Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à la Mauritanie

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes
, 
Centre d’étude d’Afrique noire

Economie et politique

Le système politique Mauritanien*

Jean-Louis Balans

Texte intégral

  • * L’essentiel de ce chapitre était déjà rédigé au moment du coup d’Etat du 10 juillet 1978. Il est d (...)
  • + Centre d’Etudes d’Afrique Noire. Institut d’Etudes Politiques, Bordeaux.

1Note portant sur l’auteur+

2La naissance de la nation mauritanienne, la construction de l’Etat mauritanien, sont étroitement liés au destin d’un homme, Moktar Ould Daddah. Cette constatation, banale dans le contexte d’un grand nombre de régimes politiques africains, acquiert une dimension supplémentaire dans le cas de la Mauritanie.

3Dans la plupart des Etats africains issus du mouvement de décolonisation, l’accession à l’indépendance a été symbolisée par l’action d’un leader prestigieux qui, s’étant imposé à la tête d’un mouvement politique, incarnait les aspirations d’un peuple à l’émancipation. Malgré le caractère très artificiel de la plupart des frontières héritées de la colonisation, la domination étrangère avait imposé un minimum d’intégration politique et obligé les populations, si disparates fussent-elles, à se déterminer dans un même cadre par rapport à une même situation, la situation coloniale.

4Les jeunes indépendances africaines ont démarré leurs expériences en supportant une série de handicaps considérables : diversité humaine et culturelle, superficialité des structures politiques et administratives, et, surtout, sous-développement économique avec le cortège de retards, de blocages d’exploitations passées et à venir qu’il entraîne. Leurs rares atouts étaient à rechercher, paradoxalement dans l’héritage matériel et symbolique de la colonisation et dans la légitimité conférée, à l’époque, par le système international au mouvement de la décolonisation.

5La Mauritanie souffre, et parfois dramatiquement, des mêmes faiblesses que les autres Etats africains, mais elle a eu aussi à surmonter des obstacles supplémentaires.

6La colonisation française a été tardive, mouvementée, superficielle. L’espace colonial mauritanien a été défini négativement. Il s’agissait, avant tout, de combler un vide et d’occuper le terrain compris entre les possessions d’Afrique de l’Ouest d’une part et l’Algérie et le Maroc, d’autre part, en s’entendant au préalable avec une autre puissance coloniale, l’Espagne, qui s’était déjà taillée une part de domination plus théorique que réelle. Le principal objectif était stratégique : pacifier définitivement le Sud du Maghreb et le Nord du Soudan, établir des communications entre les deux ensembles de territoires et éviter qu’une puissance rivale vienne s’y intercaler.

7La Mauritanie avait été longtemps connue sous le nom de « Shinqit », dérivé de la ville de la région de l’Adrar reconnue en Afrique du Nord et de l’Ouest comme l’une des sept villes saintes de l’Islam. La pénétration française s’était effectuée dans une région relativement homogène du point de vue humain. Une même langue, une même religion, un même mode de vie, justifieront plus tard la revendication d’une identité culturelle commune à l’ensemble Chinguettien. Mais la trame sociale de cet ensemble était surtout tissée de rivalités et de conflits entre groupes de tribus, tribus et même fractions de tribus. L’organisation politique reposait sur des émirats. Mais ceux-ci n’étaient qu’un très lointain reflet du modèle arabe. Sans grands pouvoirs, contrôlés par leur « djemaa », soumis à d’incessantes contestations, économiquement dépendants de leurs associés-rivaux maraboutiques, les émirs symbolisaient plutôt la recherche d’un pouvoir impossible dans un contexte anarchique.

8Les Français profitèrent de cette impuissance et de ces rivalités. La pacification achevée, les politiques d’équipement et de mise en valeur du territoire se limitèrent longtemps au minimum requis par la présence d’une structure administrative et militaire aux activités résumées par deux clichés : « administration du vide » et « politique du verre de thé ». L’encadrement des populations était principalement laissé à la responsabilité des chefs traditionnels successivement ralliés à la domination française. Les autorités coloniales arbitraient leurs querelles et jouaient de leurs rivalités pour favoriser ceux dont la soumission apparaissait la mieux établie. Pas question, dans ces conditions, de favoriser l’émergence d’une conscience politique unitaire. Même les divers mouvements de résistance à la pénétration française se manifestèrent dans des contextes tribaux et religieux particularistes.

9Cette situation prévalut largement jusqu’à la mise en place des institutions prévues par la Loi-Cadre de 1956. La Mauritanie s’apprêtait, à l’époque, à l’autonomie interne, puis à l’indépendance dans un état de dénuement en équipements et personnels qualifiés sans équivalent dans les autres possessions françaises du continent africain.

10Surtout, la conscience politique des Mauritaniens n’était pas préparée au moment historique de la décolonisation. La vision d’une société politique mauritanienne réconciliée et apte à assurer son destin relevait davantage du pari que de l’analyse. Ce pari fut celui de Moktar Ould Daddah et d’une minorité de jeunes Mauritaniens contre l’indifférence ou le septicisme de beaucoup de leurs compatriotes. Sa réalisation bénéficiera largement de la convergence de cette vision à long terme avec les intérêts stratégiques et économiques immédiats de la France. Du fait même de l’extrême faiblesse de la Mauritanie, cette association d’intérêts projeta un éclairage ambigu sur son accession à l’indépendance. Celle-ci fut immédiatement contestée par le Maroc qui insista sur l’artificialité du jeune Etat. La Mauritanie fut alors présentée par ses adversaires comme une création néo-coloniale, sans autre justification que le maintien de la présence française dans une région concernée par les retombées du conflit algérien et où existait enfin, grâce au minerai de fer, la possibilité d’investissements rentables. Cette thèse priva l’indépendance de la Mauritanie de la bénédiction unanime de la société internationale.

11L’Histoire de la République de Mauritanie commence avec le volontarisme politique d’une minorité cherchant obstinément à créer les conditions d’une intégration et à légitimer, à l’intérieur comme à l’extérieur, son entreprise.

12En dépit de ces handicaps considérables, le régime du Président Moktar Ould Daddah a fait preuve d’une remarquable longévité. L’ex-chef d’Etat mauritanien avait en effet accédé au pouvoir en 1957, quand il devint vice-président du conseil de gouvernement dans le cadre des institutions mises en place par la loi-cadre de 1956. Cette performance en avait fait, au moment de son renversement, un des doyens par rang d’ancienneté parmi les chefs d’Etat africains.

13Jusqu’à l’éclatement du conflit du Sahara occidental qui provoqua finalement sa chute, le régime a su résister aux menaces qui se sont accumulées. Conflits ethniques, rivalités de clans et de générations, complots, agitation sociale, contestation idéologique ont jalonné les quinze premières années de l’indépendance, mais ont pu être canalisés.

14D’abord Moktar Ould Daddah et la petite équipe qui l’entourait au début des années soixante ont pu modeler des institutions adaptables aux exigences de l’époque. La constitution de 1961 et surtout l’unification partisane et l’institutionnalisation du Parti du Peuple Mauritanien comme parti unique de l’Etat ont donné au régime des structures formelles destinées à asseoir progressivement l’autorité du pouvoir d’Etat. Mais surtout, Moktar Ould Daddah, malgré son apparence effacée, s’est progressivement affirmé comme le maître du jeu politique mauritanien. Virtuose des dosages subtils entre les influences contradictoires qui s’exercent au sommet de l’Etat, parfois indécis mais inébranlable sur ses options fondamentales, secret et solitaire, il exerça pendant plus de quinze ans une autorité apparemment modérée mais indiscutée et parfois préremptoire.

15Ainsi, de 1960 à 1975, les crises majeures ont pu être chaque fois récupérées, mais aussi dépassées par la définition d’objectifs nouveaux. Le système politique mauritanien fonctionnait, semble-t-il, par le biais de remises en causes successives, orchestrées à son profit par une même ohgarchie dirigeante.

16Mais en dépit des performances de son principal dirigeant la Mauritanie demeure un Etat faible, dont le renforcement ne peut s’accomplir que dans un environnement pacifié. Or, arrivé à une sorte d’apogée en 1975, le régime contribue, sans se préparer à une telle éventualité, à l’éclatement du conflit du Sahara occidental. L’enlisement de ce conflit enferme le pouvoir dans une impuissance qui provoque finalement son usure accélérée et sa chute.

I. — ÉVOLUTION INSTITUTIONNELLE

A. LES MÉTAMORPHOSES DU RÉGIME COLONIAL

17La Mauritanie a été la dernière colonie militairement conquise par la France. La pacification définitive n’intervint que peu avant la deuxième guerre mondiale. La prise en charge administrative et politique du territoire se fit dans un cadre fédéral. C’est-à-dire que la Mauritanie s’est vue successivement appliquer les régimes communs aux possessions françaises d’Afrique de l’ouest. Ces régimes étaient le produit de conceptions et de rapports de force très éloignés des réalités de la Mauritanie. Ainsi ce n’est pas tant l’évolution interne de la Mauritanie qui a contribué à la transformation de ses structures politiques et administratives, que la succession des formules qui, du statut de colonie à l’indépendance, en passant par les étapes de l’Union française et de l’autonomie interne, a obligé les Mauritaniens, après être resté longtemps isolés des valeurs politiques modernes, à réagir et à se glisser dans les moules proposés par le colonisateur.

18C’est en décembre 1899 que le ministre français des colonies crée la « Mauritanie occidentale » qui se transforme en 1903 en « protectorat des pays maures du bas-Sénégal ». Peu de temps après, en octobre 1904, la Mauritanie devient un « territoire civil » ayant à sa tête un commissaire général du gouvernement, fonction créée sur mesures pour Xavier Coppolani. Le budget du territoire fut alors annexé au budget de l’AOF. En janvier 1920, la Mauritanie devient une « colonie autonome » rattaché à l’AOF. Elle gardera ce statut jusqu’en 1946.

19La Constitution française du 25 octobre 1946 qui fondait les institutions de la IVe République reconnaissait dès son préambule la nécessité de réviser les relations existant entre la métropole et ses colonies en mettant en place un système plus égalitaire, basé notamment sur une reconnaissance progressive des droits politiques des « ressortissants ». Ce système fut celui de l’Union française qui regroupait la République française (France métropololitaine, départements et territoires d’Outre-Mer), les territoires associés (territoires sous mandat) et les Etats associés (protectorats).

20La Mauritanie entre alors dans le cadre des territoires d’Outre-Mer. Elle est rattachée à la Fédération de territoires qui constituent l’Afrique occidentale française avec le Sénégal, le Soudan, le Niger, la Guinée, la Côte d’Ivoire, le Dahomey et la Haute-Volta. Dans le système de 1946 le territoire d’outre-Mer est une collectivité de droit interne, décentralisée, avec un embryon de pouvoirs exécutif et législatif. Il est dirigé par un gouverneur qui concentre entre ses mains tous les pouvoirs civils et militaires. Le gouverneur agit aussi bien en tant que représentant du gouvernement français que du territoire. Il est assisté par une assemblée locale élue, le conseil général, qui changera de nom et deviendra assemblée territoriale en 1952. Les compétences de cette assemblée sont étroitement limitées aux problèmes financiers et aux intérêts locaux, à l’exclusion de toute décision ou prise de position à caractère politique. En outre, le territoire désigne des représentants au « Grand Conseil » de l’AOF qui siégeait à Dakar et aux assemblées parlementaires françaises. Le territoire était divisé en « cercles » administrés par des commandants de cercles assistés de conseils de notables indigènes.

21Le régime évolua vers celui de l’autonomie interne avec la mise en place, en 1957, des institutions prévues par la Loi-Cadre de 1956. La principale innovation résidait en la création d’un conseil de gouvernement élu par l’assemblée territoriale, mais dont les membres qui portaient le titre de ministre n’étaient pas responsables devant cette assemblée. Le gouverneur présidait de droit ce Conseil, assisté d’un vice-président. Le poste de vice-président échut en mai 1957 à un jeune avocat, ancien interprète de l’administration, Moktar Ould Daddah.

22Ce régime de l’autonomie interne fut éphémère. L’évolution prévue par la Loi Deferre fut accélérée par contrecoup de la crise politique qui vit en France la fin de IVe République et l’avènement de la Ve, avec pour corollaire la mise en place d’un nouveau régime, celui de la Communauté. Cette fois les territoires d’Outre-Mer avaient le choix de se prononcer par référendum, soit pour l’indépendance immédiate, soit pour le statut d’Etat autonome membre de la Communauté avec la possibilité de se doter d’une Constitution nationale.

23La vie politique mauritanienne avait à peine eu le temps de s’éveiller aux nouvelles dimensions créées par les réformes de 1956. Les résultats du référendum dans le territoire furent les suivants :

24Inscrits 382 870

25Votants 322 451

26Suffrages exprimés 321 144

27OUI 302 018 (94,2 %)

28NON 19 126

29La naissance de la République Islamique de Mauritanie fut proclamée le 28 novembre 1958 et l’Assemblée, devenue constituante, prépara la première Constitution. Celle-ci fut votée et promulguée le 22 mars 1959 par le Président du conseil de gouvernement, Moktar ould Daddah.

  • 1 Arnaud (j.-C), Les Institutions politiques de la Mauritanie. Ecole nationale d’Administration, Nou (...)

30« Cette Constitution se présente comme la recherche d’un équilibre entre la Constitution française de 1958 et le régime parlementaire plus ou moins voulu par la loi-cadre »1.

31Elle prévoyait un gouvernement, dirigé par un premier ministre, responsable devant une assemblée nationale élue au suffrage universel. Le gouvernement pouvait dissoudre l’assemblée. L’inspiration parlementaire était évidente. Mais, à l’imitation des formules adoptées par la constitution de la Ve République, il s’agissait d’un parlementarisme « rationalisé ». Notamment le domaine de la Loi était strictement défini, comme par l’article 34 de la constitution française. Le premier ministre disposait donc d’un large pouvoir règlementaire. Il existait, en outre, une commission constitutionnelle, organe d’arbitrage entre l’assemblée et le gouvernement. Enfin, la constitution autorisait le pluripartisme à condition que les partis respectent les principes démocratiques et ne portent pas atteinte à la souveraineté nationale ou à l’unité de la République.

32Le démarcage du texte français de 1958 était un moyen terme permettant d’attendre que la vie politique mauritanienne dégage des caractéristiques propres susceptibles d’inspirer des formules constitutionnelles plus spécifiques. Or c’est plutôt l’inverse qui se produisit.

33La formule de la Communauté cherchait à donner naissance à une organisation plus ou moins fédérale, comparable au commonwealth britannique. Mais cette Communauté, qui parut audacieuse au moment de l’élaboration de la constitution de la Ve République, venait en fait trop tard pour certains Etats déjà tournés vers l’émancipation totale. A tous, elle faisait miroiter la possibilité d’une évolution qui rendait son dépassement inéluctable. De plus, les Etats africains ne purent s’entendre sur une politique commune à l’intérieur de la Communauté pour la faire évoluer. Très rapidement les Etats membres choisirent l’Indépendance et la Communauté cessa pratiquement de fonctionner après 1960.

34Comme les autres Etats ayant appartenu à l’AOF et à l’AEF, la Mauritanie demanda son indépendance. Celle-ci fut proclamée le 28 novembre 1960. Les dirigeants mauritaniens saisissaient l’occasion, inimaginable quelques années auparavant, que leur fournissait la grande vague de la décolonisation de donner un destin politique à un pays replié sur lui-même depuis des siècles. Pour la troisième fois en quatre ans les institutions de la Mauritanie se transformaient à la suite de bouleversements extérieurs. « L’administration du vide », « la politique du verre de thé » disparaissaient face aux nouvelles nécessités de la construction nationale ; en premier lieu, la mise en place des institutions de l’Etat.

B. LE CADRE CONSTITUTIONNEL DU RÉGIME 1961-1978

35Une nouvelle constitution fut adoptée le 20 mai 1961. Il n’e s’agissait, en fait, que d’une modification du texte de 1959, mais sur des points fondamentaux : concentration du pouvoir exécutif entre les mains du Président de la République, disparition des références au régime parlementaire, unification des diverses compétences juridictionnelles au profit de la Cour Suprême. Ainsi, malgré la survivance de nombreuses dispositions directement empruntées à la constitution française, le texte de 1961 marque une étape supplémentaire vers la « mauritanisation » des institutions politiques du pays.

36Mais la face constitutionnelle du régime mauritanien prend son apparence la plus spécifique en 1965, grâce à l’amendement de l’article 9 de la constitution qui institutionnalise le parti unique né de la fusion des partis nationaux, le Parti du Peuple Mauritanien, et en fait le seul parti de l’Etat.

1. Les principes fondamentaux

37La constitution de 1961, comme celle de 1959, affirme d’emblée la compatibilité de la religion musulmane avec les principes de la démocratie libérale. Le Préambule — il n’y a pas de Déclarations de Droits — renvoie à la Déclaration des Droits de l’Homme de 1789 et à la Déclaration universelle du 10 décembre 1948. Cette conjonction reflète la coexistence des éléments traditionnels et des courants novateurs dans la vie politique mauritanienne de l’époque. Dès le début la Mauritanie veut justifier son existence en tant qu’Etat en proclamant une identité qui se fonde sur le principal élément unificateur de la société mauritanienne : l’Islam. Mais cette référence religieuse n’est pas que symbolique. L’islam mauritanien s’incarne dans des structures sociales et idéologiques dont le poids considérable pouvait faire obstacle à la tâche de modernisation assignée au nouvel Etat. La référence explicite à un autre corps de principes, les principes libéraux, manifeste la volonté des dirigeants mauritaniens de ne pas laisser la primauté reconnue à la religion musulmane se transformer en carcan de la vie politique et sociale. Cet équilibre est parfois malaisé à maintenir, y compris dans le domaine juridique, puisque l’Islam n’est pas seulement un corps de doctrines métaphysiques mais aussi un ensemble de règles de droit.

38L’article 2 de la constitution proclame que la religion du peuple mauritanien est la religion musulmane. C’est une constatation autant qu’un principe, car ailleurs la liberté de conscience et le droit de pratiquer sa religion ainsi que l’égalité devant la Loi sans distinction de religion sont garanties. Le Président de la République doit cependant être de religion musulmane de même que, sera-t-il précisé plus tard, le Président de la Cour suprême.

39L’article 7 proclame que la souveraineté nationale appartient au peuple qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum. Cette formulation qui associe les deux grandes doctrines de la souveraineté démocratique est un emprunt direct au texte français de 1958, un mélange typiquement occidental de démocratie représentative et semi-directe. Mais la mise en œuvre de tels principes nécessite que soient progressivement surmontées les difficultés que connaissent la plupart des Etats africains nés de la décolonisation. L’intégration politique moderne de la société mauritanienne se heurte, comme ailleurs, aux blocages du sous-développement et à la fragilité de l’unité nationale, mais de surcroît la Mauritanie se caractérise, au moment de son idépendance, par l’importance d’une population nomade peu préparée à appréhender les notions de souveraineté ou de mandat représentatif. On peu donc dire que ces apports du droit moderne à la construction de l’Etat mauritanien indiquent davantage les directions assignées à l’évolution politique du pays, qu’ils ne traduisent les mécanismes réels du pouvoir, ni même les croyances qui le légitiment aux yeux de la majorité du peuple.

40La formulation plus spécifique des principes fondamentaux qui régissent le régime mauritanien se fera ultérieurement, au pas de l’évolution du Parti du Peuple, inspirateur officiel de la vie de l’Etat. Le cadre institutionnel du régime est donc au début principalement défini par le face-à-face Président-Assemblée nationale. A partir de 1965, l’institutionnalisation du PPM essaie de mieux faire coïncider la structure formelle du pouvoir avec les réalités mauritaniennes.

2. Les institutions dominantes

41Dès 1961, la Mauritanie abandonne le modèle du régime parlementaire jugé, non sans que cela soulève des oppositions, peu compatible avec les efforts de construction nationale et d’affermissement de l’autorité de l’Etat. La Constitution décrit un régime présidentiel, mais déséquilibré, qui concentre l’essentiel du pouvoir entre les mains du Chef de l’Etat.

42Le Président de la République est la pièce maitresse du régime. Il est élu pour cinq ans au suffrage universel direct. Depuis l’amendement à l’article 13 de la Constitution adopté par l’assemblée nationale le 7 juillet 1966, sa candidature doit être présentée par le Parti du Peuple de Mauritanie. Cet amendement est la conséquence de la réforme constitutionnelle du 12 février 1965 qui institutionnalisa le Parti du Peuple Mauritanien comme seul parti de l’Etat. La panoplie de ses pouvoirs combine les attributions classiques d’un Chef d’Etat en régime présidentiel et d’un chef de gouvernement en régime parlementaire. Il est gardien de la Constitution et garant de l’indépendance nationale et de l’intégrité du territoire. Il est titulaire du pouvoir exécutif. Les ministres sont ses auxiliaires et responsables uniquement devant lui. Il exerce un pouvoir règlementaire autonome étendu du fait de la détermination limitative par la Constitution du domaine législatif. Afin de mieux pouvoir orienter l’ensemble de la vie constitutionnelle et administrative du pays, il dispose également, concurremment avec l’Assemblée nationale, de l’initiative législative. Il a également la faculté de recourir au référendum pour l’adoption des projets de lois les plus importants ou à la procédure des ordonnances pour intervenir, sous réserve de ratification ultérieure, dans les domaines réservés au législateur. Enfin l’article 25, inspiré de l’article 16 de la Constitution française, organise une véritable dictature constitutionnelle en autorisant le Président à se saisir des pleins pouvoirs si des circonstances exceptionnelles le justifient.

43La seconde pièce maîtresse du régime mauritanien est l’Assemblée Nationale, mais elle est loin d’avoir la même importance que le Président. Elle est élue pour cinq ans au suffrage universel. Pour limiter les risques du multipartisme, le scrutin est un scrutin de liste majoritaire à un tour sans panachage ni vote préférentiel et sans liste incomplète. Ces dispositions ont survécu à l’institutionnalisation du PPM en 1965. Le nombre des députés initialement fixé à quarante a été successivement élargi à cinquante, soixante-dix et enfin soixante-dix-huit pour tenir compte de la réunification avec une partie de l’ex Rio-de-Oro sous domination espagnole.

44Le pouvoir législatif de l’Assemblée n’est ni exclusif, ni illimité. Non seulement elle partage l’initiative des lois avec le chef de l’Etat, mais encore son domaine d’intervention en a matière est limité par la constitution qui énumère les matères réservées à la Loi. Ce domaine législatif est également un domaine surveillé. Tout dépassement de ces compétences et attributions est susceptible d’être sanctionné par la Cour suprême investie d’un pouvoir de contrôle de constitutionnalité. De plus, l’assemblée siège en session ordinaire au maximum quatre mois en deux sessions ce qui restreint encore les possibilités d’exercer ses pouvoirs.

45En matière budgétaire, l’obligation faite aux députés d’examiner et voter le budget dans les délais impératifs permet au Président, à l’expiration de ce délai, de promulguer le budget par ordonnance sur la base des recettes de l’année précédente.

46Le déséquilibre entre les compétences propres à l’exécutif et au législatif n’est pas atténué, au contraire, par l’aménagement des relations entre les deux pouvoirs. On retrouve à ce niveau une combinaison de techniques juridiques inspirées à la fois du parlementarisme « rationalisé » voulu par les constituants français de 1958 et du régime présidentiel classique. Le choix de ces diverses techniques a été inspiré pour renforcer la position de l’exécutif.

47La séparation des pouvoirs entre les deux institutions dominantes n’est véritablement garantie qu’au niveau organique : le Président de la République ne peut dissoudre l’Assemblée ni l’Assemblée censurer le Président ou ses ministres. L’Assemblée peut seulement jouer un rôle de chambre d’accusation dans les cas de haute trahison ou de complot contre la sûreté de l’Etat, et renvoyer éventuellement le chef de l’Etat ou ses ministres devant une Haute Cour.

48L’Assemblée ne trouve pas, non plus, de compensation à l’effacement de ses prérogatives dans ses pouvoirs de contrôle et d’information. Le Président de la République est tenu de présenter une fois l’an un message sur l’état de la Nation faisant le bilan de l’activité des services gouvernementaux. Il peut, s’il le juge bon, adresser des messages supplémentaires à l’Assemblée. Celle-ci ne peut en revanche créer de commission d’enquête pour obtenir des informations supplémentaires à celles que le chef de l’exécutif a bien voulu lui fournir.

49Les débats législatifs sont parfois l’occasion de controverses entre les députés et les ministres mais en général la venue des projets de lois devant l’Assemblée n’est que l’aboutissement symbolique d’un processus de décision dominé par l’exécutif ; discussions et compromis de dernière heure interviennent plutôt au sein du groupe parlementaire. Cette institution partisane ne joue bien évidemment pas le même rôle en Mauritanie que dans les régimes parlementaires pluralistes. C’est le lieu qui rassemble les députés du PPM, donc la totalité des membres de l’assemblée, le gouvernement et les instances dirigeantes du Parti. Ses réunions précédent la discussion publique et le vote des lois les plus importantes ou des séries de textes de moindre portée. C’est, de fait, l’institution où se déroule l’essentiel de la collaboration entre exécutif et législatif. Que cette collaboration soit d’emblée placée sous l’égide du Parti manifeste, parmi d’autres traits du régime, le rôle fondamental d’intégration, d’animation et de contrôle reconnu au PPM.

50Le débat constitutionnel fut clos en 1965 par l’institutionnalisation du PPM. C’est au sein du parti que les questions touchant à l’exercice se sont dès lors posées.

51Dès le lendemain du coup d’Etat du 10 juillet 1978, les nouveaux dirigeants de la Mauritanie ont suspendu l’application de la Constitution et dénoncé le déviationnisme du régime précédent à l’égard des institutions originelles de la république mauritanienne. Ils ont notamment laissé prévoir un retour aux principes de la démocratie pluraliste et une restauration des prérogatives de l’Assemblée Nationale dans un avenir plus ou moins lointain. Quel sera ce calendrier ?

52Ce n’est pas la première fois que de telles intentions sont énoncées au lendemain d’un coup d’Etat sanctionnant les insuffisances d’un régime de parti unique. L’évolution de la Mauritanie vers un tel régime entre 1960 et 1965 était une réponse possible aux problèmes posés par le manque de cohésion socio-politique du pays et l’absence de toute tradition de pouvoir centralisé. Quinze ans plus tard ces problèmes sont-ils suffisamment surmontés pour que la Mauritanie participe à un regain du « constitionnalisme » en Afrique ?

II. — LA CONSTRUCTION NATIONALE PAR LE PARTI

53Le régime politique mauritanien ne commence à prendre sa physionomie particulière qu’avec la création, en décembre 1961, du Parti du Peuple qui regroupe les différents partis existants à la date de l’indépendance, et, surtout, son institutionnalisation comme parti unique de l’Etat en 1965.

54La nature de ce parti, ses accomplissements comme ses limites, ne peuvent s’apprécier qu’à la lumière d’une histoire politique chaotique au temps de la colonisation. Les contradictions politiques mauritaniennes, la difficile et fragile réunification opérée au sein du PPM, reflètent l’état d’une société qui, pendant longtemps, n’avait trouvé son identité que dans ses querelles, qui fut traumatisée par une pénétration étrangère brutale puis largement abandonnée à elle-même par une administration coloniale superficielle.

55L’unité des Mauritaniens, la construction nationale, ont été les priorités absolues de Moktar Ould Daddah depuis le début de sa carrière politique. Les fluctuations de son pouvoir, comme l’ambiguité de son régime, reflètent les tactiques successivement adoptées dans la poursuite de cet objectif : donner une réalité à l’Etat et à la Nation mauritanienne.

56Le PPM est apparu pendant longtemps comme le moyen et le heu de cette construction avant qu’il ne se révèle incapable de supporter le choc d’une crise majeure. La chute du régime, confronté au conflit du Sahara Occidental, intervient quand le sort même de l’Etat et la survie d’une entité politique Mauritanienne se trouvent menacés.

A. EVEIL ET UNIFICATION POLITIQUES

1. Le temps des querelles

57La Mauritanie naît à la vie politique moderne à l’occasion des consultations électorales organisées dans le cadre de l’Union Française. Mais, jusqu’en 1957, le débat politique demeure intermittent, limité à une minorité restreinte et surtout dominé par les considérations électorales au détriment de la discussion des problèmes les plus importants du territoire.

58Le régime colonial ne favorisait guère l’élargissement de la vie politique au-delà de la compétition pour la représentation du territoire dans les différentes assemblées. La personnalité mauritanienne n’était pas non plus suffisamment affirmée pour que les controverses dépassent le cadre des rivalités traditionnelles et expriment des options clairement définies. Les facteurs personnels et les hasards de l’histoire ont joué un rôle décisif dans l’évolution des mouvements politiques qui ne seront pendant longtemps que des machines électorales plus ou moins bien articulées. La population mauritanienne, déjà mal préparée à une participation politique institutionnalisée, ne s’est que très progressivement intéressée à ces joutes. Il faudra attendre, à la fin des années cinquante, que les défis extérieurs deviennent pressants pour qu’une conscience politique collective commence à se manifester.

59La Mauritanie choisit son premier député à l’Assemblée Nationale Française le 10 novembre 1946. Un jeune interprète, Horma Ould Babana, soutenu par les socialistes sénégalais, est élu contre le candidat français qui bénéficiait de l’appui de l’administration. Ce résultat est déterminant pour l’évolution politique ultérieure du territoire. La victoire d’un candidat local aurait pu être l’amorce d’une price de conscience, tout au moins de regroupements politiques. C’était l’espoir des représentants africains de la SFIO. Mais Horma Ould Babana était aussi le candidat de tous les mécontents, de ceux qui ne s’étaient pas résignés à la domination coloniale, aussi bien de ceux qui estimaient que les dividendes de cette domination n’étaient pas équitablement distribués. Il fut ainsi soutenu par des groupes tribaux traditionnellement rivaux de ceux qui s’étaient les premiers associés à la pénétration française et qui depuis en tiraient avantage. La personnalité turbulente du député ne fit qu’aggraver les conséquences de cette ambiguité. Malgré ses positions volontiers nationalistes, il épousa les querelles les plus traditionnelles pour tenter d’imposer son autorité aux chefs qui la contestaient. L’agitation qui s’en suivit plaça le débat politique en Mauritanie dans un contexte de rivalités personnelles et d’électoralisme contradictoire avec les espérances nées de la première consultation électorale. Immédiatement après les élections à l’assemblée nationale se créa un véritable front anti-Horma rassemblant des représentants des courants traditionnalistes et des tribus les plus engagées aux côtés de l’administration française, ou tout simplement hostiles à celles dont le député avait obtenu l’appui. Cette coalition remporta d’abord les élections au Conseil général et prit le titre, en avril 1947, d’Union Progressiste Mauritanienne. Son objectif principal était d’abattre Horma. Celui-ci répliqua en 1950 en regroupant ses partisans au sein de l’Entente mauritanienne, ce qui ne l’empêcha pas de perdre, de justesse, son siège de député aux élections de 1951 au profit du candidat de l’UPM. Les élections à l’assemblée territoriale de 1952 renforcèrent la position de l’UPM qui enleva alors 17 sièges contre 4 à l’Entente.

60L’agitation déclenchée par l’élection de Horma Ould Barbana en 1947 n’avait pas réussi à transcender les vieilles rivalités en véritable débat politique. La revanche des modérés et des traditionalistes fut grandement facilitée par le comportement contradictoire du premier député, fidèle soutien de la politique du Ministère de la France d’Outre-Mer à Paris, mais contestataire en Mauritanie et impuissant à proposer un programme d’évolution pour le territoire tout en interprétant son mandat électoral comme une mission historique. Il découragea ainsi ses alliés au sein du système politique français — il se sépara à l’assemblée nationale de la SFIO pour rallier l’UDSR, mais sans y gagner le soutien électoral qu’il espérait — et ne put rallier durablement les éléments de la jeunesse et de l’intelligentsia mauritanienne rendus méfiants par son sectarisme. Malgré sa popularité au début de son mandat, il se coupa progressivement de ses électeurs. L’Entente demeura un parti faible et isolé, regroupement de mécontents divers et de tribus menacées dans leurs particularismes et leurs privilèges. Le succès de l’UPM, amplifié aux élections à l’Assemblée nationale du 2 janvier 1956, traduit aussi le maintien de la domination des élites traditionnelles, appuyées par l’administration française dans leur volonté de résistance aux transformations éventuelles de la société mauritanienne. L’UPM n’était guère plus qu’une coalition de notables destinée à assurer à une oligarchie le monopole d’accès aux postes politico-administratifs concédés par la puissance coloniale. La Mauritanie connut sous sa houlette ses dernières années de somnolence coloniale.

61Ce furent les défis extérieurs qui forcèrent les Mauritaniens à prendre progressivement en main leur destin politique. Le Maghreb entra en ébullition dans les années cinquante. L’indépendance du Maroc et la guerre d’Algérie imposaient que soit reconsidéré le destin des régions sahariennes. Un mouvement général de remise en cause des relations entre la France et ses territoires africains s’amorçait également au Sud. A cela s’ajouta la révélation des potentialités économiques de la Mauritanie jusqu’alors laissée à l’écart des entreprises françaises de mise en valeur des territoires coloniaux. La Mauritanie se trouva non seulement entraînée dans le mouvement général vers la décolonisation mais encore exposée en première ligne aux ambitions concurrentes de la France et du Maroc.

62Dès 1955, une poignée de jeunes Mauritaniens s’éleva contre la passivité du parti dominant face aux problèmes de l’heure et sa collusion avec l’administration coloniale. De cette protestation naquit l’association de la jeunesse mauritanienne qui regroupait une poignée de jeunes intellectuels Maures. L’audience de l’AJM fut d’abord illimitée. Les Noirs du Sud, notamment, demeurèrent à l’écart en raison de l’orientation franchement pro-arabe de la nouvelle organisation. L’AJM contesta la compétition strictement électoraliste de l’UPM et de l’Entente en soutenant un candidat indépendant des deux formations en 1956. Malgré la faiblesse du score qui fut alors réalisé, son apparition sur la scène politique mauritanienne marque l’émergence d’une conscience politique résolument tournée vers le changement. L’importance historique de l’AJM réside dans le rôle qu’elle joua de creuset des idées qui guidèrent les dernières étapes vers l’indépendance, et de foyer de formation d’une partie de l’élite politique qui prit en charge les débuts de l’Etat mauritanien.

  • 2 B. Fessard de Foucault, « Le Parti du Peuple mauritanien ». Revue française d’Etudes politiques af (...)

63L’UPM et son député, Sidi el Moktar N’Diaye, parvinrent tant bien que mal, en 1956, à réfuter la revendication marocaine sur le territoire et à circonscrire les projets français d’organisation des territoires sahariens. Mais un coup de fouet décisif fut asséné par Horma Ould Babana qui, déçu de ses échecs répétés, prit spectaculairement fait et cause en faveur de la thèse du « Grand Maroc » au mois de juin 1956. Indépendamment de sa volonté, le geste de l’ancien député provoqua les effets que lui-même avait recherchés en vain entre 1946 et 1952 : un regroupement de l’opinion brutalement confrontée à une menace directe sur l’existence d’une entité mauritanienne. L’idée d’un rattachement au Maroc ne fut acceptée que par une minorité de jeunes Maures, farouchement panarabes, donc hostiles à toute éventualité d’intégration à l’Afrique de l’Ouest à dominante noire, et par les tribus de grands nomades du Nord qui redoutaient par dessus-tout la coupure de leurs communications séculaires avec le sud marocain. L’UPM, mais aussi l’Entente, réprouvèrent la position de Horma Ould Babana. Les tribus de l’Adrar qui le soutenaient prirent les armes contre les tentatives de pénétration marocaine. Mais cette convergence n’était pas dénuée d’ambiguité… « (elle) se fonde davantage sur l’appartenance à l’Union française ou sur le maintien d’un mode de vie ancestral que sur une personnalité mauritanienne positive et moderne »2.

64L’AJM, par contre, pressentit l’accélération des échéances et poussa les deux partis principaux à fusionner pour mieux assumer les responsabilités de l’autonomie. Seule l’Entente accepta de prendre en considération les propositions des jeunes. L’UPM, forte de sa position dominante, préféra quant à elle préparer un triomphe électoral à l’occasion de la désignation de l’assemblée territoriale, dans le cadre de l’application de la Loi-Cadre de 1956. Elle réussit à s’assurer ainsi, le 31 mars 1957, le monopole de la représentation à l’assemblée locale, bénéficiant de surcroît d’un fort accroissement de la participation électorale.

65Mais cette prépondérance n’était toujours pas porteuse d’un message cohérent quant à l’avenir de la Mauritanie. L’UPM, en accord avec l’administration française, confia l’embryon de pouvoir politique autonome accordé par la Loi-Cadre à un des rares Mauritaniens ayant atteint un niveau universitaire, Maître Moktar Ould Daddah, ancien interprète qui venait de terminer ses études d’avocat. Jeune et volontiers effacé, il appartient à la même tribu maraboutique du Trarza que la famille des Ould Sidya qui a apporté son soutien constant à la présence française en Mauritanie.

66On n’attend guère de lui de démarche révolutionnaire. Pourtant, dès son accession au pouvoir, il exprime une vision historique du destin de la Mauritanie peu répandue à l’époque et essaie d’entraîner à sa suite l’ensemble des forces unies du territoire.

67Au mois de mai 1957, Moktar Ould Daddah lance à ses compatriotes, à Atar, l’appel qui devient par la suite une sorte de devise nationale : « Faisons ensemble la patrie mauritanienne ». Non seulement ce projet apparaissait hardi, mais encore il commença à être rapidement traduit en actes par le gouvernement et son chef.

68Symboliquement, la capitale fut enfin fixée à l’intérieur même du territoire. Nouakchott, petite escale perdue entre deux immensités, l’océan et le désert, succèdait à Saint-Louis dont l’ambivalence gouvernorale illustrait le septicisme français quant aux possibilités d’évolution autonome de la Mauritanie.

69Le gouvernement accélèra aussi le calendrier prévu pour la mise en exploitation des gisements qui devaient fournir à la Mauritanie son principal atout économique. Mais surtout Moktar Ould Daddah s’efforça de rassembler autour d’un programme « national » l’ensemble des courants politiques qui commençaient à proliférer. L’écrasante victoire électorale de l’UPM n’avait suffi à rallier ni l’Entente, ni l’AJM. De plus, des oppositions de type non électoral, nouvelles pour le pays, apparaissaient. Outre le conflit des générations, ou la contradiction entre modernistes et traditionnalistes, de vieilles tensions et rivalités entre Maures et Noirs commencaient à s’exprimer au plan politique. Ainsi naquirent des unions d’intérêts locaux, ou des tentatives de regroupement des populations du Sud qui mettaient en cause l’intégration sociale et ethnique du territoire.

70Moktar Ould Daddah place d’emblée l’unité politique au premier plan de ses objectifs. Il semble, au début de 1958, qu’il soit en passe de réussir. Des représentants des différentes tendances ont accepté de participer au Conseil de gouvernement et un calendrier pour la fusion des différents mouvements est élaboré. Mais les vieux démons ne sont pas exorcisés. La jeunesse se divise entre partisans et adversaires du nouveau gouvernement et surtout, face aux aternoiements de la politique saharienne française, des dirigeants de l’Entente et un important chef traditionnel, l’émir du Trarza, décident de rejoindre le Maroc. Malgré son appellation le Parti du Regroupement Mauritanien qui nait au mois de mai 1958 apparaît surtout comme version revue et corrigée de l’UPM.

71Dans ces conditions la politique qui va mener à l’indépendance est celle du gouvernement et de son chef plus que celle d’un parti ou d’une coalition. Les dirigeants mauritaniens ont non seulement à lutter contre les ambitions marocaines, mais aussi à résister aux pressions françaises favorables à une intégration des régions sahariennes et aux tentatives de séduction des partis politiques ouest africains qui souhaiteraient voir la Mauritanie s’engager aux côtés, soit des fédéralistes du PRA, soit des nationalistes du RDA. Dès ce moment est clairement formulée la vocation originale de la Mauritanie de servir de « trait d’union entre l’Afrique méditerranéenne et l’Afrique noire ». Moktar Ould Daddah a délibéremment choisi de jouer de cette particularité pour assurer à la fois la légitimité internationale de la Mauritanie et son unité politique interne. Il lui a fallu imposer sa vision à la fois à ses interlocuteurs de l’extérieur et à ses partenaires politiques mauritaniens.

72La tentative de réunification de 1958 ayant échoué, les Mauritaniens continuent à se diviser d’autant que le parti dominant, le PRM, refuse de transiger avec les différents courants d’opposition. Les éléments les plus radicaux de la jeunesse forment la Nahda qui acquiert une certaine audience mais ne peut clairement démarquer sa vocation nationaliste, donc anti-française, d’une orientation pro-marocaine, d’autant plus que Rabat joue habilement de la confusion entre les deux courants. L’opposition PRM-Nahda se cristallise rapidement, en dépit des efforts de Moktar Ould Daddah qui ne contrôle pas véritablement son parti. Le PRM, dans la lignée de l’UPM, s’assure le monopole de la représentation politique aux élections de 1959. L’opposition est donc exclue des négociations sur l’indépendance et de l’élaboration des institutions de 1961. Mais la situation se complique par la politisation des rivalités ethniques et régionales. L’Union Nationale Mauritanienne qui apparaît en juillet 1959, s’intitule ouvertement section mauritanienne du « parti fédéraliste africain » animé par les dirigeants de la Fédération du Mali qui regroupait à l’époque le Sénégal et l’ex-Soudan français. Elle prend en charge la volonté des originaires de la vallée du Fleuve, et aussi de quelques groupes maures traditionnellement liés aux milieux Saint-Louisiens, de ne pas se laisser couper des ensembles politiques qui se mettent en place en Afrique occidentale noire. Enfin, en 1960, est créée dans le nord l’Union Socialiste des Musulmans Mauritaniens qui hésitera entre la vocation saharienne et l’intégration mauritanienne, puis entre le gouvernement et la Nahda, mais exprimait aussi les particularismes de l’Adrar.

73Ces divisions n’aident guère, à l’époque, le gouvernement mauritanien à présenter une image politique du pays qui puisse conforter l’accession à une indépendance très discutée.

2. L’avènement du Parti du Peuple

74Le contexte dans lequel la Mauritanie accède à l’indépendance en 1960 redonne une occasion pour tenter l’unification politique du pays.

75L’avènement de la Ve République donne son impulsion décisive à la politique française de décolonisation. La Communauté n’est qu’une brève étape de transition. Le Maroc se lance alors dans une offensive diplomatique visant à l’isolement de la Mauritanie, offensive qui reçoit l’appui de l’Union Soviétique. La Mauritanie se trouve alors placée au centre d’un marchandage international qui dépasse son seul devenir. Les menaces qui pèsent sur elle ne sont pas seulement diplomatiques. Le terrorisme et les incursions armées dans le nord visent directement sa sécurité interne. Il importe de resserrer les rangs de tous ceux qui croient à un destin possible pour une Mauritanie indépendante. Le rapprochement entre le PRM et l’UNM est facilité par l’éclatement, au Sud, de la fédération du

76Mali, ce qui diminue fortement l’attraction exercée sur les populations noires. L’USMN propose une « table ronde » des différents partis. Le ralliement de la Nadha sera retardé par des incidents qui révèlent son ambiguité. Après l’interdiction de ce mouvement et l’assignation à résidence de ses dirigeants dans une localité isolée en plein désert, ceux-ci finissent par s’associer à la proclamation de l’indépendance et sont libérés en février 1961. C’est en définitive le PRM qui freine la politique d’unité en 1961. Moktar Ould Daddah devra autant s’appuyer sur l’opposition que sur son propre parti pour réaliser ses objectifs. En effet, les cadres politiques en place depuis 1952 se résignent difficilement à la concentration du pouvoir entre les mains d’un seul homme et au partage de leurs privilèges avec leurs adversaires d’hier. La campagne présidentielle de l’été 1961 fournit cependant l’occasion de concrétiser le minimum d’accord existant entre les partis. Moktar Ould Daddah est le candidat de l’Union nationale et remporte un triomphe personnel. Il forme alors une équipe gouvernementale ouverte aux différentes tendances, l’appareil d’Etat montrant ainsi la voie de l’unité aux formations politiques.

77Le PRM est convié à sa propre dissolution en décembre 1961. Malgré le travail accompli, son échec en tant que mouvement de mobilisation et d’encadrement est publiquement reconnu. Le Congrès de l’Unité donne naissance au Parti du Peuple qui se veut, à l’origine, un « parti de masses ». Le PPM a vocation de réaliser une Mauritanie nouvelle en s’appuyant sur le peuple et en définissant les étapes de la construction nationale. Moktar Ould Daddah, qui a été le principal inspirateur de cette politique nationale et de l’unification, devient naturellement le secrétaire général du nouveau parti.

78La naissance du PPM à la fin de 1961 et la proclamation de sa mission historique sont une étape dans la mise en place progressive d’un régime qui ne prendra une physionomie relativement achevée qu’en 1965.

79En effet, des contradictions multiples restent en suspens au-dessus de cette fragile réunification. L’autorité personnelle du jeune Président de la République-secrétaire général du Parti est loin d’être établie. L’influence politique reste aux mains de la même coalition d’intérêts et de personnes qui s’est imposée avec l’UPM, dix ans auparavant. L’organisation des pouvoirs publics donne la prééminence à l’exécutif, mais offre aussi des larges possibilités de résistance aux tenants du parlementarisme, d’autant plus que le régime des partis politiques reste soumis au principe de liberté. Aussi rien ne protège le parti unique de fait contre l’apparition de nouvelles oppositions ou les dérobades de telle ou telle force ralliée sans enthousiasme.

80Autant d’hypothèques que Moktar Ould Daddah et une poignée de fidèles durent lever. A plusieurs reprises le pouvoir parut vaciller, mais c’est à cette époque que le Chef de l’Etat s’imposa comme le maître du jeu politique mauritanien en sachant se ménager les appuis les plus contradictoires comme en alternant les effacements tactiques et les reprises en main autoritaires de l’appareil politique.

81Une première série de conflits se cristallisa autour des relations entre la Présidence et l’Assemblée. Une majorité de députés acceptaient mal l’instauration du régime présidentiel par la révision constitutionnelle de 1961. Le vote des pleins pouvoirs pour faire face au terrorisme pro-marocain fut acquis de justesse. Le Président de l’Assemblée, Sidi el Moktar N’Diaye, annonça son intention de démissionner du parti et de fonder un autre mouvement. L’appareil du PPM répliqua en instituant un groupe parlementaire à l’Assemblée afin d’établir un minimum de discipline parmi les députés. Ce groupe parlementaire, d’abord mal accepté, devint un moyen de résistance des tenants du parlementarisme qui purent imposer à la Présidence de l’Assemblée Souleymane Ould Cheik Sidya, fils du grand marabout de Boutlimit et rival potentiel de Moktar Ould Daddah. Le conflit se déplaça alors du terrain des institutions à celui du Parti.

82Le Bureau politique national élu au congrès de Nouakchott en 1963 se composait d’une majorité de parlementaires qui purent ainsi entraver la réalisation du principe de prédominance du parti sur l’Etat. Moktar Ould Daddah, plusieurs fois mis en minorité, sembla s’effacer, mais c’était pour mettre le BPN devant l’évidence de son incapacité à agir en dehors de la collaboration avec le secrétaire général. L’opposition d’une partie des députés subsistait cependant à l’égard de la politique d’austérité adoptée par le parti et qui se traduisait, notamment, par la perte d’un certain nombre de leurs privilèges. Le face à face entre l’exécutif et le législatif ne pouvait s’éterniser. Le chef de l’Etat se résolut à donner au parti les moyens d’exercer sa prédominance et de devenir ainsi le principal instrument de la politique nationale. L’exemple du Parti Démocratique de Guinée, qu’il découvrit alors à l’occasion d’un voyage officiel à Conakry, le conforta dans ses résolutions. Dans un climat tendu, une conférence des cadres du Parti réunie à Kaedi en janvier 1964 fut transformée en Congrès extraordinaire. Moktar Ould Daddah passa à l’offensive et, après avoir dénoncé les maux dont souffrait le parti, fit adopter une série de mesures qui constituent une étape décisive dans l’évolution du PPM : élection de l’assemblée sur une liste nationale contrôlée par le BPN, signature d’une lettre de démission en blanc par chaque député, suppression des traitements annuels des députés et de l’autonomie financière de l’Assemblée ; l’Assemblée nationalee était prorogée d’un an pour permettre l’application de ces différentes mesures.

83La clarification de la position du parti permit également de crever l’abcès des rivalités personnelles. Sidi el Moktar N’Diaye et Souleymane Ould Cheikh Sidya refusèrent de se plier aux décisions de Kaedi. Exclus du PPM, ils tentèrent par deux fois de créer un mouvement concurrent chaque fois interdit. Le parlementarisme et l’électoralisme avaient vécu, au plan des institutions du moins. La voie était ouverte à l’officialisation du parti unique qui donnerait à la Mauritanie un régime enfin défini.

84La réforme constitutionnelle proposée par le chef de l’Etat fut votée le 12 janvier 1965. L’article 9 de la Constitution disposait désormais que « la volonté populaire s’exprime par l’intermédiaire du Parti de l’Etat, organisé démocratiquement. Le Parti du Peuple Mauritanien, né de la fusion des partis nationaux existant au 25 décembre 1961, est reconnu comme l’unique parti de l’Etat ». Les conséquences de cette révision furent la reconnaissance et la protection constitutionnelle du monopole de candidature du PPM aux élections présidentielles et législatives.

85Les effets politiques de cette réforme apparurent spectaculairement à l’occasion des élections législatives et des remaniements ministériels de 1965 : un renouvellement quasi complet de la classe politique mauritanienne sous la houlette du Président de la République et des quelques fidèles qui l’avaient soutenu dans sa marche forcée institutionnelle.

B. LE MONOPOLE DU PPM

86Le PPM fondé en 1961 ne prit ainsi sa physionomie propre qu’à partir de 1965. Les rivalités et querelles qui avaient survécu à l’unification partisane et agité les premières années du PPM ne pouvaient-être dépassées aux yeux du secrétaire général et de ses amis qu’en tirant les conséquences effectives des principes affirmés aux congrès de Nouakchott et de Kaédi :

  • Transformation du PPM en véritable parti de masses par l’intégration de toutes les « forces vives » de la Nation.
  • Organisation et protection de la primauté du Parti dans l’Etat.

87Le PPM devint ainsi l’inspirateur officiel de toute la politique nationale mais aussi un objet et un champ de batailles politiques.

1. Un parti intégrateur

88L’option en faveur d’un parti de masses fut définitivement adoptée à partir de 1966. Elle était une conséquence logique du monopole officiel du PPM sur la vie politique Mauritanienne. La mission historique de construction nationale assignée au parti et sa main-mise sur toutes les organisations et institutions de l’Etat rendaient nécessaire son ouverture à tout citoyen Mauritanien désireux de s’engager au service de la collectivité. Mais l’éveil politique du peuple Mauritanien se manifestait aussi à travers la participation à des mouvements sociaux particuliers (organisations syndicales, de femmes, de jeunes, etc.) dont certains étaient nés et s’étaient développés avant la naissance du PPM. Le principe d’unité dans la direction politique de l’Etat imposait ainsi au parti d’organiser ses relations avec ces différents mouvements afin d’éviter leur double concurrence, au niveau de l’adhésion et de la mobilisation sociale des citoyens, et au niveau de la pression sur les activités de l’Etat, donc de leur orientation. Ces « forces » sont régulièrement énumérées depuis le Congrès de l’Unité de décembre 1961 comme étant : les jeunes, les femmes et les travailleurs syndiqués, auxquels on ajoute l’armée, organisation étatique suffisamment spécifique et potentiellement détentrice de ressources politiques propres pour faire l’objet d’une approche particulière par le parti.

  • L’intégration des forces nationales au sein du parti se traduit d’abord par l’établissement de liens structurels entre les mouvements qui les incarnent et les organismes du Parti. Les représentants de chacune de ces forces participent aux instances nationales du PPM depuis le congrès de Kaédi. Ils commencèrent à siéger au Conseil National puis au congres, instance suprême du Parti, passant du statut de « mouvements parallèles » à celui de « mouvements nationaux ». A partir de 1968, femmes et jeunes ont leurs représentants dans les instances locales, sections et fédérations, organisées parallèlement à la structure de l’administration territoriale. Le Congrès extraordinaire de 1971 décide enfin la participation directe et de droit des plus hauts responsables de chacun des mouvements, femmes, jeunes, syndicats au Bureau politique National, véritable détenteur de la souveraineté. Cette participation, suspendue par le IVe Congrès de 1975, fut restaurée par le congrès extraordinaire de janvier 1978. L’association progressivement plus étroite des mouvements parallèles est devenue une intégration pure et simple à partir du moment ou le Parti s’est attribué un droit de contrôle sur le fonctionnement de ces mouvements et a façonné leur organisation interne.

89Cette intégration, pour être efficace, imposait ensuite aux dirigeants du PPM de prendre en compte les revendications essentielles de ces mouvements. Le Parti devait bénéficier ainsi d’un surcroît de légitimation, mais aussi devenir le lieu de la synthèse entre les différentes tendances, voire le lieu de l’affrontement et du dépassement des contradictions politiques majeures. Plusieurs fois le PPM a servi d’instrument de relance de l’activité gouvernementale dans la mesure où il a pu récupérer à son profit des revendications sectorielles.

90En fait, le processus d’intégration a soulevé un certain nombre de difficultés selon la nature des forces concernées. S’il s’est réalisé plutôt harmonieusement pour les femmes et l’armée, les relations du Parti avec les syndicats et avec les jeunes ont fait peser des menaces sur l’équilibre du système triangulaire Parti-Masses-Etat.

91L’armée et les organisations féminines sont nées avec l’indépendance et, sans traditions politiques propres, virent naturellement dans le PPM leur principale référence politique.

92L’intégration des mouvements de femmes ne posa guère de problèmes. Les premières unions féminines qui se fédéraient dès 1962 avaient d’emblée placé leur action sous le signe de la protection et de la promotion de la femme dans la société Mauritanienne. Les revendications et les actions de ces mouvements s’inscrivaient donc très tôt dans la ligne de mobilisation souhaitée par les dirigeants du PPM. Le mouvement National des femmes s’intégra aux structures du Parti dès le congrès de Kaédi en 1964. Il appuie depuis lors fidèlement les options modernisatrices du Secrétaire général et mène une action d’éducation non négligeable auprès des populations féminines.

93La position exacte de l’armée par rapport au parti fût davantage controversée au sein des instances dirigeantes, mais en l’absence de toute demande spécifique émanant des cadres militaires très peu nombreux au moment de l’indépendance. La discussion portait, semble-t-il, à la fois sur l’importance du développement des forces de sécurité et sur le bien fondé de leur politisation éventuelle. La Mauritanie avait à faire face à d’énormes problèmes d’équipements et de formation de cadres. Le développement d’une armée conséquente aurait mobilisé des moyens financiers qu’il apparaissait à certains plus urgent de consacrer à d’autres réalisations. L’Etat Mauritanien avait, de surcroît, intérêt à maintenir une image de marque pacifique à une époque ou la discrétion et la modestie étaient ses principales réponses aux revendications de ceux qui se résignaient mal à son existence ; étant entendu par ailleurs que sa sécurité extérieure était garantie par la France qui entretint des troupes sur son territoire bien après l’indépendance et continua à fournir l’essentiel de l’encadrement militaire jusqu’à la dénonciation des accords de coopération en 1972. Enfin la mise mise sur pied d’une structure militaire minimum était une façon de prémunir un régime fragile dans un contexte politique incertain. Les premières élites politiques Mauritaniennes étaient surtout d’origine « maraboutique » et pouvaient se méfier d’une modernisation militaire accélérée susceptible de profiter à des rivaux de tradition guerrière. Dans ces conditions une politisation directe de l’armée n’était pas non plus souhaitable, en dépit de l’orientation adoptée par le Congrès de l’Unité en 1961 et favorable à une « armée populaire ». Au cours d’une période ou l’unité politique du pays demeurait sujette à caution, la sagesse consistait pour les dirigeants de l’Etat à tenir soigneusement l’armée à l’écart des conflits qui se perpétuaient jusqu’au sein des organismes du parti. Cet apolitisme de raison trouva sa récompense quand l’armée dut intervenir pour rétablir l’ordre en 1966 et 1968. Elle obéit sans hésitation aux ordres d’un pouvoir exécutif exposé à une forte contestation. Le murissement du régime permit de revenir aux principes de 1961, à l’occasion du IIIe congrès du PPM de 1968. Le rapport moral de Moktar Ould Daddah placé sous le signe de la « Répersonnalisation de l’homme Mauritanien » revenait à la notion d’armée populaire au service du Parti et du peuple. Cette orientation impliquait l’intégration de l’armée au PPM et la transformation des soldats en militants. Elle définissait également de nouvelles missions pour l’armée : éducation civique et participation directe à l’effort de développement. Depuis 1969, les officiers supérieurs ont participé aux instances délibérantes du Parti et des comités spéciaux furent créés dans les unités militaires pour encadrer les adhérents. Mais il s’agissait davantage d’une entrée du parti dans l’armée que de l’inverse. Jusqu’en 1976, les militaires ne sont guère sortis de l’apolitisme inculqué au cours des années 1960. Leur association aux instances politiques a sans doute facilité l’effort rapide de développement et de modernisation auquel l’armée mauritanienne a dû faire face à partir de 1975. Mais le gonflement de ses effectifs, les responsabilités et les difficultés qui sont les siennes depuis le début du conflit au Sahara occidental, ont donné à cette armée des moyens de pression et des objectifs qu’elle n’avait jamais eu jusqu’alors. L’enlisement du conflit et l’impuissance croissante du pouvoir civil offraient la tentation à ses officiers, en dépit de leurs divisions, d’agir pour leur propre compte.

94La position des jeunes et des travailleurs syndiqués à l’égard du PPM a été au centre de controverses incéssantes. Les organisations qui représentaient ces couches particulières étaient antérieures au Parti du Peuple. Elles avaient leurs intérêts, leurs objectifs et leur personnalité.

95Leur intégration au Parti de l’Etat supposait davantage de compromis qu’en ce qui concerne les catégories précédentes.

96On sait le rôle politique essentiel qu’a joué l’Association de la jeunesse Mauritanienne à la période charnière de l’autonomie interne. Malgré la tentative de création de mouvements rivaux, l’AJM demeura jusqu’en 1964 l’organisme le plus représentatif de la jeunesse mauritanienne. Ayant depuis sa création préconisé le regroupement des forces politiques, elle fut plutôt favorable à l’action personnelle de Moktar Ould Daddah qui recherchait lui-même l’appui des jeunes. L’AJM se félicita de la création du PPM en 1961 mais demeura sur l’expectative, instruite par les échecs des précédentes tentatives d’unification et tenant à sauvegarder son autonomie, elle invoquait encore son « apolitisme » de principe. La rénovation partisane et institutionnelle de 1964-1965 ne pouvait laisser subsister hors du PPM une organisation dont les buts recoupaient largement ceux du parti. L’AJM tint son dernier congrès quelques mois après le congrès du PPM de Kaédi. Le PPM mit en place en 1965 un mouvement national des jeunes. Mais la plupart des anciens cadres de l’AJM ayant progressivement accédé à des postes de responsabilités, les nouvelles générations qui s’éveillent à la conscience politique après 1964 tolèrent mal les tentatives d’embrigadement du parti. Les jeunes, et surtout les élèves et étudiants, se sont trouvés à la pointe de la contestation qui fermente dès 1966. Une partie anima les mouvements d’opposition clandestins et provoqua une série de grèves et de manifestations, mais ceux qui choisirent de rester au sein du parti officiel ne sacrifièrent pas pour autant leur esprit critique, tant à l’égard des forces sociales conservatrices qui freinaient l’évolution du pays tout en participant à la stabilité du régime, qu’à l’égard des contraintes hiérarchiques qui appauvrissaient les capacités mobilisatrices du PPM. Les règlements qui organisaient la participation des jeunes à la vie du Parti tenaient partiellement compte de leur revendication constante à une marge réelle d’autonomie. La fonction stimulatrice des jeunes fut d’ailleurs reconnue par les instances dirigeantes qui récupèrèrent largement leurs revendications nationalistes pour élaborer une réforme de l’enseignement qui visait à être la pierre de touche de la politique de « repersonnalisation de l’Homme Mauritanien ». De plus, le Président de la République n’hésita pas, à plusieurs reprises, à appeler à des fonctions gouvernementales ou très proches du pouvoir, des jeunes qui n’étaient pas forcément sélectionnés parmi les inconditionnels. La satisfaction de revendications spécifiques sur l’enseignement et le renouvellement des cadres politiques et administratifs — dans des limites sociales que nous évoquerons plus loin — permit d’éviter que l’ensemble de la jeunesse intellectuelle ne bascule dans l’opposition systématique. Ceci étant, le pouvoir se montra d’autant plus intransigeant quand, dans la période 1968-1972, les jeunes contestataires tentèrent de se dégager de leur spécificité et d’établir avec d’autres catégories de mécontents un front d’opposition qui aurait pu saper les fondations du régime. Mais la période de répression ayant été immédiatement suivie d’une période de réformes spectaculaires (révison des accords de coopération avec la France, création d’une monnaie nationale, nationalisation de la MIFERMA) dont certaines reprenaient directement des revendications de l’opposition, c’est la grande majorité de la jeunesse politisée qui réintégra spectaculairement le PPM à l’occasion du IVe congrès d’août 1975. C’est d’ailleurs sur ce courant novateur que Moktar Ould Daddah s’appuya alors pour faire admettre aux courants les plus traditionnalistes les orientations progressistes qu’il préconisait. Le congrès des jeunes qui se tint un an plus tard, résume la place reconnue aux jeunes dans le système : tolérance de la contestation tant qu’elle s’exprime au sein des structures officielles et sans remettre en cause les options fondamentales exprimées par le Chef de l’Etat ; satisfaction, ou récupération, des revendications quand elles s’inscrivent dans la ligne mobilisation du PPM ; reconnaissance, pour que la double fonction contestatrice et motrice puisse s’accomplir, de l’autonomie interne du mouvement des jeunes. A l’issue de ce congrès c’est d’ailleurs une majorité d’anciens opposants qui fut élue aux postes de responsabilité. Mais dans le contexte difficile que traverse la Mauritanie entraînée dans le conflit du Sahara occidental, cette relative autonomie des jeunes, était pour le régime une arme à double tranchant : s’ils se révélaient les moins convaincus de la justesse de la position gouvernementale sur la « réunification » ils pouvaient d’autant plus efficacement l’affaiblir qu’ils avaient un droit de critique quasi reconnu. Alors, après les retrouvailles du Parti-Etat avec sa jeunesse, leurs rapports furent rapidement marqués par la morosité.

97L’unification des différents syndicats Mauritaniens existants au moment de l’indépendance au sein d’une centrale unique, intervint en même temps que l’unification politique. L’Union des Travailleurs Mauritaniens naquit en 1961, peu avant le PPM, à la suite d’une table ronde des syndicats convoquée à l’instigation du gouvernement. Malgré les inspirations convergentes de ces regroupements, les syndicats qui formèrent alors l’UTM avaient derrière eux, sinon une tradition, du moins l’habitude d’une autonomie suffisante à l’égard des mouvements politiques destinée à sauvegarder leur liberté de revendication et de pression sur les autorités. Si le principe d’une indispensable collaboration entre le parti unique et le mouvement syndical fut admis d’emblée de part et d’autre, le premier congrès de l’UTM affirma aussi le principe de non ingérence des gouvernements et des partis politiques dans les affaires syndicales. De même qu’à l’égard des autres mouvements « parallèles » le congrès de Kaédi et l’institutionnalisation du PPM en 1965 impliquaient que soient clarifiés les rapports du parti et de la Centrale syndicale. Les dirigeants politiques n’agirent pourtant qu’avec une grande circonspection afin de ne pas heurter de front les réticences syndicales et éviter de provoquer des controverses dangereuses au moment ou la stabilisation politique du pays était ressentie comme une impérieuse nécessité. L’entrée de syndicalistes au Bureau Politique National en 1964 ne signifiait pas l’intégration de l’UTM au Parti. Le syndicat apparaissait encore comme un partenaire hé au parti par un engagement de soutien réciproque. Les clivages internes de l’UTM ne permettaient pas d’aller au-delà. Cette prudence n’évita cependant pas la crise qui couvait depuis la proclamation de la suprématie politique du PPM. En dépit d’un protocole élaboré en 1966, qui s’efforçait de clarifier les rapports Parti-Syndicats sur la base de la double reconnaissance de la suprématie du PPM et de la représentativité de l’UTM, et d’une collaboration systématique, la situation exacte du syndicalisme dans le système politique demeurait trop ambiguë pour ne pas être brutalement remise en cause aux premières difficultés. Alors que les fonctionnaires et les enseignants avaient fourni les premiers contingents de salariés syndiqués, le développement du secteur minier et l’apparition de quelques petites industries à Nouadhibou avaient provoqué depuis l’indépendance l’extension du salariat privé. C’est dans ce secteur que l’UTM connut de sérieuses difficultés à faire la preuve de sa représentativité, tant à l’occasion d’élections professionnelles que des conflits sociaux qui se produisirent en 1968. La gravité des évènements de Zouérate, ou l’armée dut intervenir et réprimer brutalement l’agitation sociale qui menaçait de dégénérer en contestation globale du régime, prouvait que les syndicats en place ne jouaient pas leur rôle d’encadrement et de transmission. Au sein même de l’UTM des rivalités personnelles dramatisaient les divergences politiques, en particulier sur la nature des liens de la centrale avec le pouvoir, et conduisirent en 1967 à un éclatement à la suite d’un congrès agité. L’existence de deux courants syndicaux concurrents, l’un fidèle au régime et l’autre d’opposition, était contraire au principe du monisme politique officialisé depuis 1964. Le gouvernement fut amené à trancher, son premier réflexe étant de tenter d’étouffer la contestation et de favoriser ses partisans. Mais une attitude trop autoritaire risquait de faciliter la constitution d’un front d’opposition alors que les « dissidents » manifestaient leur audience par une série de grèves, notamment dans l’enseignement. Le principe de l’intégration des syndicats au PPM fut cependant affirmée par le Conseil National du parti en 1970. Cette intégration impliquait auparavant une réconciliation au sein du mouvement syndical et un resserrement des liens avec le pouvoir qui n’apparut point comme une capitulation des contestataires. Ceci fut facilité par une vaste et progressive opération de réimplantation de tous les syndicats et de ré-élections généralisées à tous les postes de responsabilité. Le processus aboutit à la reconnaissance de la primauté du parti par l’UTM en 1973. Les responsables syndicaux furent associés, comme ceux des autre mouvement, aux intances délibérantes du parti, participant à l’élaboration des politiques qui avaient des incidences sur la vie des travailleurs. Cette collaboration fonctionnelle impliquait en contrepartie que le parti accepte de tenir compte des avis émanant des syndicats et fasse droit aux doléances qui lui étaient transmises.

2. Un parti souverain

98Le PPM, parti d’intégration et de mobilisation, était également conçu pour assurer l’unité de direction politique de l’Etat. Son organisation était conforme aux principes du centralisme démocratique : élection des responsables et autorité de la hiérarchie. L’efficacité de la structure partisane consistait surtout à faire descendre les consignes d’une oligarchie et à contrôler leur application.

99La structure pyramidale du PPM épousait le découpage administratif du pays. Les comités de base, comités de ville ou comités de coordination en zones rurales, là où existent des lieux de fixation en pays nomade, encadraient les adhérents. Les comités étaient regroupés en sections au niveau départemental, lesquelles formaient enfin les fédérations dans le cadre des régions administratives qui constituent le principal échelon de déconcentration administrative de l’Etat.

100Chacune de ces instances s’incarnait dans un organe délibératif, assemblées générales et Congrès de Fédération, qui désignaient bureaux et comités restreints auxquels incombaient l’essentiel des tâches. Mais à tous les niveaux les responsables correspondants des mouvements de femmes et de jeunes étaient membres de droit des bureaux, de même que les préfets et les gouverneurs participent aux instances départementales et régionales. L’articulation entre les structures partisane et administrative était particulièrement poussée au niveau régional et le congrès extraordinaire de janvier 1978 plaça les responsabilités du parti et de l’administration entre les mains de responsables régionaux uniques.

101Les organes nationaux étaient triples : Congrès, Conseil National, Bureau Politique National.

102Le Congrès était statutairement la plus haute instance du parti. Composé des membres du Conseil National, des députés et des représentants des fédérations et des sections, c’est à lui qu’il revenait de définir les options fondamentales de la Nation, d’adopter et de modifier les statuts du Parti, d’élire le Secrétaire général et les membres du Bureau politique National dont il devait contrôler l’activité et d’investir le candidat à la Présidence de la République. La périodicité de ce Congrès était irrégulière car si l’intervalle normal de quatre ans n’a pas été chaque fois respecté, la direction du Parti disposait aussi du pouvoir de convoquer à son gré des congrès extraordinaires, ce qu’elle fit en 1964, 1971 et 1978. Dans l’intervalle entre deux congrès, les attributions d’élaboration et de contrôle politique pouvaient être assumées par le Conseil National. Ce Conseil National fut une institution ambiguë, essentiellement de par son caractère plus qu’épisodique, car il n’a été réuni que deux fois, en 1970 et 1976. Mais cett structure joua un rôle pratique indirect de par sa composition. C’est au sein du Conseil National qu’était accomplie l’imbrication des éléments représentants le Parti proprement dit, l’appareil d’Etat, l’Administration, les mouvements intégrés, les Syndicats, l’armée, etc. selon une énumération très empirique mais néanmoins soigneusement dosée. Or les membres du Conseil National étaient membres de droit du Congrès. Paradoxalement, le Conseil National n’existait qu’au sein même de l’instance qui était supposée le transcender, le Congrès, mais il en déterminait la physionomie.

103En fait et en droit le pouvoir sur le Parti était détenu par l’organisme restreint désigné par le Congrès : le Bureau Politique National. Le BPN était l’organe permanent du Parti. Sa composition a évolué. Autour d’un même noyau composé par le Chef de l’Etat, le Président de l’Assemblée Nationale et les Ministres sont venus s’agréger les représentants des mouvements intégrés au Parti. La tendance à son élargissement progressif conduisit à déléguer une partie de ses attributions à un comité permanent restreint d’une dizaine de membres qui devint de fait l’instance collégiale suprême. Le IVe Congrès de 1975, tenta d’institutionnaliser cette pratique et d’accentuer du même coup l’articulation de l’appareil du Parti à l’appareil d’Etat en adoptant le principe d’un BPN restreint dont chaque membre, excepté bien sûr le chef de l’Etat, serait à la tête d’un super-ministère (Ministère d’Etat) correspondant à un des grands secteurs de l’activité Nationale. Cette tentative fut très rapidement hypothéquée par les retombées du conflit du Sahara sur le fonctionnement des institutions. Des exigences d’économie et de simplification firent abandonner cette formule ; puis la nécessité d’associer plus étroitement aux décisions les représentants de tous les mouvements et principaux secteurs d’activité pour consolider la légitimité du régime et de sa politique de réunification amena le Congrès extraordinaire de 1978 à revenir à un BPN élargi.

104Le BPN fut d’abord chargé de traduire les options du Congrès en programmes opérationnels et de veiller à leur application par les instances appropriées. Il disposait aussi d’un large contrôle sur le recrutement interne des responsables politiques puisque, non seulement il investissait les candidats aux élections législatives, mais encore il approuvait l’élection des responsables régionaux et locaux du Parti. Ce privilège fut d’ailleurs l’occasion de tiraillements épisodiques entre la base et la hiérarchie du Parti. Introduite pour mettre un frein à l’électoralisme qui perpétuait au sein du régime les tendances clientélistes ou féodales, cette capacité du BPN était aussi un frein à la démocratisation interne du Parti et à l’expression des tendances. En fait, elle fut appliquée de façon plus ou moins rigoureuse selon la conjoncture. Malgré la domination Présidentielle, le BPN incarnait une collégialité indispensable au centre d’un système de pouvoir qui ne pouvait maintenir sa légitimité que par des compromis successifs sur la politique de l’Etat et sur la répartition de l’influence dans l’Etat. C’était le lieu du pouvoir souverain, sommet unique d’une double hiérarchie partisane et étatique.

  • 3 Cf. J.-C. Arnaud, op. cit., pp. 123-129.

105Le principe de la suprématie du Parti dans l’Etat (et non « sur » l’Etat ce qui aboutirait à une dangereuse confusion des tâches) était une nécessité logique qui résultait des trois caractéristiques fondamentales du PPM : parti unique, parti institutionnel, parti intégrateur3. Il a été périodiquement rappelé par les Congrès successifs du Parti mais, jusqu’en 1966, les incertitudes sur la nature exacte du Parti et la liquidation des séquelles politiques de la période antérieure empêchèrent qu’en fussent systématisées toutes les implications. Dès 1964, cependant, il fut admis que c’était au BPN, sur les propositions du secrétaire général, c’est-à-dire aux instances partisanes qu’il incombait de fixer les modalités de l’articulation Parti-Etat. A l’époque, l’identité des vues entre le BPN et le gouvernement ou l’Assemblée Nationale n’allait pas forcément de soi sur tous les problèmes dans la mesure où subsistaient des décalages de recrutement. La mise en place de la prédominance effective des instances dirigeantes du parti fut donc progressive. Les rapports BPN-gouvernement, en particulier, s’instaurèrent d’abord sous le signe d’une relative égalité, chacun dans sa sphère : information réciproque, soumission des options générales par le gouvernement au BPN, respect par le BPN des prérogatives gouvernementales. Après l’institutionnalisation du Parti en 1965, une clarification s’imposait. Le congrès de 1966 réaffirma avec force la prédominance du Parti et précisa ses modalités.

106Du point de vue fonctionnel, les instances dirigeantes du Parti définissaient toutes les orientations de la politique nationale. Le Congrès fixait les grands principes, le BPN les traduisait en programmes, surveillait l’application de ceux-ci, redressait ou relançait l’action des pouvoirs publics si besoin était. Ainsi l’activité législative de l’Assemblée Nationale n’était qu’une mise en forme, une sanction institutionnelle, des options du PPM. De même l’activité gouvernementale consistait surtout à appliquer la politique décidée au sein du BPN.

107Cette hiérarchie fonctionnelle fut renforcée par une interdépendance organique. Le BPN contrôlait directement le recrutement des députés en choisissant les candidats aux élections législatives parmi les noms proposés par les sections et en se réservant de surcroît des désignations discrétionnaires. De plus, le groupe parlementaire qui avait été imaginé comme un moyen de faire régner la discipline à l’Assemblée Nationale, était devenu l’articulation de l’Assemblée au Parti et au gouvernement. C’est là qu’étaient expliquées, et éventuellement débattues, les options devant revêtir une forme législative, en dehors des quelques contraintes pouvant encore résulter du respect formel des procédures législatives. Nous avons vu par ailleurs que le gouvernement était progressivement tombé dans la dépendance du BPN. Le lien organique fut d’abord assuré par le Président de la République lui-même, qui est aussi secrétaire général du Parti. Jusqu’en 1975, les Ministres étaient membres de Droit du BPN. Entre 1975 et 1978 a été tentée, dans la logique de cette intégration croissante, une expérience originale qui consistait à reconnaître au BPN son rôle de super-ministère : les membres du BPN responsables des principaux secteurs de l’activité nationale avaient rang de Ministres d’Etat et étaient assistés de plusieurs ministres, qui eux ne participaient pas à l’instance suprême. Le gouvernement en tant que tel ne constituait plus qu’une sorte de BNP « élargi », moins souvent rassemblé, et dépourvu de toute autonomie collective. Les circonstances n’ont pas permis la perpétuation de cette hiérarchisation institutionnelle. Elle marque néanmoins l’apogée de l’expérience Mauritanienne d’articulation Parti-Etat.

  • 4 Fessard de Foucault (B.), op. cit., p. 43.

108Cette articulation révèle un glissement dans le concept même d’Etat qui passe ainsi d’un rôle d’administration de la souveraineté hérité de la colonisation à un rôle beaucoup plus instrumental4. Le risque principal de ce glissement était d’introduire une confusion des tâches entre le parti et l’Etat et une dilution de la responsabilité entre les deux structures. Malgré le rappel périodique du principe de séparation des tâches (conception, animation et contrôle du coté du parti ; exécution et gestion réservées à l’Administration), ce risque se réalisa, surtout aux échelons inférieurs de l’Administration et du parti : fuite des administrateurs devant leurs responsabilités ou, au contraire, autoritarisme politique des fonctionnaires locaux, tentations d’empiètement des responsables du parti sur les fonctions des administrateurs ; autant de bavures parfois dénoncées qui résultaient d’un croisement des organigrammes trop subtil pour être vraiment assimilé par une population peu familiarisée avec la rationnalitée bureaucratique, et contribuèrent largement au désintérêt progressif à l’égard de l’appareil politique.

III. — LONGÉVITÉ ET USURE DU POUVOIR

109Malgré la longévité du régime du président Ould Daddah, la Mauritanie n’échappe pas aux maux qui affectent les autres jeunes Etats africains. L’Etat est démuni et faible et l’équilibre politique précaire. Le décalage entre le discours du pouvoir sur l’intégration nationale et la réalité sociale demeure important. Plusieurs fois entre 1960 et 1972 le pouvoir parut vaciller. Mais les facteurs d’instabilités ont pu être dilués par l’habileté récupératrice des dirigeants et la définition de nouveaux objectifs.

110La réunification avec une partie des anciens territoires sous domination espagnole, qui devait être un des points culminants de l’entreprise de construction nationale, dégénera en crise majeure. Le pouvoir était pris au dépourvu, mais cette fois-ci prisonnier d’une politique dans laquelle il avait investi toute sa crédibilité, sans possibilité d’action sur une grande partie des facteurs de la crise extérieurs à la Mauritanie.

A. LES MENACES

111Si l’histoire du Parti du Peuple semble s’inscrire dans une évolution, par moments contrariée, mais unilinéaire vers une plus grande intégration de la société Mauritanienne et l’accroissement de l’autorité centrale, comme le plus souvent l’apparence institutionnelle ne traduit pas l’emprise réelle du pouvoir. L’unité politique des Mauritaniens a longtemps été une idée et l’Etat Mauritanien un discours. L’ambition des dirigeants politiques était de permettre la matérialisation historique de cette idée et de ce discours. Mais l’efficacité de l’appareil politico-administratif continue à s’inscrire dans des limites fixées par la persistance des particularismes, du tribalisme et du féodalisme, caractéristiques de la société Mauritanienne précoloniale. L’uniformisation coloniale, bien que brutale, est demeurée superficielle. L’imposition d’une administration bureaucratique, la très prudente introduction des mécanismes de participation politique ont induit une modernisation des comportements traditionnels sous la forme de clientélisme et d’électoralisme. Le jeune Etat Mauritanien, et surtout le PPM, sont partis très tôt en guerre contre ces obstacles. C’est un domaine ou, précisément, le discours du pouvoir est constant et déterminé… depuis quinze ans. Mais s’il fut relativement facile de limiter l’expression institutionnelle de ces pratiques, l’électoralisme par exemple, en agissant sur la loi électorale et les statuts et réglements intériurs du parti, ou de prononcer l’extinction de la chefferie traditionnelle par extinction, il s’est avéré beaucoup plus difficile de se priver délibérément de l’appui des pouvoirs traditionnels tant que l’Etat demeurait fragile sur ses bases ou que la contestation menaçait. L’insistance mise à dénoncer féodalisme, passivité, ou le « faux » intégrisme religieux socialement réactionnaire, illustre les principales difficultés que les responsables mauritaniens éprouvent pour traduire leurs options dans les faits. Le pouvoir central se heurte à la contradiction entre sa mission de modernisation qui implique des bouleversements peu compatibles avec la tranquillité sociale, et la nécessité d’étendre son emprise qui exige, au contraire, un degré croissant de paix civile. Pour les Etats matériellement et idéologiquement faibles, et la Mauritanie des premières années de l’indépendance en est un cas extrême, le renforcement du pouvoir est une priorité vitale.

112La dialectique modernisation sociale-développement du pouvoir s’inscrit alors dans une évolution spatio-temporelle différenciée. Pour limiter les conséquences perturbatrices du changement social, et aussi pour gérer la pénurie des moyens, celui-ci est sectorialisé, politiquement planifié dans le temps quitte à assumer des contradictions entre la logique politique et la logique économique. Le « centre » se renforce… quitte à négliger la « périphérie ». Ainsi la Mauritanie a consacré quinze années à développer son appareil d’Etat, à se doter d’une infrastructure minimum, à assurer la rentabilité des secteurs indispensables, fussent-ils fructueusement exploités pendant longtemps par des intérêts étrangers, comme le secteur minier vital pour le pays. Mais les hiérarchies traditionnelles maintenaient leur influence sur la majorité de la population qui demeure rurale ou nomade en majorité, s’enrichissaient et investissaient, directement ou par représentants interposés, des secteurs entiers de l’administration et du parti normalement chargés de supplanter leur autorité. L’efficacité de la fonction publique et des cadres partisans, déjà affectée par la faiblesse des moyens matériels et humains et par l’absence de toute tradition centralisatrice, fut de surcroît hypothéquée par la corruption persistante en dépit des rappels à l’ordre du chef de l’Etat. Le discours modernisateur sur l’Etat subsistait sans que se distinguent très bien le bilan des changements réels et la redéfinition constante des objectifs. L’accélération des réformes sociales annoncée au congrès de 1975, avec l’appui des jeunes intellectuels réconciliés avec le parti, et la lutte contre la corruption entreprise avec une vigueur renouvelée en 1977, annonçaient l’aggravation d’un malentendu latent entre le Président de la République et une partie de la classe dominante, mettant fin à une complicité d’intérêts qui avait permis au régime de surmonter bien des crises.

113Une première série de conflits parut menacer l’existence même de l’Etat Mauritanien quelques années seulement après son accession à l’indépendance en remettant en cause les rapports entre les différentes ethnies. Une des principales sources de légitimation de l’Etat Mauritanien a été de se vouloir pleinement un « pont » entre l’Afrique Noire et le monde Arabe, tirant ainsi avantage du caractère composite de sa population, bien que ce trait constitue, comme dans la plupart des Etats multiraciaux, le principal handicap à l’intégration de la société politique. La population se répartit en effet en deux groupes originels bien distincts de nomades maures et d’agriculteurs noirs. La réalité observable est certes plus nuancée mais malgré l’importance du métissage maures et noirs ont des comportements sociaux et des réflexes d’identification nettement distincts. Les rapports traditionnels entre ethnies se caractérisaient par une hégémonie des maures plus ou moins bien acceptée par les populations noires, la coexistence de deux types de sociétés opposées étant rendue possible par la complémentarité de leurs économies et par l’impact unificateur de l’Islam. La colonisation provoqua un rééquilibrage entre les deux composantes globales de la Mauritanie. Sans qu’il y eut cependant de la part des autorités françaises de remise en cause du primat socio-politique de l’ensemble Maure, le poids du Sud se fit plus lourd et les vieilles rivalités se compliquèrent de nouveaux enjeux. Les éléments noirs profitèrent davantage que les maures des quelques possibilités de promotion individuelle offertes par le système colonial par le biais de la scolarisation. Celle-ci, bien que réduite en Mauritanie, leur permettait de compenser un statut inférieur en intégrant les cadres de l’administration coloniale et d’échapper à une tutelle idéologique figée. Les Maures, fiers de leur passé et de leur culture, assurés de la perennité de leur prestige, demeurèrent d’eux mêmes à l’écart du changement social, autant qu’ils y furent laissés par le colonisateur. Le rééquilibrage apportait une nouvelle justification au particularisme mauritanien, en stimulant l’émergence d’une société, puis d’un Etat, finalement inassimilabes tant par le Maghreb que par l’Afrique Noire. Mais il impliquait, pour prix de cette originalité, le développement de nouvelles contradictions, notamment la compétition pour la répartition et le dosage du pouvoir, compétition permanente bien qu’occulte à de nombreux niveaux de la vie publique, qui se cristallisa dans les années soixante autour de la querelle linguistique.

114La création du PPM rendit impossible l’expression politique officielle des particularismes ethniques telle qu’elle était apparue à la fin de la période coloniale. Mais l’unité partisane ne réglait pas le problème du poids respectif des ethnies au sein du régime. La légitimité de Moktar Ould Daddah au début de sa carrière gouvernementale venait en partie de sa position libérale et conciliatrice sur ce problème, la seule compatible avec sa vocation de rassembleur. La suspiscion entre les ethnies blanches et noires se réveilla brutalement quand le parti, cherchant à affirmer sur le plan culturel et politique l’indépendance de la Mauritanie à l’égard de l’ancienne métropole, préconisa l’abandon du français comme langue officielle et nationale et sa substitution par l’arabe. Les représentants des minorités noires s’élevèrent contre ce projet qu’ils percevaient comme une tentative d’officialisation de l’hégémonie maure et une menace de discrimination à l’encontre des citoyens noirs, non arabisants. Malgré le compromis, exprimé dans les constitutions de 1959 et 1961, qui faisait de l’arabe la langue nationale et du français la langue officielle, les extrêmistes proarabes revinrent à la charge au lendemain de l’indépendance. Les noirs contre-attaquèrent en défendant, non seulement l’utilité du français comme langue de communication moderne, mais aussi leurs propres langues nationales. Leurs revendications contenaient en germe des facteurs de particularismes dangereux pour la fragile unité politique du pays et furent à ce titre rejettées par le gouvernement. La tension atteignit son apogée en 1966 quand un décret rendit l’étude de l’arabe obligatoire dans l’enseignement secondaire. A la suite de la grève des élèves et des professeurs noirs et des protestations virulentes des fonctionnaires originaires du Sud, des émeutes éclatèrent à l’occasion desquelles des groupes extrêmistes pro-arabes se livrèrent à de violentes provocations, créant un état de crise sans précédent dans le pays. La conjoncture se prêtait à une réaction en chaîne. Les extrêmistes de chaque bord accusaient le gouvernement de trahison et de chercher, pour les uns, à « noircir » la Mauritanie et, pour les autres, à la « blanchir » définitivement. Le fait que de part et d’autre seule une minorité ait été capable de dominer l’arabe littéral ou le français, n’empêchait pas un sentiment d’identification collective des populations à la querelle linguistique. S’ajoutaient à cela des dissensions au sein de l’élite dirigeante maure dont certains éléments projetaient d’ouvrir avant l’heure la succession de Moktar Ould Daddah. Enfin, la politique internationale de la Mauritanie, qui avait quitté l’OCAM l’année précédente, inquiétait les élites noires, alors que les éléments pro-arabes les plus engagés pressaient le gouvernement d’accélérer son rapprochement avec les Etats Arabes progressistes.

115Le Chef de l’Etat réagit vigoureusement en éliminant de la scène politique les éléments les plus voyants de l’un et l’autre camp, sans pour autant revenir sur l’orientation pro-arabe. La querelle linguistique a semblé s’apaiser, au moins dans son expression politique. Le régime a pourtant accéléré la marche vers l’arabisation. La question de l’unité nationale semble réglée et la menace d’un éventuel séparatisme au Sud n’a plus été agitée jusqu’en 1977. Mais le malaise subsiste au niveau du poids respectif des ethnies dans l’Etat et risque de dégénérer à l’occasion d’une nouvelle crise malgré la négation du problème par l’idéologie de la construction Nationale. Les efforts de développement, la sédentarisation des nomades, l’urbanisation peuvent avoir des conséquences sur le plan des relations inter ethniques. La tendance aux rapprochements des genres de vie et à l’uniformisation des activités risque, en affaiblissant les complémentarités, de faire remonter de vieux antagonismes ; surtout si le rapport de force numérique entre les groupes évolue favorablement aux groupes de souche noire dont le dynamisme démographique est supérieur à celui des maures. Or, on ne peut que constater que la répartition des responsabilités dans la société mauritanienne continue d’obéir à un modèle qui réserve les postes de commandement en large majorité aux maures, à commencer par la distribution des charges au sein du système politique où les représentants du Sud obtiennent le minimum indispensable à assurer la loyauté de leurs groupes d’origine. Cette position secondaire des éléments noirs au sein de la nation est officiellement niée, en partie de bonne foi, car elle résulte d’abord d’habitudes et de pesanteurs anciennes. Mais un nouveau facteur de tension est apparu avec le conflit du Sahara Occidental dont les retombées politiques et économiques remettent en cause des équilibres que l’on croyait acquis en 1974. Le conflit armé avec le Polisario impose à la nation de lourds sacrifices qui risquent, une fois retombé le reflexe d’unité nationale, de paraître difficilement supportables aux groupes noirs qui ne saisissent pas très bien la portée de cet affrontement, surtout si l’on sait que les effectifs de l’armée mauritanienne ont pu être gonflés par un enrôlement des jeunes gens du Sud et que les projets de mise en valeur de leurs régions risquent d’être retardés. A ce clivage essentiel qui demeure latent, s’ajoutent les rivalités et particularismes au sein de l’ensemble Maure, tels que la tradition turbulente de l’Adrar ou la sur-représentation de la région du Trarza au sein du personnel politique et de la haute administration proche du pouvoir.

116Un deuxième front de contradictions s’établit vers le milieu des années soixante sur un plan plus idéologique. Les oppositions entre les mouvements politiques ne se sont vraiment cristallisées en Mauritanie que dans les dernières années de l’époque coloniale. Les enjeux de ces oppositions étaient directement déterminés par les questions soulevées par l’autonomie interne et les perspectives d’une indépendance : problèmes d’identités, de regroupements, de nationalisme. La création du parti unique avait pour objet de transcender ces divergences et d’empêcher que ne s’en cristallisent d’autres. Une seule idéologie était admise : celle de la construction nationale. Les élites en place étaient d’ailleurs assez peu préparées à s’engager dans des querelles idéologiques. Mais au fur et à mesure que les efforts en faveur de la formation des jeunes cadres compétents commencèrent à porter leurs fruits, les étudiants, formés à l’étranger pour l’essentiel, commencèrent à porter un regard sans indulgence sur les réalités économiques et sociales de la Mauritanie. Progressivement l’opposition au régime devint une opposition de gauche, animée par les éléments les plus conscients de la jeunesse et de la fonction publique. Sans renier pour autant leurs sensibilités particularistes, les opposants de toutes origines s’accordaient pour dénoncer le poids des survivances néocoloniales dans le pays, l’omniprésence des cadres français, la main mise étrangère sur les principales richesses, l’enrichissement et la gabégie de certains élites proches du pouvoir et l’ambiguïté d’un régime politique qui n’accordait pas la conduite des affaires internes du pays aux discours « tiers - mondiste » qu’il tenait sur la scène internationale. Parallèlement à ce mouvement de critique croissant, des conflits sociaux se développaient dans les secteurs directement concernés par les premières étapes de la modernisation, le secteur minier, support de toute l’économie Mauritanienne, et la fonction publique et l’enseignement, supports de la société étatique.En mai 1968, une grève sauvage éclate à la MIFERMA malgré et contre l’action des représentants politiques et syndicaux. Le gouvernement est obligé de faire appel à l’armée comme il l’a déjà fait en 1966 pour réprimer les émeutes raciales. La répression brutale de ce mouvement est le choc qui suscite la tentative de regroupement d’une opposition jusqu’alors faible et dispersée. Aucune contestation globale n’étant admise par le biais du PPM, ce regroupement est condamné à la clandestinité. Pourtant un essor important du mouvement de masse des étudiants, des enseignants et des ouvriers se produit entre 1969 et 1972, auquel viennent s’aggrèger quelques anciens hiérarques du régime brouillés avec la nouvelle oligarchie en place depuis 1965 et qui contribuent à la synthèse idéologique de la contestation. Ainsi se développe dans la clandestinité le Mouvement National Démocratique dont la vocation est de rassembler tous les opposants et de préparer le renversement du régime Ould Daddah. Le fer de lance du MND est formé par les Kadihines (travailleurs) qui lui donnent sa coloration révolutionnaire. Le MND se fixait comme programme la réalisation complète de la révolution nationale et démocratique : abolition du féodalisme, expropriation complète de toutes les entreprises impérialistes, construction d’une économie nationale véritablement indépendante et équlibrée.

117La stratégie du MND fut de dénoncer systématiquement le gouvernement comme agent de l’impérialisme et de saper progressivement sa légitimité afin d’ouvrir la voie à de nouvelles formules. L’audience croissante de l’opposition et son implantation, y compris en zone rurale, allant jusqu’à la constitution de véritables fiefs, se manifesta par une série de grèves et de manifestations qui pertubèrent sérieusement la vie du pays. Face à cette turbulence le PPM illustrait de façon inquiétante les limites de ses capacités d’encadrement et de transmission. Face à la contestation, il était perçu en tant que rouage de l’Etat. La défense du régime ne vint pas des arcanes du militantisme officiel.

B. LES RESSOURCES

118A la base des capacités de résistance du régime nous pensons pouvoir distinguer trois de ses particularités : un pragmatisme constant qui permit aux dirigeants d’infléchir, parfois spectaculairement, leur politique et de récupérer à leur profit les conflits ; la stabilité de la classe dominante qui a pu se renouveller sans altérer profondément ses caractéristiques ; la personnalisation du pouvoir autour de Moktar Ould Daddah qui a su se hisser au niveau d’un symbole indispensable au maintien de l’unité politique Mauritanienne.

1. La récupération des conflits

119La physionnomie du régime politique Mauritanienne est dessinée par ses évolutions successives. Nous avons essayé de retracer l’évolution institutionnelle et partisane. Les axes successifs de la politique du pouvoir traduisent aussi les capacités de la structure politique à s’adapter ou à résister aux pressions qu’elle subit. De 1966 à 1972, le régime du Président Ould Daddah a eu à faire face à des menaces qui eussent pu l’entraîner à sa perte.

120La crise d’identité et les conflits raciaux qui éclatèrent au grand jour en 1966 n’ont pas été solutionnés au fond, mais plutôt dédramatisés. Le pouvoir n’a pas cédé sur ses orientations culturelles, mais les a englobé au sein d’une politique d’ensemble dite de « repersonnalisation de l’homme mauritanien » formulée à l’occasion des congrès du PPM de 1966 et 1968. Le problème linguistique est posé en termes de désaliénation mais celle-ci le dépasse largement. Les aliénations visées sont autant les séquelles du colonialisme que certaines survivances traditionnelles, concernant la religion ou le statut de la famille par exemple, et qui freineraient l’épanouissement du « nouvel homme Mauritanien ». Cette politique passe par une profonde réforme de l’enseignement dont la mise en place s’achève en 1977 et, ce qui est beaucoup plus ambigu, par l’exaltation des valeurs nationales qu’il s’agit d’abord de redécouvrir et d’inventorier. Cette relance globale est conforme à la ligne politique fondamentale de la construction nationale. Elle a permis en l’occurence de poser les problèmes inter-ethniques dans une perspective plus large et de dépassionner le débat. En effet, plus la démarche est vaste, mieux les dirigeants peuvent se permettre de doser les contreparties et promesses accordées à chacun. Moktar Ould Daddah se présentait comme le garant de ce dosage constant.

121La capacité d’adaptation et de récupération du régime fut encore plus évidente entre 1972 et 1975. Au début de cette période le régime du Président Ould Daddah semble menacé par la crise politique et sociale. L’ambiguïté « ne paye plus ». La politique intérieure, dans sa dimension économique et sociale surtout, ne correspond plus à l’image que le pouvoir cherche à donner de lui-même. Le Congrès du PPM de 1971 décide la radicalisation de ses options fondamentales : exigence d’indépendance économique, exigence d’indépendance culturelle et exigence de démocratie. Les décisions spectaculaire se succèdent alors : dénonciation des accords de coopération avec la France et négociation de nouveaux accords moins déséquilibrés, création d’une monnaie nationale et surtout, en décembre 1974, nationalisation de la puissante MIFERMA, véritable état dans l’état qui symbolisait la dépendance réelle de la Mauritanie dont l’économie était entre les mains d’intérêts étrangers. Ces décisions retentissantes ont pour effet direct de désarçonner l’opposition clandestine de gauche qui ne pouvait combattre la réalisation de ses propres slogans. Elles assurent aussi au régime et à son chef un regain de popularité qui culmine à l’occasion du congrès du PPM de 1975. La contestation menaçante retombe d’elle-même, d’autant que les responsables politiques, à commencer par le Chef de l’Etat, ont l’habileté de ne pas se montrer rancuniers et de faciliter la réintégration dans le système officiel des opposants d’hier, les jeunes surtout, réussissant presque à faire oublier la répression dirigée contre ceux-ci pendant quelques années.

122L’accélération de la politique réformiste fut bien sur dictée par une saine appréhension des blocages qui auraient résulté d’une poursuite de l’attentisme. Mais n’en demeure pas moins le caractère systématique de ces opérations que l’on peut décomposer comme suit : récupération des revendications — mobilisation politique par la définition d’objectifs élargis — réintégration des opposants. La structure pourtant centralisée du PPM peut être assouplie à l’occasion et accueillir, parfois à un niveau élevé, les élites contestatrices qui acceptent de rentrer dans le système.

123Les congrès successifs, ordinaires ou extraordinaires, sont autant de rituels qui permettent l’expression de la synthèse idéologique appropriée aux circonstances. L’exemple le plus achevé de l’accomplissement de cette fonction est la Charte du PPM solennellement approuvée par le Congrès dit de la « clarification » de 1975 et qui fut conçue comme une sorte de Constitution idéologique autour de trois directions : radicalisation de l’exigence d’indépendance Nationale, instauration d’une démocratie adaptée aux réalités socio-culturelles, lutte pour une plus grande justice dans les rapports entre Etats nantis et Etats du Tiers Monde. La démocratie Mauritanienne était ainsi définie comme islamique, nationale, centraliste et socialiste ; convergence de courants théoriques et d’évolutions socio-politiques qui avaient marqué la vie Mauritanienne depuis quinze ans.

2. Stabilité et solidarité de la classe dirigeante

124Une des meilleures performances du régime du Président Ould Daddah a été d’assurer un renouvellement régulier de l’élite dirigeante. Se sont ainsi succédés aux côtés du chef de l’état et d’une poignée de fidèles, les représentants des hiérarchies traditionnelles formés à l’école du colonisateur, les militants de l’unité et du nationalisme, puis les vagues successives de jeunes technocrates. L’examen des âges, des types de formations reçues et des carrières permet de distinguer avant et après 1966, année ou disparaissent de la hiérarchie politique les personnalités qui avaient participé aux dernières étapes précédant l’indépendance. Les renouvellements interviennent non seulement pour accroître l’efficacité de la machine politique, mais aussi pour menager au pouvoir de nouveaux soutiens sans s’alièner les anciens.

125Malgré la circulation des élites, la base sociale du personnel politique supérieur demeure remarquablement stable : une majorité de maures (près des 3/4) parmi lesquels les éléments issus des lignages maraboutiques l’emportent légèrement. Mais le trait le plus caractéristique est que la quasi totalité des ministres et députés qui se sont succédés appartiennent, quelque soit leur origine ethnique, régionale ou tribale, aux catégories sociales traditionnelles les plus élevées. Ceci est un héritage de la colonisation quand chefs et notables traditionnels étaient étroitement associés à l’administration du territoire. Cette association avait permis aux autorités françaises d’amadouer ces élites et de se reposer sur elles pour assurer le maintien de la tranquillité sociale. Cette politique suscita directement la transformation du féodalisme traditionnel en clientélisme et en électoralisme. Les notables furent confortés dans leurs privilèges jusqu’à l’indépendance. Faute de personnel de rechange et compte tenu du caractère très aléatoire de l’unité nationale à l’époque, ils furent également très étroitement associés aux balbutiements du régime. Pourtant, pour protéger l’autorité de la direction du parti et favoriser la dynamique unitaire, les nouveaux dirigeants s’engagèrent dans la lutte contre le tribalisme, l’électoralisme et le parlementarisme dès 1963, et prononcèrent l’extinction de la chefferie par extinction. Ces mesures visaient directement ceux des notables qui répugnaient à se plier aux nouvelles règles politiques, mais elles furent insuffisantes à empêcher la reproduction du féodalisme par des voies détournées. Les cellules locales du PPM continuèrent d’être souvent contrôlées par les anciens chefs, leurs parents ou leurs alliés qui se retrouvaient ainsi propulsés aux échelons supérieurs. Malgré le sceau du silence imposé sur cet aspect de la politique intérieure, les considérations tribales, familiales, régionales, continuent de peser sur la vie de l’Etat et du Parti. Les dosages subtils de privilèges accordés aux uns et aux autres, sur des critères autres que méritocratiques, continuent dêtre un facteur de légitimité non négligeable. Le chef de l’état lui-même, malgré sa volonté modernisatrice, fut obligé d’en tenir compte jusqu’aux sommets du régime pour sauvegarder son autorité d’arbitre. Ainsi l’oligarchie dirigeante continue largement de reposer à la base sur une chentèle traditionnelle. Les jeunes loups qui parviennent à intégrer cette oligarchie aux prix de l’éviction de quelques « vieux turbans », se signalent par leur formation moderne, leur volonté de changement mais, appartenant le plus souvent aux mêmes milieux que leurs prédécesseurs, récupèrent leurs réseaux d’influence et les entretiennent. Si quelques « isolés » accèdent à des postes de responsabilité importants, ils n’ont cessé de se créer, grâce aux bienfaits qu’ils peuvent dispenser, leur propre réseau de soutien.

126En dépit des divergences qui sillonnent l’élite dirigeante celle-ci est enserrée dans un réseau d’interdépendances occultes qui expliquent bien des revirements brutaux, des promotions spectaculaires ou des disgrâces surprenantes, mais fondent surtout la solidarité d’une minorité qui partage les privilèges attachés à l’appareil d’état. Aucune fraction de cette minorité ne pourrait tenter de s’approprier une trop large prépondérance sans bouleverser un équilibre qui profite à tous et provoquer un désordre dont tous les réseaux pâtiraient. L’appareil politico-administratif, surpeuplé, opère ainsi une ponction économique importante avec le cortège de gabegies et de corruptions que connaissent bien des jeunes états. La principale source d’enrichissement « parallèle » est la spéculation commerciale et immobilière, directement réalisée par des membres de l’appareil ou par leurs alliés gravitant dans l’orbite du pouvoir. Malgré la répression de quelques abus spectaculaires, les scandales sont vite étouffés dans l’intervalle des réactions moralisatrices. Les censeurs rigoureux qui dénoncent la face cachée du régime s’adaptent souvent très bien, par la suite, au mode de répartition de ses bénéfices quand ils sont appelés à y participer.

127Les secousses qui ébranlent la vie publique sont ressenties par l’oligarchie mais les différents clans semblent craindre, en s’en saisissant pour faciliter leur ascension, de contribuer au déséquilibre du système et à son effondrement. Les rivalités personnelles et les conflits d’orientation restent soumis au consensus sur la stabilité qui contribua grandement au pragmatisme du régime.

128La classe dirigeante est en cours de transformation. La croissance de l’appareil d’Etat, le développement d’un secteur nationalisé et les balbutiements d’un capitalisme statellite local, l’acheminement vers sa formation en bourgeoisie bureaucratique. La conscience de leurs intérêts a vite fait comprendre aux membres de cette élite restreinte l’avantage qu’ils pouvaient tirer d’un pouvoir d’arbitrage présidentiel afin que les rivalités ne dégénèrent au détriment de tous. Mais le pouvoir se discréditera rapidement quand les conséquences de sa politique au Sahara menaceront directement les privilèges de certains (hommes d’affaires, jeunes dirigeant des entreprises nationales), les poussant à se passer de la tutelle d’un homme providentiel.

3. La personnalisation du pouvoir

129La création de l’état mauritanien et l’unification de la nation sont en grande partie l’œuvre de l’homme qui en a eu le plus nettement la vision historique.

130L’autorité de Moktar Ould Daddah s’explique d’abord par l’histoire de sa lutte constante pour la construction d’une nation mauritanienne. Isolé à l’époque de l’autonomie interne, contesté pendant les premières années de l’indépendance, il lui a fallu convaincre et s’imposer. Malgré des tâtonnements et des périodes de relatif effacement, il a déterminé presque seul les grandes décisions du régime et imposé les virages et les relances qu’il estimait nécessaires.

131Mais son prestige tient également à l’image qu’il donne de lui-même à l’intérieur comme à l’extérieur du pays. La discrétion du personnage, sa mesure, voire sa timidité, sont les fruits d’un tempérament, mais aussi d’une éducation très élaborée propre à son milieu traditionnel d’origine, les tribus maraboutiques. Le secret et la diplomatie, les armes favorites du chef de l’état mauritanien, sont des ressources ancestrales du pouvoir dans ces tribus, qui devaient résister sans employer les mêmes armes à la turbulence de leurs rivales de tradition guerrière. Cette association paradoxale d’autorité et d’humilité font de Moktar Ould Daddah un produit particulièrement achevé d’une longue tradition, enrichie par l’humanisme libéral rencontré à l’occasion de ses études en France. L’image publique est de surcroît auréolée d’une grande dévotion religieuse, d’une vie privée irréprochable et d’une intégrité personnelle qui tranche sur les mœurs de nombreux dignitaires. Ce n’est pas un des moindres paradoxes de ce régime que les critiques d’ordre ethique qui lui furent adressées épargnaient la personne de son chef qui a longtemps exercé un rayonnement spirituel indéniable sur une grande partie de la population habituée à vénérer les saints marabouts.

132C’est fort de ce rayonnement que Moktar Ould Daddah a pu s’affirmer comme le maître incontestable du jeu politique mauritanien dont il savait manœuvrer la classe dirigeante avec un art consommé. Il a d’abord su préserver à son avantage le dosage subtil des influences au sein de cette classe. Il affectait volontiers de se tenir au-dessus des jeux politiques mettant aux prises les différents clans et courants du régime, mais en fait il les contrôlait étroitement, car il tenait entre ses mains la carrière de ceux qu’il avait appelé à ses cotés ; un personnage écarté du cercle restreint du pouvoir n’y reparaissait plus. Surtout il veillait à protéger son monopole de rassembleur et de conciliateur entre les éléments épars du système.

133Mais il savait à l’occasion trancher sans appel voire sanctionner. Sa frêle apparence dissimule une grande capacité d’obstination que les mauritaniens ont appris à découvrir.

134Les hésitations du régime sont très largement le reflet des siennes. Convaincu du bien fondé des valeurs démocratiques il a poussé, au nom de l’efficacité, à la mise en place d’un système de pouvoir très centralisé et parfois autoritaire ; mais, épisodiquement, il encourageait la critique ou suscitait le pluralisme des tendances pour soulager les tensions de ce système. Inébranlable sur quelques grands principes, il semblait parfois hésiter entre plusieurs attitudes et céder à l’attentisme ; mais il affectionnait aussi les coups de théâtre tranquilles. Une fois sa décision prise il pouvait s’y tenir jusqu’à l’entêtement.

135Il apparaissait à la fois comme le « père de la Nation », le « patron », le pédagogue politique et parfois la critique amèrement lucide des insuffisances et des déviations de son régime. Les dénonciations les plus directes de la corruption et de l’inefficacité du parti et de l’administration sont tombées de sa bouche, reconnaissance implicite des limites de fait de son autorité.

136Il utilisait discrètement, mais systématiquement, les différentes facettes de son charisme : artisan de l’indépendance et de l’unité mauritanienne, « sage de Boutlimit » etc. Il fut notamment un des chefs d’Etats africains à utiliser le plus largement à des fins de légimitation interne le prestige acquis sur la scène internationale. Le dynamisme diplomatique de Moktar Ould Daddah servit essentiellement à protéger l’existence même de la Mauritanie puis à lui ménager les soutiens indispensables à son développement. Les nombreux déplacements à l’étranger du chef de l’Etat, ses interventions inlassables au sein des organisations africaines et arabes, la stabilité de son régime aussi, lui valurent une réputation internationale disproportionnée à la puissance réelle de la Mauritanie. Il était devenu le visage même de son pays, renforçant à l’intérieur sa posture d’homme providentiel, symbole indispensable de l’unité politique mauritanienne. Il a cependant résisté, autant par hostilité au tapage que par calcul politique, à la tentation du culte de la personnalité.

137Confronté aux difficultés surgies de la crise au Sahara occidental, il pensait que le mythe qu’il représentait continuerait à le protéger et rendrait peu crédibles les éventuelles solutions de rechange politique, justifiant la continuité de son pouvoir au nom même de l’existence de l’Etat et de la Nation mauritanienne.

C. L’USURE

138La revendication mauritanienne sur les territoires occupés par l’Espagne au Sahara date de la période de l’autonomie locale. Les arguments invoqués soulignent la continuité géographique et ethnique, et l’identité culturelle des populations mauritaniennes et sahraouies. Mais cette revendication a également été, pendant 10 ans, une surenchère à la légitimité de l’Etat mauritanien contestée par le Maroc. Cette position est demeurée constante mais au travers d’aménagements tactiques successifs.

139La réunification avec une partie de l’ancien Rio de Oro annoncée en 1975, après que le régime ait réalisé un rétablissement spectaculaire, devait être le couronnement de l’œuvre de construction nationale de Moktar Ould Daddah. Mais le Président et le gouvernement mauritanien, quand ils s’engagèrent dans la politique de partage avec le Maroc, n’avaient pas envisagé l’éventualité d’une résistance armée des nationalistes sahraouis, ni l’engagement poussé de l’Algérie à leurs côtés. Malgré l’aggravation de la tension en 1975, Moktar Ould Daddah espéra jusqu’au bout que ses talents de conciliateur et les liens tissés avec l’Algérie permettraient d’éviter le pire. L’éclatement du conflit prit la Mauritanie au dépourvu. En l’espace de deux ans le régime se trouva pratiquement réduit à l’impuissance par les conséquences cumulées de cette crise.

140Les répercussions furent immédiatement sensibles sur l’économie mauritanienne. Pour occuper effectivement les territoires récupérés et résister aux actions du Polisario, la Mauritanie dut consentir un effort militaire disproportionné à ses ressources. Les caisses de l’Etat se sont trouvées rapidement exsangues et durent être renflouées par des injections de pétrodollars arabes. Le déséquilibre de la balance des paiements et l’inflation réduisent progressivement la jeune monnaie mauritanienne à l’état de survie artificielle. Ces sacrifices financiers interviennent de surcroît à un moment extrêmement délicat pour l’économie mauritanienne déjà affectée par la crise de la sidérurgie mondiale, qui limite ses exportations de minerai, et par la sécheresse qui sévit au Sahel depuis 1972. Les perspectives de développement envisagées au cours de la période faste de « l’indépendance économique » se trouvent compromises. Les difficultés faisant tâche d’huile c’est toute l’économie du pays qui est progressivement grippée par les retombées du conflit.

141Toute la structure de l’Etat mauritanien, déjà faible, s’en trouve ébranlée et, rapidement, le régime du Président Ould Daddah doit faire face à une crise de confiance. Pour la première fois les oppositions, au lieu de se contrecarrer, convergent vers l’affaiblissement du pouvoir.

142Les populations mauritaniennes n’ont pas été immédiatement sensibilisées à un conflit qui demeurait lointain, les zones d’affrontement étant aussi les moins peuplées. La persistance des offensives sahraouies finit cependant par provoquer un sursaut que le pouvoir essaya de mettre à profit pour mobiliser davantage les mauritaniens autour du parti et de son chef. Mais, progressivement, l’inquiétude et le doute se propagent. Toutes les régions sont affectées par la raréfaction des ressources publiques et, surtout, le gonflement rapide des effectifs de l’armée mauritanienne concerne directement la majorité de la population. Le désarroi de l’opinion devient sensible quand les pertes humaines commencent à se chiffrer par centaines. L’intérêt de tels sacrifices n’est pas évident, en dépit des efforts du PPM pour justifier la politique du pouvoir. Le manque de motivation est particulièrement sensible chez les populations noires du sud qui ont fourni les plus gros contingents de nouvelles recrues, et pour lesquelles le conflit apparaît souvent comme une nouvelle mouture des antagonismes séculaires « entre beïdanes ». Les particularismes qui s’étaient dramatiquement cristallisés autour de la querelle linguistique, ne demandent qu’à se réveiller au moindre flottement du pouvoir d’Etat. Par ailleurs une partie de la population du Nord et de l’Adrar traditionnellement liée aux tribus Regueibat qui forment le noyau de la résistance sahraouie, et méfiante depuis toujours à l’égard de tout pouvoir central, se montre intéressée par la constitution d’un nouveau foyer politique, sorte d’« Etat nomade » à cheval sur les nouveaux confins mauritano-marocains. Les arguments du Pohsario y sont souvent accueillis avec sympathie (ainsi s’expliqueraient les complicités dont bénéficient les nationalistes sahraouis et même des désertions de militaires). Autant d’atteintes à la fragile unité nationale que le régime avait eu quelques difficultés à stabiliser au cours des années 60.

143L’appui des élites du pays n’est pas plus évident. Une partie des anciens opposants de gauche ralliés au régime en 1975 se demandent s’ils n’ont pas fait les frais d’un marché de dupes. Les orientations nationalistes et progressistes du régime qui les avaient attiré sont de plus en plus battues en brèche. Le soutien financier massif des Etats arabes conservateurs, désireux de profiter de l’occasion pour causer des difficultés à l’Algérie, le rapprochement spectaculaire avec la France et la protection encombrante du Maroc ternissent l’image d’une Mauritanie longtemps championne du non-alignement et de l’anti-impérialisme. Les options socialisantes adoptées par le PPM sous la pression des jeunes sont remises en cause par la raréfaction des ressources mais aussi sous l’influence renaissance de milieux conservateurs qui mettent à profit le rapprochement avec les états modérés. Ces mêmes milieux conservateurs estiment, quant à eux, que le gouvernement qu’ils ont jusqu’alors soutenu avec plus ou moins d’enthousiasme s’est engagé dans un aventurisme économique et social innaceptable et que, suivis en cela par quelques militaires, les ripostes à l’égard de l’Algérie et du Pohsario manquent de vigueur. Hommes d’affaires et jeunes technocrates, hier divisés sur l’opportunité du dirigisme économique, se retrouvent pour dénoncer le marasme amplifié par la guerre. Les grands féodaux, progressivement mis à l’écart par le régime, redressent la tête et quelques chefs de tribus « guerrières » se demandent si le cornent n’est pas venu de récupérer l’influence perdue au profit de leurs associés-rivaux « maraboutiques » qui se sont taillés une place de choix au sommet de l’Etat. Si peu de monde semble vraiment regretter le paternalisme algérien de l’époque précédente, nombreux sont ceux qui s’inquiètent de l’influence grandissante du Maroc, appuyée sur place par un lobby restreint mais actif. En arrière plan, l’armée garde un silence remarqué que le régime affecte de porter au crédit de sa loyauté.

144Derrière l’unanimité de façade d’un régime de parti unique, le chef de l’Etat se trouve progressivement isolé. Tout en maintenant le cap qu’il a choisi, il semble cependant prendre conscience du trouble qui l’environne. Il avait pu par le passé surmonter des crises de confiance qui semblaient menacer gravement la stabilité de son régime par des initiatives spectaculaires, et briser les coalitions de mécontents. Mais cette fois-ci il ne peut guère agir sur le facteur principal du malaise. Il s’est par avance interdit tout infléchissement de sa politique au Sahara occidental et il est probable que son allié marocain ne le permettrait pas.

145Il lui faut pourtant restaurer son autorité et l’efficacité du système politico-administratif au service de sa politique. Il reconnaît publiquement que, face à la crise, l’appareil du régime ne joue pas convenablement son rôle. Il dénonce la corruption et l’inéfficacité qui sévissent dans certains secteurs de l’administration et appelle les cadres du PPM à davantage de militantisme. Cette offensive moralisatrice est même marquée par l’éviction de plusieurs ministres et hauts fonctionnaires. Mais cette tentative de restauration de l’image de marque interne du régime ne répond pas aux inquiétudes de la population et crée des mécontents supplémentaires au sein de la classe restreinte qui profitait jusqu’alors de la redistribution des ressources de l’Etat.

146Moktar Ould Daddah paraît à la veille de sa chute à la fois fataliste et convaincu qu’il demeure le garant indispensable de l’unité politique mauritanienne. Il espère sans doute, rempart ultime de son pouvoir, que ses adversaires divisés pensent de même. Son calme imperturbable et son refus de décisions radicales, même à l’occasion d’un congrès extraordinaire du PPM en janvier 1978, sont destinés à rassurer ses partisans et impressionner ses adversaires. Il apparut en fait progressivement réduit à la pire des situations pour un homme d’Etat : l’incapacité à agir sur les événements.

147Le coup d’Etat du 10 juillet 1978 sanctionne cette usure. En l’absence de tout processus institutionnel de changement politique, le renversement pacifique de Moktar Ould Daddah par une partie de l’armée alliée à des millieux d’affaires et à des jeunes technocrates mécontents va provoquer un reclassement des forces politiques mauritaniens. Mais le préalable à la redéfinition des règles du pouvoir est la cessation du conflit au Sahara occidental.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Arnaud (J. C.). — Les institutions politiques de la Mauritanie. Ecole Nationale d’Administration, Nouakchott, 1975, 135 p. (ronéoté).

Balans (J. L.). — « Société plurale et intégration politique en Mauritanie ». African Perspectives, 1977 (2), pp. 63-78.

Coulon (C.). — « Mauritanie, fermeté à l’égard des contestataires ». Revue Française d’Etudes Politiques Africaines (90), juin 1973, pp. 23-25.

De Chassey (F.). — Contribution à une sociologie du sous-développement : l’exemple de la République Islamique de Mauritanie, Thèse Université Paris II, 1972.

De Chassey (F.). — « La tension politique en Mauritanie ». Le Monde diplomatique (231), juin 1973.

Fessard de Foucault (B.). — Mauritanie : premiers jalons pour l’étude d’une Nation nouvelle. Thèse, Université Paris II, 1972.

Fessard de Foucault (B.). — « Le Parti du peuple Mauritanien ». Revue Française d’Etudes Politiques Africaines (94-95), octobre et novembre 1973.

Gaudio (A.). — Le dossier de la Mauritanie. Nouvelles éditions Latines, Paris, 1978, 429 p.

Gerteiny (A.). — Mauritania. Praeger Library of African Affairs, New York, 1968, 243 p.

Gerteiny (A.). — The racial factor and politics in the Islamic Republic of Mauritania. Race, VIII, 3, 1967, pp. 263-275.

Lavroff (D. G.). — Les systèmes constitutionnels en Afrique Noire : les Etats francophones. Pédone, Paris, 1976.

Moore (C.). — « One Partyism in Mauritania ». Journal of Modern African studies. III, 1965, pp. 409-419.

Piquemal-Pastre. — La République Islamique de Mauritanie. Encyclopédie politique et constitutionnelle, série Afrique, Institut international d’Administration publique. Berger-Levrault, Paris, 1869.

Sordet (M.) et Milcent (E.). — « Le Parti du peuple mauritanien ». Revue Française d’Etudes Politiques Africaines, 1970, pp. 36-45.

Stewart (C). — « Political authority and social stratification in Mauritania », in « Arab Berber Relations : a survey of Ethnic group relations in North Africa. Ed. C. Micaud et E. Gellner, Londres, 1973.

« Union générale des étudiants et stagiaires mauritaniens » (UGESM). « Mauritanie : des illusions à la colère ». Politique aujourd’hui (4-5), 1973, pp. 86-102.

Vergara (F.). — « La voie étroite de la Mauritanie ». Esprit (9), 1977, pp. 310-321.

Notes

1 Arnaud (j.-C), Les Institutions politiques de la Mauritanie. Ecole nationale d’Administration, Nouakchott, 1975, multigraphié, p. 15.

2 B. Fessard de Foucault, « Le Parti du Peuple mauritanien ». Revue française d’Etudes politiques africaines, novembre 1973.

3 Cf. J.-C. Arnaud, op. cit., pp. 123-129.

4 Fessard de Foucault (B.), op. cit., p. 43.

Notes de fin

* L’essentiel de ce chapitre était déjà rédigé au moment du coup d’Etat du 10 juillet 1978. Il est donc essentiellement consacré à l’évolution politique de la Mauritanie de 1947 à 1978 et à l’étude du régime mis en place par Moktar Ould Daddah et qui a, en grande partie, façonné la société politique Mauritanienne moderne. Nous avons simplement ajouté, au gré des développements et à la fin de ce texte, des précisions qui permettront, peut-être, de mieux saisir les causes de l’échec de ce régime qui apparaissait peu de temps encore avant sa chute comme un exemple de stabilité en Afrique.

+ Centre d’Etudes d’Afrique Noire. Institut d’Etudes Politiques, Bordeaux.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540