Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le café en Méditerranée

Le commerce du café vert à Marseille aujourd’hui

J. Contandriopoulos

Texte intégral

1La présentation du Commerce du Café vert à Marseille aujourd'hui, qu'il m'incombe de faire maintenant, va m'entraîner par un détour peut-être contestable et en tout cas anachronique jusqu'à la Rome Antique.

2Il existe un mot latin, qui comme beaucoup d'autres, a donné naissance à un mot français dont le sens a été altéré au cours de cette évolution.

3C'est le mot "otium" qui a donné en français "oisif" ou "oisiveté".

4L'oisiveté a en général une tonalité péjorative car il est mal vu dans la Société où nous vivons de ne rien faire.

5Or, dans la Rome antique l' "otium" signifiait tout autre chose, c'était certes l'inactivité mais une inactivité sociale, du temps libre consacré à la relation avec les autres, à l'échange d'informations, à la réflexion communautaire. Un peu de ce qui se pratique encore aujourd'hui dans les clubs fermés britanniques où des messieurs de la City, triés sur le volet, se réunissent pour ne rien faire si ce n'est échanger des idées, évaluer les événements, s'informer les uns par les autres.

6Cette fonction d'oisiveté se retrouvait aussi jusqu'à la dernière guerre dans la Bourse de Commerce de Marseille où tous les principaux négociants, courtiers et industriels transformant les matières premières importées, se retrouvaient.

7C'était certes pour faire des affaires mais aussi, et autant, pour échanger idées, impressions, nouvelles. Paroles, parlottes qui se continuaient souvent fort tard dans la matinée au café Riche de l'autre côté de la Canebière.

8C'est ce temps libre qui dans la Rome antique s'appelait l' "otium". Certes, ce privilège de disposer de temps libre était l'apanage des nantis dont le pain quotidien ne dépendait pas d'une activité immédiate.

9Et le contraire de l' "otium" était le "nec otium" qui est à l'origine du mot négociant. Ce mot définissait celui qui était obligé de travailler, de consacrer tout son temps à une activité déterminée sans avoir le loisir de faire autre chose.

10Par l'évocation du "nec otium", du négoce ou du négociant, nous voici après ce long détour ramené à notre sujet : le commerce ou le négoce du café à Marseille aujourd'hui.

11Ce détour nous pousse aussi à dévoiler dès maintenant ce qui sera notre conclusion, à savoir le commerce du café aujourd'hui est autant tributaire de l' "otium" que du "nec otium", autant redevable à l'observation de tout ce qui touche au café qu'à l'activité qu'il lui faut déployer pour faire des affaires et ainsi gagner sa vie.

12Le mot important du titre de notre sujet est : aujourd'hui.

13Pour aborder cet aujourd'hui, il est nécessaire d'évoquer à la fois son hier et son demain. Chacun sait qu'en affaire le présent est marqué par l'hier mais qu'il ne peut y avoir de présent responsable s'il ne se projette dans le futur.

14La lecture du programme de ces journées permet de constater que l'hier n'est pas oublié puisque sont évoqués les 17ème, 18ème et la fin du 19ème siècle. Mais rien n'a été prévu concernant le 20ème siècle alors qu'il se termine vite. On serait tenté de dire de plus en plus vite.

15Et pourtant, ce 20ème siècle, siècle de la colonisation par excellence, siècle où l'économie des colonisateurs s'est particulièrement développée en se basant sur les ressources provenant des pays colonisés à une importance extrême quant au développement et à l'organisation du commerce du café à Marseille.

16En effet, si l'on regarde aux chiffres d'avant-guerre, on constate que Marseille était une place internationale, l'essentiel de son activité était orienté vers les pays étrangers.

17Mais la colonisation a réussi. Les plantations de café ont été créées et les productions petit à petit ont augmenté. Cela a demandé certes plusieurs dizaines d'années mais dès la fin de la guerre, lorsque les importations ont repris, ce sont les colonies qui ont pris la première place et l'activité des Maisons de commerce marseillaises a suivi cette tendance poussée par la facilité et les privilèges de situation ce qui a conduit peu à peu à transformer Marseille, place internationale, en un Marseille place coloniale.

18Ceci a duré tant qu'ont duré les colonies.

19Le commerce du café à Marseille pendant toute cette période était pour une part entre les mains des grandes sociétés coloniales : C.F.A.O., S.I.C.A., C.M.M., C.L.M., S.C.O.A., etc. qui toutes avaient, soit leur siège, soit les bureaux à Marseille et pour une autre part, entre les mains de négociants commissionnaires marseillais qui travaillent eux aussi de façon privilégiée avec l'outre-mer colonial.

20Le résultat de ce changement se découvre sans peine lorsqu'il faut évoquer les années qui, après la décolonisation, débouchent sur aujourd'hui.

21Autant il n'y a pas eu de problèmes pour aller de l'activité internationale à l'activité coloniale, puisqu'il s'agissait de suivre le chemin de la facilité, autant les difficultés ont surgi, les abandons se sont multipliés lorsqu'il a fallu aller du colonial à 'international, c'est-à-dire d'un privilège de situation à la concurrence totale.

22Toutes les sociétés coloniales à l'exception d'une seule qui a su se convertir ont disparu de la scène et parmi les négociants commissionnaires, nombreux sont ceux qui ont également soit arrêté, soit été contraints de réduire leur activité en proportion de la réduction de leurs offres d'origine.

23Cette évolution a été renforcée par les nationalisations qui, allant bon train, ont achevé de perturber les courants d'affaires classiques.

24Depuis les années 60, le commerce du café à Marseille a donc été contraint de se convertir à nouveau et Marseille, de place coloniale redevient place internationale.

25Depuis vingt ans, il a fallu tout réinventer, tout élargir et ouvrir.

26Il a fallu sortir des zones marquées en rose sur les atlas de notre jeunesse ; il a fallu parler, écrire, penser en anglais.

27Plusieurs maisons marseillaises ont opéré avec succès cette transformation.

28D'autres, nouvelles venues ont pris leur place. Les négociants commissionnaires sont devenus négociants internationaux. Les courtiers de place sont devenus agents internationaux.

29La grande crise des années 60 se termine et Marseille, place internationale, est reconnue comme telle : en 1971/1972, elle accueillait le Comité Européen des associations de négociants en café. Aujourd'hui, elle est l'une des quatre places européennes qui communique chaque jour les cours des cafés à l'Organisation internationale du café à Londres.

30C'est cette organisation internationale qu'il faut maintenant évoquer car elle joue un rôle déterminant dans le commerce du café. Aujourd'hui : le café, deuxième produit de commerce international après le pétrole et avant les céréales, est la principale source, de devises de 44 pays pratiquement tous considérés comme étant en voie de développement.

31Du niveau du cours des cafés dépend aujourd'hui le bien-être ou le mal-être de centaines de millions d'hommes.

32C'est dire l'importance d'un accord pour essayer de maintenir un juste prix pour ce produit.

33Depuis quelques jours à peine, l'accord fonctionne à nouveau dans sa plénitude après une période de sommeil de cinq ans consécutifs aux gelées du Brésil de 1975 qui ont détruit l'équilibre nécessaire production/consommation.

34En très gros, l'accord fonctionne comme suit : la consommation est évaluée dans le monde entier. Pour 1980/1981, on a obtenu un chiffre de 57 millions de sacs de 60 kg environ, soit 3 420 000 tonnes environ. Un tonnage identique de café est réparti sous forme de quota entre tous les pays producteurs, lesquels n'ont pas le droit ni en fait la latitude d'exporter davantage.

35Les douanes des pays importateurs se sont organisées pour interdire l'importation de café non accompagnés de certificats d'origine revêtus des timbres de contrôle.

36En même temps, une fourchette de prix est fixée à l'intérieur de laquelle il est considéré qu'il est normal que le marché fluctue : elle est comprise entre 115 et 155 cents de dollar américain la livre, ex dock New York, soit environ 10,50 FF et 14,15 FF le kilo CAF/Port français.

37Le chiffre moyen entre ces deux extrêmes étant considéré comme le prix optimum, équitable pour les producteurs et acceptable pour les consommateurs.

38Aussi, un mécanisme d'augmentation ou de diminution de quota existe-t-il permettant lorsqu'on s'éloigne de ce juste milieu vers le bas, de diminuer les quotas pour raréfier le produit et le faire monter ou au contraire, lorsque le prix monte, d'augmenter les quotas pour accroître les offres et faire baisser les cours.

39En fait, tout n'est pas aussi simple que cela peut paraître. Chaque pays producteur a sa propre réglementation pour fixer souverainement le prix à la production d'une part, et à l'exportation d'autre part, la différence entre ces deux prix couvrant les frais depuis la production jusqu'à l'exportation mais surtout permettant de conserver des fonds pour une péréquation éventuelle.

40Certains pays ont des réserves de devises et peuvent donc attendre si le prix du marché ne leur convient pas. Par contre, d'autres sont à cours de devises et se trouvent dans l'obligation d'exporter immédiatement quitte à brader les prix pour vendre plus vite.

41L'expérience a montré pendant les période où ce système de quota et de limitation des exportations a fonctionné, que ce n'était pas sans à-coups et que même, certains considéraient que tous les coups sont permis à la condition d'avoir une morale assez élastique.

42Il n'empêche que dans toute cette savante organisation l'initiative de la fixation du prix qui appartenait jadis au négoce dans le cadre de la loi générale de l'offre et de la demande lui échappe totalement aujourd'hui.

43Le négoce n'a plus qu'à être l'observateur attentif de ce qui se passe dans les pays producteurs, il a à juger, jauger, apprécier, deviner les initiatives des pays producteurs, leurs déclarations en vérifiant si elles s'inscrivent dans les faits. Il a également à suivre l'évolution de la consommation qui, nous l'avons vu ces dernières années, réagit souverainement devant tout excès.

44Ce rôle d'observation et de méditation sur tout ce qui se passe demande au négociant aujourd'hui beaucoup de temps, beaucoup d' "otium"

45Mais il a évidemment besoin de vivre, c'est-à-dire, de faire des affaires ce qui signifie du travail, du "nec otium". Pris dans le paradoxe de l' "otium", et du "nec otium" le négociant aujourd'hui est en perpétuelle recherche d'équilibre. Ce n'est pas facile. C'est passionnant.

46Au cours de ces dernières années, plusieurs vieilles maisons de négoce marseillaises ont su faire les transformations nécessaires pour répondre aux besoins d'aujourd'hui, d'autres maisons se sont créées.

47Ensemble, elles importent par notre port environ 1,5 % de la production mondiale mais elles traitent sûrement au moins le double de cette quantité importée par d'autres ports européens plus proches des lieux de consommation.

48Le commerce des cafés à Marseille est entré il y a vingt ans dans une période de mutation. Nous avons confiance que la mue se poursuivra pour conforter Marseille dans sa réputation, déjà acquise, de place internationale.

Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.

Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.

Table des illustrations

Légende Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Légende Collection de la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille.
URL http://books.openedition.org/iremam/docannexe/image/1208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M

Auteur

Président du syndicat du commerce du café vert de Marseille

© Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman, 1980

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540