Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des migrants et des villes

 | 
Mireille Meyer

Production de l'étranger dans les couches populaires urbaines

Gérard Althabe

Texte intégral

1Les effets de la crise doivent être évalués, la référence est la conjoncture qui s'est créée durant les trente années de croissance économique, de plein emploi et de progression du niveau de vie, avec un considérable bouleversement de la vie matérielle des familles ; elles sont les acteurs d'un mouvement de promotion qui est le détachement de la pauvreté, c'est-à-dire de la précarité matérielle et des multiples formes de dépendance dont elle est le contexte. Ce mouvement de promotion s'inscrit dans la mise à distance de la condition des parents, du cadre d'existence vécu durant l'enfance et dans une projection de sa perpétuation à travers les enfants, l'école étant le vecteur de cette continuité.

2Ce mouvement est massif ; la quasi totalité de ceux qui composent les couches sociales populaires y sont impliqués à des degrés divers ; cependant une minorité de familles est laissée en dehors et reste prisonnière de la pauvreté, de la précarité et de l'assistance. Ces familles sont regroupées dans des cités d'urgence ou dans des fractions des quartiers centraux oubliés momentanément par la spéculation immobilière.

3Cette minorité, détachée des couches sociales populaires, est produite en acteur idéologique et en référence négative. Les rapports entre les acteurs passent par l'affirmation de la distance envers celle-ci, l'édification de la différence ; ces" pratiques ont d'autant plus de force que la distance reste fragile et que chacun est dans une continuité contenant le risque d'être repoussé vers ce pôle négatif, et de se voir impliqué dans la mouvance de cette référence. Il s'agit d'un dispositif de protection qui encadre le processus central de promotion sociale, individuel et collectif. Dans un tel cadre, la population de travailleurs immigrés s'accroît mais elle reste dominée par l'immigré en situation de passage : l'homme seul travaillant pour épargner. Non seulement il repartira dans son pays, mais sa présence en France puise son sens dans la position qu'il y occupe : l'argent épargné assure le fonctionnement des relations de parenté ou encore une promotion dans la société d'origine inscrite dans la logique de celle-ci.

4Les immigrés travaillant alors en France sont des étrangers dans la mesure où ils sont pris dans une configuration dont le centre réside dans leur société d'origine ; c'est dans cette perspective que doivent être placées les relations établies en France. Ils ne sont en aucune manière implantés dans la société française. Leur position est alors illustrée par les bidonvilles dans lesquels habitent une grande partie d'entre eux ; les bidonvilles sont un fragment du monde étranger, du tiers-monde ; ils sont placés aux portes des agglomérations urbaines dont ils ne font pas partie ; ils sont des territoires étrangers relevant de l'insolite, voire du folklore.

5Quelle corrélation établir entre la présence de la population d'immigrés et le mouvement signalé précédemment de promotion matérielle et sociale massive ? Les immigrés, maintenus dans la position d'étrangers, occupent des emplois disqualifiés, des postes dévalorisés dans les espaces inférieurs de la production ; ces positions sont de cette manière externalisées dans la mesure où elles sont peuplées d'étrangers ; ceux qui partagent avec eux sont maintenus à la marge, presque en dehors de la classe ouvrière, ainsi les femmes, les jeunes ruraux.

6Cette présence, de plus, introduit une coupure dans la production de la minorité des pauvres en acteur idéologique ; les hommes qui en font partie sont des exclus du travail salarié, ce qui a pour effet de réduire quantitativement cette population et de renforcer la séparation d'avec les couches populaires. Ce sont autant d'éléments qui favorisent la production de cette minorité en acteur idéologique.

7A partir de 1975, la crise a des effets qui se développent d'une manière de plus en plus manifeste ; elle produit une rupture brutale dans le mouvement de promotion qui pouvait apparaître comme irréversible. Deux grands domaines en témoignent : les acquis dans les protections et les assurances sur l'avenir se décomposent ; l'école perd d'autre part sa crédibilité quant à l'assurance de la continuité de la promotion à travers les enfants. Le nombre de ceux qui se rapprochent dangereusement de la condition de pauvres et d'assistés s'accroît également.

8Ainsi la production de la différence, de la distance avec ceux qui étaient produits en acteur idéologique constituant une référence négative devient de plus en plus aléatoire alors que se développe le sentiment du risque de se retrouver dans leur condition par le chômage et la baisse du pouvoir d'achat.

9Ces conditions sont favorables à l'utilisation de la population maghrébine :

  • le déplacement du processus de production de l'acteur idéologique intervient : on passe des pauvres qui sont une fraction endogène aux couches populaires, aux Maghrébins qui se définissent par leur différence ethno-culturelle,
  • ce faisant on se sépare dans l'imaginare, de la condition dont ils sont les porteurs ; la condition de pauvre et d'assisté dont il est de plus en plus difficile de se distinguer, est ethnicisée. A travers cette opération on édifie une séparation et on sort de la continuité constitutive dans la situation présente.

10Cette conjoncture, surgie de la crise, se traduit par une représentation xénophobe de la situation, par l'établissement de relations à connotation raciste. Il est possible d'appréhender cette traduction dans l'école - la perte de crédibilité de l'école passe par l'échec scolaire qui serait déterminé par la cohabitation avec les enfants maghrébins - et dans le travail - la présence des Maghrébins est présentée comme la raison de la précarité qui s'est instaurée dans le champ du travail.

11Cette utilisation des Maghrébins en acteur idéologique est l'externalisation d'un processus qui était endogène et qui s'est constitué dans la période précédente : le "pauvre" autochtone construit en acteur idéologique. Elle est une réponse sécrétée dans la société à l'énorme ressac qu'est la crise, ressac évalué en référence à la croissance des trente années précédentes.

12Parallèlement, dans le même contexte du développement des effets de la crise économique, la population maghrébine change de position ; à travers le regroupement familial, les Maghrébins deviennent des acteurs d'une configuration dont le centre est désormais en France. Durant la décade des années 1970, on assiste à un processus de fixation, d'implantation dans la société française, ce qui est conjointement une mise à distance de la société d'origine.

13Ce mouvement d'implantation est à analyser ; il se noue autour des enfants qui grandissent en France, ils y sont scolarisés, ils placent leurs parents dans la logique de la fixation à travers des tensions internes à la famille. La mise à distance de la société d'origine est parallèle : on en est et on lui est de plus en plus étranger ; l'amertume apparaît au retour des voyages de vacance. Le bouleversement des positions qui s'inscrit dans la famille - le père, la mère, les fils et les filles -, la distance par rapport au modèle culturel de la société d'origine rendent le retour de plus en plus difficile.

14Les regroupements familiaux massifs des Maghrébins sont intervenus à partir de 1970, ils se sont accompagnés de l'installation dans les immeubles collectifs des grands ensembles ; ce mouvement s'est effectué dans une logique de ségrégation relative, on a pu assister à l'émergence de territoires urbains - dans les périphéries des agglomérations - dans lesquels la population maghrébine, les allogènes plus généralement, tend à devenir la majorité. Les situations locales sont des plus diverses, mais elles sont le produit d'une pluralité de choix dominée par la volonté des familles autochtones d'échapper à la cohabitation interethnique.

15Cette recomposition résidentielle de la présence de la population maghrébine doit être replacée dans la production de cette même population en acteur idéologique ; l'acteur idéologique avec lequel on cherche à construire la séparation est localisé dans un espace et c'est une manière de cristalliser la séparation. Cet espace est stigmatisé, les médias jouent un rôle central dans cette stigmatisation. Peu à peu la proximité sociale, la proximité géographique qu'elle symbolise, devient un enjeu : elle s'érige progressivement en critère de classement dans le travail et la résidence. Il y a ceux qui sont emprisonnés dans cette proximité - les Français dans les territoires où les immigrés sont dominants et ce sont eux qui sont attirés par le Front National et ceux qui s'en protègent. Ce processus renvoie à la dualité entre les salariés relativement protégés, et les salariés plus du tout protégés. Ces différences se déploient dans un contexte partagé où chacun risque de se voir happé dans cette proximité.

16La conjonction entre la délinquance et les Maghrébins est un des thèmes singulièrement insistant de la campagne xénophobe ; il s'agit précisément de la petite délinquance quotidienne dont les acteurs principaux seraient les jeunes Maghrébins. C'est là une étape dans la campagne sécuritaire menée par les forces conservatrices de ce pays depuis quinze ans ; cette ethnicisation actuelle appelle la réflexion.

17Quelle est la base sur laquelle la campagne sécuritaire s'appuie dans la société ? Aux différents niveaux de la vie sociale un processus intervient : le champ social se constitue à travers le refoulement à ses frontières de ceux qui sont les porteurs de la violence, d'une manière générale les porteurs de la transgression des règles et codes qui forment le contexte nécessaire à la vie sociale interne. Les relations in -ternes au champ social se développent sur la base de ces règles et codes qui sont reproduits à travers la mise à distance, l'isolement de ces personnages. Ces derniers sont repoussés à la marge et leur implication dans le cercle des relations avec les policiers et les magistrats constituent leur isolement. La traduction globale de ce processus apparaît dans l'imaginaire du délinquant pris dans le cercle magique des policiers, des magistrats, des procès et de la prison ; il se traduit dans le roman et le film, dans la mise en scène des faits divers. Ce sont là des éléments importants du fonctionnement social de nos univers urbanisés. La campagne sécuritaire repose sur ces processus sécrétés dans la société. Elle est mise en scène du pouvoir étatique protecteur, il s'y démontre sa capacité de protection ; ou bien, comme la droite entre 1981-86, il s'y dénonce son incapacité, se traduisant dans la mise en place de pouvoirs de substitution, comme l'organisation de milices par les municipalités, l'alternative est ainsi proposée.

18Tel est le contexte dans lequel intervient la caractérisation ethnique de la petite délinquance, dans la campagne xénophobe menée par la droite ; il faut analyser cette question dans la perspective de ses effets spécifiques dans les couches sociales populaires.

19Dans le cadre des quartiers de la périphérie urbaine intervient le processus de constitution d'une poignée d'adolescents - les loubards - en porteurs de la violence et de la transgression ; c'est une minorité étroite d'adolescents, des garçons, qui sont ainsi produits en acteur idéologique composant une référence négative, ce qui permet de maintenir l'ensemble des adolescents sous la tutelle familiale dans le cadre du passage de l'école au travail. La crise fait sentir ses effets dans ce domaine ; le passage de l'école au travail devient de plus en plus long, aléatoire et complexe ; les parents voient leurs enfants adolescents et adultes se trouver dans une situation qui contient en elle le risque de devenir ce que sont ces loubards, des enfants perdus. Cette situation est favorable à l'externalisation de l'acteur idéologique par la séparation contenue dans sa caractéristique ethnique ; on le fixe hors de soi, partant magiquement on exorcise la peur provoquée par la situation de ses propres enfants ; c'est là une des raisons de l'écho du discours sécuritaire dans les couches sociales populaires.

20Les deux mouvements se conjuguent : les pauvres enfermés dans la précarité et les porteurs de la violence sont les Maghrébins et l'ensemble de la population maghrébine définie ethniquement est ainsi refoulé hors de la société : elle campe à ses portes et elle en constitue la frontière.

21La xénophobie est liée au processus d'urbanisation sous ses multiples aspects : déplacement massif des populations de la campagne vers les villes, des centres-ville vers les périphéries des agglomérations, opérations de constructions de gigantesques grands ensembles et de cités, apparition des villes nouvelles, les regroupements de maisons individuelles en nouveaux villages, enfin la rénovation des centres-ville.

22Dans les périphéries urbaines, plus précisément dans les territoires de résidence des couches sociales populaires les forces politiques présentes, celles de la gauche donc, n'ont pas réussi à structurer un espace public de communication ; cet échec s'est confirmé dans la décade des années 70. Il s'est manifesté du côté du Parti Communiste dans les municipalités, par exemple celles de la banlieue parisienne, par la décomposition du système municipal mis en place dans les années 30 et revitalisé après la guerre, avec un réseau dense d'associations structurant la vie locale. Du côté du Parti Socialiste, le réseau associatif, relais et support des équipements socio-culturels et des travailleurs sociaux, connaît un retrait militant traduit d'un côté par le départ des nouvelles couches moyennes qui assuraient l'animation, de l'autre par l'institutionalisation des associations dans le cadre municipal après les victoires de la gauche en 1977. Cette impossibilité d'instaurer un terrain politique dans les espaces urbains doit être mise en relation avec la séparation généralisée entre le travail et la résidence ; on assiste en effet à la décomposition des territoires urbains où se trouvent réunis résidence et entreprises. Par ailleurs l'emprise de la TV familiale, rabat de plus en plus les habitants dans l'espace privé. Cette absence d'un espace public de communication est un vide qui pèse lourd.

23Telle est la conjoncture dans laquelle intervient l'utilisation politique de la xénophobie par le Front National. Où réside le danger de cette politisation ? Les conséquences de la campagne du Front National, les effets de la présence d'un Le Pen dans le champ clos médiatique du politique ne peuvent être évaluées aux seuls résultats électoraux. Ils introduisent les conditions pour qu'un espace public de communication se structure autour de la xénophobie et du thème conjoint de la sécurité. Le vide risque d'être comblé : on ne peut en voir les prémisses dans la mise en place de groupes d'autodéfense.

24Depuis un siècle la société française a été un melting-pot d'une grande efficacité : elle a intégré des vagues d'immigrants, italiens, espagnols, polonais, et autres. Cette intégration s'est faite à travers la génération issue de la migration et l'école a été un des principaux cadres de cette intégration. La différence ethnique s'est retrouvée résorbée. Le dispositif intermédiaire, la culture locale sur la base de l'activité professionnelle a été un cadre unificateur de gens d'origines ethniques différentes et des paysans autochtones. Actuellement le processus d'intégration par la nouvelle génération apparaît bloqué, la campagne politique xénophobie renforce le blocage et rend aléatoire son dépassement.

25En effet, la première génération est renforcée dans sa production d'une identité ethno-culturelle de par le refoulement dans la condition ethnique qu'elle subit, et la nouvelle génération, en position ambivalente, est repoussée dans cette condition qu'elle refuse. Cette situation contient le risque de voir le dépassement de cet antagonisme dans une réunification sur la base de l'Islam. Quelle que soit la manière dont on examine la conjoncture, on est placé dans une situation où la présence d'une population d'origine maghrébine quantitativement importante dans la société française est une réalité. Elle est repoussée vers une condition ethno-culturelle spécifique ; si notre situation se cristallise, une transformation des règles organisant notre vie collective est inéluctable.

Auteur

Anthropologue. Équipe de Recherches en Anthropologie Urbaine et Industrielle E.H.E.S.S. - Paris

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable