Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le décor sur bois dans l’architecture de Fès

 | 
Catherine Cambazard-Amahan

Préface

Lucien Golvin

Texte intégral

1L’une des caractéristiques les plus étonnantes de la maison, à Fès, est l’emploi abondant du bois ouvré, notamment sous forme de revêtements constitués de larges panneaux plaqués sur les parties hautes des murs des façades donnant sur le patio central. Ces placages s’ornent de sculptures à décor floral et épigraphique, précédant un auvent supporté par de longs corbeaux parallèles fort joliment découpés et sculptés. Une telle coutume est attestée dans les plus anciens édifices connus qui remontent au début de la période mérinide. Médersas et fondūq-s (lesquels bâtiments ne sont pas des interprétations de la demeure familiale) en usent abondamment. Outre cette utilisation très originale, le bois sculpté et peint apparaît dans les hauts vantaux des grandes portes, dans les linteaux, dans les fenêtres, dans les plafonds à poutres apparentes, parfois richement travaillés en carène ou en caisson, dans les balustrades des galeries, enfin dans les coupoles à stalactites (muqarnas). En bref, à Fès probablement plus qu’ailleurs au Maroc, cet emploi massif du bois sculpté et peint s’est perpétué jusqu’à l’aube du xixe siècle, voire au-delà, perdant naturellement peu à peu ses qualités originelles pour, enfin, laisser la place à de simples décors gravés et peints.

2Sans doute, ces techniques et ces modes sont héritées de Grenade, mais, auparavant, les Almoravides (xiie siècle) avaient montré tout leur talent dans certains plafonds de mosquées. Le musée du Batha, dont Madame Catherine Cambazard-Amahan est conservateur depuis 1980, possède quelques pièces encore plus anciennes tel le beau minbar zîride, autrefois à la mosquée des Andalous et même une poutre remontant à la période Idrīside (datée de 263 = 877), mais l’essentiel des collections de bois du musée est d’époque mérinide et postérieure, pièces convenablement entreposées dans des réserves fort bien entretenues.

3Il peut paraître surprenant, alors, que de tels documents n’aient pratiquement jamais tenté les chercheurs à l’exception du minbar étudié, jadis, par Henri Terrasse ; et le mérite de Catherine Amahan est de nous révéler aujourd’hui ces vestiges du passé. La documentation de l’ouvrage qu’elle nous offre, ne se borne d’ailleurs pas à ces seules pièces de musée, elle fait appel également aux vestiges demeurés en place dans la médina ; elle s’étend aussi aux plâtres (stucs) et aux ciselures sur cuivre et sur bronze, évoqués seulement pour des besoins de comparaison. Ainsi est-on amené à définir des modes d’expression, suffisamment affirmés pour permettre de postuler l’existence d’un art local original et cohérent où les influences hispano-musulmanes prépondérantes et celles venues d’Orient, par la voie probable de Kairouan, s’interpénètrent harmonieusement. En fait, le travail de Madame Amahan nous démontre que les artisans de Fès, surtout ceux des xive, xve et xvie siècles, savaient assimiler, interpréter, voire inventer en artistes qu’ils étaient. Ils définissaient, peut-être inconsciemment, un répertoire artistique qui, malheureusement, ne devait pratiquement plus évoluer aux siècles suivants.

4Les analyses des techniques, des compositions décoratives, des éléments du décor, de l’épigraphie, sont menées avec aisance et l’on suit, à les lire, une évolution progressive à partir surtout des Almoravides jusqu’au point de rupture qui marque leur apogée, sous les Mérinides.

5Les chapitres sont précédés, comme il convient, d’un sommaire historique bref, mais suffisant, volontairement limité à ce qu’il peut apporter au sujet traité.

6La qualité essentielle du travail de Madame Amahan est de nous révèler la richesse d’une architecture fasie qui ne se limite pas aux seuls palais officiels ou aux monuments de prestige. Plus que le matériau de construction, au demeurant fort modeste, plus que les formes, sans doute aussi originales que belles, mais assez stéréotypées, c’est la parure qui nous révèle l’aisance de certains milieux bourgeois : hauts fonctionnaires, riches commerçants, grands propriétaires terriens (ces diverses qualités sociales se trouvant souvent confondues dans un même personnage chef de famille). On imagine aisément l’activité fébrile des divers corps de métiers : maçons, plâtriers, stucateurs, céramistes zellijeurs, charpentiers, menuisiers, dinandiers, ferronniers, etc… au service d’une classe privilégiée. On devine l’émulation des “ateliers”, le talent de ces compositeurs si habiles à manier le qalam, le compas et la règle, à la recherche de combinaisons toujours nouvelles, possédant un sens aigu d’équilibre des masses, évitant la monotonie d’une symétrie trop rigoureuse, maîtres dont l’histoire ne connaîtra jamais le nom ! L’art du sculpteur sur bois se révèle par la profondeur de la taille verticale ou oblique, par les effets d’ombre et de lumière obtenus en jouant sur divers plans qui font ressortir le motif essentiel, l’écriture stylisée en particulier porteuse d’un message presque ésotérique. Ce talent est aussi celui des habiles stucateurs, voire celui des ciseleurs sur cuivre, c’est enfin, dans une toute autre technique, celui des compositeurs de panneaux de zellīj-s. Sans doute, ces modes d’expression, dont la complexité est la qualité essentielle, bien qu’elle se maintienne dans une certaine mesure, ne saurait faire oublier la puissance de l’art almohade qui avait su tempérer l’exubérance des Almoravides en ramenant les compositions à des formes épurées, stylisées, celles des grandes portes des remparts, celles des hauts minarets ; mais cette autre vision interne d’une réalité étrangère au monde extérieur, qui nous apparaît surtout inquiète de couvrir les surfaces nues, reste d’une beauté saisissante. Elle a su se garder du foisonnement quasi maladif de la Aljaferίa, elle a su retenir de Grenade ce qui lui convenait, ce qu’elle pouvait comprendre et assimiler, elle a su combiner plus qu’ailleurs sans doute, les ressources de la céramique, du plâtre sculpté, des métaux, et surtout celles offertes par le bois, en l’occurrence le cèdre local.

7Tout ceci est fort bien exposé par Catherine Amahan. On ne saurait trop louer la qualité des dessins, des épures, des analyses des compositions décoratives ni celle des photographies.

8Cet ouvrage nous laisse espérer d’autres enquêtes de même valeur sur d’autres techniques médiévales fasies que Madame Catherine Cambazard-Amahan se propose de mener à bien. Il devrait stimuler et guider d’autres chercheurs qui désireraient exploiter les richesses des musées régionaux du Maroc qui s’efforcèrent, en leur temps, de définir et de mettre en valeur la diversité des arts régionaux, aujourd’hui bien compromise par le modernisme.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1989

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540