Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à la Mauritanie

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes
, 
Centre d’étude d’Afrique noire

Le cadre historique

La Mauritanie jusqu’au xxe siècle

Christiane Vanacker

Texte intégral

1De par sa situation, par les populations qu’elle rassemble, la République Islamique de Mauritanie apparaît en quelque sorte comme un trait d’union entre le monde maghrébin et le monde Noir. Cette vocation s’est précisée aux ixe-xie siècles mais c’est en fait toute l’histoire du pays qui est liée à celle de l’Afrique Méditerranéenne et de l’Afrique Occidentale. L’étude de l’évolution de la Mauritanie nous amène constamment à franchir le cadre strict des frontières qui sont les siennes à l’heure actuelle. Nous tenterons ici de dégager les grands traits de cette histoire depuis la fin de l’épique néolithique jusqu’à la première moitié du xixe siècle, c’est-à-dire jusqu’aux premières tentatives françaises de colonisation de l’intérieur du pays.

2Les sources écrites relatives à cette région durant l’Antiquité sont rares et difficilement exploitables. En revanche, nous disposons d’assez nombreux écrits fournissant une documentation appréciable à partir du ixe siècle mais qui, comme tout document historique, doivent être examinés avec prudence et dont l’interprétation est encore sujette à bien des discussions. Ces textes sont aujourd’hui complémentés par l’archéologie. Depuis une vingtaine d’années les recherches se sont intensifiées, apportant des précisions fondamentales et faisant naître de nouvelles hypothèses. La richesse du patrimoine archéologique de la Mauritanie a entrainé la création d’une Section Archéologie-Histoire au sein de l’Institut Mauritanien de la Recherche Scientifique. Enfin, les travaux des géographes, géologues et palynologues viennent apporter aux historiens d’indispensables compléments d’information.

3La fin du Néolithique est marquée, en Mauritanie, par un dessèchement croissant. Les paysages sont pratiquement tels que nous les connaissons aujourd’hui. Le climat se dégrade, le désert progresse. En dépit de quelques pulsations humides, l’aridité désormais ne cessera de croître : la grande sécheresse des années 1970 est une étape de plus de ce long processus.

  • 1 G. Hugot, Un secteur du quaternaire lacustre mauritanien : Tichitt. Eléments pour servir à une étu (...)
  • 2 H. J. Hugot.

4A l’heure actuelle, l’étude géologique des terrasses qui marquent les lignes de rivage des oueds et des grands lacs disparus permet de mieux connaître l’évolution du climat de la Mauritanie. Les datations effectuées sur les diatomites recueillies au Sud de la falaise du Dhar Tichitt1 montrent que le lac de l’Aouker a connu une extension maximum vers —9000/6000 ans avant J. C. et que celle-ci était la dernière de cet ordre. La superficie des lacs n’a cessé de décroître durant tout le Néolithique et l’on a pu parler d’un « Sahara des marigots »2. Au fur et à mesure du dessèchement, les gisements néolithiques ont envahi le lit des oueds. La côte aussi s’est transformée. Elle avait, au début du Néolithique, connu la transgression du Nouakchottien et la mangrove s’étendait jusqu’au Nord de Nouakchott. Vers —4300 déjà la côte tendait à devenir lagunaire. Les lagunes se sont ensuite asséchées progressivement, obligeant les pêcheurs de la côte à se déplacer vers l’ouest.

5Pendant la plus grande partie du Néolithique le climat avait cependant été suffisamment humide pour que les lacs fournissent aux hommes du poisson en abondance, pour que la grande faune éthiopienne (girafes, éléphants, rhinocéros, antilopes, autruches...) constitue un gibier de choix pour les chasseurs mais aussi pour que puisse se développer l’élevage des bovins et qu’apparaissent un début d’utilisation des céréales. La sédentarisation avait progressé et au cours du second millénaire avant J.C. encore étaient apparus les étonnants village accrochés aux guelbs et tarfs du Dhar Tichitt - Oualata..

6La détérioration des conditions climatiques modifie profondément la vie des hommes, provoque — nous y reviendrons — leur lente migration vers le Sud. L’étude des squelettes retrouvés dans les sépultures a montré que ces hommes du Néolithique de Mauritanie étaient essentiellement des négroïdes. Ils ont laissé un très riche matériel lithique et céramique.

7A la fin du Néolithique, les techniques s’affinent, se perfectionnent : l’examen de la céramique et celui du matériel lithique de la région de Medinet Sbat, par exemple, le montrent. Dans l’art de la céramique, le polissage, l’engobage sont pratiqués, les décors les plus variés sont exécutés au peigne basculé, à l’aide de coquillages, de tiges creuses, d’estèques, de poinçons, tandis que la réalisation d’objets de pierre les plus divers (outils et parures) en quartz, quartzite, gabbro, dolérite, jaspe, jadéite, schiste, etc. révèle une parfaite maîtrise des techniques.

  • 3 Cf. N. Lambert, « Les industries sur cuivre dans l’Ouest saharien, West Afric. » Jl of archaeol., (...)

8Ce néolithique final se confond, en Mauritanie, avec les débuts d’un âge du cuivre et c’est là une des découvertes essentielles de ces dernières années. Dès 1951, R. Mauny s’interrogeait sur l’existence d’« un âge du cuivre au Sahara Occidental ». A l’heure actuelle cette existence semble prouvée et les travaux de N. Lambert ont permis de faire progresser les connaissances à ce sujet. De nombreux objets de cuivre ont été découverts aux côtés d’objets de pierre polie et de céramiques, dans l’Adrar par exemple et tout particulièrement dans la région de Medinet Sbat au S.-E. d’Akjoujt3. Ce sont essentiellement des armes (87 pièces étaient répertoriées en 1971) : flèches diverses, pointes de lance, poignard, des outils (27 pièces) dont les hâches, un burin, des épingles et petites palettes, des bijoux (boucles d’oreilles, bague, bracelet) et des lingots et fragments de lingots. D’autre part, les traces d’exploitation ancienne du cuivre ont été relevées à Akjoujt, à proximité de la mine actuellement exploitée, au Guelb Moghrein, dans la « Grotte aux Chauves-souris », tandis que le site de Lemdena livrait les restes de fourneaux à tuyères en terre cuite et d’autres sites voisins des scories. Des analyses d’échantillons par la méthode du C14 ont fourni, pour la Grotte aux Chauves-souris des dates échelonnées au cours du ve siècle avant J. C. mais aussi du vie siècle et même la date de 826 BC. Le minerai d’Akjoujt est donc exploité en cette fin du néolithique et il est intéressant de noter sur le site de Medinet Sbat la présence de deux gros pics de pierre. Ce minerai sert à la fabrication d’objets divers : l’étude d’échantillons prélevés sur ces objets a montré qu’ils recèlent des traces d’or et les scories présentent une forte proportion de fer : ce sont là des caractéristiques du minerai d’Akjoujt. D’autre part, ces objets sont, tout comme des cuivres analogues fabriqués en Espagne, des cuivres arséniés : dès lors est posé le problème des rapports de la Mauritanie avec le Nord et celui de la diffusion éventuelle de techniques du Nord vers le Sud au cours du premier millénaire.

  • 4 Cf. par ex. M. Posnansky, « Aspects of early West African trade », World Archaeology, V, 2, 1973, (...)

9Faut-il lier l’apparition du métal à l’arrivée d’hommes venus du Nord ? Et l’on songe, dès lors, à une pénétration progressive des Berbères durant le premier millénaire avant J.C. Faut-il aussi rapprocher ce phénomène de l’apparition, sur les parois rocheuses, de ces chars à deux roues dont la découverte se multiplie au Sahara ?4.

10La « question des chars » reste complexe et elle est encore très controversée. Rappelons que des chars gravés ont été retrouvés en Mauritanie et que l’hypothèse d’une « route des chars » a été émise par R. Mauny. On constate en effet que, comme c’est le cas au Sahara central également, les représentations rupestres s’échelonnent le long d’un axe. Celui-ci traverse la Mauritanie du NO au SE par l’Adrar (Gualb Aoutikelt, Igueni, Amazmaz) puis le Nord et l’Est de l’Aouker (Kadra, Tichitt-Aratane-Oualata) en direction de la boucle du Niger. Faut-il voir là la trace d’une sorte d’axe de pénétration vers le Sud ? Qui sont les hommes qui ont gravé ces chars ? A quelle date ces gravures ont-elles été réalisées ? Des chars ont-ils pu réellement circuler, même en des zones très restreintes, dans un Sahara dont le dessèchement se poursuit sans cesse pendant le premier millénaire avant J. C. ? Nombreuses sont les questions posées et il n’est guère possible à l’heure actuelle encore d’y répondre totalement. Nous remarquons cependant :

  • que le cheval est presque toujours associé au char : il a donc pu être introduit en même temps que lui (le bœuf, mais moins fréquemment, est aussi associé au char).
  • que si l’utilisation du métal par les « constructeurs » de chars est probable, elle n’est cependant pas encore scientifiquement prouvée. Par contre, il est encore plus improbable qu’un char construit sans métal ait pu circuler sur les regs sahariens.
  • que si les chars sont parfois associés sur les parois à des inscriptions libyco berbères, ceci est rare (Dhar Aratane, Oualata) et alors apparaît aussi le chameau dont l’introduction au Sahara est récente (iii-ive siècles). La plupart du temps il n’existe pas d’inscription berbère : dans ces conditions faut-il considérer que les hommes qui ont gravé ces chars, soit parce qu’ils en possédaient encore, soit parce qu’ils gardaient le souvenir de leur utilisation, appartenaient à un groupe bien différent du groupe libyco-berbère ?

11L’hypothèse de la réalisation de ces gravures par les descendants des « Peuples de la Mer » a été émise. Après leurs attaques des xiiie-xiie siècles puis leur repli sur la Libye, ils auraient été progressivement coupés de la côte et, dans l’impossibilité totale de la rejoindre, se seraient repliés vers le désert. Ou bien faut-il, malgré tout, les considérer comme de lointains ancêtres de peuples analogues à ces « Garamantes » que nous décrit Strabon au ier siècle avant J. C. ? Cette question des chars mérite d’être reprise.

  • 5 S. Daveau et Ch. Toupet, « Anciens terroirs Gangara », Bull. IFAN, XXV, 3-4, 1963.

12Un dernier groupe de gravures rupestres nous montre encore des chevaux et aussi des cavaliers armés (Dhar Tichitt), des scènes de chasse (chasse à l’oryx, par exemple, à Makrouga dans l’Aouker) mais associés à des inscriptions libyco-berbères et, progressivement à des représentations de chameaux et chameliers. Ces dernières gravures sont donc postérieures au iiie siècle. Désormais et jusqu’à l’arrivée des Arabes Hassan, ce sont les Berbères qui, progressivement, occupent puis dominent une grande partie de la Mauritanie. Leur infiltration s’échelonne sur sans doute plus d’un millier d’années. Le dessèchement du Sahara rend l’agriculture de plus en plus difficile : à la savane succède la steppe, puis le désert, et les populations noires sont contraintes de refluer vers le Sud. Les Berbères connaissent le métal, ils possèdent des armes nouvelles que les figurations rupestres nous apprennent à connaître. A partir du iiie siècle la possession du dromadaire est un atout pour eux ; il facilite leurs déplacements dans un milieu devenu hostile. Les traditions locales conservent le souvenir des luttes qu’ils ont livrées aux « Bafour » c’est-à-dire très probablement (mais aucune certitude n’est encore acquise) à des Noirs habitant l’Adrar. D’aures populations noires se replient vers le Sud très progressivement en s’installant sur des hauteurs, dans un but défensif et en continuant à pratiquer l’agriculture — ce qui pose le problème de la persistance d’une humidité relative au Sud du Sahara. Ainsi, et nous aurons l’occasion d’y revenir, peut-être les terroirs dits « Gangara » du Tagant et de l’Assaba témoignent-ils de la dernières phase de ce repli5. D’autres populations noires demeurent dans les oasis et sont alors assujetties par les nouveaux venus. Ces agriculteurs sédentaires sont très probablement les ancêtres des anciennes castes serviles de la société maure traditionnelle.

  • 6 Synthèse des hypothèses et travaux in : Th. Diallo, « Les Peuls avant le xixe siècle », Ann. Fac. (...)

13Autre « énigme » de la fin du premier millénaire avant J. C. : la présence des Peul en Mauritanie. On sait que très nombreuses sont les hypothèses qui ont été émises sur l’origine des Peul et sur leurs migrations et il ne peut être question d’en discuter ici6. Notons simplement, sans pouvoir encore expliquer par quelle voie et à quel moment ils sont arrivés, que leur présence au Sud de la Mauritanie est possible dès le début de notre ère. De là, ils ont plus tard amorcé leur lent emigration vers l’Est (viiie-xixe siècles). Aujourd’hui encore au Brakna et au Tagant, la toponymie témoigne de leur passage.

14Nous n’avons que de très rares éléments d’information concernant tous ces peuples durant la protohistoire et l’antiquité. Ce sont sans doute les pasteurs berbères qui nous ont laissé tous ces tombeaux dits « préislamiques » dont la découverte se multiplie. Plusieurs groupes ont été signalés dans l’extrême nord du pays, au voisinage de la côte et dans le massif du Rkiz. Les formes et les dimensions de ces constructions sont très variables : cercles de pierres dressées, chouchets (petites tours cylindriques), tumuli de forme tronconique ou en forme « de crabe » (à rattacher au groupe des Idebnan sahariennes en forme de V ? ?), grands tumuli reposant sur des terrasses appareillées (dans le Rkiz), tumuli appuyés à des résurgences rocheuses, à des alignements de pierres dressées, bazinas (tumuli à revêtement appareillé) en forme de gradins dans l’Adrar, constructions en forme de dôme surbaissé (dans le Massif du Rkiz, près de Noudache) avec, à la base une lucarne mettant l’intérieur de la construction en relation avec l’extérieur, monuments à chapelle d’el-Mreïti, d’Umgarn et de Lebnié, tombeaux « à portiques », tombeau polygonal dans l’extrême Nord. Ajoutons à cette liste l’ébauche d’une curieuse allée couverte dans le Massif du Rkiz.

15Très nombreux sont aussi les abris sous roche, parfois murés, dans le Massif du Rkiz, mais ils ont pu être utilisés de façon sporadique, en cas de danger par exemple, durant des siècles, peut-être depuis l’époque néolithique jusqu’au Moyen-Age.

  • 7 G. C. Picard par exemple.
  • 8 R. Mauny, G. Germain et J. Desanges.
  • 9 « Les Romains en Côte d’Ivoire », Archéologia, 116, mars 1978. Sur tous ces problèmes, voir la thè (...)

16Quant aux rapports entre, d’une part, les populations mauritaniennes et les peuples noirs au sud du pays, et, d’autre part, celles de l’Afrique du Nord avant l’époque médiévale, là aussi les informations sont fragmentaires et leur interprétation à l’heure actuelle encore est très controversée. Aucune preuve certaine de relations régulières Nord-Sud soit le long d’un axe occidental traversant la Mauritanie, soit le long de la côte n’a pu être fournie. Ainsi, le récit du « périple » du carthaginois Hannon, au ve siècle avant J. C, reste très mystérieux. Certains historiens admettent qu’Hannon a pu arriver dans le Golfe de Guinée7, d’autres estiment que les navires phéniciens, tout comme ceux des romains plus tard, n’ont pu dépasser le Sud du Maroc en raison des alizés qui, au delà, les auraient empêchés de revenir, et même que le récit du périple d’Hannon est un faux8. De même aucune preuve d’un commerce transsaharien régulier ne peut être avancée pour la période de l’occupation romaine. Des contacts ont existé cependant : ainsi à la fin du premier siècle avant J. C, Stragon nous parle de Noirs, les « Pharousiens » qui se rencontrent « mais rarement » avec les populations du Maroc et, pour traverser le désert, « attachent sous le ventre de leurs chevaux des outres pleines d’eau ». D’autre part, l’on sait que la romanisation de l’Afrique du Nord n’a pas eu de répercussion dans le S.-O. saharien. Les expéditions romaines ont atteint le Hoggar et la Tibesti mais non l’Ouest du Sahara. De même, la découverte de monnaies romaines ne permet de tirer aucune conclusion définitive quant à un trafic suivi entre le « Pays des Noirs » et l’Afrique du Nord romaine à travers l’Ouest de l’Afrique. Trois ont été découvertes en Mauritanie : à Raseremt en 1952 (denier de 58 avant J. C. et denier frappé entre 2 avant J. C. et 11 après J. C.) et près de Tamkarkart en 1965 (denier frappé entre 222 et 228 après J. C.). Certes des contacts ont pu avoir lieu grâce à l’intermédiaire des nomades berbères, mais nous n’avons pas la preuve d’un commerce régulier. Il est possible que les Phéniciens et plus tard les Romains aient eu connaissance de l’or de Guinée et aient tenté d’aller le chercher mais il pouvaient aussi trouver de l’or dans le sud du Maroc ce qui explique leur présence à Mogador. Tout récemment un article de M. Picard vient de relancer le débat : il fait en effet état de la découverte en Côte d’Ivoire de 38 monnaies romaines frappées à l’effigie de Constantin et de ses fils (330-339)9. Faut-il voir là la preuve du passage en celieu d’un « explorateur » romain malchanceux mis dans l’impossibilité de regagner l’Afrique du Nord ?

17La période qui, en Afrique occidentale, correspond à ce qu’en Occident nous appelons encore le « Moyen-Age » nous est, depuis quelques années, beaucoup mieux connue grâce à l’archéologie. La fouille d’anciennes cités mauritaniennes est venue compléter la série de renseignement donnés par les textes des auteurs arabes : Ibn Abd al-Ha-kam et al-Yakubi (ixe siècle), Mohammed Ibn Yusuf al-Warraq, al-Muhallabi et Ibn Hauqal (xe siècle), al-Bakri (xie siècle), al-Idrisi et Yaqut (xiie siècle), Ibn Battuta, al-Umari et Ibn Khaldun (xive siècle).

18L’interprétation des données archéologiques et celle des textes ont permis de faire sensiblement progresser l’histoire du Sahara occidental, mais de très nombreuses question restent encore sans réponse et les hypothèses ne manquent pas.

19L’étude de tous ces éléments permet cependant de dire que la Mauritanie est alors en quelque sorte un « pont » entre le Monde Noir et le Maghreb. Déjà terre de contacts entre Berbères et Noirs, elle devient alors un trait d’union entre le « Bilad as-Sudan » et le Maghreb.

20En effet, le commerce transsaharien se développe et chaque année les caravanes des marchands traversent le pays. Dès lors se répandent non seulement des produits nouveaux mais aussi des idées et la religion musulmane, même si, dans un premier temps, l’Islam en Mauritanie est peut-être différent de l’Islam aujourd’hui pratiqué.

21Les contacts entre le Maghreb et l’Afrique occidentale très certainement sporadiques et sans grande importance durant l’Antiquité ne semblent pas se développer avant la fin du ixe siècle et le début du xe siècle. Au ixe siècle Ibn abd-al-Hakam signale qu’au siècle précédent un homme nommé Habib b. Abi Ubaïda al-Fihri a commandé une expédition dans « le Sous et le Soudan » et « en a ramené une quantité d’or considérable ». Al-Bakri signale qu’Abd er Rahman ibn Habid, gouverneur d’Ifriqiya en 745 a fait creuser des puits le long de la piste qui, du Sud Marocain, conduit à la cité d’Audaghost ; mais ce sont là des indices trop fragiles pour affirmer l’existence de relations commerciales régulières : seule alors est connue la route qui du Djerid mène à la boucle du Niger. Au ixe siècle al-Yakubi sait que de Sidjilmasa une route mène à une région « peuplée de tribus nègres » et cite l’oasis de « Ghast » sans véritablement la décrire et sans mentionner le commerce. Cependant il est intéressant de noter qu’un oriental, renseigné peut-être par des Egyptiens, peut déjà fournir ces renseignements : une route à travers la Mauritanie existe. Elle prend toute son importance au xe et surtout au début du xie siècle ainsi qu’en témoignent Ibn Hauqal et al-Bakri. Le commerce est alors régulier, bien organisé, les noms des puits et lieux dits jalonnant l’itinéraire sont connus.

22Le développement du commerce transsaharien va avoir des répercussions sur l’évolution de tout le pays. Il est le résultat d’une politique menée par les émirats du Maghreb et d’Espagne : l’or leur est indispensable pour la frappe des monnaies. Le contrôle de la route transsaharienne Ouest devient un véritable enjeu : ainsi s’affrontent au xe siècle Fatimides d’Ifriqiya et Ummayades d’Espagne. Ils ne sont pas seuls à s’intéresser au commerce : ils doivent passer par l’intermédiaire des Berbères zénètes du Sud marocain qui contrôlent la route. Sidjilmasa puis Aghmat sont les « têtes de pont » de cette piste et doivent leur prospérité au commerce.

23Les populations de la Mauritanie sont loin de demeurer à l’écart de ce courant. Elles sont concernées à plus d’un titre. D’abord, et nous aurons l’occasion d’y revenir, elles sont très progressivement converties à l’Islam au cours du xe siècle. D’autre part, nous le verrons, les échanges vont provoquer l’apparition de riches cités caravanières au débouché de la route.

24Enfin, les populations noires du SE de la Mauritanie, celles dont l’installation résulte de la lente migration vers le Sud des populations néolithiques sont dans la mouvance des trois premiers grands « empires » de l’Afrique occidentale et ce sont ces « empires » qui contrôlent le trafic de l’or des zones forestières du Sud : Ghana (viiie ? - xiiie siècle), Mali (xiiie-xvie siècle), Shongaï (xve-xvie siècle).

25Particulièremetn intéressante est l’étude du Ghana. Ce premier grand royaume ouest-africain, qui a atteint son apogée au xe siècle, est né dans la zone sahélienne de Mauritanie. Ses origines sont controversées : iie ? ive ? viie siècle ? Son nom même a fait l’objet de discussions. Il semble que « Ghana » ait d’abord été le nom du souverain puis celui de la capitale avant de désigner l’ensemble du royaume. La capitale occupait probablement le site actuel de Koumbi-Saleh, au Sud du Hodh, près de Timbédra (SE). Mais il n’est pas impossible que d’autres capitales aient existé. Le témoignage d’Ibn Hauqal et celui d’al-Bakri, les résultats de plusieurs campagnes de fouilles à Koumbi nous permettent de mieux connaître le Ghana. Le roi — ou tounka — a toujours pour successeur le fils de sa sœur. Il est entouré de nombreux serviteurs et administrateurs, il rend la justice lui-même et semble avoir de grands pouvoirs. S’il conserve la religion traditionnelle, ainsi que la majeure partie des gens de son entourage, les lettrés musulmans reçoivent cependant le meilleur accueil au point, selon al-Bakri, qu’une ville a été édifiée pour eux à côté de la ville royale. Dès la première moitié du xie siècle l’Islam et la culture arabe progressent donc dans cette région. Mais quel Islam ? Les musulmans ne représentent-ils par alors qu’une infime partie de la population ? Au xiiie siècle, et plus au sud il est vrai, les souverains des anciennes croyances.

  • 10 Description de l’Afrique septentrionale. Texte arabe, trad. de Slane, Paris, Adrien-Maisonneuve 19 (...)

26Le contrôle des mines d’or du Galam et du Bouré fait la richesse du Ghana. Al-Bakri multiplie les détails qui ont sans doute frappé les voyageurs occidentaux10 : les fils des princes ont « les cheveux tressés et entremêlés d’or », « les pages des boucliers et des épées montées en or », les chevaux même ont des caparaçons brodés d’or, les chiens des colliers en or. Le roi se réserve les pépites et conserve un énorme lingot. Surtout, il contrôle le trafic à travers son royaume de ce produit essentiel qu’est, pour les peuples au Sud du Sahara, le sel. C’est contre le sel qu’est échangé l’or et la revente du sel aux peuples de la forêt au sud, apporte au souverain des profits substantiels. « Il prélève un droit d’un dinar d’or sur chaque âne chargé de sel qui entre dans son pays et deux dinars sur chaque charge de la même substance que l’on exporte ». Même chose pour le cuivre, lui aussi très recherché : taxes de 5 et 10 mithcal ! De bonnes relations avec les marchands du Nord sont donc indispensables et ce pour les deux parties, mais le Ghana a soin de ne pas mettre trop d’or sur le marché car « il risquerait de se déprécier ».

27Des recherches archéologiques ont été menées sur le site de Koumbi Saleh.

28Ce site a été repéré et fouillé partiellement en 1913 par M. Bonnel de Mézières. M. D. Lazartiques en 1939, puis R. Mauny et P. Thomassey en 1949 et en 1950 ont poursuivi les travaux et dégagé le niveau le plus récent de quatre maisons avec chambres en enfilade dotées de lits-banquettes et de niches murales rectangulaires et triangulaires. Ils ont recueilli un matériel lithique, métallique (cuivre et fer) et céramique abondant et varié auquel s’ajoutent des fragments d’objets de verre (dont deux dénéraux), de coquillage et d’œuf d’autruche. Le travail a repris en 1976-1972, mené par les chercheurs de l’Institut Mauritanien de la Recherche Scientifique, et il a confirmé l’importance du site. A un vaste tell urbain s’ajoutent deux nécropoles, l’une au Sud, l’autre, très étendue, au NNO.

29La fouille d’habitations proches de la place centrale et d’une mosquée a mis en évidence plusieurs niveaux d’occupations tandis que des recherches étaient menées dans la Nécropole Nord où s’élève, au centre de cinq enceintes trapézoïdales, un grand tombeau dont les angles s’ornent de colonnes composées de plaques de schistes empilées. L’étude du matériel recueilli montre qu’il est essentiellement le fruit d’un artisanat local et que les objets d’importation, contrairement à ce que nous avons constaté à Tegdaoust (Audaghost ?) sont rares. Faut-il considérer, si nous sommes bien là en présence de la capitale du Ghana, qu’y parvenaient principalement — et comme le souligne al-BaKri — des produits aussi nécessaires que le cuivre et surtout le sel et que les produits de luxe (verres, céramiques) venus du Nord étaient surtout destinés aux intermédiaires des cités sahéliennes telles qu’Audaghost ? D’autres fouilles, bien sûr, sont nécessaires.

  • 11 Sur le commerce transsaharien, voir J. Devisse, « Routes de commerce et échanges en Afrique occide (...)

30L’organisation du commerce ne nous est pas totalement connue. Les textes doivent être manipulés avec précaution et tous ne sont pas traduits. L’archéologie heureusement permet peu à peu de les compléter11.

  • 12 Ibn al-Faqîh, p. 33.
  • 13 Al-Bakri, trad. de Slane, p. 299.
  • 14 Ibid., p. 301.

31— Le volume des produits échangés, leur valeur ne sont pas toujours connus. Du Sud partent vers le Maghreb l’or surtout mais aussi l’ébène et l’ivoire (utilisés par exemple à Marrakech), l’amiante ; des zones désertiques de la Mauritanie partent des boucliers en peau d’oryx sur lesquels « le sabre rebondit et lorsqu’il les entame quelque peu il y reste pris » (12, la gomme « dont le produit est envoyé en Espagne où il sert à lustrer les étoffes de soie »13, de l’ambre gris « dont la qualité est excellente »14.

32Très probablement des esclaves sont amenés vers le Maghreb mais nous en ignorons totalement le nombre. Aucun auteur arabe ne parle d’un trafic important d’esclaves.

  • 15 Ibid., p. 301 ; Al-Idrisi, Description de l’Afrique et de l’Espagne, Edit. et trad. Dozy et Goeje, (...)
  • 16 Al-Idrisi, p. 76.
  • 17 Al-Bakri, p. 335.

33Du nord arrivent le cuivre, des manteaux de laine15, « des turbans, toutes sortes de colliers et chapelets en verre, en coquilles et en pierres, différentes drogues et parfums, des ustensiles en fer »16, des cauris, du suc d’euphorbe17, peut-être du henné, du corail de Ceuta mais aussi, les fouilles menées sur le site de Tegdaoust le montrent, des objets de luxe, verres et poteries émaillées ou simplement tournées, destinés aux intermédiaires des cités sahéliennes. Nous ignorons dans quelle mesure tous ces produits pouvaient constituer pour les marchands maghrébins un frêt de retour valable pour l’or.

  • 18 Cf. J. Devisse, « La question d’Audaghost », in Tegdaoust 1, Recherches sur Audaghost, Paris, AMG, (...)

34Toujours est-il que dès le xe siècle ces marchands s’intéressent et connaissent la mine de sel d’Aulil (Ibn Hauffal souligne, nous l’avons vu, l’extrême importance de ce produit) et, au xie siècle, la mine de sel de « Tatental » (Teghaza) est parfaitement connue et exploitée. Une récente étude18 a fait ressortir toute l’importance du commerce du sel et toutes les conséquences de la mine en exploitation de la mine de Teghaza.

  • 19 Al-Idrisi, p. 76.

35Les renseignements concernant les caravanes sont rares. Quelle était l’importance d’une caravane ? Au xiie siècle al-Idrisi signale que chaque grand commerçant qui confie à ses serviteurs le soin de partir vers le Sud « possède dans la caravane 100, 80 ou au moins 70 chameaux »19. Faut-il admettre l’existence de caravanes de plusieurs centaines de chameaux ? A qui appartiennent-ils ? aux commerçants eux-mêmes ou bien aussi à des éleveurs qui les louent ?

36« C’est en automne », nous dit al-Idrisi, « que les caravanes traversent le désert », ou bien encore en hiver : ainsi Ibn Battuta a-t-il quitté Sidjilmasa pour Oualata en février 1352. Les dificultés, les dangers sont grands. Le principal problème reste celui du ravitaillement en eau, et ce, tout particulièrement dans le Majabat al-Koubra.

  • 20 Ibn Battuta, Voyage dans le Soudan, Trad. Mac Guckin de Slane, Jl. Asiat, 5, 1843, p. 39. — Texte (...)
  • 21 p. 299. Voir Tegdaoust I, op. cit., p. 37.

37Arrivée à environ 480 km de Oualata la caravane y dépêche un homme chargé d’avertir les habitants pour qu’ils viennent à la rencontre des voyageurs avec de l’eau pour 4 jours faute de quoi « la caravane périt entièrement ou en grande partie »20. D’autre part, si aux xiiie et xive siècles les routes sont sûres, il n’en est pas toujours ainsi : au xie siècle les pillards ne manquent pas, près des puits par exemple ou bien dans des régions accidentées telles celle « d’Azgounam » selon al-Bakri, c’est-à-dire l’escarpement du Dhar qui limite le Tagant au Sud21.

  • 22 Tegdaoust I, op. cit., p. 33.
  • 23 Al-Bakri, op. cit., p. 289 sq.
  • 24 Ibn Hauqal, op. cit., p. 99.

38Les routes empruntées par les caravanes sont à présent connues. Elles aboutissent, au Sud de la Mauritanie à des cités marchandes importantes : ces caravanes s’arrêtent après la traversée du désert, elles ne gagnent pas le « Bilad as-Sudan », le Pays des Noirs. Elles trouvent dans ces cités les marchandises venues du Sud et y laissent les leurs. Ainsi est née de manière totalement artificielle une cité comme Audaghost. Que l’itinéraire soit modifié, déplacé, et c’est la mort progressive de la ville.Pendant tout le Moyen-Age une piste (aux multiples ramifications vers le Nord) relie la boucle du Niger au Maghreb par le Sahara central. Le Niger est relié au SE Mauritanien : à la région de Ghana (Koumbi) puis à celle de Oualata. Au xe siècle une piste transsaharienne longe la côte mais elle semble peu importante. La route essentielle au ixe et xe siècles et dans la première moitié du xie siècle relie Sidjilmasa dans le sud marocain à Audaghost. La route nous est décrite de façon détaillée par al-Bakri et son tracé a fait l’objet d’une étude de Mme Daveau22 : du Draa, la piste gagne la région de Tindouf ( ?) puis oblique vers le SO en direction de la Makteir, Agharf et le Tagant, l’Aouker puis Audaghost c’est-à-dire très probablement Tegdaoust), par la dépression du Taskas (d’autres itinéraires avec de légères variantes avaient été proposés précédemment par P. Amilhat et R. Mauny). Au total 51 jours. Ibn Huqal et surtout al-Bakri nous décrivent Audaghost comme une cité prospère, peuplée de nombreux habitants, très animée. Bâtie en un endroit inhospitalier, elle dispose cependant de nombreux puits et le bétail y abonde. Les commerçants « vivent dans l’aisance et possèdent de grandes richesses ». Pour eux arrivent du Nord des produits chers comme le blé et les fruits23. Les rapports de la cité avec le roi de Ghana sont fondés sur la nécessité : « tous (les princes Noirs) ont besoin au xe siècle, un Sanhaja, mais au siècle suivant la cité est dominée, al-Bakri le souligne, par des Zanata venus du Nord et qui ont réussi ainsi à contrôler la « route de l’or »24.

  • 25 Cf. Tegdaoust I, op. cit. et Tegdaoust ii (à paraître très prochainement).

39Depuis 1960 des fouilles importantes ont été menées sur le site de Teqdaoust par l’équipe de J. Devisse et D. et S. Robert25. Les ruines s’étendent sur plus de 12 km, dans un cirque rocheux du Massif du Rkiz. Les fouilles ont porté sur une nécropole, au Nord, deux secteurs du tell principal où ont été exhumés des quartiers d’habitation, rues et places, et sur de petits tells au Sud permettant de dégager une mosquée dotée d’un mihrab à colonnes, et deux quartier à vocation artisanale dont un possédait des fours d’argile cuite. Dans la partie ouest du tell la fouille a révélé une stratigraphie complète des occupations du site. La première installation durable s’est effectuée, l’analyse d’échantillons par le C14 l’a montré, vers la fin du ixe siècle et les bâtisseurs ont volontiers utilisé la brique crue. La ville se développe au xe siècle, puis au xie siècle et les constructions de pierres sont particulièrement soignées. Les construction de strates postérieures à cette date révèlent par contre une décadence assez rapide. On sait à présent que la cité a pu être abandonnée progressivement jusqu’au xive siècle (elle a été occupée à nouveau et pour peu de temps aux xviie-xviiie siècles).

40La matériel très abondant qui a été mis à jour témoigne de l’importance des échanges avec le Maghreb et le Ghana. Des barres d’or ont été retrouvées en cette ville où selon al-Bakri « l’or était raffiné et réduit en fils tordus » avant d’être exporté. Ont été retrouvés également des verres et des céramiques émaillées venus du Maghreb et d’Espagne. Il témoigne aussi de la richesse de l’artisanat local, tout particulièrement du développement de la céramique (les formes et décors sont extrêmement variés) et des activités métallurgiques. Des fours, des lingotières, des lingots de laiton ou plomb ont été retrouvés et il n’est pas impossible que l’on ait tenté de fabriquer du verre.

  • 26 Tegdaoust I, « La question d’Audaghost », op. cit.

41Selon al-Idrisi, Audaghost n’a pas disparu après le raid almoravide de 1054, mais elle n’a plus une grande importance et elle n’est plus citée que comme un centre d’élevage du dromadaire. Les fouilles de Tegdaoust, on l’a vu, révèlent bien une décadence assez rapide de la cité. A l’origine de ce déclin, très probablement — les fouilles les montrent bien — la baisse rapide de la nappe phréatique alimentant la cité en eau, mais aussi une modification de l’itinéraire suivi par les caravanes. Dans l’étude qu’il consacre à ces problèmes26. J. Devisse émet l’hypothèse de l’ouverture, vers le milieu du xie siècle, des salines de Teghaza, la zone d’Aulil étant le théâtre des débuts du mouvement almoravide : dès lors, faire, après celui de Teghaza, un crochet par Audaghost avant de gagner Ghana et la boucle du Niger n’avait plus de sens. De fait, c’est sans doute très tôt que les caravanes ont adopté un itinéraire passant par Oualata et non pas seulement à partir du xiiie siècle. A cette date, la cité de Oualata est déjà un centre commercial suffisamment important pour que des Maghrébins comme les frères Maqqari y aient installé un comptoir, preuve sans doute que les activités d’échanges n’y sont pas nouvelles, et pour que le sultan de Mali ait jugé indispensable de prendre la cité et d’y installer un représentant. Ibn Battuta en parle en 1352 et nous décrit la ville comme prospère ; elle le restera jusqu’au xvie siècle au moins, ainsi que le montrent, nous le verrons, les textes portugais, mais plus tard elle aura à souffrir des luttes incessantes dans la région. La ville s’est lentement surélevée au-dessus des ruines des occupations successives mais le centre a pu évoluer et les maisons entretenues sont aujourd’hui au SE, la zone NO étant totalement abandonnée et ruinée. Au Nord de la mosquée un tell est jonché de tessons de poteries et des murs affleurent à la surface du sol. Des sondages archéologiques sur ce tell sont prévus ; ils apporteront sans doute des informations essentielles sur la cité.

  • 27 p. 310 et 321.
  • 28 Ibn Haugal, op. cit., p. 101.
  • 29 Al-Bakri, p. 298.
  • 30 Ibn Haldom, Histoire des Berbères, ii, p. 70.
  • 31 Voir à ce sujet J. Devisse, « La question d’Audaghost », op. cit.

42Les marchands caravaniers rencontrent le long des pistes des tribus berbères Sanhaja dont les « géographes » citent les noms. Al-Yakubi, Ibn Abd al Hakam et Ibn al Faqih parlent des « Anbiya », sorte de grande confédération dont nous ne savons rien. Ibn Huqal et al-Bakri énumèrent les noms des Massufa, des Lamta, Guazula, Lamtuna et Gudala. Ces gens, dit al-Bakri27, « -ne savent ni labourer la terre ni l’ensemencer... Leurs troupeaux forment leur richesse » et « leur nourriture consiste en tranches de viande séchées que l’on pile et sur laquelle on verse de la graisse fondue et du beurre. Chez eux, le lait remplace l’eau comme boisson... ». Ils « portent constamment le nicab au-dessus du litham en sorte qu’on ne leur voit que l’orbite des yeux ; jamais, dans aucune circonstance, ils n’ôtent ce voile et l’homme à qui on l’aurait enlevé serait méconnaissable pour ses amis et ses parents ». Les rapports entre caravaniers et Sanhaja sont mal connus. Sans doute les nomades peuvent-ils guider les voyageurs mais parfois aussi les rapports ne sont pas bons : au xe siècle les Amka sont maîtres de la route, « ils prélèvent des droits sur ceux qui franchissent leur territoire avec des marchandises, pour chaque chameau et chaque charge et sur ceux qui transportent de l’or en provenance du pays des Noirs »28. Au début du siècle suivant, certains nomades attaquent les voyageurs près des points d’eau où il faut obligatoirement passer29. Les Sanhaja, il est vrai, ont de bonnes raisons d’être mécontents. Selon ibn Khaldun30 un Lamta se serait plaint « de l’état de misère auquel les musulmans de son pays avaient été réduits par la tyrannie des Banu Wanudin, émirs de Siljilmasa ». Ces derniers avaient en effet étendu considérablement leur domination vers le Sud, privant les Sanhaja d’indispensables terrains de parcours. De plus, les Berbères Sanhaja sont, dans la première moitié du xie siècle évincés d’Audaghost par les Zanata et donc maintenus totalement à l’écart du grand commerce transsaharien. De plus, il est possible que l’ouverture de la saline de Teghaza les ait privé du fructueux commerce du sel d’Autil vers Audaghost31. Rappelons enfin qu’une partie d’entre eux est sous la domination de l’empire Noir du Ghana.

  • 32 Ibid.

43En quelques années, ces hommes vont prendre une extraordinaire revanche. L’épopée des Almoravides a eu de profondes répercussions sur la vie des Mauritaniens, elle est à l’origine d’une transformation essentielle de la vie culturelle et religieuse. Quelle que soit l’importance des causes économiques que nous venons d’évoquer, les causes religieuses demeurent essentielles dans le déclanchement du mouvement. Islamisés assez tôt mais mal, les Lamtuna vont chercher à « purifier » leur religion. De retour d’un pélerinage à la Mecque, le chef Yayha ibn Ibrahim ramène un prédicateur, Abdallah ibn Yasin qui très vite cherche à imposer un Islam très strict et intransigeant, ce qui ne va pas sans susciter des résistances. L’origine du nom des disciples d’Ibn Yasin, al Murabitun, « Almoravides » est encore discutée : s’agit-il de ceux qui se seraient repliés dans un ribat de la côte avant de livrer la guerre Sainte ou bien ce nom vient-il d’un serment qu’ils auraient prêté ? La conquête, à partir de 1042, est très rapide et connue. Elle est systématique : conversion des Sanhaja, puis prise de Sidjilmasa et Audaghost et donc victoire sur les Zanata maîtres de la route (et sans doute ibatites, raison de plus pour les attaquer !32 fondation de Marrakech puis attaque — encore très controversée — du Ghana et extension de la domination au Maroc puis à l’Espagne sous la conduite d’Abu Bakr et de Yusuf ibn Tachfin. Au début du xiie siècle un immense empire s’étend de l’Espagne aux rives du Sénégal et l’on sait quelle en a été la prospérité. La découverte, à Acharîm près de Tidjikja, d’un pot contenant des dinars almoravides est l’une des preuves de l’abondance et de la qualité du monnayage almoravide tout comme, à l’heure actuelle encore, les monuments du Maroc témoignent du degré de perfection atteint par l’art sous les Almoravides. Il est souhaitable que les fouilles prévues à Azougui, première « capitale » fondée par les Almoravides (avant Marrakech) puissent être prochainement réalisées.

44L’expansion almoravide devait avoir pour la Mauritanie une conséquence d’une toute autre portée que la création par les Sanhaja d’un empire aussi vaste qu’éphémère : c’est elle qui est à l’origine de l’adoption dans ce pays d’un Islam austère, sunnite et de rite malekite qui a peu à peu influencé tout l’Ouest de l’Afrique en commençant par le Tekrour. Cette conversion à un Islam orthodoxe s’est accompagnée d’un développement de la culture arabe. Cette orientation va se renforcer, dès les xiiie-xive siècles avec l’arrivée des Arabes Hassan.

45L’histoire de la Mauritanie à partir du xve siècle est marquée par deux faits d’une extrême importance. Il s’agit, d’une part, des progrès de la pénétration des tribus arabes Hassan dont l’infiltration dans le pays avait commencé vers 1400, d’autre part, de l’arrivée des Européens et des débuts des tentatives de colonisation de la côte.

46Au xie siècle, le Khalife Fatimide d’Egypte avait envoyé contre l’Ifriqiya (après la « sécession » de cette partie du Maghreb) les tribus Ma’qil, Banu Hilal et Banu Solaïm, venues d’Arabie. Sans cesse repoussés par les sédentaires, ces nomades parviennent au Maroc vers le xiiie siècle et les Méridines les rejettent vers la Seguiet el Hamra d’où ils s’infiltrent progressivement en Mauritanie. Dàs la fin du xiiie siècle, ibn Khaldun l’a souligné, la voie de transhumance des Sanhaja vers l’Atlas est coupée par les tribus arabes Hassan à la recherche de terrains de parcours.

47Peu à peu, à partir du xve siècle, mais surtout au xviie et xviii siècles, vont se fonder les émirats du Trarza, du Brakna, du Tagant, du Hodh et de l’Adrar. En réalité ce sont des groupements assez fragiles, instables, de tribus dirigées par un chef de guerre partageant son autorité avec les notables de la Jemäa. Les rivalités entre émirats et aussi entre tribus, jusqu’au sein même de celle de l’émir, sont constantes.

48L’une des tribus arabes arrivée plus tardivement s’allie assez volontiers aux Sanhaja : son nom même vient du surnom de l’un des ancêtres, Sidi Mohamed el-Kunti dont le grand père était Sanhaja. Cette alliance décide de la progressive orientation des Kunta vers des fonctions pacifiques.

  • 33 Cité par Madame Désire-Vuillemin, in Histoire Générale de l’Afrique Noire, PUF, 1971, t. 1, p. 261

49En revanche, très vive est le plus souvent la résistance des Sanhaja et les conflits s’éternisent. Un des épisodes les plus célèbres reste la « guerre de Charr Boubba » (ou Charr Baba) qui oppose de 1644 à 1674 les tribus Mghafra qui au xvie siècle avaient supplanté les O. Rizg au Tagant et dans le SO aux tribus Zwâya. Selon la tradition, Naçr ed Dîn, héros des Zwâya, a appelé les Sanhaja aux armes et exigé le paiement de la zakat ; l’un des tributaires nommé Babba l’aurait refusé. Selon M. M. Ould Hamidoum33 le mot serait une déformation du verbe impératif « Chor-bobbih ! = pousse le cri de guerre ! ». Parmi les nombreux et violents combats citons celui de Tirtillas qui, malgré la mort de Naçr ed dîn, vit la victoire des Zwâya et au cours duquel un marabout, el Fally, se signala par son acharnement à poursuivre ses adversaires, et le combat del Orch. Le combat de Ten Yefdad en 1674 marque la fin de la guerre et la défaite des Berbères. Aujourd’hui encore subsistent dans le Trarza les nombreuses tombes de leurs chefs morts au combat.

50Les Zwâya désarmés furent soumis au paiement des redevances. Mais les conflits étaient loin d’être terminés. Au xviiie siècle encore ils se poursuivent ; les Mghafra O. Mbarek parviennent à supplanter les Sanhaja dans le Hodh. Inversement, à la fin du xviiie siècle c’est un chef Idou’aich, Mohammed Chame, descendant peut-être des Almoravides, qui parvient à réimposer l’autorité des Berbères sur le Tagant. A la fin du xixe siècle on voit encore les Idou’aich aider les Idsichilli de l’Adrar soulevés contre l’émir Ma’qil.

51A ces luttes incessantes il faut ajouter des luttes entre les différentes tribus arabes elles-mêmes, des luttes aussi à l’intérieur des tribus. Ce phénomènes, d’ailleurs, était déjà fréquent aussi dans les tribu Sanhaja avant l’arrivée de Ma’qil !

  • 34 Touer Janné, Chronique, cité par Cl. Modat, « Portugais, Arabes et Français dans l’Adrar Mauritani (...)
  • 35 Zayyani, et. Torjnen el maa’rib, Trad. Houdas, Le Maroc de 1631 à 1812.
  • 36 Th. Pellow, « The history of the long captivity and adventures oi Th. Pellow in south barbary », C (...)

52De alliances souvent précaires se nouant, ajoutant encore à la confusion. C’est dans ce contexte qu’il faut relpacer les interventions marocaines des xviie et xviiie siècles. Un raid sur Ouadane est signalé dès 166534. En 1672, des contingents chérifiens sont mis à la disposition de l’émir du Traza en lute contre les Brakna, et celui-ci reçoit l’investiture du Sultan. Faut- voir là une résurgence de l’alliance entre Arabes Ma’qil et Zenètes ? Au xviiie siècle encore l’émir du Trarza, Ali Chandora, à la recherche d’alliés contre les Brakna, va à nouveau chercher une sorte d’investiture auprès du sultan marocain. On constate, parallèlement à ces démarches, la fréquence des raids marocains sur la Mauritanie : en 1678, l’Adrar est attaqué35, en 1680 la Tagant ; en 1730 c’est Chinguetti qui est pillé lors d’un raid alaouite36, en 1769 Tichit. Les interventions ne furent suivies d’aucune tentative d’administration directe et aucun sultan marocain ne put considérer un émir comme un vassal.

53Ces conflits incessants ne furent pas sans incidences sur la vie des sédentaires.

  • Sur la vie des cités d’abord. Ainsi lors de leur repli vers le Tagant, sous la poussée des Hassan, les Kunta auraient fondé les cités de Rachid et Qçar el-Barka. Ouadane, jusque là si prospère, dominée et fondée sans doute par les berbères Idalwa al-Hadj, a été sérieusement perturbée par leur arrivée.
  • Ces événements eurent sans doute aussi des répercussions sur la vie des peuples Noirs qui depuis le Néolithique se repliaient vers le Sud. Ainsi peut-être les terroirs perchés « gangara » de l’Assaba témoignent-ils de la dernière étape du repli des Soninké vers la région du fleuve (Bakel) et le Guidimaka37. A ces terroirs sont associés des greniers ronds fermés par une coupole et des maisons rarement carrées, le plus souvent allongées et aux extrémités arrondies. La datation de ces ensembles reste délicate et bien des problèmes restent à résoudre (étude des variations du climat permettant une culture sous pluie dans ces régions où aujourd’hui elle ne pourrait subsister par exemple...) mais il semble bien que l’abandon définitif ne soit intervenu qu’à la fin du xixe siècle et les traditions locales, à Sélibabi, conservent le souvenir de l’installation dans la montagne et de l’abandon des terres des vallées aux pasteurs arabo-berbères.

54Au total, l’arrivée des Hassan en Mauritanie à partir des xiiie-xive siècles est à l’origine de conflits incessants jusqu’à la fin du xixe siècle ; mais elle eut aussi des conséquences d’une toute autre portée :

55Les éléments constitutifs de la société traditionnelle maure apparurent. Abolies récemment avec l’Indépendance, les castes comportaient autrefois les Hassani (guerriers d’origine arabe), les Tiyab (Hassani devenus mara-bous), les Mrabtin (anciens Zwâya berbères), les Zanaga (anciens Lahma berbères), les Mallemin (forgerons), Igiawen (griots), ainsi que les Aabid (Noirs captifs) et Haratin (affranchis), les Imragen (pêcheurs captifs non affranchis), les Nemadi (chasseurs tributaires). Tout comme, bien avant le xiiie siècle, s’étaient produits des métissages entre Berbères et Noirs restés sur le territoire de l’actuelle Mauritanie après le Néolithique et entre Berbères et Noirs du Tekrour et des royaumes du Sud-Est, des alliances se nouent avec les nouveaux venus.

56Dans la plus grande partie du pays, la langue arabe parlée par les Hassan, la « Hassaniya » est adoptée. L’arabe écrit fait de gros progrès. Les conséquences culturelles de l’arivée des Hassan sont essentielles. La langue berbère n’a cependant pas totalement disparu, en particulier dans l’Ouest du Trarza et nombreux sont les noms de plantes, d’animaux ou de lieux — à commencer par le mot « Sénégal » — d’origine berbère. D’autre part, au Sud, les Toucouleur, Soninké et Peul ne sont pas arabophones et il ne faut pas oublier l’originalité de leur culture, quelle que soit l’importance des contacts.

57Dépositaires d’un Islam de rite malekite austère depuis la formation du mouvement almoravide, les tribus Sanhaja, grâce à la solidité de leurs connaissances religieuses, surent acquérir la considération des nouveaux venus et une place essentielle dans la société.

58Si les Zanaga Lahma, tributaires, ont vite adopté le mode de vie des guerriers, les Zwâya se tournèrent vers les études et constituèrent une noblesse d’origine berbère (les Mrabtin, « marabouts ») aux côtés de la noblesse guerrière arabe.

59Nombreux sont les savants et lettrés d’origine Sanhaja (et les Tiyad, Hassani devenus marabouts), qui, depuis le xviie siècle et surtout le xviiie siècle, travaillèrent et enseignèrent à Chinguetti et dont les œuvres sont restées célèbres. La réputation de Chinguetti était si grande en Orient que c’était tout le pays que l’on appelait « Shingit ». Des spécialistes des sciences religieuses mais aussi des linguistes célèbres y vécurent. Selon al-Wasit, la cité était, à la fin du xixe siècle, un centre religieux doté de 11 mosquées et le point de départ du pélerinage vers la Mecque. Chinquetti, aujourd’hui encore, conserve précieusement dans ses bibliothèques les manuscrits écrits aux xviiie et xixe siècles. Notons, à propos de Chinguetti, qu’a été envisagée récemment la possibité de procéder à quelques sondages archéologiques dans la ville ancienne juste au SE de la mosquée, afin d’en préciser le passé et de compléter les traditions locales.

60Le renforcement de la culture arabe dans le pays avec l’arrivée des Hassan, sa « greffe » sur le vieux fond berbère est un élément fondamental, générateur de l’actuelle culture maure : fortement influencée par l’Arabie, mais originale.

  • 38 P. de Cenival et Th. Monod, Paris, Larose, 1938.

61C’est à partir du xve siècle qu’apparaissent, pour la première fois, les Européens. On sait dans quelles conditions les Portugais à la recherche du mystérieux « Prêtre Jean » et d’une nouvelle route de commerce vers l’Inde ont entrepris leurs premières grandes expéditions. Dès 1434 Gil Eanes, écuyer d’Henri le Navigateur, atteint le Cap Bojador ; en 1442, 1444, 1445 se succèdent Antoine Gonzalvez et Lanzarote qui découvrent Naar, Iidra et Arguin. Plusieurs auteurs portugais ont laissé des témoignages intéressants. Ainsi Ca da Mosto (1455-57) dans sa « Relation des voyages à la côte occidentale d’Afrique », Gomes Eanes de Zurara dans la « Chronique de Guinée », Duarte Pacheco Pereira (« Esmeraldo de Situ Orbis ») et Valentin Fernandes dont la « Description de la Côte d’Afrique de Ceuta au Sénégal » (1506-1507) constitue un ensemble d’un très grand intérêt38. Esprit curieux, il a noté une foule de détails. Il nous parle par exemple des nomades, décrit leurs tentes, présente les tribus, s’étonne de leur vie simple et austère, explique leur alimentation. Il est frappé de la vie très rude des pêcheurs zanaga « schirmeyros » (ancêtres des Imragen) qui n’ont, dit-il, « ni pain, ni huile, ni bois à brûler, ni sel, ni oignons, ni rien d’autre de ce que l’homme emploie pour son usage », vivent de poisson et de viande de tortue cuits dans le sable, habitent des huttes couvertes d’algues et de filets réalisés en écorce, celle du titarek. Ces hommes déjà dominés par les tribus arabes doivent, au milieu du siècle, donner un cinquième de leurs poissons aux Portugais d’Arguin en échange de l’eau douce !

  • 39 Ca Da Mosto, op. cit., éd. Ch. Schefer, Paris, 1895, p. 45.

62Les méthodes de Portugais évoluent au cours de la seconde moitié du xve siècle. Passant de la razzia à l’établissement de comptoirs, ils commencent par capturer des « Maures Noirs » : en 1442 Antoine Gonzalvez capture un homme et une femme ; deux ans plus tard Lanzarote ramène de son expédition 218 victimes. Très vite, ils recherchent une implantation durable pour le trafic de l’or et celui des esclaves. Dès avant 1455 ils organissent le commerce à Arguin et « le Seigneur ayant fait édifier un chateau dans cette île... Les caravelles du Portugal font le voyage de cette île tous les ans »39.

63Ils cherchent aussi des renseignements sur l’intérieur du pays et sur les activités économiques. Dès le milieu du xve siècle Ca da Mosto signale l’intérêt de Ouadane, lieu d’échange de l’or du Sud, du sel d’Idjil — détail intéressant, mais nous ne savons à partir de quand cette nouvelle saline a été exploitée —, et des métaux du Nord. Au début du xvie siècle Valentin Fernandès peut apporter des précisions sur quelques cités : Ouadane « ville de 400 habitants entrepôt de tout le sel d’Idjil », Tichit où « on vend le sel au double de ce qu’il vaut à Ouadane » et que visitent les marchands de Oualata. Il sait aussi que le fer utilisé par les Maures vient de Guinée, détail révélateur d’un commerce interrégional dont nous savons encore peu de choses. Duarte Pacheco Pereira signale que c’est en vain que Jean ii de Portugal a tenté d’installer des correspondants à Ouadane. Cette tentative prouve que le grand commerce à travers la Mauritanie via Oualata, Tichit et Ouadane, garde une certaine importance même si des axes plus orientaux tel celui partant de la boucle du Niger vers l’ouest du Hoggar puis Tlemcen ou bien Ouargla, Bougie ou Tunis, deviennent essentiels. Des sondages archéologiques dans les quartiers anciens de Ouadane et Oualata apporteraient les précisions indispensables à une meilleure connaissance de cette période. Ils ont été envisagés dès 1972 par l’équipe de D. et S. Robert mais n’ont pû encore être entrepris.

64Installés sur la côte, les Portugais amènent, selon V. Fernandez, de nombreux tissus, des couvertures, des tissus de coton, des vêtements, de l’argent, produit nouveau « qui vaut là-bas plus cher que l’or », du corail, des cornalines, ainsi que divers produits destinés à leurs correspondants à Arguin. En échange, ils recherchent « les marchandises que les Maures amènent du continent... les esclaves noirs de Guinée, de l’or, des peaux d’antilopes oryx, de la gomme arabique, des civettes, des œufs d’autruche » et de la viande pour les colons d’Arguin. Combien d’esclaves ont-ils été ainsi emmenés ? Pendant combien de temps les Portugais ont-ils emmené d’Arguin chaque année entre 700 et 800 victimes comme le signalait Ca da Mosto ? Nous l’ignorons. Par contre, on sait quelle importance ce trafic devait prendre par la suite plus au Sud que la Mauritanie... L’or surtout était recherché : dès 1455/57 Ca da Mosto signale que le trafic était, avec celui des esclaves, suffisamment important pour provoquer l’implantation d’une forteresse dans l’île d’Arguin. Pourtant il ne semble pas que le volume d’or emporté par les Portugais, après transit par la Mauritanie, ait été très important. De même, les sources portugaises du début du xvie siècle ne signalent même pas l’or parmi les produits du Sénégal et c’est plus au Sud qu’il sera recherché, sans que l’on sache d’ailleurs quelle part du trafic saharien a pu être détourné vers la côte africaine par les Portugais. Dès la deuxième moitié du xvie siècle, l’intérêt des Portugais pour la côte mauritanienne décroit sensiblement.

65La Mauritanie ne cessera plus de connaître des interventions étrangères. Celles-ci s’accentuent sans cesse de la fin du xvie siècle jusqu’au xixe siècle. Le pays va subir le contre-coup des transformations du grand commerce transsaharien et celui du développement de l’économie européenne.

66Première intervention, au xvie siècle : celle des Marocains. Ce n’est pas tout l’actuel territoire de la Mauritanie qui est visé mais seulement le SE dans la mesure où il appartient alors à « l’empire » Songhay : les sultans veulent à tout prix détruire la domination Songhay. L’Est de la Mauritanie va souffrir de leur passage. Les raisons des expéditions marocaines sont connues : les Songhay contrôlent étroitement le commerce, possèdent Teghaza, développent des relations avec l’Egypte, Tlemcen et Oran au détriment des villes marocaines ; en outre, la politique marocaine est une sorte de réplique à la politique menée par les Portugais, à leur volonté de détourner à leur profit une part du grand commerce saharien. Quatre expéditions finirent par avoir raison des Songhay (1543-44, 1584, 1585, 1591). Elles nous sont connues grâce aux textes de Marmol et au Tarikh es Sudan.

67Ouadane à deux reprises a été menacée par les Saadiens, Chinguetti également mais elles ont survécu et l’on a vu qu’aux xviie et xviiie siècles elles devront affronter les troupes Alaouites.

  • D’autre part les interventions européennes s’intensifient. Aux Portugais succèdent au xviie siècle les Hollandais, les Anglais et les Français. Les luttes sont incessantes entre les nouveaux venus : l’enjeu en est l’embouchure du Sénégal mais surtout la possession de Portendick (Marsa Djerida ? 18° 19’ 36" 1 N) et d’Arguin et ce, naturellement parce que les trois puissances européennes cherchent à développer un commerce fructueux. Hollandais, Anglais et Français recherchent de l’ambre gris, de l’or, des esclaves et surtout de la gomme. Nous ignorons le nombre d’esclaves qui ont pu quitter (ou transiter par) la Mauritanie. Nous savons seulement qu’au début du xviiie siècle le gouverneur A. Brüe signale que les compagnies n’arrivent pas à en ramener « assez ». Peu de renseignements aussi sur le volume d’or qui, depuis Tombouctou, gagnait la côte mauritanienne par Tichit et Ouadane. Sans doute est-ce surtout le commerce du sel d’Idjil qui anime ces cités, beaucoup plus que celui de l’or. Le produit le plus recherché, celui qui déclanche sans cesse les hostilités entre Européens est bien la gomme. On a pu parler, pour le xviiie siècle, d’une véritable « guerre de la gomme »40. Elle s’est déroulée en plusieurs étapes.
  • Jusqu’en 1727 s’affrontent surtout Hollandais et Français, les Anglais interviennent peu. L’histoire mouvementée d’Arguin est significative : Arguin est aux mains des Hollandais en 1638, des Anglais en 1666, des Français en 1667, des Hollandais et de l’Electeur de Brandebourg de 1685 à 1721 ! En 1664 les Français avaient proclamé leur souveraineté sur la côte d’Afrique du Cap Blanc jusqu’à l’estuaire du Sierra Leone, provoquant une risposte immédiate de leurs adversaires. De véritables batailles navales se déroulent au large de la Mauritanie. Hollandais et Français tentent de rallier à leur cause les tribus Maures. Ainsi le français Brüe et ses successeurs concluent-ils des accords avec l’émir du Trarza Ali Chandora pour le commerce de la gomme dans la vallée du Sénégal et à Portendick. Ils tenteront même de lui livrer le chef du Brakna pour se le concilier... Mais de part et d’autre, règne la méfiance et parfois des indidents éclatent entre tribus Maures et Européens. Le massacre des Mauritaniens d’Arguin par les Français après la prise de l’île ne peut qu’accentuer le climat d’hostilité. En 1729 un commerçant français note que, se sentant « gardés », les Maures « haïssent à mort les Français ». Très longues seront les tentatives de négociation des Français avec les tribus Maures et l’on sait que plusieurs naufragés disparurent sur la côte après y avoir abordé.
  • Après 1727, date à laquelle les Hollandais, par le traité de La Haye, renoncent à Arguin et Portendick, c’est avec les Anglais que les Français se battent au large de la côte mauritanienne et les trèves sont de courte durée. La rivalité franco-anglaise se manifeste encore au début du xixe siècle : les Anglais retardent jusqu’en 1817 la restitution du Sénégal et, après le Traité de Paris, commercent à Portendick. Ils conservent ce droit jusqu’en 1857 mais ne contestent plus la présence française sur la côte du Sahara occidental.
  • Le commerce s’effectue aussi dans la vallée du Sénégal. Au début du xixe siècle l’insécurité est encore grande sur les rives du fleuve. Les tribus du Trarza se heurtent souvent à leurs voisins du Sud, de la région de Walo, de Fouta, du Galam. Les rezzou ne sont pas rares. Le commerce de la gomme se développe pourtant. Il s’effectue dans les « Trois Escales » de la basse vallée : escale du Coq, escale du Désert, escale des Darmankour et ce sont les Hassanes du Trarza qui en contrôlent l’essentiel. En amont, au poste de Bakel, les commerçants de Saint-Louis du Sénégal viennent acheter la gomme aux Idou’-Aïch. Chaque année se sont 1 000 à 4 000 tonnes qui sont échangées contre du sucre, de la quincaillerie, « des fusils, des balles, des jambettes (canifs) anglaises dont les Maures se servent pour saigner leurs bestiaux », « du cuivre en feuilles » et des « guinées des Indes, d’un tissu très fin, d’un bleu foncé, presque noir »41. A la fin du xviiie siècle cet article était « essentiel au Sénégal soit pour la traite de la gomme, soit pour la traite des Nègres avec les Maures »42. Toutes ces importations de tissus par les Européens depuis l’époque des Portugais ont une grande importance et il serait intéressant de tenter, à travers l’étude des différentes sources, de retracer l’évolution du vêtement des habitants. Au xviiie siècle encore, certains récits de naufragés sur la côte de Mauritanie font état des « vêtements de peaux » d’une partie de la population. Il convient sans doute d’ajouter à ces produits le tabac et le thé.

68Rares sont durant toute cette longue période (xviie-xviiie-début du xixe siècles) les Européens qui ont cherché un contact plus profond avec les habitants de la Mauritanie ou que le hasard a mené dans cette région.

  • 43 Editions Royez, Paris, 1789.
  • 44 Op. cit.

69Si les noms de René Caillé, de Mollien sont connus, ceux des voyageurs de la fin du xviiie siècle le sont moins. Us ne sont pas allés là-bas, il est vrai, poussés par le désir de connaître d’autres régions et d’autres peuples mais bien par le hasard : ce sont des naufragés qui ont fait un séjour forcé sur la côte mauritanienne. Entre 1790 et 1806, trente navires ont sombré sous ces latitudes. Parmi eux, cinq navires français. Les réactions sont différentes bien sûr selon les tempéraments... et selon l’accueil reçu ! Le récit de Brisson, en 1789, est une suite de lamentations et s’il parle des habitants ou du pays c’est toujours en fonction de sa personne : il est vrai qu’il a rencontré une bande de pillards qui l’ont sérieusement malmené43. Plus intéressant est le témoignage de Sanguier44 en 1791.

70Fait prisonnier des « Maures du Biledulgerid » il note soigneusement les gestes de la vie quotidienne, l’alimentation, la parure, décrit les tentes et les paysages (il a traversé une forêt de gommiers...). Il s’est efforcé d’apprendre l’arabe durant son séjour et son témoignage, ainsi que celui de l’auteur de la préface du livre, méritent d’être notés car ils révèlent une certaine évolution des mentalités, une ouverture d’esprit plus grande que celles des européens qui jusque là ne s’étaient intéressés qu’au commerce africain. Il découvre, étonné, que « tous ces peuples exercent l’hospitalité la plus grande. Quand un étranger arrive, on lui fait le salut d’amitié et on se prive souvent de nourriture pour pouvoir lui en founir », « qu’ils sont les meilleures gens du monde quand on sait se conformer à leur genre de vie » et l’auteur de la préface écrit — en bon héritier sans doute des philosophes du xviiie siècle — que « Toute la partie intérieure que l’on voit remplie sur les cartes par le mot vague de désert... mérite peut-être autant que le reste l’honneur d’être visitée par des Européens observateurs ».

71Lorsque bien après eux et bien après Caillé et Mollien, d’autres français pénétreront dans l’intérieur du pays ce sera dans le cadre des grandes missions de reconnaissance de la fin du xixe siècle. Le processus de colonisation sera alors engagé. Il l’est en fait dès le milieu du siècle lorsque Faidherbe, soucieux d’assurer la sécurité sur le fleuve, de mettre fin à la prépondérance maure sur la rive gauche du Sénégal, puis de soumettre les émirats, engage une série d’opérations contre les Trarza et les Brakna et les contraint à demander la paix en 1858. On sait quelle était alors la situation dans l’intérieur du pays et dans quelles conditions les différentes tribus ont affronté le colonisateur.

Notes

1 G. Hugot, Un secteur du quaternaire lacustre mauritanien : Tichitt. Eléments pour servir à une étude géomorphologique. IMRS et Ministère de la Coopération, 1977.

2 H. J. Hugot.

3 Cf. N. Lambert, « Les industries sur cuivre dans l’Ouest saharien, West Afric. » Jl of archaeol., I, 1971, pp. 9-21.

4 Cf. par ex. M. Posnansky, « Aspects of early West African trade », World Archaeology, V, 2, 1973, pp. 150-151.

5 S. Daveau et Ch. Toupet, « Anciens terroirs Gangara », Bull. IFAN, XXV, 3-4, 1963.

6 Synthèse des hypothèses et travaux in : Th. Diallo, « Les Peuls avant le xixe siècle », Ann. Fac. Lettres, Dakar, 1972.

7 G. C. Picard par exemple.

8 R. Mauny, G. Germain et J. Desanges.

9 « Les Romains en Côte d’Ivoire », Archéologia, 116, mars 1978. Sur tous ces problèmes, voir la thèse récente de J. Desanges, Recherches sur l’activité des Méditerranéens aux confins de l’Afrique, Ecole Française de Rome.

10 Description de l’Afrique septentrionale. Texte arabe, trad. de Slane, Paris, Adrien-Maisonneuve 1965, p. 239.

11 Sur le commerce transsaharien, voir J. Devisse, « Routes de commerce et échanges en Afrique occidentale en relation avec la Méditerranée ». Un essai sur le commerce médiéval du xie au xvie siècle. Rev. hist éco. et soc, L, 1972, 1, pp. 42-73 et 3, pp. 357-377.

12 Ibn al-Faqîh, p. 33.

13 Al-Bakri, trad. de Slane, p. 299.

14 Ibid., p. 301.

15 Ibid., p. 301 ; Al-Idrisi, Description de l’Afrique et de l’Espagne, Edit. et trad. Dozy et Goeje, Leyde, 1864-66, p. 76. Faut-il considérer que la caravane chargée de lingots de cuivre dont les restes ont été retrouvés dans le Ma’den Ijafen venait du Nord ?

16 Al-Idrisi, p. 76.

17 Al-Bakri, p. 335.

18 Cf. J. Devisse, « La question d’Audaghost », in Tegdaoust 1, Recherches sur Audaghost, Paris, AMG, 1970, p. 109-156.

19 Al-Idrisi, p. 76.

20 Ibn Battuta, Voyage dans le Soudan, Trad. Mac Guckin de Slane, Jl. Asiat, 5, 1843, p. 39. — Texte et documents relatifs à l’histoire de l’Afrique, Extraits tirés des voyages d’Ibn Battuta, Trad, annotée de R. Mauny, V. Monteil, A. Djenidi, S. Robert et J. Devisse, Public. Fac. Lettres Dakar, n° 9, Dakar, 1966.

21 p. 299. Voir Tegdaoust I, op. cit., p. 37.

22 Tegdaoust I, op. cit., p. 33.

23 Al-Bakri, op. cit., p. 289 sq.

24 Ibn Hauqal, op. cit., p. 99.

25 Cf. Tegdaoust I, op. cit. et Tegdaoust ii (à paraître très prochainement).

26 Tegdaoust I, « La question d’Audaghost », op. cit.

27 p. 310 et 321.

28 Ibn Haugal, op. cit., p. 101.

29 Al-Bakri, p. 298.

30 Ibn Haldom, Histoire des Berbères, ii, p. 70.

31 Voir à ce sujet J. Devisse, « La question d’Audaghost », op. cit.

32 Ibid.

33 Cité par Madame Désire-Vuillemin, in Histoire Générale de l’Afrique Noire, PUF, 1971, t. 1, p. 261.

34 Touer Janné, Chronique, cité par Cl. Modat, « Portugais, Arabes et Français dans l’Adrar Mauritanien ».

35 Zayyani, et. Torjnen el maa’rib, Trad. Houdas, Le Maroc de 1631 à 1812.

36 Th. Pellow, « The history of the long captivity and adventures oi Th. Pellow in south barbary », Cité par F. de la Chapelle, « Esquisse d’une histoire du Sahara occidental », Hesperis, XI, 1930, pp. 35-95-110.

37 Cf. S. Daveau et Ch. Toupet, Anciens terroirs Gangara, op. cit.

38 P. de Cenival et Th. Monod, Paris, Larose, 1938.

39 Ca Da Mosto, op. cit., éd. Ch. Schefer, Paris, 1895, p. 45.

40 Cf. Delcourt, « La France et les établissements français du Sénégal », IFAN, Dakar, 1952.

41 Relations de plusieurs voyages à la côte d’Afrique, au Maroc, au Sénégal, à Gorée, à Galam, etc. Tirées des journaux de M. Sanguier. Paris, Gueffier jeune, 1791.

42 Relations de plusieurs voyages à la côte d’Afrique, au Maroc, au Sénégal, à Gorée, à Galam, etc. Tirées des journaux de M. Sanguier. Paris, Gueffier jeune, 1791.

43 Editions Royez, Paris, 1789.

44 Op. cit.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540