Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à la Mauritanie

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes
, 
Centre d’étude d’Afrique noire

Les socio-culturels

L’espace et l’homme mauritaniens

Jean Arnaud

Texte intégral

INTRODUCTION

1« Confiant dans la toute-puissance de Dieu, le peuple mauritanien proclame sa volonté de garantir l’intégrité de son territoire et d’assurer sa libre évolution politique, économique et sociale ». Ainsi débute le préambule de la première constitution mauritanienne, promulguée le 22 mars 1959.

2Devenue indépendante le 28 novembre 1960, comme les autres Etats de l’ancienne Afrique Occidentale Française, la Mauritanie eut à défendre la légitimité de son existence nationale face aux revendications marocaines qui retardèrent l’admission du nouvel Etat à l’ONU jusqu’à la 16e session de l’Assemblée Générale en 1961.

3Le 26 février 1976, à la suite de l’accord tripartite hispano-maroco-mauritanien, la Mauritanie estimait avoir recouvré la totalité des territoires relevant de sa souveraineté, en intégrant les provinces sahariennes du Tiris El Gharbiya (cf. carte).

4La contestation interne ou externe de cet accord entraîna une série de conflits qui suscitent inquiétude et insécurité en attendant les conclusions de problématiques arbitrages internationaux.

5Quoi qu’il en soit, la République Islamique de Mauritanie présente donc les caractéristiques d’un Etat au regard du droit international. Son régime politique est régi par la Constitution du 20 mai 1961 (Loi n° 61-095), modifiant celle du 22 mars 1959 (jugée trop proche du « modèle français »). Quelques rectifications sont intervenues depuis (24 avril 1964, 12 février 1965, 12 juillet 1966) ; un préambule et 60 articles répartis sous neuf titres précisent les principes fondamentaux et les principales institutions du pays. Trois options majeures se dégagent des textes et des faits vécus depuis les douze premières années de l’Etat : d’abord, la religion musulmane constitue l’une des bases de la nation ; ensuite la Mauritanie se veut un Etat démocratique moderne, reconnaissant « la déclaration des Droits de l’Homme de 1789 et la Déclaration Universelle du 10 décembre 1948 » (préambule de la Constitution), donc la souveraineté du peuple, qui l’exerce par ses représentants et par la voie du référendum (Art. 7) ; enfin sa constitution est fortement unitaire faisant du Président de la République la pièce maîtresse du gouvernement (Titre II) et du Parti du Peuple Mauritanien le parti unique et l’animateur de la vie politique (Art. 9). Ainsi se trouve rejetée la multiplicité des partis « qui ne répond pas à nos objectifs qui sont essentiellement la construction d’une unité nationale solide et la lutte contre le sous développement ».

6Cette déclaration du Secrétaire Général du Parti Congrès ordinaire du Parti du Peuple Mauritanien de juin 1966 exprime avec la lucidité habituelle du Président Moktar Ould Daddah, les deux grands problèmes que doit résoudre le jeune Etat mauritanien : construire l’unité nationale, engager le pays dans la voie du développement.

7Est-ce à dire que l’Etat né en 1960 est une création purement artificielle, issue d’un simple épisode de la récente histoire coloniale ou du caprice de quelque fonctionnaire de l’administration ?

8Certes, dans sa forme institutionnelle et dans ses frontières précises actuelles, la Mauritanie, comme tous les Etats africains, est tributaire de la colonisation, et elle ne peut récuser cet héritage de son histoire.

9Cependant, l’espace mauritanien regroupe une population que l’histoire et la vie économique ont contribué à distinguer des peuplements voisins dont elle partage pourtant les racines ethniques. Sans prétendre retrouver dans la genèse de l’Etat mauritanien des étapes identiques à celles que suivirent les vieux Etats européens ou asiatiques, il est tout de même possible d’observer la lente maturation d’une « nation mauritanienne » bien avant la colonisation. Ce terme de nation peut en effet s’appliquer à l’ensemble maure, noyau de la Mauritanie qui lui doit sa dénomination : il faut l’entendre avec des nuances, au sens où il s’employait autrefois pour désigner des groupes de populations qui avaient conscience de partager terroirs, langue, religion, culture, manière de vivre et de penser : on parlait ainsi de la « nation lorraine » ou de la « nation française », plus récemment de la « nation indienne » de la « nation arabe ». Les conditions géographiques propres à la Mauritanie ont permis l’élaboration d’une authentique « nation maure » dont la domination s’étendit sur des régions négro-africaines plus ou moins parfaitement ou imparfaitement intégrées.

10Pour essayer de suivre la genèse de l’Etat mauritanien, il convient d’observer d’abord l’espace où il exerce sa souveraineté : le climat en effet, et à un moindre degré la structure et le relief de ce pays ont pesé et pèsent encore d’un poids décisif dans les destinées de la Mauritanie.

11Mais si elle dépend en grande partie de la situation et des conditions physiques du territoire, la mise en place du peuplement mauritanien, tel qu’il s’observe aujourd’hui fut aussi déterminée par l’expansion de l’Islam dans le Nord-Ouest africain : les Mauritaniens dès lors n’ont cessé d’être concernés par les heurs et malheurs de ce qu’il est convenu d’appeler le « monde musulman ».

12Malgré tout, la mise en valeur de l’espace mauritanien a forgé un type d’homme particulier, adapté ou écrasé par le poids d’un climat particulièrement ardu ; aujourd’hui encore, la plus grande partie des Mauritaniens en subissent la dictature à l’instar de leurs ancêtres.

Croquis physique de la Mauritanie

Croquis physique de la Mauritanie

Températures et humidité

Températures et humidité

13Pourtant les techniques modernes et la valorisation des nouvelles ressources minérales qu’elles suscitent et consomment ont commencé à bousculer le difficile équilibre socio-économique traditionnel ; la mise en œuvre de ces techniques et de ces ressources représente l’une des bases privilégiées de l’Etat.

14Mais, là encore, l’aridité du climat constitue un lourd handicap qui pèse sur l’avenir d’un Etat dont le développement et peut-être la survie sont liés à l’exploitation de nouvelles sources d’eau, autant et même plus qu’à ses options idéologiques et politiques.

I. — L’ESPACE MAURITANIEN

15Comprise entre les 15e et 27e degrés de latitude nord et les 5e et 17e degrés de longitude ouest, la République Islamique de Mauritanie occupe, dans l’ouest africain, un territoire d’environ 1 100 000 km²(1).

  • 1 1 030 700 km2 avant la « Réunification », qui, le 26/2/76, rattache près de 90 000 km² du Rio de O (...)

16Largement ouverte sur l’Atlantique à l’ouest, elle est séparée de la République du Sénégal, au sud-ouest, par le cours inférieur du fleuve Sénégal. Le reste de ses frontières est purement conventionnel ; comme le laisse pressentir leur tracé rectiligne : au sud-est et à l’est se situe le Mah, au nord-est l’Algérie et au nord-ouest la frontière en escalier de la Seguiet el Hamra et de la partie Nord du Rio de Oro rattachés au Maroc1.

17La plus grande partie de la Mauritanie appartient donc à l’aire climatique du Sahara occidental ; ce n’est qu’en abordant le tiers méridional du pays que le désert s’atténue, faisant place progressivement à une zone de nuance tropicale encore peu humide, dont les modestes ressources agricoles proviennent des crues et alluvions des oueds ou du fleuve frontalier, plus que des cultures sous pluie. Dès l’abord en effet, c’est bien l’aridité, au mieux la semi aridité, qui s’impose à l’observateur des paysages et de la vie de ce vaste pays.

18Ainsi convient-il d’évoquer les mécanismes du climat et d’en situer les régions avant d’étudier la structure et les reliefs de la Mauritanie.

1. CLIMATS

19Le climat mauritanien est en dépendance quasi absolue de la situation du pays en latitude : il répond en effet au jeu des cellules de hautes pressions subtropicales, plus ou moins renforcées, décalées ou même localement effacées selon les saisons.

20Si la plus grande partie du pays reste constamment concernée par les flux d’air subtropical de l’hémisphère nord, les émissions d’air subtropical de l’hémisphère sud intéressent, pendant l’été, le tiers méridional de la Mauritanie où s’établit un front intertropical générateur de précipitations.

  • 2 Voir croquis du mécanisme climatique in « La Mauritanie, aperçus historique, géographique et socio (...)

21La bordure atlantique n’apporte que des modifications mineures à ce schéma que ne corrige guère un relief peu conséquent ; ces modifications modestes n’en revêtent pas moins une certaine importance économique2.

A. Mécanisme

a) Un climat sec...

22La Mauritanie est presque entièrement incluse à l’intérieur de la ceinture aride subtropicale de l’hémisphère nord. Située à l’ouest du continent africain, traversée dans sa partie septentrionale par le Tropique du Cancer, elle est donc balayée par le flux des alizés boréaux, émis en direction des basses pressions équatoriales par les centres de hautes pressions subtropicales d’origine dynamique. La force de Coriolis, qui dévie les mobiles vers leur droite dans l’hémisphère nord (et vers leur gauche dans l’hémisphère sud), donne à ce flux une direction nord-est — sud-ouest en Mauritanie ; l’alizé boréal est donc, normalement, un vent d’origine continentale qui souffle en direction de la mer.

23Ce vent en effet, sec de par son origine, est d’autant plus desséchant sur son parcours que la chaleur, sous ces latitudes de forte insolation, est plus grande : la capacité d’absorption d’humidité de l’air atmosphérique augmente avec la température ; ne traversant aucune surmaritime, lacustre ou végétale, l’alizé continental ne peut qu’accuser son déficit hygrométrique, et l’humidité relative est particulièrement basse dans l’ensemble du pays. Cette situation s’aggrave encore lorsque la disposition du centre des hautes pressions sahariennes, en hiver boréal, est telle que l’alizé du nord-est tourne parfois à un fort vent de plein est, l’Harmattan, violent et brûlant, plus sec encore et qui brasse les sables.

b) ... peu sensible à l’Atlantique...

24L’influence de l’Atlantique, dans ce contexte, est très réduite ; limitée à une étroite bande littorale, elle est contrecarrée par le courant marin froid des Canaries au large des côtes (refroidi par ce courant, l’air atlantique, quand il parvient à aborder le littoral chaud, creuse d’autant plus vite son déficit hygrométrique qu’il se réchauffe davantage). Malgré tout, la présence de l’Océan se manifeste en fin d’après-midi, sur la frange côtière, par des brises de mer rafraîchissantes, une amplitude thermique moins forte et d’importantes rosées nocturnes. Cette atténuation du caractère désertique a influencé l’histoire de la Mauritanie en ménageant une zone de passage moins difficile à travers le Sahara ; elle joue encore un rôle considérable dans le choix de sites urbains modernes bénéficiant de conditions climatiques plus favorables, sans parler du ravitaillement en eau douce rendu possible par les techniques de dessalinisation de l’eau de mer.

25En outre, le nord-ouest du pays est parfois atteint par un alizé maritime émis par la cellule de hautes pressions atlantiques centrée sur les Açores. Réchauffé en abordant le continent, ce vent, s’il adoucit bien les températures, n’apporte donc pas pour autant de précipitations et accentue encore, dans la partie nord-ouest surtout, le caractère venteux de l’ensemble du pays.

c) ... avec une petite saison de pluies estivales, au sud

26Pendant une courte période, et dans la partie méridionale du pays seulement, on assiste à un renversement de cette situation climatique prédominante. Ce changement est lié au mouvement de translation de la terre inclinée sur l’axe des pôles : dans son déplacement apparent vers le tropique nord, le soleil entraîne dans l’hémisphère boréal la zone des basses pressions thermiques où convergent les alizés nord et sud, zone normalement située vers l’équateur (6° de latitude nord en janvier). Ainsi décalé vers le nord (21° de latitude nord en août), d’autant plus que l’hémisphère boréal est plus continental que l’hémisphère austral, l’ « équateur thermique » attire les alizés sud, tandis que le surcroît d’insolation atténue les hautes pressions sahariennes. Cette situation et la configuration du continent africain provoquent, dans l’Ouest Africain, un effet de mousson humide à l’occasion du solstice d’été boréal : en franchissant l’équateur géographique vers l’équateur thermique, les alizés sud sont détournés vers leur droite par la force de Coriolis ; ils prennent dès lors une direction sud-ouest - nord-est, de la mer vers l’intérieur des terres.

27Chargés d’humidité de par leur origine océanique, ils affrontent donc, sur le continent, les alizés secs et atténués du nord, sur une ligne axée en gros est-sud-est, ouest-nord-ouest, et qui progresse vers le tropique puis régresse vers l’équateur avec le soleil (il y a cependant un décalage dans le temps dû aux délais d’échauffement ou de refroidissement des surfaces affectées par l’insolation). Le long du « front intertropical » (FIT) ainsi réalisé naissent des grains, qui assurent au Sud-Mauritanien une saison des pluies pendant l’été boréal. Quelques pluies d’hiver tombent parfois lorsqu’une langue d’air pôlaire s’infiltre à travers le barrage des Hautes Pressions Subtropicales.

  • 3 Cf. Ch. Toupet, La sédentarisation des nomades en Mauritanie Centrale Saharienne. Thèse d’Etat, Un (...)

28La quantité des précipitations et la durée de la saison humide, — improprement appelée « hivernage » parce qu’elle rappelait aux Européens quelque chose de leur hiver —, diminuent évidemment quand on se dirige vers le nord : d’une part la masse atmosphérique se décharge progressivement de son humidité au fur et à mesure qu’elle s’éloigne du Golfe de Guinée ; d’autre part « la mousson guinéenne » ne peut évidemment pas dépasser la situation la plus septentrionale de l’équateur thermique et du front intertropical qu’il engendre (21° latitude nord)3. L’Extrême Sud-Mauritanien étant déjà à 15-16°, c’est dire combien la saison des pluies est brève, là où elle existe. La mousson estivale pénètre plus au nord, jusque vers Atar, au centre du pays ; les reliefs des « dhars », bien que modestes, provoquent en effet un surchauffement responsable de cette langue d’humidité.

B. Régions climatiques

29Ce mécanisme rend parfaitement compte du schéma climatique mauritanien, étagé en bandes transversales du nord au sud. On y observe deux grandes zones :

  • l’une, continuellement désertique, n’est pas atteinte par le flux de la mousson de Guinée ; elle est dite « saharienne » ;
  • l’autre, affectée par le front intertropical, échappe à la désertification grâce au flux de la mousson, poussée par les vents du sud en été ; elle est dite « tropicale » et se subdivise en deux parties, selon la plus ou moins grande quantité d’eau reçue durant la saison humide.

30Chacune de ces deux zones, désertique et tropicale, connaît une nuance océanique qui affecte une bande littorale large de quelques kilomètres ; on parle alors d’un climat « côtier ».

31a) La zone saharienne en Mauritanie est la partie sud-ouest de l’immense désert, le plus étendu et le plus absolu du monde, qui prend l’Afrique en écharpe sur une largeur de 2 000 km et de l’Atlantique à la Mer Rouge (6 000 km) ; il se prolonge d’ailleurs, au-delà de cette fosse tectonique submergée, dans le désert arabique.

32Les précipitations sont partout inférieures à 100 mm et très irrégulières. La sécheresse de l’air est accentuée par une forte évaporation due à l’intensité du rayonnement solaire que n’arrête aucune nébulosité : l’évaporation potentielle, dans l’est du pays, peut dépasser 6 m mais elle n’est plus que de 3 m à Nouadhibou (désertique côtier) ; l’humidité relative, qui peut descendre jusqu’à des moyennes inférieures à 10 % dans les régions de l’est, est trois fois plus forte sur le littoral désertique, où elle ne descend que rarement au-dessous de 40 % de moyenne mensuelle.

33Cette forte sécheresse de l’air se traduit par le contraste entre les très hautes températures diurnes, qui peuvent dépasser 50° sous abri dans l’est, et le refroidissement nocturne (0° ou même au-dessous) ; les amplitudes moyennes augmentent évidemment du littoral vers l’intérieur : de 7° à Nouadhibou, elle passe à 13° 4 à Idjil, 14° 6 à Atar à 300 km de la côte, etc. Mais les écarts quotidiens peuvent atteindre des chiffres plus considérables encore, même sur le littoral, ce qui est assez éprouvant pour l’organisme.

34La végétation permanente n’existe qu’autour des rares points d’eau, émergence des eaux captives emmagasinées dans les roches à d’autres époques et ayant parfois cheminé au long des siècles dans les filons de roches poreuses, ou nappes accumulées dans les alluvions des anciennes vallées recueillant le maigre ruissellement des faibles pluies d’immenses impluviums : là sont les sites des oasis, entretenues par l’homme.

35Au hasard des pluies épisodiques apparaissent des formations herbacées éphémères au cycle végétal accéléré « l’acheb ».

36Le long du littoral, l’humidité entretient une flore particulière d’euphorbes et de tamaris. Ailleurs, quelques graminées et acacias survivent le long des oueds ou dans les dépressions ; mais les oasis mauritaniennes restent très modestes au regard des belles palmeraies du Sahara Central dont les ressources en eaux captives sont plus considérables ; c’est là une conséquence de la disposition structurale du pays.

37La faune ne comporte guère que des insectes, arachnidés (scorpions), serpents et quelques petits carnivores (fennec, renard des sables) ou des herbivores très rapides (antilopes), gravitant autour des points d’eau. L’homme a introduit le dromadaire.

38La zone désertique ne comporte aucun cours d’eau permanent ; lors des rares pluies, l’écoulement des eaux de ruissellement suit les cours des oueds et s’accumule dans des dépressions intérieures où l’évaporation ne laisse bientôt subsister que les efflorescences des sels de décomposition.

  • 4 Cf. Ch. Toupet, « Etude du milieu physique du massif de l’Assala », IFAN, 1966, p. 136.

39Le désert est une zone hostile à l’occupation humaine : toute la vie est réglée par les points d’eau où sont établis les sédentaires et entre lesquels se déplacent les nomades qui se déroutent parfois en direction du « drinn », de l’acheb occasionnel. Le point d’eau peut être un puits plongeant dans une nappe phréatique peu profonde (oglat) ou un « bassin naturel creusé dans les roches au pied d’une rupture de pente ahmenté par source, par crue ou par sous-écoulement » ; c’est la « guelta »4.

40b) La zone tropicale recouvre tout le tiers restant du pays, au sud de l’isohiète 100 mm. Elle est marquée par l’alternance entre une saison sèche en hiver, qui présente les mêmes caractères atmosphériques que le climat désertique, et une saison humide en été. La saison humide ne dépasse pas trois mois et dure de moins en moins longtemps au fur et à mesure que l’on se rapproche du Tropique. Seul le petit triangle méridional du Guidi-maka reçoit plus de 500 mm d’eau (Selibaby, située à 15° 10’, reçoit 649 mm).

41Dans cette variété du climat tropical la plus humide (tropical « soudanien »), la formation végétale revêt l’aspect d’une savane arborée (herbes hautes à cycle annuel et gros arbres isolés ou en bouquets, parmi lesquels on remarque le caractéristique baobab). Cette formation, peut-être primitive, est plus probablement due à la dégradation par l’homme d’une forêt tropicale plus dense.

42Le reste de la zone tropicale, entre les isohiètes 500 et 100, constitue la variété « sahélienne » ; les arbres y deviennent de plus en plus rabougris en arbustes ; les plantes herbacées y sont de moins en moins hautes et s’espacent, laissant apparaître le sol. Les espèces végétales s’adaptent d’ailleurs à la longue sécheresse : herbes courtes, dures, épineuses et le « cram-cram » ; arbustes à petites feuilles et épines nombreux acacias, tels le prosopis et le « gommier » (acacia senegalensis).

43La faune ici est plus riche et comporte de grands animaux ; herbivores, tels les antilopes, phacochères et même quelques éléphants dans le Guidi-maka ; carnassiers, tels les chacals, hyènes et quelques lions et panthères dans le Guidimaka. Les oiseaux y sont fort nombreux, surtout près des lacs et marigots : on y observe nombre de variétés de sédentaires ou migrateurs, depuis le petit « mange mil » redouté des cultivateurs, jusqu’à l’outarde, l’un des plus gros oiseaux volants, et même l’autruche, de plus en plus rare, en passant par les pintades, canards, hérons...

44La quantité et la répartition des précipitations toutefois ne permettent pas d’assurer un réseau hydrographique permanent, ni même vraiment exoréique (exception faite du cours du fleuve Sénégal, apparemment du moins : cf infra). L’extension des surfaces planes, en outre, favorise l’imprégnation plus que le ruissellement, et l’évaporation intense prélève une bonne part des eaux de pluie. Aussi la zone tropicale présente-t-elle des caractéristiques hydrologiques proches de celles de la zone désertique, en Mauritanie ; tout au plus les points d’eau y sont-ils plus abondants et mieux approvisionnés.

45Le seul cours d’eau permanent, le Sénégal, est d’ailleurs allogène et sa présence entretient au sud du pays un milieu écologique que les seules ressources climatiques locales ne permettraient pas. Toutes proportions gardées, le Sénégal est à la Mauritanie ce que le Nil est à l’Egypte : du Nil en effet, il a l’origine et le rythme tropical, l’embouchure en delta, le long profil plat et les alluvions annuellement renouvelées et cultivables ; là malheureusement s’arrête la ressemblance, les débits n’étant pas comparables, encore moins la mise en valeur agricole ; le Sénégal en effet ne bénéficie pas du « ravitaillement » équatorial du Nil.

46Ce fleuve, le seul permanent au-delà du 13e parallèle, avec le Nil, débite en moyenne 650 m3/s à la frontière sénégalo-mauritanienne, à 15 m d’altitude et pourtant à quelques 800 km de son embouchure. Cette puissance, il la doit pour l’essentiel aux pluies tombées sur son bassin supérieur, au flanc nord du Fouta Djalon, aux confins guinéo-maliens.

  • 5 Cf. P. Chaperon, « Quatre années de sécheresse dans le Sahel », in La désertification au sud du Sa (...)

47A la période des crues (fin de l’été), il atteint de 2 500 à 6 000 m3/s à Bakel et alimente par des effluents de petits lacs, tels le Rkiz en Mauritanie ou le Guiers au Sénégal ; mais il ne dépasse guère 3 à 6 m3/s à l’étiage, (on peut, à ce propos, noter l’impropriété de ce terme dans la région climatique considérée). En fait, il n’est pas assez puissant pour atteindre la mer, et, en aval de Rosso, n’est permanent qu’en apparence ; son cours inférieur, en saison sèche, est envahi par l’eau de mer sur 220 km, et l’onde de marrée remonte parfois jusqu’à 500 km de l’embouchure ; navigable jusqu’à Bakel en hautes eaux, il doit à la mer de l’être encore jusqu’à Rosso en période sèche5.

48On perçoit alors les limites et les difficultés de son utilisation agricole, faute d’aménagements à peine ébauchés pour mettre en valeur la rive alluviale mauritanienne, la « Chemana » ; dessalinisation des terres irriguées, rétention des eaux douces de crues, etc.

49Tel quel pourtant, le fleuve assure, même à l’intérieur de la zone tropicale, la plus forte concentration humaine. Les 9/10 de la population mauritanienne en effet vivent au sud du 18e parallèle (passant par Nouakchott), sur 25 % du territoire national ; mais les plus fortes densités s’observent dans la Chemama où elles atteignent par endroits 35 habitants au km2.

50Les projets d’aménagement du fleuve Sénégal, dont certaines réalisations vont être mises en chantier incessamment, permettront à la fois une meilleure exploitation rurale (arrêt de la remontée des eaux salées, irrigation...), une navigation jusqu’à Kayes toute l’année, et la production d’énergie hydroélectrique.

51C’est dire que sans le fleuve, la Mauritanie échapperait à peine à la désertification intégrale. Seuls de puissants reliefs pourraient en effet corriger quelque peu les rigueurs de la continentalité et de la latitude ; mais la structure et la morphogénèse n’ont mis en place et laissé subsister que de très faibles accidents principalement subméridiens dont l’effet climatique se limite à la légère ondulation vers le nord des isohiètes, au centre du pays.

2. STRUCTURE ET RELIEFS

52Les formes du relief mauritanien sont en dépendance particulièrement étroite de la structure de la région.

53Affleurant plus ou moins largement, selon une direction subméridienne qui correspond au bombement anticlinal d’un plissement ancien, le socle est recouvert au nord par les sédiments du vaste synclinal de Tindouf, à l’est par ceux de l’immense cuvette de Taoudeni et son golfe de l’Aouker, et à l’ouest par les dépôts comblant une zone profondément effondrée à la faveur d’une série de failles longitudinales ou d’une forte flexure.

54Si les grands épisodes calédonien et, à un moindre degré, hercynien ont été très actifs en Mauritanie, par contre le mouvement alpin a buté contre ce môle de résistance que constitue le « bouclier » africain, sans entraîner de gros remaniements du matériel sédimentaire ; un réseau de fractures plus ou moins profondes affectent néanmoins le socle et la couverture dont les éléments ont parfois été charriés (cf. région d’Akjoujt).

55Au gré des oscillations climatiques et changements du niveau marin de la fin du tertiaire et quaternaire, les vastes surfaces structurales ou d’abrasion qui constituent l’essentiel de la morphologie mauritanienne ont été attaquées par l’érosion de cours d’eau sont les réseaux fossilisés sont encore perceptibles dans le paysage.

56Les sables remaniés par la déflation éolienne des périodes arides tapissent en larges plaques l’ensemble de ces surfaces.

57Ici plus qu’ailleurs, la connaissance du socle est déterminante pour la compréhension de la morphogénèse et de la morphologie mauritanienne.

A. Le socle

58Le socle cristallin et cristallophylien est constitué d’anciennes roches sédimentaires précambriennes, plissées, arasées et métamorphisées (gneiss, micaschistes, quartzites...) envahies de puissantes intrusions magmatiques ; on y reconnaît les directions submaridiennes du plissement ancien, sans doute contemporain du calédonien. Très épais (plus de 30 000 m), on a pu observer deux ou trois séries correspondant à diverses phases de la sédimentation originelle.

59La pénéplanation du socle a laissé subsister quelques chicots de roches plus résistantes, souvent des « guelbs » de quartzites, qui se dressent comme des îlots fortement métallisés sur les vastes surfaces dont ils rompent la monotonie (cf. les inselbergs de la région de Zouérate).

60Ces affleurements correspondent à un large bombement anticlinal, étiré du sud au nord - nord-est de la Mauritanie, suivant l’orientation des anciens plis.

61Emergeant en mince ruban des alluvions du Sénégal au flanc occidental de l’Assaba, ou en fenêtres à l’ouest de l’Adrar, l’affleurement précambrien s’élève et s’épanouit vers le nord, où il constitue la « dorsale Regueibat », avant de disparaître sous les couches sédimentaires du synclinal de Tindouf ; le socle surélevé réapparaît plus au nord dans l’Anti-Atlas marocain.

62A l’est et au nord-est, le versant de la dorsale Regueibat s’enfonce doucement sous les dépôts de la cuvette synclinale de Taoudeni.

63A l’ouest, le socle s’est effondré, parfois à plusieurs milliers de mètres de profondeur, à la faveur d’une flexure brusque ou d’un réseau de failles. Si les parties hautes de la dorsale Regueibat ont échappé à la sédimentation postérieure, les parties sud, est et ouest ont été recouvertes en discordance par les dépôts successifs. Les affleurements actuels, portant par endroits de larges plaques de sables dunaires, sont alors le résultat d’activités érosives qui ont décapé les couvertures discordantes.

64Ce dispositif se traduit dans le relief mauritanien par la présence de longues lignes de falaises (« dhar » en hassaniya), sites caractéristiques des paysages et de l’économie traditionnelle du pays. Franchement méridiennes dans le sud, passant à sud-ouest - nord-est de part et d’autre de la dorsale Regueibat, ces falaises marquent en effet le contact entre le socle dégagé au Nord, plus ou moins ennoyé au Sud, et la couverture sédimentaire subhorizontale telle que l’érosion l’a laissé en place. L’absence de « dhar » sur le versant occidental du bombement précambrien dans la moitié sud du pays s’explique par le remblaiement qui a succédé à l’effondrement du socle.

B. La couverture

65En dehors de ces vastes zones d’affleurement en effet, la pénéplaine précambrienne est masquée par d’épaisses couches sédimentaires dont les séries s’étagent depuis le Primaire jusqu’au Quaternaire, avec des lacunes stratigraphiques importantes surtout au Secondaire et au Tertiaire.

a) Les plateaux

66La base de cette couverture est souvent constituée par les calcaires dolimitiques laissés par la trangression infracambrienne de la « mer à Stromatolithes ». Les éléments de cette série, ayant l’apparence de cylindres concentriques, se trouvent en abondance au pied des falaises taillées dans les sédiments primaires.

67Les formations primaires sont en effet très largement représentées en Mauritanie, les transgressions paléozoïques ayant recouvert à peu près entièrement le socle.

68— Au nord, la dorsale Regueibat est encadrée par deux fronts de côtes parallèles se faisant vis-à-vis : tout au nord, la Hammada de Tindouf surplombe la dorsale Regueibat par une série de cuestas taillées dans des grès primaires surmontés d’une dalle calcaire : c’est le Zemmour Noir, dont le nom évoque la patine des grès primaires (par comparaison avec le Zemmour Blanc qui désigne la région cristalline située au pied de la falaise). Le Zemmour Noir mauritanien n’est qu’une petite partie de la bordure méridionale des sédiments primaires du synclinal de Tindouf.

69De l’autre côté de la dorsale, parallèlement aux cuestas du Zemmour, court une autre série de corniches du nord-est au sud-ouest, délimitant les plateaux du Hank.

70— A hauteur du tropique, les falaises du Hank se prolongent par une nouvelle série de cuestas orientée franchement vers le sud ; cette ligne de falaises délimite les plateaux de l’Adrar, puis du Tagant et de l’Assaba, jusque dans l’extrême sud mauritanien. Là les couches sédimentaires ont conservé leur disposition sub-horizontale originelle ; elles constituent les grands plateaux mauritaniens ; inclinés vers l’est en direction de la cuvette de Taoudeni, ils sont légèrement redressés à l’est du Tagant déterminant un nouveau front de côtes taillées dans le Primaire ou le Tertiaire et étirées d’ouest en est jusqu’à Néma, au-dessus de l’Aouker au sud. Au sud du pays, à l’est de l’Assaba, une vaste table émerge de la plaine de l’Aouker, formée par les plateaux du massif de l’Affolé. Dans tous ces plateaux, souvent emboîtés, les formations gréseuses restent les plus abondantes.

b) Les « Mauritanides ». ,

71A l’ouest du bombement, le mouvement hercynien a fortement plissé et parfois charrié le matériau primaire, engendrant une métamorphisation partielle des roches. Cette chaîne étroite constitue les « Mauritanides », légèrement arquées du nord au sud, depuis le Maroc jusqu’à la Guinée Bissau.

72Le nivellement post-hercynien a laissé subsister en inselbergs des « guelbs », buttes témoins de roches plus résistantes, tels les sites cuprifères d’Akjoujt, ou ménagé de petites fenêtres faisant réapparaître le socle sous-jacent. Mais l’abrasion a été si intense que le paysage actuel ne laisse guère deviner l’existence de cette ancienne chaîne nivelée jusqu’à ses racines.

c) Les plaines

73Depuis le plissement hercynien, l’ensemble de la Mauritanie échappe, sauf dans la zone côtière, aux transgressions marines post-hercyniennes. La mer crétacée n’a recouvert que l’actuelle plaine littorale ; les sédiments secondaires et tertiaires de l’Est mauritanien, en effet, sont continentaux, surtout gréseux : c’est le « Continental intercalaire » et le « Continental terminal » des géologues ; ils recouvrent les couches paléozoïques et forment le soubassement des grandes plaines intérieures, cuvette de Taoudeni et Aouker, et affleurent sur les plateaux du nord-est et, dans le sud-est, au revers du Dhar de Néma-Oualata.

74Les formations quaternaires épandues dans ces vastes synclinaux ou dans les zones d’effondrement sont représentées un peu partout en Mauritanie par des gisements de sels, et surtout par de grands placages sableux ou argilo-sableux, établis en discordance sur les surfaces antérieures. Ils constituent essentiellement les affleurements des plaines côtières et intérieures.

75D’origine alluviale à l’est et au nord du bombement précambien, les sables quaternaires sont marins dans la zone côtière où ils recouvrent l’entassement sédimentaire comblant les panneaux effondrés à l’ouest du socle : là, ils marquent l’emplacement d’un vaste golfe exondé il y a quelque 5 000 ans seulement.

76Continentaux ou marins, ces sables ont été transportés et modelés en cordons littoraux ou champs dunaires par les vents ; sur la dorsale, on observe de grandes barkhanes isolées ; le remaniement dunaire reste encore actif là où le climat ne permet pas une végétation suffisante pour les fixer. Les vents dominants, alizés ou harmattan, profilent les barkhanes, ou tissent en filet les ergs de l’Est. Enfin, les alluvions fluviales récentes tapissent la vallée et le delta du Sénégal dont seule une partie de la rive droite est mauritanienne, depuis le delta jusqu’à la frontière malienne (cf. Régions climatiques, la zone tropicale) : c’est la « Chémama ».

C. Relief et paysages

77Ainsi, les paysages mauritaniens restent essentiellement minéraux, sous l’action du climat actuel aggravé par la surchage pastorale du Sud.

78La Mauritanie culmine à 915 m au sommet de la Kédia, dans le Nord ; peu élevé, le pays se présente donc sous l’aspect de vastes surfaces planes, aux trois quarts dépourvues de végétation pérenne et continue ; l’arbre y est rare ; seul le Sud du pays porte une couverture végétale véritable, d’ailleurs maigre et espacée.

79Si les régions climatiques s’ordonnent en fonction de la latitude, la structure du pays a diversifié les régions hypsométriques selon la longitude :

80— le littoral (900 km) est une côte basse et sablonneuse au Sud du cap Timiris ; au Nord se développe la « côte à rias » de la Baie du Lévrier, où s’abrite le port de Nouadhibou, et de l’embouchure de l’Oued el Dhahab (Rio de Oro), site de Dakhla (ex. Villa Cisneros) et du côté de la mer, une barre maritime rend plus inaccessible encore ce littoral inhospitalier qui vit s’échouer, entre autres, la « Méduse » au début du xixe siècle, sur le Banc d’Arguin.

81Du côté de la terre, un épais cordon dunaire mal fixé par une maigre végétation s’étire tout au long de la côte.

82Derrière ce cordon littoral s’étend la plaine côtière basse, faite de dunes, fixées dans le Trarza, encore vives dans le Nord. Des zones déprimées sont occupées par de vastes « sebkhas » (cuvettes à fond salé), telle la dépression allongée de l’Aftout es Sahéli, entre le delta et Nouakchott, ou la grande sebkha de Ndhramcha, au nord de la Capitale.

  • Plus à l’Est, le socle, auquel adhèrent les racines des Mauritanides, apparaît : larges affleurements dans le Nord, étroite bande mal dégagée de la couverture sédimentaire dans le Sud, ce sont des surfaces sures, caillouteuses, les « regs » déblayés de tous leurs éléments fins par la déflation éolienne.
  • Du reg cristallin, on aborde le front des « dhars », (falaises dont la hauteur de commandement peut dépasser 300 m) : au pied de la falaise, le « baten » est un long couloir respecté par les sables ; c’est un axe de circulation traditionnel ; il a guidé et guide toujours les déplacements nord-sud, le long de l’Adrar - Tagant - Assaba, ou ouest-est, le long des dhars Tichitt - Oualata - Néma. Les précipitations y sont un peu plus abondantes du fait de l’altitude, et les points d’eau alimentés par le ruissellement et l’imprégnation des plateaux jalonnent heureusement ces routes naturelles.

83On franchit les falaises par des « passes », creusées sous un autre climat par un réseau aujourd’hui fossilisé sous les sables, mais qui rejoue modestement à l’occasion des pluies.

  • Avec 200 à 500 m d’altitude, les plateaux constituent les surfaces les plus élevées de Mauritanie. Parsemés de buttes témoins, ils sont criblés par endroits d’accidents en forme de cratères d’origine et de dimensions diverses : culots volcaniques, météorites... ; les plateaux prennent alors un aspect lunaire accentué encore, dans le Nord et l’Est, par la sécheresse et le revêtement dunaire qui rendent inaccessible ou presque la frontière nord-orientale avec le Mali.
  • Dans le Sud seulement, le paysage se fait plus verdoyant au fur et à mesure que l’on approche du fleuve dont la vallée, surtout la vallée inondable ou « oualo » selon le vocable poular (peulh), accorde à la Mauritanie agricole le plus cher de ses maigres ressources.

3. CONCLUSION

A. Une terre austère

84Climats, structure et relief contribuent à donner au pays comme aux hommes un visage d’austère grandeur.

85Ces vastes horizons plats, uniformes et dénudés, souvent écrasés de soleil ou bouchés par les vents de sable, ne manquent pourtant pas de beauté : leur monotonie même n’est pas sans noblesse, et l’oasis la plus maigre prend, au terme d’un long parcours, un aspect inattendu.

86Ici, la moindre chute de pluie est célébrée comme une bénédiction et transforme le paysage et le cœur de l’homme. La ruée des eaux fait alors revivre l’oued, reverdir les pâturages, remplir les puits. Gueltas, petits lacs, marigots, cours du fleuve, la moindre surface d’eau engendre un îlot de verdure souvent modeste, pauvre et précieuse parure que l’aridité ambiante valorise à l’extrême.

87Sans parler du ciel somptueux des nuits tropicales, c’est peut-être au lever ou au coucher du soleil que se révèlent le mieux toutes les variétés insoupçonnées de ces roches aux teintes multiples : sel de sebkhas ou cailloux des regs, argile des baten ou grès stratifiés aux nuances diverses des dhars, sables étalés ou accumulés en belles dunes, granites et schistes du socle ou calcaires des hammadas, tout cet univers minéral où abondent les cristaux s’anime alors comme un décor un instant enchanté.

88Mais il est vrai que l’austérité reste la marque essentielle du paysage, comme elle s’impose d’ailleurs à la vie des hommes qui l’habitent.

B. Quadrillage naturel

89De ces rapides observations se dégagent les grandes lignes d’un quadrillage naturel de la Mauritanie :

a) selon la latitude

90Tout d’abord, le climat établit deux régions très distinctes disposées selon la latitude et soulignées par le tracé du Sénégal dans son cours mauritanien :

  • celle où il pleut très peu et très irrégulièrement ; c’est la vaste Mauritanie du Nord désertique au paysage minéral, balayée par l’alizé toute l’année, et où la vie n’est possible qu’autour de rares points d’eau séparés par de longs espaces stériles ;
  • celle où il pleut chaque année, moins au Nord, davantage vers le Sud : c’est la Mauritanie du Sud, encore largement dominée par l’alizé Nord ou sa variante l’Harmattan, mais recevant en été le flux humide de l’alizé sud détourné.

91La faiblesse de la pluviométrie y entretient difficilement une végétation et un réseau hydrographique limités certes mais suffisants pour assurer, surtout dans les régions les plus méridionales, une économie agropastorale. La disposition latitudinale de cette zone est soulignée par le tracé du fleuve frontalier dont la présence renforce le capital humide de l’extrême Sud.

92Cette trame climatique est assez superficiellement remaniée dans le sens longitudinal par la disposition du littoral, responsable de la nuance océanique, et les falaises centrales, qui dirigent vers le Nord une étroite langue climatique sahélienne.

b) selon la longitude

93Structure et relief en effet délimitent des régions structurales et orographiques disposées en bandes longitudinales, soulignées par l’orientation de la côte mauritanienne : d’Ouest en Est, se succèdent la plaine littorale basse surmontée par la zone des plateaux s’inclinant vers l’Est pour disparaître sous les dépôts des plaines intérieures. Ce dispositif longitudinal est légèrement modifié, au Sud par l’émergence des étroits plateaux qui, du Tagant à Néma séparent les deux vastes plaines intérieures orientales, au Nord par la virgation en direction du Nord-Est de la dorsale Regueibat et de son encadrement Hank-Zemmour.

94Ainsi se dégage l’image d’un territoire dont la monotonie des paysages est tout de même nuancée par le climat ou le relief. Ce quadrillage influence fortement l’occupation de l’espace mauritanien : au gré des variations climatiques, technologiques et politiques, les peuples qui constituent le fonds démographique du pays ont été guidés dans leurs migrations par ces axes naturels, la longitude ou la latitude prenant plus ou moins d’importance selon les époques historiques.

II. — PEUPLEMENT DE L’ESPACE MAURITANIEN

1. OBSERVATION DU PEUPLEMENT MAURITANIEN ACTUEL

95La connaissance démographique de la Mauritanie est encore très aléatoire ; on n’a pas encore procédé à un recensement exhausif et scientifique, les services statistiques sont embryonnaires, l’état civil est facultatif et le comportement de la population est traditionnellement méfiant à l’endroit des enquêteurs. De quelques sondages et travaux récents, on peut dégager tout de même des approximations qui restent très significatives, même en acceptant un coefficient d’erreur particulierement large.

A. Estimations et répartitions chiffrées

96Les estimations officielles publiées en 1971 dans le « Deuxième Plan de Développement Economique et Social 1970-1973 » (p. 18) font état au 1er janvier 1970, d’une population globale de 1 200 000 avec un taux d’accroissement approchant 2 % en moyenne, supérieur dans les régions méridionales, inférieur dans la zone désertique. Les résultats du Recensement Général de la Population font état, en janvier 1977, de 1 400 000 hts environ (dont 10 000 dans la partie saharienne « réunifiée » en février 1976).

97L’espérance de vie se situerait entre 38 et 40 ans.

98La densité moyenne s’établirait donc à 1,2 hab. km2, avec des disparités régionales considérables : de 0,1 pour l’ensemble de la zone saharienne où d’immenses régions vides sont parsemées d’oasis surpeuplées, elle atteindrait 35 dans les régions les plus peuplées de la Chemama, 90 % de la population étant groupée au Sud du 18p parallèle.

99Actuellement, le taux d’urbanisation est estimé à environ 20 % mais s’accroît rapidement.

100De ces données chiffrées, on peut retenir quelques observations :

  • la faiblesse de la population par rapport à l’extension territoriale ;
  • le déséquilibre spatial de sa répartition au profit du Sud moins aride ;
  • le caractère « tacheté » de l’occupation territoriale, des « plaques » de peuplement, voire de surpeuplement, se découpant sur un fond dépeuplé.

B. Composition ethnique

101L’observation ethnique du peuplement actuel permet de distinguer aisément deux grandes souches du peuplement :

  • une souche « maghrébine », d’origine berbère et arabe ;
  • une souche « négro-africaine », d’ascendance peuhle et soudanaise.

102Il est devenu classique d’attribuer 70 % à la souche maghrébine et 30 à la souche négro-africaine. Cette répartition paraît cependant fortement arbitraire et de toute manière fort peu signifiante.

103Le recensement de janvier 1977 fait apparaître un renversement de la proportion entre nomades (37 % au lieu de 76,6 % en 1975 selon les sondages SEDES) et sédentaires : cette donnée est beaucoup plus intéressante.

104En effet, à côté de quelques groupes fortement différenciés, on observe, et de plus en plus, un interpénétration des deux souches ; ce métissage, évident pour qui vient d’Afrique du Nord ou des pays noirs, n’est guère « reconnu » par les intéressés qui ne retiennent le plus souvent de leur ascendance que la partie masculine et se forgent des généalogies souvent fantaisistes. Il représente pourtant un évident facteur d’unité nationale.

105Quoiqu’il en soit, on peut retenir de ces observations rapides le caractère composite du peuplement actuel du pays fait d’apports maghrébins, c’est-à-dire berbères et arabes, et négro-africains, plus précisément peuhls, tou-couleurs, Wolofs, soninkés et quelques bambaras avec une large frange de métissage.

C. Composition socio-culturelle

106En vérité les Mauritaniens se reconnaissent davantage en fonction des groupes socio-culturels auxquels ils appartiennent et entre lesquels ils établissent encore une hiérarchie de valeur : à ce point de vue : la proportion de 70 % représente sans doute la population « arabisée » rassemblant à la fois la descendance proprement arabe, berbère, métissée et même le groupe negroïde « hartani » d’origine servile, formé de diverses souches négro-africaines y compris, semble-t-il, les autochtones issus de la préhistoire du Sahara.

107Les « arabisés » sont ou nomades ou semi-nomades, en tout cas fortement influencés par les traditions commerçantes et pastorales du nomadisme camelin.

108Les 30 % restant, dont la progression démographique est plus forte, sont de cultures et dialectes africains. La plupart sont organisés en villages agricoles sédentaires, le long du Fleuve, avec comme production de base le mil et un petit élevage bovin sédentaire de type familial. Seul un petit groupe de pasteurs peuhls s’abritant sous des huttes pratiquent encore la transhumance bovine. Là encore, on observe un véritable « métissage » économique : entre deux zones nettement différenciées, celle du pastorat essentiellement camelin et de la culture d’oasis à base de datte et blé ou orge du Nord et celle de l’élevage bovin et de la culture du mil au Sud, s’intercale la zone de plus en plus large d’économie mixte, basée sur un troupeau associant le dromadaire au bovin de plus en plus prédominant, la datte et le mil, le genre de vie nomade du Nord dégradé en semi nomadisme, le campement sous tente tendant à se fixer.

109Mais arabisée ou non, la totalité de la population mauritanienne est de religion musulmane. Rigoureux dans ses convictions et ses pratiques, l’Islam mauritanien est fortement contrôlé et marqué par la « caste » des marabouts, souvent d’origine berbère, et encadré par les confréries influentes que se rattachent aux deux grandes « voies » de la Tijjaniya et surtout de la Qadriya.

110De ces rapides observations, on peut retenir :

  • le dualisme culturel : arabisé et négro-africain.
  • le dualisme socio-économique : nomadisme pastoral et sédentarisme agricole.
  • l’extension de l’arabisation culturelle.
  • la tendance au « mixage » ethnique.
  • la tendance au « mixage » de l’économie agropastorale traditionnelle.

D. Permanence des structures de la société traditionnelle

111On constate que la majeure partie de la population mauritanienne, éleveurs ou agriculteurs, maures ou noirs, ne reçoit pas de salaire. Et, de fait, l’ensemble des Mauritaniens vit encore sans monnaie ou presque, de l’auto-consommation et du troc. Cela contribue certes à maintenir la cohésion de groupe fortement hiérarchisé et depuis longtemps cloisonné, et cette société traditionnelle apparaît encore bien vivante et assez équilibrée.

112Les deux grands ensembles, maure et noir, conservent encore en effet les structures sociales traditionnelles qui, sans doute, permettent la survie de la communauté en économie de subsistance, mais peuvent aussi constituer des hiérarchies parallèles à l’administration officielle.

113L’éventail de la société maure est en effet très compartimenté : nobles guerriers, nobles maraboutiques, hommes libres mais tributaires, haratins (surtout cultivateurs des oasis), captifs (serviteurs des tentes), déclassés ou hors caste à spécialisation professionnelle (forgerons, griots, pêcheurs Imraguen, chasseur Nemadi...).

114On reconnaîtrait un fractionnement quelque peu similaire dans les sociétés Soninké, Toucouleur, Wolof, etc. Ces clivages sociaux sont établis davantage par l’issue d’affrontements anciens beaucoup plus que par une hérédité ethnique qu’il devient de plus en plus difficile de distinguer, dans la partie maure surtout. Ainsi la « hiérarchisation » souvent revendiquée, entre tribus d’ascendance arabe, berbère, zenagua ou berbère sanhaja apparaît-elle de plus en plus artificielle. Dans ses « Notes sur les classes sociales et sur quelques tribus de Mauritanie » (IFAN t. 17, n° 1, p. 173, janvier-avril 1955), Mr Leriche propose une hiérarchie plus satisfaisante, où il distingue deux classes dirigeantes (comportant d’ailleurs des « niveaux » différents), celle des « guerriers » (qui se réclament davantage d’une ascendance arabe) et celle des « marabouts » (où l’on reconnaît surtout les traits d’une ascendance berbère). Leriche compare ces deux classes à la noblesse de robe et à la noblesse d’épée de l’Europe prérévolutionnaire.

115Dans leur orbite, gravitent des groupes de « tributaires » blancs (mais dont une partie seulement sont d’ascendance ethnique Zénagua, alors que ce terme dans le langage populaire désigne la totalité du groupe) et de tributaires noirs (constitués par des affranchis ou des groupes vaincus au combat) ; ensuite plusieurs catégories de serviteurs, cultivateurs d’oasis, gardiens de troupeaux domesticité... ; et enfin les groupes professionnels, forgerons, griots, pêcheurs etc. dont l’origine ethnique est indifférenciée.

116En fait d’ailleurs, plus qu’une société de classe, il faudrait parler d’une société de castes fortement imbriquées et interdépendantes, comme sont imbriqués et interdépendants les ensembles de nomades pastoraux et commerçants qui constituent le « fonds maure » et de sédentaires cultivateurs qui constituent le fonds « négro-africain » du Sud. Les niveaux de vie à l’intérieur de chaque groupe, n’offrent pas, en société traditionnelle, les disparités criantes observées dans la société industrielle : à tous les niveaux en effet on participe à la même vie austère, précaire et solidaire. Aussi les prétentions ethniques apparaissent-elles souvent fortement artificielles et prêtent même parfois à sourire.

117Les véritables classes sociales, issues des structures nouvelles de type occidental, sont un fait récent et encore limité (fonctionnaires, salariés, etc.) car, bien sûr, la société traditionnelle est grignotée par l’économie et l’administration de type moderne ; mais elle n’en reste pas moins primordiale, appuyée sur la permanence d’une économie de subsistance encore essentielle.

CONCLUSION

  • 6 Cf. J. Arnaud, « Lignes de forces du peuplement de l’espace mauritanien » in IFAN, t. XXX, série B (...)

118Ainsi à la dualité caractéristique des zones climatiques correspond la diversité des composants ethniques et socio-économiques du peuplement et son inégale répartition. Mais on observe également les résultats de forces unifiantes, la religion musulmane d’abord et le « mixage » ethnique au profit de l’arabisation culturelle mais aussi la tendance à la fusion socio-économique au profit des traditions sédentaires d’une Afrique Noire du mil et du bovin6.

119L’introduction récente d’une économie moderne de marché et de produits industriels est certes en train de boulverser ce schéma de la Mauritanie traditionnelle, mais il n’en reste pas moins que ce bouleversement se réalise dans une société qui présente les caractères d’une communauté mauritanienne déjà fortement personnalisée.

  • 7 Cf. R. Vernet.

120Comment ce désert et ses « marches » méridionales ont-ils pu ainsi permettre la mis en place des éléments divers d’une population où se décèle déjà, avant même l’impact de l’économie et des institutions modernes, les prémisses d’une nation ? La nature complexe de l’actuel peuplement mauritanien répond à la diversité des migrations historiques dont il est issu et qui font l’objet d’une étude par ailleurs7.

121Riches et variées, les racines de 1 « l’homme mauritanien », certes, ne se laissent pas suivre aisément.

A. Le « poids du climat »

122Etroitement tributaire du cadre géographique où elle s’inscrit, l’histoire du peuplement mauritanien est celle de la rencontre de plusieurs souches humaines dans cet Ouest africain où les ont poussées les exigences climatiques, autant sinon plus que les querelles guerrières d’homme s’affrontant d’ailleurs le plus souvent pour la possession du terroir, du pâturage ou du point d’eau vital sous un climat à la limite du vivable.

123Jusqu’à la période contemporaine, ce « poids du climat » apparaît comme le facteur essentiel de la mise en marche des grandes migrations qui se superposèrent aux restes du peuplement préhistorique saharien :

  • double migration blanche, berbère ou arabe, venue du Nord ;
  • migrations de peuples noirs, peuhls ou soudanais, installés et rétractés dans le Sud.

124Mais l’instruction récente des notions modernes de frontière et de citoyenneté prend alors valeur d’une sorte de révolution politique qui impose au peuple mauritanien un rupture radicale avec son comportement traditionnel.

B. L’homme affronté à l’espace mauritanien

125Ainsi, les conditions climatiques, en favorisant la progression de peuples nomades au détriment des populations sédentaires, ont assuré à la partie maure du peuplement mauritanien, au cours de l’histoire, à la fois la prédominance numérique, économique et politique, et une certaine cohésion de groupe, embryon d’une conscience nationale, mais aussi une dépendance économique vis-à-vis des sédentaires noirs du Sud du Sahara et donc un enracinement de plus en plus profond dans la zone tropicale, enracinement qui se marqua par une tendance de plus en plus accusée au métissage.

126Modelés par l’Islam, engagés dans un destin national commun par la colonisation, les différents éléments du peuple mauritanien regroupés à l’intérieur des frontières de l’indépendance ne représentent donc pas l’aspect hétéroclite de certains jeunes Etats.

127Certes la notion et les institutions d’un Etat moderne ne sont guère plus familières aux Mauritaniens de 1960 qu’aux autres Africains de la région. Il leur faut, en fait, passer d’une conception féodale du pouvoir à un type de gouvernement centralisé où la hiérarchie se veut expressive de la compétence et non de l’hérédité. Cela implique évidemment une véritable mutation des mentalités et l’approfondissement de cette conscience nationale que l’on a pu déjà observer. C’est d’ailleurs l’un des premiers objectifs que se sont fixés les responsables : « façonner l’homme mauritanien ». Il est évident que le poids de la société traditionnelle, comme des divergences ethniques, continue et continuera longtemps de peser lourd dans l’exercice d’un pouvoir contraint, par réalisme et dans un souci même d’efficacité, à compter avec des hiérarchies traditionnelles parallèles à la hiérarchie gouvernementale.

128Il y a là, incontestablement, un grave problème de politique intérieure qui n’est pas propre à la Mauritanie ; on peut effectivement se poser la question de la viabilité économique du pays tel qu’il se présente : comment les hommes mettent-ils en valeur l’espace que l’histoire leur a dévolu ? L’extension même du territoire pose, il est vrai, un problème à son aménagement, eu égard à la faiblesse et à la disparité du peuplement.

129La mise en valeur des ressources traditionnelles dont vit encore la grande majorité de la population, présentait, malgré ces carences, une réponse relativement adaptée à ce problème ; mais c’était la réponse d’une époque chaque jour plus révolue. C’est davantage le développement d’un secteur moderne, à ce jour très limité, qui déjà, fournit pourtant à l’Etat les moyens de son existence.

130La faiblesse de l’occupation humaine en Mauritanie est évidemment une conséquence directe des conditions climatiques. Mais les données démographiques (même approximatives), permettent déjà d’appréhender quelques-uns des problèmes de la mise en valeur du pays :

  • la dispersion spatiale de la population rend difficiles et onéreuses toutes les opérations de liaison commerciale et administrative et engendre une véritable déperdition d’efficacité humaine et de rentabilité financière ;
  • bien plus, la répartition des populations oppose le quart méridional du pays, où sont concentrés le fleuve, les pluies, la végétation, le cheptel et les hommes, aux autres régions.

131Les 9/10 des Mauritaniens vivent au sud du 18e parallèle, tandis que le 1/10 restant est disséminé sur plus de 800 000 km² ; plus du tiers du pays est d’ailleurs inhabité et inhabitable. Le sud lui-même est très inégalement peuplé.

132On devine alors aisément combien il est difficile de prévoir l’aménagement de l’espace national : le ravitaillement et surtout la mise en valeur des zones excentriques sont particulièrement onéreux.

133Ainsi, cette dispersion démographique, issue elle-même de la réalité climatique, est responsable des traits les plus caractéristiques de la vie socio-économique mauritanienne présente et même à venir, savoir :

  • d’abord l’importance numérique de la société traditionnelle vouée à une économie de subsistance (auto-consommation et troc) faute d’équipement et de cadres ;
  • ensuite, le divorce entre des secteurs quasi désertiques et pourtant dotés d’un équipement moderne parce que financièrement rentables, telle la région de Zouerate et les secteurs de peuplement, dépourvus d’un équipement qui serait peu ou pas rentable, voire déficitaire, telle la région de Néma ;
  • enfin, le processus d’urbanisation, dont le rythme est d’autant plus accéléré que la mise en valeur de l’arrière pays est plus retardée : l’urbanisation en effet, si elle correspond à un phénomène d’enrichissement d’une petite fraction de fonctionnaires et de commerçants, reste surtout le résultat de l’appauvrissement d’une masse rurale chassée vers les villes à l’occasion des années sèches. Ces caractéristiques se dégagent en quelques chiffres. Sur une population active estimée à 550 000 personnes, on dénombre moins de 30 000 salariés. Mais, dans le seul secteur privé, les quelques 10 000 travailleurs des mines établis dans les zones dépeuplées concentrent un revenu monétaire global supérieur à celui que réalisent ensemble les quelques 500 000 pasteurs et agriculteurs de la zone sud.

134Le problème des responsables, dès lors, est d’essayer d’harmoniser l’équipement du pays afin de ralentir un exode rural qui aboutirait à un déséquilibre de plus en plus accusé entre une masse traditionnelle de plus en plus consciente de la précarité de ses conditions de vie, et la mince frange des privilégiés du « développement ». La concentration et la cohabitation dans le cadre artificiel des villes de populations misérables ou fortunées, également coupées de leurs racines traditionnelles mettent en place les éléments d’une situation qui, si l’on n’y prend garde, pourrait rapidement devenir explosive.

Notes

1 1 030 700 km2 avant la « Réunification », qui, le 26/2/76, rattache près de 90 000 km² du Rio de Oro de l’ancien Sahara espagnol.

2 Voir croquis du mécanisme climatique in « La Mauritanie, aperçus historique, géographique et socio-économique ». J. Arnaud, Le Livre Africain, Paris 1972, p. 59.

3 Cf. Ch. Toupet, La sédentarisation des nomades en Mauritanie Centrale Saharienne. Thèse d’Etat, Université de Paris VII, Dakar, 1975, p. 41.

4 Cf. Ch. Toupet, « Etude du milieu physique du massif de l’Assala », IFAN, 1966, p. 136.

5 Cf. P. Chaperon, « Quatre années de sécheresse dans le Sahel », in La désertification au sud du Sahara, Les nouvelles Editions Africaines. Dakar-Abidjan, 1976, pp. 65-67.

6 Cf. J. Arnaud, « Lignes de forces du peuplement de l’espace mauritanien » in IFAN, t. XXX, série B, n° 2, 1973, p. 345 et sq.

7 Cf. R. Vernet.

Table des illustrations

Titre Croquis physique de la Mauritanie
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1229/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Températures et humidité
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1229/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable