Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à la Mauritanie

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes
, 
Centre d’étude d’Afrique noire

Le cadre historique

La préhistoire de la Mauritanie

R. Vernet

Texte intégral

1La Mauritanie, dans ses frontières actuelles, est un désert pour 90 % de sa superficie. Un désert aride, rocheux et sableux, où l’homme vit difficilement. Le mode de vie actuel, d’ailleurs, disparaît peu à peu, qui était fondé sur le nomadisme camelin. Cependant le Sahara n’a pas toujours été le domaine des grands nomades. Avant le désert, il y eut un Sahara verdoyant et humide. L’homme y vit depuis peut être 800 000 ans ce qui est peu si on compare à l’histoire de l’homme (quatre millions d’années), mais beaucoup par rapport aux deux mille ans d’histoire…

2La Mauritanie possède donc un immense passé où se succédèrent et se chevauchèrent d’innombrables civilisations, aux techniques et aux goûts de plus en plus affinés, du galet éclaté à la culture des céréales.

3Les préhistoires s’efforcent aujourd’hui de rassembler les témoignages laissés dans la pierre, l’os et l’argile épars sur et dans le sol, par l’homme de ces époques. Ce travail est difficile, car le pays est rude et vaste. C’est pourquoi les études sont rares et parcellaires : elles ne sont souvent qu’un catalogue de trouvailles lors de « cueillettes » ponctuelles ou linéaires.

4Il est évidemment, dans ces conditions, fort aventureux de vouloir présenter un tableau de la préhistoire en Mauritanie. Il s’agit plutôt d’un état de connaissances…

I. — LES PALÉOCLIMATS DE MAURITANIE

  • 1 Cf. Ph. Cl. Chamard, « Essai sur les paléoclimats du Sud-Ouest Saharien au quaternaire récent », C (...)

5En 35 000 ans, le Sahara a connu au moins trois périodes désertiques — avant l’actuelle — et quatre périodes humides plus ou moins tropicales. Il est essentiel de préciser les dates, car elles déterminent les limites chronologiques des grandes civilisations du Sahara, depuis l’apparition de l’homme. On a aujourd’hui un certain nombre de repères permettant de diviser la préhistoire de Mauritanie en grandes périodes climatiques, au moins depuis la fin du paléolithique inférieur : les grandes phases d’active présence humaine en sont concomitantes1.

Les paléoclimats récents de Mauritanie

Les paléoclimats récents de Mauritanie

6Ce tableau est évidemment loin d’être définitif. Les dates sont sujettes à caution. Certains spécialistes intercalent d’autres périodes : ainsi une époque sèche, le Tafolien, apparaît soit entre Tchadien et Nouakchottien, soit après ce dernier, ce qui a des conséquences dans la chronologie préhistorique. Quoiqu’il en soit, l’idée que l’on se fait des paléoclimats de Mauritanie est relativement précise.

1. AU PALÉOLITHIQUE INFÉRIEUR

7On sait peu de choses des alternances climatiques des périodes très anciennes. Mais vers 30 000 BP, le Sahara n’est pas le Sahara. La période est humide ; les pluies sont abondantes et les températures relativement tempérées. Le réseau hydrographique est fonctionnel et se jette dans l’Océan Atlantique aux rives plus hautes qu’aujourd’hui.

  • 2 Cf. R. Mauny, « Préhistoire et zoologie. La grande faune éthiopienne du nord-ouest africain ». BIF (...)

8Les ergs sont fixés par un manteau végétal steppique, arboré ou herbacé, suivant les régions et les époques. La faune, outre quelques espèces aujourd’hui disparues, est celle des régions tropicales actuelles : éléphant, rhinocéros, hippopotame, girafe, bovidé, gazelle, antilope, phacochère, lion crocodile, poissons, mollusques…2.

9Cette période du Paléolithique inférieur est donc favorable au développement de la vie humaine qui existait depuis longtemps. Les premiers hommes trouvaient dans ce Sahara humide de quoi satisfaire leurs besoins par la cueillette et par la chasse.

2. AU PALÉOLITHIQUE MOYEN ET SUPÉRIEUR

10Les périodes arides et humides ont alterné. Entre 25 000 BP et 18 000 BP l’océan présentait, du fait de la fonte des glaces, un rivage à quarante mètres au-dessus du niveau actuel. C’est l’époque du « Sahara des lacs », autour desquels la vie est prospère.

11Mais vers 17 500 BP, la mer s’est retirée à la cote moins cent dix. Le Sénégal n’atteint plus l’océan. Certains préhistoriens pensent que le Nord de la Mauritanie est vide à cette époque, du fait de conditions de vie trop dures.

12Nouveau changement vers 10 000 BP : les pluies redeviennent régulières (400 à 600 mm par an) et le réseau hydrographique fonctionnel. Les grands oueds atteignent la mer et de grands lacs réapparaissent. Le climat est Sahélo-Soudanien. La flore se présente sous la forme d’une steppe arborée (hêtres, aulnes, tilleuls et même, en montagne, cèdres). La faune est celle des périodes humides précédentes.

  • 3 Cf. P. Elouard, « Oscillations climatiques de l’holocène à nos jours en Mauritanie atlantique et d (...)

13Grâce aux pluies saisonnières et à l’alimentation régulière de la nappe, la vie est donc aisée dans ce « Sahara des Tchads » où se perfectionnent peu à peu les techniques paléolithiques avant que n’apparaissent, probablement à la suite d’une rupture climatique, au cinquième millénaire avant J.C. — peut-être même avant — le Néolithique3.

14Les climats du Paléolithique sont donc complexes. Ils présentent de vigoureux contrastes, plus ou moins favorables à la vie. Aussi, différents types d’hommes sont-ils venus, du Sud, du Nord et de l’Est, porteurs de techniques différentes, mais généralement de plus en plus évoluées.

3. LE CLIMAT AU NÉOLITHIQUE

  • 4 Cf. « Le Sahara avant le désert », Paris, CNRS, 1974. Introduction H. J. Hugot.
    — Ph. Chamard, « Le (...)

15Le Néolithique, qui commence par un optimum climatique, s’achève par un désastre écologique, peu avant l’ère chrétienne. Il débute par une nouvelle humification du climat — mais bien médiocre comparée aux phases humides du Paléolithique. Ce n’est pas un milieu luxuriant : l’hippopotame disparaît au cours de la période, sauf dans le sud. Les espèces végétales méditerranéenne (chêne vert, pin d’alep, olivier, cyprès, vigne..) se réfugient dans les montagnes. La savane arborée domine 4.

16Les fleuves situés au Sud de Nouakchott atteignent la mer, dont le niveau est légèrement supérieur à l’actuel. Mais les grands organismes fluviaux du nord ne parviennent plus à entailler le cordon dunaire après 5 000 BP.

17Au total, cependant, le déplacement vers le nord des zones climatiques est d’environ 400 km. Mais, à partir de 4 400 BP, le désert va grignoter progressivement cette avancée du Sahel. L’évolution se fait irrémédiablement vers l’assèchement, malgré quelques récurrences humides. Les lacs s’assèchent, remplacés par des marigots temporaires. La grande faune migre vers le sud, abandonnant le nord de la Mauritanie devenu franchement désertique.

18Le Sahara préhistorique s’achève donc sur une image de désolation : la civilisation néolithique est morte de la sécheresse. Et ceci a aujourd’hui une profonde résonnance, car l’aridité climatique qui affecte actuellement le sud du Sahara est la continuation, l’aggravation de celle qui a détruit le néolithique saharien : en 20 000 ans, la nappe phréatique a baissé d’environ cinquante mètres.

19Les causes profondes de ce phénomène ne sont pas encore clairement établies, l’essentiel étant sans doute l’extension en latitude de la masse d’air sub-tropicale aride et le blocage des pluies du nord (méditerranéennes) et du sud (mousson) par un courant atmosphérique permanent, allant de la mer Rouge surchauffée aux Açores, où l’Océan est refroidi par un courant marin.

20Cependant, avant de sombrer, le Sahara préhistorique a connu de nombreuses civilisations, d’une grande richesse humaine, technique et artistique.

II. — LE PALÉOLITHIQUE EN MAURITANIE

21Le Paléolithique est, en Mauritanie, une période extrêmement longue, mais dont on ne peut préciser l’ancienneté, aucun squelette n’ayant été découvert. Tout au plus peut-on parler pour l’instant de 700 à 800 000 ans.

  • 5 Cf. P. Biberson, « Essai sur l’évolution du Paléolithique inférieur de l’Adrar de Mauritanie », Qu (...)

22Cette période a été lontemps à peine soupçonnée en Mauritanie. Elle commence cependant à apparaître, au hasard des rares fouilles. (C’est pourquoi on attend avec impatience le travail en cours de M. Biberson)5.

23Le Paléolithique Mauritanien comporte la plupart des périodes habituellement reconnues : pebble-culture (ou « galets aménagés »), abbevilien et acheuléen, atérien et paléolithique final, mal discernable des débuts du Néolithique. On y trouve également la plupart des techniques de taille des objets, de la plus frustre (le galet éclaté), à la plus étudiée (le nucléus dégrossi dont il ne reste qu’à faire tomber l’éclat prêt à l’utilisation). Dès cette époque, également, le Sahara Mauritanien apparaît comme une limite ethnique entre « blancs » et « noirs », bien qu’il soit présomptueux de définir des territoires et une chronologie.

1. EXTENSION ET DIFFÉRENCIATION ETHNIQUE

24Selon les connaissances actuelles le Paléolithique occupe en Mauritanie une aire géographique assez facilement délimitable. Trois régions sont exclues : la façade atlantique ; la vallée du fleuve Sénégal ; le golfe de l’Aouker. Encore faut-il nuancer, car quelques sites existent en bordure de l’Aouker, ce grand lac paléolithique qui venait battre l’actuelle falaise, et même sur son môle central, le massif du R’kiz.

25Mais cette région est peu importante à côté de la Mauritanie septentrionale et orientale, où les sites abondent, dans toutes les situations : ils peuvent être fluvio-lacustres (lac de Chemchane) ; sur un revers de plateau Chinguetti, (Ouadane) ; de plaine (Tiris, Zemmour, Inchiri) ; au pied d’une falaise (Makteïr) ; enfin, à une époque plus récente, (Atérien et Paléolithique final) certains sites sont en bordure de mer (baie du Lévrier). Dans toutes les régions non côtières, l’occupation a été abondante et de toutes les époques sans que l’on puisse pour l’instant distinguer des régions favorisées, ou abandonnées, ou réoccupées (et les oscillations climatiques, brutales sous ces latitudes, ont dû être nombreuses et nous sommes loin de les connaître toutes). Tout au plus il semble que l’Atérien soit moins fréquent au nord-ouest et au nord-est d’Atar que ne l’était le paléolithique ancien, ceci étant vraisemblablement lié à la présence de l’eau, déjà plus rare et plus difficile à trouver à l’Atérien.

  • 6 Cf. Th. Monod, « Majabat al Koubra », Dakar, 1FAN, 1958.

26Les régions les mieux pourvues en sites paléolithiques sont le Tiris et le Zemmour, l’Adrar et les dépressions qui l’entourent, l’Inchiri, le Draa Malichigdane et enfin la bordure occidentale et orientale de la grande cuvette du bassin de Taoudeni qui fut à cette époque parsemée de lacs et de rivières6. Les régions inoccupées sont celles qui n’ont émergé qu’à la fin du Paléolithique, ou plus tard encore (vers 23 000 BP, le rivage est quarante mètres plus haut qu’aujourd’hui).

L’extension des périodes préhistoriques en Mauritanie

L’extension des périodes préhistoriques en Mauritanie
  • 7 Cf. M. C. Chamla, Les populations anciennes du Sahara et des régions limitrophes, Alger, 1968.

27On ne possède aucune donnée technique sur les hommes du Paléolithique Mauritanien, faute de restes osseux. L’étude se fonde sur l’analyse des corps trouvés plus au nord et plus au sud7 et sur l’utilisation des caractéristiques techniques de l’outillage trouvé sur les sites paléolithiques.

  • 8 H. J. Hugot, L’Afrique Préhistorique, Paris, 1970, p. 56.

28On peut cependant avancer que la Mauritanie, et en particulier l’Adrar, constitue déjà au Paléolithique une frontière entre les peuplements blancs et noirs, représentés par leurs industries lithiques, d’affinités africaines ou maghrébines8. Le caractère de « frontière » de l’Adrar et de la région d’Akjoujt réside dans la cohabitation régionale de ces deux types d’objets relevée par certains auteurs.

29Au Paléolithique, la Mauritanie venait donc cohabiter (ou peut-être se succéder, mais sans beaucoup empiéter sur le territoire de l’autre race) des hommes blancs, venus d’Afrique du nord, et des hommes noirs, ou du moins mélanodermes, venus de la zone tropicale humide ou de l’est, le mouvement de va-et-vient étant très probablement lié aux variations climatiques dans le Sahara, la vie se repliant à chaque intervalle aride vers les zones périphériques moins affectées et reconquérant ensuite l’espace déserté.

2. LE MODE DE VIE

30L’homme du Paléolithique saharien vit dans un milieu qui lui est favorable, en dehors des phases arides. Les pluies sont suffisantes pour permettre le développement de la vie. La Majabat, le Zemmour reçoivent à certaines époques 500 à 600 mm de précipitations. Les massifs montagneux ruissellent d’eau : la végétation y est luxuriante, et seulement verdoyante dans les plaines. Chaque pied de falaise est une ligne de source. Les nappes phréatiques sont proches de la surface et souvent, même, affleurent.

31Le Sahara de l’époque n’était sans doute pas le paradis, mais l’homme y trouvait aisément sa nourriture et sa boisson. Il récoltait des fruits, des baies et des racines. Il chassait les gros animaux et les moins gros avec de armes, de jet ou non, et souvent au piège (fosse). Il pêchait de nombreuses espèces de poissons et de coquillages d’eau douce. L’eau surtout ne faisait pas défaut : les stations paléolithiques sont, dans le Sahara, fréquentes sur les hamadas, les regs ou les revers de falaise.

  • 9 Ibid., p. 40.

32Il est impossible d’entrer dans le détail du mode de vie de l’homme paléolithique : rien, ou presque, de son environnement matériel ne nous est parvenu. Il vivait en groupes nomades à proximité de ses sources vivrières, lacs en particulier, en bordure desquels on a retrouvé de multiples foyers, parsemés d’objets et de débris de pierre, de fragments d’os et de coquilles. Il s’installait en bordure même d’un plan d’eau, ou sur une butte proche. Mais il cherchait aussi la proximité des gisements de roches favorables à la taille (silex, grès, quartzites,…). Il est peu probable que la division du travail existât déjà à l’époque, encore que certains sites montrent une incroyable concentration d’industrie lithique, comme à El Beyyed (au nord-est d’Atar) où furent retrouvés les plus anciens artisans de Mauritanie, qui taillaient des galets éclatés9.

33Pour le reste, le mode de vie des paléolithiques sahariens nous est inconnu — en particulier l’habitat, dont on ne peut que supposer qu’il était fait de huttes de branchages et d’abris sous roche, sur les parois desquels l’homme saharien, avant le Néolithique, n’a jamais gravé. On ne peut, enfin, rien dire de l’organisation sociale, de l’art, de l’évolution des idées et des techniques, autres que celles de la taille de la pierre.

3. LA PÉRIODISATION

34Elle se marque essentiellement par la succession des techniques de taille, de plus en plus sophistiquées. Mais cette évolution ne fut jamais linéaire. L’élément principal est la rupture technique, comme on le verra à propos de l’apparition et de la disparition des Atériens. Il faut enfin noter qu’en plein Néolithique, des groupes paléolithiques ont pu survivre, isolés et incapables d’acquérir les structures mentales permettant la « révolution néolithique ».

a) Le Paléolithique ancien

35L’évolution débuta avec ce qu’on a appelé la « pebble-culture », époque où les ancêtres de l’homme apprennent à utiliser les galets cassés naturellement, puis à les casser eux-mêmes et enfin à aménager l’arête sur chaque face. Ce n’est que progressivement qu’ils arrivent à retoucher les deux faces du galet.

  • 10 Ibid. et G. Hugot, « Etude physique du secteur de Tichitt », mémoire inédit, Grenoble, 1971.

36Cette très ancienne période, qui remonte très loin dans le temps est encore peu représentée en Mauritanie. On la connaît à El Beyyed, en Mauritanie occidentale et dans l’Aouker10. Mais on n’est pas encore certain qu’il s’agisse, en Mauritanie, d’une époque autonome : Le passage à l’acheuléen, technique plus évoluée, plus fine, est insensible. Hommes de la pebble-culture et acheuléens ont du longtemps cohabiter. Peu à peu l’outil s’affine et se diversifie, en particulier l’utilisation du percuteur de bois ou d’os qui permet des enlèvements plus délicats. Du galet aménagé, on passe à la distinction éclat-biface, le premier étant retouché sur une face, le second sur les deux. Une pointe est aménagée. L’artisan commence à favoriser la prise en main sans pour autant que l’emmanchement soit prévu.

  • 11 Cf. R. Mauny, A. Villiers, « Contribution à la préhistoire de la Mauritanie », BIFAN, t. XII, 1950 (...)

37La Mauritanie a largement connu cette période où l’homme commence à penser son outil. Le paléolithique inférieur est abondant dans les régions nord-occidentales de l’Inchiri, de l’Azgar, de l’Hammami, à El Beyyed…11. Progressivement, l’habileté des hommes paléolithiques s’accroit. Le poids des bifaces diminue : à El Beyyed certains pèsent cinq kilos et même plus. Mais dans la même région R. Guitat en a ramassé un de 47 grammes, dont la fracture montre qu’il est plus récent. Surtout, peut-être, l’éclat se diversifie : sans être encore couteau, il est déjà lame et tranchant. Le biface allonge sa pointe ou, au contraire, la tronque et devient, à l’acheuléen, hachereau, hachoir.

38L’Acheuléen est, en Mauritanie, une période longue et riche. L’homme abonde, il a laissé d’immenses « champs de bifaces », indication d’une occupation pérenne des sites. Les formes varient, les retouches au percuteur de bois ou d’os deviennent délicates et envahissent la pièce, ce que ne permettait pas la taille au percuteur de pierre.

39On commence à distinguer une chronologie de l’Acheuléen en Mauritanie, les pièces allant de la technique la plus archaïque à la plus complexe — El Beyyed présentant la série complète.

40La longue période de l’acheuléen correspond donc pour la Mauritanie, à une pépoque d’activités épanouies et nombreuses. En fait, plusieurs civilisations, au cours d’une évolution sur de nombreux millénaires, se succèdent et se chevauchent. Il ne faut pas, en effet, imaginer une évolution linéaire, lorsqu’on passe de la taille au percuteur de pierre (technique « clatonienne ») à la taille au percuteur de bois, caractéristique de l’acheuléen, certaines tribus, certaines régions en sont encore au galet aménagé. De la même manière, la taille clactonienne, subsiste encore en plein Néolithique, par l’intermédiaire des industries dite « toumbiennes » caractéristiques de l’Afrique Noire.

b) Le Paléolithique moyen et supérieur

  • 12 L’Afrique préhistorique, op. cit., p. 43. Voir aussi : N. Lambert, « nomenclature et première étud (...)

41Cette période, peut-être marquée, sur le plan climatique, par l’aridité (Ogolien I) — mais ce n’est qu’une hypothèse — est faiblement représentée en Mauritanie. A vrai dire, entre l’Acheuléen très évolué et l’Atérien, qui représente un Paléolithique récent, un hyatus semble se dessiner. Il existe pour l’instant peu de mentions de Paléolithique moyen en Mauritanie, représenté par des industries de type « moustérien ». Souvent on doit se contenter de noter, comme H. J. Hugot : « Dans l’Adrar existe une industrie à substrat moustéroïde »12.

42En réalité, cette époque mal délimitable est une étape vers un progrès spectaculaire qui a nettement marqué la Mauritanie : l’apparition d’une nouvelle civilisation — l’Atérien — montrant l’influence prépondérante de l’Afrique du Nord.

43Vers 32 000 BP, la Mauritanie s’est plus ou moins vidée de ses habitants, au moment de la grande régression post-inchirienne qui s’est accompagnée d’une aridité importante. C’est ce qui expliquerait la rareté du Paléolithique moyen. Mais vers 25 000 BP les conditions climatiques s’améliorent : c’est l’époque du Sahara des « Grands Lacs » et de la transgression marine de l’Holocène (maximum : 23 000 BP).

44Le Sahara se repeuple alors, par le nord et le sud. L’industrie développée par les hommes négroïdes du sud n’est guère abondante en Mauritanie, mais elle a été reconnue. Au contraire, l’industrie d’origine maghrébine — l’Atérien — est beaucoup plus importante et liée à une civilisation inventive ayant su renouveler les techniques.

  • 13 Cf. H. Bessac, op. cit. :
    H. J. Hugot, « Limites méridionales de l’atérien » 5econgrès panafricai (...)

45L’Atérien a occupé toute la moitié septentrionale de la Mauritanie : il y a là, au nord d’Akjoujt et de la Majabat al Koubra, une limite ethnique nettement marquée. On trouve, malgré tout, quelques traces atériennes plus au sud, dans la région de Gao, au Mali, et en bordure de l’Aouker13.

46L’Atérien se caractérise par une technique très précise : son aspect général est moustérien. L’essentiel est la présence fréquente d’outils pédonculés destinés à être emmanchés. On est progressivement passé de la pointe non amincie à la base au pédoncule destiné à l’emmanchement. La technique de taille s’affine également. Parmi ces objets pédonculés, la pointe est la plus fréquente, mais elle est encore trop lourde pour servir d’armature de pointe de flèche. Les types d’objets se multiplient : perçoirs, racloirs, gratoirs, coches, bifaces variés, outils en Y.

47L’Atérien, qui débute vers 25 000 BP et s’achève, de manière obscure, avant l’arrivée des hommes néolithiques, a donc occupé la Mauritanie pendant fort longtemps. Les Atériens sont les premiers hommes du Sahara préhistorique à s’installer sur l’actuelle côte Atlantique, en particulier autour de la baie du Lévrier, dans la région de Nouadhibou.

48L’Atérien est extrêmement abondant dans la partie septentrionale de la Mauritanie, dans toute la zone, très prospectée, située entre Zouerate et Nouadhibou ; dans l’Azrag ; en bordure de la Makheir, à El Bayyed ; dans l’Adrar.

49On sait peu de choses des hommes de cette période. Leur mode de vie ne devait guère être très différent des populations antérieures. Sauf sur un point : une eau un peu plus rare. Déjà, on trouve l’Atérien le plus souvent à proximité ou au milieu des sebkhas actuelles.

50On ignore encore les modalités de la disparition de la civilisation atérienne. Une des causes est sûrement une péjoration climatique. Une autre est l’apparition de nouvelles formes lithiques, influencées par une industrie maghrébine, le capsien, dont le silex est le matériau de prédilection, car il permet de faire des outils très petits et donc plus spécalisés (burin, lamelle, perçoir, microburin, alêne, tranchet, couteau…).

  • 14 In Le Sahara avant le désert, Paris. 1974, pp. 74-75 ; et « Le Paléolithique terminal dans l’Afriq (...)

51Le Paléolithique terminal a été fort peu reconnu en Mauritanie et dans le Sahara en général, comme le note H. J. Hugot14 : mésolithique et épipaléolithique sont encore très rare dans la région.

pointe atérienne

III. — LE NÉOLITHIQUE EN MAURITANIE

52La classification conserve toujours son caractère arbitraire : les diverses parties du Sahara ont accédé à des moments différents à l’ère néolithique, sans que l’on puisse préciser. Il faut se contenter de signaler que le Sahara, après l’époque de régression appelée Ogolien II, se repeuple par le Nord, l’est et le sud. De nouvelles populations, à la peau claire ou sombre, apparaissent dans un milieu à nouveau humide, après des millions d’années d’une sécheresse qui s’achève vers 10 000 ou 9 000 BP.

53Cependant cette humidité ne sera jamais aussi grande que pendant le Paléolithique. L’eau étant plus rare, l’homme s’installe en fonction des points d’eau. La végétation n’a pas l’exubérance tropicale : c’est une savane, pâturée par de grands troupeaux de bœufs, car les néolithiques sont des pasteurs. Ils savent aussi fabriquer de la poterie. Leurs activités se spécialisent. Peut-être même, comme dans d’autres régions, sont-ils devenus des agriculteurs, au moins dans la région encore humide de l’Aouker. Tout ceci implique sédentarisation et échanges, complétant ainsi la « révolution » néolithique.

  • 15 H. J. Hugot, Le Sahara avant le désert, op. cit., pp. 90-95 et p. 144.

54Pendant le Néolithique l’homme est très nombreux en Mauritanie : il n’est que de comparer avec les cartes des périodes antérieures, qui portent sur des temps bien plus longs. Il est probable, en tout cas, que la Mauritanie Néolithique était plus peuplée qu’aujourd’hui, au moins en termes « d’espace humanisé ». Hugot estime la population des villages de la falaise de l’Aouker à 400 000 personnes15, ce qui paraît énorme lorsqu’on sait qu’il y a aujourd’hui 800 habitants à Tichitt et autant à Oualata. Des régions aujourd’hui absolument vides, comme la Majabat al koubra, était intensément occupées : Th. Monod note qu’on ne peut, dans cette région, parler de « station », tant les zones d’épandage des objets de pierre, d’os ou de terre cuite sont vastes.

55L’homme est désormais capable, grâce à de plus grandes possibilités intellectuelles, de mieux maîtriser la nature. Il sait mieux se défendre et s’organiser et surtout il a résolu l’essentiel de son problème alimentaire, en stockant la viande sur pieds et en la faisant garder par des chiens. Il sait cuire ses aliments et les conserver, ainsi que l’eau, dans des plats et des jarres de terre cuite. L’homme, enfin, a découvert l’image : il grave et peint sur les roches.

56La Mauritanie est donc à une échelle différente d’aujourd’hui, où les trois quarts du pays sont vides, par suite de l’asséchement. Elle était intensément peuplée et son économie était prospère.

57Néanmoins, le sahara néolithique est mort de sécheresse : l’évolution des sites néolithiques, en bordure de l’Aouker en particulier, montre que l’on s’installait toujours plus bas, vers le lac, puis vers la mare, puis le marigot, enfin la source.

1. Le peuplement de la province occidentale du Sahara au NÉolithique

58Il est facile de reconnaître en Mauritanie même des industries lithiques de style très différents, depuis l’extrême nord où la taille du silex atteint la perfection, jusqu’à l’Aouker où, faute de matériaux, les armatures de pointes de flèches sont souvent en schiste poli. Mais ces différences indiquent également une variété ethnique : les influences ne sont pas les mêmes à Bir Moghrein, à Nouadhibou et à Tichitt.

59En l’état actuel des hypothèses, trois groupes, sinon quatre, semblent se partager l’espace mauritanien — mais aussi le temps : les hommes installés à Tichitt, par exemple, n’y sont arrivés, par l’Est, que tardivement.

60L’aire la plus vaste est celle occupée par des hommes descendants des « Capsiens du Paléolithique d’Afrique du Nord ». Ces « Néolithiques de tradition capsienne » tailleront les superbes silex du nord de la Mauritanie. Mais ils ne semblent guère dépasser l’Adrar.

  • 16 « Les nécropoles néolithiques en Mauritanie nord-occidentale dans leur contexte écologique », Anna (...)

61Le Sud est occupé par des « néolithiques de tradition soudanienne » venus de l’Est après avoir stationné sur le Nil. Ils semblent présenter une certaine hétérogénéité raciale. L’élément africain domine mais mêlé à des influences « europoïdes ». Peut être sont-ils les ancêtres des Toubous et des Peuls. En tout cas, ce sont des éleveurs de bœufs. Leur avancée extrême les conduit, à la fin du troisième millénaire avant J. C, en Mauritanie, à Tichitt et sans doute dans toute la région où ils peuvent avoir rencontré un groupe dit « guinéen », originaire de la zone tropicale humide16.

  • 17 H. J. Hugot, Le Sahara avant le désert, op. cit., p. 208.

62Le dernier groupe est très particulier. Il avait occupé une bonne partie de l’ancien Sahara occidental, au moins jusqu’à la Baie du Lévrier et descendrait d’une ethnie maghrébine litorale appelée « ibéromaurusienne » ayant progressé vers le sud en se néolithisant. « Ils seraient… apparentés, du moins à Tintan, aux migrants venus du Nord par la côte et dont on retrouve les restes du Draa au Cap Blanc. Il n’est pas impossible qu’il s’agisse aussi des mêmes migrants dont certains éléments ont peuplés les Canaries vers 3 000 BP » écrit N. Petit-Maire17. On peut supposer que ces pêcheurs, dont on retrouve les abondants reliefs de repas sous forme de tas de coquillages, ont dû rencontrer, quelque part le long de la côte Mauritanienne, d’autres pêcheurs venus du Sud.

63Le problème des populations du néolithique saharien est donc fort délicat. On en est au stade des hypothèses où apparaissent beaucoup de types différents : négroïdes, mélanodermes, berbères, blancs non berbères (populations du littoral)… Seule une reconnaissance complète du Néolithique de la région permettra de préciser.

2. LES TECHNIQUES NOUVELLES

64Abondants, les hommes du néolithique ont besoin de beaucoup plus d’outils ; chasseurs ils utilisent des armatures de pierre pour leurs flèches ; pasteurs il leur faut des cordes et des calebasses ; artisans, ils ont besoin de racloirs, perçoirs, lissoirs pour le cuir, de gouges, de rabots et de ciseaux pour le bois…, artistes, il leur faut des burins, des marteaux, des matières à couleur ; cultivateurs, peut-être vrais agriculteurs par endroits, ils ont besoin de houes, de haches, de meules et de pilons…

65On assiste donc à une prodigieuse diversification de la production artisanale. La Mauritanie connaît presque toutes les formes, en pierre, en os ou en céramique (et en bois, qui ne s’est pas conservé). Tous les types, tous les procédés, tous les matériaux, toutes les tailles apparaissent.

a) Outils de pierre

66Un monde sépare le lourd biface, grossièrement taillé, de la hache polie, haute de quelques dizaines de millimètres et d’une absolue régularité dans la forme. L’Atérien, avec ses pointes pédonculées, fait maigre impression auprès des armatures de pointes de flèches néolithiques, qui sont parfois de véritables bijoux.

67Alors qu’au Paléolithique la spécialisation des activités apparaît peu à peu, au Néolithique, un véritable artisanat se développe. On a découvert de très nombreux ateliers, tenus parfois par de remarquables artistes, capables de travailler des matériaux aussi différents que la calcédoine, le grès, la phtanite, le silex, les quartzites, les schistes, le granit ou l’amazonite. Les outils de pierre deviennent de plus en plus délicats et la retouche envahit toute la pièce, effile, appointe, ajoute des barbelures ou des ailerons. Quant aux haches, elles sont souvent polies, parfois entièrement, avec de savantes combinaisons d’abrasifs.

68La gamme des objets est extraordinaire : le Néolithique Saharien a connu des activités extrêmement variées. Les outils sont contondants ou tranchants (hache, herminette, pilon, pic, couteau, scie, tranche…) ; ils servent à travailler le bois et le cuir (ciseau, gouge, burin, rabot, biseau, repoussoir…) ils percent (foret, perçoir, tarière, aiguille, armature de flèche…) ; ils polissent ; contiennent (montier, coupe) ; ils sont enclume, poids de filet, pierre de jet. Ils sont parfois complexes : couteau-scie, racloir-perçoir, burin-rabot… La variété des formes remplit d’aise les typologistes. Certains haches mesurent vingt-millimètres ; d’autres trente centimètres. Les armatures ont de dix à cent vingt millimètres.

69Les outils se spécialisent considérablement. Il faut par exemple distinguer désormais la hache de l’hermitte, qui a un plan de frappe perpendiculaire au manche et qui sert à arracher des particules au sol ou au bois. Le manche est une invention capitale, car il prolonge le bras et permet une attaque plus puissante de la matière.

b) Les outils en os et en bois

70Il ne reste rien des objets en bois — sinon les outils de pierre qui ont servi à la façonner. Par contre les objets en os sont abondants. Il était facile d’utiliser de longues esquilles osseuses comme perçoir, poinçon, spatule… et d’autres morceaux d’os, de forme plus ample ou plus trapue, comme poignard, harpon, hameçon, hachette, lissoir ou pendeloque.

c) La vannerie

71Elle est avérée par les multiples empreintes sur les poteries « poussées », de manière à produire un effet décoratif régulier. Le tissage n’est pas encore prouvé.

Quelques types de pointes de flèche mauritaniennes (d’après H. J. HUGOT et N. LAMBERT)

Quelques types de pointes de flèche mauritaniennes (d’après H. J. HUGOT et N. LAMBERT)

(Pointe de lance)

(Pointe de lance)

d) La céramique

72On ne peut guère faire un pas en Mauritanie sans buter sur un tesson de poterie. Une fois la technique acquise, les hommes du Néolithique ont fait une formidable consommation de poterie. L’argile, autour des lacs et des rivières, abondait. Le tournage était fait à la main : la poterie était montée au colombin. Les besoins des hommes de cette époque étant variés, les formes sont très différentes, du bol à la jarre-silo ou réserve d’eau de quatre-vingt litres.

  • 18 In Matière et mobilier dans la préhistoire nord-africaine et saharienne, Paris, 1966, p. 471.

73Le décor est également varié, mais il faut noter avec H. Camps-Fabrer que la « céramique du Sahara atlantique montre un appauvrissement réel de sa décoration par rapport à celle du reste du Sahara et cet appauvrissement est à peine compensé par l’apparition d’autres motifs originaires du nord »18.

74L’univers technique de l’homme néolithique de Mauritanie est donc complexe. Il n’est absolument plus désarmé devant la nature, comme au Paléolithique. Il a des armes de jet autrement perfectionnées que le grossier biface : il peut ainsi aisément tuer à distance. Il a des outils spécialisés, parfois d’une grande finesse. Il peut très facilement compléter son alimentation par du poisson, qu’il pêche à la ligne et au harpon, peut être même, au néolithique final, au filet. Enfin, il sait utiliser les végétaux pour les tresser en nattes et en paniers. Peut être même sait-il se vêtir de fibres végétales tissées…

75Cependant, la « révolution » néolithique réside essentiellement dans trois activités nouvelles : l’élevage, l’agriculture (ou du moins une « protoculture »), qu’entraîne la sédentarisation et donc la construction et même l’architecture, comme dans l’Aouker.

3. LES ACTIVITÉS NOUVELLES

  • 19 Encore que ce foyer soit aujourd’hui contesté. Cf. R. Mauny, Les siècles obscurs de l’Afrique noir (...)

76Les activités « rurales » — élevage et agriculture — sont nées, semble-t-il, quatre à cinq millénaires avant l’ère chrétienne. Il n’y eut pas un centre unique de diffusion, même si, probablement, le Proche-Orient eut une certaine avance, dès le Néolithique. Cependant l’Afrique connaît très tôt l’agriculture, dès 6 500 BP en Cynéraïque et au Fayoum. Progressivement les techniques descendent vers le sud et rejoignent peut-être un autre heu de naissance de l’agriculture, la boucle du Niger19.

77Bien avant les cultures apparaît l’élevage. Ce fut une révolution : l’ère des chasseurs est terminée, car la viande est désormais proche, placide et se déplace au rythme combiné de l’homme et des pâturages. La période bovienne (IIIe et IIe millénaires) est très largement attestée en Mauritanie, en particulier par de multiples gravures rupestres, même si elle n’ont pas le caractère artistique de celles du Sahara central.

Bœuf gravé de Oudane
(oued Ifenouar)

78On sait peut de chose, à vrai dire, du mode de vie des pasteurs à bovidés en Mauritanie. Comme ceux d’aujourd’hui, mais avec une aire de déplacement alors largement décalée vers le nord, ils menaient leurs troupeaux de pâture en point d’eau, au gré des régions et des saisons. La vie des pasteurs traditionnels n’a d’ailleurs pas du évoluer beaucoup depuis ce temps-là, d’autant que les « bovidiens » furent sans doute les ancêtres des Peuls.

79L’évolution des activités, pendant la préhistoire, fait généralement succéder l’agriculture à l’élevage — et donc la sédentarisation au nomadisme. Avec la découverte d’une vaste civilisation sédentaire Néolithique en Mauritanie — le « Néolithique de Tichitt » — certains ont franchi le pas et parlé de civilisation agricole. On est plus prudent aujourd’hui.

  • 20 H. J. Hugot, Le Sahara avant le désert, op. cit., chap. VIII, pp. 197 sq. et, pour l’aspect généra (...)

80Certes, le climat était à l’époque plus humide. Une bonne partie de la Mauritanie connaissait une pluviométrie de plus de 400 mm par an. Les sources étaient donc nombreuses et les marigots duraient longtemps. Or la limite de la culture pluviale du mil est de 250 mm. On a trouvé à Tichitt des empreintes de mil, de diverses graminées, de cucurbitacées et de micocouliers, dont on cueillait depuis toujours les graines20.

81Mais justement, cette « cueillette » est peut-être le stade qui n’a pas été dépassé en Mauritanie pendant le Néolithique. Il n’y a sans doute pas eu labours et ensemencements, mais seulement essartage autour des plants de céréales reconnues utiles et qui poussaient en abondance autour des marigots et pendant les saisons humides — sélection de plants, donc, et non agriculture, ce qui constitue une « protoculture ». Les preuves d’une culture volontaire n’ont pas (encore ?) été fournies même si les traces de plantes cultivables sont nombreuses et si les conditions naturelles de l’époque permettent d’envisager des cultures. Or, la région où ces traces ont été découvertes — l’Aouker — a eu une occupation sédentaire considérable au Néolithique : plus d’une centaine de villages, aux structures véritablement architecturales, montrant une présence sur plus d’un millénaire. H. J. Hugot parle de 400 000 personnes. Même si le chiffre est exagéré, ont-elles pu se nourrir sans pratiquer des cultures… ?

4. La société néolithique de la falaise de l’Aouker.

82L’occupation du sol Mauritanien a été générale au Néolithique. Mais nulle part, semble-t-il, elle n’a atteint l’intensité de la bordure de l’Aouker — le « dhar » courant de Tichitt à Oualata. Nulle part les traces sont aussi abondantes ni aussi puissantes. En particulier c’est là seulement que l’on a retrouvé des villages datant du Néolithique. Ceci est lié au caractère récent de l’occupation du dhar par une population bovidienne tardive venue de l’est vers 4 000 BP et qui s’est accrochée à la falaise et à la plaine qu’elle surplombe, comme à un des derniers endroits encore humide d’un Sahara en voie d’assèchement.

83On connait pour l’instant 127 sites, tous sur la falaise (ceux de la plaine ont été balayés par l’érosion ou ensevelis par le sable), dans une situation généralement défensive — le périmètre défendu incluant souvent une source, ce qui montre que l’eau était le problème majeur.

  • 21 Cf. H.J. Hugot, Le Sahara avant le désert, op. cit., p. 197.
    — P. Munson, The Tichitt tradition : a (...)

84L’étude de ces sites néolithiques est menée par la mission H. J. Hugot depuis plusieurs années. Des résultats probants ont déjà été obtenus, à propos de la taille des établissements, de leur conception et des occupations des habitants21. La chronologie montre, depuis 4 000 BP jusqu’au milieu du dernier millénaire avant J. C, la montée d’une civilisation (ce sont les plus anciens villages les plus puissants) puis son déclin, à cause du manque d’eau et d’ennemis humains (les berbères poursuivant leur conquête du Sahara).

85Dans les siècles précédant l’ère chrétienne, il fallut sans doute se replier vers le sud, en abandonnant la région aux « libyco-berbères », puis au Arabes (734).

  • 22 P. Munson a trouvé près des villages néolithiques du dhar Tichitt 200 gravures de bœufs : « Nouvea (...)

86La société du dhar apparaît, à la lumière des récents travaux, comme d’une grande complexité : ses membres furent des pêcheurs, des chasseurs, des éleveurs22 et peut-être des pré-agriculteurs. Cette civilisation est suffisamment évoluée pour pratiquer une division du travail : on découvre à l’analyse des débris d’ateliers, très variés, une certaine spécialisation des artisans.

87Cependant le Néolithique final de l’Aouker offre surtout la vision d’une architecture spectaculaire. Les villages sont fréquemment construits sur un modèle architectural précis. Les ruines sont puissantes et montrent que la notion d’urbanisme est connue des batisseurs. H. J. Hugot a écrit que ceux-ci furent « des maîtres-tailleurs de pierre ayant dépassé de très loin ce qu’on connait ailleurs ». Ils ont élevés des murs cyclopéens dont les énormes blocs sont taillés au percuteur. Ce sont des murs de défense. Mais aussi des enclos et des habitations, dont les charpentes sont soutenues par des piliers disposés régulièrement. Les unités d’habitation donnent sur des rues aboutissant aux murs extérieurs. Vers le pied de la falaise, il y a souvent une rampe d’accès fortifiée menant à l’eau.

88Les artisans de cette région furent d’autre part extrêmement habiles à travailler la pierre, malgré le handicap d’une matière première médiocre. Ils en importèrent d’ailleurs, pour leurs bijoux — par exemple de l’amazonite, qu’Hugot pense venue peut-être du Tibesti. La céramique est d’autre part extrêmement abondante.

89L’originalité du Néolithique final de cette région se marque également dans les traces vaisemblables d’un culte zoolâtre. En effet, on a retrouvé, dans des sortes de tunnels mi-naturels, mi-artificiels liés à un réseau de petites failles, des statuettes de terre cuite représentant des bœufs. D’autre part, les représentations rupestres de la région sont presque exclusivement des bovidés. Il faut noter enfin la présence de monuments en forme d’alignements qui restent mystérieux.

90La civilisation du dhar Tichitt est donc essentielle pour l’étude du Néolithique en Mauritanie. Nulle part ailleurs dans la région n’existe une société aussi complexe, impliquant une organisation sociale au niveau du village, mais aussi, certainement, au niveau de toute une région. On n’a pas, pour l’instant l’impression d’un tel foisonnement dans les autres régions de Mauritanie, même dans l’Adrar, où pourtant plusieurs lacs existaient à l’époque. Mais il est vrai que peu d’études ont été faites.

91Le Néolithique de l’Aouker montre également combien sévère a été l’assèchement au cours du dernier millénaire avant l’ère chrétienne. Aujourd’hui, la région est à peu près abandonnée aux nomades, dont le nombre ne cesse de décroître, et aux archéologues. Car l’eau a disparu : du Moyen-âge à ajourd’hui, Serge Robert a constaté que le niveau de la nappe à Tegdaoust, avait baissé de huit mètres.

5. L’art Néolithique en Mauritanie

92Le Sahara néolithique, à l’instar de l’Europe paléolithique dans les millénaires précédents, a fourni de merveilleux témoignages du sens artistiques de l’homme, en particulier dans le domaine de la gravure et de la peinture rupestre : les fresques extraordinaires du Hoggar, du Tassili N’ajjer et d’ailleurs le prouvent. D’autres voies ont été explorées : la sculpture sur pierre, os et bois, la bijouterie de pierre… La Mauritanie Néolithique a connu ces techniques artistiques mais, de même peut-être que pour la céramique, il semble qu’elle fasse figure de parent pauvre. On n’y a pas découvert pour l’instant de fresques rupestres notables, ni de sculptures intéressantes, à l’exception d’une tortue de pierre. Il y a peut-être eu, d’Est en Ouest à travers le Sahara, une dégradation du sens artistique de l’homme néolithique, qui serait parvenu plus récemment dans la partie occidentale du grand désert.

93Néanmoins les formes éminemment esthétiques de beaucoup d’objets en pierre et l’existence de nombreux bijoux montrent que l’homme de Mauritanie, entre — 5 000 et — 500 un goût artistique certain.

a) L’art rupestre

  • 23 Voir les vieux articles de P. Laforgue et surtout :
    — R. Mauny, Gravures, peintures et inscriptions (...)

94On trouve partout en Mauritanie des gravures et des peintures rupestres néolithiques : plusieurs dizaines de sites qui vont de 7 000 BP (groupe naturaliste à grande faune éthiopienne) au début de l’ère chrétienne (groupe chevalin), en passant par le groupe des pasteurs à bovidés (4 500 BP à 3 000 BP)23.

95Comme ailleurs au Sahara, les gravures de belle facture sont anciennes, car la technique a décliné en même temps que l’industrie lithique. Cependant on ne trouve guère de gravures très remarquables. Le style évolue : de naturaliste, il tire vers l’abstraction, mais surtout vers la schématisation et la médiocrité du dessin. Animaux, hommes, véhicules et signes abstraits sont représentés. Souvent d’ailleurs, la même roche, fréquemment sous abri, a servi à plusieurs périodes et bien des gravures préhistoriques sont surchargées de dessins « préislamiques et modernes ».

96La station rupestre la plus importante de Mauritanie est celle d’Aoui-neght, étudiée par H. Lhote. Elle comporte plusieurs centaines de gravures que leur position permet de dater. Ainsi, dans le groupe le plus ancien, Lhote dénombre-t-il deux éléphants, sept girafes, quarante-quatre antilopes, six autruches, soixante-quinze bœufs, un cheval et dix hommes.

97Le deuxième groupe, plus récent, comporte quatre girafes, dix antilopes, quinze autruches, soixante et un bœufs, quatre chevaux, sept chameaux et treize hommes. La différence dans la faune indique soit des modifications climatiques, (disparition de l’éléphant) soit des apports nouveaux (chameau en particulier). Il faut enfin noter que la station d’Aouineght nous donne des précisions sur le mode de locomotion : on y voit des bœufs sellés (comme en utilisent encore les touaregs) et les fameux chars, sur lesquels nous reviendrons.

Quelques gravures de la région d’Aouineght
(d’après H. Lhote, in BIFAN, Sér. B, t. XIX, 1957, n° 357, pp. 617-658)

98L’art rupestre, en Mauritanie, est donc relativement secondaire : aucun motif d’émerveillement, comme dans le Sahara central, mais un foisonnement d’images qui permet de connaître la faune néolithique (animaux les plus nombreux proportionnellement, animaux aujourd’hui disparus…) et certaines activités humaines (élevage, transport, chasse et guerre).

b) Les monuments et l’art funéraire

99On a retrouvé de très nombreux monuments néolithiques en Mauritanie. Ils sont peu spectaculaires mais donnent quelques idées sur les rites funéraires et peut-être sur la religion de l’homme du néolithique Mauritanien. Un problème est de les dater : beaucoup sont en fait protohistoriques ou préislamiques. Comme on n’a généralement trouvé qu’un maigre matériel lithique en situation, la datation est difficile.

100Quoiqu’il en soit, ces monuments sont le plus souvent de facture très simple. Les plus complexes sont les alignements de pierre, en trois rangées, que l’on rencontre à plusieurs reprises en bordure de l’Aouker. Il existe aussi un certain nombre de pierres dressées. Cependant les monuments les plus nombreux et les plus facilement identifiables sont les tombes. Les types sont très variés, du simple tas de cailloux à la forme la plus élaborée, signe probable de la qualité sociale du défunt.

  • 24 N. Lambert, « Mines et métallurgie antiques dans la région d’Akjoujt », Annales IMRS, n° 1, pp. 6- (...)

101Le tumulus est fréquent, parfois assez perfectionné, comme à Lembetet el Kbir, près d’Akjoujt, où N. Lambert en a fouillé un d’un diamètre extérieur de 4,70 m et d’une hauteur de 1,20 m. Mais celui-ci est peut-être trop récent pour être néolithique, car il est possible qu’il soit en rapport avec les mineurs de cuivre protohistoriques24.

102Les formes les plus élaborées sont le chouchet et la barkhane. Le premier est un monument funéraire cylindrique, haut de deux à trois mètres et d’un diamètre de trois à cinq mètres. Le second tire son nom de la dune en forme de croissant. L’ouverture des branches peut atteindre cinquante mètres. La barkhane est artificiellement levée avec du matériel lithique mêlé de terre. Là encore, les seuls cas étudiés sont ceux de Lembetet el Kbir, qui semblent assez représentatifs malgré leur âge tardif.

  • 25 L. Hebrard, h. j. Hugot, g. Thilmans, « Données sur le néolithique de Nouaferd», BIFAN, série B, t (...)

103Les monuments funéraires sont souvent rassemblés en nécropoles, qui témoignent d’une longue durée d’occupation. On en connaît un peu partout en Mauritanie : dans la région de Nouadhibou (Nouaferd, Chami, Tintan) ; dans le Draa Malichigdane ; près d’Akjoujt…25.

104Ces nécropoles ne sont pour l’instant que d’un faible intérêt pour l’étude de la religion des hommes néolithiques de la région. On y a retrouvé trop peu de matériel et d’indications concrètes. A vrai dire on ne sait rien des idées religieuses de l’époque — sinon en ce qui concerne les indices de zoolatrie de Tichitt. Il faudrait d’abord fouiller les nombreuses tombes existantes — dans l’Akchar, par exemple, où elles abondent.

IV. — PROBLÈMES DU NÉOLITHIQUE ET DE LA PROTOHISTOIRE EN MAURITANIE

105L’analyse des faits laisse de vastes zones d’incertitude sur le Néolithique et la période qui lui succède. On ne peut d’ailleurs les séparer vraiment. La chronologie est extrêmement hésitante : quand le Néolithique laisse-t-il la place à l’histoire ? De toutes manières, le passage est variable suivant les régions : l’Aouker sédentaire est un cas original, de même que la région minière d’Akjoujt.

106Les principaux problèmes de cette région concernent les échanges (ont-ils existé au Néolithique ? quel est le rôle des chars ?) ; la fin du Néolithique (causes climatiques ; conséquences ethniques) ; l’extension de la métallurgie avant l’arrivée des Arabes (734).

1. Le problème des échanges dans le Sahara prÉhistorique et protohistorique

107Il n’est évidemment pas question de parler de « commerce » au Néolithique. Mais un fait est certain : l’homme de l’époque pratiquait le troc, ne serait-ce que pour échanger une pièce de gibier contre un bol de baies. A un niveau différent, on a parfois découvert des objets taillés dans un matériau absent de la région — comme le collier de stéatite trouvé par N. Lambert à Medinet Sbat. De même, l’amazonite, qui a servi à faire d’innombrables perles, n’existe pas en Mauritanie. D’assez nombreux exemples permettent de penser à un courant d’échanges, ou du moins à une circulation de la matière première au gré des déplacements des groupes humains intéressés.

108Passons sur le troc qui a dû s’établir, peu à peu, entre chasseurs, pêcheurs, éleveurs, agriculteurs (?), potiers, tailleurs, maçons, artistes, sorciers… La division du travail implique les échanges. Et lorsque cette division dépasse le niveau du groupe social (clan, tribu, village) pour atteindre celui du groupe régional, c’est l’ensemble d’une civilisation qui pratique les échanges de marchandises.

  • 26 « Une route préhistorique à travers le Sahara ? », BIFAN, t. IX, 1947, pp. 341-357. — du même aute (...)

109Peut-on déceler en Mauritanie des axes commerciaux ? Une hypothèse fameuse, formulée en 1947 par R. Mauny, admet que les gravures et peintures rupestres de chars et chariots trouvés au Sahara, s’échelonnent selon des directions privilégiées, généralement Nord-Sud. On connait aujourd’hui environ 450 représentations de chars26, dont la plupart sont récentes, de la période traditionnellement appelée « libyco-berbère », c’est-à-dire du dernier millénaire avant J. C. Ces chars à deux roues, tirés en général par des chevaux (par des bœufs et à, parfois, quatre roues dans l’Aouker, où leur origine est méridionale) sont arrrivés dans le Sahara avec de nouvelles populations, blanches et nomades, venues d’Afrique du Nord, les Berbères. Les chars sont donc le symptôme d’un changement ethnique dans le Sahara au Néolithique final. Ils correspondent à la poussée vers le sud, à la faveur de l’assèchement du climat, de nomades guerriers, au détriment de populations africaines refluant vers le sud — comme le montre la fortification des derniers villages de l’Aouker, fort médiocres par rapport aux sites anciens.

110Une de ces « routes de chars » traverse le Sahara occidental de Bir Moghrein à Nema et jusqu’au Niger. On a retrouvé des rupestres le long d’un « axe » allant de Bir Moghrein à Atar, d’Atar à Tidjikja, puis Tichitt, Oualata, Néma et le Niger — avec une « bretelle » sur le centre de l’Aouker. Cette « route » suit un tracé logique en longeant le pied de la falaise.

111Doit-on pour autant imaginer de belles pistes parcourues par de lourds chariot transportant des produits méditerranéens et tropicaux ? Certes non : ces chars sont presque toujours de légers véhicules, construits sans métal, bien incapables de transporter plus que leur conducteur (sauf dans le cas de chariots à quatre roues tirés par des bœufs).

  • 27 Le Sahara avant le désert, op. cit., p. 289.

112Il s’agit bien plutôt de véhicules de parade, voire de chasse ou de guerre, appartenant à une aristocratie. De toutes manières, les « routes » passent parfois, comme dans le Tassili ou le Hogar, par des ravins ou des sommets impropre à la circulation. « Tout au plus peut-on penser à un grand axe de pénétration indiqué par les zones où se trouvent concentrées les représentations les plus nombreuses de ces chars » H. J. Hugot27.

  • 28 On n’a trouvé que trois monnaies romaines en Mauritanie.

113Ce problème « commercial » étant ainsi ramené à une réalié moins imaginative28, il n’en reste pas moins que les « chars » mettent en lumière un aspect des mutations ethniques qu’a connu le Sahara dans le dernier millénaire avant l’ère chrétienne.

2. Les mutations ethniques de la fin du NÉolithique

  • 29 Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du nord et du Sahara, p. 346, Paris, 1974.

114Le char et le cheval sont apparus à peu près en même temps dans le Sahara, venus de Méditerranée orientale avec diverses invasions atteignant d’abord la Cyrénaïque, dans la deuxième moitié du deuxième millénaire avant J. C. Les habitants de la région, « libyco-berbères » ou « garamantes » antiques, diffusèrent ensuite le char léger ( « au galop volant » dit-on) dans tout le Sahara en le conquérant, grâce en particulier au cheval et aux armes de fer. « Ces équidiens, écrit H. Camps, semblent avoir constitué une caste guerrière qui imposa sa domination aux derniers bovidiens et au populations négroïdes qui avaient précédé ceux-ci et n’avaient pas disparu »29.

115Il s’agit donc de la dernière migration ethnique qu’ait connu le Sahara avant les Arabes — les nomades berbères, guerriers Garamantes (à l’Est) et Gétules (à l’Ouest), remplaçant les éleveurs noirs qui se replièrent vers le sud, vers les zones plus humides du Tchad, du Niger et du Sénégal, où ils firent paître leurs troupeaux et pratiquèrent l’agriculture. Ce sont eux qui firent disparaître la civilisation sédentaire de l’Aouker, peu avant l’ère chrétienne.

  • 30 Cf. R. Mauny, Les siècles obscurs de l’Afrique noire, op. cit., p. 129.

116Le chameau, symbole des déserts arides et chauds, sera l’instrument de la domination définitive des Berbères sur le Sahara redevenu un désert. Il remplace le cheval, animal fragile sous ce soleil. Ce n’est pourtant que dans le premier siècle de notre ère qu’il deviendra très abondant, accompagnant l’expansion berbère. Mais cette expansion avait débuté longtemps auparavant comme le montre les fouilles de Tichitt30.

  • 31 Op. cit., p. 81.

117Le tableau ethnique de la Mauritanie pendant la Protohistoire est donc net : les nomades chameliers berbères ont repoussé vers le sud les populations antérieures, qui ne sont accrochées que dans quelques oasis, parfois jusqu’au Moyen-Age (et dont certains haratins actuels descendent). Jusqu’à l’arrivée des Arabes, le tableau ne changera pas. En l’état actuel des connaissances, il n’apparaît pas que les grands navigateurs antiques — phéniciens, grecs, domains — aient atteint la côte mauritanienne. Les installations fixes romaines n’ont pas dépassé Mogador : ni Arguin, ni Tidra, ni Gorée n’ont été occupées durant l’Antiquité classique, comme le rappelle excellemment R. Mauny, dans « les siècles obscurs de l’Afrique noire » : « Les Anciens se sont bornés à coloniser et occuper l’Afrique du nord utile, les pays de l’olivier et du blé ; le glacis au sud du Limes a du leur fournir quelques produits comme les peaux, l’ivoire et les bêtes de cirque. Rien ne laisse soupçonner qu’au-delà, des liens économiques de quelque importance aient été établis de façon permanente avec l’Afrique noire », malgré l’or du Soudan et du Sénégal, qui poussera les Arabes à conquérir le sud, à partir du Sous, au viiie siècle31.

3. Les dÉbuts de la mÉtallurgie en Mauritanie : Akjoujt

  • 32 Nos connaissances sur la région proviennent des travaux de N. Lambert, dont :
    — « Exploitation mini (...)

118L’Afrique sud-saharienne est, semble-t-il, passée directement de l’âge de la pierre à celui du fer, sauf la partie occidentale, et en particulier la région d’Akjoujt, où les mines de cuivre furent exploitées près d’un millénaire avant le début de l’ère chrétienne32. Mais il existait aussi des mines près de l’oued Draa, dans le Sous, l’Adrar des Iforas, à Nioro et au-delà, dans l’Air et en Espagne.

119La mine d’Akjoujt a fonctionné entre —750 et —400, d’après les analyses les plus récentes, ce qui en fait la plus ancienne mine métallique reconnue au sud du Tropique nord. Le minerai était extrait dans trois exploitations au moins. Broyé, mélangé à des charbons, il était grillé. Du produit brut obtenu, on obtenait le cuivre. Des ateliers de traitement ont été reconnus sur place.

120D’autre emplacements métallurgiques ont été repérés, comme à Lem-dena, traitant un cuivre de même type que celui d’Akjoujt, mais qui a pu provenir d’un des nombreux affleurements de la région.

121On a malheureusement fort peu retrouvé d’objets en cuivre (pointes de flèches, de lance, épingles, batarnets, bijoux)… dans la région — 150 pièces environ, soit un peu plus de deux kilos, alors que N. Lambert estime à trente tonnes le minerai contenu dans la seule « grotte des chauves-souris » d’Akjoujt. Même si le rendement des métallurgistes était très bas, les trouvailles sont vraiment trop rares. En fait, on sait peu de choses de la civilisation protohistorique d’Akjoujt.

122Il ne semble pas y avoir eu de hyatus entre les métallurgistes et leurs prédécesseurs. La pierre reste toujours le matériau principal. Les pratiques funéraires ne sont pas fondamentalement différentes. Il n’y eut pas, apparemment, fondation de villages en dur, comme un peu plus tôt dans l’Aouker.

123La technique minière et métallurgique a-t-elle été acquise sur place ?

124N. Lambert en doute. Elle penche pour une influence venue du nord avec les envahisseurs berbères. Il y aurait d’autre part des ressemblances, dans la céramique et la bijouterie de cuivre, entre certaines régions du Maroc et celle d’Akjoujt. On ne peut en dire plus pour l’instant.

125On ne sait rien non plus de l’évolution ultérieure de la région d’Akjoujt. Les métallurgistes du cuivre ont-ils acquis la technique du fer ? Ont-ils quitté la région devenue trop aride ? Quoiqu’il en soit l’importance du fer est considérable : c’est lui qui permet aux cavaliers puis aux chameliers berbères de s’assurer la maîtrise du Sahara jusqu’aux marges méridionales, face aux sédentaires et aux éleveurs noirs.

CONCLUSION

LE SAHARA OCCIDENTAL AVANT L’ISLAM

126La détérioration climatique du Sahara a débuté longtemps avant le début de l’ère chrétienne. Avant l’arrivée des Arabes, la situation est bien fixée : il ne s’agit plus, sur l’essentiel du territoire, d’une savane où les bovins peuvent survivre. Seul le pastoralisme camelin peut subsister. La vie sédentaire se réduit de plus en plus à quelques oasis au pied des montagnes (Adrar, Tagant) ou le long des oueds. Seule la bordure méridionale reste plus humide qu’aujourd’hui. On peut encore y pratiquer l’agriculture, mais seulement dans des endroits privilégiés par une source, une guelta ou un puits.

127La faune « éthiopienne » a depuis longtemps disparu, loin vers le sud. Les bovins ont quitté le Sahara : les derniers rupestres de la période des « pasteurs à bovidés » datent de 3 000 BP. Les chevaux ont fait une carrière d’un millénaire (rupestre cabalins : 3 200 à 2 000 BP). Le chameau, apparu peu avant l’ère chrétienne, ne cesse de progresser. Grâce à lui va pouvoir naître le grand commerce transsaharien, fondé d’abord sur le commerce de l’or, du sel et des esclaves.

  • 33 Ph. Chamard, « Les lacs holocènes… », op. cit., p. 273.

128Tout ceci a favorisé de considérables changements dans le peuplement du Sahara, qui fut dominé largement pendant le Néolithique par des négroïdes et des mélanodermes, parfois très au nord (les 27 squelettes de l’Oum Arouaba, dans l’Adrar, vers 6 000 BP)33. En Mauritanie, les populations blanches n’occupent que le nord et la côte, au moins jusqu’au Cap Blanc. Au contraire, par suite des modifications climatiques et technologiques, le peuplement blanc, à la fin du Néolithique, avance et conquiert le désert, finissant par se heurter, dans le sud du pays, à l’empire noir du Ghana dont la capitale Koumbih Saleh, est située en Mauritanie.

  • 34 M. C. Chamla, ibid., p. 184.

129L’évolution paraît irréversible. Au Néolithique, le désert finissait vert 21° de latitude nord. Aujourd’hui, il descend vers 16°, soit une avancée de 500 à 600 km en 5 000 ans. Déjà, pendant la Protolhistoire, le Sahara ne comptait plus que 25 % de négroïdes, qui prédominaient uniquement dans le sud, contre 41 % de blancs34.

130Ces blancs n’ont malheureusement pas laissé beaucoup de traces en Mauritanie : des tombes, de médiocres rupestres, des inscriptions, en général banales, en tifinar. L’influence berbère fut pourtant, malgré sa discrétion, fondamentale : l’Islam, la langue et la civilisation arabe ne parvinrent pas à les absorber totalement. Ils forment toujours le fond de la population saharienne, malgré la conquète arabe qui débute en 734, avant de se poursuivre, après l’extraordinaire épisode almoravide, par l’arrivée des Maaqils, qui ont donné à la société maure son allure actuelle.

Notes

1 Cf. Ph. Cl. Chamard, « Essai sur les paléoclimats du Sud-Ouest Saharien au quaternaire récent », Colloque de Nouakchott sur la désertification, pp. 21-26, Dakar-Abidjan, 1976.

2 Cf. R. Mauny, « Préhistoire et zoologie. La grande faune éthiopienne du nord-ouest africain ». BIFAN, (Bulletin de l’Institut fondamental d’Afrique Noire), série A, t. XVIII, janv. 1956, n° 1, pp. 246-279.

3 Cf. P. Elouard, « Oscillations climatiques de l’holocène à nos jours en Mauritanie atlantique et dans la vallée du Sénégal », Coll. de Nouakchott, op. cit., pp. 27-36.

4 Cf. « Le Sahara avant le désert », Paris, CNRS, 1974. Introduction H. J. Hugot.
— Ph. Chamard, « Les lacs holocènes de l’Adrar de Mauritanie et leurs peuplements préhistoriques », Notes Africaines, n° 133, pp. 1-8.
Ibid., « les paléoclimats du sud-ouest saharien au quaternaire récent », Coll. de Nouakchott, op. cit., pp. 21-26.
— Ph. Chamard, R. Guitat, G. Thilmans, « Le lac holocène et le gisement néolithique de l’oum Arouaba (Adrar) ». BIFAN, série B, t. XXXII, n° 3, 1970, pp. 688-740.
— P. Elouard, « L’homme du nouakchottien », Notes africaines, n° 121, juin 1969, pp. 8-10.
Ibid., « Oscillations climatiques de l’holocène à nos jours… ».

5 Cf. P. Biberson, « Essai sur l’évolution du Paléolithique inférieur de l’Adrar de Mauritanie », Quaternario, VII, Roma, 1965, pp. 59-78.
— « Notes sur l’acheuléen évolué de l’Adrar mauritanien », Congrès panafricain de préhistoire, Dakar, 1967, pp. 114-118.
— « Contribution à l’étude du pléistocène du Sahara atlantique, La préhistoire, éditions du CNRS, 1968, pp. 25-36.
— « Récentes découvertes de nouveaux gisements acheuléens en Adrar de Mauritanie », L’Anthropologie, t. 73, n° 5-6, 1969, pp. 446-456.

6 Cf. Th. Monod, « Majabat al Koubra », Dakar, 1FAN, 1958.

7 Cf. M. C. Chamla, Les populations anciennes du Sahara et des régions limitrophes, Alger, 1968.

8 H. J. Hugot, L’Afrique Préhistorique, Paris, 1970, p. 56.

9 Ibid., p. 40.

10 Ibid. et G. Hugot, « Etude physique du secteur de Tichitt », mémoire inédit, Grenoble, 1971.

11 Cf. R. Mauny, A. Villiers, « Contribution à la préhistoire de la Mauritanie », BIFAN, t. XII, 1950, pp. 1007 sq.
R. Mauny, « Contribution a l’étude du Paléolithique en Mauritanie », 2e congrès panafricain de préhistoire, Alger, 1952, pp. 281-291.
— J. Richard-Mollard, R. Mauny, « Contribution à la préhistoire de l’Adrar et du Makteir », BIFAN, t. XV, 1953, n° 3, p. 1236.
— H. Bessac, « Contribution à la préhistoire et à la protohistoire de la région d’Akjoujt et d’Atar », BIFAN, série B, t. XX, n° 3-4, juill. 1958. pp. 317-367.

12 L’Afrique préhistorique, op. cit., p. 43. Voir aussi : N. Lambert, « nomenclature et première étude de quelques sites préhistoriques de la région d’Akjoujt », BIFAN, série B, t. XXVII, n° 3-4, 1965, p. 809.

13 Cf. H. Bessac, op. cit. :
H. J. Hugot, « Limites méridionales de l’atérien » 5e congrès panafricain de préhistoire et d’étude du quaternaire, 2, Santa Cruz de Tenerife, 1966, pp. 95-108.
— L. Hebrard, H. J. Hucot, « Présence d’atérien à Tintan, baie du Lévrier », Notes africaines, n° 126, avril 1970, p. 53.
R. Guitat, « Présentation de pièces pédonculées d’EI Azrag », Notes africaines, n° 134, avril 1972, pp. 29-33.

14 In Le Sahara avant le désert, Paris. 1974, pp. 74-75 ; et « Le Paléolithique terminal dans l’Afrique de l’Ouest », Background to évolution in Africa, University of Chicago Press, pp. 529-555.

15 H. J. Hugot, Le Sahara avant le désert, op. cit., pp. 90-95 et p. 144.

16 « Les nécropoles néolithiques en Mauritanie nord-occidentale dans leur contexte écologique », Annales de l’Institut Mauritanien de Recherche Scientifique, n° 1, 1975, pp. 2-5.

17 H. J. Hugot, Le Sahara avant le désert, op. cit., p. 208.

18 In Matière et mobilier dans la préhistoire nord-africaine et saharienne, Paris, 1966, p. 471.

19 Encore que ce foyer soit aujourd’hui contesté. Cf. R. Mauny, Les siècles obscurs de l’Afrique noire, Paris, 1970, p. 50.

20 H. J. Hugot, Le Sahara avant le désert, op. cit., chap. VIII, pp. 197 sq. et, pour l’aspect général de la question :
R. Mauny, « Notes historiques autour des principales plantes cultivées d’Afrique occidentale », BIFAN, t. XV, avril 1953, n » 2, p. 691.
H. J. Hugot, « The origins of agriculture. Sahara ». Current Anthropology, 9, n° 5, 1968, pp. 483-488.
— X. de Planhol, P. Rognon, Les zones tropicales arides et subtropicales, Paris, 1970, pp. 248-249.

21 Cf. H.J. Hugot, Le Sahara avant le désert, op. cit., p. 197.
— P. Munson, The Tichitt tradition : a late prehistoric of the south western Sahara, thèse, université Urbana, Champaign, Illinois (ronéo).
— Plus accessible, du même auteur : « Recent archeological research in the dahr Tichitt », West African Archeological Newletter, 1968.
M. P. Hugot-Buffet, « Le site néolithique d’Akreijit : tentative de reconstitution de l’urbanisme et de l’homme social néolithique », Annales IMRS (Institut Mauritanien de Recherche Scientifique), n° 1, 1975, pp. 36-41.

22 P. Munson a trouvé près des villages néolithiques du dhar Tichitt 200 gravures de bœufs : « Nouveaux chars à bœufs du dhar Tichitt », Notes africaines, avril 1969, pp. 62-63.

23 Voir les vieux articles de P. Laforgue et surtout :
— R. Mauny, Gravures, peintures et inscriptions rupestres de l’ouest africain, IFAN, 1954.
— H. Lhote, « Le cheval et le chameau dans les peintures rupestres du Sahara », BIFAN, t. XV, juill. 1953, n° 3, pp. 1138-1228.
— Ibid., « Les gravures rupestres d’Aouineght », BIFAN, série B, t. XIX, n° 3-4, 1957, pp. 617-658.

24 N. Lambert, « Mines et métallurgie antiques dans la région d’Akjoujt », Annales IMRS, n° 1, pp. 6-25.

25 L. Hebrard, h. j. Hugot, g. Thilmans, « Données sur le néolithique de Nouaferd», BIFAN, série B, t. xxii, n° 3, 1970, p. 654.
— J. P. Carbonnel, Ch. Barbey, « Découverte de sépultures néolithiques dans le complexe dunaire du Draa Malichigdane », Notes africaines, n° 136, oct. 1972, pp. 108-109.
— N. Petit-Maire, op. cit.

26 « Une route préhistorique à travers le Sahara ? », BIFAN, t. IX, 1947, pp. 341-357. — du même auteur, Les siècles obscurs de l’Afrique noire, op. cit., p. 63.

27 Le Sahara avant le désert, op. cit., p. 289.

28 On n’a trouvé que trois monnaies romaines en Mauritanie.

29 Les civilisations préhistoriques de l’Afrique du nord et du Sahara, p. 346, Paris, 1974.

30 Cf. R. Mauny, Les siècles obscurs de l’Afrique noire, op. cit., p. 129.

h. Lhote, « Le cheval et le chameau… », op. cit.

31 Op. cit., p. 81.

32 Nos connaissances sur la région proviennent des travaux de N. Lambert, dont :
— « Exploitation minière et métallurgique protohistorique du Sahara occidental », Actes du congrès d’études africaines, Montréal, oct. 1969.
— « Medinet Sbat et la protohistoire de Mauritanie occidentale », Antiquités Africaines, n°4, 1970, pp. 15-62.
— « Mines et métallurgie antiques dans la région d’Akjoujt », Annales IMRS, n° 1, 1975.

33 Ph. Chamard, « Les lacs holocènes… », op. cit., p. 273.

M. C. Chamla, op. cit., p. 6.

34 M. C. Chamla, ibid., p. 184.

Table des illustrations

Titre Les paléoclimats récents de Mauritanie
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1222/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Titre L’extension des périodes préhistoriques en Mauritanie
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1222/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Légende galet aménagé
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1222/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Légende hahereau
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1222/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Légende pointe atérienne
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1222/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1222/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Quelques types de pointes de flèche mauritaniennes (d’après H. J. HUGOT et N. LAMBERT)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1222/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre (Pointe de lance)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1222/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 39k
Légende Bœuf gravé de Oudane(oued Ifenouar)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1222/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 18k
Légende Quelques gravures de la région d’Aouineght(d’après H. Lhote, in BIFAN, Sér. B, t. XIX, 1957, n° 357, pp. 617-658)
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1222/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteur

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540