Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des migrants et des villes

 | 
Mireille Meyer

L'insertion sociale des immigres

Crise économique et changements sociaux un quartier de Marseille : l'Estaque-Riaux

Salvatore Condro

Texte intégral

1L'insertion sociale des immigrés est généralement présentée dans son aspect le plus problématique.

  • 1 In Race et Histoire : "Le racisme devant la Science", UNESCO, 1950.

2Les raisons invoquées relèvent le plus souvent d'une approche culturaliste du phénomène. Ainsi, les différences culturelles qui existent entre les immigrés originaires du Maghreb, puisque c'est le plus souvent d'eux qu'il s'agit, et les Français empêcheraient ces mêmes immigrés de s'insérer dans la société française. Or, nous pensons que la réalité est tout autre, elle varie en fonction des conditions économiques et historiques. Il n'existe aucun exemple de société humaine figée dans son histoire et définitivement scellée par une culture qui lui est propre, comme l'a déjà montré C. Lévi-Strauss1. Le propre des cultures, de tous les phénomènes sociaux, est d'être en perpétuel mouvement. Les rapports privilégiés entre le Maghreb et la France ne datent d'ailleurs pas d'hier.

  • 2 In colloque du CIDROM "Le seuil de tolérance aux étrangers", Sociologie du Sud-Est, juillet/octobre (...)

3Un deuxième élément est à prendre en compte. Qui, dans l'après-guerre ou dans la période d'expansion économique qui a suivi, a entendu parler de l'impossibilité de l'insertion sociale des immigrés ? On peut même avancer que pendant cette période l'insertion sociale des immigrés, même originaires du Maghreb, et c'est le cas des familles kabyles de l'Estaque-Riaux, dont nous allons parler plus loin, s'est effectuée lentement mais sûrement. Et sans poser de problèmes majeurs. Or, depuis le début de la crise économique, d'aucuns ont cru voir l'origine du problème, des problèmes, dans la notion de seuil de tolérance. Cette notion étant affublée d'un label pseudo-scientifique par les sciences sociales d'où elle est issue2. Ces mêmes sciences sociales portent ces dernières années un regard assidu, constant, opiniâtre sur, non seulement les immigrés, certains immigrés, mais aussi sur les marginaux, les jeunes, les déviants, les exclus. En quelque sorte les produits de plus en plus nombreux de la crise. La connaissance, la "transparence" de ces populations pouvant être un préalable utile au traitement social du problème, voire à l'intervention des institutions représentatives.

4On parle, il est vrai, de seuil de tolérance aux immigrés dans l'école, dans la cité, la prison, le quartier, la ville. Mais on n'entend jamais parler de seuil de tolérance dans les mines, les chantiers, les usines. Tout se passe comme si l'impossibilité de l'insertion n'avait cours qu'en dehors de la sphère strictement économique. Or, comment peut-on sérieusement aborder des phénomènes sociaux, tracer des trajectoires sociales en faisant abstraction de leurs aspects économiques? C'est se condamner à ne rien comprendre à ce qui s'est passé et à ce qui se passe dans un quartier comme l'Estaque-Riaux, par exemple. Un quartier qui vit et qui meurt aussi au rythme de ses usines.

5Avant d'aborder plus en détail ce quartier et les gens qui y vivent, nous voudrions faire une dernière remarque qui permettra peut-être de mieux illustrer notre propos. Lorsque nous parlons des immigrés kabyles de l'Estaque-Riaux, nous entendons par là l'ensemble des personnes venues de Kabylie ou nées à Marseille de parents venus de Kabylie et qui résident durablement dans ce quartier. Cette précaution ne révèle qu'en partie l'étendue de la diversité des situations des hommes et des femmes. Cette expression s'apparente, dans notre esprit, à des expressions comme les viticulteurs du Midi ou les mineurs du Nord.

UNE SOCIETE LOCALISEE : L'ESTAQUE-RIAUX

6L'Estaque-Riaux est un quartier ouvrier de Marseille situé dans le XVIe arrondissement à son extrême périphérie nord, formé de deux sous-ensembles (l’Estaque et les Riaux) qui constituent en quelque sorte, des "noyaux villageois" de l'agglomération marseillaise.

7L’Estaque est peuplé de 7 600 habitants, 22 % sont étrangers (critère de la nationalité retenu au recensement de 1982). Les Riaux compte 1 200 habitants et 620 étrangers, soit environ 51 % pour l'essentiel immigrés Algériens (520 dont la majorité provient de Kabylie). Ces chiffres ont un peu varié depuis le recensement de 1975. Nous avions alors :

  • 8 300 habitants à restaque et environ 20 % d'étrangers,

  • 1 200 habitants à Riaux, soit une population à peu près identique mais une proportion bien moindre d'étrangers : 34 %.

8En moins de dix ans, le pourcentage d'étrangers dans le quartier des Riaux passe de 34 % à 51 %. Cette évolution peut paraître extraordinaire, en fait, il n'en est rien en valeur absolue. Le nombre des étrangers a très peu augmenté (plus de 250 individus sur 10 000 habitants environ). L'explication se trouve dans l'exode de la population ouvrière des quartiers du XVIe arrondissement, en particulier depuis les années 1970.

9Globalement les divers recensements donnent :

Population du XVIe arrondissement

Evolution de la population étrangère de Marseille entre 1962 et 1982

10On peut en tirer une conclusion, le quartier se dépeuple depuis le début des années 1970, mais en regardant le détail des chiffres, on constate qu'en général, la majorité des immigrés reste.

11L'originalité du quartier consiste à allier dans un curieux mélange, tradition ouvrière et quartier à forte immigration sur un creuset "maritimo-provençal". Au début du siècle, l'activité des Marseillais était surtout centrée sur les savonneries, huileries ou l'activité portuaire. Les tuileries employaient une main-d'œuvre abondante, en particulier dans les quartiers Nord. C'est à cette époque que Penarroya (métaux non ferreux) choisit de s'implanter sur le site des Riaux. Viennent ensuite les cimenteries "La Coloniale", Kulhmann et Rousselot S.A. Ces entreprises ont énormément évolué depuis leur création. D'entreprises quasi-familiales, elles sont petit à petit devenues des éléments de groupes industriels de taille internationale. Il va sans dire que toutes leurs stratégies se sont modifiées en conséquence.

12L'impact de ces entreprises sur la vie du quartier aura été considérable. "La Coloniale", par exemple, aujourd'hui "Ciments Lafarge", a compté jusqu'à 800 salariés à la Libération. Cette entreprise, qui drainait une abondante main-d'œuvre bien au-delà du quartier, ne compte plus depuis deux ans qu'une cinquantaine d'employés, qui ne fabriquent d'ailleurs plus de ciment (carrières et aggrégats), ce même ciment qui a servi à la construction de tant de maisons de l'Estaque-Riaux. Il était gratuit ou presque pour les travailleurs de l'usine et leur famille et à des prix plus que compétitifs pour ceux qui avaient une relation dans l'usine.

13Autre exemple, Kulhmann (chimie lourde) devenue successivement Péchiney puis PUK et enfin Atochem. Cette entreprise faisait travailler près de 500 personnes dans les années cinquante. Il en reste aujourd'hui moins de 80 et la fermeture définitive du site est programmée pour dans deux ans.

14L'évolution est semblable pour les deux autres groupes industriels. A terme, fin des années 80, toutes ces usines seront définitivement fermées.

15L'importance de ce monde de travail a non seulement marqué les hommes dans leur trajectoire professionnelle mais aussi tous les aspects de la vie sociale.

UN QUARTIER OUVRIER D'IMMIGRATION

16Dans ce quartier, le mouvement d'immigration commence dès le début du siècle, s'accentue après la deuxième guerre mondiale et notamment entre les années 50 et 60 et va s'arrêter ou plutôt être stoppé en 1974 (mesures prises par le gouvernement de l'époque). Sont venus successivement des Italiens, des Espagnols et plus récemment des Algériens (surtout dans la période 1946/47 à 1951/52). Les zones d'immigration sont bien déterminées, pour les Italiens (Sicile, Sardaigne, Calabre), pour les Espagnols (Andalousie), pour les Algériens (Kabylie et limite des Aurès).

17Par ailleurs, bien que d'origine différente, cette immigration présente deux caractéristiques principales :

  • d'une part, c'est une immigration ouvrière et rurale, même les familles italiennes et espagnoles qui ont fui les régimes de Mussolini et de Franco étaient rarement des familles aisées.

  • d'autre part, c'est une immigration familiale. Les travailleurs isolés, les "célibataires" sont rares.

18Aussi s'était-il établi plusieurs "petits ponts d'immigration" reliant l'Estaque-Riaux à ces zones d'émigration dans lesquelles jouaient les réseaux de parenté et des liens de communauté villageoise. Le mécanisme était simple et efficace. Quelqu'un de la famille resté au pays, un ami, était informé qu'il y avait du travail à l'Estaque. Le candidat à l'émigration empruntait le plus souvent la somme nécessaire au voyage et au bout de deux ou trois jours de présence en France se voyait offrir un poste d'O.S. dans l'une des usines du quartier.

19S'en suivait une période intermédiaire où l'immigré essayait de réunir les conditions nécessaires pour faire venir toute la famille (en général, sa femme et un ou deux enfants, rarement plus). Parmi ces conditions, il faut noter la somme nécessaire au Voyage, un logement (deux pièces) et un petit pécule "au cas où". Pendant cette période intermédiaire, qui excède rarement cinq ans, les nouveaux O.S., venus de Kabylie, vont soit rentrer chaque année chez eux, certains se feront même remplacer par leur frère, soit rester et essayer d'économiser le plus possible d'argent pour réaliser leur projet d'émigration.

20En ce qui concerne le logement, deux possibilités se présentaient : pour les uns des logements de fortune : cave, garage, cabanon, "blockhaus" même, ou tout autre logement improvisé ; pour les autres, les logements ouvriers réalisés par l'employeur (les trois grands groupes industriels, Penarroya, Kulhmann et Lafarge). En effet, ces trois grands groupes avaient mis en place des politiques du "logement social" en quelque sorte. Pour Penarroya c'était sur le modèle de la cité ouvrière de la fin du siècle dernier avec coursives et jardinets à proximité. Lafarge construisait ou faisait construire des logements semi-individuels pour les OHQ, les cadres et les agents de maîtrise. Pour les autres travailleurs, Lafarge avait anticipé sur le phénomène du sponsoring en fournissant gratuitement sable, ciment et autres matériaux. Kulhmann mettait en place un dispositif intermédiaire, soit des mini-cités, soit des terrains avec des baraquements mis à disposition ou loués pour des sommes symboliques.

  • 3 Sources I.N.S.E.E.

21Au fil des ans, ce patrimoine est devenu considérable, aucune étude précise n'a été menée à ce sujet mais on peut estimer qu'il représentait entre le 1/4 et le 1/3 du patrimoine total de l'Estaque-Riaux. Dans ce patrimoine, les entreprises prenaient en charge les dépenses relatives au chauffage et à la consommation d'eau ainsi qu'à l'entretien des bâtiments. Au fur et à mesure que les immigrés italiens ou espagnols quittaient ces logements, pour des raisons de stratégies d'ascension sociale évidentes, ils étaient remplacés par les nouveaux immigrés : les Kabyles, notamment à partir des années 503.

  • 4 Ainsi les rites religieux ne posent pas problème parce que l'existence de petits jardins privatifs (...)

22Tout ce patrimoine, terrains et logements, a été vendu entre 1975 et 1980. Dans presque tous les cas, les locataires sont devenus propriétaires4. L'insertion sociale des immigrés se faisait progressivement par le travail et le logement.

23Pendant ce temps, les enfants de ces immigrés sont scolarisés, les résultats sont variables, et même si les cas d'études supérieures sont rares, ils existent tout de même.

24Les Comités d'entreprises prennent une part importante dans le processus d'insertion sociale (colonies de vacances, aide aux familles immigrées pour les problèmes administratifs). La présence massive des travailleurs sociaux était quelque chose d'inconnu à l'Estaque-Riaux, du moins jusqu'à une date récente, les Comités d'entreprises ayant assuré un important travail social.

25Cette "histoire" fait que les Kabyles de Riaux ne vont pas reconnaître les Kabyles du Petit-Séminaire ou de Frais-Vallon (XIIIe arrondissement) comme leurs semblables. Ils seront en quelque sorte des "autochtones" de l'Estaque. Le creuset social des grands ensembles ne repère pas et ne contrôle pas les individus de la même façon.

26Ainsi le quartier de l’Estaque-Riaux était-il, jusqu'à une période récente un espace industriel, un quartier ouvrier où les conditions et les modes de vie ouvriers surdéterminaient les différenciations ethniques et culturelles. L'espace-temps ouvrier "mélangeait", "colorait", "respectait" les différences. L’Estarque-Riaux était en quelque sorte une petite communauté de voisinage dans laquelle "vivre et travailler au pays" était une réalité, du moins le sera jusqu'au milieu des années 70. Les petits commerces se multipliaient (le petit "truc" qu'on va acheter au centre-ville, c'est un peu du luxe). Le dimanche est consacré au tiercé, à la pétanque, aux joutes et au football.

27Peu de regards se tournent vers l'extérieur, pourtant cette autonomie apparemment bien sympathique, masque le processus de marginalisation qui est en cours.

CRISE ECONOMIQUE ET MODIFICATION DE L'ESPACE SOCIAL DES IMMIGRES

28Avec la crise économique, les licenciements, les fermetures d'entreprises, la situation va changer dans le quartier de l'Estaque-Riaux, notamment sur le plan démographique, ainsi que la place des immigrés et leurs rapports au travail et aux institutions.

  • 5 Recensement de population 1982.

29Cette situation sur l'emploi local a entraîné l'exode d'une partie de la population ouvrière et surtout française, des effets sur les équipements (notamment petit commerce) et des changements des catégories sociales. Ainsi, entre 1975 et 1982, les recensements de population font apparaître une diminution de la population de l'ordre de 6,6 % et une augmentation relative de la population étrangère, sans changement notable de sa structure socio-professionnelle5.

CSP du XVI arrondissement (1982)

Répartition des ouvriers par qualification

30La crise économique et les changements sociaux qui se sont accentués à partir des années 80 vont transformer cette communauté, les processus d'insertion par le travail et le logement et faire apparaître des processus de marginalisation et de stigmatisation notamment pour les étrangers. Mais avec des différences très nettes selon les "générations" d'immigrés. En effet, si les immigrés italiens et espagnols qui amorçaient des trajectoires professionnelles ascendantes (de plus en plus qualifiées) ont pu se tourner, à temps, vers le port et la réparation navale, il n'en est pas de même pour les immigrés Kabyles (la crise de la Navale est déjà là) qui effectueront pour la plupart un travail d'O.S. toute leur vie.

  • 6 Les électeurs du XVIe arrondissement ont régulièrement envoyé depuis la Libération avec une majorit (...)

31Sur le plan résidentiel, on assiste à une sur-occupation des logements, une baisse de leur entretien et la précarisation à brève échéance. La politique de la ville, en matière de logements sociaux, a valorisé les opérations type Z.U.P. n° 1, centre ville, Corniche ou Bonneveine, laissant de côté ces quartiers économiquement peu rentables, aux populations peu solvables et par ailleurs politiquement "trop rouges"6.

LA CRISE ET LA REDUCTION DES "ESPACES D'INSERTION"

32Ainsi, une des conséquences de la crise économique est une rigidification de la "société d'accueil". L'expansion économique offrait un éventail de possibilités d'insertion économique et sociale très large, presque illimité. La crise a brutalement réduit cet éventail. De surcroît, dans un laps de temps très court, on est passé de logiques locales à des logiques régionales, nationales voire internationales. La lisibilité, la transparence, la compréhension du fonctionnement de la société d'accueil deviennent de plus en plus complexes pour les habitants et notamment les immigrés. Cette rigidification relative et cette complexité ont pour conséquence la réduction importante des espaces de négociations entre les sujets culturellement différents et entre ceux-ci et les institutions. Nous voudrions, à cet égard, illustrer cette hypothèse par deux trajectoires: les trajectoires résidentielles/patrimoine et les trajectoires professionnelles/qualification.

  • 7 C'était en France l'époque du "grand boom" des résidences secondaires avant la crise économique !

33Pour la première génération d'immigrés, nous avons évoqué le processus d'accession au logement. Il faut toutefois ajouter que ces Kabyles des années 50 et 60 investissaient une partie de leurs économies à restaurer ou construire une maison en Kabylie7. Le coût était moindre et le bénéfice énorme : retour symbolique, signe de richesse, de réussite, attachement manifeste au pays : rachat symbolique de la "perte d'honneur" due à l'émigration.

34Pour la deuxième et troisième génération, le processus d'accès au logement devient problématique, même pour ceux qui ont pu trouver un emploi dans les usines "paternelles". La règle a changé à partir de 1965, la rareté de la main-d'œuvre n'est plus un problème, les responsables d'entreprises n'ont plus de nécessité de développer leur patrimoine pour capter cette main-d'œuvre, ils se contentent de gérer celui qu'ils ont constitué. Les maisons à louer ou à vendre deviennent plus rares. Cette situation d'une part, va prolonger la période de cohabitation avec les parents entraînant des conséquences sur les stratégies individuelles des enfants. Et d'autre part, met en situation de concurrence au niveau même du quartier cette deuxième génération de Kabyles avec la troisième et quatrième génération d'immigrés italiens ou espagnols qui se présentent alors comme autochtones.

35Ceux qui ne trouvent pas la solution à ce stade, se voient contraints d'investir soit l'habitat précaire dans d'autres quartiers, soit de frapper à la porte du logement social.

  • 8 C'est ce que montre également Sayad (Abdelmalek), "Les Trois Ages de l'immigration", in Actes de la (...)

36Il en va de même pour les trajectoires professionnelles. La première génération d'immigrés Kabyles va fournir un travail d'O.S. posté jusqu'à la retraite. Peu d'individus ont échappé à ce processus8. Les postes de travail qualifiés ou de responsabilité qui s'offraient à eux étaient rares ou inexistants. En effet, les usines de L’Estarque-Riaux "jouaient" la promotion interne pour les immigrés italiens ou espagnols, mais les postes disponibles ont très vite été saturés, et ce d'autant plus que l'activité de production de ces usines s'est très peu diversifiée. Certains immigrés Kabyles ont pu exercer épisodiquement une activité commerçante, remplaçant ainsi les commerçants du quartier, qui à partir de 1970, les uns après les autres fermaient boutique. Mais toutes ces tentatives dans le quartier ont échoué. La deuxième génération d'immigrés va connaître des fortunes diverses en matière d'insertion professionnelle. Cette génération relativement homogène dans son statut d'immigré, va être scindée en deux catégories très distinctes par rapport au statut de travailleur :

  • la première catégorie accède majoritairement à l'emploi, soit en acceptant un travail d'O.S. dans les usines "paternelles" malgré une qualification supérieure, soit en faisant valoir cette meilleure qualification pour obtenir un emploi qualifié mais dans d'autres secteurs économiques et par conséquent d'autres quartiers. Ce processus a touché tous ceux qui arrivaient sur le marché du travail avant la période 74-75. Les filières d'accès à l'emploi passaient tantôt par les relations personnelles privilégiées (chefs d'équipe, contremaîtres...), tantôt par les rapports de forces syndicaux (Comités d'entreprises...) ou par le biais du club de football portant les couleurs de l'usine.

  • la deuxième catégorie va devoir passer par les agences d'intérim pour pouvoir travailler, y compris dans les usines du quartier. Les dispositifs successifs (stages qualifiants, d'insertion, etc.) n'ont permis comme pour les jeunes Français que de "gagner" du temps et reporter, sans cesse plus loin la date d'entrée effective en activité.

37Cette mutation profonde des filières et des possibilités d'accès à l'emploi, va entraîner des transformations importantes dans le repérage social de cette catégorie de population. Les jeunes immigrés de la deuxième et la troisième génération vont être de plus en plus désignés comme immigrés (Maghrébins) et de moins en moins comme travailleurs.

38Comme leur situation objective face à l'emploi va les inciter à développer (à bricoler) sans cesse des dispositifs de survie, cette stigmatisation va se trouver être apparemment légitimée. Au centre de ces dispositifs nous trouverons, très souvent, un "accrochage" au groupe familial qui garantit en soi, les conditions minimales de survie.

EN GUISE DE CONCLUSION : VRAIE OU FAUSSE INTEGRATION ?

  • 9 P. Bourdieu, Esquisse d'une théorie de la pratique, Genève, Droz, 1962.

39Le débat sur la nécessité ou la réalité d'intégration des immigrés a souvent lieu en occultant, de fait, les pratiques des principaux intéressés."Les pratiques sociales observées sont le résultat de stratégie conscientes ou inconscientes, visant à satisfaire les intérêts matériels et symboliques"9.

40Si l'on observe d'un peu plus près l'exemple de L’Estarque-Riaux, on constate que rares sont les immigrés, qui ayant atteint l'âge de retraite et donc la possibilité matérielle de retourner au pays d'origine, ont effectué ce retour. Par contre, les périodes de séjour en Kabylie se sont sensiblement allongées. Pour la deuxième et troisième génération, l'idée du retour ne se pose même plus dans les mêmes termes.

41Quant à la pratique religieuse, si elle connaît un regain d'intérêt chez les retraités immigrés de la première génération (ce qui peut être interprété comme une autre façon de se relier symboliquement au pays d'origine), elle ne mobilise plus les jeunes à l'exception de quelques "militants" pour qui l'Islam reste le symbole majeur d'une spécificité.

42En outre, ces pratiques religieuses s'exercent à domicile et dans un petit garage aménagé en mosquée, lieu ignoré, d'ailleurs, de la majorité des Estaquiens. On peut avancer, à partir de l'exemple développé ici, qu'il n'y a pas d'hésitation entre deux cultures : les immigrés sont conjointement porteurs des deux. La culture, c'est des pratiques sociales concrètes ; les idées d'intégration ne retiennent souvent pas la matérialité des pratiques qui dans les actes de tous les jours permettent la participation à une société.

43Les raisons culturelles importent mais ne sont pas déterminantes dans un processus d'insertion sociale (cf. les Arméniens).

44La récession économique, dans ce quartier particulier, a réduit considérablement l'éventail des possibilités d'insertion sociale, notamment par le travail. Cela a conduit les jeunes de la deuxième et troisième génération à prolonger la période de cohabitation avec le "groupe familial" et à développer, à bricoler des dispositifs de survie, déjà sous-jacents dans les pratiques de la première génération. La part de la solidarité traditionnelle et la part de la solidarité sociale deviennent indiscernables ; une conséquence est, en tout cas, prévisible : la précarisation d'éléments de plus en plus nombreux de ces catégories entraînera à moyen terme la précarisation du groupe entier et sa stigmatisation.

45L'intégration n'est pas le problème de l'immigré mais celui de la société française. Le problème de l'immigré, c'est de vivre et ce n'est pas la perception d'autrui qui va régler toute sa vie.

46Si on établit un parallèle avec la situation dans le logement social, on constate que les problèmes culturels se font jour quand l'Institution, la Société ne garantit plus les conditions de la cohabitation.

Notes

1 In Race et Histoire : "Le racisme devant la Science", UNESCO, 1950.

2 In colloque du CIDROM "Le seuil de tolérance aux étrangers", Sociologie du Sud-Est, juillet/octobre 1975.

3 Sources I.N.S.E.E.

4 Ainsi les rites religieux ne posent pas problème parce que l'existence de petits jardins privatifs dans ce genre d'habitat permet l'intimité (cf. le sacrifice du mouton reste relativement invisible et privé contrairement à ce qui se passe dans les cités HLM).

5 Recensement de population 1982.

6 Les électeurs du XVIe arrondissement ont régulièrement envoyé depuis la Libération avec une majorité confortable. Le député François Billoux, membre du Bureau Politique du P.C.F., obtenant jusque dans les années 1970, les scores supérieurs à 80 % dans le quartier des Riaux et 70 % à l'Estaque. Cette présence massive de communistes a non seulement marqué le mouvement syndical et les CE. locaux, ce qui peut paraître logique, mais aussi tous les autres secteurs de l'activité publique, les C.I.Q., les A.I.L., les clubs sportifs et même les amicales boulistes. Présents à l'école, à l'usine et dans tous les secteurs de la vie de quartier, les militants communistes organisaient aussi, chaque année jusqu'en 1974 une grande fête populaire : la "Fête de la Galline" dans les collines de la Nerthe. Cette forte prégnance du P.C.F. et de son idéologie internationaliste a permis que la période de la guerre d'Algérie soit vécue, dans ce quartier, sans conflits trop grands et irréparables.

7 C'était en France l'époque du "grand boom" des résidences secondaires avant la crise économique !

8 C'est ce que montre également Sayad (Abdelmalek), "Les Trois Ages de l'immigration", in Actes de la Recherche en Sciences Sociales, n° 15, 1977.

9 P. Bourdieu, Esquisse d'une théorie de la pratique, Genève, Droz, 1962.

Table des illustrations

Légende Population du XVIe arrondissement
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1282/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Evolution de la population étrangère de Marseille entre 1962 et 1982
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1282/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende CSP du XVI arrondissement (1982)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1282/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Répartition des ouvriers par qualification
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1282/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 109k

Auteur

Ethnologue. Développement social et Communication Paris-Marseille

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540