Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à l’Afrique du Nord contemporaine

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes

Deuxième partie. Le Maghreb indépendant

VII. L’économie Maghrébine depuis l’indépendance

Larbi Talha

Note de l’auteur

Note portant sur l’auteur1

Texte intégral

INTRODUCTION

1On peut l’affirmer à l’heure actuelle sans crainte aucune d’être démenti : l’aboutissement essentiel et logique de plus d’un siècle de domination coloniale au Maghreb apparaît très nettement comme la mise en place, définitive, irréversible, des présuppositions devant conduire au développement du capitalisme. Mais ces germes que la colonisation a semés ne pouvaient être autres que ceux d’un développement dépendant, étroitement lié aux contraintes du marché international.

2Ce sont ces deux points que nous allons développer, en guise d’introduction à cette étude, avant d’en indiquer le plan d’ensemble.

  • 1 Nous ne discuterons pas ici de la nature précise du mode de production dominant dans le Maghreb pré (...)

31. — Les formations sociales du Maghreb précolonial présentaient toutes les caractéristiques d’une société fondée sur un système de production à base communautaire ou tribale1.

4La circulation de la marchandise et de la monnaie ne s’y était encore développée qu’à la périphérie, se limitant pour l’essentiel à l’achat de quelques produits d’un artisanat urbain représentatif d’une économie marchande encore embryonnaire.

5C’est dans ce système, que nous qualifierons d’archaïque pour aller vite, que va faire irruption un capitalisme avancé, déjà dominé par la concentration financière, industrielle et commerciale.

6Tantôt violente, tantôt pacifique, développant les formes les plus traditionnelles du capitalisme dans les zones les plus riches (implantation de la viticulture, de la culture fruitière et de l’agrumiculture dans les plaines fertiles de la côte), et ses formes les plus avancées dans les régions les plus arriérées (exploitation des gisements miniers et d’hydrocarbures dans le centre et le sud des trois pays), cette irruption va engendrer deux phénomènes contradictoires qui plus tard péseront très lourd sur les politiques nationales de développement.

7D’un côté, sous la double action de la diffusion rapide de la circulation de la monnaie d’une part (au moyen de la généralisation de l’impôt, du crédit, de l’endettement, etc.), et de la marchandise d’autre part (extension massive de la production pour l’exportation, et intensification de l’importation de produits finis), les soubassements économiques de la vieille formation précapitaliste sont irréversiblement brisés. De l’autre côté, du fait même que la mise en valeur, enclanchée par la colonisation, se limitait aux ressources dont l’économie de la Métropole française avait prioritairement besoin (produits agricoles et matières premières), le processus de dissolution des structures précapitalistes n’a pas débouché sur la mise en place de structures capitalistes suffisamment développées.

8Parce qu’il s’est introduit brutalement de l’extérieur, le capitalisme français, tout en amarrant solidement les trois pays du Maghreb aux centres industriels de la métropole, ne s’est pas diffusé à l’ensemble du système de production autochtone. Détruisant de fond en comble des sphères entières de l’agriculture, s’y subordonnant d’autres, il s’installe à la périphérie du territoire sans jamais prendre complète possession de celui-ci. D’un côté le processus d’érosion des communautés paysannes par la colonisation est relativement bien avancé pour implanter solidement des sphères étendues de la propriété privée capitaliste, et, partant, pour libérer progressivement une force de travail abondante; de l’autre côté le développement exclusif de secteurs pour l’exportation engendre un appareil de production trop faible pour absorber cette force de travail. Tandis que la formation du marché du travail a progressé à un rythme très accéléré, la formation du capital est restée très inachevée, très limitée, bloquée qu’elle était dans son essor du fait de sa subordination étroite aux pôles métropolitains. En conséquence, les mécanismes classiques des effets d’entraînement, par le biais de multiplicateur et de l’accélérateur Keynesien, resteront grippés, du moins tant que n’est pas encore intervenue la fin de la domination politique et économique de la France.

9Bref, l’intégration des économies maghrébines au processus d’accumulation du capital industriel métropolitain, tout en jetant les bases objectives du développement, a, dans le même temps, engendré les obstacles menant au blocage de ce développement.

102. — En effet, le développement naissant du capital, à peine a t-il vu le jour dans les pays maghrébins, qu’il s’est déjà trouvé scindé entre deux phases diamétralement opposées : alors que la valeur de la production agricole et minière effectuée sur le sol maghrébin se réalise sur le marché du « centre », ce sont les produits manufacturés en Métropole qui sont consommés sur le marché de la « périphérie ».

11C’est ce phénomène de disjonction, de dissociation de la production et de la consommation qui constitue la base matérielle, et de la dépendance économique et du blocage de la croissance.

12Dès lors il n’est pas loisible de concevoir d’autre politique de développement que celle qui viserait essentiellement à brancher en ligne directe le procès de la circulation sur celui de la production et vice versa, de manière à renouer étroitement les deux phases du déroulement du cycle, de le transformer en un seul et même circuit se développant selon un mouvement ininterrompu et se reproduisant sur ses bases propres. Ce qui suppose tout à la fois le déplacement du pôle central de l’accumulation et son incorporation au sein de la périphérie, l’approfondissement du processus de la production et l’extension de la consommation et de la demande interne.

13Autrement dit, il s’agira de briser les barrières qui empêchent la formation accélérée d’un marché national intégré, et de favoriser l’essor qualitatif des rapports de production nouveaux dont la colonisation a jeté les germes.

14C’est en fonction de ce schéma que doit être appréciée la direction prise par le développement de l’économie de chacun des trois pays du Maghreb depuis l’Indépendance.

  • 2 L’indépendance politique est proclamée le 2 juillet 1962 pour l’Algérie, le 2 mars 1956 et le 20 ma (...)

15A ce propos, il faut préciser sans tarder ce que signifie la réalisation de l’objectif de l’Indépendance Nationale pour le devenir économique de ces pays2.

16L’indépendance politique est sans aucun doute une condition fondamentale, à défaut de laquelle toute politique de développement n’est qu’un leurre. Mais sa signification et sa portée profondes résident seulement dans les possibilités qu’elle offre pour une expansion rapide du capital industriel. En ce sens, on peut dire que l’émancipation nationale libère les potentialités tendant à favoriser l’essor des forces productives nécessaires à l’édification d’une économie nationale moderne. Ces potentialités se heurteront cependant à des contre-tendances puissantes, tant qu’elles ne seront pas prises en charge par le pouvoir d’un Etat National. L’intervention active de l’appareil d’Etat apparaît alors comme la base de départ indispensable pour l’appropriation puis le développement accéléré des moyens de production légués par le colonialisme. Cela signifie que c’est à l’Etat que revient le rôle d’assumer les tâches historiques de l’accumulation du capital.

  • 3 Nous aurons à revenir plus en détail, dans le corps de l’étude sur les éléments matériels de ce qu’ (...)

17La question que nous voudrions examiner dans cette étude n’est pas tant de savoir si les Etats nationaux maghrébins se sont acquittés ou non de leurs tâches historiques : cette question relève plus de l’histoire et de la sociologie politique que de l’analyse économique. Notre but est de chercher à vérifier si l’évolution objective des « grandeurs significatives » de l’économie des trois pays du Maghreb progresse dans le sens de la formation d’un capital national autonome et d’un marché interne intégré.3

18Le processus qui, formellement, devrait déboucher sur ce résultat, passe en priorité par une reconversion accélérée et radicale des rapports d’échange avec l’extérieur, rapports qui, ne l’oublions pas, représentent la forme la plus voyante de la dépendance commerciale, financière et économique, léguée par la colonisation. Cette reconversion, si elle était menée de pair avec une réorientation, une diversification et une extension progressive de l’appareil de production pourrait conduire à son tour à la formation rapide du capital et d’un marché national.

19Le mouvement réel et spécifique de l’économie maghrébine se rapproche-t-il ou non de cette perspective ? C’est sur cette question que nous allons nous pencher en développant les trois points suivants :

  1. L’Evolution des rapports d’échange avec l’extérieur.

  2. L’Evolution des principaux secteurs de production.

  3. La formation du capital et les tâches de l’Etat.

I. — L’ÉVOLUTION DES RAPPORTS D’ÉCHANGES AVEC L’EXTÉRIEUR

20La colonisation a donc intégré le Maghreb dans la mouvance économique du capitalisme français en lui assignant le rôle de pays fournisseur de produits primaires d’un côté, et importateur de produits manufacturés de l’autre.

21Il était nécessaire de le rappeler afin de bien comprendre que la construction économique du Maghreb indépendant ne pouvait se réaliser que sur des bases objectives quasi intégralement prédéterminées, héritées du pacte colonial; et que cette construction, par référence au « modèle » chinois, par exemple, ne pouvait se développer que dans les conditions globales d’une économie fatalement « ouverte » sur l’extérieur.

22Inversement la modification de ces données historiques s’annonce comme la condition nécessaire, mais non suffisante, pour la réussite de toute édification économique.

23On peut se demander dès lors si les formes de domination léguées par la colonisation ont été effectivement modifiées, reconverties, remodelées; et dans quel sens et selon quelle ampleur ce processus s’est réalisé depuis l’émancipation politique de chacun des trois pays.

24Pour donner réponse à cette question, nous aurons recours à une brève analyse empirique de l’évolution structurelle du commerce extérieur, en partant de cette hypothèse que toute forme de reconversion dans ce domaine s’opère à la suite d’une série de ruptures successives — que les historiens connaissent sous le terme de décolonisation — d’intensité inégale selon le pays et la période.

25Mais auparavant précisons très brièvement dans quel cadre organisationnel global vont évoluer les échanges extérieurs.

26En Algérie, la volonté de prise en main du secteur du commerce extérieur s’est manifesté très tôt, dès le 13 décembre 1962, par la promulgation du décret portant création de l’O.N.A.C.O. (Office National de Commercialisation), prélude à une nationalisation qui devait progressivement devenir totale. Cet organisme, qui allait très vite détenir le monopole pour les principaux produits, dut cependant s’effacer devant les grandes sociétés nationales (SONATRACH, SONACOME, etc) dont le monopole s’étend, à l’heure actuelle, tant à la production qu’aux importations et exportations qui intéressent chacun de leur secteur particulier. Un Comité Interministériel pour le Commerce est chargé de coordonner l’ensemble des opérations d’import-export effectuées par les Sociétés Nationales dans le cadre de la politique générale d’industrialisation.

27Sans être tout à fait comparable au cas algérien, le contrôle du commerce extérieur par l’Etat tunisien s’exerce très étroitement sur les principaux secteurs par l’intermédiaire des Offices Nationaux : l’Office du Commerce, par exemple, détient le monopole des importations des produits alimentaires (sucre, café, céréales, etc). Il faut signaler également l’Office national de l’huile et l’Office de la pêche. La « libéralisation » survenue en 1970 ne semble pas avoir remis en question le rôle de l’Etat dans l’organisation du commerce extérieur, qui, il faut le rappeler, fut inaugurée en même temps que le premier plan quadriennal 1965-1968 et après que l’aggravation constante du déficit commercial de 1956 à 1963 ait forcé la Tunisie à décréter une dévaluation draconienne du Dinar de 25 % en 1964.

28Le Maroc, quant à lui, mis à part la brève « expérience » du gouvernement U.N.F.P. (1960-1964), vit depuis 1964 sous le régime du « laisser-faire, laisser-aller ».

Section I. — Evolution globale des échanges extérieurs

29Globalement la progression des courants d’échanges s’est poursuivie à vive allure depuis l’indépendance de chacun des trois pays.

30Le rythme de cette progression a toutefois varié selon la période, le pays et le type de produits.

1°) La progression des importations

  • 4 L’ensemble des tableaux qui illustrent cette première partie rassemblent les résultats de calculs e (...)

31Le tableau I4 montre que le rythme d’accroissement de l’ensemble des importations, pour les trois pays, est très nettement plus rapide durant la période 1968-1972 que pour la période 1964-1968. Le changement de rythme est, du reste, plus tranché pour l’Algérie et la Tunisie que pour le Maroc. En effet, le taux moyen de progression des importations passe pour l’Algérie de 15,9 % durant la première période à 98,5 % lors de la seconde période ; pour la Tunisie, il passe de 3,3 % à 94,1 % et seulement de 21,1 % à 27,7 % pour le Maroc.

Tableau I. Variations des principales importations (en %)

Tableau I. Variations des principales importations (en %)

32Il faut souligner que pour l’Algérie, l’accélération des importations est due exclusivement aux achats de biens d’équipement dont l’accroissement s’est établi à 127,2 % durant la période 1964-1968. La période suivante semble marquer un ralentissement (+81,7%); en réalité l’absence de données chiffrées pour l’année 1972 ne nous a pas permis de calculer la moyenne de progression sur les 5 années successives. Il ne fait point de doute que le rythme des importations des biens d’équipement a évolué parallèlement au rythme d’industrialisation fixé par le Plan quadriennal 1970-1973.

33La Tunisie a connu de son côté une accélération subite des importations des produits destinés à l’équipement durant la période 1968-1972 : + 116,7 % contre à peine 1,4 % durant la période 1964-1968. Alors que le Maroc, en revanche, a vu un très net ralentissement : 20,7 % en moyenne entre 1968-1972 contre 70,9 % durant la période 1964-1968.

34Les achats des biens de consommation de l’Algérie ont enregistré une décroissance remarquable pendant la première phase, (—26,1%), décroissance qui s’est poursuivie, quoique, semble-t-il, à un rythme moins rapide (— 2,3 %) entre 1968 et 1971. Les importations marocaines ont, par contre, connu une nette reprise entre 1968 et 1972 (+ 11,6 %) après une décélération moyenne de — 4,7 % durant les années précédentes. Quant à la Tunisie, la reprise des achats de biens de consommation à l’étranger est d’autant plus vive entre 1968 et 1972 (+ 86,7 %) que le ralentissement durant la période des gestion de Ben Salah a été sensible (+ 1,1%), sans cependant atteindre une inflexion effective comme dans les deux autres pays.

2°) La progression des exportations

35On peut dire que la progression de l’ensemble des exportations, tout comme celle des importations, marque une très nette tendance à l’accélération dans les trois pays. Ainsi pour le Maroc et pour la Tunisie, l’accroissement moyen est passé respectivement, entre l’une et l’autre période, de 3,8 % à 29,6 %, et de 44,5 % à 81,5 % (cf. tableau II). L’Algérie semble faire exception. En réalité le ralentissement observé durant la période 1968-1971 (+ 2,7 % contre 14,2 % durant la période 1964-1968) est lié au fait que les années de référence n’incluent que les deux premières années du Plan quadriennal 1970-1973. En outre l’année 1971, année de crise pétrolière entre la France et l’Algérie, a été marquée par une contraction des exportations, dont la valeur a accusé une baisse de 15,5 % par rapport à 1970. Si on prenait pour période de référence, les années 1968 à 1970, alors l’estimation de l’accroissement des exportations s’élèverait à 21,5 %.

36Cette progression des exportations est imputable, pour le Maroc et la Tunisie, beaucoup plus à la réalisation des biens de consommation (essentiellement les produits agricoles), qu’à celle des matières premières (essentiellement les produits phosphatiers et pétroliers).

Tableau II. Variations des principales exportations (en %)

Tableau II. Variations des principales exportations (en %)

37Ce phénomène est beaucoup plus marqué, dans le cas de la Tunisie, durant la période 1968-1972 (accroissement de 146,6 % de la valeur des biens de consommation, contre 49,1 % pour les matières premières). Ce pays a vu, du reste, d’une période à l’autre, s’opérer un renversement de la croissance comparée de chacun des deux types de produits (cf. Tableau II). Pour le Maroc, l’écart n’est pas aussi creusé, et les parts de l’un et l’autre type de marchandises semblent évoluer relativement parallèlement. Quant à l’Algérie, la remarque que nous avons formulée plus haut à propos de l’ensemble des exportations reste valable pour chacune de ses composantes. Durant la période 1968-1970, l’estimation indique d’un côté un ralentissement des exportations des matières premières (+ 15,5 % contre 56,6 % durant la période précédente) de l’autre côté, un renversement complet du mouvement des biens de consommation (+51,5% contre —51,3%).

38En résumé, l’expansion des échanges avec l’extérieur s’est accélérée depuis l’indépendance de chacun des trois pays maghrébins. Mais la structure des produits échangés, héritée de la colonisation, ne semble pas se modifier rapidement. C’est que nous allons chercher à vérifier à présent.

Section II. — Evolution de la structure des produits

39Une différenciation remarquable sépare au premier abord l’évolution de la structure des exportations de celle des importations. Tandis que les premières restent entre 1954 et 1972 invariablement dominées par les produits primaires, les secondes enregistrent une reconversion continue au détriment des biens de consommation.

1) Evolution de la structure des exportations

  • 5 Le regroupement des diverses marchandises exportées en trois catégories principales a été effectué (...)

40Le tableau III montre en effet que les trois pays maghrébins continuent à exporter, aussi bien en 1972 qu’en 1954, quasi exclusivement des produits contenant très peu de valeur ajoutée : matières premières et auxiliaires, demi-produits et moyens de consommation5. Il existe cependant des différences notables, lorsqu’il s’agit d’examiner des variations des proportions de chacune des trois catégories de produits, pour chacun des trois pays. Pour l’Algérie, un bouleversement très poussé aboutit :

  1. à une hausse considérable de la part relative du groupe 1, qui passe de 27 % de l’ensemble des exportations en 1954 à 87 % en 1972 ;

  2. à une baisse non moins considérable de la part des biens de consommation qui représente 9 % en 1972, contre 72 % en 1954 ;

  3. à l’apparition d’un embryon de biens d’équipement qui représente 4 % des exportations en 1972, et qui va, sans doute, s’affirmer dans l’avenir.

Tableau III. Structure des exportations par groupements d’utilisation (% de la valeur totale)

Tableau III. Structure des exportations par groupements d’utilisation (% de la valeur totale)

41Pour le Maroc, la reconversion est très lente et de très faible ampleur; et elle se réalise du reste en sens contraire. Le tableau III montre en effet, que la part relative des matières premières, essentiellement des produits miniers, diminue légèrement, passant de 50,3 % en 1954 à 45 % en 1972, tandis que celle des biens de consommation (produits agricoles) augmente de 4 points, passant de 48,8 % en 1954 à 53,9 % en 1972. La part des biens d’équipement reste négligeable.

42La structure des exportations tunisiennes, quant à elle, évolue dans la même direction que celle de l’Algérie, mais à une allure et selon une ampleur beaucoup plus atténuées. En effet, comme le montre le tableau III, la part relative des produits miniers et des semi-produits, qui se situait à 44 % en 1954, passe à 54,2 % en 1972 ; tandis que celle des produits de consommation évolue en sens inverse, passant de 56 % en 1954 à 45,3 % en 1972.

43S’il ne fait point de doute que chacun des trois pays, après comme avant la fin de la colonisation, continue à exporter essentiellement des produits bruts, donc très peu valorisés, il semble bien que des modifications plus ou moins profondes sont intervenues, pour ce qui concerne les types de produits exportés. Aussi, pour l’Algérie, les matières énergétiques prennent une place de plus en plus considérable dans la balance des matières premières et demi-produits : elles représentent en effet en 1972 91 % de cette catégorie contre 1 % à peine en 1956. Inversement les produits miniers et demi-produits, ne comptent plus respectivement que dans 5 % et 3,6 % en 1972, contre 81 % et 17,7 % en 1956 (cf. tableau IV).

44Le tableau IV indique, également, que la structure interne pour ce même groupe n’a pratiquement pas subi de modifications depuis 1956, pour ce qui concerne le Maroc. Dix-sept années après l’indépendance, ce pays exporte les mêmes types de produits de base, et dans les mêmes proportions : 0,5 % pour l’énergie en 1972, contre 3 % en 1956, 85 % pour les produits miniers contre 83 %, et 14 % pour les semi-produits contre 13 %.

Tableau IV. Structure des matières premières et demi-produits exportés

Tableau IV. Structure des matières premières et demi-produits exportés

45La Tunisie, en revanche, a connu un renouvellement assez important de ses sources d’exportation, mais d’une ampleur moindre que pour l’Algérie : la part du pétrole, qui n’apparaissait pas en 1959, s’est élevée brusquement à près de 50 % des matières brutes exportées en 1972. L’importance des autres matières premières a, du coup, enregistré une baisse relative considérable, puisqu’elle ne se situe qu’à 28 % en 1972 contre 73 % en 1959. La part des demi-produits reste, par contre, relativement stable tout au long de la période (27 % en 1959 et 22 % en 1972), tout comme du reste dans le cas du Maroc. Mais son importance apparaît beaucoup plus considérable en Tunisie qu’au Maroc ou en Algérie. Cela signifie-t-il que la « vocation » de ce pays à la sous-traitance ne daterait pas d’aujourd’hui ? ,

46Suivons à présent l’évolution de la structure des biens de consommation. Le tableau V indique une différenciation très nette entre le cas de l’Algérie d’un côté, et celui de la Tunisie et du Maroc de l’autre. Pour le premier pays, la proportion des produits bruts agricoles, par rapport à celle des produits manufacturés, ne semble pas avoir varié d’un iota ; elle représentait près de 92 % en 1954; elle en représente un peu plus de 92 % en 1971 (cf. tableau V). Le Maroc et la Tunisie, dont l’indépendance a 8 ans d’âge de plus que celle de l’Algérie, exportent manifestement plus de produits transformés en 1972 qu’en 1956, soit 13 % en 1972 contre 5,7 % en 1956 pour le premier pays, et 9 % en 1972 contre 1 % en 1959 pour le second. L’exportation de biens de consommation non transformés a enregistré en conséquence une baisse relative, comme l’indique le tableau V : 87 % en 1972 contre 94 % en 1956 pour le Maroc, et environ 91 % en 1972 contre près de 99 % en 1959 pour la Tunisie. Il semblerait donc qu’au sein de la division internationale du travail, la place et le rôle de ces deux derniers pays acquièrent très lentement une signification nouvelle. Nous examinerons ce point de plus près dans la deuxième partie.

2) Evolution de la structure des importations

47L’observation de l’évolution de la structure des importations, telle qu’elle est retracée dans le tableau VI, révèle deux tendances très nettes :

  • d’un côté, un accroissement remarquable de la part relative des biens d’équipement et des matières premières et auxiliaires;

  • de l’autre côté, et conséquemment, une diminution continue de l’importance relative des biens de consommation;

48Cependant l’ampleur de ce double mouvement varie considérablement d’un pays à l’autre.

Tableau V. Structure des biens de consommation exportés

Tableau V. Structure des biens de consommation exportés

49a) L’augmentation parallèle des parts relatives de biens capitaux et des matières premières n’est pas pour étonner, vu que les produits bruts ne peuvent être transformés sans l’aide des moyens de production, et que, réciproquement la mise en action de ces derniers n’est pas réalisable sans la mise en circulation des premiers.

50De fait, la part des biens d’équipement dans l’ensemble des importations est passé, entre 1954 et 1972, respectivement de près de 16 % à 33 % pour l’Algérie, de 15 % à près de 20 % pour le Maroc et de 14 % à près de 30 % pour la Tunisie.

51L’Algérie vient largement en tête pour ce qui concerne le rythme et la vitesse de l’accroisement de ce secteur, surtout si l’on prenait la période allant de 1964 à 1972, durant laquelle la part des moyens de production importés a plus que doublé. La Tunisie, qui, comme le Maroc, a accédé à l’indépendance en 1956, semble avoir accompli le plus gros de son progrès durant les huit premières années, avant de connaître, depuis 1964, une stagnation relative apparente. Quant au Maroc, il est flagrant que, en l’espace de seize ans, ses achats en moyens d’équipement n’ont augmenté que de 5 points en importance relative.

52Du côté des matières premières, auxiliaires et demi-produits, l’évolution a été parallèle à celle des biens capitaux, en particulier pour le cas de l’Algérie et de la Tunisie. Ces deux pays, partant d’un niveau relativement équivalent en 1954 (près de 26 % pour l’Algérie, et 28 % pour la Tunisie), se retrouvent également à un niveau comparable en 1972 (36,4 % pour le premier pays, et 36,7 % pour le second), et ceci bien que l’Algérie ait enregistré une baisse assez importante (— 2 points environ) durant les deux premières années qui ont suivi l’accession à l’indépendance. L’Algérie a donc réalisé des progrès nettement plus considérables que la Tunisie, de 1964 à 1972 : + 13 points pour le premier, et —1/2 point pour le second.

53Le Maroc enregistre, en revanche, un accroissement presqu’aussi soutenu que celui de l’Algérie (+ 10 points entre 1964 et 1972), qui contraste fortement avec l’évolution des achats en biens d’équipement, dont le taux de renouvellement apparaît ainsi d’une lenteur singulière.

54A l’inverse, la catégorie des produits semi-élaborés (produits sidérurgiques et chimiques, engrais, fibres synthétiques, pâte à papier, etc.), semble occuper en permanence une place démesurée, relativement à l’ensemble des matières premières auxiliaires importées; on peut l’estimer à près de 54 % en 1964 et à près de 57 % en 1972. Les possibilités de substituer à ce type d’importation des productions locales, existent incontestablement au Maroc, mais elles n’ont pas été (ou très faiblement) exploitées. Nous verrons pourquoi dans la IIe Partie.

55On peut du reste soulever la même question, pour ce qui concerne les achats de biens de consommation à l’étranger. En effet, si l’Algérie semble également dans ce domaine opérer une compression et une reconversion accélérée, l’effort réalisé par le Maroc et la Tunisie semble, en revanche, se relâcher en particulier depuis 1968. Le tableau VI montre que pour l’Algérie, la part des importations de produits de consommation, qui occupait près de 60 % en 1954 et en 1964, ne représente plus que 29 % en 1972. Pour le Maroc, elle s’élève respectivement à 33 % en 1972, contre 48 % en 1964, et pour la Tunisie respectivement près de 34 %, contre environ 36%.

Tableau VI. Structure des importations par groupements d’utilisation

Tableau VI. Structure des importations par groupements d’utilisation

56Si l’évolution en hausse des achats en biens capitaux et matières premières laisse supposer la mise en œuvre d’une politique d’équipement et d’industrialisation, l’évolution en baisse des achats des produits finis, devrait logiquement, avoir, pour corollaire, la réalisation d’une politique de substitution d’importations. Nous examinerons ces deux hypothèses dans la IIe et IIIe Parties.

57Dores et déjà, on peut entrevoir à la lumière des tableaux VII et VIII, que :

  • Selon tout apparence, c’est la Tunisie qui a beaucoup plus nettement axé ses efforts sur le deuxième type de politique économique, celui de la substitution d’importations. En effet, le tableau VII révèle que la part relative des biens de consommation manufacturés importés par la Tunisie, accuse une tendance continue à la baisse, tandis que l’Algérie et le Maroc voit se dérouler un mouvement inverse.

  • Par contre, c’est l’Algérie, à première vue, qui semble mettre beaucoup plus l’accent, en priorité, sur la politique d’industrialisation accélérée. C’est ce que laisse entrevoir le tableau VIII, qui indique une tendance à l’accroissement de la part relative des importations des moyens de production destinés à l’industrie (près de 98,0 % en 1972, contre 84,6 % en 1954 et 92,6 % en 1964). Cette tendance semble s’être renforcée plus particulièrement depuis 1968. Le Plan quadriennal prévoit en effet l’affectation de 5 milliards de dinars à l’importation de biens d’équipement, sur les 13 milliards réservés aux importations globales.

Tableau VII. Structure des biens de consommation importés

Tableau VII. Structure des biens de consommation importés

Tableau VIII. Structure des biens d’équipement importés

Tableau VIII. Structure des biens d’équipement importés

58En Tunisie et au Maroc, le mouvement semble au contraire stagner depuis 1964 (respectivement 94 % et 93 %) à 1972 (94,3 % et 92,1 %), avec une baisse marquée en 1968 pour le Maroc, et une hausse enregistrée à la même année, pour la Tunisie (cf. tableau VIII).

59On peut se demander si les modifications de la structure des échanges, selon les produits, ne sont pas allées de pair avec une restructuration des rapports géographiques.

Section III. — Evolution de la structure géographique des échanges commerciaux

60Si l’on se reporte au tableau IX, il est manifeste que la répartition géographique des courants d’échanges des trois pays maghrébins, a été bouleversée. Et se bouleversement est nettement plus marqué, pour ce qui concerne le commerce extérieur de l’Algérie et de la Tunisie, que pour celui du Maroc.

61Si la France se place encore au premier rang, sa part dans les importations et les exportations, a fortement baissé depuis l’Indépendance. L’Algérie en effet ne commerce plus que pour 37,7 % de ses importations, et 23,6 % de ses exportations en 1971, contre respectivement 81,3 % et 75,2 % en 1963. Le Maroc, qui réalisait avec la France 49,6 % de ses importations et 52,8 % de ses exportations en 1956, n’échange plus respectivement qu’un peu plus de 31 % en 1972. Quant à la Tunisie, la part de ses achats en provenance de la France, passe de 65 % en 1959 à 35,7 % en 1972, et la part de ses ventes en direction du même pays, s’établit à 21 % en 1972 contre 50,5 % en 1959.

62Face au déclin relatif de la France, la République Fédérale d’Allemagne gagne rapidement du terrain; ce pays se place désormais au deuxième rang, immédiatement après la France, dans le commerce algérien et marocain, et au 3e rang après l’Italie, en ce qui concerne le commerce tunisien (cf. tableau IX). Il se place même au premier rang, si l’on considère sa part dans les exportations algériennes.

63La réorientation vers la R.F.A. des courants d’échanges du Maghreb, et particulièrement ceux de l’Algérie, s’explique parfaitement par le fait que les biens d’équipement allemands sont largement concurrentiels sur le marché de la Communauté Européenne, tant au plan de leur qualité qu’à celui de leur coût. L’industrie française, en revanche, est beaucoup plus importatrice qu’exportatrice des moyens de production.

64Après la R.F.A. viennent les Etats-Unis d’Amériques, dont la balance avec chacun des trois pays est largement excédentaire, et ensuite l’Italie qui, par contre, effectue des échanges plus équilibrés, et même largement déficitaires au profit du Maroc et surtout de la Tunisie.

65Enfin l’U.R.S.S. et la G.B. viennent très loin derrière les autres pays industrialisés. Le commerce avec le Japon reste pour l’instant négligeable. Quant aux échanges intermaghrébins, ils restent très faibles et, qui plus est, sans perspectives d’expansion dans un avenir proche.

Section IV. — Evolution de la balance commerciale

66Etant donné la structure des échanges commerciaux, il n’est pas surprenant de voir la balance commerciale de chacun des trois pays enregistrer un déficit quasi permanent. Ceci ressort très nettement lorsqu’on évalue l’évolution du taux de couverture des importations par les exportations, au cours des trois périodes 1954-1961, 1963-1968 et 1969-1972.

67Le tableau X montre que l’Algérie, pays très fortement endetté avant l’Indépendance avec un taux de couverture estimé à 46,5 %, a vu la situation de sa balance commerciale se relever très substantiellement, durant la période 1963-1968. Ce relèvement est essentiellement dû à un rétrécissement beaucoup plus important des importations que des exportations.

Tableau IX. Structure des échanges selon les principaux pays

Tableau IX. Structure des échanges selon les principaux pays

Tableau X. Évolution du taux de couverture

Tableau X. Évolution du taux de couverture

68La reprise des échanges, qui commence à se manifester dès l’année 1967, va s’accélérer avec la rapide croissance des importations des moyens d’équipement, et l’augmentation beaucoup moins rapide des exportations. Le taux de couverture enregistre de nouveau une tendance à la baisse, et se situe durant la période 1969-1971, au niveau moyen de 80,8 %. Par rapport à la période de préindépendance, le redressement de la balance de commerce est certain, même si l’équilibre désiré est loin d’être atteint.

69Le Maroc, qui part d’un niveau d’équilibre beaucoup plus élevé que l’Algérie, puisque le taux de couverture moyen enregistré durant les années 1951-1961, se situe à 78,4 %, va améliorer sérieusement sa balance commerciale durant la période 1963-1968 (taux de 88%), avant de voir de nouveau le déficit s’aggraver lors de la phase suivante (80 %).

70La situation de la Tunisie semble beaucoup plus grave que celle du Maroc. En effet, le taux de couverture des importations qui se situe à 73 % durant les premières années de l’Indépendance, ne cesse de se détériorer en permanence, malgré un léger redressement en 1972, puisqu’il s’établit à 57 % entre 1963 et 1968, et 63 % de 1969 à 1972. La Tunisie est en effet le pays le plus endetté, non seulement du Maghreb, mais encore de l’ensemble du Tiers-Monde.

71Ce problème de l’endettement rejoint la question des termes de l’échange, que nous allons à présent examiner très rapidement.

Section V. — Evolution des termes de l’échange

72Il faut d’abord souligner que l’écart entre les prix à l’achat des produits manufacturés, et les moyens d’équipement d’une part, et les prix réalisés à l’exportation des matières premières d’autre part, reste considérable, et a même tendance à s’aggraver proportionnellement à la course inflationniste qui sévit dans les pays industrialisés. De sorte que tout accroissement, relativement modéré, de la quantité de biens capitaux importés, s’accompagne d’une hausse multipliée de la valeur de ces biens. Autrement dit, pour importer une même quantité de produits valorisés, il faut exporter de plus en plus de produits bruts.

73Le tableau XI montre que le rapport du prix de la tonne importée au prix de la tonne exportée par l’Algérie, est passé d’une moyenne de 3,3 durant la période 1951-1961, à 14,2 durant la période 1969-1971, si l’on compte les exportations pétrolières, et à 5,2 si on exclut ces exportations.

Tableau XI. Évolution des termes de l’échange. Rapport du prix de la tonne importée au prix de la tonne exportée

Tableau XI. Évolution des termes de l’échange. Rapport du prix de la tonne importée au prix de la tonne exportée

74Au Maroc, ce même rapport semble s’être stabilisé autour de 5 (cf. tableau XI), alors qu’en Tunisie, il a enregistré une hausse importante, le situant à 6,5 en moyenne, durant la période 1969-1972, contre 5,4 entre 1954-1961.

75L’apparente stabilisation des termes de l’échange marocain est liée, sans nul doute, à une faible propension de ce pays à importer des moyens d’équipement; et inversement, la dégradation des rapports d’échange que connaissent les deux autres pays, s’explique par l’importance relative des biens de production importés. Cette tendance s’aggrave lorsque, comme c’est le cas de l’Algérie, et également depuis 1972 celui de la Tunisie, les exportations d’hydrocarbures et autres matières premières stratégiques tiennent une place prépondérante dans la structure des échanges.

76On peut donc en conclure que, plus les rapports d’échange d’un pays sont dominés par les exportations de matières premières et les importations de biens industriels, plus ce pays se trouve exposé au phénomène de la détérioration des termes de l’échange, et plus importante est la masse de prélèvement et élevé le taux d’exploitation auquel il se trouve soumis.

77C’est l’un des effets les plus saillants de la dépendance économique. Ce n’est pas le seul.

Section VI. — Les indicateurs de la dépendance

78Parmi les indicateurs de la dépendance les plus usités, nous en avons retenu les deux suivants qui semblent les moins contestables et les plus significatifs :

  • celui qui exprime le poids de la dette extérieure,

  • celui qui indique le poids du commerce extérieur dans la Production Intérieure Brute.

79a) Le poids de la dette extérieure, mesurée par la part du versement, effectué au titre du service de la dette publique extérieure dans le total des exportations, s’est très nettement aggravé pour le Maroc et encore plus pour la Tunisie. Les chiffres suivants montrent que le degré d’endettement a doublé pour le premier, et quasiment triplé pour le second, entre 1965 et 1969.

Source : « Afrique », numéro spécial de Jeune Afrique, 1973, p. 77.

80Pour ce qui concerne l’Algérie, les services de la dette représentent 11,5 % des recettes extérieures annuelles courantes (cité par De Bernis in Les hydrocarbures gazeux et le développement des pays producteurs — Université de Dijon — Librairie Technique, Paris 1973, p. 338).

81b) Bien que les données regroupées dans le tableau XII, ne sont pas parfaitement comparables d’un pays à l’autre (cf. les notes 1 à 3 accompagnant le tableau), on peut y lire que la part des importations et des exportation dans la P.I.B. accuse une légère tendance à la baisse.

Tableau XII. Part du commerce extérieur dans la P.I.B. (aux prix courants) moyenne en %

Tableau XII. Part du commerce extérieur dans la P.I.B. (aux prix courants) moyenne en %

82L’Algérie semble, cependant, présenter une particularité significative dans le fait que, à l’inverse des deux autres pays, une partie de plus en plus large de la production nationale est exportée vers les marchés extérieurs (29,4% en 1969 contre 20% durant la période 1955-1961).

83Comparés à la France, qui équilibrait ses échanges autour de 14 % en 1971, et dont la politique au sein du Marché Commun tend précisément à une intégration plus poussée, les trois pays du Maghreb s’efforcent au contraire de se dégager progressivement d’une intégration forcée, née directement de la domination coloniale et génératrice de blocages multiples au développement. Il ne semble pas, à l’heure actuelle, que leurs efforts aient donné des résultats tangibles.

84Et c’est bien en effet la conclusion générale, qui se dégage de cette brève description rétrospective des rapports d’échange entre les trois pays du Maghreb et le monde industrialisé.

85Globalement, la nature des échanges, leur composition, s’est peu modifiée : l’Algérie, le Maroc et la Tunisie n’ont pas cessé d’échanger essentiellement des produits primaires, au sens large du mot (agricoles, miniers, énergétiques), contre des produits en majorité d’origine industrielle. Peu de différence sépare de ce point de vue les trois pays en question (cf. graphique I et II). Et cela seul suffit, pour affirmer que l’économie du Maghreb n’a pas encore franchi la barrière du sous-développement.

86En revanche, la part relative acquise par les achats des biens d’équipement, nettement plus croissante pour la Tunisie que pour le Maroc, et plus croissante encore pour l’Algérie que pour la Tunisie, exprime une tendance effective vers l’industrialisation, du moins dans ces deux derniers pays (cf. graphique I). Il conviendra dès lors d’en analyser les formes concrètes et la cadence réelle. De l’autre côté la diminution constante des achats de produits finis pour la consommation, plus accentuée en Tunisie et en Algérie qu’au Maroc, implique comme corollaire le développement d’une production interne de substitution. Il importera de vérifier, pour chacune des trois économies, si et comment, ce développement s’est réalisé effectivement.

87La modification de la structure des marchandises importées s’est nécessairement traduite par une diversification géographique des échanges (cf. graphiques III et IV). Bien que la France garde une place prépondérante, héritage des liens coloniaux, cette place ne cesse de décroître au profit essentiellement des deux plus grandes puissances industrielles : La République Fédérale d’Allemagne et les Etats-Unis d’Amérique.

88Cette réorientation géographique ne manquera pas de se traduire par une diversification parallèle de l’origine des investissements de capitaux étrangers, de leur forme et de leur orientation sectorielle. Ce problème sera également examiné plus loin.

89La question-clé qui doit en somme, guider notre réflexion au cours de la deuxième et troisième parties est la suivante : la modification des rapports d’échange entre le Maghreb et les pays capitalistes a-t-elle favorisé la transition de l’économie d’exportation, héritée de l’ère coloniale, à une économie en voie d’intégration autocentrée ?

II. — L’ÉVOLUTION DE LA PRODUCTION

90Dans quelle direction, et selon quels rythmes, a évolué l’économie d’exportation léguée par la colonisation ? Quelles tendances marquantes peut-on, de ce point de vue, entrevoir à travers l’évolution des principales composantes du Produit et de la Production Intérieure Brute ?

Section I. — L’évolution globale du P.I.B

91Sur la base 100 en 1964, le produit intérieur brut évalué aux prix courants, est passé à l’indice 171 pour l’Algérie en 1972, et à l’indice 188 en 1973, soit un accroissement de 71 % de 1964 à 1972, et une hausse de 9,6 % pour la dernière année du Plan quadriennal 1970-1973. En Tunisie, pour la même période 1964-1972, l’accroissement a été de 107,6 %, la valeur du P.I.B. ayant plus que doublé, passant de 434 millions D.T. en 1964, à 901 millions D.T. en 1972. Pour le Maroc, nous disposons des chiffres exprimant la valeur de la Production Intérieure Brute. Ces statistiques montrent que l’indice de la P.I.B. est passé de 100 en 1964 à 160 en 1972, soit une hausse de 60 %. Des trois pays, c’est donc le Maroc qui enregistre le taux de croissance le plus faible. La Tunisie vient en tête, suivie par l’Algérie (cf. les séries statistiques complètes in Tableau XVI).

92Plusieurs phases sont à distinguer dans cette évolution globale.

93Pour l’Algérie, le taux de croissance enregistré entre 1963 et 1966 est relativement faible (près de 12%). L’année 1966 a même vu une baisse relative de 3,6 % par rapport à 1965. C’est depuis 1966 que le rythme de croissance devient à la fois plus rapide et plus régulier. Durant la période du « Plan triennal » 1967-1969, la valeur du P.I.B. passe de 16,23 milliards de D.A. à 20,52 milliards, soit un accroissement de 26,4 %. L’exécution du Plan quadriennal 1970-1973 a accéléré le rythme de croissance, portant le P.I.B. de 20,02 milliards en 1970 à 26,50 milliards en 1973, soit un accroissement de 32,4 %. Le rythme de croissance de la Production Intérieure Brute au Maroc est beaucoup plus lent que celui de l’économie algérienne. Entre 1963 et 1966, la valeur de la P.I.B. passe de 10,63 milliards de D.H. à 11,40 milliards, soit un accroissement de 7,3 % seulement. L’année 1966, tout comme en Algérie, a vu la valeur de la P.I.B. baisser de plus de 3 points. Durant la période d’application du premier Plan triennal 1965-1967, la P.I.B. n’a augmenté en fin de compte que de 2,5 %. Le taux global réalisé, durant la période quinquennale 1968-1972, s’établit à 30,6 %. La valeur de la P.I.B. augmente alors de 4,19 milliards de D.H. courants.

94C’est en Tunisie que le rythme de croissance réalisé est sans doute le plus régulier et le plus rapide. Si l’on considère les phases d’application des deux plans, le premier quadriennal 1965-1968, et le 2e quadriennal 1969-1972, le taux d’accroissement global du P.I.B. enregistré en 1968 est de 22,4 % par rapport à 1965, et de 35,9 % en 1972 par rapport à l’année 1969.

95La croissance globale du P.I.B. cache en réalité des lignes d’évolution différentes selon chacun des secteurs de l’économie.

1) L’évolution des principaux secteurs de la Production Intérieure Brute

96Le tableau XIII montre que non seulement pour chacun des trois pays du Maghreb, mais encore à l’intérieur de chaque pays pris isolément, l’évolution de chacun des grands secteurs de production a été divergente.

Tableau XIII. Évolution des principaux secteurs de production. Base 100 : 1964 (1)

Tableau XIII. Évolution des principaux secteurs de production. Base 100 : 1964 (1)

971. Pour le secteur de l’agriculture, le tableau montre que le Maroc a. réalisé le taux de croissance le plus élevé des trois pays (+ 36,8 % entre 1964 et 1972) ; en Algérie, la croissance de l’agriculture a été la plus faible (+19% à peine durant la période 1964-1973), tandis que la Tunisie a enregistré une augmentation moyenne de 32 % environ entre 1964 et 1973.

98En réalité depuis l’année 1962-1963, la production agricole algérienne et tunisienne, estimée en valeur, enregistre une véritable stagnation. En Algérie, il y a eu même baisse en 1973 par rapport à 1963, année de très bonne récolte : en effet, sa valeur passe de 2 686 millions D.A. à 2 500 D.A. En Tunisie, le taux d’accroissement annuel moyen de l’agriculture durant les perspectives décennales 1962-1971, a été négatif : —1,8 % (cf. Rétrospectives décennales. Ministère du Plan 1972, p. 69). Vu l’importance de ce secteur dans la formation du P.I.B., cette régression a eu pour effet de baisser le taux de croissance du P.I.B. de près de 1,9 %. Seule l’agriculture marocaine a connu une croissance relativement soutenue, malgré quelques mauvaises récoltes enregistrées en 1964, 1966 et 1969 notamment.

99Il faut souligner, toutefois, que l’évolution générale de l’agriculture du Maghreb, reste étroitement soumise aux aléas atmosphériques d’une part, et aux incertitudes du marché européen d’autre part; de sorte que l’irrégularité de la production d’une année à l’autre constitue sa caractéristique fondamentale.

1002. Le secteur industriel a connu une croissance beaucoup plus rapide en Algérie qu’au Maroc et en Tunisie. Les industries manufacturières, qui constituent l’épine dorsale du développement industriel, ont enregistré, en Algérie, un accroissement de 150 % durant la période 1964-1973 (cf. tableau XIII). Durant la même période la hausse se situe à 38 % pour le Maroc et 47 % en Tunisie. Ces deux pays ont connu du reste, un ralentissement de la croissance dans cette branche depuis 1969, ralentissement beaucoup plus accentué pour la Tunisie (+9,8%) que pour le Maroc (+16%).

101L’industrie de transformation reste peu développé dans les pays maghrébins, du fait même de la permanence relative des anciens rapports de commerce hérités de la colonisation. Les industries existantes se concentrent dans les grands centres urbains et, du fait d’une vive concurrence étrangère, travaillent souvent en dessous de leur capacité de production. Une étude récente effectuée par le Conseil économique et social des Nations Unies, a montré que plusieurs activités importantes n’atteignent pas la moitié de leur capacité. Les fabriques d’engrais phosphatés, par exemple, ne fonctionnent qu’à 34 % de leur capacité au Maroc et à 38 % en Tunisie. D’autres industries, tout aussi importantes, telles que les raffineries de pétrole, ne travaillent qu’à 70 % au Maroc, 60 % en Algérie et 67 % en Tunisie. Les fabriques de ciment n’utilise que 79 % de son potentiel en Algérie, 70 % au Maroc et 55 % en Tunisie (Industries et Travaux d’outre Mer, n° 225, août 1972, p. 665).

102Dans chacun des trois pays, le secteur des biens de consommation l’emporte très largement sur celui des biens d’équipement; il représentait en effet en 1970 environ 60 % de l’ensemble de la production manufacturière en Algérie, plus de 70 % au Maroc et 65 % en Tunisie. Alors que ces deux derniers pays semblent vouloir maintenir, voir à accentuer, la prédominance de l’industrie des biens de consommation tournée vers l’exportation, l’Algérie en revanche s’efforce de renverser les proportions en faveur du secteur des biens d’équipement. C’est ainsi que les experts du Conseil économique ont chiffré la part de la production des biens de consommation, dans l’ensemble de l’industrie de transformation, à un peu moins de 50 % pour l’Algérie de 1980, à plus de 60 % au Maroc en 1980, et à près de 53 % pour la Tunisie.

Structure de la production brute projetée des industries de transformation (en %)

Structure de la production brute projetée des industries de transformation (en %)

103Les industries extractives (hydrocarbures et mines), du fait de l’exportance grandissante du pétrole et du gaz en Algérie et en Tunisie, et des phosphates au Maroc, ont enregistré une croissance plus rapide que les industries de transformation. Le tableau XIII indique que depuis 1964, les hydrocarbures en Algérie ont augmenté de 202 %, et la production minière de 79 %. Au Maroc, le secteur minier a enregistré un accroissement de près de 42 % entre 1964 et 1972. La Tunisie semble avoir connu une hausse phénoménale de la valeur de son extraction minière (364 %), ceci s’explique essentiellement par la revalorisation mondiale des prix du pétrole, dont ce pays produit plus de 4 millions de tonnes. Le tableau suivant indique en effet que le taux de croissance annuel moyen, enregistré durant la décennie 1962-1971, s’est établi à 42,5 % contre à peine 5,2 %, pour l’ensemble des industries manufacturières. Cette tendance s’est accélérée depuis 1971, à la suite de la revalorisation des prix pétroliers : entre 1971 et 1972, le taux d’accroissement en Tunisie est passé à 135 %. On peut donc déduire que le développement de l’industrie tunisienne repose désormais, en grande partie, sur son secteur pétrolier.

1043. La branche des bâtiments et travaux publics a connu une expansion beaucoup plus rapide en Algérie que dans les deux autres pays; elle est passée de l’indice 100 en 1964 à l’indice 423 en 1973, et durant la phase d’application du 1er plan quadriennal, sa croissance a été encore plus rapide : + 163 %.

1054. Le secteur du tourisme, enfin, s’il tient une place encore négligeable dans l’économie algérienne, se développe en revanche considérablement dans les deux autres pays maghrébins ; son expansion s’est révélée très rapide en particulier en Tunisie (+ 226 % en valeur en 1973 par rapport à 1969) (cf. tableau XIII).

2°) L’Évolution de la structure de la P.I.B

106Avant de dégager la signification des statistiques regroupées dans le tableau XVI, il faut faire deux remarques préalables, sur la valeur et la fiabilité des données chiffrées, qui ont servi de base aux calculs :

  • Il n’existe pas de système comptable identique dans les trois pays du Maghreb.

  • Pour un même pays, il arrive que les principes de la compatibilité nationale soient modifiés d’une période à l’autre.

107Pour ces deux raisons, les résultats du tableau qui suit ne sont pas parfaitement comparables. En particulier, pour la Tunisie, nous n’avons pas réussi à dégager la valeur de la Production Intérieure Brute à prix constants, pour les trois années de référence que nous avons retenues (1963, 1969 et 1973). De ce fait la comparaison de la structure du P.I.B. tunisien, avec celle de la P.I.B. algérienne et marocaine, doit être effectuée avec beaucoup de précaution, et les signifcations qui peuvent s’en dégager doivent être, sans cesse, relativisées. Par ailleurs, si au Maroc et en Tunisie les données de la compatbilité nationale sont évaluées en D. H. ou D. T. constants, en revanche, les agrégats de l’économie algérienne sont toujours estimés en D.A. courants.

Evolution de la structure de la P.I.B. (en %) (1)

Evolution de la structure de la P.I.B. (en %) (1)

108Ces réserves et mise en garde étant faites, examinons le tableau en question.

109Des trois pays, c’est l’Algérie qui semble avoir connu de réelles et profondes transformations des structures économiques. La part respective de chacun des grands secteurs économiques s’y est modifiée substantiellement, alors qu’on observe une relative stabilité des structures de production au Maroc et en Tunisie.

110Alors qu’au Maroc, les structures de production restent toujours dominées par les secteurs primaire et tertiaire, et qu’en Tunisie le secteur des services conserve sa prédominance, en Algérie, en revanche, le secteur industriel a réussi en dix années à dominer nettement les deux autres secteurs. En effet, la part de l’agriculture dans la formation de la Production Intérieure Brute a baissé plus que de moitié en l’espace de dix ans, passant de 23 % de la valeur de la P.I.B. en 1963 à 9,8 % en 1973. Cette importante baisse s’est réalisée essentiellement au profit du secteur industriel dont la contribution au P.I.B. enregistre une progression de plus de 12 points entre 1963 et 1973 (52,3 % de la P.I.B. en 1973 contre 39,4 % en 1963).

111Au Maroc, en revanche, la part du secteur primaire dans la P.I.B. a très peu varié entre 1963 et 1972, puisqu’elle s’établit à 31 % en 1972, contre 32,5 % en début de période. L’importance du secteur secondaire progresse à peine de 2 points en dix ans : 26,7 % de la valeur de la P.I.B. enregistrée en 1963, et 28,6 % en 1972.

112Quant à la Tunisie, alors que d’un côté l’importance de la production agricole, qui représentait 24,2 % du P.I.B. en moyenne, durant la période de 1960 à 1962, décroît notablement et n’occupe plus que 17,8 % en 1973. La part relative de la production industrielle conserve une stabilité remarquable, autour de 26 % de la valeur totale du Produit Intérieur Brut, enregistré au début et en fin de période. Il faut toutefois souligner que cette proportion a enregistré une forte augmentation lors des dernières années de l’application des perspectives décennales (1969-1970-1971). La diminution survenue entre 1971 et 1973 semble directement liée à la réorientation de la politique économique depuis 1969, après l’éviction de Ben Salah.

113En 1973, la contribution des hydrocarbures à la réalisation de la P.I.B. algérienne (23 %), dépasse largement la part relative de l’agriculture dans le P.I.B. tunisien (17,8%), et elle représente plus du double de la valeur ajoutée pour l’agriculture algérienne. D’autre part, la valeur ajoutée des industries de transformation et des bâtiments et travaux publics (26,9 %), équivaut à la valeur ajoutée de tout le secteur industriel tunisien (26,5), et n’est pas loin d’atteindre celle de l’ensemble de la production industrielle au Maroc (28,6 %).

114Les industries de transformation prennent une importance de plus en plus grande en Algérie, s’inscrivant en deuxième position après le secteur des hydrocarbures en 1973, et en troisième position, après le commerce, si l’on considère également l’ensemble des activités de services.

115Au Maroc, les industries de transformation conservent leur prédominance dans le secteur secondaire (14 %), mais n’enregistrent aucune progression. En Tunisie, par contre, on observe une baisse très sensible de la part relative de l’industrie de transformation (10,6 % contre 13,7 %). Le secteur tertiaire occupe une place prépondérante au Maroc et en Tunisie : 40 % de la P.I.B. pour le premier pays, et 55 % du P.I.B. pour le second. Seul, l’Algérie a vu la part des activités de services légèrement baisser, passant de 39 % de la P.I.B. en 1963 à 37,9 % en 1973.

116Dans les trois pays, c’est évidemment le secteur du commerce qui l’emporte parmi les activités du tertiaire : 22 % de la P.I.B. au Maroc et en Algérie. Dans ce dernier pays, ce chiffre paraît particulièrement démesuré lorsqu’on le compare à celui de l’agriculture (9,8 % de la P.I.B. en 1973).

Section II. — Évolution sectorielle

1) Le secteur de l’agriculture

1171. En Algérie, deux spères nettement délimitées au plan institutionnel et économique se partagent le secteur agricole : le secteur autogéré et le secteur privé.

  • 6 Pour l’ensemble du secteur autogéré, le nombre des ouvriers permanents s’élevait en 1970 à 173 770 (...)

118Le secteur autogéré occupe les terres les plus riches des plaines littorales et utilise des moyens de production moderne. Il se compose de 1994 exploitations au total qui s’étendent sur 2 300 000 hectares, ce qui représente une superficie moyenne de 1 100 ha par exploitation. Plus de 70 % des exploitations occupent en moyenne 500 ha et plus chacune. Le degré de concentration foncière est donc relativement élevé et le rendement à l’hectare l’est également. La production est essentiellement axée sur les cultures dites riches (vignoble, agrumiculture et plantations maraîchères). Le décret du 29 mars 1963 modifié et complété par l’ordonnance du 30 décembre 1968 fixe les règles d’organisation et de fonctionnement des domaines autogérés. A la base de la structure de gestion se trouve le collectif des travailleurs, groupant l’ensemble des travailleurs permanents et saisonniers de chaque exploitation. Mais c’est l’Assemblée générale des travailleurs, réunissant les seuls ouvriers permanents6, qui élit le Président, et désigne, le cas échéant, le Conseil des Travailleurs ou le Comité de gestion.

119L’Etat intervient, de son côté, en déléguant un Directeur pour chaque unité de production. La genèse et l’histoire du système de l’autogestion en Algérie ont été suffisamment étudiées ailleurs pour que nous n’y revenions pas dessus. Il suffit de rappeler que, avant d’être érigée en institution, l’autogestion s’est instaurée tout d’abord sur le terrain, dans les faits. Nécessité faisant loi, les domaines abandonnés précipitamment par des fermiers capitalistes européens en 1962, sollicitaient immanquablement de nouveaux occupants, de nouveaux propriétaires. L’appropriation et le contrôle des moyens de productions agraires devinrent alors l’enjeu immédiat des luttes entre divers clans et les diverses couches sociales qui s’étaient formés durant la guerre de libération. La pression de la demande de la terre est si forte que cette lutte devait continuer, sournoisement, bien des années après la publication des décrets de mars 1963.

120Au-delà des conflits entre les Comités de gestion et les organismes étatiques, entre les pouvoirs du Président élu et ceux du Directeur désigné par le Ministère de tutelle, le problème fondamental restait celui de l’intégration du secteur autogéré dans l’ensemble de l’appareil productif, en vue de mobiliser le surplus important que ce secteur est en mesure de dégager sous forme de rente foncière. On peut dire que les Réformes de 1968 ont une fois pour toutes résolu ce problème, en plaçant la gestion des domaines sous le contrôle direct de la Banque Nationale d’Algérie (B.N.A.), de façon à accélérer la métamorphose de la rente foncière en capital argent, susceptible de devenir alors capital productif industriel.

121A l’opposé du secteur autogéré, le secteur privé occupe essentiellement des terres en pente, beaucoup moins riches, situées dans les régions intérieures. Avant le début de la mise en application de la réforme agraire, il existait environ 586 840 exploitations s’étendant sur 5 838 000 ha, soit une dimension moyenne de 9 ha par exploitation. Plus de 72 % de ces exploitations occupent moins de 10 ha et 52 % ont moins de 5 ha. Ce qu’on pourrait appeler la grosse propriété foncière (50 ha et plus), ne représente en fait que près de 3 % des exploitations, mais possède près de 27 % des terres.

122Alors que la production du secteur autogéré est directement branchée sur les marchés extérieurs, le secteur privé, qui se consacre essentiellement à la culture des céréales et à l’élevage traditionnels, produit beaucoup plus pour l’autoconsommation locale que pour le marché. Ce phénomène de l’autoconsommation, symptôme probant de l’arriération des structures agraires, semble même s’accentuer au fil des années. Ainsi, alors qu’il représentait en 1966-1967 près de 45 % de la production de blé dur et 26 % de la production de blé tendre, ces proportions ont atteint respectivement 50 % et 36 % durant l’année 1970-1971.

123On comprendra, dans ces conditions, que la céréaliculture algérienne ne constitue pas un secteur tourné vers l’exportation. Si, avant l’indépendance l’Algérie exportait en moyenne 1 300 000 quintaux de blé dur par an, elle n’en exporte pratiquement plus depuis 1967-1968.

124La progression de l’autoconsommation d’un côté, la persistance de la faiblesse des rendements de l’autre, ces deux signes de l’archaïsme de l’agriculture, justifient, à eux seuls et ampement, la nécessité de la Réforme agraire que l’Algérie a entamée depuis l’année 1972.

125Cette réforme agraire, telle qu’elle a été définie dans les textes de la Charte de la Révolution Agraire, et l’ordonnance du 8 novembre 1971, vise deux objectifs fondamentaux. D’une part mettre fin à l’absentéisme des propriétaires fonciers et au mode d’exploitation extensif de la terre. D’autre part transformer progressivement les fondements de rapports sociaux à la campagne, en vue de réaliser, à plus long terme, l’élargissement et l’intégration du marché national.

126La mise en application devait se dérouler en deux temps. Il fallait d’abord constituer un Fonds National de la Révolution Agraire, alimenté par la récupération, dans une première phase, des terres domaniales, communales et habous et, dans une seconde phase, par la nationalisation des domaines appartenant aux propriétaires absentéistes et aussi par la limitation de la propriété privée. Les superficies ainsi récupérées devaient être ensuite attribuer, en usufruit, aux producteurs paysans choisis parmi les ouvriers agricoles, les anciens moudjahidines ou parmi des paysans pauvres et sans terre.

127La première phase a commencé le 21 janvier 1972, avec la création et l’installation de la Commission de la Révolution Agraire (C.N.R.A.), et s’est achevée le 31 janvier 1973. 700 000 ha de terres récupérées, provenant des biens des collectivités, et aussi des dons privés cédés à un « Fonds de soutien», ont été à ce jour affectés sous forme de lots à 50 000 attributaires qui représentent 35 % des candidats (Le monde, 23-24 juin 1974, p. 3). Les bénéficiaires ont été regroupés, comme prévu, en coopératives de production, et ont reçu 72 millions D.A. sous forme de primes d’installation, de crédits de campagne et d’équipement.

128La deuxième phase, celle qui vise à la nationalisation et à la limitation de la propriété privée, a débuté en septembre 1973 et se poursuit à l’heure actuelle, dans des conditions beaucoup plus difficiles que pour la première, car elle soulève des problèmes de nature politique et social qui touchent à la lutte des classes. Faute d’un parti politique capable de mobiliser les masses rurales, le pouvoir s’efforce de regrouper la paysannerie pauvre et sans terre, au sein des « Unions Paysannes », afin de lutter contre l’influence politique des propriétaires fonciers.

129Dans le domaine des cultures, la céréaliculture représente l’élément principal de la production agricole. La superficie effectivement emblavée représente, bon an mal an, près de 3 millions d’hectares ; ceux-ci sont soumis en permanence aux attaques de l’aridité et de l’érosion. Le secteur privé y domine; lors de la campagne 1970-1971, il occupait encore près de 76 % des superficies cultivées. Le rendement à l’hectare est plus faible au sein de la production privée que dans le secteur autogéré : pour la campagne 1970-1971, année de récolte médiocre, il représentait 6 qx/ha. La production des céréales est très irrégulière d’une année à l’autre ; elle atteint en moyenne 18 millions de quintaux.

130Les plantations maraîchères sont en croissance régulière; en 1971, elles occupaient une superficie de 115 900 ha contre 84 480 ha en 1965, soit un accroissement de 36 %. Le secteur privé marque, là également, sa prédominance sur le secteur autogéré, puisqu’il occupait plus de 58 % des surfaces plantées en 1971. Du point de vue du rendement, en revanche, la production autogérée vient largement en tête du fait même qu’elle occupe des terres en plaines et utilise des moyens matériels modernes. Globalement la production maraîchère accuse une tendance régulière à l’augmentation entre 1967 et 1971 ; celui-ci s’est chiffré à près de 35 %. Le secteur autogéré produit essentiellement pour l’exportation, tandis que le secteur privé produit pour la consommation nationale.

131Dans les plantations agrumicoles, le secteur autogéré prédomine très largement avec 84 % des superficies consacrées à cette culture. En 1970-1971, plus de 5 millions de quintaux d’agrumes ont été produits, dont 1 600 000 ont été exportés, à raison d’un peu plus de 48 % à destination de la France et 37,6 % vers les pays de l’Est.

132Il faut remarquer que l’agrumiculture est un secteur à forte intensité de travail (environ 120 à 150 journées de travail par an) ; il fournit globalement environ 7 millions de journées de salaires annuelles, soit près de 70 Millions D.A. (Situation économique de l’Algérie, 1972-1973 chambre de commerce Alger, 1973).

133Le vin représente la culture d’exportation par excellence. Héritage typique de la colonisation, la production de vin n’a cessé d’être la source des tensions, dans les rapports entre la France et l’Algérie, depuis l’indépendance de ce dernier pays. Les difficultés croissantes d’exportation ont incité le gouvernement algérien à entreprendre la reconversion du vignoble producteur de vin. Des 360 000 hectares cultivés par la colonisation, il ne subsistait déjà plus que 300 000 ha en 1970, dont 90 % sont du ressort du domaine autogéré, et l’opération d’arrachage qui a été décidée en 1971-1972, devait ramener cette superficie à 230 000 ha à la fin de l’année 1973. La production de vin n’a cessé parallèlement de diminuer, passant d’une moyenne de 15 millions d’hl avant 1962 à 9 millions d’hl en 1970-1971. La quasi totalité est, à l’heure actuelle, vendue à l’U.R.S.S., l’Allemagne Fédérale et la France. La production de vin, en tant que source de devises à perdu aujourd’hui sa prépondérance au profit de la production pétrolière.

1342. Au Maroc, la superficie consacrée effectivement à l’agriculture ne représente que 15 % du territoire. Un peu plus de 5 millions d’ha sont affectés à la culture des céréales et près de 500 000 ha aux plantations fruitières.

135La structure foncière reflète des inégalités encore plus aigues, au sein de la paysannerie marocaine, que dans les campagnes algériennes. 5 à 10 % des familles vivant de l’agriculture possèdent 60 % des terres, tandis que 50 à 55 % des familles en possèdent moins de 40 %, et enfin 40 % des familles ne possèdent que 0,5 ha et moins. (Cf. Oualalou : l’apport étranger et l’agriculture marocaine. B.E.S.M., n° 122, p. 40).

136Les 4/5 des terres cultivées le sont sous forme d’exploitations exigues, et à très faible rendement. L’Etat se partage, avec quelques dizaines de gros propriétaires fonciers, les terres les plus riches et les plus fertiles, qui forment le 1/5 restant. Malgré la priorité qui, à travers les 4 derniers plans réalisés, est accordé à l’agriculture, celle-ci ne semble pas avoir sérieusement progressé. En effet la Production Intérieure Brute agricole, par tête d’habitant, atteint à peine l’indice 105 en 1969, sur la base 100 en 1960 (Belai et Agourram : la politique agricole dans une économie dualiste. B.E.S.M., n° 122, p. 12).

137La production céréalière, en chiffres bruts, est passé de 25 millions de Qx en 1960, année de récolte moyenne (dont 9 millions de qx de blé), à 30,5 millions de Qx pour 1973. Les récoltes sont très irrégulières ; elles varient entre 12 millions de qx (1961) et près de 50 millions (1972).

138La production d’agrumes est en nette croissance, passant de 489 000 t en 1963 à 846 000 t en 1972, dont 70 à 80 % sont destinés à l’exportation.

139Tout comme en Algérie et en Tunisie, l’intervention de l’Etat marocain dans l’agriculture se fait de plus en plus dominante. Mais au Maroc cette intervention s’effectue, non point comme moyen d’intégrer ce secteur dans une perspective globale de développement du capital, mais au profit de l’enrichissement de la bourgeoisie autochtone parasitaire. La redistribution des terres rachetées à la colonisation vise, comme le remarque fort justement Chiadmi (Le monde diplomatique, avril 1974, p. 21) à former une couche sociale assimilable aux Koulaks de l’ère tsariste qui, face à la masse de la paysannerie pauvre, se range en alliée fidèle derrière le pouvoir monarchique. En outre la politique des grands barrages, qui se poursuit depuis 1960 sur l’instigation de la B.I.R.D., et qui bénéficie d’un vaste concours financier extérieur, n’a débouché à l’heure actuelle que sur l’aggravation des inégalités sociales, sur la concentration de la propriété foncière et des richesses d’un côté, et la paupérisation effrénée de couches de plus en plus élargies de la paysannerie de l’autre. En effet la construction des grands barrages se rattache à ce type d’investissement que Benetti appelle investissement de substitution (cité par Salama in Le Procès de sous-développement, Maspéro, 1972, p. 119), en ce sens qu’il tend à ruiner la petite propriété paysanne, et, par voie de conséquence, à libérer de la force de travail qui va grossir la réserve de main-d’œuvre. La politique des hauts barrages tend donc à faire baisser le niveau de l’emploi dans l’agriculture et accroître le « chômage déguisé ». Et la paupérisation s’accompagne de son corollaire nécessaire : l’accroissement du taux de la rente foncière qui reste accaparée par l’Etat et ses féaux, puisque cette rente croissante transformée en capital argent a probablement renforcé la sphère « haute » de la demande et, par voie de conséquence, ses liens avec le marché international, au détriment de l’extension du marché interne.

1403. La Tunisie a hérité de la colonisation des structures agraires déjà relativement concentrées. Avec l’intervention de l’Etat tunisien, qui s’est faite sentir beaucoup plutôt encore qu’au Maroc, la concentration de la propriété foncière s’est encore plus renforcée au profit d’une bourgeoisie rurale.

141Dès 1956-1957, en effet, la récupération par étapes des terres de colonisation, et la mobilisation des terres collectives et habous, ont assuré à l’Etat une base de départ pour la mise en valeur accélérée, directe ou par le biais des Offices (Office de la Medjerda, Endifa, etc.), de plusieurs centaines d’hectares. C’est avec les lois de 1963-1964, qui prévoyaient une refonte totale des structures de la production, que le système des coopératives sera lancé. Il s’effondrera en 1969, au moment où son promoteur, Ben Salah, voulut généraliser l’expérience à la totalité des 4 millions d’hectares de terres agricoles. Ce n’est évidemment pas le lieu ici de s’interroger sur les causes de l’échec du mouvement des coopératives. J. Poncet (La Tunisie à la recherche de son avenir, Ed. Sociales, 1964, p. 43) souligne à juste titre les contradictions engendrées par la concentration foncière directement issue du système même des coopératives : « A la fin de l’année 1968, note-t-il, il y aurait eu dans les régions du Tell et du Cap Bon au moins un million d’hectares agricoles détenus par moitié, à peu près, entre une couche de moyens et grands agriculteurs (plus de 50 ha) et une paysannerie pauvre, mais encore viable, sur des superficies d’exploitation moyenne supérieure à 10 ha (peut-être 30 000 familles). Cette situation — d’un côté quelques milliers de propriétaires au plus sur des centaines de milliers d’hectares productifs et une paysannerie assez bien pourvue encore — de l’autre une nombreuse population rurale regroupée déjà dans des coopératives ou des précoopératives — environ 600 000 membres sur 900 000 hectares — mais manquant d’espace productif et de moyens… Voilà qui à la fois explique et condamne la tentative de généralisation du système « coopératif » en 1969 ».

142Au plan de la production, le système des coopératives ne semble pas avoir durablement amélioré les potentialités productives de la terre. Ainsi la production céréalière moyenne a accusé une baisse sensible de 12,5 % entre la période 1960-1964 et la période 1965-1969, passant de 5,6 millions de quintaux à 4,9 millions de quintaux. Depuis 1969, des conditions climatiques nettement favorables ont permis d’enregistrer une très nette augmentation des récoltes annuelles : 6 millions de quintaux en 1970, 7,4 millions en 1971, 11,4 millions en 1972 (année exceptionnelle).

143Les cultures fruitières et maraîchères, qui sont, pour l’essentiel, des cultures d’exportation, à l’instar du Maroc et de l’Algérie, ont globalement progressé, à l’exception des agrumes et de la vigne.

Production moyenne en 1 000 t

Production moyenne en 1 000 t

144Environ la motié de la production est exportée chaque année, en grande partie, vers les pays de la C.E.E.

145L’oléiculture tient une place particulière dans les cultures d’exportation. La superficie complantée en oliviers est passée de 700 000 hectares à la veille de l’Indépendance à plus d’un million d’hectares (Poncet : La Tunisie à la recherche de son avenir, p. 114). Plusieurs millions de pieds ont été ainsi plantés durant la période décennale 1962-1971, venant s’ajouter aux 10 millions de pieds déjà existants. La production d’huile d’olive a, en conséquence, progressée assez sensiblement, bien que très irrégulièrement, d’une année à l’autre.

146De par les résultats sur lesquels elle a débouché, l’expérience tunisienne de la modernisation de l’agriculture rejoint la politique marocaine du développement prioritaire de ce secteur. Au bout d’une décennie d’intervention étatique, la société rurale tunisienne semble s’être encore un peu plus éclatée, polarisée : la propriété privée de la terre a fait un bond en avant en même temps que son degré de concentration et de centralisation s’est prodigieusement renforcé. Or la progression de la propriété privée signifie répartition des richesses de plus en plus inégalitaire, poursuite de l’enrichissement pour une minorité et expansion de la paupérisation pour des couches de plus en plus larges de la paysannerie. Elle signifie, dans le cas tunisien, à la fois avance du salariat agricole d’un côté, mais aussi et surtout extension d’une réserve latente de force de travail qui débouche sur l’émigration vers la ville ou les pays étrangers. Il faut rappeler en effet que, là aussi, nous retrouvons le problème des investissements de substitution, qui engendrent une offre de travail constamment supérieure aux créations supplémentaires d’emplois et qui, par voie de conséquence, ne contribuent nullement à l’élargissement du marché national. Et, à nouveau, se pose le problème de l’appropriation de la rente foncière croissante et de son utilisation économique.

2) Le secteur industriel

147La colonisation française a créé quelques unités industrielles dans la sphère des biens de consommation ; elle a surtout favorisé l’expansion des industries extractives. Mais elle a bloqué irrémédiablement toute perspective sérieuse d’industrialisation.

148Ces tendances se sont renforcées depuis l’indépendance de chacun des trois pays. Le développement des industries extractives et de l’industrie légère s’est accélérée remarquablement. En revanche l’industrie lourde n’occupe qu’une place fort négligeable, sauf en Algérie.

1. Dans le secteur des industries extractives, chacun des trois pays semble se spécialiser dans un type de production déterminée

149En Algérie, la production dominante est évidemment celle des hydrocarbures, en particulier la production pétrolière. Celle-ci a été multipliée par 2,5 en 10 ans passant de 20,7 millions de tonnes en 1962 à 54 millions en 1972. L’Algérie est le troisième producteur africain, après la Libye et le Nigéria, et le treizième producteur mondial. Au 1er janvier 1974, on estimait ses réserves « prouvés » à 1 090 millions de tonnes.

150La politique, dite de « récupération des richesses nationales », menée par l’Etat algérien depuis l’Indépendance, vise à transformer l’extraction pétrolière de pôle principalement exportateur en pôle majeur d’industrialisation. Cette politique fut inaugurée par la création, le 31 décembre 1963, de la Société Nationale de Transport et de Commercialisation (SONATRACH) qui devint l’instrument institutionnel de la construction du troisième oléoduc Hassi-Messaoud - Arzew, en 1966, puis de la nationalisation, entre 1967 et 1970, des compagnies pétrolières non françaises, et des réseaux de stockage, transport et commercialisation à l’intérieur du territoire algérien, et enfin de la nationalisation de 51 % des intérêts pétroliers français, décidée le 24 février 1971. Aujourd’hui la Sonatrach intervient à tous les niveaux de l’Industrie pétrolière, depuis la recherche jusqu’à la commercialisation sur les marchés extérieurs.

151La quasi totalité de la production pétrolière continue en effet à être exportée à l’état brut. En 1972, l’Algérie a exporté environ 46 millions de tonnes, principalement à destination de la C.E.E. (39 millions de tonnes). Le volume du brut raffiné sur place (Hassi Messaoud, Arzew, El Harrach) n’excède pas les 6 millions de tonnes à l’heure actuelle. La construction de la raffinerie de Skikda portera cette capacité à 12 ou 13 millions de tonnes en 1975-1976.

152En matière de gaz naturel, l’Algérie possède des réserves estimées à 3 000 milliards de m3 au 31 décembre 1971. Elle vient ainsi au 3e rang mondial, après les Etats-Unis et l’U.R.S.S. Le secteur est nationalisé à 100 % depuis le 24 février 1971. Et la majeure partie de la production est exportée : les principaux contrats conclus par la Sonatrach prévoient l’exportation de près de 55 milliards de m3, principalement vers les Etats-Unis (plus de 30 milliards de m3), l’Europe du Marché Commun (20 milliards) et l’Espagne (3 milliards).

153Le secteur des hydrocarbures constitue, à l’heure actuelle, la source majeure de financement de l’industrialisation. En 1969, il représentait déjà près de 28 % des recettes fiscales contre 12 % en 1963. Depuis 1970, la progression des recettes versées par le secteur pétrolier s’est accélérée : + 22 % de 1970 à 1971, + 99 % de 1971 à 1972 et + 25 % de 1972 à 1973. Selon G. de Bernis, « le secteur pétrolier a versé à l’Etat, au titre de l’impôt, 3,2 milliards de dinars, la Sonatrach ayant à elle seule assumé les 3/4 de cette charge. C’est dire que le secteur pétrolier a financé intégralement — et au-delà — l’investissement directement à la charge de l’Etat… (D’autre part) les seules devises dues au pétrole (exporté) couvrent tout l’achat d’équipement nécessaire au programme global d’industrialisation de l’Algérie et une partie des dépenses en devises pour le fonctionnement courant du secteur industriel » (in Les hydrocarbures gazeux et le développement des pays producteurs. Université de Dijon. Librairie technique, Paris, 1974, p. 338). Le secteur des hydrocarbures est véritablement un pôle de domination. Toute la stratégie algérienne de développement vise à le reconvertir en pôle d’industrialisation. Nous verrons un peu plus loin ses effets industrialisants en amont et en aval.

154Au Maroc, c’est la production de phosphates qui prédomine dans le secteur minier. Troisième producteur mondial après les Etats-Unis et l’U.R.S.S., avec 16,5 millions de tonnes, en 1973, qui représentent 17 % de la production mondiale, le Maroc est cependant le premier pays exportateur. Si en effet les Etats-Unis et l’U.R.S.S. valorisent, sur le plan national, plus de 70 % de leur production, le Maroc en revanche exporte la quasi totalité de la sienne : 16,1 millions de tonnes en 1973. Les phosphates représentaient dès lors 23 % des exportations marocaines totales en 1972. La balance commerciale subit de ce fait directement les effets de la détérioration des termes de l’échange, les prix de vente de ce minerai n’ayant pas varié depuis une vingtaine d’années. Le triplement des prix décidé par l’Office Chérifien des Phosphates à partir du 1er janvier 1974, qui fait passer le prix moyen à la tonne de 14 à 42 dollars, ne représente en fait qu’une revalorisation compensatrice des manques à gagner subis par le trésor marocain depuis 20 ans. Depuis cette revalorisation, la valeur de l’exportation phosphatière représente près de 60 % du total des exportations. Le secteur des phosphates constitue donc un pôle de domination extravertie et il est destiné à le rester pour longtemps encore.

155Se classant en quatrième position après le Maroc en tant que producteur de phosphates, la Tunisie apparaît par ailleurs de plus en plus comme un petit pays pétrolier.

156La Tunisie a produit 3,5 millions de tonnes de phosphates en 1973, dont près de 65 % ont été exportés. Tout comme au Maroc, les prix qui étaient fixés à 11 dollars la tonne jusqu’en 1973, ont été triplés depuis cette date, mais restent inférieurs au cours de la tonne marocaine.

157Alors que la valeur des exportations de phosphates ne représentaient que 6,5 % du total des exportations réalisées en 1972, les exportations de pétrole brut ont dépassé 25 %. C’est dire l’importance croissante du pétrole dans l’équilibre de la balance commerciale. La Tunisie a produit en effet 5 millions de tonnes de brut en 1973. Cela représente une quantité négligeable par rapport au géant libyen, par exemple, mais vu la revalorisation des prix pétroliers réalisée en 1973 et en 1974, les recettes pétrolières vont désormais occuper une place de plus en plus étendue dans les finances de l’Etat tunisien.

2. Les industries de transformation

158Malgré les prémices de développement de l’industrie, particulièrement visibles en Algérie, la prédominance écrasante du secteur des biens de consommation semble être la caractéristique principale des structures industrielles au Maghreb.

159En Algérie, la construction de l’industrie lourde se fonde sur le principe de la valorisation sur place des richesses naturelles (minerai, hydrocarbures).

160Le complexe sidérurgique d’El Hadjar constitue un véritable pôle d’industrialisation. Le premier haut fourneau est entré en production le 19 juin 1969. En 1971, près de 400 000 tonnes de fonte ont été produites — que la Société Nationale Sidérurgique (S.N.S.) a exportées dans leur quasi totalité — auxquelles il faut ajouter 51 372 tones de tubes, 17 431 tonnes de gros et petits tubes, et 55 929 tonnes de ronds à bétons.

161Les complexes pétrochimiques d’Arzew et de Skikda constituent les 2e et 3e pôles industriels de l’Algérie. L’usine d’ammoniac et d’engrais azotés d’Arzew a été inauguré en juin 1970. Elle est alimentée par le gaz d’Hassi R’mel et possède une capacité de production de 1 000 t d’ammoniac et 500 t d’acide nitrique par jour. L’usine d’éthylène et celle de liquéfaction de gaz de Skikda devaient être mises en service en 1972. Le volume de la production prévue est de 3,8 milliards de m3 de gaz liquéfié, 150 000 t d’éthane et 250 000 t de mélange propane butane.

162L’industrie de transformation des métaux comprend 3 unités principales regroupés au sein de la SONACOME. Le complexe de Constantine doit produire 4 000 tracteurs par an. Celui de Guelma, qui est entré en production depuis 1972, doit fournir 15 000 unités de bicyclettes et 30 000 motocycles. Enfin un projet concernant les véhicules industriels est prévu à Rouiba.

163— Pour le Maroc et la Tunisie, nous avons pu reconstituer les principaux indices de la production industrielle dans le tableau XIV.

Tableau XIV. Indice de la production industrielle (en volume) base 100 = 1966

Tableau XIV. Indice de la production industrielle (en volume) base 100 = 1966

164Ce tableau indique clairement une expansion plus rapide de la production des biens de consommation que celle des biens d’équipement. Au Maroc, par exemple, l’indice de production des industries textiles est passé à l’indice 168,9 en 1972, base 100 en 1966. La production mécanique et électrique a progressé moins rapidement (+ 47 %) entre 1966 et 1972. L’indice moyen de l’industrie des biens de consommation en Tunisie est passé à 148 en 1972, par rapport à 1966. Pour la même période la production des biens d’équipement n’a progressé que de 30 %.

165Dans les deux pays le secteur de l’alimentation prédomine sur le reste de l’industrie légère : production de conserves, des corps gras, de sucre, de boissons, transformation de céréales, etc. Durant la période 1966-1972, l’expansion de ces industries a été plus rapide en Tunisie (+ 51 %) qu’au Maroc (+ 20%).

166Par ordre d’importance viennent ensuite les industries textiles, et celles de la confection et des chaussures. Au Maroc la production de textiles a augmenté considérablement entre 1966 et 1972 (+ 69 %), moins rapidement en Tunisie durant la même période (+ 47 %). Dans le domaine des cuirs et chaussures, on note une stagnation de la production au Maroc (+ 4,8 % entre 1966 et 1972) et une expansion relativement modéré en Tunisie (+20%). Ceci s’explique par la saturation relative du marché national dans chacun des deux pays.

167En Tunisie, deux réalisations importantes sont à relever : le complexe d’Industries Chimiques Maghrébines (I.C.M.) de Gabès, qui produit de l’acide phosphorique à partir des phosphates, et le complexe de sidérurgie d’El Menzel. Il existe également au Maroc une industrie chimique qui fabrique à Safi des engrais en utilisant une partie de l’extraction de phosphate.

3. Le Tourisme

168Parmi toutes les activités tertiaires le secteur touristique mérite une place particulière dans cette étude.

169En effet l’importance de ce secteur devient sans cesse croissante dans l’économie marocaine et tunisienne. La valeur ajoutée se chiffre par exemple en Tunisie à 20 millions D. en 1971 contre 1,1 million en 1962 ; la progression a donc été de 38,8 % entre 1962 et 1971. Les plans marocains successifs (1965-1967, 1968-1972 et 1973-1977) ont de leur côté inscrit le développement du tourisme parmi les trois grandes priorités, après l’agriculture et l’industrie. Par exemple les investissements prévus pour 1968-1972 sont neuf fois plus élevés que ceux prévus par les plans algériens et tunisiens.

Source : Regard prospectif sur le Bassin Méditerranéen. La Documentation française, septembre 1973 : 46.

170En dépit du coût d’investissement par lit relativement élevé (entre 3 800 et 7 100 dollars pour la Tunisie contre 4 340 dollars pour l’Italie et 2 430 dollars en Grèce), les trois pays prévoyaient d’accroître la capacité d’hébergement de plus de 100 000 lits entre 1968 et 1972.

171Depuis 1960 le volume des entrées touristiques au Maghreb (Maroc et Tunisie) a été multiplié par cinq. C’est la Tunisie qui enregistré le plus fort taux annuel d’accroissement (21,8%). En 1970, les 3 pays ont enregistrée au total 1360 000 entrées dont 51,5 % au Maroc, 31 % en Tunisie et 17 % en Algérie.

172Bien que le secteur touristique constitue, avec l’immobilier, le pôles privilégiés d’attraction pour le capital privé national, il n’en reste pas moins qu’il contribue, au même titre que les industries extractives ou la sous-traitance, au renforcement du mouvement d’amarrage de l’économie nationale au marché international.

***

173Nous avons constaté que des modifications, plus ou moins réelles et plus ou moins accentués, selon chacun des trois pays, commençaient à se faire jour dans les anciens rapports commerciaux, hérités de l’économie coloniale. On pouvait dès lors se demander si cette tendance était parallèlement accompagné d’un mouvement de reconversion des structures de production également léguées par la colonisation. En particulier, le développement des importations des biens d’équipement, encore embryonnaire mais réel, spécialement pour ce qui concerne l’Algérie, était-il en mesure, du fait même de transmission du progrès technique qu’il implique, de favoriser la transformation d’une économie d’exportation en une économie en voie d’industrialisation autocentrée ? L’observation de l’évolution des structures globales de production, et de chacune des activités principales, révèle que, le cas de l’Algérie mis à part, l’économie du Maghreb peut encore être qualifiée d’économie d’exportation. On peut même ajouter que les caractères d’extraversion se sont encore accentués et précisés, que ce soit au Maroc ou en Tunisie. Et les risques existent de voir l’Algérie rejoindre à terme la tendance que connaissent actuellement ces deux pays (J.M. Brogini : L’exploitation des hydrocarbures en Algérie de 1956 à 1971. Université de Nice, 1973, p. 470 sq.).

174Dans chacun des trois pays sans exception, on observe en effet un renforcement de l’importance des secteurs exportateurs, hydrocarbures et force de travail en Algérie, agriculture, tourisme, minerai et force de travail au Maroc et en Tunisie auxquels il faut ajouter pour ces deux derniers pays, le renforcement récent des activités de sous-traitance, en guise d’industrialisation.

175Certes les tentatives d’intérioriser les centres moteurs du développement n’ont pas manqué au Maghreb. Ces tentatives, dont nous examinerons le contenu en détail plus loin, ont revêtu des formes spécifiques dans chacun des trois pays. Mais les résultats chiffrés sont dores et déjà particulièrement significatifs.

III. — LA FORMATION DU CAPITAL ET LES TACHES DE L’ÉTAT

Section I. — L’Etat et la planification du développement

176Avant d’apprécier les degrés de cohérence et d’efficacité de chacun des trois « modèles » d’accumulation, rappelons brièvement les grandes orientations inscrites dans les trois pays du Maghreb.

1771°) En Algérie, c’est en 1967 que fut lancé la première expérience de planification avec le plan septennal 1967-1973. Ce premier plan a été divisé en un plan triennal (1967-1969) et un plan quadriennal (1970-1973).

178Le Plan triennal fut en réalité un « préplan », une période de préparation pour la mise en œuvre du plan quadriennal. C’est durant cette période que les projets industriels les plus importants, tels que la sidérurgie, la pétrochimie et la mécanique et bien entendu les hydrocarbures furent définitivemetn conçues et certains même connurent un début de réalisation (Complexe mécanique de Constantine, Construction de machines agricoles à Sidi-Bel-Abbès, Complexes d’Arzew et de Annaba, etc.).

179L’investissement global réalisé durant la période du préplan atteint le chiffre de 9 124 millions de dinars (cf. D. de Bernis : Le Plan quadriennal algérien, A.A.N. 1970, p. 197) dont plus de la moitié fut consacrée à l’équipement industriel. Même si les objectifs réalisés furent inférieurs de près de 15 % par rapport aux prévisions initiales, le plan triennal a réussi à poser les premiers jalons de la politique d’industrialisation qui va s’exprimer d’une manière plus cohérente dans le Plan quadriennal 1970-1973.

180Le Plan quadriennal prévoit un triplement du volume des investissements, soit un peu plus de 27 milliards de dinars répartis sur quatre années. A la fin de la troisième année, les réalisations dépassaient, en valeur, de 20 % les prévisions, ce qui représente un volume global effectif de 33 milliards, et ces dépassements atteignent même 63 % pour l’infrastructure, 33 % pour l’industrie et 30% dans l’agriculture (cf. Chronique A.A.N. 1972, p. 452).

181Le tableau XV indique que près de 50 % des investissements ont été effectivement consacrés à l’équipement industriel et seulement 16 % au développement de l’agriculture.

182Par ailleurs, l’Etat apparaît comme l’agent principal sinon exclusif de l’accumulation de capital. En effet, le capital privé n’est intervenu que pour 397 millions de dinars d’investissement durant la quadriennie, concentrés plus particulièrement dans les secteurs textiles (près de 36 %.) et dans ceux des industries électriques, mécaniques et métalliques (32%).

183Le développement accéléré de l’industrie de base, productrice des biens de production, est conçu comme le secteur privilégié de la politique d’industrialisation, destinée à devenir le véritable moteur d’une croissance intégrée et auto-entretenue. G.D. de Bernis résume ainsi les caractéristiques du « modèle algérien » : « Fondée sur l’utilisation interne des ressources naturelles du pays (…) cette stratégie d’industrialisation vise à fournir au secteur agricole les moyens mécaniques (…) et d’origine chimique (…) susceptibles d’assurer sa modernisation dans la mesure où parallèlement la Réforme Agraire crée les structures sociales au sein desquelles une telle modernisation est rendue possible… ». Ce schéma d’industrialisation s’appuie sur les techniques les plus modernes, quitte à devoir recourir à des unités de grandes dimensions, mais vise à une « internalisation » systématique de l’industrie algérienne… » (in Les hydrocasbures gazeux et le développement des pays producteurs, Université de Dijon, Librairie technique, Paris 1974, p. 319).

184Le Deuxième Quadriennal (1974-1977) poursuit et renforce la construction du secteur de l’industrie lourde, en mettant un accent particulier sur la diversification des industries mécaniques. Dans le même temps, des efforts d’investissement accrus sont prévus pour l’agriculture, en liaison avec la poursuite et le parachèvement de la deuxième phase de la Réforme Agraire. Le volume global des investissements est fixé à 110 milliards de dinars, soit un chiffre quatre fois plus élevé que celui du plan précédent. La répartition sectorielle n’est pas encore connue, mais selon les informations fournies par la presse (El Moudjahid 26 juin 1974), la proportion des sommes affectées à l’indutre serait un peu plus faible que pour la période précédente (43,5% contre près de 50%). La part de l’agriculture reste, en revanche, quasiment inchangée : 15 % contre 16 % (cf. tableau XV).

1852°) Le « modèle » marocain de développement se pose comme l’antithèse du « modèle » algérien.

186Le premier plan quinquennal (1960-1964) se fixe pourtant des objectifs de développement « industrialiste » (près de 40 % des investissements fixes nets étaient destinés à l’industrie) et autocentrée, faisant essentiellement appel au financement interne.

187Or, dès la fin de la deuxième année de son application, les réalisations avaient déjà pris un retard considérable en matière d’industrialisation : 50 % des investissements annuels prévus n’ont pu être réalisés. Le changement de l’équipe gouvernementale en mai 1960, explique en grande partie le fait que sa mise en application fut pratiquement abandonnée dès l’année 1962.

188Le plan triennal 1965-1967 constitue selon les termes mêmes de ses promoteurs, « davantage un programme qu’un plan ». De par les priorités qu’il se trace, il implique un bouleversement complet de la stratégie précédente de développement. En effet, désormais c’est essentiellement sur l’agriculture et le tourisme — deux secteurs d’exportation — que vont désormais reposer les perspectives de développement.

189Le tableau XV montre effectivement que 30 % du montant des investissements ont été affectés à l’agriculture et au tourisme. Ce qui, du reste, n’empêche pas la production agricole de baisser, passant de 315 milliards en 1965 à 307 en 1967 (El-Malki : Le financement du développement économique du Maroc. Les Ed. Maghrébines 1973 : p. 51), et le montant des devises de diminuer de 4 milliards durant la même période.

190Le plan Quinquennal (1968-1972) fixe des objectifs plus ambitieux, et vise à poser les premières bases du « décollage économique ». Il prévoit une plus grande intervention de l’Etat dans la réalisation des équipements productifs, puisque le montant des investissements publics devait représenter 47,6 % du total des investissements prévus. Pour le reste, il mise sur une mobilisation plus vaste de l’épargne nationale privée.

191A la fin de la quatrième année de sa mise en application, le taux d’investissement moyen réel, exprimé par le rapport entre le F.B.C.F. et le P.I.B., accusait un retard de 2 points par rapports aux prévisions. Ce retard s’explique essentiellement par une brusque désaffection du capital privé interne enregistrée en 1971, après l’affaire de Skhirat (10 juillet 1971).

192Par ailleurs, les investissements publics se sont beaucoup plus orientés vers l’agriculture, en particulier à cause de la politique intensive des hauts barrages, qui a ainsi bénéficié de plus de 25 % du volume global, alors que le plan prévoyait une affectation de l’ordre de 23 %.

193Le capital privé étranger, bien loin de compenser la régression du capital interne, n’a fait qu’amplifier le mouvement en adoptant le même comportement de méfiance.

194Un mouvement de reflux des capitaux étrangers fut enregistré jusqu’en 1970. Ce mouvement devait s’atténuer en 1971 et 1972, mais le montant des flux est resté relativement faible.

195Les prévisions du deuxième Plan Quinquennal (1973-1977), semble accorder la priorité à l’industrie et non à l’agriculture : le tableau XV montre que 37 % du montant global des investissements seront affectés au développement industriel, contre près de 16 % pour le développement de l’agriculture. Le secteur du tourisme continue, quant à lui, à recevoir une fraction relativement importante des crédits. On peut se demander si ces priorités seront respectées lorsqu’on constate, avec El Malki (op. cit., p. 83), que l’investisseur principal qu’est l’Etat réserve 26,2 % de son budget total à l’agriculture et particulièrement aux cultures destinées à l’exportation, alors qu’il n’en prévoit que 16 % pour l’équipement industriel. Comme par ailleurs, le financement public compte essentiellement sur l’apport des capitaux étrangers (32,6 % des dépenses prévues), on peut affirmer avec El Malki que « ce plan se place dans le cadre de la même stratégie de développement inaugurée depuis 1960 », et directement inspirée des directives de la B.I.R.D. C’est alors sur un développement « dépendant et extraverti » du capital qu’il risque de déboucher.

1963°) La Tunisie, tout comme l’Algérie, connut une période préparatoire à la mise en application de la politique de planification.

197La période du « préplan » (1962-1964) a été essentiellement marquée par des réformes de structures importantes, dans le secteur agricole (mise en place des premières coopératives, de service et de mise en valeur, etc.), par l’intervention plus active de l’Etat dans l’investissement industriel et dans le contrôle du commerce extérieur, et enfin par les premières concentrations des entreprises commerciales et bancaires.

198Toutes ces mesures vont s’intégrer dans les perspectives de développement à long terme.

199« Les perspectives décennales » couvrent toute la période allant de 1962 à 1971. Le véritable démarrage de cette politique se situe en 1964, avec la récupération des 200 000 hectares des terres restées encore aux mains des colons et la mise en service, sous le contrôle de l’Etat, de différentes unités industrielles et commerciales.

200On assiste alors à un triplement du montant effectif des investissements, durant la décennie 1962-1971 par rapport à la période 1957-1961 : 124,5 M.D. contre 42 M.D. (IVePlan de développement économique et social. Secrétariat d’Etat au Plan. Ronéo. S.D., p. 44). Près de 19% du montant effectif des investissements ont été affectés à l’agriculture, particulièrement à l’équipement de base indispensable à ce secteur. Le secteur industriel a bénéficié de 29 % des investissements, mais très inégalement répartis, puisque le secteur des industries extractives (mines, pétrole) s’est vu accordé plus de 17 % de crédits contre 12 % seulement aux industries manufacturières.

201Par ailleurs, la part du tourisme (8 %) révèle toute l’importance que ce secteur a pris dans le processus d’accumulation du capital (cf. tableau XV).

Tableau XV. Structure des investissements selon les plans nationaux

Tableau XV. Structure des investissements selon les plans nationaux

202Le Plan quadriennal, qui couvre la période 1969-1972, a marqué ce qu’on a appelé « le retour au libéralisme ». Il vise à une « réorientation sectorielle de l’investissement » (IVe Plan, op. cit., p. 46), qui a revigoré la confiance du capital privé tunisien et étranger. La part du secteur privé est en effet passé de 28 % de l’investissement global à 33,2 %. La Tunisie obtient dès la fin de l’année 1969 des prêts de la B.I.R.D., de la C.E.E. et des grandes Banques internationales qui se groupent dans une « Union bancaire ». Le secteur de l’agriculture, celui des industries extractives, y compris le pétrole et le tourisme, deviennent les secteurs prioritaires de l’effort d’investissement. Ils reçoivent respectivement en moyenne 15 %, 20 % et 9 % du montant global des investissements (cf. tableau XV).

203La politique économique sera désormais orientée essentiellement vers l’exportation. Toutes les entreprises produisant pour le marché extérieur seront systématiquement encouragées. Les liens de dépendance ne s’en trouveront que plus accentués.

204C’est la poursuite de cette même politique qui se dessine à travers les orientations du IVe Plan quadriennal 1973-1976. Ce dernier vise à accroître le taux d’investissement global, qui passera de 21,6 % à 25,3 %. Il prévoit parallèlement une hausse du taux de financement extérieur plus rapide que celle du taux d’épargne nationale. Les chiffres du Plan indiquent en effet, pour ce qui concerne le financement externe, un taux projeté de 24,3 % pour la période 1973-1976, contre 21,5 % pour la période 1969-1972 et 19,6 % pour ce qui concerne l’épargne interne, contre 17,7 %. La répartition sectorielle reste quasiment inchangée, comme l’indique le tableau XV, excepté une légère augmentation de la part des industries manufacturières et celle du tourisme.

205Notons, pour terminer, que le IVe Plan, table sur l’exportation d’un chiffre minimum de 60 000 travailleurs vers l’Europe occidentale durant la quadriennie.

206Cette politique de planification s’est-t-elle traduite concrètement par une impulsion de la formation du capital interne ? En a-t-elle du moins jeté les prémices ?

Section II. — Les prémices de la formation du Capital national

207Former un capital national et, dans le même temps, le développer et le conserver, telle semble être la priple tâche à laquelle doit s’atteler l’Etat national au Maghreb, et ce, dans le contexte d’un marché international dominé par une très vive concurrence, et caractérisé par une surproduction latente.

208Dès lors, la formation du capital va progresser à un rythme variable selon chacun des trois pays; mais cette progression se réalisera sous le contrôle et la dépendance directes du capital international.

1°) Le développement du capital

209Le tableau XVI indique que le rythme de développement du capital exprimé par l’évolution de la Formation Brute du Capital Fixe, est très nettement plus rapide en Algérie que dans les deux autres pays du Maghreb. Entre 1964 et 1972, la valeur de la F.B.C.F. a été multipliée par quatre en Algérie — passant de 2,33 milliards de dinars à 9,70 milliards — tandis qu’elle n’a fait que doubler au Maroc (de 1,37 millions D. H. à 2,67 millions D. H.), et en Tunisie (de 103 millions de dinars à 207,4 millions de dinars).

Tableau XVI. Evolution comparée du taux d’accumulation du capital

Tableau XVI. Evolution comparée du taux d’accumulation du capital

210En Algérie, il faut distinguer deux périodes : de 1963 à 1966, on observe une régression en valeur absolue de la F.B.C.F. (—20%). La reprise s’effectue à partir de 1967, lorsque le volume des investissements retrouve tout juste son niveau de 1963. La progression se déroule, dès lors, à un rythme accéléré mais décroissant jusqu’en 1972 :

2111968 : + 50%
1969 : + 38%
1970 : +28%
1971 : + 17%
1972 : +10%
1973 : +23%

212Au Maroc, excepté une baisse de 3 % enregistrée durant l’année 1964, et une autre, de 2 %, en fin de période, la croissance de la F.B.C.F. se poursuit à une allure relativement faible et irrégulière :

2131965 : + 5%
1966 : + 6%
1967 : + 23%
1968 : + 4%
1969 :+ 10%
1970 : + 19%
1971 : + 3%
1972 : — 2%

2141967 et 1970 représentent deux années exceptionnellement brillantes.

215En Tunisie, le rythme de progression de la F.B.C.F. est aussi heurté qu’au Maroc. On n’observe pas de phases de régression; mais une période de stagnation absolue durant les années de 1967 et 1968 doit être relevée. Le rythme s’accélère en fin de période :

2161965 : + 5%
1966 : +17%
1967 : —
1968 : —
1969 : + 9%
1970 : + 4%
1971 : + 18%
1972 : + 19%

217Le taux d’accumulation, donné par le rapport entre la valeur de la F.B.C.F. et celle du P.I.B., exprime encore plus clairement le degré d’avancement du processus de formation du capital.

218Le tableau XVI révèle que, au cours de la période allant de 1964 à 1973, la part de la F.B.C.F. dans le Produit Intérieur Brut va croissant en Algérie (16 % en 1964 et 45 % en 1973), stagne à un très faible niveau au Maroc (12 % en 1964 et 15 % en 1973), varie peu en Tunisie, mais se situe à un niveau intermédiaire entre celui observé en Algérie et celui observé au Maroc (23,7% en 1964 et 23% en 1972).

219En Algérie, le taux d’accumulation connaît une phase de décroissance entre 1963 et 1967, suivie d’une phase de croissance extrêmement rapide : entre 1968 et 1973, le taux est multiplié par deux (45 % contre 22 %).

220Au Maroc, l’évolution du taux d’accumulation connaît une phase de stagnation entre 1963 et 1966, ensuite une phase de hausse très modérée jusqu’en 1971. Les années 1972 et 1973 sont marquées à nouveau par le marasme des investissements.

221En Tunisie, le taux de formation du capital se maintient autour de 23,7 % durant les années 1964-1967 ; il traverse ensuite une période de ralentissement entre 1968 et 1971 (21%), avant de retrouver son niveau antérieur en 1972.

2°) Les sources de financement

222Tandis que l’Algérie connaît, après quelques années de marasme, une mobilisation de plus en plus importante de l’épargne national, le Maroc semble subir une rétention permanente à la fois du capital interne et du capital étranger ; la Tunisie, quant à elle, reste très dépendante de l’extérieur pour ce qui concerne le financement de ses investissements.

223a) Le tableau XVII a, qui retrace l’évolution des ressources de financement en Algérie, montre que le montant de l’épargne nationale, après avoir chuté de près de 40 % entre 1963 et 1966, remonte à partir de 1967. En 1969, dernière année pour laquelle on dispose de données chiffrées, ce montant atteint 5,44 milliards de dinars courants, soit une hausse de 45 % par rapport au montant constaté en 1967 et qui était équivalent à celui de 1963. Le taux d’accroissement annuel entre 1967 et 1969 a été de 20 %. Nul doute que cette tendance se soit poursuivie et accélérée depuis 1969. Rappelons que le volume de l’investissement réalisé durant le premier quadriennal a dépassé les prévisions pour atteindre le chiffre de 33 milliards de dinars courants (cf. A.A.N., 1972, p. 451).

Tableau XVII a. Algérie : Les sources de la formation du capital en milliard de D.A. aux prix courants.

Tableau XVII a. Algérie : Les sources de la formation du capital en milliard de D.A. aux prix courants.

Tableau construit d’après les données de l’Annuaire Statistique de l’Algérie — Année 1972.

224Le capital privé, de son côté, n’a cessé de s’étendre et de progresser. Le volume global des investissements réalisés depuis 1967 a atteint près de 822 millions de dinars.

225Cependant l’évolution a été des plus incohérentes :

2261968 : + 275%
1969 : + 85%
1970 : — 42%
1971 : — 70%
1973 : + 380%

227Après la hausse, sans précédent, enregistrée en 1968 et 1969, l’investissement privé chute d’une manière vertigineuse durant les trois premières années de la mise en application du Plan Quadriennal. L’année 1973 est marquée à nouveau par une remontée spectaculaire qui compense le marasme des années précédentes.

228L’apport en ressources externes ne représente qu’une fraction négligeable, mais qui tend à prendre de plus en plus d’importance depuis 1969.

229La période qui suivit l’indépendance fut marquée par des transferts massifs de fonds vers l’extérieur, de telle sorte que le montant de l’apport net enregistrait un chiffre négatif de 1963 à 1967. En proportion de la F.B.C.F., cela représentait — 21 % en 1963, —15 % en 1964 et —19 % en 1967.

230En 1968, le mouvement se renverse et les entrées nettes du capital s’établissent à 5 % de la F.B.C.F. avant de passer à 11,5 % en 1969.

231Parallèlement, la contribution de l’épargne nationale tend à diminuer puisque, en 1969, et pour la première fois, elle ne couvre plus le volume total des investissements exprimé par la valeur de la F.B.C.F. (cf. tableau XVII a).

232Nous ne disposons pas d’informations chiffrées concernant la période la plus récente. Il est permis toutefois de penser que les besoins immenses en financement pour la réalisation de vastes projets inscrits dans le premier Plan ont incité à faire encore plus appel aux apports externes. En effet, l’endettement de l’Algérie se chiffrait en 1972 à 7,9 milliards de dinars courants, soit 28 % du P.N.B., et les services de la dette représentent 11,5 % des recettes extérieures annuelles courantes (De Bernis, « Le Gaz naturel est-il facteur d’indépendance économique ? in Les hydrocarbures gazeux et le développement économique des pays producteurs, Université de Dijon, Librairie techniques, Paris 1974, p. 338).

Tableau XVII b. Maroc : Les sources de la formation du capital en 106 D.H. courants

Tableau XVII b. Maroc : Les sources de la formation du capital en 106 D.H. courants

Tableau construit d’après les données de l’Annuaire Statistique du Maroc 1971, et le Maroc en chiffres 1972.

233b) Au Maroc, le volume de l’épargne nationale n’a augmenté que de 75 % de 1964 à 1971, passant de 1 460 millions D.H. à 2 560 millions. Encore cette progression est-elle très irrégulière durant la période considérée : entre 1964 et 1968, l’accroissement global est de 19 %. L’année 1966 est marquée par une chute de 16 %. Depuis 1968, on observe une régression d’une année à l’autre (—18 % en 1969 et — 3 % en 1970). Un redressement sensible s’opère en 1971 par rapport à 1970 (+ 20 %), mais le niveau reste inférieur à celui de 1968 (—3 %). Rapportée à la valeur de la F.B.C.F., l’épargne nationale y contribue pour une fraction majeure : en 1966 (90,8 %), 1967 (92%), 1969 (99 %), 1970 (80 %) et 1971 (97 %). Pour les autres années, le montant de l’investissement reste inférieur à celui de l’épargne.

234Du côté du financement extérieur, la balance n’enregistre de solde positif que pour les années 1967 (170 millions D.H.), 1968 (60 millions), 1970 (450 millions) et 1971 (130 millions). Ce qui représente 9% de la F.B.C.F. en 1967, 3 % en 1968, 17 % en 1970 et 5 % en 1971. Les autres années sont, en revanche, marquées par des sorties de capitaux, qui atteignent le record de 200 millions D.H. en 1965.

235La désaffection des capitaux étrangers, vis-à-vis de l’économie marocaine explique pourquoi ce pays reste moins endetté que l’Algérie et la Tunisie vis-à-vis de l’extérieur : l’endettement net supplémentaire cumulé (déduction faite des remboursements sur emprunts anciens) atteint le montant de 2 148 millions D.H. pour toute la période allant de 1966 à 1972 (Rappor annuel B.N.D.E. 1972, p. 66) ; ce qui ne représente que 12 % du P.I.B. enregistrée en 1972, et les services de la dette ne représentent que 8 % des recettes courantes pour la même année.

236c) La Tunisie se distingue de l’Algérie et du Maroc en ce que la part du financement extérieur dans la F.B.C.F. demeure invariablement très élevée depuis au moins la première année du lancement des perspectives décennales (1962-1971).

237D’après les calculs regroupés dans le tableau XVII c, l’apport extérieur net a constamment couvert la valeur de la F.B.C.F. dans les proportions variant entre 40 et 50 %, excepté les deux dernières années, 1972 et 1973. Le volume de l’épargne nationale a progressé régulièrement d’une année sur l’autre, mis à part une très légère baisse en 1967. Sur l’ensemble de la période, l’accroissement s’établit à 198 %. L’apport étranger net demeure relativement stable, excepté la chute brutale qui a marqué l’année 1968.

238Si l’on considère les différents agents qui ont participé à l’accumulation du capital, tout se passe comme si une véritable division des tâches s’est instituée entre le capital d’Etat et le capital privé.

239Alors que l’Etat a réalisé l’effort principal d’investissement (72 % du total) pour promouvoir le développement de l’équipement et de l’infrastructure (transport, hydraulique, etc.), le capital privé se limite, « à tirer parti de l’effort d’aménagement public pour multiplier de fructueuses entreprises du bâtiment et de l’hôtellerie » (J. Poncet, op. cit., p. 90). La construction et le tourisme ont ainsi absorbé durant la décennie plus de capitaux que toute l’industrie chimique, par exemple ; de sorte que celle-ci reste stagnante tandis qu’on assiste au « boom » touristique.

  • 7 Es 1973, l’endettement global se chiffre à 417,5 millions de dinars courants, ce qui représente 49  (...)

240Pour pallier la carence du capital tunisien, l’Etat se tourne vers le capital étranger. Les investissements réalisés par l’Etat entre 1965 et 1968 dépassent 400 millions de dinars, dont plus des trois quarts (320 M.D.) sont financés par le capital étranger. De sorte que le développement de l’équipement et de la production, entrepris sous le contrôle direct de l’Etat, s’est accompagné d’un endettement considérable vis-à-vis du capital financier international7 et, par voie de conséquence, d’un renforcement de la dépendance économique de la Tunisie.

241Il est, du reste, remarquable de constater que le retour au « libéralisme » s’est accompagné d’une reprise sensible des investissements étrangers. Le volume de ceux-ci avait baissé de 31 % entre 1967 et 1968. En 1969, on enregistre déjà une remontée de 36 % qui compense, au-delà, la baisse de l’année précédente (cf. tableau XVII c).

Tableau XVII c. Tunisie : Les sources de la formation du capital en M.D.

Tableau XVII c. Tunisie : Les sources de la formation du capital en M.D.

Source : Tableau construit d’après les données des rapports de la B.C.T. et des chroniques de l’A.A.N. 1966-1971 et 1973.

3°) L’orientation des investissements étrangers

242Si l'on garde présent à l’esprit que les pays maghrébins disposent d’un côté de ressources énergétiques (hydrocarbures) et minérales très demandées (phosphates, etc.) et d’une main-d’œuvre abondante et bon marché, l’orientation sectorielle du capital étranger s’explique aisément.

243La répartition du capital étranger par secteur, retracée par le tableau XVIII, montre que pour l’Algérie, le secteur pétrolier, à lui seul, a absorbé la quasi totalité du volume des investissements extérieurs, contre 19 % pour le Maroc et 36,6 % en Tunisie. Les industries manufacturières en ont attiré également une part relativement importante, particulièrement en Tunisie (38%). Les secteurs minier et touristique marocains ont absorbé respectivement 39 % et 18 %.

Tableau XVIII. Répartition du capital étranger par secteurs — Fin 1967

Tableau XVIII. Répartition du capital étranger par secteurs — Fin 1967

D’après les statistiques de l’O.C.D.E., Cf. Mondes en Développement (2) 1973 : 110.

244Ces capitaux proviennent pour la plus grosse part de la France (63 % pour l’ensemble du Maghreb), des U.S.A. (16%), de l’Italie (6,5%). L’Algérie reçoit 72 % de ses investissements étrangers de la France, et 16 % des U.S.A. Le Maroc, reçoit une part importante également de la France (45 %), des U.S.A. (19%) et de l’Italie (15%). La Tunisie reçoit beaucoup moins de capitaux français (39%); une fraction plus importante de son financement externe vient de l’Italie (28 %) et des U.S.A. (9,6 %). (Cf. tableau XIX). Ces chiffres ne concernent que l’année 1967, c’est pourquoi, nous ne les citons qu’à titre purement indicatif.

245Les données les plus récentes montrent, en effet, que la stratégie des investissements étrangers tend à se modifier, tant en ce qui concerne leurs modalités que les secteurs d’intervention.

246L’association du capital étranger avec les Sociétés publiques ou semi-publiques devient la règle, tandis que les investissements directs par création de filiales sont l’exception. D’autre part, hier attirés quasi exclusivement par le secteur exportateur, ils semblent s’orienter également, et de plus en plus, vers les secteurs produisant pour le marché intérieur.

247Il reste, cependant, qu’à l’heure actuelle, ce sont toujours les activités exportatrices qui forment les secteurs de prédilection pour le capital extérieur. Le Maroc en est l’illustration parfaite. Le secteur minier, et singulièrement les phosphates, l’agriculture d’exportation, certaines branches de l’industrie légère tournées vers l’exportation, ainsi que les activités tertiaires liées aux exportations, forment toujours les principaux points de chute pour l’investissement étranger.

248Ainsi, les capitaux français, depuis l’indépendance, se sont orientés essentiellement vers le secteur de l’énergie (Sealine de Mohammedia, raffineries de Sidi-Kacem, Barrage de Massa), à celui du tourisme et industries alimentaires (usine des eaux minérales de Sidi-Harazem, sucrerie de Douk-Kala), à l’infrastructure (routes, chemin de fer) et aux extractions minières (Kettara, Saïda, O.C.P.) (cf. Lamalif, mars-avril 1974, n° 63 : p. 13).

249Les capitaux allemands (R.F.A.) se dirigent également vers les mêmes sphères d’investissement, comme on peut l’observer dans le tableau suivant :

Investissements de la R.F.A. au Maroc Période 1966-1971

Investissements de la R.F.A. au Maroc Période 1966-1971

Sources : Lamalif, mars, avril 1974, n° 63.

250Entre 1956 et 1973, la B.I.R.D. a accordé 1 805 millions D.H. dont 41,8 % destinés au financement de plusieurs sucreries, 33,6 % accordé à la Banque Nationale pour le Développement Economique (B.N.D.E.) et 12 % à la Caisse Nationale de Crédit Agricole et près de 7 % à la Caisse Hôtelière.

251La structure des capitaux selon leur origine géographique s’est modifiée substantiellement. Pour l’ensemble des investissements réalisés au Maroc depuis l’indépendance (1956-1973), la répartition est la suivante :

Source : Lamalif, mars, avril 1974 (63) : p. 11.

Tableau XIX. Répartition, du capital étranger selon les pays d’origine — Fin 1967

Tableau XIX. Répartition, du capital étranger selon les pays d’origine — Fin 1967

D’après les statistiques de l’O.C.D.E., Cf. Mondes en Développement (2) 1973 : 110.

252Les Etats-Unis viennent en tête (24,65 %) avec un léger avantage sur la France (24,08 %). Le total des flux financiers en provenance de l’ensemble du monde occidental (pays et organismes financiers confondus) représente près de 92 % du volume global des investissements réalisés au Maroc depuis 1956. Par ailleurs, les données les plus récentes montrent que, des trois pays du Maghreb, l’Algérie demeure toujours la zone prioritaire de l’investissement du capital en provenance des pays de l’O.C.D.E. : ainsi en 1972, l’Algérie a bénéficié de plus de la moitié de l’ensemble des capitaux nets, publics et privés, accordés aux pays maghrébins (584 millions $ U.S.). La part allant au Maroc a été, pour la même année, de 25,3 % du total, et celle de la Tunisie de 23,7 %. Rappelons que la répartition de l’« aide » occidentale entre les trois pays a été, en 1967, respectivement de 69 %, 17,6 % et 13,3 % (cf. tableau XIX).

253Ainsi après avoir, durant l’époque coloniale, impulsé puis développé certaines activités de production directement branchées sur le marché international au détriment d’autres secteurs plus vitaux (industrie de base, par exemple), le capital étranger poursuit aujourd’hui comme hier son activité à la foi d’intégration et de satellisation de l’économie maghrébine. Même si l’indépendance politique s’est manifestée par des ruptures partielles et sectorielles, on observe parallèlement un mouvement de réinsertion encore plus accentué vis-à-vis des principaux centres d’accumulation du capital. Et ceci est particulièrement vrai pour l’économie tunisienne et marocaine dont toute la politique industrielle est fondée sur le développement, avec l’aide du capital étranger, de quelques sphères d’activité au sein du secteur des biens de consommation en vue d’en valoriser les exportations. Les mesures récentes témoignent encore de la poursuite et de la consolidation de cette politique. Ainsi la Tunisie (loi du 27 avril 1972) vise à accorder au capital qui s’investirait dans les industries tournées vers l’exportation, un régime de franchise quasi absolue (exonération de l’impôt sur les bénéfices pendant dix ans, exonération de tous droits et taxes pendant vingt ans, exonération de l’impôt sur les revenus des valeurs mobilières, liberté totale de transférer les dividendes revenant aux associés non résidents, aucune obligation de faire entrer en Tunisie les bénéfices et chiffres d’affaires, etc.).

254Une politique similaire a été préconisée en 1972 par le Secrétariat d’Etat au Plan marocain qui recommande d’accorder des subventions sélectives en vue de favoriser le développement de la production de produits non agricoles destinés directement à l’exportation : « Il se peut, par exemple, que le Maroc ferait mieux d’exporter du chocolat que du jus d’orange, malgré le fait que les oranges, et non le cacao, poussent au Maroc » lit-on dans le document émanant des services du Plan.

255L’objectif poursuivi dans les deux cas reste bien entendu le développement de l’industrie et l’accroissement du niveau global de l’emploi.

256On est cependant en droit de se demander si la politique de développement de l’économie d’exportation favorise les tendances à la formation du capital interne.

257Lorsque ce problème se trouve posé, l’on est toujours tenté d’engager le débat en termes d’options ou de choix de modèles de développement. Ainsi R. Gendarme (Mondes en développement 1973 (2), p. 63, sq) examinant « quelques expériences de développement dans le bassin méditerranéen » croit déceler deux tendances principales : « D’une part, des pays comme l’Algérie ont opté pour une industrie industrialisante qui utilise peu de main-d’œuvre mais des équipements modernes et coûteux. D’autre part, des pays comme le Maroc et la Tunisie… ont opté pour l’industrie manufacturière… ».

258Nous retrouvons ici la distinction classique que la théorie du développement opère entre le modèle « capital using » et le modèle « labour intensive ».

259C’est là un vieux débat qui divise les praticiens du développement et une fausse querelle qui n’a pas fait avancé d’un iota la théorie économique.

260Disons, pour aller vite, que ces « modèles » et la démonstration qui les fondent présupposent un cadre économique qui se situe hors de l’histoire et des rapports sociaux. Que signifie, par exemple, le développement de l’industrie à faible composition organique dans une économie largement tournée vers l’extérieur sinon une surexploitation effrénée d’une main-d’œuvre abondante et bon marché qui freine l’élargissement de la demande et du marché internes. Au Maroc, par exemple, comme du reste en Tunisie, le modèle néo-classique ne se réalise-t-il pas en pleine contradiction avec lui-même ? D’un côté on observe une concentration demesurée des revenus, qui signifie accentuation des inégalités sociales; mais de l’autre côté ce phénomène ne débouche nullement sur une vaste accumulation génératrice de croissance auto-entretenue. Des sacrifices sont imposés à la consommation populaire mais le déclenchement du développement autocentré n’est pas encore en vue. Une accumulation du capital argent mais sans reproduction élargie du capital productif. Pourquoi ?

261Le procès réel de développement au Maghreb, tel qu’il résulte d’une économie irrémédiablement intégrée, de par l’histoire coloniale, au marché international, et œuvrant encore, pour l’essentiel, en vue de l’exportation ne relève pas du volontarisme optionnel; il s’insère tout entier dans un système mondial productif au sein duquel il occupe une place et un rôle spécifiquement déterminés. Et c’est ce système mondial qui impose une direction déterminée et un cours particulier au processus de développement. Les « choix » du modèle de développement ou des techniques de production ne peuvent se comprendre indépendamment des « effets de domination » exercés par les économies du Centre.

262Ce déterminisme s’entend, il va de soi, dans le sens relatif du terme. Les marges de manœuvre existent; leur ampleur et les possibilités de les exploiter varient en fonction du degré d’intégration au système mondial d’accumulation, ainsi que des formes que revêt cette intégration.

263Il reste que, vu les legs historiques respectifs résultant de la colonisation subie par chacun des trois pays du Maghreb, vu le type de rapports sociaux et le mode d’insertion dans la division internationale du travail, dont chacun a hérité, vu enfin les potentialités en ressources naturelles dont chacun dispose, on peut aisément expliquer pourquoi l’Algérie s’est engagée d’emblée dans un mode de développement fondé sur la concentration extrême du capital, et pourquoi de l’autre côté le Maroc et la Tunisie n’ont pu encore franchir le stade de l’économie de biens de consommation ; pourquoi alors que la monarchie marocaine apparaît de plus en plus manifestement comme une superfétation sociale pure, l’Etat algérien se montre, au contraire, plus obstiné à réaliser ses tâches d’accumulation.

CONCLUSION

264Certes, comme on l’a observé tout au long de cette étude, des modifications importantes et variables selon le pays sont intervenues dans les structures de l’économie marchande légué par la colonisation : modifications de la nature des produits échangés avec l’extérieur en liaison avec le développement du secteur des biens de consommation (Maroc, Algérie et Tunisie) et celui du secteur des biens de production (Algérie), réorientation sectorielle des investissements étrangers… Cependant il faut observer que, si d’un côté l’effort de reconversion de l’économie « extravertie » léguée par la colonisation, en économie « internalisée », semble se poursuivre encore à l’heure actuelle, on peut affirmer que du côté du Maroc, cette politique n’a pas encore dépassé le stade des intentions, tandis qu’en Tunisie elle paraît avoir atteint les limites qu’elle ne pouvait plus franchir. Et dans l’ensemble des trois pays ces transformations structurelles s’accompagnent d’une consolidation et même d’un nouvel essor des secteurs exportateurs.

265Or que signifie une économie spécialisée dans l’exportation des biens de consommation et des produits bruts ?

266Les études qui ont abordé sérieusement ce problème se réfèrent en général à « l’expérience » latino-américaine. Ainsi tout récemment Le Thank Khoi (Le Monde, 16 avril 1974, p. 7) après avoir critiqué le « modèle de croissance » fondé sur l’intégration au marché mondial affirme que les exportations ne peuvent pas être la base de la croissance pour trois causes fondamentales, parmi lesquelles nous retiendrons particulièrement la dernière, à savoir le caractère d’enclave que constituent les secteurs exportateurs : « ils n’occupent que 5 à 7 % de la population active — et par suite leur « pouvoir diffusant » est limité. Il faut en fait une augmentation très forte des exportations pour obtenir une certaine croissance de l’économie dans son ensemble ».

267Il est dans la nature de l’économie d’exportation d’être anti-industrialisante, affirme, de son côté Mauro Marini, élevant ainsi le débat :

268« L’économie exportatrice, écrit Ruy Mauro Marini (la dialectique de la dépendance in Critiques de l’Economie politique, nos 13-14, p. 30), n’est pas simplement le produit d’une économie internationale fondée sur la spécialisation productive : c’est une formation sociale basée sur le mode de production capitaliste, qui accentue à l’extrême les contradictions qui le caractérisent. Et ce faisant, elle donne une forme spécifique aux rapports d’exploitation qui la fondent et crée un cycle de capital qui tend à reproduire, en l’accentuant, la dépendance qu’elle connaît vis-à-vis de l’économie internationale ».

269On concevra dès lors que la direction et la portée du développement de l’économie maghrébine ne peuvent s’apprécier exclusivement en termes de croissance du Produit, mais plutôt en termes de transformation qualitative des rapports de production. Certes l’examen de l’évolution des grandeurs significatives a pu nous fournir l’indice, le symptôme de telles transformations ; mais l’analyse doit également s’efforcer de dégager la nature profonde de cette évolution et de mettre en lumière les possibilités de reproduction et d’extension des rapports de production capitalistes dont les germes ont été solidement plantés par la colonisation.

ANNEXE I. Algérie : Évolution de la formation du capital (1) (F.B.C.F.) (en milliards de D.A. courants)

ANNEXE I. Algérie : Évolution de la formation du capital (1) (F.B.C.F.) (en milliards de D.A. courants)

ANNEXE II. Maroc : Évolution de la formation du capital En 10e D.H. courants

ANNEXE II. Maroc : Évolution de la formation du capital En 10e D.H. courants

ANNEXE III. Tunisie : Évolution de la formation du capital en M.D. En prix constant de 1966

ANNEXE III. Tunisie : Évolution de la formation du capital en M.D. En prix constant de 1966

I - ÉVOLUTION de LA STRUCTURE des IMPORTATIONS

I - ÉVOLUTION de LA STRUCTURE des IMPORTATIONS

II - ÉVOLUTION de LA STRUCTURE des EXPORTATIONS

II - ÉVOLUTION de LA STRUCTURE des EXPORTATIONS

III - ÉVOLUTION de LA STRUCTURE GEOGRAPHIQUE des IMPORTATIONS

III - ÉVOLUTION de LA STRUCTURE GEOGRAPHIQUE des IMPORTATIONS

IV - ÉVOLUTION de LA STRUCTURE GEOGRAPHIQUE des EXPORTATIONS

IV - ÉVOLUTION de LA STRUCTURE GEOGRAPHIQUE des EXPORTATIONS

Notes

1 Nous ne discuterons pas ici de la nature précise du mode de production dominant dans le Maghreb précolonial, question qui fait l’objet de nombreuses recherches à l’heure actuelle.

2 L’indépendance politique est proclamée le 2 juillet 1962 pour l’Algérie, le 2 mars 1956 et le 20 mars 1956 pour la Tunisie.

3 Nous aurons à revenir plus en détail, dans le corps de l’étude sur les éléments matériels de ce qu’on appelle l’héritage de la colonisation.

4 L’ensemble des tableaux qui illustrent cette première partie rassemblent les résultats de calculs effectués sur la base des données chiffrées que nous avons relevées :

  • Pour l’Algérie, dans l’Annuaire Statistique de l’Algérie, VIe vol., 1954, 1970 et 1972.

  • Pour le Maroc, dans l’Annuaire Statistique du Maroc (années 1955-1596 à 1971), et dans Les Rapports annuels de la B.N.D.E. (années 1963 à 1972).

  • Pour la Tunisie, dans l’Annuaire Statistique de la Tunisie (années 1960 à 1961) et Rapports Annuels de la B.C.T. (1960 à 1972), et Statistiques du Commerce extérieur, 1970-1971 et 1972.

5 Le regroupement des diverses marchandises exportées en trois catégories principales a été effectué en fonction de la place qu’occupe chacune d’elle dans le processus productif.
Les matières premières (phosphate, etc.), matières auxiliaires (lubrifiants, etc.) et les demi-produits (superphosphates, barres et profilés en fer, etc.), représentent des moyens de production qui sont consommés et par conséquent renouvelés lors de chaque cycle de production. Les moyens d’équipement (machines, etc.) ne sont renouvelables qu’au bout de plusieurs cycles de production. Les moyens de consommation semi-durables ou non (agrumes etc.), n’entrent pas directement dans le cycle productif.

6 Pour l’ensemble du secteur autogéré, le nombre des ouvriers permanents s’élevait en 1970 à 173 770 personnes, soit 63 %, de la main d’oeuvre totale, et fournissait 70 % des journées de travail réalisées dans l’année.

7 Es 1973, l’endettement global se chiffre à 417,5 millions de dinars courants, ce qui représente 49 % du P.I.B.

Notes de fin

1 CRESM, Aix-en-Provence.

Table des illustrations

Titre Tableau I. Variations des principales importations (en %)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Tableau II. Variations des principales exportations (en %)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 368k
Titre Tableau III. Structure des exportations par groupements d’utilisation (% de la valeur totale)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Tableau IV. Structure des matières premières et demi-produits exportés
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre Tableau V. Structure des biens de consommation exportés
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau VI. Structure des importations par groupements d’utilisation
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Titre Tableau VII. Structure des biens de consommation importés
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Titre Tableau VIII. Structure des biens d’équipement importés
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Tableau IX. Structure des échanges selon les principaux pays
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Tableau X. Évolution du taux de couverture
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau XI. Évolution des termes de l’échange. Rapport du prix de la tonne importée au prix de la tonne exportée
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Source : « Afrique », numéro spécial de Jeune Afrique, 1973, p. 77.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau XII. Part du commerce extérieur dans la P.I.B. (aux prix courants) moyenne en %
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 376k
Titre Tableau XIII. Évolution des principaux secteurs de production. Base 100 : 1964 (1)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Structure de la production brute projetée des industries de transformation (en %)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Evolution de la structure de la P.I.B. (en %) (1)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 548k
Titre Production moyenne en 1 000 t
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau XIV. Indice de la production industrielle (en volume) base 100 = 1966
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Source : Regard prospectif sur le Bassin Méditerranéen. La Documentation française, septembre 1973 : 46.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Tableau XV. Structure des investissements selon les plans nationaux
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Tableau XVI. Evolution comparée du taux d’accumulation du capital
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Titre Tableau XVII a. Algérie : Les sources de la formation du capital en milliard de D.A. aux prix courants.
Légende Tableau construit d’après les données de l’Annuaire Statistique de l’Algérie — Année 1972.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre Tableau XVII b. Maroc : Les sources de la formation du capital en 106 D.H. courants
Légende Tableau construit d’après les données de l’Annuaire Statistique du Maroc 1971, et le Maroc en chiffres 1972.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau XVII c. Tunisie : Les sources de la formation du capital en M.D.
Légende Source : Tableau construit d’après les données des rapports de la B.C.T. et des chroniques de l’A.A.N. 1966-1971 et 1973.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Tableau XVIII. Répartition du capital étranger par secteurs — Fin 1967
Légende D’après les statistiques de l’O.C.D.E., Cf. Mondes en Développement (2) 1973 : 110.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre Investissements de la R.F.A. au Maroc Période 1966-1971
Légende Sources : Lamalif, mars, avril 1974, n° 63.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Source : Lamalif, mars, avril 1974 (63) : p. 11.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Titre Tableau XIX. Répartition, du capital étranger selon les pays d’origine — Fin 1967
Légende D’après les statistiques de l’O.C.D.E., Cf. Mondes en Développement (2) 1973 : 110.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Titre ANNEXE I. Algérie : Évolution de la formation du capital (1) (F.B.C.F.) (en milliards de D.A. courants)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre ANNEXE II. Maroc : Évolution de la formation du capital En 10e D.H. courants
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre ANNEXE III. Tunisie : Évolution de la formation du capital en M.D. En prix constant de 1966
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Titre I - ÉVOLUTION de LA STRUCTURE des IMPORTATIONS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre II - ÉVOLUTION de LA STRUCTURE des EXPORTATIONS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Titre III - ÉVOLUTION de LA STRUCTURE GEOGRAPHIQUE des IMPORTATIONS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre IV - ÉVOLUTION de LA STRUCTURE GEOGRAPHIQUE des EXPORTATIONS
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/125/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 267k

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1975

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable