Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Introduction à la Mauritanie

 | 
Centre de recherches et d’études sur les sociétés méditerranéennes
, 
Centre d’étude d’Afrique noire

Préface

Dmitri-Georges Lavroff

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif consacré à la République islamique de Mauritanie arrive à point nommé. Pendant plusieurs années, les études portant sur la Mauritanie étaient peu nombreuses et généralement orientées vers la connaissance des aspects traditionnels de la société mauritanienne. Cette situation pouvait sans doute être expliquée par plusieurs considérations. Tout d’abord, l’existence d’un Etat mauritanien, dont l’indépendance avait été reconnue par la France et consacrée par la communauté internationale, était contestée par ses voisins immédiats qui invoquaient l’absence d’une nation mauritanienne et prétendaient qu’elle était formée de parties qui relevaient traditionnellement de leur souveraineté. La création d’un Etat mauritanien était présentée comme un moyen permettant à la France de garantir les intérêts économiques qu’elle avait dans cette zone géographique. Ensuite, durant les premières années qui suivirent la proclamation de l’indépendance de la Mauritanie, les structures étatiques étaient très faibles et certains en tiraient la conclusion qu’il n’y avait pas de système politique mauritanien mais la simple juxtaposition de systèmes sociaux traditionnels reposant sur des structures tribales et des solidarités religieuses. Enfin, beaucoup estimaient que la Mauritanie était une sorte « d’Etat-paravent » qui cachait la puissance effective des grandes compagnies qui exploitaient les considérables ressources en minerais de cuivre et en minerais de fer situées sur le territoire. Depuis les années 1970 la situation a beaucoup évolué. Plus personne ne nie l’existence d’un système politique mauritanien et l’on reconnaît, à juste titre, que les conditions originales de sa constitution et de son fonctionnement en font un objet d’étude particulièrement intéressant. Les grandes firmes étrangères qui pouvaient être considérées comme des obstacles pour l’établissement d’un Etat véritable sont devenues, après leur nationalisation par le gouvernement mauritanien, le principal instrument pour la création d’un Etat mauritanien auquel elles apportent des ressources qui permettent à la puissance publique d’être reconnue et d’agir. La défense de l’intégrité territoriale de la Mauritanie est devenue un objectif majeur pour le Royaume du Maroc qui avait naguère lutté contre son existence. Il est particulièrement heureux que l’ouvrage que nous avons l’honneur de préfacer permette de connaître les étapes de la formation du système politique mauritanien et de faire le point sur l’évolution qui s’est produite au cours des vingt années qui se sont écoulées depuis la création d’un Etat mauritanien.

2La méthode adoptée par les auteurs de cet ouvrage est intéressante à plusieurs titres. Elle est, d’abord, collective puisque quatorze auteurs se sont réunis pour donner cette présentation de la Mauritanie actuelle et mettre en commun les connaissances précises que chacun d’eux avait d’un secteur particulier et de la réalité mauritanienne. Cette méthode permet de réunir les meilleurs spécialistes mais elle peut présenter l’inconvénient de conduire à une étude composée d’une juxtaposition de contributions différentes par la méthode suivie et par la perspective d’analyse. Cette erreur a été heureusement évitée. En effet, le cadre général de l’étude a été défini au résultat de longs travaux préparatoires réalisés par tous les participants et le travail collectif a été coordonné par Jean-Louis Balans et Jean-Claude Santucci qui ont joué le rôle délicat de la cheville-ouvrière. Elle est, ensuite, le résultat de la collaboration entre des chercheurs qui travaillent au sein d’équipes de recherches séparées sur le plan institutionnel. En effet, les auteurs appartiennent au Centre de Recherche et d’Etude sur les Sociétés méditerranéennes d’Aix-en-Provence, au Centre d’Etude d’Afrique noire de Bordeaux et à d’autres Institutions universitaires et de recherches. Il est essentiel que les divers centres de recherche puissent échanger les résultats de leurs travaux et confronter leurs méthodologies mais si l’objectif est souvent proclamé il est rarement mis en œuvre. La responsabilité de ce cloisonnement entre les équipes n’incombe pas toujours à la mauvaise volonté des chercheurs car il est souvent difficile de trouver des programmes de recherche qui permettent à chacun de participer activement à un travail mené en commun. Une étude portant sur la Mauritanie avait l’avantage de correspondre à la jonction de l’ensemble constitué par l’Afrique noire et de l’ensemble formé par le monde arabo-berbère. Le système mauritanien a des structures qui le lient à l’Afrique noire et d’autres qui relèvent du caractère islamique et arabo-berbère de la culture dominante. Il est très intéressant de voir comment cette situation donne au système politique mauritanien des caractères originaux. Cet ouvrage est la première manifestation d’une véritable volonté de coopération qui anime le Centre de Recherche et d’Etude sur les Sociétés méditerranéennes et le Centre d’Etude d’Afrique noire et qui permettra, nous l’espérons, d’autres réalisations.

3Cette étude de la société mauritanienne intervient à un moment où des facteurs de changement apparaissent. L’établissement d’un régime militaire après le coup d’Etat qui mit fin à la forme de pouvoir en place depuis l’indépendance, l’annexion par la Mauritanie d’une partie de l’ancien Sahara espagnol et la guerre qui en a résulté, la transformation radicale des relations entre les ennemis d’hier (le Maroc et la Mauritanie) qui sont devenus des alliés qu’un commun intérêt lie, les difficultés immédiates et les sombres perspectives de l’industrie d’extraction des minerais, semblent ouvrir une nouvelle phase de l’évolution de la Mauritanie. Il est intéressant de constater que les études rassemblées dans cet ouvrage mettent en évidence les facteurs d’évolution qui se sont avérés plus tard.

4La Mauritanie est un de ces points dans lesquels les forces en présence luttent pour l’établissement d’un nouvel équilibre mondial. De l’issue de la lutte dépend certainement la situation dans cette région frontière entre l’Afrique noire et l’Afrique arabo-berbère mais aussi le développement ou la régression à l’échelle du continent des régimes qui se proclament révolutionnaires et progressistes et de ceux qui veulent se rattacher à la tradition occidentale et libérale. L’étude qui est fournie par ces auteurs permet de mieux comprendre les conditions dans lesquelles la lutte se poursuit et d’envisager les perspectives d’évolution. Ils ont fait un travail de grande qualité qui mérite félicitations et remerciements.

Auteur

Premier vice-président de l’Université de Bordeaux I,
Directeur scientifique du Centre d’Etude d’Afrique noire.

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1979

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable