Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des migrants et des villes

 | 
Mireille Meyer

L'étranger : l'absent omniprésent

Gilles Ascaride

Texte intégral

1Fruit d'une enquête effectuée en 1985, ce travail n'a réellement valeur que d'exemple. Et ceci pour deux raisons :

  • parce qu'il a été limité et dans le temps et dans l'investigation et qu'il est donc hors de question de lui donner une ampleur qu'il n'a pas ;

  • parce que la question du rapport à l'étranger n'y est apparue qu'en creux. A aucun moment on ne m'a demandé de travailler ni sur les étrangers, ni sur les immigrés, ni sur leurs enfants. Le propos sur les étrangers sera donc un propos en creux et c'est peut-être là le principal intérêt de cet exemple.

2L'originalité de ce travail étant qu'il a été fait à la demande directe des politiques locaux, c'est-à-dire la mairie des XVe et XVIe arrondissements de Marseille, j'essayerai de le limiter à ce cadre afin de ne pas faire double emploi avec les contributions de Jean-Claude Garnier et de Salvatore Condro. En ce qui me concerne, je n'ai pas d'analyse générale ou d'analyse de quartier à proposer.

La demande

3Elle émane directement du politique (printemps 85), c'est-à-dire du Conseil d'arrondissement (35 personnes réparties comme suit : dix-neuf P.C., dix P.S., trois U.D.F., trois R.P.R.). Disons que ce sont les élus communistes, majoritaires, qui sont à l'initiative de cette enquête et sans doute plus particulièrement le maire d'arrondissement, Monsieur Pascal Posado.

4Cette demande sera présentée comme ayant des préoccupations un peu gestionnaires et beaucoup politiques.

5En fait, le problème essentiel est celui de "l'image de marque". Au printemps 85 la mairie d'arrondissements a deux ans d'existence et s'interroge :

  1. Quelle est son image dans l'opinion ? Sachant que pour la mairie "l'opinion" ce sera essentiellement les associations des XVe et XVIe.

  2. Ces associations peuvent-elles ou pourraient-elles devenir un relais efficace de la politique municipale?

  3. En cas d'image défaillante, comment l'améliorer ?

  • 1 Ascaride Gilles, 15e et 16e arrondissements de Marseille. Mairie d'arrondissements, associations et (...)

6La perspective proposée n'est pas que municipale, elle s'inscrit dans la préparation des élections législatives de mars 86. On passait donc du local au national et de la mairie des XVe et XVIe au P.C.F. et à sa politique en général. Le plus simple pour présenter ce travail est sans doute de citer le rapport d'enquête1 :

7"Le rapport qui suit est à considérer avec une prudence de principe. Il se veut être un apport d'information et un modeste point de vue pouvant contribuer à la définition ou à la précision d'une "ligne générale" de la politique de la mairie d'arrondissement sur tel ou tel point. En aucun cas il n'a pas la prétention de rendre compte de la globalité de la réalité de la vie sociale dans les deux arrondissements concernés et ne prétend même pas faire le tour de la question en matière de problèmes d'information. On ne saurait en effet tirer de vingt entretiens, même approfondis, des conclusions concernant des dizaines de milliers d'habitants (...). En synthétisant à outrance, je dirais que la "demande générale" de la mairie d'arrondissement portait sur son image de marque après deux ans de fonctionnement. Pour cela, un questionnement plus précis fut choisi : l'information. C'était prendre comme piste cet aller-retour incessant qui caractérise la relation citoyens-élus (on s'écrit, on se rencontre, on se convoque, on se réunit, on se téléphone, on s'apostrophe, etc.).

8A moins que là où devrait passer la communication, on ne trouve parfois que silence, méconnaissance ou rendez-vous manqué.

9Pour essayer de mesurer cet état de fait, je dirais plutôt de le photographier, de le fixer sur une courte période, il a été convenu que vingt entretiens auraient lieu avec vingt associations, organismes et parfois personnes, choisis par la mairie d'arrondissement et estimés comme porte-paroles suffisamment crédibles de la population, du moins d'une partie.

10Ces rencontres se sont déroulées de la fin juillet à la mi-novembre. Elles ont pris la forme d'entretiens non directifs, très larges, durant plusieurs heures, et accessoirement accompagnés de visites de quartiers ou de cités. Tout en essayant de suivre le fil rouge des problèmes d'information, il est évident que mes interlocuteurs ont abordé franchement d'autres territoires et je les ai laissé faire. Je crois pouvoir dire que cette initiative de la mairie d'arrondissement a été assez bien reçue et en ce qui me concerne, je puis attester que j'ai été plus que civilement reçu, le plus souvent avec beaucoup de gentillesse et de patience. Le fait mérite d'être souligné (...)

Les interlocuteurs de l'enquête :

11* Quatre C.I.Q. :

  • 7ème Tirailleurs algériens (XVe)

  • -Bd Oddo(XVe)

  • Notre-Dame-Limite (XVe)

  • -Estaque Plage (XVIe)

12* Quatre clubs de football :

  • S.C. Saint-Henri (XVIe)

  • S.A.S.A. (XVe)

  • A.S. Kulhmann (XVIe)

  • Entente sportive Campagne Lévêque (XVe)

13* Trois associations de locataires :

  • Provence-Logis (XVe)

  • Les Mûriers (XVIe)

  • Campagne Lévêque (XVe)

14* Un club de jeunes : St-André - XVIe

15* Deux centres sociaux :

  • Plan d'Aou (XVe)

  • La Bricarde (XVe)

16* l’U.L. C.G.T. des Crottes (XVe)

17* le syndicat C.G.T. Massilia

18* le centre Paul Paret (U.M.T.) (XVe)

19* la Mission locale (XVe-XVIe)

20* une directrice d'école maternelle (St-André- XVIe)

21* un enseignant, secrétaire à l'organisation d'une section du P.C.F. (XVIe)

22A ces vingt associations ou organismes il faut ajouter un cercle du 3ème âge de la Savine dont des représentants sont venus participer à une rencontre.

23Précisons que l'interlocuteur était rarement seul et qu'il m'a été possible de rencontrer soit plusieurs membres du bureau (C.I.Q., locataires, clubs sportifs) ou plusieurs animateurs (centres sociaux, clubs déjeunes). Au total, 56 personnes".

24Ce choix avait été fait avec un souci de représentativité au moins géographique (les associations étaient assez bien ventilées entre les deux arrondissements).

25L'éventail se voulait large aussi bien sur le type d'association que sur leur supposée position sur l'échiquier politique (l'expérience montrera que les estimations sur ce point étaient parfois plus qu'erronées, les "pour" étaient plutôt "contre" et les "contre" bien souvent "pour").

26Enfin, pour peaufiner le cadre de cette réflexion sur un rapport localisé du politique à l'étranger, je citerai encore deux extraits du rapport d'enquête :

Qui sont "les élus" ?

27Ici, il me semble important de donner une précision, même si elle n'est qu'un point de vue.

28Les "élus", ce sont les élus communistes. Personne ne s'y trompe. C'est donc de l'organisation politique majoritaire au Conseil d'arrondissement que l'on attend les prises de position et les interventions. Un exemple, à mon avis très éclairant : invité à la réunion de bureau d'un C.I.Q., j'entendis force prestations contre les "élus", leur absence, leur manque d'écoute, leurs promesses non tenues. "On voudrait bien voir de temps en temps l'élu de base !" me confiera, excédé, le Président. Or, la discussion se prolongeant, je découvris que, parmi les membres fort mécontents de ce bureau, se trouvait en fait un élu de l'arrondissement. Un élu socialiste.

29C'est donc aussi à l'aune de l'appartenance politique que sont parfois, peut-être injustement, évalués les élus.

30"Il y avait une élue dans l'association" me confiera un Président d'Amicale des locataires, "elle voulait introduire le Parti avec elle, quand on lui a fait comprendre qu'on était apolitique, on l'a plus vue". "Les élus communistes pensent qu'en nous laissant dans ce mode de vie, on continuera à voter pour eux" estimera un membre du bureau d'une association de locataires.

La population d'origine étrangère :

31Je n'ai pas à apprendre aux lecteurs de ce rapport qu'il s'agit là d'une question de taille et certes, ce n'était pas sur ce problème que l'on m'avait demandé d'enquêter. Toutefois, il faut se rendre à l'évidence, la situation, dans le propos en tous cas, semble explosive. Pas une fois, je n'ai introduit ce thème dans l'entretien. Vingt fois il est apparu de lui-même. Le rapport aux "étrangers" semble être le critère n° 1 d'évaluation de toute situation de la part des interviewés. Il faut le dire, la population d'origine étrangère est simultanément un passage obligé et un écran à la circulation de toute information. Un responsable C.G.T. me disait : "Les ghettos posent un problème à la circulation de l'information. Sans doute faudrait-il que la mairie de secteur fasse une information en langue étrangère". C'est possible, mais on ne peut pas répondre de la façon dont les non-étrangers apprécieraient une telle initiative tant la situation semble actuellement tendue. Je l'affirme, j'ai entendu une large majorité de propos totalement excédés où la difficulté réelle ou pas de la conjoncture permettrait l'appel à des "solutions" plus que radicales. Un ouvrier des Ciments Lafarge, membre d'une association vint me glisser dans l'oreille : "Posa-do, il parle comme ça en public, mais en privé on sait bien qu'il est d'accord avec nous pour foutre les Arabes dehors !" Cette citation n'est pas là uniquement pour son caractère "croustillant" mais parce qu'il semble que véritablement dans les esprits toute initiative municipale soit peu ou prou hypothéquée par la question des "étrangers". Ceci est peut-être un autre débat mais explique pourquoi j'ai nommé cette situation passage obligé et écran".

Quelques réflexions sur le travail effectué

32Ce qui est intéressant dans cet exemple, c'est que la demande de l'instance municipale qui ne craint pourtant pas d'affirmer ses intentions politiques semble faire totalement abstraction de la population d'origine étrangère. Je vais donc rencontrer dans tous mes entretiens cet écran entre les associations et la mairie d'arrondissement et il sera nécessaire d'emprunter ce "passage obligé" de la question des "étrangers" pour arriver à aborder des problèmes de gestion des quartiers.

33Pourquoi peut-on parler, dans cette demande politique, d'évacuation de la population d'origine étrangère ? (Précisions que pour l'essentiel la population étrangère "posant problème" se confond avec la population d'origine maghrébine).

34Il y a, me semble-t-il, au moins trois éléments de réponse.

  1. Le recours aux associations. Il n'y a pas d'associations étrangères dans les vingt que l'on me propose de rencontrer. Cela veut-il dire qu'il n'en existe pas (culturelles ? cultuelles ?)? Ou cela veut-il dire que l'on n'en a pas retenue ? On retrouve dans ce choix de recours aux associations une pratique militante communiste classique ; importance des associations de masse, soit comme vecteurs d'une politique, soit comme interlocuteurs. Seulement si les "étrangers" n'adhèrent pas à ces associations, comment les concerne-t-on ? Comment les rencontre-t-on ? Ou bien cela signifie-t-il que l'on ne souhaite traiter qu'avec de supposés autochtones qui eux, se sont organisés ?

    • 2 Les nouveaux 15e-16e, Bulletin d'informations de la mairie des 15e et 16e arrondissements de Marsei (...)

    On ne parle dans le bulletin municipal des supposés étrangers que sous le vocable de "familles lourdes" emprunté au travail social et on assure (qui ?) que l'on s'employera à les reventiler en collaboration avec la mairie de Marseille2.

  2. On propose, me semble-t-il, une gestion de ces arrondissements et un devenir s'inspirant du mot d'ordre "travailler et vivre au pays", mais articulé sur une vision de patrie ouvrière et populaire vers laquelle il faudrait revenir (c'est pourquoi l'appartenance politique des élus a ce caractère déterminant, car c'est bien l'organisation communiste qui est porteuse de cette image).

35Ce "revenir" suppose l'éloignement et ceci me semble particulièrement bien illustré par un des grands projets de la mairie d'arrondissement, la ZAC Saumaty-Séon. Les logements construits y seront proposés à 40 % en accession à la propriété et à 60 % en location, mais on souhaite réserver une priorité d'accès aux enfants du quartier qui ont dû partir (s'expatrier) pour des raisons de logement ou de travai afin de leur permettre de revenir "chez eux". Paradoxalement les gens rencontrés estimaient pour beaucoup que cette initiative était "pour les Arabes".

36D'où la question : les enfants d'immigrés maghrébins sont-ils ou non des fils du quartier ? Font-ils partie de ce contingent d'enfants que l'on veux faire revenir dans la patrie ?

37D'autant plus que cette vision d'une identité locale ouvriéro-populaire trouve un écho et se mélange de façon monstrueuse ou incestueuse avec l'image provençalo-pittoresco-villageoise, véhiculée par une partie des habitants issus pour la plupart de la petite bourgeoisie (voir le tract de la Fédération des Comités d'Intérêts de Quartier du Bassin de Séon en fin d'article).

38Dans ce cadre-là les "étrangers" deviennent soit "ceux des cités" (ceux qui sont ailleurs, qui menacent, et d'autant plus que topographiquement les "cités" surplombent la zone "provençalo-pittoresque"), soit de véritables "envahisseurs" qui pousseraient les autochtones à partir. Et les confidences d'animateurs, pourtant efficaces, de clubs de jeunes déménageant vers les quartiers sud ou de militants actifs de C.I.Q., prêts à vendre leurs maisons au premier venu, ont quelque chose d'inquiétant. C'est dire combien dans le cadre de la production d'une identité locale les "étrangers" n'entrent pas ou plus.

39Ce faisant, je dirais que l'on re-crée de l'étranger, qu'on le re-produit. L'instance municipale et ses alliés naturels locaux (section du P.C.F., U.L.-C.G.T., Centre médical mutualiste) se mettent également à parler en termes "d'étrangers" (même si cela est présenté et pensé de façon progressiste), alors qu'il n'y a aucune homogénéité de cette population d'origine étrangère, même d'origine maghrébine qui, comme l'a montré Salvatore Condro, se distribue sur une à trois générations et du bidonville à la famille ouvrière conforme aux normes locales. Ce faisant, on minore, me semble-t-il, le travail patient d'intégration qui s'est accompli depuis plus de vingt-cinq ans par l'école, le travail mais aussi et beaucoup par le syndicat et le parti (cf. le responsable de l’U.L.-C.G.T. qui propose de faire de l'information municipale en arabe. Il y a là une espèce de retour en arrière qui peut dénoncer un véritable décrochage).

40Ainsi la dissolution ou l'atténuation des références syndicales et politiques de la vie quotidienne qui restent, elles, dominantes dans la politique municipale crée des ruptures qui re-produisent, et de plus en plus, de l'étranger. Il s'en suit que ce rapport aux "étrangers", réel ou fantasmatique, n'étant pas posé dans une politique générale de gestion municipale, ce sont, par exemple, les associations qui le gèrent et qui le gèrent au coup par coup, sur des modes totalement différents selon la situation géographique, les buts de l'association, son histoire, son environnement social.

41On peut organiser ce rapport selon quatre catégories :

421. Les associations qui évacuent.

43C'est l'exemple de certains C.I.Q. constitués essentiellement de petits propriétaires où l'on se défend "entre nous" (ce qui peut aller jusqu'à installer des fils de fer barbelés sur les murs des jardins). On veut rester "villageois".

442. Les associations qui organisent la ségrégation en véritable système de bantoustans.

45C'est le cas-type d'associations de locataires qui gèrent, en accord avec l'office H.L.M. responsable, la vie sociale des cités (découpage géographique des bâtiments et distribution des logements en fonction de "l'ethnie" ; distribution des équipements communs entre les deux communautés, exemple : le boulodrome des "Français" et celui des "Arabes", etc.). C'est chacun pour soi, chacun chez soi.

463. Les associations qui encadrent

47On retrouve là aussi des associations de locataires. Dans des cités où la population "étrangère" et population "autochtone" s'équilibrent, l'association encadre l'ensemble. Il n'y a pas de responsables d'origine maghrébine au bureau mais, en gros, les familles "étrangères" suivent le combat de l'association. Seulement le pouvoir municipal est relativement absent de tout cela. C'est l'association qui traite directement avec l'office H.L.M. responsable, allant parfois jusqu'à être à l'origine d'autres associations comme par exemple des clubs sportifs déjeunes dont l'effet "bénéfique" sur la vie de la cité est reconnu par tous, y compris par l'office H.L.M. qui se met à les subventionner, alors que ce type d'initiative reste sans échos à la mairie.

484. Les associations qui se posent la question et tentent d'anticiper.

49C'est essentiellement le cas des clubs de football. Voilà ce que disait à ce propos le rapport d'enquête remis à la mairie : "Enfin, je me permettrais d'insister sur la place privilégiée sinon déterminante des clubs de football. Ils jouent dans les deux arrondissements un rôle qui va bien au-delà du simple loisir sportif. Ils sont les lieux pivots et particulièrement dans les rapports avec la population d'origine étrangère. "Ici, on en fait des hommes", m'a déclaré le responsable de l'A.S. Kulhmann. Au-delà de la formule un peu "carrée", il y a une réalité profonde. Dans des lieux où l'intégration ne peut plus se faire, pour cause de "crise", par le travail, l'école ou l'activité politique, le club de foot (même s'il est un peu effrayant de voir que cela tient à si peu de chose) propose un ultime cadre de vie sociale et collective : régularité de l'entraînement, respect du local, lieu de tous, régularité des matchs, rencontre avec d'autres, respect de la règle du jeu. On peut en penser ce que l'on veut, mais plus que souvent les clubs de football restent l'ultime vecteur de la socialisation et de l'intégration. A ce titre, ils méritent d'être soutenus à bout de bras".

50Cet exemple des clubs de foot va loin, car ces associations qui négocient entre elles des accords, vont jusqu'à négocier le rapport aux "étrangers". Un président de club me déclarait : "Nous, on est là pour encadrer des jeunes, on est là pour que les jeunes fassent du sport, mais les jeunes, de plus en plus, c'est des Arabes, donc ou on les prend pas, ou on les prend. On a réglé la question : on les prend". Ce faisant le club modifie un certain nombre de règles de son fonctionnement : on minore la cotisation, on accepte son paiement en plusieurs fois, on fait des prix pour les maillots ou on les procure gratuitement, on va jusqu'à négocier avec les non-Maghrébins le contenu des éventuelles injures sur le terrain de jeu (pas de contenu raciste). C'est dire que le club de foot entérine et gère une réalité sociale que l'instance municipale a du mal à reconnaître. Si bien que l'intervention politique est inexistante y compris sur des terrains excessivement politiques comme la citoyenneté et l'exercice du droit de vote (dans telle cité, c'est l'animateur du centre social, qui n'est pas un militant, qui se pose la question de l'inscription sur les listes électorales, c'est lui qui organise des réunions, c'est lui qui essaie de convaincre, c'est lui qui se heurte à l'opposition des pères). Si bien que le refus ou l'incapacité à traiter politiquement de la question vraie ou fantasmée des "étrangers" conduit "tout naturellement" à une réponse politique de nouvel ordre : le vote Front National.

  • 3 Schneidermann Daniel, "Les 'taupes' lepénistes sous le béton", Le Monde, 4 mai 1988, p. 12.

51Avec ses caractéristiques propres, on peut supposer que se développe ou tend à se développer dans les quartiers nord de Marseille un phénomène similaire à celui observé en Seine-Saint-Denis et décrit par Daniel Schneidermann : "Alors que l'embarras des municipalités lui déblayait le terrain idéologique, le Front National a vu s'ouvrir devant lui un boulevard percé par la chute, les unes après les autres, des forteresses communistes. L'effondrement du modèle communiste municipal, constitué d'un réseau serré d'associations de locataires, de femmes, de loisirs, de Bretons, de boulistes, d'anciens combattants, noyautés par les militants du Parti, a laissé libre un terrain que ni le P.S. ni la droite traditionnelle n'ont su occuper. Les élus du P.S. et du R.P.R. qui, le 24 avril, ont fait la tournée traditionnelle des bureaux de vote, y ont découvert, assesseurs ou délégués du Front National, d'honnêtes citoyens jusqu'alors apolitiques, mais qu'ils avaient déjà rencontrés à la tête de délégations de parents d'élèves ou d'associations contre le bruit de la R.N. 3 "3.

  • 4 Althabe Gérard, "Production de l'étranger, xénophobie et couches populaires", L'homme et la société (...)

52Mais ce refus ou cette incapacité de traiter politiquement la question et de la gérer en termes d'administration municipale me semble trouver ses racines plus dans l'image des XVe et XVIe que l'on continue de véhiculer, cette patrie ouvrière et populaire, qui ne colle pas avec une partie de la population d'origine maghrébine, que dans la manifestation brutale d'un racisme larvé, honteux ou manifeste que l'on a prêté parfois au P.C.F., similaire à celui de l'extrême droite. Et c'est, me semble-t-il, cette référence politico-culturelle, qui est peut-être un habit devenu trop étroit pour y fourrer le corps social, qui fait de l'étranger ou supposé tel un absent omniprésent. Cet exemple me semble illustrer la difficulté de relever le défi dont parle Gérard Althabe, à savoir celui "d'édifier un cadre nouveau de vie sociale dans lequel l'appartenance et la différence ethno-culturelle sont conjugées"4.

FÉDÉRATION DES COMITÉS D'INTÉRETS DE QUARTIER DU BASSIN DE SÉON (16e Arrondissement)

« EMBELLIR SA VILLE, CEST EMBELLIR SA VIE »

53Nous, habitants du Littoral Nord, sommes assez étonnés de voir ce slogan sur les murs de notre quartier.

54Se souvient-on de ce qu'était le Chemin du Littoral à la Libération, avec ses petites plages qui faisaient la joie des baigneurs de tout âge ?

55Et le petit port de MOUREPIANE, ce cher petit village au bord de la mer ?

56Hélas ! les technocrates ont transformé cette côte pittoresque en un affreux bourbier décoré par des réservoirs, encombré par des centaines de containers, des filets sous-marins et des amas de ferraille.

57Il serait injuste d'oublier la criée aux poissons et la plus grande forme de radoub d'Europe.

58Et que dire du vacarme de la réparation des containers, bruits de moteurs, compresseurs, fumées, puanteurs industrielles et poussières?

59Mais le programme de détérioration mis au point par ces messieurs n'est pas terminé. C'est pourquoi nous sommes menacés de l'installation d'un abattoir municipal à SAUMATY.

60Bien sûr, c'est nous, pauvres habitants des quartiers maudits, qui paierons cette nuisance supplémentaire.

61Eh bien non ! Nous ne sommes plus au Moyen Age et refusons toute nouvelle détérioration de notre cadre de vie.

62Avec nos C.I.Q., nous nous battrons pour défendre notre vue sur la mer, notre petit morceau de jardin et empêcher l'installation d'industries qui apportent beaucoup de nuisances et peu de travail.

63Ceux qui décident de notre sort doivent savoir - quelle que soit leur couleur politique — que nous voulons préserver le caractère villageois de notre quartier, défendre l'artisanat, les petits commerces et ne voir installer que de petites industries non polluantes.

64S'ils n'ont pas les moyens ou le désir de supprimer les bidonvilles, de nous doter de logements de types variés, de couvrir les ruisseaux nauséabonds, de prolonger la ligne d'autobus jusqu'au bout du Chemin de la Nerthe, qu'ils respectent au moins notre décor naturel et notre bord de mer.

65Halte à cette inhumaine industrialisation qui nous écrase !

66Nous sommes des Humains au même titre que les habitants des quartiers résidentiels, et pas seulement pour les impôts.

67Quand on étouffe, on a envie de casser les carreaux.

68Avant de parler d'embellissement dans notre quartier, arrêtez-vous de le détériorer !

69D'avance, nous vous en remercions !

Notes

1 Ascaride Gilles, 15e et 16e arrondissements de Marseille. Mairie d'arrondissements, associations et information, Université Aix-Marseille II, ORGECO, nov. 1985.

2 Les nouveaux 15e-16e, Bulletin d'informations de la mairie des 15e et 16e arrondissements de Marseille, n° 3, juin 1985, p. 10.

3 Schneidermann Daniel, "Les 'taupes' lepénistes sous le béton", Le Monde, 4 mai 1988, p. 12.

4 Althabe Gérard, "Production de l'étranger, xénophobie et couches populaires", L'homme et la société, juill.-déc. 1985, p. 72.

Auteur

Sociologue. Service Formation Continue Université Aix-Marseille II

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540