Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des migrants et des villes

 | 
Mireille Meyer

Migrants et aménageurs

Tunis, Marseille

Alain Tarrius

Texte intégral

  • 1 Oriol (M), "Identité produite, identité instituée, identité exprimée : confusions des théories de l (...)

Gunnar Havland souligne que, entre nomades Bagarra et sédentaires Fur, il n'y a pas de compétition pour les ressources alors même qu'ils passent ensemble la saison sèche, parce qu'ils exploitent des niches écologiques différentes"1.

  • 2 Marie (M.), Préf., L'aménagement à contre-temps : nouveaux territoires immigrés à Marseille et à Tu (...)

1Dans nos métropoles, on aperçoit peu de conflits pour l'occupation des sols, entre grands groupes de migrants et sociétés locales, à condition d'enfreindre la division dominante du travail scientifique qui fait que les questions attenantes à la ville et aux migrations, au territoire et au flux, à la sédentarité et au mouvement, sont compartimentées selon des disciplines différentes2. Le partage des territoires urbains peut dès lors être conçu comme juxtapositions de voisinages et superpositions de mouvements à même de définir des "niches éthologiques" différentes, peu concurrentielles. Le temps est loin (a-t-il jamais existé ?) de cette banlieue du vide social où les juxtapositions d'individus suggéraient un univers sans consistance identitaire, sans histoire, en totale dépendance des centres urbains. Ces espaces recelaient des interstices, moments et lieux où la pression des normes sociales et des contraintes économiques foncières s'atténuait dans l'imprécision de gestions politiques et sociales tâtonnantes. C'est là que de grands groupes de migrants, sollicités par la concentration industrielle et son cortège de ségrégations spatiales ont imposé des urbanités nouvelles.

DE L'ACCESSIBILITE PHYSIQUE AUX PROXIMITES SOCIALES

  • 3 Oriol (M.), ibid., note (1).

2Ces rapports sociaux constitutifs de dynamiques territoriales ont contrecarré la prétention prométhéenne des acteurs de l'aménagement à imposer des socialités tributaires des formes du bâti et de la structuration des services. Les frontières (borders), lignes pleines et continues, marques de l'opposition d'un intérieur et d'un extérieur, se sont tant et tant morcelées, raccourcies autour de micro-territoires, qu'elles sont devenues limites (boundaries) imprécisément spatialisables, tenant plutôt aux mœurs et aux pratiques, et qui signalent la coprésence du même et de l'autre3.

3Le déploiement de l'offre de services, habitat ou transports, par référence exclusive aux critères de l'accessibilité physique et économique - objectivation des temps, des distances et des places -, a conduit à une gestion abstraite du corps social. Il s'agit d'une "macroscopisation", d'une "banalisation" d'espaces singuliers qui ne relèvent pas des logiques des grands flux, des approches énumératives, de la mathématisation -modélisation des comportements collectifs.

4L'épaisseur des liens sociaux, la conjonction d'histoires fondatrices d'identités durables, par l'interaction mais aussi par la différenciation, sont mises en acte, exprimées, par des pratiques factuelles et symboliques de groupes territorialisés dans le temps et l'espace et leurs migrations. Les distances sont dès lors mesurées à l'aune des proximités (affinités) sociales, dans un rapport où espace-temps-identité indissociablement liés, subvertissent nécessairement l'utopie de l'objectivation par l'accessibilité physique.

  • 4 Barraque (B.) et Marie (M.), présentation du séminaire Technique, territoire et société, DRI du MEL (...)

5Nous sommes au cœur de la rencontre entre techniques, territoires et sociétés4. La localisation et la nature des logements et des services ont été conçues en fonction de visions hiérarchisées et sérialisantes des groupes sociaux, des différences d'abord économiques qui traversaient ces vastes ensembles de populations. La gestion du bâti, des services - pour "ayant droit" ou "captif - a souvent pour projet, sinon pour objet, de pérenniser les pouvoirs des réseaux notabilaires issus des sociétés locales : une cybernétique urbaine à même de prévoir les évolutions politiques locales est instituée comme analyse du devenir collectif.

  • 5 Chombart de Lauwe (P.H.), Des hommes et des villes, Paris, Payot, 1965.
  • 6 On consultera : Grafmeyer (Y.) et Joseph (I.), L'école de Chicago, naissance de l'écologie urbaine, (...)
  • 7 Girard (Α.), "Migrations" in Encyclopedia Universalis, 1969.
  • 8 Les travaux de l'I.R.E.S.E., Université de Lyon II, sont, à cet égard, très illustratifs.

6Pourtant les années 60 avaient été riches en intuitions et incitations à envisager le lien social, culturel ou ethnique, dans sa dimension identitaire, comme initiateur de socialités urbaines nouvelles. P.H. Chombart de Lauwe, dès 19655 suggérait de telles recherches ; il présentait alors les travaux de l'École de Chicago6 et de ses continuateurs comme cadres de référence possibles. A. Girard, pour sa part, signalait on ne peut plus clairement, en 19697 les modalités de regroupement des immigrants comme reproductives de savoir-faire ancestraux et productives de socialités nouvelles. Il fallut pourtant attendre le début des années 80 pour poser clairement le problème des recouvrements entre formes urbaines et formations sociales8.

VERS UNE ANTHROPOLOGIE DU MOUVEMENT

7C'est par les dimensions spatiales et temporelles de leurs mouvements que les sociétés locales, les groupes spécifiquement territorialisés parlent, se donnent à voir : leur langage est décodable dans l'espace-temps du déploiement des échanges. Se mouvoir, c'est traverser les hiérarchies sociales, c'est consommer symboliquement et factuellement du temps, de l'espace, c'est manifester symptomatiquement ses places : celles que l'on perçoit, celles que l'on occupe comme celles que l'on désire.

  • 9 Gro Grossin (W.), Les temps de la vie quotidienne, Paris-La Haye, Mouton, 1974.
    Gurvitch (G.), "La m (...)
  • 10 Tarrius (Α.), Marotel (G.), Rythmes sociaux et déplacements de proximité en milieu rural, Rapport R (...)

8La mise en œuvre des échanges implique l'existence de rythmes de la vie sociale, c'est-à-dire de continuités et de discontinuités propices à l'accomplissement des tâches et qui modifient sans cesse les dimensions des territoires dans lesquels ils s'inscrivent. L'identification de ces rythmes, de leur caractère spécifique à tel groupe ou commun à l'ensemble des populations, désigne le statut endogène ou exogène des pratiques de tel ou tel collectif, suggère des affinités sociales dont l'essence économique ou culturelle contribue à l'affirmation identitaire. D. Mercure proposait cette direction de recherche en 1978, à partir de travaux de G. Gurvitch et W. Grossin9. Dès 1979 nous avons abordé l'analyse des besoins de déplacements de proximité en milieu rural dans cette perspective méthodologique10. Cette démarche introduit à une lecture des modalités temporelles d'usage des espaces par les groupes sociaux à condition de manifester, dans l'ensemble du déploiement méthodologique (recueil, traitement, analyse) l'indissociabilité des continuités-discontinuités temporelles et des contiguités-discontiguités spatiales. Cet impératif méthodologique s'oppose évidemment à l'usage des techniques énumératives. Nous avons, à partir de cette exploration des pratiques de déplacement, suggéré aux aménageurs les caractéristiques de montages de services de transports adaptés aux particularités sociales, économiques, morphologiques de divers cantons ruraux. De nombreuses expérimentations ont permis d'asseoir cette approche adaptatrice, de saisir l'articulation sociale du rapport offre-demande de transports. En 1983, c'est dans les périphéries urbaines de villes moyennes que nous avons tenté de lire, avec le même outil, les modalités temporelles et spatiales du mouvement de divers groupes sociaux.

9Lorsque nous avons plus récemment voulu aborder le problème de l'adaptation de l'offre de services urbains (urbanisme, transports, etc.) dans les tissus périphériques des grandes métropoles, nous avons découvert l'importance des manifestations identitaires dans la constitution des territoires des grands groupes de migrants. Elles ne renvoyaient pas à des processus de sédentarisation mais à une capacité de perpétuer un rapport nomadisme/sédentarité constitutif en premier lieu des divers phénomènes de réactivation identitaire initiateurs d'urbanités nouvelles. L'usage méthodologique précédemment signalé de la notion de rythme de la vie sociale était insuffisant pour rendre compte, au-delà des déplacements quotidiens, des modalités de territorialisation toujours en acte des grands groupes sociaux qui donnent sens à ces espaces.

10Trois rapports espace-temps décrivent le mouvement général de ces groupes :

  • les grandes migrations et l'histoire de la production des identités groupales : temps des brassages entre générations et des grands parcours initiatieurs d'itinéraires souvent internationaux ;

  • les mobilités résidentielles locales, caractéristiques du cycle de vie familial et productrices des territoires locaux de référence ;

  • les mobilités quotidiennes, espace-temps collectivement rythmé des échanges généralisés.

11C'est la conjonction de ces trois niveaux qui nous a permis de développer le cadre méthodologique d'une anthropologie du mouvement à même d'éclairer les logiques de territorialisation des groupes d'immigrants, les actes de recomposition de ces espaces complexes.

12Une telle approche exclut la réalisation d'une énième étude des budgets temps ou encore des topologies de l'accessibilité : les analyses des flux de mobilités résidentielles ou quotidiennes, à partir de données numériques dissocient en les paramétrisant espaces et temps, amnésient l'histoire des hommes et des lieux et masquent l'expression des interactions locales productrices des sens du social. L'articulation sociale de la mobilité était au centre de nos préoccupations et il s'agissait moins de décrire les formes que les significations des mouvements. S'il était nécessaire d'identifier l'ampleur des flux migratoires, il était indispensable d'inclure dans le cadre méthodologique signalé des pratiques permettant le passage à travers le dépaysement : tenter de voir du nouveau dans toute nouvelle perception, infléchir la rigidité des parcours de compréhension, se mettre à distance des logiques urbaines suggérées par les rationalités étatiques de l'aménagement : édification des multiples frontières administratives, techniques, sociales, avec comme corrélats (à partir de la commande de recherche et de l'attitude non critique d'adhésion des chercheurs aux découpages du social ainsi opérés) le morcellement de la totalité sociale en secteurs, lieux et problèmes présentés comme autant d'objets spécifiques de recherche ; ici logements sociaux et deuxièmes générations, là commerces ethniques et continuités professionnelles, ailleurs exploitation de la force de travail, etc. L'observation des mouvements repousse ces frontières en laissant apparaître le lien entre collectifs ainsi différenciés ; et ce n'est là le moindre intérêt d'une anthropologie du mouvement que de tendre à la reconstitution de l'objet social dans sa totalité.

13Les recherches que nous présentons ici s'attachent donc à deux objets. Le premier, méthodologique, consiste à expérimenter un mode de lecture des phénomènes de spatialisation des groupes aux identités affirmées (cultures ethniques, nationales, régionales, professionnelles...), l'autre, thématique, situe ce cheminement méthodologique dans l'analyse de trois situations : recompositions urbaines marseillaises à l'initiative des Maghrébins puis des Lorrains (immigration massive vers la sidérurgie de Fos-sur-Mer après 1972). Maghrébins et Lorrains sont au centre des mutations sociales, économiques et idéologiques vécues par la métropole marseillaise ces quinze dernières années : ici, le fait minoritaire identifie le devenir général, dynamiques territoriales ("aménagements et déménagements") constitutives de la grande périphérie de Tunis. Ce détour par une métropole maghrébine était nécessaire à la compréhension des pratiques de mobilité/sédentarité urbaine des Magrhébins de la région marseillaise.

  • 11 Tarrius (Α.), Marotel (G.), Peraldi (M.), L'aménagement à contre-temps : nouveaux territoires immig (...)

14Les matériaux recueillis au cours de ces investigations sont particulièrement denses. Développer des pratiques d'enquête proches de celles de l'anthropologie culturelle, canaliser la masse des informations dans l'interprétation de conduites sociales collectives, pratiquer pour chaque groupe l'investigation dans ses différentes localisations résidentielles, se déplacer de lieu à lieu, c'est-à-dire, de fait mimétiser notre objet de recherche, implique une rigueur méthodologique à même de maîtriser le cheminement vers le sens11.

  • 12 Heidegger (M.), Acheminement vers la parole, Paris, Gallimard, 1976, p. 196.

15Présence sur le terrain, reconnaissance du rapport sensible à l'objet, lecture des éléments d'information et saisie des faits de l'histoire réalisent alors un parcours, un accompagnement ponctué d'allers et retours, qui permet un tri, une négociation, dans l'abondance des données. Le sens ne disparaît pas mais se renouvelle, se réexprime tout au long de ce cheminement. Le recours aux techniques énumératives est alors soumis aux impératifs de la permanence du rapport aux significations. Il s'agit d'une phénoménologie que ponctuent incertitudes et intuitions mais qui tente, sans les éliminer, d'apercevoir les opacités du social, de poser la question de leur fonction12. Nous exposerons donc, parmi les résultats de ces trois recherches, ceux qui nous permettent d'identifier des modalités originales de recompositions urbaines :

  • réalité du lien communautaire et manifestation de l'identité à travers les échanges permettant la reproduction du groupe,

  • rôle de la conjonction nomadisme (mobilités)/sédentarité : des réseaux sociaux territorialisés aux pratiques autoproductives,

  • nature des recompositions urbaines, et rôle de la cécité des responsables de l'aménagement.

GHETTO, MARGE, SOLITUDE, ARCHAISME, OU L'ALIBI TECHNOCRATIQUE

16La recherche que nous avons menée dans les périphéries tunisiennes afin d'identifier les modalités de rencontre entre l'expansion urbaine, les sociétés locales et les migrants de l'intérieur nous a permis de parcourir les zones situées de 15 à 25 km autour de l'agglomération. Différentes formes urbaines se sont présentées à nous : concentrations de lotissements pour classes moyennes mêlés à des poches d'habitat plus populaire et à des programmes sociaux, dans le Nord ; habitat spontané massif à l'Ouest avec Ettadhamen, véritable ville nouvelle de cent mille habitants édifiée en dix années d'autoproduction ; au Sud-Ouest les plaines agricoles de Mornag et la Mohammédia agglomèrent les différents types d'urbanisation. Le dernier recensement date de mars 1984 ; le précédent de mai 1975. La population totale tunisienne a cru, dans cet intervalle, de 5 588 000 à 6 966 000 habitants. En ce qui concerne Tunis, la population du centre ville a décru de 147 000 à 102 000 habitants permanents, celle de la commune (centre ville inclus) est passée de 550 000 à 596 000, et enfin celle des périphéries de 575 000 à 949 000. Les faits majeurs résident d'une part dans un renversement de la tendance observée depuis 1926 d'un grossissement démographique de la Médina, et ce malgré la persistance d'un important flux d'immigration, et d'autre part dans le développement des communes périphériques à l'initiative des migrants de l'intérieur et des habitants du centre ville, primo-arrivants ou anciens résidents. Pourtant, si les étapes des migrations résidentielles dans l'ensemble tunisois ont varié, les logiques de localisation demeurent particulièrement stables.

17De nombreux axes migratoires convergent, en familles étendues, des principales villes des provinces vers Tunis. Ces couloirs territoriaux accumulent, poussent et superposent des populations aux identités durablement établies. Chacune d'entre elles est représentée dans le centre ultime, les souks de la Médina. Chaque ville, chaque portion du territoire dépose là, dans les rues étroites, bruyantes et ombragées de ce labyrinthe commercial, ceux qui représentent au mieux ses savoir-faire artisanaux. Bien sûr, l'histoire, les aménageurs, la nature des sols, les modes d'appropriation, ont tracé des formes urbaines diverses. Mais la ville n'est pas en son centre, les souks, mais dans l'ensemble des couloirs migratoires, jusqu'aux lointaines capitales provinciales : elle réalise une entité territoriale et sociale que nos représentations usuelles de l'espace urbain français ne peuvent percevoir.

18Nous avons pu identifier trois modalités principales de migrations résidentielles :

  • par les mariages entre des personnes établies au long des axes migratoires depuis longtemps et des personnes demeurées dans les provinces originelles, activation la plus évidente du lien identitaire, et la plus désignée comme archaïque ;

  • par les jeunes salariés issus de familles pauvres (fils de fellahs en particulier) qui travaillent dans la ville de Tunis et s'éloignent de leurs familles précisément localisées durant une période de plusieurs années. Ils habitent alors dans les appartements miséreux de la Médina (centre ville historique). C'est le moment du choix d'une épouse d'origine régionale différente, rupture passagère dans le processus de production des migrations et de reproduction de l'identité groupale. Cette rupture passagère est source d'une pratique durable des brassages centre-urbains. Après le mariage, les liens sont resserrés avec la famille du jeune homme, qui saisit la première occasion de se relocaliser dans le couloir territorial ancestral ;

  • par la pratique technocratique d'attribution d'un logement social construit aux portes de Tunis par la Société Nationale Immobilière. Ces logements sont attribués au hasard d'un tri par ordinateur, suivant l'occurrence d'une vacance immobilière et d'un ordre chronologique de demande... au cours des mois suivant leur installation, les habitants échangent leur logement de façon à se relocaliser dans les bons couloirs territoriaux.

19Les aménageurs tunisois, répétant en cela les logiques coloniales, affirment que l'identité tunisoise est désormais composite et renvoient dans l'archaïsme ou la marginalité de quelques groupes les reproductions des logiques migratoires ancestrales. Ils ne désignent, pour ce faire, que les migrations professionnelles intra urbaines, signalées dans le deuxième mode migratoire, en oubliant le retour après mariage (mais les relevés statistiques ne leur permettent pas, là, de reconstituer ces trajectoires), ou encore la gestion "équitable" de la répartition des logements par ordinateur. L'immense énergie tendant aux relocalisations et à la répétition généralisée du rapport identité/territoire est ignorée, comme le sont les étroits et importants liens sociaux qui permettent ces mouvements. La modernité impliquerait ici le mimétisme du soi-disant anonymat, des prétendues sérialisations des individus habitant dans nos villes.

20A Marseille, à propos des Maghrébins, ce même type d'analyse tient lieu de viatique aux gestionnaires du social, aux aménageurs, à bon nombre de chercheurs et de travailleurs sociaux. L'enfermement dans les cités Nord, le misérabilisme de la situation faite à la perpétuelle "deuxième génération", la désignation du "ghetto" centre urbain de Belsunce sont brandis comme autant de preuves de la solitude et de la marginalité de ces populations. Discours lui-même misérabiliste et empreint de la cécité technocratique tunisoise : l'observation du mouvement, mobilités résidentielles, quotidiennes, suggère de toutes autres analyses. Reproduction des logiques migratoires observées à Tunis, et production de socialités nouvelles qualifient le rapport que les Maghrébins entretiennent aux espaces urbains marseillais.

21En compagnie de sept étudiants de la deuxième génération (quatre Algériens, deux Tunisiens et un Marocain) nous avons mené une enquête consistant, à partir du quartier Belsunce, à identifier des réseaux d'échanges excentrés. De trente-sept familles liées aux commerces et résidant dans ce quartier nous sommes remontés au premier cercle des personnes associées par des relations économiques régulières. Nous avons ainsi reconnu 838 personnes (169 familles et 107 célibataires) localisées dans la ZUP Nord et à Aubagne (179 personnes, à Martigues, Port-de-Bouc et Berre (231), à Cavaillon et Avignon (136), à Manosque et Digne (114) et bien sûr à Belsunce même. Cet ensemble de 838 personnes renvoyait à un troisième cercle de 5 026 personnes. Nous avons recueilli, pour chaque famille, des informations concernant son histoire migratoire, localisé ses proches (familles ou amis immigrés connus avant l'installation en France), et tenté de décrire la nature, les circuits et les rythmes des échanges. Ici comme à Tunis l'utilisation de l'outil généalogique s'est révélée peu adéquate : la mémoire des lieux de résidence se substitue à celle de la succession des générations. Le territoire de la famille étendue, ou d'un groupe d'appartenance est signalé en substitution à l'ordre des filiations. Nous avons donc recueilli ce précieux substitut, qui nous indiquait les hommes et les temps du changement de territoire consécutif à la migration. Entre la référence au territoire maghrébin originel et le nouveau territoire délimité dans l'espace provençal, prennent place les cheminements des errances de la solitude des primo-arrivants. Les entreprises sont alors désignées et non pas les lieux de résidence.

22Un système organisateur des mobilités résidentielles et quotidiennes de ces populations émergea de l'analyse des informations recueillies.

23Quelques données chiffrées, concernant cette population de 6 019 personnes constitutives des trois niveaux de ces "réseaux", défont rapidement un certain nombre d'a priori sur la rigidité identitaire et la solitude sociale des Maghrébins présents en France. Nous rappellerons en premier lieu quelques données disponibles, qui permettent une estimation plausible de la présence nord-africaine dans les trois départements désignés par notre enquête.

  • Bouches-du-Rhône : 94 132 personnes dont 66 792 Algériens, 15 332 Tunisiens et 12 000 Marocains. Pour une population globale d'environ 1 730 000 habitants.

  • Vaucluse : 16 876 personnes sont 6 640 Algériens, 8 616 Marocains et 1 620 Tunisiens pour une population globale d'environ 430 000 habitants.

  • Alpes-de-Haute-Provence = 1 776 personnes dont 1 228 Algériens, 360 Marocains et 128 Tunisiens pour une population globale d'environ 120 000 habitants.

Image 1.wmf

Total Algériens : 3 475 ; Total Tunisiens : 1 871 ; Total Marocains : 673 soit un total général de 6 019 personnes.
Source : Enquêtes personnelles

24Bien que nombreuse, puisqu'elle amalgame plus de six mille personnes, notre population témoin ne réalise pas un échantillon au sens strict du terme. Il s'agit de deux niveaux de réseaux constitués à partir de trente-sept familles de commerçants de Belsunce. Si représentativité il y a, c'est donc par rapport à la "mise en réseau" des Maghrébins provençaux.

25D'évidence, la densité relationnelle (de 155 personnes à 6 019 en deux niveaux relationnels) et les brassages inter-Maghrébins (de 20 à 40 % d'autres nationalités associées dès le deuxième niveau) caractérisent cette population. Ces personnes résident majoritairement dans des appartements sociaux en location (57 %) mais aussi bien en milieu rural (21 %), périurbain (37 %) ou urbain (42 %).

26Entre juillet 1980 et janvier 1986, 1 312 d'entre elles ont immigré dans les trois départements concernés, en provenance, pour 1 110, d'autres régions françaises. Parmi ces 1 312 personnes, 1 113 ont aménagé dans le département des Bouches-du-Rhône. Dans le même temps, 4 731 déménagements concernaient 3 340 personnes (112 ont déménagé quatre fois... dans un périmètre de 25 km). Pour 967 personnes cette mobilité résidentielle a permis un rapprochement des familles élargies, pendant que 2 212 se rapprochaient d'amis (dont 1 637 affirmant s'être ainsi relocalisées auprès d'amis connus avant l'émigration en France ; on serait donc dans une situation proche de celle qui conduit au rapprochement de familles étendues).

271 235 résidents de Marseille et 2 716 résidents d'autres communes peuvent désigner de trois à cinq villes ou villages dans lesquels on peut trouver des "colonies" originaires de mêmes régions ou localités maghrébines.

28Dans l'ensemble de ces désignations une absence apparaît comme très importante : aucun Français n'a été signalé parmi les personnes associées par des liens d'échanges économiques. En fait nous avons pu vérifier que de nombreuses relations existent ; le cas des revendeurs tunisiens de produits agricoles est très significatif. Nombre d'entre eux achètent à des producteurs de la plaine de St-Rémy-de-Provence, directement et hors T.V.A. les produits vivriers qu'ils distribuent ensuite auprès de petits commerçants marseillais. Lorsque l'on interroge ces revendeurs ils disent acheter les produits "aux Marocains" et désignent ainsi les ouvriers agricoles marocains qui leur ont signalé l'opportunité offerte par leur employeur provençal pour vendre directement les produits agricoles. Ils disent distribuer ensuite ces denrées "aux épiceries arabes", signifiant ainsi la réalité de l'extension des petits commerces vivriers maghrébins par le rachat des vieilles épiceries de quartier. Le circuit suggéré, de la production à la vente est perçu comme maghrébin, élément efficient de l'ensemble métropolitain maghrébin. Les Provençaux, et autres résidents nationaux, ne voient pas le vaste ensemble des échanges sociaux et économiques arabes, mais des éléments épars ; en contrepartie, les Maghrébins expulsent les biens réels isolats locaux de leurs représentations des socialités nouvelles qu'ils initient.

29Ce processus ne va pas sans poser de délicats problèmes méthodologiques au chercheur : les discours recueillis lors d'entretiens sont meublés de dénégations de l'appartenance à des réseaux d'échanges généraux - et c'est nous qui instituons cette notion de "réseaux" comme objet social spécifique de la réalité de la relation avec des "Français", etc. Il est essentiel de doubler nos entretiens d'observations de situations d'échanges. La dénégation a ainsi, sinon un statut d'objet de recherche, du moins de catégorie d'analyse.

30Enfin les Lorrains eux-mêmes n'échappent pas à cette manie de l'ensemble des responsables de l'aménagement, à partir toujours d'études énumératives qui ne peuvent produire rien d'autre que la sérialisation qu'elles ont a priori recueillie, de désigner les collectifs migratoires structurés comme ghettoisés, repliés donc sur eux-mêmes et sans destin. C'est profondément méconnaître les caractéristiques de cette "identité lorraine".

  • 13 Bonnet (S.), Kagan (E.), Maigret (M.), L'Homme du Fer, Presses Universitaires de Nancy-Editions Ser (...)

31Quinze années se sont écoulées depuis la grande migration des ouvriers sidérurgistes de la Lorraine vers la plaine provençale de la Crau. Que l'on parcoure ce vaste territoire de Martigues vers Salon ou de Miramas vers Arles, ils sont là, omniprésents, et toujours soucieux d'affirmer leur identité d'"hommes du fer"13 sous l'appellation exclusive de "Lorrains". Les Provençaux les distinguent avec la même intensité qu'ils désignent les minorités ethniques et culturelles à haute consistance identitaire, Maghrébins et Tziganes par exemple.

32Nous avons rencontré 180 couples immigrés dans cette région en 1973 autour de la sidérurgie fosséenne. Tous avaient transité par la Lorraine, anciens mineurs ou sidérurgistes, et se réclamaient de cette identité première. Les propos échangés spécifiaient systématiquement les hautes valeurs professionnelles acquises dans l'espace lorrain. Chacun insistait sur la complexité des parcours migratoires, la diversité des origines nationales ou régionales qui ont produit un patrimoine culturel transmissible par la fidélité des liens au minéral. Les héritiers occupent en Provence une halte nouvelle sur les itinéraires planétaires de la métallurgie.

33Que son patrimoine soit polonais, espagnol, italien, son accent pied-noir et sa synthaxe castillano-catalano-française, chaque interlocuteur a d'abord revendiqué son identité lorraine. Des sous-ensembles d'origine nationale ou régionale n'apparaissaient que comme attributs de cette première qualification. L'ancienneté du séjour en Lorraine ou dans les professions de la métallurgie n'intervenaient pas en premier lieu comme éléments différenciateurs. "Lorrain-Espagnol" ? Tel ouvrier émigré de Biscaye avec sa famille en 1938 et qui a commencé à travailler à la mine d'Angevillers, près de Thionville en 1952 à l'âge de vingt ans, mais aussi tel autre arrivé de Santander en 1971 et embauché sans antériorité professionnelle dans l'usine sidérurgique de Briey.

34Cette identité lorraine traverse les générations et les sites planétaires de la métallurgie. L'outil généalogique s'est révélé à même de désigner les composantes de ce groupe ; il a permis la description détaillée des lignées familiales tout en identifiant origines, activités et itinéraires de chacun. Nous l'avons développé sur quatre niveaux : les couples de "Lorrains" immigrés en Provence en 1973 autour de la sidérurgie fosséenne, leurs parents, leurs grands-parents mais aussi leurs enfants.

35Lorsqu'ils se désignent, les Lorrains font intervenir six qualificatifs régionaux accolés au terme générique de "Lorrain" : Italien, Espagnol, Polonais, Pied-noir, Français, et bien sûr, Lorrain.

36Ces six désignations nous ont permis effectivement de classer les 180 généalogies que nous avons tracées. Onze compositions familiales types prennent place dans ces six catégories. Par exemple, pour les seuls "Lorrains-Lorrains" quatre compositions familiales ont été observées, selon que les lignées de l'épouse sont lorraines, polonaises, vosgiennes ou italiennes.

37C'est la lignée masculine qui confère toujours la seconde identité. Un ouvrier Espagnol ou Italien qui épouse une Lorraine demeure "Lorrain-Espagnol" ou "Lorrain-Italien" ; par contre le Lorrain qui épouse une Italienne lui confère l'identité de "Lorrain-Lorrain". Trois générations de présence dans la métallurgie sur le sol lorrain ne suffisent apparemment pas pour devenir "Lorrain-Lorrain". En effet, les descendants d'immigrés italiens ou polonais des années 20 sont toujours désignés comme "Lorrains-Italiens" ou "Lorrains-Polonais" même si leurs parents et grands-parents se sont associés, par le mariage, à des femmes lorraines. L'identité conférée aux immigrants est donc parcellaire, contractuellement liée au passage sur le sol lorrain ET au maintien de l'activité métallurgique. Le centre, le lieu unique de l'adoubement est bien là-bas, sur le sol lorrain, où il n'est nullement besoin de qualifier de "Lorrains" ces immigrés.

38Cette désignation valorisante dans la périphérie provençale relève de classiques et immémorables pratiques coloniales. Les compagnons de conquête se voient attribuer une parcelle de l'identité. Aucune des personnes rencontrées n'imagine que l'on puisse, ici, désigner les rares Provençaux embauchés à Solmer ou Ugine comme "Lorrains-Provençaux". Les "Lorrains-Français" sont un sous-groupe composé de métallurgistes originaires de divers bassins nationaux et qui ont transité par la Lorraine.

39Il n'existe pas dans la Crau de "Lorrains-Maghrébins" et, bien que ces immigrés soient nombreux dans le bassin minier, nous n'en avons pas découvert un seul qui ait participé au transfert de main-d'œuvre vers Fos. Les emplois qu'ils occupaient, très peu qualifiés, ont été attribués en Provence à une main-d'œuvre locale sans antériorité sidérurgique. Indigènes provençaux et Maghrébins martiguois se sont disputés les miettes des emplois les plus précaires. Ces ouvriers recrutés sur place sont désignés comme étrangers. Ils ne participent jamais, ici, à la grande cène lorraine, au partage patrimonial. Leur soi-disant "faible fiabilité professionnelle, goût de palabres, irrespect des règlements, centration sur la vie sociale extérieure à l'usine", comme quelques autres images, les assimilent à des tribus aux mentalités et usages archaïques. Les Lorrains ont leurs Indiens. Dès lors l'indigène provençal ou maghrébin est promu étranger sur les nouveaux territoires du fer. Aliénation double pour le Maghrébin qui est d'autant plus objet d'ostracisme sur ses lieux de résidence, puisque c'est ainsi que le Provençal affirme à son tour son identité.

40De diverses nations européennes ou régions françaises des ouvriers se sont dirigés vers la Lorraine ; souvent ils étaient déjà métallurgistes, enfants de lignées de mineurs ou de sidérurgistes. Il s'agissait surtout de Polonais, d'Espagnols ou de Français du Nord Pas-de-Calais, de Seine-Maritime et du Massif Central. Par contre Pieds-noirs et Italiens sont, dans notre échantillon, plus souvent issus de milieux agricoles.

41Les mariages ont concerné sur le sol lorrain de nombreux primo-arrivants et se sont généralisés pour les deuxièmes générations. La mixité ne s'est pourtant pas établie au hasard des voisinages. Les Lorrains et les Espagnols ont épousé des femmes polonaises et italiennes. Quant aux Polonais ils ont épousé des femmes polonaises ou italiennes. Les femmes italiennes ont le plus largement investi, sur le mode du mariage, les diverses composantes de la société lorraine.

42Les unions entre Lorrains et femmes d'autres origines ne se sont pas seulement produites sur le sol lorrain. Ce fait, que nous avons pu relever, indique que les chemins des grandes migrations européennes vers la Lorraine étaient déjà balisés. Chaque étape avait aggloméré une colonie lorraine qui revendiquait et perpétuait son identité première. Ces parents, grands-parents ou aïeuls du Massif Central, des Pyrénées, du Calvados, du Luxembourg, ont constitué des lignées familiales lorraines locales dispersées sur les différents points d'étape des grandes migrations.

43Les mariages mixtes des Lorrains en dehors de leur région les ont associés aux diverses nationalités qui ont fourni les contingents migratoires.

44Sur 180 jeunes de la deuxième génération lorraine, 20 travaillent dans la sidérurgie à Fos et 38 sont partis vers l'Afrique ou l'Australie ; sept d'entre eux travaillent sur des minéraliers qui parcourent les lignes africaines. Niger et Centrafrique, après des passages par le Zaïre, le Sénégal et la Mauritanie, sont les principales destinations. Le travail de l'uranium concerne 27 d'entre eux. En Afrique un jeune Lorrain devient rapidement ETAM, il bénéficie d'un réseau d'accueil attentif, constitué dès les années 50. Par contre les enfants de Lorrains-Pieds-noirs et de Lorrains-Italiens abandonnent massivement les métiers du fer pour travailler dans le petit commerce, l'artisanat, le bâtiment... comme l'avaient fait leurs ancêtres primo-arrivants en Provence.

45Un recensement des mariages impliquant des Lorrains et célébrés dans les communes de Martigues, Port-de-Bouc, Saint-Mitre, Fos, Istres, Saint-Martin-de-Crau et Raphèle-les-Arles, entre juillet 1980 et décembre 1985 nous a permis d'accréditer les précédentes observations concernant la divergence des destins lorrains en Provence. Sur 201 mariages de Lorrains-Polonais, Lorrains-Français de la deuxième génération, 143 sont contractés avec d'autres enfants de Lorrains et... 19 avec des personnes dont les familles sont installées en Provence depuis au moins deux générations. Par contre sur 125 mariages de Lorrains "Italiens" et "Pieds-noirs" de la deuxième génération, 10 sont contractés avec d'autres Lorrains... et 93 avec des Provençaux.

46Les destins lorrains divergent, dans cette étape : les uns accentuent leur regroupement autour du noyau "dur" de l'identité, les autres retournent aux peuples méditerranéens.

47Mais comment imaginer que les uns et les autres, et à plus forte raison le collectif des primo-arrivants de 1973, puissent déférer aux injonctions des aménageurs et notables, qui les répartissaient, résidentiellement, suivant les a priori statistico ou politico-"identitaires" : HLM pour les ouvriers et communes à gestion communiste, pavillons pour les contremaîtres et communes à gestion de droite, villas pour les cadres, disséminés sur la Côte Bleue ou sur les Alpilles ? Forts de leur capacité à concevoir et activer des itinéraires planétaires, ces Lorrains ont bousculé ces projets de localisation dans les enclos des hiérarchies socio-économiques ; leurs déplacements traversent l'ensemble des territoires de l'Ouest de l'Étang de Berre, quant à leur base résidentielle principale, leur capitale d'étape, ils l'ont établie, toutes professions sidérurgiques confondues, au milieu de la plaine désertique de Crau, loin des espaces aveugles de l'aménagement étatique, à Saint-Martin-de-Crau. Aucun retour vers ces enclos n'est prévisible, contrairement aux déclarations hâtives des aménageurs locaux. La deuxième génération, dans son apparente "dilution", présente en fait deux perspectives d'affirmation identitaire forte ; d'une part ceux qui renforcent le "noyau dur" lorrain, d'autre part ceux qui se fondent dans les populations provençales les moins proches de ce type d'aménagement et de rationalité résidentielle technocratique.

RESEAUX DE REFERENCE, TERRITOIRES DE CIRCONSTANCES, OU LA VILLE EN STRATES

48Dans les cas qui précèdent, nomadisme et sédéntarité sont indissociables. Les circuits des nomades ne sont jamais ceux du hasard et c'est bien la reconnaissance des chemins qui leur donne force sur un territoire (qu'on y réside de façon éphémère comme les Maghrébins marseillais, une génération comme les Lorrains provençaux, ou plusieurs générations comme les Tunisiens migrant vers Tunis). L'étape, et les mouvements qui la traversent, réalise une entité qui est CENTRALITÉ. Ipso facto sont subvertis les projets des aménageurs de désignations de centres urbains : les grands groupes de migrants abolissent la rigidité des lieux par un usage des temps de l'histoire et de la quotidienneté qui les conduit à reconnaître comme centralités les diverses étapes qu'ils instaurent comme voisinages, proximités. Il s'agit d'une culture du migrant-sédentaire réactivée par l'affirmation identitaire.

49A Tunis, les familles "d'avant 1947" sont désignées par leurs origines provinciales et assimilées à celles ayant plus récemment migré. II n'y a pas de premier occupant, d'autochtone véritable dans les désignations que les uns font des autres. Les vastes couloirs migratoires, de l'intérieur du territoire au centre de Tunis sont précisément décrits. Le lieu occupé sur les axes migratoires est toujours celui d'une ÉTAPE et non d'une implantation définitive : être sur l'axe "logique", dans le bon couloir, légitime l'identité, introduit à tous les échanges susceptibles, par vagues successives d'accès à Tunis, de maintenir cette identité en cas de délocalisation.

50Depuis le début des années 70, le salariat des jeunes dans différents secteurs de Tunis tend à effacer les références à une société locale péri-urbaine ou rurale. Désormais, les migrations centre-périphérie se substituent, sans les annuler, aux parcours résidentiels étalés de la lointaine région vers le centre historique de la capitale. Les spécialisations qui marquaient les différentes composantes du souk central s'étendent désormais aux lointaines périphéries tunisoises. Axe à forte intensité commerciale des légumes, du lait, de la viande, de l'artisanat, des bâtisseurs, zones secondaires (forte concentration d'habitats spontanés) d'accueil des nouveaux arrivants, après le classique passage par le centre historique, la Médina délabrée. Cet ensemble de mouvements et de bâtiments autoproduits (transports et urbanisme) a subverti la dérisoire tentative des aménageurs d'édifier une barrière de logements sociaux, sorte de frontière aux immigrations. Cette répétition coloniale urbanistique a produit une zone de redistribution des marchandises et de la main-d'œuvre, du centre vers la périphérie mais aussi de la périphérie vers le centre. Les groupes de migrants vont vers la ville et, ce faisant, font venir la ville vers eux. Le groupe de pouvoir, les sahéliens, qui s'est approprié une partie notable du patrimoine foncier tunisois, dispose parmi les décideurs des politiques d'aménagement, de suffisamment d'influence pour marquer l'extension de la capitale d'une empreinte coloniale-régionale qui perturbe ces mouvements de fond, ou du moins les invisibilise. La spéculation foncière, sous couvert d'un urbanisme "fonctionnel", dresse une carte impersonnelle - à coup de zonages -à distance des voisinages historiquement instaurés. Plusieurs lectures de Tunis et des logiques qui tendent à son extension, peuvent être pratiquées, peu concordantes. Ville en strates, de l'imaginaire aménageur et des mouvements des sociétés locales.

51En Provence, le quartier de Belsunce, dans le centre historique de Marseille, le long de la Canebière, apparaît, à l'image des souks de Tunis, comme lieu d'aboutissement et de naissance des mouvements d'un immense système urbain maghrébin signifié par des réseaux d'échanges aussi divers que spécialisés. Trois périmètres structurent ce système.

52- La ZUP Nord de Marseille qui agglomère plus de 60 000 logements sociaux, remplit la fonction de relais aux échanges institués entre Belsunce et le deuxième périmètre régional : lieu de redistribution des produits des lointaines périphéries provençales vers l'ensemble des quartiers marseillais. Chacune des formations qui composent ce périmètre provençal possède dans la ZUP ses correspondants, ses intermédiaires avec Belsunce. Les quartiers Nord de Marseille fonctionnent comme un réservoir de main-d'œuvre éphémère, comme le creuset des stratégies de tout ordre pour l'extension des influences dans la grande ville.

53- Le deuxième périmètre comprend en particulier les villes des rives de l'Étang de Berre, où le développement de la sidérurgie a édifié de vastes ensembles d'habitat social très utilisés par les Maghrébins primo-arrivants dans la région marseillaise, avant une redistribution suivant des logiques de proximité sociale. Ensuite, le triangle Cavaillon-St Rémy-Carpentras, avec de fortes concentrations de main-d'œuvre agricole marocaine : là viennent s'approvisionner les nombreux et efficaces réseaux maghrébins de distribution de produits vivriers dans Marseille. Enfin, l'espace délimité par Manosque, Sisteron et Digne : la spécialisation dominante est le mouton. L'ensemble des réseaux qui parcourent ces espaces est très actif et institue des voisinages constitutifs d'une généralisation des échanges de biens de services, de personnes. Ce vaste ensemble territorial réalise l'univers des références urbaines maghrébo-marseillaises, sur le mode d'une unité résidentielle. Les réseaux s'étendent en continuités spatiales. De Digne on connaît et utilise des parents ou amis à Manosque, puis à Pertuis, puis à Aix, à Gardanne, Aubagne et enfin à Marseille. A première vue on peut donc observer la reproduction de logiques et pratiques migratoires identifiées dans l'espace tunisois. Ainsi sur les 4 731 déménagements que nous avons identifiés dans la population des 6 019 personnes objet de cette étude, 816 sont directement liés aux activités de collecte, de transport ou de distribution des produits vivriers ; les nouvelles localisations se caractérisent par leur dispersion le long des axes de rabattement vers Marseille. 187 familles établies sur ces itinéraires possèdent un véhicule break (132 Peugeot...), 92 de ces véhicules sont quotidiennement utilisés pour le transport de fruits et légumes, sans interruption estivale. De 30 à 57 véhicules (selon l'importance de la demande) sont utilisés pour le transport des viandes (les caissons isothermes appartiennent aux propriétaires des chambres froides marseillaises). 65 véhicules servent au transport de personnes suivant des rythmes réguliers (12 effectuent des services de ramassage des ouvriers agricoles marocains, en semaine, 3 parcourent l'itinéraire Aix-Sisteron, 16 l'itinéraire Martigues-Marseille, et l'ensemble de ces 65 véhicules effectuent des navettes vers Belsunce les samedis et dimanches). Il s'agit de l'autoproduction d'un remarquable système mixte de transport, souple et adapté aux caractéristiques spécifiques des rythmes de la vie sociale maghrébine provençale.

54- Le troisième périmètre associe Algérie, Tunisie et Maroc sur le mode des migrations alternantes. Les flux des voyageurs en provenance du Maghreb sont importants : près de 30 000 personnes par semaine selon une étude réalisée par la Chambre de Commerce de Marseille (ce chiffre concerne l'année 1985 ; il semblerait qu'il ait baissé d'environ 30 % à la suite de diverses mesures concernant d'une part une plus grande facilité d'importation de biens par l'Algérie et d'autre part l'instauration de visas pour l'accès sur le territoire français). Chacun réaliserait de 5 000 à 10 000 francs d'achat avant de repartir et le chiffre d'affaires des commerces de Belsunce pourrait être estimé à environ 3,5 milliards de francs. Belsunce permet à ces populations de compenser les restrictions officielles aux importations. On imagine aisément le vaste trafic de devises, de pièces détachées, d'appareils électroménagers, centré sur ce quartier et réparti en 350 boutiques anodines, aux devantures et rayonnages chargés de tapis, petits objets ménagers, et autres œillets ou lilas de plastique. Les stocks de produits essentiels à l'exportation sont ailleurs. Répartis dans le Nord de Marseille et prélevés, suivant l'ordre des commandes, par des commissionnaires domiciliés dans la ZUP, stockés quelques heures au premier étage des immeubles délabrés qui accueillent, en rez-de-chaussée, les boutiques de Belsunce. Les souks de Tunis offrent le spectacle des mêmes brassages, des mêmes logiques de circulation méditerranéenne des hommes et des biens.

55Cette structure urbaine s'est greffée dans un premier temps sur les chemins de la précarité économique, de la déshérence du foncier, dans les années 60, temps de la solitude des immigrés, de la mobilisation outrancière de leur force de travail. Puis les familles se sont reconstituées, les espaces se sont connectés dans une puissante organisation des échanges, des spécialisations.

56Cette vaste métropole maghrébine hautement structurée, parcourue d'incessants mouvements, est invisibilisée : la cécité des gestionnaires du social, des aménageurs, de nombreux chercheurs, fait de cette entité une série de "lieux à problèmes", plus ou moins répartis sur les multiples découpages spatiaux en vigueur. Le mouvement, celui qui lie, qui conurbe, recompose la métropole marseillaise, n'est jamais perçu dans sa dimension essentiellement structurante.

  • 14 Peraldi (M.), Entre logeurs et logés, Marseille, C.E.R.F.I.S.E, 1987.

57Le rêve des élus marseillais, le projet explicite de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille s'intitule : "Marseille porte de Provence, Marseille porte du Maghreb"... la dérision veut que ce projet soit déjà réalité pour les Maghrébins provençaux. Élus et aménageurs préconisent la "reconquête" de Belsunce, et le remplacement de ces "marges" par ces classes moyennes instrument mythique et mystificateur des réhabilitations14 ; ils s'inquiètent de constater la diffusion des Maghrébins dans d'autres quartiers du centre historique de Marseille. En fait cette vision éradicatrice d'une population par réhabilitation d'un lieu, d'évacuation d'un problème par éviction d'un groupe, est inopérante dans le cas que nous examinons : l'entité maghrébine est suffisamment structurée par ses mouvements et ses étapes résidentielles pour disposer simultanément, si besoin était, de centres multiples. Ainsi pourrait s'instaurer une course à l'éradiction des centres maghrébins. Sans fin et sans objet autre que des formations urbaines virtuelles.

58Les Lorrains étaient attendus impatiemment, en 1973, dans quelques villes des rives de l'Etang de Berre. Le projet de ville nouvelle avait emporté l'adhésion de municipalités proches de la majorité d'époque, alors que celles de l'opposition avaient refusé d'entrer dans ce regroupement. Martigues, Port-de-Bouc et St-Mitre-les-Remparts avaient créé leur SIVOM et développé des programmes de logements sociaux pour accueillir des ouvriers de la sidérurgie, électeurs "naturels" des municipalités P.C. Fos, Istres et Miramas regroupées dans la ville nouvelle, n'avaient ouvert de chantiers de logements sociaux de quelque importance qu'à Miramas, place forte de la CGT (dépôt SNCF de 1 200 agents) perçue alors (et à juste titre) comme accidentellement ralliée à la majorité ; ailleurs le pavillon pour contremaîtres ou la villa pour cadres régnaient. Installés dans un premier temps dans ces unités urbaines prédestinées, les Lorrains ont, à partir de 1975, massivement fui les zones d'aménagement pour autoconstruire leur ville dans la plaine désertique de la Crau, leurs lotissements dans les Alpilles ou sur la Côte Bleue. De telle sorte que ce groupe connaît actuellement la plus grande extension territoriale parmi les populations de l'Ouest métropolitain marseillais. Ses parcours homogénéisent un espace de 1 000 km2 environ qui présente une importante diversité de formes urbaines. Trois pôles structurent le territoire lorrain : la zone sidérurgique de Fos pour le travail - et tout autre qu'un Lorrain y est étranger - Martigues, avec ses grands centres commerciaux, heu éprouvé de la réactivation identitaire par d'incessantes rencontres des épouses des salariés de la sidérurgie - territoire pluriel unique dans la Crau - et Saint Martin-de-Crau pour l'habitat - lieu du statu quo entre Lorrains et sociétés locales. L'axe Lorraine-Afrique, activé dans un sens et dans l'autre à partir de l'Ouest marseillais, situe la colonie lorraine provençale comme étape et centre (à l'identique des formations périphériques tunisoises) sur un couloir spécifique des migrations professionnelles lorraines. Les rythmes temporels qui scandent les usages de ces territoires, les parcours sur ces itinéraires, forment un tout cohérent qui valide les références à la notion de proximité, espace-temps de l'identité lorraine. Le tour de force des aménageurs est, là encore, d'ignorer cette réalité, quinze années après l'édification des nombreux enclos urbains, de faire comme si les populations se répartissaient en "extérieurs" et "intérieurs" de l'aménagement. Comme si nul ne pouvait transgresser ces barrières du calcul administratif et politique local.

59L'analyse des mouvements des populations dans l'espace, et de leur histoire, désigne des étapes territoriales, des lieux de l'affirmation identitaire, les contours même des grands groupes de migrants. Cet ensemble de contiguités/discontiguités (ordre des espaces) et de continuités/discontinuités (ordre des temps) générées par l'activation du lien social spécifique, englobe l'ensemble des problématiques de la mobilité spatiale et sociale.

  • 15 Dans le sens où Henri Lefebvre utilise cette notion.

60Cette approche révèle la distance radicale entre les lectures des formes et dynamiques urbaines opérées d'une part par la sphère technostructurelle15 et d'autre part suggérées par les pratiques de recomposition à l'initiative de telles populations. Les métropoles, maghrébine et lorraine, à Marseille, ont le double statut de réalité et d'imaginaire : réalité de l'expression des mouvements du social, qui débordent, traversent, les limites, les contours des ensembles urbains ; statut imaginaire puisque non vu, non reconnu, totalement amnésié, objet de cécité de ceux qui ont le pouvoir de désigner comme manifestement et uniquement réelle leur invention d'une ville éclatée socialement parce qu'urbanistiquement, cybernéticiens des murs et des hommes.

  • 16 Ibid, note (6).
  • 17 Beaucire (F.), Enquête sur la notion et les pratiques de l'écologie urbaine, Groupe "milieu urbain" (...)
  • 18 Harris (CD.) et Ullman (E.L.), "The nature of cities", in Introduction à la géographie humaine, Par (...)

61Les théories de la croissance urbaine, développées en premier lieu par l'École de Chicago16 à partir des analyses du développement par aires concentriques, et ses dérivés17, théorie des secteurs et des centres multiples18, gagneraient à envisager l'existence de centralités externes à l'unité urbaine considérée et concourant aux dynamiques internes. Sur un grand axe migratoire, chaque étape acquiert le statut de centralité pour les nomades qui le parcourent. Appréhender ces réalités et lire localement et simultanément les différents niveaux de l'articulation sédentarité/mobilité dans l'espace temps du déploiement des échanges quotidiens, des mobilités résidentielles, des mouvements migratoires, est un préalable indispensable au déploiement de toute politique d'aménagement (transport et urbanisme) adaptée aux populations constitutives de ces tissus urbains.

Notes

1 Oriol (M), "Identité produite, identité instituée, identité exprimée : confusions des théories de l'identité nationale et culturelle", in Cahiers internatinaux de Sociologie, vol. lxvi, 1979, p. 19-28.

2 Marie (M.), Préf., L'aménagement à contre-temps : nouveaux territoires immigrés à Marseille et à Tunis, Paris, l'Harmattan, 1988.

3 Oriol (M.), ibid., note (1).

4 Barraque (B.) et Marie (M.), présentation du séminaire Technique, territoire et société, DRI du MELATT, 1986.

5 Chombart de Lauwe (P.H.), Des hommes et des villes, Paris, Payot, 1965.

6 On consultera : Grafmeyer (Y.) et Joseph (I.), L'école de Chicago, naissance de l'écologie urbaine, Alençon, éd. Aubier RES, Champ Urbain, 1984.

7 Girard (Α.), "Migrations" in Encyclopedia Universalis, 1969.

8 Les travaux de l'I.R.E.S.E., Université de Lyon II, sont, à cet égard, très illustratifs.

9 Gro Grossin (W.), Les temps de la vie quotidienne, Paris-La Haye, Mouton, 1974.
Gurvitch (G.), "La municipalité des temps sociaux" in La vocation actuelle de la sociologie, Paris, P.UF., 1963.
Mercure (D.), "L'étude des temporalités sociales. Quelques orientations", Cahiers internationaux de Sociologie, LXVII, 1979, p. 263-276.

10 Tarrius (Α.), Marotel (G.), Rythmes sociaux et déplacements de proximité en milieu rural, Rapport Recherche IRT, 1980.

11 Tarrius (Α.), Marotel (G.), Peraldi (M.), L'aménagement à contre-temps : nouveaux territoires immigrés à Marseille et à Tunis, Paris, L'Harmattan, 1988.

12 Heidegger (M.), Acheminement vers la parole, Paris, Gallimard, 1976, p. 196.

13 Bonnet (S.), Kagan (E.), Maigret (M.), L'Homme du Fer, Presses Universitaires de Nancy-Editions Serpenoise, 4 tomes, 1975, 1977, 1984, 1985.

14 Peraldi (M.), Entre logeurs et logés, Marseille, C.E.R.F.I.S.E, 1987.

15 Dans le sens où Henri Lefebvre utilise cette notion.

16 Ibid, note (6).

17 Beaucire (F.), Enquête sur la notion et les pratiques de l'écologie urbaine, Groupe "milieu urbain", PIREN, 1985.

18 Harris (CD.) et Ullman (E.L.), "The nature of cities", in Introduction à la géographie humaine, Paris, Masson, 1982.

Auteur

Sociologue. Institut National de Recherches sur les Transports et leur Sécurité Paris. Salon-de-Provence

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540