Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à la Mauritanie

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes
, 
Centre d’étude d’Afrique noire

Economie et politique

L’économie de la Mauritanie et son développement

Francisco Vergara

Texte intégral

INTRODUCTION

1Bien que relativement simple en comparaison avec les économies développées de l’Occident, l’économie mauritanienne est une structure complexe. Pour comprendre ses tendances nous allons isoler ses parties composantes et étudier chacune séparément, ensuite nous pourrons regarder leurs influences réciproques et ainsi reconstituer le tout.

2La distinction la plus importante à faire est entre :

  • l’économie traditionnelle basée sur le travail familial, l’esclavage et différents liens de type féodal, et
  • l’économie moderne basée sur le travail salarié, artisanal, et la coopération agricole, en vue de la production marchande, avec des capitaux pour l’essentiel en provenance de l’étranger.

3A première vue ces deux secteurs de l’économie donnent l’impression d’être hermétiquement séparés l’un de l’autre. Le secteur moderne se développant à toute allure ignorant et délaissant les plus vastes zones du pays et la majorité de la population.

4Une étude plus détaillée montre que ce compartimentage n’est qu’une apparence.

5En réalité, du fait du contact avec le capitalisme européen, la vie nomade et agricole, qui, à première vue, semble inchangée depuis 500 ans, a subi des transformations telles dans les équilibres et les proportions entre ses différents éléments, que nous assistons aujourd’hui à des phénomènes graves sans précédent dont les conséquences risquent d’être irréversibles.

1. — L’ÉCONOMIE RURALE

6Jusqu’à la grande sécheresse qui frappa le Sahel à partir de 1968, 85 % de la population mauritanienne vivait de l’élevage, l’agriculture et la pêche traditionnelles.

7Etant donné le faible arsenal de technologies dont disposent les civilisations mauritaniennes, le terrain, la pluviosité, le climat, dictent à la population sa forme de vie économique. Elle peut être déduite presque comme le résultat d’un problème mathématique dans lequel les éléments de la géographie, la zoologie et la botanique constituent les données.

A. L’ÉCONOMIE DU FLEUVE

Population

8Nous n’avons pas encore des résultats détaillés du recensement qui eut heu en Mauritanie à la fin de 1976. La population totale du pays est de 1400 000 habitants et selon de versions officieuses, mais très sérieuses, la composition ethnique serait la suivante :

9Maures 67 % 933 000 habitants

  • 1 Jean Robert Pitte, « Ethnies » dans Atlas Mauritanie, éditions Jeune Afrique, 1977.

10Négro-africains 33 % 467 000 habitants1

  • 2 Economie et Plan de Développement de la RIM, déc. 1963, Min. Coop.

11Le recensement a donc donné un pourcentage inattendu de négro-africains, en effet toutes les estimations antérieures situaient ce pourcentage à 18-19 %2, nous sommes néanmoins loin du 50 % avancé par certains étudiants. La plus grande partie (78 % à peu près) de cette population négro-africaine habite dans la région du Fleuve.

12L’enquête de l’INSEE de 1957-58 dans la moyenne vallée du Fleuve Sénégal, estimait la composition ethnique des négro-africains ainsi :

13Toucouleurs 55 %

14Peulhs 16 %

15Sarakollé 22 %

16Ouoloffs 4,4 %

  • 3 La moyenne Vallée du Sénégal, Paris, 1962, PUF. Sauf indication a contrario, les statistiques sur (...)

17Bambara et autres 2,3 %3

18Peulhs et Toucouleurs, recensés aujourd’hui comme une seule ethnie (Hal-Pular), composent ainsi la majorité des négro-africains et la majorité des habitants de la vallée du Fleuve.

Climat

19La vallée du Fleuve, dont la rive mauritanienne est connue sous le nom de « Chemama », a une physionomie unique nettement distincte du reste du pays. En effet, le fleuve Sénégal, comme le Nil et le Niger, à chaque saison des pluies, déborde, inondant les cuvettes et dépressions, qui forment son lit majeur, sur une étendue de 10 à 25 km selon les endroits. Lorsque l’hivernage prend fin, les eaux se retirent, laissant humides et cultivables les terres du ht majeur, appelées terres « oualo » en langue Pular.

  • 4 Louis Papy, « La Vallée du Sénégal, agriculture traditionnele riziculture mécanisée », Cahiers d’O (...)

20Les hautes terres jamais inondées, et les terres au delà du lit majeur, qu’on appelle « dieri », peuvent être cultivées pendant la saison des pluies lorsque le oualo est inondé. Ainsi, le calendrier des paysans de la vallée est rempli toute l’année et permet avec le dieri et le oualo, deux récoltes par an, une de saison sèche et une d’hivernage4.

L’économie Toucouleur

  • 5 La Moyenne Vallée du Sénégal, op. cit.

21Dès les premières pluies, en juillet, on sème. Le semis ne réussit que dans la mesure où de nouvelles pluies surviennent à temps. Un deuxième, parfois un troisième semis seront nécessaires. « Le nombre de chutes de pluies est très faible, et chacune n’agit que sur un territoire réduit. Ainsi, il est rare que la quantité d’eau adéquate tombe à la période souhaitable »5.

22Dans le oualo les semis se font fin décembre ou janvier, 15 à 20 jours après la retraite des eaux. Les techniques de travail n’ont pas varié depuis mille ans. Pour le semis hommes, femmes et enfants travaillent en équipe, avec la « daba » (houe) traditionnelle et le « lounagal » (bâton à fouiller).

23Pendant les deux saisons la lutte contre les mauvaises herbes doit s’accompagner d’une lutte épuisante contre les animaux prédateurs : sauterelles, rats, oiseaux et phacochères.

24Pour les dieri, la conjugaison des facteurs climatiques et l’action des déprédateurs, rendent la récolte très aléatoire. Pour le même champ d’une année à l’autre, et la même année d’une région à l’autre le rendement peut passer de 1 à 10. Le rendement moyen se situe à 350 kg/ha, mais les champs non détruits atteignent facilement 1 000 kg/ha.

25Le rendement du oualo, bien qu’aussi soumis aux hasards des déprédateurs, est plus constant que celui du diéri, et plus élevé en moyenne, se situant aux alentours de 450 kg/ha, les meilleurs champs atteignant 750 kg/ha.

  • 6 Le lecteur désirant plus d’informations sur les Sarakollé pourra se reporter aux ouvrages suivante (...)

26Si on remonte le Fleuve, on descend peu à peu vers le sud et on se situe dans des zones de pluie plus abondantes. Le rendement moyen du dieri augmente ainsi dans le Guidimakha celui-ci atteint 600 kg/ha, et dépasse donc le rendement du Oualo. Le Guidimakha, et la partie du Fleuve qui lui sert de frontière sont la région peuplée par les Sarakollé, à propos desquels nous ne pouvons pas nous étendre ici, bien que le système de production et les structures sociales ressemblent beaucoup à celles des Tou-couleurs6.

La famille

27La famille étendue subsiste comme cadre des relations sociales, mais n’est plus depuis longtemps l’unité économique. Chaque homme dès qu’il se marie que lui même ou sa famille possède des terres ou non, prend sa pleine autonomie économique et devient de ce fait chef d’une exploitation agricole indépendante. Le ménage, composé de 5,7 personnes en moyenne cultive 2,28 ha de oualo et 1,49 ha de dieri. En année moyenne cela fait 271 kg de mil par personne. Si on déduit les impôts, les redevances, on voit qu’il faut peu pour que les périodes de soudure soient déficitaires.

28La petite taille des exploitations, la base familiale de l’organisation du travail, le caractère arriéré des techniques, expliquent que le salariat agricole soit pratiquement inexistant Tout au plus un exploitant peut-il engager un petit nombre de jours par an, aux périodes de pointe des travaux agricoles, quelques manœuvres. Néanmoins de très nombreuses formes de prestation de services existent, consistant en journées de travail, entre familles, entre gens de castes différentes, notamment entre serviteurs et maîtres.

Le Régime Foncier

  • 7 Dans le pays sarakollé, où les cultures sous pluie sont plus sûres et d’un rendement plus élevé, l (...)

29Le dieri étant comme nous l’avons vu l’ensemble de terres qui ne sont jamais inondées par la crue, aucun problème quant à l’appropriation ne se pose à son sujet. N’importe qui peut cultiver un champ de dieri et n’importe qui peut cultiver la superficie qu’il désire7.

30La ténure des terres oualo est basée sur la distinction entre le droit de culture et le droit de maître de la terre. Aucun des deux droits ne correspond à la notion occidentale de propriété.

31Le droit de culture sur une terre appartient au défricheur (ou à son maître si le défricheur est esclave) et a ses descendants. Ce droit peut être prêté ou loué, mais n’est presque jamais aliéné.

32Le droit de maître de la terre est issu des récompenses octroyées par les conquérants successifs de la vallée. (Peulhs, Torodos, État Colonial Français) son titulaire a droit à des redevances de la part du cultivateur. Le Maître de la Terre a aussi d’autres attributions de type judiciaire dans l’arbitrage des conflits entre les détenteurs de droits de culture sur les terres dont il est maître.

33Les redevances payées par le détenteur du droit de culture au maître de la terre sont de trois types en gros :

  • le « n’dioldi » ou droit d’entrée dans la terre lors du retrait des eaux,
  • « l’assakal », 10 % ou dime, paiement traditionnellement d’origine religieuse,
  • le « tiotigou » (rachat) ou droit d’accès pour l’héritier du droit de culture.

34L’assakal est payé par tous, tandis que les autres redevances se font de plus en plus rares. En dehors de l’Assakal, dont le taux est par définition fixé à 10 %, il n’existe pas de règles bien définies pour la fixation du taux des autres redevances. Ils résultent en général d’un accord entre le maître de la terre et le détenteur du droit de culture. Les droits de certains maîtres de la terre pouvaient s’étendre sur plusieurs milliers d’hectares.

35Aujourd’hui la taille des grandes propriétés foncières semble beaucoup plus importante en amont, notamment à partir de Kaedi, où certaines propriétés atteignent 300 à 400 ha. A l’ouest de Boghé, un très grand nombre de propriétaires fonciers possède 40 ha.

36Le paiement des redevances se faisait jusqu’à ces derniers temps en nature : une chèvre ou une brebis pour le tiotigou des champs petits ou moyens, un ou deux bœufs pour le tiotigou des champs plus grands. Lorsque le détenteur du droit de culture est un artisan le n’dioldi se paye encore fréquemment sous la forme de produits de l’artisanat. Le paiement en espèces devient néanmoins de plus en plus fréquent, surtout depuis que la sécheresse a décimé le bétail.

37On observe depuis plusieurs décennies l’affaiblissement des droits des grands maîtres de la terre. Les redevances se font de plus en plus rares.

38Avec la disparition du droit de maître, le détenteur du droit de culture devient un véritable propriétaire.

39Le propriétaire ou détenteur du droit de culture peut louer sa terre. Les contrats de location les plus courants sont :

  • « « loubal », ou paiement de 10 % de la récolte, l’équivalent de l’assakal,
  • le contrat « rempetien » ou le melayage, le paiement consiste entre 1/2 et 1/3 de la récolte,
  • location « thiogou » : location pour un nombre d’années, avec une somme versée au début et ensuite le paiement de l’assakal.

40Les loyers varient selon plusieurs critères :

411) Selon que la crue est faible, moyenne ou forte, les surfaces humectées varient passant, pour les deux rives de Fouta, de 100 000 ha à 225 000 ha. L’abondance de terres disponibles influence le taux des redevances : dans les années de crue faible on cultive 100 000 ha tandis que les années de crues fortes on ne cultive que 150 000 ha ; il y a ainsi un excès de l’offre de terres ces années-là.

42Les faibles crues favorisent les grandes familles terriennes, surtout en amont où elles possèdent une grande partie des terres basses, qui dans ce cas sont les seules inondées.

43Les familles appartenant aux castes d’artisans et de serviteurs qui possèdent surtout des terres hautes sont très défavorisées ces années-là : elles ont obligées de louer des terres à des taux souvent très onéreux. Les crues fortes par contre défavorisent les grandes familles qui trouvent difficilement à louer leurs terres qui restent souvent en friche ces années-là. Une enquête menée en 1958 établissait que 8 % des cultivateurs préfèrent une crue faible tandis que 68 % préfèrent une crue forte.

442) Les taux varient aussi selon la caste à laquelle appartient le locataire, selon les qualités de la terre, le temps de submersion, la date de retrait des eaux etc. Autant de facteurs qui influent sur le rendement.

45Une même famille, si elle n’a pas assez de terres propres louera, ou cultivera à titre du droit de culture en payant les rédevances coutumières. Au fur et à mesure qu’on descend le fleuve, le droit traditionnel se dégrade et le pourcentage de champs qui sont propriété personnelle ou familiale augmente. La ténure des terres d’une famille moyenne se distribue ainsi :

  • 8 La Moyenne Vallée du Sénégal, op. cit.

Tenure des champs, %8

Tenure des champs, %8

46Il existe en amont où la structure sociale traditionnelle est mieux conservée une véritable classe de grands propriétaires fonciers qui avait établi sa prédominance politique en s’appropriant une grande partie des terres, dont la rareté faisait le prix. Dans cette région 69 % des ménages estiment n’avoir pas assez de terres, et 68,5 % des terres mises en valeur donnent lieu au payement d’une redevance ou d’un loyer.

  • 9 Pour un exposé du système des castes on pourra se référer à l’exposé de Abdoulaye Baba Diop, Socié (...)

47La tenure de la terre cultivée par une famille varie selon la caste à laquelle elle appartient9. Par caste la tenure d’une famille se répartit ainsi, en % :

  • 10 La Moyenne Vallée du Fleuve Sénégal, op. cit.

Note 1010

48Les Mathioudo, anciens captifs, qui composent 21,5 % de la population n’accèdent que rarement à. la propriété sous quelque forme que ce soit, familiale ou individuelle. Ils payent des loyers ou des redevances traditinonelles sur 91 % des terres qu’ils exploitent. Les redevances qu’ils payent sont en général plus lourdes que celles que payent les autres castes, ce qui les oblige à cultiver des superficies beaucoup plus étendues que celles mises en valeur par les familles d’autres castes.

L’élevage

49Après l’agriculture et la pêche vient l’élevage comme source de revenu. Avant la sécheresse les plus riches propriétaires toucouleurs avaient jusqu’à 600 têtes de bovins ce qui fait plusieurs troupeaux nomadisant parfois très loin du village sous la charge d’un berger Peulh ou même Maure. Aujourd’hui avec 40 têtes de bétail on est considéré comme un très grand propriétaire. Les familles ayant seulement quelques têtes, mettent leur bétail en commun et embauchent un berger collectif. Avant la sécheresse 12 % des ménages avaient un troupeau suffisamment grand pour justifier à lui seul un berger (plus de 20 têtes).

50Sur la base du prestige et de la solidarité parentale les propriétaires fonciers Toucouleurs ont constitué une force politique décisive dans l’État mauritanien, mais une force qui n’a pas cessé de décliner en raison du relâchement des structures sociales traditionnelles, du déclin absolu et relatif de l’activité économique de la vallée et de l’importance croissante des Maures.

Le troc

51Le village forme le plus souvent un ensemble pouvant vivre en autarcie, sans recourir à aucun échange monétaire. Une trentaine de produits sont régulièrement soumis au troc. 64 % sont des trocs de lait caillé contre mil ou sorgho, 16 % sont des trocs entre poisson et mil et sorgho.

  • 11 La Moyenne Vallée, op. cit.

52L’utilisation de la production est la suivante : en décomposant la production agricole on trouve que l’autoconsommation atteint 89 % pour les céréales, 91 % pour les oléagineux, 72,5 % pour les fruits et légumes11.

Les Peulhs

53Il existe une tendance à opposer exagérément le mode de vie des Toucouleurs et des Peulhs. En réalité il y a entre’eux une grande similitude. La langue est la même pour les deux, et contrairement à ce qui est souvent affirmé les Peulhs cultivent aussi la terre. La principale différence est dans les déplacements, ceux-ci touchent un pourcentage plus élevé des groupes familiaux chez les Peulhs, un nombre plus élevé des membres de chaque famille, et les déplacements même, dont l’importance est fonction de la taille des troupeaux, ont une beaucoup plus grande envergure.

54Le ménage possédait avant la grande sécheresse, en moyenne une dizaine de bovins, et une vingtaine d’ovins et caprins. Les plus grands propriétaires pouvaient avoir jusqu’à 2 000 bovins et 10 à 20 000 ovins, caprins. Les plus beaux spécimens arrivant aux abattoirs de Dakar étaient des Zebu Peulhs.

55La sécheresse a sévèrement touché les Peulhs. Mbout, Kiffa, Kaedi, sont remplis de réfugiés travaillant comme porteurs d’eau ou boys, pour la simple nourriture et 200 Ouguiya par mois. Dans l’Assaba où les troupeaux Peulhs étaient réputés pour leur prospérité, les plus grands propriétaires possèdent aujourd’hui 400 têtes. En se sédentarisant, les Peulhs ont une très forte tendance à ne constituer qu’une seule communauté avec les Toucouleurs.

56Etant donné que le recensement ne distingue pas Peulhs et Toucouleurs, il est difficile d’estimer leur nombre exact.

Les Maures Noirs du Fleuve

57Les Haratines sont les descendants des esclaves noirs capturés par les tribus nomades d’origine arabe et berbère. Avant la sécheresse quelques 50 000 encore attachés à leur fraction par des liens de servitude, que nous décrirons plus bas, s’installaient saisonnièrement près du Fleuve pour cultiver les terres oualo sur lesquelles leur tribu ou fraction a des droits. Sur 50 000 ha de Oualo cultivés dans la rive mauritanienne en année moyenne, les Haratines maures en cultivent 13 000 ha.

58En décembre, ils s’installent avec leurs tentes auprès des terres inondées. Janvier, février et mars sont des mois de cueillette de la gomme, d’entretien et de surveillance des champs. En avril, mai, prend place la récolte et comme c’est la fin de saison sèche et que l’eau et l’herbe se font de plus en plus rares vers l’intérieur, la plupart des bêtes gagne la région du fleuve où elles peuvent s’abreuver librement et se nourrir dans les fanes des champs où le mil a été récolté. En juin ou juillet selon la date à laquelle tombent les premières pluies les familles haratines regagnent l’intérieur où se trouvent les mares, et les terrains de culture d’hivernage appartenant à leur fraction, plus loin à l’intérieur même du Sahel.

59Ces ménages haratines combinent l’élevage à l’agriculture et possédaient avant la sécheresse en moyenne 5 bovins, 25 ovins, 10 caprins et 1 ou 2 ânes. Ils tiraient de l’élevage 40 % de leurs revenus monétaires. (Pour un Toucouleur ce chiffre est de 11 %, pour le Maure Blanc de 79 %).

  • 12 Selon l’enquête du Sédès de 1965, 33 % de la population maure serait composée d’esclaves et de des (...)

60Les droits sur les terres appartiennent toujours chez les Maures à des familles de Maures blancs (Bidanes), auxquels les Haratines payent encore des redevances12 : en 1960 sur 100 cultivateurs sur oualo, 48 payent des redevances à leur maître ou ex-maître, 14 payent la dime coranique, 8 payent une location à des propriétaires Toucouleurs, 14 ne payent aucune redevance.

61Mais même lorsque le cultivateur haratine se déclare propriétaire par héritage de la parcelle qu’il cultive, il continue dans les 3/4 des cas à faire des cadeaux en mil aux maîtres et chefs de fraction (en moyenne 30 kg par exploitant). Sur 17 nobles blancs interrogés par l’INSEE, 13 ont déclaré recevoir des dons en mil, la moyenne pour les 13 était de 600 kg, c’est-à-dire la ration annuelle pour 4 personnes. L’ensemble des prestations payées par les Haratines de la vallée était évalué en 1960 à 2 000 tonnes de mil. Ces quantités peuvent paraître ridiculement faibles mais étant donné la pauvreté du pays elles permettent aux nobles de cultiver une clientèle qu’ils peuvent mobiliser dans leurs manœuvres politiques.

62Certains nobles Maures peuvent atteindre une richesse foncière considérable. Ici encore nous ne disposons pas de déclarations de propriété ni de cadastre et ne pouvons que donner quelques renseignements obtenus lors des enquêtes sociologiques préliminaires aux grands travaux d’aménagement agricole. L’actuelle Ferme d’État de M’Pourie, 700 ha de Oualo, appartenait à un seul propriétaire Maure, qui tirait de ses métayers Ouolofs et Haratines 35 à 45 tonnes de redevances par an. Il s’agit d’un noble de Boutilimitt, d’où sont issues les familles les plus influentes dans l’État. Plus à l’Est sur les terres inondées par un des Gorgol (affluent du Sénégal), l’enquête sociologique destinée à préparer la construction d’un grand barrage, a trouvé 300 ha appartenant à un seul noble Maure, un des personnages locaux les plus influents du Parti du Peuple Mauritanien.

63La sécheresse, en rendant impossible la culture sous pluie, en détruisant une grande partie du bétail et rendant très peu productif le reste a rendu impossible cette migration vers le Nord pour beaucoup de Haratines, qui sont ainsi devenus des cultivateurs sédentaires, dans la région du Fleuve. Beaucoup d’entre eux construisent maintenant des maisons en Banco et laissent la tente.

B. TENDANCES GÉNÉRALES DE LA VALLÉE

Déclin de l’économie traditionnelle

64En gros, trois causes expliquent ce déclin : la diminution du rendement de la terre, la ruine de l’artisanat et du commerce traditionnels, et l’émigration.

  • 13 Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, 1939.
  • 14 Louis Papy, La Vallée du Sénégal..., op. cit.
  • 15 L. Revol, « Le Fleuve du Sénégal », Revue Coloniale, 1864.

65« La diminution de fertilité s’observe aussi bien sur une rive que sur l’autre » écrit Mahmadou Ahmadou Ba13. Plusieurs indices confirment cette constatation, la vallée n’est plus le grenier à mil qu’elle était autrefois. Louis Papy essaie d’expliquer ce phénomène : « il faut noter une accélération de la vitesse des crues. Celles-ci donnent, il paraît bien, une chasse plus puissante que par le passé et laissent dans le Oualo moins de dépôts limoneux ». L’auteur donne trois raisons à cette accélération : le déboisement du bassin versant et du ht majeur, « la forêt devait jadis freiner quelque peu la crue », une deuxième raison serait l’avance des sables du désert, qui en rétrécissant le lit du fleuve à certains endroits provoqueraient une accélération du passage de l’eau. A ces deux causes de longue durée s’ajoute une troisième : l’arrasement des seuils. « Tous les récits décrivent les obstacles qu’ils représentaient pour la navigation » ; depuis 1875… leur terrassement systématique a été poursuivi par le Génie Militaire et les services des Travaux Publics… »14. En 1864, le Lieutenant Revol avait présenté ainsi le problème : « la première solution serait celle qu’apporterait un système de barrages artificiels, de canaux latéraux, d’écluses par lesquelles les communications seraient maintenues constantes toute l’année entre les points extrêmes du Fleuve, solution tellement coûteuse, tellement disproportionnée à l’industrie, aux intérêts commerciaux, aux politiques qui sont en jeu, qu’elle semble devoir être rejetée… »15. En effet, on choisit la solution rentable.

  • 16 Winter et Pollet, La Société Sonlnké, 1965.
  • 17 Lasnet, Chevalier, Cligny et Rambaud, Une Mission au Sénégal, Paris, 1900.

66L’artisanat Toucouleur, Ouoloff, Sarakollé et Bambara avait atteint des niveaux assez remarquables. Pour s’en faire une idée il convient de dire quelques mots sur la métallurgie et les cotonades. « Jadis le forgeron se chargeait lui-même d’extraire le fer de pierres trouvées dans la brousse », écrivent Winter et Follet16. « Comme les Toucouleurs et les Mandingues, ils (les Sarakollé) emploient de hauts fourneaux de trois à quatre mètres où le minerai alterne avec le combustible »17, écrit un auteur du début du siècle. Pour une énumération des outils du forgeron on pourra consulter Saint Père (Les Sarakollé du Guidimakha, Paris, 1925), et pour une description du processus de travail François de Zeltner, « Notes sur quelques industries du Soudan Français », L’Anthropologie, 1915. Pour se faire une idée du degré de maîtrise des forgerons traditionnels on peut dire qu’il est généralement admis que les forgerons de Samory étaient arrivés à produire d’assez bons spécimens de fusils à cartouche, en imitant les modèles européens. On considère aussi comme presque certain que dans l’artillerie de El Hadj Omar, il y avait des pièces de fabrication artisanal. Et de nos jours, malgré le déclin de la profession, il est courrant que les forgerons fabriquent des pièces de rechange pour les bicyclettes, voitures et armes à feu. La fabrication du fer fut la première à disparaître. Ensuite certains outils maintenant fabriqués en Europe avec des alliages beaucoup plus résistants : les limes, ciseaux à métal etc. La tendance actuelle est la disparition des forgerons dans tous les domaines sauf la production de bijoux.

  • 18 Youssouf Koita, Les Atouts de la Vallée Mauritanienne, 1968.
  • 19 Saint Père, Les Sarakollé du Guidimakha, Paris, 1925.
  • 20 Charles Monteil, Le Coton chez les Noirs, Dakar, 1925.
  • 21 Charles Monteil, op. cit.

67« De chaque côté du Fleuve écrit Youssouf Koita, les étendues de coton donnaient l’impression de vastes espaces étoilés. Nous y avons connu la récolte des flocons de fin duvet que les femmes, toucouleurs et sarakollés, déposaient dans leurs paniers en bois de gonakier »18. « Le coton aussitôt cueilli, est séché, puis battu, peigné et ouvert avec les doigts il est ensuite égréné… pour être remis aux tisserands, qui en confectionnent de bonnes et solides étoffes, parfois très jolies… »19. «Certains de ces tisserands sont de véritables artistes, des manières de virtuoses de la navette ». Nous n’avons pas des renseignements précis sur Oualata et Audaghost (villes situées en territoire mauritanien), mais en ce qui concerne une ville de développement semblable : « aux environs de 1591, il y avait à Tomboctou 26 ateliers occupant 1 500 à 2 000 ouvriers, chaque maître ayant entre 50 et 100 apprentis »)20. Au xviiie siècle certains pagnes Ouoloff étaient vendus pour des véritables fortunes à Londres où ils étaient à la mode. D’abord les tissus de l’Inde ensuite les tissus anglais fabriqués industriellement à partir du coton américain vinrent concurrencer pour ensuite faire disparaître cette florissante industrie. « Il n’y a pas qu’un intérêt historique à remonter à ce lointain passé » écrit Charles Monteil « il contient des enseignements qui demeurent dignes aujourd’hui d’être médités ». Ce très grand africaniste dès 1925, avance une idée extrêmement intéressante en affirmant qu’au lieu d’introduire des espèces importées et des technologies de pointe, techniques difficiles à dominer par les autochtones et aux résultats incertains, « il convient plutôt d’utiliser les procédés des indigènes en les améliorant et les amplifiant »21.

  • 22 Saint Père, « La culture et le Traitement du Riz dans le Cercle du Guidimakha ».

68Il faut aussi mentionner une autre culture pratiquement disparue, celle du riz. En 1923, Saint Père écrivait : « Le cercle du Guidimakha produit une quantité assez importante de riz qui augmente d’année en année… Le commerce de Bakel est un gros acheteur du riz décortiqué du Guidimakha ». A fin de développer cette production ce dévoué administrateur adjoint propose quelques améliorations des techniques traditionnelles : « l’usage de machines à décortiquer le riz procurerait certainement une importante augmentation de la récolte… Il n’est pas impossible qu’en présence des résultats obtenus l’usage de ces appareils ne se généralise ensuite dans la contrée… »22. Les rêves de M. Saint Père ne se sont pas matérialisés, le Guidimakha se spécialisera non pas dans la production de riz mais dans l’exportation de travailleurs émigrés saisonniers vers les zones arachidières du sud du Sénégal, le Sénégal lui, exportera de l’arachide et de l’huile vers l’empire français, et c’est à l’Indochine, que reviendra la tâche de fournir du riz pour l’Afrique de l’Ouest Française.

  • 23 Abdoulaye Bara Diop, Société Toucouleur et Migration, Dakar, 1965.
  • 24 Winter et Follet, La société Soninké.
  • 25 Cheikh Sâad Boun Kamara, Les travailleurs Mauritaniens en Fronce, oct. 1976, thèse de doctorat, Mo (...)
  • 26 Adrien Adams, Le long voyage des gens du Fleuve, Maspero, 1977.

69La troisième cause du déclin de l’économie traditionnelle est à trouver dans l’émigration privant l’agriculture et les métiers d’une partie importante de la force de travail masculine. Dans les zones Toucouleurs, c’est-à-dire la moyenne vallée du Fleuve, on estime en 1965 à 25 % le pourcentage d’hommes de plus de 14 ans qui sont absents. 86 % de ces émigrés partent vers les centres urbains sénégalais. « 80,5 % des sujets interrogés affirment que l’une des raisons de leur départ (et la plus importante) est la recherche de nourriture »23. Ces chiffres sont antérieurs à la grande sécheresse du Sahel, donc on doit considérer que même en année de pluviométrie moyenne, la société toucouleur de la moyenne vallée engendre une émigration. Chez les Sarakollé « la production agricole couvre la demande alimentaire, … mais elle ne suffit pas à satisfaire les autres besoins économiques qui s’expriment en argent : paiement de l’impôt, et de la dot, biens de prestige… » « … c’est pourquoi la population doit recourir à une autre source de rentrées, celle que représentent les travailleurs salariés saisonniers »24. Cette situation apparemment meilleure de l’agriculture, n’a pas empêché les Sarakollé de devenir les émigrants par excellence : « Nous n’avons pas eu connaissance d’un seul exemple d’un homme n’ayant pas travaillé au Sénégal le temps d’une récolte… la plupart font 4 ou 5 hivernages »(24). Parmi les 15 000 Mauritaniens travaillant en France, 70 % seraient des Sarakollé, et 15 % des Hal - Poular (Toucouleur et Peulhs)25. « L’émigration a valu une certaine prospérité aux villages Soninké. Des mosquées et des maisons en dur ont vu le jour ». Mais le prix payé est lourd et peut être durable. L’économie se trouve complètement déséquilibré et dépendante de l’extérieur. « Même lorsque les pluies sont revenues en 1974, beaucoup de champs sont restés sans culture »26.

Développement de l’économie moderne

70A côté des cultures traditionnelles de Dieri et Oualo, nous trouvons dans la région du fleuve un secteur moderne dans lequel on peut distinguer quatre composantes : les fermes d’État, les coopératives, le secteur capitaliste privé, et les jardins maraîchers irrigués avec des arrosoirs à main.

71Le secteur d’État est représenté principalement par la ferme M’Pourie. Financée par la Chine Populaire et encadrée par ses techniciens, la ferme d’État se fixe comme objectif la production mécanisée de riz, la recherche rizicole, la sélection de semences, et la formation d’un personnel mauritanien qualifié. Il s’agit de production de riz dans des casiers aménagés et irrigués à partir du fleuve Sénégal par des motopompes. Les surfaces aménagées et la production ont évolué ainsi :

72La ferme devra atteindre 800 ha et permettre deux récoltes par an lorsque le barrage de Diama sur le delta du Fleuve empêchera les eaux salées de remonter pendant la saison sèche. A part cette grande ferme, les autres fermes d’État ont principalement des buts expérimentaux et de recherche scientifique.

73Contigüe à la ferme de M’Pourie, la République Populaire de Chine finance une coopérative qui doit compter 3 200 ha et dont seulement 276 sont aménagées. La ferme d’État fournit les travaux lourds, les semences les engrais et l’eau, et reçoit des coopératives un payement lors des récoltes. Les parcelles sont de l’ordre de 0,4 à 0,8 ha par famille. La majorité des coopérateurs sont des Ouolofs, ensuite avec un nombre légèrement inférieur viennent les Haratines maures, et une minorité toucouleur.

74En remontant le fleuve on trouve entre Rosso et Kaedi une dizaine de coopératives financées par le FED destinées à la riziculture irriguée et au maraîchage, totalisant 250 ha, avec 100 ha en voie d’aménagement pour cette année.

  • 27 Bulletin de l’Afrique Noire, n° 914, 25 mai 1977.

75Les résultats pour la saison d’hivernage ont été les suivants27 :

76Les coopératives sont des expériences nouvelles pour les paysans, la surface moyenne est très faible, de 0,17 ha par famille. Plusieurs familles se mettent d’accord donc et envoyent un paysan s’occuper de plusieurs casiers de riz tandis que les autres s’occupent des cultures traditionnelles de celui qu’ils ont délégué. A Le Boudou la surface moyenne est de 0,07 ha par famille. Les coopératives sont donc en année normale une activité d’appoint, et en mauvais année une source de secours, mais ne sont pas considérées par les paysans comme leur principale forme de culture.

  • 28 « Document de travail, Commission Rurale du 3» Plan de Développement », 1973.

77Lors de l’élaboration du 3e Plan, en 1973, on a réaffirmé l’importance du secteur rural en insistant sur le fait que « la clef de voûte de la croissance de l’agriculture autour du troisième plan demeure le développement des structures coopératives »28. Les différents budgets n’ont pas réussi à concrétiser ce choix. Les projets d’aménagement de coopératives sont très en retard. Le Plan prévoyait 2 500 ha aménagés pour 1977 dans le seul secteur coopératif de M’Pourié, or en mars de cette année seulement 276 étaient achevées. Dans les périmètres financés par le FED on prévoyait 480 ha, or seulement 250 sont en culture. La plaine de Boghe devait compter déjà 2 000 ha aménagés et irrigués, les travaux n’étaient pas encore commencés. Le projet pilote du Gorgol, de 700 ha devait déjà fonctionner depuis deux ans, en mars 1977, la station de pompage n’était pas encore achevée. On prévoit en tout de réaliser 16 000 ha, mais les fonds ont été trouvés pour seulement 3 500, et seulement 1 500 ha ont été réalisés.

78Quelles sont les raisons de ce retard ? On pourrait énumérer l’un après l’autre les différents goulots d’étranglement, mais on resterait à la superficie des véritables causes. Le développement impressionnant de l’Armée mauritanienne en 1976, qui de 3 000 hommes passa à 18 000, et se renforça de centaines de blindés et véhicules de transport, surmonta les problèmes de mobilisation et de ravitaillement, montre que les possibilités de mobiliser une force sensiblement égale au total de la main-d’œuvre salarié de l’industrie, et du commerce, étaient possibles. La véritable raison donc du retard des projets agricoles, malgré leur modestie, réside dans la relative indifférence des élites dirigeantes, qui attendent pour réaliser ces projets des financements extérieurs.

  • 29 Publications des services de la statistique.

79Cette indifférence des couches privilégiées pour les questions agricoles est réflétée dans les statistiques des boursiers recevant un enseignement supérieur à l’étranger (au 1er janvier 1975) ; sur un total de 498 boursiers, seulement 6 faisaient des études d’agronomie, agriculture ou génie rurale. 127 faisaient des études de Droit, Sciences Economiques, Economie et Etudes Commerciales, et 80 faisaient des études d’architecture29. Ces chiffres révèlent la tendance du capital privé, appartenant aux nationaux, à s’orienter vers la spéculation immobilière, la construction immobilière, le commerce, l’import-export et autres activités peu productives. Elle montre aussi le penchant des élites à se soumettre aux tendances spontanées du capital privé et public.

  • 30 « La 6e région, grand développement de l’initiative privée en Agriculture », Bouh Demba Chaab, 8 a (...)

80Il faut néanmoins nuancer ce jugement et remarquer que depuis quelques années cette situation change. Si les coopératives style FED piétinent, les exploitations privées à base de travail salarié et irrigation par motopompes connaissent un certain essor. Plusieurs exploitations existent à Jeder el Moghène à quelques kilomètres de Rosso. Un exploitant a déjà aménagé 100 ha dont 20 sont déjà irrigués. A Boddad un exploitant a aménagé 50 ha, il possède un camion, une camionnette et un bulldozer. A Tékane, une société appartenant à plusieurs frères a aménagé 180 ha de casiers rizicoles irrigués par des motopompes, et 6 hectares de bananes grâce à l’épargne privée et un prêt de 10 millions d’UM, de la part de la Société Mauritanienne de Banque. Le travail est mécanisé et emploie 15 ouvriers permanents. Un autre résident à Tékane est en train d’aménager 10 ha30.

81Un nombre important de hauts fonctionnaires, surtout liés aux services d’État de l’agriculture, sont en train d’aménager des terrains privés, irrigués allant de 10 à 50 ha, grâce à leur épargne, à des bénéfices commerciaux accumulés par eux ou leurs parents, et aussi des crédits du secteur bancaire qui semble s’intéresser à l’agriculture devenue rentable depuis le développement vertigineux des marchés des villes et le déclin de l’agriculture traditionnelle. On parle de plus en plus de fonder une institution spécialisée dans le crédit agricole destinée à encourager ces activités modernes présentant pour le système bancaire des garanties de solvabilité autres que l’exploitant traditionnel. En ce qui concerne les casiers rizicoles par motopompes, les entrepreneurs privés semblent plus aptes à se développer que les collectivités paysannes.

82Un quatrième élément nouveau est apparu dans la vallée mauritanienne depuis un an ou deux. La crue du fleuve ayant été tellement faible (5 000 ha inondés en 1976 sur 50 000 en année normale) pour ne pas rester oisives, les populations ont commencé à cultiver des jardins familiaux irrigués à la main avec des arrosoirs. Les cultures pratiquées sont les tomates, les pommes de terre, les courgettes, les choux, etc. En 1977, certaines familles avaient récolté 80 kg de pommes de terre, ce qui n’est pas beaucoup, mais devrait être un stimulant pour étendre les cultures avec irrigation manuelle faute de motopompes. Le gouvernement a distribué gratuitement des arrosoirs, et des semences à titre d’aide aux villages sinistrés. Par ce moyen relativement pénible d’irrigation, qui rejoint la culture irriguée sous les palmiers, les paysans obtiendront un complément de nourriture suffisant peut-être pour les dissuader de quitter leurs villages.

Possibilités d’amélioration et perspectives

83Un débat sur la line de développement agricole oppose les experts et responsables agricoles. Peut-on améliorer les cultures traditionnelles, ou est-ce, pratiquement impossible ? Le gouvernement doit-il stimuler simultanément et l’amélioration des cultures traditionnelles, et l’introduction de cultures modernes, avec irrigation complète, ou doit-il seulement compter sur le développement des cultures modernes ?

  • 31 Boutillier, Cantrelle, Caussé, Laurent, N’Doye, La Moyenne Vallée du Sénégal, 1962.
  • 32 Colette le Blanc, « Un Village de la vallée du Sénégal : Amadi Oumaré », Cahiers d’Outre-Mer, 1964

84Les enquêtes et recherches les plus sérieuses laissent croire que les cultures traditionnelles ont de grandes possibilités d’être développées si l’on agit, avec l’aide de l’État, sur deux axes, la réforme des structures sociales et l’amélioration des techniques traditionnelles. L’enquête organisée par l’INSEE et le FIDES sur la moyenne Vallée du Fleuve Sénégal en 1957-58, pendant laquelle une équipe multiforme travailla pendant 18 mois, arrive à la conclusion suivante en ce qui concerne le rôle joué par les relations de propriété : « dans l’ensemble cette inégalité semble actuellement freiner l’extension des superficies cultivées. L’agriculteur qui pour cultiver un champs supplémentaire est obligé de le louer et de donner une partie de la production au propriétaire peut préférer se procurer des revenus par d’autres moyens : commerce, émigration, etc. ». « La catégorie des propriétaires fonciers qui ne cultive que de très petites superficies a un comportement de « classe oisive »31 ». En effet si l’Assakal seule peut aller de 35 à 50 kg/ha, l’ensemble des redevances ou le loyer peut atteindre la moitié de la récolte dans les terres les plus riches32. « Ceux qui mettent en culture les plus grandes superficies ne se rencontrent ni chez les grands propriétaires, qui tendent à vivre de leurs redevances, ni chez ceux qui manquent totalement de terres, mais plutôt chez les propriétaires moyens, qui ont suffisamment de terre pour ne pas en louer »(31). Il est très généralement admis qu’une réduction des redevances et le contrôle des loyers stimuleraient une augmentation des superficies cultivées.

  • 33 « La production de céréales dans la vallée : les sorghos », IRAT, juillet-août 1970.

85Il semble possible aussi d’agir sur les rendements. L’Institut de Recherche sur l’Agronomie Tropicale (IRAT) a étudié pendant 10 ans les possibilités d’amélioration de l’agriculture traditionnelle et arrive aux conclusions suivantes : « Pendant longtemps encore les populations de la vallée cultiveront du mil et du sorgho selon les méthodes ancestrales qu’il est logique de s’efforcer d’améliorer là où c’est possible et profitable aux populations autochtones »33.

  • 34 « L’accroissement possible de la productivité des cultures vivrières traditionnelles en Mauritanie (...)

86« Les deux cultures vivrières traditionnelles de Mauritanie, le mil hâtif de saison des pluies et le sorgho de décrue, peuvent voir leur productivité largement accrue grâce à des techniques améliorées »34.

  • 35 « Les travaux de l’IRAT en Mauritanie, bref aperçu et bilan », IRAT, avril 1970.

87« Ces recherches ont déjà largement abouti et permettent d’envisager l’établissement de normes d’équipement adaptées aux différents types d’exploitation possibles ». « Il importe de vulgariser dès que possible les résultats mis au point par la recherche »35.

88« Une simple amélioration et rationalisation des techniques culturales traditionnelles permet de doubler très généralement les rendements en grain, sans investissement »(34). En utilisant en plus des techniques améliorées, une fumure légère (100 kg/ha) l’IRAT obtint les résultats suivants dans la moyenne vallée du Fleuve :

89Sorgho de décrue 1 600 kg/ha

90Mil sous pluie 1 400 kg/ha

91Niébé 1 300 kg/ha

92Ces rendements, à peu près 3,5 fois supérieures aux rendements habituels ont été obtenus sans irrigation artificielle et sans recours aux machines. Avant de cesser ses travaux en Mauritanie l’IRAT avait entrepris des recherches sur « des thèmes plus lourds » dont la vulgarisation envisagée à moyen terme, préparera l’agriculture intensive »(34). Il s’agit notamment de l’utilisation de la traction animale (bœuf et chameau) et de la charrue, dont les résultats ont été excellents.

93Mais avant d’introduire la charrue, il est nécessaire de résoudre le problème de la commercialisation des céréales et leur transport. L’opération « charrue » lancée en 1966 dans les Hodhs, illustre parfaitement ce problème de commercialisation. L’accroissement de la production avait été impressionnant, mais les cours se sont effondrés devant les difficultés du transport et l’absence d’un organisme stockeur capable d’acheter à un prix fixe au moment de la récolte. En 1976, un « Office Mauritanien des Céréales » a été crée. En 1977, dans les régions excédentaires (Hodh Oriental) le mil est tombé à 4 UM le kg. L’Office est intervenu pour acheter à un prix de 7 UM, (dans le but de stimuler la production). La quantité achetée 1 500 t est trop faible pour exercer une pression sur le prix de vente dans les régions déficitaires, mais c’est un bon début. A M’Bout, région excédentaire plus proche des grands centres de consommation le prix offert par les commerçants, 14 UM le kg, a dépassé ce que pouvait proposer l’Office. En mars le mil se vendait déjà à 30 UM à Nouakchott et à 35 à Atar.

94Les bénéfices provenant de la spéculation sur le mil sont importants, l’élément commerçant est puissant dans les structures du parti surtout au niveau régional, il faudra attendre une année de bonnes récoltes pour voir quelle efficacité pourra avoir l’action de l’office. Cette action pourrait provoquer un important transfert de revenus des commerçants et spéculateurs vers les producteurs de céréales, et être ainsi un stimulant important à la production.

95L’idée de stimuler et aider la production traditionnelle se répand de plus en plus parmi la jeunesse scolarisée et patriote, mais n’a pas donné lieu à une option gouvernementale claire. Par contre un certain nombre de facteurs concourent pour rejeter cet axe de développement et concentrer le développement seulement sur les cultures irriguées. Les résultats de la Ferme M’Pourie sont encourageants pour les capitaux privés voulant s’installer dans la branche. La régulation du Fleuve Sénégal (dont les fonds ont été réunis) permettra dans quelques années d’avoir dans la région de Rosso deux récoltes par an au lieu de une. Dans ces conditions la production de riz promet d’être une entreprise très rentable pour les capitaux privés.

96Ces dernières années un pessimisme qui n’est peut être pas fondé se développe en ce qui concerne les cultures traditionnelles. Les opinions de

97Sorgho de décrue 1 600 kg/ha

98Mil sous pluie 1 400 kg/ha

99Niébé 1 300 kg/ha

  • 36 Charles Toupet, Jean Robert Pitte, La Mauritanie, PUF, 1977.

100Charles Toupet et Robert Pitte caractérisent cette nouvelle tendance : « La culture sous pluie ne peut être qu’une culture de survivance. Les techniques de la culture de décrue ne peuvent guère être améliorées ; Le seul domaine susceptible d’amélioration est celui de l’irrigation, surtout dans la moyenne vallée du Sénégal »36.

101Les problèmes crées par la régulation du Fleuve et l’extension des surfaces irriguées sont pourtant sérieux : « Les aménagements vont changer de façon considérable l’écologie de la vallée avec des conséquences encore mal connues »… « Il est prévu une agriculture intensive et sophistiquée qui devrait modifier entièrement les habitudes culturales des paysans mais aussi leur organisation socio-économique ». « La réussite de cette agriculture suppose encore la mise en place d’une infrastructure complexe pour la distribution d’eau et des inputs avec la tenue de calendrier rigoureux, le fonctionnement des installations (dont les défaillances seraient catastrophiques) et la commercialisation ». Et en ce qui concerne les coopératives paysannes, « on ne peut malheureusement exclure l’éventualité d’un ralentissement, au pire d’un arrêt, au bout de quelques années, de la réalisation de périmètres, devant la nécessité où se trouverait le gouvernement de subventionner la nouvelle agriculture ». Les besoins en encadrement seront très importants ce qui risque de poser de grands problèmes notamment en Mauritanie : le recours à des techniciens étrangers risque de peser lourdement sur le budget du projet ».

  • 37 « Rôle possible de la Vallée du Sénégal dans les économies de la Mauritanie et du Sénégal », Min. (...)

102La critique la plus intéressante consisterait dans le fait que ce type de développement agricole qui diminue la main-d’œuvre nécessaire à la campagne ne semble pas en accord avec le type de développement industriel poursuivi, qui lui aussi emploie peu de main-d’œuvre. « Même en cas de réussite entière de l’OMVS la Mauritanie devra donc faire face à un problème d’emploi ou de migration »37.

103Les résultats de la Ferme M’Pourie montrent incontestablement que l’aménagement pour l’irrigation doit se poursuivre, mais cet axe de développement ne peut aller trop vite sans poser d’autres problèmes. L’aménagement de terres permettant d’atteindre l’autosuffisance en céréales prendra plusieurs décennies. Il semble donc qu’une action simultanée dans la direction proposée par l’IRAT permettrait d’aller plus vite, et permettrait aussi l’amélioration des conditions de vie de la paysannerie en attendant l’irrigation.

C. L’ÉCONOMIE MAURE

Organisation sociale

104La société maure peut être divisée selon différents points de vue en : tribus, castes, et classes sociales, notions qui se recoupent, comme nous allons le voir.

La tribu

105La tribu est une unité sociale basée sur la parenté et la clientèle, dont le principe est la solidarité totale et la poursuite d’une même politique. Autour du noyau de chaque tribu (l’Oulad de el Ama, les cousins), se rassemblent toute une gamme d’éléments ethniques différents et inassimilables. Il s’agit des : esclaves, haratines (esclaves libérés et leurs descendants), forgerons et griots. Bien que ces inassimilables n’aient pas d’ancêtre commun avec leurs maîtres, ils étaient considérés et se considéraient comme faisant partie de la tribu, groupe humain ancestralement cimenté par des échanges de services et luttant ensemble pour la vie.

106Une division des tâches selon la position sociale s’établit. Les fils, neveux, cousins du chef de famille surveillent pour lui le travail des serviteurs, aident au dressage des jeunes animaux, vont prospecter le pays à la recherche de pâturages, vont à la chasse, convoient des marchandises. A part ces tâches, un nomade de bonne tente se considérerait deshonoré par un travail manuel quelconque.

107Dans les tribus nomades les esclaves surveillent les animaux qu’ils conduisent aux pâturages et les font boire aux puits. Dans les oasis ils cultivent la terre et soignent les palmiers. Partout ils sont les seuls à faire la cuisine, Ils se chargent de la corvée d’eau.

108Pour certaines tribus les serviteurs et les affranchis représentent la principale richesse. Employés comme bergers, comme cultivateurs ou pour la cueillette de la gomme, leur maître peut leur laisser une certaine liberté de travail. Dans ce cas il ira rendre visite une fois par an au serviteur qui lui remet une partie de la production ou de bénéfices.

109L’esclavage est très courant pour le travail domestique, mais devient de plus en plus rare dans les travaux d’élevage et agricoles. Le recensement général, premier dans l’histoire de la Mauritanie, en cours de dépouillement, n’a pas posé les questions permettant de chiffrer le nombre exact d’esclaves. L’enquête du SEDES de 1965 les avait estimés à 105 000.

110Plus on avance vers le nord, moins l’esclavage est fréquent chez les nomades. Ceci est probablement dû au fait que, pour survivre, les familles chamelières doivent vivre très dispersées, tant la végétation est peu dense. Nourrir des esclaves dans ce cas exigerait un troupeau plus grand de chameaux et une plus grande contrainte pour les pâturages.

111Les Haratines sont des esclaves libérés ou leurs descendants. Ils vivent soit en fraction rattachée à une tribu, soit demeurent rattachés à la famille qui les a libérés, ou dans des petits hameaux de paillotes construites à proximité d’un barrage, d’un champ ou d’une palmeraie. Légalement les serviteurs libérés ne doivent rien à leur maître, mais la coutume les oblige à payer la Zekhat (10 %) ; en outre dans certaines tribus ils sont contraints de donner une redevance annuelle en espèces ou en nature fixée par la coutume.

  • 38 On trouvera une excellente collection d’ouvrages artisanaux dans le livre de F. Delahozière, Forme (...)

112Contrairement à la civilisation toucouleur où les artisans sont divisés en multiples castes, selon la matière qu’ils transforment (bois, métal, etc.), les artisans sont multivalents dans la société maure. Le même artisan fabrique divers objets en bois : socles d’enclumes, manches d’outils, piquets pour dresser la tente, objets d’ameublement, malles, ustensilles à traire, récipients pour manger ou boire, mortier et pilon pour le mil, harnachement, selles d’homme et de femme, traverses pour puits, sandales, étriers, etc. Il fabrique également en métal : bijoux, cadénas, jouets les plus ingénieux, couteaux, marteaux à sucre, et de nos jours les forgerons fabriquent des pièces de rechange pour bicyclette, motos, automobiles, et machines diverses38. Lorsqu’ils s’installent dans les villes ils ont tendance à se spécialiser : maçons, cordonniers, tailleurs, bijoutiers, etc.

113Certains jeunes fonctionnaires ont proposé que les artisans soient aidés et encadrés, pour que leur production, au heu de décliner et disparaître, progresse et s’améliore, et puisse s’insérer dans des plans d’équipement de l’agriculture avec des outils et instruments simples : charrues, et autres outils intermédiaires plus développés que la daba. Cette idée n’a pas encore pu se matérialiser. Le seul avenir envisagé pour l’artisanat traditiinnel est la production artistique pour le tourisme. C’est ainsi que le budget des Services de l’Artisanat prévoit des soldes pour 8 fonctionnaires : 2 agents foires et expositions, 3 hôtesses foires et expositions, 1 secrétaire dactylo, 1 planton et 1 chauffeur.

Classification des tribus

114La tradition établit une division des tribus : d’abord il y a les tribus guerrières hassanes, d’origine arabe, ensuite les tribus maraboutiques des lettrés, d’origine berbère, qui n’ayant pas pris les armes lors de la conquête hassane ont gardé certains privilèges, en bas de l’échelle il y a les tribus tributaires issues des berbères vaincues. Ces tribus s’unissent entre elles dans les relations d’allégeance ou de symbiose pour former des confédérations ou des émirats, dans lesquelles les tribus guerrières n’étaient pas nécessairement prédominantes. Par exemple dans le Brakna et le Tagant, les grandes familles maraboutiques n’ont jamais cessé d’exercer le pouvoir, qu’elles ont partagé néanmoins à des degrés divers avec les Hassanes.

  • 39 Paul Dubié, La vie matérielle des Maures, Dakar, 1953.

115La paix française n’a pas favorisé les guerriers. La colonisation en établissant un État centralisé ayant pour but entre autres, de protéger la propriété et le commerce, a rendu inutile la protection qu’ils offraient. Les redevances que leur payaient les lettrés ou marabouts (ghafer) sont peu à peu tombées en désuétude, l’infuence dont les tribus maraboutiques jouissaient auprès de l’administration française interdisant aux Hassanes d’exiger leurs redevances. L’administration a aussi supprimé le droit des Hassanes sur les puits nouvellement construits (droit qu’auparavant ils avaient). Elle a aussi autorisé les tributaires de racheter « les Hormas » (leurs obligations envers le suzerain arabe), en donnant à celui-ci, une fois pour toutes, la moitié de leur bétail. Paul Dubié décrit une situation caractéristique de cette époque, celle de deux campements du Trarza des années 40 : celui d’un grand guerrier en déclin (l’Emir du Trarza), et celui d’un grand marabout de plus en plus riche et influent (Cheick Sidia des Oulad Biri)39.

116Les tribus maraboutiques vivaient surtout de l’élevage et du commerce. Il y a toute une hiérarchie parmi leurs lettrés allant des petits répétiteurs du Coran, jusqu’aux savants chefs d’universités ambulantes réputées, et les saints ayant des disciples et collectant des redevances religieuses dans toute l’Afrique de l’Ouest.

117La hiérarchie des marabouts varie aussi avec leur généalogie plus ou moins liée à la decendance du prophète et autres saints réputés, ainsi qu’avec leur richesse. La richesse étant liée au nombre d’élèves reconnaissants (Télamides) payant une redevance semblable à la Horma, et ayant une situation semblable à celle des tributaires. La renommée, la richesse, pouvaient rendre la protection d’un grand marabout aussi important que celle des grands chefs guerriers.

  • 40 Pour des connaissances plus approfondies des structures sociales des Maures on pourra consulter le (...)

118Ce sont les familles maraboutiques que la paix française a le plus favorisées. Avec la sécurité du commerce et de l’élevage leur richesse s’est développé considérablement. Bien que la grande majorité des tribus maraboutiques soient pauvres, et que leurs membres vivent à des degrés divers de leur propre travail, l’essentiel du pouvoir en Mauritanie est aujourd’hui entre les mains des grandes familles maraboutiques40.

Climat et géographie

119La vie des Maures est aussi directement déterminée par les conditions naturelles que celle des noirs du Fleuve. Les espèces animales et végétales dont les Maures tirent leur subsistance dépendent directement de la géographie et du climat.

120Les géographes distinguent en gros trois types de climat en avançant du sud vers le nord : soudanien, sahélien, saharien.

121Le climat soudanien est caractérisé par des précipitations suffisantes pour permettre une agriculture sous pluie. Les géographes le situent au sud de l’isohyète 500 mm. On peut considérer comme climat soudanien le Sud de l’Assaba, la majorité du Gorgol, et du Guidimakha. En réalité on trouve des cultures sous pluie bien plus au nord, mais le caractère aléatoire du rendement est accentué.

122Le climat sahélien est par définition celui où les précipitations ne sont pas suffisantes pour permettre une agriculture sous pluie mais entretiennent une végétation de savanes et de forêts parcs, et un tapis continu d’herbes. Elle correspond approximativement à la zone se situant entre les limites de 100 à 500 mm de pluies par an. Dans les dépressions, la végétation a tendance à être soudanienne. Il y a entre les deux climats toute une zone de transition dans laquelle les caractéristiques sahéliennes se renforcent au fur et à mesure qu’on remonte vers le nord.

  • 41 Capot Rey, Le Sahara français, Paris, 1955.

123Le Sahara correspond en gros à la zone au nord de l’isohyète 100. Du point de vue général la transition du Sahel vers le Sahara se caractérise par la disparition du cram-cram et l’apparition du hadh, excellente nourriture pour les chameaux41.

124Le graphique des pluies garde, au fur et à mesure qu’on remonte vers le nord, la forme saisonnière qu’il a au Sud, mais la précipitation moyenne annuelle ne cesse de diminuer, et la saison des pluies est plus courte et débute plus tard dans l’année. Dans le Sahara, au fur et à mesure qu’on s’approche du Tropique l’influence du climat méditerranéen se fait de plus en plus sentir, et on trouve d’occasionnelles pluies d’hiver et d’automne. Le Sahara ainsi n’a pas un régime de pluie propre, mais emprunte les siennes aux régions limitrophes (sahel et méditerranée), en les modifiant de façon de plus en plus aride au fur et à mesure qu’on s’approche du Tropique.

125La transition entre Sahel et Sahara est progressive et le long des oueds, au pied des falaises, et dans les dépressions le climat sahélien subsiste dans toute une zone intermédiaire. La transition vers le nord se caractérise par une diminution du nombre des individus. La végétation devenant de plus en plus rare jusqu’à laisser des plaques entières sans végétation aucune, et une diminution du nombre des espèces. (On trouve néanmoins 1200 espèces végétales adaptées aux caractéristiques climatiques). La population humaine suit dans sa densité celle des espèces animales et végétales : 30 hab./km2 au Chemama - 9 à 10 au Gorgol et Guidimaka - 0,2 dans l’Adrar et le Tiris Zemour.

L’élevage

126Etant donné les caractéristiques du climat et de la géographie, l’adaptation du cheptel se fait ainsi :

  • l’élevage bovin s’arrête au nord à peu près à l’isohyète 150 mm. Plus au nord les déplacements nécessaires pour survivre ne seraient pas possibles aux bovins ;
  • l’élevage camelin descend rarement au sud de l’isohyète 250 mm en raison de la piqûre fatale d’une mouche répandue au sud pendant la saison des pluies, et aussi parce que le chameau refuse la paille sahelienne en saison sèche ;
  • si nous traçons une ligne nord-sud au milieu de l’Assaba, nous trouvons à l’ouest de cette ligne 2/5 des bovins et la moitié des petits ruminants. A peu près 20 % des petits ruminants se trouvent au Sahara ;
  • dans la région sud-est, c’est-à-dire les Hodhs, les déplacements saisonniers traversent la frontière avec le Mali. Ainsi pendant la saison sèche presque tous les troupeaux sont au Mali. Pendant la saison des pluies la moitié des troupeaux dans cette région appartiennent à des fractions maures inscrites au Mali42.

127Les relations entre propriétaires et travailleurs sont surtout de type esclavagiste et semi-féodal, consistant dans les droits d’utiliser des femelles laitières, un certain nombre de mètres de tissu, des petits ruminants pour les fêtes, des cadeaux, etc.

Au Sahel : saison sèche, saison des pluies

128Les pâturages sahéliens sont très différents de ceux qu’on trouve en Europe. Composés des herbes annuelles basses et de hautes herbes pérennes, l’arbuste et l’arbre y jouent aussi un rôle particulièrement important.

129Pendant la saison des pluies l’herbe complète son cycle végétatif. Elle est verte et abondante, riche en eau et peu lignifiée. Les mares sont nombreuses. Tout bas fond argileux, toute cuvette gréseuse ou basaltique sert d’abreuvoir. Les troupeaux se dispersent sur les terrains de parcours en remontant vers le nord pour utiliser, grâce aux mares temporaires, les pâturages qu’ils ont dû abandonner pendant la saison sèche.

130Pendant cette saison les besoins énergétiques sont largement couverts et les besoins azotés rarement déficitaires, ce qui explique le bon état des troupeaux et la production laitière satisfaisante.

  • 43 Les pâturages naturels sahéliens, Les Hodhs, Ministère de la Coopération, Boudet, Duverger, 1961.

131Pendant la saison sèche tous les pâturages perdent leurs qualités nutritives. Dans les Hodhs par exemple, la strate herbacée passe de 90 % du sol en hivernage à 60 % en saison sèche pour les sols gréseux, et de 20 % à 5 % pour les dunes vives43.

132Au fur et à mesure que les mares se déssèchent, les troupeaux bovins se concentrent autour des points d’eau permanents : puits, lacs et bords du fleuve où ils utilisent les fourrages qui ont séché sur pied ou les parcours que la décrue rend accessibles.

133Les bovins devant être abreuvés chaque jour lorsque l’herbe est sèche, les zones de parcours proches des puits sont souvent surpâturées et se dégradent. La végétation est parfois détruite, 10 km aux environs d’un puits important.

134Les parcours sont strictement réglementés par la tradition. Il s’agit parfois d’un simple cercle à l’intérieur d’une cuvette, ou d’un mouvement nord-sud, ou d’une figure plus complexe dépendant des droits de la fraction ou tribu sur les palmeraies, et des champs cultivés dans le Sahel et le Chémama. D’une fraction à l’autre, les déplacements des bovins peuvent varier de 10 à 200 km par an.

  • 44 Pierre Troquereau, Les ressources animales de la Mauritanie, Min. Coop., 1960.

135L’abreuvement au puits est un véritable travail forcé et il est exceptionnel que les zébus reçoivent leur ration optimum qui est de 30 litres par jour. Les animaux perdent en année normale, de 15 à 20 % de leur poids entre mars et juin. Un pourcentage élevé des jeunes, surtout ceux qui sont nés après novembre meurent ou souffrent des conséquences durables d’un abreuvement et d’un pâturage insuffisants pendant une phase aussi importante de leur croissance44.

136Avec l’évaporation des mares temporaires de bons pâturages restent parfois inaccessibles, les bovins ne pouvant s’éloigner de plus de 15 km d’un point d’eau. A cet égard il faut distinguer le Trarza et dans une certaine mesure le Brakna et le Gorgol, où les puits ne se tarissant pas en saison sèche sont suffisamment nombreux pour que tous les pâturages disponibles soient utilisés. De l’autre côté il y a toute la moitié est du pays où le nombre de points d’eau en saison sèche est très largement insuffisant et laisse de nombreux pâturages inutilisés. Une utilisation optimale des pâturages de saison sèche exigerait un système de puits à 7 ou 8 km les uns des autres.

  • 45 Rapport de la situation économique de M. Oumar Fall, gouverneur économique adjoint du Brakna.

137Ainsi l’expansion de la population bovine se trouve limitée par la capacité d’alimentation des pâturages accessibles en saison sèche. Quand cette limite est atteinte, toute croissance des troupeaux pendant la saison des pluies ne peut aboutir qu’à une excessive compétition pour les pâturages en saison sèche, à une mortalité plus élevée et à l’accélération de la détérioration des pâturages. Les bovins cherchent à manger d’abord les espèces les plus appétissantes, et seulement après celles qui le sont moins. C’est ainsi que, année après année, lorsque le poids démographique du troupeau augmente, la tendance est d’éliminer les espèces appétissantes en les mangeant avant qu’elles aient le temps de se reproduire. Ainsi le troupeau « remplace des associations naturelles climatiques à flore variée, par des associations de remplacement à flore appauvrie »45.

  • 46 Colloque de Nouakchott sur « La Désertification au Sud du Sahara », 17-19 déc. 1973.

138Si nous regardons le graphique des variations interannuelles des précipitations (des chiffres annuels existent depuis 1887 pour Saint-Louis et depuis 1924 pour Kiffa) il se dégage assez clairement un cycle. Les experts ne sont pas unanimes sur la longueur du cycle (15 ans ou 30 ans) ni sur son origine (l’hypothèse la plus retenue est celle de l’origine cosmique du cycle, probablement lié aux tâches du soleil). Donc après une suite de bonnes années il faut nécessairement s’attendre à une période de sécheresse d’à peu près 3 ans en moyenne. L’apparition des tâches de désertification et la détérioration des pâturages s’accélèrent à la fin du cycle de bonnes pluies, et l’avance du désert se fait par pulsations cycliques46.

139Ce sont les conditions écologiques et les équilibres dont doit tenir compte tout plan rationnel de développement de l’élevage. Oublier ces conditions naturelles ne peut donner naissance qu’à une prospérité éphémère et fragile, comme nous verrons plus bas.

Au Sahara : saison chaude, saison fraîche

140Au Sahara les pâturages se présentent encore sous un autre aspect. Rien de comparable avec une prairie en France ou aux États-Unis. Il s’agit de quelque chose de si clair, si tenu, si inconsistant… La densité de la végétation présente des variations brusques d’un heu à l’autre, de même elle se modifie complètement d’une année à l’autre. Il suffit qu’une pluie ait fait apparaître des petites mares pour que celles-ci soient dans l’espace de 15 jours peuplées de tétards. Alors des canards apparaissent sur leurs bords et les pigeons ramiers y font escale.

141Le désert est caractérisé moins par l’absence de végétation que par son inégale distribution et son extrême variabilité. On peut avoir traversé une région à plusieurs reprises, n’y avoir rencontré que des cailloux et du sable, et y découvrir un beau jour une prairie. Le régime des pluies, surtout autour du tropique, se caractérise par des précipitations locales n’ayant pas heu tous les ans et pouvant survenir à tout moment de l’année.

142Au désert les éleveurs disposent de deux types de pâturage. Les uns sont permanents, formés par des herbes de la steppe, surtout des graminées et des salsolacées auxquels s’ajoutent des petites plantes ligneuses et des arbustes épineux. Même en été ils conservent une certaine valeur nutritive. On peut entretenir des chameaux avec du drin et du hadh secs, mais comme ces pâturages ne sont jamais très fournis ils ne permettent pas un long stationnement des troupeaux.

  • 47 Capot Rey, Le Sahara français, Paris, 1955.

143Le deuxième type de pâturage est constitué par la prairie verte, miracle de la pluie. Les meilleures plantes fourragères, légumineuses et crucifères y poussent en grande quantité et très serrées mais sur une étendue minuscule. La tâche de prairie une fois épuisée il faut aller plus loin. Ainsi le pasteur saharien doit se déplacer sans cesse47.

144Les conditions nécessaires pour survivre se déduisent de ces caractéristiques du climat et des pâturages : grande endurance, rapide mobilité, et faible densité de population. Sans le chameau la vie humaine au Sahara serait impossible. Il faut trois à cinq chameaux par famille pour pouvoir survivre dans le Sahara, chaque chameau donnant entre 2 et 4 litres de lait par jour. Plus sont nombreux les chameaux nourrissant une tente, moins durent les pâturages. C’est ainsi que les familles ont l’habitude de vivre dispersées, la polygamie est très rare.

145Pendant la saison fraîche (c’est-à-dire l’hiver) les chameaux peuvent presque se passer de boire, surtout s’ils ont des pâturages verts, et les moutons ne boivent qu’un jour sur quatre. La chaleur venue toutes les bêtes doivent boire régulièrement. Les chameaux tous les trois ou quatre jours, les moutons un jour sur deux. Ainsi, comme au Sahel, il existe de magnifiques pâturages qui ne peuvent être utilisés pendant la saison chaude, car trop éloignés d’un point d’eau, bien que l’autonomie et la vitesse du chameau soient très supérieures à celles du bœuf.

146Deux systèmes sont utilisés pour faire la soudure pendant la période difficile qui tiennent compte des particularités des différents cheptels. Certains nomades s’en vont passer l’été en dehors du désert pour profiter des pâturages apportés par les pluies sahéliennes, d’autres s’arrangent pour trouver des pâturages sans sortir du désert. Ainsi selon les aléas de la pluviosité ils peuvent passer deux années de suite dans une même région, ou faire 1 000 km de parcours dans une année difficile.

147Pour l’ensemble des familles mauritaniennes les déplacements annuels se répartissaient ainsi (1965) :

  • aucun déplacement 32,9 % des familles
  • 1 à 49 km 27,1 %
  • 50 à 299 km 39,4 %
  • 300 km et plus 1,6 %48

Limites de l’élevage nomade

148La paix française a eu des répercussions profondes sur l’élevage :

  • la fin des guerres locales et du pillage du bétail avec son corollaire, l’entretien forcé d’une caste de guerriers, a donné une sécurité sans précédent aux troupeaux des tributaires et marabouts, et permis un premier développement. Le déclin des redevances payées aux guerriers a joué dans le même sens ;
  • à partir de 1950, l’administration française réalisera un travail assez important dans le domaine des vaccinations, du forage et de l’entretien des puits ;
  • l’essor des centres urbains au Sénégal et au Mali stimuleront un commerce important du bétail.

149En 1960, les troupeaux atteignent 1 350 000 pour les bovins, 8 600 000 pour les ovins caprins, 4 à 500 000 pour les chameaux.

150Cette année-là, la saison sèche, particulièrement sévère, cause des pertes très élevées, la plupart des experts estiment déjà que les pâturages naturels touchent leurs limites.

151De 1960 à 1970, les parcs de vaccination sont passés de 1 en 1959 à 80 en 1968 et à 100 en 1970, les foyers de peste bovine passant de 86 en 1966 à 43 en 1968 à 3 en 1969.

152Les troupeaux bovins atteignent en 1968, 2 600 000 têtes. Le troupeau camelin atteint 800 000 têtes, les petits ruminants se maintiennent à peu près autour de 9 millions. Il s’en est suivi une amélioration considérable des revenus des éleveurs maures. Mais la prospérité était fragile et le prix payé lors de la sécheresse qui commença en 1969 a été énorme. Les troupeaux ont vu leur nombre s’effondrer :

153Il est assez généralement admis dans les cercles instruits que l’expansion des troupeaux, sans qu’il y ait modification des techniques, ne pourra aboutir, peu à peu, qu’à la désertification totale du pays, et à de graves crises cycliques et récurrentes comme celle de 1969-1974.

154La dernière sécheresse a eu comme conséquence de diminuer de 78 à 27 % la population nomade, et d’augmenter de 6 à 31 % la population urbaine. Le ravitaillement en viande est devenu un problème pour les centres urbains et le gouvernement s’est vu obligé d’interdire l’exportation de bétail.

Politique de développement de l’élevage

155L’action gouvernementale actuelle, avec l’aide des institutions internationales vise comme objectif principal de reconstituer le cheptel, en agissant sur trois axes :

  • la santé des animaux,
  • l’entretien et l’amélioration des puits,
  • la construction et l’entretien des pare-feu49.

156Dans le fond il s’agit d’appliquer au pays entier la politique qui fut appliquée dans la moitié ouest du pays, entre 1950 et 1968. Cette action, si elle est réussie, pourrait permettre aux troupeaux mauritaniens de retrouver leur dimension d’avant la sécheresse, mais sans réduire la vulnérabilité par rapport au climat.

157L’axe secondaire semble être la création de ranchs d’embouche et de quarantaine. Dans le passé, comme dans d’autres branches de la production, les projets gouvernementaux pour l’élevage étaient orientés vers le développement des exportations, et vers l’approvisionnement des marchés nationaux de viande de première qualité, satisfaits pour le moment par des viandes importées. C’est ainsi qu’un abattoir frigorifique d’une capacité de 3 000 tonnes par an fut construit à Kaedi grâce à un crédit FAC.

158Après avoir atteint un maximum de congélation de 1547 tonnes en 1973, les viandes mauritaniennes perdent les marchés libyen et grec. En 1975, la congélation est tombée à 190 tonnes, et n’augmentera que lentement : 253 tonnes en 1976, 400 tonnes en 1977.

  • 50 « Étude des problèmes posés par la commercialisation de la viande de Kaedi » SEDES, sept. 1971.

159Les deux raisons qui avaient limité la vente de viandes mauritaniennes étaient la qualité insuffisante de la viande (en Libye et dans les centres miniers du Nord) et la réglementation sur les épizooties, encore existantes en Mauritanie, qui ont exclu ce pays des marchés grec et canadien50.

  • 51 Bulletin de l’Afrique Noire, n° 914, mai 1977.

160C’est pour résoudre ces deux problèmes à la fois que l’idée de ranchs d’embouche et de quanrantaine est née. Un projet de ranch d’embouche à Kaedi (400 ha, 11 500 têtes par an) a été étudié et attend un financement international. Un centre d’élevage et de production fourragère à Rosso (200 ha irriguées) est dans la même situation51.

161Comme dans le domaine de la riziculture irriguée, l’exemple de l’État serait probablement suivi par des entrepreneurs autochtones.

  • 52 Rôle possible de la Vallée du Sénégal..., op. cit.

162Le Ministère de la Coopération, qui pourtant avait favorisé le frigorifique, ne semble plus enthousiasmé par l’idée des ranchs : « L’embouche, prônée par beaucoup d’experts, apparaît plus comme une spéculation intéressante au plan commercial, que comme un besoin immédiatement ressenti par la population »52.

163D’autres formes d’embouche, comme l’embouche familiale en fosse d’une ou deux bêtes, qui pourrait occuper une main-d’œuvre plus importante et fournir des revenus additionnels aux cultivateurs, et exiger probablement moins d’investissements, n’ont pas été envisagées. Pourtant l’embouche de moutons de case est déjà bien connue des familles rurales, et constitue une excellente façon de transformer la force de travail des enfants et les temps morts en revenus monétaires.

164Sans l’aide de l’État, une telle politique d’embouche qui exigerait l’encouragement des cultures traditonnelles, ne serait pas envisageable.

  • 53 Philippe Blanc, De l’Embouche intensive des zébus africains et malgaches.

165« Les animaux de race locale écrit Philippe Blanc, répondent remarquablement à une embouche à base de sous-produits locaux »53. L’auteur propose de tendre vers une division géographique du travail d’élevage en trois étapes successives selon les caractéristiques géographiques :

  • élevage naisseur extensif, dans le Sahel,
  • réélevage des jeunes (semi intensif),
  • embouche ou finition (dans la région du Fleuve et le Guidimakha).

166Philippe Blanc suggère trois axes de travail :

  • multiplication des points d’eau,
  • organisation rationnelle de l’exploitation des ressources fourragères naturelles (rotation, etc.),
  • création de ressources fourragères complémentaires : « il est possible de récolter et de conserver d’importantes masses fourragères », tant irriguées que sous pluie, tant naturelles qu’améliorées.
  • 54 Rôle possible de la vallée du Sénégal..., op. cit.

167En ce qui concerne une utilisation rationnelle des pâturages naturels, comme la rotation, « Presque toutes les actions envisagées posent en préalable une organisation des zones de parcours, qui apparaît souvent aux experts comme incompatible avec l’organisation sociale des Maures ; (dans le cadre actuel les seules actions possibles seraient le creusement de puits et les vaccinations) »54.

  • 55 Pierre Alaut, « contribution à l’étude de la rentabilité d’un troupeau bovins zebu en Mauritanie d (...)

168Puisque la taille du troupeau ne pourra pas dépasser beaucoup celle atteinte en 1968, l’amélioration ultérieure ne pourra venir que d’un meilleur rendement. En effet il y a beaucoup à faire ici : la fécondité est faible, la mortalité des jeunes trop élevée, surtout chez ceux qui sont nés pendant la saison sèche, le rendement en viande des carcasses est bas, la croissance est lente, etc.55.

169Le chameau qui a si bien résisté à la sécheresse et qui joue un rôle croissant dans le ravitaillement des villes, ne semble pas attirer de façon suffisante l’attention du planificateur. La raison est peut-être dans le fait qu’il serait presque impossible de trouver un marché d’exportation profitable pour des chameaux abattus en Mauritanie. Pourtant si on se place du point de vue du ravitaillement de la population en lait et viande, le chameau a de grandes possibilités.

Abattages à Nouakchott

Abattages à Nouakchott

L’agriculture maure

Géographie

170L’Adrar, le Tagant et l’est du Sahel (l’Assaba et les Hodhs) sont constitués de plusieurs massifs disséqués en une multitude de plateaux et de bastions étagés à différentes altitudes, entaillés de profonds ravins et de vallées que cultivent les Haratines. L’ouest du sahel (le Trarza notamment) est constitué par des plaines sablonneuses ondulées, dans les dépressions desquelles s’accumulent eau et humus, pendant l’hivernage, et qui peuvent être cultivées au fur et à mesure de leur évaporation.

171Lorsqu’il pleut suffisamment, le ruissellement de l’eau en suivant les pentes du relief, finit par constituer des oueds, qui, lorsqu’ils coulent, ont toute l’apparence des rivières. La différence consiste dans le fait que l’oued, n’a pas de sources constantes, et que lorsqu’il coule (quelques jours par an, et pas tous les ans au désert) n’aboutit pas à la mer mais finit son trajet par évaporation, infiltration dans le sable ou dans une mare qui peut s’évaporer en quelques jours ou subsister toute la saison sèche.

172Certaines mares sont assez importantes pour résister à l’évaporation de la saison sèche et sont permanentes. A Kankossa dans l’Assaba par exemple, on trouve une belle étendue d’eau de 10 km de longueur et 300 à 500 m de large où abondaient dans le passé des crocodiles, les hypo-potames et où on trouve encore de nombreuses silures. On trouve en Mauritanie aussi quelques lacs : Rkiz, Aleg, etc. En février 1977, le lac d’Aleg s’était complètement évaporé.

173Si l’on avance vers le nord à partir de l’Assaba, à travers le Tagant jusqu’à l’Adrar, les oueds deviennent de plus en plus rares. Tandis que le Tagant et l’Adrar sont parsemés de loin en loin d’oueds dont les crues rares vont se perdre dans des mares d’épandage, l’Assaba par contre est attaquée de toutes parts et même traversée sur toute sa largeur par un véritable réseau hydrographique collecté par deux troncs (les deux Gorgols) qui déversent leurs eaux saisonnières dans le Fleuve Sénégal.

174Aucun des nombreux oueds de Mauritanie ne coule en permanence. Au retrait des eaux, le lit est tapissé de nappes d’alluvions, plus ou moins interrompues par les accidents du relief. Si la couche imperméable du sous-sol est assez profonde, et la nappe d’alluvions assez épaisse pour empêcher l’évaporation, on trouve, en saison sèche, de l’eau en creusant. Dans l’Assaba, le sous-sol des mares temporaires retiennent presque toujours de l’eau, plus rarement au Trarza.

Types d’agriculture

175On peut distinguer plusieurs types d’agriculture traditionnelle selon le mode d’approvisionnement en eau :

  • agriculture de décrue :
  • derrière un barrage,
  • autour des mares au fur et à mesure qu’elles se dessèchent,
  • le long d’un oued après le passage de l’eau ;
  • agriculture arrosée :
  • palmeraies,
  • cultures à l’ombre des palmeraies.

176On peut distinguer trois types de relations, entre le propriétaire (toujours un beidane) et le travailleur (presque toujours un noir, bien que de plus en plus de blancs travaillent) ;

  • lorsque le travail est réalisé par un serviteur esclave, la totalité du produit appartient au maître, qui assure l’existence du serviteur qui constitue pour lui une propriété, donc une richesse ;
  • des contrats d’association divers entre les affranchis et les propriétaires, avec répartition du produit. Les pourcentages réciproques varient selon la région, le type de terre, le type de travail, et aussi selon la parenté entre le propriétaire et le preneur ;
  • travail à la journée ou à la tâche payée en espèces.

177Le travail agricole est aussi réalisé presque entièrement par des noirs affranchis et serviteurs. Par exemple, dans l’Assabe, sur les 45 000 Beydanes seulement 2 000 s’occupaient en 1960 d’agriculture, surtout de l’entretien de palmeraies, considéré comme moins dégradant que la culture de céréales.

Les barrages

178L’agriculture sur les alluvions humidifiées par les oueds imite l’agriculture de décrue du fleuve Sénégal. Mais comme les surfaces inondées naturellement sont insuffisantes, contrairement à ce qui se passe dans la région du fleuve où les travaux hydrauliques sont l’exception, nous trouvons un nombre important de barrages en terre permettant d’inonder des surfaces plus étendues. Lorsque la terre est assez mouillée, on ouvre le barrage, permettant à l’eau de s’échapper. Ce système permet lors du retrait des eaux la culture du mil, maïs, des haricots, des pastèques, du henné, du tabac et parfois de l’arachide. Certains barrages atteignent 500 m de longueur et 6 à 8 m de hauteur.

  • 56 Paul Dubié, « La vie matérielle des Maures », Mémoire IFAN, Dakar, 1954.

179La division du travail entre les différentes classes sociales se manifeste autant dans la construction des barrages que dans la production agricole proprement dite. La construction d’un barrage se fait ainsi : les familles de la fraction ou tribu qui ont des droits sur la terre se réunissent avec leurs serviteurs et leurs enfants et réalisent le travail en commun, en se distribuant des tranches du barrage à construire. Les serviteurs adultes (des noirs, comme nous l’avons déjà dit), extraient les pierres et la terre à quelques centaines de mètres du site projeté pour le barrage. Ils chargent et déchargent les ânes. Les jeunes gens et enfants Baydanes conduisent les ânes du lieu d’extraction au barrage. Les Beydanes adultes dirigent les travaux, choississant les lieux d’extraction donnent conseils et indications aux serviteurs et s’occupent du ravitaillement. Quelques-uns mettent la main à l’œuvre. Un barrage de 500 m de long et de 8 m de haut exige le travail de 100 personnes pendant 3 à 4 mois56.

180Lorsque le terrain exige la construction d’un barrage, au Tagant le propriétaire le construit et prend la moitié de la récolte. Dans l’Adrar lorsque le haratine fournit la totalité du travail le propriétaire ne reçoit que 1/10 de la récolte.

181Culture d’une grara (pluriel graïr, appelé gud, tamurt, ou uad selon la région).

182Les graïr sont des dépressions du sol sous la forme de cuvettes de dimension variable. Elles se transforment en zone d’épandage naturelle édifiée par les oueds lorsqu’ils coulent. Tapissées d’alluvions argilo-sableuses elles peuvent être cultivées en mil, pastèques et niébés lorsque les eaux se sont évaporées ou infiltrées. Le cultivateur ensemence autour du grara au fur et à mesure que les eaux se retirent. Les oueds coulent suffisamment pour permettre de cultiver les graïr, une fois tous les 4 ou 5 années en Adrar, tous les 2 ou 3 ans au nord de l’Assaba, presque tous les ans autour de l’isohyete 400. Cette forme de culture se trouve à la limite entre la culture de décrue et la culture sous pluie et combine les deux. L’ensemencement commence après les premières grandes pluies qui forment les mares ; les semis bénéficient de l’humidité des eaux qui se retirent et des précipitations subséquentes, mais courent ainsi un danger de submersion exigeant des nouvelles semailles.

183Lorsque le terrain ne nécessite que des travaux ordinaires, le propriétaire prend 1/10 de la récolte (ce pourcentage est courant au Tagant). Dans l’Adrar il est plus courant que le propriétaire fournisse la moitié des semences, il prend alors la moitié de la récolte. Ces règles sont très variables on ne peut pas générahser. Le total des surfaces inondées varie beaucoup d’une année àl’autre, les rendements aussi. En moyenne on compte (grosso modo) 30 à 45 000 ha de decrue avec un rendement de 10 à 20 000 tonnes de mil.

Les palmeraies

184La plupart des dattiers appartiennent à des Maures blancs qui les font entretenir par leurs serviteurs, sur des terres où ils ont de droits issus de la conquête. On voit néanmoins de plus en plus de contrats d’association liant des Haratines à des propriétaires blancs. Les détails de ces contrats varient beaucoup d’une région à l’autre mais ils ont en commun les traits que nous verrons.

185La plantation d’un palmier exige une abondante nappe d’eau permanente à 8 ou 10 mètres de profondeur, limite à laquelle ses racines peuvent atteindre. Le haratine prépare le sol, et plante les arbres. L’arrosage exige un travail accablant jusqu’à ce que les racines atteignent la nappe souterraine, c’est-à-dire dans les 3 à 5 ans. Lorsque le dattier commence à produire c’est-à-dire vers la 5e ou 6e année, les arbres sont partagés en toute propriété. Les pourcentages varient selon les subsides alimentaires fournis ou non pendant cette période. Il reçoit entre 1/3 et la moitié des arbres (et non de la terre).

186L’entretien des palmeraies adultes exige :

  1. d’arroser 36 fois dans l’année (24 fois en hiver et 12 fois en été dans l’Assaba). A raison de 6 à 8 000 m3 d’eau par an par ha dans le Sahara, beaucoup moins dans l’Assaba,
  2. d’entourer la palmeraie d’une haie ou zeriba,
  3. de couper les branches sèches attenant au tronc,
  4. de féconder les palmiers femelles avec des fleurs mâles. Un haratine peut féconder 40 palmiers dans une journée,
  5. de récolter les fruits lorsqu’ils sont mûrs.

187Plusieurs formes de rétribution existent pour le haratine. Il n’est pas nécessaire de les décrire en détail. La part allant au travailleur agricole varie de 1/2 au 2/3 des dattes. Le paiement à la journée se développe de plus en plus.

188Le dattier fournit en plus des fruits des branches qui sont utilisées pour construire des haies qui protègent les champs de l’intrusion des animaux. On en fabrique aussi de très solides nattes, inséparables des tentes nomades. Les noyaux des dattes sont très riches en huile, broyés ils servent comme nourriture pour les chèvres et même pour les êtres humains en période de disette. Les Sarakollé du Sud de l’Assaba font du savon à partir des noyaux.

Culture à l’ombre des palmiers

189Sous les palmiers il est possible de semer de l’orge, du blé, du hénné, du tabac, de l’arachide, etc. L’arrosage de ces cultures favorise en même temps les palmiers, c’est pourquoi, souvent cette récolte est laissée entièrement au haratin. Au Tagant le propriétaire fournit les semences et la nourriture du haratin pendant 100 jours et la récolte est partagée à moitié. En Adrar, le propriétaire fournit souvent la moitié des semences et la moitié de la nourriture et le haratin est rétribué en deux parties :

  • une partie fixe indépendante du résultat de la récolte mais proportionnelle au travail fourni (25 mouds par lot de 300 m2 + 2 % de la surface à récolter pour lui-même + 5 à 20 mouds lors du battage),
  • une partie variable (50 % de ce qui reste lorsque la première partie a été prélevée).

190La population occupée à l’entretien des palmeraies voit son calendrier agricole rempli pendant toute l’année. Pendant la saison sèche lorsque les terres oualo du fleuve se libèrent, l’arrosage des palmeraies devient deux fois plus lourd, il faut laver les régimes pour enlever la poussière apportée par le vent de l’est (harmattan), et en mars les dattiers doivent être fécondès. On s’occupe aussi des champs semés après la première récolte de octobre-novembre et qui donneront une deuxième récolte en mars et avril.

191Comme cette deuxième récolte ne donne qu’un rendement médiocre (300 à 350 kg/ha, contre 600 à 650 kg/ha pour la récolte d’hivernage) et qu’elle est en plus très aléatoire, les haratines qui ne sont pas retenus par la surveillance des palmiers vont cultiver un terrain de oualo sur le chemama où le rendement est supérieur et moins aléatoire. Ce sont les 50 000 haratines dont nous avons parlé dans le chapitre sur le fleuve ; il s’agit d’une forme de vie intermédiaire entre le sédentaire et le nomade pur en constant mouvement.

Déclin de la culture dattière

192La production agricole dans l’Adrar et la Tagant était dans le passé réalisée par des serviteurs noirs esclaves, appartenant aux seigneurs nomades qui venaient une fois par an lors de la « guetna », surveiller la récolte et prélever leur part. Une partie de la production était consommée par les esclaves, une autre partie par les nomades et un très faible pourcentage commercialisé.

193La Mauritanie ne produit en année normale que 50 à 60 % des céréales qu’elle consomme. Le Tiris Zemour, l’Adrar et la Tagant avec 14 % de la population ne produisent que 2 600 à 3 000 tonnes de mil c’est-à-dire un peu plus de 4 % de la production mauritanienne. Nous voyons donc que le déficit en céréales de cette région, où se trouve concentrée 65 à 70 % de la production de dattes, est considérable. Les 10 000 tonnes de dattes produits dans cette région ne donnaient dans le passé presque pas lieu à des échanges commerciaux, l’équilibre alimentaire était complété par l’exportation d’une production artisanale réputée (cuir, argent, tapis, cuivre, etc.),, par les bénéfices du transport-commerce chamelier entre le Maghreb et le Soudan, entre la côte et l’intérieur, par l’exportation de sel vers le Soudan, la vente de chameaux de boucherie au Sahel et au sud du Maroc.

194La pacification et la domination française allaient déclencher des processus de désarticulation de cet équilibre commercial, social et alimentaire.

195D’abord le commerce à partir de Saint-Louis et le long du Fleuve allait concurrencer et mettre fin au commerce trans-saharien.

196Ensuite la pénétration des marchandises européennes allait sérieusement concurrencer les produits de l’artisanat traditionnel : la disparition des vêtements en cuir, la généralisation des cotonades, les sandales en plastique, les couteaux pliants, les bols et théières en étain d’Angleterre, les bandes de tissu en coton qui tendent à remplacer le poil de chameau et de mouton pour la fabrication des tentes… sont autant d’exemples.

197Troisièmement le commerce par camion à partir du Fleuve Sénégal qui tend à remplacer le transport par chameau. En 1955, on compte déjà 2 000 véhicules motorisés en Mauritanie. En 1959, le transport commercial par chameau est estimé à 20 millions de tonnes kilométriques, tandis que le commerce routier évalué à 35 millions le dépasse. Le prix relatif du chameau décline. En 1910, une chamelle valait 3 vaches, en 1960, elle n’en vaut plus qu’une.

198Quatrièmement la fuite des esclaves vers le Sénégal et le Mali, terre de liberté pour les noirs, protégés par la loi française, et où les conditions de vie sont moins dures. Une diminution de la population travailleuse des vallées de l’Adrar et du Tagant s’est produite alors que le passage au metayage et autres formes d’association agricole n’ont pas réussi à enrayer. Avec la diminution du travail servile les palmeraies ont été négligées. Dans la plupart des cas l’entretien est limité à la fécondation et encore est-elle parfois laissée aux soins du vent. Les palmiers non entretenus donnent naissance à des touffes à cause du développement des rejets. Dans ces touffes les rendements sont faibles et diminuent la qualité des fruits de l’arbre mère. La culture du palmier qui avait connu de hauts niveaux techniques s’est dégradée devenant assimilable à une cueillette dans des palmeraies abandonnées.

199A partir de 1958, d’autres facteurs aggravent le déséqulibre : la fermeture des marchés du sud Maroc pour les éleveurs de chameaux, (les exportations atteignaient environ 10 000 chameaux de boucherie par an). Le développement de la production de sel marin au Sénégal concurrence le sel mauritanien sur les marchés soudaniens. A leur apogée les salines mauritaniennes avaient exporté 10 000 tonnes par an, la seule Kedia d’Idjil expédiait 10 000 chargements de chameau par an jusqu’à Segou (4 000 tonnes environ). En 1960, les salines d’Idjil ne produisaient que 500 tonnes. Les salines de l’Aftout, au Trarza qui produisaient 5 à 6 000 tonnes par an, ne produisaient en 1960 que 1 000 tonnes.

200La transition de la production servile pour l’auto-consommation à la production pour le marché par des travailleurs libres rencontre de sérieux obstacles. Vu les cours des dattes à Atar, et les salaires agricoles, les recettes tirées de la commercialisation des dattes sont insuffisantes pour justifier la rénovation des palmeraies. La solution à ce problème pourrait se dessiner dans plusieurs directions :

  • Le transfert de la propriété des palmeraies aux producteurs noirs et tributaires. Avec une main-d’œuvre considérable d’origine haratine disponible dans les bidonvilles des nouvelles agglomérations, cette solution pourrait libérer le travail nécessaire à la rénovation des palmeraies, et donnerait une impulsion considérable à la production de dattes.

201En 1955, M. Capot Rey écrivait : « Un hartani prenait-il l’initiative de défricher un coin de terre jusque-là sans maître, le terrain une fois mis en valeur, pouvait être revendiqué par un Marabout en vertu de la coutume « Trabel Beidan », qui reconnaît au conquérant arabe un droit implicite sur toutes les terres sans maître. On comprend dès lors que le problème majeur que l’administration a, à résoudre, ne soit pas celui de l’hydraulique ».

202Encore en 1977, Charles Toupet pouvait écrire : « la survivance des structures foncières traditionnelles (la terre appartient … à une minorité absentéiste dans les oasis...) freine toute rénovation ».

203L’accès des anciens esclaves à la propriété de la terre ne semble pas à l’ordre du jour, étant donné les rapports de force entre les classes sociales en 1977. Le gouvernement a promis des réformes sociales, plus timides, comme la suppression du travail non rémunéré, encore assez répandu.

204Avec l’apprauvrissement des nobles vivant des fournitures de leurs serviteurs et des redevances de leurs vassaux, la propriété des palmeraies s’est peu à peu concentrée dans les mains des fonctionnaires et riches commerçants. Le pouvoir local dans l’Adrar, ancien fief de grands chefs guerriers, est peu à peu passé aux mains de ces nouvelles couches aussi hostiles au transfert de leurs palmeraies aux travailleurs.

  • La production de légumes à l’ombre des palmiers pourrait être un autre axe pour rendre rentable l’aménagement de chaque hectare de terre. Le gouvernement a agi dans cette direction en encourageant la formation de coopératives pour fournir les nouvelles agglomérations. Entre 1956-1966, une coopérative pour fournir des légumes aux troupes françaises d’Atar a fonctionné assez correctement. Depuis le départ des troupes, elle a cessé d’exister. On a placé beaucoup d’espoir dans le rôle stimulant qu’allait jouer la demande engendrée par les salaires distribués par MIFERMA. Le décollage de la production de fruits et légumes qu’on attendait, n’a pas eu lieu.
  • Un troisième axe est la recherche de débouchés internationaux pour les dattes mauritaniennes. Le gouvernement s’est engagé dans cette voie en obtenant le financement d’une station de traitement et de conditionnement des dattes, près d’Atar. Cette action est dans le domaine de la datte ce que le frigorifique de Kaedi est dans le domaine de la production de viande, il s’agit de présenter la datte mauritanienne sous une forme compétitive. Les résultats ont été décevants, mais même s’ils n’avaient pas été ainsi cette solution ne pouvait intéresser qu’une petite minorité des palmeraies.

205Les possibilités d’extension des palmeraies sont assez importantes : Pierre Munier estime que dans l’Assaba, où il y a 600 ha plantés avec 120 000 palmiers-dattiers, on trouve encore 2 000 ha de terres propices où 400 000 palmiers supplémentaires peuvent être plantés. La situation dans les Hodhs est semblable et certains auteurs considèrent que le palmier dattier peut très bien être développé dans le Guidimakha.

206Du point de vue du rendement, le palmier-dattier en Mauritanie, donne en moyenne 30 kg par arbre. Les recherches de l’IFAC à Kankossa, ont malheureusement été interrompues, mais la plupart des experts estiment que bien soigné, le palmier mauritanien peut donner facilement 88 kg.

  • 57 Les sources du chapitre sur l’agriculture maure proviennent des ouvrages suivants : H. Martin « As (...)

207En ce qui concerne la culture de mil et de niébé, les résultats obtenus par l’IRAT dans la moyenne vallée sont très largement valables pour les cultures des Hods, de l’Assaba, et du Tagant. La production de blés traditionnels à l’ombre des palmeraies, n’a pas à notre connaissance, fait l’objet de recherches pour son amélioration, pourtant elle est de tous temps une nourriture hautement appréciée, traditionnellement accaparée par les nobles57.

PRODUCTION AGRICOLE TOTALE

208Rien de plus hasardeux que d’estimer la production de céréales en Mauritanie. Si la production de riz, qui est entièrement le fait du secteur moderne, ne pose pas de problème, les mils, sorghos, maïs, niébés, sont très difficiles à estimer.

209En année moyenne, la production de mils et sorghos varie entre 60 et 80 milles tonnes. Depuis 1968, la sécheresse et les péripéties du climat ont sévèrement touché les récoltes sauf le riz, produit par irrigation artificielle, et les dattes dépendant plus des nappes souterraines que des précipitations de l’année.

  • 58 Sources : 1) Annuaires FAO ; 2) Europe Outre-Afer, 1er oct. 1977 ; 3) Bulletin de l’Afrique Noire, (...)

Production agricole (en tonnes)58

Production agricole (en tonnes)58

210Les estimations de la production de niébés varient beaucoup d’une source à l’autre, la récolte se situerait entre 2 000 et 10 000 tonnes par an. Pendant les pires années, (1968-1972) elle aurait atteint 400 tonnes. Le déficit céréalier pour 1977 se situe autour de 160 000 tonnes.

II. — L’ÉCONOMIE MODERNE

A. LE COMMERCE

1. La gomme arabique

211L’économie traditionnelle, agriculture et élevage, que nous venons de décrire, est le terrain sur lequel est née l’économie moderne. La première manifestation de cette nouvelle forme d’économie apparaît le long du Fleuve avec les maisons commerciales achetant la gomme arabique, et dans une moindre mesure, le mil, et vendant à une foule d’intermédiaires mauritaniens, du thé, sucre, tissus, sandales, lampes tempêtes, casseroles, couteaux, théières, etc. Une gamme assez variée de commerçants, allant de colporteurs à pied jusqu’à des caravanes assez importantes, vont répandre à travers la Mauritanie les produits européens, avec les conséquences pour l’artisanat traditionnel et les équilibres économiques et sociaux que nous avons vus.

  • 59 Geneviève Désiré Vuillemin, Essai sur le Gommier et le Commerce de la gomme dans les escales du Sé (...)

212Vers 1900, l’exportation de la gomme arabique atteint déjà 2 500 tonnes par an. Entre 1925-1938, la moyenne est de 6 000 tonnes. A partir de ce ce sommet, elle ne cesse de décliner pour atteindre en 1963, 876 tonnes. Les raisons sont à trouver dans les méthodes destructrices de saignée des arbres et de l’excessive concentration du bétail, qui aussi détériore les arbres59. A partir de 1964, la situation ira en s’améliorant, jusqu’à la grande sécheresse, qui elle aura une répercussion fatale sur le gommier.

  • 60 Bulletin de l’Afrique Noire, 14 oct. 1970, et Marchés tropicaux et méditerranéen, 26/5/78.

Note 6060

2. Le bétail

  • 61 Jérôme Pujos, Impulsion externe et croissance économique, PUF 1964.

213Avec le développement de Dakar et des autres villes de l’Afrique de l’Ouest, l’exportation de bétail sur pied vers ces centres consommateurs va se développer considérablement.61

  • 62 Enquêtes SEDES 1967.

Note 6262

214Bien que ces chiffres ne sont que des estimations, il semble certain qu’une réorientation de l’exportation de bétail, du Mali vers le Sénégal, s’est produit après les indépendances, probablement due à la sortie du Mali de la zone Franc et le contrôle d’État sur le commerce du mil dans ce pays.

215La sécheresse, qui a considérablement réduit le cheptel, et accéléré le développement des centres urbains, qui trouvent une certaine difficulté à être ravitaillés en viande, a obligé le gouvernement à interdire complètement les exportations de viande, ces dernières années.

B. LE BUDGET

216Lors de l’accès à l’indépendance, en 1960, la fiscalité ne suffisait pas à couvrir les dépenses de l’administration, pourtant fort modestes. Dans le passé, l’élite noble vivant de redevances, avait joué le rôle d’administration et d’État. Créer une administration et un État modernes aurait impliqué une deuxième ponction sur l’activité économique primitive, dans la mesure où une importante partie des redevances étaient encore en vigueur. La charge aurait été insupportable. Le déficit fiscal était donc financé par une subvention publique de la France. Les premières années de l’indépendance le déficit s’aggravera, en raison des dépenses propres à tout État indépendant : construction de la capitale, ouverture d’ambassades, forces de sécurité etc. Il faudra une augmentation de la subvention française.

217Les importations seront financées de la façon suivante (1960) :

218exportations 37 %

219impôts et ristournes 5 %

220Trésor français 52 %

221transferts privés 6 %

222Les exportations, elles, sont composées ainsi (1960) :

223Bétail 86 %

224Gomme 5 %

225Produits agricoles 3 %

226poisson séché 5 %

227sel 0,2 %

  • 63 Jérôme Pujos, Impulsion externe et croissance économique. Cet ouvrage, où l’auteur développe longu (...)

228« Ni les revenus d’exportation, ni le flux monétaire d’origine publique (française), n’ont pu avoir d’effets secondaires bénéfiques sur la production nationale traditionnelle » écrit Jérôme Pujos, « Les structures de la production n’étaient en effet absolument pas prêts à répondre, même très partiellement, à la demande potentielle ». Malgré cette constatation, l’auteur ainsi que les autorités économiques de l’époque, se font de grandes illusions sur l’effet d’entrainement sur les productions locales qu’auront les dépenses d’investissement et les salaires distribués par MIFERMA63. Aujourd’hui nous pouvons dire que cet espoir n’était pas fondé, et que sans une aide d’État directe à l’agriculture et à l’artisanat traditionnels, ceux-ci ne peuvent pas, dans le contexte de mépris du travail manuel et de la compéition des produits importés, développer leur production.

229L’exportation de minerai de fer ne donnera pas une impulsion aux autres activités productives, mais fournira une nouvelle source de fiscalité qui permettra à la Mauritanie de renoncer en 1964, à la subvention française du budget de fonctionnement, et de couvrir ses importations.

1. Le budget de fonctionnement

230Le budget de fonctionnement reflète les dépenses en salaires, le matériel nécessaire au fonctionnement, et les autres dépenses en services nécessaire au fonctionnement des administrations. Le budget paie les intérêts sur les dettes de l’État et rembourse les dettes lors de l’échéance des annuités.

Origines des Recettes du Budget de fonctionnement

Origines des Recettes du Budget de fonctionnement

231Nous voyons ainsi que peu à peu, la subvention française est remplacée par la fiscalité à laquelle donne lieu l’activité de MIFERMA. Néanmoins la transition n’est pas facile et le gouvernement fait un important effort d’austérité en 1963 et 1964. Après 1964 Miferma ayant importé l’essentiel de son matériel, les droits sur les importations déclinent, mais les exportations de minerai de fer dépassent 5 millions de tonnes en 1965 et la redevance « Mif » prend la relève.

232Autres sources du budget de fonctionnement :

(millions d’UM)

(millions d’UM)
  • 64 J. Vrignaud, Les finances publiques en Mauritanie, polycopné ENA, Mauritanie, 1976.

Note 664

233Le budget de fonctionnement augmente très rapidement en 1974 et 75 (avant l’affaire du Sahara). Les raisons sont à trouver dans un relâchement de l’austérité précédente, et un gonflement des dépenses administratives hé à la nécessité de résorber une partie du chômage urbain provoqué par la sécheresse, la création d’institutions administratives nécessaires pour prendre en main les nouveles tâches liées à la politique de récupération de la souveraineté économique.

234L’augmentation des budgets de 1976 et 1977 est surtout liée à l’effort de guerre. Les forces armées sont passées de 2 000 à 18 000 hommes. L’érosion monétaire estimée entre 25 et 35 % est également responsable.

2. Le budget d’équipement

235Le budget d’équipement reflète la part versée par l’État pour les travaux d’infrastructure, la construction et l’achat d’immeubles d’État, du gros matériel, les participations d’État au capital d’entreprises multinationales, la participation de l’État à des œuvres financées par d’autres pays ou institutions, comme la Ferme M’Pourie. La croissance de ce budget reflète l’expansion de l’infrastructure et du secteur industriel, ainsi que la participation croissante de l’État dans l’économie et le commerce.

Recettes du budget d’équipement (millions UM)

Recettes du budget d’équipement (millions UM)

3. Les comptes spéciaux du Trésor

236L’investissement public est beaucoup plus vaste que ce qui apparaît dans le budget d’équipement, et inclut en plus les investissements fait par les entreprises publiques à budget autonome, les dépenses réalisées par les comptes spéciaux du Trésor les dépenses réalisées sur dons et prêts l’État (dont le remboursement et le payement des intérêts sont pris en charge par le budget de fonctionnement), passent surtout à travers les comptes spéciaux du Trésor.

237Volume des comptes spéciaux du Trésor (en million de de UM)

2381968 1969 1970 1971 1972 1973 1974 1975 1976 1977

239658 388 426 570 1 018 1 331 1 42 4 349 1 339 4 943

  • 65 Barrot, Les Comptes Spéciaux du Trésor en Mauritanie, polycopié ENA, Mauritanie.

240Les comptes spéciaux reflètent l’importance du financement d’origine externe pour les dépenses de l’État. En effet « la majeure partie des recettes affectées à des comptes spéciaux du Trésor provient de l’aide des pays étrangers »65. L’augmentation sensible des comptes spéciaux, ces dernières années, reflète la croissante intervention de l’État dans l’économie avec des capitaux en provenance de l’étranger. L’augmentation exceptionnelle des comptes spéciaux en 1975, traduit l’arrivée des ressources en provenance des pays arabes et africains nouvellement enrichis par la hausse des prix du pétrole. En 1975, 77,46 % des ressources des comptes spéciaux provenaient des pays arabes et africains.

C. LES RÉFORMES ÉCONOMIQUES

241En 1972 commence une série de réformes. En premier lieu la Mauritanie se retire de la Zone Franc et crée sa propre monnaie. Ensuite elle acquiert des parts majoritaires dans les banques jusqu’alors à nette prédominance française. Elle établit un monopole d’État pour les assurances, et finit par nationaliser la puissante MIFERMA et la défaillante SOMIMA.

242Ces réformes ne devraient pas surprendre, elles ne font que réorganiser l’économie en fonction des rapports de force économiques à l’intérieur de la Mauritanie et sur la scène internationale. En effet à l’intérieur de la Mauritanie toute une série de forces économiques autochtones ont mûri et aspirent à une plus grande participation à l’activité économique et aux décisions.

1. Essor des entrepreneurs autochtones

  • 66 Les échanges commerciaux en Mauritanie, SEDES, 1968.

243C’est dans le domaine des transports et du commerce qu’apparaissent, d’abord les entrepreneurs nationaux. En 1967 on compte déjà 387 transporteurs inscrits au rôle des patentes66. Les parcs des véhicules de transports ne cessent de croître. 2 730 en 1964, 3 883 en 1967, 5 590 en 1970.

244Le monopole de Lacombe Frères (dont l’administrateur français avait été le premier ministre des finances mauritanien), est brisé, et aujourd’hui la société a pratiquement cessé ses activités.

245Avec les bénéfices des activités commerciales et de transport, un certain nombre d’entrepreneurs se lancent dans les travaux publics et le bâtiment. D’abord de petites affaires en tant que soustraitants des grandes sociétés européennes ayant remporté les marchés d’État, ensuite de petits marchés obtenus grâce aux influences. Aujourd’hui une foule d’entreprises de travaux publics, entièrement mauritaniennes, rivalisent, et deux d’entre elles ont plus de 1 000 salariés. Si le marché pour la route Nouakchott-Nema dépasse leur capacité, le nouvel hôpital de Nouakchott et autres grands marchés leur ont été attribués.

246Dans l’importation et le commerce de gros, demi-gros, les entrepreneurs mauritaniens ont montré un dynamisme impressionant. Il n’est pas exagéré de dire qu’ils ont pratiquement éliminé les entrepreneurs français des maisons traditionnelles de Saint-Louis et Dakar, et ils ont largement dépassé les commerçants libanais.

247Les intérêts de plusieurs couches autochtones convergent pour souhaiter les réformes : les transporteurs, commerçants et entrepreneurs mauritaniens ont besoin d’un système bancaire à leur service, et non pas au service des maisons commerciales françaises et étrangères. Miferma retarde la promotion des cadres mauritaniens et la formation de techniciens et ouvriers qualifiés, ce qui crée un sentiment de frustration chez beaucoup d’employés compétente. La jeunesse se considère blessée dans ses sentiments nationaux devant l’existence de MIFERMA qu’on appelle « un État dans l’État ». un important mouvement étudiant revendique la nationalisation.

248D’un autre côté, la Mauritanie est devenue objectivement moins dépendante de la France. L’origine des crédits, qui en 1960 étaient à 100 % français, s’est diversifiée (comme nous le verrons en étudiant les plans de développement), la France voit sa portion reculer derrière les pays arabes et la Chine Populaire. En tant qu’acheteur de produits mauritaniens la place de la France vient après celle de la Grande-Bretagne, et en tant que fournisseur sa part n’a cessé de diminuer :

2491961 81 %

2501965 73 %

2511962 73 %

2521967 58 %

2531968 43 %

2541969 37 %

2551970 39 %

2561972 32 %

257Jouissant d’un certain appui monétaire de la part de la Libye et de l’Algérie, les avantages d’avoir une monnaie convertible en Francs français semblent de moins en moins importantes par rapport aux désavantages.

2. Après les réformes

258Les réformes ont donné une stimulation aux activités des entrepreneurs nationaux et ont rendu plus accessibles pour eux les crédits bancaires. C’est ainsi qu’a pu commencer depuis trois ans un embryon d’industrialisation autochtone.

259Un certain nombre d’entreprises industrielles à capitaux nationaux sont apparues qui élaborent sur place des matières premières importées : une papeterie qui fabrique des cahiers scolaires à partir du papier importé, une fabrique de peinture, une fabrique de mousse de caoutchouc pour matelas et coussins, une fabrique de clous, etc.

260La transformation sur place de ces matières premières n’atténue pas directement la dépendance par rapport à l’étranger. Toutes ces industries demeurent dépendantes de la capacité d’importer, qui elle-même est subordonnée au prix du minerai de fer sur le marché international et des quantités que la Mauritanie arrive à écouler. C’est-à-dire que le niveau d’activité de ces industries dépend de ces deux variables sur lesquelles la nation n’a aucune emprise. Mais à part cette grave déficience de l’industrie de transformation ses répercussions positives sont nombreuses. Elle permet de dégager des devises à d’autres usages car la matière première est moins chère à importer que le produit fini. Elle fournit du travail et distribue donc des revenus supplémentaires, transforme des chômeurs en manœuvres, ouvriers spécialisés, mécaniciens, etc. Elle sert de pépinière et de terrain d’essai pour la classe des entrepreneurs nationaux, elle répand l’exemple de petites entreprises avec une technologie intermédiaire accessible aux cadres nationaux susceptibles de surgir ailleurs qu’à Nouadhibou et Nouakchott.

261Du point de vue de la théorie libérale ces entreprises ne seraient pas rentables. Etant donné l’étroitesse du marché national et la faible technologie utilisée le coût final n’est pas compétitif. Sans la nationalisation des banques commerciales, et l’afflux des capitaux arabes, ces entreprises n’auraient certainement pas vu le jour. L’application stricte des critères de rentabilité et solvabilité par l’ancien système bancaire français, leur aurait interdit tout crédit.

262Les crédits obtenus par certains entrepreneurs dans la riziculture irriguée, le long du Fleuve, aussi aurait de toute vraissemblance été refusés. Si une banque privée avait négligé ces principes de « saine gestion » le réescompte lui aurait été refusé par la banque Centrale des États de l’Afrique de l’Ouest.

263Bien qu’ayant assoupli ses critères d’attribution de crédits en faveur d’une couche de la population, celle des entrepreneurs et commerçants nationaux ayant des liens avec les grandes familles au pouvoir, le système bancaire n’est pas un instrument au service d’une politique de développement précise, et continue à être guidé par les critères généraux de rentabilité et solvabilité à court terme. Même lorsque ces critères sont remplis et qu’il s’agit d’une entreprise entrant dans le cadre des orientations de développement décidées par les instances politiques, l’entrepreneur risque de se voir refuser un crédit s’il appartient aux castes inférieures de la société. C’est ainsi que les forgerons traditionnels qui pourraient à cause de leur expérience et habitude du travail être le fondement et le moteur d’une manufacture et industrie de transformation sont pratiquement exclus du crédit bancaire.

3. La MIFERMA

264Le 16 février 1952 était créée la Société Anonyme des Mines de Fer de Mauritanie, avec au départ des capitaux français, anglais et canadiens. En 1958 elle obtient la concession des gisements de fer de la Kedia d’Idjil.

265En 1959 le projet et une demande de prêt pour 3 230 millions UM sont soumis à la BIRD. Simultanément un crédit pour 1590 millions UM est sollicité auprès du gouvernement français. Le capital de départ sera ainsi composé de 8 180 millions de UM dont 2 660 millions de capitaux propres, 700 millions avances des actionnaires, 3 230 millions prêt BIRD, 500 prêt de la Caisse Centrale de Coop. Economique, 1 050 prêt État Français ou sous sa garantie.

266Les investissements des années suivantes seront de :

2671961-63 540 millions de UM 1968 213 millions de UM

2681964 459 » » 1969 357 » »

2691965 680 » » 1970 460 » »

2701966 471 » » 1971 712 » »

2711967 913 » » 1972 1 168 » »

272La valeur totale des investissements atteindra 14 165 millions d’UM en 1973, et 15 milliards lors de la nationalisation.

273A la veille de la nationalisation les actions seront détenues (par la CCCE avancés).

274RIM 5 %

275BRGM 23,89 %

276Sociétés financières et Banques françaises 22,42 %

277Sociétés sidérurgiques françaises 9,49 %

278Sociétés anglaises 19 %

279Holding de l’acier italien 15,20 %

280Sociétés sidérurgiques allemandes 5 %

281Le minerai de fer deviendra très rapidement la principale exportation du pays, variant entre 68 et 87 % du total des exportations en fonction du prix moyen du minerai de fer sur le marché international, et des quantités écoulées par la Mauritanie.

  • 67 Sources : J. Audebert, « Le Gisement de Fer de Fort Gouraud », Annales des Mines, mai (1965) ; H. (...)

Destination 6767 :

Destination 6767 :

282Aujourd’hui les mines de fer comptent 4 600 ouvriers. Les redevances directes des mines de fer composent en 1976 14 % du budget de fonctionnement de l’État. Si on compte les impôts sur les salaires des employés des mines de fer et des sociétés travaillant pour elles, les taxes sur les importations engendrées par ces revenus, l’ensemble d’autres activités imposables engendrées par ces dépenses, on arrive peut-être à 50 % du budget.

283Le projet initial était d’utiliser les redevances de la Miferma pour créer une industrie de transformation de façon que lorsque ce trésor du sous-sol serait épuisé il en reste dans le pays une base capable de continuer une production industrielle. Très rapidement on a vu que la redevance allait toute entière au budget de fonctionnement de l’État. On se trouve maintenant dans une situation telle que l’arrêt des exportations de minerai de fer provoquerait l’effondrement de l’économie de marché basée pour l’essentiel sur les effets multiplicateurs des salaires distribués par COMINOR (ex-MIFERMA) et par l’État.

284Les minerais actuellement exploités, d’une teneur de 64 à 67 % ont pu trouver un débouché en Occident malgré la saturation progressive du marché mondial. Mais vers 1975 ces gisements riches devraient être épuisés. Pour la relève on compte sur les « guelbs », des minerais de teneur moyenne qu’on enrichirait par broyage et séparation magnétique. Mais pour atteindre une production de 11 millions de tonnes à 66 % (c’est-à-dire, maintenir l’actuelle production) il faudra un investissement de 28,5 milliards UM.

285La composition des gisements en Australie, Brésil, Canada, Afrique du Sud avec des réserves atteignant plusieurs centaines de millions de tonnes de minerais de haute teneur en fer, supérieurs à ceux de guelbs, et d’accès souvent plus facile, pose des problèmes. L’écoulement du minerai mauritanien est loin d’être certain, même dans l’éventualité d’une fin de la crise économique internationale.

  • 68 Reproduit dans MIFERMA informations, juillet 1974.

286Dans le futur, la compétition entre les pays exportateurs de minerai de fer risque d’être très aiguë. Dans son rapport « Le Marché Mondial du minerai de fer », Khilkoff-Choubersky, Conseiller en Chef du programme (mines) des Nations Unies pour le développement, évaluait les futurs besoins des pays importateurs et la capacité en voie d’installation chez les différents producteurs. En extrapolant les tendances d’alors il établit une balance mondiale de l’exportation et importation pour 1980, et conclut « le métal disponible sur le marché mondial est de 8 % en excès sur la consommation »68.

287Calculé en fonction des autres prix sur le marché international, le prix du minerai de fer ne cesse de se détériorer depuis la fin de la guerre de Corée, notamment en raison de la pression à la baisse exercée par les nouveaux producteurs dont nous avons parlé. Superposée à cette tendance à long terme, on observe une tendance accentuée à la baisse à partir de 1973, consécutive à la crise mondiale.

  • 69 Le Courier, mai-juin 1978.

Prix réel du minerai de fer, (ajusté aux prix de juin 1977)69

Prix réel du minerai de fer, (ajusté aux prix de juin 1977)69
  • 70 Remarques Africaines, décembre 1977.

288Les exportations mauritaniennes après avoir atteint un maximum de 11,8 millions de tonnes en 1974, sont tombées de 25 % en 1975. Une hausse des prix de 50 % a permis aux recettes d’augmenter. Après une amélioration des volumes exportés en 1976, l’année 77 a été catastrophique, le déclin des prix s’ajoutant à celui des volumes vendus, les plus bas depuis dix ans. « L’année 1978 s’annonce pour nous au moins aussi mauvaise que 1977 » écri Ismaîl Ould Amar, directeur général de la SNIM70.

289Le projet des guelbs est considéré comme « la priorité des priorités » dans le plan du développement industriel, et c’est compréhensible devant les perspectives d’épuisement du minerai riche. Diverses banques arabes sont intéressées au projet, ainsi que la Banque Européenne d’Investissements. Le financement décisif, comme pour MIFERMA, sera celui de la Banque

290Mondiale, qui a étudié le projet et donné une réponse positive mais nuancée, dans le premier trimestre de 1978. La principale réticence de la Banque mondiale consistant dans le fait que le capital installé passerait de 15 milliards actuellement, à 43 milliards, sans pour autant augmenter la capacité de production ni le revenu du pays, il faudrait néanmoins payer les intérêts et rembourser cette dette. Parmi les conditions posées par la Banque mondiale, la Mauritanie devra apporter 4,7 milliards d’UM. L’excédent budgétaire étant disparu, depuis 1974, l’épargne interne de COMINOR sérieusement compromise, on voit difficilement la Mauritanie trouver cette somme autrement que sous la forme d’un emprunt supplémentaire. Il faut sérieusement se demander si les sommes ne seraient pas mieux investies dans le développement de petites entreprises liées les unes entre les autres, produisant essentiellement pour le marché national, et indépendantes des oscillations de la conjoncture internationale.

4. Les mines de cuivre

291Le gisement de cuivre d’Akjoujt avait été signalé dès avant la guerre, mais les difficultés d’exploitation avaient été considérées comme insurmontables, notamment en raison de l’absence d’eau à usage industriel et le problème de l’évacuation.

292En 1950 fut créé le Syndicat de l’Inchiri (Bureau Minier de la FOM 50 %, Gouvernement Général de l’AOF 25 %, Gouvernement de la Mauritanie 25 %). Après les premières recherches, MICUMA fut créé en 1953 ; avec un capital initial de 3,400 millions CFA dont 400 millions attribués au Syndicat de l’Inchiri pour les opérations recherches : 50 % secteur privé, 25 % BMFOM, 12,5 % Gouvernement Général de l’AOF, 12,5 % Gouvernement Général de Mauritanie.

293Le rôle de l’État français dans l’impulsion de la recherche de cuivre dans les années 50 a été beaucoup plus important que pour le fer. Ceci peut s’expliquer par le fait qu’à l’époque la Métropole se suffit en minerai de fer, mais elle doit payer 32 milliards de Francs anciens pour son cuivre : 40 % en dollars, 50 % en Francs belges et 7 % en livres.

294Mais MICUMA ne réussira pas à trouver un moyen rentable de traitement du minerai. Seule la société « Charter Consolidated » de Londres, grâce à son association avec les sociétés du groupe anglo-américain Corporation détient les brevets nécessaires. Ainsi en 1967, SOMINA est née : le capital initial sera de 2 820 millions UM, composé ainsi :

  • Capitaux propres 1 081 millions UM
  • Prêt de SFI (Filiale de la Banque Mondiale) 940 millions
  • Prêt Banque Européenne d’Investissement 400 millions
  • Prêts d’autres Banques 400 millions

295les capitaux propres étant détenus respectivement par :

296Charter 44,60 %

297RIM 22 % (avancés par la CCCE)

298SFI 15 %

299Pennarroya 6,57 %

300BRGM 6,13 %

301COFIMER 1,93 %

La production de concentrés commencera en 1971 :

La production de concentrés commencera en 1971 :
  • 71 Bulletin de l’Afrique Noire, 17 mai 1978.

Note 7171

302Le procédé Torco transforme un minerai oxyde qui contient 2,5 % de cuivre, en opérant à 800° de chaleur. C’est un procédé coûteux qui exige beaucoup de pétrole. Avec la hausse du prix du pétrole en 1974, l’opération est devenue déficitaire, la part des carburants dans le coût passant de 2,3 % à 18,5 %. On observe une tendance générale à la baisse du prix réel du cuivre depuis 1966, et une chute accélérée depuis 1974, ce qui a encore aggravé le déficit.

  • 72 Le Courier, mai-juin 1978.

Cuivre, prix réel ajusté (en juin 1977)72.

Cuivre, prix réel ajusté (en juin 1977)72.

303Pour éviter la fermeture des mines le gouvernement dépensera des sommes très importantes. SOMINA sera rachetée aux actionnaires pour 920 millions UM et grâce à un prêt marocain de 705 millions UM on essayera d’améliorer la rentabilité de la mine. Les déficits d’exploitation s’accumulent :

3041974 680 millions 1976 747 millions

  • 73 Bulletin de l’Afrique Noire, 17 mai 1978.

3051975 896 millions 1977 707 millions73

306et le gouvernement décide d’interrompre l’exploitation à partir du 30 mai 1978. Le problème du reclassement des 600 salariés reste en suspens, COMINOR elle-même soumise à de strictes économies ayant licencié 400 salariés.

  • 74 SNIM, Rapport du Directeur Général, et Comptes Spéciaux, 1975.

307Tout investissement supplémentaire, afin d’élever la rentabilité, semble exclu dans la mesure où le minerai oxydé sera épuisé dans deux ans. Par contre, avec un investissement de 4,3 milliards de UM il serait possible de traiter les minerais de cuivre sulfuré, en-dessous de la couche d’oxydes, et produire 30 000 tonnes par an pendant 12 ans. Le projet serait rentable si la livre de cuivre se maintient au-dessus de 1,2 dollar74.

308On peut se demander si les 238 millions représentent l’apport initial de l’État, et les 705 millions empruntés au Maroc n’auraient pas été mieux utilisés à réaliser un ensemble de petits projets industriels intégrés. Les mines mauritaniennes semblent devenir un monstre qui dévore les ressources disponibles de la nation, dans le seul but de conserver leur place dans la compétition internationale.

309Les perspectives de la production du cuivre à moyen terme sont sombres. Les réserves mondiales non vendues ne cessent d’augmenter :

3101970 817 000 tonnes soit 19,3 % de la production annuelle

3111977 2 800 000 tonnes soit 45,8 % de la production annuelle

  • 75 Le Monde, 6 décembre 1977, « Cuivre, Le Marasme du Marché », Léo Fischer.

312Selon les calculs de Amalgamated Metal Trading, les réserves mondiales pourraient atteindre 50 % de la production annuelle en 1980. Pourtant la production mondiale n’atteint que 85 % de la capacité installée, et la consommation en 1977 a été inférieure à celle de 1973. La non participation au CLPEC du plus grand exportateur et producteur de cuivre, les États-Unis, la rupture des engagements envers CIPEC par le gouvernement chilien, n’offrent pas beaucoup de chance à une entente des exportateurs75.

D. LES PLANS DE DÉVELOPPEMENT ET L’AIDE EXTÉRIEURE

1. Le premier plan quadriennal (1963-1966)

a) Aide extérieure

313Publique : Privée :

314FACA 507,6 Prêts et investissements 3 441,2

315FED 1 156,8 dont mines et pêches 3 082,6

316Divers 158,4

317Prêts 307

b) Financement interne :

318Public :

319713,8 (dont 541 sur subvention FAC au budget d’équipement) ;

320Privé :

321481,8.

322Si nous ajoutons la subvention FAC aux aides extérieures, nous avons 90,3 % de capitaux d’origine étrangère directe.

323Le gros des investissements MIFERMA ayant été réalisés juste avant le début du plan, les sommes figurant ici sont surtout les investissements courants annuels de l’entreprise.

324Les principales réalisations sont :

  • le wharf de Nouakchott, destiné à réorienter les circuits commerciaux, qui passent dans leur écrasante majorité par Dakar ;
  • l’abattoir frigorifique de Kaedi, qui installe une capacité jusqu’à nos jours inutilisée, dont nous avons parlé ;
  • création d’une Flotte nationale de pêche, et une usine nationale de farine de poisson de 400 tonnes. Installation à Nouadhibou d’une capacité de traitement de poisson, de presque 300 000 tonnes par an, qui jusqu’aujourd’hui demeurera largement inutilisée ;
  • port de pêche et frigorifique de Nouadhibou ;
  • dans le domaine agricole : rénovation des palmeraies d’Atar, atelier de conditionnement des dates pour l’exportation (capacité 100 tonnes par an), opération charrues dans les Hodhs, abandonnée malgré ses grandes promesses (la faiblesse des sommes prévues, et la réalisation à 78 % sont à remarquer) ;
  • à part les recherches géologiques, pétrolières, hydrogéologiques, travaux d’adduction d’eau, et installation de centrales électriques, le dépôt d’hydrocarbures à Nouadhibou, il convient de mentionner l’effort privé mauritanien, notamment dans le domaine du transport : 695 millions d’UM, à comparer à l’effort privé étranger : 130 millions.

2. Le deuxième plan quadriennal (1970-1973)

  • 76 BAN, 9 mars 1977.

Note 7676

  • 77 B. Mondiale Rapport 1346-Mau.

Note 7777

  • 78 Chiffre incluant 1974.

Note 7878

325Les chiffres globaux qui indiquent une réalisation du plan à 124 % cachent en réalité une non-réalisation du plan du secteur d’État, dans le domaine rural notamment, et un dépassement des prévisions par les investissements privés.

326Pour la période 1970-1974 qui comprend le deuxième plan, l’investissement a été financé ainsi :

327Il faut remarquer certains projets réalisés entre les deux plans :

  • fabrique de boissons gazeuses (filiale BGI) 10 millions ;
  • usine de confection financée par la Corée du Nord ;
  • transformation du port de Nouakchott pour l’export de cuivre d’Akjoujt.

328Les principales réahsations du plan sont :

  • la Ferme M’Pourie, financée par la Chine passe de 260 ha à 550, pour produire 2 700 tonnes de riz ;
  • les coopératives le long du Fleuve atteignent 191 ha.

329Malgré ces deux réussites, on ne peut pas dire que l’intention de donner la priorité au monde rural se soit matérialisée.

330— Dans l’exploitation de la pêche à Nouadhibou, la flotte nationale est liquidée, la capacité à terre gelée et l’accent est mis sur l’encouragement aux flottes étrangères à débarquer leur poisson, en leur offrant des facilités politiques, dont le succès sera restreint :

331L’intention exprimée lors de l’élaboration du plan, de stimuler « les petites et moyennes entreprises » et le « développement de l’artisanat utilitaire », reste au niveau des intentions.

332Il faut dire que le fait d’analyser seulement la période du plan, fausse un peu l’image. Si nous prenons comme période 1967-1973, le volume d’investissement rural est beaucoup plus considérable, le pourcentage d’aide en provenance des États-Unis et des institutions BIRD, IDA, SFI, etc., est beaucoup plus élevé. En 1974, commence l’arrivée de capitaux arabes, ce qui modifiera considérablement les données du problème. La transformation de l’attitude des institutions financières internationales envers les projets d’aménagement agricoles (trop souvent considérés comme non rentables dans le passé) s’ajoutera au flux de capitaux arabes et à l’aide de la Chine Populaire pour fournir au 3e Plan quadriennal, des moyens de financement sans précédent.

3. Le troisième plan (1976-1980)

333Les années 1974 et 1975 sont caractérisées par l’arrivée massive de l’aide des pays arabes, qui devient de loin la première source d’aide étrangère. On observe aussi une amélioration dans l’attitude des institutions financières internationales publiques, en ce qui concerne les projets d’aménagement agricole en particulier pour les pays de la zone sahélienne.

334Les principaux projets réalisés entre les deux plans sont :

  • usine de gaz industriel (groupe Air Liquide),
  • manufacture d’allumettes (groupe Seita),
  • usine d’explosifs pour la SNIM (mines de cuivre et fer),
  • fabrique de couvertures et serviettes éponge (comptoir mauritano-algérien),
  • usine de confection à Nouakchott (réalisée par la Corée du Nord).

335Les principaux projets en cours début 1976, sont la route Nouakchott Néma (6,5 milliards UM), l’extension du port de Nouadhibou (1,2 milliard), et la sucrerie de Nouakchott (0,7 milliard).

336Le troisième plan, comme les deux premiers, consiste en une simple énumération de projets industriels, agricoles et d’infrastructure pour lesquels il est raisonnable de prévoir un financement externe. Le plan ne se fixe pas comme but d’utiliser au maximum ou de façon optimale la ressource la plus abondante en Mauritanie : la force de travail. C’est ainsi qu’il prévoit dans le domaine industriel la création de 4 226 emplois seulement. Il n’y a pas non plus, une priorité dans la réalisation des projets, afin d’obtenir une utilisation optimale d’un montant de capital disponible. Une telle priorité n’aurait aucun sens, étant donné que les projets sont financés par des sources extérieures diverses, le gouvernement n’étant pas autorisé à transférer des fonds d’une utilisation vers une autre. Certaines grandes lignes se dégagent néanmoins du plan. Dans le domaine de l’infrastructure :

  • mieux relier l’Est du pays à la capitale,
  • intégrer le fleuve.aux axes commerciaux du pays.

337Dans le domaine industriel, le plan s’inspire essentiellement de l’idée de:

  • transformer sur place le minerai de cuivre et de fer avant de l’exporter,
  • substituer certaines importations (sucre, fers à béton, tissus). Et dans le domaine agricole :
  • reconstituer le cheptel au niveau d’avant la sécheresse, et améliorer la qualité de la production,
  • atteindre 13 800 ha aménagés et irrigués (comme pour les plans précédents, cette tâche est très en retard).

338Si pour l’ensemble du tiers monde, les conditions d’afflux de capitaux étrangers se sont détériorées, la Mauritanie constitue une exception. Ses liens amicaux avec les pays arabes producteurs de pétrole, un rapprochement avec la France, la sensibilisation des instances internationales sur les problèmes de la sécheresse au Sahel, et une coopération très importante de la Chine Populaire, la mettent dans une situation d’aise, en ce qui concerne l’afflux de capitaux étrangers. Le remboursement des emprunts pourrait néanmoins poser de sérieux problèmes de balance de paiements si la conjoncture mondiale du fer et du cuivre continue à être déprimée.

  • 79 Mission Banque Mondiale, déc. 1975, Rapport 1346 Mau.

Note 7979

E. L’ENDETTEMENT

339Le service de la dette par rapport au valeur des exportations, augmente dangereusement :

3401968 1,4 % 1970 2,8 % 1975 17,4 %

3411969 2,5 % 1974 4,5 %

342Si aucune nouvelle dette n’était contractée, le seul paiement des intérêts atteindrait 406 millions UM en 1978, avant de commencer à décliner. Le remboursement atteindrait en 1983 un maximum de 2 215, 27 % des exportations probables. Mais le plan prévoit un endettement supplémentaire considérable et sans une augmentation décisive des exportations. Le montant total des investissements prévus pendant la période, s’élève à 41 783 millions UM. La prévision initiale pour le financement a été (sans compter Guelbs, ni assistance technique) : 35 090 millions avec le financement suivant :

  • Epargne publique (excédent budgétaire) 7,5 %
  • Investissement privé local SNIM compris 23,3 %
  • Aide publique extérieure 34,6 %
  • Aide privée extérieure 34,6 %

343Les dépenses courantes militaires pour 1976 et 1977 et la mauvaise conjoncture internationale, ont sérieusement remis en cause les possibilités de financement budgétaire des projets. Si la guerre se prolonge l’épargne publique serait presque inexistante.

344Les investissements privés locaux, surtout ceux de la SNIM, sont dans un pourcentage élevé financés aussi par l’extérieur. Si nous ajoutons le projet Guelbs, et l’assistance technique, le financement extérieur direct, pourrait dépasser 85 % du total des investissements. La dette extérieure à la fin du plan serait le triple de celle du début 1976, sans compter la dette contractée pour l’équipement militaire.

Sources extérieures (estimation février 1978)

  • Pays Arabes 46 %
  • Occident 40 %
  • Chine 13 %

345L’étude du troisième plan n’est pas assez significative, pour comprendre le futur de l’économie mauritanienne. L’opération Guelbs commence, pour l’essentiel après le plan, les projets SNIM ainsi que la régulation du Fleuve Sénégal sont programmés hors plan.

346Nous donnons en annexe une énumération des principaux projets, en cours ou envisagés, qu’ils soient ou non inclus dans le plan, afin de donner une idée de l’envergure des transformations qui ont déjà débuté en Mauritanie.

347Pour conclure nous pouvons dire, que quelles que soient les difficultés financières, monétaires et alimentaires que la Mauritanie puisse affronter dans les 10 à 15 années à venir, les projets en cours modifieront profondément le pays.

ANNEXE

I. LES PROJETS AGRICOLES

La régulation du Fleuve Sénégal

348Le projet commun du Mali, Sénégal et Mauritanie, se propose de construire deux barrages, un au delta Diama, pour empêcher les eaux salées de remonter en période de décrue, et maintenir le niveau de l’eau à un niveau désirable. Un en amont, à Manantali, contenant un réservoir de 16 milliards de mètres cubes, permettant au début, de régler la crue, pour la stabihser d’année en année, et ensuite lorsque les aménagements prévus pour l’irrigation seront achevés, de supprimer totalement la crue et fournir toute l’année un débit constant, permettant d’irriguer 400 000 ha. Le barrage de Manantali, permettra de fournir une énergie de 800 millions de kwh et les travaux rendront navigable pendant toute l’année le fleuve entre Saint-Louis et Kayes créant ainsi une zone favorable aux capitaux étrangers.

349Les principales conséquences pour la Mauritanie seront :

  • permettre la double culture de riz à M’Pourie, et environs,
  • permettre de créer un lac artificiel dans la dépression de l’Aftout es Sahel, s’étendant au Sud de Nouakchott, permettant la pisciculture et l’irrigation de 10 000 ha (début des travaux à la fin du plan).

L’aménagement du Gorgol

350Les deux Gorgols collectent les eaux de ruissellement d’un bassin versant de 17 000 km2, avant de déverser leurs eaux saisonnières dans le Fleuve Sénégal à la hauteur de Kaedi. Un barrage sur le Gorgol Noir, à Fum Gleita, créera un lac artificiel de 11 000 ha, permettant d’irriguer un périmètre rizicole de 6 à 15 000 ha, ainsi que 2 à 6 000 ha autour du lac lors de sa décrue. Un autre barrage sur le Gorgol Blanc, à El Bir, permettra de créer un lac de 8 000 ha, permettant d’irriguer 3 à 6 000 ha. L’irrigation se fera par dénivellement.. Un casier expérimental de 700 ha, irrigués par pompage à partir du Fleuve Sénégal, a déjà été achevé en 1977. 1 200 familles paysannes ont reçu chacune 1/2 ha de terre à cultiver.

Aménagement de la vallée de la Tamourt en Naaj

3511 700 ha en tout, et 800 ha pour la fin du Plan.

La plaine de Boghé

3522 000 ha durant le 3e Plan.

PROJETS INDUSTRIELS LIES AUX MINERAIS

Raffinerie de cuivre à Nouakchott

3538 400 millions, dont 2 000 millions prévus pendant le Plan mais retardés en raison de la conjoncture internationale de cuivre. Permettra d’exporter 30 000 tonnes de cuivre, et 120 000 tonnes d’acide sulfurique par an.

Projet d’exploitation des Guelbs

354Dont nous avons déjà parlé, commencera sa production en 1981, les prévisions sont d’une production de 2 millions de tonnes en 1981 et 6 millions en 1986.

Complexe sidérurgique à Nouadhibou

355Coût (évaluation 1976) de 26 milliards, dont 1 milliard pendant le Plan.

  • Usine de pellétisation du minerai de fer (2 millions de tonnes de pellets).
  • Unité de réduction du fer (capacité de 600 000 tonnes d’éponge de fer à 95 %). L’éponge sera produite à partir des pellets, réduits grâce au gaz obtenu dans la raffinerie.
  • Aciérie électrique à coulée continue, capacité 500 000 tonnes.
  • Centrale électrique, 140 MW. L’ensemble du complexe créera 3 200 emplois.

Mini-aciérie électrique à Nouadhibou

356Production de 10 000 tonnes de fers à béton, à partir de ferraille de récupération est prévue dans le Plan. Il s’agit d’un projet SNIM, avec un prêt du Crédit Commercial de France, pour 330 millions d’UM.

357A part la mini-aciérie, qui produira pour le marché intérieur, les autres projets ont essentiellement pour but d’exporter leur production. En élaborant plus la matière première, il sera possible d’exporter vers les pays arabes et africains. Les projets de sidérurgie et la fonderie de cuivre seront réalisés par la SAMIA, société mixte (50 % Koweit, 50 % SNIM) créée en 1974.

358Les autres projets sont :

  • laiterie de Nouakchott, financée par la RFA ;
  • raffinerie-agglomérerie de sucre (déjà achevée). Fabriquera du sucre d’abord avec du brut importé, ensuite à partir de canne à sucre cultivée à Rosso ;
  • raffinerie de pétrole à Nouadhibou. Est déjà achevée, le problème de son ravitaillement en cru n’est pas résolu, depuis la rupture des relations avec l’Algérie (capacité : 1 million de tonnes, dont 75 % sera exporté vers l’Europe). Coût: 4 milliards, création d’emplois: 256 ;
  • usine textile à Rosso. 38 millions de mètres de tissu, et 80 000 pièces de confection. Coût total : 2,2 milliards, dont 500 millions par Abou Dhabi ;
  • usine de confection, 100 000 pièces, réalisée par la Chine Populaire ;
  • une plâtrerie et une cimenterie.

Notes

1 Jean Robert Pitte, « Ethnies » dans Atlas Mauritanie, éditions Jeune Afrique, 1977.

2 Economie et Plan de Développement de la RIM, déc. 1963, Min. Coop.

3 La moyenne Vallée du Sénégal, Paris, 1962, PUF. Sauf indication a contrario, les statistiques sur la région du Fleuve proviennent de l’enquête réalisée par l’INSEE dont cet ouvrage constitue le compte rendu.

4 Louis Papy, « La Vallée du Sénégal, agriculture traditionnele riziculture mécanisée », Cahiers d’Outre-Mer, n* 16, 1951.

5 La Moyenne Vallée du Sénégal, op. cit.

6 Le lecteur désirant plus d’informations sur les Sarakollé pourra se reporter aux ouvrages suivantes : Eric Pollet et Grâce Winteh, La Société Soninké, 1965. Les Sarakollé du Guidimakha, Saint Père, Paris, 1925.

7 Dans le pays sarakollé, où les cultures sous pluie sont plus sûres et d’un rendement plus élevé, les terres dieri ont aussi été appropriées et donnent lieu au payement de redevances.

8 La Moyenne Vallée du Sénégal, op. cit.

9 Pour un exposé du système des castes on pourra se référer à l’exposé de Abdoulaye Baba Diop, Société Toucouleur et Migrations, Yaya Wane, Les Toucouleurs du Fouta Toro, Francis de Chassey, Sociétés traditionnelles du Sahel et du Sahara, et Aliou Ibra Ba, Le Pouvoir chez les Hal’Pular En (Paris, 1976, thèse).

10 La Moyenne Vallée du Fleuve Sénégal, op. cit.

11 La Moyenne Vallée, op. cit.

12 Selon l’enquête du Sédès de 1965, 33 % de la population maure serait composée d’esclaves et de descendants d’esclaves, les hommes composant ces deux états étant toujours des noirs. (Jacques Brennez, L’observation démographique en milieux nomades : Population, 1971).

13 Bulletin de l’Institut Fondamental d’Afrique Noire, 1939.

14 Louis Papy, La Vallée du Sénégal..., op. cit.

15 L. Revol, « Le Fleuve du Sénégal », Revue Coloniale, 1864.

16 Winter et Pollet, La Société Sonlnké, 1965.

17 Lasnet, Chevalier, Cligny et Rambaud, Une Mission au Sénégal, Paris, 1900.

18 Youssouf Koita, Les Atouts de la Vallée Mauritanienne, 1968.

19 Saint Père, Les Sarakollé du Guidimakha, Paris, 1925.

20 Charles Monteil, Le Coton chez les Noirs, Dakar, 1925.

21 Charles Monteil, op. cit.

22 Saint Père, « La culture et le Traitement du Riz dans le Cercle du Guidimakha ».

23 Abdoulaye Bara Diop, Société Toucouleur et Migration, Dakar, 1965.

24 Winter et Follet, La société Soninké.

25 Cheikh Sâad Boun Kamara, Les travailleurs Mauritaniens en Fronce, oct. 1976, thèse de doctorat, Montpellier.

26 Adrien Adams, Le long voyage des gens du Fleuve, Maspero, 1977.

27 Bulletin de l’Afrique Noire, n° 914, 25 mai 1977.

28 « Document de travail, Commission Rurale du 3» Plan de Développement », 1973.

29 Publications des services de la statistique.

30 « La 6e région, grand développement de l’initiative privée en Agriculture », Bouh Demba Chaab, 8 avril 1977.

31 Boutillier, Cantrelle, Caussé, Laurent, N’Doye, La Moyenne Vallée du Sénégal, 1962.

32 Colette le Blanc, « Un Village de la vallée du Sénégal : Amadi Oumaré », Cahiers d’Outre-Mer, 1964.

33 « La production de céréales dans la vallée : les sorghos », IRAT, juillet-août 1970.

34 « L’accroissement possible de la productivité des cultures vivrières traditionnelles en Mauritanie », IRAT, août 1968.

35 « Les travaux de l’IRAT en Mauritanie, bref aperçu et bilan », IRAT, avril 1970.

36 Charles Toupet, Jean Robert Pitte, La Mauritanie, PUF, 1977.

37 « Rôle possible de la Vallée du Sénégal dans les économies de la Mauritanie et du Sénégal », Min. de la Coop., décembre 1976.

38 On trouvera une excellente collection d’ouvrages artisanaux dans le livre de F. Delahozière, Formes et Couleurs en Mauritanie.

39 Paul Dubié, La vie matérielle des Maures, Dakar, 1953.

40 Pour des connaissances plus approfondies des structures sociales des Maures on pourra consulter les ouvrages de Hamdi Ould Mouknass, L’organisation administrative de la Mauritanie, thèse de doctorat, Paris, Fac. de Droit ; A. Leriche, « Notes sur les Classes Sociales et quelques Tribus en Mauritanie », Bull. IFAN, 1955 ; Paul Dubié, La Vie Matérielle des Maures, Dakar, 1953 ; Paul Marty, L’Emirat des Trarza, Paris, 1919 ; Ahmed Baba Miské, Al Wâsit, Tableau de la Mauritanie au début du xxe siècle, Librairie Klincksieck, Paris ; Mocktar Ould Hamidoun, Précis sur la Mauritanie, Dakar, 1952 ; Dey Ould Brahim, Mémoire sur l’Esclavage tel qu’il se présente en Mauritanie, Mémoire de l’Ecole Nationale de la France d’Outre-Mer, Paris, 1959 : Ahmed Bazeid, Ould Ahmed Miské, Le Nomade Maure, Mémoire ENFOM, Paris. Habidoullah Ould Abdou, « L’information en Mauritanie », Thèse, Paris.

41 Capot Rey, Le Sahara français, Paris, 1955.

42 Approvisionnement en Viandes de l’Afrique de l’Ouest, SEDES, FAC, OMVS, 1975.

43 Les pâturages naturels sahéliens, Les Hodhs, Ministère de la Coopération, Boudet, Duverger, 1961.

44 Pierre Troquereau, Les ressources animales de la Mauritanie, Min. Coop., 1960.

45 Rapport de la situation économique de M. Oumar Fall, gouverneur économique adjoint du Brakna.

46 Colloque de Nouakchott sur « La Désertification au Sud du Sahara », 17-19 déc. 1973.

47 Capot Rey, Le Sahara français, Paris, 1955.

48 Jacques Brennez, « Observation démographique des milieux nomades », Population, 1971.

49 L’approvisionnement des viandes en Afrique de l’Ouest, op. cit.

50 « Étude des problèmes posés par la commercialisation de la viande de Kaedi » SEDES, sept. 1971.

51 Bulletin de l’Afrique Noire, n° 914, mai 1977.

52 Rôle possible de la Vallée du Sénégal..., op. cit.

53 Philippe Blanc, De l’Embouche intensive des zébus africains et malgaches.

54 Rôle possible de la vallée du Sénégal..., op. cit.

55 Pierre Alaut, « contribution à l’étude de la rentabilité d’un troupeau bovins zebu en Mauritanie du Sud », Bulletin IFAN, 1967.

Wane Bihane Mamadou, « production et commercialisation de la Viande en Mauritanie », doctorat vétérinaire, Paris 1964.

56 Paul Dubié, « La vie matérielle des Maures », Mémoire IFAN, Dakar, 1954.

57 Les sources du chapitre sur l’agriculture maure proviennent des ouvrages suivants : H. Martin « Association Agricole en Mauritanie », Bull. 1FAN, 1939 ; Pierre Munier « L’Assaba », Etudes Mauritaniennes, Dakar, 1952 ; Charles Toupet « Etude du Milieu Physique du Massif de l’Assaba », Bull. IFAN, 1966 ; Charles Toupet « La Vallée de la Tamourt », Bull. IFAN, 1958 ; Etude d’aménagement Hydro-agricole de la Tamourt en Naaj », rapport BCEOM. mai 1975 ; « Etudes des Barrages dans les Hodhs », Min. de la Planification et Dév. Rural, avril-Juin 1970 ; « Projet de développement du Sud-Est Mauritanien », rapport EDPA, mars 1972 ; Th. Monod et Ch. Toupet, Arid Zone Research, Vol. XVII ; Suzanne Daveau et Charles Toupet, Bull. IFAN, 1967 ; « Les échanges commerciaux en Mauritanie », SEDES, nov. 1968.

58 Sources : 1) Annuaires FAO ; 2) Europe Outre-Afer, 1er oct. 1977 ; 3) Bulletin de l’Afrique Noire, 1977, 25 mai ; 4) Documents divers du Service de la Statistique, Nouakchott.

59 Geneviève Désiré Vuillemin, Essai sur le Gommier et le Commerce de la gomme dans les escales du Sénégal.

60 Bulletin de l’Afrique Noire, 14 oct. 1970, et Marchés tropicaux et méditerranéen, 26/5/78.

61 Jérôme Pujos, Impulsion externe et croissance économique, PUF 1964.

62 Enquêtes SEDES 1967.

63 Jérôme Pujos, Impulsion externe et croissance économique. Cet ouvrage, où l’auteur développe longuement la thèse en question, a été considéré suffisamment fondamental pour être préfacé par le Président Ould Daddah lui-même.
Source des chiffres de ce chapitre : calcul effectué à partir des données fournies par les lois de finances.

64 J. Vrignaud, Les finances publiques en Mauritanie, polycopné ENA, Mauritanie, 1976.

65 Barrot, Les Comptes Spéciaux du Trésor en Mauritanie, polycopié ENA, Mauritanie.

66 Les échanges commerciaux en Mauritanie, SEDES, 1968.

67 Sources : J. Audebert, « Le Gisement de Fer de Fort Gouraud », Annales des Mines, mai (1965) ; H. Laurent, « Mines de Fer de Mauritanie », Industrie Minérale, nov. 1972, Bulletin de l’Afrique Noire, 17 mai 1978.

68 Reproduit dans MIFERMA informations, juillet 1974.

69 Le Courier, mai-juin 1978.

70 Remarques Africaines, décembre 1977.

71 Bulletin de l’Afrique Noire, 17 mai 1978.

72 Le Courier, mai-juin 1978.

73 Bulletin de l’Afrique Noire, 17 mai 1978.

74 SNIM, Rapport du Directeur Général, et Comptes Spéciaux, 1975.

75 Le Monde, 6 décembre 1977, « Cuivre, Le Marasme du Marché », Léo Fischer.

76 BAN, 9 mars 1977.

77 B. Mondiale Rapport 1346-Mau.

78 Chiffre incluant 1974.

79 Mission Banque Mondiale, déc. 1975, Rapport 1346 Mau.

Table des illustrations

Titre Tenure des champs, %8
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Note 1010
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 26k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Abattages à Nouakchott
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Titre Production agricole (en tonnes)58
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Note 6060
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Légende Note 6262
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Origines des Recettes du Budget de fonctionnement
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre (millions d’UM)
Légende Note 664
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Titre Recettes du budget d’équipement (millions UM)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 106k
Titre Destination 6767 :
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Prix réel du minerai de fer, (ajusté aux prix de juin 1977)69
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre La production de concentrés commencera en 1971 :
Légende Note 7171
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Cuivre, prix réel ajusté (en juin 1977)72.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Note 7676
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende Note 7979
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1238/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 270k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540