Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à la Mauritanie

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes
, 
Centre d’étude d’Afrique noire

Les socio-culturels

Notes sur l’artisanat mauritanien

M.F. Delarozière

Texte intégral

  • 1 Centre culturel Saint-Exupéry B.P. 225, Nouakchott, (Mauritanie).

1Note portant sur l’auteur1

INTRODUCTION

2Si vous vous promenez dans les marchés mauritaniens, ceux-ci peuvent vous paraître tristes, ternes et très pauvres, avec leurs abris de bois et de toile à sac, et leurs étalages modestes : sur les comptoirs branlants, des cuvettes émaillées remplies de graines au milieu desquelles sont plantées des bouteilles de beurre, voisinent avec des guerbas de dattes ; des nattes y sont appuyées ; quelques toiles de tente au « patchwork » de tissus de couleurs sont étendues sur le sable ; quelques vitrines de forgerons proposent leurs derniers travaux.

3Et pourtant, ces marchés sont tout un monde, et l’on peut y trouver la plupart des objets d’artisanat mauritanien.

4Les éventaires des femmes offrent les coquillages, les parures de cheveux, les colliers, les bracelets, les perles d’ambre, les pâtes odorantes et les petits pendentifs autrefois en cornaline, maintenant, bien souvent en matière plastique, en forme de losange mi-arrondi, qui protègent des maladies et des maléfices, les croix de Boutilimit, les brûle parfums en terre brune peinte de motifs blancs, les tabatières, les cuirs des coussins, les canaris et les calebasses...

5Tout ceci donne à ces étalages un aspect mystérieux et odorant. Et lorsqu’au creux d’une main teintée au henné brille une boucle d’oreille d’or fin, c’est toute une poésie ou une œuvre d’art, comme lorsque cette main égrène un chapelet d’ébène et d’argent (fig. 1).

6Tout cet artisanat mauritanien vous le rencontrez aussi, astucieusement rangé sur les animaux, chameaux et ânes, si vous croisez au milieu des dunes le plus petit groupe nomade marchant lentement vers un infini de chaleur et de paix.

7La femme a ses bijoux, elle est installée dans « ses meubles » tandis que les chameaux de bât transportent l’habitat, les coffres et les ustensiles de ménage ; l’homme sur sa grande selle décorée garde au fond de la poche de sa derrãεa sa pipe et son briquet soigneusement placés dans leur étui de cuir peint à multiples pochettes et sa grande tāsufra est remplie de ses biens. Quant aux enfants, les fillettes ont leurs parures et leur jouets et les petits garçons leurs jeux.

8Evoquer les formes et les couleurs de l’artisanat mauritanien peut paraître simple, et pourtant s’il n’existe en fait qu’un nombre réduit de formes d’objet, il y a mille détails, et mille surprises qui font de chaque coussin par exemple, de chaque broderie de vêtement, ou de chaque bracelet tout un poème coloré ou brillant.

9Chaque région de Mauritanie a ses propres traditions artisanales. Le Musée national a essayé d’en présenter un large choix ; et la foire nationale de 1975 a été une fort belle réussite, ouvrant ses portes à toutes les régions qui ont présenté le meilleur de leur production.

10On ne peut pas parler d’Art mauritanien avec le sens de gratuité qui s’attache à ce mot, excepté pour les peintures murales de Oualata (fig. 2, décor de porte intérieure) mais l’art graphique de l’artisanat mauritanien est très intéressant.

11Ces dernières années encore, les forgerons et les cordonnières ne fabriquaient, toujours à la commande, et n’ornaient que des objets d’utilité première, les bijoux et les parures ayant une place à part.

12Depuis quelques années ont voit apparaître des objets de décoration : composition avec des petits miroirs, bols émaillés, parfois fixés bord à bord pour rappeler l’œuf d’autruche, petites bouteilles de viandox gainées de cuir peint que l’on accroche dans les maisons ainsi que des « petites selles « Ərrāḥla » ou des bagages féminins miniatures. Cela fait de jolis cadeaux.

13Ainsi naissent les modes.

14Un recensement et un classement des objets ou des graphismes mauritaniens paraissent difficiles.

15J’ai choisi de présenter l’artisanat traditionnel suivant les matériaux employés : cuir, bois, métal, poterie, tissage et teinture, petit artisanat utilisant des végétaux, fils, pailles, graines, os et pâte de verre.

16Puis, seront décrits l’atelier du forgeron et celui de la cordonnière, leurs outils, leurs couleurs.

17Les symboles ont été relevés par Jean Gabus, je ne citerai que les plus connus et j’ajouterai quelques proverbes et dictons. Une place à part sera faite pour « les formes nouvelles » destinées au « marché touristique », et la naissance d’un artisanat soigné de tapis de laine sera évoquée.

18Enfin, je terminerai grâce aux informations du service mauritanien de l’Artisanat par l’évocation de la situation actuelle des artisans et leur participation à l’économie du pays.

L’ARTISANAT DU CUIR

19Le premier des matériaux employés dans l’artisanat mauritanien est le cuir, ce qui fait dire à Jean Gabus dans son ouvrage « Au Sahara, Arts et symboles » :

20« Dans le domaine de la culture matérielle, il s’agit bien d’une civilisation du cuir, type de civilisation classique des grands nomades et des pasteurs... ».

21Et il ajoute :

22« Une liste même sommaire du matériel de cuir et de peaux en situe la diversité comme les fonctions très multiples ».

23Pour l’ameublement de la tente et de la maison, les nattes, les couvertures-tapis « faru » ou « ġlaf », les coussins allongés et durs servant d’accoudoirs et de dossiers, les tapis de prière sont en cuir et en peaux.

24Pour les voyages et la vie quotidienne les sacs de toutes les tailles sont en cuir : « tāsufra » très finement décorées, sacs à grains, bagages féminins avec leurs parures aux rubans de cuir gravés et peints, outres à eau, à beurre, enfin les « kūntiya », sacs à fond rigide pour le transport des verres et de la théière...

25Autour du puits, l’abreuvoir, les cordes, le seau pour puiser l’eau comme la plupart des pièces de harnachement du chameau et du cheval.

26Les objets familiers, les accessoires du fumeur, les étuis de poignards, les sandales, les ceintures, les porte-clef et même les bijoux et les porte-allumette sont en cuir plus ou moins décoré.

27Les griots ont des instruments de musique tendus de peau, les forgerons ont des soufflets faits avec des outres, de belles reliures protègent les manuscrits et les enfants jouent avec des balles de cuir.

28Voici quelques détails sur la fabrication de tous ces objets.

29Les nattes de cuir sont admirables. C’est une sorte de tissage rigide de fines lamelles de bois et de lanières de cuir peint (sayr, pluriel : syūr).

30On utilise pour la chaîne soit la nervure des feuilles de palmier, ou de ronier, soit des tiges de graminées. Les dimensions des nattes varient, mais en général la natte de taille moyenne « ḥsayra » a 20 pieds de longueur sur 8 de largeur. Elle est bordée de cuir, le décor est toujours géométrique à dominante rouge. Le prix de la natte varie suivant la surface de cuir peint et la finesse du travail.

31Si le « ġlaf » est une couverture faite de l’assemblage de nombreuses peaux d’agneaux très soigné, il existe une couverture de peaux de moutons ou de brebis plus ordinaire le « faru ».

32Les peaux sont toujours rectangulaires cousues bord à bord avec une lanière de cuir. Cette couture est protégée par un ruban de cuir rouge ; les peaux, côté lisse, peuvent être décorées de motifs dessinés à la plume.

33Lorsque dans une assemblée se trouve soit un enfant, soit quelqu’un dont il se faut se méfier il est coutume de dire :

34« hāḏa l-faru fīh jall ẖrūf » : dans le faru (de peaux de moutons) il y a une peau d’agneau (différente des autres). Cela signifie brièvement « les murs ont des oreilles ». Il existe la même image avec le grain de sable différent, et la fibre de la natte différente des autres :

35« hūḏi la- ḥṣayra fīha jrīda māhi mǝnha ».

36Les coussins de cuir constituent pratiquement tout l’ameublement et le confort de la tente et de la maison (le matelas mousse est une acquisition récente) ; ils sont jetés sur les nattes ou les tapis et servent de dossiers, d’accoudoirs, d’appuis pour les genoux et d’oreillers. Le premier geste d’hospitalité est d’offrir un coussin pour se reposer. Ils sont en général faits de trois morceaux de cuir : deux faces de forme ovale généralement, décorées et lissées et d’une bande cuir teint en vert ou violet (côté « daim »).

37Cette bande à laquelle sont cousues les deux faces décorées donne l’épaisseur du coussin. Suivant leur genre masculin ou conjugal, et féminin, les coussins sont agrémentés de franges plus ou moins larges, peintes, ou gravées.

38Le décor comporte un motif central flanqué de deux motifs symétriques composés d’une infinité de petits motifs. Le décor peut-être aussi gaufré (fig. 3).

39Le tapis de prière « iliwiš » est formé d’une large peau teinte, bordée de cuir et décorée de motifs peints rapportés (parfois décorée de petits morceaux de miroirs, contre le mauvais œil) sur laquelle est appliquée et cousue une toison de mérinos. Pour la selle, une large fente ornée de motifs décoratifs permet le passage du pommeau.

40Pour le voyage, le campement et la maison, il existe une grande diversité dans les sacs ; la tāsufra est un grand sac de voyage souple. Il est fait de deux grandes peaux, la plus grande (parfois faite de deux morceaux) est rabattue sur les côtés et pliée dans les angles pour former la base triangulaire du sac ; la seconde qui sera entièrement décorée est cousue à plat. Les angles cousus « en biais » seront serrés dans les « poignées ». Une large bande rouge gravée ou peinte de motifs noirs festonnée et trouée à intervalles réguliers (pour le passage du cadenas) borde le haut du sac. La face extérieure de la tāsufra est entièrement décorée, le dos porte quelques motifs appliqués. Une tāsufra moyenne mesure 1,40 X 0,65 m de largeur.

41Le sac à grains ressemble beaucoup à une petite tāsufra, mais au lieu d’une ouverture sur toute la largeur il est fermé par une sorte de col très court et étroit ; la face extérieure est aussi entièrement décorée.

42Lors du voyage, les bagages féminins sont constitués de deux gros sacs « tizǝyyātǝn ». Ces sacs de cuir de section carrée sont ornés d’un col de cuir souple peint et de bandes de cuir décoré dites « parures de sac ». Ces bagages féminins ont plus d’un mètre de côté. Ils serviront, fixés sur le chameau, de support au palanquin.

43On utilise, en général, pour les tizǝyyātǝn, les selles, les grands sacs, des peaux de vaches ou de chameaux gardant les peaux de moutons pour les coussins, les petits sacs, les « faru ».

44Il existe toutes sortes d’outres de toutes les tailles qui vont de la guerba à eau faite d’une peau de chèvre, jusqu’au petit sac pour la cueillette de dattes, sans oublier le « dalū », seau pour puiser l’eau et l’abreuvoir en cuir, et même la gourde à beurre.

45Les objets familiers sont aussi en cuir, les sangles et les cordes pour tous les usages, les pièces de harnachement du chameau et du cheval sont en cuir ; la selle dont la structure est en bois est gainée de cuir et décorée ; sans oublier les étuis à fusil. La kūntiya est faite d’une corbeille ronde recouverte de peau décorée et d’un col en cuir souple peint. De la base du col partent des franges, les unes très fines, les autres plus larges et décorées. La décoration du col est double, chaque face ayant un motif central autour duquel tournent des petits motifs — le col est festonné avec une fine lanière de cuir.

46Il existe aussi de charmants sacs de cuir décoré pour le thé et le sucre, et une mode récente est née pour les sacs à main féminins.

47La tabatière du fumeur est en cuir. Les « cordonnières » de Méderdra et de Boutilimit confectionnent avec un soin extrême ces tabatières « ǝlbayt » d’un style purement mauritanien. Elles sont de formes allongées et comportent trois ou quatre poches avec leur rabat de sorte que l’on « feuillette » une tabatière. Ces feuilles « wargāt » portent le nom des différents objets qui se rangent dans la tabatière : la feuille de tabac, de l’amadou, du briquet et du cure-pipe. La tabatière se termine par un pompon de « cheveux » de cuir et se ferme à l’aide d’une petite cordelière de cuir (fig. 4). Un mode de porte-cigarettes en cuir décoré est aussi apparu ces dernières années.

48Les étuis de poignards sont souvent en métal mais aussi en cuir ; les ceintures, porte-clefs, sandales, bottes sont en cuir décoré avec beaucoup de soins. Il existe une technique de tressage ou tissage de fines lanières de cuir de couleurs pour l’ornementation des chaussures.

49Les petits « sacs portefeuilles » sont en cuir repoussé et l’on trouve sur le marché des petites boîtes de parchemin.

50Le cuir est encore utilisé dans la fabrication des instruments de musique.

51L’ « ārdīn » (sorte de harpe) est faite d’une grosse calebasse tendue d’une peau joliment décorée ; la « tidinīt » est une sorte de luth dont la caisse fabriquée en bois est tendue de peau (fig. 5).

52Le « ṭbal » et les « tam-tam » sont tendus de cuir et parfois les « da-qǝnba » sortes de longues calebasses qui résonnent sous les rythmes du musicien sont parfois gainées de cuir décoré de franges.

53Chez les forgerons, les soufflets sont faits avec des outres fixées à un corps de bois en forme de V. Les enfants et les jeunes gens jouaient dans leurs villages et leurs campements avec des balles de cuir dur que l’on n’a pas manqué de décorer.

54Il existe des reliures de livres remarquables : les techniques de décoration en sont les mêmes que pour les coussins. Elles seront précisées au chapitre des ateliers.

55Enfin, le cuir est employé dans les amulettes et les parures. Les amulettes se présentent sous forme de petites pochettes ou de tout petits sacs de cuir enfilés sur des lanières. Elles peuvent être portées autour de la taille, du bras, en collier, ou dans les chevelures féminines.

56Quant aux parures il y en a de toutes sortes : les bracelets faits d’une lanière de cuir sur laquelle sont cousus des perles ou des coquillages ; les colliers faits de deux tresses de cuir extrêmement fines qui se rejoignent en une tresse plus grosse terminée par un pompon de cheveux de cuir ; sur les tresses sont cousues des perles souvent de grande valeur parfois mêlées d’amulettes.

57Le « mraṣ » est un collier d’enfant ou de jeune fille composé de deux tresses de cuir ornées de coquillages et de perles et de deux amulettes « ktāb » en métal, ou en cuir, reposant sur un coussinet de « cheveux » de cuir.

58Les « ktūb » (pluriel de ktāb) se portent l’un devant sur la poitrine, l’autre dans le dos ; autrefois on utilisait dans la confection de ce collier des touffes de laine de mouton trempées dans une sorte de goudron parfumé.

59Il existe enfin des parures de chevelures formées d’un coussin de « cheveux » de cuir piqué de bijoux d’or, de coquillages et de perles, et d’autres, formées de simples rubans de cuir noués.

60Pour terminer « cet inventaire » des objets d’artisanat en cuir, il faut citer les nouvelles modes : les sacs à main sur des modèles européens, les appliques en cuir avec des miroirs, les petits objets de décoration, bouteilles, ampoules et même flacons de médicaments, bols d’émail etc. ornés de cuir. Mais dans l’ornement de tous ces objets, des anciennes tāsufras aux sacs « modernes », le souci d’une décoration traditionnelle et l’unité apparente de cette décoration avec les symboles mauritaniens (la maison, la faîtière et les piquets de la tente, le bol et l’urine de chameau) que l’on retrouve souvent mêlés à mille motifs, font de tout cet art du cuir un art spécifiquement mauritanien.

L’ARTISANAT DU BOIS

61Après le cuir, principal matériau employé dans l’artisanat mauritanien, vient le bois. Il y a de fort beaux objets de bois : les coupes en bois brut ou finement travaillé de toutes les tailles, les « tādit » pots à traire, les boîtes à théière et à verres, souvent peintes, les quatre montants de ce « porte-bagages » qui, retourné et placé sur le dos du chameau, fait à la femme un palanquin confortable, tout le matériel de campement, des piquets de la tente à la faîtière, de l’entonnoir au porte-guerba ; les grands porte-calebasse en bois sculptés de Oualata, les portes sculptées de la région du Fleuve, les ustensiles ménagers de toutes les régions, les coffres, les tablettes pour l’étude du Coran... Il y a aussi les bâtonnets du jeu de « Sig » et les plateaux creusés de coupes dites « maisons » pour le jeu de krūr.

62Toujours en bois sont fabriqués les chapelets, les sandales, les brosses à dents, les peignes, les batteurs à zrig, les boîtes pour protéger les lampes et les pilons. Le bois est support pour le cuir, et le métal annoblit le bois — cuir sur calebasse de bois pour les instruments de musique ; métal sur bois pour les coffres. — Les coupes de bois se font de toutes les tailles. Elles peuvent rester de bois brut ou être taillées finement et gravées au burin.

63A Kaédi ou à Boghé on noircit les grandes coupes au feu et le motif décoratif qui court le long du bord est gravé et ressort ainsi en clair sur sombre (fig. 6).

64L’artisan maure, à partir d’une coupe de bois brut taillée dans un tronc de yaṭṭa, avec son herminette, l’amincit, la polie, la fignole avant de la graver (fig. 7). La forme en est si parfaite qu’entre les deux mains ouvertes elle repose sans poids. Certaines coupes ont une anse ou des pieds ; les bols de bergers ont une sorte d’anse trouée dans laquelle on peut passer une lanière permettant d’accrocher le bol à l’épaule. Ces bols de berger sont souvent colorés dans le Trarza. Ils sont fabriqués de la même façon que la tādit en bois d’ādrǝs (Commiphora africana), creusé, pyrogravé de motifs géométriques et coloré. Seules trois couleurs paraissent employées : le rouge, le vert et le jaune. Les boîtes à théière et à verre sont faites d’un morceau d’ādrǝs creusé d’un trou central pour la théière et de quatre ou six trous pour les verres. Elles sont pyrogravées et colorées ; la même technique est employée pour les cendriers de facture récente.

65Les plus beaux bois travaillés — à part certaines portes et leurs loquets — sont les « pieds de l’āmšaqqab ». L’āmšaqqab est le meuble par excellence surnommé « le toujours fatigué » car il est toujours utilisé. Posé sur ces quatre bois sculptés et gravés, il sert de table-porte-bagages sous la tente ; on pose dessus les bagages ; retourné et posé sur les bagages il sert de palanquin. Les quatre bois (fig. 8) sont fixés par des lanières de cuir à quatre barres de bois souvent souvent décorées aux extrémités formant cadre, et par des bois croisés derrière et sur les côtés, et écartés devant formant « fenêtre ».

66Tout le matériel de campement est en bois : les piquets de tente, la faîtière souvent pyrogravée et colorée ainsi que les entonnoirs. La poulie est un très bel objet de bois et sur les margelles on trouve parfois un tronc d’arbre usé par les cordes qui l’ont sculpté de rainures lisses, comme une œuvre d’art. Dans la région du fleuve il y a de belles portes sculptées et des tabourets de bois. A Oualata, les maisons possèdent des porte-calebasse en bois sculpté qui mesurent plus de 1,30 m de haut. On trouve dans la région de Méderdra et dans la région de Boutilimit des petits porte-calebasse s’inspirant de ceux du Hodh mais d’environ 50 cm et souvent pyrogravés et colorés.

67A Oualata encore et dans le Hodh il y a de forts beaux lits de bois.

68Il faut deux bois posés sur le sol, des barres transversales souvent gravées aux extrémités, une première natte de lattes de bois d’environ 3,5 cm de largeur maintenues avec du cuir et enfin une jolie natte et des coussins pour faire un très confortable lit « habṭa ». Les bois sont sculptés et les décorations en cœur évidées pour alléger le poids du lit.

69A Chinguetti et à Ouadane l’on trouve encore de beaux loquets de porte. On utilise encore le bois et principalement le bois d’ādrǝs qui se creuse facilement pour faire des boîtes à verre de lampe, des jeux de krūr et même des sandales, sorte de raquettes à sable, gardant toujours un souci de décoration et utilisant volontiers la pyrogravure. Les planchettes d’étude se fabriquent aussi en ādrǝs ou en aglal (Mitragyma inermis) et les plumes sont taillées dans une nervure de feuille de palmier.

70Les grains de chapelet sont en ébène ou faux ébène et rejoignent les techniques plus récentes d’incrustation d’argent sur de l’ébène, car l’ébène sert de support à des travaux d’argent : croix de Boutilimit et tous les objets modernes qui représentent la Mauritanie dans les expositions ou foires étrangères.

71Enfin les coffres : les coffres sont en bois indéfinissables, souvent de récupération, mais les applications de métal, fer, cuivre, laiton, leur confèrent une grande noblesse. Les motifs sont découpés dans des plaques de fer ou de laiton et fixés à la caisse avec des clous de cuivre.

72De quelle inspiration ? On la dit venir des pirates de la côte barbaresque.

73Les serrures sont souvent très soignées, le fermoir fixé au couvercle se rabat ; une glissière permet parfois de cacher le trou de la clef et la clef elle-même a un très joli volume ; mais, ceci rejoint l’art du métal.

L’ARTISANAT DU MÉTAL

74Cuir, cuir et bois, bois et métal : le travail du métal s’accocie intimement au travail du bois. En exemple les coffres de voyage, cités auparavant, qui sont décorés de fer, de cuivre jaune et rouge, ou de laiton, avec des serrures particulièrement travaillées. On y ajoute parfois des petits morceaux de miroir (le miroir est bénéfique car son reflet lutte contre le mauvais œil — j’ai trouvé une petite amulette de forme cylindrique dont les deux bouts sont fermés par deux petits miroirs —).

  • 2 ...« Et nous avons fait descendre le fer qui contient danger terrible et utilité pour les Hommes » (...)

75Le fer est considéré comme un métal impur2, aussi est-il toujours associé au cuivre qui le neutralise. L’argent est le seul métal pur ; il a vertu de bénédiction. Il y a aussi dans cette association du bois et du métal certains bijoux comme les croix de Boutilimit. Aujourd’hui tout l’artisanat de l’ébène ou faux ébène est associé à l’argent. C’est l’artisanat qui, actuellement, se vend le plus. Les artisans font des coffrets, des cendriers de bois d’ébène décorés de plaques d’argent gravées et d’incrustations d’argent. Si, une certaine dégradation dans ce travail (surtout dans la finesse du décor) a heu, il existe de très jolis coffrets dans des collections particulières. A partir d’un morceau de tronc brut de bois noir, l’artisan façonne des planchettes qui formeront le coffret. Et, il fixe à l’aide de petits clous d’argent des plaques d’argent qu’il grave au burin.

76Les autres éléments décoratifs sont des éléments traditionnels façonnés à partir d’un fil d’argent à la pointe de l’aiguille et insérés à chaud. Les motifs portent le nom de sabot « hāfǝr » de la lettre ǝ, de l’œil εayn, de Tichit.

77Les artisans créent de la même façon des bracelets en ébène, ou en corne. Il semble que la tradition de l’incrustation de petits motifs d’argent ou de cuivre sur des bracelets soit très ancienne et qu’elle ait été transposée sur des objets « touristiques », colliers, cendriers, coffrets, gobelets, porte-couteaux, coupe-papiers, etc. Toujours est-il que l’artisan mauritanien est prêt à travailler sur conseils ou idées et qu’un certain goût de la création leur permet de réaliser de beaux objets sur commande.

78C’est avec joie que des artisans ont fabriqué d’après un dessin très élaboré un jeu d’échecs en ébène et argent d’une grande perfection.

79Les forgerons ont toujours été réputés pour travailler l’argent de façon très remarquable. L’on trouve encore quelques bijoux anciens de toute beauté : de lourds bracelets de chevilles décorés de petits motifs chargés de vous protéger contre les dangers du sol (fig. 9) ; des bracelets de poignets à côtes ornées de boules d’argent et de minuscules torsades d’argent soudées (fig. 10) ; des bracelets sarakollés torsadés, des grosses perles d’argent qui, alternant avec des boules d’ambre et des perles de cornaline et d’agate font d’étonnantes parures bénéfiques (il faut noter que les boules d’ambre, qui ont une certaine valeur sont munies, pour leur enfilage, d’un petit tube de cuivre ou d’argent ou des deux métaux associés, qui forme aux deux pôles comme une petite fleur). Il existe des bagues de toutes sortes : les unes sont simplement en argent, parfois gravées d’une grille magique (fig. 11), les autres possèdent des pierres semi-précieuses enchâssées dans une monture d’argent. Elles sont toutes bénéfiques. L’on trouve enfin d’innombrables bracelets d’argent pour tous âges, qui vont du simple cercle d’argent sur lequel est soudée une petite cordelette alternant avec des perles de même métal, jusqu’aux grosses torsades. Il y a aussi de très jolies amulettes d’argent (fig. 11) et des croix du Trarza et du Hodh en métal.

80Et de même que les modes nouvelles se créent dans les cuirs ou les objets de bois, il y a une certaine évolution dans l’Art du bijou. Les forgerons fabriquent actuellement pour un public occidental des bracelets d’argent et des colliers modernes : anneau de cou avec plaque d’argent gravé de motifs traditionnels, ou perles d’ébène et d’argent. Le problème de l’acquisition du métal a poussé des artisans à couper les chevillères qui ne se portent plus, pour monter les plaques en parures et utiliser les boules comme métal. A côté de l’argent, l’artisan utilise du cuivre, du laiton, du fer et dans cet artisanat des métaux, il faut placer l’art des pipes et des briquets, des marteaux à sucre et des théières, les cadenas à multiples combinaisons, les pinces pour ôter les épines, les petits couteaux, les boucles de sangle...

81Il y a des modes aussi dans les pipes dont l’origine de la forme est l’os de mouton : l’on trouve la côte de mouton ornée de cuivre, et la pipe d’ébène associée à l’argent, l’os, le laiton et le cuivre (fig. 4).

82Les briquets sont des frottoirs de fer souvent décorés. Le fumeur serre entre le pouce et l’index de la main gauche un peu d’étoupe végétale et un silex. Puis il frotte vivement le briquet « znād » sur le silex, l’étincelle jaillissant enflamme l’étoupe. Il souffle légèrement pour attiser la combustion et place l’étoupe dans la pipe à l’aide de la partie pointue de son briquet. Il suffit ensuite d’aspirer.

83Les marteaux à sucre sont rarement utilisés ; ils sont très décoratifs. On utilise plus facilement le petit verre incassable, la soupape ou même la hache polie néolithique.

84Quant aux théières, elles sont importées, mais l’artisan les décore avec soin et tendresse. Il refait l’anse parfois avec le cuivre de douilles, ajoute au bec un décor de cuivre et parfois une barre de cuivre « sculptée » entre le bec et le couvercle. Il surmonte le couvercle d’une boule alliant cuivre, laiton parfois os ou argent, enfin il consolide le fond avec un anneau de cuivre rouge et incruste des petits motifs de cuivre sur le corps de la théière. Celle-ci devient un très bel objet.

85L’artisan fabrique encore toute une série de petits objets parmi lesquels les cadenas à multiples combinaisons ; un professeur de technologie qui a fait étudier ce cadenas à ses élèves le décrit ainsi :

86« le cadenas maure permet d’assurer la fermeture de la tāsufra. Le principe de son verrouillage repose sur l’écartement des ressorts à lames de la broche à l’intérieur du cadenas. A l’ouverture la clef permet le resserrement des ressorts et, par conséquent, la libération de la broche » ; et ces cadenas sont très joliment gravés avec la même technique que les plaques de chevillères.

87L’on trouve encore en métal, argent ou cuivre, les « āmǝngaš » tire-épines indispensables dans la campagne pour enlever épines et échardes, les petits couteaux, parfois associés aux tire-épines, les poignards au manche d’ébène incrusté d’argent et placés dans des étuis d’argent gravé. L’on trouve encore des encriers de cuivre à compartiments pour encres de différentes couleurs. Tous ces objets sont traditionnels, mais les forgerons fabriquent aussi des objets modernes tels que des petites cuillères d’argent au décor gravé, des coupe-papier d’argent, des porte-clefs, des sonnettes, des salières, des porte-couteaux, des cendriers, etc.

88Si les formes sont modernes, le forgeron les décore de motifs tout à fait traditionnels.

89Il faut signaler que l’on trouve à Nouakchott des bijoux en argent filigrané ; il semble qu’ils viennent des pays voisins. De même les perles d’or filigranées ont une origine plus « africaine » ; des bijoutiers d’origine sarakollée ou toucouleurs font de très beaux colliers d’or. L’on trouve de somptueuses et énormes parures d’or au cou des femmes des régions du Fleuve et, à leurs oreilles, dansent des boucles d’or de toute beauté, sortes de torsades d’or étonnantes. Au Musée national se trouve un énorme bijou d’or fait de deux cônes accolés couvert de petites perles d’un travail d’une finesse remarquable. De toutes petites boucles d’or se retrouvent dans les bijoux d’or créés par les artisans maures.

90L’on travaille malgré tout, peu l’or en Mauritanie ; pourtant les musiciennes sont bien jolies lorsqu’elles ont orné leur chignon de bijoux d’or... Il y a dans une rue ensablée de Nouakchott, un bijoutier d’or. Sur son établi roulent de minuscules boules d’or qui seront soudées en pyramides ou en étoiles pour faire d’exquises parures de chignon, des perles, ou de beaux bracelets. Ternis par le feu, les bijoux sont plongés dans une étrange composition versée au fond d’un petit bol et réapparaissent brillant d’un éclat mat.

ARTISANAT DE LA POTERIE, DU TISSAGE, DE LA TEINTURE ET PETIT ARTISANAT DES VÉGÉTAUX ET DES MINÉRAUX

91Le cuir, le bois et le métal, sont donc les plus importants matériaux de l’artisanat mauritanien. Mais il y a aussi la poterie, les tissages et les très belles teintures, enfin tout un petit artisanat plein de poésie, d’invention, de fantaisie qui utilise végétaux et minéraux, ainsi que des matériaux de récupération, verre et matière plastique.

92Il y a peu de glaise en Mauritanie qui permette un artisanat important ou une production semi-industrielle de poterie. A Kaédi, Boghé, Rosso, on fabrique de beaux canaris, pour l’eau ou les grains — parfois décorés de blanc et de bleu — Il existe une forme qui paraît spéciale à la Mauritanie d’un canari très sphérique avec deux cols verseurs. Les potiers font des fourneaux, des marmites, genre couscoussiers, des brûle-parfums très originaux avec couvercles, des petits pots de toutes les tailles, mais la matière de la glaise employée fait de ces poteries des objets fragiles qui se désagrègent semble-t-il assez rapidement.

93A Oualata, il existe des potières qui modèlent des brûle-parfums, des encriers, des maisons de poupée avec leurs petites bonnes femmes assises et tout le matériel de cuisine, d’exquis petits animaux pour le jeu de sig et d’étonnantes souricières — sorte de parallèlépipède rectangle avec une tour creuse dans laquelle se glisse une pierre qui bouchera l’entrée lorsque l’animal aura pénétré — le tout décoré de blanc style Oualata.

94Les « encensoirs » de Oualata sont en terre crue couverte d’une engobe brune et décorés de motifs géométriques blancs (on en fabrique aussi à Atar). Au creux de la coupe il suffit de mettre quelques braises et d’émietter dessus un petit morceau de ces boules de parfums agglomérés que vendent les femmes sur les marchés ou quelques-uns de ces petits grains de gomme jaune pâle que l’on a eu soin d’humidifier légèrement. Le parfum « lǝbhūr » est fait d’un mélange de bois odorant, de poudre de gomme parfumée de divers parfums. Ces ingrédients sont écrasés dans un petit mortier de pierre, mouillés de parfums (importés), malaxés et mis au soleil pour permettre à la gomme en fondant de servir de lien. On peut y ajouter des clous de girofle écrasés. Ces parfums embaument les maisons et les tentes et les femmes glissent les encensoirs sous leur voile pour se parfumer.

95Les maisons de poupée sont charmantes à l’image des demeures de Oualata (fig. 12) et les petits personnages qui les meublent sont tout à fait stylisés. Quant aux petits animaux qui servent de pions au jeu de sig, ils sont très jolis ; on retrouve le chameau et son cavalier, l’autruche, la vache à bosse, le mouton, le hérisson aussi. La potière décore ces objets avec une terre blanche comme celle qui est utilisée dans la décoration des maisons et que l’on appelle ṭīn-l-imām-l- Ḥaḍrami. Elle trempe un brin de bois très fin dans sa « peinture » et faisant tourner l’objet elle dépose ses traits blancs créant de charmants motifs géométriques. Elle utilise aussi une « peinture » noire ou gris foncé, et bleue.

96Les pêcheurs utilisent aussi la terre pour faire des poids de filets ; les flotteurs se fabriquant en bois.

97Le tissage est une autre forme d’artisanat ; il existe deux sortes de tissage : le tissage des bandes qui, cousues ensemble, formeront une tente et le tissage des plus petites bandes de tissu pour les vêtements.

98Les femmes tissent les bandes de tissu pour les tentes sur un métier très rudimentaire, au ras du sol. Une plaquette de bois permet d’écarter les fils pour le passage de la navette (les tentes sont aussi très souvent faites de toile importée et intérieurement décorées de patchwork de tissu fantaisie). Par contre, le métier utilisé par les hommes pour faire de belles bandes de tissus pour vêtements ou couvertures et que l’on retrouve au Sénégal et au Mali est plus élaboré.

99Les pièces principales sont la barre de section carrée sur laquelle s’enroule la bande tissée, la tige en fer qui sert à la bloquer, l’ensemble peigne-poids la poulie et son « support » et les fils préparés qui serviront à séparer les fils de chaîne pour le passage de la navette. Ce matériel est facile à transporter. Il suffira de tailler quelques branches pour monter son métier. Il existe enfin de belles sangles tissées.

100Les teintures : les teinturières emploient surtout l’indigo. Les « malahfa » (voile des femmes) les plus belles, sont si fortement teintées qu’elles paraissent moirées. Les femmes les sortent les jours de fête. Les femmes du Fleuve et les hommes aussi, portent des boubous splendides de tous les tons de bleus avec des motifs décoratifs divers : les uns sont géométriques, les autres ressemblent à des soleils. Les teinturières possèdent un matériel avec un morceau de coquillage des otolites ou des os de mouton pour en faire des parures.

101Dans un tout autre ordre d’idée les femmes colorent les fruits du « Balanites aegyptiaca » « tūgga » pour jouer au krūr, et l’on fait des poupées avec un os de mouton planté dans un petit coussin et vêtu d’un voile, la tête ornée de petites perles.

102J’allais oublier de citer le travail de la pierre ; cet artisanat est très réduit mais à Kiffa on taille une pierre tendre pour en faire des coupes et des cendriers. On trouve des meules souvent néolithiques et des petits encriers de pierre. Toute cette faitaisie et ces inventions font des marchés mauritaniens une mine de trouvailles les plus surprenantes.

  • 3 SNIM : Société nationale industrielle et minière.

103Suivre les modes des parures est un plaisir charmant : en ce moment la mode est aux chapelets féminins faits de l’enfilage de petites perles rouges foncées, genre « grenat », de petites agates et de cornalines séparées par de minuscules perles d’or ou d’argent dont l’une à intervalle régulier est une sorte de petit trèfle fait de trois perles. Et, l’année dernière, le marché a fleuri de bagues de forme que l’on nomme en Europe « marquise », faites d’une petite barque d’or ou d’argent doré sertissant deux perles, l’une verte et l’autre marron (en agate) entourées de petites perles d’or ; cette bague se nommait SNIM3.

104Et naissent, vivent et meurent les modes.

TECHNIQUES ET SYMBOLES

  • 4 Voir bibliographie.

105En évoquant toutes ces formes et ces couleurs l’on ne peut oublier les techniques. Jean Gabus en a beaucoup parlé4. L’atelier du forgeron est bien simple. Il lui faut une natte ou un iliwiš (tapis de prière et de selle) pour s’asseoir, un trou pour ses braises, son soufflet en outres, son herminette et ses outils, enclume, fer à souder, pinces, marteau, limes, petit étau, creusets, un coffre pour les ranger, sans oublier sa petite balance et une coupe pour recueillir les fils d’argent modelés prêts à être incrustés. L’artisan frabrique encore ses outils malgré une grande importation et les plus anciens gardent précieusement des burins d’une grande finesse permettant une gravure très parfaite de l’argent ou de cuivre.

106Seules les coopératives ont un appareil à faire les fils d’or ou d’argent. Les forgerons utilisent encore une plaque de fer trouée et ils étirent patiemment le fil avec une pince le passant successivement du trou le plus gros au trou le plus fin.

107L’atelier de la cordonnière « mεallam », féminin de « mεallam » artisan est aussi simple. Seule sa grande planche de travail ne peut se ranger dans un coffre (la cantine va remédier à cela), mais elle y place ses extrêmement simple : un chaudron, du fil pour coudre et nouer le tissu, un bâton pour remuer et sortir le tissu, un fil tendu pour le faire sécher, deux battoirs, son petit tabouret de bois et enfin ses teintures. Elles possèdent aussi des couvercles ou des assiettes pour tracer les ronds et des formes de bois sculptées pour faire des « caches » à la cire. A part l’indigo, les teinturières utilisent de la noix de cola qui colore en un beau beige doré. Ces teintures sont naturelles, mais maintenant l’on trouve sur le marché toutes sortes de couleurs synthétiques, des plus beaux verts aux plus somptueux violets et, sur leurs étalages, les femmes proposent des tubes de couleurs venant d’Europe (même de Dordogne en France). La teinture indigo est malgré tout la plus appréciée. On lui accorde beaucoup de vertus : protection contre le froid, nourriture et douceur de la peau ; les femmes font de véritables cures de « nila » et les hommes ne sont pas en reste avec leur « aouli », turban bleu noir. Et, lorsqu’enfin le vêtement a été cousu, des brodeurs patients en décorent la poche, le tour du cou descendant parfois largement dans le dos.

108Il reste maintenant le petit artisanat étonnant de poésie qui utilise la paille de graminées, les pâtes odorantes, les pierres semi-précieuses, les pâtes de verre, les os et même les matières plastiques. C’est tout un monde étonnant de fantaisie. Il y a les colliers de paille tissée qui sont parfumés, les colliers de pâtes odorantes aux minuscules perles rouge foncé, les colliers de clous de girofle.

109Les femmes taillent et polissent des perles dans le jaspe de l’Adrar et font et défont les modes des parures. D’autres femmes fabriquent des perles en pâtes de verre avec des techniques qui rappellent beaucoup celles de l’émail et demandent une patience infinie ; la perlière de Oualata a mauvais caractère, elle craint le moindre souffle d’air sur son petit fourneau où cuisent ses perles. Les perlières de Kiffa fabriquent encore les perles que Mauny a décrites si minutieusement ; d’autres femmes polissent des agates frottant inlassablement leurs perles sur une meule. Et toutes composent des colliers de plus ou moins grande valeur. La mode, actuellement, consiste à donner de la valeur à un collier en glissant à des endroits bien définis des morceaux de perles anciennes de grande valeur. Mais parler des perles serait sans fin.

110Il y a aussi les coquillages qui sont taillés, polis, gravés et qui s’insèrent dans de nombreuses parures : colliers, bracelets, parures de chevelure.

111Enfin, il y a actuellement des femmes qui se lancent dans la grande fabrication des perles de plastique imitant les perles des colliers traditionnels. Elles utilisent aussi bien la sandale de plastique que les vieux crayons à bille, les débris de pots à eau, et roulent avec patience des petites perles sur leur fourneaux (la récupération de plastique se fait aussi pour les coupes ; l’on trouve sur le marché des coupes faites d’un demi flotteur trouvé sur la plage, que l’on a eu le souci de décorer à la manière des coupes de bois).

112Cinquante siècles séparent ces femmes de celles qui taillaient soigneusement des petites perles dans la coquille d’un œuf d’autruche, ou perçaient poinçons, ses couteaux, ses grosses aiguilles, ses plumes de roseau taillé et ses alènes. Elle y met aussi son polissoir néolithique, on doigtier de cuir et ses coquillages pour les couleurs. Autrefois les couleurs étaient naturelles, elles sont maintenant de plus en plus souvent remplacées par des encres scolaires ou des poudres d’importation. Les techniques de fabrication des encres étaient diverses, suivant les matériaux employés. On faisait brûler de l’étoupe végétale pour faire une encre jaune. Le charbon de l’acacia blanc ou faux gommier « talh » (Acacia raddiana) était très apprécié.

113ǝl-wǝnkǝl est une sorte d’argile jaunâtre abondante dans le Trarza : délayée elle donne de l’encre rouge, brûlée, de l’encre noire. Le noir est aussi à base d’oxyde de fer, le rouge peut encore être obtenu avec l’écorce de petit mil broyé ou de la poudre d’une pierre friable. La gomme entre souvent dans la composition des encres. Les pousses vertes de « ātil » (Maerua crassifolia), de « talh », de « tamat » et même des prosopis donnent une bonne encre verte, le bleu vient de l’indigo ; quant au violet c’est simplement l’encre scolaire.

114Si l’on veut du blanc, le lait de chamelle caillée blanchit les peaux et pour dessiner sur les coussins ou les « tāsufra » l’on se sert de « qalam » taillés dans une nervure de feuille de palmier ou dans une tige de graminées, et de petits pinceaux.

115Le travail de la cordonnière est très long. Il a fallu tanner la peau (avec les feuilles de tamāt (Acacia ehrenbergiana) et les gousses de gonakier « amūr ») la racler, l’amincir ; puis la forme du coussin préparée, il faut tracer le dessin à la pointe sèche, pour une géométrie équilibrée avant de dessiner les motifs et de les emplir de couleurs - les espaces laissés libres peuvent être gauffrés ou aménagés avec des petites motifs indépendants -. Les lanières, ou franges, sont peintes mais aussi gravées. Avec une lame extrêmement fine la cordonnière incise le cuir formant souvent des petits damiers ; les parures des bagages féminins sont souvent décorées ainsi et la cordonnière se souvient encore des symboles qui se transmettent de mère en fille. L’atelier du tisserand a déjà été décrit comme celui de la teinturière. Quant aux potières, elles n’utilisent pas de tour.

  • 5 * Voir bibliographie.

116Pour revenir aux symboles, Jean Gabus, Mauny, Leriche, Monod en ont parlé*5. Ils existent toujours ; on retrouve encore sur les coussins, la faîtière et les mâts de la tente, le scorpion, ou la tique du chameau, et surtout l’urine de chameau signe de fécondité que l’on retrouve partout : sur les chevillères, les coffrets d’ébène et d’argent, les bracelets, les coussins.

117Ces signes nous les retrouvons encore sur les tapis de laine dont la création est très récente. L’atelier de tissage des tapis a été créé peu de temps après l’Indépendance de la Mauritanie pour permettre aux femmes une participation à l’économie du pays. De cette initiative est parti le slogan de la libération de la femme par le travail. Et effectivement le Centre artisanal du tapis a vite pris une envergure telle que les problèmes d’importation de laine, de teinture et de formation se sont posés, mais de cet atelier sont sortis de belles pièces. Les plus beaux tapis sans doute sont de laine naturelle, blanche, beige ou brune ; les motifs tissés ont été relevés pratiquement tous dans l’ouvrage « Au Sahara Art et Symboles » et les noms des tapis évoquent les villes de Mauritanie. Il y a particulièrement un très beau semis de motifs bruns sur fond blanc dit Oualata. La qualité varie suivant le nombre de points au mètre carré.

118Actuellement l’Office du tapis est un centre de formation tandis que les femmes se sont groupées en pré-coopératives et ces tapis remportent un énorme succès dans les foires internationales ; ils permettent des cadeaux importants aux visiteurs de marque. Ils sont doux aux pieds nus et reposant à l’œil.

119A côté de ces tapis de grande qualité il se fabrique à Atar des tapis plus petits que l’on peut situer entre la couverture et le tapis, pour son point noué. Et à Boutilimit les femmes fabriquent une sorte de tapis tissé en poil de chèvres et de chameaux, un peu rèche et sec. Elles utilisent les même techniques que les bandes de tissage de la tente. Actuellement une recherche est fait au niveau des services de l’artisanat pour améliorer cette technique, et permettre une plus grande production.

L’ARTISANAT D’AUJOURD’HUI

120Autrefois le forgeron était attaché à son village ou à son campement, il faisait partie de cette société qui évolue maintenant et qui regroupait autour du chef de village, ou du chef du campement, artisans, marabouts, griots, serviteurs, bergers etc. Le forgeron fabriquait les objet nécessaires à la vie de chaque jour, les parures des femmes, les fers à marquer les animaux et les cadeaux. Un certain mystère entourait son atelier et le fait de travailler le fer le faisait craindre. Maintenant les forgerons ont pris une certaine indépendance. Les uns sont installés à leur compte, souvent par famille, d’autres se sont regroupés en coopératives. Un récent article paru dans « Chaab » du 31 janvier 1977 intitulé « Défendre l’Economie et promouvoir l’artisanat, tels sont les objectifs du syndicat national des artisans » traite des problèmes de l’artisanat et de son insertion dans une économie moderne.

121Je cite :

122« Conformément à l’orientation du 4e congrès nos artisans ont exprimé leur volonté de contribuer à la réalisation de l’exigence d’indépendance économique. C’est ainsi qu’ils ont créé leur propre syndicat, le syndicat national des artisans de Mauritanie qui n’a jamais épargné un effort pour réaliser l’unité des artisans en coopératives dans le but de contribuer activement au décollage de l’économie nationale.

123Cette volonté a traduit on ne peut plus l’esprit qui préambule des statuts de ce syndicat... ».

124« Le syndicat des artisans s’assigne comme premier objectif « la défense de l’économie nationale et le développement de l’artisanat conformément aux exigences de l’époque et aux intérêts de l’artisan qui doit jouir de ce développement pour s’épanouir et pour surmonter ses problèmes économiques et sociaux ».

125« C’est ainsi qu’à la suite de cet appel à l’organisation, plusieurs coopératives ont vu le jour à travers tout le pays.

126Parmi ces coopératives, nous nous contentons de citer à titre d’exemple : la coopérative de l’or et de l’argent de Nouakchott, celles de Rosso, de Boutilimit, d’Aleg, de Méderdra, de Magta Lahjar, de Tidjikja, de Kaédi, de Kiffa, d’Atar, de Zouérate, d’Aïoun, de Néma, de Tichitt, de Sélibaby, de Mongol et de Loubeïrid... ».

127« Comme nous l’a dit le secrétaire général du Syndicat des Artisans de Mauritanie, le nombre des artisans de notre pays est évalué à 48 000 donc le secteur occupe un très grand nombre de jeunes »...

128Puis, l’auteur de l’article parle de l’importance du soutien de l’Etat pour l’acquisition des matières premières et l’écoulement des produits terminés. Il cite enfin les difficultés qui risquent de faire disparaître cet artisanat « dont les principaux sont :

  • « le retard des moyens de production.
  • « la non réussite de l’expérience des coopératives des artisans.
  • « le manque de politique de formation » et un manque d’orientation dans le choix des produits à encourager.

129Il existe aujourd’hui au ministère de la Planification, une Direction de l’Artisanat avec une division des coopératives artisanales. Cette direction a entrepris le recensement des artisans. Il y a actuellement en Mauritanie 48 000 artisans pour toutes les ethnies dont 16 800 forgerons et bijoutiers et 32 000 femmes qui travaillent dans tous les secteurs féminins de l’artisanat. 50 % de ces artisans vivent en milieu nomade et 2 % des artisans sédentaires sont bijoutiers. La plupart des groupements coopératifs de Mauritanie ont des représentants à Nouakchott.

130Sous la tutelle du même ministère, il y a l’OMA (Office Mauritanien de l’Artisanat) qui se charge de la commercialisation des objets artisanaux et des tapis ; il devrait pouvoir fournir les matières premières et le fait actuellement pour la fabrication des tapis. Enfin, un service des Foires et Expositions rattaché aussi au Plan, mais au cabinet du Ministre se charge des expositions dans les foires internationales en relation étroite avec l’OMA qui fait appel aux artisans. La boutique de l’artisanat de Nouakchott est un relai de l’OMA. Enfin, le Centre de formation de l’Artisanat du Tapis est rattaché à la Direction de l’Artisanat. Les prix sont très variables suivant des barêmes fixés par l’OMA en collaboration avec les artisans, mais les forgerons sont souvent peu réalistes. L’expérience remarquable de la foire nationale de 1975 n’a peut-être pas rapporté aux artisans ce qu’ils méritaient, leurs productions très intéressantes étaient très chères.

131Voici quelques chiffres permettant de situer l’artisanat dans l’économie du pays :

  • Pourcentage de la population active totale : 9,1 %,
  • 29 coopératives artisanales avec 443 hommes et 634 femmes y compris les femmes du tapis),
  • 4 groupements de tapis : Nouakchott, Atar, Boutilimit,
  • 1 groupement à Tidjikja,
  • 1 groupement à Néma,
  • Cote-part du produit intérieur brut au prix courant :
  • 614,4 millions d’Ouguiya (y compris la production non commercialisée dans le circuit monétaire),
  • Revenu annuel d’un artisan (supérieur au paysan) : 12 590 ouguiya par tête.

132Malgré ses difficultés, l’Artisanat mauritanien est encore très vivant et il ne tient qu’aux personnes qui s’y intéressent vraiment d’éviter sa dégradation. Je connais un jeune orfèvre de la coopérative des orfèvres d’or de Nouakchott dont le travail est aussi parfait que celui de son père et cela est encourageant.

POÉSIE DE L’ARTISANAT

133Enfin, tout autour de ces formes, de ces couleurs, de ces objets, de cette vie de chaque jour existent des comptines, des proverbes, des dictions, des petites poésies. Par exemple lorsque la femme bat son beurre dans une outre spéciale que l’on appelle la « šǝkwa » elle chantonne :

hada šǝnhu Qu’est-ce que cela ? ?
dik šǝkwa C’est une chakoua
mǝn šaddha Qui l’épousera ?
šaddha ǝlban L’épousera le lait
šǝεtāha En dot que lui donnera ?
ǝεtāha ǝzzǝbda Lui donnera la crème
ǝšẖallaw ? Qu’enfanterons-ils ?
ẖallāw dhǝn Ils enfanteront le beurre.

134J’ai déjà cité le dicton que l’on pouvait traduire : « les murs ont des oreilles » à propos de la natte et du faru.

135A propos du soufflet du forgeron l’on dit : « A celui qui s’installe près d’une mare vient la fraîcheur ; à celui qui s’installe près d’un soufflet vient la chaleur » :

∂lli jāw∂r ḍāya ijīh ∂brūdha
w∂lli jāw∂r hānūt ijīh ∂dfāh

136Toujours chez l’artisan et chez la cordonnière l’on dit :

« ∂lli ∂εtāk ∂bra idawr m∂hy∂t »
« qui donne une aiguille demande une alène ».

137Mokhtar Ould Hamidoun note la comptine ancienne qui évaluait une poulie de puits à 3 mudd de mil (le mudd valant 2 kg) et cite le proverbe : « autant de gorges (pour la poulie) autant de mudd ».

138Malgré tout le confort du palanquin ou du harnachement des chameaux les voyageurs doivent être bien maltraités dans ces voyages pour qu’un proverbe dise :

« ahṣar m∂n labn ∂rḥīl »
« plus tourné que le lait secoué pendant le voyage ».

139Et lorsque l’on parle d’une famille extrêmement pauvre, on la compare au berger qui conduit son troupeau avec le minimum de matériel soit unique bol :

« aεzīb ∂blā gdaḥ : qui n’a pas une coupe ».

140Il existe dans les comptines des enfants des allusions à l’or, à l’argent (le lézard par exemple mi-or, mi-argent).

141Le mât de la tente inspire un proverbe :

« alli sār∂ṭ arkīza mā ik∂rsaε »,
« celui qui a avalé un mât ne s’accroupit pas ».

142Chaque région, chaque village a sa traduction poétique, comme sa tradition artisanale et l’on rêve d’un recueil de ces comptines, de ces berceuses, de ces dictons nés de la sagesse populaire.

  • 6 Traduction M. Lenoble, Dictionnaire des oiseaux (Centre culturel Saint-Exupéry), Panorama, n" 13, (...)

« εaysa raẖma bambīni
dagg∂tni š∂wka f-∂r-r∂kba
mā yaglaεha kūn
∂nti walla ām∂ngaš »
« Un grand bec
Aïcha vautour, à califourchon porte-moi
Dans mon genou une épine s’est plantée
Rien ne peut l’ôter que toi...
ou une « désépinette »6 !

143Devinette : aẖrayza f∂-brayza : une petite perle dans une petite terre ?... un puits.

144Les formes et les couleurs, les outils et les techniques, les symboles et les matières premières de l’artisanat mauritanien font chanter ce pays austère, dans les villes, les villages, dans les campements, dans la plus humble case et la plus modeste tente. Mais on ne voit pas toujours cet art parce que l’on ne sait pas toujours regarder les choses les plus simples.

BIBLIOGRAPHIE

TRANSCRIPTION EMPLOYÉE

TRANSCRIPTION EMPLOYÉE

145le nom des villes suit l’usage courant.

Bibliographie

Abande (A.). — « Enquête sur les jeux de l’Ouest Africain », Notes Africaines, n° 54, avril 1952.

Anthonioz. — « Les Imragen, pêcheurs nomades de Mauritanie », IFAN, Sciences humaines, t. XXX, n° 2, 1968.

« Art du cuir en Mauritanie ». — Panorama spécial, n° 18, Nouakchott, Centre culturel Saint-Exupéry, 1973.

Balandier (G.) et Mercier (P.). — « Les outils du forgeron maure », Notes africaines, n° 33, janvier 1947.

Béart Ch. — « Jeux et jouets de l’Ouest Africain », Mémoire de l’IFAN, Dakar, 1955.

Bracher. — « A quoi jouent les enfants en Mauritanie » ? MIFERMA Informations, XIV, juillet 1968.

Brosset Diégo. — Sahara. Ed du Maghreb Casablanca 1935. Réédité sous le titre Un homme sans l’Occident - Ed. de Minuit, Paris. Cabrol. — « Populations peuples et Sarakholées de la subdivision de Mbout ». Notes Africaines, n° 81, janvier 1957.

Delarozière (M.F.). — Formes et couleurs en Mauritanie, Nouakchott, SNPE, 1976.

Dubié (P.). — « La vie matérielle des Maures ». Mélanges ethnologiques 23, IFAN, 1953.

Duchemin (G.). — « A propos des décorations murales de Oualata », IFAN, XII, n° 4, 1950.

Haftendorn. — Etude sectorielle sur l’artisanat traditionnel, Nouakchott, Direction de l’artisanat, 1975.

Gabus. — Initiation au désert, F. Rouge et Cie, Lausanne, 1954.

Gabus. — Au Sahara, Arts et symboles, Ed. de la Baconnière, Neuchâtel, 1958.

Gabus. — Les sources magico-religieuses de l’Art maure, Neuchâtel, Musée ethnographique, 1951.

Gabus. — Au Sahara les hommes et leurs outils, La Baconnière, Neuchâtel, 1955.

Gardi. — Artisans africains, Buchler et Cie, Berne, 1970.

Jacques-Meunié (D.). — Cités anciennes en Mauritanie, Provinces du Tagant et du Hodh, Klincksieck, Paris, 1961. Laforgue. — « Le damasquinage et l’incrustation des bijoux maures ». Bulletin de la Société Géographique et Archéologique, Oran, avril 1928.

Leriche. — « De l’origine du thé en RIM », IFAN, XIII, 3, 1951.

Mauny (R.). — « Fabrication des perles de verre en Mauritanie ». Notes Africaines, n° 44, 1949.

Mauny (R.). — « Perles de cornaline modernes fabriquées en Allemagne pour l’exportation en Afrique Occidentale ». Notes Africaines, n° 47, juillet 1950.

Mauny (R.). — « Une énigme non résolue : origine et symbole de la croix d’Agadès », Notes Africaines, n° 63, juillet 1954.

Mauny (R.). — « Essai sur l’histoire des métaux », IFAN, XIV, n° 2.

Mercier. — « Motifs de décoration des bijoux à Boutilimit », Notes Africaines, n° 36, octobre 1947.

Mokhtar Ould Hamidoun. — Précis sur la Mauritanie, Etudes mauritaniennes, n° 4, IFAN, 1952.

Monod (Th.). — « Lapis Lazulis en Mauritanie », Notes Africaines, n° 119, juillet 1968.

Monod (Th.). — « Autour du bâtonnet brosse à dents », Notes Africaines, n° 60, octobre 1963.

Monod (Th.). — « A propos de l’origine de la théière maure », Notes Africaines, n° 97.

Monod (Th.). — « Notes sur le harnachement chamelier », IFAN, B, t. XXIX, 12 janvier, avril 1967.

Monod (Th.). — « Sur quelques jeux africains à quadrillage », Notes Africaines, n° 45, janvier 1950.

Monod et Villiers. — « Sur quelques articles du marché d’Atar », Notes Africaines, 1948.

Monteil (V.). — « Essai sur le chameau au Sahara Occidental », IFAN, Etudes mauritaniennes, n° 2, 1952.

Nicolas. — « A propos de la date d’introduction du thé en Mauritanie », IFAN, t. XIV, 2, 1957.

Panorama des ouvrages recueillis par la bibliothèque sur la Mauritanie, décembre 1976. Centre culturel Saint-Exupéry.

Pelletier (F. X.). — Passé, présent et avenir des Imragen, Barikallah, 1974.

Puigaudeau (O. de). — « Contribution à l’étude du symbolisme dans le décor mural et l’artisanat de Walata », IFAN, Sciences humaines, t. XIX, n° 1, 1957.

Notes

2 ...« Et nous avons fait descendre le fer qui contient danger terrible et utilité pour les Hommes » - Sourate LVII, verset 25, Coran - Traduction Blachère. Ed. Maisonneuve et Larose, p. 579, 1966.

3 SNIM : Société nationale industrielle et minière.

5 * Voir bibliographie.

6 Traduction M. Lenoble, Dictionnaire des oiseaux (Centre culturel Saint-Exupéry), Panorama, n" 13, Nouakchott, 1968.

Notes de fin

1 Centre culturel Saint-Exupéry B.P. 225, Nouakchott, (Mauritanie).

4 Voir bibliographie.

Table des illustrations

Légende Figure 1
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1231/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Légende Figure 2
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1231/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Figure 3
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1231/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Légende Figure 4
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1231/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 177k
Légende Figure 5
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1231/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Figure 6
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1231/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 227k
Légende Figure 7
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1231/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Légende Figure 8
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1231/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 193k
Légende Figure 9
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1231/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Légende Figure 10
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1231/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Figure 11
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1231/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Figure 12
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1231/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre TRANSCRIPTION EMPLOYÉE
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1231/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 41k

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540