Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des migrants et des villes

 | 
Mireille Meyer

Espace-temps, présence-absence

Des immigrés dans le champ urbain

Azouz Begag

Texte intégral

1La mobilité est une nécessité de la vie humaine. Elle peut être définie comme le passage d'un point à un autre, d'une situation à une autre.

2A divers types de mobilité sont associés divers types de motifs, caractérisés par des degrés de contraintes variables : entre le déplacement pour aller au travail et celui pour faire une promenade, le degré de liberté est variable. Dans un cas, l'individu est contraint à se déplacer, et dans l'autre il a la possibilité de choisir. C'est sur cette dernière situation, celle où l'acteur a un pouvoir de décision, que nous situerons notre analyse.

3Toutefois, le comportement de mobilité d'un individu ne peut pas être saisi hors du contexte social ou historique dans lequel il s'inscrit. Ce contexte imprime ses dimensions économiques, géographiques, symboliques, psychologiques... à l'espace et au temps.

4Une réflexion sur l'espace-temps des immigrés se doit d'intégrer ces dimensions sous peine de rester muette sur les significations profondes de leur présence/absence dans tel ou tel territoire de référence.

5Mais tout d'abord, un certain nombre de points d'appui théoriques sur l'espace et le temps méritent d'être rapidement soulevés. Ils nous permettront de répondre à la question de la spécificité des immigrés en la matière.

Fondements théoriques sur l'espace-temps

6Nous allons tout au long de ce texte essayer de montrer en quoi il est injustifié de découper et simplifier arbitrairement des notions telles que l'espace, le temps... et les immigrés.

Sur la temporalité

7Tout d'abord, il faut admettre que l'espace et le temps sont indissociables. Il n'y a pas d'un côté, l'espace, et de l'autre, le temps infini que s'écoule pour tous et hors de tous. On parlera donc d'espace-temps ; mieux de temporalité. La problématique que suggère l'idée de temporalité peut s'énoncer ainsi, sous la forme d'un paradoxe : d'abord la temporalité est l'essence même de notre être, un être voué à la finitude et à la mort. D'autre part, le sujet est hors du temps, puisque la pensée peut dominer l'instant qui passe et peut ainsi s'établir dans une sorte d'intemporalité.

8La temporalité est l'essence même de cet être que nous avons conscience d'être. Autrement dit, l'expérience intérieure que nous avons de nous-même est simultanée et coïncide avec notre expérience interne du temps, le temps-durée.

9Le temps-durée repose sur trois dimensions : le passé, le présent et le futur. La conscience au temps présent se nourrit du passé et du futur selon deux mécanismes spécifiques : d'une part, la rétention qui est le sentiment de retenir quel -que chose qui fuit et qui constitue le passé ; d'autre part, la protention qui est la conscience du futur. Le futur, c'est ce vers quoi je vais, c'est le lieu d'épanouissement de la liberté, le support de mon projet. Il implique l'idée d'un calcul opéré par la conscience, ce que les économistes appellent l'actualisation. Autrement dit, le temps n'est pas une donnée exogène à l'homme. "Le temps suppose une vue sur le temps... il n'est pas un processus réel, une succession effective que je me bornerais à enregistrer. Il naît de mon rapport avec les choses... et dans les choses mêmes, l'avenir et le passé sont dans une sorte de préexistence et de survivance éternelles" (Merleau-Ponty, 1945).

10Par ailleurs, le temps n'est pas une donnée exogène à la société. Chaque société se caractérise par une temporalité social-historique, selon un terme emprunté à Cornélius Castoriadis (1975).

11Quant à l'espace, c'est avant tout un espace social, où l'on peut marquer sa présence, être connu et reconnu par les autres. L'espace est essentiellement ce qui a été "ménagé", ce que l'on a fait entrer dans sa limite... Il s'agit d'un espace-lieu dans lequel la présence de l'individu a un sens, où, dirons-nous, elle compte. Cet espace-lieu se distingue radicalement de l'espace-étendue qui est aménagé sous forme algébrique, cartographie par les techniciens. Dans la mesure où les nombres-mesures et leurs dimensions sont universellement applicables à tout ce qui est étendue, l'espace métrique ne peut pas contenir de lieux (Heidegger).

12Être près de ... ou loin de..., pour l'individu, ne signifie donc pas uniquement être à tant de kilomètres de...

13En fin de compte, l'espace social, la temporalité et les choses qui s'y déploient forment un tout inséparable. C'est à partir de cette unité qu'il nous semble pertinent de construire un discours sur la présence/absence des immigrés dans l'espace.

Mobilité et changements

14A présent, lorsque nous parlons de mobilité, nous voyons entrer en jeu l'espace social dans ses intrications avec l'espace physique, le temps vécu dans la durée, les choses qui s'y déroulent dans l'altération... et des hommes spécifiés par leur être et leur expérience d'être.

15Le phénomène de mobilité affecte l'identité des individus et simultanément, des populations, des espaces et des territoires. Qu'il soit appliqué à un espace urbain, national, international, de nature résidentielle, professionnelle ou quotidienne, il est révélateur et générateur de changements.

16Les hommes vivent en effet en communauté dans des territoires limités, donc différents les uns des autres. Différents par la langue, leurs coutumes, leurs modes d'organisation, leur vision du monde qui les entoure. Chaque société a sa propre dimension social-historique, dont on peut entrevoir les mécanismes de déstructuration/restructuration, à travers deux espaces :

  • la permanence du sol sur lequel elle s'étend ;
  • l'unité psychique des individus qui la composent.

17C'est surtout l'unité psychique des individus qui fait l'unité territoriale. Elle n'en est pas une conséquence. Du reste, tous les groupes n'ont pas besoin d'un territoire permanent pour se constituer. Des familles peuvent rester identiques à elles-mêmes en dépit de changement de résidence ; des associations internationales ou bien les sociétés commerciales transnationales n'ont pas besoin d'attacher leur existence sociale à des localités déterminées.

18Mais, néanmoins, dès que l'unité territoriale disparaît, l'unité psychique s'amoindrit. Le contrôle du groupe sur ses éléments est moins efficace, sinon impossible.

19A côté des deux arguments précédents, il faut citer celui de la liaison psysiologique comme facteur de la permanence du groupe à travers le temps. Encore une fois, sans communauté de territoire, la communauté de sang a un pouvoir de cohésion plus fragile, mais elle peut demeurer malgré tout "un ultimatum refugium de la continuité sociale". L'efficacité de ce facteur résulte dans le fait que les générations ne se remplacent pas d'un seul coup, qu'on ne peut jamais fixer l'instrument de l'apparition d'une nouvelle génération, et qu'à chaque moment, les nouveaux venus sont une minorité par rapport à la grande masse qui compose déjà la société.

20Mais il n'empêche que ces minorités qui intègrent le groupe à un moment donné, sont des vecteurs de changement. C'est en regardant comment les sociétés résistent au changement et simultanément, comment les individus sont poussés vers les nouveautés qu'il inspire, qu'on dévoile les enjeux de la mobilité. En quoi, donc, la mobilité d'un individu ou d'un sous-groupe d'individus appartenant à une société, peut-elle être considérée comme le signe d'une perturbation ? Si l'on met en vis-à-vis deux sociétés différentes, qui, du fait de leur histoire commune, conflictuelle, ont institué entre elles des couloirs de circulation, on peut entrevoir le rôle joué par les migrants et les migrations en elles-mêmes.

21La France et les pays du Maghreb, l'Algérie plus particulièrement, constituent bien entendu des terrains d'analyse privilégiés.

Espace-temps et mobilité du paysan algérien

22Le fait migratoire se définit par plusieurs idées et notions clefs qui permettent de prendre la mesure et la signification des changements qu'il introduit : liberté, contrainte, choix, identité, rôle des pionniers...

23En nous appuyant sur l'exemple d'un paysan algérien-musulman qui décide à la fin des années cinquante, de quitter son territoire de vie pour aller trouver du travail en France, nous chercherons à débusquer tout l'univers de déstructuration-restructuration mis en acte par la migration.

24Une brève rétrospective : dans l'Algérie coloniale, beaucoup d'indigènes ruraux étaient employés comme journaliers dans les fermes coloniales où ils logeaient avec leur famille. En échange de leur force de travail, ils ne recevaient que des biens alimentaires, dont ils revendaient une partie pour disposer d'un petit capital en argent.

25Partir ou rester ? la question se posa à un moment donné à ces travailleurs. Rester dans un univers contraignant, mais dans lequel, au moins, on ne mourrait pas de faim et où l'on vivait au milieu des siens. Partir vers un ailleurs en apparence plus prometteur, la métropole, avec l'angoisse d'un échec, d'une perturbation irréversible de l'identité, l'angoisse d'être loin.

26Dans ce dilemme, il est clair que ceux qui décidèrent de résoudre l'angoisse du temps en s'exilant vers la France du travail, jouèrent un rôle décisif dans l'histoire.

27C'est à partir de leur expérience que nous nous proposons de réfléchir sur l'espace-temps des immigrés, c'est-à-dire de ceux qui ont décidé de partir.

Le choix de partir

28Dans le contexte politique, économique et social de l'Algérie coloniale, chaque paysan-journalier disposait d'un pouvoir de décision que nous appelons liberté théorique de partir, de s'exiler vers la France. Cet espace autre, imaginaire, imaginé, se présentait pour certains comme un espace accessible où le travailleur recevait un salaire en échange de sa force de travail. Espace économique, espace de liberté. Ce type de représentation était d'autant plus légitime que l'économie française avait alors un très fort besoin de main-d'œuvre et exerçait un grand pouvoir d'attraction sur les pays du Sud.

29La diversité des systèmes de recrutement de main-d'œuvre dans les pays d'Afrique du Nord comme les pratiques de sélection-recrutement des travailleurs marocains qui allaient devenir les futurs mineurs de Lorraine sont connues. Ces aspects organisationnels ne nous intéressent pas directement. Ce qu'il nous semble en revanche d'un grand intérêt car il renouvelle le regard sur la mobilité, ce sont les situations dans lesquelles l'individu dispose d'un degré de maîtrise minimum sur son acte de se mouvoir ou non ; la situation où il y a un choix, celui de partir, de changer de situation, de donner un autre sens à sa vie.

Les conditions de la mobilité des partants

30Les villages, les zones rurales, les pays de l'Afrique du Nord ne se sont pas entièrement vidés du fait de l'attraction que l'économie française exerçait sur eux. Certes, on peut évoquer l'idée des contingentements de main-d'œuvre imposés alors, pour expliquer ce constat. Mais elle paraît largement insuffisante.

31Quand l'Algérie était française, les indigènes avaient un droit de circulation sur tout le territoire national. Et pourtant, si, dans les sillages, beaucoup ont fait le choix de l'émigration, ce ne fut pas le cas pour tous. Reste alors la question du pourquoi. Pourquoi et à quelles conditions ceux qui sont partis ont fait le choix ; pourquoi ceux qui sont restés ont-ils fait ce choix ? Il n'y a pas de réponse simple à ces questions d'une grande pertinence. Où se cachent la liberté et les contraintes dans les actes de mobilité des individus ?

32A la notion de mobilité, on associe un motif et une décision. L'individu décide d'aller vers un autre lieu pour faire quelque chose, ou bien parce que certains faits donnés offrent des raisons suffisantes pour faire le voyage. Motif et décision apparaissent alors comme deux éléments d'une même situation : le premier est la situation comme fait, le second la situation assumée. En décidant de faire un voyage, l'individu valide un motif et assume une situation. Dans la décision se dissimulent à la fois la liberté et les contraintes.

33Revenons à notre paysan algérien qui décide de s'exiler en France, et réfléchissons un instant sur le parce que..., le pour..., et le vers... de son voyage qu'il va assumer. Qui est-il, ce paysan ? Un homme qui a une conscience, une histoire personnelle, et qui évolue dans un système qui le contraint dans ses actes. Il migre parce qu'il a conscience que sa mobilité peut améliorer sa situation et celle de sa famille. Il migre pour aller échanger sa force de travail contre un salaire.

34Cet homme peut assumer sa décision libre de partir parce qu'il a fait un calcul et qu'il s'est donné des garanties de réussite dans son projet. Le calcul repose sur une comparaison : d'un côté les inconvénients qualitatifs, psycho-affectifs, l'éloignement de sa famille et de son cadre de vie, de l'autre, les avantages pécuniaires au bout du voyage : un salaire. Si on regarde bien l'opération, on constate qu'elle repose sur des paramètres qualitatifs et quantitatifs que seul le migrant est capable de mettre en vis-à-vis pour les résoudre. La conscience qu'il a de sa situation, et de la place qu'il veut occuper dans le monde qui l'entoure est primordiale dans cette visée d'action. Les contraintes qui le fixent à son milieu affectif sont filtrées par la représentation qu'il se fait de l'ailleurs.

35L'individu calcule puis décide. Il décide avec une probabilité de réussite indéterminée. C'est pour cela qu'il se donne des garanties pour l'accomplissement de sa mission.

36Pour le paysan algérien, il s'agissait avant tout de s'assurer que sa famille restée au pays pourrait continuer à subvenir à ses besoins vitaux élémentaires. Le système de solidarité et d'entraide familiales, tribales, villageoises, assuraient cette fonction. De même que les mandats-poste envoyés tous les mois. Ils faisaient vivre souvent, bien plus que les seuls femme et enfants du migrant.

37Ensuite, une autre garantie consistait à ne jamais dissocier le projet du retour de celui du départ, condition sine qua non de la migration. On partait, bien sûr, mais seulement pour mieux revenir, c'est-à-dire plus riche et plus libre. Et pour être plus riche, il fallait se tenir à une vie stricte en France ; par tous les moyens, dégager un volume suffisant d'économie pour construire les bases du retour. Le paysan définissait ses places et ses repères dans la France métropolitaine en fonction du parce que... et du pour... qui avait motivé sa mobilité : pas de confort, pas de consommations "superflues".

38Enfin, dernière garantie de réussite du voyage : le paysan ne partait pas à l'aventure comme ces marins du xviie siècle qui hissaient leurs voiles vers l'inconnu. Il se dirigeait vers un lieu déjà exploré par ses pairs qui, quelques années auparavant avaient quitté son village. Les grandes villes industrielles de la France métropolitaine étaient des destinations privilégiées. De ce côté-ci de la Méditerrannée, des systèmes d'entraide et de solidarité comme là-bas, assuraient la viabilité de la mobilité : le paysan logeait dans un garni, un bidonville, avec plusieurs autres "cousins" de son village qui le prenaient en charge pendant sa phase d'adaptation. On lui procurait un travail par simple introduction auprès d'un patron.

39Sécurité affective et matérielle, réseaux d'entraide dans lesquels le projet du retour s'auto-entretenait collectivement : le paysan dont nous suivons l'itinéraire n'était donc pas un aventurier. D'autres avant lui avaient tracé des cartes, identifié des récifs et les voies les plus rapides pour arriver au bout du voyage. Et si l'on se prend à remonter la filière des migrations jusqu'au premier pionnier, on découvre l'ampleur phénoménale de la brèche qu'il a ouverte sans le savoir...

40Dans tous les cas, les pionniers sont de véritables déclencheurs de changement social, des perturbateurs ; ils polarisent, balisent les représentations de ceux qui restent. Ils cartographient des espaces socialement accessibles, des espaces susceptibles d'être appropriés collectivement, où l'individu est connu et reconnu ; en somme où sa vie a un sens.

Lorsque les uns partent... les autres suivent

41Au tout début, quelques pionniers partirent à la conquête de l'ouest américain, terre sauvage et vierge si "l'on néglige les Indiens"... puis naquirent la Californie et les Californiens. Les grandes découvertes territoriales de l'histoire par les pionniers, rendues possibles par l'amélioration des moyens de transport, soulèvent entre autres questions, le rôle fantastique de ceux qui décidèrent un jour de faire le pas. Cette formulation désigne le risque, l'incertitude, l'insécurité puis l'impact du voyage de ceux qui se sont lancés vers un ailleurs inconnu.

42A un moment donné de l'histoire de l'immigration maghrébine, alors que les travailleurs partis seuls quelques années auparavant maintenaient encore intact le projet retour, on assiste au regroupement familial. Ce passage revêt une signification très profonde. Il est le début d'un enracinement, au moins de tous les enfants qui vont naître sur le territoire d'accueil. Les premières familles partirent des villages algériens et vinrent s'installer dans les bidonvilles de la métropole. Et d'autres suivirent, concevant à leur tour la possibilité de l'exil familial, puisque d'autres l'avaient fait avant eux.

43Il ne faut pas oublier que la très grande majorité de ces ruraux émigrés étaient analphabètes. Cela aide à saisir le rôle crucial joué par les réseaux dans le processus de mobilité. En témoigne le fait que dans les villes françaises, les immigrés algériens se sont regroupés selon leur origine géographique. Les bidonvilles jouèrent une fonction de sas, assurant le temps d'adaptation à la nouvelle vie, dans un milieu protégé, pour toutes les familles qui avaient fait le pas.

44Le passage du village natal au bidonville de la métropole contenait une forte idée de risque, de peur pour les familles, mais tous ces facteurs étaient contrebalancés par l'existence de sas, là-bas, à l'autre bout du voyage.

45Aujourd'hui, les bidonvilles ont disparu du paysage français. Les familles immigrées qui les habitaient ne sont pas retournées au pays. L'une après l'autre, elles se sont tournées vers les logements locatifs des H.L.M. Quand les premiers sont partis, la démonstration était faite que l'on pouvait sortir et vivre hors du sas. Les autres suivirent. Elles se dispersèrent dans les ZUP nouvellement construites. Les bidonvilles avaient fini de jouer leur rôle.

46En fin de compte, on constate que le regroupement familial a provoqué plusieurs types de mobilité. D'abord, plus que la simple famille nucléaire, c'est la famille élargie qui a entrepris le déplacement. Le travailleur en France qui a induit ce déplacement familial a du même coup quitté son milieu de travailleurs immigrés en garnis, pour aller s'installer dans un logement propice à la vie familiale, surtout à la présence des femmes. Le bidonville était la forme la plus courante de l'habitat familial immigré en métropole. Reconstitution à l'intégral du village et du mode originels, ce type d'habitat allait finalement devenir un obstacle à l'autonomie de la famille, une autonomie nouvellement recherchée. Beaucoup allèrent définir une nouvelle présence et de nouveaux repères dans les H.L.M.

47Mais très peu de familles mirent en application leur projet de retour au pays, comme si le passage du sas de décompression avait atténué l'insécurité de la mobilité. Le regroupement familial altérait déjà sensiblement le projet retour. Il améliorait le résultat de l'opération que le paysan avait faite avant de partir puisque le problème de l'éloignement psycho-affectif par rapport à sa famille ne se posait plus. En France, les conditions de vie matérielle étaient meilleures, les enfants pouvaient aller à l'école (acquérir l'instruction et repartir dans de meilleures conditions au pays... !), la famille était désormais réunie et une certaine stabilité s'instaurait. L'espace était apprivoisé, les repères délimités et l'angoisse maîtrisée.

48Tels sont les processus que contient en amont et en aval le phénomène de mobilité. Les mouvements d'hommes puis de groupes humains d'un pôle à un autre soulignent avec force le rôle des pionniers dans la définition et la représentation des espaces sociaux. Plus que les mouvements physiques, les mobilités expriment des transitions entre deux situations. Elles sont génératrices de changements, plus ou moins rapides, mais inéluctables. Elles posent la question de la résistance du milieu, parce que les mouvements d'hommes déstabilisent des communautés, donc des identités. A travers la trajectoire du paysan algérien que nous avons suivie, nous voyons bien comment une instabilité passagère est indissociable de la recherche d'une nouvelle stabilité, comment la sédentarité ne peut être analysée hors de la mobilité. Nous voyons bien aussi que ce qui est en jeu, c'est la capacité, le savoir-faire des individus et des groupes à définir leurs places dans l'espace, à trouver un équilibre entre la situation objective et la représentation qu'ils s'en font.

La catégorie "immigré" existe-t-elle vraiment ?

49Les éléments de réflexion que nous avons développés jusque-là ne sont qu'un modèle de pensée, établi à partir d'une expérience personnelle, celle de notre famille, de la lecture de la bibliographie existante sur ce sujet, et de certains faits connus.

50La trajectoire du paysan algérien qui nous a servi de prétexte, a permis de voir comment cet immigré avait élaboré son acte de partir, défini sa présence dans l'espace économique français, utilisé un sillage déjà creusé par d'autres, entraîné la migration de sa famille élargie, maintenu intact son projet de retour.

51La question qui se pose à présent est celle de la spécificité de ce paysan algérien en matière de représentation et d'utilisation d'un espace-temps donné. Peut-on en effet dire qu'il y a un espace-temps propre aux immigrés... par rapport aux nationaux ?

52La réponse est non. Le découpage administratif entre nationaux et non-nationaux n'est pas pertinent pour l'analyse des phénomènes de mobilité. La catégorie immigrée en elle-même, gomme des disparités importantes entre origines ethniques différentes.

53En outre, pour qui connaît un minimum la question posée par la présence des Français musulmans dans les cités de transit, ou bien celle des ressortissants des DOM-TOM, il y a lieu de se demander ce qui différencie réellement un Martiniquais, un "harki", un Algérien, en matière d'espace-temps. N'est-ce pas en définitive la manière dont l'Autre nous voit depuis sa position, la manière dont nous le percevons depuis la nôtre, et donc le croisement de ces deux regards qui instaure des relations de proximité ou d'éloignement dans les rapports sociaux ?

54Nous avons déjà montré (Azouz Begag, 1985) qu'au sein même de la population immigrée algérienne, les positionnements des familles par rapport à la communauté de sang et à la société française étaient très hétérogènes, parfois conflictuels. D'autres auteurs ont abouti aux mêmes conclusions (Nadir Boumaza, 1986).

55Dès lors n'est-il pas surprenant de constater l'existence de ménages maghrébins qui intériorisent et reprennent à leur compte les discours sur le seuil de tolérance, lorsqu'ils habitent dans des zones marquées ethniquement. Dans certains cas, le ménage "dissident" cherchera alors à fuir l'espace stigmatisé, soit en envoyant les enfants dans des écoles moins "risquées", soit en faisant les achats hors de l'espace immédiat, soit en demandant un relogement ailleurs...

56Depuis sa position et en fonction de ses projets, le ménage d'origine immigrée, comme les autres, peut mettre en œuvre une stratégie individuelle pour s'extraire d'un milieu qu'il perçoit négativement. Nous sommes là en présence d'une mobilité de fuite, une fugue. A la différence de la mobilité-voyage définie comme un déplacement vers..., la mobilité-fugue s'interprète plus comme une sortie de...

57Il y a donc plusieurs significations à la mobilité, auxquelles on peut associer divers types de stratégies psycho-sociales, portées par des individus différents les uns des autres, alors même qu'ils sont issus d'une même origine.

58A ce stade d'analyse, parler de modes de territorialisation et de processus d'identification à propos de telle ou telle population, autorise à rendre compte d'une certaine hétérogénéité. Ainsi doit-il en être des enfants d'origine maghrébine que les discours agrégateurs désignent encore sous le vocable de "Beur" ou de "seconde génération" en faisant référence à l'origine ethnique de leurs ascendants.

59Refuser de considérer cette population sous l'angle de la diversité conduit alors à s'étonner de la "réussite" de certains comme s'il s'agissait d'un exploit a-typique. Plutôt que de considérer cette mobilité comme inéluctable, puis d'en évaluer les implications sociales, le discours idéologique argumente la non-représentativité de ces "cas" par rapport à une hypothétique communauté d'appartenance ethnique ou sociale. Mieux, la réussite de quelques-uns ne tiendrait qu'à la capacité autorégulatrice d'un système social inégalitaire qui fabriquerait des élites issues des classes défavorisées, pour se maintenir dans son conservatisme.

60Quant à nous, nous préférons déceler les processus de rapprochement (retour des jeunes à l'Islam) ou d'éloignement (mariage mixte), la progression ou la régression des valeurs dominantes : bref, parler de temporalité. Il s'agit là d'appréhender les changements dans leur mouvement. Et l'on conçoit alors que le territoire de vie que représente la France peut être un lieu provisoire, définitif, de transit, d'accueil, de naissance, selon les individus.

61On voit également que la ville joue un rôle décisif dans les changements. Elle en est le théâtre et le scénario. L'espace urbain occidental, les moyens de transports individuels, offrent des degrés de liberté supplémentaires, une capacité de s'invisibiliser socialement. C'est cette fonction qui a bouleversé les projets de vie que les immigrés des années 50-60 avaient élaborés pour leurs enfants à leur arrivée. A l'horizon de leur voyage aller-retour se profilait la ville-travail, lieu de la liberté économique, du pouvoir, du calcul individuel ; ville des garnis, des bidonvilles ; ville insécurité. Mais plus de trente ans après la première migration, le billet de retour est périmé ; les maisons construites au pays attendent toujours leurs occupants.

62La mobilité brouille toujours les cartes de l'identité.

Bibliographie

Bibliographie sommaire

Begag Azouz, L'immigré et sa ville, Lyon, P.U. de Lyon, 1985.

Boumaza Nadir, "Question de représentation dans l'immigration maghrébine".

Castoriadis Cornélius, L'institution imaginaire de la société, Paris, Seuil, 1975.

Merleau-Ponty Maurice, Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard, 1945.

Heidegger Martin, Essais et conférences, Paris, Gallimard, 1958.

Simmel Georg, Sociologie et épistémologie, P.U.F., 1981.

Auteur

Sociologue. Laboratoire d'Économie des Transports C.N.R.S. - Université Lyon II

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540