Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à la Mauritanie

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes
, 
Centre d’étude d’Afrique noire

Les relations extérieures

La Mauritanie dans les relations inter-Maghrebines

Jean-Claude Santucci

Texte intégral

1Depuis deux ou trois ans, la « décolonisation » du Sahara espagnol a suscité en Afrique occidentale un grave conflit qui a replacé la Mauritanie au premier plan de l’actualité, au point d’en faire un enjeu politique important sur l’échiquier international et au risque de remettre en question une existence étatique difficilement admise et toute une diplomatie patiemment élaborée autour d’une idée-clé : l’amitié et la coopération régionale tant avec les Etats d’Afrique du Nord qu’avec ceux de l’Afrique sub-saharienne.

2Sans vouloir trop sacrifier à l’actualité et sans prétendre mettre à nu tous les déterminants d’une telle évolution, il nous a paru intéressant d’essayer d’en retracer les grandes lignes et de dégager les différentes « phases » qui ont marqué la diplomatie mauritanienne à l’égard de l’ensemble arabe maghrébin. Ce faisant, cette note pouvait présenter un double intérêt : illustrer sur une zone d’action limitée les conclusions de l’étude entreprise dans ce même ouvrage à une échelle plus vaste sur la politique extérieure de cet Etat et éclairer également celles avancées à propos de l’évolution interne du régime politique, tant il est vrai que pour ce pays politique extérieure et politique intérieure paraissent indissolublement liées.

I. — L’INSERTION DE LA MAURITANIE DANS L’ENSEMBLE MAGHRÉBIN : UNE LENTE ET DIFFICILE RECONNAISSANCE

3L’ouverture de la Mauritanie sur le monde maghrébin a longtemps porté la marque d’une naissance étatique difficilement acceptée et d’une souveraineté âprement contestée par ses voisins immédiats.

  • 1 Accrochages en 1957 au nord d’Atar.
  • 2 Opération baptisée « Ecouvillon » menée le 10/2/1958 dans le Sahara Espagnol en coordination avec (...)

4En effet, dès 1956, l’existence étatique de la Mauritanie est sérieusement menacée par les visées concurrentes de la France et du Maroc : la première en vue de rattacher au Sahara l’essentiel du territoire (projet d’Afrique Saharienne française de 1956 et projet OCRS de 1957), le second pour revendiquer purement et simplement le rattachement de cette « province méridionale » dans un grand Maroc allant au sud-est jusqu’à Tindouf et Colomb Béchar et au sud jusqu’à Saint-Louis du Sénégal. Qui ne se souvient de la campagne de presse intransigeante, qu’avait suscitée à l’époque dans les rangs de l’Istiqlal cet appétit territorial, et qui n’a pas encore en mémoire les déclarations passionnées de son leader Allai Al Fassi en mars et avril 1956, ou la carte de ce grand Maroc qu’Ai Alam publiait en juillet 1956. Ces positions irrédentistes avaient même conduit le gouvernement marocain, assuré d’un très large soutien de son opinion publique et de certains appuis du côté mauritanien (allégeance de deux ministres en exercice du jeune gouvernement et de l’émir de Trarza) à mobiliser son armée et à lancer des opérations militaires1 au point que les troupes françaises durent intervenir en février 1958 pour refouler les « rebelles » et protéger la sécurité du pays2.

  • 3 Le Sénégal avait également lancé l’idée d’une fédération primaire.

5Il a fallu à l’époque toute la détermination politique du gouvernement pour résister à ces pressions et pour repousser toutes les propositions fédératives dont le pays faisait l’objet3 ; c’est dans ce contexte qu’est né l’Etat mauritanien, autour d’une seule et ferme réponse : « faisons ensemble la patrie mauritanienne », et avec le souci majeur de sauvegarder son intégrité territoriale.

6Son adhésion à la Communauté instituée par la Ve République, outre qu’elle garantissait son autonomie interne et préservait sa vocation à l’indépendance, la dispensait du même coup d’avoir à choisir entre le Maghreb et l’Afrique Noire. La voie vers la souveraineté étatique était désormais ouverte, dès lors qu’il lui était possible de quitter le cadre de la Communauté, ce qu’elle fit en 1960. Cette émancipation vis-à-vis de la France, tout comme son refus d’une inféodation au Mali, laissa à la jeune République le champ libre pour affronter le Maroc ; d’autant que celui-ci allait se montrer plus résolu que jamais à faire valoir ses droits historiques, et à empêcher l’admission aux Nations Unies d’un Etat au demeurant islamique. Dès 1960, en effet, le royaume chérifien notifie à la France qu’il n’a jamais fait abandon ni implicitement ni explicitement de ses droits sur les régions qui ont de tout temps fait partie intégrante de son territoire, et va s’employer à obtenir le plus large soutien diplomatique, notamment auprès des Etats arabes. Le comité politique du Conseil de la Ligue arabe décide d’appuyer les prétentions territoriales du Maroc et le débat en commission politique des Nations Unies tourne court en novembre 1960, faute d’adopter une résolution. La Tunisie décide de parrainer à l’ONU la candidature mauritanienne qui après s’être heurtée au veto soviétique en Conseil de Sécurité, obtient finalement le 19 avril 1961 la majorité à l’Assemblée Générale, grâce au soutien des Etats de l’Afrique modérée rassemblés au sein du groupe de Monrovia.

  • 4 Voir B. Fessart de Foucault, « Le paxti du peuple mauritanien » RFEPA (94 et 95), octobre et novem (...)

7Les conditions de cette reconnaissance internationale creusent une brèche dans la solidarité maghrébine au point d’entraîner une rupture qui durera jusqu’en 1965 entre le Maroc et la Tunisie, accusée d’avoir failli à ses obligations d’amitié et d’assistance du traité de 1957. Le Maroc n’en continue pas moins à contester la souveraineté mauritanienne tant au niveau diplomatique, en boudant systématiquement le nouvel Etat dans toutes les instances internationales qui les réunissent (CEA, OIT, OMS) que sur le terrain militaire et politique en entretenant une véritable subversion (attentats à Atar et Nouakchott en 1961) et en essayant de récupérer l’opposition interne représentée par la Nahda. En fait cette menace va servir de catalyseur pour consolider et vivifier l’unité nationale et faciliter la fusion des partis d’opposition et les formations gouvernementales en un nouveau parti unique, objectif politique essentiel pour les dirigeants d’alors4.

  • 5 Voir supra, Coulon et Constantin.

8A la fin de 1962, l’obsession marocaine s’atténue à Nouakchott où le président Ould Daddah va s’attacher à mettre en œuvre les grandes options d’une politique étrangère5 qui s’inscrit dans le droit fil du « non-alignement » : rapprochement avec les pays arabes, ouverture vers le monde socialiste et construction de l’unité africaine.

  • 6 Cf. AAN, 1963, chronique diplomatique.

9A l’échelon maghrébin, tous les efforts, toutes les options et prises de positions de la diplomatie mauritanienne en portent la marque dans les années 1961-1963 : c’est ainsi qu’elle plaide sans relâche et avec force la cause algérienne auprès de la France, qu’elle prend fait et cause pour la Tunisie à propros de l’affaire de Bizerte, et qu’elle appuie officiellement l’admission du FLN à la conférence panafricaine de Lagos préparatoire à la création de l’OUA. Il faut cependant attendre 1963 pour voir se dessiner un changement réel dans les relations de la Mauritanie avec ses voisins maghrébins. Plusieurs événements y contribuent, principalement le conflit frontalier algéro-marocain de l’été, et la tenue de la conférence panafricaine d’Addis Abeba qui va aboutir à la création de l’OUA et consacrer la disparition du Groupe de Casablanca, un des espoirs de la diplomatie chérifienne6. Le Maroc est isolé, enferré dans son obstination, tandis que l’Algérie indépendante, alors même que le FLN était resté jusqu’ici hostile à la RLM, va adopter une attitude plus complaisante, dès lors qu’elle se trouve confrontée aux prétentions marocaines sur Tindouf, Tlemcen, et Colomb Béchar. Dans les déclarations des milieux dirigeants algériens, on commence en effet à parler de la Mauritanie comme d’une réalité, ce qui constitue aux yeux des homologues marocains et de l’Istiqlal un revirement impie et une véritable trahison. Cette reconnaissance implicite brise le verrou de l’opposition des Etats arabes et va ouvrir la voie au rapprochement de la RLM avec ces pays.

10C’est paradoxalement dans un cadre africain, à la conférence d’Addis Abeba de mai 1963, que cette réconciliation se concrétise, en l’absence remarquée du roi Hassan II : le président mauritanien est en effet reçu à deux reprises par Nasser, ce qui lui vaut une seconde reconnaissance de poids ; celle-ci se prolongera d’ailleurs par la signature d’accords de coopération et sera le prélude à une très large ouverture vers les régimes arabes progressistes, avec lesquels la RIM va nouer de solides relations diplomatiques et modifier du même coup ses rapports avec les Etats maghrébins.

11Des contacts et entretiens discrets qui furent établis durant l’année 1963 entre Rabat et Nouakchott, rien de très concluant ne sortit sinon que l’on s’acheminait vers un début de réglement du différend. A l’été 1964, une étape décisive est franchie dans la voie de la réconciliation, le Maroc acceptant de sièger aux côtés de la Mauritanie à la conférence panafricaine du Caire. On décide en haut heu de mettre fin aux campagnes d’invectives réciproques mais l’opinion publique marocaine qui ne semble pas encore prête à franchir le pas, pèse encore de tout son poids sur les initiatives d’ouverture de leurs gouvernements. Ainsi le roi Hassan II renoncera-t-il à se rendre en octobre 1964 à la conférence maghrébine de Tunis où le Président mauritanien devait être au même moment l’invité de M. Bourguiba.

  • 7 Ses journaux sont saisis et ses directeurs emprisonnés.

12C’est seulement en 1969 que se concrétise une véritable entente précisément à la conférence islamique de Rabat à laquelle le roi Hassan II invite le président M. Ould Daddah. Boumedienne organise à cette occasion une rencontre et un entretien entre les deux chefs d’Etat qui vont sceller en dépit des violentes protestations de l’Istiqlal toujours aussi intransigeant7 le rapprochement maroco-mauritanien. On n’en est pas encore à l’établissement de relations officielles mais la principale hypothèque — la revendication territoriale — est levée et le ministère marocain des affaires mauritaniennes est supprimé, ce qui prend une signification symbolique précise. En cette même année les autres conflits frontaliers du Maghreb sont réglés, ou en bonne voie de l’être (Borne 233 entre l’Algérie et la Tunisie, et Tindouf, Gara Djebilet entre l’Algérie et le Maroc), et vont faire place à des accords de coopération et d’exploitation communes des régions litigieuses. Dans le même temps interviennent d’autres changements sur l’échiquier maghrébin qui vont redistribuer les courants d’échange et les alliances et modifier l’équlibre géo-politique du Maghreb ainsi que les perspectives de coopération inter-étatiques : d’une part le coup de frein à l’expérience socialiste de Ben Salah de Tunisie, d’autre part de renversement de la monarchie à Tripoli qui provoque un relachement des liens entre la Tunisie et la Libye, qui se veut davantage attirée par le Machrek et par une coopération dans le cadre plus large du monde arabe.

  • 8 Echange d’ambassadeurs en février 1970, avec du côté marocain, Kacem Zhiri ministre du Cabinet roy (...)

13Le centre de gravité du Maghreb se trouve déplacé de Tunis vers Rabat, après la conférence des ministres de l’économie de juillet 1970, marquée par l’absence de la Libye et à laquelle la Mauritanie envoie un observateur. Une fois admises les frontières léguées par le colonisateur et l’existence de la Mauritanie8, qui se désengage progressivement de l’Afrique Noire, un nouvel équilibre s’installe dans cet « ensemble » maghrébin ; équilibre dont les points d’ancrage sont constitués du côté algéro-marocain par les accords d’Ifrane de 1969 et la rencontre de Tlemcen du 27 mai 1970, et du côté maroco-mauritanien par les entretiens de Casablanca suivis du Traité de coopération et de bon voisinage de juin 1970.

14A défaut d’une adhésion formelle à « l’union économique maghrébine » dont l’avenir parait compromis par les résultats de la dernière conférence interministérielle, la Mauritanie sera en 1970 consultée ou avertie à propos de tout événement intéressant le Maghreb, et de plus en plus associée aux réunions des instances spécialisées inter-maghrébines. Elle prend dans un certain sens la relève de la Libye, et tend à devenir un candidat sérieux pour le Maghreb. Sa diplomatie entre dès 1970 dans une « phase maghrébine particulièrement active en matière de coopération et de concertation.

II. — UNE DIPLOMATIE « MAGHRÉBINE » TOURNÉE VERS LA COOPÉRATION ET LA CONCERTATION

15L’action diplomatique de la Mauritanie dans les relations intermaghrébines illustre son profond attachement à la solidarité islamique et arabe qui s’est notamment manifesté avec éclat lors des deux conflits israëlo-arabes, et qui sera consacré solennellement au Sommet d’Alger en 1973 par son admission à la Ligue Arabe.

16Etape décisive dans l’affirmation extérieure de sa personnalité nationale, cette diplomatie maghrébine ne s’est pas développée au détriment de ses liens avec les autres organisations régionales africaines, mais conformément à sa « vocation fondamentale de trait d’union entre l’Afrique et le Monde Arabe ».

17Cependant l’intégration maghrébine marquant le pas, depuis juillet 1970, et les réalisations de la coopération économique étant sommes toutes peu concluantes, la Mauritanie demeurera prudente et sur la réserve dans le processus de son adhésion au Maghreb arabe. Participant en qualité d’observateur permanent au Comité Permanent Consultatif du Maghreb, elle n’a pas poursuivi davantage son insertion institutionnelle dans ce sous-ensemble, préférant tourner ses espoirs vers l’aménagement d’une coopération régionale avec ses voisins du Sud (OERS et surtout Communauté des Etats de l’Afrique de l’Ouest).

  • 9 Dès 1970, l’activité « maghrébine » de la diplomatie mauritanienne est particulièrement intense et (...)

18Toutefois, et suivant en cela la nature même de l’évolution de la coopération inter-maghrébine, elle s’est employée à développer ses relations bi-latérales avec chacun des pays du Maghreb, en multipliant les contacts à tous les niveaux9 et en établissant des liens étroits de coopération.

19La coopération avec la Tunisie, qui avait été le premier Etat maghrébin à le reconnaître, remonte déjà à quelques années puisque le premier accord inter-gouvernemental date de septembre 1964 ; depuis mars 1971, une Commission ministérielle régit cette coopération bi-latérale qui intéresse tous les secteurs économique, technique, culturel et commercial. L’aide de la Tunisie a porté principalement dans le domaine de la formation des cadres (Formation des premiers enseignants et magistrats mauritaniens, envoi de professeurs qualifiés) et dans le domaine bancaire, avec notamment l’octroi d’une aide technique et financière au démarrage de la Banque mauritanienne de développement.

20Avec la Libye, en dépit de relations relativement ancienne fondées sur des affinités ethniques et linguistiques, la coopération n’a réellement démarré que depuis 1970, après l’instauration des relations diplomatiques et surtout après le voyage à Tripoli en septembre 1971 du président M. Ould Daddah.

  • 10 Son capital est réparti entre la Banque arabe libyenne extérieure (51 %) et l’Etat mauritanien (49 (...)

21L’aide financière de la Libye a servi à financer plusieurs projets dont la construction de la route Nouakchott-Boutlimitt, l’adduction d’eau de Chinguetti, la construction de l’Institut d’Etudes Islamiques de Boutlimitt et d’une mosquée à Nouakchott. En février 1972, à la suite d’un voyage de Qaddhafi à Nouakchott et après un accueil chaleureux, les deux gouvernements décident de créer une commission mixte ministérielle et de multiplier les contacts pour coordonner la coopération dans tous les domaines jusqu’à ce que « se réalise l’intégration entre les deux peuples ». Des accord commerciaux sont signés dont celui de mai 1977 portant sur l’exportation des produits d’élevage et de bétail sur pied vers la Libye, et dans le domaine culturel un centre culturel arabe libyen est inauguré à Nouakchott. Dans le secteur bancaire également, cette coopération s’est révélée particulièrement active, les deux pays décidant par un accord du 20 mai 1972 la création d’une Banque commune, la Banque arabe libyo-mauritanienne pour le commerce extérieur et le développement (BALM). Du fait de sa très large compétence, cette Banque mixte10 a joué un rôle important tant au niveau commercial (octroi de crédits aux particuliers) qu’en matière de développement (financement d’investissements et prises de participation dans certaines sociétés). Par ailleurs, quelques cadres mauritaniens ont été formés aux techniques bancaires en Libye.

22C’est avec l’Algérie que la coopération s’est le plus développée, touchant tant de domaines et suivant un rythme si régulier que la Mauritanie pouvait apparaître aux moments les plus forts de l’aide algérienne comme la dernière-née de ses « wilayas », ou encore sa véritable « fenêtre » atlantique pour renforcer son influence politique et économique au Sud du Sahara.

23En 1966, la signature d’un protocole d’accord avait ouvert la voie à cette coopération, mais celle-ci restait limitée à quelques actions ponctuelles dans les différents secteurs culturels, sanitaire, postal et aérien : quelques stagiaires mauritaniens étaient accueillis en cycle d’études à l’école de police d’Alger, l’ouverture d’une ligne aérienne était mise à l’étude, et du matériel téléphonique gracieusement offert à la RIM. Dès 1970, cette coopération va connaître plus d’ampleur et de régularité avec l’institution d’un comité mixte permanent et la signature de nouveaux accords dans les domaines économique, scientifique, culturel et technique. En 1973, on notait la présence de 150 à 200 étudiants mauritaniens en Algérie, et celle de nombreux coopérants algériens en Mauritanie, notamment dans l’enseignement, l’administration et les services du Plan. L’Algérie finançait également la construction de deux hôpitaux qu’elle dotait de médecins et installait un centre et une mission sanitaires dans la région d’Aleg. Elle avait par ailleurs offert en 1971 à l’armée mauritanienne 300 millions CFA de matériel militaire.

24En matière de commerce, les deux pays signaient en 1972 une convention commerciale et tarifaire par laquelle ils s’engageaient à développer leurs échanges, l’Algérie important du fer et la Mauritanie des tissus et des fruits. Comme corollaire de cette coopération, les liaisons maritimes aériennes et routières entre les deux pays allaient connaître un important essor, toujours sous l’impulsion de l’Algérie : la CNAV ouvrait en décembre 1972 une ligne maritime régulière reliant Alger aux principaux ports de l’Afrique de l’Ouest dont Nouakchott ; deux lignes aériennes étaient inaugurées, Alger-Nouakchott via Bechar et Alger-Nouakchott-Conakry ; enfin sur le plan routier, l’Algérie s’engageait d’une part à former les cadres techniques, gestionnaires, techniciens et moniteurs des transports routiers, et d’autre part à envoyer les experts pour participer à l’élaboration d’une politique mauritanienne des transports.

25En 1972, l’Algérie va apporter un soutien important et décisif à l’indépendance monétaire de la Mauritanie, en l’aidant à fabriquer sa nouvelle monnaie nationale « l’Ouguiya », en la garantissant de l’ouverture d’un compte d’avances en devises de 3 milliards de CFA et en confiant à sa Banque centrale la formation des dirigeants de l’Institut d’Emission mauritanien.

26Dans le même temps, la coopération avec le Maroc était plutôt délaissée au profit d’une concertation politique sur la « décolonisation » du Sahara Espagnol. C’est seulement lorsqu’un accord de partage a pu être envisagé, que les deux pays vont définir, à l’occasion de nombreuses réunions de ministres de hauts responsables et de techniciens, les contours de leur coopération ; une coopération très étroite, touchant tous les secteurs économique, financier, technique et culturel, dont la promotion et la coordination sont confiées à une agence installée à Rabat (l’AMAMCO, agence maroco-mauritanienne de coopération) et que le Maroc prend en charge presque exclusivement, dans un double but : consolider ses prétentions territoriales et accréditer auprès de Nouakchott ses positions sur l’avenir du Sahara occidental. C’est ainsi que plusieurs dons ont été effectués pour assurer le financement de nombreux projets à caractère économique et culturel : construction à Nouakchott d’une maison des jeunes, d’un complexe sportif, d’une mosquée et d’un centre culturel, extension des aérodromes de Nouakchott et d’Atar et construction d’un entrepôt frigorifique de 100 tonnes près du Wharf de Nouakchott. A cela s’est ajouté en 1975 un prêt de 15 millions de dollars pour assainir la situation financière de la société des mines de Mauritanie (SOMIMA) et un effort particulièrement important en matière de formation : près de 300 étudiants mauritaniens poursuivent au Maroc leurs études dans des établissements d’enseignement supérieur, 250 dans des établissements d’enseignement technique, une centaine d’agents effectuent des stages de formation de 6 à 9 mois dans l’administration marocaine, tandis qu’une cinquantaine de coopérants marocains servent en Mauritanie, principalement dans l’enseignement. A l’heure actuelle et du fait de l’aggravation de la situation intérieure, consécutive au partage et à l’occupation du territoire saharien, l’aide du Maroc, qui a très largement pris la relève de l’Algérie, s’étend à presque tous les domaines et va en s’amplifiant, au point de raviver de vieux soupçons au sein des forces progressistes du pays.

27En matière politique, le destin maghrébin de la Mauritanie semblait bien engagé notamment à partir de la concertation sur la décolonisation du Sahara et surtout à la suite du sommet tripartite de Nouadhibou tenu en septembre 1970 avec l’Algérie et le Maroc.

28Jusqu’ici le Maroc et la Mauritanie avaient tenté en vain chacun de leur côté de négocier directement et secrétement avec l’Espagne pour faire reconnaître leur souveraineté sur cette « partie intégrante de leur territoire national », et les deux pays avaient cherché parallèlement à faire consacrer leur cause par les Nations Unies lors des débats tenus successivement depuis 1963. En 1966 en premier consensus sur l’autodétermination s’était apparemment dégagé entre les deux pays et l’Algérie qui se déclarait pour la première fois « intéressée » par l’avenir du territoire ; consensus qui devait bousculer les derniers atermoiements de l’Espagne et assurer aux Nations Unies l’adoption d’une résolution sur l’organisation d’un référendum.

29Cet accord recelait en réalité de profondes divergences entre les trois Etats sur le sens et la portée de cette autodétermination : le Maroc y voyait l’espoir de récupérer une Mauritanie dont l’indépendance demeurait toujours factice à ses yeux, la Mauritanie était convaincue qu’elle aboutirait au mieux au rattachement d’un territoire peuplé de tribus frères et au pire à la création d’un Etat-tampon, l’Algérie enfin y trouvait, et ce à l’usage de sa propre cause dans le conflit qui l’opposait depuis 1963 au Maroc, la garantie du « respect de l’intangibilité des frontières des pays du Tiers-Monde, telles qu’elles existaient au moment de leur accession à l’indépendance » ; principes sur lequel l’Algérie et la Mauritanie se mettaient d’accord en 1967 et qui allait ouvrir la voie à la concertation régionale prônée par l’Algérie pour isoler l’Espagne et la mettre au pied du mur.

30Une fois acquise la reconnaissance de la RIM par le Maroc, et signés les accords algéro-marocains de Tlemcen, le Maroc semblait faire sien le principe ; quelques désaccords subsistaient encore entre Rabat et Nouakchott sur l’avenir du Sahara, mais la nécessité de coopérer entre les trois partenaires régionaux pour faire aboutir la décolonisation du territoire allait l’emporter et décider du même coup les chefs d’Etat à se réunir à Nouadhibou. Salué comme « la conférence de l’amitié de la fraternité et de la solidarité retrouvée » ce sommet se terminait sur un accord complet pour la décolonisation du Sahara espagnol et par l’adoption d’une stratégie commune à l’ONU et face à l’Espagne. Un comité tripartite était même institué, chargé d’œuvrer à la libération du Sahara et à la coopération économique et politique.

31Sans doute, cet accord ne levait-il pas toutes ambiguïtés subsistant entre les parties sur les finalités sous-jacentes de cette autodétermination, mais au moins faisait-il pression sur l’Espagne pour la décider à décoloniser. Celle-ci va cependant réussir à se dérober, prétextant du temps considérable nécessité par le recensement d’une population entièrement nomade et préférerait attendre « le moment où la population authentique du Sahara exprimera le désir d’exercer son droit à l’autodétermination ». Sans être très nets, on peut déjà percevoir les objectifs réels que recèle pour l’Espagne cette décision de report, notamment mettre en place de loyaux et fidèles interlocuteurs dans le cadre d’un statut prévoyant une autonomie interne à terme et conduisant, par une autodétermination sans ingérence étrangère, à la création d’un Etat indépendant dans la mouvance de l’ancienne métropole.

32Loin de les souder, cet attentisme espagnol divise précisément les Etats riverains qui ne parviennent pas en 1972 à tenir une nouvelle conférence sur le Sahara, et ouvre une première brêche dans le consensus fraîchement instauré : en effet, lors de la traditionnelle résolution des Nations Unies sur le Sahara, à laquelle l’Espagne s’oppose, la Mauritanie vote pour et le Maroc s’abstient.

33La mise en œuvre dès février 1973 du plan espagnol de décolonisation (renouvellement de la Djemaa, désignation de quelques notables pour siéger aux Cortès) allait cependant permettre de refaire l’unité d’action des 3 Etats riverains : plusieurs « sommets » sont organisés pour mettre au point une tactique commune minimale : conférence en mai à Nouakchott des trois ministres des Affaires Etrangères qui dénoncent les procédures dilatoires et les « manœuvres coloniales grossières » de l’Espagne, et appellent l’OUA et l’ONU à jouer leur rôle ; en juillet à Agadir, sommet réunissant les trois chefs d’Etat qui réaffirment leur attachement au principe de l’autodétermination et leur souci de veiller à son application dans un cadre garantissant aux habitants du Sahara l’expression libre et authentique de leur volonté conformément aux décisions des Nations Unies. L’avenir du peuple saharoui une fois libéré n’était cependant pas abordé, sinon sous la formule vague d’un « destin maghrébin » permettant tout arrangement politique ou économique, de concertation ou d’association, prôné par la diplomatie algérienne et guidé en outre par le souci d’imbriquer davantage les intérêts entre les différentes régions d’Afrique. C’est à ce moment en effet qu’est décidée la construction en commun d’un axe routier reliant Agadir Tindouf et Atar, un des tronçons de la « route de l’unité » lancée par l’Algérie vers le Mah et le Niger, les trois Etats visant spécialement « l’épanouissement des échanges et de la coopération entre le Maghreb arabe et la partie ouest de l’Afrique pour sa portée économique et politique ».

34En dépit de ce large et enthousiaste consensus, on sent déjà que les positions des trois pays ne sont pas aussi identiques que le laissent supposer les communiqués communs, et on commence à se demander si la stratégie unitaire pourra avoir raison des appétits nationaux suscités par les immenses ressources économiques du territoire et contenir les rivalités politiques engendrées par le contrôle de ces richesses. En effet, la récupération des gisements de phosphates de Bou Craa intéresse tout autant le Maroc, sensible à la concurrence et promouvable au premier rang des producteurs mondiaux, que la Mauritanie qui n’a d’autre ressource que son minerai de fer. Quant à l’Algérie, la concertation tripartite qu’elle prône ne vise-t-elle pas au-delà de la mise en valeur commune d’une région appelée à devenir « la Ruhr du Maghreb » à éviter que le Maroc ne conforte son potentiel phosphatier et à s’assurer à la faveur d’un micro-Etat saharoui, un débouché sur l’Atlantique.

35Par ailleurs d’autres éléments sont apparus sur le terrain politique, attestant que des stratégies de rechange peuvent à tout moment briser le front tripartite : le 15/7/72 un mouvement de résistance des hommes bleus apparaît à Rabat, baptisé Morehob, qui prétend libérer le Sahara et les présides dans la perspective d’un rattachement au Maroc ; à ce mouvement qui en 1973 choisit l’hospitalité algérienne, fait suite un autre mouvement du 21 août qui prend le relais de la propagande et des revendications marocaines pour le « retour à la nation des terres occupées » ; le 20/7/73 à la veille même du sommet d’Agadir, le Front populaire de libération de Seguiet El Hamra et du Rio de Oro (Polisario) annonce sa création à Nouakchott ; aidé les premiers temps par la RIM, le Front Polisario s’installe ensuite à Tindouf en Algérie et indique très vite ses objectifs : la libération et l’indépendance de la possession espagnole. En outre la presse marocaine fait état des sacrifices consentis par le Maroc en reconnaissant la Mauritanie et en réglant le contentieux frontalier avec l’Algérie, et réclame en compensation la reconnaissance par ces deux pays de la marocanité du Sahara.

36A partir de 1972, la solidarité proclamée et formalisée des trois Etats craque tel un décor ; le problème saharien, longtemps considéré par les partenaires maghrébins comme une occasion d’approfondir leur coopération et envisagé même comme un nouvel espoir autour duquel pouvait s’engager le destin du Maghreb uni, allait en fait consacrer sa désunion, et bouleverser le réseau d’alliances qu’avait su y tisser la diplomatie mauritanienne.

III. — LA DIPLOMATIE MAURITANIENNE A L’ÉPREUVE DU CONFLIT SAHARIEN

  • 11 Dès le printemps 1974, les partis d’opposition harcèlent le souverain pour récupérer le « Sahara s (...)
  • 12 Cf. J. Goukdon, « Chronique politique Maroc 1974 », AAN, 1974, Paris, CNRS, 1975.

37C’est l’annonce par l’Espagne en août 1974 que l’autodétermination par référendum aurait heu dans le courant du premier semestre 1975, qui va révéler les premières divergences sérieuses entre Rabat et Nouakchott. Le souverain chérifien avait déjà réagi fermement dès la promulgation du statut d’autonomie interne, et avait mis en garde le général Franco contre toute « action unilatérale ». Assuré d’un large consensus national et même pressé par l’enthousiasme de toute son opposition11, Hassan II avait porté l’affaire devant la nation dans son discours du 8 juillet ; se refusant formellement à voir « s’ériger un Etat fantoche dans la partie Sud du pays » il y annonçait que l’année 1974 serait consacrée à « la libération territoriale du Maroc » et à la récupération du Sahara occidental12 ; on ne pouvait être plus clair sur la portée de la soi-disant auto-détermination fraîchement défendue lors du dernier sommet tripartite ! En outre, au même moment qu’était diffusée la nouvelle espagnole, Hassan II affirmait dans son discours du 20 août que si « le principe de l’indépendance était posé, le Maroc refuserait catégoriquement le référendum ! Pour la diplomatie marocaine la consultation populaire ne pouvait donc être envisagée, à défaut d’un accord avec l’Espagne sur la récupération du territoire à l’amiable, que si on limitait le choix au maintien du statu quo ou au « rattachement à la mère patrie ».

  • 13 La Mauritanie est violemment critiquée et prise à partie par la plupart des journaux marocains qui (...)

38En ce sens, le Maroc dévoile et avance son propre jeu metttant un terme du même coup à la concertation tripartite à laquelle la Mauritanie demeure encore attachée. Celle-ci considère en effet le projet de référendum comme un pas en avant et ne tient pas à faire cavalier seul jusqu’à ce que se tienne une réunion des Etats riverains. Mais la pression marocaine, à l’image des campagnes de presse13 et d’information lancées à travers le pays et le monde, prend une ampleur et une âpreté telles que la Mauritanie doit réagir ; elle annonce en effet qu’elle défendra elle aussi ses droits par tous les moyens, son ministre des affaires étrangères Ould Moknass parle pour la première fois de « Sahara mauritanien sous domination espagnole » et effectue à son tour une vaste mission d’explication dans les capitales africaines. Après avoir poussé l’offensive à son paroxysme, le roi du Maroc va cependant dépassionner la situation et prendre une nouvelle initiative susceptible de relancer la concertation avec ses voisins maghrébins immédiats. Il demande en effet dans sa conférence de presse du 17 septembre que la CIJ donne son avis sur les droits historiques du royaume chérifien. L’impasse semble provisoirement dénouée entre Rabat et Nouakchott qui accepte finalement la saisine des instances de la Haye, moyennant la reconnaissance de « droits communs » sur le territoire. Cette formule accréditera d’ailleurs la rumeur selon laquelle les marchandages résultant du tête à tête maroco-mauritanien auraient abouti, lors du sommet arabe de Rabat en octobre, à la conclusion d’un accord secret de partage entre les deux pays.

39En 1975, alors que le conflit saharien semble s’orienter sur un plan plus juridique, avec l’ouverture des travaux de la CIJ, une situation d’insécurité se développe sur le terrain, à l’instigation du Polisario ; ce Front bien qu’absent du prétoire de la Haye, entend ne pas se laisser éliminer de l’affaire mais plutôt populariser le mouvement en faveur de l’indépendance et lui conférer une dimension et un crédit internationaux. Abrité, toléré et même appuyé à ses débuts par la Mauritanie qui espérait bien le récupérer, le Polisario s’est rapproché d’Alger, dès qu’il a pris connaissance de l’accord secret Hassan II-Ould Daddah, et va bénéficier dès 1975 de l’aide consistante de l’Algérie.

  • 14 Elle autorise le Maroc à nommer un juge ad hoc pour contrebalancer la présence d’un juge espagnol (...)

40Les attentats se multiplient sur le territoire, les opérations de commando se développent dans le Sud, et de nombreux accrochages ont lieu entre les combattants du Front et les troupes marocaines et espagnoles. En mai, la situation s’aggrave, créant un climat d’insécurité tel que le gouvernement espagnol irrité de la tournure des débats à la CIJ14, annonce officiellement à la Djemaa d’El aïoun « que le peuple sahraoui doit se préparer à une transmission des pouvoirs dans les plus brefs délais possible ». Cette décision surprend et déclenche une série d’entretiens bilatéraux au plus haut niveau entre l’Algérie, le Maroc et la Mauritanie sans pour autant parvenir à la moindre coordination des positions. Madrid propose en vain la tenue d’une conférence quadripartite, car les divergences s’accroissent entre partenaires maghrébins et le ton se durcit considérablement dans les relations ; la tension algéro-marocaine est ravivée, l’Algérie voyant dans cet éventuel désengagement l’occasion de faire appliquer des résolutions des Nations Unies sur le référendum, tandis que la concertation maroco-mauritanienne se fait plus intense, ces deux pays dépêchant une mission dans les capitales africaines pour expliquer et légitimer leur position commune. On croit encore à une possible conciliation sur la base de l’avis de la CIJ, mais le déroulement des débats dans cette instance ne laisse entrevoir aucun espoir, tant les positions sont tranchées ; à la fin des audiences, le Maroc et la Mauritanie semblent faire cause commune pour revendiquer plus ou moins totalement le territoire, comme leur appartenant pour des raisons d’ordre historique, géographique et juridique, tandis que l’Espagne, réfutant les thèses « annexionnistes » de ces deux pays, semble se ranger finalement aux côtés de l’Algérie qui défend le droit exclusif de la population du territoire à s’autodéterminer.

  • 15 Voir sur cet avis M. Flory, AFDI, 1975 ; M. Barbier, Revue Juridique et politique Indépendance et (...)
  • 16 Un accord secret aurait été conclu début 1975 entre l’Espagne, l’Algérie et le Polisario, l’Espagn (...)

41L’avis lui-même d’ailleurs, apporte une confirmation de ce droit à l’autodétermination, tout en reconnaissant l’existence de certains liens entre le territoire d’une part le Maroc et la Mauritanie d’autre part15. Ces conclusions sont diversement interprétées et le roi Hassan II ne retenant qu’une partie du texte de la Haye annonce le soir même la fameuse « marche verte » destinée à rejoindre les « frères » sahraouis, fidèles sujets du « commandeur des croyants ». Cette initiative, condamnée par le Conseil de Sécurité, lui permet de mettre la diplomatie espagnole sur la défensive et d’amener le gouvernement de Madrid, à un moment particulièrement opportun, l’agonie de Franco, à négocier un arrangement territorial assorti d’avantages économiques réciproques. Tandis que les préparatifs de cette « croisade » saharienne s’organisent, des pourparlers s’engagent entre les deux pays par l’intermédiaire de J. R. Sohs, ministre du Mouvement. La tension s’accroît de nouveau entre Rabat et Alger qui dépêche aussitôt un émissaire à Madrid pour tenter de bloquer le processus de négociations et rappeler à l’Espagne ses engagements antérieurs16 et qui somme le Conseil de Sécurité d’assumer ses responsabilités.

  • 17 Cf. P. Balta, « La crise du Sahara : le dessous des cartes », Le Monde, 28/11/75.

42Les négociations sont suspendues et la marche reportée dans l’attente implicite d’une reprise du dialogue. Les conversations hispano-marocaines reprennent mais sans succès, faute d’accord au terme des entretiens J. Carlos. A. Osman. L’Espagne va même jusqu’à raidir son attitude, le prince J. Carlos affirmant solennellement à El Aïoun qu’elle s’opposerait à la marche verte. Hassan II lance son « défi » le 5 novembre et donne le signal décisif du départ aux 350 000 fidèles qui ont « répondu à l’appel historique » du souverain. Quatre jours après il ordonne le repli, estimant que la marche a atteint ses objectifs. On pouvait croire à la défaite et à l’humiliation, alors qu’en fait Hassan II venait de jouer très habilement le dernier coup d’une « grande partie de poker »17 et d’obtenir d’appréciables avantages : en effet, s’étant retiré pour que l’honneur espagnol soit sauf, il peut désormais demander des contreparties pour que le sien ne soit pas bafoué, ce qui permet la tenue à Madrid des conversations décisives auxquelles la Mauritanie est associée de plein droit. Celle-ci était jusqu’ici tenue à l’écart du dialogue hispano-marocain ou présentée comme un simple sous-traitant, bien qu’elle ait réussi à faire reconnaître ses « droits légitimes » sur le Sahara. Aussi, en faisant mine de se rapprocher de l’Algérie (entretiens de Béchar), M. Ould Daddah parvenait à redresser la situation en faisant monter les enchères en sa faveur à Rabat et à Madrid.

  • 18 Accord publié au BO espagnol et divulgué par le ministère de l’intérieur marocain le 21/11. Cf. Do (...)

43Les entretiens aboutissent finalement à l’accord de Madrid du 14 novembre18 qui reconnaît la souverainté marocaine sur la Saguiet El Hamra et celle de la Mauritanie sur le Rio de Oro, et prévoit la mise en place d’une administration provisoire tripartite en attendant le retrait des autorités militaires espagnoles fixé au 28 février 1976 ; le principe de la consultation de la population sahraoui est confirmé sans que les modalités ni les dates ne soient précisées, et les projets d’accord sur l’exploitation des phosphates et de pêche sont simplement examinés.

44En d’autres termes, une convention qui avalise l’accord secret intervenu l’année précédente, dont le contenu avait été précisé lors des entretiens maroco-mauritaniens de Fès en décembre 1972 et déjà esquissé en 1972 en marge du sommet de l’OUA.

  • 19 Cf. Le Monde, 28/11/75 et sq.
  • 20 Voir « Le document historique d’El Guelta » in Révolution Africaine (616), 18/12/75, pp. 25-26.

45Côté marocain et mauritanien, c’est la satisfaction alors que du côté algérien et Polisario c’est la réprobation unanime et l’hostilité déclarée. En application du dit accord, les troupes marocaines d’abord et mauritaniennes ensuite investissent le territoire pour assurer l’installation de l’administration « intérimaire », non sans heurts avec les forces du Polisario qui organise la résistance et la lutte armée avec le soutien actif de l’Algérie. De graves affrontements ont lieu à travers la Saguiet el Hamra, faisant de nombreux morts et blessés dans tous les rangs19. Une controverse naît à propos de l’autodétermination : le Pohsario arguant de la « déclaration de Guelta »20, qui consacre le ralliement à son mouvement de la Djemaa, sa dissolution, et la création d’un conseil national provisoire, embryon législatif du futur Etat sahraoui ; tandis que le Maroc, déniant toute représentativité à cette organisation, considère l’allégeance du Président de la Djemaa et de nombreuses tribus comme la seule manifestation fiable de l’autodétermination. Devant les positions aussi contradictoires, les Nations Unies restent dans l’équivoque et adoptent deux résolutions concurrentes, l’une favorable aux thèses algériennes, l’autre prenant acte de l’accord de Madrid et stipulant l’organisation d’un référendum par les 3 pays signataires.

46L’insécurité gagne les villes, l’Algérie concentre ses troupes dans la région de Tindouf et le Polisario multiplie ses harcèlements et ses attaques à l’intérieur du territoire sahraoui : c’est le début du conflit armé. Les troupes mauritaniennes entrent en jeu et feront la jonction avec les troupes marocaines à Dakhla et Villa Cisneros en janvier 1976, tandis que le Polisario s’installe dans la guérilla, multipliant les raids et les sabotages économiques. La rupture est consommée entre le Maroc et l’Algérie, rappel d’ambassadeurs et expulsion de citoyens ; mais ni la Tunisie ni la Libye ne vont jusqu’à rompre avec leurs partenaires maghrébins, même si le colonel Qaddhafi s’est rapproché d’Alger et a fourni son large soutien au Polisario et bien que Bourguiba ait reconnu avoir conseillé aux deux chefs d’Etat de s’entendre sur le partage du Sahara.

47A partir du printemps 1976, la guerre qui s’est installé dans la région allant du Nord du Sahara occidental au Sud-Est marocain, va impliquer chaque jour davantage le Maroc et la Mauritanie pour faire face aux attaques incessantes du Polisario toujours soutenu par l’Algérie. Les efforts de médiation se multiplient à l’initiative de plusieurs Etats arabes, mais sans succès ; l’administration espagnole se retire tandis que s’installent les nouveaux gouverneurs marocain et mauritanien, et alors que le Front Polisario annonce la création de la République arabe Sahraouie Démocratique et met sur pied son premier gouvernement provisoire. La nouvelle république n’est reconnue que par très peu d’Etats africains en dépit d’une vaste campagne algérienne, ce qui entraîne la rupture des relations diplomatiques avec l’Algérie, et la recrudescence de la tension entre les trois pays. La mission d’enquête dépéchée par les Nations Unies est refoulée conjointement par le Maroc et la Mauritanie qui sont amenés à mobiliser d’importants moyens financiers et humains pour soutenir la lutte contre le Polisario, alors même qu’ils sont appelés à des efforts d’envergure pour consolider leur implantation administrative et pour assurer la mise en valeur de leurs nouvelles « provinces » sahariennes. Les deux pays ont en effet signé le 13 avril les accords portant sur la délimitation du tracé frontalier et sur l’exploitation commune des richesses naturelles du sous-sol et des eaux territoriales. Cet accord frontalier est aussitôt dénoncé par l’Algérie qui y voit un nouveau fait accompli ; quant au renforcement de l’union avec le Maroc, il inquiète une grande partie de la jeunesse mauritanienne qui y voit le garant de la poursuite d’une guerre jugée injuste à l’égard de ses frères sahraouis et néfaste aux perspectives de transformations politiques et sociales définies lors du 4e Congrès du Parti. De nouvelles tentatives de médiation sont lancées, sans parvenir toutefois à modifier les positions antagonistes et l’Algérie poursuit ses offensives diplomatiques pour accréditer l’idée d’un référendum sous l’égide des Nations Unies.

48Sur le terrain, le Polisario évite des affrontements directs au profit des coups de main, des harcèlements successifs et des attaques sporadiques de manière à immobiliser chez l’adversaire d’importants effectifs. En outre, il va porter ses assauts en territoire mauritanien, qui est la zone la plus vulnérable et la plus propice à ses infiltrations. L’attaque de Nouakchott en juin 1976 fait apparaître au grand jour les limites de la défense mauritanienne et donne à réfléchir aux responsables marocains qui sont amenés à intensifier leur assistance voire leur présence militaire dans ce pays.

49Par ailleurs la reconnaissance du Polisario et de la RASD pose visiblement un problème à toutes les diplomaties africaines et arabes qui successivement consultées parviennent à éluder la question en la renvoyant à des réunions ultérieures ou à des « sommets extraordinaires ». Conscient de ses insuccès au plan diplomatique le Polisario poursuit une offensive dans une guérilla qui lui paraît la seule voie possible pour se faire reconnaître : attaques contre le train minéralier de Zouérate et contre le convoyeur de phosphates de Bou Craa se succèdent en 1977, ainsi que les prises d’otages français qui vont entraîner à la fin de l’année l’intervention militaire de la France.

50Ainsi la Mauritanie se trouve engagée un peu malgré elle dans un conflit qui dépasse de loin des confins du Sahara et qui risque de mettre sérieusement en péril son équilibre interne, voire son existence même. Sans doute le gouvernement n’avait-il pas le choix facile dès lors que s’envolaient ses premiers espoirs d’une indépendance sahraouie débouchant sur un rattachement ou une confédération avec son pays, et que le Maroc unanime se montrait déterminé à occuper l’ensemble du territoire. Et sa décision d’occuper finalement le Sahara en accord avec le Maroc ne manquait pas de fondements légitimes, à savoir, espérer profiter de la victoire marocaine plutôt qu’avoir à ses frontières comme voisin un « grand frère » aux visées annexionnistes.

  • 21 Voir H. Schissel, « Le prix de la guerre des sables : la Mauritanie dans l’engrenage saharien », L (...)

51Toutefois, il est manifeste que cette décision ne pouvait que ternir l’estime dont le pays bénéficie parmi les Etats progressistes du Tiers-Monde, et qu’accroître sa dépendance à l’égard du camp atlantique et occidental dont elle va redevenir, aux côtés du Maroc et de la France, un allié privilégié21.

52Au prix de longs et difficiles efforts, la Mauritanie avait réussi tant bien que mal à dégager son économie des structures coloniales et à mettre sur pied une politique économique réformiste qui avait permis au PPM de s’assurer le soutien d’une large secteur de l’opposition, notamment de « la jeunesse progressiste ». L’Algérie, la Libye et la Chine étaient alors les plus solides appuis sur le plan financier et technique de cette politique d’indépendance économique et monétaire. Cependant, les effets conjugués du conflit, de la sécheresse au Sahel et des retombées de la crise économique mondiale bouleversaient le rapport de forces à l’intérieur du parti, repoussant du même coup les réformes jugées indispensables.

  • 22 Il s’est en principe attribué les 2/3 du capital de la Société des Phosphates Fosbucraa.
  • 23 En 1976, augmentation de plus de 25 %, soit environ le tiers des dépenses publiques.
  • 24 Sur ces difficultés voir D. Junqua, « La Mauritanie prise au piège », Le Monde, 17/2/78, p. 3.

53De l’occupation et de l’accord de partage du Sahara, la Mauritanie n’en retire que d’infimes miettes — le Maroc s’octroyant les zones les plus riches et la plupart des intérêts22 — et de très lourdes charges, l’augmentation du budget de la défense23 compromettant gravement les possibilités d’une économie déjà fortement ébranlée par les conséquences de la sécheresse et de l’inflation mondiale. Depuis, la dette publique extérieure n’a cessé de croitre, et la Mauritanie se trouve dépendre de plus en plus, pour la défense de sa monnaie et même pour assurer les dépenses de fonctionnement de l’Etat, de ses nouveaux bailleurs de fonds tels que l’Arabie Séoudite, le Koweït et Abou Dhabi qui lui versent des sommes équivalant au budget total du pays24.

  • 25 Accord signé en septembre 1976 et échange de lettres au début de 1977 : envoi d’instructeurs à l’é (...)
  • 26 Cf. D. Junqua, art. cit. et H. Schissel, art. cit.

54Les insuffisances numériques et techniques de l’armée pour protéger son immense territoire, conduisent le pays à subir au plan militaire l’influence et la présence croissantes du Maroc et à renouer avec la France25 des liens de défense et d’assistance qu’elle a dénoncées en 1973. Ce qui n’est pas sans susciter des clivages politiques au sein de l’armée, du parti et même de la nation, au point de déstabiliser le système politique et de mettre en péril l’existence même de l’Etat. En effet, aux tensions sociales liées au poids économique et financier de la guerre, viennent s’ajouter des tensions raciales entre la population maure et la population noire de la région du fleuve, peu motivée par cette « guerre entre Arabes » qui ne la concerne pas, et lasse d’en subir les effets discriminatoires au surplus26.

  • 27 Cf. D. Jonqua, « La Mauritanie prise au piège », Le Monde, 16/2/78, p. 7.

55La guerre ne fait pas davantage l’unanimité chez les soldats maures peu disposés à affronter les adversaires issus sinon de la même famille du moins des mêmes tribus. Au sein du parti comme des milieux d’affaires le sentiment de malaise devant les conditions et les circonstances de la « réunification de la patrie » ne cesse de gagner, et les anciens membres du parti des Kadihines sont inquiets devant l’influence croissante du lobby chérifien et de l’armée au sein de l’appareil d’Etat et seraient plutôt favorables à une solution politique, négociée avec le Polisario, qui préserverait l’existence de l’Etat et surtout permettrait de se consacrer en priorité au développement du pays sur la base des options progressistes27.

56Sur le plan diplomatique, le renversement d’alliances auquel l’a conduit cet « engrenage saharien » tend à accentuer l’isolement du pays et à discréditer sa volonté de « non-alignement » ; sa vocation de trait-d’union entre l’Afrique noire et le monde arabe est en outre compromise tant au sein du Maghreb où elle ne peut plus compter que sur le soutien dicret de la Tunisie qu’en Afrique occidentale où non seulement certains Etats (conférence de Niamey mars 1977) mais encore certains courants politiques nationalistes (oppositions sénégalaise et malienne) ont réaffirmé leur attachement au principe de l’autodétermination.

57Sans doute a-t-elle réussi à faire ajourner l’examen de la question aux dernières sessions de l’OUA, mais il est à craindre que les Etats africains aient de plus en plus de difficultés à garder une certaine neutralité dans cette affaire.

  • 28 Sur la stratégie française en Afrique occidentale et sur les enjeux politiques ou économiques du c (...)

58En tout cas, les derniers développements du conflit, notamment l’engagement militaire de la France dès octobre 1977 au nom de la défense de ses techniciens en poste dans les pays, contribuent nettement à discréditer l’image progressiste de la diplomatie mauritanienne. Incapable de faire face aux conséquences de son expansionnisme mais soucieuse d’assurer la défense de son existence même, la Mauritanie a été amenée à conclure un véritable pacte d’alliances avec le Maroc et des accords d’assistance avec la France. En confiant la défense de son territoire à ces deux pays, dont le rôle en Afrique ne laisse plus de doute, surtout depuis l’expédition du Zaïre, elle s’est placée du même coup comme un allié objectif du camp atlantique et occidental dans cette région de l’ouest africain où celui-ci tient à préserver un équilibre politico-stratégique favorable à ses positions et à ses intérêts économiques28.

  • 29 Ibid., loc. cit.

59En effet, le renforcement des courants nationalistes en Afrique occidentale ajouté à la montée des luttes au Sud et à l’Est ont modifié les rapports de forces régionaux à tel point que le renversement des alliances devenait nécessaire pour écarter toute nouvelle menace contre les positions de l’alliance atlantique. Aussi, du fait de l’internationalisation des intérêts économiques de la région, et de la neutralité apparente des USA, l’intervention militaire de la France prend-elle une signification bien précise dans cette stratégie, à savoir, la défense de l’Occident tout entier bien plus que celle de sa propre chasse gardée néo-coloniale29.

60Sans doute, une fois engagée dans cette aventure, il était difficile à la diplomatie mauritanienne de choisir un autre système d’alliances et d’obtenir de meilleures garanties pour la survie de l’Etat, sinon au prix de déchirements internes et de revirements idéologiques. Il reste cependant que l’on peut considérer, au vu de la situation actuelle et des prolongements prévisibles, que c’est payer bien cher le prix d’une « indépendance » assez formelle, d’une prospérité aléatoire et d’une sécurité toute relative. Alors, peut-on se demander, les dirigeants n’ont-ils pas au bout du compte troqué une dépendance pour une autre, aussi encombrante et peut-être bien plus menaçante pour l’intégrité du pays ? N’ont-ils pas compromis définitivement leur vœu d’en faire un trait d’union entre l’Afrique noire et le monde arabe ? Et enfin, en impliquant le pays dans un conflit durable dont les enjeux économiques politiques et stratégiques dépassent de loin le Sahara lui-même, ne risquent-ils pas de l’entrainer à sa propre perte ?

61Février 1978.

ADDENDUM

62Le coup d’Etat du 10 juillet 1978 apporte s’il en est besoin la confirmation patente de l’incapacité du pouvoir à contrôler la situation de crise profonde engendrée par le problème saharien.

63Mu par le seul désir de « restaurer la souveraineté et l’indépendance du pays » et décidé à promouvoir un « vrai développement économique et social », le comité militaire de redressement national n’a pas jusqu’ici modifié les options fondamentales de la politique extérieure de la Mauritanie dans le conflit saharien. Il a en effet maintenu ses alliances avec le Maroc et la France, tout en s’efforçant de les infléchir davantage dans la perspective « d’un retour à la paix » qu’il juge indispensable à tout redressement réel du pays. Aussi, et c’est là sans doute le seul changement notable, n’exclut-il pas tout contact avec les autres parties intéressées, y compris le Polisario dont il reconnaît désormais l’existence. Des entretiens exploratoires ont eu lieu entre émissaires mauritaniens et représentants sahraouis pendant et depuis le cessez-le-feu provisoire décidé le 12 juillet et reconduit le 30 septembre.

64En déclenchant et en privilégiant la « dynamique de paix » les nouveaux dirigeants mettent ainsi le pays à l’abri des aléas politiques et des difficultés financières qu’aurait entrainé la poursuite du conflit, mais, en l’absence d’un règlement global du conflit, tout porte à croire que ce statu quo reste précaire et fragile, et qu’il peut à tout moment être remis en question par l’intransigeance des autres parties — RASD, Maroc, Algérie — ou par leur incompréhension mutuelle sur les formes et le sens du processus de paix dans cette région.

65Novembre 1978.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Outre les articles cités en référence dans le texte, nous avons consulté les documents et articles ci-après :

— la sélection de presse établie par le CEAN de Bordeaux (Le Monde, Bulletin AFP et Marchés Tropicaux et Méditerranéens) ;

— les chronologies et chroniques de l’Année Africaine, édit. Pedone et de YAAN, édit. CNRS, notamment les chroniques diplomatiques de M. Flory et B. Etienne ainsi que les chroniques politiques Maroc pour les dernières années 1973 à 1976.

— Numéraux spéciaux d’Europe France Outre Mer, février 1962, juillet 1963, décembre 1965, novembre 1970, octobre 1975, novembre 1977.

— Articles généraux du Monde diplomatique, juin 1964, août 1965, mars 1973, juin 1973.

— Les listes des Accords parues dans l’AAN depuis 1966.

Politique étrangère mauritanienne.

Fessart de Foucault (B.). — « 16 ans de diplomatie mauritanienne ». Revue Française d’Etudes Politiques Africaines (87), mars 1973 : 82-92.

Lemagne (J.). — « La politique étrangère de la RIM ». Revue Française d’Etudes Politiques Africaines, mars 1972 : 34-48.

Dahmani (A.). — « La Mauritanie entre deux mondes », Jeune Afrique (702), 2/6/1974: 49-65.

Balans (J. L.). — « La Mauritanie entre deux mondes ». Revue Française d’Etudes Politiques Africaines (113), mai 1975.

« La Mauritanie entre l’Afrique blanche et l’Afrique noire ». Le Monde diplomatique, septembre 1965.

Relations inter-maghrébines.

Daoud (Z.). — « Vers un Maghreb à cinq », Jeune Afrique (457), 1/1/1969: 40 ; — La Mauritanie, nouveau partenaire du Maghreb ». Information économique africaine fin mars 1971 : 7-8.

C. E. Duresan. — « Vers deux ensembles économiques au Maghreb », Le Monde diplomatique, novembre 1970 : 12.

CRESM. — L’Unité Maghrébine dimensions et perspectives. Paris, CNRS, 1971, 161 p. (Extrait de l’AAN, 1970).

Bennouna (M.). — « Dix ans de copération maghrébine. Espoirs et contradictions d’une aspiration à l’unité ». Le Monde diplomatique, février 1975.

Relations Mauritanie-Maroc.

« L’abandon de la revendication marocaine sur la Mauritanie », Maghreb (38), mars-avril 1970 : 35-41.

K.S. — « Maroc-Mauritanie : de nouvelles chances pour l’édifice maghrébin », Revue Française d’Etudes politiques méditerranéennes (1), juin 1975: 38-39.

ou par leur incompréhension mutuelle sur les formes et le sens du processus de paix dans cette région.

Novembre 1978.

« La coopération maroco-mauritanienne », Europe France Outre Mer (574), novembre 1977 : 44.

El Malki (H.). — « Note sur la coopération maroco-mauritanienne », Revue juridique, politique et économique du Maroc (3), décembre 1977 : 189-200.

Relations Mauritanie-Algérie-Libye.

Hamdani (A.). — « Algérie-Mauritanie, coopération renforcée », Jeune Afrique (502), 18/8/1970 : 22.

Coopération avec la Chine, la Libye et l’Algérie, Europe France Outre-Mer (519), avril 1973 : 25-27.

Décolonisation du Sahara espagnol et ses répercussions sur les relations entre la Mauritanie et les pays maghrébins :

Balta (Paul). — « La crise du Sahara. I. Arrières-pensées et intrigues. II. Une grande partie de poker », Le Monde, 27-28 novembre 1975.

Balta (Paul). — « Le Sahara occidental suscite les convoitises de ses voisins », Le Monde Diplomatique (257), août 1975: 15-16.

« Dossier Sahara : le Sahara occidental : d’hier à la lutte de libération. Une forte odeur de phosphate. Les décisions tripartites. Comment lire les conclusions de La Haye. La constante de la politique algérienne. Maroc : des partis « issus » des masses pour exploiter les masses ». RA (610), 31 octobre-6 novembre 1975 : 10-18.

Fessard de Foucault (Bertrand). — « La question du Sahara espagnol », Revue Française d’Etudes Politiques Africaines (119), novembre 1975: 74-106 ; (120), décembre 1975 : 75-105.

Junqua (Daniel). — « Les enjeux du Sahara occidental », Croissance des jeunes Nations (166), décembre 1975: 3-13.

Junqua (Daniel). — « Les exigences du Sahara occidental », Croissance des Jeunes Nations (166), décembre 1975 : 783-793.

Oualalou (Fathallah). — « Le Maghreb nécessaire, la marocanité du Sahara, et « l’Algérie », Lamalif (7), juin 1975 : 9-18.

R.T. — « Le Sahara occidental, vu du côté mauritanien », Europe Outre-Mer (549), octobre 1975 : 25-29.

« Sahara occidental : qu’est-ce que le Front Polisario ? », Jeune Afrique (781), 26 décembre 1975 : 26-27.

Association des Amis de la République sahraouie démocratique. Paris. — Le dossier du Sahara occidental. — Paris, 1976. (dif. L’Harmattan), 64 p., 29 cm.

Doutrelaut (P. M.). — « Guerre d’usure au Sahara occidental. I. Les chevaliers de la dune. II. Les réfugiés dans la fournaise. III. Le Maroc dans la « victoire ». Le Monde, 6, 7, 8 août 1976 : 4 p.

Moulahid (Jamil). — « Les Sahraouis et le phosphate ». Esprit (4), avril 1976 : 779-803.

« Question (La) du Sahara occidental. Ensemble de documents. Revue Juridique

« Sahara occidental. Le Sahara a constitué la tâche majeure de la diplomatie politique et économique du Maroc (1), décembre 1976 : 223-253. marocaine ». La Marche Verte (9), 8 février 1976: 7-9.

« Sahara occidental : accords maroco-mauritaniens ». Maghreb-Machrek, juillet-septembre 1976 : 92-93.

Salles (Nicole). — « Sahara occidental : la controverse se poursuit ». Maghreb-Machrek (73), juillet-août-septembre 1976: 14-18.

Suret-Canale(Jean). — « Sahara occidental : conflit algéro-marocain ou contre-offensive de l’impérialisme ». France-Nouvelle (1578), 9 février 1976: 21-23.

Weexsteen (Raoul). — « Ces hommes qui se battent dans le désert… » Le Sahara occidental aux prises avec ses voisins. Le Monde diplomatique (263), février 1976: 10-11.

Weexsteen (R.). — « La question du Sahara occidental ». AAN 1976, Paris, Edit. CNRS 1978.

Plus ensemble des documents sur le conflit du Sahara occidental in AAN 1975 et 1976. Paris, Edit. du CNRS.

Vergara (F.). — « La voie étroite de la Mauritanie ». Esprit, septembre 1976.

Kolela (J.). — « Sahara occidental: l’enjeu d’une guerre ». L’économiste du Tiers-Monde, janvier-février 1978.

Pour une étude plus approfondie et recouvrant les divers points de vue — algérien, espagnol, marocain, mauritanien et sahraoui — sur la question du Sahara occidental, se reporter aux bibliographies quasi-exhaustives de l’Annuaire de l’Afrique du Nord qui lui consacrent depuis 1975 un chapitre particulier.

Notes

1 Accrochages en 1957 au nord d’Atar.

2 Opération baptisée « Ecouvillon » menée le 10/2/1958 dans le Sahara Espagnol en coordination avec l’armée franquiste.

3 Le Sénégal avait également lancé l’idée d’une fédération primaire.

4 Voir B. Fessart de Foucault, « Le paxti du peuple mauritanien » RFEPA (94 et 95), octobre et novembre 1973.

5 Voir supra, Coulon et Constantin.

6 Cf. AAN, 1963, chronique diplomatique.

7 Ses journaux sont saisis et ses directeurs emprisonnés.

8 Echange d’ambassadeurs en février 1970, avec du côté marocain, Kacem Zhiri ministre du Cabinet royal et... Istiqlalien notoire !

9 Dès 1970, l’activité « maghrébine » de la diplomatie mauritanienne est particulièrement intense et manifeste (visites de chefs d’Etat, de délégations ministérielles, et autres...). Cf. Chronologie dans AAN à partir de cette année-là.

10 Son capital est réparti entre la Banque arabe libyenne extérieure (51 %) et l’Etat mauritanien (49 %), sa présidence est assurée par un Mauritanien et sa direction par un Libyen.

11 Dès le printemps 1974, les partis d’opposition harcèlent le souverain pour récupérer le « Sahara spolié », au besoin par une intervention militaire soutenue par une mobilisation populaire. Les partis tout comme le Palais veulent utiliser cette « cause sacrée » pour réaliser une opération de politique intérieure, celui-ci pour renforcer un prestige passablement terni depuis Skhirat, ceux-là pour sortir enfin de l’ombre et pour l’obliger à partager le pouvoir.

12 Cf. J. Goukdon, « Chronique politique Maroc 1974 », AAN, 1974, Paris, CNRS, 1975.

13 La Mauritanie est violemment critiquée et prise à partie par la plupart des journaux marocains qui dénoncent tour à tour son rôle de « trublion », de « complice de l’Espagne », et soulignent que « le mot d’ennemi n’est pas déplacé ». Cf. chronique politique Maroc 1974 », loc. cit.

14 Elle autorise le Maroc à nommer un juge ad hoc pour contrebalancer la présence d’un juge espagnol à la Cour, consacrant du même coup l’existence d’un litige entre l’Espagne et le Maroc.

15 Voir sur cet avis M. Flory, AFDI, 1975 ; M. Barbier, Revue Juridique et politique Indépendance et Copération, 30 (1), juin-mars 1976 : 67-103 ; C. Valle, Maghreb Machreq (71), 47-55. M. Bennouna, Revue juridique, politique et économique du Maroc (1), 1976, p. 81. Revue Algérienne des Sciences Juridiques, Politiques et Economiques, (2), juin 1976, pp. 421-472.

16 Un accord secret aurait été conclu début 1975 entre l’Espagne, l’Algérie et le Polisario, l’Espagne s’engageant à faire accéder le Sahara à l’indépendance par une autodétermination savamment contrôlée et garantissant les intérêts de l’ancien colonisateur, les soldats espagnols se retirant progressivement et remettant leurs postes au Polisario en échange de la libération des officiers détenus.

17 Cf. P. Balta, « La crise du Sahara : le dessous des cartes », Le Monde, 28/11/75.

18 Accord publié au BO espagnol et divulgué par le ministère de l’intérieur marocain le 21/11. Cf. Documents, AAN, 1975.

19 Cf. Le Monde, 28/11/75 et sq.

20 Voir « Le document historique d’El Guelta » in Révolution Africaine (616), 18/12/75, pp. 25-26.

21 Voir H. Schissel, « Le prix de la guerre des sables : la Mauritanie dans l’engrenage saharien », Le Monde Diplomatique, juin 1977, pp. 1 et 23.

22 Il s’est en principe attribué les 2/3 du capital de la Société des Phosphates Fosbucraa.

23 En 1976, augmentation de plus de 25 %, soit environ le tiers des dépenses publiques.

24 Sur ces difficultés voir D. Junqua, « La Mauritanie prise au piège », Le Monde, 17/2/78, p. 3.

25 Accord signé en septembre 1976 et échange de lettres au début de 1977 : envoi d’instructeurs à l’école d’inter-armes d’Atar et de personnels militaires de toutes catégories.

26 Cf. D. Junqua, art. cit. et H. Schissel, art. cit.

27 Cf. D. Jonqua, « La Mauritanie prise au piège », Le Monde, 16/2/78, p. 7.

28 Sur la stratégie française en Afrique occidentale et sur les enjeux politiques ou économiques du conflit, voir E. Assidon, J. Jallaud, « De l’opération Ecouvillon à l’intervention en Mauritanie », Le Monde Diplomatique, février 1978, p. 33.

29 Ibid., loc. cit.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540