Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à la Mauritanie

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes
, 
Centre d’étude d’Afrique noire

Le cadre historique

Aperçu historique de la Mauritanie du xixe siècle à l’indépendance

Geneviève Désiré-Vuillemin

Texte intégral

  • 1 Agrégée de l’Université, docteur ès Lettres.

1Note portant sur l’auteur1

INTRODUCTION

2Le nom de « Mauritanie » n’apparaît officiellement que le 27 décembre 1899 avec une décision ministérielle qui organise sous le nom de « Mauritanie occidentale » les régions s’étendant de la rive droite du Sénégal et de la ligne entre Kayes et Tombouctou, jusqu’au Cap Juby, à l’Ouest, c’est-à-dire jusqu’aux confins du Maroc et au Nord jusqu’au Sud algérien ; décision et nom inspirés par Coppolani ; délimitations correspondant à celles indiquées, quelques années plus tôt par Mohammed ech Shinguiti dans son « Kitab al Wasit » — sans cependant que l’ouvrage de l’auteur saharien ait été connu en France.

  • 2 Shinguit ou Chinguetti, située à une soixantaine de kilomètres à l’Est d’Atar, dans l’Adrar Tmar, (...)

3Les nomades qui occupaient la plus grande partie de cette région du Sahara occidental l’appelaient « Trab el Beidan », c’est-à-dire « le pays des Blancs » par opposition au « Trab es Soudan » ou « pays des Noirs ». La vallée de Sénégal est d’ailleurs peuplée de sédentaires noirs. Dans le monde islamique ces nomades (d’origine berbère-Sanhaja-ou arabe-hassan) étaient souvent désignés par l’épithète de « Shenagta » « ceux de Shinguit », du nom de la septième ville sainte de l’Islam2.

4Les connaissances sur le Sahara occidental transmises par les géographes et voyageurs arabes du Moyen Age et de la Renaissance tout comme les récits des explorateurs portugais et italiens de l’époque des grandes découvertes n’étaient connues que de quelques spécialistes européens ; les rapports des « Gouverneurs du Sénégal et dépendances » — titres pompeux pour peu de choses — et ceux des agents des Compagnies de commerce (Hollandais, Anglais, Français) des xviie et xviiie siècles étaient un peu moins ignorés, mais les premiers différaient assez peu de ceux de leurs successeurs du xixe siècle, dont une des principales préoccupations était la protection du commerce de la gomme aux « esclaves » du Sénégal (Podor, Dagana, Bakel pour ne citer que les plus connues). La gomme, produit d’un acacia de la zone sahélienne, était un des principaux objets du négoce des Compagnies et des traitants Saint-Louisiens, car depuis le xviie siècle, elle était recherchée en Europe pour les préparations pharmaceutiques et surtout pour l’apprêt des tissus. Les Compagnies de commerce rivales s’étaient affrontées pour en monopoliser l’achat, tandis que les chefs de tribus nomades découvraient l’intérêt que présentait pour eux le monopole de sa vente.

5Les premiers contacts, les premiers traités entre Européens et nomades ont été établis à l’époque moderne, à propos du commerce de la gomme dans la vallée du Sénégal ou dans certains points de la côte Sud du Sahara ; les nombreux traités de commerce apportent des connaissances — restreintes — sur les chefs Trarza et Brakna, et sur leurs turbulents guerriers, sur leur politique et sur la société de la rive droite du fleuve. Du côté maure, les contacts avec les commerçants européens et les échanges qui exercèrent principalement sur les tribus riveraines, Trarza et Brakna de si importantes conséquences, passèrent inaperçus des contemporains : chroniques et traditions restent jusqu’ici pratiquement muettes sur ce chapitre.

  • 3 Par exemple, dans la bibliothèque de Cheikh Sidia el Kébir, conservée et enrichie par son fils et (...)

6Les sources de l’histoire intérieure des tribus sont plus ou moins abondantes selon les groupes, selon les aléas de la vie nomade, selon la fortune : manuscrits de chroniques locales, biographies, poèsies, études religieuses ou grammaticales, commentaires de textes sacrés, traités de droit, correspondance ont été conservés dans certaines bibliothèques de lettrés3, où cependant des pertes et des destructions ont entraîné des lacunes ; des traditions orales ont été recueillies, spécialement dans la deuxième moitié du xixe et au xxe siècles.

7Les sources européennes et principalement les sources françaises (et espagnoles pour le xxe siècle) apportent des études sérieuses, des récits d’aventure et des rapports officiels abondants et d’intérêt variable ; jusqu’à une époque relativement proche (1920-1930) ils accordent un inévitable privilège aux tribus du Sud et du Centre avec lesquelles les contacts sont les plus fréquents.

8Il faut essayer de dégager les grands traits de l’histoire de la Mauritanie sans se laisser faire illusion par le premier plan géographique occupé par les tribus proches du Sénégal en leur donnant une importance peut être exagérée par rapport aux autres, moins bien connues. Il faut aussi reconnaître que, jusqu’à la mise en exploitation des mines de fer de la Kedia d’Ijill — pratiquement, jusqu’à l’indépendance — c’est le Sud qui a joué un rôle économique important et regroupé une population relativement dense et nombreuse, formant une société très différente des tribus de grands nomades du Nord.

9Une première partie sera consacrée à l’histoire des tribus connues des français établis au Sénégal et à leurs rapports avec eux jusqu’à l’arrivée de Xavier Coppolani à Saint-Louis en 1900. Pendant cette période les tribus maures sont vues strictement à partir du Sénégal : partenaires commerciaux, fournisseurs exclusifs de la gomme, mais voisins inquiétants, anarchiques, toujours prêts à piller la rive gauche du fleuve occupée par de paisibles sédentaires noirs. La promotion de Faidherbe au gouvernement du Sénégal (1854-1865) marque un tournant décisif : en accord avec les directives venues de Paris, le gouverneur Faidherbe s’efforce de rétablir « la sécurité par l’emploi de la force si nécessaire », et au sujet du commerce de la gomme de remplacer les « coutumes » archaïques de caractère humiliant par des « droits de douane » modernes au profit des Emirs. La colonie du Sénégal, constituée, défendue contre El Hadj Omar, entend faire respecter ses frontières et ne pas supporter d’ingérences étrangères dans les affaires des principautés (comme le Oualo) regroupées autour du drapeau français.

10Les successeurs de Faidherbe, occupés par les problèmes de la conquête du Soudan, la construction de chemins de fer (Kayes-Niger et Dakar-Thies-Saint-Louis) et l’évolution administrative du Sénégal, n’auront que peu de loisirs à consacrer aux relations avec les tribus maures : ils tâchent d’assurer les « saisons de traite » au moindre mal ; mais la situation se dégrade avec la situation anarchique qui sévit au Trarza et au Brakna.

I. — LES TRIBUS MAURES VUES DU SÉNÉGAL

11C’est le commerce de la gomme qui entraîne, dès le xviie siècle, des relations entre chefs maures et européens. En 1638, les Hollandais dépouillaient les Espagnols d’un établissement côtier voisin d’Arguin pour y acheter la gomme qu’ils utilisaient pour apprêter les tissus. Les Français qui fondèrent un comptoir appelé Saint-Louis du Sénégal en 1659 dans l’île de Guet N’Dar les concurrencèrent : des coups de canon furent échangés ; la paix de Nimègue resta lettre morte pour les Compagnies de commerce rivales.

12C’est dans cette période de concurrence que les Français entrèrent en relations officielles avec un émir du Trarza, Haddi, fils d’Ahmed ben Daman ; le nom de ce prince aurait parrainé le port où s’effectuaient les transactions : Porto d’Haddi des Portugais, qui devint Portendi puis Portendick. Pour se concilier les bonnes grâces de l’Emir, les commerçants lui offrirent des cadeaux de surenchère en échange de l’exclusivité de la vente en leur faveur de la gomme : ainsi naquit la première « coutume » et apparurent sur le Sénégal des « escales » du « Tertre Rouge » et du « Coq ».

13Le détail des rapports entre directeurs des Compagnies de commerce, gouverneurs de Saint-Louis, seigneurs sénégalais et princes maures toujours au sujet de la gomme serait fastidieux et passablement monotone ; le principal intérêt des divers traités passés tenant dans les noms des « rois », « sultans », « princes » « émirs » et « seigneurs » du Trarza et du Brakna ; cela présente un repère chronologique appréciable.

14Le fait capital qui échappa aux Européens des xviie et xviiie siècles est que les Trarza et les Brakna qu’ils fréquentaient pour leur commerce occupaient une situation privilégiée à la suite d’affrontements qui pendant une trentaine d’années avaient opposés la majorité des tribus zouaya (d’origine sanhaja) aux hassan (d’origine arabe) Mghafra. La guerre de Charr Babba se termina par l’écrasement des zouaya à Ten Yefdad (1614). Les vainqueurs se partagèrent les vaincus qui gardèrent la liberté mais devinrent leurs tributaires, furent désarmés et durent payer la protection de leurs suzerains.

15Cependant, si les hassan accaparaient la force militaire et politique — les Trarza et les Brakna, groupes des Mghafra devaient attacher leur nom à la région d’el Guebla et fonder les premiers Emirats — ils laissaient, sans s’en rendre compte, aux zouaya la puissance la plus formidable : la direction des consciences et la force des idées.

16Chefs des Confréries religieuses, les zouaya gardèrent la primauté spirituelle, en même temps qu’ils reconstituaient leurs ressources par le commerce et les dons qu’ils recevaient en hommage à leur savoir et à leur bienfaisance.

17De leur côté, les guerriers qui avaient fait l’union pour la victoire ne tardèrent pas à s’entre-déchirer dans des querelles intestines ; en particulier, les successions émirales donnaient lieu fréquemment à des séries d’assassinats, voire à des guerres civiles, chaque prétendant battant le ban et l’arrière-ban de ses partisans jusque dans des tribus voisines — ce qui fournissait toujours un excellent prétexte aux coups de main et aux razzias perpétrés sur les zouaya désarmés. La crainte des pillages empêchait l’utilisation de pâturages éloignés — ce qui restreignait d’autant l’accroissement des ressources.

18Pour les Emirs du Trarza et du Brakna, le versement des « coutumes » (sous forme de pièces de tissu, de fusils et de poudre, d’outils allant des couteaux et ciseau aux aiguilles, de filières de perles, de corail et d’ambre, de papier, de sucre et même d’eau de vie) permettait, par des largesses calculées, d’assurer les fidélités d’une clientèle besogneuse. Grisés par l’âpre plaisir des bagarres et des rivalités, les guerriers du Sud ne s’aperçurent pas que la société dont ils étaient les seuls favorisés se déséquilibrait, qu’un heurt la ferait chanceler.

19Les « coutumes » étaient un facteur de déséquilibre économique dont les bénéficiaires n’avaient vu que le côté avantageux ; elle étaient aussi facteur de rivalités politiques en attendant de fournir un prétexte d’intervention aux Français installés au Sénégal.

20Une des clauses du traité de Paris (1814) stipulait la restitution à la France par l’Angleterre des établissements du Sénégal : Saint-Louis, Podor, le Galam, Portendick et Arguin, l’île de Gorée et ses dépendances (Cap Vert, Rufisque, Joal) et la Gambie ; cependant les Anglais se réservèrent le droit de commercer la gomme à Portendick et au Nord d’Arguin. La traite de la gomme était restée d’un type très archaïque, inchangé depuis le xviie et xviiie siècles ; l’avidité et les prétentions des vendeurs rivalisaient avec l’âpreté et la ruse des acheteurs.

  • 4 Brak : titre porté par le prince du Dualo. Celui du Cayor est « Damel », celui du Baol est « Tègne (...)

21L’achat de la bordure gauche du Bas Sénégal par le gouverneur Schmaltz au Brak4 du Oualo (Mai 1819) et la fondation d’un poste à Dagana mécontentèrent les Trarza qui avaient des prétentions sur le Oualo. Une nouvelle pomme de discorde était mûre — que pourtant, un des plus remarquables Emirs du Trarza, Mohammed el Habid crut pouvoir cueillir en épousant la princesse héritières Diombot. (En réalité il préparait des complications supplémentaires à sa difficile succession).

LES TRARZA

22Entre la mort de l’Emir AU Koury (vers 1800) et l’avènement de l’Emir Mohammed El Habid (1827) le Trarza traversa une crise de désordres dûs aux querelles et aux massacres entraînés par les rivalités pour la succession émirale ; selon qu’un prétendant se déclare ami des Français son rival s’affirme soutenu par les Anglais, ou par d’autres adversaires des Français. Le plus sûr résultat est l’assurance de fructueux coups de mains pour les pillards de tout poil qui dépouillent allègrement traitants et zouaya.

23Mohammed El Habid s’affirma comme Emir des Trarza en supprimant ses rivaux : cette précaution est peut être une des causes de la durée de son règne : 34 ans ! (1827-1860). Energique, intelligent et sans scrupules il tenta d’annexer le Oualo et de contrôler le Brakna ; il pratiqua une politique de mariages fort habile momentanément, mais dangereuse à long terme, car les 9 fils qu’il eut de ses trois épouses s’entre-égorgèrent après sa mort. Il inaugura son règne en guerroyant contre le Oualo, dont le prince était soutenu par les Français. Vaincu, il pomit son émirale protection sur le commerce de la gomme, mais les « coutumes » reçues ne jugea pas nécessaire de tenir sa promesse ; ce qui ne le gêna pas pour la renouveler dans des traités de 1829, 1831, 1835, 1842, 1858 — ce dernier avec Faidherbe… N’ayant pas remporté le succès escompté au Oualo (1835) Mohammed El Habid s’attaqua au Cayor et au Djolof : les Français soutinrent à nouveau les victimes de son ambition.

  • 5 A la demande des commerçants Saint-Louisiens qui n’avaient pas hésité à écrire au Ministre pour ré (...)
  • 6 Vincent quitta st-Louis le 5 mars 1860 avec le savant Mage et l’interprête officiel Bou El Moghdad (...)

24Lorsque Faidherbe devint Gouverneur du Sénégal (décembre 1854)5 son premier soin fut de desserrer la pression que les Trarza exerçaient sur le Bas Fleuve, toujours en direction du Oualo. Après des escarmouches, Mohammed El Habid attaqua en avril la tour du pont de Leybar — mais il y trouve une résistance imprévue et se retira ; mais les gens de Saint-Louis avaient eu peur ! En février 1856 ce furent les forces de Faidherbe qui surprirent le campement de l’Emir au Nord du lac Rkiss puis le relancèrent devant Podor. Mohammed El Habid perdit des alliés : il comprit qu’il fallait faire la paix et envoya sont fils aîné Sidi Mbaïrika négocier avec Faidherbe. Le Gouverneur du Sénégal exigea la reconnaissance par l’Emir de l’indépendance du Oualo (dont le Brak Fara Penda déniait au fils de Diombot tout droit de succession) et de tous les pays au Sud du fleuve ; il fut admis par les Trarza que l’escale du marché de la gomme serait pour eux Dagana — et qu’ils ne passeraient pas le fleuve armés, pour éviter les bagarres ; enfin, les « coutumes » seraient remplacées par un « droit » d’une pièce de guinée à l’Emir pour 500 kg de gomme vendue à l’escale. Mohammed el Habid ne troubla plus la paix — et sans rancune accueillit même le capitaine Vincent envoyé en mission d’exploration dans l’Adrar6 et facilita son voyage. Sur le plan intérieur, Mohammed El Habid eut à faire face aux problèmes ordinaires des chefs hassan : un de ses frères tenta de le renverser : l’Emir le fit assassiner.

25Il voulut intervenir dans l’émirat Brakna ; après un échec (1845-48) il réussit à provoquer la chute de l’Emir Mohammed Rajel des Oulad Siyed (branche cadette) et à le remplacer par Mohammed Sidi qu’en 1855 il détrôna au profit de Sidi Ah, fils de l’Emir Ahmeddou.

26Avec l’Emir de l’Adrar les relations furent assez tendues puisqu’il ravagea ses palmeraies mais fut poursuivi par les Oulad Yahia ben Othman (1856). En revanche, il bénéficia de l’appui des Ida ou AU qu’il soutint dans un conflit avec les Idi Belhassem.. Au début de son règne Hohammed El Habid avait usé avec une habileté consommée de la diplomatie matrimoniale : après Mbaïrika, il avait épousé Fatma des Oulad Daman, réaUsant ainsi l’union des familles princières du Trarza (il appartenait aux Oulad Ahmer ben Daman) puis la princesse Diombot du Oualo : succès passager, car Fatma divorça et sa famille prit fait et cause pour elle, et par la suite les fils de diverses épouses se dressèrent les uns contre les autres.

27Après un règne remarquablement long et rempli, Mohammed et Habid périt de mort violente. Un parti d’opposants résolut de l’assassiner avec son fils aîné Sidi Mbaïrika pour le remplacer par un de ses parents Sid Ahmed ben Ali Khamlich ; le fils de son frère assassine jadis, Mohammed Ali Koury s’était joint à eux pour fusiller à bout portant le vieil Emir endormi sous sa tente (1860). Sidi Mbaïrika, qui avait quitté le campement pour aller visiter des parents, échappa au danger et s’employa à venger la mort de son père dont il revendiqua la succession.

28Ses gens combattirent contre les Brakna Oulad Siyed qui avaient offert un refuge à Sid Ahmed ben Ali Khamlich. Au cours d’un rude combat, le prétendant « invincible à cheval » eut sa monture tuée sous lui et fut alors mis à mort ; un grand nombre de ses partisans Oulad Ahmed ben Daman, cousins ou neveux de Mohammed el Habid périrent dans cette rencontre.

29Après quoi, nul ne songea à contester la légitimité de l’accession à l’Emirat du Trarza de Sidi Mbaïrika, fils aîné de Mohammed el Habid, des Oulad Ahmed ben Daman. En réalité, un nouveau cycle infernal de quereUes était amorcé, car si le nouvel Emir eut l’appui des Aoulad Ahmed ben Daman et de son demi-frère Ali Diombot, le fils de princesse guélouar « aux cheveux tressés », il fut en butte à l’hostilité de la fraction Oulad Daman.

30A l’extérieur, il vécut en bonne intelligence avec les Français du Sénégal, estimant que le versement régulier de ses « coutumes » contribuait puissamment à soutenir son rang d’Emir ; et selon les conventions, il s’efforça d’empêcher les pillages des caravanes venant aux escales. La gêne qu’il apporta ainsi à la « liberté de pillage » considérée comme « légitime » par beaucoup de guerriers servit de prétexte aux Oulad Daman, poussés par les fils de Fatma qui avait acheté la complicité de l’ancien vizir de Sidi Mbaïrika, Khayaroum, à le faire assassiner sous sa tente (juillet 1871).

31Avant de disparaître, il avait autorisé Cheikh Mohammed el Manoun et Cheikh Saad Bou, deux fils de Cheikh Mohammed Fadel, le saint du Hodh, à s’installer dans le Trarza, malgré les critiques des principaux zouaya de la région, où rayonnait encore le prestige de Cheikh Sidya El Kébir, héritier spirituel de Sidi el Mokhtar el Kounti et de la Voie Qadiryia.

32L’instigateur du meurtre de l’Emir, était son demi-frère Ahmed Saloum, le fils aîné de Fatma ; il revêtit le séroual blanc, insigne de l’Emir du Trarza depuis Ali Chandora (1703-1727). Aussitôt, Ah Diombot son demi-frère appela les Oulad Ahmed ben Daman à la vengeance de la victime, revendiqua la succession de Sidi Mbaïrika et se rendit dans le Oualo pour y trouver des appuis supplémentaires auprès de sa famille maternelle.

33Ahmed Saloum chercha à se faire reconnaître Emir par le Gouverneur du Sénégal, ce qui s’accompagnait de la perception des « coutumes » ; mais le Gouverneur n’admit pas facilement l’assassinat injustifiable de Sidi Mbaïrika : il préférait soutenir Ah Diombot. Pour faire pièce à son concurrent Ahmed Saloum acheta le concours du Damel du Cayor, Lat Dior, qui promit de ravager le Oualo ! Au cours d’escarmouches, Ali Diombot faillit être pris par Ahmed Saloum ; par la suite il parvint, à force de ruse, non seulement à se tirer d’affaire, mais encore à supprimer son rival (1873).

34Devenu Emir des Trarza, Ali Diombot reprit la politique de Sidi Mbaïrika. D’esprit très ouvert, il entretint d’excellentes relations avec le Gouverneur du Sénégal, favorisant le commerce aux escales, se réconciliant avec Lat Dior en épousant une de ses filles.

35Comme Sidi Mbaïrika il prétendit s’opposer aux pillages des guerriers aux dépens des caravanes ; et comme Sidi Mabaïrika également, il fut assassiné sous sa tente avec son épouse préférée. Pour que la comparaison soit parfaite, son vizir était le trop habile Khayaroum, qui avait misé ses intérêts sur le propre neveu D’Ali Diombot, le fils de Sidi Mbaïrika que son bon oncle avait sauvé jadis en l’emmenant au Oualo. Le règne D’Ali Diombot (1873-1886) malgré les qualités personnelles de l’Emir, s’achevait sur des violences de mauvais augure.

36Son neveu et meurtrier, Mohammed Fal ne vécut que trois mois d’émirat (octobre à décembre 1886) et trouva, dressés contre lui à la fois le demi-frère et le fils d’Ali Diombot, Amar Saloum et Ahmed Saloum auxquels s’était joint l’inévitable vizir Khayaroum pour qui faire et défaire les Emirs étant devenu une habitude avantageuse ; enfin la plupart des tribus zouaya et des tribus guerrières. Dans la lutte confuse qui mit aux prises les divers partis, Amar Saloum remporta un succès qui lui permit de faire assassiner Mohammed Fal.

37Avec Amar Saloum (1886-1891) le parti Oulad Daman l’emporta d’autant plus facilement que les rivaux éventuels du nouvel Emir n’étaient que des enfants. Amar Saloum cultiva les bonnes relations avec le Gouverneur du Sénégal, car le versement des « coutumes » lui était plus que jamais nécessaire pour réchauffer le zèle de ses partisans. Il devait se débattre dans les habituels conflits entre fractions rivales, aggravées par les intrigues de Khayaroum qui, après quelques années de fidélité, soutenait maintenant les prétentions d’Ahmed Saloum, fils d’Ali Diombot.

38Amar Saloum et Ahmed Saloum demandèrent tous deux l’aide du Gouverneur du Sénégal. Une ruse du machiavélique Khayaroum fit écarter Amar et Ahmed Saloum, officiellement reconnu, bénéficia en conséquences des « coutumes ». Ce qui lui procura des partisans. Pour renforcer sa position conttestée par Amar Saloum, Ahmed Saloum II (1891-1905) passa un accord avec le Gouverneur du Sénégal, demandant à ce que le trarza fut placé sous protectorat français.

39Lorsqu’Amar Saloum eut péri au cours d’un combat (1893) la branche aînée des Oulad Daman suscita un rival à l’Emir qui avait les faveurs des Oulad Ahmed ben Daman, branche cadette, des liens avec les Oualo et l’appui français : toutes choses qui risquaient de le rendre capable d’empêcher les querelles indispensables pour perpétrer de fructeux coups de main. Khayaroum ne manqua pas de soutenir les rivaux d’Ahmed Saloum II, Sidi et Ahmed ould Deid, tous deux fils de Mohammed Fal.

40En 1898 Ahmed Saloum destitua Khayaroum ; du coup, le terrible vizir passa ouvertement au camp adverse. De plus Ahmed Saloum perdit une partie de sa clientèle à la suite de son mariage avec la sœur de l’Emir des Brakna — mariage qui marquait la conclusion de la paix entre les deux princes ; sa première épouse, dépitée, se retira chez les siens — les Oulad Daman — qui eux aussi, passèrent au camp de Sidi.

41Si bien qu’en 1899-1900, Ahmed Saloum, Emir en titre, s’a presque plus de partisans chez les Trarza, abandonné qu’il est par les guerriers Oulad Daman et Oulad Ahmed ben Daman regroupés autour de Sidi et de Khayaroum ould Mokhtar. En novembre 1901, ils détruisaient le camp d’Ahmed Saloum et tuaient son frère. Etabli sur le marigot des Maringouins Sidi bloquait Ahmed Saloum sur le Sénégal et lui interdisait l’accès du Trarza.

42Les Gouverneurs du Sénégal qui depuis quarante ans avaient eu à lutter contre les conquérants noirs venus de l’Est (El Hadj Omar, Amadou Mamadou Lamine) voyaient avec inquiétude reparaître le danger de l’anarchie sur le fleuve : les traitants de Saint-Louis se plaignaient, les populations sédentaires des rives du fleuve étaient razziées, même les enlèvements de personnes se multipliaient.

43Comme le protectorat signé par Ahmed Saloum en 1891 n’avait pas été dénoncé, le Gouverneur soutint Ahmed Saloum, Emir reconnu depuis 1886. Le Brak du Oualo, se souvenant qu’Ahmed était son parent l’aida à battre Sidi en 1902. Mais peu de temps après Sidi razzia Ahmed Saloum.

44C’est alors que l’autorité française sépara les pays de la rive droite du Sénégal et chargea un Commissaire du Gouvernement Général d’y mener une politique particuhère, susceptible de ramener le calme. Ce commissaire était Xavier Coppolani. Avec son action commence une nouvelle page de l’histoire non pas seulement du Trarza mais de Sahara occidental dont il a d’ailleurs reconnu l’originalité en lui donnant un nom : la Mauritanie.

45Avant d’étudier l’action de Coppolani qui commença au Trarza, il faut esquisser les grandes lignes de l’histoire des tribus en relations avec les Trarza, puis avec Coppolani. Les voisins les plus proches des Trarza — et aussi leurs parents — sont les Brakna.

LES BRAKNA

46Si les rapports entre les Gouverneurs du Sénégal et les Emirs du Trarza avaient été souvent orageux ils demeurèrent bien plus amènes avec les Emirs du Brakna, peut être grâce à une erreur des Français dans l’attribution des « coutumes ». La famille émirale du Brakna comprenait elle aussi deux branches : les Oulad Normach, branche aînée, où se recrutaient les Emirs, et les Oulad Siyed, branche cadette. Vers 1766 les Oulad Siyed se trouvaient sur leurs terres du Chemama et entrèrent en contact avec des traitants français tandis que les Oulad Normach nomadisaient plus au Nord. Les Français, ignorant ce détail, offrirent les « coutumes » au sultan des Brakna », c’est-à-dire au prince des Oulad Siyed qui se garda de dissiper la confusion. Malgré les protestations — assez timides — des Oulad Normach, les Oulad Siyed gardèrent le titre émiral et les « coutumes » qui permettaient d’en soutenir la dignité pendant un siècle et demi. Podor fut « l’escale des Brakna » pour la traite de la gomme ; et c’est chez un Cheik des Brakna que René Caillié, en 1824, déguisé en talibé, vint s’initier à la vie nomade pour tenter son exploration à Tombouctou — exploration facilitée par les recommandations de son maître dans la voie Qadiriya.

47Les Emirs Sidi Ely (1800-1810) et Ahmeddou 1er (1818-1841) pratiquèrent une politique d’entente avec les Gouverneurs du Sénégal ; même Sidi Ely intervint en médiateur entre les Français et l’Almamy du Fouta, ce qui lui valut une « coutume d’honneur » pour lui et ses successeurs — et conséquemment, un renforcement de l’influence des Brakna chez les Toucouleur du Fouta. L’occupation du Sénégal par les Anglais pendant les guerres de l’Empire ne lui retira point ses avantages — que le retour des Français le Gouverneur avec Schmaltz lui confirma.

48Son fils, Ahmeddou 1er continua sa politique après quelque hésitation ; ses rapports avec les commerçants, au cours d’un long règne, avaient popularisé son nom, puisqu’un bateau nantais assurant les transports entre Nantes et Saint-Louis porta le nom de « Roi Hameddou ». A l’intérieur de son émirat, il fit face aux problèmes ordinaires qui étaient les éternelles rivalités entre fractions : les Oulad Normach recherchant l’alliance de la branche aînée de la grande tribu des Idou Aïch, les Abakak, tandis que les Oulad Siyed, ses parents, avaient traditionnellement l’appui de la branche cadette, les Chrattit. Un rude affrontement en 1840 laissa l’avantage à Ahmeddou.

49La brusque disparition d’Ahmeddou, empoisonné par son épouse Chratti ouvrit une crise : son fils, Sidi Ely était un enfant, la tribu se divisa sur le choix d’un nouvel Emir. Les Oulad Normach, les oulad Mansour et quelques Oulad Siyed désignèrent Mokhtar Sidi Ould Sidi Mohammed (1841-1843), cousin d’Ahmeddou, tandis que la majorité des Oulad Siyed et le reste de la tribu choisirent Mohammed Rajel ould Mokhtar ould Sidi Mohammed (1842-1851) — choix guidé par le vizir d’Ahmeddou. Chaque prétendant appela ses alliés et la guerre désola les rives du Sénégal : jusqu’à ce que le Gouverneur y mit fin en internant Mokhtar Sidi, coupable d’avoir intercepté des caravanes. Du coup, Mohammed Rajel fut reconnu Emir — ou plutôt régent — les droits du fils d’Ahmeddou étant réservés. Mohammed Rajel fut vite contesté, car l’Emir des Trarza, le turbulent Mohammed el Habib lui créa d’inextricables difficultés.

50Le jeune Sidi Ely, était élevé par le frère aîné et rival de Mohammed el Habib, Ahmed Leïgat, qui vint, avec son pupille chez les Oulad Siyed où le fils d’Ahmeddou comptait de nombreuses fidélités. Mahommed Rajel en prit ombrage et Mohammed el Habib réclama l’extradition de son frère. En 1849 les partisans de Rajel et les Trarza auraient écrasé les Oulad Siyed acculés au fleuve sans l’intervention armée du Gouverneur Du Château qui, pour mettre le jeune Sidi Ely à l’abri après l’assassinat de son tuteur Ahmed Leïgat par l’Emir du Trarza le fit instruire à Saint-Louis. Mohammed el Habib suscita un concurrent à Mohammed Rajel, qui fut dépouillé de son titre et de ses revenus, par Mohammed Sidi.

51Lorsque Sidi Ely eut atteint l’âge d’homme il revendiqua les prérogatives d’Emir des Brakna ; soutenu par les Oulad Siyed et par le Gouverneur Faidherbe il était résolu à venger sur l’Emir des Trarza l’assassinat d’Ahmed Leïgat. Une nouvelle crise menaçait d’enflammer la Guebla et, par le jeu des alliances, d’entraîner l’intervention des fractions du Tagant et de l’Adrar. La force des Idou Aïch du Tagant, bien que divisés, mais dirigés par le remarquable Emir Bakar ould Soueid Ahmed qui n’oubliait pas qu’il descendait d’Abou Bekr l’Almoravide, était un danger virtuel pour les Trarza et les Brakna. A l’étonnement de Faidherbe, ce fut une réconciliation entre les Emirs du Trarza, du Brakna et de l’Adrar qui eut heu à Boutilimit en 1856 et qu’il interprêta comme un succès de Mohammed el Habib et une menace contre le Sénégal — voire comme une amorce de guerre sainte ourdie par Cheikh Sidia el Kébir.

  • 7 Voir l’étude remarquable et récente de S. C. Stewart et E. K. Stewart, « Islam and social order in (...)

52En réahté, cette réconciliation était l’œuvre de la personnalité la plus prestigieuse du Sud-Ouest saharien, Cheikh Sidia el Kébir qui, depuis plusieurs anées s’efforçait d’apaiser les passions et de réconciher les adversaires ; la plupart avaient été peu ou prou ses élèves et il leur en imposait par sa réputation de saint, son autorité de chef de la Confrérie Qadiriya, sa supériorité morale et intellectuelle ; dans une société anarchique en voie de désagrégation il restait le seul facteur d’unité7.

  • 8 Elle sera la mère d’Ahmeddou II, Emir de 1903 à 1908.

53Cependant, les vieilles querelles reprirent, Abakak et Chrattit intervenant traditionnellement aux côtés des fractions adverses du Brakna. Sidi Ely résolut la question de sa rivalité avec Mohammed Sidi d’une façon radicale : il tua d’un coup de feu son concurrent au cours des fêtes qui devaient marquer leur réconciliation, puis épousa sa veuve, Garmi8. Et il règna de 1858 à 1893, entretenant de bonnes relations avec les Gouverneurs du Sénégal ; il leur devait la vie…

  • 9 Bourrel, « Voyage dans le pays des Maures Brackna, rive droite du Sénégal, juin-oct. 1860 ». Rev. (...)

54Il reçut à son campement l’enseigne de vaisseau Bourrel et le lieutenant des spahis sénégalais Ahoune Sal venus l’un en voyage d’études9 l’autre en mission (juillet 1860). Et il résista aux intrigues de l’Emir des Trarza, Sidi Mbaïrika qui voulait le faire remplacer par un personnage à sa discrétion. Le Gouverneur Faidherbe s’entremit pour réconcilier les deux Emirs (1864). Jusqu’en 1893, fin de son règne, Sidi Ely mena l’existence normale d’un Emir, louvoyant entre les difficultés provoquées par les ambitions et les intérêts des diverses fractions de sa tribu. Il est normalement allié des Français ; il l’est aussi occasionnellement des Toucouleur, mais il lui arrive de diriger contre eux des expéditions. Les principaux désagréments viennent du côté de l’Emir du Trarza, mais le principal danger est celui que représente l’Emir du Tagant avec les Idou Aïch. A l’intérieur du Brakna, la situation de Sidi Ely n’est pas sérieusement contestée, puisque son fils Ahmeddou lui cuccéda sans difficulté.

  • 10 Faidherbe avait remplacé les « coutumes » par un « droit » de 3 % sur la gomme sortant du Trarza e (...)

55Ahmeddou II (1893-1908) se révéla vite malchanceux et maladroit, défauts aussi rares que gênants pour un Emir. Il ne parvint pas à limiter les pillages sur le fleuve, ce qui entraîna des brouilles intermittentes avec les Gouverneurs du Sénégal et, plus grave pour lui, la retenue sur ses « coutumes » du montant des déprédations commises par ses gens10.

56Un conflit entre zouaya Dieïdiba et Oulad Biri (ces derniers appartenant à la tribu de Cheikh Sidia Baba, petit-fils et héritier de Cheikh Sidia el Kébir) et une contestation au sujet de la propriété de certains puits de l’Amatlich dégénèrent en passes d’armes, car les guerriers Oulad Daman et Euleb soutinrent les Oulad Biri, leurs marabouts, tandis que les guerriers Brakna prenaient fait et cause pour les Dieïdiba ; finalement ce sont les biens de zouaya qui firent les frais des bagarres ; les Français intervinrent pour réconcilier tout le monde (1896-97) et en 1912 firent admettre que puisque les puits étaient suffisamment abondants, Oulad Biri et Dieïdiba les utiliseraient également.

57L’animosité entre Oulad Biri et Lieïdiba fut fatale à Ahmeddou qui par sohdarité avec ses zouaya se détourna de Coppolani et passa au camp des Idou Aïch (fin 1903). Il fut déclaré déchu, ses biens confisqués — tandis que les Oulad Normach s’empressaient d’aller saluer Coppolani, Commissaire du Gouvernement Général et de lui renouveller les promesses d’amitié qu’Ahmeddou II n’avait pas tenues.

LES IDOU AÏCH

58Sous le nom de Barougha, tribu princière du Tiris, ces Sanhaja ont combattu aux côtés d’Abou l’Almoravide qu’il revendiquent comme l’ancêtre de leurs princes. Ils avaient pour compagnons les Messouna, les Tadjakant, les Dedlich. Les déplacements des tribus consécutifs à l’arrivée des Maqil (vers 1220) et surtout leur écrasement par les Hassan à la fin du xve siècle les amenèrent dans la région de Shinguetti. Ils recherchèrent la protection de la grande tribu chérifienne des Ida ou AU, sans lui payer tribut ni abandonner les armes ; en signe d’alliance, ils prirent alors le nom d’Idou Aïch (tous les alliés des Ida ou Ah ont un nom commençant par Id). Au cours du xviie siècle leur tentative de secouer le joug des hassan Oulad Mbarek se solda par un échec si rude qu’il leur fallut un siècle pour reconstituer leurs forces. C’est cependant en compagnie de leurs suzerains qu’au début du xviiie siècle ils firent la preuve de leur valeur guerrière en aidant les Oulad Mbarek à vaincre des tribus du Nord près d’Idjil (1715).

59Leur hbération fut l’œuvre de Mohammed Chein qui fut leur chef pendant 50 ans. Il s’allia aux hassan Oulad Ta AUah et se ménagea l’amitié de l’Emir de l’Adrar en lui donnant sa sœur en mariage. Une série de victoires remportées sur les Oulad Mbarek (1738, 1778, 1780, 1783) contraignit ces derniers à quitter le Tagant pour le Hodh — où les anciens vassaux des Idou Aïch, les Mechdouf, les rangèrent, avec toutes les autres tribus de la région, sous leur autorité (1850).

60Restés maîtres du Tagant, les Idou Aïch se donnèrent un Emir qui fut Mohammed Chein, descendant d’Abou Bekr ; sûrs de leur force, ils firent des incursions en Adrar, au Brakna et au Trarza. L’œuvre de Mohammed Chein fut continuée par son fils Mohammed. Mais à la mort de ce dernier une crise de succession s’ouvrit entre son fils Soueid Ahmed et ses six frères. Soueid Ahmed se réfugia chez les Kounta Ould Sidi Aïb Allah suivi des guerriers Oulad Ta Allah. La tribu se partagea en deux : les Abakak, fidèle à l’Emir choisi dans la branche aînée et les Chrattit, partisans d’un oncle de Soueid Ahmed, Al Mokhtar qui s’allia aux Ahel Sidi Mahmoud (1825).

  • 11 Abakak et Chrattit : deux sobriquets attribués à chaque fraction par ses adversaires ; Les Abakak (...)

61Finalement, les deux adversaires s’aperçurent qu’ils risquaient de se faire absorber par de trop puissants alhés : les Kounta et les Ahel Sidi Mahmoud. L’union se refit en 1826-1827 ; mais elle resta compromise par la participation des Abakak et des Chrattit11 aux querelles de succession du Brakna. Ce qui valut à plusieurs prétendants à l’émirat du Tagant de périr de mort violente entre 1831 et 1836.

62En 1836 Bakar ould Soueid Ahmed remplaça son frère Mohammed comme Emir des Idouaïch. Agé d’une vingtaine d’années, supérieurement intelligent, il put se vanter « d’avoir traité avec tous les gouvernements français depuis Louis-Philippe, d’avoir vaincu toutes les tribus jusqu’à Tombouctou et même d’avoir vaincu Faidherbe ».

63Les 70 ans de règne 1836-1905 du grand Bakar se partagent en deux périodes politiques dont le but reste constant : regrouper sous l’hégémonie Idou Aïch les tribus Sanhaja et leurs alliés pour vaincre les Hassan et s’imposer au Tagant, dans le Sud Est au contact du Sénégal et dans l’Est.

  1. De 1836 à 1890, Bakar lutta contre les tribus du voisinage spécialement les Hassan et les Kounta ; pour cela, il forma un bloc Sanhaja avec les Chrattit, les Tadjakant et les Idou el Hadj qui pillèrent le ksar de Rachid établi par les Kounta12 dont une partie se dispersa en Adrar et au Brakna. Une réconciliation avec les Kounta du Brakna permit une expédition fructueuse contre Mohammed el Habib, mais une rupture entre Abakak et Chrattit, alliés aux Tadjakant, Ahel Sidi Mahmoud et Souaker valut un deuxième pillage de Rachid (1855). L’antagonisme Abakak-Chrattit permit aux Mechdouf installés dans le Hodh de vaincre leurs anciens suzerains Idou Aïch (1879). Il faillit entraîner la déconfiture des Idou Aïch par les Ahel Sidi Mahmoud alliés aux Mechdouf : Bakar et les Abakak furent vaincus à Tousirat (1881) et malgré une réconciliation hative des frères ennemis, les Idou Aïch furent encore défaits à Aguemoun (1882). Heureusement pour eux, des discordes éclatèrent entre leurs adversaires et Bakar écrasa les Ahel Sidi Mahmoud à Medroun (fin 1882). Le péril Ahel Sidi Mahmoud était conjuré, la tribu formée d’éléments divers groupés autour d’un saint — Abdallahi ould Sidi Mahmoud — se désagrégeait. En 1890, l’hégémonie Idou Aïch s’étendait sur le Tagant, les régions du Sud (Mal, Guimi et même Podor) et l’Emir Bakar tournait ses ambitions vers l’Adrar dont cependant l’Emir en place depuis 1872, Ahmed ould Mhamed, était son neveu qu’il avait recueilli après la mort de son père, l’Emir ould Sidi Ahmed ould Ethman13
  2. 1890-1900. Durant cette période, l’Emir du Tagant entra en lutte contre celui de l’Adrar, soutenu par les Oulad Jaffria et les Kounta. Les relations cordiales et même familiales qui avaient régné entre les familles émirales du Tagant et de l’Adrar se transformèrent en vendetta lorsque Ahmed ould Sidi Ahmed ould Aïda découvrit que l’instigateur du meurtre de son prédécesseur et cousin Ahmed ould Ahmed n’était autre que Bakar (1891). Après un coup de main contre le camp de Bakar qui fut blessé et la « guetna » faite à Tidjidja à la barbe des Idou Aïch, l’Emir de l’Adrar qui s’était allié aux Kounta fut vaincu (1893) mais il empêcha les Idou Aïch de pénétrer dans son fief. Les vieux antagonismes entre Hassan et Sanhaja groupèrent les tribus en deux masses hostiles ; derrière l’Emir de l’Adrar se rangeaient les Oulad Nacer et les Kounta, tandis que Bakar appelait à lui les Lemtouna : Tadjakant, Idou el Hadj, Ahel Sidi Mahmoud. La rencontre décisive eut heu à Ksar el Barka (1894). Les Idou Aïch écrasèrent leurs adversaires, le chef des Kounta périt (ce qui devait laisser dans la tribu un intense désir de vengeance), les vaincus regagnèrent leurs régions d’origine.

64Bakar soutint encore les Oulad Gheilan révoltés contre l’Emir de l’Adrar et de 1895 à 1897 des contingents Idou Aïch et Ahel Sidi Mahmoud écumèrent l’Adrar. Les Sanhaja allaient-ils prendre une revanche sur les Hassan ?

65Fin politique, Bakar se réconcilia avec le nouvel Emir de l’Adrar Al Mokhtar ould Aïda qui abandonna vite les soucis du pouvoir pour se consacrer à la poèsie, et réussit même à marier une de ses sœurs au régent ; les oulad Gheilan rentrés dans l’ordre, la « paix de Bakar » s’étendit alors sur l’ancien fief des Lemtouna. Bakar avait prouvé sa force et contrôlait le Tagant, l’Assaba, le Gorgol, le Guidimaka et le S.E. du Brakna. En Adrar, les oulad Jaffria s’effaçaient devant les Oulad Ammoni et les Oulad Gheilan qui tenaient tête aux Regueibat les grands nomades du Nord, dont la puissance devenait inquiétante. Les Kounta, durement éprouvés, ne pouvaient relancer la guerre. Les Hassan de l’Ouest, Oulad Bou Sba, Oulad Delim, Trarza, Brakna sont en proie à l’anarchie. Ne risquent-ils pas la submersion par une « vague sanhaja » déferlant du Nord-Est et du Sud-Est ? L’intervention de Coppolani en faveur des Kounta fit basculer la fortune en brisant la puissance Idou Aïch au combat de Bou Gadoum où Bakar trouva la mort (1905).

LES KOUNTA

66Ils forment l’une des tribus les plus nombreuses et en même temps qu’une des plus dispersées. Partis du Sud marocain selon leurs origines qu’ils rattachent à Oqba ben Nafi, ils échelonnent leurs fractions du Touat à l’Adrar et au Tagant, de l’Assaba au Hodh et à l’Azaouad, de la boucle du Niger au Timetrin et à l’Adrar des Iforas. Depuis 7 ou 8 siècles, chaque branche de la tribu s’est développée indépendamment et chaque fraction ne garde avec les autres que des liens à la fois ténus et solides. Tous les Kouta ont en commun :

  1. leur affiliation à la voie Qadiriya (Ahmed el Bekkaï fils de l’ancêtre éponyme Sidi Mohammed el Kounti en fut une des lumières (milieu xve-début xvie siècle) ;
  2. ils forment une tribu lettrée, possédant des traditions et des écrits nombreux ;
  3. d’origine arabe, ils ont contracté des unions avec les filles des grands zouaya sanhaja et ont toujours montré une vocation pacifique et rehgieuse ; ils sont considérés comme les gardiens de l’orthodoxie islamique dans le Sahara occidental. Bons commerçants, ils ont aménagé des palmeraies à Talmeust (xvie siècle) à Ksar el Barka (1690) à Rachid (1723).

67Les écoles religieuses avaient toujours fleuri chez les Kounta ; à la fin du xviiie et au début du xixe siècle le saint et savant Sidi el Mokhtar el Kounti (1729-1811) donna un nouveau lustre à la Confrérie Qadiriya qu’il dirigea, renouvella le rite malékite et par son prestige de juriste et de médiateur acquit prestige et puissance dans tout l’Azaouad. Son fils Sidi Mohammed poursuivit son œuvre, aidé par un disciple particulièrement brillant ; Cheikh Sidya, des Oulad Biri du Trarza. A la mort de Sidi Mohammed (1826) Cheikh Sidya hérita de la direction de la voie Qadiriya et du rôle d’arbitre de ses maîtres kounta. Comme Sidi el Mokhtar, il devait recevoir de ses contemporains le qualificatif de « Grand » el Kébir. Le prestige des Kounta, l’héritage spirituel et temporel — tenu par le petit-fils de Cheikh Sidya el Kébir, Cheikh Sidya Baba, ont pesé lourd pour Coppolani qui s’était imprégné de la pensée islamique.

68Nous ne pouvons entrer dans le détail de l’histoire des tribus du Sahel et du Hodh où au xixe et xxe siècles, les Mechdouf jouèrent un rôle de premier plan, ni dans celui des tribus de l’Adrar et du Tagant — les Idou Aïch mis à part. En effet, les Ida ou Ali, qui jouèrent un rôle essentiel dans le Tagant aux xvie et xviie siècles s’effacèrent devant leurs anciens protégés. Leur plus grande originalité pour l’histoire moderne de la Mauritanie est leur appartenance à la Voie Tidjaniya. En revanche, il faut donner quelques indications sur les Regueibat.

LES REGUEIBAT

  • 14 Ilouich = peau de mouton tannée avec sa laine. Certains Regueibat élèvent des moutons superbes, à (...)

69Bien qu’ils se disent chorfa, Les Regueibat sont d’origine berbère et installés aux confins du Sud marocain. Les renseignements solides qui les concernent ne remontent pas au-delà du xviiie siècle. Au début du xixe siècle, se trouvant « trop à l’étroit sur l’ilouich14 de la Gaada » ils se heurtèrent aux tribus hassan Oulad Salem et Oulad Moulate qui phèrent devant les anciens marabouts qui avaient laissé le chapelet pour manier le fusil. Ils firent la guerre aux commerçants Tadjakant, assiégèrent et détruisirent la ville-marché de Tindouf, alors à son apogée (1895). Quelques années plus tôt, ils avaient battu des Kounta (1865) des tribus hassan Oulad Lab et Oulad Delim, ces derniers chassés du Sahara atlantique vers l’Oued Noun (1890).

  • 15 Oulad Bou Sba : tribu chorfa, originaire du Sud, marocain, installé dans le Sud-Ouest atlantique d (...)

70Grands nomades chameliers, ils nomadisent de l’Akchar à l’Adrar, du Draa au Hank et à l’Iguidi. Leurs incursions au voisinage de l’Adrar provoquèrent des accrochages avec les Oulad Gheilan ; après 4 ans de luttes (1899-1903) un modus vivendi fut trouvé, mais le seul nom de Regueibat éveillait des craintes chez les tribus de Mauritanie ; ces craintes furent confirmées quand une troupe d’Oulad Bou Sba15 fut écrasée à Foucht (1906) et un razzi de même origine à Lemden, en 1910.

71Les Regueibat se partagent en deux grandes confédérations : a) les Reguebiat Sahel, à l’Ouest, chamehers et moutonniers ; b) les Regueibat Lgouacem, ou Cherg, à l’Est, surtout chameliers. Au point de vue politique, ils restèrent indépendants des Emirats maures comme des caïds Tekna, ultimes représentants du Maghzen vers le Sud.

  • 16 Djemaa : assemblée des chefs de familles.

72Très individualistes, les Regueibat n’eurent jamais de chefs suprêmes, comme les Emirs ; leurs « djemaa »16 eurent toujours une autorité certaine à l’intérieur de chaque fraction. Ils ont maintenu, dans sa rigueur et sa pureté, l’existence rude mais splendidement libre des grands nomades.

II. — LA MAURITANIE SOUS LE DRAPEAU FRANÇAIS

73Après avoir vu leur position renforcée à l’intérieur de leur tribu par la perception des « coutumes », les Emirs du Trarza et du Brakna demandèrent l’intervention des Gouverneurs du Sénégal dans leurs querelles intérieures : la dépendance économique risquait de devenir politique.

  • 17 Sur la biographie de Coppolani, voir R. Randau, « Un corse d’Algérie chez les hommes bleus : Xavie (...)

74Du côté français, on se trouvait assez embarassé par la situation paradoxale du Traza où l’Emir officiellement reconnu et protégé, Ahmed Saloum, n’avait pratiquement plus de partisans : ils étaient regroupés autour de son compétiteur et cousin Ould Sidi Mohammed Fal, dit Sidi. Pour sortir de la confusion, le Gouvernement décida d’envoyer dans les pays maures un « Commissaire général » : Xavier Coppolani17.

A. Coppolani et la « pÉnÉtration pacifique »

75L’avantage de Coppolani sur la plupart de ceux qui l’avaient précédé chez les Maures, était sa connaissance de l’arabe (il en parlait plusieurs dialectes dont l’hassaniya et écrivait avec distinction l’arabe littéral) et sa sympathie pour la culture islamique dont il était imprégné. Il avait écrit, en collaboration avec un collègue des bureaux arabes d’Algérie, Octave Depont, un remarquable ouvrage sur « les confréries religieuses mulsu-manes » (1897). Il écrivait : « Ces confréries très puissantes ont leurs apôtres, leurs docteurs qui tienne des écoles — les zaouya… leurs revenus, alimentés par les dons et les quêtes. Chaque confrérie a surtout son chef, le Cheikh, héritier de la « baraka » du Saint Fondateur. Il est chef d’école, directeur de conscience et conseiller politique, car l’Islam ne sépare pas le « laïc » du « religieux ». Ces confréries ont une puissance financière et morale qui leur permet de jouer un rôle politique ». Pour compléter son ouvrage il demanda une mission dans les pays musulmans d’Afrique ; le général de Trentinian, alors Gouverneur du Soudan, le chargea d’une mission au « Soudan et au Sahel méridional » afin d’entrer en contact avec les tribus du Hodh et de l’Azaouad. Il fut partout bien accueilli : sa haute taille, sa prestance et surtout la connaissance qu’il avait de la langue, de la rehgion et des préoccupations de ses interlocuteurs les charmait ; c’est ainsi que les chefs Mechdouf devaient lui rester indéfectiblement fidèles. De retour, Coppolani présenta un « plan d’ensemble d’organisation des tribus maures » véritable exposé de la politique à suivre au Sahara occidental ; il insista sur le rôle de Ma El Aïnin, le grand Cheikh de la Seguiat el Hamra, carrefour de pistes, par où le Maroc peut être pris à revers ; il souligna l’importance stratégique des hauteurs de l’Adrar qui prolongent au Nord celles du Tagant et sur l’utilité qu’il y aurait, pour la France, à établir une « Mauritanie occidentale », rassemblant sous une même égide toutes les tribus maures. Ce rapport est à l’origine de la décision du 27 décembre 1899 déjà citée.

  • 18 Comité de l’Afrique française créé en 1890. Sont également partisans de l’expansion coloniale Wald (...)

76En plaçant une « Mauritanie occidentale » sous le drapeau français, le Gouvernement se ralliait aux vues d’Eugène Etienne et de son « groupe colonial », soutenues par le « Comité de l’Afrique Française »18 ; des rives de la Méditerranée à celles du golfe de Guinée, les territoires acquis par la France seraient rassemblées en un empire cohérent, des liaisons uniraient l’Algérie à l’Afrique noire. Ce projet ne souleva pas l’enthousiasme au Sénégal où Gouverneur et commerçants restaient partagés entre le désir de paix et les risques financiers que comportait une action capable de l’assurer ; la traite sur le fleuve restait d’un aspect terriblement archaïque et la flibuste s’y exerçait encore… A Paris, le Ministre des Affaires Etrangères Delcassé soulevait des objections : la création d’une « Mauritanie occidentale » soulèverait la question du Maroc — où les ambitions françaises risquaient de se heurter avec celles de l’Espagne ; de plus, il faudrait régler le problème avec l’Angleterre, et l’Italie.

77Avec cette dernière puissance, un accord secret fut conclu en décembre 1900 : si la France étendait son influence sur le Maroc, l’Italie pourrait faire de même en Tripolitaine. Avec l’Espagne, la convention du 29 juin 1900 définit comme équivalence des « Présides » qui remontaient aux Rois Catholiques mais dont on ne retrouvait point de trace, l’enclave d’Ifni et le Rio de Oro dont les frontières furent délimitées théoriquement sur la carte, en attendant que des reconnaissances sur le terrain permettent de préciser les détails (source de discussions qui n’était pas tarie 60 ans plus tard). Avec l’Angleterre, il y avait tout un contentieux colonial, aigri par l’affaire de Fachoda, qui elle même avait envenimé la « question d’Egypte » ; finalement, l’abandon par la France de ses revendications en Egypte fut équilibré par l’accord à des compensations territoriales au Maroc.

78Coppolani qui tenait à son projet de « Mauritanie occidentale » osa demander une entrevue au Président du Conseil Waldeck-Rousseau qui se laissa convaincre et constitua une « Commission interministérielle chargée d’examiner la situation respective de l’Algérie et de l’Afrique occidentale au regard l’une de l’autre et au regard des pays limitrophes » (juin 1901) ; le 3 mars 1902 la Commission émit un avis favorable pour « occuper les territoires de Gao à la côte, sauf ceux compris entre le Cap Juby et le Cap Bojador » (c’est-à-dire le Rio de Oro). Le Ministre des Affaires Etrangères laissa signer le décret qui consacrait l’existence d’une « Mauritanie saharienne » dont Coppolani serait le délégué général du Gouvernement.

  • 19 Après la mission Vincent, d’autre sexplorations — de caractère surtout « géographique » — s’aventu (...)

79Au Sénégal, les Chambres de Commerce et le Conseil Général protestèrent et le Gouverneur général d’AOF déclara : « Une action en pays maure ne peut rien rapporter »19. Coppolani devra se contenter d’un « service spécial des affaires maures à Saint-Louis » et d’une petite escorte de sécurité — sans caractère militaire — s’il doit se déplacer en Mauritanie.

  • 20 Le commerce caravanier avait fait la fortune du Sahara occidental et celle des tribus nomades comm (...)
  • 21 L’enthousiasme colonial des années 1890 retombe vers 1900 ; on estime, en France, que les buts suf (...)

80Coppolani se déclara enchanté et proclama que l’action qu’il entendait mener, reposait sur une politique de prestige et de compréhension, ne nécessitant point de forces militaires. Il espérait réaliser la jonction entre le Sénégal et le Maroc, du Sud vers le Nord : jusque-là, toutes les missions — en particuher, celles qui avaient pour but la prospection de l’itinéraire de l’éventuel chemin de fer transsaharien avaient échoué : la tragédie de la mission Flatters n’était pas oubliée. Du même coup, la Mauritanie retrouverait sa fonction, qui était celle d’une zone de contact et d’échanges entre Afrique blanche et Afrique noire20. Connaissant la magie du verbe, Coppolani trouva une formule nouvelle : il gagnerait la Mauritanie par « la pénétration pacifique » ; formule destinée à endormir les craintes et les méfiances de ceux qui redoutaient la coûteuse conquête d’un pays désertique21 ; pour lui, il n’y avait là ni panacée, ni mystique, mais par la suite il se trouva emprisonné par cette image et dut paraître emporter des succès uniquement par la force de la persuasion.

  • 22 Un Smacide de l’Adrar alla trouver Cheikh Ma El Aïnin pour le prier, au nom de tous les Chioukh de (...)

81Au Trarza, la rivalité qui opposait Ahmed Saloum à Sidi entraînait désordres et pillages dont les biens des zouaya faisaient les frais. Cheikh Sidya Baba avait tenté de ramener la paix entre les concurrents, sans succès durable ; excédés, certains zouaya souhaitaient une intervention extérieure pour ramener les guerriers à la raison22. Chargé de diriger une mission au Trarza en fin 1902, Coppolani reçoit à Dagana Ahmed Saloum qui signe une déclaration plaçant le Trarza sous protectorat français ; l’acte est ratifié par les notables présents. Des fractions viennent faire acte d’allégeance à Coppolani, sans se soucier de Sidi qui a « déclaré la guerre sainte » et s’est allié aux Idou Aïch ; ce qui ne l’empêche pas de venir faire sa soumission, lui aussi, au début de 1903.

  • 23 On a épilogué sur la pensée profonde de cheikh Sidya Baba : « le meilleur ami de la France » selon (...)

82Du coup, l’Emir du Brakna, Ahmeddou, qui guerroyait contre les Oulad Biri de Cheikh Sidya Baba, arrête les hostilités et demande le protectorat français. Coppolani traite magnifiquement les Emirs et fait construire une ligne de postes au Nord du Sénégal pour en protéger la vallée. Et il noue des liens d’amité avec les zouaya de la « Guebla » (= zone Sud), tout particulièrement avec le plus illustre d’entre eux, Cheikh Sidya Baba : ces deux personnalités exceptionnelles se comprennent et se font confiance23.

83Le Gouverneur général Roume est satisfait : il approuve Coppolani qui voit dans l’Adrar — où il compte accéder un jour — une marche d’accès vers le Maroc. Mais les querelles reprennent et les Emirs font volte face. Finalement, les vues de Coppolani se trouvent confirmées : les seules forces d’union en Mauritanie sont représentées par les Chioukh ; la Mauritanie occidentale se partageait entre quatre obédiences :

  1. Celle de Cheikh Sidya Baba, petit-fils de Chikh Sidya el Kébir, né vers 1862 dans la tribu des Oulad Biri. Il étendait son influence sur le Trarza, le Brakna, le Tagant et même une partie de l’Adrar où elle se heurtait à celle de
  2. Cheikh Ma El Aïnin, fils de Cheikh Mohammed Fadel, installé dans la Seguiat el Hamra, et dont le fief spirituel s’étendait sur le Nord saharien et les confins marocains. Il jouissait de la réputation de taumaturge et aurait écrit des traités de magie. 11 se montra hostile aux Français, à l’inverse de son frère
  3. Cheikh Saad Bou, installé au Trarza, mais dont l’influence s’exerce surtout chez les noirs du Sénégal ;
  4. Cheikh Suleyman, le quatrième ne joua pas de rôle important.

84Tous ces Chioukh avaient pour fortune les revenus de leurs troupeaux, de leurs terres de cultures, de leur commerce et surtout les produits de quêtes (ziara) et de dons ; pour organiser ces quêtes en pays sénégalais, il fallait l’autorisation du Gouverneur. Tous ces Chioukh appartiennent à la Voie Qadiriya, (Qadiriya Bekkaya pour Cheikh Sidya qui est le chef de la tradition orthodoxe léguée par Sidi Mokhtar el Kounté, Qadiriya Fadeha pour Cheikh Ma El Aïnin et Cheikh Saad Bou qui invoquent, comme chef précédent, leur père, Cheikh Mohammed Fadel) tous, à l’exception de Cheikh Ma El Aïnin entretiennent de bonnes relations avec Coppolani ; mais entre ce dernier et Cheikh Sidya il y a une véritable sympathie, qui les amène à échanger lettres fleuries et cadeaux d’amitié.

  • 24 Lettre de Coppolani au Gouverneur Général Roume du 5 avril 1904. Arch. Dakar, 9 G 7.

85A la fin de 1904 Coppolani s’avance vers l’Est du Brakna et se rapproche du Sénégal « touchant à deux points sensibles : le commerce européen sur le fleuve et le trafic des esclaves »24. Il se trouve à Kaédi au début de 1904 et fait le compte de ses alliés : les Mechdouf du Hodh, les Kounta (adversaires des Idou Aïch qui les ont malmenés) les Oulad Biri et Cheikh Sidya qui lui a cédé sa dune de Boutilimit — de tous côtés lui parviennent des lettres de chefs : il est auréolé de la « baraka ». C’est le moment de mettre sur pied la « Mission d’organisation des territoires du Tagant », qui d’entrée poursuit des bandes de pillards Idou Aïch.

  • 25 Mémoires inédits de Frèrejean.

86Après un repos en France., Coppolani revient en Mauritanie « territoire civil » dont il est nommé « Commissaire général du Gouvernement général ». Bien que la situation soit redevenue confuse au Trarza et au Brakna, il organise la mission « Tagant-Adrar » et renforce son escorte de sécurité de 70 tirailleurs et de guerriers maures encadrés d’officiers placés « hors cadres », comme le fameux capitaine Frérejean qui dans cette « mission pacifique sera chargé de tout ce qui n’est pas pacifique »25.

  • 26 Ma El Aïnin a eu connaissance de l’accord franco-anglais. Le jeune Emir de l’Adrar a pour rivaux s (...)
  • 27 Il affirmera pouvoir conférer l’affiliation à toutes les Voies, Tidjaniya comprise ! Ce qui inadmi (...)

87De leur côté, l’Emir du Tagant et ses fils battent le rappel de leurs partisans ; ils envoient une « sorba » (ambassade) à Cheikh Ma El Aïnin et au sultan Moulay Abd el Aziz pour demander leur concours ; l’Adrar, où se sont réfugiés les irréductibles Brakna est un fief de Cheikh Ma El Aïnin dont un fils, Cheikh Hassana, fait fonction de régent auprès de l’Emir — enfant Sid Ahmed ould Ahmed ould Aïda (dit ould Aïda). Ma El Aïnin, qui redoute que les Français prennent pied au Maroc26 s’inquiète des progrès de Coppolani vers l’Adrar : facilité par Cheikh Sidya, le succès de Coppolani risque d’entraîner, pour le chef de la Voie Qadiriya Bekkaya un élargissement de son prestige, déjà immense, et du nombre de ses adeptes, ce qui ne se ferait qu’aux dépens du fief spirituel (et temporel, si l’on songe aux revenus des quêtes et des dons) du Cheikh de la Seguiat el Hamra. Dissimulée par les rivalités entre fractions, tribus ou familles, par les intrigues locales et même par les combinaisons de la diplomatie européenne, une terrible lutte d’influence spirituelle oppose les deux grands Chioukh du Nord et du Sud Mauritanien ; Cheikh Ma El Aïnin a mêlé aux questions religieuses tout un réseau de forces politiques — ce qui lui vaudra d’ailleurs de sévères critiques des musulmans rigoureux27.

88Après avoir surmonté tant bien que mal les problèmes du ravitaillement, la Mission de Coppolani pénètre au Tagant (février 1905) tandis que le groupe Frérejean livre combat aux Idou Aïch ; à Bou Gadoum la force guerrière des Idou Aïch est dispersée, le vieil Emir Bakar est tué : ses fils viennent à composition (1er avril). Frèrejean et sa troupe rejoignent la Mission à Tidjidja où Coppolani attend une colonne de ravitaillement avant de s’engager dans l’Adrar dont l’ex-Emir dépossédé voudrait être restauré, mais où beaucoup de guerriers lui sont hostiles. Pour Coppolani, le succès semble à portée de main, nul ne doute que les guerriers de l’Adrar connaîtront le même sort que ceux des Idou Aïch ; il a réalisé, avec de faibles moyens, ce qui semblait, trois ans plus tôt, une gageure.

  • 28 Le chef de la troupe est Sidi Seghir ould Moulay Zein, mokkaden des Ghoudf ; la secte des Ghoudf a (...)

89Le 12 mai au soir, il tombait sous les coups d’un petit groupe de fanatiques28, entrés par surprise dans le camp de Tidjidja ; privée de son chef, la Mission Tagant-Adrar était bloquée, puis assiégée par les guerriers rameutés par Cheikh Hassana ; de son côté, Cheikh Ma El Aïnin obtenait l’envoi d’une troupe commandée par Moulay Idriss, parent du sultan du Maroc, et lui-même achetait armes et munitions de contrebande dans la Seguia pour en fournir ses partisans.

90L’enquête menée par le capitaine Frèrejean qui assure la défense de Tidjidja en attendant l’arrivée du nouveau Commissaire du Gouvernement général, le Colonel Montané-Capdebosc, confirme les vues de Coppolani sur le rôle déterminant de Cheikh Ma El Aïnin comme instigateur des menées hostiles ; il tient une partie de l’Adrar par l’intermédiaire de son fils Cheikh Hassana ; heureusement pour les Français, il y a des réfractaires à ses appels : les Kounta, les commerçants de Shinguetti, les disciples de Cheikh Sidya et de Cheikh Saad Bou. L’attaque menée par Hassana contre le camp de Tidjidja est repoussée — ce qui rallie des hésitants — (18 juin) ; et le nouveau Commissaire général arrivé à pied d’œuvre le 24 juin a le courage de préconiser le maintien de Tidjidja comme centre d’une nouvelle région administrative et celui de l’œuvre de Coppolani, malgré les critiques haineuses des traitants Saint-Louisiens. Montané-Capdebosc rédige un « Rapport sur la réorganisation du territoire civil de la Mauritanie » (octobre 1905) qui pose les bases administratives de la Mauritanie, bases qui demeureront jusqu’à l’Indépendance du pays (les circonscriptions administratives ne subiront que quelques modifications de détail).

Le problème de la Mauritanie est posé en jonction de celui du Maroc

91Dès juin 1905 le Gouverneur général Roume avait demandé au Ministère des Colonies de provoquer une intervention de la Légation de France auprès du Maghzen ; ce dernier, espérant un soutien allemand, se montra fort évasif ; de plus, en le créditant même de la meilleure volonté, que pouvait-il faire aux confins sahariens ? Au début de 1906, on a compris, du côté français, que le danger réel en Mauritanie, lui est en quelque sorte extérieur : il vient des régions de la Séguiat el Hamra et de l’oued Draa, en un mot du fief de Cheikh Ma El Aïnin.

  • 29 Ali Chandora demanda au Sultan de le reconnaître comme Emir du Trarza ; le sultan lui accorda de p (...)
  • 30 P. Marty, Etude sur l’Islam maure (Cheikh Sidia et sa voie, les Fadelia), p. 139, Paris, Leroux ; (...)

92Cheikh Ma El Aïnin fait écrire à divers chefs politiques et religieux de Mauritanie de reconnaître la suzeraineté du Sultan du Maroc : aux gens de l’Adrar il promet en échange des armes, à Cheikh Sidya, il parle d’un cachet remis à l’Emir Ali Chandora (au xviiie siècle)29 et dans l’immédiat de menace de « guerre sainte » contre les Français. Cheikh Sidya s’étonne : le sultan n’a jamais protégé la Mauritanie où la prière n’a jamais été faite au nom du Prince des Croyants. Cheikh Ma El Aïnin mène un jeu subtil : son prestige de « Pôle de l’Islam » et plus encore sa réputation de taumaturge en imposent au jeune sultan Abd el Aziz dont le frère, Moulay Hafid, son calife dans le Sud, attend beaucoup de la bienveillance du Cheikh et de celle du Docteur Holtzman, personnage influent à sa cour ; Cheikh Ma El Aïnin a laissé le Maghzen utiliser son influence religieuse dans les régions éloignées par le Bled es Siba ; la lettre adressée aux Kounta porte le sceau chérifien : mais cette politique du Mahgzen renforce la position du Cheikh de Smara qui prend des allures de prince indépendant. Quant à la Conférence d’Algésiras, elle ne l’empêche point de se fournir en armes de contrebande. C’est à lui que s’adressent les gens de l’Adrar dont il conduit une ambassade auprès du Sultan : sur son passage les pillages et les mouvements de xénophobie se multiplient à Casablanca et Marrakech, entraînant en représailles l’occupation d’Oujda (mars 1907) « Si les causes qui amenèrent la France au Maroc sont diverses … l’occasion, à l’Ouest comme à l’Est, peut être attribuée… Ma El Aïnin et à ses bandes de fidèles »30.

93Tidjidja est de nouveau assiégé (novembre 1907) mais l’échec des assaillants conduits par Moulay Idriss, parent du sultan, touche un peu son prestige. Le Magzen rappelle Idriss et l’année 1907 est calme — comme une veillée d’armes ; dans le Sud, l’administration mise en place par Montané — Capdebosc et la surveillance exercée par les unités méharistes fraîchement organisées font régner une paix attendue depuis longtemps. Pendant les années 1906-1907 des renseignements venus du Maroc, d’Algérie, de Mauritanie, des consulats de Las Palmas et de Belgique confirment les menées d’agents étrangers, des échanges de « sorba » entre l’Adrar et la Séguiat el Hamra, des envois de lettres de Ma El Aïnin et de ses fils appelant les tribus à la révolte contre les Français. Le sultan louvoie entre les divers périls.

94Cheikh Ma El Aïnin se prépare à tenter l’aventure ; il compte sur l’appui des agents allemands, sur les rivalités qui divisent les puissances européennes au sujet du Maroc ; en cas de partage de l’empire chérifien, il aura son mot à dire. Il espère disputer victorieusement l’Adrar aux Français qui ne s’aventureront pas dans le Nord saharien ; en somme, il peut espérer renouveller l’aventure almoravide. Son fils Cheikh Hassana proclame la « guerre sainte » contre les Français : les coups de main perpétrés contre les tribus soumises deviennent œuvres pies et sont si efficaces que les Français évacuent Akjoujt. Cheikh Hassana a su trouver le défaut de la cuirasse : les convois de ravitaillement qu’il fait attaquer.

Gouraud et la conquête militaire

  • 31 Tlamid = disciples (au sing = talibré).

95Le nouveau Gouverneur général d’AOF William Ponty écrivait le 30 juillet 1908 au Ministre des Colonies : « C’est une nécessité impérieuse d’intervenir en Adrar pour rétablir la paix ». Une importante colonne fut confiée au Colonel Gouraud, le vainqueur de Samory, et un groupe d’appoint au capitaine Frèrejean qui connaissait bien le pays. La colonne Gouraud se mit en marche à la fin de 1908, avança rapidement à travers le Tagant et ne rencontra les premiers éléments adverses — les tlamid31 de Cheikh Ma El Aïnin et de Cheikh Hassana qu’aux abords de l’Adrar, à Tifoujar (26 décembre) et Amatil (30 décembre). Le 9 janvier 1909 la colonne Gouraud et le groupe Frèrejean pénétraient dans l’Atar, la capitale, d’où l’Emir s’était enfui ; elle s’y reposa en attendant les indispensables convois de ravitaillement. Le plus grand danger fut pour elle le risque de famine, car l’Adrar, malgré ses palmeraies, ne pouvait fournir la subsistance d’une pareille masse d’hommes et d’animaux. En revanche, les Tlamid des Ahel Aïnin se brisèrent sur les forces de ses détachements à Rasseremt (avril 1909) à Ksar Teurchane et même furent pris en chasse et dispersés au-delà de la sebkra d’Ijil (août 1909). Le succès militaire complet rétablit le prestige français ; mais il était chèrement payé par les réquisitions massives de nourritue et de bêtes de somme qui avaient épuisé les ressources du pays. Vaincu en Mauritanie, Cheikh Ma El Aïnin allait tenter sa chance au Maroc.

96Le Maroc, depuis le début du xe siècle, souffrait d’une triple crise : crise d’autorité, crise administrative, crise financière. Autour du Maghzen affaibli, les puissances européennes intéressées par des questions de voisinage ou de commerce avaient passé entre elles des accords en vue d’éviter des conflits de rivalités et un effondrement brutal du Maghzen. Mais les délégués à la Conférence d’Algesiras, préoccupés uniquement à dissiper la tension diplomatique montante, ignorèrent Cheikh Ma El Aïnin, le Saharien qui attendait son heure.

97La « colonne Gouraud » ne fut autorisée par le Gouvernement français que lorsque les troupes envoyées au Maroc furent assez solidement implantées (Occupation de la Chaouia, raids chez les Zaers 1908-09-10) pour soutenir un Maghzen nécessairement francophile. Cela fournit un exceUent prétexte pour Moulay Hafid, frère du Sultan et encouragé par Cheikh Ma El Aïnin, de dénoncer la compromission d’Abd el Aziz et de se poser en champion de l’Islam.

98Mais lorsque Moulay Hafid est reconnu par les puissances européennes il doit prendre à son compte les engagements souscrits par son prédécesseur, ce qui le discrédite auprès des fanatiques ; ses maladresses achèvent de lui ahèner ses partisans et il fait appel aux troupes françaises quant il est assiégé dans Fez (juin 1911). Les Français marchent sur Fez, enlèvent Meknès et Rabat, les Espagnols El Ksar el Kébir et Larache (6-7 juin 1911). Le 1er juillet la « Panther » vient mouiller devant Agadir… Les accords de novembre 1911 aboutissent à la reconnaissance par l’Allemagne du protectorat français sur le Maroc, moyennant une compensation au Congo.

  • 32 Cheikh Hassana a rejoint les Ahel Ma El Aïnin qui s’installent à la fin de 1909 à Tiznit. Autres f (...)

99L’appel aux troupes françaices lancé par Moulay Hafid décide Cheikh Ma El Aïnin à tenter au Nord la fortune qui l’a abandonné au Sud, où le succès de la colonne Gouraud l’a privé de son fief le plus important ; de plus, l’avancée des Français sur Bou Denib a eu pour résultat de faire refluer sur la Seguiat el Hamra et le Draa des bandes de pillards. Les Ahel Ma El Aïnin sont trop à l’étroit dans la région de Smara32 ils émigrent vers Tiznit. Là, une déception : le khalufa d’Agadir qui fermait les yeux sur la contre bande a été changé sur l’ordre de l’aurorité française.

  • 33 Firme allemande qui fournit des armes (elle n’est pas la seule). Si les Ahel Aïnin se soumettaient (...)

100Alors, Cheikh Ma El Aïnin (qui s’était trouvé des origines chérifiennes) se proclame Sultan élu de Dieu, rassemble ses tlamid et des aventuriers et marche sur Fez (juin 1910) ; mais à Tadla il se heurte aux troupes du général Moinier (23 juin). Vaincu, il s’enfuit vers le Sud et se fait piller par les tribus du Sous. Le farouche adversaire de l’avance française, le faiseur de Sultans, l’ambitieux et génial politique, ne survit pas à sa défaite : il meurt à Tiznit, le 28 octobre 1910. Il a légué sa « baraka » à son successeur : El Hiba, son fils aîné. Ce dernier tente de profiter de l’agitation qui bouillonne au Maroc pour reprendre les ambitions de son père, avec l’appui des agents de la firme Mannesmann33. Après s’être proclamé sultan à Tiznit, El Hiba envahit le Sous, la plaine de Marrakech et même s’empare de la ville où le consul de France est prisonnier (août 1912) ; il proclame qu’il détruira toutes les forces des Français et les chassera du Maroc ; en Mauritanie, les rezzou venus du Nord troublent la paix, mais sont parfois pris en chasse et étrillés par des méharistes ou des partisans.

101Pour Lyautey, envoyé au Maroc pour y organiser le protectorat, il faut reprendre Marrakech ; des notables marocains l’y encouragent. Le 6 septembre, à Sidi Bou Othman, le général Mangin met en déroute les guerriers du « Sultan Bleu » qui sont pourchassés par des harkas chéri-fiennes jusqu’à la rive de l’oued Tensift. C’était l’échec définitif des Ahel Ma El Aïnin dans leurs tentatives de conquête du trône du Maroc ; sans les troupes françaises il est probable qu’une dynastie saharienne aurait remplacé celle des Alaouites.

102El Hiba vaincu restait cependant un danger ; les « seigneurs de l’Atlas » défendent l’accès du Haouz, mais ses fidèles entraînent dans des rezzou des groupes Regueibat : terreur des tribus mauritaniennes pour les années 1912-1913. Ces rezzou se forment dans le Rio de Oro où l’occupation espagnole se limite à quelques points de la côte, comme Villa Cisneros. Un des plus mémorables fut celui de Regueibat et d’Oulad Delim dirigés par Laghdaf, un des plus audacieux des Ahel Ma El Aïnin, qui surprit et massacra un détachement méhariste à El Boïrat (NO d’Atar) le 10 janvier 1913 ; succès sans précédent pour les razzieurs, échec français douloureux qui fit même du bruit dans la presse métropolitaine.

  • 34 Geste symbolique de défi : on racontait que Cheikh Ma El Aïnin avait jeté un charme sur cette zaou (...)

103Pour rétablir la situation, le lieutenant-colonel Mouret, commissaire du Gouvernement en Mauritanie, se lança vers le Nord, à la tête d’une forte troupe (367 hommes montés à chameau) mais souple comme un razzi. Il traversa le Zemmour, investit la zaouia construit par Cheikh Ma El Aïnin34 et chercha la harka de plus 1 000 combattants qui après son succès d’El Boïrat devait attaquer Atar et Shinguetti ; la rencontre eut lieu le 10 mars sur l’oued Tagliatt, véritable combat, acharné, long mais décisif : le raid Mouret clôt l’ère des grands rezzou des Ahel Ma El Aïnin qui vont songer à pactiser.

  • 35 Le gouverneur du Rio de Oro, le colonel Bentz passe pour être hostile aux Français.

104Mais le raid Mouret provoque quelques soucis tant au Ministère des Colonies qu’à celui des Affaires Etrangères, car il a traversé des régions relevant de l’autorité espagnole35. Le Gouverneur général W. Ponty fait ressortir tout ce que cette action hardie a de bénéfique : trois des frères d’El Hiba sont prêts à demander la paix, moyennant la restitution de leurs biens de l’Adrar confisqués ; et les Regueibat Sahel demandent aussi à s’entendre. Même si l’Espagne refuse le « droit de suite », la porte du Nord, par où sortaient les grands rezzou, est presque fermée : c’est la paix en Mauritanie.

105La guerre de 1914-18 ne provoque pas de difficultés en Mauritanie, mais l’affirmation de leur loyalisme par les Chefs et les grands Chioukh qui déclarent que l’entrée en guerre de la Turquie ne les concerne pas, car il ne s’agit pas d’une « guerre sainte ». Malgré les mots d’ordre incendiaires venus du Cap Juby et de la Seguiat el Hamra, et les menées d’El Hiba et de Merebbi Rebbo, particulièrement en 1917 (les fils de Cheikh Ma El Aïnin font d’ailleurs plus de bruit que de mal afin de se ménager les agents allemands qui les soutiennent, sans pour autant compromettre l’avenir) les fidélités se regroupent autour du drapeau français. Ce calme est le résultat de l’échec des rezzou précédents et de la politique du Resident général du Maroc, le général Lyautey, qui pousse le protectorat vers le Sud et atteint le Tafilalet.

106Le siège d’Agadès par les Senoussis de Kaocen, la dissidence d’une partie des Touareg Hoggar, l’assassinat du Père de Foucauld et même la propagande allemande dans les confins marocains (1916-1917) n’ont pas de retentissements en Mauritanie où le grand souci est une sécheresse exceptionnelle qui amène les tribus du Nord à négocier pour amener leurs troupeaux paître dans les régions contrôlées par les méharistes.

107Pendant l’offensive allemande du printemps 1918 El Hiba tente d’entraîner l’Emir de l’Adrar qui fut élève de son frère. Alerté, le Commissaire du Gouvernement place Ould Aïda en résidence à Saint-Louis ; et il restaure l’Emirat du Tagant au profit d’Abderrahman fils de l’Emir Bakar (août 1918). La guerre terminée en Europe par la défaite de l’Allemagne, les tribus du Nord se rapprochent et les ahel Ma El Aïnin se partagent : les « sédentaires » comme El Hiba ont leurs intérêts dans le Sous, tandis que les nomades groupés autour de Taleb Khiar demandent à faire leur soumission, moyennant la récupération de leurs biens de l’Adrar. Cheikh Sidya Baba conduit Taleb Khiar auprès du Gouverneur général d’AOF ; c’est pendant son séjour auprès de Cheikh Sidya que Taleb Khiar apprend la mort d’El Hiba (23 juin 1919) et la proclamation de Merebbi Rebbo comme nouveau prétendant au trône chérifien.

108Une page est tournée dans l’histoire de la Mauritanie : le 12 janvier 1920 elle cesse d’être un « territoire militaire » pour devenir une « colonie » rattachée au groupe de l’AOF.

B. ORGANISATION DU PAYS

  • 36 Un Emir a pour successeur un homme de sa parenté paternelle, à la fois le plus proche, le plus cap (...)
  • 37 Djemaa = assemblée des notables, parfois appelée par les Français « conseil des Princes » quant il (...)

109Les Français avaient trouvé en Mauritanie une organisation politique et sociale originale : les hommes, groupés en familles, fractions, tribus se définissaient par leur appartenance (de naissance, d’adoption ou de clientèle) à la descendance d’un ancêtre commun, saint ou guerrier illustre. Des rapports d’alliance, de service ou de rivahtés s’étaient instaurés, unissant ou opposant groupes à groupes en un subtil équihbre pour préserver l’indépendance des grandes tribus. Après la guerre de Charr Babba certaines tribus du Sud esquissèrent une forme politique : leur chef prit le titre d’Emir. Mais les Emirs, tout comme les « aguellid » berbères de l’Antiquité, étaient avant tout des chefs de guerre, sans pouvoir défini par une constitution, sans même une règle fixe de dévolution du pouvoir36 ce qui entraîne souvent des compétitions sanglantes ; de plus, la volonté de l’Emir — « primus inter pares » devait sans cesse s’ajuster avec celle de la « djemaa »37 : des Emirs ont suivi leur djemaa afin de n’en point être abandonnés… en conséquence, ils n’eurent jamais beaucoup de force de coercition contre les « rebelles ». La société, fortement hiérarchisée, plaçait officiellement au premier rang les guerriers (avec bien sûr, des distinctions qui protègent les Zouaya désarmés dans le Sud, et voués aux travaux pacifiques d’élevage, de commerce d’études et de prière ; en-dessous, se situaient les tributaires libres des guerriers et des zouaya, puis les esclaves domestiques ou cultivateurs « attachés à la terre » des oasis (harratin), enfin les forgerons (maalemin) et les griots qui ne peuvent se marier en dehors de leur caste.

  • 38 La vente de la gomme perd de son intérêt = elle est concurrencée par la gomme du Rordafan et après (...)

110Guerriers et zouaya avaient pour principale ressource les produits de leurs troupeaux, les bénéfices d’un commerce caravanier38 et pour les plus fortunés, les produits de terrains de culture dans les oasis ou sur les rives du Sénégal (Cheikh Sidya est un grand propriétaire foncier, les Ahel Ma El Aïnin possèdent des terres de culture et des palmiers dans les oasis de l’Adrar). Ajoutons pour les zouaya les quêtes et les dons, et pour les guerriers, les redevances payées par les protégés ; tant que la protection est efficace, le protégé payé sans trop récriminer la « prime d’assurance », mais si la protection se révèle inefficace ou dégénère en oppression, le protégé cherche un autre protecteur ; que la protection devienne inutile, alors le protégé crie à l’iniquité.

111On a vu que les querelles des Emirs du Sud avaient compromis l’équilibre social puis économique du Sud, les exactions ayant comme conséquence une restriction du commerce et des zones de pâturages, par l’abandon des régions par trop exposées aux pillages. Le seul facteur d’ordre dans cette société anarchique était la présence des grands Chioukh dont l’autorité morale imposait parfois d’heureux arbitrages. La paix souhaitée par les victimes, imposée par l’autorité française apporta tout d’abord des avantages économiques.

  • 39 Au Trarza, Boutilimit ; au Brakna, Aleg ; au Tagant, Tidjidja et Moudjéria ; en Adrar, Atar et Shi (...)

112Coppolani avait jeté les bases d’une organisation administrative de la Mauritanie ; elle fut reprise et complétée par son successeur le colonel Montané-Capdebosc. Le pays fut divisé en régions, surveillées par un poste où se tenait un Résident39. Commissaire du Gouvernement, Coppolani devait contrôler la justice rendue par les cadis (sa connaissance du droit coranique le désignait pour cela) et percevoir les impôts : ce qui lui demanda un énorme travail, car il voulait substituer l’autorité française à la suzeraineté des chefs traditionnels, sans cependant les épouiller de leurs moyens d’existence ; l’impôt zekkat fut théoriquement fixé au quarantième de la valeur des produits du sol et des troupeaux ; le problème le plus épineux fut celui des terres du Chemama cultivées par les Noirs mais sur lesquelles certaines fractions maures avaient des prétentions suzeraines. Pour assurer la police et poursuivre les trublions, trois sections méharistes furent crées en 1906 : solution d’avenir dans un pays de nomades.

113Les difficultés rencontrées par la colonne Gouraud avaient prouvé la pauvreté du pays. Le Colonel Patey qui succède à Gouraud entend se ralier des guerriers pour affermir la paix : il veut restaurer une part de leur autorité, maintenir leurs revenus (les engagements comme partisans apportent une solde appréciée) — la pacification ne s’achèvera que par l’enrichissement du pays. Le calme qui règne en 1910 en Mauritanie n’est même pas troublé par l’annonce de la mort de Ma El Aïnin. La tâche des Commissaires du Gouvernement fut essentiellement le maintien de la sécurité qui permettait le développement du commerce et la multiplication des troupeaux qui utiliseraient toutes les possibilités de pâturages, le plus grand danger restant la sécheresse, et le visiteur toujours bien accueilli le vétérinaire ; quand aux rezzous, s’ils ne disparurent pas, leur importance ne dépassa pas celle des cambriolages des pays « évolués ».

114Pour l’histoire intérieure de la Mauritanie, l’année 1917 est importante : elle est marquée par une grande sécheresse, la mort de Cheikh Saad Bou (son fils aîné Sidi Bouya lui succède sous le nom de Cheikh El Khalifa), des tractations avec les Regueibat et l’arrivée d’un nouveau Commissaire du Gouvernement, le heutenant-colonel Gaden ; doué de grandes qualités humaines, ce dernier conaît bien le pays et en parle les langues : hassaniya, ouolof, poular ; enfin, il reste 10 ans en poste et peut y mener à bien sa politique : Il traite d’abord avec les Oulad Delim et les Regueibat qui, chassés du Nord par la sécheresse, s’engagent à ne pas piller et à payer un droit de pacage d’1 % sur les chameaux, moyennant l’autorisation d’amener leurs troupeaux en moyene Mauritanie. Plus que la surveillance de l’Adrar qui intrigue avec El Hiba, la jonction entre les forces méharistes de la Mauritanie, de l’Algérie et du Maroc est l’objet de tous ses soins : pareille jonction couperait la route aux pillards et à une éventueUe reprise des hostilités de la part de spartisans d’El Hiba, bien à l’étroit entre le Sud du Maroc et les frontières — très perméables — du Rio de Oro ; et cela neutraliserait les grands nomades du Nord.

  • 40 La tradition guerrière voulait qu’un jeune homme de bonne tente participe à quelques rezzous avant (...)

115Pour atteindre ce but, les grandes reconnaissances méharistes se multiplient, à la fois tournées de prestige, exploits sportifs et quête de renseignements scientifiques dans des régions inconnues des Européens. Dès la fin de la guerre, le lieutenant Bernard atteint Bir Zreigat (400 km au NE de Ouadan) ; le 25 décembre 1920 c’est la première jonction Algérie-Mauritanie à El Mzereb, dans le Hank, renouvelée en juin 1921, ce qui fait regretter à Lyautey que la liaison rêvée : Maroc-Mauritanie-Algérie à l’emplacement de Tindouf ne soit pas encore réalisable ; en attendant, Atar et Agadir établissent des relations radiophoniques, ce qui permet une meilleure surveillance de zone de formation des rezzous. A la fin de 1923, les rezzous prennent une allure inquiétante : ils ne sont plus le fait d’une poignée de pillards et de jeunes nobles qui cherchent la fortune et la gloire40, mais de véritables expéditions dirigées contre les pelotons méharistes et les groupes nomades : le 23 novembre 1923 à Cheikick le GN de Shinguetti est décimé par un razzi conduit par un Ahel Ma El Aïnin, le 26 mars 1924 Port Etienne est attaqué, etc. En avril 1925 un combat de trois jours et trois nuits oppose à Treyfia le GN de Shinguetti à un fort razzi.

  • 41 Son successeur, Abdallahi Ould Cheikh Sidia est un saint et un savant ; mais il est difficile d’êt (...)

116Tout cela reste en quelque sorte extérieur à la Mauritanie où le calme règne : l’administration paie bien ses achats, trace des pistes, des convois de camions commencent à circuler entre Saint-Louis et Atar. La mort de Cheikh Sidya Baba en 1926 laisse un grand vide : aucun de ses fils ne jouera un rôle comparable au sien41. Au cours des années suivantes le GN de Shinguetti continue son travail d’exploration et fournit des sujets de réflexion aux Regueibat : en 1927 il atteint les puits de l’erg Cherch et du Hank, où s’abreuvent les rezzous ; en 1928 un appel à la guerre sainte des Ahel Ma El Aïnin qui devait réunir mille fusils n’en regroupe que 140 et se disperse sans prises valables. En 1929, nouvelle liaison établie par le GN d’Atar avec la Compagnie saharienne du Touat à Aïoun Abd el Malek, et en 1930 raid du G.N. de Shinguetti dans l’Ouaran ; en 1931 le capitaine Le Cocq accomplit une grande tournée dans le Zemmour où des pluies ont fait pousser des pâturages : ce qui inquiète les Regueibat qui croyaient la région inaccessible. 1932 est marqué par deux drames : la rébellion de l’Emir de l’Adrar qui assassine un lieutenant de Le Cocq : il est poursuivi et tué par ce dernier ; puis l’affaire de Moutounsi, au Trarza : mais là, il s’agit d’un règlement de comptes entre fractions adverses (Euleb contre Oulab Delim) et non d’une révolte.

117Finalement, les Regueibat demandent à faire la paix (mars 1933) : la sécheresse sévit une fois de plus dans le Nord et ils savent que les rezzous ne sont plus payants : les mémorables poursuites du « razzi Aubinière » et du « razzi Ould Gheneallah » à l’intérieur même du Rio de Oro provoquent des protestations diplomatiques du côté espagnol mais la fin des grands rezzou en Mauritanie (mars 1934).

118Comme on le savait depuis longtemps, le problème de la sécurité de la Mauritanie tient à la jonction de ses forces de police avec celles du Maroc ; mais auparavant, il fallait supprimer le « Beld es Sibi ». Depuis 1930, le poste de Fort Gouraud, au pied de la Kedia d’Idjil avait amorcé des pistes vers le Maroc et l’Algérie. De mars à avril 1934, après une minutieuse préparation, les colonnes Huré et Catroux réduisirent les zones de dissidence au Maroc : le 18 mars les éléments avancés atteignaient Tindouf, le grand marché des Tadjakant détruit par les Regueibat à la fin du xixe siècle. Le Rio de Oro encerclé, Merrebbi Rebbo se rendit aux autorités espagnoles. Le 7 avril, la jonction rêvée Maroc-Algérie-Mauritanie avait heu à Bel Guerdane ; Tindouf devait renaître pour surveiller le Zemmour et la Hamada. Le 17 décembre, des éléments venus de Mauritanie, dAlgérie et du Maroc rencontraient à Aïoun abd El Malek le G.N. de Tombouctou : haison saharienne spectaculaire. Les Ahel Ma El Aïnin rentraient dans l’ombre.

  • 42 Un lycée a été installé à Nouakchott depuis 1960.

119Depuis 1933-34 s’esquisse une évolution de la société et des mœurs-évolution accélérée après la deuxième guerre mondiale. Les liens de serviteurs à maîtres, de tributaires à suzerains reposant sur un ensemble d’obligations réciproques sont profondément modifiés par la sécurité devenue habituelle ; la solidarité s’oublie, la collectivité nomade tend à se relâcher. Chez les jeunes Mauritaniens il y a impatience à l’égard des vieilles disciplines et de certains usages jugés « démodés ». Sur le plan religieux et intellectuel, les années 1933-34 n’ont pas amené de modifications sensibles à la répartition des fidèles dans les diverses confréries et la Mauritanie a gardé sa primauté spirituelle dans toute l’Afrique occidentale ; les Kounta (environ 50 000) sont toujours considérés comme les gardiens de l’Islam traditionnel. Cependant, le nombre des tlamid (étudiants auprès des zouaya) était en baisse avant la deuxième guerre mondiale : en 1950 Shinguetti n’avait plus de tlamid, l’université nomade la plus réputée, celle des Ahel Mohammed Salem n’avait plus que la moitié de ses effectifs et parmi les maîtres on ne comptait plus de théologiens ou de jurisconsultes comparables aux illustres anciens. La culture désintéressée, longue et pénible à acquérir n’attirait plus autant ; mais cela n’est pas particuher à la Mauritanie : l’université d’Al Azhar au Caire a perdu les trois cinquièmes de ses effectifs depuis le début du xxe siècle. Cependant, pour encourager les études d’arabe classique en s’initiant à la culture française, cinq médersas ont été crées42 : à Boutilimit, Atar, Kiffa, Timbédra, Tombouctou ; elles groupaient environ 400 jeunes en 1950 ; et les écoles primaires de radministration française 2 000 élèves ;

  • 43 La sécheresse qui a sévi ces dernières années sur le Sahel a durement frappé la région la plus ric (...)

120L’établissement de la paix posa aussi un autre problème, purement matériel : celui d’assurer la subsistance d’une population qui croissait plus vite que les ressources, essentiellement pastorales ; compte tenu des possibilités de pâturages et de puits (pourtant multipliés par les Français). La Mauritanie est à saturation avec son million d’hommes sur sa surface d’un million de kilomètres carrés…43. Le Sud est littéralement « surpeuplé » d’hommes et d’animaux ; ces derniers alimentent les marchés de Dakar, Saint-Louis et Kaêdi, tandis que les chameaux et ovins des tribus du Nord sont amenés à Goulimine.

121Jusqu’en 1934, Français et Maures ont « fait connaissance » ; mais pour les Mauritaniens, le monde occidental demeurait très extérieur et sans action profonde sur la vie quotidienne. La guerre de 1914-18 n’éveilla que des échos assourdis chez les nomades ; en revanche, la deuxième guerre mondiale accéléra le cours de l’histoire, même des sahariens. Beaucoup d’entre eux, en quelques années, se sont familiarisés avec des techniques, des idées différentes de tout ce qui leur était habituel ; des jeunes s’y sont intéressés et même parfois adaptés avec une rapidité extraordinaire : rien ne les étonne.

  • 44 Les gisements d’Idjil sont évalués à 100 millions de tonnes de minerai à 70 % (parmi les plus rich (...)
  • 45 Du coup, c’est la Mauritanie qui aurait pu faire des revendications sur le Maroc /

122Vers les années 1955, la Mauritanie a traversé l’aventure du pauvre qui trouve un trésor : en effet, des géologues français ont découvert d’importants gisements de fer dans les régions d’Idjil et de Tindouf44 après la reconnaissance des gisements de cuivre de la région d’Akjoujt. L’établissement d’une voie ferrée passant, malgré les difficultés naturelles, en dehors des frontières du Rio de Oro, permit l’évacuation du minerai vers Port-Etienne (appelé Nouhadibou depuis l’Indépendance). Mais ces richesses suscitèrent les convoitises du Maroc, revenu indépendant : en 1958 une bruyante campagne de revendications commença, et se termina devant l’ONU : il était facile de démontrer que la prière, en Mauritanie, n’avait jamais été faite au nom du Sultan et même que « les chefs religieux » invoqués sans être nommés par la propagande marocaine n’étaient autres que les Ahel Ma El Aïnin — qui avaient tenté de s’emparer du trône chérifien…45.

123La Mauritanie, qui politiquement a fait partie de l’AOF dans le cadre de « l’Union Française » imaginée par la IVe République, est devenue le 28 novembre 1960 « la République Islamique de Mauritanie » en gardant les frontières tracées par les Français et les richesses minières qui lui assurent un budget intéressant. Son Président, M. Mokhtar Ould Daddah, des Oulad Biri, appartient à la famille de Cheikh Sidya. Les principaux problèmes de la Mauritanie actuelle sont l’achèvement de son unité nationale (l’école y contribuera), la lutte contre la désagrégation d’une société en pleine mutation et la recherche d’un nouvel équilibre pour s’adapter au monde moderne sans abandonner l’essentiel de ses valeurs morales traditionnelles.

Bibliographie

INDICATIONS BIBLIOGRAPHIQUES

ARCHIVES DU GOUVERNEMENT GÉNÉRAL D’AFRIQUE OCCIDENTALE FRANÇAISE

Fonds de Dakar.

Sous-série ID (Opérations militaires).

Série G (Politique et administration) spécialement sous-séries 3 G, 8 G, 9 G, 13 G.

Série F (Affaires étrangères) spécialement 8 F, 9 F.

Série E (Affaires civiles).

Fonds de Saint-Louis (classement 1952).

Série N (Affaires militaires).

ARCHIVES DU MINISTÈRE DE LA FRANCE D’OUTRE-MER (actuellement departement des archives nationales)

Série IV, V, VI, VII ; Mauritanie, xvi-I, 1923-25.

Ministère de la guerre au service historique de l’Armée de Terre Maroc-Algérie. Imprimés.

Blaudin de the (capitaine Bernard. — « Essai de bibliographie du Sahara français et des régions avoisinantes », OCRS, Paris, 1959.

L’Afrique française. — Bulletin du Comité de de l’Afrique Français, 1891-1960.

Hesperis. — Paris, Larose, Premier numéro en 1921.

Revue de l’histoire des colonies française, depuis 1913, intitulée :

Revue française d’histoire d’outre-mer, depuis 1959.

Récits de voyage.

Bou el mogdad. — « Voyage par terre entre le Sénégal et le Maroc », dans Revue marit. et col. mai 1861.

Bourrel. — « Voyage dans le pays des Maures Brakna… juin-oct. 1860 » dans Revue marit. et col., sept.-oct. 1861.

Caillie (René). — Journal d’un voyage à Tombouctou et à Djenné… Observations faites chez les Maures Brakna… etc. Paris, Impr. Royale, 1830.

Donnet (Gaston). — Au Sahara occidental. Le pays des Maures nomades. Paris, H. May, s.d. (1898 vraisemblablement).

Faidherbe (Gal Louis). — Le Sénégal. La France dans l’Afrique occidentale. Paris, Hachette, 1889.

Mage (Emile. — « Voyage au Tagant » dans Rev. al. et col., juillet 1860.

Vincent (Capitaine). — « Voyages et expéditions au Sénégal… dans l’Adrar et retour à Saint-Louis » dans Le Tour du Monde, 1861.

Ba (Ahmadou-Mamadou. — « L’Emirat de l’Adrar mauritanien de 1872 à 1906 ». BSG et Arch. Oran, t. LIII, mars 1932 et juin 1932.

Ba (Ahmadou-Mamadou). — « L’anarchie dans l’Adrar », Rens. col., fév. 1933.

Ba (Ahmadou-Mamadou). — « Chronologie de l’Adrar », Rens. col., fév. 1933. Ba (Ahmadou-Mamadou). — « Contribution à l’histoire des Regueibat », Rens. col., déc. 1933, avril 1934.

Ba (Ahmadou-Mamadou). — « Les tribus secondaires du Sahel mauritanien » B.S.G. Oran, juin 1933.

Bernard (M.). — « L’occupation de Tindouf, la liaison du Maroc avec la Mauritanie » dans La Géographie, t. LXII, 1934.

Basset (René). — Mission au Sénégal, fasc. II : Recherches sur les Maures, Paris, Leroux, 1910.

Bou el mogdad. — « Rapport sur ma mission en Adrar en 1900 » (Mission Blanchet) publié dans Revue d’Hist. des Col. par G. Désiré-Vuillemin, t. xxxix, 1952.

Caro baroja (Julio). — « Estudios saharianos. Madrid, 1955. Istituto de estudios africanos consejo superior de investigaciones cientificas.

Cauneille (Capitaine). — « Les nomades Regueibat ». Trav. de l’Inst. de recherches sahariennes, t. VI, 1950.

Chapelle (Frédéric de la. — « Esquisse d’une histoire du Sahara occidental ». Hesperis, t. XI, 1930.

Charbonneau (Colonel jean). — « Les problèmes de la liaisons Maroc-Mauritanie et les enclaves espagnoles », Rev. T.C. nov.-déc. 1933.

Coppolani (Xavier) et Depont (Octave). — Les Confréries religieuse musulmanes. Alger, Jourdan, 1897.

Coppolani. — Rapport d’ensemble sur ma mission au Soudan français, Paris, 1899.

Coppolani. — « La Mauritanie saharienne » dans Rev. Franco-musulmane et saharienne, mai 1902.

Dupas (Capitaine). « Notes sur la confédération des Regueibat Lgouacem », étude conservée au Cheam, n° 770, février 1937.

Gillier (commandant). — La pénétration en Mauritanie. Paris, Geuthner, 1926.

Huré (Gal A.). — « La pacification du Maroc (1931-34) ». Paris, 1952.

Lamine ech chinguett (Ahmed). — « El Wasit » présenté et traduit par Mourad Teffahi dans Etudes maritaniennes, Centre IFAN, Saint-Louis, n° 5, 1954.

Leriche (A.). — « L’Islam en Mauritanie », Bull. IFAN, t. XI, Dakar, 1949.

Leriche (A.). — « Contribution à l’étude de l’histoire maure : les guerres des Kounta, traduit du Wastit » dans Notes africaine, n° 30, avril 1946.

Martin (Capitaine Henri. — « Le Sahara espagnol », étude dact. au CHEAM n° 300-227 (240 p.) 1939.

Martin (Capitaine Henri). — « Les tribus nomades de l’ouest et du nord mauritanien du Sahara espagnol et du Sud marocain », CHEAM, n° 300-228, 250 p. dactyl., 1939.

Marty (Paul). — Etudes sur l’Islam maure (Cheikh Sidia et sa Voie, Les Fadelia, les Ida ou Ali), Paris, Leroux, 1916.

Marty (Paul). — « Etude sur l’Islam et les tribus du Soudan », t. I : Les Kounta de l’Est ; t. II : Région de Iombouctou ; t. III : Les tribus maures du Sahel et du Hodh, Paris, Leroux, 1918-19, 1920-21.

Marty (Paul). — L’Islam en Mauritanie et au Sénégal, Paris, Leroux, 1916.

L’actualisation des ouvrages fondamentaux de P. Marty a été faite par :

Gouilly (Alphonse). — « Chronique de Tichit » dans Bull. IFAN, janv. 1939.

Meynier (Gal O.). — « Routes et transports transsahariens » dans Encyclopédie mensuelle d’Outre-Mer, juin 1952.

Moktar ould hamidoun. — Précis sur la Mauritanie Saint-Louis, centre IFAN, 1952.

Otton-Loyewsky (Leutenant d’). — « Coppolani et la Mauritanie » dans Revue d’Hist. des Col, t. xxXII, 1938.

Otton-Loyewsky (lieutenant d’). — « Rezzou sur l’Adrar » Rufisque, Imp. du G. G. AOF, 1942.

Randau (Robert). — Un Corse d’Algérie chez les hommes bleus : Xavier Coppolani, Alger, 1939.

Randau (Robert). — « Les Explorateurs » (mise en forme littéraire de la mission Tagant-Adrar), Paris, Sansot, 1909.

Desire-Vuillemin (Geneviève). — « Coppolani en Mauritanie » dans Revue d’Hist. des Colonies, t. XLII, 1955.

Désire-Vuillemin iGeneviève). — Cheikh Ma El Aïnin et le Maroc », id., 1958.

Desire-Vuillemin (Geneviève). — « Les rapports de la Mauritanie et du Maroc », éd. par Arch. Nationales de Mauritanie, Saint-Louis, 1960.

Desre-Vuillemin (Geneviève). — « Contribution à l’histoire de la Mauritanie, 1900-1934 », Dakar, Clairafrique, 1962.

SOCIÉTÉ ET ORGANISATION DU PAYS

Amilhat (P.). — « Petite chronique des Idou Aïch, héritiers des guerriers des Almoravides », R. et Is., t. I, 1937.

Arnaud (Robert). — Précis de politique musulmane, t. I, Alger, 1906.

Beyries (Jean). — « Questions sur les Ghoudf en Mauritanie », Rev. Et. Islamiques, 1935.

Beyries (Jean). — Notes sur l’enseignement et les mœurs scolaires en Mauritanie ». Rev. Et. Islamiques, 1935.

Beyries (Jean). — « Evolution sociale et culturelle des collectivités nomades de Mauritanie ». B. Com. Et. Hist. et Sc AOF, oct-déc. 1937.

Boisboissel (Gal Yves de). — L’évolution géographique et ethnique du Sahara », C. r. Ac. Sc. col., t. XII, 1932.

Borricand (lieutenant-colonel). « La nomadisation en mauritanie ». Trav. IRS, t. v. Alger, 1948.

Brosset (Dego). — Sahara.

Burthe d’annelet (lieutenant colonel de). — « Mission en Mauritanie. Situation économique », A F, oct. 1933.

Burthe d’annelet (lieutenant colonel de). — « Le service automobile en Mauritanie » dans Rens. col., janv. 1934.

Cheruy (lieutenant). — « Rapport sur le droit de propriete des colade dans le chemama, les redevances anciennement payees, les droits encore acquittes etc. » dans Suppl. au J.O. de l’AOF, 18 mars, 1er, 15 avril 1911.

Dubie (Paul). — « La vie matérielle des Maures », CHEAM, 1948.

Dubie (Paul). — « Droit pénal maure et justice des cadis », id., 1941.

Dubie (Paul). — « L’enseignement en Mauritanie : la Medersa de Boutilimit », id., 1941.

Gabus (Jean). — Au Sahara (3 tomes superbement illustrés).

Lafeuille (Roger). — « La crise économique chez les nomades de Mauritanie de 1940 à 1944 ». Etude dact., CHEAM, 1945.

Lemoyne (R.). — « La transformation moderne de l’économie des nomades au Sahara occidental ». hi Etude dact., n° 1009, 1946.

Stewart (C. C. et E. K.). — « Islam and social order in Mauritania - a case study from the nineteenth century ». Oxford studies in African Affaires, 1974.

Teffahi (Mourad). — « Traité des successions d’après le rite malékite » Saint-Louis, IFAN, Etudes mauritaniennes, 1948.

Notes

2 Shinguit ou Chinguetti, située à une soixantaine de kilomètres à l’Est d’Atar, dans l’Adrar Tmar, fondée au début du xvie siècle par les Ada Ou Ali, tribu chérifienne, devint prospère par le commerce caravanier et s’enorgueillit de mosquées autour desquelles fleurirent des savants prestigieux, des saints et des taumaturges. A perdu toute importance depuis le début du xxe siècle ; est menacée par l’envahissement des sables l’Waran.

3 Par exemple, dans la bibliothèque de Cheikh Sidia el Kébir, conservée et enrichie par son fils et son petit-fils Cheikh Sidia Baba (Trarza).

4 Brak : titre porté par le prince du Dualo. Celui du Cayor est « Damel », celui du Baol est « Tègne », celui des rivières du Sud, Sine et Saloum est « Bour ».

5 A la demande des commerçants Saint-Louisiens qui n’avaient pas hésité à écrire au Ministre pour réclamer Faidherbe capable de les défendre contre les attaques des Maures.

6 Vincent quitta st-Louis le 5 mars 1860 avec le savant Mage et l’interprête officiel Bou El Moghdad, passa par Dagana, Tivournout visita les ruines de Portendick et le cap Mirik ; il traversa le Tiris, visita les salines d’Idjill et pénétra dans le massif de l’Adrar (26 avril : 900 km en 28 jours). Il vit Quadane et Shinguit mais ne put entrer dans Atar. Il reparut le 30 juin à Saint-Louis. Ses carnets de routes seront utilisés 50 ans plus tard par le Col Gouraud quand ce dernier organisera « la colonne de l’Adrar ». L’année suivante Bou El Moghdad traversa le Sahara occidental du Sénégal à l’oued Noun et acheva son voyage par Mogador et Alger.

7 Voir l’étude remarquable et récente de S. C. Stewart et E. K. Stewart, « Islam and social order in Mauritania ; a case study from the nineteath century », Oxford Studies in African Affairs.

8 Elle sera la mère d’Ahmeddou II, Emir de 1903 à 1908.

9 Bourrel, « Voyage dans le pays des Maures Brackna, rive droite du Sénégal, juin-oct. 1860 ». Rev. marit. et col., sept-oct. 1861.

10 Faidherbe avait remplacé les « coutumes » par un « droit » de 3 % sur la gomme sortant du Trarza en faveur de l’Emir en 1858. Un accord semblable fut conclu quelques mois plus tard avec le Brakna. Le Gouverneur Brière de Lisle, occupé à lutter contre Amadou, fils d’el Hadj Omar, ménagea les Emirs en leur accordant une nouvelle coutume : 1 200 pièces de guinée par an pour les Trarza, 2 000 pour le Brakna. En 1887 la coutume du Trarza atteignit 1 500 pièces, mais en décembre 1891 elle n’était plus que de 1 000 pièces pour le Brakna ? La pièce de guinée valant 7 F, cela représente une rente annuelle de 7 000 F or, somme coquette pour l’époque.

11 Abakak et Chrattit : deux sobriquets attribués à chaque fraction par ses adversaires ; Les Abakak (= les déchets de gomme) durent ce surnom à ce que, très mal en point après une bataille, ils n’auraient survécu qu’en mangeant de la gomme ramassée au hasard sur les épineux ; les Chrattit (= les hyènes) auraient été réduits à se nourrir de vieux morceaux de cuir. C’est l’équivalent de « Whigs » et de « Tories ».

12 Les Kounta se firent restituer leurs biens après que les Idou Aïch aient été vaincus par les Français (1905).

13 Le premier Emir de l’Adrar fut Etman ould Al Fadhil ould Chennan d’origine Brakna, de la tribu des oulad Yahia ben Othman ; il épousa Aïcha Lalla, sœur de Mohammed Chein (vers 1730) ? Par la suite, les Emirs de l’Adrar épousaient toujours une saeur de l’Emir du Tagant. Cette politique matrimoniale assura 1 siècle de paix entre les deux partis. Ahmed oula Sidi Ahmed ould Ethman fut le premier à ajouter « ould Aïda » à son nom, pour rappeller la parenté qui unissait traditionnellement les Emirs de l’Adrar à ceux du lagant.

14 Ilouich = peau de mouton tannée avec sa laine. Certains Regueibat élèvent des moutons superbes, à la toison épaisse et blanche. L’ilouich, posé sur le sable, fait un siège confortable et digne.

15 Oulad Bou Sba : tribu chorfa, originaire du Sud, marocain, installé dans le Sud-Ouest atlantique du Sahara depuis le xviiie siècle. Ils représentaient « le fer de lance » des guerriers mauritaniens.

16 Djemaa : assemblée des chefs de familles.

17 Sur la biographie de Coppolani, voir R. Randau, « Un corse d’Algérie chez les hommes bleus : Xavier Coppolani le Pacificateur », et G. Desiré-Vuillemin, « Coppolani en Mauritanie » dans Rev. d’Hist. des Colonies », t. XLII, Paris, 1955.

18 Comité de l’Afrique française créé en 1890. Sont également partisans de l’expansion coloniale Waldeck-Rousseau (Président du Conseil 1899-1902) et Delcassé, Ministre des Affaires Etrangères (tombé en 1905, après le « coup de Tanger »).

19 Après la mission Vincent, d’autre sexplorations — de caractère surtout « géographique » — s’aventurèrent en Mauritanie : en 1881, Soleillelt échoua, mais en 1886, Raffenel étudia la baie du Lévrier. En 1887, Camille Douls qui voulait rallier Saint-Louis au Maroc fut sauvé de justesse par Cheikh Ma El Aïnin ; de 1891 à 1894 léon Fabert accomplit 5 voyages au Trarza, la mission Blarichet, prisonnière en Adrar fut élargie grâce à Cheikh Saad Bou (frère d’Aïnin). Selon tous ces explorateurs, le pays est très pauvre.

20 Le commerce caravanier avait fait la fortune du Sahara occidental et celle des tribus nomades commerçantes ; du Nord venaient les tissus, les armes et surtout le sel ; du Sud, l’or et les esclaves. Seulement, avec la présence des Français, le commerce des esclaves, le plus rentable » était condamné, ce qui laissait présager la ruine de ceux qui pratiquaient et qui s’opposeront de toutes leurs forces à Coppolani.

21 L’enthousiasme colonial des années 1890 retombe vers 1900 ; on estime, en France, que les buts suffisants sont atteints.

22 Un Smacide de l’Adrar alla trouver Cheikh Ma El Aïnin pour le prier, au nom de tous les Chioukh de l’Adrar, de demander au Sultan du Maroc, d’envoyer une troupe contre les guerriers trublions ; vœu pieux que Moulay Abd El Aziz aurait été bien incapable d’exaucer, lui qui ne pouvait venir à bout des rebelles du Bled es Siba, mais qui révèle l’exaspération des zouaya, pourtant férus eux aussi d’indépendance, et le rôle important que jouent les grands Chioukh, comme Ma El Aïnin-fils du vénéré Cheikh Mohammed Fadel — et Cheikh Sidya Baba, petit fils de Sidya el Kébir.

23 On a épilogué sur la pensée profonde de cheikh Sidya Baba : « le meilleur ami de la France » selon certains discours officiels aurait été un « résistant » qui aurait joué un double rôle pour mieux échapper à son adversaire. Cheikh Sidya était profondément juste et pieux ; il se rendait compte que l’anarchie entretenue par les Hassan du Sud-Ouest ne pouvait qu’aboutir à leur défaite par les Idou Aïch qu’il n’aimait pas (ils avaient malmené ses amis Kounta, tous affiliés à la voie Qadiriya). L’intervention de l’étranger, telle que la présentait Coppolani, ne menaçait en rien l’Islam, bien au contraire, puisque la paix assurée permettait son expansion et son approfondissement.

24 Lettre de Coppolani au Gouverneur Général Roume du 5 avril 1904. Arch. Dakar, 9 G 7.

25 Mémoires inédits de Frèrejean.

26 Ma El Aïnin a eu connaissance de l’accord franco-anglais. Le jeune Emir de l’Adrar a pour rivaux son oncle Mokhtar ould Ahmed Aïda, qui a été dépossédé, et le fils de ce dernier ; ils sont des adversaires et demanderont à Coppolani de les restaurer dans leurs prérogatives.

27 Il affirmera pouvoir conférer l’affiliation à toutes les Voies, Tidjaniya comprise ! Ce qui inadmissible sur le plan religieux.

28 Le chef de la troupe est Sidi Seghir ould Moulay Zein, mokkaden des Ghoudf ; la secte des Ghoudf a été fondée par un discipline de Mohammed Fadel ; à cette époque elle est dévouée à Cheikh Ma El Aïnin, et se livre à des pratiques bizarres pour que les participants entrent en transes.

29 Ali Chandora demanda au Sultan de le reconnaître comme Emir du Trarza ; le sultan lui accorda de porter comme insigue de dignité un séroual blanc (alors que les Maures portent un séroual de tissu foncé). Le sultan aurait même envoyé à Ali quelques soldats (certains disent des indésirables dont il souhaitait se débarrasser). Ce qui est sûr, c’est que la prière n’a jamais été faite au Trarza au nom du Sultan et que ce dernier était incapable d’y intervenir. Entre l’hommage rendu à un Chérif et une reconnaissance de suzeraineté il y a une marge que les gens du Trarza n’ont jamais franchie.

30 P. Marty, Etude sur l’Islam maure (Cheikh Sidia et sa voie, les Fadelia), p. 139, Paris, Leroux ; 1976.

31 Tlamid = disciples (au sing = talibré).

32 Cheikh Hassana a rejoint les Ahel Ma El Aïnin qui s’installent à la fin de 1909 à Tiznit. Autres fils de Cheikh Ma El Aïnin : El Hiba, Merrebbi Rebbo, Taleb Khiar (héritier de la baraka après El Hiba) Laghdaf, El Ouéli. Le 20 septembre 1907, Ma El Aïnin avait désigné Moulay Hafid comme sultan par une fetoua. Cheikh Ma El Aïnin avait fait construire à Smara un furtin abritant une bibliothèque et un dépôt d’armes et une zaouia.

33 Firme allemande qui fournit des armes (elle n’est pas la seule). Si les Ahel Aïnin se soumettaient, ce serait une perte sensible. Les rezzou qui tentent fortune en Mauritanie s’approvisionnent en armes et munitions dans la régions Goulimine-Tiznit.

34 Geste symbolique de défi : on racontait que Cheikh Ma El Aïnin avait jeté un charme sur cette zaouia et que tous ceux qui y pénétraient par la force en sortaient marqués par la mort. Mouret fut tué l’année suivante, dans les premiers engagements en Alsace. Vingt ans plus tard, en 1932 explorateur Michel Vieuchange entre dans Smara, sous un déguisement : il mourut quelques mois plus tard des fatigues endurées.

35 Le gouverneur du Rio de Oro, le colonel Bentz passe pour être hostile aux Français.

36 Un Emir a pour successeur un homme de sa parenté paternelle, à la fois le plus proche, le plus capable, le plus digne et qui doit être agréé par la Djemaa ; ce qui permet aux fils, frères, neveux, cousins d’être prétendants. Le fils aîné n’est plus l’héritier exclusif.

37 Djemaa = assemblée des notables, parfois appelée par les Français « conseil des Princes » quant il s’agit de l’entourage des Emirs du Trarza.

38 La vente de la gomme perd de son intérêt = elle est concurrencée par la gomme du Rordafan et après 1945 par les produits de synthèse pour l’apprêt des tissus.

39 Au Trarza, Boutilimit ; au Brakna, Aleg ; au Tagant, Tidjidja et Moudjéria ; en Adrar, Atar et Shinguetti ; Akjouit assurait la liai son entre le Trarza et l’Adrar ; Pont-Etienne (nommé en l’honneur du chef du groupe colonial) surveillait le cercle de la baie du Lévrier ; du côté de l’Est, Tichitt et Oualata surveilleraient les « boulevards extérieurs ».

40 La tradition guerrière voulait qu’un jeune homme de bonne tente participe à quelques rezzous avant de se marier. Si cette tradition s’efface, et pour cause, en Mauritanie, elle reste vivace à cette époque chez les grands nomades, Regueibat et Oulad Delim.

41 Son successeur, Abdallahi Ould Cheikh Sidia est un saint et un savant ; mais il est difficile d’être le fils d’un père tel que Cheikh Sidya.

42 Un lycée a été installé à Nouakchott depuis 1960.

43 La sécheresse qui a sévi ces dernières années sur le Sahel a durement frappé la région la plus riche en pâturages.

44 Les gisements d’Idjil sont évalués à 100 millions de tonnes de minerai à 70 % (parmi les plus riches du monde) et 900 millions de tonnes à teneur plus faible ; l’exploitation se fait à ciel ouvert. Près de Tindouf, c’est Gar Djebilet : 1 milliard de tonnes à 50 %.

45 Du coup, c’est la Mauritanie qui aurait pu faire des revendications sur le Maroc /

Notes de fin

1 Agrégée de l’Université, docteur ès Lettres.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable