Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à la Mauritanie

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes
, 
Centre d’étude d’Afrique noire

Les relations extérieures

Les relations internationales de la Mauritanie

François Constantin et Christian Coulon

Texte intégral

  • * Maître-Assistant de Science politique, Directeur-adjoint de la Faculté de Droit et des Sciences éc (...)

1Note portant sur l’auteur*

  • + Attaché de Recherches au Centre National de la Recherche Scientifique (Centre d’Étude d’Afrique no (...)

2Note portant sur l’auteur+

INTRODUCTION

3Il est maintenant largement admis dans l’étude des relations internationales que la politique extérieure d’un Etat ne peut être dissociée des processus politiques internes. Non seulement ceux-ci contribuent à modeler, à définir la diplomatie de l’Etat, mais celle-ci a également souvent des effets, directs ou indirects, sur la société politique nationale. A la limite, telle initiative en direction de l’extérieur vise davantage, en réalité, des acteurs nationaux que le système international lui-même.

4Le cas de la Mauritanie souligne parfaitement cette étroite imbrication de la politique interne et de la politique externe. Il l’illustre de façon caricaturale et dramatique, tant l’on a l’impression que les grandes directions de la diplomatie mauritanienne ont des répercussions vitales sur l’existence même de l’entité mauritanienne en tant qu’Etat-nation. D’autre part, les divers segments (tribus, ethnies, confréries religieuses) qui composent cet ensemble étatique peuvent avoir des orientations extérieures indépendantes, divergentes voire opposées, ce qui complique terriblement la tâche de ceux qui sont chargés de la diplomatie du pays. On comprend que dans ces conditions celle-ci ait pu être un enjeu capital dans la vie politique nationale.

5Toutes ces exigences contradictoires ont d’ailleurs permis au Président de la République de justifier le quasi monopole qu’il exerce sur les décisions dans ce domaine ; car dans cette perspective la définition de la politique extérieure ne saurait procéder que d’un homme, qui, à l’instar de l’image qu’il entend donner de son pays, se veut un trait d’union entre les diverses forces présentes dans la société mauritanienne.

6La politique extérieure de la Mauritanie se situe donc dans un heu qui est au cœur de l’existence même du pays ; elle participe à sa raison d’être ; elle est au centre du « problème » de la Mauritanie en tant qu’entité contestée à l’extérieur et fragile à l’intérieur.

7De façon plus précise on peut avancer l’idée que la politique extérieure de la République Islamique de Mauritanie a été confrontée, dès le départ, à trois difficultés majeures, qui en ont marqué et marquent encore son cours, et expliquent ses principaux axes :

  1. D’abord, la Mauritanie apparaît comme une société politique fragmentée, ou plus exactement une société globale en projet. Elle comprend plusieurs espaces politiques, économiques, ethniques ou religieux, dotés de pôles propres, particuliers et souvent orientés vers des communautés extérieures à l’ensemble étatique nouveau. La difficulté à contenir ces éléments centrifuges dans un ensemble étatique est d’autant plus grande que pour une grande partie les populations mauritaniennes sont traditionnellement nomades et que, donc, leurs activités se prêtent mal à toute logique étatique. Dans ce contexte la politique extérieure sera alors au service de la construction étatique. Elle visera à fixer les espaces, à les insérer dans un ensemble à l’origine, sinon artificiel, du moins nouveau. Concrètement cela signifie que la diplomatie mauritanienne devra s’efforcer de rendre effectives les frontières, de contrôler le passage des hommes, des bêtes et des marchandises, de définir clairement ses rapports avec ses voisins immédiats, de faire en sorte que les relations internationales traditionnelles puissent être maîtrisées et ne soient pas en contradiction avec les relations inter-étatiques. Mais un tel contrôle est beaucoup plus aisé si, à cette dispersion de départ, se substitue une communauté économique viable, ayant son centre propre.
  2. Or au moment où elle accède à l’indépendance, la Mauritanie est un pays dont les ressources économiques ne sont guère encore exploitées et dont l’infrastructure est des plus faibles. En outre, l’économie mauritanienne est fortement dépendante pour ses approvisionnements et ses exportations de la France, mais aussi du relais que constitue le Sénégal. Une des priorités de la politique extérieure de la Mauritanie va donc être de trouver à l’étranger l’assistance et les capitaux nécessaires à son démarrage économique. On aperçoit déjà là un des paradoxes de la situation mauritanienne. La Mauritanie doit chercher à l’étranger les ressources indispensables à la construction d’une économie autonome.
  3. Mais la Mauritanie a aussi un besoin politique de soutiens étrangers, car à l’origine son existence et ses frontières sont contestées par son voisin marocain et ses alliés. Elle est aussi aux yeux de beaucoup de pays « progressistes » du Tiers-Monde (et d’ailleurs...) suspecte d’être une création artificielle du colonisateur, une « arme de l’impérialisme ». On comprend alors que la diplomatie mauritanienne consacrera une bonne partie de ses efforts à se faire admettre en tant que membre à part entière de la communauté internationale. Ce problème de légitimité paraissait définitivement réglé avec la reconnaissance par le Maroc du fait mauritanien (1969), lorsque les difficultés de la décolonisation du Sahara espagnol ont placé la République Islamique de Mauritanie dans une position précaire, susceptible de remettre en cause une situation dans les ensembles maghrébin et ouest-africain, et dans la société internationale.

8Ces « structures élémentaires » de la politique extérieure mauritanienne conduisent toutes à un thème central et permanent : l’affirmation de soi. Mais cette affirmation de soi place paradoxalement la République Islamique de la Mauritanie dans une situation de dépendance, car en grande partie c’est à l’extérieur qu’elle peut obtenir les « ressources » propres à assurer cette volonté nationale. Tout naturellement elle se présente donc en « client » dans le système international. Néanmoins, une des grandes originalités de la diplomatie mauritanienne réside sans doute dans la liberté de manœuvre qu’elle a su se donner dans cette situation de dépendance. Elle préfère les mariages à l’essai que les unions définitives. La Mauritanie n’a pas hésité à faire preuve d’indépendance à l’égard de ses « patrons », voire à en changer lorsqu’elle en a senti le besoin. Cette stratégie d’indépendance a été en partie rendue possible par le fait que la Mauritanie a toujours pris soin dans ses initiatives de rapprochement ou de distanciation ou de rupture de mobiliser des réseaux d’intermédiaires constituant autant de soupapes de sécurité, médiatisant les amitiés fougueuses ou déçues et les divorces tapageurs.

9Au-delà de ces structures et de cette philosophie de la diplomatie mauritanienne, il nous a paru utile, pour la commodité de l’exposé de distinguer trois séquences historiques, correspondant à trois périodes de ce scénario de l’affirmation de soi.

  • La première période est dominée par les questions de la reconnaissance et de la construction étatique. La diplomatie est axée sur les problèmes liés à la genèse de l’Etat mauritanien.
  • Dans le deuxième temps, assurée de son existence et rassurée sur son avenir, la Mauritanie cherche à s’engager dans sa voie propre, à l’intérieur du non-alignement, à se poser en partenaire déterminé et exigeant dans le concert des nations.
  • Enfin, la période actuelle va remettre en question les acquis de la diplomatie mauritanienne. L’affaire du Sahara espagnol l’oblige à un bouleversement des alliances et à un engagement militaire dont les conséquences sont extrêmement importantes.

I. — LA DIPLOMATIE DU DROIT DE VIVRE

10Ce souci d’affirmation de soi va d’abord, donc, s’appliquer à légitimer l’acte de naissance du nouvel Etat et à rendre effective son existence. Lorsqu’en effet, le 28 novembre 1960, la Mauritanie accède à l’indépendance la précarité de sa situation est telle que les observateurs s’interrogent sur ses chances de survie. La jeune République doit en effet faire face à un problème majeur, celui de sa reconnaissance sur le plan international. Mais en même temps, elle doit apporter la preuve de sa viabilité, montrer que ce désert saharien peut devenir un véritable Etat, avec son administration et ses projets de développement propres. Le droit de vivre de la Mauritanie dépend donc étroitement de son aptitude à dégager sa personnalité et en asseoir les structures. Les handicaps de départ étaient énormes : son bulletin de naissance se trouvait contesté et la santé du nouveau-né faisait problème. Devant toutes ces difficultés la diplomatie mauritanienne s’avèrera d’une habileté remarquable : obstinée et souple à la fois, audacieuse mais sans jamais se lancer dans l’aventure, toujours attentive à tirer profit des contradictions du système international. C’est avec un art consommé qu’elle mettra au point une stratégie de risques calculés dans le but, jamais perdu de vue dans la moindre de ses initiatives, d’être admise à part entière dans le concert international.

11Ce véritable « combat » diplomatique s’opèrera dans trois directions complémentaires. La première est le préalable de la reconnaissance dans les instances internationales, à l’ONU en particulier. La seconde consiste à organiser les rapports avec les premiers amis ainsi qu’avec les voisins immédiats. La troisième porte sur la recherche de nouveaux partenaires devant permettre d’aller au-delà des positions acquises, sans toutefois remettre celles-ci en question.

A. LA MAURITANIE EN QUESTION DANS LE SYSTÈME INTERNATIONAL

12Au moment de sa naissance, la République Islamique de Mauritanie se trouve niée, en tant qu’entié autonome, par le Maroc qui entendait, arguments historiques et religieux à l’appui, sinon annexer purement et simplement le nouvel Etat, du moins établir avec lui une union personnelle ou une fédération.

  • 1 Cf. Marchât (Henri), « Mauritanie, Nations Unies et marchandages planétaires », Revue de la Défens (...)

13La position marocaine bénéficiait à l’origine d’atouts importants dans la société internationale. Tout naturellement, les pays de la Ligue Arabe se firent les porte-paroles de la cause marocaine. Leur détermination ne fut guère ébranlée par la déclaration que leur avait adressée le 19 août 1960, M. Moktar Ould Daddah. (« Je suis persuadé que les Etats arabes ne suivront pas le Maroc et qu’ils nous reconnaîtront comme nous reconnaissons tous les pays du monde et particulièrement les Etats africains »). Le 23 août, les Etats de la Ligue Arabe adoptent une résolution soulignant « que la Mauritanie faisait partie intégrante du Maroc » et que « l’impérialisme cherche à créer une identité artificielle, sous le nom de République Islamique de Mauritanie »1. Seule la Tunisie, qui joue la carte de l’Afrique « modérée » et de la francophonie, manque à l’appel et ne fait pas mystère de son soutien au gouvernement mauritanien.

14Les pays communistes appuient eux aussi, officiellement, les thèses de Rabat, de façon certes plus discrète, car ils veulent se ménager une éventuelle porte de sortie et esquiver toutes les accusations selon lesquelles ils feraient obstacle à la décolonisation. Dans toute cette affaire les pays de l’Est entendent également éviter de se couper des pays « progressites » du Tiers-Monde, et, en ce qui concerne plus particulièrement l’URSS, de compromettre les perspectives de vente d’armes qui s’étaient récemment ouvertes au Maroc.

  • 2 Cf. Revue des Nations Unies, n° 12, janvier 1961, pp. 146-147.

15Le délégué soviétique au Conseil de Sécurité des Nations Unies expliquera en décembre 1960 que si son pays soutenait la libre détermination des peuples « qui luttent sous le joug colonial », il entendait ne pas cautionner des pratiques qui visent à « limiter l’indépendance de ces peuples » et qui portent atteinte « aux droits souverains d’un autre Etat africain »2.

16Enfin, le Maroc pouvait également se prévaloir au niveau africain du soutien diplomatique des pays dits du « Groupe de Casablanca », c’est-à-dire de ceux qui s’étaient rendus à la Conférence organisée par le Maroc en janvier 1961 dans le but de faire accepter par ses partenaires « progressistes » ses revendications ; il s’agissait, outre le Royaume chérifien, de la Guinée, du Mali, du Ghana, de la République Arabe Unie, et plus discrètement, de la Libye.

17Dans une motion finale, la conférence se déclare solidaire de « toute action menée par le Maroc en Mauritanie pour y recouvrer ses droits légitimes ». Cet appui des « progressistes » africains entraîna la méfiance à l’égard de la Mauritanie des Etats qui se réclamaient du non-alignement ou du tiers-mondisme, tels la Yougoslavie ou l’Indonésie.

18Tous ces adversaires de la Mauritanie jouaient évidemment sur le fait que des groupes et des personnalités prestigieuses mauritaniennes, tel l’émir de l’Adrar, luttaient pour le rattachement de leur pays au Maroc.

19Face à ce cartel du refus, le sort de la République Islamique de Mauritanie reposait essentiellement sur l’action de la France et des Occidentaux, ainsi que sur les Etats de la Communauté franco-africaine. Ceux-ci s’étaient réunis le 19 décembre 1960 à Brazzaville pour affirmer leur solidarité mutuelle et assurer la Mauritanie de leur soutien. En outre, certains pays africains « modérés » tels la Tunisie et le Libéria faisaient campagne pour la Mauritanie, en particulier au sein de l’ONU.

20Ces derniers soutiens ne permirent cependant pas dans un premier temps à la Mauritanie d’intégrer les Nations Unies, symbole de la reconnaissance internationale. Le 5 décembre 1960 en effet le veto soviétique au Conseil de Sécurité bloque la candidature mauritanienne.

21Cependant l’attitude d’hostilité de l’URSS (et des pays de l’Est) était en partie dictée par des considérations tactiques. La Russie soviétique se servait de la question mauritanienne comme d’une monnaie d’échange pour la reconnaissance de la Mongolie Extérieure qui traînait aux Nations Unies depuis de nombreuses années. A vrai dire, malgré ses déclarations de principe, l’URSS ne paraissait avoir aucune objection fondamentale à l’admission de la Mauritanie, si, par le même coup, elle obtenait celle de la Mongolie. D’ailleurs, M. Khrouchtchev n’avait-il pas envoyé un télégramme de vœux au « peuple mauritanien » lors de l’accession à l’indépendance ? Après de nombreuses transactions, le Conseil de Sécurité, lors de sa séance du 25 octobre 1961, recommandait l’admission des deux Etats aux Nations Unies, l’Union soviétique s’abstenant sur la Mauritanie et les USA sur la Mongohe. Le 27 du même mois, l’Assemblée générale décidait d’admettre la Mauritanie, dont la candidature était patronnée par la Tunisie, la France et le Libéria ; par 68 voix contre 13 (Cuba, Guinée, Mali, Pays de la Ligue Arabe sauf la Tunisie) et 20 abstentions (Bloc soviétique, Afghanistan, Cambodge, Congo-Leopoldville, Ghana, Guatemala, Inde, Indonésie, Nepal, Pakistan, Yougoslavie).

22C’était pour la Mauritanie un premier grand succès international. Mais il lui restait encore beaucoup d’obstacles à franchir pour être pleinement acceptée.

23C’est dans cette perspective qu’elle va d’abord s’employer à régulariser, à institutionnaliser ses rapports avec ses partenaires les plus immédiats.

B. L’INSTITUTIONNALISATION DES RAPPORTS AVEC LES PARTENAIRES IMMÉDIATS

24Le gouvernement mauritanien cherche tout naturellement à consolider les positions acquises et à développer les relations avec les pays amis et voisins et leurs alhés. Mais en même temps la diplomatie mauritanienne s’appliqua à ne pas s’enfermer dans un Bloc, refusa toute dépendance rigide. La Mauritanie se montre fidèle mais non pas inconditionnelle dans ses affinités internationales.

1. La Mauritanie dans l’Afrique « modérée »

25Au niveau africain cette orientation se traduira par l’appartenance au groupe des « francophones modérés » qui, quelques jours après les dernières fêtes de l’indépendance, s’étaient retrouvés à Brazzaville en décembre 1960. La Mauritanie est également présente à Yaoundé où est adoptée la charte de l’OAMCE (Organisation Africaine et Malgache de Coopération Economique), à Tananarive où les mêmes Etats créent l’Union Africaine et Malgache dont l’OAMCE devient un organe, et enfin à Dakar, en mars 1964, lorsque, pour ne pas entrer en contradiction avec les principes de l’OUA qui interdisent tout groupement régional à caractère politique, l’UAM et l’OAMCE se transforment en un union économique : l’UAMCE (Union Africaine et Malgache de Coopération Economique). D’ailleurs, la charte de l’UAMCE sera paraphée à Nouakchott le 29 avril 1964 et Moktar Ould Daddah sera le premier président de l’organisation, ce qui contribuera à donner à la Mauritanie et à son président une auréole internationale fort utile pour être pleinement admis sur la scène internationale.

  • 3 Sur cette candidature, voir l’analyse détaillée de Mirlande Hyppolyte, Les Etats du groupe de Braz (...)

26La Mauritanie a donc tiré un avantage certain de son appartenance aux groupes des modérés francophones, car la solidarité des Etats de l’UAMCE à l’égard d’une Mauritanie mal acceptée dans le système international ne lui a jamais fait défaut. Ils ont tout mis en œuvre pour « promouvoir » la Mauritanie. Us ont joué un rôle important dans son admission à l’ONU ; mais ils ne se sont pas arrêtés là ; ils ont voulu qu’elle entre par la grande porte dans les organisations internationales : la candidature de la Mauritanie à l’un des sièges non permanents du Conseil de Sécurté réservés à l’Afrique en 19623. L’échec de l’opération (ce fut finalement le Maroc qui fut élu) n’enlève rien à l’obstination systématique des Etats de l’Afrique francophone modéré de garantir l’existence de la Mauritanie (l’existence d’un Pacte de Défense de l’OAM allait tout à fait dans ce sens) et de la mettre en valeur chaque fois que l’occasion s’en présentait.

27Les relations d’amitié avec la Tunisie avaient la même fonction. Dès l’indépendance des relations diplomatiques sont établies entre les deux pays. En outre, une coopération est rapidement mise en place. Dès 1961, le gouvernement tunisien offre 21 bourses de stages afin de permettre à des magistrats mauritaniens de droit musulman de parfaire leur formation en Tunisie. D’autre part, la Tunisie envoie un magistrat à Nouakchott et deux professeurs à Boutlimit afin d’y réorganiser l’Institut National des Hautes Etudes Islamiques. Tous ces liens permettent à la Mauritanie d’affirmer son caractère islamique et de désamorcer ainsi les critiques de ceux qui ne voulaient voir en elle qu’une annexe de la francophonie. Mais les rapports avec la Tunisie eurent aussi très vite un caractère politique. En 1961 le président Ould Daddah apporte son soutien total à la Tunisie dans l’affaire de Bizerte et déclare le 22 juillet : « A partir du moment où le gouvernement tunisien demande l’évacuation de cette partie de son territoire par les forces armées françaises, toute tentative contraire, et, à plus forte raison, toute résistance armée, est contraire au droit des gens (...). Les événements de Bizerte prennent ainsi l’aspect d’une guerre coloniale, ce qui rend indéfendable l’attitude française ». En prenant fait et cause pour la Tunisie, la Mauritanie tenait à faire preuve de reconnaissance envers un allié sûr, mais profitait aussi de l’occasion pour montrer qu’elle n’était pas systématiquement du côté de « l’impérialisme français ».

28Ces contacts avec la Tunisie se poursuivent les années suivantes. En 1963 une délégation politique mauritanienne se rendait à Tunisie afin d’étudier l’organisation du Néo-Destour ; en juillet 1964, le président Ould Daddah visite Tunis et en septembre de la même année, à la suite du séjour d’une délégation tunisienne à Nouakchott, plusieurs accords de coopération étaient signés (culturel, technique, commercial et consulaire). En somme les rapports privilégiés avec la Tunisie ont servi à la Mauritanie à souligner son appartenance islamique et, à travers l’affaire de Bizerte, à exprimer ses réserves à l’égard de certains aspects de la politique française.

2. Dépendance et indépendance de la Mauritanie envers la France

  • 4 Ainsi pour le budget de 1961 les dépenses se montèrent à 3 milliards 350 millions et les recettes (...)

29Cette manifestation d’indépendance envers l’ancien colonisateur n’empêche cependant pas la Mauritanie d’entretenir des relations fort étroites avec la France. A peu près au même moment où se produisait l’affaire de Bizerte, la France et la Mauritanie signaient un traité et des accords de coopération (19 juin 1961) couvrant à peu près tous les domaines de la vie publique. Ces accords étaient jugés vitaux par le gouvernement mauritanien. La Mauritanie était un pays menacé par un Etat voisin et voyait dans la France un allié dont la puissance était propre à décourager toute intervention belliqueuse du Maroc. D’où l’importance des accords de défense et d’assistance militaire signés avec Paris. D’autre part, l’extrême faiblesse des ressources financières et des infrastructures de la Mauritanie la mettait dans une situation de demandeur pour la formation des élites et la mise en valeur du pays. La Mauritanie fit donc appel à la France pour encadrer l’administration, développer l’enseignement, fournir une main-d’œuvre qualifiée dans les secteurs économiques et techniques. Elle obtient également le concours de la France pour financer les grands projets de développement (MIFERMA, par exemple). Enfin, devant l’importance de l’impasse budgétaire, la Mauritanie se tourne vers la France pour combler le déficit4.

30Cette extrême dépendance de la Mauritanie à l’égard de la France ne risquait-elle pas de conforter dans leurs opinions ceux qui considéraient la Mauritanie comme une création artificielle de la France, un pion dans sa politique saharienne visant à atténuer les risques d’une indépendance algérienne, un moyen de mieux exploiter à ses seules fins les recherches minières du Sahara ?

31La grande habileté du gouvernement mauritanien, en particulier du président Ould Daddah, fut de tirer un maximum d’avantages de la coopération avec la France, mais de se démarquer suffisamment d’elle pour ne pas paraître être son otage, on l’a déjà vu à propos de Bizerte.

  • 5 En particulier aux Nations Unies, voir le livre déjà cité de Mirlande Hyppolyte.
  • 6 La plupart des discours importants de Moktar Ould Daddah, pour la période 1957-1965, ont été rasse (...)

32Sur la question algérienne le gouvernement mauritanien n’a jamais caché qu’il défendait le principe de l’autodétermination. Moktar Ould Daddah le déclara solennellement devant les responsables français lors des cérémonies de l’indépendance. Chaque fois qu’ils en eurent l’occasion, en particulier devant les conférences et organisations internationales, les Mauritaniens défendirent clairement le principe et agirent en conséquence5. Beaucoup plus nettement que les autres Etats de l’UAM, dont la timidité sur cette affaire fut à maintes reprises remarquée, la Mauritanie fut l’un des porte-paroles les plus fervents de la cause algérienne. C’est toujours dans ce souci de soutien aux nationalistes algériens que la Mauritanie refuse de participer au projet d’origine française, de mise en valeur du Sahara (OCRS). Le président Ould Daddah le rappela publiquement aux Nations Unies le 16 novembre 1961 : « (...) Si mon pays a été amené à prendre ses distances à l’égard des formules de coopération sur le Sahara en dépit de la renonciation à un appui substantiel d’investissement qui entraîne notre refus d’adhérer à l’OCRS et malgré la pression de mes amis, c’est essentiellement en raison du conflit algérien (...). Nous avons toujours condidéré que le Sahara algérien fait partie intégrante de l’Algérie »6.

33C’est cette même volonté d’indépendance à l’égard de Paris qui est à l’origine de la décision en 1963 de renoncer à la subvention budgétaire de la France.

34Dans ces rapports avec l’ancienne puissance coloniale la diplomatie mauritanienne montre donc une certaine finesse. Il en alla de même dans sa relations avec les voisins, qui posaient toute une série de problèmes délicats et épineux.

3. La normalisation des rapports avec le Mali et le Sénégal

35La plupart des problèmes de voisinage tenaient à l’arbitraire des frontières coloniales, aux activités nomades de la population, au caractère embryonnaire de l’économie, du commerce et de l’Etat mauritanien, qui pendant la période coloniale s’était trouvé à la périphérie de l’AOF, dans la dépendance des centres du Sénégal et du Mali.

36En ce qui concerne les frontières, le Mali revendiquait les districts du Hodh mauritanien, essentiellement peuplés de Sarakollés et de Touaregs. En outre, l’utilisation des puits par des populations nomades peu habituées à se déplacer en fonction des frontières, posait des difficultés aux administrations douanières des deux pays, sans parler de toutes les transactions économiques qui relevaient de la contrebande. Enfin, des bruits couraient au moment de l’indépendance, selon lesquels le Mali aurait bien voulu partager avec le Maroc la proie mauritanienne. Tout cela avait créé entre Nouakchott et Bamako un climat de méfiance peu propice à la coopération.

37Avec le Sénégal, la Mauritanie n’avait aucun litige frontalier majeur, cependant, là encore, une certaine défiance existait dans la mesure où certains milieux sénégalais voyaient d’un mauvais œil la présence à leur porte d’un Etat arabe et ne cachaient guère que les populations noires de la rive nord du fleuve seraient mieux à leurs place dans l’ensemble sénégalais que dans la situation de minorité qui était la leur en Mauritanie. Jamais cependant le gouvernement sénégalais ne soutient officiellement ce point de vue ; tout au plus donne-t-il asile à des groupes mauritaniens toucouleurs qui militaient pour un rattachement au Sénégal.

38Un deuxième élément du contentieux était lié à la situation excentrée de la Mauritanie. La plupart des activités commerciales étaient très dépendantes des centres de Saint-Louis et de Dakar au Sénégal et de Kayes au Mali. Il en allait de même, pendant la période coloniale, des activités administratives, au point que le gouverneurs et les services centraux de la Mauritanie se trouvaient à Saint-Louis. D’autre part, au moment de l’indépendance une grande partie des cadres de l’administration étaient d’origine sénégalaise.

39Pour ce qui est du Sénégal, la normalisation des rapports fut relativement aisée, malgré l’ampleur des problèmes. Toute une série d’accords (douaniers, fiscaux, commerciaux) furent négociés afin d’aménager et dans une certaine mesure atténuer, l’hégémonie de Dakar. On assista cependant à quelques manifestations de mauvaise humeur, lorsque les fonctionnaires sénégalais, travaillant en Mauritanie, refusant d’opter pour la nationalité mauritanienne, durent regagner leur pays d’origine.

40En définitive, l’entente était d’autant plus facile à trouver que Dakar appartenait comme Nouakchott à l’UAM et au groupe de Brazzaville et avait toujours apporté son soutien à la Mauritanie dans les instances internationales. Deux jours après son entrée à l’ONU, Moktar Ould Daddah faisait parvenir à M. Dia le message suivant en guise de reconnaissance : « L’action tenace et obstinée menée sans répit depuis près d’un an par le Sénégal en étroite collaboration avec les autres Etats frères et l’UAM, a permis de surmoner tous les obstacles et de vaincre toutes les difficultés ». L’année suivante, M. Dia était reçu officiellement en Mauritanie.

41Il n’en allait pas de même avec le Mali, qui d’ailleurs s’appliquait à prendre le contre-pied de la politique sénégalaise, sur ce point comme sur bien d’autres. Bamako était affilié au « Groupe de Casablanca » et appuyait donc, officiellement, les revendications marocaines. La tension alla presque jusqu’à dégénérer en conflit ouvert au début de l’année 1962, lorsque après des incidents à Néma, non loin de la frontière malienne, le gouvernement mauritanien accusa Bamako d’abriter les « éléments subversifs marocains ». Cependant, la nécessité de rapports de bon voisinage, aussi bien que la légitimation croissante de la Mauritanie par la société internationale, permirent finalement d’éviter le pire. Si la défiance subsista quelque peu elle n’empêcha pas la solution de problèmes vitaux et immédiats. Les président Keita et Ould Daddah se rencontrèrent à Kayes en février 1965 et quelques semaines plus tard toute une série d’accords furent signés. Outre un traité de délimitation des frontières, Nouakchott et Bamako s’accordèrent pour règlementer les transactions entre les deux pays et pour amorcer une coopération dans différents domaines (économie, commerce, transports).

42La solution, même partielle, du contentieux avec Bamako ouvrait à Nouakchott la porte de nouveaux partenaires.

C. LA RECHERCHE DE NOUVEAUX PARTENAIRES

43Cette offensive de la Mauritanie pour se gagner de nouveaux appuis internationaux et diversifier ses sources d’aide fut relativement aisée en ce qui concerne les pays occidentaux ; elle fut plus difficile envers les pays arabes, ceux du Tiers-Monde et du bloc communiste.

1. Du côté de l’occident

44A l’égard des premiers, la diplomatie mauritanienne s’appuya sur le crédit de ses premiers partenaires dans le monde occidental. Dès l’indépendance, des relations diplomatiques étaient nouées avec la plupart des pays de l’Europe occidentale et les EU. En 1961 ceux-ci accréditaient un ambassadeur auprès du gouvernement de Nouakchott et acceptaient par l’intermédiaire de l’USALD d’apporter leur contribution au Plan mauritanien. Il en alla de même pour l’Allemagne fédérale. On note également dans cette première période la présence d’un chargé d’affaires de Taipeh à Nouakchott. Les relations politiques avec ces pays occidentaux demeurent cependant relativement marginales. C’est surtout au plan des investissements et du commerce que la coopération sera notable. La firme allemande Krupp avait aussi investi des capitaux dans la MIFERMA, des firmes américaines et canadiennes dans l’exploitation des mines de cuivre d’Akjoujt.

45Beaucoup plus originale est la coopération avec l’Espagne, qui fut l’un des premiers pays à établir une ambassade à Nouakchott, à échanger des missions avec la Mauritanie et à signer avec elle des accords de coopération en janvier 1964 (Commerce, transports aériens et maritimes, pêche maritime).

46Cette alliance avec Madrid est assez exceptionnelle pour un Etat africain. Elle s’explique de diverses manières. L’Espagne, quelque peu développée, en quête d’alliés internationaux pour faire oublier son double caractère fascite et colonialiste, ne saurait tourner le dos à des avances venant de pays qui militent pour les droits de l’homme et notamment de l’homme colonisé et qui sont à la recherche d’assistance internationale. Elle peut d’autant moins refuser que les eaux mauritaniennes sont un paradis pour les pêcheries espagnoles et que la concurrence y est dure (Japon, URSS, France). Il est donc pertinent de trouver un terrain d’entente avec les dirigeants de Nouakchott, les droits de pêche étant échangés contre des investissements en particulier dans les infrastructures portuaires et une aide technique dans l’industrie du poisson ; à la différence des autres aides bilatérales relativement dispersées, l’aide espagnole se concentre sur la côte (Nouadhibou en particulier). Pour la Mauritanie, l’aide espagnole est aussi diplomatique. Le régime franquiste a des relations, sinon cordiales, du moins suivies avec le monde arabe, et notamment avec le royaume chérifien.

2. Comment les ennemis deviennent des partenaires

47Le rapprochement avec les pays arabes, les Etats « progressistes » du Tiers-Monde et ceux du bloc communiste s’avéra plus délicat. Mais la Mauritanie s’y employa dès son accession à l’indépendance, car c’était là une des conditions essentielles de la vaste opération qui consistait à isoler le Maroc et à atteindre la reconnaissance internationale.

48Pour parvenir à cette fin, la Mauritanie, sans se couper de ses alliés de la première heure, s’efforce de démontrer son indépendance et d’orienter sa politique extérieure dans une direction pro-arabe, panafricaine et tiers-mondiste.

49Elle n’hésite pas, d’abord, à marquer ses distances à l’égard de la France, comme nous l’avons vu dans l’affaire de Bizerte et sur la question algérienne.

50Plus généralement, mais toujours sur le même registre de l’indépendance, la Mauritanie, manifeste son désir de voir l’Afrique et le Tiers-Monde échapper à l’action des super-grands et à travers elle, à la division en blocs antagonistes.

51Dès 1961, lors de son discours devant l’Assemblée générale des Nations Unies, le président Ould Daddah dénonçait le droit de veto dont disposent les grandes puissances au Conseil de Sécurité, car il était « une dangereuse manifestation de l’omnipotence des grands ». Il est certain que de tels propos ne pouvaient que rencontrer l’approbation des Etats qui se réclamaient du non-alignement. On le vit bien en octobre 1964 à la conférence des Pays non-alignés du Caire à laquelle le président Ould Daddah participa.

52De même, dans l’affaire du Congo, la Mauritanie fustige l’« action des puissances occidentales et de leurs mercenaires » et en 1962 le chef de la délégation mauritanienne à l’Assemblée générale des Nations Unies ne craint pas de déclarer que M. Tshombé n’était que « l’agent d’exécution des intérêts financiers étrangers ».

53D’autre part, la Mauritanie marque son orientation pro-arabe en apportant son soutien constant à la cause palestinienne et en dénonçant Israël devant les instances internationales. Le président Ould Daddah n’hésite pas, par exemple en octobre 1964, à qualifier Israël de « créature et d’enfant gâté de l’impérialisme ». La reconnaissance en janvier 1963 du gouvernement révolutionnaire du Yemen relève du même souci de se ménager une ouverture arabe.

54On voit que sur tous ces points le gouvernement mauritanien se montrait beaucoup plus audacieux que la plupart de ses alliés du groupe de Brazzaville.

55D’ailleurs la Mauritanie, sans jamais faillir à la solidarité de ce groupe, exprime toujours clairement son désir d’œuvrer au rapprochement des Etats de l’UAM et de ceux du groupe de Casablanca. Très tôt, la Mauritanie joue la carte du panafricanisme dont elle s’est toujours voulue une sorte de symbole, en tant que trait d’union entre l’Afrique arabe et l’Afrique noire, comme le président Ould Daddah le rappelle constamment. C’est dans cet esprit que la Mauritanie participe en 1963 aux travaux de la Conférence d’Addis-Abeba (création de l’OUA), boudée par le Maroc à cause de la présence mauritanienne. La conférence fut un succès pour la Mauritanie dans la mesure où la charte soulignait le principe de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de chaque Etat, et où le Maroc s’était plutôt discrédité en marquant ses réserves à l’égard de la nouvelle organisation.

56Cette politique panafricaniste se traduisit également par un appui permanent aux mouvements de libération d’Afrique australe et d’Afrique portugaise. Dès 1963, la Mauritanie reconnaît le gouvernement provisoire angolais.

57L’affirmation répétée de tous ces principes permet à la Mauritanie de sortir relativement rapidement de l’isolement dont elle était l’objet de la part de la plupart des pays arabes, des pays « progressistes » du Tiers Monde et du bloc communiste.

58Le rapprochement avec le monde arabe s’effectuera en grande partie par le biais de l’Algérie. La Mauritanie n’avait cessé d’appuyer, comme nous l’avons souligné, les nationalistes algériens. Il était donc naturel que lorsque l’Algérie accède finalement à l’indépendance, des relations de coopération s’établissent entre les deux pays, la caution algérienne constituant pour Nouakchott une sorte de garantie arabe et progressiste. Fin 1963, une mission algérienne se rendit en Mauritanie et l’année suivante, après une visite du ministre mauritanien de l’Intérieur à Alger, des missions diplomatiques étaient échangées.

59Le conflit algéro-marocain concourut ainsi à sceller l’amitié algéro-mauritanienne et à ouvrir à Nouakchott les voies qui menaient vers les pays arabes « progressistes ». La Mauritanie en condamnant fermement les « visées annexionnistes » du Maroc sur certaines parties du territoire algérien, non seulement confirmait sa bienveillance à l’égard d’Alger, mais faisait également un pas en direction de l’Egypte qui avait pris fait et cause pour le régime de Ben Bella. Les premiers contacts entre la RAU et la RIM eurent heu à l’occasion de la conférence d’Addis-Abeba. Moktar Ould Daddah s’entretient à deux reprises avec Gamal Abdel Nasser (mai 1963). A la suite de ces entretiens une mission ministérielle mauritanienne se rend en Egypte (août 1963) et une mission ministérielle égyptienne est accueillie à Nouakchott (décembre 1963). Ces contacts se concrétisent par la reconnaissance officielle de la Mauritanie par la RAU (octobre 1964) et la signature d’accords culturels.

60En Afrique noire, c’est essentiellement en direction de la Guinée, que l’ouverture va porter. Les deux pays avaient le même souci de dépasser leurs alliances premières et se retrouvaient pour prôner un rapprochement des groupes de Brazzaville et de Casablanca. De plus, devant les difficultés qu’ils rencontraient à organiser le parti unique, les responsables mauritaniens tournent volontiers leurs regards vers l’exemple du parti démocratique de Guinée. Les premiers contacts entre les deux pays furent pris à la fin de 1962. Très rapidement, ils se poursuivirent au sommet : en octobre 1963, le président Ould Daddah effectuait une visite officielle en Guinée ; en décembre 1964 c’était au tour du président Sekou Touré de visiter la Mauritanie.

61Envers les pays de l’Est, les choses allèrent plus lentement. En juillet 1964, une mission mauritanienne de bonne volonté était reçue à Moscou et à la fin de l’année une délégation d’experts soviétiques se rendit en Mauritanie pour étudier les possibilités d’assistance technique. D’autre part, au cours de la même année la Mauritanie reconnaissait la Corée du Nord et entreprenait des relations commerciales avec Pékin (achat de thé), tout en maintenant des rapports diplomatiques avec Taipeh.

62Enfin, la volonté de Nouakchott de pratiquer une politique de non-alignement favorisa les contacts avec Belgrade. En 1964, une mission yougoslave visitait la Mauritanie et un accord de coopération économique était signé.

  • 7 Moktar Ould Daddah, Rapport sur l’Etat de la Nation, 28 nov. 1966, p. 21.

63Ayant enfin obtenu la reconnaissance de son existence dans le système international, la Mauritanie a franchi un pas décisif. Mais il fallait en franchir d’autres pour atteindre les objectifs que s’est fixés le président Moktar Ould Daddah : la normalisation des relations avec le Maroc sans laquelle la volonté constamment réaffirmée de faire de la Mauritanie un trait d’union entre Afrique noire et Afrique blanche (et ainsi de témoigner concrètement de son apport à l’Unité africaine) demeure hypothéquée ; ensuite, la détermination inébranlable de réaliser l’unification du territoire et du peuple mauritanien par le rattachement du Sahara espagnol que convoite aussi le Maroc, sinon l’Algérie ; enfin, le « décollage » de l’économie, qui s’il implique une aide extérieure, ne doit pas conduire la Mauritanie « à aliéner son indépendance pour payer cette aide, qui n’est jamais gratuite »7.

II. — LA VOIE DU NON-ALIGNEMENT

  • 8 Le cas d’Israël est à situer dans la stratégie arabe de la RLM.

64Pour réaliser ces trois objectifs, le gouvernement mauritanien va adopter la même tactique que dans la phase précédente : par une action tournante, il prépare les bases lui permettant de les atteindre en minimisant les pertes inévitables qu’aurait provoquées une action directe menée par un Etat encore fragile. En ralliant la famille des non-alignés, qui a acquis son brevet de respectabilité dans le système international, Nouakchott peut prendre ses distances à l’égard d’alliés africains de la première heure, accentuer ses liens avec des Etats (notamment arabes) qui militent dans l’anti-impérialisme (et contourner ainsi le Maroc par la gauche), s’ouvrir à l’Est, et notamment à la Chine populaire sans que cela sous-entende une distanciation à l’égard de l’Europe occidentale et de la France en particulier, le Général de Gaulle ayant lui-même ouvert la route de Pékin ; seuls, des partenaires marginaux de la RIM font provisoirement des frais des manifestations symboliques de neutralisme8.

65Ainsi, vers 1970-1971, la Mauritanie apparaît comme non-alignée. Mais comme chaque non-aligné, elle a ses caractères propres : sur le plan diplomatique, le Chef de l’Etat peut souligner avec justesse que la RLM entretient de bonnes relations avec le monde entier (sauf Israël, le Portugal et l’Afrique du Sud). Il peut aussi participer au discours militant des mouvements de libération nationale (Afrique australe, Sud Est Asiatique, Palestine), et sur le plan interne, satisfaire les diverses tendances politiques, idéologiques (modérés, réformistes, progressistes) et accueillir les investissements essentiellement ouest-européens qui découvrent les charmes d’un régime stabilisé, d’un sous-sol et d’une zone de pêche prometteurs. L’accord avec le Maroc et l’entrée à la Ligue Arabe, une balance commerciale excédentaire grâce aux minerais pouvaient permettre d’envisager à la fin de cette période la réalisation des deux autres objectifs fondamentaux : récupération du territoire national et indépendance économique.C’est en somme par la neutralisation de son réseau de relations internationales que la « créature du colonialisme » a pu se donner les armes lui permettant d’envisager une diplomatie qui devait signifier son indépendance, la fin de « l’aliénation ».

A. LA NEUTRALISATION DES RELATIONS RÉGIONALES

66La définition du système « régional » s’entend ici par référence à ce que les dirigeants mauritaniens définissent eux-mêmes comme leur région. Sur ce point, la continuité est évidente : l’espace régional mauritanien couvre le continent africain et le monde arabo-islamique.

67Dans l’espace ainsi défini, la diplomatie de neutralisation a pour fonction directe d’obtenir la reconnaissance par le Maroc. La tactique tournante consiste à se rapprocher des Etats politiquement proches de Rabat, sans qu’ils en soient pour autant un allié inconditionnel. La normalisation des rapports avec le Mali et la Guinée, déjà évoquée, entrait dans ce cadre. Mais ce n’était qu’un premier pas. Plus globalement, la neutralisation impliquait un changement des relations avec l’Afrique sub-saharienne et une franche ouverture vers le monde arabo-islamique.

1. Le redéploiement des relations sub-sahariennes

  • 9 I. W. Zartmah parle de « Bufferpolicy ». Cf. International Relations in the New Africa, Prentice H (...)

68Au début de 1965, la Mauritanie n’est encore qu’un élément du groupe des Etats francophones (Groupe de Brazzaville, puis UAM) à l’égard desquels elle a une dette en raison du soutien qu’ils lui ont accordé dans les années difficiles de l’indépendance. Il fallait supprimer cette image et pour cela, mener une diplomatie osée sans être présomptueuse, les capacités de la RIM n’autorisant pas les risques inconsidérés9. Deux facteurs ont aidé la Mauritanie : le sens politique de ses dirigeants et la fragilité des clivages intra-africains. Si le groupe francophone existe toujours, son antithèse, le groupe de Casablanca, n’est plus qu’un souvenir, et s’il reste des Etats plus « modérés » ou plus « progressistes » que les autres, de multiples nuances — sans parler des coups d’Etat — rendent aléatoires les étiquettes hâtivement collées sur tel ou tel. A la recherche d’une place originale dans le système africain pour réaliser ses propres fins, la Mauritanie s’est présentée comme un trait d’union entre différentes familles à la recherche d’elles-mêmes. Jouer ce rôle impliquait la prise de distance à l’égard du groupe francophone (perçu dans de nombreuses capitales africaines comme trop francophile) et l’établissement d’un réseau de bonnes relations sans exclusives, notamment avec ceux qui avaient eu des entrées à Rabat.

  • 10 Etant entendu que pour la Mauritanie, ce niveau continental ramène à sa vocation de trait d’union (...)

69C’est dans cette perspective qu’il faut lire les deux niveaux (distingués simplement à des fins de clarté) où se manifeste l’activisme diplomatique mauritanien: le niveau ouest-africain et le niveau continental10.

a) Le médiateur ouest-africain

70Préparée de longue date par la présidence de la République, la réorientation diplomatique de la RIM peut être précisément datée : trois mois après la transformation de l’UAMCE en OCAM décidée lors de la réunion des chefs d’Etat francophones modérés à Nouakchott (le choix de la capitale mauritanienne ayant valeur symbolique), la Mauritanie claque la porte de l’OCAM lors de la conférence à Abidjan (mai 1965).

  • 11 Rappelons qu’en 1963, la Mauritanie avait pu siéger à Addis Abeba, le Maroc refusant alors de part (...)

71Le prétexte est clair : la Mauritanie refuse de siéger à côté du Congo dirigé par Moïse Tshombé au sein d’une organisation qui, pour être devenue à Nouakchott plus « technique », n’en a pas moins gardé les caractères politiques de ses devancières. L’admission du leader congolais contesté était elle-même un acte hautement politique : loin d’être orientée vers l’unité africaine, elle soulignait au contraire la profondeur des contradictions. A l’initiative de la Côte d’Ivoire, la majorité des Etats de l’OCAM avait voulu marquer, par le biais de « l’affaire Tshombé », son autonomie, sinon son hostilité à l’OUA. Le retrait mauritanien a donc une signification plus profonde. Pour Nouakchott, le régionalisme intra-africain doit être conçu pour et non contre l’OUA11. La Mauritanie était un microcosme à l’image d’une unité africaine continentale : mêmes clivages, mêmes difficultés à réaliser l’intégration, et entre les deux niveaux, un certain lien dialectique : l’échec de l’OUA mettait en question la Mauritanie en tant que telle.

72A plus court terme, il était clair que la décision politique de l’OCAM était aussi dirigée contre les adversaires de Tshombé, parmi lesquels les Etats sur lesquels la Mauritanie s’appuyait pour tourner le Maroc par le biais de l’image progressiste : l’Algérie, Egypte, mais aussi la Guinée et Mali dont le contentieux avec le groupe francophile dépassait le cas d’espèce.

  • 12 Cf. Skurnik (WAE), The Foreign Policy of Sénégal, Evanston, Northwestern University Press, 1972, e (...)

73En rompant avec l’OCAM, Nouakchott améliore sa position à peu de frais. Elle fait la preuve de sa liberté d’action ; elle renforce les liens patiemment tissés avec ceux qui pouvaient être d’efficaces intercesseurs auprès du Maroc. Elle ne perd pas le soutien de la France soucieuse de ne pas être trop visiblement associée à l’OCAM, mais soucieuse aussi de tirer parti des ressources minérales mauritaniennes, pas plus qu’elle ne rompt avec son principal (sinon son exclusif) associé de l’OCAM qu’est le Sénégal, dont, c’est le moins qu’on puisse dire, les relations avec la Côte d’Ivoire sont loin d’être empreintes de confiance12.

  • 13 La seule « perte » perceptible consécutive à ce retrait est la non élection de la RIM à un siège d (...)

74En effet, si la Mauritanie entend rompre avec la politique à l’OCAM13, elle reste membre des organisations techniques dérivés. De plus elle reste ouverte à la coopération régionale. C’est ce qu’imposait le pragmatisme : les indépendances n’ont pas supprimé d’un trait de plume l’existence d’un véritable système social global dont l’axe est constitué par le fleuve Sénégal. Délaissant les rassemblements plus vastes dont le principal fondement se trouvait dans le passé (et hors de l’Afrique), la RIM attache un prix particulier à l’organisation de la coopération entre Etats voisins.

75Sa contribution active à la revitalisation du Comité interministériel du Fleuve Sénégal est significative. Tout en restreignant le champ géographique des espaces de coopération interafricaine, elle contribue à l’extension du champ politique de cette coopération et par conséquent, à la concrétisation de l’unité africaine car elle transcende les divergences idéologiques et les affinités diplomatiques. L’univers des Etats riverains du Fleuve Sénégal rassemble en effet, outre la Mauritanie et le Sénégal, le Mali et la Guinée. Réussir à mettre en œuvre localement une politique de coopération avait donc une valeur exemplaire au niveau continental et ne pouvait que contribuer au renforcement du prestige international de son plus ardent promoteur. Plus précisément encore, la Mauritanie, en sortant le Mah et la Guinée de l’isolement diplomatique dans lequel ils se trouvaient au sein de l’ensemble ouest-africain (surtout après la mort de Nkrumah et alors que ces Etats sont confrontés à de sérieux problèmes), réussit une bonne opération diplomatique. Tournant le dos au conglomérat francophone peu continentaliste, elle rend plus crédible sa volonté de double appartenance à l’Afrique noire et à l’Afrique blanche car elle rend redevables à son égard deux Etats qui, politiquement, se sont rapprochés du monde arabe, mais qui souffrent localement d’un ostracisme certain. Rappelons enfin que sur le plan interne mauritanien, cette action diplomatique est parfaitement fonctionnelle compte tenu de la situation des populations riveraines du fleuve et de la dépendance de la Mauritanie à l’égard du port de Dakar.

  • 14 Voir Gautron (J.-C), « L’aménagement du fleuve Sénégal », Annuaire français de Droit international (...)

76La Mauritanie est ainsi présente tout au long du processus qui conduit de la Commission du Bassin du Fleuve Sénégal (1964) inefficace à l’Organisation des Etats riverains du Sénégal (1968) vite bloquée par un nouveau conflit sénégalo-guinéen, puis à l’actuelle Organisation de Mise en Valeur du fleuve (OMVS) créée à Nouakchott en mai 197214.

77En dépit des vicissitudes de ces diverses structures qui, avant l’ère de l’OMVS, ne se caractérisent guère par leurs réalisations concrètes, la Mauritanie obtient des résultats politiquement plus tangibles que ceux obtenus dans d’autres directions. En dehors des « messages sur l’état de la Nation » du Président Ould Daddah, on n’entend guère parler d’une véritable organisation des pays riverains du Sahara. L’idée lancée un j oui-par la France aux fins de sa politique algérienne avant 1962 ne trouve pas, même épurée de ses relents colonialistes, de second souffle. C’eut été pourtant un symbole probant de la continuité de l’Afrique dans lequel la Mauritanie pouvait jouer un rôle certain. A défaut d’une organisation, il fallut se contenter d’entretenir, sinon de développer, un réseau croisé de relations bilatérales, notamment entre Etats du Sahel. L’apurement du contentieux avec le Mali, de bonnes relations avec le Président nigérien Diori Hamani (soucieux de compenser une faiblesse intrinsèque par une diplomatie active) permettent à la Mauritanie de participer à un front informel des Etats du Sahel, qui, élargi au Tchad, constitue un front de la « première ligne » prédisposé au dialogue et à la coopération avec le Monde nord-africain arabe. Les évènements ultérieurs — la sécheresse — devaient donner par la suite quelque consistance à ce front. En attendant, il contribue à accréditer la réalité de la volonté mauritanienne de servir de trait d’union.

  • 15 A ce titre, elle soutiendra le gouvernement fédéral nigérian lors de la guerre civile.

78Ce nouveau gage de bonne volonté à l’égard des centres du monde islamique ne signifie pas cependant une orientation résolument localiste de la diplomatie de Nouakchott. Il correspond davantage à une des manifestations de la volonté de transcender son image d’origine. Une autre manifestation consiste à aller chercher des alliés au-delà du cadre ouest africain, sinon francophone. Cette tentative de dépassement trouve son couronnement dans la désignation du Président Ould Daddah à la Présidence de l’OUA (1972). Cette élection confère à la diplomatie mauritanienne une légitimité continentale qui aide la RIM à atteindre ses objectifs. Il serait fastidieux de faire l’émunération des liens patiemment tissés à travers l’Afrique. Au niveau du symbole l’établissement de relations diplomatiques avec l’Ethiopie d’Haïlé Sélassié (septembre 1966) est important. En 1968, la Mauritanie atteint l’Afrique de l’Est. Ce déploiement n’a pas simplement une importante géographique. Une visite officielle chez le Président de Tanzanie Nyerere, personnage respecté, valorise l’hôte tout en lui donnant une caution progressiste. Une visite en Zambie a, entr’autres choses, une portée économique non négligeable pour qui entend participer à la famille des producteurs de cuivre. Mais l’orientation vers le monde islamique n’est pas négligée pour autant (Visite en Somalie, délégation au Soudan en 1969). Ainsi, des premiers contacts sont établis avant même que le président mauritanien, en tant que président de l’OUA, visite à peu près toutes les capitales de l’Afrique sub-saharienne, même s’il apparaît en définitive que les liens les plus fréquents se cantonnent au monde ouest africain. L’essentiel est que les relations sont entretenues de manière à peu près indifférenciée avec la Guinée, le Libéria ou la Haute Volta, ce qui explique le soutien discret de la RIM aux tentatives de mise en place d’une communauté économique couvrant l’ensemble de l’Afrique de l’Ouest. Même concentrée sur le plan régional, la diplomatie mauritanienne s’applique à témoigner de son orientation politiquement « œcuménique » qui n’est contredite que par la rigueur des positions intransigeantes observées dès l’indépendance sur la question de l’aide aux mouvements de libération (Afrique portugaise, Zimbabwe, Afrique du Sud). Mais dans le système politique africain, ce n’est pas là une contradiction, même si cette rigueur constitue une des explications à la froideur apparente des relations avec la Côte d’Ivoire. La Mauritanie participe simplement activement à l’idéologie dominante du système diplomatique africain15.

79Sur un point cependant, elle anticipe sur l’évolution cette idéologie : dans la logique de ses prises de position en faveur des nationalismes, elle étend son soutien inconditionnel au peuple palestinien. Cette anticipation, qui lui vaut la reconnaissance du monde arabe, se situe dans la logique des objectifs de la diplomatie de Nouakchott qui s’ouvre au Sud pour mieux gagner le Nord, le monde arabo-islamique.

b) L’orientation arabo-islamique

  • 16 Dans son message sur l’état de la Nation du 28 novembre 1967, le Président Ould Daddah dénonce l’a (...)

80La Mauritanie se veut un Etat islamique. Pour vaincre les réticences, outre les orientations soigneusement choisies dans les relations vers le Sud, elle s’est située sans ambiguité dans le camp anti-israélien. Joignant le geste à la parole16, la Mauritanie apporte un soutien diplomatique sans ambiguité à l’Egypte à l’occasion de la guerre de juin 1967 : rupture des relations diplomatiques avec les Etats-Unis (7 juin) accusés d’avoir soutenu Israël, manifestation populaire de soutien au Président Nasser (10 juin), versement d’une contribution de 21 millions de francs CFA pour l’effort de guerre (7 juillet). L’occupation du Sinaï, de la Cisjordanie et du Golan est dès lors constamment dénoncée et El Fatha ouvre une représentation à Nouakchott (1969). Cependant, à elles seules, les actions mauritaniennes sont insuffisantes pour influer sur le rapport des forces au Moyen-Orient. Mais elles suffisent pour confirmer la vigueur du sentiment panarabe de leurs auteurs. C’est alors l’essentiel pour la RLM.

81Ayant trouvé dès 1960 un interlocuteur compréhensif en la Tunisie, la Mauritanie approfondit ses relations avec le Maghreb et le Machrek. Au-delà des soutiens diplomatiques, une véritable politique de coopération est mise en place, notamment en matière sociale : formation professionnelle, enseignement, action sanitaire. A côté du choix volontaire que traduit l’intensification de cette coopération, on peut voir aussi le souci de tirer profit de réseaux de communication préexistants : c’est avant même la conclusion d’accords officiels que des Mauritaniens vont étudier dans les écoles ou universités du Caire ou de Koweït. A la fin de 1970, cette assistance culturelle s’étend de la Tunisie (« l’amie de la première heure ») à l’Arabie Séoudite, en passant par la Syrie, l’Irak, la Libye et l’Algérie.

82Les relations avec l’Egypte de Nasser ont une importance qui dépasse le cadre de la simple coopération technique, en raison même du charisme international du Raïs. L’aide apportée par le Caire (accords de juin 1965, février 1967) n’est pas négligeable, notamment dans le domaine de la santé. L’avortement des projets de coopération financière (envisagée en 1966) n’est pas génératrice de nuage (la Mauritanie a encore trop besoin de Nasser), et l’émotion provoquée en RIM par la mort de Nasser n’est pas feinte.

83Pourtant, il est très vite clair que le principal allié arabe est bien l’Algérie. Celle-ci n’a pas oublié le soutien mauritanien de 1963. En 1965, divers accords sont conclus, établissant une coopération non seulement en matière de formation, mais aussi sur le plan commercial, assortie d’une assistance financière concrétisée par un prêt de 15 millions de dinars. Outre les techniciens algériens venus renforcer les services publics mauritaniens, l’Algérie décide de financer les études du port en eau profonde de Nouakchott (1970). Les multiples échanges de missions diplomatiques et techniques à tous les niveaux confirment l’excellente harmonie qui règne entre Alger et Nouakchott. La famille présidentielle mauritanienne (délaissant la France) passe alors ses vacances en Algérie et les communiqués communs témoignent d’une unité de vue sur l’avenir du Sahara occidental. La confiance est incontestable, ainsi que le prouve le fait que les relations ne se situent pas seulement au niveau des Etats, mais aussi des Partis, et que des missions aussi délicates que la formation des personnels de défense et de police sont confiées à l’Algérie.

  • 17 Le ralentissement des liens avec l’Egypte après la mort de Nasser (ce qui n’a rien de spécifique à (...)

84Toutefois, le monde arabe, tout comme le monde africain, comporte de nombreuses nuances, sinon des antagonismes ; la Mauritanie est particulièrement bien placée pour le savoir, et a acquis suffisamment d’expérience diplomatique pour assumer cette situation. Progressivement, le réseau des échanges diplomatiques assortis de plus en plus fréquemment d’ouvertures d’ambassades s’étend à toutes les capitales arabes, notamment avec la Syrie, puis surtout avec la Libye et l’Arabie séoudite. La signification des liens avec Ryad est évidente, dès lors qu’un Etat renonce à la laïcité pour s’affirmer islamique. Toutefois, la priorité donnée à l’alliance avec l’Algérie et avec Nasser17 devait retarder la transposition sur le terrain politique d’une solidarité religieuse certaine, mais non absolue compte tenu des structures de l’Islam. Ce n’est qu’en 1970 que le Président Ould Daddah va en visite officielle à Ryad avant de recevoir deux ans plus tard le gardien des Lieux Saints, le roi Fayçal. Cette visite contrebalançait l’ouverture effectuée en direction du nouveau prophète, nouveau chef de la Libye, le Colonel Khadafi, lui-même à la recherche d’une légitimité islamique. La RIM a attendu la chute de la monarchie sénoussite pour établir des relations diplomatiques avec Tripoli. Bien plus, des promesses de coopération sérieuse apparaissent, notamment en matière commerciale et financière. Mais la fraternisation avec l’intransigeant leader libyen, si elle satisfait une partie de l’opinion mauritanienne et arabe contestataire ne doit pas pour autant conduire la RIM à s’aliéner d’autres sources de pouvoir établi.

85Incontestablement, les dirigeants mauritaniens ont su traiter leurs relations arabes aussi bien que leurs relations subsahariennes. La première conférence islamique de 1969 marquait la réalisation du premier objectif de leur diplomatie : une délégation de la RIM est reçue à Rabat, siège de la Conférence. Le 26 septembre le Président Ould Daddah, rencontre le roi Hassan II, et le 27 février 1970, le premier ambassadeur du Maroc arrive à Nouakchott, ouvrant un nouveau champ de coopération globale. L’entrée de la Mauritanie dans l’organisation économique du Maghreb et surtout dans la Ligue arabe (1973) marque le terme d’une décennie de patiente et habile diplomatie.

86Elle confirmait la réalité de la volonté de non-alignement de la RLM à une époque où la rente pétrolière arabe s’accroît (depuis 1970), lui donnant ainsi des garanties sérieuses pour entreprendre la réalisation d’un autre objectif de sa diplomatie : l’indépendance économique. Toutefois, Nouakchott n’avait pas attendu 1973 pour témoigner sur la scène planétaire de sa volonté neutraliste.

B. LA NEUTRALISATION DE LA DIPLOMATIE PLANÉTAIRE

87Face à l’immensité des besoins au lendemain de l’Indépendance, les dirigeants mauritaniens, isolés, ne pouvaient guère envisager d’échapper immédiatement au hen de clientèle. Tout ce qu’ils pouvaient envisager, c’était une diversification de ces hens, afin d’échapper à l’emprise d’un seul « patron » et d’acquérir ainsi un minimum d’autonomie décisionnelle.

88A cette fin, ils s’appliquent à se faire reconnaître comme membre du club des non-alignés. L’ouverture à l’Est fait partie de cette stratégie, tout comme les premières épreuves de force plus symboliques que réelles avec les Etats occidentaux.

1. L’ancrage tiers-mondiste

89Entre les conférences de Belgrade (1960) et celle de Lusaka (1970) à laquelle participe le chef de l’Etat mauritanien et surtout Alger (1973), le mouvement non-aligné est à la recherche de son second souffle. Toutefois, il y a toujours les leaders historiques qui entretiennent la flamme. La Mauritanie sait les trouver. Dans sa solitude initiale, elle a rencontré au-delà du cercle des Etats africains d’autres isolés en quête d’une famille. La coopération avec la Yougoslavie a le double avantage d’offrir une légitimité auprès d’un des pères du neutralisme et d’apporter une assistance technique et financière supplémentaire (accord de crédit en 1965 pour le complexe frigorifique de Kiffa). L’établissement de liens diplomatiques avec l’Inde (octobre 1965) confirme la volonté mauritanienne d’appartenir au Tiers-Monde.

  • 18 M. Ould Daddah, discours à l’Assemblée Générale de l’ONU le 21 oct. 1970, ONU, chronique mensuelle (...)

90Mais à l’heure de la détente, les conflits laissent la place aux arrangements entre blocs ; l’un d’eux fournit à la Mauritanie l’occasion de se distinguer. En 1964, l’Assemblée générale de l’ONU était menacée d’une crise profonde car l’URSS devait perdre son droit de vote en raison du non-paiement de sa contribution (séquelle de l’affaire du Congo). Un compromis respectant les apparences était trouvé : il n’y aurait pas de vote par appel nominal lors de la session. Deux Etats s’opposent violemment à ce compromis : l’Albanie et la Mauritanie qui considèrent que les « Grands » tournent en dérision les mécanismes de l’ONU. La protestation est vaine, mais il en reste le souvenir d’une Mauritanie s’opposant ouvertement aux marchandages préservant les intérêts des Grands. C’était là un gage incontestable pour les non-alignés (d’autant que la France était dans la même situation que l’URSS). Cet incident mis à part, la Mauritanie, comme le groupe non-aligné, témoigne régulièrement de son attachement à l’Organisation Mondiale et à son Secrétaire Général U. Thant, attachement critique cependant en raison de l’inefficacité des résolutions anticolonialistes et des dysfonctions dans les mécanismes d’aide malgré des « efforts indiscutables »18 dont profite d’ailleurs la Mauritanie (aide de la BIRD et de l’AID). Outre ces efforts, le système des Nations Unies a l’immense avantage de constituer cette tribune dont les Etats faibles ont besoin.

  • 19 Voir par exemple l’intervention du Ministre mauritanien des Affaires étrangères lors de la XXIIIe (...)

91La confirmation de sa vocation d’exportateur de produits primaires amène en outre la Mauritanie à s’associer de plus près aux revendications que le « Groupe des 77 » présente aux instances spécialisées que constituent les Conférences des Nations Unies pour le Commerce et le Développement (CNUCED) et l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI) et à participer ainsi à ce qui allait devenir la campagne pour un « nouvel ordre économique international »19.

  • 20 Au début de 1972, on comptait 7 ambassades et 3 consulats mauritaniens en Afrique, 4 ambassades et (...)

92Ces réunions permettent en outre à la RIM d’établir des contacts avec un ensemble d’Etats beaucoup plus large que celui avec lesquels elle a des rapports bilatéraux suivis. En dehors de la Yougoslavie (et bien sûr des Etats arabes et africains), ces rapports sont réduits (20)20. En particulier, en dépit de leur façade atlantique, la RIM et les Etats latino-américains, s’ignorent encore. En Extrême-Orient, les contacts établis avec l’Etat cambodgien (accords de coopération culturelle et technique et visite officielle du Président mauritanien en 1967) sont interrompus après la chute du Prince N. Sihanouk.

  • 21 Citations exraites des « rapports sur l’état de la Nation » de 1966 et de 1970.

93Celle-ci ne fait que renforcer la vigueur du soutien diplomatique la Mauritanie apporte aux forces révolutionnaires de libération nationale du Viet Nam, puis du Cambodge. Le reconnaissance du GRP du Sud Viet Nam et du Grunk (complétée par une visite officielle de N. Sihanouk en 1972) n’est que l’expression diplomatique d’un soutien traditionnel : dès 1966, la situation au Viet Nam est qualifiée de « vrai génocide » ; quatre ans plus tard, le Président Ould Daddah parle du « drame inqualifiable perpétré par les Etats Unis »21.

94Le corollaire de ces prises de position neutralistes se trouve dans un rapprochement avec l’Est et une prise de distance avec les pays occidentaux.

2. L’ouverture à l’Est

95Le veto soviétique de 1960 n’était, nous l’avons vu, qu’une péripétie. Les relations diplomatiques et technique s’élargissent à la Hongrie, la Tchécoslovaquie, la Roumanie, la Bulgarie, le Nord-Vietnam. Mais dans cette direction encore, l’équilibre doit être respecté. La conjoncture s’y prête : le non-alignement implique aussi que l’on évite de prendre parti (ou d’en donner l’impression) dans le grand conflit qui divise le monde communiste, l’antagonisme sino-soviétique. D’ailleurs, une autre puissance soucieuse de désengagement a montré la voie, la France. Enfin, quelle que soit l’efficacité de l’aide technique de Taïwan, les liens diplomatiques avec la Chine nationaliste n’apportaient pas grand-chose par comparaison avec ce que pouvait offrir politiquement et matériellement la Chine populaire dont la brève histoire comportait des exemples intéressants pour un pays sous-développé à la recherche de l’indépendance. Le 17 juillet 1965, une délégation de Pékin arrive à Nouakchott et deux jours plus tard, les relations diplomatiques sont établies. Peu après intervient l’échange d’ambassadeur... et l’établissement de relations diplomatiques avec l’Albanie.

96Cette vaste ouverture sur l’ensemble des pays communistes ne doit cependant pas faire illusion. Incontestablement, la Chine constitue l’allié privilégié car elle se montre particulièrement active en matière de coopération. Dès la reconnaissance, les experts rizicoles de Pékin remplacent ceux à de Taïpeh à Rosso et après quelques échanges de délégation, c’est en février 1967 que sont signés des accords de coopération générale (en matière économique, culturelle et technique) assortis d’un prêt d’un milliard de Francs CFA remboursable en 20 ans en marchandises. En octobre, le Président mauritanien se rend à Pékin. Par la suite, les échanges se multiplient et en 1971, le ministre mauritanien des Affaires étrangères signe à Pékin un nouvel accord de coopération économique et technique, assorti d’un prêt de 5,6 milliards de Francs CFA pour le financement de la construction du port en eau profonde de Nouakchott. Entre temps, l’aide chinoise s’est manifestée sous des formes diverses : missions médicales, dons de matériel scolaire ou de médicaments, construction de la Maison des Jeunes de Nouakchott et du Palais de la Culture, financement d’infrastructures rurales (puits, stockage des denrées) et urbaines (renforcement de l’adduction d’eau et de la centrale électrique de Nouakchott). Des projets industriels sont envisagés (cimenterie de Nouakchott). Ce bref inventaire non-exhaustif suffit à montrer que la Chine contribue à renforcer les capacités du gouvernement mauritanien, tant dans ses orientations développementalistes qu’en matière d’encadrement politique. Elle contribue aussi au maintien d’une pratique sociale fondamentale : le thé. La contre-partie est que la balance des échanges entre les deux Etats est profondément déséquilibrée au détriment de la Mauritanie.

97Face à cette action diversifiée, l’aide soviétique fait figure plus modeste. En octobre 1966, le ministre mauritanien des Affaires étrangères conclut un accord commercial de trois ans, d’un montant total de 800 millions de F CFA (couverts à 40 % par les exportations mauritaniennes). Il porte sur la fourniture de machines, de médicaments, cotonnades et produits chimiques. L’année suivante, un accord de coopération culturelle et technique est conclu. Cette coopération se manifeste surtout par la présence d’étudiants mauritaniens à Moscou (notamment pour la formation de techniciens), et en Mauritanie, par une assistance en matière aéronautique. La modestie relative de la contribution soviétique à la construction nationale ne conduit pas cependant les dirigeants mauritaniens à se départir de leur ligne non-alignée. A la suite de l’entrée des troupes du Pacte de Varsovie à Prague en août 1968, la Mauritanie tout en regrettant la manifestation de force se borne à souhaiter prudemment « un règlement satisfaisant » de la situation en Tchécoslovaquie. A la différence des systèmes de pensée chinois ou islamique, l’idéologie de l’Europe orientale n’a guère de relais ou de disciples dans la société politique mauritanienne et ne crée donc pas de menace directe pour le pouvoir. Ceci peut expliquer, tout autant que les inextricables problèmes de change, et l’absence à peu près totale de tous échanges commerciaux suivis, le fait qu’en définitive, l’URSS et les démocraties populaires ne sont dans la diplomatie mauritanienne qu’un accessoire qui a pour fonction essentielle de conforter l’image neutraliste qu’elle entend affirmer et de fournir un symbole supplémentaire de la volonté d’échapper à un lieu clientéliste « monopolistique » dominé par le monde occidental.

3. Les ambiguïtés à l’Ouest

  • 22 Rapport sur l’Etat de la Nation 1971.

98En 1971, le Président Ould Daddah rappelle que « l’ossature » de la politique mauritanienne est (notamment) constituée par deux exigences ; « exigence d’indépendance culturelle, exigence d’indépendance économique... »22. Paradoxalement, l’entrée dans la sphère arabe concrétisait la première (et devait contribuer par la suite à la seconde), alors que la seconde posait le problème de la sortie de la sphère occidentale.

  • 23 Pourcentage calculés d’après les chiffres publiés in ONU, Yearbook of International Trades Statist (...)

99Les pays occidentaux demeurent en effet les principaux pourvoyeurs d’aide financière et technique et les principaux partenaires commerciaux. Même si la RIM a la chance (rare en Afrique) d’avoir une balance du commerce extérieur fortement excédentaire, il reste que cinq Etats (France, Grande-Bretagne, Allemagne fédérale, Italie, Belgique) absorbent 88 % des exportations en 1965 (83 % en 1969) ; la France demeure de loin le principal fournisseur (un peu plus de 50 % en 1965, 37 % en 1969), suivie par les Etats Unis (0,23 % en 1965, 0,14 % en 1969), la Grande-Bretagne et la Chine populaire23. Mais ce tableau relativement favorable ne doit pas faire illusion. Il cache le fait que les recettes d’exportation proviennent de produits primaires (fer essentiellement) ; en outre la structure de l’économie mauritanienne est totalement excentrée, étant enre les mains de Sociétés européennes et avant tout françaises, l’exploitation de la MIFERMA constituant un exemple d’« État dans l’État ». C’est donc au niveau de ces structures que les dirigeants doivent agir, car elles confortent le schéma clientéliste le plus classique, la France contrôlant en définitive les capacités distributrices de l’Etat mauritanien. Mais l’action doit être d’autant plus prudente que les « arrières » de la RIM sont mal assurés : en dehors du minerai brut, il n’y a rien, et en 1965, il est encore trop tôt pour compter aveuglément sur les promesses des nouveaux alliés (Algérie, Chine) qui ont leurs propres problèmes internes. Aussi la Mauritanie recherche-t-elle avant tout une diversifaction de ses relations avec le monde occidental, quitte à prendre quelques décisions symboliques contre des partenaires marginaux, et sans perdre de vue cet objectif ultime de la diplomatie mauritanienne qu’est la récupération du Sahara occidental, ce qui explique — compte tenu du refus constant de la RLM d’aborder de front les problèmes — la courtoisie des rapports avec l’Espagne (dont la place dans le commerce international de la RIM s’accroît à partir de 1967).

100Dans cette période, la France demeure l’alliée historique et il n’est pas encore question du « meurtre du père ». Elle est célébrée dans les discours et une fois l’affaire algérienne réglée, l’entente personnelle entre les Présidents Ould Daddah et de Gaulle paraît sans nuage. La compréhension est symbohsée par le retrait sans histoire des dernières troupes françaises stationnées à Atar (décembre 1965) épargnant ainsi à la Mauritanie une situation contraire à sa volonté d’un pur non-alignement et augmentant ses atouts dans sa stratégie internationale, même si l’armée mauritanienne continue à se perfectionner et à s’équiper en France (les accords de défense ne sont pas dénoncés).

  • 24 Voir infra, dans le présent ouvrage l’étude de E. Van Buu « Les accords de coopération entre la Fr (...)

101Lorsque le Président mauritanien rappelle en 1966 que sans la France, l’ensemble du premier plan n’aurait pas été réalisé, il ne pense pas tant au fait que les secteurs secondaires et tertiaires fonctionnent plus ou moins sous la direction ou sous l’œil attentif des Français qu’à l’aide financière et technique diversifiée apportée par la France. Dans les années suivantes, le Fonds d’Aide de Coopération ou la Caisse Centrale de Coopération Economique sont présents dans tous les principaux projets et réalisations industrielles, sociales, agricoles de Nouadhibou à Néma en passant par Nouakchott et Zouérate. Des opérations importantes sont financées par le FAC, soit seul, soit associé à d’autres aides bilatérales ou multilatérales : aussi le développement de l’élevage et des infrastructures de commercialisation autour de Kaedi, l’usine de déssalement de l’eau de mer de Nouak-chot, les Ecoles de formation supérieure (Ecole Normale, ENA), les infrastructures aéronautiques, la prospection minière sont réalisés de même que le Stade de Nouakchott, à l’aide d’investissements publics français, et ne constituent cependant qu’un des volets des relations franco-mauritanienne24.

102Toutefois les dirigeants mauritaniens restent ouverts aux autres offres de coopération occidentale. Sur le plan bilatéral, l’Allemagne fédérale constitue un partenaire non négligeable en dépit des manifestations antiallemandes de Nouakchott (mars 1965). Sur le terrain politique, les rapports avec la RFA sont plutôt intermittents (visite officielle du Président Ould Daddah en 1967, visite à Nouakchott du ministre des Affaires étrangères de RFA en 1971), sans doute par souci de non-alignement, compte tenu de la division de l’Allemagne. Mais pour la RIM, l’essentiel réside dans la présence sur son territoire d’experts et de capitaux ouest-allemands. Elle est consacrée par un accord d’assistance technique et financière de 10,6 millions de Deutsche Mark (septembre 1967). La RFA participe notamment au développement des techniques de diffusion de l’information (imprimerie nationale, audio-visuel, formation de techniciens, réseau de télécommunications) ; politiquement, ce secteur est important pour un gouvernement en quête d’une intégration nationale dans une société nomade. Elle finance aussi la réalisation de centrales électriques ou la construction de la gendarmerie de Nouakchott.

  • 25 Le Fed a fourni 50 % des investissements publics extérieurs lors du premier plan (la France a part (...)

103L’aide allemande (tout comme l’aide française) emprunte aussi la voie multilatérale européenne. Etat africain associé à la CEE par le biais du traité de Rome, puis des Conventions de Yaoundé, la RIM bénéficie d’importantes contributions du Fonds Européen de Développement25 dans des domaines très variés : développement de l’élevage et des palmeraies, aménagement hydrauliques, pêcheries, et équipements portuaires, réseau routier, centres médicaux, scolarisation... Il reste cependant que la part de la Mauritanie dans les opérations du FED est modeste (32,68 millions d’Unités de Compte sur un total de 1007,8 au 1er janvier 1969). Mais les dirigeants mauritaniens sont confrontés à trop de demandes internes pour regretter avec véhémence le fait que leur Etat arrive au quinzième rang des bénéficiaires du FED (sur 18).

104C’est dans une autre direction qu’ils orientent leur volonté de prise de distance à l’égard du monde occidental. Les impératifs de leur politique régionale les conduit à prendre des positions en pointe contre la Grande-Bretagne et les Etats-Unis. Toutefois, il s’agit plus de « gestes » que de ruptures totales.

105La RIM est un des rares Etats africains a avoir appliqué la décision de l’OUA demandant la rupture des relations diplomatiques avec la Grande-Bretagne (décembre 1965) pour protester contre la faiblesse des réactions de Londres à la suite de la déclaration unilatérale d’Indépendance de la Rhodésie du Sud. Geste tourné avant tout vers l’Afrique « progressiste » plus que contre un Etat occidental avec lequel elle n’avait que peu de relations, cette rupture comportait cependant un risque modéré : la Grande-Bretagne est le principal importateur de fer mauritanien. Mais il lui était difficile de prendre des mesures de rétorsion dès lors que la British Iron and Steel Co est un des principaux actionnaires de la MIFERMA et que la Charter Consolidated de Londres est le principal actionnaire de la SONIMA (cuivre). Ce sont là les seuls investissements britanniques en Mauritanie, mais ils sont de taille. Pour le reste, la coopération est à peu près nulle aussi bien avant qu’après le rétablissement des relations diplomatiques (1968).

106Ayant marqué son africanité et sa rigueur doctrinale dans cette affaire, la RIM devait affirmer la même rigueur dans son arabisme en rompant avec les Etats Unis en raison de leur participation à l’agression « sioniste » de juin 1967. Les risques étaient un peu plus grands, les Etats Unis étant un important fournisseur. De fait, les importations chutent de près de 50 % entre 1967 et 1968, tandis que les exportations mauritaniennes outre-Atlantique déjà déclinantes en 1967, deviennent négligeables en 1968. Le déclin des importations peut traduire un ralentissement dans l’exécution du programme de coopération économique conclu en juin 1965, des conventions de 1966 conclues avec l’Agence Internationale de Développement (AID-US) (hydraulique et infrastructure sociale) et de la convention touristique (1966). Ces conventions montrent cependant que les prises de position radicales de la Mauritanie contre la politique américaine en Extrême-Orient n’empêchait pas que des relations utilitaires se nouent. De leur côté, les compagnies pétrolières américaines poursuivent leurs recherches dans le sous-sol mauritanien. La persistance de cette position militante n’empêche pas davantage le rétablissement des relations diplomatiques en décembre 1968 (suivie d’une remontée des échanges commerciaux qui restent toujours fortement déficitaires pour Nouakchott).

107Ainsi, au début des années 1960, admise par le Maroc, amicale tant avec l’Occident qu’avec l’Est (tant dans sa version soviétique que chinoise), la Mauritanie peut affirmer qu’elle n’a que des amis dans le monde ; elle n’en oublie pas pour autant la réalisation de ses objectifs. Bien au contraire, cette harmonie diplomatique globale était, pour la Mauritanie, une condition nécessaire pour des initiatives sur les deux autres fronts qui lui tiennent à cœur : l’indépendance économique et l’appropriation du Sahara occidental.

  • 26 Le parallèle entre la solution négociée du problème d’Ifni au profit du Maroc et la solution du pr (...)
  • 27 Discours sur l’état de la Nation, 1970.
  • 28 Idem. 1971 (La conférence de Nouadhibou réunissait les Chefs d’Etat de la RIM, du Maroc et d’Algér (...)

108Mais pour cela, il fallait, conformément à la stratégie mauritanienne, entretenir le contact avec celui qui détenait la clé du territoire : l’Espagne, d’autant que la politique coloniale de celle-ci était en pleine évolution. En particulier, le Maroc obtient satisfaction dans ses revendications territoriales sur Ifni (accord hispano-marocain de 1966). Dès lors, les rapports avec Madrid présentent pour Nouakchott un intérêt supplémentaire : outre l’aide technique, outre l’utilisation de l’intermédiaire espagnol pour faire pression sur la politique marocaine à l’égard de la Mauritanie, un précédent est crée : il est possible de négocier avec le colonisateur la récupération d’un territoire que Nouakchott considère comme faisant « partie intégrante dé son territoire »26. Toutefois, l’évolution des rapports avec le monde arabe et finalement la reconnaissance de la RLM par le Maroc semble provoquer une évolution de la position mauritanienne. Aux formules initiales sans ambiguïté succèdent des formules plus délicates : la question du Sahara est un problème « à résoudre dans le sens des intérêts des populations concernées »27, ou « conformément aux différentes résolutions des Nations Unies et aux conclusions de la conférence tripartite de Nouadhibou et ce dans l’intérêt de l’amitié entre l’Espagne et tous les peuples de la sous-région »28.

109Après avoir utilisé avec art diverses contradictions du système international pour parvenir à sa reconnaissance et s’assurer de garanties solides pour se tourner vers l’affirmation de l’indépendance économique, les dirigeants mauritaniens ont pu penser qu’ils avaient réussi à maîtriser les contradictions du problème saharien.

III. — LA REMISE EN QUESTION DE L’ACQUIS

110La volonté mauritanienne d’être est couronnée de succès : les discusions sur l’existence d’un « pouvoir » mauritanien deviennent sans objet : ce pouvoir existe bien ; il détient même avec le Président Ould Daddah, un record de longévité à l’échelle africaine. Si le pouvoir est aussi tangible, il est donc évident que l’Etat mauritanien existe. Un doute subsisterait-il encore qu’il serait balayé par l’activisme diplomatique de ceux qui parlent au nom de cet espace mauritanien : la RIM constitue bien un Etat reconnu sans exclusive. Sans doute est-il dépendant, mais il n’est pas inféodé à une seule puissance : la diversité de ses sources d’aide, de ses modèles de références, lui donne une certaine marge d’autonomie, Il ne contrôle pas encore toutes les décisions qui affectent la dynamique globale de la société mauritanienne mais un recentrage au moins partiel du processus décisionnel n’est pas hors d’atteinte. L’ambiance générale de la société internationale, des solidarités horizontales efficaces, jouent dans ce sens, renforçant les atouts que constituent le minerai de fer et une balance commerciale excédentaire.

111C’est autour du fer et sur le fer que reposent les décisions visant à rapprocher la Mauritanie de l’indépendance économique. Mais la « frontière » (au sens nord-américain), c’est aussi la réunification, c’est-à-dire l’appropriation du Sahara espagnol. C’est alors que le but est en vue que la machine diplomatique tranquille et déterminée s’enraye : la sécheresse au Sahel (que redoutait seule une poignée d’experts ne partageant pas l’idéologie dominante du développement) vient tout à coup rappeller la vulnérabilité de la RIM, tandis que des hommes attachés à une idée que l’on croyait négligeable (l’existence d’un Etat sahraoui) l’obligent à quitter son terrain de prédilection (les manœuvres diplomatiques) pour se lancer dans une aventure militaire qui risque tout remettre en question.

A. L’INDEPENDANCE ÉCONOMIQUE DANS UNE SÉCURITÉ INACHEVÉE

112La Mauritanie est particulièrement concernée par la forme économique du non-alignement que constitue le « Groupe 77 ». Pays sous-développé, producteur d’un produit primaire exporté brut, les revendications du groupe sont les siennes. Dans le clivage Nord-Sud, elle est du « Sud ». Ainsi participe-t-elle directement et par résolutions ou déclarations interposées, au discours véhément des « pauvres contre les nantis » (pour reprendre les paroles du Président algérien Boumedienne). Mais à la différence de certains partenaires du « Sud » qui, une fois le discours achevé, attendent confortablement que les choses suivent leur cours, les dirigeants mauritaniens joignent le geste à la parole sans se départir de leur prudence habituelle. La situation politique interne les poussait à avancer dans la réalisation de ce nouveau projet national ; le discours stérile sur l’indépendance économique commence à agacer certaines force sociales, d’autant plus impatientes que les dirigeants laissent entendre qu’ils ont les ressources nécessaires pour agir. Notamment ils affirment avoir toutes les garanties pour protéger leur avancée. C’est ainsi qu’en trois ans, la RIM a franchi des pas importants dans la voie de l’indépendance économique. La voie paraît libre pour se consacrer à la « réunification ».

113Pourtant la Mauritanie va être l’une des principales victimes d’une négligence commise par bien des responsables du Tiers-Monde, trop fascinés par l’image de l’industrialisation. Pas plus que les autres, elle n’a prêté attention à ceux qui rappelaient qu’il faut d’abord nourrir les hommes. L’agriculture est à la traîne et les années de sécheresse se succèdent depuis 1967-1968. La Mauritanie était une proie de choix.

1. La mise en place des garanties

114La Mauritanie récolte les fruits de sa diplomatie ouverte sans exclusive, alliant subtilement aggressivité et circonspection. L’action anti-impérialiste s’appuie sur cette tradition. Elle intervient seulement lorsque sont bien répartis les soutiens internationaux de la RIM : l’amarrage au monde arabo-islamique est réalisé, ce qui met la RLM en bonne place pour bénéficier des pétrodollars. La prudence incite cependant à ne pas négliger des garanties complémentaires vers le sud, et pourquoi pas, à l’heure de la crise de la relation de clientèle, il n’est pas impossible de trouver vers le « Nord » lui-même des soutiens à une politique d’indépendance économique.

a) La Mauritanie arabe à l’heure des pétrodollars

  • 29 Le Président Ould Daddah rappelle, à l’issue de l’admission de la RIM à la Ligue Arabe, que le mon (...)

115La Guerre du Kippour d’octobre 1973 permet à la RIM de confirmer son arabisme. Elle offre son soutien diplomatique et même matériel aux Etats arabes en guerre. En contrepartie, la RIM peut alors espérer bénéficier d’égards particuliers : elle fait partie des Etats les plus durement touchés par la montée des prix du pétrole et ses conséquences économiques globales, mais en tant que membre de la Ligue arabe, elle figure parmi les Etats auxquels l’OPEP s’engage à accorder une aide privilégiée soit bilatéralement, soit multilatéralement29.

  • 30 Les chiffres officiels donnés notamment par la CNUCED, l’OCDE et les Etats concernés ne concordent (...)

116Il est difficile de présenter un bilan chiffré incontestable de cette aide30. Mais les données suffisent pour souligner quelques aspects importants. Le soutien arabe à l’Etat mauritanien est aussi diversifié que celui des pourvoyeurs d’aide plus traditionnels. L’aide publique au développement (au sens de l’OCDE) se manifeste en général sous la forme de dons ou de prêts à long terme ou à taux d’intérêt bas avec un différé de plus de cinq ans. Elle porte notamment sur l’amélioration des communications (axe routier vers l’Est, port de Nouadhibou), de l’infrastructure urbaine (adduction d’eau, électricité) et l’aménagement agricole. Tout comme la Chine construit la Maison de la Culture, la France le stade ou l’Allemagne une caserne de gendarmerie, les Etats arabes interviennent par des dons pour la construction de mosquées ou de centre islamiques ; s’il ne s’agit pas directement d’aide au développement, ce type d’aide est important dans la perspective du contrôle social, préoccupation de tout gouvernement en particulier dans l’espace mauritanien.

  • ++ Tableau réalisé à partir des documents de la CNUCED (Réf. TD/B/AC. 19/R. 8 et Add. 1 et de l’OCDE (...)

Aide publique au développement en provenance des Etats de l’OPEP (1973-1975)++ (en million de $)

Aide publique au développement en provenance des Etats de l’OPEP (1973-1975)++ (en million de $)
  • 31 Evalués à 100 millions de $ selon les sources mauritaniennes citées in : « Une économie entre guer (...)

117Quantitativement, ces liens avec le monde arabe ne sont pas négligeables, d’autant que l’aide publique classique est complétée par des réalisations conjointes (Sociétés de transports, Etablissements bancaires) avec le Maroc, l’Algérie, la Tunisie (depuis longtemps), la Libye, l’Egypte, et le Koweït, et des investissements clirects, en provenance notamment du Koweït31. Il est certain que les principaux soutiens financiers se trouvent au Koweït et dans les Emirats Arabes Unis (par le biais notamment des Fonds nationaux de développement), ainsi que l’Arabie Séoudite et la Libye. Toutefois pour ces deux derniers, les chiffres de l’APD ne couvrent qu’une partie d’un effort plus global et plus diversifié (en matière sociale, religieuse, ou de défense). Ceci explique aussi que l’Algérie n’apparaisse que de manière modeste, alors qu’elle demeure un soutien dont la présence est plus totale que celle du Qatar.

  • 32 Cf. Coopération pour le développement 1976, OCDE Paris, pp. 128-131.

118L’importance relative de la RIM dans l’APD des Etats de l’OPEP paraît faible (aux alentours d’1,5 %)32. Elle figure néanmoins au second rang des Etats africains (en dehors des Etats de l’Afrique méditerranéenne), loin derrière le Soudan et surtout, ce soutien, modeste en chiffre absolus (mais ont-ils un sens ?), va s’avérer fondamental dans les décisions de Nouakchott en vue de l’indépendance économique. Ce n’est qu’un volet des garanties dont s’entourent les dirigeants mauritaniens.

b) Les garanties subsahariennes

119Pour spectaculaire que soit l’entrée de la RIM dans le monde arabe, elle n’implique pas une rupture avec le monde subsaharien, une telle rupture pouvant remettre en question l’existence même de l’entité politique mauritanienne. La diplomatie du développement est au contraire conçue comme une contribution à l’affirmation de cette entité. D’où l’importance des investissements routiers dans le sud-est et des projets d’aménagement rural, notamment autour de Kaedi. Mais ces derniers projets spéculent sur l’organisation et le contrôle de l’élevage dans l’espace riverain du fleuve Sénégal, sans lesquels la rentabilisation des installations devient aléatoire. Plus largement, l’intégration des espaces périphériques mauritaniens (politiquement sensibles) n’est pas encore suffisamment assurée pour se passer d’une politique de coopération tournée vers le sud.

  • 33 L’accord de Lagos du 27 mai 1975 crée un véritable projet de marché commun entre les 15 Etats de l (...)
  • 34 Voir Constantin (F.), « Régionalisme international et pouvoirs africains », Rev. Française de Scie (...)

120Par conséquent, la Mauritanie ne se désintéresse pas des virtualités qu’offre l’OMVS, dont les projets prennent corps ; à ce titre, elle participe à la quête du financement à travers le monde (Europe, Etats Arabes, Chine). Bien plus, elle s’associe à la création de la Communauté Economique d’Afrique de l’Ouest (CEAO, conférence de Bamako, et traité d’Abidjan du 14 avril 1973), qui succède aux différents échecs d’organisation douanière ouest-africaine. Ne pas participer à ce groupement eut été pour la RIM prendre un risque inconsidéré dès lors que Dakar demeurait le principal « port mauritanien » et que le Mali confronté au même problème était membre de la CEAO. Cependant, avec d’autres dirigeants africains(Nigériens), les dirigeants de Nouakchott partageaient la même insatisfaction à l’égard d’une petite zone de libre échange qui ressemblait fort à une machine de guerre diplomatique sénégalo-ivoirienne destinée à contrecarrer les projets plus vastes du Nigéria et du Togo. La création de la Communauté Economique des Etats d’Afrique Occidentale (CEDEAO ou ECOWAS) qui enfin n’usurpait pas son nom33 répondait beaucoup mieux à l’idéologie mauritanienne de l’unité africaine en raison de son œcuménisme politique, et aidait le pouvoir mauritanien à atteindre ses objectifs économiques. L’approche fonctonnelle du régionalisme est entretenue par le fait qu’en théorie, elle apporte des avantages multidimensionnels aux Etats qui y participent, ce qui explique que les échecs qui font le désespoir des théoriciens n’affectent pas les hommes politiques du Tiers-Monde34. Tant qu’aucune incompatibilité flagrante n’apparaît, la RIM peut ainsi bénéficier des différents avantages qu’offrent la CEAO et la CEDEAO (et notamment les Fonds de Coopération et de Compensation) et qui s’ajoutent à ceux qu’apportent déjà l’union maghrébine, les Fonds arabes ou la Banque Africaine de Développement.

121Toutefois, si les solidarités régionales peuvent donner une sécurité commerciale et parfois financière, leurs capacités en matière d’investissements sont plus limitées que celles du Nord.

c) Les garanties planétaires

122Dès lors que la Mauritanie a choisi le modèle industrialisé du développement (mais avait-elle le temps de réfléchir sur des formes plus autochtones ?) elle demeure tributaire non seulement des crédits, mais surtout d’une technologie qui ne peut guère venir que du Nord ou de ses reproductions latino-américaines.

123Disons le tout de suite pour ne pas y revenir, l’Amérique latine découvre la Mauritanie et réciproquement. Et en vertu de l’impératif d’équilibre, les extrêmes latino-américains se rejoignent. L’ouverture de relations diplomatiques avec Cuba (octobre 1972) se situe dans la sphère politico-idéologique. D’autres exigences font que des entreprises brésiliennes apparaissent sur les chantiers de la route de l’Est. Rares sont encore les entreprises non-européennes (CEE) à emporter un marché en RIM même si le financement vient d’ailleurs (Etats arabes) ; ainsi remarque-t-on que c’est une société autrichienne qui est chargée de la réalisation d’une raffinerie de pétrole, tandis qu’une raffinerie de sucre est réalisée par une société américaine.

  • 35 « Coopération pour le Développement », OCDE, 1976.

124De fait, la réussite passe par le maintien des rapports avec les fournisseurs les plus intéressés, et donc les plus assidus : l’Europe occidentale. Les changements dans les relations euro-africaines (passage de la Convention de Yaoundé II à la Convention de Lomé) n’affectent guère les relations entre la CEE et la RIM ; celle-ci ne peut que se satisfaire du système de stabilisation des recettes d’exportation (STABEX) dans la mesure où parmi les exportations couvertes figure le fer (seul minerai brut dans la liste originelle). Que le mécanisme n’ait pas eu à jouer est un signe de bonne santé internationale du fer, qui constitue par conséquent une ressource sûre pour des acteurs politiques en quête d’indépendance économique, Ils constitue ainsi une garantie que ne négligent pas les pourvoyeurs d’aide ; la progression de l’aide occidentale est sensible en valeur absolue jusqu’en 1974 (de 9,11 millions de $ en 1972 à 52,56 millions de $ en 1974 pour les Etats de l’OCDE et les organismes internationaux35.

125Par ailleurs, les relations avec le monde communiste se poursuivent, notamment avec la Chine et la Corée du Nord (Accord de juin 1974 : réalisation de Maisons de Jeunes et de terrains de sports, visite du Président Ould Daddah à Pékin et Pyong Yong en septembre 1974, visite du Président Kim Il Sung à Nouakchott en 1975).

126C’est sur cet arrière plan de diplomatie cosmopolite et de balance commerciale excédentaire (autour de 10 milliards de Francs CFA en 1972-1973) grâce aux recettes de fer (environ 20 milliards de CFA) que la RIM peut prendre des initiatives.

2. Des initiatives contrôlées

127Pour les dirigeants mauritaniens, fortement sollicités sur le plan intérieur, l’heure est venue de passer aux actes. Les plans ont été soigneusement élaborés. Partageant les analyses dominantes, ils pensent que l’indépendance économique et la récupération du Sahara espagnol sont au bout du tapis vert. Hélas, sous le tapis vert qu’on avait oublié de soulever, il y avait la sécheresse que craignaient les mauvais prophètes qui dénonçaient les illusions d’un développement reproduisant trop les schémas du Nord ; et puis, arrivé au bout du tapis, on s’apercevait que pour ce qui est de l’ancienne colonie espagnole, le pouvoir était au bout du fusil.

a) Vers l’indépendance économique

128La progression vers l’indépendance économique ne pouvait se faire que contre ce qui l’entravait : le contrôle extérieur sur l’économie mauritanienne, c’est-à-dire essentiellement sur la monnaie (zone franc) et les principales entreprises, au premier rang desquelles la MIFERMA. Autrement dit, il fallait procéder au « meurtre du père », mais en respectant la tradition mauritanienne de circonspection. Le « meurtre » est donc bien « rituel » et plus simulé que réel.

  • 36 Pour leur déroulement, voir dans le présent ouvrage les chapitres de E. Van Buu, J.L. Balans, F. V (...)

129Il comporte trois séquences : la dénonciation des accords de coopération avec la France (demandée par le bureau politique du PPM en juin 1972, annoncée par le Président Ould Daddah en février 1973), la création d’une monnaie nationale, l’Ouguiya (juin 1973), la nationalisation de la MIFERMA (novembre 1974). Pour chacune de ces séquences36, on voit assez bien le fonctionnement des garanties internationales. La RIM a été l’un des premiers Etats considérés comme « modérés » à dramatiser ses rapports avec la France. Ce durcissement s’explique par le sérieux des assurances obtenues auprès des Etats tiers (arabes notamment) : l’Algérie imprime les nouveaux billets, le Koweït et la Libye font les avances nécessaires pour soutenir la nouvelle monnaie (refusées par la France) et les membres de la Banque centrale des Etats d’Afrique de l’Ouest apportent leur soutien dans les discussions sur les modalités du transfert du privilège de l’émission. Par la suite, c’est encore un prêt koweïtien qui permettra l’indemnisation des actionnaires de la MIFERMA. Le fait que l’indemnisation ait pu être négociée confirme la prudence des dirigeants mauritaniens. Auparavant, la dénonciation des accords de coopération était inervenue alors que ceux-ci étaient juridiquement caducs, et que la « renégociation » était en cours ; le 15 février 1973, les nouveaux accords franco-mauritaniens sont signés. Si les accords de défense sont absents, l’avenir montrera qu’il s’agit d’une lacune conjoncturelle. S’il y a des manifestations de tensions (notamment en matière de représentation diplomatique en 1973), les relations franco-mauritaniennes retrouvent finalement leur sérénité. La nationalisation de la MIFERMA (complétée par celle des mines de cuivre) ne laisse pas indifférente la France, mais celle-ci évite de tomber dans le piège qui aurait consisté à montrer ouvertement une collusion entre intérêts privés et intérêt national. Enfin, dans son action à l’encontre d’une forme multinationale, la RIM bénéficiait d’un soutien diplomatique à peu près total et s’appuyait sur les dispositions de la Charte des Droits et Devoirs économiques des Etats qui allait être votée quelques jours plus tard par l’ONU. La décision de négocier l’indemnisation des actionnaires, outre qu’elle respectait la lettre du texte en cours d’adoption, ne pouvait avoir qu’un effet favorable auprès des pays développés ; elle montrait que la détermination d’un pays du Tiers-Monde n’impliquait pas nécessairement une « spoliation » pure et simple.

  • 37 Ce qui ne veut pas dire que cette indépendance soit instantanément réalisée : c’est tout le problè (...)

130Par ces mesures, la voie de l’indépendance économique est ouverte37. Une fois encore, l’action diplomatique s’était avérée efficace.

b) Les premières failles

131Les soutiens matériels obtenus de l’extérieur pour la réalisation d’une indépendance économique ne pouvaient être que provisoires sinon les mesures prises n’avaient marqué qu’un passage d’une forme de dépendance à une autre. Autrement dit, la Mauritanie devait trouver en elle-même les fondements de sa puissance internationale : la stabilité de sa monnaie dépendait des exportations de minerais et d’une certaine rigueur dans les dépenses publiques, la priorité devant revenir aux investissements productifs.

  • 38 Voir les chapitres de J.L. Balans et J.C. Santucci.

132Cela supposait la réalisation pacifique du troisième volet de la diplomatie mauritanienne : la récupération du Sahara occidental. Sur ce front, les choses se compliquent sérieusement, et malgré tous ses efforts, le Président Oud Daddah ne parvient plus à contrôler l’évolution38. Au fur et à mesure que l’échéance se rapproche, la négociation à quatre (Espagne, Mauritanie, Maroc, Algérie) devient plus délicate et débouche sur une impasse. Ultime recours face à une menace de conflit international, la Cour Internationale de Justice n’est pas par elle-même capable d’imposer une solution sur le terrain, même si elle ne condamne pas la position mauritanienne.

133Un acteur sous-estimé s’interpose : le nationalisme sahraoui, d’autant plus vif que tout montrait que la communauté des Etats installés ne s’intéressait guère à lui. L’impossibilité d’un accord entre les Etats voisins lui donne alors une chance nouvelle et oblige la Mauritanie à s’engager dans ce à quoi elle n’était pas préparée : l’épreuve de force.

134Celle-ci va mobiliser les ressources, alors que l’action diplomatique pour l’indépendance économique faisait oublier l’apparition de difficultés profondes. La sécheresse remet en question tout le faible potentiel agropastoral de la Mauritanie. C’est alors l’appel à l’aide internationale dans sa forme la plus inégalitaire : la charité. Il faut des dons massifs pour nourrir la population mauritanienne, car les revenus tirés des exportations du fer stagnent, le coût des produits importés augmentent considérablement, et la balance des paiements est fortement déficitaire (environ 3 milliards d’ou-guiyas).

135L’Etat mauritanien, au seuil de la réussite, se trouve remis en question.

B. L’AVENTURE

136La guerre du Sahara paraît en effet remettre en cause quelques uns des acquis essentiels de la Mauritanie, au point qu’à bien des égards l’on a presque l’impression de revenir en arrière, de voir Nouakchott se retrouver face aux mêmes difficultés que celles qu’elle a connues voici une quinzaine d’années. D’abord, le conflit du Sahara ex-espagnol replonge la Mauritanie dans une situation de dépendance marquée alors que son action semblait jusqu’à présent avoir réussi à atténuer celle-ci. D’autre part, l’image de l’intermédiaire et du trait d’union entre l’Afrique « progressiste » et l’Afrique « modérée », entre le monde arabe et l’Afrique noire, en bref du pilier militant de l’unité africaine qui constituait l’originalité majeure de la diplomatie mauritanienne ne résiste pas à une guerre qui naturellement alimente les divisions. Bien plus, la guerre pour le Sahara accentue la fragilité et la vulnérabilité internes d’un Etat dont la stabilité, après une croissance difficile, semblait relativement assurée.

1. Le problème de l’indépendance

  • 39 Presque triplé en 3 ans (1975-1977), le budget de la défense représente environ 30 % du budget de (...)
  • 40 Voir par exemple les conditions de l’entrée des troupes mauritaniennes à Dakhla.
  • 41 Cf. « Crisis Time in Mauritania », West Africa, 30 mal 1977, pp. 1037-1038.

137Au fil des années, la Mauritanie était parvenue à se dégager des tutelles trop pesantes, en particulier de celle de la France. Après avoir réalisé l’opération de sa reconnaissance dans le système international, Nouakchott, en diversifiant ses alliances, en prenant des décisions fondamentales en matière économique, donnait l’exemple d’un petit pays capable de maîtriser par lui-même son avenir et son développement. Dans une certaine mesure, les exigences politiques et financières du conflit saharien sont venues porter un coup à cette image ou tout au moins en marquer les limites. Les ressources intérieures ne suffisent pas à soutenir l’effort de guerre39 déjà fortement obérées par le coût de l’intégration administrative et politique du Rio de Oro dans l’ensemble mauritanien. Afin de mener à bien cette double opération, la Mauritanie révèle qu’elle ne peut se passer de concours extérieurs. Elle fait appel à la France pour renforcer son potentiel militaire dont les effectifs sont passés en quelques mois de 3 000 à 12 000 hommes. Les instructeurs français sont à nouveau présent à Atar et Paris, tout en affirmant son souci de ne pas intervenir directement, fournit le matériel qui fait défaut à l’armée mauritanienne. La coopération militaire avec le Maroc répond aux mêmes nécessités, bien que les dirigeants mauritaniens s’efforcent d’éviter que des troupes marocaines mènent directement des opérations militaires sur leur territoire pour palier les faiblesses de leur armée40. Rabat est devenu le partenaire privilégié de Nouakchott, après avoir été son principal ennemi. Jour après jour, les liens se resserrent entre les deux capitales. Les assistants techniques marocains sont présents dans les administrations mauritaniennes. Dès 1975, le Maroc avait consenti un prêt important à la Mauritanie afin de lui permettre de racheter la SOMINA (mines de cuivre d’Akjoujt). L’année suivante était constituée l’Agence Mauritanienne et Marocaine de Coopération financée à 100 % par Rabat. Il y avait sans doute au départ le désir classique de Nouakchott de rééquilibrer les liens trop exclusifs avec l’Algérie dont la coopération était parfois de plus en plus assimilée à une forme de domination. Cependant, la rupture avec Alger laisse un vide que le Maroc s’est empressé d’occuper. Dès lors, le risque de domination réapparaît. Certains, au Maroc mais peut-être aussi dans une moindre mesure en Mauritanie, rêvent d’une union plus étroite, voire d’une sorte d’intégration entre les deux pays qui ressemblerait fort à la réalisation tardive, mais décisive du rêve marocain des années soixante41.

138Enfin, la guerre du Sahara a aussi mis en relief l’extrême importance de l’aide de certains pays du Moyen-Orient, tels que l’Arabie Saoudite, le Koweit ou les Emirats Arabes Unis. Dans la situation actuelle, la Mauritanie ne peut « compter sur ses propres forces » pour poursuivre ses efforts à la fois de guerre et de développement, il lui faut un soutien actif de l’extérieur. Mais on voit par là même, la Mauritanie être engagée, qu’elle le veuille ou non, dans une action qui divise le monde non-aligné.

2. Le problème sahraoui et la fin du non-alignement

139La détermination de la RIM sur la question sahraoui l’a conduite à prendre, avec la complicité du Maroc (et de l’Espagne) un risque considérable : la remise en question d’un des principes fondamentaux de la sécurité en Afrique, tacitement respecté par tous les Etats, à savoir l’acceptation des frontières héritées de la colonisation. C’était sans doute encore plus grave que la remise en question de cet autre principe qu’est le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, car celui-ci avait déjà subi bien des manipulations à travers le monde entier.

  • 42 Il ne fait aucun doute que l’ouverture des hostilités dans l’Ogaden si elle est une conséquence de (...)

140Quels que soient leurs raisons, les deux Etats ont transgressé un dogme régulateur des rapports interafricains que chacun avait eu la prudence de respecter, même si la plupart des leaders reconnaissaient l’arbitraire de ces frontières. Le précédent est d’autant plus redouté que d’autres situations étaient prêtes à exploser, notamment dans la « Corne de l’Afrique »42, et que tout conflit armé ouvert entre Etats du Tiers Monde fait le jeu des grandes puissances et favorise leurs ingérences.

141S’étant résignée à l’épreuve de force, la RIM ne peut plus guère faire figure de modérateur et d’unificateur du monde non-aligné. Bien au contraire, la guerre a conduit, volens nolens, les Etats africains et arabes à prendre position. Ainsi des camps, donc des lignes de rupture, apparaissent, et il n’est pas sûr que l’Etat mauritanien y trouve son compte.

142Du côté arabe le soutien à la cause mauritano-marocaine n’est qu’un élément parmi d’autres d’une stratégie d’isolement de l’Algérie et plus globalement des pays arabes dits progressistes. De même, l’on sent bien qu’en soutenant le Polisario, l’Algérie entend porter un coup d’une part à l’irrédentisme marocain et d’autre part à l’influence croissante des Etats arabes modérés en Afrique. Dans cette affaire, la Mauritanie n’est plus qu’un terrain de bataille parmi d’autres ; elle est ainsi utilisée à des fins qui dépassent ses intérêts propres.

143Au niveau de l’OUA, le Maroc et la Mauritanie se sont jusqu’à présent attachés à empêcher que la question sahraouie soit officiellement débattue. Elles y ont pour une grande part réussi, au prix cependant d’une grande fermeté, puisque Rabat et Nouakchott n’ont pas hésité à claquer la porte de certaines réunions de l’OUA et à rompre avec les pays qui ont reconnu la République Arabe Sahraouie Démocratique : Madagascar, le Bénin, le Togo, le Rwanda, le Burundi, la Guinée-Bissau, et bien entendu l’Algérie (mars 1976). Le corollaire est que la Mauritanie s’est rapprochée des Etats africains les plus « occidentaux », en particulier du Zaïre, qui a d’ailleurs offert son soutien pour le financement de certains projets de développement, comme l’aménagement hydro-agricole de l’Afout Es Sahel. On peut dans ces conditions se demander si un axe Rabat-Kinshasa n’est pas en train de se constituer, où Nouakchott apparaît encore dans la position inquiétante de simple instrument d’une « Real politik » sur laquelle la RIM n’a que peu de prise et qui peut se retourner contre elle. Néanmoins le peu d’enthousiasme de certains pays progressistes, voire du Bloc communiste (seule la Corée du Nord a reconnu la République Sahraouie) à appuyer de façon nette l’Algérie et le Polisario limite jusqu’à présent les risques de polarisation des oppositions et d’intervention des grandes puissances. La timidité et l’embarras de la Libye ou de l’URSS sont de ce point de vue significatifs : ces deux pays sont soucieux, malgré leur sympathie envers Alger, dont ils témoignent en d’autres débats, de ne pas rompre avec Nouakchott.

144Il n’en reste pas moins que le conflit du Sahara a placé la Mauritanie dans le camp des « conservateurs ». Et même si les clivages africains et arabes ne sont jamais clairs (la RIM reste un champion de la cause palestinienne — mais il lui est difficile ici de contourner l’Algérie par la gauche), cette situation a des répercussions fondamentales sur l’Etat mauritanien.

3. Le problème interne

145L’occupation du Sahara espagnol a fait en effet ressortir la fragilité et la vulnérabilité de la Mauritanie.

  • 43 Devant l’ampleur du déficit de sa balance des paiements (3 milliards d’ouguiyas par an), la RIM a (...)

146D’abord, comme nous l’avons montré plus haut, l’effort de guerre entrave la réalisation des projets de développement qui représentaient l’un des atouts essentiels du régime, qui permettaient à la Mauritanie de s’affirmer à l’intérieur comme à l’extérieur43. Le Polisario paraît d’ailleurs jouer cette carte : les raids sur Zouérate ou Nouakchott, aussi bien que les attaques du train minéralier entrent dans cette stratégie. Il s’agit, par ces opérations de harcèlement, d’empêcher la Mauritanie de respirer. D’autre part, il ne fait aucun doute que la guerre du Sahara est susceptible de porter atteinte à une unité nationale encore précaire. Les sympathies, quelquefois actives, dont semble jouir le Polisario auprès de certaines fractions de la population, qu’il s’agisse d’opposants « de gauche » ou de tribus nomades réfractaires, révèlent les limites de l’autorité du pouvoir central mauritanien sur la partie saharienne de sa population.

147Dans le sud, où les populations noires sont majoritaires, les Toucouleurs ou Sarakollés ne voient pas toujours l’intérêt d’un tel conflit et risquent de se sentir de plus en plus étrangers à une politique qui aboutirait à accroître le poids au moins numérique des Maures et à repousser encore vers le nord le centre de gravité politique de l’Etat, et qui, pour ce faire, procède à un prélèvement d’hommes et de ressources sur les rives du fleuve. C’est donc toute la politique d’intégration nationale que mettent en cause les derniers développements de la diplomatie mauritanienne.

148Tous ces problèmes rappellent étrangement ceux qui ont occupé la Mauritanie à sa naissance.

149Il convient de remarquer que ces difficultés, si grandes qu’elles soient, ont été longtemps contenues en raison de la personnalité du Président Ould Deddah et du capital de confiance qu’il avait tant à l’étranger qu’en Mauritanie. A l’intérieur il représentait le point d’équilibre de forces divergentes voire antagonistes. A l’extérieur sa détermination à lutter contre les impérialismes demeurait admise.

150Il reste que c’est dans les dunes du Tiris occidental que se joue non seulement l’avenir de la diplomatie mauritanienne, mais aussi peut-être celui de la Mauritanie telle qu’elle s’était réalisée avec constance et habileté ; au fond, ce n’est pas une ironie du sort si le destin du Chef de l’Etat constitue la première illustration spectaculaire de ce risque.

Notes

1 Cf. Marchât (Henri), « Mauritanie, Nations Unies et marchandages planétaires », Revue de la Défense Nationale, janvier 1962, p. 95.

2 Cf. Revue des Nations Unies, n° 12, janvier 1961, pp. 146-147.

3 Sur cette candidature, voir l’analyse détaillée de Mirlande Hyppolyte, Les Etats du groupe de Brazzaville aux Nations Unies, Paris, Fondation Nationale des Sciences Politiques, A. Colin, 1968, pp. 85-89.

4 Ainsi pour le budget de 1961 les dépenses se montèrent à 3 milliards 350 millions et les recettes à 1 milliard 662 millions.

5 En particulier aux Nations Unies, voir le livre déjà cité de Mirlande Hyppolyte.

6 La plupart des discours importants de Moktar Ould Daddah, pour la période 1957-1965, ont été rassemblés sous le titre Discours et interventions, République Islamique de Mauritanie, Haut Commissariat à l’Information et au Tourisme, 1965.

7 Moktar Ould Daddah, Rapport sur l’Etat de la Nation, 28 nov. 1966, p. 21.

8 Le cas d’Israël est à situer dans la stratégie arabe de la RLM.

9 I. W. Zartmah parle de « Bufferpolicy ». Cf. International Relations in the New Africa, Prentice Hall Inc, Englewood Cliffs. NJ. 1966, p. 117-119.

10 Etant entendu que pour la Mauritanie, ce niveau continental ramène à sa vocation de trait d’union entre l’Afrique noire et Afrique blanche. Pour l’instant nous centrerons nos remarques sur l’Afrique sub-saharienne.

11 Rappelons qu’en 1963, la Mauritanie avait pu siéger à Addis Abeba, le Maroc refusant alors de participer aux travaux de la conférence créant l’OUA.

12 Cf. Skurnik (WAE), The Foreign Policy of Sénégal, Evanston, Northwestern University Press, 1972, et Constantin (F), et Coulon (Ch.), La diplomatie du dialogue, Revue Française d’Etudes Politiques Africaines, n° 101, mai 1974, particulièrement, pp. 61-69.

13 La seule « perte » perceptible consécutive à ce retrait est la non élection de la RIM à un siège du Conseil de Sécurité de l’ONU en raison de la défection des voix des Etats de l’OCAM (novembre 1965).

14 Voir Gautron (J.-C), « L’aménagement du fleuve Sénégal », Annuaire français de Droit international, 1967, pp. 690-702 et « Les métamorphoses d’un groupement sous-régional, l’ŒRS, « Année Africaine », 1970, pp. 143-159 et Faure (Y.-A.), « De l’OERS à l’OMVS », Rev. Française d’Etudes polit. Afric., 133, janvier 1977, pp. 22-36.

15 A ce titre, elle soutiendra le gouvernement fédéral nigérian lors de la guerre civile.

16 Dans son message sur l’état de la Nation du 28 novembre 1967, le Président Ould Daddah dénonce l’agression des « Sionistes néo-nazi ».

17 Le ralentissement des liens avec l’Egypte après la mort de Nasser (ce qui n’a rien de spécifique à la Mauritanie) confirme bien l’importance du phénomène charismatique dans la relation établie avec Le Caire.

18 M. Ould Daddah, discours à l’Assemblée Générale de l’ONU le 21 oct. 1970, ONU, chronique mensuelle, VII, 10 novembre 1970, p. 63.

19 Voir par exemple l’intervention du Ministre mauritanien des Affaires étrangères lors de la XXIIIe Session de l’Assemblée Générale, ONU, chronique mensuelle, V, 10 nov. 1968, p. 127.

20 Au début de 1972, on comptait 7 ambassades et 3 consulats mauritaniens en Afrique, 4 ambassades et 2 consulats en Europe, 1 ambassade en Amérique du Nord et 1 en Asie (à Pékin).

21 Citations exraites des « rapports sur l’état de la Nation » de 1966 et de 1970.

22 Rapport sur l’Etat de la Nation 1971.

23 Pourcentage calculés d’après les chiffres publiés in ONU, Yearbook of International Trades Statistics, 1969, New York, 1971, (ST/STAT/SER.G/19), p. 562.

24 Voir infra, dans le présent ouvrage l’étude de E. Van Buu « Les accords de coopération entre la France et la Mauritanie ».

25 Le Fed a fourni 50 % des investissements publics extérieurs lors du premier plan (la France a participé pour 25 %).

26 Le parallèle entre la solution négociée du problème d’Ifni au profit du Maroc et la solution du problème du Sahara au profit de la Mauritanie est ouvertement souligné à l’Assemblée Générale de l’ONU par le Ministre mauritanien des Affaires étrangères : cf. ONU. Chronique mensuelle, III, 10 nov. 1966, p. 116 et VI, 10 nov. 1969, p. 175.

27 Discours sur l’état de la Nation, 1970.

28 Idem. 1971 (La conférence de Nouadhibou réunissait les Chefs d’Etat de la RIM, du Maroc et d’Algérie).

29 Le Président Ould Daddah rappelle, à l’issue de l’admission de la RIM à la Ligue Arabe, que le monde arabe peut apporter à l’Afrique l’énergie et les crédits dont elle a besoin. Cf. Bulletin Quotidien d’Afrique (AFP) n° 8263, 1er déc. 1973. L’énergie consommée en RIM repose à 94 % sur le pétrole.

30 Les chiffres officiels donnés notamment par la CNUCED, l’OCDE et les Etats concernés ne concordent pas parfaitement.

31 Evalués à 100 millions de $ selon les sources mauritaniennes citées in : « Une économie entre guerre et paix », Marchés Tropicaux, n° 1641, 22 avril 1977, pp. 952-954.

32 Cf. Coopération pour le développement 1976, OCDE Paris, pp. 128-131.

33 L’accord de Lagos du 27 mai 1975 crée un véritable projet de marché commun entre les 15 Etats de l’Afrique de l’Ouest (16, aujourd’hui avec les Iles du Cap Vert).

34 Voir Constantin (F.), « Régionalisme international et pouvoirs africains », Rev. Française de Science Politique, XXVI, 1, 1976.

35 « Coopération pour le Développement », OCDE, 1976.

36 Pour leur déroulement, voir dans le présent ouvrage les chapitres de E. Van Buu, J.L. Balans, F. Vergara et F. de Chassey.

37 Ce qui ne veut pas dire que cette indépendance soit instantanément réalisée : c’est tout le problème des nationalisations formelles.

38 Voir les chapitres de J.L. Balans et J.C. Santucci.

39 Presque triplé en 3 ans (1975-1977), le budget de la défense représente environ 30 % du budget de l’Etat en 1977.

40 Voir par exemple les conditions de l’entrée des troupes mauritaniennes à Dakhla.

41 Cf. « Crisis Time in Mauritania », West Africa, 30 mal 1977, pp. 1037-1038.

42 Il ne fait aucun doute que l’ouverture des hostilités dans l’Ogaden si elle est une conséquence de l’évolution politique locale, a été aussi encouragée par le constat des tergiversations de l’OUA sur la question sahraoui.

43 Devant l’ampleur du déficit de sa balance des paiements (3 milliards d’ouguiyas par an), la RIM a demandé (et obtenu) du FMI une ligne de crédit de 4,71 millions de DTS pour essayer de contenir ce déficit dans des limites raisonnables (mai 1977).

Notes de fin

* Maître-Assistant de Science politique, Directeur-adjoint de la Faculté de Droit et des Sciences économiques de l’Université de Pau et des Pays de l’Adour.

+ Attaché de Recherches au Centre National de la Recherche Scientifique (Centre d’Étude d’Afrique noire, Bordeaux).

++ Tableau réalisé à partir des documents de la CNUCED (Réf. TD/B/AC. 19/R. 8 et Add. 1 et de l’OCDE (Coopération pour le Développement 1975 et 1976).

Table des illustrations

Titre Aide publique au développement en provenance des Etats de l’OPEP (1973-1975)++ (en million de $)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1245/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540