. Une tige faite d’un simple filet, circonscrit une vaste palmette puis enveloppe une palme enroulée, à digitation d’acanthe. Les ramifications donnent naissance à une palme simple symétrique à calice nervé, à une palme lisse déprimée dans l’axe médian, et à une demi-palme triangulaire nervée d’aspect rigide. La palme enroulée, et la tige qui l’entoure, sont construites sur un tracé de cercles concentriques (fig. 3).

59La face inférieure mutilée (Pl. VIII.B), reçoit également une décoration florale. Une palme simple symétrique à calice nervé est enclose dans un médaillon ovale formé par le prolongement des tiges. Celles-ci se croisant au sommet du médaillon, s’achèvent par deux demi-palmes triangulaires. Ces éléments dont l’axe médian se confond avec l’arête du bois ont leur symétrique sur l’autre face, comme nous l’avons vu ci-dessus, pour former une palme complète. Entre la base de ces deux palmes, se dispose une palme nervée en éventail. L’extrémité de la face inférieure est détériorée. Elle affecte un profil légèrement concave.

  • 96 Supra les corbelets du xe siècle, p. 25 et 27.
  • 97 Supra la pièce n° 45.41 en particulier les registres I-II et IV, Pl. IV et V.B et p.38, 40, 42.
  • 98 Supra p. 25-26.
  • 99 Supra p. 44-45 et registres II-III (Pl. V.B et VI.A).

60Certains éléments de ce décor nous sont déjà familiers : l’encadrement96 — bien qu’à la rosace quadripétale se soit substituée celle à six pétales — la nature de la tige97, le type de la palme simple à calice (fig. 61 et 62), le schéma décoratif du médaillon98, et le motif de conque qui s’annonçait seulement sur la pièce précédente. On retrouve également la même fonction assignée aux formes végétales secondaires : le rattachement au cadre et l’adoucissement des angles99.

Planche VIII : Corbelet n° 45.206, B. face inférieure.

  • 100 L. Golvin, Essai, 4, p. 153 fig. 56.
  • 101 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 167 -168, tabla XXVII,

61La composition de ces éléments fait songer à l’art des Reyes de Taifas. La disposition de la tige délimitant la palmette, de la feuille enroulée la prolongeant, et de la palme triangulaire d’aspect très raide semble fixée dès cette époque : elle apparaît en effet, sur les blochets de l’Aljafería de Saragosse100 et sur un corbelet grenadin du xie-xiie siècle101. Ce dernier nous révèle également un type de palme à base arrondie prenant place comme ici dans l’espace compris entre le cadre supérieur et la conque.

Planche IX : Corbelet n° 85.9.2, A. face latérale.

  • 102 G. Marçais, Architecture, p. 195 fig. 124.

62Ce corbelet révèle néanmoins des éléments nouveaux dans le domaine de la composition, des types végétaux et de la sculpture, qui trahissent une esthétique almoravide. Le mouvement d’ensemble appartient bien au xiie siècle. On le retrouve aux blochets de la Grande Mosquée de Tlemcen102. De même ici, la surface dévolue au décor et le schéma de la tige ont commandé la forme des palmes. La palme simple à calice, évidée dans l’axe, revêt une silhouette moins trapue que précédemment. Cette évolution s’inscrit dans la conception du décor almoravide. C’est ainsi que la palme simple meublant l’involution du rinceau tend à évoquer la pomme de pin figurant aux blochets de Tlemcen. La palme enroulée revêt une digitation d’acanthe où des nervures lisses alternent avec des nervures à œilleton. Comme sur la pièce n° 45.41, l’œilleton est employé avec parcimonie (fig. 64-6 et fig. 71-2-3-5-6-).

Planche IX : B. Corbelet n° 85.9.3, face inférieure.

  • 103 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 238.
  • 104 Cf. Supra p. 25 et Pl. I.

63Un type floral nouveau nous est révélé par la palme lisse dont H. Terrasse signale l’apparition à l’époque almoravide103. Cependant nous avons vu précédemment qu’elle est antérieure104. Dans le décor floral de la mosquée al-Qarawiyyīn, elle apparaît en effet sous des formes secondaires et en seconde posture. Il sera donné à l’art almohade de la promouvoir au premier rang des formes florales.

64A cette distribution s’allie un modelé particulièrement riche. L’on constate trois factures différentes. Les rosaces de l’encadrement sont sculptées en champlevé. A ce modelé fait place dans les parties ornées, une sculpture en relief très élaborée. Dans cette étude du modelé, il convient de distinguer trois ensembles : la palme à calice et celle asymétrique meublant l’orbe du rinceau, la conque, et la palme extérieure à ces deux éléments de composition.

  • 105 La profondeur est de 13 mm.
  • 106 Sur 4 mm.

65La facture du premier ensemble comporte deux plans. Les deux palmes se situent au même niveau que celui du rinceau105. La palme simple symétrique légèrement évidée dans l’axe se creuse à sa base. Le calice fait saillie par rapport à celle-ci106. Les détails de la palme enroulée sont modelés avec soin : les nervures présentent des tailles obliques et les œilletons se détachant en relief, sont traités en surface courbe.

66Les nervures de la palmette ne sont pas sur le même plan que la sculpture d’ensemble. Légèrement superposées, les unes par rapport aux autres, leurs plans successifs présentent des différences de niveau sensibles. Convergeant vers l’extrémité inférieure, elles présentent des plans inclinés.

  • 107 Technique en usage dans l’art du Califat abbasside, et selon laquelle de profondes rainures dessin (...)
  • 108 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 227 et 243.

67Le troisième élément révèle une technique sculpturale différente évoquant le défoncement linéaire107. L’axe de la feuille, déprimé, est taillé en biseau. De part et d’autre, le limbe est modelé en plans courbes. Cette technique dénote-t-elle une influence orientale dont l’apport à cette époque a été signalé108 ? Nous ne saurions l’affirmer avec certitude.

  • 109 Cf. la pièce n° 45-41, registre I, Pl. IV et supra p. 38 et 41.

68A la richesse du modelé se prêtant aux jeux de lumière, s’unit une recherche décorative. La présence de la palme triangulaire à la fois sur les faces latérales et sur la face inférieure permet de relier deux plans différents du décor (Pl. VIII.A). Un effet identique avait été obtenu précédemment par un artifice différent109.

69Toutes ces données nous incitent à nous prononcer sur l’attribution almoravide de ce corbelet et à l’assigner au xiie siècle.

Figure 3 : Diagramme de construction, Corbelet n° 45.206

Blochet n° 45.23110 (Pl. X)

  • 110 Il a pour dimensions 0,45 m x 0,16 m x 0,06 m.

70Nous avons ici, une pièce différente qui offre une composition plus vaste que les pièces étudiées plus haut. Elle est attribuée par la fiche d’inventaire au xiiie siècle. Celle-ci ne mentionne pas sa date d’entrée au musée.

Planche X : Corbelet n° 45.23.

  • 111 Cf. la pièce n° 45.41, Pl. VI.A et B.

71Ce fragment de blochet, amputé à chaque extrémité, présente une composition florale de belle venue, organisée symétriquement par rapport à un axe longitudinal. Cette composition met en œuvre un entrelacs de tiges au tracé circulaire, qui développe un départ de rinceau. L’axe et les involutions du rinceau sont allégés d’un sillon central que nous avons vu ci-dessus111, appliqué à l’élément géométrique. Sur ce rinceau, se disposent des formes florales : ce sont des palmes à digitations d’acanthe aux lobes légèrement inégaux dont l’un est enroulé, et des palmes asymétriques à calice nervé. La tangence à l’axe de la pièce est soulignée par des rosaces à quatre pétales dont la facture en fait une variante des rosaces à six pétales (Pl. X), par des formes florales secondaires arrondies que l’on appellera, faute de mieux, des nodosités nervées — bien qu’elles évoquent l’étoile à huit pointes, sculptée en relief et en forme de trapèze — et par de menues palmes nervées qui annoncent en même temps le croisement des tiges. L’organisation de celles-ci a commandé la composition florale : on notera à cet effet, la construction à partir de cercles concentriques, du lobe enroulé d’une palme double et de l’involution du rinceau dans laquelle cette palme se situe (fig. 4). Cela permet de voir quels très beaux jeux de tiges et de feuilles s’allient avec beaucoup d’élégance.

72A ces formes florales, il convient de joindre la pomme de pin disposée en paire, sur l’épaisseur du blochet. L’état d’usure de ce bois ne permet pas d’affirmer si ces deux pommes de pin sont symétriques ou asymétriques. Leurs écailles sont faites de profondes entailles et leur base est traitée avec deux feuilles charnues et évidées.

73Cette composition reprend le schéma décoratif et certains éléments floraux des pièces déjà étudiées : le tracé sur des cercles sécants (fig. 1 et 1 bis) et le calice nervé (fig. 61-2).

  • 112 H. Terrasse, “Art musulman d’Espagne”, C.C.M., avril-juin 1965, p. 155.
  • 113 G. Marçais, Architecture, p. 51 fig. 25, p. 114 fig. 72.
  • 114 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 146.
  • 115 G. Marçais, Architecture, p. 248 et p. 252 fig. 155.

74L’on y discerne des éléments nouveaux — la nature de l’entrelacs, des types floraux et leur facture— qui évoquent certains procédés élaborés par l’Espagne musulmane : la tige rainurée se rencontre dans l’art musulman occidental, depuis le premier style de Madīnat al-Zahrā’112, aussi bien que dans la sculpture d’époque aghlabide sur pierre et sur bois ou fatimide113. Elle figure encore dans la flore de la mosquée d’al-Hakam114 et dans celle de l’Aljafería de Saragosse offrant comme ici, une disposition symétrique115.

  • 116 J. Galloti, “Sur une cuve de marbre”, H, III, Pl. II

75Les formes florales du décor révèlent également une parenté avec la flore andalouse : les palmes à enroulement convexe revêtent les digitations de l’acanthe umayyade. Contrairement aux pièces précédentes (Pl. IV et V.B), celle-ci fait un usage répété de l’œilleton qui sépare régulièrement les folioles lisses, de deux en deux. Ces palmes de même que les palmes simples asymétriques à calice (fig. 63) apparaissent déjà réalisées dans le décor floral amiride, notamment à la cuve de marbre de la madrasa de Marrakech116. Des différences y sont cependant décelables : dans le décor de la cuve, les palmes asymétriques à calice sont plus allongées, et les palmes doubles qui comportent, comme ici, un lobe enroulé, font l’objet d’un modelé moins élaboré. Hormis ces légères dissemblances, il convient d’insister sur l’étroite analogie qui existe entre la composition du décor de la cuve, et celle de ce bois-ci : dans les deux cas, la palme double et l’involution du rinceau sont tracées sur des cercles concentriques.

  • 117 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 33 et 141.
  • 118 H. Terrasse, Andalous, p. 42-43, 46-47 et Pl. LVI, LXI, LXXIV et LXXVII etc..
  • 119 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 167 et 206.

76La pomme de pin, attestée dans le décor de Byzance et de la Syrie umayyade, se retrouve également dans l’art abbasside et dans l’art umayyade d’Espagne117. Elle se montrait déjà sous différentes formes dans le premier art fasi avec le minbar la mosquée des Andalous118. Elle s’impose dans le répertoire floral sous les Amirides et les Reyes de Taifas119.

  • 120 G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 371 et Pl. I, II, III, IV ; H. Basset et H. Terrasse, “Sanctuaires e (...)
  • 121 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 38 et Pl. 59-61 ; J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 1 (...)
  • 122 Catalogue de l’exposition : L’Islam dans les Collections nationales, p. 120.

77Tous ces éléments participent au décor almoravide. La sculpture sur bois et sur plâtre recourt à la tige rainurée : on la trouve dans le mobilier liturgique, aux minbars de la Grande Mosquée d’Alger, de la Kutubiya et de la mosquée al-Qarawiyyīn120. Le décor architectural en fait également usage, comme en témoigne la flore des claustra de la mosquée al-Qarawiyyīn, des panneaux de la Qubba de Marrakech, et de la Grande Mosquée de Tlemcen121. La composition symétrique en hauteur de tiges ordonnées en départ de rinceau, de part et d’autre d’un axe médian, et le jeu harmonieux des palmes et de leur support, s’observent sur bois au minbar de la Kutubiya122.

  • 123 J. Meunié et H. Terrasse, Recherches, Pl. 60 n° 260.
  • 124 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 66, fig. 36 et p. 67 ; H. Terrasse, Qaraouiyin, (...)

78La digitation d’acanthe qui modèle les palmes doubles dont un lobe s’enroule avec souplesse et vigueur à la fois, règne à la mosquée al-Qarawiyyīn. Elle figure sur un fragment de plâtre sculpté mis au jour à Marrakech123. Comme à la Qubba de cette ville et comme à la mosquée’al-Qarawiyyīn124, les dentelures découpent tantôt l’intérieur de la feuille, tantôt l’extérieur (fig. 77-9).

  • 125 G. Marçais, “Alger, Η, I, p. 378 fig.8 ; H. Terrasse, “Art de l’empire almoravide”, S. I. III, Pl (...)
  • 126 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 66 ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 56 et 59.

79La palme simple asymétrique à calice nervé occupe de même, une place importante au sein des formes florales almoravides : elle intervient sculptée dans le bois, aux minbars de la Grande Mosquée d’Alger, de la Kutubiya, de la mosquée al-Qarawiyyīn et à la maqṣūra de la Grande Mosquée de Tlemcen125. Elle s’intègre dans la flore de la Qubba de Marrakech et des claustra de la mosquée al-Qarawiyyīn126. C’est elle que l’on retrouvera, mais plus élancée, sur les premiers bois mérinides.

  • 127 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 67-68 fig. 37 ; G. Marçais, Art musulman, Pl. V (...)

80La pomme de pin est également représentée dans le décor architectural et mobilier almoravide à la Qubba de Marrakech, à la Grande Mosquée de Tlemcen, à la mosquée al-Qarawiyyīn et à son minbar, à celui de la Kutubiya127.

  • 128 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 59 et 63 ; G. Marçais, Art musulman, Pl. VIII.

81Parmi les formes secondaires, la rosace à quatre pétales ponctue les axes des compositions à la mosquée al-Qarawiyyīn, orne les tiges à la Grande Mosquée de Tlemcen128.

  • 129 A 13 mm de profondeur.
  • 130 La profondeur varie de 19 à 22 mm.
  • 131 De 5 mm par rapport au limbe.

82Le modelé enfin est bien caractéristique de l’art almoravide du xiie siècle ; la facture comporte plusieurs plans. Le filet rainure qui forme l’axe et les tiges, appartient au plan inférieur129. Les formes florales disposées au centre de la composition, le long de l’axe ou sur celui-ci, sont traitées en fort relief130. A ces plans principaux s’ajoutent de légères dénivellations dans le traitement des folioles et dans les plans inclinés des limbes des palmes majeures. En effet, ces palmes, dont le bord interne s’accuse en saillie131, ne déploient pas leurs lobes sur un même plan ; le bord extérieur des folioles se soulève, tandis que l’intérieur des limbes s’incurve. Il en résulte un effet de souplesse et de douceur, auquel contribue un modelé s’efforçant vers la ronde-bosse qui s’applique aux folioles des palmes, aux œilletons, aux pétales des rosaces et aux nodosités. A cela s’allie le sens de la fermeté sensible au niveau de l’enroulement des limbes.

83Toutes ces données qui nous incitent à rectifier la datation erronée de ce corbelet, concourent à en établir le caractère almoravide.

Figure 4 : Diagramme de construction, Blochet n° 45.23

Corbelet n° 45.42 (Pl. XI et fig. 5)

  • 132 Mesurant 0,33 m x 0,17 m x 0,07 m.
  • 133 Faisant saillie sur 21 mm.

84Cette pièce132 attribuée également par la fiche au xiiie siècle, est entrée au musée en 1933. Il est à regretter qu’elle soit en partie tronquée et altérée par l’usure. Un bandeau supérieur en fort relief133 encadre une composition florale dissymétrique, non plus orientée dans le sens longitudinal de la pièce, mais dans le sens horizontal. Le tracé s’inspire d’un diagramme formé par l’entrelacs de deux rinceaux rainures qui courent dans deux directions opposées. Mais ce diagramme n’est pas scrupuleusement respecté.

85Une nodosité animée de nervures conformes à celles de la pièce précédente vient interrompre le développement du rinceau. De même, la direction des tiges est suggérée par la disposition des lobes de la palme double.

  • 134 De 10 mm de profondeur.

86Si du schéma d’ensemble, on passe aux formes florales, on reconnaît la palme double à lobes inégaux et dont les pointes se recourbent vers l’intérieur et vers l’extérieur de la feuille. Le plus petit lobe inférieur est enroulé. Deux palmes ainsi définies se disposent parallèlement prenant appui sur les ramifications des deux rinceaux situés à un niveau inférieur134.

87Dans cette dissymétrie, s’affirme sous-jacente une volonté de symétrie ; celle-ci se traduit par la disposition des palmes affrontées à bourgeon intercalaire, enveloppant de leurs lobes la nodosité dont le support suggère un axe. La dissymétrie de la composition n’en exclut pas, certes, l’équilibre qui régit cette dernière, équilibre des pleins et des vides, équilibre des mouvements. La partie inférieure mutilée ne rend pas compte avec précision des involutions des tiges, du rapport existant entre celles-ci et les feuilles, du tracé de certains types floraux — notamment d’une pomme de pin et d’une palme double à lobe intercalaire — ni du modelé originel.

  • 135 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 53 ; H. Basset et H. Terrasse, “Sanctuaires et forteresses”, H, VI, 2e (...)
  • 136 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 237.
  • 137 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 66 fig. 36 ; H. Terrasse, Art hispano-mauresque (...)

88Que l’on songe à l’œuvre mobilière des Almoravides ou encore à leurs ouvrages architecturaux, la composition florale est rarement conçue selon un schéma rigoureusement symétrique135 ; le plus souvent, de légères dissemblances y introduisent, sans en affecter l’ordre, un élément de diversité. Ce procédé est conforme à l’esthétique almoravide. Les formes florales, par leur facture, relèvent également du répertoire almoravide : “La palme double garde parfois comme à l’Aljafería deux lobes inégaux, mais de plus en plus, ses deux folioles, presque semblables par leur longueur, s’enroulent inégalement et en des sens différents. Ainsi se concilient le sens de l’équilibre et le goût de la variété136”. Comme sur la pièce précédente, le retournement des dentelures des folioles se situe tantôt à l’intérieur de la feuille, tantôt à l’extérieur (fig. 710-11). Des types de palmes doubles aux lobes à enroulement concave et convexe, se rencontrent essentiellement dans le décor architectural de la Qubba de Marrakech, de la Grande Mosquée de Tlemcen, de la mosquée al-Qarawiyyīn ; la sculpture sur bois en révèle également, bien que l’enroulement y soit moins prononcé137.

Planche XI : Corbelet n° 45.42.

89Les palmes doubles affrontées ont un lobe axillaire pointu et évidé comme dans maintes compositions florales de cette époque.

  • 138 Représenté par les palmes majeures (18 mm) et les formes secondaires (15 mm). Le relief du dos des (...)

90L’examen du décor révèle trois plans : le plan supérieur, le plan intermédiaire138 et le plan inférieur.

91Nul décalage de niveau ne modèle les digitations des limbes, nivelées par l’usure. Une seule palme double à enroulement contraire, où subsistent des plans inclinés, fait toutefois exception : tandis que les digitations de la pointe du grand lobe se soulèvent, prenant appui sur le bandeau, celles du petit lobe enroulé, s’inclinent à l’intérieur de la feuille.

92Les types floraux et la fermeté de la composition à laquelle s’allient l’élégance et la souplesse du modelé, font de ce bois assigné à tort au xiiie siècle, une œuvre almoravide.

Figure 5 : Diagramme de construction, Corbelet n° 45.42

Fragment de frise139 n° 45.22 (Pl. XII)

  • 139 Izār. De 0,60 m x 0,18 m x 0,06 m de dimensions.

93Ce bois très détérioré revêt un décor végétal de palmes digitées et de pommes de pin sur rinceau. D’un axe ponctué d’une large nodosité circulaire, s’échappent deux axes secondaires enroulés en spirales qu’achèvent deux palmes digitées aux lobes inégaux à enroulement convexe.

Planche XII : Frise n° 45.22.

  • 140 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 50-51.

94Des pommes de pin trapues et légèrement asymétriques dont les pédoncules prennent appui sur l’involution des spires, se disposent en croix, comme dans les médaillons à la partie haute du miḥrāb à la mosquée al-Qarawiyyīn140.

95Un des axes de prolonge en rinceau auquel s’accrochent également des palmes doubles et une pomme de pin.

  • 141 De 10 mm de profondeur.
  • 142 De 18 mm de profondeur.

96La facture comporte deux plans, celui inférieur des rinceaux141 et le niveau supérieur des principaux types végétaux142 auquel s’ajoute un décalage de niveau entre les limbes.

97Cette pièce semble également de réalisation almoravide.

Frise n° 45.232 (Pl. XIII-XV)

  • 143 1,73 m x 0,15 m x 0,09 m (le mot ḥarīṣun n’apparaît pas sur la Pl. XIII).

98Cette frise de grande dimension143 est assignée au xiiie siècle d’après un ancien registre. La fiche d’inventaire l’attribue à la fin du xiiie siècle. Elle est entrée au musée en 1937.

Planche XIII : Frise n° 45.232, première partie.

99Ce document est tronqué dans la partie supérieure. Seule subsiste la partie inférieure encadrée par une baguette. Elle présente une inscription coufique sur rinceau. Un arc floral (Pl. XV) bordé de deux baguettes lisses que sépare une rainure ornée de rosaces quadripétales, sépare cette inscription en deux parties. Cet arc est meublé d’une composition végétale symétrique sur un axe vertical.

100La mutilation de cette pièce, prive celle-ci de l’ensemble de la composition décorative, du tracé complet des caractères et des types floraux. S’y ajoute un état de détérioration avancée qui affecte tous les éléments du décor : certaines formes florales sont méconnaissables ; le tracé du rinceau est indistinct ; certaines hampes des caractères et leur prolongement en biseau, ont perdu tout relief. Il va sans dire que cette mutilation jointe à l’état d’usure, pose un problème réel de compréhension globale de l’œuvre. Aussi, les éléments de comparaison auxquels l’on aura recours, ne s’appliqueront qu’aux motifs aisément discernables, relevant de la flore ou de l’épigraphie.

Planche XIV : Frise n° 45.232, deuxième partie.

101L’on parvient cependant à déchiffrer le verset 128 de la Sourate IX intitulée :

102al-Tawba : Revenir (de l’erreur) : 129/128

  • 144 R. Blachère, Coran, p. 231.

“[rasūlun min] anfusikum ‘azīzun ‘alayhi mā ‘anīttum ḥarīṣun ‘alaykum bi al-mu’ minīna ra’ufun raḥīmun”
“Un apôtre (issu) de vous est venu à vous. Pénible pour lui est ce que vous commettez de mal. Avide il est de bien Envers les Croyants, II (sic) est indulgent et miséricordieux”144.

  • 145 Sur 20 mm.
  • 146 A 7 mm de profondeur.

103Tout le décor est sculpté en plein bois. L’écriture se détache en relief145 sur un fond de rinceau situé à l’arrière-plan des caractères146. Des formes florales s’y accrochent au même plan que l’écriture : ce sont, autant que l’on puisse en juger, des palmes simples asymétriques avec ou sans calice nervé, des palmes doubles de différents types et une pomme de pin défigurée à droite de la pièce. Parmi les palmes doubles, on distingue une palme aux lobes convergents dont l’un très développé a un enroulement accentué et puissant et des palmes déployant des lobes superposés et à enroulement convexe.

Planche XV : Frise n° 45.232, détail floral.

  • 147 A 13 mm de profondeur.

104De petits motifs indépendants de l’écriture, répartis entre les lettres ou sur le rinceau, servent au remplissage des vides. Parmi ces éléments isolés, on retrouve la rosace à quatre pétales qui occupe le premier plan mais fait également partie du plan plus reculé, ainsi que de nombreuses nodosités nervées au plan intermédiaire147.

105Le rinceau se développe sur le champ épigraphique, y compris dans l’espace entre la ligne d’écriture et la bordure inférieure. Il supporte de courtes feuilles nervées orientées dans le sens des biseaux des terminaisons inférieures des caractères, et qui mordent même sur le cadre.

106La base de l’arc floral est modelée par un ruban d’épaisseur constante qui, dans son ascension, se transforme en feuille dont l’extrémité se retourne en cercle.

  • 148 De 17 mm.

107D’un axe non refendu situé au plan inférieur, s’échappent deux tiges enroulées en spires, qui s’achèvent par deux palmes nervées asymétriques de forme arquée. Une menue palme et une palme double dont le petit lobe est entièrement enroulé prennent appui sur chacune des tiges. En bas de l’axe, deux petites tiges donnent naissance à deux palmes doubles affrontées, en relief148, aux lobes divergents dont la pointe se recourbe vers l’intérieur et vers l’extérieur de la palme. Deux courtes palmes nervées adhèrent au cadre inférieur.

  • 149 La largeur des hampes est de 15 mm.
  • 150 Moulure pleine de profil curviligne, cf. J.-M. Perouse de Montclos et alii, Architecture, 182 p. 1 (...)
  • 151 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 39.

108Le coufique est épais149. Les lettres dessinées par un tore150 légèrement aplati, sont espacées entre elles. A la force et à la clarté, s’allie la sobriété. Certaines lettres préservées, dont le mīm, le nūn, le , le , le ṣād, et le , offrent quelques ressemblances avec celles des bandeaux épigraphiques de la mosquée al-Qarawiyyīn151.

  • 152 H. Terrasse, Andalous, Pl. LXVIII, LXIX, LXXII, LXXVI etc..

109L’on retrouve ici certains éléments qui assurent la continuité des œuvres précédentes : en premier lieu la nature de la tige. Le répertoire floral met en œuvre des formes déjà connues telles la palme double à digitation d’acanthe et aux lobes divergents (fig. 714) et la rosace à quatre pétales. Cette dernière apparaissait en premier exemple au minbar de la mosquée des Andalous152, puis sur un corbelet almoravide (Pl. X). La recherche de l’effet par la continuité évoque un procédé observé sur le premier bois almoravide (Pl. IV) : à une tige située à l’arrière-plan s’accroche une palme occupant le premier plan.

  • 153 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 233.
  • 154 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 29 et Pl. 65.

110Des innovations se manifestent dans l’emploi de l’arc floral et de la composition qu’il renferme. L’époque almoravide voit la naissance de cette forme décorative dérivée de l’arc lobé153. On en trouve à la partie haute du mihrab de la mosquée al-Qarawiyyīn154.

111La composition symétrique qui s’épanouit à l’intérieur de l’arc floral, n’est pas sans analogie avec celle qui orne des claustra de la mosquée al-Qarawiyyīn.

112Le mouvement des tiges, la disposition des palmes par rapport aux tiges, se retrouvent ici simplifiés.

  • 155 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XXXVIII.
  • 156 H. Basset et H. Terrasse, “Sanctuaires et forteresses”, H, VI, 2e-3e trim., Pl. XXXIV a, c, e ; Pl (...)

113Toutes les palmes présentent la digitation d’acanthe : à deux folioles lisses, succède une foliole avec œilleton. Les palmes à lobes très inégaux et dont le plus grand montre un enroulement accentué et puissant (fig. 7 13) apparaissaient déjà dans le décor de la cuve de la madrasa de Marrakech et à l’Aljafería de Saragosse155. L’on en relève l’emploi dans la sculpture almoravide sur bois, en particulier au minbar de la Kutubiya et à celui de la mosquée al-Qarawiyyīn ; sculptées dans le plâtre, elles ornent encore la coupole devant le miḥrāb à la mosquée al-Qarawiyyīn156.

  • 157 L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 66, fig. 57 ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 42, 49, 64.
  • 158 H. Basset et H. Terrasse, "Sanctuaires et forteresses", H, VI, 2e-3e trim., p. 195 fig. 95 Pl. XXX (...)
  • 159 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XXXVIII, et p. 205 ; H. Basset et H. Terrasse, “Sanctuaire (...)

114Les palmes doubles à enroulement convexe dont le petit lobe est entièrement enroulé, comptent parmi les formes florales du minbar de la kutubiya, et de la mosquée al-Qarawiyyīn157. La palme simple asymétrique à calice (fig. 611) présentait déjà une forme arquée à la cuve de la madrasa de Marrakech. Cette tendance se retrouve au minbar de la kutubiya, moins accentuée semble-t-il158. Quant à la palme asymétrique enroulée (fig. 610) abondante à l’Aljafería et représentée plus haut sur un corbelet (fig. 67), elle intervient dans le mobilier du minbar de la kutubiya et dans le décor architectural159.

  • 160 De 6 mm.
  • 161 De 2 mm et dans certains cas, de 4 mm.

115Toutes ces palmes s’apparentent à celles de la flore almoravide. Du modelé ressort, en outre, la qualité de l’œuvre : aux trois plans indiqués ci-dessus, s’ajoute un décalage de niveau entre les lobes superposés de deux palmes doubles (fig. 712) : le lobe supérieur fait saillie160 sur le lobe inférieur. L’œilleton de la palme, ayant une surface en coussinet, se détache en relief161 sur le limbe de celle-ci. De plus, de profondes tailles obliquent mettent en valeur les nervures des palmes.

116Ces formes florales ont la même facture que les signes graphiques : dans l’enroulement prononcé des lobes et dans le modelé particulièrement soigné de leurs détails, s’affirment vigueur, force et clarté.

  • 162 H. Terrasse, Andalous, Pl. XCV.
  • 163 Infra p. 158.
  • 164 M. Terrasse, “Quelques bois sculptés polychromes”, M.C. V., p. 445, Pl. 1-3 ; Pl. II, 1 et 3. (...)

117Ici, comme aux pièces précédentes, s’ébauchent des tendances qui prendront leur essor ultérieurement. L’arc floral ornera des pièces de mobilier tel le revêtement almohade du minbar des Andalous162 ou des bois mérinides à usage architectural163. L’on remarquera sur un bois sculpté polychrome provenant de la madrasa de Ceuta et déposé au musée de Cádiz, un semblable encadrement de l’arc floral à l’aide de motifs répétés164.

118En tenant compte des données développées plus haut, il est donc permis de corriger la datation de ce bois et de le classer parmi les œuvres almoravides.

Figure 6. : Palmes simples almoravides. 1-2-4-5-6- : Bois n° 45.41 ; 3 : Blochet n° 45.23 ; 7 : Corbelet n° 45.206 ; 8-9 : Corbelet n° 85.9.1. et 85.9.2 ; 10-11 Frise n° 45.232.

Figure 7 : Palmes doubles almoravides. 1-2-3-4-5-6- : Bois n° 45.41 ; 7-8 : Blochet n° 45 23 ; 9-10-11 : Corbelet n° 45.42 ; 12-13-14 : Frise n° 45.232.

CONCLUSION

  • 165 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 210.

119D’après l’étude de ces pièces, nous pouvons affirmer que l’art fasi sous les Almoravides, est bien un prolongement non seulement de l’art des Reyes de Taifas, mais encore de l’art umayyade de Cordoue. En effet, si les sultans almoravides régnèrent sur l’Andalousie, celle-ci, sous leur égide, conquit à son tour le Maghreb culturellement. C’est ainsi que les influences artistiques qui venaient auparavant toujours d’Orient165, refluèrent désormais d’Andalousie vers le Maghreb.

Apport andalou dans l’art fasi

120Fès sut bénéficier du courant artistique de l’Espagne musulmane, comme en témoignent les bois almoravides. L’ornement floral menu de la première pièce almoravide, l’organisation du décor par encadrements et registres au sein desquels se développent de grandes formes architecturales, révèlent une étroite parenté avec la conception décorative de l’Aljafería de Saragosse.

121Dans le domaine des formes florales, certains types apparaissent comme le prolongement de la flore andalouse du xe et du xie siècle : la palme longue asymétrique en triangle incurvé, qui se présente comme une demi-acanthe, et dont la base s’incurve en anneau circulaire (fig. 64), est inscrite sur les ivoires umayyades et à l’Aljafería de Saragosse. La palme simple symétrique évidée ou non dans l’axe et aux digitations empilées (fig. 61-2-5-9) relève encore du répertoire de l’Aljafería. Elle se confond avec le cinq-feuilles de Madīnat al-Zahrā’, dont elle est issue et que rappellent les digitations du lobe supérieur. La palme simple asymétrique longue et enroulée (fig. 67-10) et la palme double aux lobes très inégaux dont le plus grand s’enroule en un mouvement très élégant (fig. 7 13) sont fréquentes dans l’art des Reyes de Taifas. Cette dernière forme florale aux nervures séparées comme ici par des œilletons d’acanthe, se trouvait déjà sur la cuve de la madrasa de Marrakech. L’œilleton lui-même, est une interprétation du repli des lobes de la feuille d’acanthe umayyade de Madīnat al-Zahrā’ et de Cordoue et que présentent aussi les ivoires umayyades.

122Comme à l’Aljafería, l’extrémité des lobes de certaines palmes, est dentelée par une succession de folioles lisses sans œilleton (fig. 67 et fig. 71-2-3-5-6-10-11).

123Le traitement de la base de la palme simple perpétue des procédés mûris en Espagne musulmane : le calice fait de deux courtes feuilles en amande évidées (fig. 69), est très proche de celui en vigueur à Madīnat al-Zahrā’ et à l’Aljafería de Saragosse. Le calice nervé (fig. 61-2-3-8-11) qui enveloppe la base de la palme symétrique ou asymétrique semble dérivé du réceptacle de la palme simple représentée sur la cuve de Marrakech, formé par deux lobes pointus garnis intérieurement de digitations.

124Mais si l’art fasi almoravide reprend l’esthétique du décor couvrant du xie siècle comme le révèle surtout le premier bois, la richesse profuse qui caractérise cette période apparaît, dans l’art almoravide, épurée et maîtrisée. La composition gagne en fermeté et en équilibre.

  • 166 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 58.

125Ainsi les ressemblances que l’on peut y révéler au niveau du détail du décor, ne vont jamais jusqu’à l’identité absolue. Il faut tenir compte des conditions historiques particulières qui présidèrent à l’élaboration de l’art fasi166, mais aussi du processus d’assimilation et surtout de la créativité locale.

Assimilation d’éléments décoratifs légués par le premier art fasi

126Le premier art fasi nous a fourni un certain nombre d’éléments que l’on retrouve très proches ou traduits dans un style nouveau sur les pièces almoravides. Cet héritage est sensible dans la conception du décor, dans la composition ornementale et dans les formes florales.

127Le décor du premier bois almoravide procédant par zones décoratives reliées par un nœud d’entrelacs et par encadrements garnis de lignes en dents de scie et de perles, rappelle l’esthétique du minbar ziride. Les encadrements des corbelets almoravides et leurs motifs de remplissage reprennent ceux des corbelets du xe siècle.

  • 167 Les pilastres, nous l’avons vu, étaient traités en motifs floraux.

128La composition décorative témoigne d’une filiation avec le premier art mobilier et les premières pièces à usage architectural : le dossier umayyade du minbar des Andalous, avait déjà adopté un système d’entrelacs ayant pour élément générateur l’étoile à huit pointes. Les panneaux zirides montraient déjà l’application de l’élément architectural au décor et annonçaient le règne futur de la flore167. Le premier bois almoravide réunit tous ces éléments. Le schéma du médaillon à remplissage floral que reproduit la face inférieure de deux corbelets almoravides (Pl. VIII.B et IX.B) apparaissait, au même endroit, sur un corbelet ziride (Pl. II.B).

  • 168 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 132.
  • 169 Comme le révèle l’examen attentif des panneaux du minbar ziride des Andalous

129Dans le domaine des formes florales, l’on constate déjà sur les panneaux du minbar delà mosquée des Andalous, l’avènement de la palme sous ses formes symétriques et asymétriques. La palme simple symétrique s’y confond avec la feuille de lierre byzantine traitée dans le style abbasside. H. Terrasse signale d’ailleurs que “Le décor de palmes naît, au ixe et au xe siècles, de la synthèse du décor de courbes de l’art abbasside et de la flore hellénistique et byzantine”168. Les palmes asymétriques sont déjà des palmes nervées mais l’on ne trouve pas encore la digitation d’acanthe169. A ces éléments floraux, il convient de joindre la pomme de pin, tantôt arquée, tantôt allongée et dont la silhouette évoque alors le cyprès. Par leur facture, ces pommes de pin diffèrent de celles rencontrées sur les bois almoravides. Par contre, les rosaces à quatre ou six pétales des encadrements du minbar, demeurent presque inchangées sur les bois de Fès.

130Comme le décor mobilier, le décor architectural sur bois au xe siècle, offre l’ébauche de la palme : au nombre des types floraux, on compte le fleuron à trois lobes, la palmette à deux lobes ayant ou non un lobe axillaire, et une feuille au contour dentelé, évidée en cinq points de sa surface, où l’on serait porté à reconnaître le cinq-feuilles.

Innovations propre à cet art sous les Almoravides

131Les innovations à cette époque sont le développement pris par la palme et le rôle important qui lui est accordé.

Place et emploi

132L’on constate sur les pièces étudiées, la prédominance de l’élément floral sur les autres éléments du décor (géométrie, épigraphie). Disposée sur un fond de rinceau, la flore accompagne le coufique dont elle appartient à la même surface : les palmes sont ainsi traitées pour elles-mêmes. Au minbar des Andalous, quelques palmes d’un type élémentaire, étaient semées dans les vides du champ épigraphique, mais dépourvues de tout support. La flore intervient en remplissage des figures géométriques. Elle compose même à elle seule, des ensembles, tel l’arc floral, où s’inscrit la contamination de la ligne géométrique par la flore.

Composition

133Les compositions qu’elle engendre, dépendent de l’espace qui leur est dévolu. Elle se dispose dans le sens horizontal (Pl. VIII.A, IX.A, XI, XII) ou encore dans le sens de la hauteur (Pl. III et X). Ses éléments observent parfois une disposition oblique dictée par une recherche de symétrie et visant à introduire un rappel de lignes géométriques (Pl. IV). La composition toujours équilibrée n’est pas forcément symétrique. Le prolongement des tiges donne naissance à différents diagrammes : la spire (Pl. IV, XII, XIV), le départ de rinceau (Pl. VIII et X) et l’entrelacs de deux rinceaux courant dans deux directions opposées (Pl. XI). Le tracé régulateur en est parfois l’entrelacs de cercles sécants par moitié (fig. 1 bis). Le schéma des rinceaux est parfois modifié par une recherche de symétrie (Pl. XI et fig. 5). C’est la tige qui, dans la plupart des cas, a commandé la silhouette des formes florales : palmes à lobes égaux et à enroulement concave, palmes doubles affrontées, palme simple à calice (Pl. V.B.), palme asymétrique enroulée (Pl. VIII.A et IX.A) et palme double à enroulement convexe (Pl. X).

134La flore ne se dispose pas toujours sur des rinceaux : elle garnit alors des compositions indépendantes d’inspiration géométrique telle l’étoile à huit pointes (Pl. VI.B), ou bien d’inspiration géométrique et florale, tel l’arc floral (Pl. XIV). Les formes secondaires — rosaces, nodosités — ponctuent souvent les tiges (Pl. IV, X, XI, XII, XIII et XIV) mais se présentent aussi en éléments isolés de remplissage (Pl. VI.A et B).

Modelé

135Le modelé est parfaitement adapté à la taille du bois. On remarque le déclin du champlevé qui régnait sur les corbelets du xe siècle. Cette technique non exempte d’une certaine sécheresse n’est désormais réservée qu’aux encadrements des corbelets almoravides (Pl. VIII et IX). Il appartenait à l’art almoravide de donner aux formes florales un modelé propre, particulièrement élaboré. Ce dernier use de tailles obliques déjà pressenties sur les ivoires umayyades, s’efforce vers la ronde-bosse et recourt aux profonds défoncements. Cet art innove surtout par le traitement des détails des types floraux. La recherche de la qualité et de la variété a été portée à l’extrême. La digitation d’acanthe désormais adoptée, introduit des jeux d’ombre et de lumière.

Formes florales

136L’art fasi sous les Almoravides innove encore par les types floraux. La palme simple symétrique à calice dont la silhouette l’apparente parfois à la pomme de pin (fig. 146-7-9), et la palme double aux lobes presque égaux et divergents (fig. 7 1 sont bien des créations de cette époque. En ce qui concerne la palme lisse dont l’apparition sous les Almoravides, a été signalée, l’on ne peut qu’émettre un jugement nuancé : un corbelet du xe siècle (Pl. LA) révélait déjà une palme lisse à deux lobes. Les seuls exemples de palmes lisses que nous ayons pu relever sur les bois almoravides, semblent accuser, par leur modelé, une influence orientale (Pl. VIII et IX).

Influence du décor mobilier

137Comme il a été déjà constaté avec le minbar de la mosquée des Andalous, la flore du mobilier est en avance sur la flore monumentale. L’évocation du minbar de la Grande Mosquée d’Alger s’impose également à cet égard : la palme simple asymétrique enroulée ou non, appuyant parfois sa base sur une digitation inférieure enroulée en anneau, ou émanant d’un calice nervé, et la rosace à six pétales, y sont présentes. De même, l’usage de la tige refendue, est une constante dans l’œuvre mobilière fasie comme aux minbars d’Alger et de la Kutubiya.

Originalité et importance du décor architectural fasi sur bois

138Les comparaisons auxquelles l’on a eu recours dans l’étude des bois, démontrent que la sculpture sur bois est proche de la sculpture sur plâtre. Celle-ci fait appel au même répertoire floral. Par ailleurs, dans le domaine géométrique, les enduits peints de Marrakech, offrent de frappantes analogies.

139Cependant, la composition d’ensemble des bois, les types floraux et le traitement du détail de l’ornement, traduisent une manière originale : aucune palme n’est vraiment identique à une autre palme sculptée dans le plâtre des monuments ou dans le bois des chaires. Dans la longueur des lobes, le mouvement qu’ils amorcent, le modelé de leurs détails, l’on décèle de nombreuses dissemblances.

140De même pour les pièces étudiées, aucune forme florale ne se répète. Chaque élément fait preuve d’un souci de variété et d’originalité.

141Ainsi, la collection du musée est d’une grande valeur documentaire : ces bois retracent l’évolution de la palme simple à calice (fig. 61-2-3-5-8-9-11). Ils réunissent, par ailleurs, des tendances qui se dessinent dans le décor en plâtre sculpté de la mosquée al-Qarawiyyīn et peint sur enduit de Marrakech : la recherche de l’effet par la continuité ou par l’opposition de courbes. La continuité, obtenue par la liaison de deux éléments — la tige et la palme — participant de deux plans différents (Pl. IV), révèle une tradition locale. Cette recherche s’exprimera dans un style nouveau sur un bois almohade.

  • 170 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 244.

142Toutes ces données confirment que cet art fasi almoravide ne fut pas importé sans changement et que la part de la créativité locale fut plus importante qu’on ne le soupçonna170.

143Les documents présentés, en raison de la fragilité du matériau qui les constitue — le bois de cèdre — font figure d’exception pour Fès, pour cette période, hormis les quelques vestiges de coffrage subsistant à la mosquée al-Qarawiyyīn.

144Ces pièces qui comptent essentiellement des corbelets, comblent les lacunes qui entachaient l’histoire de l’art monumental fasi au xiie siècle. Elles confirment la constitution des charpentes almoravides — des toitures sur entraits que supportent des blochets — pour lesquelles nous n’avions comme références, que les blochets de la Grande Mosquée de Tlemcen. L’on ne saurait oublier que les Almohades s’employèrent à combattre les Almoravides et à proscrire leurs réalisations. Nous constatons, dès lors, combien l’apport de (elles pièces ayant survécu aux destructions des Almohades, est précieux pour l’histoire de l’art de cette ville.

Notes

1 Ayant pour dimensions : 0,95 m x 0,183 m x 0,076 m.

2 H. Terrasse, Andalous, p. 42 et 45, voir également Pl. V.A.

3 Le chanfrein est une moulure plate, oblique par rapport aux pans voisins, cf. J.-M. Perouse de Montclos et alii, Architecture, p. 126.

4 H. Terrasse, Andalous, Pl. LI-LII.

5 H. Terrasse, Andalous, Pl. LXXXI et p. 42.

6 H. Terrasse, Andalous, Pl. LIV et p. 43.

7 H. Terrasse, “Art des Reyes de Taifas”, A.A., XXX, fasc. 1, p. 179 [5].

8 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 205.

9 A la Grande Mosquée de Tlemcen, et à la Qubba de Marrakech, G. Marçais, Art musulman, Pl. IV, VII et VIII ; J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 124, photographies 112-113.

10 Sur 15 mm.

11 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 127 fig. 19, Pl. XXXIX, XLIV-XLV.

12 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 49 et 64.

13 G. Marçais, Architecture, p. 103 et 232 fig. 58 B ; G. Marçais, “Échanges artistiques”, H, XIX, fasc. 1-2, p. 97.

14 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XXXVIII et XXXIX ; M. Gomez Moreno, Ars Hispaniae, III, p. 234, fig. 292.

15 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 21 fig. 12 -13, et photographie 1 p. 77 ; photographie 37 p. 94 ; photographie 39 p. 95 ; G. Marçais, Art musulman, Pl. IV ; H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 29, Pl. 13 et fig. 19 ; H. Basset et H. Terrasse, “Sanctuaires et forteresses”, H, VI, 2e-3e trim., p. 201 fig 97 ; M. Gomez Moreno, Ars Hispaniae, III, p. 294-295.

16 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. V et p. 62 fig 9 ; G. Marçais, Architecture, p. 257.

17 G. Marçais, Architecture, p. 248 ; C. Ewert et J.-P. Wisshak, Forschungen zur almohadischen Moschee, Abb. 52-55.

18 G. Marçais, Architecture, p. 249.

19 Connu sous l’appellation locale de Darğ-u-Ktef.

20 La ‘anāza de la mosquée des Andalous, infra p. 104.

21 Marqueterie de faïence émaillée.

22 Une frise inventoriée au musée sous le n° 45.74.

23 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 204. Les corbeaux exceptés à l’Aljafería, cf. M. Gomez Moreno, Ars Hispaniae, III, p. 231 fig. 290 et les claustra exceptés à la mosquée al-Qarawiyyīn, H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 38 et Pl. 41-49.

24 Tlemcen nous offre le même diagramme dans les arcatures et les panneaux de la coupole. On le voit encore au minbar de la Grande Mosquée d’Alger, à ceux de la Kutubiya, et de la mosquée al-Qarawiyyīn. Il apparaît également dans les panneaux floraux du miḥrāb de ce sanctuaire.

25 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 40.

26 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 242 fig. 44.

27 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 115 -118, tabla XXI, 2, 5, 15, 19 et 22 ; W. Marçais et G. Marçais, Monuments, p. 151 fig. 19 ; G. Marçais, Art musulman, Pl. VII.

28 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 205 fig. 33.

29 G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 378 fig. 7-f.

30 J. Galloti, “Sur une cuve de marbre”, H, III, Pl. I-II.

31 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 58 ; G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 378 fig. 8-1 ; H. Terrasse, “Art de l’empire almoravide”, S. I., III, Pl. VIII ; Catalogue de l’exposition : L’Islam dans les Collections nationales, p. 121 fig. 221 ; J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 63 et 66, fig. 36.

32 Le minbar de la Bu ‘nāniya inventorié au musée sous le n° 66.2.2.

33 J. Ferrandis, Márfiles árabes, I, lám III-IV número 4.

34 G. Marçais, Architecture, fig. 155 p. 252.

35 G. Marçais, “Alger”, H, I, fig. 6-d et p. 377.

36 H. Terrasse, “Art de l’empire almoravide”, S. I., III, Pl. VIII.

37 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 175.

38 Répertorié au musée sous le n° 45.87, infra p. 107-113.

39 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 204.

40 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 38.

41 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 37.

42 Qāṭa‘ u meqṭū‘.

43 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 63.

44 Un décor floral construit sur un tracé identique est signalé à la madrasa de Salé, fondation d’Abū-1- Ḥasan (742H/1341 J.-C.) ; A. Paccard, Le Maroc, I, p. 268.

45 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 53 et 61, tabla IX, 101.

46 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 52 - 53 et 61, tabla IX, 82 ; p. 123 et 125, tabla XXII, 18.

47 G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 378 fig.8.

48 G. Marçais, Art musulman, Pl. VI.

49 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 48.

50 G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 377 fig 6-a et p. 378.

51 De 16 mm de saillie.

52 Ὁqda.

53 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 205.

54 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración geométrica, p. 55 et 57, tabla IX, 90b.

55 G. Marçais, “Nouvelles remarques”, Annales de l’Institut d’Études Orientales, VI, p. 48.

56 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 119-120.

57 K. Brisch, Die Fenstergitter und verwandte ornamente, Tafel 43 b.

58 G. Marçais, Architecture, p. 117-118.

59 K. Brisch, Die Fenstergitter und verwandte ornamente, Tafel 23 b.

60 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración geométrica, p. 69 et 71, tabla XIV, 144-a.

61 Sur des poutres de Tolède des xiie, xiiie et xive siècles ; B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración geométrica, p. 115 et 117, tabla VIII, 97.

62 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 30, Pl. 39, 40, 51, 62, 63.

63 La maqṣūra de la Grande Mosquée de Tlemcen ; H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 242 fig. 44.

64 G. Marçais, Architecture, p. 55.

65 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración geométrica, p. 103-104, tabla V, 60 ; p. 69 et 71, tabla XIV, 144-a ; M. Gómez Moreno, Ars hispaniae, III, p. 229 fig 286, p. 231 fig. 290, p. 241 fig. 298.

66 G. Marçais, “Alger”, H, I, Pl. IV-V.

67 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 30.

68 G. Marçais, “Nouvelles remarques”, Annales de l’Institut d’Études Orientales, VI, p. 50.

69 Le ruban de l’octogone a, nous l’avons vu, 16 mm de profondeur, l’entrelacs 11 mm, et la rosace centrale 8 mm..

70 K. Brisch, Die Fenstergitter und verwandte ornamente, Tafel 43 b.

71 G. Marçais, Architecture, p. 180.

72 K. Brisch, Die Fenstergitter und verwandte ornamente, Tafel 71 b.

73 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración geométrica, p. 103-104, tabla V, 55 et 57.

74 A la Alcazaba de Málaga, et à Almería, cf. M. Gómez Moreno, Ars Hispaniae, III, p. 251 fig 305 et p. 269-270 fig. 323.

75 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración geométrica, p. 107. On le rencontre par exemple aux plafonds de la mosquée al-Aqṣā (Jérusalem), cf. L. Golvin, Essai 2, Pl. 28 panneau 6.

76 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 129 fig. 20. Aux plafonds de la Grande Mosquée de Cordoue, L. Torres Balbas, “Arte califal”, Historia de España, V, fig. 349 p. 545 et fig. 350 p. 546 ; J. Ferrandis, Márfiles árabes, I, lám XX et ss.

77 G. Marçais, Architecture, p. 54 fig. 28.C.

78 J. Meunié et H. Terrasse, Recherches, fig. 7.A.3 ; fig. 8.C. 4-g ; fig. 9 D. l ; J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 38 fig. 27 et photographie 75.

79 G. Marçais, “Alger”, H, I, Pl. V et 30-a.

80 J. Meunié et H. Terrasse, Recherches, Pl. 59, n° 10 ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 55, 59, 60, 61 ; H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 236, fig. 41.

81 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 55, 56, 59 et p. 39.

82 G. Marçais, Architecture, p. 248.

83 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 30.

84 J. Meunié et H. Terrasse, Recherches, fig. 6.A-4, fig. 7.A-3, fig. 8.C-1, fig. 9.D-1, p. 24 et 68.

85 G. Marçais, Art musulman, Pl. VI.

86 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 50-51.

87 La profondeur est de 16 mm.

88 Il mesure 0,85 m x 0,09 m x 0,07 m. Il en existe un autre au décor identique inventorié sous le n° 45.31 et mesurant 0,81 m x 0,09 m x 0,07 m.

89 Supra p. 24-27.

90 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 81 et 83, tabla XII, 6-15 ; B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 171-172, tabla XXVIII 9-3.

91 L. Torres Balbas, “Quicialeras hispano-musulmanas”, A. A., XXI, fasc. 2, p. 370 [32].

92 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 171 -172, tabla XXVIII, 9 ; H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 207 ; L. Golvin, floral, 4, p. 153 fig. 56 ; L. Torres Balbas, Ars hispaniae, IV, p. 353 fig. 400 ; B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 167 -168, tabla XXVII ; L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, fig. 200 p. 192 et fig. 202 p. 194.

93 G. Marçais, Art musulman. Pl. IV.

94 G. Marçais, Architecture, p. 195 fig. 124.

95 Il mesure 0,47 m x 0,08 m x 0,115 m ; le musée possède quatre autres corbelets de même style hormis quelques variantes, dont deux inventoriés sous les n° 85.9.2 et 85.9.3, sont présentés (Pl. IX. A et B). La base de la palme simple de la face latérale du corbelet n° 85.9.2 est faite de deux feuilles épaisses évidées (Pl. IX.A). La face inférieure du corbelet n° 85.9.3 est ornée d’une palme à calice de même échelle que celle du corbelet n° 85.9.2. Cependant les nervures partent de l’extérieur de la palme (Pl. IX.B).

96 Supra les corbelets du xe siècle, p. 25 et 27.

97 Supra la pièce n° 45.41 en particulier les registres I-II et IV, Pl. IV et V.B et p.38, 40, 42.

98 Supra p. 25-26.

99 Supra p. 44-45 et registres II-III (Pl. V.B et VI.A).

100 L. Golvin, Essai, 4, p. 153 fig. 56.

101 B. Pavón Maldonado, Arte hispano-musulmán en su decoración floral, p. 167 -168, tabla XXVII,

102 G. Marçais, Architecture, p. 195 fig. 124.

103 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 238.

104 Cf. Supra p. 25 et Pl. I.

105 La profondeur est de 13 mm.

106 Sur 4 mm.

107 Technique en usage dans l’art du Califat abbasside, et selon laquelle de profondes rainures dessinent les lignes maîtresses du décor, tandis que les parties en relief, qui sont les intervalles du dessin, sont modelées en plans courbes, cf. H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 32.

108 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 227 et 243.

109 Cf. la pièce n° 45-41, registre I, Pl. IV et supra p. 38 et 41.

110 Il a pour dimensions 0,45 m x 0,16 m x 0,06 m.

111 Cf. la pièce n° 45.41, Pl. VI.A et B.

112 H. Terrasse, “Art musulman d’Espagne”, C.C.M., avril-juin 1965, p. 155.

113 G. Marçais, Architecture, p. 51 fig. 25, p. 114 fig. 72.

114 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 146.

115 G. Marçais, Architecture, p. 248 et p. 252 fig. 155.

116 J. Galloti, “Sur une cuve de marbre”, H, III, Pl. II

117 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 33 et 141.

118 H. Terrasse, Andalous, p. 42-43, 46-47 et Pl. LVI, LXI, LXXIV et LXXVII etc..

119 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 167 et 206.

120 G. Marçais, “Alger”, H, I, p. 371 et Pl. I, II, III, IV ; H. Basset et H. Terrasse, “Sanctuaires et forteresses”, H, VI, 2e-3e trim., Pl. XXXIV et ss., à la mosquée al-Qarawiyyīn, le filet refendu est réservé aux tiges axiales des compositions florales, cf. H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 53.

121 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 38 et Pl. 59-61 ; J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 117 -119, photographies 98 -103 ; H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 236 fig. 41.

122 Catalogue de l’exposition : L’Islam dans les Collections nationales, p. 120.

123 J. Meunié et H. Terrasse, Recherches, Pl. 60 n° 260.

124 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 66, fig. 36 et p. 67 ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 43 et 52.

125 G. Marçais, “Alger, Η, I, p. 378 fig.8 ; H. Terrasse, “Art de l’empire almoravide”, S. I. III, Pl. VIII ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 99, 101 et p. 52 ; H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 242 fig. 44.

126 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 66 ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 56 et 59.

127 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 67-68 fig. 37 ; G. Marçais, Art musulman, Pl. VI, fig. 14 et Pl. VIII ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 64-65, p. 53 ; H. Basset et H. Terrasse, “Sanctuaires et forteresses”, H, VI, 2e-3e trim., Pl. XXXIV, b, c, e ; Pl. XXXV, c et ss.

128 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 59 et 63 ; G. Marçais, Art musulman, Pl. VIII.

129 A 13 mm de profondeur.

130 La profondeur varie de 19 à 22 mm.

131 De 5 mm par rapport au limbe.

132 Mesurant 0,33 m x 0,17 m x 0,07 m.

133 Faisant saillie sur 21 mm.

134 De 10 mm de profondeur.

135 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 53 ; H. Basset et H. Terrasse, “Sanctuaires et forteresses”, H, VI, 2e-3e trim., p. 198 ; J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 63 ; G. Marçais, Art musulman, Pl. IX et X, p. 31.

136 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 237.

137 J. Meunié et H. Terrasse, Nouvelles recherches, p. 66 fig. 36 ; H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 236 fig. 41 ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 49 et 55 ; H. Terrasse, “Art de l’empire almoravide”, S. I., Pl. VIII.

138 Représenté par les palmes majeures (18 mm) et les formes secondaires (15 mm). Le relief du dos des feuilles, devait être, à l’origine, de 20 mm.

139 Izār. De 0,60 m x 0,18 m x 0,06 m de dimensions.

140 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 50-51.

141 De 10 mm de profondeur.

142 De 18 mm de profondeur.

143 1,73 m x 0,15 m x 0,09 m (le mot ḥarīṣun n’apparaît pas sur la Pl. XIII).

144 R. Blachère, Coran, p. 231.

145 Sur 20 mm.

146 A 7 mm de profondeur.

147 A 13 mm de profondeur.

148 De 17 mm.

149 La largeur des hampes est de 15 mm.

150 Moulure pleine de profil curviligne, cf. J.-M. Perouse de Montclos et alii, Architecture, 182 p. 127. Nous reviendrons sur ce profil en tore des lettres, à propos d’un bois almohade, infra p. 108 et 129 note 22.

151 H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 39.

152 H. Terrasse, Andalous, Pl. LXVIII, LXIX, LXXII, LXXVI etc..

153 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 233.

154 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 29 et Pl. 65.

155 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XXXVIII.

156 H. Basset et H. Terrasse, “Sanctuaires et forteresses”, H, VI, 2e-3e trim., Pl. XXXIV a, c, e ; Pl. XXXVI f, g ; L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 66, fig. 59 ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 42, 44, 99 et 101.

157 L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 66, fig. 57 ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 42, 49, 64.

158 H. Basset et H. Terrasse, "Sanctuaires et forteresses", H, VI, 2e-3e trim., p. 195 fig. 95 Pl. XXXV-c.

159 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, Pl. XXXVIII, et p. 205 ; H. Basset et H. Terrasse, “Sanctuaires et forteresses”, H, VI, 2e-3e trim., p. 177 fig. 90 ; H. Terrasse, Qaraouiyin, Pl. 59 et G. Marçais, Art musulman, Pl. VIII.

160 De 6 mm.

161 De 2 mm et dans certains cas, de 4 mm.

162 H. Terrasse, Andalous, Pl. XCV.

163 Infra p. 158.

164 M. Terrasse, “Quelques bois sculptés polychromes”, M.C. V., p. 445, Pl. 1-3 ; Pl. II, 1 et 3.

165 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 210.

166 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 58.

167 Les pilastres, nous l’avons vu, étaient traités en motifs floraux.

168 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 132.

169 Comme le révèle l’examen attentif des panneaux du minbar ziride des Andalous

170 H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 244.

Table des illustrations

Légende Planche III : Bois n° 45.41.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Légende Planche IV : Bois n°45.41, registre I.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 175k
Légende Planche V. : A. Minbar (Mosquée des Andalous), détail de l’encadrement
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Planche V : Β. Bois n° 45.41, détail registre II.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Légende Figure 1 : Décor floral, Bois n° 45.41
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende Figure 1 bis : Tracé régulateur.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Planche VI : Bois n° 45.41, A. détail registre III
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 279k
Légende Figure 2 : Diagramme de construction, Bois n° 45.41
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Planche VI : Bois n°45.41, B. détail registre V
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Planche VII : Corbelet n° 45.5.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Planche VIII : Corbelet n° 45.206, A. face latérale.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende Planche VIII : Corbelet n° 45.206, B. face inférieure.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende Planche IX : Corbelet n° 85.9.2, A. face latérale.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Légende Planche IX : B. Corbelet n° 85.9.3, face inférieure.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Figure 3 : Diagramme de construction, Corbelet n° 45.206
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Planche X : Corbelet n° 45.23.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Légende Figure 4 : Diagramme de construction, Blochet n° 45.23
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 93k
Légende Planche XI : Corbelet n° 45.42.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 125k
Légende Figure 5 : Diagramme de construction, Corbelet n° 45.42
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Légende Planche XII : Frise n° 45.22.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 122k
Légende Planche XIII : Frise n° 45.232, première partie.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Légende Planche XIV : Frise n° 45.232, deuxième partie.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Légende Planche XV : Frise n° 45.232, détail floral.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Légende Figure 6. : Palmes simples almoravides. 1-2-4-5-6- : Bois n° 45.41 ; 3 : Blochet n° 45.23 ; 7 : Corbelet n° 45.206 ; 8-9 : Corbelet n° 85.9.1. et 85.9.2 ; 10-11 Frise n° 45.232.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende Figure 7 : Palmes doubles almoravides. 1-2-3-4-5-6- : Bois n° 45.41 ; 7-8 : Blochet n° 45 23 ; 9-10-11 : Corbelet n° 45.42 ; 12-13-14 : Frise n° 45.232.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1313/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 215k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable