Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

Deuxième partie. Le Maghreb indépendant

VIII. La politique étrangère des états Maghrébins1

Werner K. Ruf

Texte intégral

  • 1 Cet article est une mise à jour d’un article initialement paru dans la Revue Maghreb-Machreq, n° 5 (...)
  • * Faculté de Droit, CRESM, Aix-en-Provence.

1Note portant sur l’auteur*

2Si l’on veut essayer de brosser dans ses grandes lignes un tableau de la politique étrangère des pays maghrébins, il paraît utile d’en saisir le développement historique depuis l’accession des trois pays à leur indépendance. On peut, en effet, émettre l’hypothèse selon laquelle les objectifs jugés essentiels par les gouvernants des trois pays ont pu soit changer au cours des années, soit rester les mêmes; dans ce dernier cas, différentes stratégies ont été utilisées pour atteindre ces objectifs.

  • 2 S’il est question ici d’élite, il n’est pas fait référence à un concept précis de la notion d’élit (...)

3Il est très difficile de comprendre la politique étrangère d’une élite dirigeante, quelle qu’elle soit, sans tenir compte des intérêts perçus par cette élite. Le changement qui est intervenu lors du passage de la Libye du régime monarchique au régime républicain illustre très clairement cette nécessité d’analyser la politique étrangère d’un pays en fonction non seulement de la conjoncture internationale ou d’un soi-disant intérêt national invariable, mais surtout des intérêts reconnus comme primordiaux par l’élite en place. Pour les trois pays qui seront au centre des réflexions qui vont suivre, c’est-à-dire le Maroc, l’Algérie et la Tunisie, nous avons constaté que depuis leur indépendance, il n’y a pas eu un changement notable en politique intérieure qui se serait manifesté par la relève de l’élite dirigeante en place2. Le Maroc est resté monarchique, la Tunisie « bourguibiste » et en Algérie, le 19 juin 1965 n’a nullement mis en cause l’orientation générale de la politique intérieure et extérieure du pays — c’est d’ailleurs pour cela qu’on ne parle pas, en Algérie, de « changement » mais bien de « réajustement révolutionnaire » lorsque le discours officiel fait référence au 19 juin.

  • 3 Voir pour le Maroc : I. William Zartmann : « Destiny of a dynasty : the search for institutions in (...)
  • 4 « La formation des élites politiques maghrébines », Paris, Librairie générale de Droit et de Juris (...)

4Si l’on définit une politique étrangère comme la perception d’intérêts nationaux par ceux qui gouvernent et non comme un concept quasiment ontologique et abstraitement prédéfini, il faut l’analyser en fonction du rôle que joue l’élite dirigeante à l’intérieur de chaque pays et de la façon dont elle organise la société et son pouvoir. Grâce à la littérature existante3 et aux récents travaux du Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes (C.R.E.S.M.) concernant les élites maghrébines4, il est assez facile de faire rapidement le point sur cette question.

ÉLITES ET POLITIQUE ÉTRANGÈRE

Au Maroc

  • 5 Berrady, Regnier, Santucci in « La formation des élites politiques maghrébines », op. cit. ; ainsi (...)

5L’évolution intérieure du Maroc et la sélection des personnes qui gravitent autour du pouvoir semblent s’être orientées — tout au moins depuis l’avènement du roi Hassan II — davantage vers des personnes choisies essentiellement par le Palais5. Ceci a eu pour conséquence l’affaiblissement considérable des forces politiques en présence, notamment des partis dont l’un, l’Union nationale des forces populaires (U.N.F.P.), est devenu quasiment inexistant à la suite des coups successifs que le pouvoir lui a portés; quant au parti de l’Istiqlal, il est dans l’opposition depuis des années et son emprise sur la gestion des affaires du pays faiblit de jour en jour. A l’intérieur de l’Union marocaine du travail (U.M.T.), les conflits entre la base et le sommet qui semble vouloir ménager le Palais, vont croissants. Il en résulte que l’exécutif au Maroc dépend en grande partie de la loyauté de quelques personnes, de certaines familles et de l’armée. Les deux dernières tentatives de coup d’Etat ont révélé que l’armée n’était plus un élément inconditionnellement fidèle à la monarchie; elles ont aussi contribué à mettre à jour le malaise politique et le degré de corruption qui s’est installé dans le royaume. Tout cela semble constituer un cercle vicieux; le Palais a plus que jamais besoin de personnes qui l’aident à tenir en échec les forces politiques qui subsistent et surtout une jeunesse de plus en plus mécontente et en quête d’emplois. Vu l’instabilité du régime, ces personnes ou ces familles qui s’identifient encore au pouvoir valent de plus en plus cher; une lutte systématique et radicale contre la corruption paraît donc bien difficile, même si l’exécutif était décidé à changer radicalement de cap. Pour maintenir le pays dans cet état d’équilibre précaire, le Palais et ceux qui le soutiennent doivent nécessairement rechercher des atouts à l’étranger. On devra donc, dans l’analyse qui va suivre, mettre l’accent sur l’orientation économique donnée au Maroc par l’élite dirigeante et les liaisons de ce pays avec l’étranger dans ce que l’on appelle la politique de développement.

En Algérie

  • 6 Hubert Michel : in « La formation des élites politiques maghrébines », op. cit., ainsi que l’artic (...)

6Une des conséquences de la colonisation en Algérie fut que — à la différence des deux pays voisins — l’équipe qui accéda au gouvernement au moment de l’indépendance était issue du F.L.N. et non d’un milieu exclusivement bourgeois. Si les intellectuels occupaient encore une large place dans le gouvernement Ben Bella, leur influence semble s’être réduite dans les gouvernements Boumediène, surtout au sein du Conseil National de la Révolution6. Les effets de ces changements, qui peuvent paraître mineurs, semblent toutefois plus sensibles en politique étrangère qu’en politique intérieure. Cela s’est traduit par un engagement plus marqué de l’Algérie envers le Tiers-monde avec Ben Bella, alors que — avec Boumediène — les orientations algériennes se sont faites plus « réalistes ».

7Mais en Algérie, l’interdépendance des problèmes de politique étrangère et intérieure est fonction des besoins énormes du pays en cadres — surtout au niveau le plus élevé : c’est ce qui explique l’influence prépondérante des jeunes technocrates.

En Tunisie

  • 7 Dubray, Camau, Sraieb : in « La formation des élites politiques maghrébines », op. cit., ainsi que (...)

8La Tunisie, dans un certain sens, témoigne d’un maximum de stabilité en ce qui concerne l’élite dirigeante7. Cependant la sélection de cette élite se fait essentiellement à partir de quelques régions du pays (Tunis-Ville, le Sahel, Sfax et l’île de Djerba). Là aussi, le statut socio-économique des dirigeant peut expliquer l’évolution intérieure du pays qui, à son tour, influe sur les options de politique étrangère.

DÉCOLONISATION

Situation de dépendance économique et culturelle en Tunisie et au Maroc

9Au moment de l’indépendance, les trois pays se trouvaient dans des situations peu comparables : la Tunisie et le Maroc accédaient pour leur part, en mars 1956, à une indépendance juridiquement définie comme « une indépendance dans l’interdépendance avec la France ». Dans les faits, cette formule impliquait que les pays ne recouvraient leur autonomie extérieure que sur un plan purement formel : militairement et économiquement, la France restait présente; surtout les modalités de la présence économique étaient héritées de formules élaborées au temps de la colonisation.

10Il s’agissait pour les deux pays de développer une politique étrangère visant principalement au dépassement de cette autonomie fraîchement acquise : les attributs réels de l’indépendance restaient donc à être matérialisés, sinon conquis par des luttes ultérieures avec le colonisateur. Il faut ajouter à cela, qu’en raison du soutien des deux pays à la révolution algérienne, les voix ne manquaient pas en France pour demander la reconquête ou la réoccupation pure et simple des deux pays maghrébins, afin de mater ce que l’on appelait la rébellion algérienne et de la priver ainsi de ses bases et refuges en Tunisie et au Maroc.

  • 8 Werner K. Ruf : « Der Burguibismus und die Aussenpolitik des unabhängigen Tunesien », Bertelsmann (...)

11Vu l’état précaire dans lequel ils se trouvaient, le Maroc et la Tunisie devaient d’abord sauvegarder cette indépendance fragile et nouvellement acquise. En conséquence, même si les gouvernants de l’époque l’avaient voulu, ils auraient certainement très difficilement pu attaquer de front les bases de la dépendance économique persistante : cela aurait constitué un défi trop osé envers l’ancien colonisateur. C’est pourquoi les deux pays s’efforcèrent d’assurer leur indépendance par une conduite classique en politique étrangère, ouvrant des ambassades dans des pays amis et déployant une activité considérable dans les organisations internationales, notamment celle des Nations Unies. Ajoutons qu’en 1956, le grand moment de l’indépendance des colonies n’étant pas encore venu, tant du côté du colonisateur que de celui des quelques Etats nouvellement indépendants, il fallait trouver les formules de la coexistence, coexistence qui se comprenait, à l’époque, essentiellement sur le plan de la diplomatie. Il est vrai aussi qu’en raison de leur origine socio-économique, les élites tunisiennes et marocaines de l’époque percevaient moins bien le problème de la dépendance — ou de l’autonomie restreinte — au niveau de la théorie économique. Formés aux écoles du colonisateur, imprégnés de ses valeurs spirituelles, ils situaient la politique loin de l’économie8.

La stratégie bourguibiste

  • 9 Charles Debbasch : « La république tunisienne», Paris, Librairie générale de Droit et de Jurisprud (...)
  • 10 Werner K. Ruf, op. cit.
  • 11 Discours du président Bourguiba, du 2 mars 1959, publication du secrétariat d’Etat à l’information (...)

12L’indépendance des deux pays étant formellement acquise, la décolonisation restait largement à faire. C’est dans ces conditions que la Tunisie pouvait continuer à appliquer sa stratégie de décolonisation progressive, généralement connue sous l’étiquette de « bourguibisme ». Cette stratégie a été généralement comprise comme une politique de petites étapes9, hostile à l’emploi de la violence ouverte. Ceci nous semble trop simplifié dans la mesure où à l’intérieur de la stratégie bourguibiste, l’emploi de la violence constitue un élément essentiel. Ce qui est vrai, c’est que le bourguibisme utilise — à des fins tactiques — un discours moralisant. Par conséquent, il se déclare, par principe, hostile à l’emploi de la violence. Ce discours moralisant est emprunté au vocabulaire et à l’idéologie bourgeoise du xixe siècle10. En élaborant cette conception tactique qu’est le bourguibisme, le président Bourguiba et son équipe, partant du fait que la Tunisie était un pays économiquement et militairement faible, devaient essayer de combattre le colonisateur sur un autre plan. Ce plan était fourni par son idéologie même, c’est-à-dire par les valeurs humanitaires et démocratiques. En mettant le colonisateur continuellement face à la réalité coloniale, on lui démontrait, ainsi qu’à l’opinion publique et mondiale, la contradiction qui existait entre l’idéologie professée et la réalité appliquée. C’est dans cette stratégie qu’entrait le concept de violence : pour prouver la brutalité de la colonisation ou de l’impérialisme, le bourguibisme prévoyait de provoquer des conflits armés et sanglants pour mettre en accusation le système de colonisation. C’est justement ce qui s’est passé en janvier 1952 et en juillet 1961, lors de la crise de Bizerte. Bourguiba lui-même décrivait cette stratégie de la façon suivante : « Le départ de la France par la force étant exclu, nous nous efforcerons d’amener la France à se retirer par un acte de sa volonté. Elle n’acceptera naturellement pas de partir d’un seul coup. Il faut l’y pousser progressivement; elle se laissera pousser dans la mesure où elle se persuadera que le pas à franchir constitue pour elle le moindre mal. Il s’agit de faire pression sur elle, en même temps que nous nous efforçons de minimiser la concession que nous lui demandons, pour qu’elle ne s’effraie pas. Il importe qu’elle soit convaincue qu’en acceptant le pas à franchir, elle ne va pas tout perdre, mais gagner au change. Il ne s’agit pas là de machiavélisme, c’est affaire de psychologie »11.

13En résumé, la définition est la suivante : le bourguibisme est une politique qui vise à compléter successivement les attributs de souveraineté de la Tunisie, en employant une pression calculée et bien dosée, tout en utilisant une argumentation qui est l’idéologie du colonisateur. L’emploi de la force est un élément de cette tactique, pour placer le colonisateur dans une situation embarrassante vis-à-vis de lui-même. Pour être dans la logique de l’idéologie du colonisateur, cette politique ne peut être une politique du tout ou rien, elle doit être nécessairement une politique de « compromis raisonnable ». Cependant, pour réussir, elle a besoin d’exploiter les qualités du partenaire colonisateur : celui-ci doit être sensible à cette argumentation moralisante; en outre, le contentieux doit être suffisamment exploitable sur le plan politique. Le bourguibisme n’est donc applicable que dans une constellation historique très précise : dans une relation bilatérale entre un pays colonisé à ressources faibles et son colonisateur dont une certaine partie de la population au moins est sensible à l’argumentation moralisante du colonisé.

14En utilisant cette stratégie jusqu’à la crise de Bizerte, et la nationalisation des terres étrangères en 1964, l’équipe dirigeante tunisienne a réussi à reconquérir un nombre considérable d’attributs de souveraineté. Pour le bourguibisme lui-même se pose, depuis lors, le problème de savoir quels pourraient être les secteurs de ses relations avec la France ou avec l’étranger qui pourraient être utilisés, pour une application de la stratégie bourguibiste : la France n’étant plus tellement perçue comme colonisateur, il est difficile de la mettre encore sous la pression de cette politique moralisante.

L’option du Maroc

  • 12 Voir Jean-Jacques Regnier et Jean-Claude Santucci : « Armée, pouvoir et légitimité au Maroc » : in (...)

15Le Maroc, pour sa part, était au moment de l’indépendance confronté aux mêmes problèmes que la Tunisie : cependant l’équipe dirigeante a beaucoup moins mis l’accent sur une décolonisation de fait qui aurait impliqué le désengagement des Français (et des autres étrangers minoritaires) de la vie économique du pays (notamment : usines, banques, commerce, professions libérales et secteur agricole). Alors que la participation des partis politiques au gouvernement, pendant les premières années de l’indépendance, rendait possible certaines initiatives de décolonisation économique, la mise en veilleuse du parlementarisme et la concentration entre les mains du Roi des pouvoirs de décision, conduisirent progressivement à un état de fait dans lequel la présence économique étrangère devenait la base du pouvoir de la classe dirigeante marocaine. Seule l’armée a été soumise à une politique de marocanisation dès sa création, marocanisation qui s’est réalisée au niveau du personnel mais qui, néanmoins, a subi des influences étrangères en ce qui concerne la formation du corps des officiers12. On peut donc dire que l’indépendance au Maroc est certainement acquise sur le plan politique. Sur le plan économique, elle est nettement plus ambivalente que celle, par exemple, de la Tunisie (du moins jusqu’au moment de l’éviction de Ben Salah).

La conception algérienne de l’indépendance

  • 13 Werner K. Ruf, op. cit, pp. 152 à 160.

16L’Algérie a obtenu son indépendance six ans après les autres pays maghrébins et elle a du la conquérir par une guerre très coûteuse. Du fait que les leaders du F.L.N. n’étaient pas originaires des mêmes couches sociales que les leaders du Néo-Destour ou de l’Istiqlal, et parce que la présence économique de la France était beaucoup plus forte, les leaders algériens liaient davantage leur indépendance à la situation économique de leur pays. Aussi les pourparlers de Lugrin ont finalement échoué presque exclusivement à cause du futur statut du Sahara13. La lutte algérienne pour l’indépendance ayant été beaucoup plus farouche que celle de la Tunisie et du Maroc, les accords d’Evian marquèrent le désir du F.L.N. de parvenir à une indépendance plus réelle, fondée à la fois sur l’acquisition d’attributs politiques et de bases économiques, seules garanties pour le peuple de « disposer de lui-même ». D’ailleurs les accords d’Evian ont été mis en cause rapidement par le premier gouvernement Ben Bella, qui tout en considérant ces accords comme un cadre, a demandé leur réajustement dans l’intérêt du peuple algérien.

17Alors que les accords d’Evian constituèrent une base réelle pour l’indépendance de l’Algérie, le Maroc et la Tunisie devaient continuer leur décolonisation de fait au-delà de la reconnaissance de leur indépendance politique. Ces éléments historiques et ces remarques très générales sur la genèse des trois politiques étrangères nous semblent très importants, pour mieux situer dans le détail les actions concrètes des trois Etats sur la scène internationale.

ATTITUDE VIS-A-VIS DU TIERS-MONDE

L’évolution de la position algérienne

  • 14 Voir les accusations du président Bourguiba envers l’Algérie lors du complot découvert en Tunisie (...)

18L’Algérie a fait son entrée sur la scène internationale par une démonstration assez retentissante de soutien à l’idée du Tiers-monde. Après sa visite aux Etats-Unis, le président Ahmed Ben Bella se rendit directement à La Havane pour saluer Fidel Castro, geste peu apprécié par les Américains. L’Algérie affirmait qu’elle avait pour vocation de soutenir les mouvements de libération qui, à travers le monde, combattaient le colonialisme : elle s’était rendue compte — de par son expérience de guerre de libération et parce qu’elle n’en avait que peu bénéficié — de l’importance d’une solidarité des peuples du Tiers monde ; cette solidarité lui semblait seule en mesure de faire face à l’emprise des grandes puissances dont l’omniprésence faisait peser sur les nouveaux Etats le danger du néocolonialisme et de l’impérialisme. Durant les trois premières années de l’indépendance algérienne — c’est-à-dire pendant le gouvernement Ben Bella — cette activité fut jugée avec une grande réserve par les deux autres gouvernements maghrébins : ils estimaient qu’elle constituait une immixtion dans leurs affaires intérieures14. L’apogée de cette politique fut la grande conférence afro-asiatique préparée à Alger et finalement ajournée sine die à la suite du coup d’Etat du 19 juin 1965.

  • 15 Voir pour les détails, les chroniques diplomatiques de Maurice Flory et de Bruno Etienne, ainsi qu (...)

19Si l’on en croit les apparences, telles qu’elles se traduisent par une évaluation quantitative des échanges diplomatiques à l’avènement du gouvernement Boumediène, cette activité se serait beaucoup ralentie15. Mais le phénomène est peut-être dû au développement de la conjoncture internationale et à un certain changement dans la perception des intérêts de la part des pays du Tiers monde en général, comme de l’Algérie en particulier. Nous y reviendrons.

20Cela ne veut pas dire qu’en cette matière l’Algérie se soit abstenue de toute prise de position. Verbalement elle a continué à soutenir inconditionnellement les mouvements de libération à travers le monde, notamment ceux des peuples du Vietnam, des colonies portugaises, de l’Afrique du Sud et de la Rhodésie ainsi que les mouvements révolutionnaires en Amérique latine. Il faudrait placer aussi le soutien de l’Algérie à la révolution palestinienne dans le cadre de la lutte pour le Tiers monde, même si la solidarité arabe l’emporte dans ce cas précis. De même, l’Algérie a servi et sert toujours à tous les mouvements révolutionnaires. C’est ainsi que Eldridge Cleaver, ex-ministre de l’Information des Panthères Noires, y a bénéficié de l’asile politique, de même que les révolutionnaires libérés des prisons brésiliennes. L’importance que l’Algérie post-benbelliste a accordée au Tiers monde s’est manifestée surtout à travers la conférence dite des « 77 », qui s’est tenue à Alger en octobre 1967. Cette conférence, groupant les pays considérés officiellement comme sous-développés, était un prolongement de la conférence afro-asiatique avortée de 1965 et se voulait la conscience du Tiers monde manifestant son mécontentement à l’égard des pays nantis. Elle adopta la Charte d’Alger qui est en quelque sorte la plateforme économico-politique des pays du Tiers monde. Elle exprime leurs revendications envers les pays riches tout en plaçant ces revendications dans le cadre théorique du développement mondial. En plus des stipulations essentiellement techniques et économiques, sur la politique de coopération pratiquée jusqu’à présent par les pays dits développés et le fonctionnement du Fonds monétaire international, cette conférence élabora les grandes lignes d’une stratégie solidaire des pays participants. La Charte réclamait notamment une intégration croissante — et par là une action solidaire — des pays pauvres envers les pays riches. Elle demandait entre autres que des mesures concrètes soient prises en vue d’appliquer une politique internationale qui soutiendrait les efforts concertés des pays dits sous-développés. Elle préconisait aussi d’agir à travers la Conférence des Nations Unies pour le commerce et le développement (C.N.U.C.E.D.) pour faire entendre sa voix dans les organisations internationales.

  • 16 « Manifeste culturel panafricain d’Alger, 1er août 1969 », A.A.N., 1969, pp. 1043 à 1044.
  • 17 Voir le programme de recherche du CRESM : « Indépendance et interdépendances au Maghreb ». Les rés (...)

21L’Algérie entendait lutter pour la libération des peuples anciennement colonisés, non seulement sur le plan économique et politique, mais aussi sur le plan culturel. C’est ce qui a été souligné par la politique d’arabisation en Algérie, aussi bien que par l’importance des efforts entrepris pour la réalisation du premier festival culturel panafricain qui s’est tenu à Alger en août 1969. Dans la résolution finale du « manifeste culturel panafricain d’Alger » du 1er août 1969 on lit notamment : « il est du devoir des Etats africains de répondre à une colonisation totale par une lutte totale pour la libération. L’unité de l’Afrique trouve son fondement d’abord et surtout dans l’histoire. Sous la domination coloniale, les pays africains se sont trouvés dans la même situation politique, économique, sociale et culturelle. L’entreprise de domination sur le plan culturel a entraîné la dépersonnalisation d’une partie des peuples africains, falsifié leur histoire, systématiquement dénigré et combattu les valeurs religieuses et morales, tenté de remplacer progressivement et officiellement leur langue par celle du colonisateur, afin de les dévitaliser et de leur enlever leur raison d’être »16. Dans les résolutions de cette conférence, l’accent est mis sur le rôle de la culture dans le développement économique et social des pays africains, qui, en tant que tels, peuvent être compris comme représentant la totalité des pays anciennement colonisés. Ce que l’on pourrait appeler « la colonisation culturelle » semble jouer — de façon générale — un rôle dans le maintien et la reproduction des systèmes de dépendance qui caractérisent la société mondiale actuelle17.

22Si l’Algérie continue actuellement à proclamer son attachement aux valeurs révolutionnaires du Tiers monde, si elle a toujours placé la lutte pour l’indépendance sur le double plan du politique et de l’économique, son engagement direct paraît toutefois moins net. On pourrait interpréter cette attitude comme la conséquence de ce qu’on appelle volontiers « le réalisme » de l’équipe dirigeante algérienne actuelle. Ce « réalisme » s’est manifesté lors de détournements d’avions, effectués notamment par les guerilleros du F.P.L.P., ou par des Panthères Noires. Visiblement, l’Algérie était gênée par la présence de ces hôtes qu’elle n’avait pas invités et dont l’action posait des problèmes sur le plan du droit international. Professant donc une idéologie révolutionnaire engagée, elle semble adopter une attitude sensiblement plus légaliste. Le fait qu’elle est devenue un partenaire international très important et que les activités politiques des pays du Tiers monde n’ont eu pratiquement aucun succès tendrait à expliquer ce changement.

23En 1972, alors que le « groupe des 77 », réuni à Santiago du Chili, faisait une démonstration d’impuissance, l’Algérie commençait à rechercher, et ce n’est certes pas un hasard, une alliance avec les pays producteurs et exportateurs de pétrole, développant une stratégie commune avec des pays dont les intérêts concrets sont identiques. Là aussi, l’Algérie mena sa politique sur deux plans, car à travers sa crise pétrolière avec la France, elle réussit à conquérir pour elle-même le droit de disposer des richesses de son sous-sol. Se situant dans le cadre d’une politique commune à tous les pays qui sont dans une situation comparable à la sienne, elle adopta une stratégie anti-impérialiste qui devrait aboutir à l’affirmation d’une autonomie croissante de ces pays par rapport aux pays développés.

24Si l’Algérie semble avoir abandonné une politique générale, orientée vers le Tiers monde, au profit d’une stratégie qui regroupe un certain nombre de pays disposant de moyens de pression envers les pays industriels, cela est dû vraisemblablement à la déception qu’elle éprouve sur le plan de la solidarité avec le Tiers monde. Cela s’explique aussi par la façon dont l’équipe dirigeante perçoit les intérêts nationaux d’une Algérie qui veut se développer, c’est-à-dire s’industrialiser pour arriver à occuper une place plus importante dans le concert des nations. Une telle politique impliquerait une désolidarisation relative d’avec les pays à potentiel économique moins élevé.

L’activité politique du Maroc et de la Tunisie dans le cadre du Tiers-monde

25Cette activité est nettement moins marquée que celle de l’Algérie, bien que les deux pays aient acquis leur indépendance six ans plus tôt. Cependant, le Maroc l’emporte nettement sur la Tunisie : le Royaume a noué des relations diplomatiques avec l’URSS bien avant la Tunisie et, par là, a souligné sa volonté d’équilibrer ses relations de politique étrangère. On retrouve le Maroc dans le groupe dit de Casablanca qui, bien qu’éphémère, fut la seule organisation supranationale africaine à avoir fait une profession de foi clairement anti-impérialiste. Les déclarations fondamentales définissant l’orientation d’une politique étrangère sont toutefois particulièrement rares au Maroc. Les initiatives marocaines, assujetties à la conjoncture, sont marquées par un certain manque de continuité : ainsi en a-t-il été pour la question mauritanienne où les intérêts n’ont été perçus qu’en fonction de la seule pression conjoncturelle.

26Quant à la Tunisie, dès son accession à l’indépendance, elle semble avoir voulu promouvoir la solidarité africaine plutôt que celle du Tiers monde afro-asiatique. Au moment de l’indépendance du Ghana, le président Bourguiba, alors président du Conseil, soulignait cette volonté en assistant à Accra aux cérémonies marquant cet événement. Cependant les multiples prises de position du président tunisien à l’égard du problème algérien, et ses propositions de médiation, le rendirent de plus en plus suspect aux défenseurs de l’idéologie d’une indépendance africaine ou afro-asiatique complète par rapport aux pays européens. Il fallut la crise de Bizerte et plusieurs déclarations retentissantes pour que le chef de l’Etat tunisien puisse se faire inviter — avec l’appui du président Nasser — à la conférence afro-asiatique de Belgrade, en septembre 1961.

27Les politiques étrangères du Maroc et de la Tunisie vis-à-vis du Tiers monde diffèrent donc nettement de celle de l’Algérie, car elles ne peuvent être considérées comme promotrices d’une stratégie de conflits envers leurs anciens colonisateurs ou envers les pays capitalistes de l’Occident.

POLITIQUE INTERMAGHRÉBINE

Les conflits frontaliers

  • 18 Pour une élaboration détaillée des droits que la Tunisie faisait valoir, ainsi que des litiges ave (...)

28C’est la politique intermaghrébine qui fut le plus lourdement hypothéquée par le passé colonial : tous les pays du Maghreb avaient des litiges frontaliers avec leurs voisins, litiges résultant essentiellement du partage colonial. Ainsi le Maroc revendiquait la souveraineté sur le territoire de ce qui est actuellement la Mauritanie et sur une bonne partie du sud-ouest algérien. La Tunisie avait un conflit de frontières avec l’Algérie, puisqu’elle contestait le tracé frontalier hérité de la colonisation, et revendiquait la zone avoisinant la célèbre « borne 233 ». Un point important (qui n’a jamais été assez souligné dans les publications concernant ce problème) réside dans le fait que la reconnaissance de la souveraineté tunisienne sur la borne 233 aurait mis en question non seulement tout le tracé frontalier dans le sud-ouest tunisien, mais aurait aussi donné aux Tunisiens la possibilité d’étendre leur souveraineté sur les gisements de pétrole d’Edjelé18.

29Le président tunisien essaya de résoudre le problème frontalier avec l’Algérie dès avant l’indépendance même de cette dernière pour pouvoir faire passer ce conflit pour un conflit de décolonisation. Ce fut la fameuse crise de Bizerte qui était dans le fond beaucoup moins une crise de Bizerte qu’une crise des territoires du Sud, liée à la volonté de mainmise tunisienne sur les gisements de pétrole d’Edjelé. Selon toute vraisemblance, cette initiative tunisienne fut, en grande partie, à l’origine des relations très tendues entre le gouvernement de Tunis et le gouvernement Ben Bella. La crise ouverte entre l’Algérie et la Tunisie éclata à la suite du « complot de décembre 1962 », le président Bourguiba accusant l’Algérie d’avoir soutenu les conspirateurs. Elle provoqua le rappel des ambassadeurs.

  • 19 Marie-Françoise Labouz : « Le règlement du contentieux frontalier de l’ouest maghrébin : aspects p (...)

30Quant au Roi du Maroc, il choisit une autre voie : il pensa pouvoir régler son problème frontalier avec l’Algérie indépendante et se solidarisa, lors du conflit algéro-tunisien, avec la position algérienne. Mais les Algériens se montrèrent intransigeants face aux demandes territoriales marocaines. A l’automne de 1963, l’armée marocaine commença à occuper certains points stratégiques dans le sud-ouest algérien. L’extension de sa souveraineté sur ces territoires aurait permis au Maroc de s’approprier une région de gisements de fer particulièrement importante. L’initiative marocaine finit par provoquer une guerre de frontières sérieuse entre les deux pays. C’est finalement un comité mis sur pied par l’Organisation de l’Unité Africaine, qui put obtenir un armistice entre les deux belligérants19.

  • 20 Voir aussi : Bruno Etienne : Chronique diplomatique 1973, in : A.A.N. 1973, sous presse.

31La Tunisie accusant l’Algérie de comploter contre son régime et l’armistice algéro-marocain étant précairement maintenu, les trois pays ne commencèrent que très lentement à dégeler leurs relations vers la fin de 1964, et début de 1965. C’est finalement avec le gouvernement Boumediène que les relations intermaghrébines se sont sérieusement améliorées. Le conflit avec le Maroc a été résolu par les traités d’Ifrane, le 15 janvier 1969, et la rencontre de Tlemcen, le 27 mai 1970. Depuis, une commission mixte procède au bornage des frontières définitives. Le litige avec la Tunisie a été résolu par la reconnaissance du tracé frontalier existant, fin 1970. Le président Boumediène s’étant employé très activement à résoudre le conflit qui opposait le Maroc à la Mauritanie (rencontres de Nouadhibou et de Casablanca, août-septembre 1970), les principaux différends bilatéraux au Maghreb, semblent dont réglés définitivement20.

La coopération intermaghrébine

32En fait, même pendant la période où ces problèmes frontaliers n’étaient pas encore définitivement résolus, une coopération encore timide sembla s’amorcer entre les trois pays, cette activité englobant même la Libye dans les dix-huit premiers mois de sa révolution. Lors de la conférence de Tanger en 1958, de multiples organisations maghrébines avaient été projetées. A partir de 1965, une politique de concertation s’est intensifiée et a donné lieu à la création de nombreux comités. Une quantité de conventions et d’accords ont été conclus entre les pays maghrébins. Mais en regardant de plus près, on constate que les résolutions de toutes ces conférences n’ont eu que très peu d’effets.

  • 21 Voir tableau « Echanges commerciaux intermaghrébins en 1969 » in Bruno Etienne : « L’unité maghréb (...)

33Le problème est différent en ce qui concerne les relations bilatérales. Là on peut noter un nombre remarquable d’accords stipulant et organisant des formes de coopération et d’échanges très diverses. On peut donc constater qu’il y a de très nombreux accords bilatéraux, alors que sur le plan intra-maghrébin, seul un petit nombre d’accords a été signé par plus de deux partenaires — sans parler des pays périphériques au Maghreb, comme la Mauritanie et la Libye. Par sa position géographique et ses potentialités économiques, l’Algérie se trouve au centre de ce tissu d’accords, et elle monopolise quasiment les relations bilatérales, aussi bien vers l’Est que vers l’Ouest21. Les seuls échanges ayant une certaine importance se font entre l’Algérie et le Maroc d’un côté, la Tunisie et la Libye de l’autre; les échanges entre l’Algérie et la Tunisie sont, quant à eux, assez peu importants. Il est d’ailleurs significatif que les échanges — de biens et de personnes — entre la Tunisie et la Libye sont en train de devenir une ressource très importante pour la Tunisie depuis l’accession de la Libye au régime républicain.

  • 22 Voir les chroniques diplomatiques de Bruno Etienne in : A.A.N. 1972 et A.A.N. 1973 (sous presse).
  • 23 Voir pour ce diagnostic aussi Werner K. Ruf, Der Maghreb : strukturelle Abhängigkeit oder regional (...)

34L’année 1974 connut une activité particulièrement dense en ce qui concerne les visites de chefs d’Etats maghrébins dans les pays voisins : ainsi le Président mauritanien Mokhtar Ould Daddah visita plusieurs fois Alger et Tripoli, le président Bourguiba vint en Algérie et en Libye, le président Boumediène se rendit en visite en Tunisie. Seul le roi du Maroc ne quitta son Royaume que pour participer au sommet arabe d’Alger. Les visites de ministres devinrent encore plus fréquentes que durant les années précédentes. Cependant de nombreux problèmes persistent, notamment entre le Maroc et la Libye où la guerre des ondes, entamée à la suite de deux tentatives de putsch au Maroc, se poursuit. Ainsi les relations intermaghrébines sont bien plus caractérisées par ce que Bruno Etienne appelle une coopération bilatérale à plusieurs22, que par une intégration véritable23. C’est ainsi que — d’un point de vue très rationnel — la fusion entre la Tunisie et la Libye proclamée au mois de janvier 1974 aurait été un avantage certain pour les deux pays : elle aurait permis à la Tunisie d’équilibrer — grâce au pétrole libyen — sa balance de paiement, gravement déficitaire, et de trouver des débouchés pour le surplus considérable de main-d’œuvre tunisienne non employée dans le pays. L’apport de cadres tunisiens, notamment dans les domaines administratif, industriel et, dans une certaine mesure, technologique, aurait rendu la Libye moins dépendante de la coopération étrangère. L’union entre les compétences tunisiennes et les richesses énergétiques de la Libye aurait eu un impact considérable sur les relations intermaghrébines et interarabes, ainsi que sur les rapports de force entre les pays arabes et leurs voisins européens. C’est pourquoi il est parfaitement logique que l’annonce de la fusion n’a été que très froidement accueillie en Algérie.

35Si cette union qui au moment de son annonce, surprit tous les observateurs de la scène maghrébine n’a eu guère de suites c’est probablement moins à cause de l’incompatibilité absolue des deux peuples — incompatibilité invoquée par-ci et par-là — qu’en raison du fait que le stratagème de l’union avec la Libye (qui, elle, est toujours prête à une fusion qui promet d’unir davantage les arabes) nous semble résulter plutôt des luttes intestines entre les différents groupes au pouvoir en Tunisie qui commencent à préparer leur succession respective au régime du président Bourguiba et qui sont en train de chercher des alliés.

Les freins à l’intégration maghrébine

36Nombreuses ont été les déclarations d’intention communes aux Etats maghrébins. Ce qui est certain, c’est que les Etats maghrébins ont effectivement peu de choses à échanger entre eux. C’est sans doute une conséquence de la politique coloniale qui a organisé la production dans les pays maghrébins en fonction de ses besoins. Le climat et les sols aidant, cette politique s’est soldée par une situation concurrentielle des trois pays, chacun étant axé, pour son exportation, sur la métropole. La culture de la vigne n’est qu’un exemple des plus significatifs. Le même phénomène se produit dans le domaine de la coopération culturelle : vu le monopole et le prestige que la France possède toujours dans le domaine de la formation des cadres maghrébins, il n’est que naturel que les trois pays préfèrent envoyer leurs étudiants et leurs stagiaires en France plutôt que dans une des universités ou écoles d’un pays voisin. L’orientation économique aussi bien que l’orientation culturelle reste dans une certaine mesure axée sur l’ancienne métropole.

  • 24 Johan Galtung : « A Structural theory of imperialism » in : « Journal of Peace research », vol. 8, (...)
  • 25 Werner K. Ruf : « Zur Funktion der kulturellen Entfremdung für die Reproduktion von Abhägigkeitsve (...)

37Cette situation illustre assez bien ce que Johan Galtung appelle une structure féodale du système international dans laquelle un pays central et « développé » monopolise à lui seul les relations avec les pays qui dépendent de lui, alors que les relations à l’échelon horizontal entre les pays dépendants eux-mêmes sont inexistantes ou extrêmement faibles24. La formation des élites dirigeantes au Maghreb — nous l’avons déjà vu — a été largement faite par la France. Or la dépendance au niveau culturel a tendance à se reproduire25.

  • 26 Elie Rieuma : « Maghreb et transport aérien », in « Maghreb », n° 54, nov.-déc. 1972, pp. 31-40, a (...)

38Le degré d’intensité des relations entre l’ancienne métropole et les pays maghrébins ressort d’un fait quantitatif aussi simple que la densité des relations aériennes entre les capitales respectives : les échanges entre les capitales nord-africaines d’un côté et Paris de l’autre sont de loin supérieurs aux échanges au niveau intermaghrébin26. Par contre, si l’on compare la fréquence des voyages ministériels entre les capitales maghrébines avec celle des déplacements de ministres entre un pays d’Afrique du Nord et Paris, on constate, au moins depuis 1965, une densité nettement plus forte de voyages au niveau intramaghrébin. On pourrait donc conclure que la volonté politique manifestée par les voyages ministériels ne contribue que peu à un développement plus intense des échanges entre les trois pays. Cette contradiction apparente s’explique par l’importance de l’héritage colonial et de la dépendance économique et culturelle ; celle-ci contribue à maintenir les Etats maghrébins dans un système de relations qui les fait d’abord regarder vers la rive nord de la Méditerranée.

ATTITUDE VIS-A-VIS DU MACHREK

39La politique arabe des Etats maghrébins fut déterminée jusqu’à la guerre de juin 1967 essentiellement par l’évolution des rapports entre les pays du Maghreb et l’Egypte nassérienne. L’attaque franco-anglaise et israélienne sur le canal de Suez en 1956 avait provoqué la solidarité agissante de la Tunisie et du Maroc; en fait, ce sont les relations entre Tunis et Le Caire qui ont connu le plus d’aléas. Le président Bourguiba, qui essaya maintes fois de se poser en médiateur entre la France et le F.L.N., voyait avec jalousie l’influence que semblait exercer à ses yeux l’Egypte sur les leaders de la révolution algérienne. En 1958, Tunis accusa l’Egypte de comploter contre le régime tunisien et ce fut la rupture diplomatique. La Tunisie boycotta la Ligue arabe qu’elle considérait comme un instrument entre les mains du président Nasser. La réconciliation ne se fit que lors de la crise de Bizerte, quand le président Bourguiba eut besoin du soutien du président Nasser pour être invité à la conférence des pays non-alignés qui se tenait à Belgrade.

  • 27 Voir les propos du président Bourguiba : B. Etienne et N. Sraieb : « Bourguiba et Israël », in « A (...)

40Une nouvelle brouille eut lieu à la suite des déclarations que le président Bourguiba fit au cours de son périple au Moyen-Orient en 1965, sur les moyens de résoudre la question palestinienne. Un peu partout — en Orient comme en Europe — ces déclarations furent interprétées comme favorables aux intérêts occidentaux. Cependant, si l’on y regarde de plus près, cette interprétation est peu plausible. Il est d’ailleurs difficile de savoir pourquoi Bourguiba attaqua si violemment le leadership égyptien27 quelques jours seulement après sa visite officielle au Caire.

  • 28 Il paraît significatif à cet égard que le gouvernement tunisien ait expulsé quelques étudiants pal (...)

41C’est la guerre de juin 1967 qui a provoqué un alignement plus sensible et des prises de position plus solidaires de la part de la Tunisie. Il se pourrait aussi que la mort du président Nasser et la préoccupation du Monde arabe face aux actes révolutionnaires des Palestiniens aient amené la Tunisie à adhérer à une certaine communauté de vue avec les pays arabes envers le problème d’Israël. D’ailleurs, un soutien net aux Palestiniens correspond aux positions verbales que la Tunisie a toujours prises dans toutes les occasions, y compris aux Nations Unies. Néanmoins, les relations de la Tunisie avec certains pays européens, notamment la République fédérale allemande (voir plus loin), ainsi que la peur d’agissements subversifs à l’intérieur de l’Etat28 donnent l’impression que le comportement verbal ne coïncide pas forcément avec le comportement réel du gouvernement tunisien.

42Les relations du Maroc avec le Monde arabe ont connu de leur côté certaines perturbations surtout en ce qui concerne les relations entre Le Caire et Rabat. Cependant les prises de position marocaines n’ont jamais été aussi fracassantes que celles du président Bourguiba et on n’a donc jamais noté entre Rabat et Le Caire cette hostilité périodique qui a caractérisé les relations égypto-tunisiennes. Aussi bien sur le plan de la solidarité arabe que sur celui de la solidarité islamique, le Maroc a toujours fait preuve d’un comportement assez inconditionnel. Il est d’ailleurs fort intéressant de noter (voir plus haut) que la politique étrangère marocaine s’est toujours donné une allure sensiblement plus progressiste que celle de la Tunisie.

  • 29 Werner K. Ruf : « Inhaltsanalyse. — Eine Methodendiskussion am Beispiel der Perzeption des Nahostk (...)
  • 30 Il paraît intéressant de noter dans ce contexte qu’au Maroc circulent des rumeurs selon lesquelles (...)

43La solidarité avec le peuple palestinien est un des grand thèmes de la propagande au Maroc. Le Maroc n’a pas manqué de faire des gestes relativement spectaculaires à l’égard de la révolution palestinienne : par exemple, en instaurant un impôt sur les billets de cinéma en faveur des organisations palestiniennes, en mettant en marche des détachements de l’armée marocaine lors de la guerre des Six jours, ou encore, récemment (quelques mois avant la guerre d’octobre 1973), en envoyant des contingents marocains au Moyen-Orient. On peut aussi interpréter ces actes comme liés directement à des problèmes de politique intérieure : la propagande pro-palestinienne — qui est d’ailleurs bien plus accentuée dans la presse de l’Istiqlal29 — est peut-être un moyen utilisé pour prouver à l’opinion publique nationale les intentions progressistes du régime marocain. L’envoi de militaires au Moyen-Orient pourrait bien résulter d’une certaine méfiance qui s’est installée au Palais après les deux tentatives de coup d’Etat militaire30.

44Les relations entre l’Algérie et l’Egypte du temps du gouvernement Ben Bella étaient au beau fixe. L’Egypte avait envoyé un nombre considérable de coopérants en Algérie, bien que sur le plan local cette coopération n’ait pas toujours été parfaite. L’éviction d’Ahmed Ben Bella en juin 1965 a marqué un refroidissement très net de ces relations et il a fallu quelques années pour que se normalisent ce qu’on appelle les « relations fraternelles ».

45A l’occasion de la guerre des Six jours, l’Algérie s’est directement engagée dans la bataille en dépêchant des unités de son armée aérienne aux côtés des Egyptiens. Depuis lors, l’Algérie soutient avec ostentation les mouvements palestiniens, notamment l’organisation El Fath et met quotidiennement les ondes de sa radio à la disposition des feddayyins. A la suite de la guerre d’octobre 1973, l’Algérie fut un des architectes de la politique pétrolière arabe en s’employant à combattre les positions pro-israéliennes des pays occidentaux, notamment de l’Europe. Et ce fut le ministre algérien de l’énergie Belaid Abdesslam qui, aux côtés de son homologue saoudien entreprit une vaste campagne d’explication de la position arabe. Par contre, en ce qui concerne les pays qui ne sont pas directement impliqués dans le conflit, par exemple les pays européens, l’Algérie souligne sa position légaliste et ne semble pas trop approuver les actes de certaines organisations palestiniennes comme le F.P.L.P ou Septembre Noir qui risquent de gêner les relations de l’Algérie avec ses partenaires économiques les plus importants.

RELATIONS AVEC LES ETATS-UNIS, L’EUROPE ET L’URSS

La position de la Tunisie

  • 31 Werner K. Ruf : « Der Burgibismus… ».
  • 32 Interview du président Bourguiba. « Le Monde », 24 février 1958.

46Ce sont finalement les relations des trois pays avec l’Europe et les Etats-Unis qui restent les plus importantes. Comme on l’a montré ci-dessus, la politique étrangère de la Tunisie, tout en étant celle d’un pays du Tiers monde, a toujours affiché une position assez nettement pro-occidentale. Il serait difficile d’affirmer que cette politique est la conséquence d’une conviction profonde31. Elle découle en tout cas logiquement de la manière dont l’élite tunisienne actuellement au pouvoir perçoit ses intérêts et de cette stratégie qu’est le bourguibisme. Pour mettre en relief la finalité du comportement tunisien en matière de politique étrangère, citons encore une fois le président Bourguiba : « Tito est bien plus aidé que je ne le suis. Je n’abandonne pas mes convictions mais il sera de plus en plus difficile de faire admettre mon appartenance au monde occidental si je n’arrive pas à la justifier par des avantages. Ce n’est pas du chantage, c’est un fait »32.

47C’est le soutien au F.L.N. et la politique de nationalisation progressive des biens français en Tunisie qui ont lourdement hypothéqué les relations entre la Tunisie et la France. Jusqu’à l’indépendance de l’Algérie, les autres puissances européennes — dont la République fédérale allemande — s’étaient abstenues d’aider trop ouvertement la Tunisie et le Maroc pour ne pas compromettre leurs relations avec la France en guerre en Algérie. Néanmoins, la Tunisie bénéficiait au même titre que le Maroc d’un soutien actif de la part des Etats-Unis. Certains leaders nationalistes marocains et tunisiens avaient pu nouer des relations assez étroites avec des milieux politiques américains avant même l’indépendance. Ce soutien américain à la Tunisie s’est d’ailleurs manifesté en 1958 lors du bombardement par la France de Sakiet Sidi Youssef et lors de la crise de Bizerte en 1961. Les Etats-Unis et la R.F.A. sont actuellement, après la France, les pays les mieux implantés au Maroc et en Tunisie. Cette présence semble encore plus marquée en Tunisie à cause de l’élimination relative de la France dans le secteur économique et de la pauvreté du sous-sol tunisien. Ainsi le secteur qui rapporte actuellement le plus de devises à la Tunisie, le tourisme, est largement dominé par la R.F.A.

48Malgré les tensions assez vives qui ont opposé les deux pays, notamment après la crise de Bizerte et la nationalisation des terres appartenant encore à des Français, la Tunisie a toujours compris quel était le secteur auquel la France était le plus sensible : la coopération culturelle. Il est d’ailleurs significatif que la France ait gelé quasiment toute sa coopération à la suite de la nationalisation des terres (mai 1964), en ne maintenant intacte que la coopération culturelle. Avec l’envoi de Mohammed Masmoudi comme ambassadeur à Paris (début 1965), Bourguiba dépêchait en France un homme particulièrement attaché à la culture française. D’ailleurs l’idée de la francophonie a toujours été soutenue très activement par le président Bourguiba qui s’en fit le champion non seulement en Afrique mais même lors de son voyage au Canada en 1968. La France a sans doute compris l’intérêt qu’elle avait à soutenir une Tunisie qui s’attachait à l’un des principes essentiels de la politique étrangère française.

49Il va de soi que la dépendance dans laquelle se trouve la Tunisie à l’égard des Etats-Unis et de l’Allemagne fédérale s’est manifestée sur le plan de sa politique étrangère. Ainsi la Tunisie soutint toujours quasi inconditionnellement la thèse de la République fédérale allemande concernant le problème allemand et apporta même son appui à la position américaine au Vietnam, du moins jusqu’en 1969.

  • 33 Pour une analyse détaillée des négociations et de leurs résultats, voir Bruno Etienne, « Maghreb e (...)

50Le développement économique de la Tunisie a déterminé également ses relations avec l’Europe. Les productions largement concurrentielles des trois pays maghrébins — du fait du climat et de l’héritage colonial — rendaient nécessaire une association avec le Marché commun. Dès 1963, la Tunisie et le Maroc demandèrent la conclusion d’un accord avec la C.E.E. Cet accord ne fut réalisé qu’en 1969; essentiellement commercial, il n’était valable que pour cinq ans et pouvait être révisé au bout de trois ans. A l’été de 1972, les deux pays, déçus par les premiers résultats, demandèrent la révision des accords dans le sens d’une association plus étroite à laquelle l’Algérie participerait33.

La position de l’Algérie

  • 34 Voir Hervé Bleuchot, « Le discours sur la coopération en Algérie », in : Indépendance et Interdépe (...)

51En ce qui concerne l’Algérie qui, comme nous l’avons vu plus haut, avait une position économique plus confortable que celle de ses voisins, elle mena une politique de diversification de ses relations politiques qui devait connaître des limites. Outre son activité en direction du Tiers monde, elle s’engagea dans une politique de coopération avec l’U.R.S.S. qui s’est accompagnée d’une attitude a priori positive34. Mais étant donné que l’U.R.S.S. est un pays économiquement autosuffisant et que les mécanismes du marché capitaliste s’assouplissent, il s’ensuit que l’Union soviétique n’est que le sixième partenaire dans le commerce extérieur de l’Algérie.

  • 35 En raison de l’affaire des livraisons de chars à Israël en 1965, et à la suite de la guerre des Si (...)

52En fait, c’est à l’intérieur du camp capitaliste que l’Algérie a diversifié ses relations économiques. Ceci notamment grâce au contrat concernant la livraison de gaz naturel aux Etats-Unis et par la participation de la République fédérale allemande aux projets d’industrialisation du pays. La présence économique de ces deux pays paraît d’autant plus remarquable que les relations politiques avec les Etats-Unis sont loin d’être au beau fixe (question palestinienne, guerre du Vietnam, présence des Panthères Noires à Alger) et que les relations diplomatiques entre la R.F.A. et l’Algérie ont été interrompues de 1965 à 197135. Ceci n’a pas empêché l’Allemagne de devenir le troisième partenaire de l’Algérie en ce qui concerne les exportations et d’avoir la cinquième place parmi les fournisseurs.

53Il semble bien que cette tendance se développe davantage : en 1973, la R.F.A. aurait pris la première place comme client des exportations algériennes. Si ces faits traduisent un succès net de la politique de diversification du commerce extérieur envisagée par l’Algérie, il faut se demander néanmoins dans quelle mesure le terme de « diversification » ne masque pas une réalité qui est celle de l’internationalisation du capital. Certes cette situation, dans laquelle des relations commerciales sont rendues possibles avec plusieurs pays offre une marge de manœuvre relativement plus grande mais cette marge de manœuvre ne doit pas être surestimée. Etant données la structure du commerce international actuel et l’autosuffisance assez développée des pays socialistes il n’y a pourtant pas de choix dans le sens d’une diversification réelle.

54Rappelons, par ailleurs, les efforts infructueux de l’Algérie au sein du « groupe des 77 » pour créer une solidarité entre pays industrialisés et pays du Tiers monde, à la suite desquels elle s’est lancée dans l’élaboration d’une stratégie pétrolière. Certes, l’Algérie continue cette politique de pays leader du Tiers monde comme en témoigne son activité diplomatique, le quatrième sommet des pays non alignés à Alger en septembre 1973 ou encore la conférence sur les matières premières qui s’est tenue à l’O.N.U. en 1974 à la demande du président algérien. Mais ce sont les relations économiques avec l’Europe qui actuellement intéressent surtout l’Algérie : ne pouvant plus bénéficier des positions privilégiées au sein de la C.E.E. — acquises avant l’indépendance de par son appartenance à la France — elle cherche une formule qui lui permette de s’ouvrir davantage au marché européen. C’est dans ce sens qu’il faut comprendre les accords de coopération qui ont été conclus au printemps 1974 entre l’Algérie et la R.F.A. dont le plus important est la prospection et l’exploitation de l’uranium algérien par des entreprises ouest allemandes.

La position du Maroc

55La politique étrangère du Maroc semble — par rapport à celle de la Tunisie — nettement moins pro-occidentale. Il suffit de rappeler à ce sujet la formation du groupe de Casablanca et la reconnaissance diplomatique de l’U.R.S.S. par le Maroc, bien avant la Tunisie. Celle-ci s’est traduite par un droit d’atterrissage à Rabat pour la ligne soviétique Aéroflot assurant la liaison entre Moscou et La Havane, une importante ambassade russe à Rabat et surtout une aide militaire de la Russie au Maroc. Mais d’un autre côté les Etats-Unis occupent toujours des bases au Maroc et il y a peu de pays du Tiers monde où le capital privé occidental — surtout français, américain et ouest-allemand — soit aussi visiblement présent au Maroc.

  • 36 Pour une information plus détaillée, voir Jean-Paul Constant : « Les relations maroco-soviétiques, (...)
  • 37 Baber Johansen : « Die feindlichen Städte », in « Das Argument » (65), 1971, pp. 394-423.

56N’était le fait que le Maroc ne détermine pas sa politique étrangère en fonction de critères idéologiques précis, on pourrait juger cette situation assez contradictoire. Pourtant — et ceci résulte de l’appréciation portée sur les origines et les intérêts de l’élite dirigeante actuelle —, on voit mal comment la politique marocaine pourrait ne pas être essentiellement tournée vers l’Ouest. Si on considère les efforts que fait le Maroc pour inciter le capital privé occidental à s’y investir et les conditions très favorables qu’il présente aux sociétés européennes, notamment pour cette nouvelle forme de dépendance qu’est la sous-traitance, on peut se demander si le soin apporté dans les relations avec les pays de l’Est n’est pas pour le Maroc une sorte d’alibi. Cependant, en 1969, le président Podgorny fit une visite officielle au Maroc et l’U.R.S.S. participa au financement de la politique des barrages tout en contribuant à la construction d’une centrale thermique et au développement de l’industrie minière; l’Union soviétique livra aussi des MIG à l’armée marocaine et devint son sixième partenaire pour le commerce extérieur. En 1971, c’est au tour de M. Kossyguine de se rendre au Maroc36. Malgré tout, et surtout depuis l’intronisation du roi Hassan II, la politique pro-américaine est de plus en plus marquée. Le régime marocain qui repose essentiellement sur des structures sociales et économiques héritées du passé colonial et pré-colonial n’a aucun intérêt à introduire des changements profonds qui pourraient justement mettre en cause le régime37.

  • 38 Le général Medbouh, tué lors de l’attaque sur le palais de Skhirat, fut accusé d’avoir été à la tê (...)

57Ce sont les intérêts considérables que les Etats-Unis possèdent au Maroc qui amènent l’exécutif américain à voir l’évolution du gouvernement chérifien avec un scepticisme de plus en plus marqué : le maintien des structures féodales et la corruption qui va en se développant constituent à long terme une menace potentielle pour les intérêts américains. Aussi peut-être ne faut-il pas s’étonner de ce que la première tentative de coup d’Etat de Skhirat ait eu lieu peu de temps seulement après le retour des Etats-Unis du général Medbouh38, retour à la suite duquel une importante affaire de corruption a été dévoilée aboutissant à la mise en accusation de certains ministres. De même on peut présumer que les aviateurs qui partirent de la base de Kenitra pour se lancer à l’attaque du Boeing royal devaient être en assez bons termes avec leurs collègues américains stationnés sur la même base aérienne. L’interdépendance qui existe entre le capital occidental et le secteur moderne de l’économie marocaine rend peu vraisemblable l’hypothèse selon laquelle le Maroc pourrait — en diversifiant ses relations politiques et économiques avec l’extérieur — se libérer de l’emprise de l’influence étrangère sans changer au préalable certaines structures intérieures. Et ce n’est pas un changement de ce genre que l’on devait attendre des deux tentatives du putch.

58Somme toute l’indépendance de l’Algérie et la politique de coopération relativement réservée que pratiquait la France à l’égard de la Tunisie et du Maroc — d’abord pendant la guerre d’Algérie, ensuite à cause de la nationalisation des terres en Tunisie et de l’affaire Ben Barka — ont eu pour conséquence une réduction relative de la présence de la France au Maghreb; sa prépondérance n’y est plus incontestée. Il semble d’ailleurs que la France soit consciente de cette situation car l’aide économique au Maroc est passée du simple au double de 1970 à 1971 (respectivement 260 et 520 millions de francs). Voilà qui semble indiquer que la France ressent comme un défi la présence de plus en plus massive des Etats-Unis et de la République fédérale d’Allemagne en Afrique du Nord. Il faut noter aussi que les pays maghrébins, tout en suivant des politiques nettement différentes, ont réalisé une certaine diversification de leurs rapports aussi bien politiques qu’économiques, mais se retrouvent finalement avec les mêmes partenaires occidentaux, c’est-à-dire la France, les Etats-Unis, l’Allemagne et, à un certain degré (pour l’Algérie et le Maroc) l’U.R.S.S. Ceci ne veut pas dire que ce même type de relations aboutisse aux mêmes effets dans les trois pays; en raison de la diversité des structures intérieures, les relations extérieures sont en effet de diverses qualités.

LA POLITIQUE MÉDITERRANÉENNE

59C’est à travers l’harmonisation de leurs politiques différentes à bien des égards que les pays maghrébins ressentent le besoin de mieux organiser l’avenir de leurs relations économiques, déterminantes pour le développement de leurs pays. La proximité géographique de l’Europe, la production héritée de la colonisation, les souplesses du marché capitaliste, les affinités des élites dirigeantes en Afrique du Nord avec le pays qui les a formées, la présence économique déjà existante des membres de la CEE, sont des facteurs qui poussent les Etats de l’Afrique du Nord à coordonner leurs relations futures avec cette puissance économique qu’est le Marché Commun. Ce Marché Commun a besoin de leurs richesses, du pétrole algérien plus que de l’infrastructure touristique de la Tunisie et du Maroc. Les pays d’Afrique du Nord ayant toujours une vocation agricole voient dans le Marché Commun un débouché naturel à leurs produits. C’est pourquoi ils ont entrepris des démarches de plus en plus pressantes pour obtenir un nouveau statut d’association avec la CEE, un statut qui devrait être de loin plus profitable que le premier accord d’association obtenu par la Tunisie et le Maroc. Mais ces négociations n’ont toujours pas abouti.

  • 39 Voir pour ceci surtout le presse maghrébine ainsi que l’hebdomadaire « Jeune Afrique », notamment (...)

60Il semble que l’Algérie et la Tunisie aient compris qu’une véritable association n’irait pas sans concessions politiques envers les partenaires les plus importants de cette Europe des « Neuf ». C’est devant cette situation que le président Bourguiba relançait une idée qui lui est chère depuis de longues années, celle d’un ensemble d’Etats riverains de la Méditerranée ou du moins riverains de la Méditerranée occidentale. Ce qui est intéressant dans cette relance, c’est qu’elle ne fut exposée au grand jour qu’après une coordination avec l’Algérie. Fin mars 1972, le Premier ministre tunisien, Hedi Nouira, passa plus d’une semaine en Algérie. Fin avril, ce fut la visite du président Boumediène en Tunisie, suivie de peu d’une visite que le président Bourguiba fit à l’Algérie dix ans après l’indépendance du pays frère. C’est à Tunis, en présence de Boumediène, que Bourguiba reparla de l’idée d’associer les Etats riverains de la Méditerranée et il fut soutenu par son homologue algérien. De tous les communiqués, commentaires de presse et interviews ainsi que des activités diplomatiques des leaders maghrébins durant la période d’avril à juin 197239 ressort l’idée suivante :

61Les pays maghrébins, en l’occurence l’Algérie et la Tunisie, veulent transformer la Méditerranée en un « lac de paix ». Cette politique, qui comprendrait dans une première phase la Méditerranée occidentale, serait destinée à s’étendre aussi vers les pays de la Méditerranée orientale. Une telle association des pays riverains de la Méditerranée devrait se situer nécessairement hors des blocs militaires existants. Pourraient y participer tous les pays riverains de la Méditerranée qui ne sont pas formellement membres d’un pacte militaire, dont des pays aussi peu semblables que le Maroc, l’Algérie, la Tunisie, la Libye, Malte, Chypre, la France et l’Espagne (ces deux derniers n’étant pas officiellement membres de l’OTAN, malgré les rapports multiples qui les lient toujours à cette organisation militaire). Dans une phase ultérieure, l’association pourrait inclure l’Egypte, la Syrie et le Liban. L’argumentation sur le plan politique est la suivante : la présence des flottes des deux grandes puissances U.S.A. et U.R.S.S. constitue une menace latente pour la paix en Méditerranée; c’est pourquoi les Etats riverains doivent assumer eux-mêmes le maintien de la paix et de la sécurité dans cette mer qui les unit les uns aux autres.

62La seule puissance pourtant parmi les Etats énumérés qui dispose d’une flotte suffisamment importante, est la France. Dans ce sens, le projet méditerranéen doit donc être compris comme une offre des pays maghrébins à la France pour lui rendre de nouveau un rôle militaire important dans l’organisation de la sécurité en Méditerranée. Probablement cette offre doit être comprise aussi dans la perspective de la participation de la Grande-Bretagne au Marché Commun, étant donné que la Grande-Bretagne garde une présence militaire très importante en Méditerranée. Finalement, la réalisation d’un tel projet offre aux pays de l’Europe en général, et à la France en particulier, une extension de son influence en direction de l’Est méditerranéen, donc la possibilité d’une certaine hégémonie de l’Europe occidentale qui aurait alors la possibilité de contre-balancer la présence des deux grandes puissances dans cette région du monde, les intérêts économiques et militaires de la Grande-Bretagne dans cette région devant aider à la réalisation de ce plan. Ce projet qui concerne l’organisation de la sécurité dans une des régions les plus chaudes du monde et dans une région, de surcroît, qui revêt un intérêt tout particulier pour l’Europe, à cause des richesses pétrolières dont dépend l’économie européenne, doit être considéré en relation avec la Conférence sur la Sécurité Européenne, dont la préparation éventuelle occupait tant les chancelleries au printemps 1972 et dont les répercussions se font sentir à la Conférence pour la Sécurité et la Coopération en Europe qui se tient toujours à Genève ;

63Mais cette idée politico-stratégique a un côté économique très élaboré, et fortement souligné par les deux parties qui proposaient le plan : comme nous l’avons mentionné plus haut, le problème de l’association avec le Marché Commun se pose pour les trois pays maghrébins, association qui devrait être sensiblement plus intéressante pour les pays maghrébins que ne l’était les contrats d’association déjà expérimentés par la Tunisie et le Maroc. Dans toutes les instances européennes — de Bruxelles jusqu’au conseil parlementaire de l’Union de l’Europe Occidentale à Strasbourg — la diplomatie tunisienne, secondée par l’Algérie, exposa son idée d’association qui devait notamment aboutir à un « genre de plan Marshall », selon l’expression de M. Masmoudi, ministre tunisien des Affaires étrangères, garantissant à long terme le développement de l’économie maghrébine. La réactivation du Comité Permanent Consultatif du Maghreb, et la fréquence de voyages ministériels à l’intérieur du Maghreb, comme dans les autres capitales méditerranéennes (notamment ceux de M. Masmoudi à Tripoli, La Valette et même Rome), soulignent l’intensité avec laquelle le dossier européen fut préparé.

  • 40 Voir « L’action », 20 juin 1972.
  • 41 Document SEC (72) 3 III final, de la Commission des Communautés Européennes, Bruxelles, 27 septemb (...)
  • 42 Voir document précité.

64Les instances de la CEE, de leur côté, tenaient à sonder davantage les opinions des pays maghrébins, comme le démontre le voyage de M. Dahrendorf à Tunis, en juin 197240. D’ailleurs, la Commission des Communautés Européennes semble non seulement avoir pris en considération les buts des pays maghrébins, mais aussi s’être alignée largement sur les grandes politiques que contient le projet politico-économique qu’est l’idée d’un « lac de paix » en Méditerranée41. On y lit notamment : « Tous les partenaires de cette zone assument une responsabilité spécifique quant à leurs propres intérêts, dans le cadre de ces relations, visant à assurer les conditions de la stabilité et du développement économique. Les intérêts des Etats membres des Communautés européennes et des pays du bassin méditerranéen sont réciproques. Leur indépendance est la condition, non seulement de la garantie de la sécurité extérieure, mais aussi celle de l’approvisionnement intérieur ». D’ailleurs, la Commission des Communautés européennes voit l’association du Maghreb, dans le cadre des accords déjà existants ou en cours de négociations avec Malte, Chypre, l’Espagne, Israël, l’Egypte et le Liban, et souligne que les limites géographiques de la région méditerranéenne ne peuvent pas être fixées avec précision42.

  • 43 Discours du président Pompidou à Toulon, été 1972.
  • 44 Cf. Bruno Etienne : chronique diplomatique : A.A.N. 1973, sous presse.

65Il est à noter que ce projet méditerranéen constitue la première démarche diplomatique d’envergure, présentée en commun par les capitales maghrébines, encore que l’attitude du Maroc à cet égard soit plus réservée. A travers l’augmentation de l’aide française aux pays maghrébins, durant les dernières années, et notamment son aide militaire, on s’aperçoit que la France commence à sentir la menace qui pèse sur sa présence, à cause de l’engagement américain et allemand au Maghreb. Le projet méditerranéen doit être compris comme une avance à la France d’abord, à l’Europe ensuite. Pour le moment, il semble que la France ne veuille pas s’engager trop visiblement dans une telle construction politico-stratégique43. Par contre, il est intéressant de noter le voyage du ministre algérien des Affaires Etrangères à Paris, en juillet 1973 : M. Bouteflika tenait à faire comprendre à la France, que malgré la présence de plus en plus marquée des U.S.A. et de la R.F.A. au Maghreb (et en Algérie), l’Algérie considérait que la France devait continuer à jouer un rôle prépondérant en Algérie et dans la Méditerranée occidentale44.

66Du point de vue de l’option générale de la politique étrangère des pays maghrébins, ce projet apparaît comme un prolongement logique de leurs expériences passées : l’attachement de la Tunisie bourguibienne au monde occidental n’a jamais été fondamentalement mis en cause, l’intégration progressive de l’économie tunisienne — surtout après l’élimination de Ben Salah — dans le système économique de la CEE est jugée avantageuse par l’équipe dirigeante actuelle. Les motivations de l’Algérie peuvent être différentes, tout en aboutissant au même résultat : les dirigeants algériens actuels, peut-être partiellement sous l’influence des technocrates des grandes sociétés nationales, ont réalisé qu’un front uni des pays du Tiers monde était trop difficile à construire, et qu’une action solidaire envers les pays riches était irréalisable à cause des différents degrés de dépendance, qui caractérisent les relations entre pays nantis et pays « sous-développés ». L’Algérie essaye donc surtout de se développer elle-même. Pour cela, elle cherche des partenaires qui puissent lui offrir des avantages. Ceci explique les relations économiques très développées avec les U.S.A. et la R.F.A. Une association avec la C.E.E. lui rendrait les avantages dont elle bénéficia pendant les dix années qui suivirent les accords d’Evian, surtout dans le domaine des exportations agricoles. Une présence militaire française, éventuellement plus poussée en Méditerranée, mais à laquelle participeraient les pays maghrébins et d’autres puissances moins industrialisées, serait certainement un moindre mal par rapport à la situation actuelle, et permettrait peut-être à plus longue échéance une participation plus active au règlement des problèmes de sécurité, dans cette partie du Monde.

  • 45 Cf. L’éditorial de Béchir Ben Yahmed in « Jeune Afrique », n° 591 du 6 mai 1972.

67Ce qui est étonnant, c’est le mutisme relatif de Rabat face au projet méditerranéen. Le Maroc est dans une situation de dépendance, encore plus marquée vis-à-vis des pays occidentaux, que l’Algérie ou la Tunisie. C’est d’ailleurs pour attirer davantage le capital privé occidental que le Maroc a remarquablement libéralisé son économie et surtout ses échanges avec les pays développés. Il n’y a pas de doute que Rabat, qui est aussi candidat à l’association avec la C.E.E. ait été amplement consultée par les deux autres capitales maghrébines; le Maroc paraît cependant avoir émis des réserves45.

68Les réticences marocaines sont d’autant plus difficiles à expliquer, que les relations avec Alger et Tunis sont bonnes, depuis les traités d’Ifrane et de Tlemcen, et que le Maroc déclare tout haut sa volonté de s’associer avec la C.E.E., relation qui correspondrait largement à l’option économique de l’équipe dirigeante actuelle. Faudrait-il voir dans la réserve marocaine un résultat de l’influence américaine sur le Palais ?

69Si l’on analyse cependant l’activité diplomatique et économique algérienne durant les deux années qui ont suivi l’étalement au grand jour du projet méditerranéen, il faut se rendre à l’évidence qu’il n’a pas porté de fruits : les capitales européennes se sont montrées réservées à cet égard ; du moins n’ont-elles pas voulu s’engager trop publiquement dans ce projet. Peut-être aussi n’avaient-elles pas encore réalisé, non seulement le potentiel économique dont disposent des pays comme l’Algérie, mais aussi doutaient-elles peut-être de la résolution des pays producteurs de pétrole (ou de matières premières tout court, comme le Maroc l’a démontré par la hausse des prix des phosphates), pour répondre positivement et spontanément au projet méditerranéen avancé à ce moment.

70Entretemps, certaines choses ont changé : l’Algérie a du constater la fragilité d’une politique étrangère, basé sur le leadership tiers-mondiste ou maghrébin, étant donné les contradictions existantes entre les différents pays, contradictions qui fréquemment sont les résultats de différents degrés de dépendance des pays respectifs, et notamment de leurs élites dirigeantes. La solidarité des pays maghrébins envers l’Europe paraît particulièrement précaire : déjà le Maroc ne s’était pas trop engagé dans la politique méditerranéenne, et le départ de Mohamed Masmoudi, Ministre des Affaires Etrangères tunisien, priva l’Algérie d’un partisan de l’idée méditerranéenne et interlocuteur potentiel. Il n’est donc que logique, que l’Algérie poursuive son projet d’une façon plus sobre : au fur et à mesure qu’elle arrive à développer sa puissance et son autonomie économique, elle se pose en tant que leader du Tiers monde et du Maghreb. Mais cette position de leadership s’articule davantage sous l’aspect d’une défense des intérêts de plus en plus purement algériens. Vu l’essor relatif, mais tout de même remarquable, et l’intérêt que provoquent la richesse de l’Algérie et sa stabilité politique aux yeux des pays occidentaux, il y a tout lieu de se demander si l’Algérie n’est pas en train de se constituer en « sous-centre » des pays capitalistes avancés : en tant que partenaire légaliste et sérieux, stable et indispensable, elle se présente aussi comme porte parole des pays du Tiers monde, et notamment du Maghreb. Dans la mesure où ce rôle lui sera reconnu par l’extérieur, le rayonnement de l’Algérie se fera de plus en plus important. Vu la précarité croissante des régimes en Tunisie et au Maroc, il est pourtant difficile de faire un pronostic à moyen ou long terme.

***

71Ce qui est remarquable, c’est que finalement l’unité maghrébine, tant de fois différée, ne paraît réalisable aux Maghrébins qu’à travers une association économique, avec cette puissance que constitue le Marché Commun, association qui, de son côté, pourrait avoir pour effet de pousser les Etats Maghrébins à s’unir et à s’intégrer davantage. Dans ce cas, on est amené à se demander dans quelle mesure ce rapprochement relatif, ne serait pas somme toute une nouvelle forme de sujétion, qui risquerait de prolonger la dépendance relative, qui existe actuellement dans les relations entre pays européens et les trois Etats du Maghreb. Dans cette nouvelle configuration, qu’il y ait prépondérance algérienne ou non ne changera que faiblement le problème fondamental : la réponse ne peut venir que de la qualité de la transformation des structures sociales et économiques dans les pays du Maghreb et de l’évolution du système international et des rapports spécifiques qui le régissent actuellement.

Notes

1 Cet article est une mise à jour d’un article initialement paru dans la Revue Maghreb-Machreq, n° 59, sept-oct. 1973, p. 22-33. Nous remercions la Revue de nous permettre de pouvoir reprendre cet article dans le présent livre.

2 S’il est question ici d’élite, il n’est pas fait référence à un concept précis de la notion d’élite parmi tous ceux qui ont été élaborés par la sociologie politique. Ce terme est plutôt entendu dans le sens de classe dirigeante tout en préférant le terme « élite » au terme de « classe » parce que ce dernier nécessiterait une analyse beaucoup plus détaillée de la structure socio-économique interne des trois pays étudiés ici. Pour la définition du terme élite, voir aussi René DUCHAC : « La formation des élites politiques maghrébines ». Paris, Librairie générale de Droit et de Jurisprudence, 1973, p. 11 à 31.

3 Voir pour le Maroc : I. William Zartmann : « Destiny of a dynasty : the search for institutions in Morocco’s developping society », Columbia, Université de Caroline du Sud, 1964 ; I. William Zartman : « Problems of new power, Morocco », New York, Atherton Press, 1964 ; John Waterbury : « The commander of the faithful. The Moroccan political elite. A study in segmented politics », London, 1972.
Pour l’Algérie : William B. Quandt : « Revolution and political leadership : Algéria, 1954-1968 », Cambridge (Massachusetts), The M.I.T. Press, 1969.
Pour la Tunisie : Clément-Henry Moore : « Tunisia since independance. The dynamism of one party government ». Préf. Roger Le Tourneau, Berkeley, University of California press, 1965 ; Lars Rudebeck : « Party and people. A study of political change in Tunisia », Stockholm, 1967 ; Clément-Henry Moore : « Politics in North Africa : Algeria, Morocco and Tunisia », Boston, Little Brown, 1970.

4 « La formation des élites politiques maghrébines », Paris, Librairie générale de Droit et de Jurisprudence, coll. CRESM, 1973, 246 p. ; « Pouvoir, élites et légitimité au Maghreb », in « Annuaire de l’Afrique du Nord, t. X, 1971 », Paris, CNRS, 1973.

5 Berrady, Regnier, Santucci in « La formation des élites politiques maghrébines », op. cit. ; ainsi que les articles de Jean-Jacques Regnier et de Jean-Claude Santucci dans le présent volume.

6 Hubert Michel : in « La formation des élites politiques maghrébines », op. cit., ainsi que l’article du même auteur (en collaboration avec M. Camau et J.-C. santucci) dans ce volume.

7 Dubray, Camau, Sraieb : in « La formation des élites politiques maghrébines », op. cit., ainsi que l’article du même auteur (en collaboration avec H. Michel et J.-C. Santucci) dans ce volume.

8 Werner K. Ruf : « Der Burguibismus und die Aussenpolitik des unabhängigen Tunesien », Bertelsmann Universtätsverlag, 1969, 266 p., bibl., index ; Michel Camau : « La notion de démocratie dans la pensée des dirigeants maghrébins », Paris, CNRS, 1971; Michel Camau : « Le discours politique de légitimité des élites tunisiennes », in « Annuaire de l’Afrique du Nord t. X, 1971, op. cit.

9 Charles Debbasch : « La république tunisienne», Paris, Librairie générale de Droit et de Jurisprudence, 1962, p. 4 et suivantes ; Clément-Henry Moore : « Bourguibism in Tunisia », in « Current History » (44), Janv. 1963, p. 34-40.

10 Werner K. Ruf, op. cit.

11 Discours du président Bourguiba, du 2 mars 1959, publication du secrétariat d’Etat à l’information, Tunis.

12 Voir Jean-Jacques Regnier et Jean-Claude Santucci : « Armée, pouvoir et légitimité au Maroc » : in « Annuaire de l’Afrique du Nord, X, 1971 » op. cit., pp. 137-178.
Bassam Tibi : « Militär und Sozialismus in der Dritten Welt », Suhrkamp Frankfurt/Main, 1973. notamment pp. 131-191.

13 Werner K. Ruf, op. cit, pp. 152 à 160.

14 Voir les accusations du président Bourguiba envers l’Algérie lors du complot découvert en Tunisie en décembre 1962 dans son discours du 18 janvier 1963 ; voir aussi le conflit frontalier avec le Maroc en automne 1963 et les accusations mutuelles des deux partenaires à ce moment-là, dans leur presse et leur radio respectives.

15 Voir pour les détails, les chroniques diplomatiques de Maurice Flory et de Bruno Etienne, ainsi que les chronologies, dans les « Annuaire de l’Afrique du Nord » (A.A.N.) et les collections de « Maghreb ».

16 « Manifeste culturel panafricain d’Alger, 1er août 1969 », A.A.N., 1969, pp. 1043 à 1044.

17 Voir le programme de recherche du CRESM : « Indépendance et interdépendances au Maghreb ». Les résultats de la première tranche de ce programme viennent de paraître dans la même collection.

18 Pour une élaboration détaillée des droits que la Tunisie faisait valoir, ainsi que des litiges avec la France et l’Algérie qui s’ensuivirent, voir Werner K. Ruf : « Der Burgibismus und die Aussenpolitik des unabhängigen Tunesien », pp. 135-191.

19 Marie-Françoise Labouz : « Le règlement du contentieux frontalier de l’ouest maghrébin : aspects politiques et juridiques », in « Maghreb », n° 53, sept-oct., 1972, pp. 50-54.

20 Voir aussi : Bruno Etienne : Chronique diplomatique 1973, in : A.A.N. 1973, sous presse.

21 Voir tableau « Echanges commerciaux intermaghrébins en 1969 » in Bruno Etienne : « L’unité maghrébine à l’épreuve des politiques étrangères nationales » A.A.N., C.N.R.S., 1969, pp. 85-100.

22 Voir les chroniques diplomatiques de Bruno Etienne in : A.A.N. 1972 et A.A.N. 1973 (sous presse).

23 Voir pour ce diagnostic aussi Werner K. Ruf, Der Maghreb : strukturelle Abhängigkeit oder regionale Integration, Tübingen, 1974, dactyl., à paraître en 1975.

24 Johan Galtung : « A Structural theory of imperialism » in : « Journal of Peace research », vol. 8, n° 2, 1971.
Pour une discussion plus en détail de l’apport de la théorie de dépendance à l’évolution de la théorie des relations internationales : Werner K. Ruf : « Relations internationales et dépendance structurelle », introduction à : Indépendances et Interdépendances au Maghreb, Paris, C.N.R.S., collection du C.R.E.S.M., 1974.

25 Werner K. Ruf : « Zur Funktion der kulturellen Entfremdung für die Reproduktion von Abhägigkeitsverhältnissen » in « Entwicklung und Zusammenarbeit », 8/1973, pp. 29-32. Cette thèse est développée plus en détail dans : Werner K. Ruf : « Dépendance et aliénation culturelle » : in : Indépendances et Interdépendances au Maghreb, op. cit.

26 Elie Rieuma : « Maghreb et transport aérien », in « Maghreb », n° 54, nov.-déc. 1972, pp. 31-40, ainsi que mon étude citée dans la note 23.

27 Voir les propos du président Bourguiba : B. Etienne et N. Sraieb : « Bourguiba et Israël », in « Annuaire de l’Afrique du Nord, 1965 », pp. 151-152 et W. RUF : Wresting Power from Israël », London, « The Wierner Library Bulletin » (2). 1968, pp. 12-18.

28 Il paraît significatif à cet égard que le gouvernement tunisien ait expulsé quelques étudiants palestiniens et provoqué par là des troubles dans l’Université de Tunis les 15 et 16 mars 1973. Au lendemain de cette affaire, les journaux tunisiens publiaient une photo sur laquelle on voyait le président Bourguiba recevant le représentant du Fath à Tunis et exprimant sa solidarité avec le peuple palestinien (voir « L’Action » du 16 mars 1973).

29 Werner K. Ruf : « Inhaltsanalyse. — Eine Methodendiskussion am Beispiel der Perzeption des Nahostkonflikts seitens der nordafrikanischen Regierungen und Parteien », in « Gesellschaftlicher Wandel und Politische Innovation », Sonderhelft (4), « Polltische Vierteljahresschrift », 1972.

30 Il paraît intéressant de noter dans ce contexte qu’au Maroc circulent des rumeurs selon lesquelles une partie des officiers dépêchés en Syrie en ce printemps 1973 aurait déserté et pris le maquis dans le sud-est marocain.

31 Werner K. Ruf : « Der Burgibismus… ».

32 Interview du président Bourguiba. « Le Monde », 24 février 1958.

33 Pour une analyse détaillée des négociations et de leurs résultats, voir Bruno Etienne, « Maghreb et CEE », in AAN, 1969, pp. 169-210. Voir aussi « Maghreb », n° 33, mai-juin 1967, pp. 9-12.

34 Voir Hervé Bleuchot, « Le discours sur la coopération en Algérie », in : Indépendance et Interdépendances au Maghreb, op. cit.

35 En raison de l’affaire des livraisons de chars à Israël en 1965, et à la suite de la guerre des Six-jours.

36 Pour une information plus détaillée, voir Jean-Paul Constant : « Les relations maroco-soviétiques, 1956-1971 », Paris, Librairie Générale de Droit et de Jurisprudence, 1973.

37 Baber Johansen : « Die feindlichen Städte », in « Das Argument » (65), 1971, pp. 394-423.

38 Le général Medbouh, tué lors de l’attaque sur le palais de Skhirat, fut accusé d’avoir été à la tête du complot.

39 Voir pour ceci surtout le presse maghrébine ainsi que l’hebdomadaire « Jeune Afrique », notamment le n° 591 du 6 mai 1972.

40 Voir « L’action », 20 juin 1972.

41 Document SEC (72) 3 III final, de la Commission des Communautés Européennes, Bruxelles, 27 septembre 1972 : « Les relations entre la Communauté et les pays du bassin méditerranéen » (communication de la Commission du Conseil).

42 Voir document précité.

43 Discours du président Pompidou à Toulon, été 1972.

44 Cf. Bruno Etienne : chronique diplomatique : A.A.N. 1973, sous presse.

45 Cf. L’éditorial de Béchir Ben Yahmed in « Jeune Afrique », n° 591 du 6 mai 1972.

Notes de fin

* Faculté de Droit, CRESM, Aix-en-Provence.

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540