Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à la Mauritanie

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes
, 
Centre d’étude d’Afrique noire

Economie et politique

L’évolution des structures sociales en Mauritanie de la colonisation a nos jours

Francis de Chassey

Texte intégral

1. — LA COLONISATION ET LA TRANSFORMATION DES FORMATIONS SOCIALES TRADITIONNELLES

1.0. INTRODUCTION

1Pour situer la nature et les limites de cette contribution, on se permettra d’emblée trois remarques : sur la problématique ici adoptée, sur l’exemplarité et la spécificité du cas mauritanien, sur les sources et références utilisées.

2On ne peut donner une idée, à notre avis, des structures sociales de la Mauritanie actuelle sans évoquer la nature du premier impact colonial et ses effets sociaux sur des sociétés « traditionnelles », qui avaient elle-mêmes une histoire précoloniale et des structures précapitalistes déterminées. Ils ont en effet joué ensuite comme des déterminismes sociaux, conditionnant étroitement et préparant les changements survenus ultérieurement. Le rapport de force initial, d’abord de pure contrainte extérieure, entre colonisateurs et colonisés, s’est certes transformé de par son simple maintien. Il l’a fait à la fois en fonction de l’évolution de l’impérialisme français et des effets de réaction des sociétés assujettis. Avec l’instauration d’un pouvoir politique formellement souverain et l’introduction simultanée sur place de rapports sociaux fondés sur le capital et le travail salarié, ce rapport de force externe s’est en quelque sorte médiatisé, démultiplié et intériorisé. Il n’en reste pas moins qu’il est resté prédominant, source ou frein, directement ou indirectement, des changements survenus dans les rapports sociaux internes. Bref il y a bien eu évolution, non sans contradictions ni sans à-coup, mais sans ruptures ni solution de continuité. Comme dans les pays voisins, mais à la différence d’autres, il n’y a pas eu de révolution nationale ou de lutte de libération qui ait introduit ou tenté d’introduire un équilibre et une dynamique sociale nouvelle.

3Cette évolution nous semble pouvoir être déchiffrée selon deux axes de lecture fondamentaux. Il y a, d’une part, formation d’une société ‘ à classes » et « à Etat centralisé. Elle se fait à partir de plusieurs sociétés que nous déterminons comme d’ordres et de castes sur base lignagère, c’est-à-dire, pour parler brièvement, où il n’y avait pas de pouvoir unifié et où la production marchande n’était pas dominante. D’autre part, à partir de ces sociétés que nous définissons aussi du point de vue de leur identité culturelle traditionnelle comme des ethnies, il y a formation de nationalités prenant conscience de leurs différences et aspirant à leur reconnaissance objective, amenées pourtant à constituer une seule nation, en tant qu’elles font partie d’un même Etat dans un même territoire. Ces deux phénomènes peuvent être suivis isolément mais abstraitement, avec une relative clarté. Ce qui rend complexe et mouvant la dialectique socio-historique concrète qui s’est déroulée, problématique son déchiffrement comme son issue c’est leurs interactions contingentes et multiples.

4La dynamique sociale ainsi formellement esquissée n’est évidemment pas propre à la Mauritanie. Au contraire, les pays voinsins d’Afrique de l’Ouest ont connu une évolution d’autant plus analogue qu’ils ont subi un impact colonial semblable et sont passés par un même processus de décolonisation, à partir de sociétés constituées en général également d’ordres et de castes sur base lignagère. En ce sens, le cas de la Mauritanie peut paraître sur plus d’un point exemplaire, tant certains phénomènes sociaux induits par un tel contexte se sont produits si l’on peut dire à l’état pur et souvent de manière spectaculaire. Mais en un autre sens, la Mauritanie se présente comme un cas unique parmi tous les pays où se rencontrent, de l’Atlantique au Pacifique, Afrique blanche et Afrique noire, nomades et sédentaires etc. Elle est le seul qui ait un territoire aux 4/5 saharien et une part importante de sa population constituée par la quasi-totalité d’une ethnie de nomades arabo-berbères; le seul aussi où une colonisation venue du sud ait pendant 60 ans englobée dans un ensemble politique ouest-africain une population aussi profondément attachée au Maghreb et au monde arabe. Beaucoup de traits et de problèmes sociaux spécifiques à la Mauritanie ressortent de ce double caractère.

  • 1 F. de Chassey, « L’étrier, la houe, le Livre - Sociétés « traditionnelles » « au Sahara et au Sahe (...)

5On doit signaler enfin que cette étude se concentre sur les phénomènes sociaux en tant que tels, c’est-à-dire sur la déstructuration et la restructuration des groupes sociaux en jeu entre 1900 et 1975. Etant donnée l’étendue du sujet, elle est contrainte de projeter sur eux des vues aussi synthétiques et condensées que possible. Pour une connaissance plus précise des événements historiques et des phénomènes plus spécifiquement économiques et politiques, qu’elle suposse, on se reportera aux contributions de cet ouvrage dont c’est l’objet respectif. On se permettra aussi de renvoyer aux deux ouvrages où ont été développés les résultats de nos propres recherches1. Ce sont aussi ces derniers qu’on voudra bien consulter si l’on veut connaître les analyses plus détaillées et les sources précises qui fondent les propositions et positions ici avancées.

1.1. LES CARACTÈRES DOMINANTS DE L’IMPOSITION COLONIALE ET LEURS EFFETS GLOBAUX

1.1.1. L’impact politique et idéologique

6A partir de Faidherbe, l’influence françaice sur la rive droite du Fleuve s’était souvent fait sentir. Il s’agissait alors de maintenir sur le Fleuve un échange inégal et à distance avec les populations voisines, en particuher guerriers et marabouts maures, et de faire de celui-ci une voie sûre pour pousser plus avant vers le Soudan. Mais la conquête coloniale proprement dite en Mauritanie et la constitution même de ce territoire (dans les frontières en litige depuis 1975) répond à des objectifs stratégiques à la fois plus grandioses, moins précis et aussi directement intéressés. Le contexte est celui de la rivalité mondiale des puissances occidentales pour le partage des « derniers territoires restés libres de la planète », dominée dans la région par le règlement de la « question marocaine » au profit principal de la France et secondairement de l’Espagne. Il faut imposer la pax gallica — et surtout pas une autre — à un espace aux populations hétérogènes, mais dont l’intérêt commun aux yeux du colonisateur est de former une marche et une charnière entre les deux morceaux de son empire africain en voie d’achèvement : Maroc et Afrique du nord d’un côté, Sénégal et AOF de l’autre.

7En conséquence, les seules actions concertées de la puissance coloniale y sont d’abord essentiellement et longtemps militaires, puis d’ordre politique et idéologique, très secondairement et tardivement d’ordre économique. On verra que l’impact à ce niveau n’en fut pas moins déterminant.

8Comme ailleurs au Sahel et au Sahara, les sociétés traditionnelles en Mauritanie sont dominées par des ordres et des lignages guerriers aux fortes traditions belliqueuses. Les nomades en particulier se trouvant par essence rebelles à tout pouvoir centralisé et sédentaire venu d’ailleurs, surtout « nazrani » (chrétien), et ont les facilités propres pour s’y soustraire. La résistance armée y est donc particulièrement longue, obstinée, difficile à réduire. La « pacification » des Toucouleur et Sarakollé riverains du Fleuve se fait entre 1860 et 1895. Celle des Maures jusqu’au Tagant et en Adrar se poursuit jusqu’en 1907. Tant qu’elle n’est pas grossièrement achevée, vers 1934, dans les contrées du Nord (en même temps que celle des confins algéro-marocains et de l’ex-Sahara espagnol), l’insécurité continue à régner sur la majeure partie du territoire.

  • 2 « Nous devons détruire toute hégémonie d’une race sur une autre, d’un groupe ethnique sur un autre (...)

9Cette politique de force amène la destitution et la dépossession, l’exil, ou la mort, de nombreux chefs traditionnels (en particulier de l’Almamy et des « Grands électeurs » Toucouleur, des Emirs du Brakna, du Tagant et de l’Adrar), l’exode de familles et de fractions au-delà des frontières. Elle est accompagnée de ce que W. Ponty, Gouverneur général d’AOF appellera en 1910 « politique de races » ou « politique d’assimilation »2. Au nom des principes d’égalité et de démocratie, il s’agit aussi en fait d’imposer l’ordre colonial en abaissant les forts et en élevant les faibles, en supprimmant des droits et privilèges devenus dangereux et sans objets. En Mauritanie, on protège les paysans sédentaires contre les nomades, les marabouts contre les guerriers, et, quoique plus timidement, les tributaires contre les ordres nobles, les gens serviles et castés contre leurs maîtres.

  • 3 « La politique d’association est fondée sur le respect des mœurs des coutumes et des religions; el (...)

10Cependant, une fois l’autorité coloniale reconnue comme la seule dont tout autre provient et la soumission inconditionnelle des ordres sociaux traditionnels obtenue, on s’avise qu’on risque ainsi de les détruire et qu’il faut s’en garder. Par quoi les remplacerait-on et comment dirigerait-on ? Il convient au contraire de préserver leur équilibre et d’assurer leur bon fonctionnement, mais subordonné. La « politique d’association »3 baptisée à propos des Maures « politique d’apprivoisement » succède à la précédente. On freine ou du moins on n’encourage pas l’émancipation des forces de travail serviles ou tributaires. Chez les Maures on restaure les émirats de l’Adrar et du Tagant, on reconnaît des fonctions de « chef principal », de chef de province chez les Noirs. Leurs titulaires sont nommés par le Gouverneur parmi les membres les plus « loyaux » des anciens lignages dirigeants qui peuvent y prétendre. Ils reçoivent des soldes fixes et des « cadeaux » aux grandes occasions. Mais leur fonctions sont surtout « politiques » et de prestige. Ceux qui exercent une véritable fonction administrative, au sommet des unités sociales traditionnelles et à la base de l’autorité coloniale, ce sont les « chefs de fraction » chez les nomades (la fraction est reconnue comme « unité administrative de base »), les « chefs de villages » chez les sédentaires. « Proposés » par les djemma ou les conseils d’anciens, en principe selon les procédures traditionnelles, ils sont nommés et révocables par le commandant de cercle. Ils « veillent à la police générale, rurale et sanitaire et à la perception des impôts ». Ils sont essentiellement rémunérés par des « primes de rendement » dans l’exercice de cette dernière tâche.

11Outre ces derniers, l’implantation administrative exige de recruter un certain nombre d’autochtones pour remplir des fonctions « techniques » subalternes : « agents spéciaux » (ou comptables-percepteurs), commis-expéditionnaire, moniteurs d’enseignement, infirmiers et, en pays maure, interprètes franco-arabes.

  • 4 Il existe à Dakar à partir de 1906 un « Service des affaires musulmanes » rattaché au Gouvernement (...)
  • 5 Voir P. Dublé, « L’enseignement en Mauritanie. La medersa de Boutilimit » 1941, 35 p. Dossier CHEA (...)
  • 6 Rapport politique, 1934, Archives, Dakar, 0 595.
  • 7 Les élèves d’école primaire et de medersa sont 25 en 1910, 160 en 1922, 780 en 1941, 2 400 en 1949 (...)

12Cet impact politico-administratif est accompagné d’une action idéologique particulièrement attentive dont le vecteur principal est l’école coloniale4. A cause de la résistance culturelle particulière des colonisés et de l’absence quasi-totale de « mise en valeur » créatrice d’autres emplois « modernes », comme on le verra plus loin, mais aussi de par la volonté du colonisateur de gagner à sa cause les membres des lignages dirigeants et de les intégrer à son administration, l’école coloniale en Mauritanie gardera longtemps des caractères spécifiques et déterminants. D’une part, par une exception remarquable, on y promouvera longtemps la culture islamique traditionnelle et on la réservera aux fils de chefs et de notables. Ce sont, après « l’Ecole de fils de chefs » de Saint-Louis, les medersa de Boutilimit, d’Atar et de Kiffa5. Même après la 2e guerre mondiale, on concédera quelques heures d’arabe dans les écoles primaires et on mettra en garde contre toute «démocratisation excessive »6. D’autre part le taux de scolarisation restera toujours particulièrement faible, même en comparaison de celui déjà peu élevé de l’ensemble de l’AOF7.

  • 8 Dans la plupart des colonies de l’AOF, la chefferie ne représentait plus au moment de l’indépendan (...)

13Le résultat c’est d’abord que le recrutement préférentiel de l’école se fera difficilement, mais de droit puis de fait pendant toute la colonisation auprès des ordres nobles traditionnels. C’est aussi que son seul débouché restera le fonctionnariat, ou le retour à son rang héréditaire. A la fin de la décolonisation le pli sera pris et cette double fonction de reproduction assurée spontanément. C’est aussi que la colonisation ne produira en Mauritanie, contrairement à la plupart des autres territoires d’AOF8, qu’une seule couche sociale intermédiaire entre les sociétés traditionnelles et la société coloniale, faites de chefs, fils de chefs, notables, et fonctionnaires originaires pour la plupart des lignages nobles, aux fonctions à la fois bureaucratiques et « féodales », administratives et politiques. Héritiers d’une autorité traditionnelle dont les mécanismes auront été subordonnés et détournés mais toujours utilisés, ils seront aussi les héritiers désignés du pouvoir colonial lorsque, par étapes, il cédera la place.

1.1.2. L’impact économique

  • 9 Cf. S. Amin, « L’Afrique de l’ouet bloquée. L’économie politique de la colonisation, 1880-1970 ». (...)

14On a montré ces dernières années que contrairement à des affirmations rapides, démarquées trop vite des théories léninistes de l’impérialisme, la colonisation en Afrique de l’Ouest n’a eu ni pour but essentiel, ni pour effet immédiat l’investissement productif, l’exploitation et le profit, sauf exceptions localisées qui ont rarement revêtues des formes proprement capitalistes (cf. économie de traite arachidière au Sénégal). C’est sans doute que la métropole n’en avait pas besoin. Entre les deux guerres la zone protégée de son empire lui a plutôt servi de « repli et surtout de parade à la grande crise »9. C’est aussi certainement que les milieux sociaux traditionnels se prêtaient particulièrement mal à l’introduction de rapports sociaux capitalistes et salariés, sans bouleversements trop coûteux et dangereux. On peut dire par contre que la colonisation les a longuement et lentement préparés à s’ouvrir à de tels rapports.

  • 10 « Notre action économique essentielle consiste à subvenir à nos besoins. Il y a juxtaposition d’un (...)

15Cette absence de mise en valeur est particulièrement évidente en Mauritanie. La colonie est « la parente pauvre de l’AOF ». Comme toutes les autres, elle devrait en principe s’arranger pour assurer ses charges civiles et de gendarmerie. Malgré une pression fiscale relativement très lourde pour les populations, les recettes équilibrent rarement les dépenses et la caisse fédérale doit compléter. Deux produits seulement intéressent les affaires européennes et amènent quelque recette indirecte : la gomme, de moins en moins précieuse et rare, recueillie selon des procédés traditionnels, et le poisson séché exporté en Afrique noire. La deuxième activité n’occupe qu’une dizaine de salariés et toutes deux ne demandent pratiquement aucun investissement. Par contre les frais de fonctionnement de l’administration, au désert, sont très lourds. Les frais d’équipement se limitent longtemps au strict minimum des besoins stratégiques et de souveraineté : postes, pistes10. Ils se multiplieront à partir des années cinquante. Des investissements importants seront faits en particulier dans la recherche minière et l’infrastructure urbaine et routière : ce sera la décolonisation.

16Cependant dans cette absence de mise en valeur locale, l’omniprésence coloniale a des effets sociaux déterminants. Elle englobe en effet des micro-économies de subsistance dans un marché élargi, celui du Sénégal et de l’AOF, et par là les relie à l’économie marchande généralisée du capitalisme mondial. De cette manière, des rapports sociaux de production pour l’essentiel non marchands ne survivent plus que subordonnés à distance à des rapports d’échange monétaire et de travail salarié, tout en étant lentement corrodés par eux sur leur frange.

17Ces effets de subordination et de corrosion peuvent se saisir sous trois aspects liés. Tout d’abord il est incontestable que la paix coloniale favorise par elle-même l’augmentation des productions traditionnelles. Aidé par quelques mesures prophylactiques, le cheptel des Maures et des Peuls se multiplie, déjà de par son seul taux de reproduction naturelle. La vallée du Fleuve gagne la réputation d’être le « grenier à mil » de la région. Mais dans des conditions socio-économiques inchangées et comme le signalent de nombreux rapports administratifs à partir de 1940, la capacité des pâturages et des terres arrive dangereusement à saturation. De plus cette production augmentée est d’autant plus vulnérable face aux rigueurs naturelles non maîtrisés : elle peut être réduite de 40 à 60 % par deux ou trois années de sécheresse (comme en 1941-43), des épidémies, ou sur le fleuve, les sauterelles ou les oiseaux. Par contre, avec la diminution de la mortalité infantile et adulte, la population ne cesse de croitre. Selon les estimations du recensement SEDES de 1965, elle aurait presque quadruplée de 1920 à 1960, avec un taux d’accroissement de 1,7 % : 1920 : 260 000; 1940 : 450 000; 1960 : 940 000.

18Ce déséquilibre malthusien n’a rien de naturel. Il n’existait pas dans les sociétés nomades précapitalistes où jouaient d’autres régulations; il ne s’est jamais vérifié dans l’épicentre du capitalisme; Il est comme partout dans le tiers-monde, un fruit de la pression du second sur les premières, c’est-à-dire ici un effet indirect de la colonisation.

19Il se combine avec ses effets plus directs que sont la pénétration et la généralisation des rapports monétaires. Ceux-ci sont en partie introduits de force par l’impôt, fonction et souci essentiel de l’administration dans ses rapports avec la population. Comme dans le reste de l’AOF, les sédentaires du fleuve sont assujettis à la « capitation » qui frappe uniformément dans une région donnée chaque individu de plus de 14 ans et des deux sexes quelque soit son revenu. Les Maures en sont dispensés, en raison officiellement de leur pauvreté, sans doute aussi de la difficulté à les trouver et les y assujettis. Ils doivent cependant payer la « zekkat » ou dîme d’origine religieuse (qui signifie aussi en principe la soumission du musulman au pouvoir temporel légitime), sous forme d’une taxe annuelle par tête de bétail. Son montant est fixé globalement par le « commandant » pour une fraction. C’est ensuite une tâche essentielle de son chef que de la repartir par famille et de la recueillir. Exemple type où l’on voit une fonction bureaucratique s’articuler à l’autorité traditionnelle, en faisant jouer à son service tous ses mécanismes de solidarité, de clientèle, et aussi de rivalité et d’inimitié.

20Les rapports monétaires se développent ensuite d’eux-mêmes avec l’intensification du vieux commerce de traite, centré surtout sur les escales du fleuve et les villes du Sénégal, mais qui se développe aussi avec le sud-marocain et les quelques garnisons du Sahara espagnol (marchandises hors-taxe ou de de contrebande venant des Canaries). Avec le Sud, les produits échangés sont essentiellement du bétail sur pied et du mil, contre d’abord des tissus d’habillement (percale et guinée), des denrées alimentaires (riz, pain, biscuits, thé, sucre) du tabac et divers petits produits manufacturés (miroirs, parfums, ustensiles divers). Ceux-ci et le tissu achèvent d’étouffer une production artisanale sur le fleuve, qui jadis suffisait aux besoins.

  • 11 En 1929-1931, le prix des bêtes diminue de 50 à 60 %. En 1940-43, où sévissent à la fois la crise (...)

21La circulation de marchandises à l’intérieur du territoire reste certainement très modeste en valeur, mais elle pénètre dans les régions les plus reculées; les points de transaction et les opérations effectuées sont infiniment multipliées. Du coup et de proche en proche, ce sont les effets des fluctuations du marché mondial qui se font sentir dans le moindre village et le moindre campement. La détérioration des termes de l’échange est généralement constante entre produits locaux et produits importés. En temps de crise ou de sécheresse, ou les deux, elle devient catastrophique11. Ce processus ne cesse d’appauvrir relativement la masse des pasteurs et des paysans. Pour payer les impôts et acheter les produits devenus nécessaires même à une stricte consommation du subsistance, il faut impérativement de l’argent. Pour cela, il faut vendre, même en entamant son maigre « capital » : bétail, grains, future récolte… ou s’expatrier à la recherche d’un salaire ou d’un petit profit de colportage.

  • 12 J. L. Boutillier, etc., « La Moyenne vallée du Sénégal. Etude socio-économique » PTJF, 1962, pp. 2 (...)

22On peut avoir une idée du résultat de 50 ans de cette économie coloniale dans l’enquête de la MIMOSES de 1957 sur la rive droite du fleuve. Tout d’abord, en se situant autour de 9 500 Fcfa, soit 45 dollards de l’époque, le revenu global moyen par tête (toutes ethnies, ordres et castes confondues) apparaît, comme disent les auteurs « très proche du strict niveau de subsistance »12. La part monétaire est estimée à peu près à 35 % de ce revenu global. Les recettes monétaires sont fournies pour 50 à 80 % par la vente d’une partie de la production traditionnelle, essentiellement de l’élevage, même chez les Toucouleur. Le reste — et donc déjà surtout chez les paysans — est envoyé par les émigrés de la famille. Les dépenses monétaires sont consacrées pour 70 % à l’achat de denrées alimentaires surtout (locales et complémentaires : mil, lait ; et importées), de tissus ensuite. Le reste, chez la plupart, va au paiement des impôts…

23S’il y a paupérisation relative de la masse, il y a comme toujours dans pareil système d’échange, enrichissement d’une minorité : celle qui reçoit de l’administration un salaire fixe ou une pension, indexés à peu près sur le taux d’inflation; celle qui en vient à maîtriser les réseaux commerciaux à l’intérieur et au Sénégal. Or, on l’a vu pour les premiers, on va le voir pour les seconds, cette minorité favorisée se recrute presque totalement dans celle qui l’était déjà par son statut économique et social dans les formations sociales traditionnelles.

1.2. IMPACTS SPÉCIFIQUES ET EFFETS SOCIAUX DIFFÉRENTIELS : ETHNIES, ORDRES ET CASTES

1.2.1. Les pasteurs nomades maures

24La nature, qu’on vient de résumer, de l’impact colonial se module en fait différemment et se traduit par des effets sociaux différentiels, selon la nature des formations sociales traditionnelles et de chacune de leurs strates, et leurs réactions de résistance ou d’adaptation.

  • 13 De bons observateurs et connaisseurs l’ont noté à la fin de la colonisation : Dubié, Cap. Schmitt (...)

25Globalement la société maure semble traverser la colonisation non seulement en se préservant (mieux que les communautés nomades13 et sédentaires voisines) à la fois dans son identité socio-culturelle ou ethnique et ses structures socio-économiques, mais en s’adaptant en même temps en tant que telle aux changements imposés. La conjonction de plusieurs facteurs en action et réaction peuvent expliquer ce phénomène.

  • 14 L’école est considérée comme une « corvée » ou comme un impôt en enfants, que le chef de fraction (...)
  • 15 Phénomène signalé partout sous diverses formes pendant l’épreuve coloniale, souvent avec aspects s (...)

26Tout d’abord, à une résistance armée plus longue et tardive qu’ailleurs, succède une résistance « civile » et culturelle de masse fondée sur un ensemble plus cohérent et plus enraciné de valeurs arabo-islamiques. Elle se manifeste par un refus obstiné, malgré toutes les pressions de l’administration, de l’école française14 et au contraire par une fréquentation très assidue de l’école coranique par les enfants de tous les ordres et de toutes les castes et par une affiliation généralisée de tous les adultes à l’une ou l’autre confrérie. C’est-à-dire qu’on assiste à une augmentation remarquable de la pratique et de la ferveur religieuse, et du savoir traditionnel de base qui les accompagne15. Plus généralement, les Maures se révèlent longtemps capables, soit de rester totalement étrangers aux nouveaux « pattern » introduits par le colonisateur, soit de les utiliser et de composer avec eux si nécessaire, « pour la nourriture », tout en restant eux-mêmes superbement indifférents, voire méprisants.

  • 16 Surtout après les années de sécheresse. Cf. les travaux de C. Toupet.

27Cette forte résistance culturelle a naturellement des bases objectives. Certes on assiste, surtout après 1945, à une accélération du phénomène séculaire de « descente » des tribus nomades vers le sud. D’éleveurs de chameaux parcourant de grandes distances, un certain nombre de pasteurs deviennent essentiellement éleveurs de bovins et d’ovins. Ils s’alourdissent et leurs déplacements deviennent moins amples et plus rares. C’est un phénomène de semi-sédentarisation ou sédentarisation progressives dans les campements fixes, et en même temps de désertification, qui ne cessera plus de prendre de l’empleur16. Mais les conditions fondamentales de la vie au désert restent inchangées et avec elles les structures tribo-famihales et la solidarité absolue qu’elles supposent (l’Assabya). La vie de campement en brousse (la « badya ») reste le sort commun de l’immense majorité et le centre de gravité de tous. Elle permet d’échapper aussi bien à l’imposition des taxes sur le bétail qu’à celle des valeurs occidentales !

  • 17 C’est la Mauritanie qui inspire Psychari, Saint-Exupéry… et bien d’autres plus modestes. Diego Bro (...)
  • 18 Documentation française, n° 2687, 1960, consacré à la Mauritanie.

28D’autre part, comme on l’a signalé, la politique du colonisateur s’attache à préserver cet ordre social, à tourner ses résistances plutôt qu’à les attaquer de front. Sur place, dans le désert, les administrateurs s’adaptent de force et souvent de gré et avec ferveur aux mœurs beidanes plutôt qu’ils ne les adaptent17. Jusqu’aux années cinquante, le pays maure est considéré comme une sorte de « réserve » sociale (et de plus en plus économique) : « le domaine des chefs de grandes tentes qu’une administration maintient en paix les uns avec les autres », selon l’expression d’un commentateur officieux18.

  • 19 C’est surtout l’œuvre de Cheikh Sidia, qui prône une foi éclairée… et amie de la France. Son grand (...)
  • 20 R. Arnaud l’avait annoncé avec subtilité et cynisme, pour vaincre la résistance cimentée par la re (...)

29Cette attitude du colonisateur permet à la société maure de développer lentement ses potentialités d’adaptations. Politiquement les autorités traditionnelles demeurées en place peuvent peu à peu et de plus en plus collaborer au pouvoir colonial, en y trouvant leur compte et sans perdre la face vis-à-vis des leurs. Idéologiquement, elles peuvent en effet lentement prôner certaines valeurs « modernes » et « occidentales », sans trop se contredire ni renoncer aux leurs propres19. Mais comme la résistance, cette adaptation a des bases objectives20. La première reste la pure et simple nécessité de survivre dans les conditions économiques décrites plus haut. La seconde est la possibilité offerte de développer de nouveaux moyens de subsistance et pour quelques uns d’enrichissement, sans bouleverser les structures économiques et sociales. On a vu en effet que le développement des centres urbains et des zones arachidières au Sénégal, l’établissement de communications sûres du Maroc et du Maghreb jusqu’aux régions du Sahel et de la forêt d’Afrique de l’Ouest, crée une demande solvable en produits d’élevage dans ces zones urbaines ou agricoles, et une circulation de produits, rares d’un côté ou de l’autre.

30Par définition, les Maures ont toujours été les maîtres exclusifs du commerce et des transports à travers le Sahara occidental. La propriété individuelle et aliénable qu’ils ont de leurs troupeaux, selon un droit coutumier conforme au droit islamique le plus pur, leur permet d’en développer aisément la production pour l’échange. Ils en viennent donc à établir des réseaux d’exportation de bétail et d’importation de petits produits manufacturés en Mauritanie et aussi dans toute l’Afrique de l’ouest. Dès 1944 on estime (Dubié) qu’ils sont au moins 20 000 au Sénégal, 30 à 40 000 quinze ans plus tard. Dans certains bourgs ou certains quartiers, ils y exercent le monopole du petit commerce de détail; un peu partout, en particulier à Dakar, ils ont celui des fonctions de courtier en bétail et chervillard. Leur communauté vient juste après celle des lybano-Syriens pour l’importance du chiffre d’affaire. Mais elle ne s’intègre pas au pays ni ne se désagrège. Vivant entre eux et sur un train de vie modeste, les hommes se fixent rarement. Ils retournent périodiquement dans leurs campements d’origine, où ils ont laissé femme et enfants, remplacés sur place par un frère ou un cousin.

  • 21 Surtout les Ahel Cheikh Sidia, principal lignage des Oulad Biri, dont Moktar Ould Daddah et bien d (...)

31On comprend pourquoi l’ordre maraboutique se trouve être l’artisan essentiel et le premier bénéficiaire, aussi bien de ces dynamiques de résistance que d’adaptation. Comme « amies de la paix », les tribus Zaouia jouissent dès le début des faveurs, de la protection et des hbérahtés du colonisateur. Du coup, l’extension de l’enseignement religieux et le renouveau de ferveur confrérique multiplie leur influence et leurs ressources (tournées de quête ou ziara) au sein de la société maure et bien au-delà dans toute l’Afrique noire islamisée. Ce sont ainsi les lignages des grands cheikh acquis à la domination des Nazrani qui deviennent les notables les plus importants et les plus riches de la colonie21. Ce sont leurs enfants et ceux de leurs tribus qui peuplent les premiers et les plus nombreux les medersa, acquièrent les premiers diplômes et deviennent les premiers fonctionnaires maures. Etant déjà traditionnellement, pour certains d’entre elles, les plus grandes propriétaires de troupeaux, de terrains de parcours et de puits (et de main-d’œuvre servile productive) les tribus maraboutiques peuvent développer leur cheptel, sans plus avoir à obtenir la protection de certains guerriers contre l’exaction des autres. Etant déjà aussi les plus commerçantes ce sont certaines d’entre elles aussi qui établissent des réseaux de transport et de commerce de leurs lieux de nomadisation jusqu’au Maroc et en Afrique noire (Ouled Bousba, Ida ou Ah, Smacide, Mechdouf etc.).

  • 22 La comparaison méticuleuse que P. Dubié fait en 1944 des biens et de la fortune d’Abd O Cheikh Sid (...)

32Les tribus guerrières sont par contre dans chaque région les premières et les dernières ennemies de la pacification française. Avec elle elles perdent aussi bien les moyens et raisons de leur prééminence que leurs sources de revenus. Ceux-ci étaient moins dans la possession de troupeaux que dans la protection contre biens et services de certains possesseurs (marabouts) et producteurs (tributaires et serviles) et le dépouillement de ceux de leurs rivaux. Par souci d’équilibre, comme on a vu, l’administration cherche bien à redorer leurs blasons. Elle honore et pensionne certains d’entre eux, surtout les émirs et chefs de confédération. Mais à long terme, les guerriers doivent pour s’adapter se « reconvertir » à l’image des marabouts, en éleveurs, en commerçants, et du reste souvent aussi en pieux lettrés22.

  • 23 Les auteurs coloniaux ne s’en privent pas, qui, comme ailleurs au Maghreb, et non sans raisons pol (...)

33On sait que le dynamisme de la société maure traditionnelle était fondé sur une compétition au sommet entre les deux ordres nobles : hommes d’armes et clercs, de « l’étrier » ou du « Livre »; qui recoupait en partie une rivalité séculaire entre tribus arabes Hassan survenues à partir du xiie siècle et tribus berbères Zenaga installées depuis longtemps. Dans le contexte de la vie traditionnelle au désert, elle s’était réglée incontestablement, du moins globalement à partir du xviie siècle, mais sans s’arrêter, par la suprématie des seconds sur les premiers. La colonisation peut apparaître en ce sens comme la revanche définitive des clercs et des Zenaga, de « l’encre des marabouts » sur le « sang des guerriers »23. En fait, il s’agit d’un tout autre contexte, où cette opposition devient de moins en moins pertinente et de plus en plus dépassée. Au début du nouvel ordre établi, elle joue encore un rôle important au niveau des clientèles politiques et comme voie d’accès plus ou moins privilégiée aux nouveaux moyens de pouvoir et de richesse. Mais elle n’en est plus la source et le ressort. Si elle garde une certaine importance dans les représentations idéologiques, ce sera en dissimulant des dynamiques plus efficaces désormais déclenchées.

34Aussi bien est-ce l’assise économique des deux ordres dominants qui se trouve mise en cause par la lente dissolution des liens d’exploitation qui liaient la masse de ceux qui étaient « sous l’étrier ou sous le Livre » : éleveurs blancs tributaires, artisans et artistes castés, et surtout main-d’œuvre servile d’affranchis et d’esclaves domestiques. Marabouts et guerriers font tout ce qu’ils peuvent pour les maintenir. Ils y sont encouragés discrètement par l’administration, qui ne tient pas à ruiner l’économie pastorale et celle des palmeraies, ni à multiplier ce que les rapports appellent des « déclassées ».

  • 24 Boutillier, op. cit., p. 305 et passim.

35Cependant, surtout après 1945, un certain nombre de droits et redevances de clients et tributaires tombent en désuétude, sont « oubliés » par leurs redevables, ou refusés et « rachetés » en une seule fois par l’entremise de l’administration. Ceux-ci deviennent alors parfois des éleveurs aisés, quoique toujours considérés comme des « béotiens ». La traite en grand des esclaves et le droit pour le maître de récupérer les fuyards ou de toucher le prix de leur rachat avaient été supprimées au début du siècle. Mais cette suppression reste souvent théorique. L’esclavage domestique demeure et continue à se reproduire héréditairement, à être l’objet d’une circulation marchande discrète, sous forme de cadeaux ou de dévolutions héréditaires. S’il dure cependant, c’est plus par une contrainte intériorisée depuis des siècles, et entretenue, et aussi parce que bien peu d’autres moyens de subsistances existent sur place. Comme ils sont les plus « travailleurs » cependant, et les plus qualifiés, certains deviennent salariés de l’administration ou établissent une sorte de contrat de métayage avec d’autres maîtres. Ce sont ainsi surtout des harattine qui deviennent courtiers et chevillards à Dakar et qui en viennent à couper le plus facilement tout lien avec leurs campements d’origine. Une évolution remarquable aussi de ce point de vue, c’est celle de ces serviteurs et affranchis cultivant les terrains de leurs maîtres dans le sud et le sud-ouest, ou récoltant leur gomme pour eux. Si la plupart continuent à verser des redevances coutumières (1/10 de leur production de mil), ils s’organisent peu à peu en fractions ou en villages autonomes et se considèrent de plus en plus propriétaires de leurs terres en vertu d’un droit d’usage lentement reconnu. Ils seraient au moins 50 000 dans ce cas en 195824.

1.2.2. Les agriculteurs sédentaires négro-africains

36Sur les Ouolofs, Toucouleur et Sarakole de la rive droite du Fleuve et du Hodh, l’impact colonial semble avoir eu des effets à la fois, et relativement aux Maures, plus déstructurants et moins différentiels.

37On peut peut-être expliquer le premier caractère par une série de facteurs complémentaires.

38Les structures d’ordres et de castes de ces formations sociales se trouvaient plus complexes (au niveau de la division artisanale du travail) et tout aussi rigides que celles des nomades. Mais si les structures étaient restées fixes, les titulaires et leurs hiérarchies avaient souvent changées. Autrement dit, dans un type d’ordre social intangible, la mobilité sociale était plus grande. La colonisation proprement dite, en particulier, avait été précédée d’un siècle de guerres et de rivialités commerciales des formations sociales voisines entre elles et avec les Français de Saint-Louis. L’ordre montant, au cours de ce processus, et dominant à son issue, avait été un peu partout celui dit des « marabouts », c’est-à-dire des sectateurs zélés de l’Islam et commerçants, sauf chez les Toucouleurs où les Torobe se trouvaient être des paysans-marabouts-guerriers tout à la fois. Il en était résulté sans doute aussi des structures socio-économiques plus fragiles et des « idéologies dominantes » islamiques moins profondément et universellement partagées que chez les nomades maures, hantés par la volonté d’être à la fois fils du Prophète et des tribus bédouines.

39Du coup la colonisation s’impose beaucoup plus tôt et plus totalement et le fait avec moins de ménagements. Comme ailleurs en Afrique noire, le réseau administratif est plus dense et son poids est plus lourd. Impôts, corvées et conscription sont imposées régulièrement. De plus le système de production, (c’est-à-dire aussi bien le droit foncier caractérisé par l’indivision et l’inaliénabilité des terres, que la structure sociale caractérisée par la vie et la consommation communes de la grande famille — la concession —, qu’enfin la nature même de la production vivrière) s’adapte moins facilement que celui des Maures à l’échange « privé ». Enfin, à partir de 1920, la vallée du Fleuve est délaissée comme voie de communication et zone de plantation à commercialiser au profit des régions plus au sud que traversent les lignes de chemin de fer Dakar-Saint-Louis et surtout Dakar-Bamako. Au total, l’impact économique tel qu’on l’a décrit plus haut a des effets plus rapides et plus destructeurs chez ces paysans sédentaires. Exportant encore de 20 000 à 30 000 tonnes de mil, par les maisons de commerce du Sénégal, entre 1930 et 1939, la région du fleuve autoconsommera pres-qu’entièrement sa production à partir de 1944, pour troquer seulement le reste contre le lait des Peuls ou des Maures voisins. Très vite une partie des hommes devront s’expatrier pour nourrir leurs familles et payer l’impôt.

40Le deuxième caractère — impact moins différentiel — peut s’expliquer par le fait que quelques soient la noblesse de leur ordre ou la spécialisation de leur caste, les sédentaires sud restent tous fondamentalement des paysans cultivant eux-mêmes leurs lopins de terre (3 à 4 hectares par ménage). Seuls quelques anciens lignages domiants (lawankobe chez les Toucouleur) ont assez de terres (jusqu’à 30 à 40 hectares), et de clients pour les cultiver et peuvent éviter de mettre la main à la pâte, comme l’ensemble des nobles maures.

  • 25 Cf. sur ces mécanismes de déstructuration et restructuration liés à l’émigration, les très intéres (...)

41Aussi est-ce à peu près également dans tous les ordres et castes qu’on observe une lente désagrégation du droit foncier et du mode de travail et de vie collectif. Si la solidarité entre parents directs et enfants reste très solide, la dynamique imprimée par l’individualisation et la monétarisation des impôts et des biens (dots et douaires) exacerbe la rivalité toujours latente entre frères (aînés et cadets) et alliés25. Elle pousse au partage des terres indivises et à la propriété personnelle vendable, ou louable, et exploitée par ménages. Dans le même sens la pratique et jurisprudence, dans les nombreux cas de litiges entre « droits de maître » et « droit d’usage » tranchent de plus en plus en faveur de la reconnaissance du second.

  • 26 Sur cette question, cf. outre Boutillier, op. cit. et le livre cité note 25; A. Diop, « Société To (...)

42C’est aussi dans tous les ordres et toutes les castes que se développe l’émigration forcée à la recherche d’argent26 et les deux phénomènes sont naturellement liés. Dès le début de la colonisation elle touche les Toucouleur et surtout les Sarakole. Elle est alors saisonnière : c’est le système du navétanat dans les zones arachidières. Elle s’intensifie fortement à partir des années de la grande crise et devient plus souvent « temporaire », durant éventuellement des années et se renouvelant plusieurs fois dans une existence active. Au milieu des années 50, chez les Toucouleur, les 3/4 des hommes auront déjà quitté la vallée au moins une fois; entre deux périodes de récolte 25 à 30 % de ceux ayant entre 25 et 50 ans seront absent à la fois… Les Sarakolé sont surtout commerçants ou chauffeurs dans la marine ou dockers; les Toucouleur plus souvent manœuvres et domestiques (« boys »).

43En contrepartie, si l’on peut dire, de cette destructuration plus poussée des ethnies noires, il est certain que dès le début de la colonisation, la scolarisation est plus forte et son élitisme moins poussé que chez les Maures. Outre que son implantation est plus facile, la résistance est moins obstinée. De même y-a-t-il une adaptation plus aisée aux fonctions techniques et bureaucratiques, une répugnance moindre aux travaux manuels ou subalternes. A la veille de l’indépendance, la majorité des fonctionnaires qualifiés ou diplômés (enseignants, comptables, infirmiers…) et des ouvriers spécialisés (chauffeurs, mécaniciens, maçons…) seront, en Mauritanie, des Noirs.

1.2.3. Maures et Noirs

44Ceci amène à souligner un autre effet social majeur et à longue portée de l’imposition coloniale. Comme ailleurs celle-ci a réuni dans un même territoire et sous une même autorité centralisée des populations différentes par leur groupe social et ethnique d’appartenance. Elles le sont de plus ici par le mode fondamental de production et de vie, par la race et par l’ensemble socio-historique de référence. Elle les a séparé en même temps, d’autres populations de même ethnie, race et ensemble de référence. Ces partitions, et les frontières qui les marquent, sont totalement arbitraires du point de vue de l’histoire et des structures sociales traditionnelles.

  • 27 En combinant certains résultats de l’enquête SEDES de 1965 et diverses autres sources (annuaires d (...)

45Concrètement, il s’est trouvé que les Maures de Mauritanie constituaient à la fois la majorité de la population du nouveau territoire et la majorité de leur propre ethnie (environ 80 % dans les deux cas). Des minorités se sont cependant trouvées englobées (principalement, car il s’agit de nomades) dans les territoires voisins : Tekna du sud-marocain (Tarfaya), Tadjakant et Regueibat du sud-algérien (hamada de Tindouf), Kounta du Soudan, futur Mali (jusque vers Tombouctou), et surtout Oulad Delim, Regueibat, Izargien, Arosien, etc. de l’ex-Sahara espagnol. Les paysans noirs du sud au contraire se sont trouvés minoritaires dans la population mauritanienne. Ils sont aussi les minorités de diverses ethnies… qui forment la majorité ou des groupes importants des territoires limitrophes du sud ou de l’est27.

46On a dit qu’en tant que communauté nomade, les Maures avaient eu la « chance » de se trouver groupés majoritairement dans un même territoire, et non comme les Touaregs par exemple également dispersés en trois ou quatre. Mais ils vont se trouver pendant quarante ans englobés dans un ensemble géo-politique à majorité sédentaire et négro-africaine et orienté vers lui, relativement coupés du Maghreb et du monde arabe auxquels toutes leurs traditions historiques et sociales les attache.

47A l’intérieur, la colonisation réunit sous le même pouvoir et dans le même statut des formations sociales qui avaient certes entretenus des rapports séculaires à la fois de complémentarité et d’opposition mais toujours à distance. A son terme elle aura réalisé un certain brassage des populations. Vers 1955, il y aura 60 000 Maures établis sur les bords du fleuve, en pays traditionnellement peuplé de sédentaires noirs, et autant dans les pays voisins d’Afrique noire. Inversement, partout où se sera fondé et développé un nouveau centre administratif ou économique, on trouvera des Noirs, venus séjourner comme fonctionnaires, techniciens, artisans, manœuvres ou gens de service.

48Cette situation déterminée par la colonisation posera des problèmes intérieurs et régionaux lors des indépendances et des constructions nationales. Elle n’a pas fini d’en poser.

49Pendant la colonisation, cette situation sera suffisamment maîtrisée et utilisée par la même puissance étrangère, à l’intérieur et dans toute la région, qui l’a déterminées à son usage. Les partenaires ethniques seront amenés à partager partout la même soumission ou la même résistance vis-à-vis d’elle. Quand, à l’issue d’une décolonisation spécifique, elle se fixera en Etats souverains et balkanisés, de difficiles problèmes d’unité nationale et d’équilibre régional seront posés à la société mauritanienne ainsi formée.

2. — L’INDÉPENDANCE : LA FORMATION RAPIDE D’UNE SOCIÉTÉ SOUS-DÉVELOPPÉE ET SES CONTRADICTIONS

2.0. INTRODUCTION

50La périodisation très schématique adoptée ici, ne doit pas induire en erreur. Il convient donc de rappeler les deux caractéristiques de l’évolution sociale globale soulignées en 1.0.

51D’une part, la transition entre la Mauritanie comme rassemblement arbitraire de plusieurs sociétés traditionnelles hétérogènes sous même administration coloniale, et la Mauritanie comme structure socio-économique sous-développée ou « en voie de développement » dotée d’une indépendance politique au départ très formelle, se fait, comme dans le reste de l’AOF, sans ruptures majeures et dans la continuité. Dès 1946, avec l’Union française et ses élections, puis avec la Loi-cadre, les referendum et la Communauté, une classe politique autochtone, dont on a vu l’origine et la formation, s’organise en Parti à l’ombre de l’administration coloniale à laquelle elle participe, prend peu à peu le relai du pouvoir et occupe les places de son appareil. Vers la même époque, les investissements du FIDES et les travaux du BRGM (Miferma, 1952; Micuma, 1953) préparent l’exploitation du fer et du cuivre, puis commencent à établir l’infrastructure urbaine et routière nécessaire aussi bien à cette exploitation qu’à cette autonomie politique et administrative.

  • 28 Il faut du reste le signaler d’entrée et une fois pour toutes. L’objet essentiel des pages qui sui (...)

52D’autre part, cette transition n’est pas fondamentalement déterminée par l’opposition politique locale, mais par l’évolution des objectifs de la Métropole vis-à-vis de l’ensemble de ses possessions africaines. Cette opposition politique existe pourtant très tôt (Horma 0. Babana et Parti de l’Entente, 1948). Mais, comme cette évolution de la politique métropolitaine, elle apparaît autant comme le retentissement local des bouleversements survenus dans l’équilibre mondial d’après-guerre que comme le produit de contradictions internes. En ce sens, colonisation et décolonisation apparaissent bien une fois de plus comme un processus historique d’introduction de sociétés jusqu’alors relativement fermées (ou plutôt redevenues telles à la fin des grandes époques historiques africaines et arabes), dans un champ de force économique, comme déjà souligné, mais aussi politique et idéologique, mondial. La politique de « décolonisation » française elle même, de 1945 à 1960, est loin de répondre à un dessein cohérent et à long terme et, comme on sait, l’indépendance n’apparaît comme un but envisageable que dans les toutes dernières années. Elle est cependant constamment et objectivement sous-tendue par le croisement de deux contraintes de plus en plus manifestes : anachronisme et danger de la domination purement coloniale face à la prise de conscience collective et aux luttes des peuples du Tiers-Monde; nécessité pourtant de préserver des domaines économiques (sources de matières premières et débouchés de capitaux et marchandises) et stratégiques plus ou moins exclusifs, dans le cadre de la concurrence, non seulement entre puissances capitalistes de plus en plus dominées par la superpuissance américaine, mais entre celles-ci et le « camp socialiste ». C’est sous la pression de ce contexte mondial, qu’en Mauritanie plus encore que dans les autres pays d’AOF, l’indépendance est octroyée et ménagée plutôt (ou avant) que d’être conquise. Elle est un point de départ de transformations et donc de luttes sociales et nationales, plus qu’un point d’arrivée28.

53Cependant, dans les années 1958-1960, cette évolution ne se fait pas sans une hâte et des a-coups qu’expliquent la conjoncture : guerre d’indépendance algérienne, revendications du jeune Maroc progressiste sur la Mauritanie, soulèvement avec son « armée de libération » du Sahara espagnol d’alors et pénétration en Mauritanie, tout cela avec la sympathie d’une bonne partie de la population maure et de certains notables; volonté en même temps de la France d’exploiter les richesses sahariennes (OCRS) et en particulier le fer de Zouerate, et difficultés à le faire (et à obtenir les prêts nécessaires) dans cette situation instable… L’année 1960, voit donc en Mauritanie la conjonction spectaculaire de deux événements déterminants : proclamation de l’indépendance et (quelques mois auparavant), grâce au prêt enfin accordé par la BIRD, signature de la convention avec MIFERMA et démarrage des travaux. C’est cette conjonction, célébrée avec enthousiasme à l’époque par les officiels mauritaniens et français, qui fait en effet de l’évolution sociale survenue en Mauritanie non pas un cas original, mais un cas particulièrement exemplaire et rapide de formation d’une structure socio-économique typiquement « sous-développée » encadrée par une superstructure politique et idéologique « indépendante ».

54L’objet de cette contribution n’est pas l’économie de la Mauritanie indépendante. Il faut bien cependant l’évoquer brièvement d’entrée tant elle détermine l’évolution sociale qu’on détaille plus loin.

  • 29 « L’année 1967, avec un budget de 4 850 millions de F CFA, marquerait donc avec un net excédent de (...)

55Dans la première décennie de l’indépendance, le schéma théorique du développement, qui se révèle ensuite en bonne partie idéologique, est sur le même modèle qu’un peu partout ailleurs. On se doute déjà que la force de travail qualifiée et les capitaux étrangers investis ponctuellement et massivement dans l’extraction et l’exploitation des matières premières minérales, auront peu d’effets directs sur l’économie « attardée » du reste du pays. On estime cependant qu’ils attireront d’autres capitaux, qu’ils auront eux-mêmes quelques effets induits et indirects, bref qu’ils permettront un « décollage ». Ce sera le rôle essentiel de l’Etat, pensent les prévisions les plus logiques, que d’opérer un transfert de valeurs du secteur minier au « secteur rural » (où vit alors 98 % de la population), grâce aux énormes « redevances » reçues de Miferma et aux aides publiques29.

56En réalité, c’est une dynamique de « développement du sous-développement » qui s’instaurera comme ailleurs dans des conditions analogues. L’aide publique étrangère (à 80 % française jusqu’en 1968) constituera bien l’essentiel des investissements. Mais ceux-ci se fixeront presqu’uniquement dans la construction localisée et concentrée d’une infrastructure économique et d’un équipement public susceptibles d’attirer les capitaux privés. Ceux-ci à leur tour iront obstinément à quelques secteurs utiles pour leurs détenteurs et aux profits sûrs et rapides (mines, pêche industrielle…), réalisant ainsi des îlots de croissance capitalistique enclavés et dépendants de l’extérieur. L’Etat devra conserver l’essentiel de ses recettes (dont 25 à 35 % provenant directement ou indirectement de Miferma) à l’entretien de son propre appareil, peut être proportionnellement moins pléthorique qu’ailleurs, tout aussi parasitaire en termes de productivité économique. Enfin, l’épargne et les capitaux privés nationaux, relativement non négligeables ne voudront ou ne pourront faire mieux que de s’évader à l’étranger (grâce à la zone franc) ou d’aller dans la spéculation foncière et immobilière d’abord, dans les activités tertiaires ensuite…

  • 30 références : Enquête démographique 1964-1965 SEDES-INSEE au 1/20 de la population mauritanienne. « (...)

57A vrai dire, cette structure économique et sa dynamique n’est que l’autre face de la structure sociale et de sa dynamique. Elles sont réciproquement causes et effet l’un de l’autre, tant il est vrai que les rapports de production, d’échange et de consommation sont toujours déjà des rapports sociaux et qu’ici les rapports sociaux internes sont d’emblée dépendants des rapports externes. Cette interdépendance est déjà brutalement manifeste au niveau des données démographiques d’ensemble et de leur évolution30.

58La population mauritanienne serait en 1975 de 1305 000 habitants (environ 3/km2), en tenant compte d’un taux d’accroissement annuel de 2,1 % à partir d’une population de 1060 000 en 1965. La structure d’âge est du type « parasol », provoquée par une mortalité (surtout infantile) en baisse et une natalité demeurée forte. Il y aurait 61 % de moins de 25 ans, 43,5 % de moins de 15 ans et l’espérance de vie moyenne serait de 40 ans. Mais ce sont les changements survenus dans la répartition de cette population qui sont les plus frappants.

59En 1960, on pouvait encore sans risque de distorsions importantes, établir les équations suivantes : pasteurs nomades = Maures = population des 8/10 du territoire; agriculture sédentaires = négro-africains = population établie sur les 2/10 du territoire (Fleuve et sud-est). Il y avait une densité moyenne de 0,5 à 1 hab/km2 dans le premier cas, de 15 à 17 % dans le second (et jusqu’à 35 sur le Fleuve). La population véritablement urbanisée à l’intérieur du territoire était négligeable : quelques ksouriens traditionnels, notables ou serviles, quelques familles de fonctionnaires, artisans, commerçants, soit 38 000 sur 960 000…

60En 1975, un compte aussi simple est devenu tout à fait impossible. Définissant comme sédentaires « les personnes séjournant plus de six mois dans l’année dans une ville ou un village » (celui-ci défini à son tour comme agglomération comprenant au moins une partie des habitations « en dur »), définissant comme nomades ceux séjournant inversement et dans les mêmes conditions en campement (habitations « amovibles »), le service des statistiques donne l’évolution suivante en pourcentage pour l’ensemble du pays :

61Le Sud s’est encore surchargé en densité de sédentaires ruraux et urbains, dont désormais une forte proportions de Maures. Le nomadisme ne reste vraiment prédominant que dans les régions particulièrement isolées du centre et de l’est sud-est (9e et 11e région). Dans le nord et le nord-ouest, étant donné l’immensité de ces contrées, la densité demeure de mois de 1 %. Mais les citadins constituent désormais la grande majorité de la population dans ces espaces réservés quinze ans plus tôt et depuis des siècles aux seuls grands nomades. La 1e région (Zouerate) est passée de 40 % de citadins en 1965 à 79 % en 1975; la 8e région (Nouadhibou) de 66 à 78 % ; la 6e, à peu près le Trarza et en incluant Nouakchott, en fait administrativement séparé, de 11 % à 50 %… !

62Il est vrai que ces phénomènes de sédentarisation et d’urbanisation en masse n’ont pris une telle ampleur qu’à la suite des quatre années de sécheresse (1969-1973). Il est difficile d’estimer combien de citadins redeviendraient ruraux et de sédentaires nomades en période « normale », si cette expression signifie quelque chose. En fait tout indique (route Nema-Nouakchott, industrialisation de Nouadhibou, Zouerate, Akjoujt, « mise en valeur » du Fleuve) que cette tendance se maintiendra, ainsi que l’indiquent des sondages effectués auprès des immigrés urbains, et les prévisions mêmes du service de statistique (35 % de population urbaine en 1985). Ce n’est pas l’état de guérilla (imprévu, quant à lui) établi depuis deux ans qui l’aura contrarié. Et comme on va le voir plus précisément, cette tendance, en très grande part incontrôlée, se trouvait largement amorcée depuis 1960.

2.1. LA FORMATION RAPIDE D’UNE STRUCTURE SOCIALE PROPRE AU SOUS-DEVELOPPEMENT

2.1.1. Villes nouvelles et nouvelles classes sociales

63Même en Mauritanie, l’urbanisation est un phénomène très ancien. L’histoire, le caractère et l’importance des villes actuelles symbolisent assez bien la succession des trois époques sociales que le pays a connu et en un sens leur superposition ou leur articulation spécifique dans la Mauritanie d’aujourd’hui.

64Il y a d’abord les cités précoloniales, datant parfois du xiiie voire du xe siècle. Etapes ou croisement des pistes du commerce transaharien, elles étaient du coup l’enjeu stratégique des pouvoirs tribaux et ethniques fondés sur ces échanges; souvent aussi centres intellectuels et lieux de culture irriguée. La plupart ont décliné ou même complétement disparu, après des périodes de splendeur, surtout avec la colonisation ou même la « précolonisation de traite » qui ont redessiné la carte commerciale et stratégique de la région. Quelques-unes se sont maintenues en ajoutant à cette époque, à leurs anciennes fonctions, celles de centres administratifs ou militaires : Ouadane, Chinguetti, Tidjikja, Tichit… Mais parmi elles, seuls Atar et Kaedi, jadis sièges de l’émir de l’Adrar et de certains almamy du Fouta devenus respectivement plaque-tournantes militaires et commerciales à l’intérieur de la colonie, dépassent aujourd’hui 5 000 habitants.

  • 31 Références 1969 et 1975 : cf. note précédente; 1962 : recensement urbain de 1961. Auparavant chiff (...)

65Comme on le sait, la capitale administrative et politique de la Mauritanie pendant la colonisation, c’est un quartier de Saint-Louis. Celle-ci n’en favorise pas moins la création de quelques agglomérations. A partir de l’implantation d’un poste administratif et d’une modeste garnison le long des nouvelles voies stratégiques et commerciales, elles deviennent pôles de sédentarisation, lieu de rassemblement d’une « clientèle » coloniale, marchés de traite : Boutilimit, Aleg, M’Bout, Boghé, Mederdra, Kiffa, Fort-Gouraud, Nema… Mais à part Port-Etienne (Nouadhibou) et Rosso, portes maritime et routière, respectivement, de la colonie et du nouvel Etat, Boghé et Aïoun, villes du sud, (et bien sûr Nouakchott, Fort-Gouraud-Zouerate), elles ont toutes en 1975 moins de 10 000 habitants. Quant à celles-là, avec les deux autres précédemment citées qui ont pris un nouveau rôle à chaque étape, elles sont les seules agglomérations de 10 000 habitants et plus et leur évolution démographique se lit comme suit31 :

66Si l’on entend avec le service de statistique, par population urbaine celle des 12 chefs-lieux de région plus celle des agglomérations de plus de 5 000 habitants, soit 17 villes, Nouakchott, Nouadhibou, Zouerate et Akjoujt totalisent 53 % de cette population en 1975 (et Nouakchott seul près de 30 %). Elles concentrent et monopolisent la quasi-totalité des fonctions économiques, administratives et politiques « modernes ».

67Or, ces quatre villes sont autant de créations pratiquement « ex nihilo » des toutes dernières années de la colonisation, issues de projets politiques et économiques alors largement impulsés et totalement financés par la France, dont elles étaient les conditions : l’indépendance et l’exploitation minière. Dans leurs structures et leur évolution, elles figurent assez parfaitement les effets prévus, et aussi ceux totalement non pris en compte, de la croissance économique ponctuelle, excentrée et désarticulée par rapport au reste du pays, dont on parlait plus haut, et de sa superstructure politique.

68Avec leurs immeubles en cube posés dans les carreaux dessinés par des arteres rectilignes et perpendiculaires, les plans d’urbanisme originaires manifestaient peu d’adaptation à la civilisation du pays. Par contre, ils opéraient d’emblée une ségrégation entre les catégories sociales prévues, qui n’a fait que s’accentuer : quartier des ministères et quartier des villas résidentielles séparés par « l’avenue de la dune » des immeubles pour petits et moyens fonctionnaires mauritaniens et de la « medina » populaire et marchande à Nouakchott; cités de villa des cadres européens et rares assimilés et cités de « logements économiques » pour main-d’œuvre africaine à Zouerate, Cansado (Nouadhibou) ou Akjoujt.

  • 32 Voir aujourd’hui la thèse de J. R. Pitte, Nouakchott, capitale de la Mauritanie, Paris, CNRS, 1975 (...)

69Nouakchott32 avait été construite en prévision de 20 à 30 000 habitants en… 1975 : fonctionnaires mauritaniens et étrangers et quelques emplois tertiaires et les familles. Il y en avait bien 30 000 en 1968 et plus de 45 000 en 1970. Zouerate était destinée à 5 000 salariés de Miferma (50 villas cadres, 160 logements maîtrise, 870 « logements économiques ». Dès le début, dans ces villes, crise du logement et spéculation immobilière sévissaient avec fureur et les quartiers africains devenaient vite sursaturés. Dès 1966, il y avait un bidonville de 6 000 habitants surgis du plein désert à Zouerate, cahé par un mur limitant la concession de Miferma… Dès 1970, on estimait à 20 0000 personnes la population qui s’abritait dans les habitations de caisses et de tentes en loque qui ceinturaient Nouakchott. Dans tous les cas, les problèmes d’eau se posent de manière plus ou moins aiguë. La sécheresse n’a fait que multiplier ces phénomènes. De 1965 à 1975, la population urbaine a augmenté officiellement de 280,7 % ; celle de Nouakchott seul de 422,8 %, qui donne l’énorme taux d’accroissement de 20 % par an. Mais malgré les chiffres officiels ce taux se situait déjà à 10 % par an entre 1962 (fin des chantiers et installation de la population de base) et 1967.

70Dans les cités « précoloniales » et « coloniales » évoquées plus haut on trouve une plus forte proportion de femmes et d’enfants en bas âge : familles de notables, de leurs clients et serviteurs. Les hommes sont « en brousse » et surtout en ville ou immigrés temporaires à l’étranger. Par contre, dans les huit villes citées plus haut, le taux de masculinité/féminité se situe entre 105 et 180 % (à Nouadhibou), celui entre jeunes (femmes de moins de 15 ans, hommes de moins de 18 ans) entre 45 et 55 %. Il faudrait pouvoir insister sur les bouleversements des mœurs conjugales et familiales qu’une urbanisation aussi galopante, incontrôlée et déséquilibrée a provoqué y compris sur la prostitution et la délinquance qu’elle a créé également à partir de zéro et fait croître à vue d’œil.

  • 33 In Bulletin mensuel du service de statistique de la RIM, publié (irrégulièrement) depuis 1964.

71Mais on manque de place et du reste de toute étude sérieuse sur ces questions. Par contre, les statistiques officielles renseignent assez régulièrement sur « les emplois salariés dans le secteur moderne »33 qui constituent les populations de base des villes nouvelles. A partir des catégories socio-professionnelles ainsi inventoriées, on voudrait ici donner une idée des classes nouvelles qui se forment depuis 15 ans avec l’urbanisation, c’est-à-dire à partir ou autour des activités administratives et minières. Ces classes ont certes des effectifs bruts très réduits, mais, comme le montre plutôt leur taux de croissance, leur importance réelle est encore bien plus grande que leur poids numérique relatif, déjà plus conséquent, par rapport au reste de la population. On peut remarquer aussi leurs caractères communs avec les couches sociales analogues, également plus ou moins réduites, des pays voisins. S’agissant par exemple, des ouvriers ou des commerçants, on sait du reste à quel point les nationalités y sont brassées. Bref, il s’agit bien de classes en formation, si du moins l’on donne à ce terme une acceptation précise reçue : celle de groupes sociaux dont les membres sont déterminés spécifiquement par une position semblable dans le système de production, donc d’échange et de consommation, et non plus, comme dans les ordres et les castes dont on a parlé précédemment, par des fonctions héréditaires déterminées aussi par des statuts politiques et idéologiques.

72Les quatre villes nouvelles citées plus haut, ont reçu depuis 1960, 80 à 90 % des investissements privés ou publics. Elle concentrent aussi dans des proportions analogues l’emploi salarié privé et public. Selon les statistiques que l’on a pu recueillir, celui-ci se répartit globalement de la manière suivante :

73En 1975, ils ne constituent encore qu’un peu plus de 2 % de la population globale, environ 5 % de la population potentiellement active, mais ils produisent par leur activité 50 à 60 % du PIB.

74Jusqu’en 1970, la classe ouvrière constituait 90 % de ce salariat privé national déclaré, soit des ouvriers manuels dont les 2/3 étaient manœuvres ou aides spécialisés. Ils étaient employés pour 50 % par Miderma, 25 % dans les bâtiments et TP, 20 % dans le tertiaire (commerce, transports, manutention, service). L’emploi dans ces deux derniers secteurs est toujours demeuré très fluctuant (par ex débauchages très importants en 1963, avec la fin des chantiers de Nouakchott et Zouerate). Il n’est resté stable que dans le secteur minier. Par contre,, la mobilité ou le turn-over ont toujours été très élevés dans tous les secteurs, sauf pour la minorité d’ouvriers vraiment qualifiés. Tous les indices laissent entendre que cette structure des emplois déclarés ne s’est guère modifiée depuis 1970. A la demande stable d’emplois de Miferma devenu Cominor, s’est ajoutée, non sans crises et licenciements préalables, celle du secteur de la pêche industrielle et des mines de cuivre d’Akjoujt (800 environ). Ce qui a certainement beaucoup augmenté, en particulier depuis la sécheresse, c’est le nombre des salariés non déclarés (à la Sécurité Sociale et dans les recensements administratifs) embauchés par les petits et moyens employeurs mauritaniens dans les transports, le bâtiment, le commerce et aussi les « services domestiques ». On pouvait déjà les estimer à 20 % du chiffre officiel avant 1970. Il semble que cela puisse aller aujourd’hui jusqu’à 30 ou 35 %.

75Bien entendu cette main-d’œuvre, en particulier celle des « boys », est particulièrement sous-payée. Mais c’est le pouvoir d’achat de tous les ouvriers, comme du reste de la plupart des salariés, qui n’a cessé de diminuer en valeur relative depuis 1960. Déjà de 1962 à 1969, le SMIG était resté fixé à 6 000 F CFA environ (35,9 l’heure), alors que les produits importés de première nécessité (thé, sucre, tissu, riz) augmentaient de 46 %. Un manœuvre était donc payé autour de 6 000 F CFA, les ouvriers et aides spécialisés autour de 10 000 et les ouvriers qualifiés (un sur quatre) entre 20 et 25 000. Pour donner une idée du salaire réel, les dépenses annuelles d’un ouvrier maure, marié avec deux enfants, réduites au strict minimum de consommation traditionnelle (« boubous », sucre, beurre liquide, thé, mil, riz) avaient été évaluées empiriquement en 1967 à 98 250 F CFA. Un manœuvre en gagnait alors environ 72 000, un ouvrier entre 100 et 120 000. Le loyer partagé d’une chambre commune s’élevait facilement au plus à 2 ou 3 000 CFA par mois (5 000aujourd’hui) et pour chacun. En 1969, le SMIG était enfin augmenté de 15 %, puis de 10 % en 1973, donnant à peu près 9 000 F CFA au mois, mais entre temps les mêmes produits avaient au moins doublé chez les petits commerçants mauritaniens. Enfin en 1975, il a encore été augmenté à deux reprises, situant le salaire moyen de l’ouvrier entre 12 et 18 000 F CFA (2 500 à 3 000 ouguiya), mais l’inflation augmentait les prix de 15 % par an environ…

76A ces ouvriers du secteur privé, on peut joindre presque 3/5 du personnel de la fonction publique : manœuvres, planton, gardiens, domestiques… pour la plupart « contractuels » et rémunérés au même niveau. Cela fait alors près de 60 % de la main-d’œuvre proprement mauritanienne qui se trouve employée dans le secteur tertiaire (transports et manutention inclues).

77La place et la part des salariés du secteur proprement productif, dominée ou dirigée par l’étranger, n’en reste pas moins prépondérante. Miferma, devenu Cominor, Somina, Imapec et quelques autres emploient toujours plus de la moitié des effectifs mauritaniens et étrangers du secteur privé et le quart du « secteur moderne » tout entier; versent plus de 60 % des salaires privés et 40 % de la masse salariale totale.

78Le personnel dit « d’application » mauritanien ne constituait en 1970 que 10 % du salariat national. Un sur huit seulement était technicien ou agent de maîtrise et un sur six employé qualifié du secteur privé. Il était rémunéré entre 25 000 et 40 000 F CFA à l’époque, entre 35 000 et 50 000 en 1975. La mauritanisation des emplois à ce niveau a sans doute été plus rapide dans la fronction publique, puis dans les secteurs semi-public et privé et les petites entreprises nationales que dans les pays voisins. Elle est restée très lente dans le secteur productif et les fonctions techniques. En 1969, Miferma n’employait qu’un cadre mauritanien (sur 90), 122 techniciens ou agents de maîtrise nationaux sur 750, mais par contre déjà 2 800 ouvriers autochtones sur 3 000. En 1974, Cominor déclarait 5 cadres mauritaniens (sur 100), 635 ETAM sur 1360. Il n’y avait plus que 60 ouvriers étrangers (africains) sur 3 100.

79C’est que pendant dix ans, conformément au modèle hérité de la colonisation, l’administration est restée pratiquement l’unique débouché de l’école. Celle-ci n’assurait pas du tout d’abord, puis très minoritairement une formation technique de niveau moyen. En même temps la politique de personnel des firmes importantes, nationalisées ou pas, reste d’importer le personnel d’encadrement et encore plus celui de niveau supérieur. La nouvelle classe moyenne mauritanienne reste donc essentiellement une petite bourgeoisie de fonctionnaires et en tout cas de « cols blancs », qui joue un rôle charnière dans les appareils bureaucratiques de l’administration, des syndicats et du Parti unique, du reste largement confondus. Il faudrait peut-être y joindre aujourd’hui une petite bourgeoisie de « travailleurs indépendants », artisans et commerçants moyens, dont les revenus sont équivalents, plus dispersée et individualiste et à la position plus instable.

80On peut parler enfin, à l’échelle mauritanienne de la formation d’une bourgeoisie bureaucratique dirigeante et d’une bourgeoisie d’entrepreneur et d’hommes d’affaire.

  • 34 Pour plus de détails sur cet appareil du pouvoir et les caractéristiques sociologiques de ses déte (...)

81A partir de l’indépendance se manifeste une tendance croissante à la concentration du pouvoir, de fait puis de droit, dans les mêmes instances et les mêmes mains, sur les péripéties et les détails de laquelle il n’y a pas à s’étendre ici : de l’Etat parlementaire à l’Etat présidentiel, du pluripartisme au parti unifié puis unique; de l’autonomie relative entre le premier et le second à la suprématie absolue du second sur le premier (ainsi que sur les syndicats et toutes les expressions organisées possible de la société civile) ; enfin à la fusion au sommet de tous les appareils et à leur personnalisation dans le « Camarade Secrétaire général du Parti, Président de la République ». Un tel centralisme bureaucratique permet à un groupe social restreint de disposer du maximum de pouvoir politique disponible exerçant une sorte de « propriété privée de l’organisation ». Ainsi, les 283 postes clés décomptés de 1957 à 1969 (nombre de membres des BPN, des ministères et des assemblées nationales successives) ne furent-ils occupés, en même temps ou tour à tour que par 112 personnes. Parmi eux, les 113 portefeuilles ministériels distribués ne furent tenus, à coup de cumuls ou permutations, que par 42 personnes34 :

82Cette sorte de propriété privée confère à son tour à ce groupe social restreint un pouvoir et un rôle économique et idéologique tout à fait prédominant dans les conditions socio-économiques données. C’est lui en effet qui recueille et distribue les capitaux publics, suscite et oriente les capitaux privés, de provenances extérieure ou intérieure; lui aussi qui dispose du monopole de l’information ou du moins de ses media. Les mesures de nationalisation ou de participation majoritaire prises à partir de 1973 dans les domaines de la monnaie, du crédit, de l’industrie et de la distribution, ainsi que la refonte des accords de coopération avec la France signifient, entre autres, un renforcement de pouvoir dans ses rapports sociaux externes et internes.

83Par rapport à des pays voisins, et à l’image de son leader, cette classe dirigeante affiche un train de vie relativement simple, voire austère, dans la tradition des chefs nomades. La différence de ses salaires avec celle de la masse des fonctionnaires est moins élevée qu’ailleurs (150 000 à 250 000 F CFA par mois en 1969). Les scandales sont peut-être plus rares et la « corruption » jusqu’à ces dernières années était moins visible. Néanmoins, comme ailleurs dans les mêmes conditions, rares sont ceux pour qui le passage plus ou moins prolongé au sommet du pouvoir politique n’a pas été l’occasion d’acquérir une solide aisance économique sinon une vraie fortune privée. Sans parler des « détournement de fonds » relevés de temps à autre, enveloppes et commissions aimables des capitaux étrangers intéressés aux marché nationaux, cadeaux des autochtones soucieux de protection ou d’indulgence, crédits plus libéralement accordés par les banques nationales ou privées, constituent autant de ressources couramment investies dans l’accroissemment des terres ou troupeaux de familel, l’achat et la vente de terrains ou la construction et la location de villas résidentielles en ville, la participation aux opérations du tertiaire local.

  • 35 La sélection par abandon et redoublements était telle en 1967 moins de 5 % d’une promotion scolair (...)

84La constitution d’une telle bourgeoisie bureaucratique d’Etat ne s’est pas faite sans crises et luttes internes évoquées plus loin. Avec des différences d’origine et d’orientation qui peuvent être fondamentales, elle est au demeurant commune à la plupart des pays indépendants aux structures socio-économiques « sous-développées ». Ce qui reste propre à la classe dirigeante mauritanienne, c’est l’homogénéité de son origine sociale traditionnelle et de son mode d’accès au pouvoir. A la différence par exemple de la Côte d’Ivoire, de la Guinée, du Mali, et évidemment du Maroc, de la Tunisie ou de l’Algérie, les nouveaux cadres dirigeants ne se sont pas imposés à l’administration coloniale par un mouvement populaire et un parti d’opposition organisé. Initialement, elle les a sélectionnés parmi la couche des chefs, notables et fonctionnaires formée par elle. Cette homogénéité est une conséquence des caractères spécifiques de l’impact colonial décrits plus hauts, qui ont favorisé une continuité sans rupture sociale majeure entre autorité et classe dominante « traditionnelles », autorité et classe dominante « modernes » malgré la brusquerie et la rapidité de l’évolution postérieure. De 1957 à 1966, sur 101 titulaires des postes de commande ou d’influence énumérés plus haut, 55 % étaient chefs ou « fils de chefs » 37 % notables, c’est-à-dire parents des premiers, susceptibles de les remplacer ou membres influents des Djemaa ou des conseils de village. 7 % seulement n’étaient pas issus d’ordres nobles traditionnels. 87 % étaient passés par des institutions scolaires coloniales, dont 47 % par les « écoles de fils de chefs » ou les medersa au recrutement expressément sélectif, et 29 % seulement d’institutions de niveau secondaire (William, Ponty, EPS, CEG). Enfin 84 % avaient déjà exercé des fonctions subalternes dans l’administration coloniale précisées plus haut et 57 % une fonction représentative dans une assemblée, territoriale, fédérale, ou « nationale » de l’Union française. De 1966 à 1969, il y a déjà un certain renouvellement, pour un tiers environ, de ce personnel chevronné par des titulaires plus jeunes et plus diplômés, mais à deux exceptions près, originaires des mêmes ordres nobles et des mêmes familles. Ils avaient accédé au pouvoir en occupant d’emblée, et souvent « sur titre » scolaire bureaucratiquement fixés des postes de hauts fonctionnaires de la RIM à l’issue de leurs études secondaires ou supérieures. Autrement dit, avec eux l’école avait désormais commencé à jouer spontanément et sans plus de règles écrites son rôle de reproduction sociale sélective35.

  • 36 Cf Les échanges commerciaux en Mauritanie, Paris, SEDES, 1968, 2 t.

85On a vu également plus haut qu’un certain nombre de familles, originaires surtout de certaines fractions maraboutiques traditionnellement commerçantes avaient accumulé une certaine fortune en maîtrisant et développant les nouveaux réseaux de transport et de commerce. Ces capitaux relativement modestes étaient alors surtout réalisés en terres, troupeaux, immeubles, en entretien d’une clientèle ou en investissements extérieurs. L’indépendance et l’urbanisation ont peu à peu complètement recentré cette circulation de marchandises et de valeur et l’ont énormément intensifiée : demande nouvelle de viande et de produits céréaliers, demande fortement accrue de produits de consommation importés. La création de Sonimex, société mixte d’import-export, dotée du monopole de l’importation de ces produits en 1966 en est le symbole. La crise du logement urbain et la spéculation immobilière ont aussi offert des débouchés fructueux aux capitaux disponibles. En 1967, déjà, il y avait 200 commerçant dont le chiffre d’affaires atteignait 1 million de F CFA (pour 22 seulement en 1959) et une vingtaine entre 30 et 600 millions36. Possédant le quasi monopole de la distribution des produits de consommation dans une région donnée, grace à un réseau de petits boutiquiers dépendants, pouvant réaliser d’importants stocks spéculatifs en tant qu’actionnaires et clients de la Sonimex, ces derniers en venaient à maîtriser l’essentiel de la circulation et des prix du marché intérieur.

86La création d’une monnaie nationale, et le contrôle du crédit par l’Etat qui s’en est suivi, ont incontestablement donné un coup de fouet à ce capitalisme privé à partir de 1973. Il contrôle aujourd’hui non seulement le commerce intérieur, mais pratiquement tout le secteur du bâtiment et des transports, une grande partie des travaux publics, de l’hôtellerie et de la représentation. La Somaco-TP, première entreprise privée nationale et de beaucoup, employait en 1975 700 salariés permanents (dont 10 cadres étrangers) et réalisait un chiffre d’affaires de 300 millions UM (1 milliard 500 000 F CFA).

  • 37 Cf. Europe-Outremer, n° 549, octobre 1975.

87Là encore, l’existence de ces deux types de bourgeoisie n’est pas particulier à la Mauritanie. Ce qu’il y a de remarquable c’est cependant la rapidité de leur formation par des voies propres. Différentes, voire opposées dans certains de leurs intérêts ces voies sans se confondre, tendent depuis quelques années à se rencontrer en leurs sommets chez un certain nombre d’individus. Plusieurs anciens ministres, dont le Président de la Chambre du Commerce et de l’industrie, sont (1975) parmi les premiers directeurs ou administrateurs de sociétés. La Confédération des employeurs et artisans de Mauritanie qui regroupe trois syndicats patronaux (celui des entrepreneurs ou USEMA, des transporteurs et des commerçants) est devenu un groupe de pression important et reconnu, dont huit des membres siègent en tant que tels au Conseil national du Parti (avec des représentants officiels des syndicats de salariés). D’autres se voient confiés des missions ou des représentations auprès d’organismes « techniques » internationaux37.

2.1.2. Villes nouvelles : société « coopérante » et sous-prolétariat

88On ne peut parler de la construction des villes nouvelles et des classes sociales qui s’y constituent sans parler de deux autres couches sociales qui habitent aussi celles là et en quelque sorte encadrent celles-ci. L’une est discrètement et régulièrement incluse, en grande partie, dans les statistiques officielles sur « l’emploi dans le secteur moderne », car elle est essentiellement formée de force de travail qualifiée étrangère. Sur l’autre, ces statistiques et toutes autres sont silencieuses. Il s’agit de l’innombrable et fluctuant sous-prolétariat mauritanien qui surcharge les quartiers africains et peuple les « bidotentes ». L’une et l’autre traduisent assez bien la nature des rapports entretenus par les classes urbaines en formation avec le champ social externe et interne.

89Il y a donc dans les villes nouvelles une « colonie européenne » selon l’expression qui reste consacrée, dont le poids économique et social est sans comparaison avec le nombre très minoritaire. Elle vit, comme on l’a signalé, dans des quartiers séparés dont l’habitat de type européen et relativement luxueux est en vif contraste avec les quartiers africains. Conformément aux fonctions dominantes de ces villes, ce sont surtout à Nouakchott des coopérants publics nationaux ou internationaux, qui y voisinent avec le personnel diplomatique et les hauts fonctionnaires autochtones. Dans les cités de cadre de Zouerate, Nouadhibou (Cansado) ou Akjoujt, il s’agit de coopérants privés. Ces derniers ne constituaient plus en 1969 que 15 % des salariés du secteur privé, mais encore la quasi-totalité de la direction des cadres, techniciens et agents de maîtrise des entreprises de production, d’entretien et de maintenance soit environ un millier de personnes qui touchaient à eux seuls 67 % de la masse salariale de ce secteur privé. Les nationalisations de Miferma et de Somima ont jusqu’ici fort peu modifié ces proportions. Les coopérants civils et militaires français sont environ 350, chiffre à peu près constant depuis l’indépendance et donc aujourd’hui proportionnellement moins important par rapport au reste de la fonction publique. Plus de la moitié ont des fonctions d’enseignement. Les autres sont des « conseillers » dispersés dans les services d’administration générale ou concentrés dans les services publics ou le organisme parapublics techniques (Equipement, PTT, Mines, planification; ASECNA, OCORA, SODETRAF, BDPA, etc).

  • 38 Une centaine de techniciens de la Chine populaire et un nombre croissant de coopérants des pays ar (...)
  • 39 Soigneusement et régulièrement calculé par les statisiques officielles, alors que si peu de Mauria (...)

90Ce groupe social à part, enkysté dans la société mauritanienne symbolise comme ailleurs en Afrique les rapports de dépendance (économiques, technologiques, financiers, culturels) entretenus entre celle-ci et les puissances industrielles. Privés ou publics, les coopérants sont des salariés qualifiés, expatriés et surpayés qui poursuivent leurs propres fins animées par des motivations diverses. Ils ne sont pas des « capitalistes », et se gardent en général de « faire de la politique ». Ils n’en sont pas moins vecteurs des uns et artisans de l’autre. De ce point de vue il n’est pas indifférent que 90 % d’entre eux demeurent des Français même si les fonds publics ou privés qui permettent leurs activités sont désormais largement européens, américains, multinationaux ou… nationaux38. Enfin, même s’ils transfèrent la majorité de leurs revenus dans leur pays d’origine leur mode de vie sur place, en partie artificiel, représente un puissant modèle de consommation économique et « culturel ». Famille nucléaire, villa, voiture, vêtements, comportements et consommation de type européen sont autant de marques visibles et permanentes d’un statut à la fois interdit, voire méprisé, et envié par toutes les couches sociales urbaines. Nous avions calculé en 1969 que cette « consommation familiale de type européen »39 qui coûte sur place plus du double qu’en France supposait une dépense mensuelle moyenne de 125 000 F CFA au minimum, soit cent fois plus que celle du petit salarié mauritanien avec une charge de famille analogue et dans la même ville.

91Le sous-prolétariat campe non loin des quartiers résidentiels, mais il est, à une distance sociale énorme, l’autre extrême de cette société urbaine récente. On peut sans doute se faire une idée approximative et a contrario de son nombre en comparant les effectifs officiels de l’emploi salarié urbain « déclaré » à ceux de la population totale des cinq plus grandes villes. Il faut certes tenir compte qu’il y a dans ces villes une forte minorité de non-salariés aux revenus réguliers (petits patrons, travailleurs indépendants et artisans, professions libérales), mais aussi qu’étant donnée la structure d’âge et de sexe évoquée plus haut de cette population urbaine, le nombre des « potentiellement actifs » y est particulièrement important, et au reste que la majorité des habitants des bidonvilles sont exclus de ces estimations officielles. On a donc les proportions suivantes qui manifestent entre autres la naissance et le gonflement de ce sous-prolétariat : 1962 : 18 200 salariés sur 35 000 citadins ; 1969 : 17 900 sur 95 000 ; 1975 : 30 000 sur 206 300 !

  • 40 Dans le texte célèbre du Capital auquel on se réfère (livre 1er, 7e section, chap. 25) cette « sur (...)

92Pour décrire ce sous-prolétariat urbain, nous nous étions servis des catégories proposées par Marx à propos de « l’armée industrielle de réserve » du capitalisme anglais naissant40. C’est bien un effet d’un phénomène analogue qu’il s’agit mais dans un contexte différent : celui d’un capitalisme privé ou d’Etat péréphérique dont l’implantation produit cette réserve bien au-delà de toutes ses possibilités d’enrôlement dans « l’armée active » du salariat. En ce sens on peut donc distinguer un sous-prolétariat « flottant », composé de salariés temporaires, de « travailleurs au noir », de chômeurs inscrits et enregistrés régulièrement en tant que tels. Ceux-ci étaient 4 000 en 1967. Masse importante en raison des fluctuations et de l’instabilité de l’emploi, surtout l’emploi non qualifié dans les secteurs autres que les grandes entreprises et la fonction publique, elle ne peut augmenter beaucoup plus vite que la proportion moyenne des offres d’emploi qui reste très lente.

93Il y a ensuite le sous-prolétariat « stagnant » qui n’espère ou ne compte plus vivre d’un salaire régulier et décent et qui s’accomode d’expédients qui vont des formes accentuées de la clientèle traditionnelle (qui en milieu urbain et monétaire devient vite mendicité et assistance) à la prostitution des femmes et au cambriolage en bandes plus ou moins organisées. Il faut situer quelque part entre ces deux couches tous ceux qui vivent de petites activités se situant entre l’artisanat et le bricolage spécialisé, le commerce et le troc d’un très petit nombre d’objets, les services rendus de toute espèces et plus ou moins rétribués…

94Il y a enfin le sous-prolétariat « latent » sécrété en permanence par un monde rural économiquement stagnant mais démographiquement croissant. C’est cette catégorie qui se gonfle très vite au rythme de ces « fatalités » que sont pour elle les sécheresses, mais aussi l’inflation et l’endettement et qui les forcent à quitter un milieu qui ne les emploie et ne les nourrit plus. Elle avait déjà une croissance inquiétante entre 1963 et 1969 et nous l’avions estimé à l’époque entre 15 à 25 000 dans les trois principales villes. Combien sont-ils aujourd’hui : le double ou le triple ? Il faudrait aussi pouvoir dénombrer toutes les familles qui dans la périphérie de plus en plus étendue des villes mais aussi le long des axes routiers, dans les campements et villages plus ou moins lointains, ne vivent plus que des subsides et des reliefs du « secteur moderne ». A la limite, ils sont innombrables et constituent une bonne partie de la population rurale.

2.2.4. L’évolution sociale du monde rural

  • 41 Il semble que P. Bonte et une équipe de chercheurs du CNRS aient entrepris des études intéressante (...)

95On a encore peu de connaissances précises concernant l’évolution sociale du monde rural, qui concerne toujours cependant environ 70 % de la population. Les statistiques économiques officielles sont des approximations globales d’une production qui reste en bonne partie autoconsommée ou objet de troc. Il n’y a pas, autant que nous sachions, d’enquête sérieuse sur les budgets familiaux et la consammation des ménages depuis celles réalisées par la MISOES en 1958 et utilisées plus haut41.

  • 42 Rapports sur l’état de la Nation 1966 et 1967. La priorité du développement du secteur rural n’en (...)

96Cette méconnaissance est à mettre en relation d’une part avec le peu de rentabilité et donc d’intérêt que le « secteur rural » peut offrir, en comparaison du « secteur moderne », à des investissements publics ou privés en majorité étrangers : dans la part réalisée des plans de développement successifs, de 1963 à 1973, ils n’ont jamais constitué que 3 à 4 % du total des investissements. Mais elle est aussi à lier au manque de pouvoir ou de vouloir de la part de la classe dirigeante pour aller à contre-courant de cette loi spontanée du développement inégal. Elle n’a pas cherché sérieusement à améliorer les techniques de production archaïques et à transformer les rapports sociaux traditionnels, justifiant ce laisser faire par le refus d’être « l’Etat-providence », la nécessité d’éveiller l’esprit d’entreprise individuelle et pour cela de « transformer au préalable la mentalité des éleveurs et des agriculteurs »42.

97Les structures de familles, de tribus et de castes, dans lesquelles se coulent les rapports de production traditionnels ont donc autant que possible été laissés en place. En particulier, les liens de servitude ou de quasi-servage entre nobles possesseurs de terre et de troupeaux et producteurs régissent encore une partie de l’élevage et de l’agriculture. Les évolutions perceptibles sur ces points ne sont pas dues à quelqu’action politique concertée mais à la sourde contestation des seconds et à l’adaptation contraignante des premiers. Par exemple, l’évasion de la main-d’œuvre servile des campements de nobles maures s’est faite plus fréquente, et plus tentante étant donné la proximité des villes. Pour garder cette main-d’œuvre indispensable, ni la force ni la persuasion, parfois avec la complicité de l’administration, ne suffisent plus. Les maîtres qui le peuvent finissent donc par concéder quelque rémunération monétaire et une contractualisation du travail. Ceux qui ne le peuvent deviennent peu à peu eux-mêmes des éleveurs plus actifs. On voit même des fractions guerrières ou maraboutiques en voie de sédentarisation dans le sud-est se mettre elles-mêmes au travail de la terre, comme ces fractions harattines dont on a parlé plus haut et qui, elles deviennent de plus en plus autonomes. De même beaucoup de paysans du Fleuve oublient-ils ou refusent-ils les redevances du maître de la terre ou les prestations de service et de travail non rémunérées.

98Bref les facteurs de changement ne sont pas fondamentalement différents de ceux décrits plus hauts à propos de la colonisation : ils se réduisent à la pression dominante des rapports monétaires et salariaux. Mais cette pression s’est énormément intensifiée et en quelque sorte recentrée et intériorisée. L’administration n’est plus coloniale mais autochtone; le centre du pouvoir n’est plus à Saint-Louis mais à Nouakchott; les points d’échange entre travailleurs et employeurs, entre produits locaux et importés ne sont plus seulement au-delà des frontières, mais d’abord dans la capitale, à Zouerate, Nouadhibou etc. Bref les rapports de production capitalistes et leurs superstructures se sont installés au cœurs même de ces sociétés traditionnelles jusqu’ici si préservées parce que retirées.

  • 43 Cf. les travaux de C. Toupet, et les Actes du colloques de Nouakchott sur la désertification du Sa (...)
  • 44 Pendant cette période le prix des produits de consommation courante (thé, sucre, percale et guinée (...)

99Les tendances déjà dessinées sous la colonisation se sont donc renforcées au point d’abord de créer ce rapport ville-campagne totalement nouveau pour le pays et dont on vient de décrire une face; au point ensuite de le renverser rapidement et semble-t-il définitivement en faveur de la ville. Qu’en est-il résulté du côté des campagnes ? Stimulée par la demande sans cesse croissante des villes sénégalaises et mauritaniennes, les troupeaux de bovins augmentent (de 1 250 000 à 2 millions de têtes selon les estimations officielles entre 1960 et 1969) pour y être vendus sur pied. Cette augmentation non planifiée et accompagné ne se fait pas sans accentuer le mouvement de sédentarisation ou semi-sédentarisation dans le sud autour des puits, qui dégrade dangereusement le milieu naturel (déboisement et désertification) et le peu d’infrastructure existante43. Mais en même temps cette commercialisation croissante du bétail devient la principale ressource monétaire des éleveurs et même de l’ensemble de la population rurale. Car tous les paysans du sud qui le peuvent élèvent quelques bêtes et les plus riches d’entre eux entretiennent de grands troupeaux. Ces ressources monétaires dues à l’élevage passent de 520 millions de F CFA en 1960 à 1380 en 1968 et alimentent de 80 à 60 % de la part monétaire des budgets familiaux. Par contre, les productions moins commercialisées : ovins, caprins, camelins et surtout céréales restent plus ou moins stagnantes. Celles-ci, en particulier le mil et le sorgho cultivés en « dieri » ou en « oualo » sur les rives du Fleuve, étaient déjà presque entièrement autoconsommées ou troquées sur place. Même en année « normale » (où elle est de 100 000 tonnes environ) la récolte devient tout à fait insuffisante pour nourrir l’ensemble de la population : citadins, éleveurs, paysans eux-mêmes. Il faut importer des céréales et du riz (malgré les réalisations remarquables des Chinois dans la plaine de M’Pourié) des pays voisins, ou d’Europe et d’Asie, les acheminer et les vendre dans les coins les plus reculés de Mauritanie pour assurer la subsistance : opérations souvent fructueuses pour quelques-uns et dans un seul sens. Au total les fruits modestes de l’accroissement brut de la production du secteur rural (2 à 3 % par an pendant la première décennie) semblent largement éliminés par l’accroissement de la population (1,7 à 2 %), la généralisation du marché interne et la détérioration de ses termes indiquées approximativement plus haut à propos des citadins. La part relative de cette production dans le PIB passe de 85 % en 1959 à 40 % en 1969. Elle doit être autour de 30 % depuis 1975. La sécheresse qui a sévi dans tout le Sahel de 1969 à 1974 et continue à menacer n’a donc pas provoqué de phénomènes proprement nouveaux44. Combinée (comme dans les années trente et au début des années quarante) avec les effets locaux d’une crise mondiale sur un terrain économique et social particulièrement fragile et sans défense, elle a seulement donné des proportions catastrophiques — et momentanément (en partie par l’action ambiguë des media) spectaculaires — à une évolution qui se passait silencieusement depuis des années. Enclanchée inexorablement depuis l’indépendance, celle-ci on l’a vu avait été longuement préparée par l’impact colonial.

100C’est donc l’ensemble de la société rurale, à qui terre et bêtes ne donnent plus moyen de survivre, qui devient cliente du monde urbain, en termes économiques se parasitise. En fait, de son point de vue et selon ses normes, ceux qui la quittent, au départ en principe provisoirement, sont considérés, qu’ils le veuillent ou non, comme des délégués du village, du campement, de la grande famille ou au moins (et de plus en plus en fait) de la cellule familiale restreinte. Ils se doivent d’obtenir pour eux revenus monétaires et biens de consommation. On voit ainsi des campements, de vieux ksour beidanes ou des villages d’agriculteurs négro-africains, peuplés presqu’uniquement de vieillards, de femmes et d’enfants, qui ne vivent plus que pour une très faible part des activités productives traditionnelles. Certains de ces derniers depuis la sécheresse sont à moitié ou totalement abandonnés et en ruine. Le flux de valeurs et de biens qui passe ainsi du milieu où il peut être gagné à celui où il est réalisé ou consommé a été et demeure certainement très important en Mauritanie où tous les citadins sont forcément des émigrés ruraux récents.

  • 45 Pour les régions du Fleuve cf. A. Adams, Le long voyage des gens du Fleuve, Maspero, 1977.

101Mais s’il permet à une partie de plus en plus large de la société rurale de subsister, ce transfert ne sert pas à préserver et dynamiser le tissu social existant. Au contraire, à l’évolution économique résumée ci-dessus, correspond l’intensification du processus de division sociale et de lente formation, à la campagne aussi de nouvelles classes sociales opposées, à partir des castes et ordres anciens. Car selon ces appartennances traditionnelles, les voies et moyens de l’émigration45 ne sont pas les mêmes, ni la nature et l’usage des revenus qui reviennent à la campagne.

102Pour la majorité des familles d’éleveurs et de paysans modestes, ce qui est gagné ou reçu d’ailleurs est en bonne partie aussitôt repris par les impôts et les taux d’échange inégaux et souvent usuraires. Bien plus, la quantité de force de travail ainsi expatriée et louée au loin en vient à ne plus permettre sur place la reproduction annuelle des conditions de production traditionnelles. Pour ceux-là, le nombre des bêtes élevées ou l’étendue des terres cultivées diminuent. Mais si cette prolétarisation ou sous-prolétarisation s’étend ainsi aux campagnes elles-mêmes, l’investissement sur place des capitaux accumulés ailleurs ne se fait pas du même pas. Pour la minorité de familles aisée, les troupeaux et terres acrues demeurent en bonne partie moyens de prestige ou de thésaurisation. Ce n’est que tout dernièrement et dans quelques cas, semble-t-il, qu’ils deviennent lieux de production intensive et commercialisée avec une main-d’œuvre salariée. C’est aussi ce que font les quelques fermes et coopératives d’Etat réalisées avec l’aide étrangère. C’est enfin ce que paraît viser en grand l’actuel plan inter-Etats de mise en valeur du Fleuve, prôné depuis plus de trente ans maintenant et à condition que les considérables investissements nécessaires soient enfin trouvés.

2.3. LES CONTRADICTIONS DE LA SOCIÉTÉ SOUS-DEVELOPPÉE

2.3.1. Ordres, castes, ethnies, consanguinités, générations et classe

103La vision de la société mauritanienne donnée dans le chapitre précédent peut apparaître quelque peu mécaniste et « économiste ». On tenait à montrer ainsi l’impact déterminant de la structure économique mise en place au moment de l’indépendance et de la dynamique qui lui était inhérente. On se doute cependant qu’une telle évolution, avec ses contradictions objectives, ne s’est pas produite sans susciter un certain nombre de conflits sociaux. On n’a pas ici à en faire le récit événementiel. On ne peut non plus les analyser en détail. Il appartient cependant à notre sujet de les caractériser rapidement dans le cadre de la problématique esquissée en 1.0.

104La société indépendante et sous-développée, c’est en un sens on l’a vu l’intériorisation et la démultiplication au sein d’une société périphérique de rapports sociaux propres au capitalisme, qui jusque là n’opéraient qu’à distance, de manière différée, et en tout cas par la médiation d’un pouvoir politique et administratif étranger. C’est donc en même temps la construction d’une société de classes aux intérêts divergents et celle d’un pouvoir autonome et centralisé dominé par l’une d’entre elles. En ce sens, les conflits sociaux qui ont surgi peuvent être analysés en termes de luttes de classes au sens propre de ces termes. Mais c’est aussi, dans cette nouvelle structure, le maintien altéré ou la transformation lente et difficile d’un certain nombre de rapports sociaux de nature coloniale ou précoloniale, autrement dit la reprise dans un nouveau contexte de contradictions anciennes. Les antagonismes et les conflits de classe sont donc ralentis ou stimulés, en tout cas traversés diversement par des antagonismes et des conflits d’ordres et de castes, d’ethnies et de nationalités, de groupes de parenté tribaux et régionaux, de classes d’âge… On se contentera de repérer ces différentes déterminations dans l’histoire politique et sociale des quinze dernières années.

105Pour ce qui est des divisions d’ordres et de castes, on a dit qu’elles continuaient à régir en bonne partie les rapports sociaux à la campagne. Même en ville, du moins dans la première décennie de l’indépendance, il n’était pas exceptionnel que des salariés d’origine servile, affranchie ou tributaire versent une partie de leur salaire à leurs « maîtres » qui au besoin venaient l’exiger. Mais plus généralement chaque individu reste marqué dans son comportement mais aussi dans ses chances sociales, par son statut d’ordre et de caste; socialement identifié par celui-ci autant que par sa nouvelle appartenance de classe. C’est que, comme on l’a vu en détail à propos de la classe dirigeante, il s’est établi une correspondance entre l’un et l’autre, reproduite ensuite en particulier par le canal du type de scolarisation… ou de la non-scolarisation. Bourgeoisie bureaucratique et d’affaire proviennent en très grande majorité des ordres nobles et des familles dominantes des formations sociales traditionnelles. Par contre, ce sont les « producteurs » au sein de toutes celles-ci (esclaves, affranchis, artisans, petits éleveurs et petits paysans de statut inférieur) qui alimentent le prolétariat et le sous-prolétariat dans les villes du pays et de l’étranger et peu à peu dans les campagnes mêmes. Des destins individuels échappant à ces lignes tracées de changement social restent des réussites ou des malchances exceptionnelles, évoquées comme telles et comme des promotions étonnantes ou des déchéances. Ne s’effaçant que très lentement dans la réalité et encore plus dans les mentalité, cette conscience d’un rang héréditaire à tenir, avec ses droits et ses devoirs, même s’il est formellement aboli, est certainement un frein puissant à la formation de consciences de classes chez les anciens assujetis.

106La conscience ethnique était également un sentiment immédiat et profond, partagé par tous les membres de chaque formation sociale traditionnelle. Se transformant dans le nouveau contexte en conscience nationalitaire, elle joue un rôle plus ambigu par rapport à la conscience de classe, tantôt frein et tantôt stimulant. On a montré dans la première partie (1.2.3.) comment les formations socio-ethniques traditionnelles avaient été regroupées arbitrairement (et divisées d’avec elles-mêmes) dans un même territoire et sous une même autorité coloniale. On a vu aussi comment et pourquoi l’impact colonial avait déterminé des lignes de résistance et d’adaptation propres à chacune : préservant en un sens mais aussi isolant la communauté maure; déstabilisant profondément les communautés noires mais en même temps forçant ou favorisant davantage leur accès aux nouvelles conditions sociales.

107Le mouvement de décolonisation à l’intérieur et dans les pays voisins va réveiller au sein de la communauté maure un souci ardent de renouer des liens socio-historiques et culturels rompus ou étroitement canalisés avec le Maghreb et le monde arabe. Les ethnies négro-africaines auront tendance au contraire à maintenir ceux établis avec l’ensemble d’Afrique de l’ouest, fondés sur des valeurs propres exaltées dans l’idéologie de la nagritude. Les ethnies vont ainsi se transformer en nationalités, c’est-à-dire que les sentiments d’identité et de différence vont aspirer à trouver des formes d’expression politique et culturelle reconnues et se référant à des ensembles différents : nation et langue arabe d’une part; monde négro-africain d’autre part (et aussi francophonie mieux partagée et acceptée par ses « élites »).

108Le contexte géopolitique de l’époque va alors compliquer sérieusement le problème. Les revendications de l’Istiqlal reprises par le roi du Maroc vont aller de pair, voire de connivence, avec les prétentions plus discrètes des pays du sud. A l’idée du « Grand Maroc » va répondre l’image d’un « Grand Mali » fédéré. L’une et l’autre trouvent naturellement dans le pays sympathies complémentaires et quelques complicités non dénuées d’intérêt. Si la Mauritanie accède cependant à l’autononmie puis à l’indépendance dans ses frontières coloniales, c’est certes parce que la France (favorisant partout la tendance à la « balkanisation ») y pousse dans son propre intérêt et y aide par tous les moyens, y compris militaires et diplomatiques. Mais c’est sans doute aussi parce que la population dans son ensemble partage un réflexe de fierté et un souci premier d’autodétermination quelque soient les solutions, sur lesquels la classe dirigeante en formation (dont c’est évidemment aussi l’intérêt premier) peut s’appuyer. Celle-ci n’en a pas moins à construire une nation à partir d’un Etat (pluriethnique et établi dans des frontières artificielles) et non l’inverse. Dans ce but, son idéologie exalte, comme dans les régimes analogues, « l’authenticité » et la « repersonnalisation », critique « l’aliénation coloniale » et l’altération dans les sociétés traditonnelles de la « véritable » communauté islamique. Positivement, elle ne peut fonder « la création de l’homme nouveau mauritanien » que sur cette foi partagée depuis longtemps par tous les statuts et toutes les ethnies qu’est l’Islam et « la patrie mauritanienne » à faire ensemble » sur sa vocation de « trait-d’union entre l’Afrique noire et l’Afrique blanche ».

  • 46 La démographie y joue un rôle polémique que ravive la situation actuelle et que le Pt Senghor a re (...)

109Après l’indépendance, avec la croissance des emplois urbains, et la mauritanisation pléthorique de la fonction publique, à cette dynamique centrifuge vers l’extérieur va s’ajouter une sorte de compétition économique et politique redoublée à l’intérieur46. Après l’indépendance, les négro-africains représentaient une part du fonctionnariat, du salariat en général et de la jeunesse scolarisée sans rapport avec leur proportion supposée dans la population globale. Déjà poussée par l’administration coloniale finissante, qui n’est pas sans pressentir les dangers de ce déséqulibre, et selon une règle qui devient implicite, les Maures de « bonne tente » en viennent à occuper 80 % environ des postes que l’on a décomptés plus haut comme délimitant la classe dirigeante. On sait que, par ailleurs, la formation d’un capitalisme privé national par la voie du commerce est d’abord un quasi-monopole d’un certain nombre de Maures d’origine maraboutique. Mais le déséquilibre (dû à une résistance plus opiniâtre à « l’école française » et à son implantation plus rare en pays beidane, à un mépris plus enraciné des travaux manuels, techniques ou même simplement salariés chez les Maures) reste plus lent à combler dans les autres couches sociales nouvelles : petits et moyens fonctionnaires, petits artisans et entrepreneurs, ouvriers et employés qualifiés. Pour des raisons économiques et non seulement idéologiques et culturelles, la question linguistique devient au début des années 60 un symbole et un enjeu. L’usage du français comme langue « officielle » politique et dominante économiquement, est perçue par les Maures, en particulier par l’influente couche traditionnelle des lettrés maraboutiques, comme une vexation et une pénalisation. L’introduction de l’arabe dans la scolarité et l’administration paraît aux négro-africains comme une tentative de « beidanisation » et un barrage.

  • 47 Où le racisme menace d’autant plus que les principales différences ethniques (et inégalités socio- (...)

110Dans ce contexte passionnel47, le décret d’application d’une loi rendant obligatoire l’enseignement de l’arabe pour tous les Mauritaniens à partir de la 6e déclenche en janvier 1966, une grève politique des élèves puis des fonctionnaires négro-africains. A son tour, elle amène en février, une réaction violente et soudaine des élèves Maures qui dégénère en émeute sanglante dans la medina. Ces événements ont mis en jeu la coexistence des communautés, dans les couches urbaines, en particulier intellectuelles et politiques, de la capitale, mais guère au-delà. Leurs liens souterrains avec les réglements de compte qui ont alors lieu au sein de la classe dirigeante entre fractions et personnalités « progressistes » et « conservatrices » sont très vraisemblables, mais restés peu éclairés. Après eux, la « question nationale se trouve suspendue ou enterrée, déclarée officiellement inexistante et provisoirement dépassée par d’autres antagonismes et d’autres conflits. Elle n’en est pas pour autant réglée. Au total, l’ethnie maure affirme progressivement son poids dominant dans la politique intérieure (arabe, langue nationale et scolaire) et étrangère (intégration de la RIM aux organisations techniques puis politiques du Maghreb, intégration à la Ligue Arabe).

111Les groupes de parenté — depuis la famille étendue jusqu’à la fraction et la tribu ou aux villages, au clan et à la province — constituaient la base des rapports économiques, politiques et idéologiques traditionnels, dans le cadre des règles de filiation et d’alliance. Ce sont donc une infinité de mosaïques qui divisent les groupes ethniques et par contre regroupent souvent l’un ou l’autre ordre dominant avec des castes et catégories assujetties. Ils ont tissé dans la société actuelle des réseaux de solidarité (et de rivalité) qui fonctionnent à tous ces niveaux et de manière beaucoup plus concrète et quotidienne que les deux catégories précédemment citées. Il y a ainsi des familles, des tribus, des villages ou des régions surreprésentées dans les hautes sphères de la politique, des affaires, ou les deux. Tout le monde sur place les connaît et on ne s’y attardera pas. Formant des clans où jouent à la fois les nouvelles règles formelles et bureaucratique de la compétence et du diplôme, et celles apparemment informelles des liens du sang, ils entretiennent sur le même mode ambigu des clientèles plus ou moins nombreuses dans toutes les couches sociales.

112Il existe enfin un dernier clivage social, plus perceptible que les autres au niveau psycho-sociologique et qui les recoupe tous ainsi que les classes. Il a lui aussi de profondes racines traditionnelles, c’est celui des « classes d’âge ». Comme ailleurs, les plus jeunes sont en général plus progressistes et les plus anciennes plus conservatrices. Mais ici, la rapidité et l’ampleur des changements sociaux, la domination d’un monde où prévalait absolument la sagesse des patriaches par un autre où compte plus le savoir et les diplômes davantage possédé par les plus jeunes… rendent le fossé et les conflits entre générations très profonds et du reste douloureux. La jeunesse scolaire en particulier, par sa concentration, sa condition et son destin, communs et encore rares, ses tâches intellectuelles, forme une « quasi-classe » dont le rôle et l’influence politique et idéologique ont été plus d’une fois fort importants. Quasi-classe cependant, parce que sans base économique et par essence instable. Les passions de la jeunesse ont fait passer plus d’un, d’un extrémisme à l’autre. L’assagissement de l’âge et les activités professionnelles font retrouver à beaucoup les positions de leur groupe d’origine et /ou de leur classe d’arrivée.

2.3.2. Les conflits de classes et de nationalités et leur dynamique

113Compte tenu de la structure des classes analysées dans le chapitre précédent et de leurs « surdéterminations » qu’on vient d’énumérer, ce n’est pas le récit événementiel des conflits sociaux survenus depuis l’indépendance et qu’on ne peut faire ici qui pose problème. C’est leur résumé synthétique et leur explication globale qu’on peut se risquer à schématiser ainsi.

114Sur place, deux grands types d’interprétation se sont développés et affrontés.

  • 48 « Pour qu’il y ait classe et par conséquent exploitation, il faut qu’il y ait un capital national. (...)

115Pour l’idéologie officielle, il n’y a pas de classes en Mauritanie et il ne saurait y en avoir dans une société non capitaliste et sous-développée. Il ne peut donc non plus y avoir domination et exploitation de classes entre Mauritaniens48. De même, n’y-a-t-il de clivages ethniques et nationalitaires que « pour les ethnologues et les sociologues ». Il y avait des communautés fondées sur la même foi islamique authentiquement et originellement égalitaire. Ces valeurs ont été partiellement perverties par la tradition et surtout, elles ont subi l’aliénation coloniale. C’est pourquoi sur cette base restaurée un parti unique, démocratique et de masse est possible. Il doit être aussi un parti de cadres centralisé pour pouvoir mener la lutte pour le développement commun et intégrer en son sein des mouvements représentatifs de toutes les catégories de la population (syndicats de travailleurs et d’employeurs, jeunes, femmes, armée, et masses rurales). Pour cett ligne officielle, les revendications des jeunes oppositions progressistes sont peut-être généreuses, mais illusoires et irréalistes, basées sur des idéologies toutes faites et inadaptée — en particulier celle du « marxime athée » — importées de l’étranger.

  • 49 On résume ici de nombreux articles parus dans l’abondante presse ronéotée et clandestine, principa (...)

116Pour cette opposition en effet, dès sa première expression avant 1960 (AJM ou Association de la Jeunesse mauritanienne et « Nadha »), l’accent est mis d’emblée sur la domination impérialiste et ses complicités locales pour revendiquer du pouvoir, l’instauration d’une indépendance économique et politique véritable et des changements sociaux plus radicaux à l’intérieur : abolition de l’esclavage, suppression de la chefferie, etc. Entre 1969 et 1974, cette analyse est reprise et développée par le MND (Mouvement National Démocratique) puis le PKM (Parti des « Kadihine » ou prolétaires mauritaniens fondée en 1973) dans un cadre conceptuel « marxiste léniniste » inspiré de la lecture de Mao-Tse Toung et de l’expérience chinoise49. Il y a en Mauritanie des « classes réactionnaires » dont l’intérêt est de faire le jeu de l’impérialisme : bourgeoisie bureaucratique et bourgeoisie « compradore » alliées à la « classe féodale » qui dans les campagnes domine encore les rapports de production. Il y a des « classes révolutionnaires » dont l’intérêt commun est de lutter contre l’impériahsme : petite-bourgeoisie (fonctionnaires, intellectuels, commerçants, artisans, paysans moyens); esclaves et semi-prolétariat (travailleurs agricoles et pastoraux, petits marchands et employés de commerce, petits artisans) et enfin prolétariat. Doit s’y joindre dans un premier temps une bourgeoisie nationale, encore estimée à cette époque embryonnaire (« technocrates » du parti et du gouvernement, grands réaliser dans un premier temps une société véritablement démocratique et anti-impérialiste sous la dictature des classes révolutionnaires et de la bourgeoisie nationale, première étape vers le socialisme sous la direction du prolétariat…

117Pour mieux comprendre ces deux interprétations, il faut à la fois les restituer dans le « mouvement réel » de la société mauritanienne et voir la place de ceux qui les développaient pour diriger ou orienter ce mouvement

118Dans le contexte politique de la décolonisation évoqué plus haut (2.0.) le groupe social destiné à prendre le relai du pouvoir colonial et de son appareil ne pouvait s’affirmer et se maintenir comme classe dirigeante qu’en maintenant à l’extérieur des rapports de dépendance, différents mais toujours étroits et « privilégiés », avec l’ancienne puissance administrante et en promouvant dans un intérêt commun la politique d’économie libérale caractérisée également plus haut. Pour ce faire, ce groupe social ne pouvait alors s’appuyer à l’intérieur que sur la couche des chefs et notables déjà formée et utilisée par le pouvoir colonial (« Union Progressiste mauritanienne », « Parti du regroupement mauritanien… ») et dont il provenait lui-même. En provenaient également la plupart des jeunes fonctionnaires et intellectuels organisés dans l’AJM puis le Nahda qui s’opposaient à cette politique et à ses alliés de l’extérieur et de l’intérieur. Une fois ces mouvements dissous, au nom de l’union sacrée pour l’indépendance et contre les revendications marocaines, ses principaux leaders se trouvent intégrés comme aile progressiste de la classe dirigeante (Table ronde des Partis et mouvements et parti unifié, 1960). Ils n’y obtiendront pas la suppression de la chefferie et de ses bases économiques, mais seulement son intégration plus étroite dans le parti unique et la subordination de ses intérêts à ceux de la bureaucratie (Conférence des cadres érigée en Congrès, Kaedi 1964 : suppression des fonctions de chef « par extinction », mandat de député gratuit sur désignation exclusive du parti etc.). Enfin, ils seront pour la plupart les premières victimes de la tension ethnique et raciale qui dès le départ avait affaibli et divisé leur mouvement.

119On ne peut pas dire que pendant cette période les masses populaires aient participé directement à ces luttes politiques et idéologiques. Par tradition cependant, et par sensibilisation aux mouvements et luttes d’indépendance des pays voisins, elles étaient loin de s’en désintéresser et leur adhésion ou du moins leur contrôle en était un enjeu essentiel.

120Il n’en est plus de même dans la période suivante lorsque la croissance économique a déjà gonflé les effectifs des salariés et des chômeurs urbains après leur en avoir fait partager les promesses beaucoup plus que les fruits. Un des premiers signes aussi spectaculaire que tragique en est la grève des ouvriers de Zouerate en mai 1968, suspendue sous le feu meurtrier de l’armée mauritanienne. Il sera suivi d’une série de grèves et débrayages importants et durement réprimés jusqu’en 1972 dans les principales entreprises et sur les grands chantiers du pays. Dans les mêmes années, des manifestations de mécontentement contre l’opulence des notables commerçants). La tâche du parti, « avant-garde du prolétariat » est de et commerçants ou les carences de la bureaucratie viennent à se multiplier dans les masses rurales très éprouvées par la sécheresse et la crise.

121De leur coté, dès 1968, petits et moyens fonctionnaires et « intellectuels » (scolaires et étudiants) commencent à réunifier leurs organisations syndicales et corporatives jusque-là profondément divisées par nationalités. Celles-ci, refusant de suivre les consignes du parti unique et, malgré toutes les pressions d’y être organiquement intégrées, mènent aussi de nombreuses grèves et manifestations. Outre des revendications économiques propres mais analogues à celles des couches populaires, elles expriment une solidarité intense avec ces dernières, en même temps qu’une opposition spécifique et directement politique, au nom de l’anti-impérialisme, contre le régime. C’est au sein de ces couches sociales et à partir de cette action que se forment le MND puis le PKM. En fonction des analyses résumées plus haut, ils s’efforcent d’intensifier, coordonner et orienter l’ensemble des luttes sociales des différents secteurs et leurs revendications. Ils y parviennent suffisamment pour que la classe dirigeante paraisse de plus en plus isolé dans le pays.

  • 50 1) Libertés démocratiques (d’opinion, d’association, de réunion), libération et amnistie des déten (...)

122De plus cette dernière est divisée. La génération plus jeune de diplômés rentrés récemment de l’étranger et qui a accédé d’emblée aux postes de direction, réclame une gestion plus rationnelle et autonome ainsi que les moyens de la mener. Ceux-là qu’on appelle les « technocrates » s’opposent surtout à la politique de pure répression et à l’idéologie intégriste du clan lié à la fois aux anciens ordres dominants traditionnels et à l’ancienne puissance coloniale. C’est sous ces pressions, que le régime en vient à prendre à partir de 1972, une série de mesures économiques spectaculaires. Il peut le faire grâce à une politique étrangère habile et dans une conjoncture internationale favorable qui lui apporte le soutien de l’ensemble des pays arabes : Algérie et Libye, mais aussi pays pétroliers et Maroc. A elles seules, ces mesures ne peuvent guère modifier la dynamique socio-économique interne et ses inégalités croissantes. La création d’une monnaie nationale (fin 1972) et surtout la rupture des anciens accords de coopération avec la France et la nationalisation de Miferma (1974) n’en sont pas moins des symboles d’indépendance et pour cela extrêmement populaires. Une campagne idéologique est en même temps menée pour gagner l’opposition sur son propre terrain (« seconde indépendance », lutte contre «le néocolonialisme économique» etc.). Celle-ci, déjà affaiblie par la répression, voit son audience diminuer d’autant. A partir de 1974, elle propose un front commun, puis une réconciliation nationale sur la base d’une plate-forme50 que le gouvernement se garde de reconnaître. Enfin sa majorité et ses principaux leaders se rallient et s’intègrent au parti unique en été 1975 (Congrès dit de la « clarification »), après amnistie et en estimant que la bourgeoisie dominante est désormais « nationale » et non plus bureaucratique et compradore.

123Au terme de cette deuxième période comme au terme de la première (1956-1964), la classe bureaucratique a franchi une étape nouvelle dans raffirmation de sa fonction dirigeante. Economiquement en effet, elle se trouve à la tête d’un secteur nationalisé mixte qui rassemble l’essentiel des moyens et richesses « modernes » du pays (mines, banques, assurances, export-import). Quoique dépendant toujours pour leur bonne marche des capitaux et débouchés extérieurs, sa capacité accrue de les diversifier et de les gérer lui donne une marge de manœuvre plus grande vis-à-vis de l’étranger et un contrôle plus étendu à l’intérieur. Politiquement et idéologiquement elle s’est aussi donné des moyens nouveaux par l’osmose plus étroite que jamais établie entre gouvernement et parti et l’intégration enfin obtenue de tous les mouvements représentant une catégorie sociale ou un groupe de pression.

124Il est remarquable, par rapport à tant d’exemples voisins que le renforcement de ce rôle dirigeant de la bureaucratie ait pu se faire sans crise interne majeure, sans élimination de la fraction la plus conservatrice ou de ses membres les plus influents présents depuis le début. Il s’est fait par élargissement et ouverture à de nouveaux groupes plus jeunes, sous la pression du mécontentement populaire et la leur propre. Mais la partie la plus nombreuse de cette jeunesse intellectuelle a elle aussi parcouru en cette période un cycle analogue à celui de ses aînés dix ans plus tôt : de l’opposition déterminée et organisée à l’intégration relative. Cette répétition ne manque pas de relever certains aspects volontaristes, formalistes ou proprement idéologiques contenus dans leurs analyses et qui sont peut-être à mettre en relation avec leur situation d’âge et de classe objective.

125Plus généralement cette évolution constante, sans révolution ou coup d’Etat, de la classe dirigeante, mais non sans modification ou alternance de son équilibre de force, peut sans doute s’expliquer par l’origine traditionnelle commune et l’évolution pour l’essentiel convergente des bases sociales du régime établi : capital d’Etat, capital privé, propriété foncière. On peut aussi en voir l’expression dans l’évolution (et aussi l’équilibre fait d’alternance) du synchrétisme idéologique officiel. Se définissant désormais comme un « socialisme (— terme jusqu’ici explicitement repoussé —) musulman », il vise avant tout 1 « l’élimination de toute séquelle de l’exploitation de l’homme par l’homme » et précise qu’il s’agit surtout de la suppression « de tout travail non rémunéré équitablement, non contractuel, non garanti ». Concrètement cela ne signifie-t-il pas que le travail salarié (et donc que le capital) est désormais nettement appelé à supplanter franchement et partout les rapports sociaux de production précapitalistes (serviles ou tributaires) encore subsistant ?

126Quoiqu’il en soit, au sortir de l’emprise coloniale en 1960 l’entité mauritanienne semblait encore composée de sous-ensembles largement hétérogènes par leurs appartenances historiques et ethniques et leurs économies traditionnelles fermées ou orientées vers les pays voisins; dirigées par un pouvoir fragile et menacé de l’intérieur et de l’extérieur, très dépendant de son ancien tuteur. A la fin de 1975, la même entité paraissait méconnaissable : société de classes, structurées par une économie marchande et urbaine complètement recentrée, sous le même pouvoir étonnamment stable et plus indépendant, et marqué, après quinze ans d’histoire conflictuelle mais commune, d’un incontestable caractère national.

127Cependant si les effets les plus mortels des contradictions sociales ici relevées, en particulier de nationalités et de classes, ont pu jusqu’ici être tournées et amorties, les contradictions mêmes n’ont pas été réellement supprimées et dépassées. Elles demeurent inscrites dans les conditions déterminées de l’évolution sociale ici étudiée, elles-mêmes liées aux contraditions régionales et mondiales. C’est ce que montrerait l’analyse du conflit du Sahara occidental dans lequel la Mauritanie s’est laissée entraîner par sa prise de position tardive aux côtés du Maroc. La nouvelle dynamique nationale et internationale ainsi déclenchée, met en jeu non seulement l’indépendance et l’existence du régime établi depuis 1960, mais le sort du pays (et de toute cette région d’Afrique) tel que dessiné à partir du début de sa colonisation en 1900.

128Décembre 1977.

Notes

1 F. de Chassey, « L’étrier, la houe, le Livre - Sociétés « traditionnelles » « au Sahara et au Sahel occidental », « Anthropos », 1977, 311 p. et « Mauritanie, 1900-1975 ». Zbid., 1978, 488 p.

2 « Nous devons détruire toute hégémonie d’une race sur une autre, d’un groupe ethnique sur un autre groupe ethnique, combattre l’influence des aristocraties locales de manière à nous assurer la sympathie des collectivités, supprimer les grands commandements indigènes qui sont presque toujours une barrière dressée entre nous et nos administrés », Rapport au Conseil de gouvernement, 20 juin 1910.

3 « La politique d’association est fondée sur le respect des mœurs des coutumes et des religions; elle substitue partout l’entraide à l’exploitation pure et simple des forces indigènes, à l’usurpation de leurs biens et de leurs propriétés foncières… Par ailleurs elle demeure réaliste et sage, réservant avec une inébranlable fermeté tous. les droits de la domination et tenant compte de ses exigences. Elles n’entend pas réaliser une égalité trop souvent impossible dans le présent ». H. Labouret, « A la recherche d’une politique indignèe dans l’Ouest africain », cité par J. Suret-Sanale, Afrique noire. L’ère coloniale 1900-1945 E.S. 1964, p. 113.

4 Il existe à Dakar à partir de 1906 un « Service des affaires musulmanes » rattaché au Gouvernement général. Ses détenteurs sont de parfaits arabophones et de très bons connaisseurs des sociétés arabes et de l’Islam, originaires d’Afrique du nord ou y ayant longtemps servi. Ils distinguent « l’Islam noir » et « l’Islam maure » et toute leur attention va à ce dernier. Le premier titulaire est R. Arnaud, ami personnel de Coppolani et algérois comme lui, auteur d’un Précis de politique musulmane : pays maures de la rive droite du Sénégal. (Alger, Jourdan, 1906) fort passionnant. Le second est P. Marty, qui a recueilli dans de très nombreux ouvrages les traditions des tribus maures. Ils sont les artisans de l’amitié avec les grands marabouts, des medersa franco-arabe imitées de l’Algérie, de la surveillance, des confréries, etc., à la fois services de renseignement « d’action psychologique » et laboratoire ethnologique des pays musulmans et surtout nomades de l’AOF.

5 Voir P. Dublé, « L’enseignement en Mauritanie. La medersa de Boutilimit » 1941, 35 p. Dossier CHEAM 513. L’enseignement de l’arabe est une exception temporaire tolérée avec peine, pour des raisons purement « politiques ». … doctrine du français, seule langue d’enseignement, est à ce propos sans cesse rappelée dans les documents officiels.

6 Rapport politique, 1934, Archives, Dakar, 0 595.

7 Les élèves d’école primaire et de medersa sont 25 en 1910, 160 en 1922, 780 en 1941, 2 400 en 1949 et 5 550 en 1957. Jusqu’en 1945 les deux seules « écoles rurales » (comprenant toutes les classes, sont sur le fleuve à Baghé et Kaedi… Les premières classes secondaires dans le territoire seront le « CEG » de Rosso en 1946…

8 Dans la plupart des colonies de l’AOF, la chefferie ne représentait plus au moment de l’indépendance qu’une partie minoritaire des couches dirigeantes. Il en était résulté soit sa suppression pure et simple, soit son intégation comme aile conservatrice minoritaire des nouvelles classes dirigeantes. Cf. L. Lombard, Autorités traditionnelles et pouvoir européen en Afrique noire. Colin 1967.

9 Cf. S. Amin, « L’Afrique de l’ouet bloquée. L’économie politique de la colonisation, 1880-1970 ». Minuit, 1971, et C. Coquery Vidrovitch », « De l’impérialisme britannique à l’impérialisme aujourd’hui. L’avatar colonial ». L’Homme et la société, n° 18. . .

10 « Notre action économique essentielle consiste à subvenir à nos besoins. Il y a juxtaposition d’un nouveou système au vieux système, qui touche à toutes les activités du pays (élevages, culture, artisanat) mais ne s’y intègre pas, ne transforme pas, ne produit pas, consomme et laisse un peu d’argent. C’est un parasitisme ». Cnt Voisin, « Facteurs économiques au Sahara occidental », CHEAM 595, dactyl.

11 En 1929-1931, le prix des bêtes diminue de 50 à 60 %. En 1940-43, où sévissent à la fois la crise et la sécheresse, le mouton passe de 30 à 150 F, le chameau de 1200 à 4 500, mais le sucre importé de 5 à 110 F.

12 J. L. Boutillier, etc., « La Moyenne vallée du Sénégal. Etude socio-économique » PTJF, 1962, pp. 216-220, etc. Les auteurs rappellent qu’à la même époque le revenu moyen est estimé à 60 dollars en Inde (750 en Europe, 1 800 aux USA) et que le paysan ivoirien de la côte à déjà 58 % de son revenu commercialisé.

13 De bons observateurs et connaisseurs l’ont noté à la fin de la colonisation : Dubié, Cap. Schmitt (cf. CHEAM)… L’ethnographe J. Gabus rapporte les paroles d’un chef touareg à cette époque… « Quand les Français sont venus, ils ont instruit tout le monde : les Noirs, les Arabes [les Maures], les Touareg. Les Noirs en ont profité, les Arabes aussi. Ils ont un pays [la Mauritanie], des commerçants dans les villes nègres. Ils ont encore des banques. Les Touareg n’ont jamais voulu changer et maintenant ils sont toujours comme avant… »

14 L’école est considérée comme une « corvée » ou comme un impôt en enfants, que le chef de fraction doit imposer à quelques malheureux parents. Le recrutement scolaire dans les campements ressemble à un enlèvement ou à une arrestation avec les garde-cercles qui prêtent main forte, etc. Cf. « Mauritanie 1900-1975 ». C’est une des raisons des medersa, et plus tard des écoles de campement nomades.

15 Phénomène signalé partout sous diverses formes pendant l’épreuve coloniale, souvent avec aspects sectaires et mystiques, comme les Ghoudf ou le hamalllisme qui provoquera de graves incidents dans le Hodh en 1941.

16 Surtout après les années de sécheresse. Cf. les travaux de C. Toupet.

17 C’est la Mauritanie qui inspire Psychari, Saint-Exupéry… et bien d’autres plus modestes. Diego Brosset, qui y sert comme officier, fera un très beau roman ethnographique, Un homme sans l’Occident. Minuit, 1945.

18 Documentation française, n° 2687, 1960, consacré à la Mauritanie.

19 C’est surtout l’œuvre de Cheikh Sidia, qui prône une foi éclairée… et amie de la France. Son grand rival est Ma El Aïnia, le cheikh de Smara qui prêche infatigablement la guerre contre les Français.

20 R. Arnaud l’avait annoncé avec subtilité et cynisme, pour vaincre la résistance cimentée par la religion : « Quelle que soit la tactique employée pour occupper le pays, on ne le tiendra qu’à condition de mettre l’intérêt religieux des indigènes en contradiction avec leurs intérêts économiques immédiats. Dès que ces derniers prédomineront sur les autres, et la nature humaine est telle que cela arrivera tôt ou tard, la prise en main des populations sera achevée », op. cit., p. 4.

21 Surtout les Ahel Cheikh Sidia, principal lignage des Oulad Biri, dont Moktar Ould Daddah et bien d’autres sont parents.

22 La comparaison méticuleuse que P. Dubié fait en 1944 des biens et de la fortune d’Abd O Cheikh Sidia, principal cheikh du Trarza, et de Sidi Oould Deid, Emir du Trarza, est, de ce point de vue, très éloquente («La vie matérielle des Maures», CHEAM 758). Cf. « Sahara-Mauritanie »… op. cit.

23 Les auteurs coloniaux ne s’en privent pas, qui, comme ailleurs au Maghreb, et non sans raisons politiques, voient partout la division arabe berbères. C’est une vue aussi dépassée et peu pertinente qu’ont certains aujourd’hui, qui voient la lutte au sein de la couche dirigeante comme une simple question de marabouts et de guerriers.

24 Boutillier, op. cit., p. 305 et passim.

25 Cf. sur ces mécanismes de déstructuration et restructuration liés à l’émigration, les très intéressants documents produits et commentés par M. Samuel dans Capitalisme négrier, Maspero, 1976.

26 Sur cette question, cf. outre Boutillier, op. cit. et le livre cité note 25; A. Diop, « Société Toucouleur et migration », IFAN, Dakar, 1965. A. Adams, Le long voyage des gens du Fleuve, Maspero, 1977.

27 En combinant certains résultats de l’enquête SEDES de 1965 et diverses autres sources (annuaires de l’ONU), on peut estimer qu’au début des années 60 il y a environ 800 000 Maures en Mauritanie, 100 000 Peuls et Toucouleur (Hallpoularen), 31000 Sarakole, près de 200 000 Maures au Sahara esp., au Maroc, en Algérie et au Mali; 1 100 000 Ouolofs et 400 000 Toucouleur au Sénégal (respectivement 36 % et 7 % de la population de ce pays). Enfin 200 000 Sarakole au Mali.

28 Il faut du reste le signaler d’entrée et une fois pour toutes. L’objet essentiel des pages qui suivent, c’est d’analyser les transformations à l’intérieur de la société mauritanienne et les contradictions qu’elles suscitent. Mais ce contexte mondial (et particulièrement le poids relatif de l’ancienne puissance coloniale) n’en reste pas moins, de 1960 à 1975 (et depuis) un facteur déterminant et largement explicatif de cette évolution interne. Dans l’hypothèse (jusqu’ici vérifiée) de conditions de départ globalement maintenues, et par la médiation de l’économie et des classes dominantes, ce contexte dessine en quelque sorte le système de contraintes et de possibilités imposées de l’extérieur à tout changement social interne.

29 « L’année 1967, avec un budget de 4 850 millions de F CFA, marquerait donc avec un net excédent des recettes sur les dépenses, le début de l’âge d’or promis par les mines aux grands nomades de la RIM » (C. Garnier, Désert fertile. Nn nouvel Etat, Hachette, 1960). « Miferma n’est plus un mirage. Miferma devient une réalité… Réjouissons-nous donc, mes chers collègues, de voir s’amorcer la transformation économique de cette région que nous appelions de nos vœux et à laquelle vous avez si puissamment contribué en accordant à la société le régime fiscal de longue durée et la convention qui ont emporté la décision de la BIRD » (Moktar Ould Daddah, discours du 14/5/60 à l’Assemblée Nationale de la RIM). Dans « Croissance économique et impulsion extérieure. Etude sur l’économie mauritannienne » (PUF, 1964) J. Pujos étudiait méthodiquement les chances et les risques de cette politique qu’il prônait en expert officiel. Pour sa critique, cf. In S. Amin, L’Afrique de l’Ouest bloquée (Ed. de Minuit, 1971) et « Mauritanie 1900-1975 », op. cit, 2e partie, chap. 1).

30 références : Enquête démographique 1964-1965 SEDES-INSEE au 1/20 de la population mauritanienne. « Résultats provisoires », 1966, « Résultats définitifs », 1972 (J. Brenez) et « Données estimatives sur la population mauritanienne » (Ministère de la planification NK tt; 1975 38 pp., actualisant les données SEDES au 1/1/75 en tenant compte des données recueillies depuis en vue de recensement général. On ne détaillera pas ici les conditions et hypothèses variables de ces enquêtes pour signaler l’approximation relative de tous les chiffres cités.

31 Références 1969 et 1975 : cf. note précédente; 1962 : recensement urbain de 1961. Auparavant chiffres de l’administration.

32 Voir aujourd’hui la thèse de J. R. Pitte, Nouakchott, capitale de la Mauritanie, Paris, CNRS, 1975).

33 In Bulletin mensuel du service de statistique de la RIM, publié (irrégulièrement) depuis 1964.

34 Pour plus de détails sur cet appareil du pouvoir et les caractéristiques sociologiques de ses détenteurs, cf. « Mauritanie 1900-1975… ». Tableaux analytiques dans : « Contribution à une sociologie du sous-développement… », op. cit.

35 La sélection par abandon et redoublements était telle en 1967 moins de 5 % d’une promotion scolaire arrivait au bac, mais elle ne constituait déjà que 9 % de sa classe d’âge au départ et 1 % dans le secondaire. D’après nos sondages à cette époque 55 % des élèves du secondaire étaient des Maures, avec une proportion croissante dans le 1er cycle, 80 % étaient originaires d’ordres traditionnels nobles (surtout lettrés maraboutiques et torobbe et 35 % en même temps fils de haut-fonctionnaires ou notables officiels. Par contre dans l’enseignement technique commençant 75 % étaient d’ethnies négro-africaines, et dans la même proportion fils de petits et moyens fonctionnaires, commerçants, forgerons, ouvriers du secteur privé. Il n’en reste pas moins que ce nombre sélectionné de diplômés à tous les niveaux et son taux d’accroissement en regard d’un marché du travail étroit, rigide et segmentarisé inquiétait fort les experts : cf. « Mauritanie 1900-1975 », op. cit.

36 Cf Les échanges commerciaux en Mauritanie, Paris, SEDES, 1968, 2 t.

37 Cf. Europe-Outremer, n° 549, octobre 1975.

38 Une centaine de techniciens de la Chine populaire et un nombre croissant de coopérants des pays arabes, surtout enseignants, ont un statut à part et un rôle différent.

39 Soigneusement et régulièrement calculé par les statisiques officielles, alors que si peu de Maurianiens peuvent y accéder. Ce qui montre sa fonction de modèle.

40 Dans le texte célèbre du Capital auquel on se réfère (livre 1er, 7e section, chap. 25) cette « surpopulation relative » ou « armée industrielle de réserve » fait explicitement partie pour Marx des couches inférieures du prolétariat lui-même. Ceux que Marx décrit comme faisant partie du sous-prolétariat (« lumpen-proletariat ») vivant de la corruption économique et politique ambiante par spéculations, coups de main et basses œuvres sont aussi le « chancre » de toutes les structures sociales « sous-développées ». Ils ne sont qu’une petite partie de la population ici décrite, avec des « déclassés » de toutes les autres couches. S’y développe aussi cette « aristocratie financière » qui « dans son mode de gain comme dans ses jouissances, n’est pas autre chose que la résurrection du lumpen-proletariat dans les sommets de la société bourgeoise » (cf. Les luttes de classes en France, Ed. soc, 1970, p. 42 et 58).

41 Il semble que P. Bonte et une équipe de chercheurs du CNRS aient entrepris des études intéressantes sur l’évolution des communautés nomades en rapport avec l’urbanisation dont nous n’avons pu avoir connaissance. Cf. Bulletin de l’Institut Mauritanien de Recherche Scientifique, 1975.

42 Rapports sur l’état de la Nation 1966 et 1967. La priorité du développement du secteur rural n’en est pas moins déclarée dans le préambule de tous les plans depuis 1966. Cf. bilan récent Europe-Outremer, n° 549.

43 Cf. les travaux de C. Toupet, et les Actes du colloques de Nouakchott sur la désertification du Sahara. Ed. africaines, 1976.

44 Pendant cette période le prix des produits de consommation courante (thé, sucre, percale et guinée, céréales et riz) augmentent de 30 à 50 %. Le cheptel est détruit à 40 % et la production annuelle de mil et de sorgho n’atteint plus que de 30 000 à 40 000 tonnes accusant un déficit vivrier global du pays de 60 à 70 000 tonnes, celui du bétail au moins autant.

45 Pour les régions du Fleuve cf. A. Adams, Le long voyage des gens du Fleuve, Maspero, 1977.

46 La démographie y joue un rôle polémique que ravive la situation actuelle et que le Pt Senghor a relancé largement dans un récent interview à Jeune Afrique (23/12/77). Les proportions techniques ignorées officiellement et mal connues réellement demeurent objet de controverses passionnées. L’enquête MISOES (1958) trouvait les taux d’accroissement suivants pour la vallée du Fleuve: Maures blancs : «Maures noirs»: 11 % ; ensemble des ethnies négro-africaines : 24 En extrapolant, cela faisait une population mauritanienne, en 1980, composée pour 34 % des Maures blancs, 26 % des Maures noirs, 40 % de négro-africains. L’enquête SEDES (1965) établissait d’emblée pour l’ensemble de la population une proportion de 80 à 85 % de Maures (et donc moins de 200 000 négro-africains) et des taux d’accroissement déjà plus rapprochés, respectivement 15 %, et 19 %.. Les estimations actuelles parlent d’un taux moyen de 21 %, pour l’ensemble. Il reste probable que le taux de natalité des nomades ait été toujours particulièrement sous-estimé et possible que leur sédentarisation le rapproche des autres populations.

47 Où le racisme menace d’autant plus que les principales différences ethniques (et inégalités socio-culturelles) au sein d’une population désormais étroitement mélangée peuvent toujours ici être imputées comme des différences et inégalités de race.

48 « Pour qu’il y ait classe et par conséquent exploitation, il faut qu’il y ait un capital national. Or celui-ci n’existe pratiquement pas » Déclaration du Président Mokar Ould Daddah au Congrès de l’UTM intégré au Partt, mars 1973 (cf. Europe-Outremer, n°518, avril 1973). C’est aussi un thème de base de la thèse de droit de M. Hamdi Ould Mouknass (Sorbonne, 1968, cf. Jeune Afrique, 16/11/68), depuis constamment Ministre des Affaires étrangères et membre du BPN. On résume dans ce paragraphe de nombreux discours officiels.

49 On résume ici de nombreux articles parus dans l’abondante presse ronéotée et clandestine, principalement « Sayhat el Madlhoum » ou « Le cri de l’opprimé ».

50 1) Libertés démocratiques (d’opinion, d’association, de réunion), libération et amnistie des détenus, réintégration des licenciés. 2) Nationalisations de tous les intérêts capitalistes étrangers sans indemnisation, et industrialisation orientée vers la mise en valeur des richesses pastorales et agricoles et pour la satisfaction des besoins vitaux. 3) Expropriation des Emirs et grands propriétaires ruraux, abaissement du loyer des terres, libération des esclaves, hausse du salaire minimum, aide de l’Etat au capital privé protection efficace contre la hausse et la spéculation sur les produits de première nécessité. 4) Résolution des problèmes des nationalités sur la base du droit des nations à disposer d’elles-mêmes. 5) Soutien effectif au peuple Sahraoui et rupture avec l’Espagne.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540