Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des migrants et des villes

 | 
Mireille Meyer

Puisqu'il faut une introduction...

Mireille Meyer

Texte intégral

1Les villes ont toujours assuré une partie de leur accroissement démographique et de leur développement économique par un apport de population extérieure. Pour-voyeuses de travail, offrant, parfois, un statut juridique moins contraignant et, toujours, un espace de liberté et d'anonymat hors des pressions de la communauté villageoise, lieu d'expression d'un mode de vie en apparence plus facile avec une mise en scène de leurs richesses à travers des monuments et des palais, elles n'ont aucune peine à être attractives.

  • 1 4 volumes parus. Paris, Le Seuil, 1980.1983.
  • 2 D'après le titre de l'ouvrage d'Abel Poitrineau : Remues d'Homme, les migrations montagnardes en Fr (...)
  • 3 Expression empruntée à Eugen Weber in : La Fin des Terroirs, Paris, Fayard, 1983 pour l'édition fra (...)
  • 4 La Lorraine en est un bon exemple. Lire sur ce sujet, Longwy : émigrés et prolétaires (1880-1980).G (...)

2"Tentaculaires, les villes captent les biens qui font son opulence et les hommes que cette opulence attirent" : c'est ainsi que G. Duby parle de la ville antique (déjà) dans son introduction à l'Histoire de la France Urbaine1. En Europe, après la période du Haut Moyen-Age, qui les voit littéralement se rétracter, c'est en attirant les populations des campagnes voisines que les villes peuvent à nouveau s'étendre et profiter d'une conjoncture favorable. Lieux de prédilection de fléaux comme la peste ou le choléra (plus récemment : la tuberculose), les villes ont toujours su après chaque épidémie dévastatrice, se reconstituer, combler les vides démographiques en aspirant les populations rurales proches ou lointaines ou en favorisant l'installation d'étrangers (ce qui fit Marseille avec les Gavots et les Génois au lendemain de la peste de 1720, par ex.). C'est encore les "remues d'hommes"2 qui viendront grossir les "classes dangereuses" et paieront le prix fort de la Révolution Industrielle. Ces migrations, "cette industrie des pauvres"3 d'abord internes puis transnationales, permettront le décollement économique de certaines villes tout au long du xixe siècle et le début du xxe4. Elles favoriseront la naissance de nouveaux centres urbains à partir de quelques habitations groupées autour de ces nouvelles architectures que sont les bâtiments industriels, modifiant ainsi durablement non seulement la structure des cités qui les accueillent mais l'ensemble du paysage urbain en contribuant à bouleverser la hiérarchie des villes élaborée aux siècles précédents.

3Ce survol rapide vaut principalement pour l'Europe. Mais la mainmise progressive par les États européens, et cela dès le xvie siècle sur une partie des terres nouvellement découvertes, les politiques de conquêtes coloniales, le délestage démographique, en direction des pays neufs, d'une Europe trop peuplée, instable politiquement et religieusement et encore sans auto-suffisance alimentaire, donnent à l'interdépendance villes/migrations non seulement une épaisseur historique mais aussi valeur universelle. Et cela d'autant plus que les cadres traditionnels des sociétés conquises allaient être bouleversés sinon détruits. Ce qui provoquera un important exode rural venant renforcer dans les villes naissantes ou plus anciennes, le flux des mouvements allogènes.

  • 5 Voir le numéro 31 de la revue Hérodote : l'Implosion Urbaine ?, 1983.

4Tous ces mouvements vont être amplifiés au xxe siècle par la conjonction de la déstabilisation des sociétés traditionnelles, de l'accentuation des déséquilibres économiques entre certains pays occidentaux et surtout entre le Nord et le Sud, de la violence des conflits mondiaux qui allaient provoquer de grands brassages de populations. Ainsi vont s'installer dans les villes, tout au long du siècle, de nouvelles vagues migratoires particulièrement massives entraînant un développement urbain sans précédent et la naissance de véritables mégapoles telle New-York. Si, depuis une dizaine d'années, le mouvement de gonflement des grandes villes par apport de populations extérieures a tendance à se réduire et même, dans certains cas, à s'inverser, dans les pays occidentaux, il n'en est rien dans les pays en voie de développement. Pour certains, on peut parler de risque non plus seulement d'explosion urbaine mais d'implosion5 devant le rétrécissement de l'espace disponible à l'intérieur des villes et l'augmentation de la population urbaine due certes à une démographie non maîtrisée mais aussi à l'afflux de population venue des campagnes et même de villes plus petites. La ville du Caire est à cet égard exemplaire.

  • 6 Pour en savoir plus : Y. Graffmeyer et I. Joseph, l'Ecole de Chicago. Naissance de l'écologie urbai (...)
  • 7 Pour une histoire de l'anthropologie urbaine, lire Explorer la ville. Ulf Hannerz, Paris, Editions (...)
  • 8 W.I. Thomas et F. Znaniecki, The Polish Peasant in Europe and America : monograph of an immigrant g (...)
  • 9 Il fut souvent reproché à l'École d'Écologie urbaine de Chicago d'avoir lié délinquance et migratio (...)

5Ainsi, spontanés ou organisés, massifs ou individuels, ayant pour origine la misère, les aléas de l'Histoire ou simplement le goût de l'aventure, les mouvements migratoires sont partie prenante essentielle de l'histoire des villes, de leurs transformations, de leur devenir. Les migrations sont constitutives du fait urbain, de l'ampleur et de la prégnance qu'il a pris dans nos sociétés complexes. Ce n'est donc pas par hasard que l'ouvrage posant les bases méthodologiques de ce qui deviendra l'École de Chicago6, berceau de l'anthropologie urbaine7, soit une étude, parue en 1918, sur le comportement des paysans polonais nouvellement installés dans cette ville8. Étape sur la route de l'Ouest, la croissance de Chicago fut spectaculaire. Elle est passée d'un million d'habitants en 1880 à plus de trois millions entre les deux guerres principalement par un apport de populations d'origine européenne. Rien d'étonnant donc à ce que son Université devint un lieu d'observations et d'analyses sur la ville (société hétérogène avec son mode de vie fait de segmentarité, de distance sociale, de multiplicité des rôles), l'urbanisme (et sa traduction dans un espace que se partagent des groupes en évolution permanente par accroissement ou re-composition) et la pathologie urbaine souvent consécutive à la rupture et à la perte de repères que connaissent les migrants dans cette société et cet espace9.

6Dans le cadre de son programme de recherche sur les Migrations Internationales, l'I.R.E.M.A.M. se devait donc de prévoir un volet sur les interactions villes/mouvements migratoires. Ce fut en particulier le thème d'un séminaire organisé par l'Institut. L'opportunité de pouvoir proposer des interventions homogènes quant à l'espace étudié ainsi que le souci de mieux appréhender une certaine actualité régionale nous a conduit à centrer ce séminaire sur Marseille et sa région, enrichissant les analyses proposées de quelques exemples pris dans d'autres régions ou pays. Nous avons tenu à privilégier les études de terrain et la réflexion sur la place des migrants dans l'articulation entre la communauté urbaine et la politique au sens de gestion de la cité.

7Vous avez les résultat de ce travail (réactualisé en partie) et de cette réflexion entre les mains.

Notes

1 4 volumes parus. Paris, Le Seuil, 1980.1983.

2 D'après le titre de l'ouvrage d'Abel Poitrineau : Remues d'Homme, les migrations montagnardes en France au xviie et xviiie siècles, Paris, Aubier-Flammarion, 1983.

3 Expression empruntée à Eugen Weber in : La Fin des Terroirs, Paris, Fayard, 1983 pour l'édition française.

4 La Lorraine en est un bon exemple. Lire sur ce sujet, Longwy : émigrés et prolétaires (1880-1980).Gérard Noirci, Paris, P.U.F., 1984.

5 Voir le numéro 31 de la revue Hérodote : l'Implosion Urbaine ?, 1983.

6 Pour en savoir plus : Y. Graffmeyer et I. Joseph, l'Ecole de Chicago. Naissance de l'écologie urbaine, Paris, Champ Urbain, 1979.

7 Pour une histoire de l'anthropologie urbaine, lire Explorer la ville. Ulf Hannerz, Paris, Editions de Minuit, 1980.

8 W.I. Thomas et F. Znaniecki, The Polish Peasant in Europe and America : monograph of an immigrant group. Londres, Free Press of Glencoe.

9 Il fut souvent reproché à l'École d'Écologie urbaine de Chicago d'avoir lié délinquance et migrations en comparant la ville à un corps plus ou moins malade. A la suite de quoi, lui fut souvent attribuée la paternité de la notion de seuil de tolérance.

Auteur

I.R.E.M.A.M. C.N.R.S.-Aix-en-Provence

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540