Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le décor sur bois dans l’architecture de Fès

 | 
Catherine Cambazard-Amahan

II. Étude des pièces almoravides ou conditions nouvelles de l’art fasi

Prédominance des influences andalouses

Texte intégral

1Si la période précédente nous a fourni de rares mais précieuses réalisations, l’âge almoravide nous léguera davantage de bois sculptés nous permettant ainsi de suivre l’évolution du décor architectural sur ce matériau.

Seconde moitié du xie siècle : les Almoravides nouveaux maîtres du Maroc

  • 1 Al-Murābiṭūn, al-Mulaṭṭimūn, cf. al-Bakrī, Description de l’Afrique, p. 21 note 1.

2Les Almoravides1, tribu nomade berbère sanhaja du Sahara occidental, étaient intervenus en 445H/ 1053 - 1054 J.-C. dans le Sud marocain à l’appel des Sanhaja de Sigilmasa en conflit pour des intérêts économiques avec les émirs zénètes Maghrawa.

  • 2 Sur ses titres : Amīr al-Muslimīn, Amir al-Mu’minīn, cf. E.I.2, 1, p. 458-459 et A. Huici Miranda, (...)
  • 3 R. Le Tourneau, “Fās”, E.I.2, //, p. 838.

3Après une première entrée des Almoravides à Fès en 455H / 1063 J.-C, l’émir Yūsuf b. Tāšfīn2, la conquit en 461H/ 1069 J.-C.3.

  • 4 R. Le Tourneau, Fès avant le Protectorat, p. 53.
  • 5 Il est fait mention de l’un d’entre eux, le masğid de Ṭaryāna, dont le nom probablement donné par (...)

4Sa politique militaire et religieuse s’est concrétisée après l’unification des deux quartiers, dès lors réunis à l’intérieur d’une même enceinte, par l’édification d’une forteresse, la Qasaba de Bū-Ğlūd4 servant de base à ses expéditions militaires, et surtout par la multiplication d’oratoires dans chaque rue5.

Réalisations urbanistiques

  • 6 Al-Nāṣirī, “Kitāb al-Istiqṣā”, A. M., XXXI, p. 150.

5Grand bâtisseur, Yūsuf b. Tāšfīn s’attacha non seulement à des réalisations urbanistiques à Fès, mais encore à son essor économique par l’aménagement d’un réseau de canalisations, par la construction de moulins, de bains, de fontaines, d’hôtelleries et par l’organisation de marchés6.

Domination des Almoravides sur l’Espagne musulmane : ou établissement de relations intimes entre l’Andalousie et le Maghreb

6Yūsuf b. Tāšfīn fut amené à faire la conquête de l’Espagne musulmane de 479 à 500H / 1086 à 1106 J.-C, venant d’abord en aide, aux rois chefs de bandes mulūk al-ṭawā’if, que menaçait le péril chrétien : la reconquête de Tolède en 478H / 1085 J.-C. par le roi Alphonse VI détermina la première expédition de Yūsuf b. Tāšfīn en Espagne ; la faiblesse des émirats musulmans le conduisit à devenir le maître d’al-Andalus. Dès lors, ces Almoravides, par leur conquête de l’Espagne musulmane, se firent les serviteurs de la civilisation andalouse qui gagna, outre le Maroc, l’Algérie occidentale jusqu’à Alger.

  • 7 H. Terrasse, Art. hispano-mauresque, p. 223, cf. également L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. (...)

7L’Andalousie offrira au Maroc ses modèles artistiques : “Désormais dans la paix et l’ordre qui règnent dans l’empire almoravide, l’Espagne et le Maghrib sont, pour la première fois, en relations intimes et l’Andalousie se fait l’éducatrice de l’Afrique”7.

  • 8 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 78.

8Elle lui fournira aussi ses artisans nourris de culture andalouse : “Il (Yūsuf b. Tašfīn) fit venir de Cordoue des artisans qui construisirent (ou restaurèrent) nombres d’édifices à Fès”8.

9Cette volonté de développement urbanistique ainsi que la suppression des frontières politiques avec l’Andalousie, vont permettre un développement de l’art architectural au Maghreb notamment à Fès.

Réalisations almoravides sous ‘Ali b. Yūsuf

  • 9 “Les plus remarquables des savants espagnols de tous les genres se rendirent auprès de l’émir des (...)

10L’influence andalouse sur le Maroc dont Yūsuf b. Tāšfīn avait été l’initiateur9, s’accentua sous le règne du second émir almoravide, ‘Alī b. Yūsuf 499-573 H/ 1106-1143 J.-C.

  • 10 Tel Salama b. Muffariğ, d’origine espagnole, cf. H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 19.

11Celui-ci fit appel, lui aussi, à des corps de métiers spécialisés, architectes et artistes10 dont les historiens nous rapportent les noms. Faisant œuvre de politique religieuse, il privilégia la rive des Kairouanais dont il agrandit le sanctuaire de 529 à 536 H/1135 à 1142 J.-C. sur la proposition du qadi de Fès, Ibn Mu ‘īša al-Kinānī.

12Nous ne retiendrons de ces commandes que ce qui se rapporte à notre sujet : les réalisations en bois.

  • La construction ou le remaniement de deux portes de l’ouest du sanctuaire – Bāb al-’Udūl en 514H/1120 J.-C. et Bāb al-Šemmā’in en 528 ou 529H/1133 ou 1134 J.-C – auxquelles il convient d’ajouter Bāb al-Ward, Bāb Ğanā’iz et Bāb Sbitrīyn11 – atteste la naissance de la bronzerie hispano-mauresque, sur laquelle nous reviendrons plus loin12.
  • L’oratoire fut enrichi de trois travées, la nef axiale remaniée, reçut une nef surélevée couverte d’un toit en double bâtière abritant cinq coupoles et s’achevant au-dessus du miḥrāb13.

13La restauration effectuée par H. Terrasse dans les années 1950 a permis de dégager dans les combles, quelques éléments de charpente de cette époque, qui seront étudiés ci-dessous.

  • La ‘anāza en bois de cèdre exécutée en 524H/1130 J.-C.14 malheureusement disparue, était un bel ouvrage de menuiserie15, remplacé à l’époque mérinide.
  • Le minbar en bois de santal, d’ébène, d’oranger et de jujubier datant de 538H / 1144 J.-C.16, abîmé à l’heure actuelle, est encore utilisé pour le prône. Le mobilier ne faisant pas partie de cette étude, nous l’évoquerons uniquement comme élément de comparaison.

Traits de l’art andalou importé à Fès

  • 17 Le saḥn de la mosquée al-Qarawiyyīn, se rapproche, par ses dimensions réduites, de celui de la Gra (...)
  • 18 G. Marçais, Architecture, p. 200.

14Les Almoravides ont enraciné au Maroc, notamment à Fès, dans ce sanctuaire d’al-Qarawiyyīn, l’art architectural en vigueur à Cordoue et dans les autres capitales espagnoles : Séville, Tolède, Saragosse, Madīnat al-Zahrā’. En témoignent, hormis le plan, les principales formes architectoniques tels que les arcs en plein cintre outrepassé, les arcs lobés, la coupole nervée de la nef surélevée17, et les toitures en pavillon18 de l’annexe funéraire et des travées médianes de la salle de prière.

  • 19 Désignés sous le terme Sebka.
  • 20 L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 30-31.
  • 21 B. Maslow, Mosquées de Fès, p. 170.
  • 22 A. Bel, “Inscriptions arabes”, J.A., p. (362) [50]-(364) [52].

15Par ailleurs, certains éléments du décor architectural tels que les jeux d’arcatures entrelacées, source des motifs d’entrelacs losanges19, s’affirmant déjà à la Grande Mosquée de Cordoue au xe siècle ainsi qu’au palais de l’Aljafería de Saragosse au xie siècle20 sont employés à la mosquée des morts21. Ils seront en faveur à l’époque mérinide dans la décoration intérieure sur plâtre des édifices civils et religieux22.

16La loi ornementale qui régit la distribution du décor, la science et la finesse de composition de l’art de l’Espagne musulmane au xie siècle, sont identiques dans les œuvres almoravides. Aussi n’est il pas étonnant que, dans le domaine du décor végétal, certains types observables à la mosquée al-Qarawiyyīn et sur les bois almoravides que l’on étudiera, tels que les palmes à digitation d’acanthe ou encore les palmes simples dans leurs formes dissymétriques, soient empruntés à cet art.

  • 23 En effet, H. Terrasse y voit : “une œuvre cordouane ou de souche cordouane” H. Terrasse, Qaraouiyi (...)

17Dans les arts mobiliers, la chaire de cette mosquée n’est pas non plus exempte d’influences andalouses23.

  • 24 H. Terrasse, “Chapiteaux oméiyades”, A.A., XXVIII, fas. 1.

18Les Almoravides n’ont pas seulement prolongé dans leurs réalisations, les particularités de l’art de la péninsule du xie siècle, mais ils ont eu également recours aux éléments architecturaux élaborés en Espagne24.

  • 25 H. Terrasse, Histoire du Maroc, I, p. 252.

19Cet art fut-il réellement importé sans changement, comme le signale H. Terrasse25 ? Quelle fut la part des influences andalouses dans l’art fasi déjà constitué ? D’autres influences ne s’y incorporèrent-elles point ? Quelle fut la part de la créativité locale ?

20Telles sont les questions auxquelles nous nous efforcerons de répondre dans l’analyse qui suit, en recourant au témoignage monumental d’autant plus précieux qu’il est rare pour cette période.

Notes

1 Al-Murābiṭūn, al-Mulaṭṭimūn, cf. al-Bakrī, Description de l’Afrique, p. 21 note 1.

2 Sur ses titres : Amīr al-Muslimīn, Amir al-Mu’minīn, cf. E.I.2, 1, p. 458-459 et A. Huici Miranda, Crónicas arabes, p. 41 -42.

3 R. Le Tourneau, “Fās”, E.I.2, //, p. 838.

4 R. Le Tourneau, Fès avant le Protectorat, p. 53.

5 Il est fait mention de l’un d’entre eux, le masğid de Ṭaryāna, dont le nom probablement donné par une colonie sévillane, désignait un quartier de Fès lors de l’entrée d’Ibn Tumart à Fès, cf. Lévi Provençal, Documents inédits, p. 99. En fait, il existe de nos jours, deux rues portant le nom de Ṭaryāna, situées dans la partie haute de la grande Tal‘a.

6 Al-Nāṣirī, “Kitāb al-Istiqṣā”, A. M., XXXI, p. 150.

7 H. Terrasse, Art. hispano-mauresque, p. 223, cf. également L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 9-10.

8 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 78.

9 “Les plus remarquables des savants espagnols de tous les genres se rendirent auprès de l’émir des Musulmans, si bien que sa cour ressemblait à celle des califes ‘Abbâsides à leurs débuts (…)”, cf. G. Marçais, Berbérie musulmane, p. 247.

10 Tel Salama b. Muffariğ, d’origine espagnole, cf. H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 19.

11 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 47-48. Sur les portes revêtues de bronze de la mosquée al-Qarawiyyīn, cf. al-Ğaznā’ī, Zahrat, p. 128 et L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 70.

12 Infra p. 80.

13 La description des travaux, rapportée par al-Ğaznā’ī, constitue un précieux document pour l’histoire de l’art. “On entreprit aussi la coupole surmontant le mihrâb ainsi que (celle qui se trouve) devant celui-ci, entre les deux travées adjacentes. Ce dernier travail fut fait en plâtre à stalactites et très soigné. Le plâtre (de revêtement des murs) fut sculpté contre le mihrâb et tout autour de son ouverture. Le tout fut rehaussé de (peinture) dorée, bleue azurée, et d’autres tons”, Zahrat, trad. p. 127-128.
Ces stalactites en plâtre (muqarnas) étaient modelées dans un coffrage en bois, cf. H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 24 et Pl. 38.

14 G. Wiet, R.C.E.A., VIII, p. 164, n° 3031.

15 Al-Ğaznā’ī, Zahrat, trad. p. 141 note 3.

16 H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 49. Ce minbar remplace les deux premiers minbars disparus, l’un en bois de pin exécuté, semble-t-il en 321 H / 933 J.-C. lors de l’occupation de Fès par les Fatimides, l’autre en bois d’ébène et de jujubier, signalé plus haut.

17 Le saḥn de la mosquée al-Qarawiyyīn, se rapproche, par ses dimensions réduites, de celui de la Grande Mosquée de Cordoue, cf. H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 229 ; les arcs en plein cintre outrepassé régnant à Cordoue et à Tolède, se retrouvent aux arcades de l’oratoire et du saḥn de la mosquée al-Qarawiyyīn, ainsi qu’à la majorité des portes, cf. H. Terrasse, Art hispano-mauresque, p. 63, 136, 236 ; H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 27. Un arc à cinq lobes à extrados excentré est proche des arcs du Califat, cf. H. Terrasse, “Art almoravide et art almohade”, A.A., XXVI, fasc. 2, p. 440 ; H. Terrasse,“ Art almoravide et art almohade, A.A., XXVI, fasc. 2, p. 436.

18 G. Marçais, Architecture, p. 200.

19 Désignés sous le terme Sebka.

20 L. Torres Balbas, Ars Hispaniae, IV, p. 30-31.

21 B. Maslow, Mosquées de Fès, p. 170.

22 A. Bel, “Inscriptions arabes”, J.A., p. (362) [50]-(364) [52].

23 En effet, H. Terrasse y voit : “une œuvre cordouane ou de souche cordouane” H. Terrasse, Qaraouiyin, p. 39.

24 H. Terrasse, “Chapiteaux oméiyades”, A.A., XXVIII, fas. 1.

25 H. Terrasse, Histoire du Maroc, I, p. 252.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540